Version classiqueVersion mobile

Histoires pragmatiques

 | 
Francis Chateauraynaud
, 
Yves Cohen

Présentation

Francis Chateauraynaud et Yves Cohen

Texte intégral

1« Histoires pragmatiques », « histoire des pratiques » ou « histoires pragmatistes » ? La question est restée longtemps en suspens. Réunis en séminaire, comme il est d’usage dans la conception et la réalisation des volumes de la collection « Raisons pratiques », les auteurs ont opté pour le qualificatif « pragmatique » au pluriel. L’idée d’une multiplicité de démarches pragmatiques au sein des sciences sociales l’a emporté, à la fois, sur les querelles d’école et sur le raisonnement orienté objet. La référence aux « pratiques » fait figure de mouvement obligé dans les sciences sociales, mais toutes les contributions rassemblées ici ne relèvent pas à proprement parler d’une histoire des pratiques. Un titre évoquant directement le pragmatisme faisait courir le risque d’un malentendu sur le statut de cet ouvrage collectif, qui n’est en rien un manifeste philosophique. Quant à l’usage du pluriel, il s’est imposé d’autant plus facilement qu’il s’agit de laisser la porte ouverte à la diversité des expériences ou des cheminements motivés par l’exploration continue des formes d’enquête historienne. La revendication de diversité est plus aisée lorsque les points communs ne manquent pas : l’expérience, les actes de parole, l’action, la pensée de l’action et la pensée dans l’action, les façons de faire et d’expliciter les pratiques en train de se faire, jusqu’au rôle crucial de la controverse et de la délibération collective à travers lesquelles se forment des publics et des communautés épistémiques capables de reformuler les problèmes publics, tous ces thèmes sont au cœur des approches pragmatiques ; tout en donnant lieu à des interprétations différentes.

  • 1 Voir également Collectif (1988 et 1989) et Lepetit & Revel (1992).
  • 2 Le premier texte de Luc Boltanski et Laurent Thévenot, intitulé Les économies de la grandeur (1987) (...)

2Pour comprendre la portée des histoires pragmatiques, il est utile d’en restituer les principaux jalons en revisitant les décennies qui séparent ce volume de la publication des Arts de faire de Michel de Certeau (1980). Invitant le chercheur à l’étude des pratiques ordinaires, sans préalable théorique, dans leur déroulement aléatoire et leur dynamique exploratoire, les Arts de faire s’inscrivaient dans le sillage de l’histoire des mentalités, en visant une « histoire du quotidien » conçue en résonance avec celle qui prenait forme en Allemagne au cours de la même période (Lüdtke, 1994). Si le choix des moments forts et des points de repère est toujours difficile, il en est un qui est incontournable : il s’agit de l’article programmatique, riche et fécond, d’un historien qui allait malheureusement disparaître l’année suivant sa publication. Dans le mouvement du « tournant critique » des Annales que Bernard Lepetit avait contribué à lancer, son introduction aux Formes de l’expérience, nommée « Histoire des pratiques, pratique de l’histoire » (1995), proposait d’en revenir aux acteurs et de mettre à distance l’appui sur les grandes déterminations structurales1. Elle se fondait en particulier sur l’éclosion récente d’une version de la sociologie pragmatique lancée fin 1987, avec la publication de la première édition du modèle de la justification de Luc Boltanski et Laurent Thévenot2. En mettant l’accent sur les formes de justification utilisées en situation, il s’agissait de prendre au sérieux à la fois les logiques d’action et les raisons qu’en donnent les acteurs pour répondre au jugement critique, converger vers un accord, ou parvenir à se coordonner dans des agencements cohérents. Dans sa discussion avec la sociologie pragmatique naissante, Lepetit offrait un point de vue d’historien, tout en s’inspirant de l’« économie des conventions ». Pour ce courant, les formes d’accord élaborées par les acteurs – qui produisent et le social et la norme – sont les meilleurs points d’accès pour saisir la formation de la « société ». Celle-ci n’est plus pensée, suivant une approche fonctionnaliste ou structuraliste, comme un système autonome susceptible d’une description formelle, mais comme l’accomplissement continu de processus d’accords et de désaccords, de modes de coordination ou de mises à l’épreuve critique des normes et des principes de jugement.

  • 3 Voir également Suchman (1990).

3Bernard Lepetit (1995, p. 15) en appelait à la « reformulation du projet historiographique ». Il invitait à « inscrire l’histoire à l’enseigne de la pragmatique » et, par suite, à « réviser […] les usages appris des catégories temporelles ». Ce faisant, il se rapprochait du paradigme de l’action située, autre marqueur du « tournant pragmatique », du moins dans l’expression qu’en donnent les sciences sociales au cours des années 1990 en Europe et aux États-Unis. Un ouvrage décisif de ce moment est celui de Lucy Suchman (20073), qui met en tension le plan et l’action. Suchman montre comment la planification n’est pas la clé de l’action, contrairement à ce qu’une grande partie des sciences humaines et sociales avaient développé depuis le début du xxe siècle. Dans une formulation assez radicale, Lepetit (1995, p. 14) soutient qu’il faut « prêter attention à l’action située et rapporter l’explication de l’ordonnancement des phénomènes à leur déroulement même ». Cette ambition, que marque le changement de nom de la revue des Annales à partir de 1994, devenue Annales. Histoire, Sciences Sociales, ne vise pas tant la seule discipline historique que la reconfiguration du paysage des sciences sociales dans son ensemble. La traversée des disciplines est envisagée à partir de l’action située (Lepetit, 1996b, p. 9) : « Il semble que c’est autour de ce paradigme de l’action, de cette attention à l’action située qu’est susceptible de se recomposer, pour partie, la pratique interdisciplinaire et, en tout cas, la pratique de l’historien. »

4Bernard Lepetit ne s’appuie pas explicitement sur la lecture d’auteurs pragmatistes, mais les formules qu’il adopte le rapprochent sensiblement de ce courant. Certains énoncés donnent même à penser que l’histoire qu’il envisage partage les préceptes des pères fondateurs du pragmatisme (Lepetit, 1995, p. 14) : « La société ne dispose, pour organiser ses structures du moment ou réguler ses dynamiques, d’aucun point fixe extérieur et qui lui soit transcendant. Elle construit ses propres références et constitue pour elle-même son propre moteur. »

  • 4 Un ouvrage publié par Alain Desrosières et Laurent Thévenot (1988) sur la fabrication des catégorie (...)

5Le mouvement de l’histoire n’est plus indexé à l’action de catégories ou de propriétés sociales objectivées, ni sur les régularités statistiques que l’historien de la longue durée identifiait naguère, en partie comme garantie de la scientificité de sa discipline contre une version mondaine ou événementielle de l’histoire (Lepetit, 1996a, p. 894) : « Les mouvements séculaires ou cycliques, en quoi l’on peut décomposer les séries temporelles n’ont pas de réalité. Ce sont des mouvements abstraits, idéalisés. »

  • 5 Plus tard, Gabriel Tarde, qui n’est pas plus historien que Cournot, évoque de son côté la numismati (...)

6Opposer l’histoire à la science n’est pas l’objectif de Bernard Lepetit. Il semble plutôt renouer avec la définition qu’Augustin Cournot, mathématicien et philosophe, donnait en 1842 de l’« histoire pragmatique ». Cournot admettait qu’une science de la société puisse avoir un caractère scientifique. Il est certes loisible, disait-il (1851, p. 211-213), de « réduire à la forme scientifique » certaines branches de la connaissance sociale et, pour cela, s’appuyer sur la statistique qui « constate positivement des lois et des rapports permanents ». Des sciences auxiliaires de l’histoire comme la numismatique peuvent également revêtir les « formes de la science ». En revanche, l’« histoire politique » (migrations, invasions, conquêtes, « révolutions dans les mœurs et les croyances ») est sujette à « des faits accidentels et des forces tout individuelles » et à des « jeux de la fortune » qui ne se répètent pas, ou pas de manière suffisamment identique pour établir des lois. Ainsi, « l’histoire pragmatique ne peut jamais devenir une science » car elle ne laisse rien deviner de l’avenir et ne saurait fournir un appui pour l’action5. Cette première figuration lexicale d’une « histoire pragmatique » est paradoxalement fort loin des pratiques et de l’action, et ne peut servir de guide ou de cadre pour en penser les propensions ou les orientations.

7On peut aussi remonter plus avant pour trouver une première et intéressante notion d’« histoire pragmatique » chez l’historien grec Polybe. Elle ne saurait être, selon lui, ni une histoire mythologique, ni une histoire généalogique, ni une histoire officielle. Elle devrait au contraire se fonder sur trois caractéristiques, tout en n’étant pas obligatoirement utile : recourir à des sources écrites, procéder d’une connaissance personnelle des lieux soumis à l’enquête et bénéficier d’une expérience politique et militaire non moins personnelle – des traits dont il ne serait pas vain de chercher les correspondances aujourd’hui (Thornton, 2012).

  • 6 Offenstadt & Van Damme (2009), dans Breviglieri, Lafaye & Trom (2009). Voir dans le même volume la (...)
  • 7 Voir ici la contribution d’Angelo Torre dans ce volume.

8Le projet de Bernard Lepetit et les textes de l’ouvrage qu’il a coordonné ont couru depuis dans différentes directions, dont certaines manifestations se retrouvent ici même. L’inspiration de l’histoire dans le courant de sociologie pragmatique porté par Luc Boltanski et Laurent Thévenot a donné lieu, par la suite, à de multiples travaux, en particulier d’histoire sociale, politique et culturelle. Nicolas Offenstadt et Stéphane Van Damme en ont entrepris la cartographie en 20096. Il faut toutefois élargir la focale et considérer un paysage autrement plus vaste dans les années 1990 – et qui s’est encore étendu depuis. Plus vaste parce que plusieurs courants s’étaient déjà affirmés, qui partageaient avec le programme intellectuel de Lepetit autant de rejets que d’adhésions. C’est le cas, notamment, de la micro-histoire, telle qu’elle a pris forme en Italie. Son programme n’était pas moins ambitieux puisqu’il visait à recomposer la connaissance de l’« expérience sociale », non pas en privilégiant l’étude de petits objets, comme on le lit encore trop souvent, mais l’analyse des relations entre différentes échelles, considérées chacune selon sa métrologie et sa logique sociale propre (Revel, 1996.) La rencontre avec la micro-histoire est remarquablement illustrée, dans Les formes de l’expérience, par la contribution de Simona Cerutti (1995), où celle-ci remet en cause l’opposition traditionnelle entre « normes et pratiques ». Cerutti montre à quel point les normes sont trop dépendantes des pratiques pour leur être opposées de façon tranchée7. Également liée aux propositions de la micro-histoire, et non moins vigoureuse dans le déplacement qu’elle opère, la nouvelle histoire des sciences qui émerge dans les années 1980 rejette une narration dans laquelle les énoncés ne parlent qu’aux énoncés. Son orientation consiste à concevoir les sciences comme des ensembles pratiques, impliquant des entités de toutes sortes qui entretiennent des relations diverses et complexes avec le monde non scientifique, y compris, et surtout, le monde matériel. Les productions foisonnantes des Social Studies of Science ont engendré une foule de commentaires, en particulier autour du fameux Leviathan and the Air Pump de Steven Shapin et Simon Schaffer (1985), ouvrage qui a joué un rôle impossible à surestimer, de concert avec l’approche développée en France par Bruno Latour et Michel Callon autour des notions de « traduction » et d’« acteur-réseau » (Akrich, Callon & Latour, 2006). La dynamique ainsi créée dans le champ de l’histoire des sciences et des techniques a eu, en France et ailleurs, une portée considérable (Pestre, 1995, 2006).

  • 8 Voir également Rosier-Catach (2004), Delaurenti (2007), et tout récemment Bériou, Boudet & Rosier-C (...)

9Si la micro-histoire et les Social Studies of Science ont précédé l’intervention de Lepetit, de nouveaux courants sont apparus depuis, dont le plus prolifique traverse l’histoire médiévale. Celle-ci est, à vrai dire, le siège de plusieurs tendances, plus imaginatives les unes que les autres. La plus surprenante est l’histoire de la pragmatique médiévale. Fondée sur la pragmatique linguistique de John Austin, qui avait bouleversé la linguistique elle-même, l’histoire des façons dont les philosophes et les théologiens ont pensé la performativité du langage, de la parole, des mots, étendue à celle des pensées de l’action, prend sa source dans le travail d’Irène Rosier-Catach sur la « parole comme acte » (19948).

  • 9 Cette ligne de travaux s’est développée en dialogue avec les recherches de Béatrice Fraenkel, lingu (...)
  • 10 De nombreux historiens, pas seulement médiévistes, ont été des lecteurs assidus de la collection «  (...)
  • 11 Voir aussi Keller, Grubmüller & Staubach (1992), Bretthauer (2012).

10Le second courant d’histoire médiévale se concentre sur les pratiques de l’écrit. Comme chez les historiens en général, l’intérêt pour l’écrit est très ancien chez les médiévistes, pour lesquels il est « à la fois un objet d’étude et la médiation pour l’étude de n’importe quel objet de la société médiévale » (Anheim & Chastang, 2009, p. 10). Ce courant connaît, ces dernières années, un développement considérable, tout en se scindant en deux branches9. La première s’intéresse plutôt à la production des écrits et aux pratiques associées. Elle s’attache aux personnes, aux types d’activité, aux formes institutionnelles, et aussi aux matières et aux gestes, en recourant volontiers aux récents paradigmes de l’action10. La seconde branche conduit plutôt du côté des usages en s’occupant d’« écriture pragmatique » (pragmatische Schriftlichkeit, bien développée en Allemagne). Il s’agit d’identifier les écrits qui ont un « effet direct sur la vie quotidienne des hommes » (Anheim & Chastang, 200911). Cette approche est plus classique et peut, ou non, relever d’un intérêt particulier pour les pratiques. Dans l’ensemble, en tout cas, l’histoire du Moyen Âge a pu être dépeinte, il y a plus de dix ans, comme sous l’effet d’un « moment pragmatique » (Bartholeyns, 2002).

11Dans son geste de refondation de l’histoire culturelle, Roger Chartier (1996) aborde l’écrit sous l’angle des pratiques de lecture et d’écriture. Saisir des dispositifs en action lui permet de sortir d’une version fonctionnaliste reposant sur des catégories sociales ou sur des statuts figés dans le temps, en allant au-delà de la fonction-auteur ou du contrat de lecture, concepts qui ont longtemps marqué l’analyse des productions culturelles. C’est aussi la démarche du Groupe de recherches interdisciplinaires sur l’histoire du littéraire (Grihl) qui s’intéresse à l’« écriture comme moyen d’agir » sous de multiples formes : « action par l’écriture, action de l’écriture, action sur l’écriture, écritures de l’action » (Jouhaud, 2011, pour la citation, et aussi Ribard & Schapira, 2013, et Cantillon et al., 2016).

  • 12 Voir également Bouhaïk-Gironès (2012).
  • 13 Voir aussi Cerutti (2008).

12Les rapports de l’histoire et du pragmatisme ne se réduisent pas à la seule référence aux pratiques. On pourrait d’abord dire que l’histoire est pragmatiste par sa logique d’enquête, dans la mesure où sa relation aux sources ordonne la connaissance qu’elle élabore. La considération des sources comme le produit de pratiques qui intéressent l’histoire n’est bien sûr pas récente, même si la micro-histoire a été le foyer d’un renouveau puissant de leur traitement. Un intérêt pour la source elle-même, comme relevant des pratiques de l’écrit, s’est développé. Un rapport de police devient aussi intéressant comme trace ou témoignage de la mise sous surveillance de telle personne ou de telle association que comme point de vue sur les pratiques de police – bien que celles-ci ne relèvent pas toutes d’actes d’écriture. Les lettres de gouvernement de Staline, dont un corpus très concentré sur la moitié des années 1930 a été mis au jour dans les années 1990, en disent autant sur les affaires qu’il traite que sur le recours à l’écrit manuscrit dans sa pratique de gouvernement. En deuxième lieu, produits de l’écriture, ces écrits relèvent aussi de l’action. Ils sont des actes qui recherchent un effet perlocutoire, ou illocutoire (Austin, 1970 ; Fraenkel, 2007). Sur ces deux plans, toutes les ressources de la pragmatique et de l’exploration des formes de « performativité » sont susceptibles d’être mobilisées, comme le montre Marie Bouhaïk-Gironès dans ce volume12. En troisième lieu, on peut mettre l’accent non plus sur la source, comme élément de pratique et d’action, mais sur les « actions enregistrées dans la source » (Cerutti, 200713). Le déplacement analytique opéré ouvre alors à d’autres approches que celles qui privilégient des catégories ou des normes sociales, ou encore des institutions ou des lois, en permettant, par exemple, de reconsidérer ces dernières autrement que sous l’angle si habituel de leur application. Ainsi, le massif archivistique mobilisé par Simona Cerutti (2007) sur le droit d’aubaine à l’époque moderne montre que les actes de possession, comme entrer dans une maison et s’y conduire en maître, sont plus forts que les titres de propriété. Non seulement ils ne sont pas l’accomplissement pratique du droit, mais ils en transforment les conditions d’effectivité. En quatrième lieu, par l’identification de diverses sources pertinentes et en résonance, et abordées de l’une ou l’autre des trois manières indiquées pour documenter différentes positions et échelles, on peut aller plus loin et accéder à une histoire de pratique. Un exemple en serait celle de l’organisation du travail par l’association, pour le moins, de l’examen de la pratique de conception des normes de travail et des pratiques ouvrières aux prises avec ces mêmes normes. Il est, en effet, indispensable de ne pas renoncer à aborder la production des normes, des règles et des lois, y compris dans leur plus haute formalité. Ceci peut se faire en étudiant les pratiques de leur conception, comme l’histoire sociale des sciences le fait des énoncés scientifiques. On combine ainsi l’étude de la production de ces normes, règles et lois, et celle des pratiques situées dans l’environnement desquelles les premières se distribuent. Il n’est donc pas question d’application, mais de la confrontation de mondes pratiques qui composent une pratique à une plus grande échelle – que ces normes, règles et lois soient portées par les objets, l’architecture, les inscriptions, la langue, les usages, les personnes et leur parole, leur titre et leur présentation de soi, ou encore des groupes. Ainsi, des sources plurilocalisées, traitées de façon pragmatique, au sens large et étroit à la fois, s’imposent pour l’histoire des pratiques, qui sont, plus que pour tout autre objet d’histoire, un phénomène multiscalaire.

13Une autre manière d’interroger les liens entre histoire et pragmatisme se laisse apercevoir. Elle consisterait à étudier comment l’histoire, comme discipline, a été dessinée à partir du xixe siècle par des historiens dont la position de précurseurs dans son écriture en faisait des pragmatistes avant l’heure. Risquons quelques hypothèses destinées à ouvrir la discussion et permettre des échanges au long terme sur ce que peut signifier, dans les sciences sociales contemporaines, le développement d’une histoire pragmatique.

  • 14 Voir aussi Noiriel (2005), et Delacroix (1997).
  • 15 Peirce en 1902, cité in Dewey (1993, p. 592 n.).
  • 16 Voir sur ce point l’article de Francis Chateauraynaud dans le présent volume.

14Commençons par le pragmatisme de Marc Bloch. Référence constante et sans cesse renouvelée du travail des historiens en France, Marc Bloch est sans aucun doute un point de passage obligé pour l’exercice de réflexivité auquel invitent les contributions de ce volume. Gérard Noiriel, l’un des rares historiens en France à se référer explicitement au pragmatisme, en particulier à travers les œuvres de Richard Rorty, évoque à plusieurs reprises la démarche de Bloch, en rappelant la formule qui incite à « retrouver le sens de la communauté » (Fossier & Gardella, 2008, p. 247). Selon Noiriel (1997, p. 4), « la mise en œuvre scrupuleuse de la méthode historique ne suffit pas à garantir la vérité des connaissances produites par un historien14 ». Pour que celles-ci puissent être considérées comme vraies, il faut qu’elles subissent l’épreuve du « jugement des pairs » ; épreuve qui renvoie à l’histoire comme pratique collective distribuée. Noiriel rappelle ce propos de Charles S. Peirce disant qu’« aussi longtemps qu’un seul homme est capable de voir une tache sur la planète Vénus, ce n’est pas un fait établi15 ». C’est là une des trois caractéristiques que James Kloppenberg (2004), l’une des grandes voix du pragmatisme en histoire, relève dans le rapport que les historiens américains entretiennent avec lui depuis le début du xxe siècle. Essayons d’aller encore plus loin dans ce sens. Un des traits majeurs de l’enseignement de Marc Bloch (2006, p. 880-881) consiste à souligner l’attention au présent de l’historien, non par la seule « imprégnation instinctive », mais par une « observation volontaire et contrôlée » : la « connaissance du présent » importe parfois plus que l’« éducation de la sensibilité historique ». Il en vient ainsi à nommer une modalité de cette « science des hommes dans le temps » que les historiens ne devraient jamais négliger, en parlant d’« une méthode prudemment régressive », qui part du présent et par laquelle il s’agit de reconstruire l’histoire « à rebours » (ibid.). Cette modalité entre certainement dans une relation complexe avec l’exigence opposée de se situer dans le passé pour en saisir tous les possibles ouverts. On peut cependant y voir une autre invitation de Peirce, peut-être plus fondamentale encore, consistant à n’envisager une pratique qu’en en comprenant ses effets, qui peuvent, en histoire, porter jusqu’au présent (Peirce, 1879, p. 48) : « Considérer quels sont les effets pratiques que nous pensons pouvoir être produits par l’objet de notre conception. La conception de tous ces effets est la conception complète de l’objet. » Ce rapport intime de l’enquête à la configuration présente engage ainsi une forme de conséquentialisme16, tout en nous renvoyant, par certains aspects, à la démarche archéologique. C’est en tout cas une autre des dimensions que relève James Kloppenberg (2004) lorsqu’il examine les emprunts des historiens au pragmatisme.

  • 17 L’historien « méthodiste » Gabriel Monod, au xixe siècle, affirme que « l’histoire nécessite un con (...)

15À ces deux aspects (jugement des pairs et conséquentialisme) s’ajoute, pour Kloppenberg, le « perspectivisme », que l’on préfère aujourd’hui nommer « pluralisme », et auquel il faut encore intégrer la primauté de l’enquête, ou du rapport aux sources, sur toute approche formelle17. Quel que soit le degré auquel l’abord des sources se nourrit d’un dispositif théorique, ou simplement d’une intention de recherche construite, le rapport aux matériaux a toujours le dessus sur l’envolée théorique. Ce n’est pas pour autant faire preuve d’anti-théoricisme, car c’est précisément sur la base de ce rapport aux sources que, d’une part, l’histoire configure l’usage des théories qu’elle souhaite convoquer et que, de l’autre, elle crée les conditions d’une invention théorique. C’est même là un moyen pour que l’enquête historienne contribue à infléchir plus largement les cadres conceptuels des sciences sociales – à l’instar de chaque discipline, à partir de l’épreuve spécifique de ses points de contact avec le réel. Une thèse historique peut être mise en péril par une élaboration sur l’usage d’un mot dans une source, sur la disposition d’une page d’archive, ou sur la signification d’un ensemble documentaire. Elle ne peut pas l’être par une construction théorique. La démarche de l’histoire n’est pas celle de la construction d’une axiomatique autonome. Elle repose sur une logique de rapprochement, de recoupement et d’interprétation (Chateauraynaud, 2011). Les historiens sont des praticiens de l’enquête, et ils peuvent reprendre à leur compte l’argument de John Dewey (1993, p. 11) sur la logique : « La logique ne s’appuie sur rien qui soit extérieur à l’enquête. » L’expérience d’Alice Ingold (2011, 2012) en histoire de l’environnement est sans doute le meilleur exemple, du moins en France, d’une pratique de l’histoire qui organise une communication explicite avec le pragmatisme, et où l’enquête, celle de l’historienne mais aussi celle des acteurs, occupe une place centrale.

  • 18 Se frayant un passage entre la conception latourienne de l’épreuve comme « épreuve de force » et ce (...)

16L’œuvre de Lepetit orientait déjà vers une histoire des pratiques qui procéderait de l’attention à l’« action située », une méthode qui réhabilite le « temps court des focalisations et des réglages divers en situation d’interaction » (1995, p. 21), et donc ce que les sociologues pragmaticiens appellent les « épreuves18 ». Les schémas analytiques que Lepetit distingue dans les tendances qu’il décèle au sein de plusieurs disciplines (économie, sociologie, anthropologie, linguistique et histoire) « trouvent dans les modalités de l’agencement du social et dans les pratiques interindividuelles et sociales qui les font jouer la source de la compréhension du social » (1995, p. 14). Cette conception des pratiques saisies en « chaque moment de l’histoire » entraîne Lepetit plus loin que le présentisme de Marc Bloch puisque, selon lui, « s’il fallait rechercher une origine au temps de l’histoire, c’est dans le présent qu’il conviendrait de la situer » (ibid., p. 19). Dans cette perspective, la situation matricielle peut être celle de l’écriture même de ces documents qui se transformeront en archives.

17Quant à la possibilité d’une histoire des pratiques, outre les Arts de faire de Michel de Certeau, l’attention des historiens a été attirée dès les années 1970 par les travaux de Michel Foucault. L’absence presque complète, en tout cas remarquable, de Foucault dans les textes produits autour des nouveaux paradigmes de l’action, et ce malgré la place que les pratiques occupent dans son œuvre, provient d’une réduction de son approche à la mise en évidence de la programmation et de la rationalité des pratiques. Pourtant, Foucault nous a invités à saisir celles-ci aussi bien dans les espaces concrets de l’asile et de la prison que dans les techniques de gouvernement, ou encore dans les gestes des pratiques de soi et des modes de subjectivation. Certes, Foucault a proclamé que les « pratiques réelles » ne l’intéressaient pas. À propos du gouvernement, écrit-il, (Foucault, 2004, p. 4) :

[J]e n’ai pas étudié, je ne veux pas étudier la pratique gouvernementale réelle, telle qu’elle s’est développée en déterminant ici et là la situation que l’on traite, les problèmes posés, les tactiques choisies, les instruments utilisés, forgés ou remodelés, etc. J’ai voulu étudier l’art de gouverner, c’est-à-dire la manière réfléchie de gouverner au mieux et aussi et en même temps la réflexion sur la meilleure manière possible de gouverner. C’est-à-dire que j’ai essayé de saisir l’instance de la réflexion dans la pratique de gouvernement et sur la pratique de gouvernement.

18Il pouvait lancer dans un texte des directions fermées par un autre… Au cours d’une discussion publiée dans L’impossible prison, ouvrage dirigé par Michelle Perrot (1980), face à des historiens qui l’interrogent, en 1978, sur son histoire de la prison et sur son rapport à l’histoire, c’est en historien des « pratiques » que Foucault se définit : il énumère celles de la « séquestration des fous », de la « médecine clinique », de l’« organisation des sciences empiriques » et de la « punition légale » ; soit toute son œuvre, ou peu s’en faut. Il oppose les pratiques aux institutions, aux théories et à l’idéologie,

  • 19 Voir encore Foucault (1994a), originellement publié aussi dans Perrot (1980).

[L]’hypothèse étant [poursuit-il], que les types de pratiques ne sont pas seulement commandés par l’institution, prescrits par l’idéologie, ou guidés par les circonstances – quel que soit le rôle des uns et des autres –, mais qu’ils ont jusqu’à un certain point leur régularité propre, leur logique, leur stratégie, leur évidence, leur « raison ». Il s’agit alors de faire l’analyse des différents « régimes de pratiques » – les pratiques étant considérées comme le lieu d’enchaînement de ce qu’on dit et de ce qu’on fait, des règles qu’on s’impose et des raisons qu’on se donne, des projets et des évidences. (Foucault, 1994b, p. 2219)

  • 20 On suppose admis ici que la distinction entre le dire et le faire n’est plus structurante. La parol (...)

19Une fois affirmé le dédain des « circonstances », qui sont pourtant essentielles à la définition de la situation pour les pragmaticiens, l’œuvre de Foucault nous place sur un axe qui mène bien au-delà de la seule programmation des conduites. La formule de la pratique comme « lieu d’enchaînement de ce qu’on dit et de ce qu’on fait » a ainsi autorisé à faire entrer pleinement dans l’histoire une enquête identifiant des actes de toutes sortes relevés au ras de l’archive, des cours d’action saisis dans la composition d’ensembles documentaires, et des pratiques instruites et engagées dans leur actualisation20. On devine, pour le moins, une tentation, proche de celle de Lepetit, qui donne à la pensée de Foucault des accents pragmatistes. De la même façon qu’il n’est jamais impossible de trouver du Wagner chez Ravel, il n’est pas difficile de trouver du pragmatisme chez Foucault (Rabinow, 2011). Bien sûr, les rapprochements ne valent qu’en tant qu’ils enrichissent la compréhension d’un processus ou d’un mouvement. Ainsi, dans ce qui suit, Foucault (1994b, p. 25) tend une ligne entre les deux rives :

Il y a longtemps déjà que les historiens n’aiment plus beaucoup les événements. Et qu’ils font de la « désévénementalisation » le principe de l’intelligibilité historique. Ce qu’ils font en référant l’objet de leur analyse à un mécanisme, ou à une structure, qui doit être le plus unitaire possible, le plus nécessaire, le plus inévitable possible, enfin le plus extérieur à l’histoire possible. Un mécanisme économique, une structure anthropologique, un processus démographique, comme point culminant de l’analyse – voilà enfin l’histoire « désévénementialisée », […]

  • 21 De son côté, le sociologue américain Charles Tilly (1981, 1984 et 2006) construisait la notion stim (...)

20et… devenue « scientifique » et non « pragmatique » au sens de Cournot21.

21Un autre nœud possible de l’histoire pragmatique réside encore dans la performativité des actes de langage, telle que d’autres sciences sociales se la sont appropriée. L’histoire n’a pas négligé cette dimension, et elle peut s’appuyer sur la lecture engagée de Judith Butler (2004), et plus largement les études de genre. Dans son étude originale, publiée dans ce volume, Fanny Gallot montre comment les ouvrières de Chantelle ont transformé la signification de la qualification, aussi genrée que paternaliste, qui les désigne comme « filles de ». Les capacités révélées par la pragmatique linguistique permettent de lire autrement les actes de nomination et de revendication saisis par l’enquête historique.

  • 22 Theureau (1992, 2006 et 2009). Voir aussi Campos & Donin (2009).

22La réactivation de pratiques passées constitue un autre procédé, assez remarquable, pour produire des connaissances. Judicieusement initiée par les historiens des sciences, la reconstruction instruite et contrôlée d’expériences a jeté, dès les années 1980-1990, des lumières décisives sur quelques-unes des grandes découvertes scientifiques et, de ce fait, sur la pratique des sciences elle-même (parmi d’autres, Sibum, 1998). En s’attaquant, dans le présent ouvrage, aux pratiques musicales telles que l’analyse, la représentation ou l’apprentissage, Rémy Campos et Nicolas Donin se nourrissent tout autant de l’enseignement de Lepetit que d’une ergonomie inspirée par le pragmatisme et développée par Jacques Theureau, depuis les années 1970, à travers la problématique du « cours d’action22 ». Transformant l’étude des cours d’action en « observatoire » des activités cognitives situées, Theureau a donné une extension aussi pertinente qu’inattendue au signe triadique de Peirce (le signe, l’objet et l’interprétant), devenu chez lui un signe hexadique.

23L’espace de variation ouvert par les démarches dont s’inspirent les textes qui suivent est donc très étendu. L’ensemble des contributions décrit un arc large comprenant la micro-histoire (qui met en tension les échelles, considère les sources comme des actions, recentre l’analyse sur les situations), les études sociales des sciences (pour lesquelles les sciences sont des pratiques entrelacées qui engagent dans l’examen matériel et politique des activités scientifiques), la pragmatique du langage, la sociologie pragmatique, en particulier celle des transformations, et les études d’action située, desquelles on passe à l’histoire des pratiques qui se fraye un chemin entre Foucault et Lepetit, jusqu’aux multiples facettes des approches médiévales qui vont de l’histoire de la pragmatique à celle des pratiques de l’écrit, en passant par celle des écrits pragmatiques. L’arc se prolonge vers l’histoire pragmatiste qui fait fond sur l’expérience et sur l’enquête (celles des acteurs comme celles des historiens) et ne préjuge rien, vers les études de performativité (qu’elles s’intéressent à l’art ou au genre), et enfin vers une inspiration en plusieurs courants de la psychologie cognitive, de l’ergonomie et de l’étude de l’activité (parmi bien d’autres titres, Licoppe, 2010). Au total, il s’agit moins de figer, dans un cadre académique, des accords de traduction entre une pensée pragmatiste et une histoire pragmatique, que d’ouvrir de nouveaux plans d’expérience et de circulation, en particulier autour des différentes logiques à l’œuvre dans les recherches contemporaines.

24La première partie du volume se tient au plus près des actes tout en proposant des approches des pratiques. Angelo Torre, dans un article publié en 1995 dans Quaderni storici, discute en détail des propositions de Pierre Bourdieu pour une sociologie de la pratique. Bourdieu n’est que marginalement l’inspirateur des études de la pratique. Il reconnaît à celle-ci un caractère créateur dont son effort, à la fois systématique et immense, consiste précisément à en réduire sans cesse la part – d’un côté par les lois de l’habitus, de l’autre par celles du champ. Si Bourdieu concède ce que Hans Jonas (1999) a appelé la « créativité de l’agir », il la situe aux marges des régularités et entend l’exclure de l’espace de raisonnement de la sociologie scientifique qu’il s’efforce de bâtir. Tout ce qui ne serait pas intelligible par des caractéristiques sociales signerait l’échec de la science. L’article d’Angelo Torre ouvre ce faisant une discussion avec Roger Chartier sur le rapport des représentations avec ce que les situations suggèrent, et il est suivi de la réponse que l’historien des pratiques culturelles lui avait faite en son temps.

25Marie Bouhaïk-Gironès examine, en historienne des pratiques, et, spécifiquement, des pratiques théâtrales au Moyen Âge, les manuscrits d’un Mystère de saint Sébastien et d’un Mystère des trois Doms. Elle entreprend de joindre une étude des pratiques d’écriture à une démarche pragmatique, au plus près des actes et de leurs effets matériels, pour en saisir la répercussion sur l’histoire du théâtre, discutant au passage la preuve en histoire et la portée d’une infime rature. Dans une tout autre période et dans un double mouvement d’analyse des pratiques et d’interprétation de l’histoire comme constituée de pratiques, Yves Cohen met en évidence, à partir d’exemples du xxe siècle, comment s’élaborent des pratiques qui mobilisent des millions de personnes, et à quel point les conceptions de la pratique et de son rapport à la théorie, portées par les praticiens eux-mêmes, jouent en ce siècle un rôle central dans les processus de coordination et d’alignement.

26D’autres formes possibles de la pragmatique historique sont explorées dans la deuxième partie. Béatrice Delaurenti étudie une série de textes, et leurs conditions de production à la fin du xiiie et au début du xive siècles, en explorant l’ouverture d’un espace pour penser l’action à distance avant même que le concept en soit formulé. Dans la saisie de ce moment particulier des joutes intellectuelles médiévales se dessine un épisode important dans l’histoire de la pensée de l’action. Installé au début du xve siècle, entre l’histoire des pratiques et l’examen des « écrits pragmatiques » (décrits par leurs effets), frôlant une démarche wittgensteinienne, Stéphane Péquignot dépeint la négociation à partir de documents diplomatiques. Il la saisit comme un ensemble d’actes toujours fragile et en construction, à partir de règles jamais vraiment assurées, constamment rejouées et relancées par ceux qui les utilisent et, au fil des usages, les reconfigurent. Frédéric Graber montre, pour sa part, comment, en réduisant fortement la cible de l’enquête historienne, il est possible d’en étendre très largement l’objet. Discutant les sociologies pragmatiques dominantes, comme celles de Bruno Latour, et celles de Luc Boltanski et d’Ève Chiapello, il propose d’entrer dans la fabrique des normes locales nécessaires à la formation de projets – ici celui du canal de l’Ourcq. Il montre comment un projet se fait institution pour tenter de réguler les pratiques, et comment celles-ci agissent en retour sur elle. Nous changeons radicalement de registre avec l’enquête sur les catégories menée par Fanny Gallot, qui restitue le sort évolutif d’expressions marquantes concernant les ouvrières jusqu’à aujourd’hui : « filles d’usine », « filles de [telle marque] ». Du rejet de la stigmatisation à la prise en charge des formules, la performativité et la « resignification » sont au cœur de l’agir des ouvrières (leur agency), en particulier celui des « filles de Chantelle » et de Lejaby. Cette partie du volume s’achève avec l’article de Rémy Campos et Nicolas Donin, lequel associe l’histoire pragmatique au « passage par la pratique » d’historiens qui reconstituent savamment des représentations musicales du passé et d’ergonomes qui étudient le processus de composition. La réactivation n’enrichit pas seulement le corpus de l’histoire, celle des pratiques musicales, mais aussi les notations, les repères et les références qui entrent dans le jeu des compositeurs et des musiciens d’aujourd’hui.

27Le volume se poursuit avec la contribution de Grégory Dufaud qui nous invite à le suivre dans l’exploration d’une histoire des hôpitaux psychiatriques soviétiques fondée sur la trajectoire des incidents et accidents qui saturent l’expérience quotidienne. Le destin de ces « expériences » à la William James, dans les arcanes politiques et administratifs, brosse la psychiatrie de l’entre-deux-guerres mieux que celui des doctrines et des formes institutionnelles. Interpellé par le projet d’une histoire des pratiques, et dans une étroite interaction avec celui du présent volume, Roberto Frega interroge le pragmatisme sur ce qu’il est en mesure de dire aujourd’hui sur la pratique. L’écho se perçoit qui résonne avec les propositions des historiens à propos de leur retour aux sources et de leur essai d’analyser les pratiques, de leur effort toujours relancé de constituer celles-ci en objet, jusqu’à l’hypothèse d’une histoire qui ne soit faite que de pratiques. Ou comment un échange sur les histoires pragmatiques entre historiens et des auteurs issus d’autres sciences sociales contribue à une réflexion pragmatiste sur la pratique. C’est bien aussi l’objet de la sociologie que Francis Chateauraynaud interroge à nouveaux frais, en posant la question de sa consistance historique. Les voies de l’enquête portent à différents niveaux, qu’il s’agisse d’étendre les situations pour les constituer en processus, de scruter les temporalités entrelacées dans la formation de causes collectives ou de controverses, de caractériser les types d’argumentation historique dans les interactions, ou de révéler comment, à travers les procédés critiques utilisés par les acteurs, l’expérience historique se manifeste comme dimension du réel.

28Les enjeux portés par les textes de ce volume ne sont pas mineurs, Ils se rapportent à des dossiers de multiples époques et domaines. Il s’y joue jusqu’à la réflexion même sur la consistance de l’histoire. Cette dernière est replacée au cœur des pratiques de l’enquête en sciences sociales. Un défi a néanmoins été mis de côté, celui de la circulation internationale des modèles historiographiques, de leur confrontation, de leurs connexions, en particulier au regard de deux thèmes : celui des pratiques comme objet, et celui de l’immanence pratique de l’histoire. Mais ce volume a surtout pour fin d’amorcer un débat plus continu qu’il ne l’a été ces quarante dernières années sur le rapport de l’histoire aux pratiques et sur ses relations avec la pragmatique et avec le pragmatisme. Ceci appelle aussi un remaniement des échanges avec les autres sciences sociales dans une orientation plus collaborative : chacune, dans le déploiement de ses propres controverses, est conduite à contribuer aux mouvements de pensée saisis dans leur ensemble et à leur reconfiguration – un partenariat du même type que celui qu’appellent les relations entre les différentes parties du monde. L’histoire n’est plus la reine des sciences sociales, aussi bien la royauté a-t-elle été abolie.

Bibliographie

Akrich Madeleine, Callon Michel & Bruno Latour (2006), Sociologie de la traduction : textes fondateurs, Paris, Presses de l’École des Mines.

Anheim Étienne & Pierre Chastang (2009), « Les pratiques de l’écrit dans les sociétés médiévales (vie-xiiie siècles) », Médiévales, 56, p. 5-10, [medievales.revues.org/5524].

Austin John (1970), Quand dire, c’est faire, Paris, Seuil, trad. Gilles Lane [1962].

Bartholeyns Gil (2002), « Du social en histoire médiévale : le moment pragmatique. À propos d’un ouvrage récent », Revue belge de philologie et d’histoire, 80 (4), p. 1477-1494.

Bériou Nicole, Boudet Jean-Patrice & Irène Rosier-Catach (eds) (2014), Le pouvoir des mots au Moyen Âge, Turnhout, Brepols, 2014.

Bloch Marc (2006), « Apologie pour l’histoire ou métier d’historien », in Id., L’histoire, la guerre, la résistance, Paris, Gallimard (« Quarto ») [1949].

Boltanski Luc & Laurent Thévenot (1987), Les économies de la grandeur, Paris, Presses universitaires de France (« Cahiers du Centre d’Études de l’Emploi »).

Boltanski Luc & Laurent Thévenot (1991), De la justification. Les économies de la grandeur, Paris, Gallimard.

Bouhaïk-Gironès Marie (ed.) (2012), Revue de Synthèse (« Pratiques professionnelles de la parole (Europe, xiie-xviiie siècles) »), 133-6 (2).

Bretthauer Isabelle (2012), « La notion d’écriture pragmatique dans la recherche française du début du xxie siècle », Cahiers électroniques d’histoire textuelle du LAMOP, 5 (« L’écriture pragmatique, un concept d’histoire médiévale à l’échelle européenne », Paris, LAMOP), [lamop.univ-paris1.fr/fileadmin/lamop/publications/Cahiers_Histoire_Textuelle/CEHTL_5__2012_/Isabelle_Bretthauer.pdf].

Breviglieri Marc, Lafaye Claudette & Danny Trom (eds) (2009), Compétences critiques et sens de la justice, Paris, Economica.

Butler Judith (2004), Le pouvoir des mots. Politique du performatif, trad. Charlotte Nordmann, Paris, Éditions Amsterdam [1997].

Campos Rémy & Nicolas Donin (eds) (2009), L’analyse musicale, une pratique et son histoire, Genève, Droz.

Cantillon Alain, Giavarini Laurence, Ribard Dinah & Nicolas Schapira (eds) (2016), Écriture et action, xvii-exixe siècle, une enquête collective, Paris, Éditions de l’EHESS.

Certeau Michel de (1990), L’invention du quotidien. 1. Arts de faire, Paris, Gallimard [1980].

Cerutti Simona (1995), « Normes et pratiques, ou de la légitimité de leur opposition », in Bernard Lepetit (ed.), Les formes de l’expérience. Une autre histoire sociale, Paris, Albin Michel, p. 127-149.

Cerutti Simona (2007), « À qui appartiennent les biens qui n’appartiennent à personne ? Citoyenneté et droit d’aubaine à l’époque moderne », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 62 (2), p. 375-376.

Cerutti Simona (2008), « Histoire pragmatique, ou de la rencontre entre histoire sociale et histoire culturelle », Tracés, 15, p. 147-168 [journals.openedition.org/traces/733].

Chartier Roger (1996), Culture écrite et société. L’ordre des livres : xive-xviiie siècles, Paris, Albin Michel.

Chateauraynaud Francis (1991), La faute professionnelle. Une sociologie des conflits de responsabilité, Paris, A. M. Métailié.

Chateauraynaud Francis (2011), Argumenter dans un champ de forces. Essai de balistique sociologique, Paris, Éditions Pétra.

Cohen Yves (2001), Organiser à l’aube du taylorisme. La pratique d’Ernest Mattem chez Peugeot, 1906-1919, Besançon, Presses universitaires franc-comtoises.

Cohen Yves (2013), Le siècle des chefs. Une histoire transnationale du commandement et de l’autorité (1890-1940), Paris, Éditions Amsterdam.

Collectif (1988), « Histoire et sciences sociales. Un tournant critique ? », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, 43 (2), p. 291-293.

Collectif (1989), « Tentons l’expérience », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, 44 (6), p. 1317-1323.

Cournot Augustin (1851), Essai sur les fondements de nos connaissances et sur les caractères de la critique philosophique, vol. 2, Paris, Hachette.

Delacroix Christian (1997), « Histoire : Le syndrome épistémologique (Gérard Noiriel, Sur la « crise » de l’histoire) », Espaces Temps, 64-65, p. 63-68 [persee.fr/doc/espat_0339-3267_1997_num_64_1_4016].

Delaurenti Béatrice (2007), La puissance des mots : virtus verborum. Débats doctrinaux sur les incantations au Moyen Âge, Paris, Cerf.

Descimon Robert (2009), « Le modèle commun de la cité : quelle possible historicisation ? », in Marc Breviglieri, Claudette Lafaye & Danny Trom (eds), Compétences critiques et sens de la justice, Paris, Economica, p. 275-280.

Desrosières Alain & Laurent Thévenot (1988), Les catégories socio-professionnelles, Paris, La Découverte.

Dewey John (1993), Logique. La théorie de l’enquête, Paris, Presses universitaires de France [1938].

Fossier Arnaud & Édouard Gardella (2008), « Quel pragmatisme en histoire ? Entretien avec Gérard Noiriel », Tracés. Revue de Sciences humaines, 15, p. 243-254, [traces.revues.org/923].

Foucault Michel (1994a), « La poussière et le nuage », in Id., Dits et écrits, Paris, Gallimard, t. IV, p. 10-19 [1980].

Foucault Michel (1994b), « Table-ronde du 20 mai 1978 », in Id., Dits et écrits, Paris, Gallimard, t. IV, p. 20-34 [1980].

Foucault Michel (2004), Naissance de la biopolitique. Cours au Collège de France, 1978-1979, Paris, Gallimard-Seuil.

Fraenkel Béatrice (2007), « Actes d’écriture. Quand écrire c’est faire », Langage et société, 121-122, p. 101-112.

Guilhaumou Jacques & Hans-Jürgen Lüsebrink (1981), « La “pragmatique textuelle” et les langages de la Révolution française », Mots, 2, p. 191-203.

Gumbrecht Hans Ulrich (1977), « Historische Textpragmatik als Grundlagenwissenschaft der Geschichtsschreibung », Lendemains, 6, p. 125-136.

Ingold Alice (2011), « Écrire la nature. De l’histoire sociale à la question environnementale ? », Annales. Histoire, sciences sociales, 66 (1), p. 11-29.

Ingold Alice (2012), « Qu’est-ce qu’un fleuve ? Critique et enquêtes à l’épreuve de situations indéterminées », in Pascale Haag & Cyril Lemieux (eds), Faire des sciences sociales. Critiquer, Paris, Éditions de l’EHESS (« Cas de figure »), p. 238-262.

Jonas Hans (1999), La créativité de l’agir, Paris, Cerf.

Jouhaud Christian (2011), « Le Groupe de recherches interdisciplinaires sur l’histoire du littéraire », Lettre de l’EHESS, 42, [lettre.ehess.fr/index.php?2113].

Keller Hagen, Grubmüller Klaus & Nikolaus Staubach (eds) (1992), Pragmatische Schriftlichkeit im Mittelalter. Erscheinungsformen und Entwicklungsstufen, Munich, Wilhelm Fink.

Kloppenberg James T. (2004), « Pragmatism and the Practice of History : From Turner and Du Bois to Today », Metaphilosophy, 35 (1-2), p. 202-225 [scholar.harvard.edu/jameskloppenberg/publications/pragmatism-and-practice-history].

Lepetit Bernard (1995), « Histoire des pratiques, pratiques de l’histoire », in Id. (ed.), Les formes de l’expérience. Une autre histoire sociale, Paris, Albin Michel, p. 9-22.

Lepetit Bernard (1996a), « De l’échelle en histoire », in Jacques Revel (ed.), Jeux d’échelles, Paris, Gallimard-Le Seuil, p. 71-94.

Lepetit Bernard (1996b), « Une autre histoire sociale », Correspondances. Bulletin d’information scientifique, 40, p. 3-9.

Lepetit Bernard & Jacques Revel (1992), « L’expérimentation contre l’arbitraire », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, 47 (1), p. 261-265.

Licoppe Christian (ed.) (2010), « Un tournant performatif ? Retour sur ce que “font” les mots et les choses », Réseaux, 163.

Lüdtke Alf (ed.) (1994), Histoire du quotidien, Paris, Éditions de la Maisons des Sciences de l’Homme.

Noiriel Gérard (1997), « Le statut de l’histoire dans Apologie pour l’histoire », Cahiers Marc Bloch, 5, p. 7-21.

Noiriel Gérard (2005), Sur la crise de l’histoire, Paris, Gallimard [1996].

Offenstadt Nicolas & Stéphane Van Damme (2009), « Les pratiques historiennes au risque de la sociologie pragmatique », in Marc Breviglieri, Claudette Lafaye & Danny Trom (eds), Compétences critiques et sens de la justice, Paris, Economica, p. 261-274.

Peirce Charles S. (1879), « Comment rendre nos idées claires », Revue philosophique, 4 (7), p. 39-57.

Perrot Michelle (ed.) (1980), L’impossible prison : recherches sur le système pénitentiaire au xixe siècle, Paris, Seuil.

Pestre Dominique (1995), « Pour une histoire sociale et culturelle des sciences », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 50 (3), p. 487-522.

Pestre Dominique (2006), Introduction aux Science Studies, Paris, La Découverte.

Rabinow Paul (2011), « Dewey and Foucault : What’s the Problem ? », Foucault Studies, 11, p. 11-19.

Revel Jacques (ed.) (1996), Jeux d’échelles. La micro-analyse à l’expérience, Paris, Gallimard-Le Seuil.

Ribard Dinah & Nicolas Schapira (eds) (2013), On ne peut pas tout réduire à des stratégies. Pratiques d’écriture et trajectoires sociales, Paris, Presses universitaires de France.

Rosier-Catach Irène (1994), La parole comme acte : sur la grammaire et la sémantique au xiiie siècle, Paris, Vrin.

Rosier-Catach Irène (2004), La parole efficace. Signe, rituel, sacré, Paris, Seuil.

Shapin Steven & Simon Schaffer (1985), Leviathan and the Air-Pump. Hobbes, Boyle, and the Experimental Life, Princeton, Princeton University Press (Leviathan et la pompe à air. Hobbes et Boyle entre science et politique, Paris, La Découverte, 1993).

Sibum Otto (1998), « Les gestes de la mesure. Joule, les pratiques de la brasserie et la science », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 53 (4-5), p. 745-774.

Suchman Lucy (1990), « Plans d’action. Problèmes de représentation de la pratique en sciences cognitives », in Patrick Pharo & Louis Quéré (eds), Les formes de l’action. Sémantique et sociologie, Paris, Éditions de l’EHESS, (« Raisons pratiques », 1), p. 149-170.

Suchman Lucy (2007), Human-machine Reconfigurations. Plans and Situated Action : The Problem of Human-Machine Communication, (édition revue et augmentée), Cambridge, Cambridge University Press [1987].

Tarde Gabriel (1895), Les lois de l’imitation. Étude sociologique, Paris, F. Alcan [1890].

Theureau Jacques (1992), Le cours d’action : analyse sémio-logique. Essai d’une anthropologie cognitive située, Berne, Peter Lang.

Theureau Jacques (2006), Le cours d’action. Méthode développée, Toulouse, Octarès.

Theureau Jacques (2009), Le cours d’action. Méthode réfléchie, Toulouse, Octarès.

Thornton John (2012), « Pragmatic History », The Encyclopedia of Ancient History, New York, John Wiley & Sons.

Tilly Charles (1981), Nineteenth-Century Origins of our Twentieth-Century Collective-Action Repertoire, Ann Arbor, University of Michigan (CRSO Working Paper/1244) ([deepblue.lib.umich.edu/bitstream/handle/2027.42/51016/244.pdf?sequence=l], page consultée le 26 novembre 2015).

Tilly Charles (1984), « Les origines du répertoire d’action collective contemporaine en France et en Grande-Bretagne », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 1 (4), p. 89-108.

Tilly Charles (2006), Regimes and Repertoires, Chicago, The University of Chicago Press.

Van Damme Stéphane (2014), À toutes voiles vers la vérité. Une autre histoire de la philosophie au temps des Lumières, Paris, Seuil.

Notes

1 Voir également Collectif (1988 et 1989) et Lepetit & Revel (1992).

2 Le premier texte de Luc Boltanski et Laurent Thévenot, intitulé Les économies de la grandeur (1987), est republié dans une version amendée et augmentée sous le titre De la justification. Les économies de la grandeur (1991). Rappelons que cette sociologie, qui ne s’est fixée sous le « label pragmatique » qu’un peu plus tard, s’appuyait partiellement sur la linguistique pragmatique issue de John Austin (1970), en accordant une importance particulière aux performances critiques des acteurs en situation.

3 Voir également Suchman (1990).

4 Un ouvrage publié par Alain Desrosières et Laurent Thévenot (1988) sur la fabrication des catégories socioprofessionnelles s’attache à la dénaturalisation des catégories statistiques, contribuant de façon décisive à la définition de ce nouveau moment des sciences sociales. Désormais, le recours aux statistiques exige – ou devrait exiger – un compte rendu des conditions intellectuelles, sociales et politiques de production des procédés de collecte, de mise en équivalence et de codage des données. L’usage du terme de « données » tend d’ailleurs à disparaître pendant les premières périodes de la sociologie pragmatique qui revendique une forme de constructivisme.

5 Plus tard, Gabriel Tarde, qui n’est pas plus historien que Cournot, évoque de son côté la numismatique et l’archéologie et donne de l’approche de son aîné une version diluée où l’« histoire pragmatique » n’est pas loin de l’histoire « anecdotique », en raison même de sa soumission aux éléments ou aux événements aléatoires comme les épidémies (1895, p. 88). L’intention de Tarde n’est cependant pas, à l’opposé de Cournot qui n’aimait pas l’histoire, de confronter celle-ci aux sciences fondées sur la statistique.

6 Offenstadt & Van Damme (2009), dans Breviglieri, Lafaye & Trom (2009). Voir dans le même volume la contribution de Robert Descimon (2009). Plus récemment, Van Damme (2014).

7 Voir ici la contribution d’Angelo Torre dans ce volume.

8 Voir également Rosier-Catach (2004), Delaurenti (2007), et tout récemment Bériou, Boudet & Rosier-Catach (2014).

9 Cette ligne de travaux s’est développée en dialogue avec les recherches de Béatrice Fraenkel, linguiste et anthropologue qui, à la suite de la « pragmatique textuelle historique » allemande, a élaboré une pragmatique de l’écrit et non plus seulement de l’oral. Parmi bien d’autres textes, voir Fraenkel (2007), Gumbrecht (1977), Guilhaumou & Lüsebrink (1981).

10 De nombreux historiens, pas seulement médiévistes, ont été des lecteurs assidus de la collection « Raisons pratiques », à partir de 1990. Si des historiens y ont contribué ponctuellement comme auteurs, le présent volume est néanmoins le premier qui soit consacré à des enquêtes historiennes et aux types de réflexivité quelles introduisent en histoire.

11 Voir aussi Keller, Grubmüller & Staubach (1992), Bretthauer (2012).

12 Voir également Bouhaïk-Gironès (2012).

13 Voir aussi Cerutti (2008).

14 Voir aussi Noiriel (2005), et Delacroix (1997).

15 Peirce en 1902, cité in Dewey (1993, p. 592 n.).

16 Voir sur ce point l’article de Francis Chateauraynaud dans le présent volume.

17 L’historien « méthodiste » Gabriel Monod, au xixe siècle, affirme que « l’histoire nécessite un contact direct avec les sources, qu’elle repose sur une démarche inductive et qu’elle adopte un point de vue “compréhensif” », et « il insiste sur la formation émergente d’une communauté scientifique », comme il est rappelé à juste titre dans Fossier & Gardella (2008, p. 247).

18 Se frayant un passage entre la conception latourienne de l’épreuve comme « épreuve de force » et celle de Boltanski et Thévenot comme « épreuve de justice », on a pu concevoir un cadre analytique définissant l’épreuve comme la « possibilité d’un changement d’état » (Chateauraynaud, 1991).

19 Voir encore Foucault (1994a), originellement publié aussi dans Perrot (1980).

20 On suppose admis ici que la distinction entre le dire et le faire n’est plus structurante. La parole et l’écrit sont des actes. Pour une démarche d’histoire des pratiques dans ce sillage voir Cohen (2001, 2013).

21 De son côté, le sociologue américain Charles Tilly (1981, 1984 et 2006) construisait la notion stimulante de « répertoires d’action », en travaillant sur l’histoire des mouvements politiques, et en particulier de la Révolution française.

22 Theureau (1992, 2006 et 2009). Voir aussi Campos & Donin (2009).

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search