Version classiqueVersion mobile

Quel âge post-séculier ?

 | 
Joan Stavo-Debauge
, 
Philippe Gonzalez
, 
Roberto Frega

Des religions en politiques

Quand les revendications religieuses investissent les arènes judiciaires

L’« affaire Persepolis » comme révélateur des enjeux de la transition politique tunisienne

Smaïn Laacher et Cédric Terzi

Texte intégral

  • 1 Les premières versions de ce texte ont bénéficié des lectures critiques de Alain Cottereau, Philipp (...)

1Comment un dessin animé peut-il intervenir dans un processus de transition politique ? Comment un récit sur la révolution iranienne peut-il susciter de violents affrontements entre Tunisiens ? Comment une émission de télévision peut-elle devenir un enjeu pénal qui focalise l’attention politique et médiatique internationale durant plus de six mois1 ?

  • 2 Nessma est une chaîne de télévision satellitaire dont les horaires de diffusion sont adaptés aux fu (...)
  • 3 Persepolis a obtenu entre autres le prix du Jury au Festival de Cannes en 2007, les césars de la me (...)

2C’est ce que nous tâcherons de comprendre en relatant le destin que le film d’animation Persepolis a connu, près de quatre ans après sa sortie, à la suite de sa programmation le 7 octobre 2011 par la chaîne de télévision tunisienne Nessma2. Malgré toutes les évidences rétrospectives, rien ne prédestinait ce récit autobiographique – dans lequel Marjane Satrapi revient sur la manière dont elle a vécu la révolution iranienne alors qu’elle était enfant – à accompagner l’élaboration de la constitution tunisienne après à la chute du régime de Zine el-Abidine Ben Ali. Un long cheminement a été nécessaire pour que ce film, dont les qualités cinématographiques ont été couronnées par plusieurs distinctions3, soit lesté d’une charge négative telle qu’il est aujourd’hui impossible de le projeter en Tunisie comme un simple objet de cinéphilie. Ce revirement de situation nous rappelle que le sens d’une œuvre n’est jamais déterminé par son contenu, ni même fixé par ses premières interprétations. Ainsi, les réactions qui répondent à telle ou telle diffusion de Persepolis peuvent lui attribuer un sens inédit ou imprévu. Dans les pages qui suivent, nous retracerons le processus sémiotique au cours duquel les vives réactions qui ont accueilli la diffusion tunisienne de Persepolis par Nessma ont enrichi son potentiel sémiotique et l’ont lesté de charges politique, religieuse et culturelle inattendues. Dans un premier temps, nous nous arrêterons sur les conditions de diffusion de Persepolis dans la Tunisie postrévolutionnaire. Nous prêterons une attention particulière au travail que les protagonistes de sa diffusion ont réalisé afin de promouvoir une lecture politique du film, en référence aux premières élections libres de l’histoire du pays.

3Nous évoquerons ensuite les réactions fortement irritées qui, invoquant l’interdiction de représenter Dieu en tant que règle pour comprendre les enjeux du film, ont dénoncé sa diffusion comme une provocation blessante pour la sensibilité islamique des Tunisiens, lui conférant ainsi une signification religieuse. Puis, nous suivrons avec attention les opérations juridiques mises en œuvre par des avocats pour traduire ces protestations et en faire des plaintes pénales acceptables, dont nous retracerons la trajectoire judiciaire. Nous verrons ainsi comment Persepolis est devenu le locus d’une confrontation identitaire, opposant deux manières incompatibles de concevoir les mœurs tunisiennes appelées à fonder l’unité nationale à venir.

4Nous conclurons en montrant que la tournure polémique et identitaire prise par cette controverse jette une lumière crue sur le devenir du processus constitutionnel en Tunisie. Par-delà son caractère anecdotique, l’affaire Persepolis permet d’accéder au moment où les institutions judiciaires postrévolutionnaires explorent de nouvelles manières de penser et d’agir qui, portées par une aspiration à l’unité consensuelle, ont pour conséquences la dépolitisation des débats et une sévère restriction de leur publicité.

La portée politique de Persepolis

5La chaîne privée satellitaire Nessma a diffusé Persepolis, dans sa version doublée en arabe dialectal tunisien, le soir du vendredi 7 octobre 2011. Rétrospectivement, les protagonistes de l’affaire et les observateurs s’accordent pour considérer que les réactions qui ont suivi n’ont pas été causées par le film en tant que tel, tant la portée politique qu’il a revêtu à cette occasion est redevable des circonstances pré-électorales auxquelles sa diffusion a été référée.

L’intrigue du film

6Persepolis est l’adaptation cinématographique de la bande dessinée éponyme de Marjane Satrapi. Elle y retrace l’histoire de la révolution iranienne telle qu’elle l’a perçue dans sa perspective d’enfant de huit ans. Issue d’une famille progressiste et élevée dans un environnement politisé et militant, Marjane rêve de devenir prophète de la galaxie. Son destin est cependant bousculé par la répression, par son incompréhension et sa révolte face à l’arrestation et l’exécution de son oncle, puis par l’effervescence révolutionnaire. Les espoirs de liberté laissent cependant vite place à l’inquiétude et Marjane voit ses parents reprendre les manifestations, cette fois contre l’arrivée au pouvoir des mollahs et la restriction des libertés publiques qui affectent particulièrement les conditions de vie des femmes. Marjane, contrainte de porter le voile, s’imagine alors en révolutionnaire, et fait œuvre de rébellion, à tel point que ses parents décident de la protéger en l’envoyant en Autriche. À l’orée de son adolescence, une forme de vie inconnue l’y attend, avec la découverte et la conquête de libertés nouvelles, ses premières expériences sexuelles, et ses premiers joints. Mais c’est également à Vienne que Marjane découvrira la douleur de l’exil, de la solitude, du désespoir. Elle tente de se suicider. De retour à Téhéran, Marjane se marie, découvre la tristesse d’une vie sans perspective, et décide de divorcer. Son tempérament rebelle la met alors en danger et ses parents parviennent à la convaincre de quitter définitivement l’Iran pour s’établir en France.

7Sorti en juin 2007, Persepolis a été diffusé le 10 novembre 2007 au cinéma Le Mondial de Tunis dans le cadre des Journées du Cinéma européen, organisées et financées par l’Union européenne4. Il a ensuite reçu un visa d’exploitation commerciale délivré par le ministère tunisien de la Culture et de la Sauvegarde du patrimoine pour la période du 23 janvier au 10 juin 2009. À l’époque, les agents de la direction du Cinéma et des Arts audiovisuels n’avaient « rien à signaler » au sujet de ce film qui a été projeté sans susciter la moindre controverse.

Le militantisme pour les droits des femmes et la production d’une version tunisienne de Persepolis

8Quatre ans après sa sortie, Persepolis s’est vu offrir une nouvelle vie en Tunisie par l’association Images et Paroles de Femmes. Cette association, qui milite pour les droits des femmes, dénonce leurs conditions de vie dans le monde arabo-musulman et encourage leur lutte pour la dignité et la liberté, promeut l’éducation par l’image dans les foyers d’étudiantes. Elle anime des discussions après la projection d’un documentaire dont elle a produit préalablement une version en darija (arabe tunisien) afin que les jeunes femmes se sentent directement concernées par ces films. Échaudée par les mésaventures suscitées, en 2009, par la projection de films abordant frontalement l’islam, l’association a adopté une stratégie plus latérale de sensibilisation aux conditions de vie des femmes dans différents pays du monde arabe ou musulman.

  • 5 Les propos que nous citons sont tirés d’un entretien qu’elle nous a accordé le 26 janvier 2013 à La (...)

9En 2011, la présidente de l’association a visionné 150 films et elle en a retenu 25, parmi lesquels Persepolis. Après avoir obtenu l’accord et les encouragements de Marjane Satrapi, l’association a entrepris de produire la version tunisienne de son film grâce à un financement de l’ONU. Le doublage des 77 voix a impliqué un travail considérable réalisé par un studio tunisois à l’été 2011, durant le mois de Ramadan. Au fil des visionnages, la membre de l’association chargée de superviser le doublage nous a confié avoir eu quelques hésitations au sujet de deux ou trois séquences du film5.

Le premier point c’était quand Marjane Satrapi a un premier amant et qu’il lui dit : « grâce à toi je sais que je serai homo, si ça ne marche pas avec toi. » Donc ça, je me suis dit on garde, on ne garde pas ? Ensuite, elle fumait du hasch, des joints, des machins et tout. On garde, on ne garde pas ? Et puis l’image de Dieu. Les trois étaient sur le même plan pour nous. On était là, on se disait bon, on fait quoi ? On garde ou pas ? Moi je n’ai pas senti vraiment et puis j’ai demandé à ce technicien qui était très croyant et je lui ai dit : « est-ce que tu crois que c’est gênant ? » Et il m’a répondu : « mais madame, elle rêve ! » C’est comme ça qu’il l’a interprété lui. Donc pour lui, c’est un rêve. Ce n’est pas une représentation de Dieu. C’est la représentation qu’une petite fille se fait de Dieu dans un rêve. Donc pour lui c’était irréel. Oui, c’est comme ça qu’il a pensé. Et moi, j’ai dit « d’accord ». Parce que moi, je n’ai jamais imaginé une chose pareille, vraiment. C’est sidérant comme réaction. Et donc j’ai réfléchi, puis je me suis dit : « si je coupe je vais avoir des problèmes avec les producteurs parce que je n’ai pas le droit de toucher à l’œuvre. » Et donc j’avais aussi ce souci de mettre à mal une association dont la vocation était de faire des doublages. Et j’avais l’autorisation de Marjane Satrapi, j’avais l’autorisation des producteurs que j’allais couper quelque chose. Et bon pour moi il fallait garder l’œuvre, il fallait y aller. Mais comme lui, il avait réagi comme ça, ça m’avait rassurée.

10Ce témoignage fait apparaître combien la situation qui prévalait à l’été 2011 demeurait indécise. Les membres d’Images et Paroles de Femmes savaient d’expérience que tout ce qui touche à l’Islam et aux mœurs est sensible en Tunisie et ils avaient appris à se montrer prudents avant de diffuser des discours critiques ou militants. Ils connaissaient les réactions véhémentes susceptibles de répondre à de telles prises de position et ils savaient que de telles polémiques pouvaient être préjudiciables à la réputation de leur association et la pérennité de son action. C’est du moins sur cet arrière-plan que la personne chargée de superviser le doublage de Persepolis explique après coup son inquiétude face à quelques scènes litigieuses. Toutefois, son récit laisse entendre que, si elle n’en ignorait pas le caractère potentiellement sensible, elle était loin de se douter des conséquences que pourrait engendrer leur diffusion.

[L]e problème c’est l’instrumentalisation, c’est de la menace. Les islamistes vont trouver l’offense au sacré à chaque coin de rue et nous on va même pas voir le coup arriver parce que pour nous il n’y avait pas d’offense. Moi, je l’ai quand même senti un peu, mais quand ce technicien qui croyait, qui jeûnait et priait et que j’ai estimé plus à même que moi de juger l’offense m’a dit : « madame c’est un rêve », j’ai dit bon, je ne vais pas moi être plus royaliste que le roi. Ce que je ne ferais plus maintenant parce que maintenant je sais à qui on a affaire et je vois comment ça fonctionne. Mais à l’époque, on ne savait pas à qui on avait affaire vraiment, on ne voyait pas le côté pervers de l’islam politique.

  • 6 Nous reprenons ici la catégorisation par laquelle la représentante d’Images et Paroles de Femmes in (...)

11Le récit laisse poindre la tonalité d’un regret rétrospectif. En engageant le doublage de Persepolis, la représentante d’Images et Paroles de Femmes n’avait pas conscience de défier un adversaire dont elle ignorait jusqu’à l’existence et la force religieuse. Elle s’était enquise de la réaction d’un musulman pratiquant, sans envisager que celle-ci ne permettait pas de présager de celle des « islamistes »6, ni d’anticiper les stratégies des promoteurs de l’« islam politique ». La suite des événements lui a donc fait prendre conscience que sa perception et ses jugements étaient mal ajustés à l’environnement chaotique issu de la révolution. Il en a résulté un sentiment d’inquiétude diffuse, celui de ne plus pouvoir se fier à ses impressions, de ne plus savoir comment se comporter et de ne plus être en mesure de prévoir ce qui est susceptible de se passer.

  • 7 Nous empruntons la notion de « hantise » à Joan Stavo-Debauge (2009). Il l’a développée pour caract (...)

12Cette expérience déstabilisatrice caractérise bien le caractère radicalement expérimental de la situation révolutionnaire : c’est dans l’exploration pratique d’un mode émergeant que les protagonistes de l’affaire Persepolis ont découvert les principes auxquels ils tenaient, ce qu’ils étaient capables de faire pour les défendre, mais également ce que leurs interlocuteurs étaient capables de faire pour défendre les leurs. L’enseignement que la représentante d’Images et Paroles de Femmes en tire s’exprime sous la forme d’une hantise qui l’appelle à redoubler de vigilance, parfois au point d’entraver son action7.

13Au fil des séances de visionnage organisées pour la supervision du doublage, la représentante d’Images et Paroles de Femmes s’est aperçue que Persepolis, au-delà de ses vertus escomptées dans le cadre d’un projet d’éducation par l’image sur la condition des femmes, revêtait une pertinence politique particulière pour la Tunisie post-révolutionnaire.

Quand les islamistes ont commencé à avoir du pouvoir, il m’a semblé que Persepolis résumait parfaitement [la situation], surtout que dans Persepolis, Marjane Satrapi raconte comment pendant deux ans après le départ du Shah, il y a eu ce qui se passe en Tunisie. C’est-à-dire des débats, des meetings, tout le monde était révolutionnaire, des milliers de partis, des ambitions énormes, et les mollahs tapis… Quand moi j’ai senti que la situation pouvait ressembler à ça, ça m’a intéressée de montrer ce film.

  • 8 Les problèmes pratiques de l’ISIE nous sont apparus à l’occasion des visites régulières que nous y (...)
  • 9 Au total, 1 781 listes ont présenté leur candidature, réparties dans les 33 circonscriptions établi (...)
  • 10 Ennahdha (la Renaissance) est un parti islamiste, proche des Frères musulmans. Longtemps interdit, (...)

14Cela faisait alors sept mois que Ben Ali avait quitté la Tunisie et l’enthousiasme initial avait laissé place à une inquiétude et à des tensions perceptibles jusque dans les interactions les plus ordinaires dans les rues de la capitale. La vie publique était marquée par une profonde instabilité. Des gouvernements provisoires à la légitimité démocratique contestée s’étaient succédés. L’incertitude juridique était patente et redoublée par le profond discrédit qui pesait sur les forces de police et les magistrats. L’extrême fragilité économique du pays éclatait à la lumière d’une première saison touristique catastrophique. Toutes les attentes convergeaient vers l’élection de l’Assemblée nationale constituante (ANC), dont le travail et les conclusions devaient permettre de tourner la page du passé et de poser les fondements d’un État de droit. C’est avec fébrilité que l’Instance supérieure indépendante pour les élections (ISIE) préparait les premières élections libres du pays. Elle devait faire face à d’innombrables problèmes pratiques, allant de l’établissement d’un mode de scrutin démocratique à l’achat d’urnes réglementaires, en passant par l’établissement de listes électorales fiables, et la désignation de locaux de vote neutres8. Le morcellement des forces politiques et la multiplication des listes « indépendantes » ou « citoyennes » affichant leur défiance à l’encontre de toute polarisation partisane avaient pour conséquence une relative illisibilité de la situation9, dont l’imprévisibilité suscitait la plus grande inquiétude chez de nombreux Tunisiens. Cette appréhension était particulièrement vive dans la nébuleuse des partisans d’un État démocratique, libéral et laïc à la suite de la publication des premiers sondages d’opinion qui annonçaient des tendances très favorables aux islamistes du parti Ennahdha10.

15Dans ces circonstances, la diffusion d’un film relatant le devenir de la révolution iranienne dans la perspective d’une jeune fille issue d’une famille laïque et progressiste pouvait revêtir une pertinence politique. Cette histoire pouvait aisément être entendue comme une question existentielle adressée aux Tunisiens sur le devenir de leur propre révolution.

La diffusion télévisée de Persepolis

16La découverte que Persepolis pouvait éclairer la situation tunisienne à la veille de l’élection de l’ANC a ouvert, pour la représentante d’Images et Paroles de Femmes, l’horizon d’une visée politique dans la perspective de laquelle il devenait pertinent de diffuser le film à la télévision :

J’ai voulu passer [Persepolis] à la télé, quinze jours ou trois semaines avant les élections, avec l’idée infantile et assez naïve que ça allait dire aux Tunisiens « attention, ne votez pas Ennahdha sinon voilà ce qui va nous arriver », tout bêtement, tout simplement. J’avais un ami qui connaissait Nabil Karoui et qui m’a donné le rendez-vous. J’ai vu Nabil Karoui qui m’a dit qu’il n’avait jamais vu le film et que sa femme lui en avait dit beaucoup de bien. Donc ça l’a intéressé. À l’époque, il était dans la posture d’être la chaîne de télévision qui allait focaliser sur la lutte contre Ennahdha. Il avait commencé à prendre cette décision alors qu’il n’était pas très clair avant. Et donc, Persepolis, c’était l’occasion.

17La représentante de l’association présente comme allant de soi l’idée d’adresser le projet de diffusion de Persepolis à Nabil Karoui. Dans le panorama audiovisuel de l’époque, la diffusion du film de Marjane Satrapi s’inscrivait aisément dans la ligne éditoriale de Nessma. Cette chaîne a été lancée en 2007, sous le régime de Ben Ali. Ces circonstances ont éveillé des soupçons – qui n’ont jamais été complètement dissipés – sur d’éventuelles accointances entre Nabil Karoui et le pouvoir de l’époque. Toutefois, Ben Ali n’appréciait guère cette chaîne dont le capital était contrôlé par des actionnaires étrangers et qui risquait donc d’échapper à sa tutelle. Quoi qu’il en soit, la chaîne a dû s’accommoder des exigences des autorités, pour lesquelles son antenne devait être exclusivement dédiée au divertissement familial, à l’exclusion de tout contenu relatif à la vie politique tunisienne. Ce n’est que dans le processus insurrectionnel et révolutionnaire que Nessma s’est émancipée. Elle a été la première chaîne tunisienne à couvrir les affrontements de Sidi Bouzid et Thala, dès le 30 décembre 2010, date à partir de laquelle elle n’a cessé de produire des émissions politiques.

  • 11 Entretien réalisé le 17 janvier 2012 à Tunis.

18L’affirmation, selon laquelle Persepolis et les activités féministes d’Images et Paroles de Femmes se coulaient naturellement dans la grille des programmes de Nessma, se retrouve de manière explicite dans le premier entretien que nous a accordé Nabil Karoui11.

NK : En fait, une association me propose de passer le film. On avait un deal : elle avait quelques documentaires sur les droits des femmes en Algérie et au Maroc et en Tunisie. Moi je suis un mec libéral. Ma chaîne est moderniste. C’est ça l’objectif de la chaîne. Moi, quand je peux défendre le modernisme, les femmes, etc., je suis en première ligne et c’est tout à fait naturel. C’est l’ADN quoi. Tu m’amènes un truc où on montre des femmes qui se font battre en Algérie, qui se bagarrent pour ne pas faire ceci cela…

SL : Vous l’aviez vu le film avant ?

NK : Non, non, je ne l’ai jamais vu. Alors qu’est-ce qui se passe ? […] Trois semaines avant les élections, on a tous un point d’interrogation sur la tête pour dire : mais putain [Ennahdha va] peut-être nous bananer. Ils vont certainement nous bananer, parce qu’ils ont un double langage d’une radio à une autre. Bon, je vais mettre Persepolis. Alors c’est quoi le truc chez moi ? C’est que quand on prend un film, j’ai un truc de censure moi… Et c’est normal puisqu’on ne montre pas des homos qui s’embrassent. Chez nous, on ne montre pas des scènes de nu […] Vous savez, la provocation inutile j’en n’ai pas besoin. C’est une chaîne familiale.

19Par-delà tout ce qui peut opposer des militants féministes et la direction d’un groupe multinational de communication et de télévision, le projet de diffuser Persepolis leur a permis de trouver un double terrain d’entente.

20D’une part, les uns et les autres se sont reconnus dans la promotion de mœurs libérales et modernistes, notamment s’agissant des droits des femmes dans les pays du Maghreb. Il convient toutefois de relever que, si l’adhésion de Nabil Karoui à cette cause ne souffre aucune discussion, son engagement n’est pas aveugle pour autant. Contrairement à la représentante d’Images et Paroles de Femmes, il ne manifeste aucun scrupule à manier les ciseaux de la censure en adoptant, pour la programmation de sa propre chaîne, les préceptes moraux conservateurs en vigueur en Tunisie et dans les pays du Maghreb. Ceci se traduit par une tension manifeste qui traverse son discours. À chacune de nos rencontres, il a mis un point d’honneur à affirmer le caractère libéral et frondeur qui sied à un héros de la liberté d’expression. Cependant ses propos restent ceux d’un homme d’affaires qui dirige une entreprise commerciale : ils sont teintés d’une nuance de regret, voire de reproches adressés à ses employés qui ont manqué de vigilance avant de valider la diffusion de Persepolis.

21D’autre part, Images et Paroles de Femmes et Nessma se sont également accordés pour recevoir Persepolis comme une mise en garde qu’il était impératif d’adresser aux citoyens tunisiens à la veille des élections de l’ANC. La convergence de leurs engagements s’avère ici politique. Ils envisagent donc la diffusion de Persepolis à la fois comme un événement dans la campagne électorale et comme un acte de défiance dirigé contre Ennahdha, le principal parti islamiste que tous les sondages s’accordaient à situer largement en tête des intentions de vote.

  • 12 L’ISIE avait d’ailleurs prévu d’adresser un avertissement écrit à Nessma à ce sujet, mais elle a fi (...)

22Si cet investissement sur le terrain de la politique partisane pouvait prolonger l’action militante d’Images et Paroles de Femmes, en revanche, il marquait un tournant pour Nessma. Dans l’intention de Nabil Karoui, diffuser Persepolis, c’était certes conjurer la menace que la montée de l’islam politique faisait peser sur la ligne éditoriale de sa chaîne et donc sur le libre développement d’une entreprise alors florissante. Mais c’était également engager une polémique avec les institutions de transition. En effet, Nessma est le seul média audiovisuel à ne pas s’être soumis aux règles en vigueur durant la période électorale, en vertu desquelles elle ne pouvait diffuser des talk-shows et des débats contradictoires qu’à condition d’avoir préalablement fait approuver son plan de couverture par l’ISIE (voir Chouikha, 2012, p. 176-177)12.

23Quelle que soit la détermination dont a fait preuve Nabil Karoui à cette occasion, il n’en demeure pas moins que la diffusion de Persepolis engageait Nessma sur un terrain qui ne lui était guère familier. En effet, il ne s’agissait pas seulement de diffuser un film qui pouvait potentiellement donner lieu à une réception politique, mais de préconiser une lecture politique du film en présentant la pertinence de sa diffusion en référence à l’élection de l’ANC à venir. Ce cadrage de l’émission a été assuré par la séquence introductive au film et, surtout, par le débat consacré à l’intégrisme religieux qui l’a suivi.

24Pour lancer le film, le présentateur justifie ainsi le choix de Persepolis par Nessma :

On diffuse ce film pour lancer un débat constructif pour essayer de répondre à plusieurs questions et interrogations et peut-être des inquiétudes qui ont lieu dans les esprits des Tunisiens, en Tunisie en ce moment historique où notre pays se prépare à effectuer la transition démocratique.

  • 13 Le Kâfir – mécréant, incroyant, infidèle – peut être l’objet d’apostasie.

25Suite à sa diffusion, le débat s’est engagé entre quatre invités : Latifa Lakhdar, universitaire et spécialiste de la pensée musulmane, Mohkatr Khalfaoui, écrivain et analyste politique, Raja Benslama, universitaire et psychanalyste, et Salim Ben Abdellah, sociologue et membre de l’association Images et Paroles de Femmes. Leurs échanges se sont focalisés sur une question fondamentale : que peut-il nous arriver en ces temps de grande incertitude ? Pour comprendre ce qui s’y joue, ils appellent leurs compatriotes à sortir de l’« enfermement » dans lequel les contraignait le régime de Ben Ali. Aussi, Persepolis leur apparaît comme une occasion de « poser des sujets d’une extrême priorité » en s’appuyant sur des expériences qui ont eu lieu dans d’autres pays. Ce qui est arrivé en Iran peut arriver chez nous, mettent en garde les invités ; autrement dit l’islam politique peut, en s’emparant de l’État et du pouvoir politique, assujettir un peuple à ses commandements religieux. Ce film invite donc les spectateurs à s’interroger sur l’avenir de la Tunisie à partir de spécificités historiques de leur culture, réputée pour sa modération en matière de religion. Selon les invités unanimes, des phénomènes nouveaux apparaissent : « Aujourd’hui, on veut parler de ces islamistes nouveaux en Tunisie […] Les islamistes respectent le jeu démocratique mais on remarque la haine, la violence, le refus de l’autre, de la différence et même l’apparition de kafirin13. » Aussi, la question urgente et impérieuse se pose : « comment peut-on construire l’avenir (de la Tunisie) qui comporte toutes les composantes hommes, femmes, jeunes, et dans toutes les régions du pays, etc. ? » Le présentateur et ses invités ne s’occupent donc pas de l’image de Dieu ou/et de ses prophètes. Pour eux, Persepolis est une opportunité historique de faire publiquement un « plaidoyer pour l’ouverture intellectuelle et conceptuelle ».

26Cette manière de « cadrer » la diffusion de Persepolis indique que les producteurs et les réalisateurs de Nessma savaient – au moins pratiquement – que la diffusion de ce film pouvait revêtir une portée politique. Toutefois, tout indique qu’ils n’avaient mesuré ni le potentiel polémique de cette politisation, ni les conséquences dont elle pouvait être porteuse.

L’investissement d’un enjeu religieux dans l’arène judiciaire

  • 14 Soulignons d’emblée qu’en affirmant que cet interdit est devenu la référence privilégiée pour compr (...)

27Venons-en à la réception de Persepolis qui a suivi sa diffusion par Nessma. Nous commencerons par relater les violentes protestations qui ont dénoncé le film et sa programmation comme un sacrilège. Ceci nous permettra d’observer comment l’interdiction de représenter Dieu s’est progressivement imposée en tant que référence pour comprendre les enjeux du film et de sa diffusion14, leur conférant la portée d’un scandale religieux. Puis, nous retracerons la trajectoire judiciaire des plaintes déposées à l’instigation des représentants de l’Association des Jeunes Avocats Tunisiens (AJAT), de leur formulation initiale au jugement rendu le 3 mai 2012 par le tribunal de première instance de Tunis. Nous nous intéresserons particulièrement aux procédures qu’ils ont mises en œuvre pour traduire des revendications religieuses en litiges susceptibles d’être instruits et jugés en justice. Nous évoquerons les redéfinitions du problème engagées par le travail des magistrats. Et nous verrons comment les stratégies de la défense ont contribué à donner forme à une polémique identitaire, opposant deux conceptions inconciliables des mœurs appelées à fonder l’unité à venir des Tunisiens.

La dénonciation violente d’un scandale religieux

28Le 7 octobre, certains téléspectateurs ont adopté la lecture politique de Persepolis préconisée par Nessma et Images et Paroles de Femmes. En témoignent quelques commentaires postés le soir même de la diffusion sur la page Facebook de Nessma.

Hadhami Rekik : bravo pour le choix du film, c’est vraiment le moment pour montrer en image la gravité de l’extrémisme.

  • 15 Nous respectons la graphie, la syntaxe et l’orthographe des messages, tels qu’ils ont été postés.

Monia Meddeb : magnific le film et trèèèèèès réaliste, j’espère k’il n y’aura pas un film tunisien identique dans 10 ans !!!!!!!!!!! donc voter positif !!!!!!15

  • 16 Nous reviendrons longuement sur les ressorts métonymiques fondateurs des revendications identitaire (...)

29Sans grande surprise, les échanges ont rapidement pris un tour polémique. Dès le matin du 8 octobre, le fil des messages ne laisse apparaître que la confrontation entre des attaques parfois véhémentes – tel le radical et lapidaire « La malédiction d’Allah soit sur vous » posté par Hassous Dridi – auquel répondent des messages de « soutien » à la chaîne. Il faut dire que Persepolis et Nessma ont été pris à partie sur les réseaux sociaux dans la soirée et durant la nuit. Il est difficile de documenter précisément ce qui s’est passé durant les heures qui ont suivi la diffusion du film. Mais les témoignages des divers protagonistes de la controverse convergent pour indiquer que de nombreuses pages ont dénoncé le caractère sacrilège de Persepolis, généralement par l’affichage de simples captures d’écran des quelques images litigieuses dans lesquelles Marjane s’entretient avec Dieu, représenté sous les traits d’un vieillard à la longue barbe blanche. Isolées de l’intrigue du film, ces scènes pouvaient apparaître comme une nouvelle provocation occidentale, délibérément destinée à blesser la sensibilité des musulmans et donc, par contiguïté métonymique, du peuple tunisien dans son ensemble16.

  • 17 Cette mosquée a acquis la réputation d’accueillir des imams aux prêches agressifs. Elle a été au ce (...)

30Les réactions sur les réseaux sociaux se sont doublées de messages électroniques privés, de conversations téléphoniques et de rencontres, au terme desquels les opposants les plus déterminés ont décidé d’agir dans la rue. Ainsi, le dimanche 9 octobre, au surlendemain de la diffusion, plus de 200 personnes ont défilé dans les rues à partir de la mosquée El Fath qui, après la révolution, était devenue un lieu de rassemblement des salafistes djihadistes à Tunis17. Au moment des faits, la pertinence de cette désignation était toutefois loin d’être évidente pour de nombreux observateurs tunisiens. D’ailleurs, si la foule qui s’est lancée à l’assaut de Nessma a adopté un comportement violent et des revendications susceptibles d’être associés à une expression de radicalisme religieux, nombreux sont les manifestants dont l’apparence physique n’avait rien à voir avec celle des salafistes qu’ils accompagnaient. À ce titre, certaines séquences des vidéos qu’ils ont tournées de leur action sont particulièrement éloquentes : de jeunes hommes, vêtus de survêtements de sport, jouent face à la caméra à mettre en évidence leurs visages glabres tout en affirmant ironiquement « je suis un salafiste ! »

31Ce jeu sur les catégorisations est révélateur du manque d’intelligibilité des situations qui prévalait après le départ de Ben Ali. Aux abords des manifestations de rue, nous avons maintes fois observé des passants, interloqués par ce qu’ils observaient, à la fois incapables de déterminer ce qui se passait sous leurs yeux, et d’en identifier les protagonistes (voir Laacher & Terzi, 2012). Ces enjeux étaient particulièrement saillants au moment d’établir les continuités et les discontinuités au sein de la mouvance islamiste. À l’occasion de plusieurs manifestations, nous avons observé le jeu des proximités et des distances spatiales entre les partisans d’Ennahdha et les militants salafistes. Souvent situés dans un voisinage immédiat, les deux groupes ne se confondent jamais complètement. Nous avons toutefois remarqué que les fragiles délimitations qui les séparent peuvent être brouillées par l’activisme agressif et turbulent de petits groupes au sein desquels des militants affichant l’hexis corporelle et la tenue vestimentaire caractéristiques des salafistes sont accompagnés de jeunes hommes, parfois glabres, indistinctement vêtus de combinaisons paramilitaires ou de survêtements aux couleurs de clubs de football européens.

32Le 9 octobre 2011, c’est donc une troupe bigarrée mais déterminée qui s’est dirigée vers le siège de la compagnie de communication Karoui & Karoui, qui abrite les bureaux de Nabil Karoui, le directeur de Nessma. Celui-ci était personnellement visé par les insurgés qui, porteurs d’armes blanches, appelaient à son lynchage. Arrivés sur les lieux, les manifestants se sont violemment heurtés à un cordon de policiers qui les repoussaient tandis qu’ils tentaient de mettre le feu aux locaux. Ce premier rapport de force physique s’est soldé par quelques arrestations et par une très grande frayeur pour Nabil Karoui, les employés de son entreprise de communication et ceux de Nessma qui se trouvaient alors dans le bâtiment. La peur, dont ils avaient été préservés jusqu’à ces événements, s’est installée et ne les a plus quittés depuis lors.

La traduction de l’indignation dans des arènes judiciaires

33Les scènes de violence qui ont suivi la diffusion de Persepolis ont eu l’effet d’une révélation d’autant plus stupéfiante que, jusqu’à la transition démocratique, l’unité du peuple tunisien n’était nullement une source d’interrogation ni de controverses. Scandalisée par la figuration du divin, la foule des lyncheurs s’est mobilisée, presque sans délai, pour laver l’offense en une scène jusqu’alors invraisemblable : au nom de leur foi, des Tunisiens ont dénoncé certains de leurs compatriotes comme des apostats et appelé à leur meurtre.

34Ce refus d’envisager et d’admettre de nouvelles réalités sociales et symboliques, les avocats de l’AJAT se sont chargés de le traduire dans les termes d’une justice punitive, appelée à exclure moralement voire physiquement tout ce qui est étranger à la communauté et susceptible d’ébranler les certitudes fondatrices de son unité. Ils seront rejoints dans leur démarche par un grand nombre de citoyens. Saisi par ces nombreuses plaintes, le procureur de Tunis va engager une instruction, au terme de laquelle il requalifiera les chefs d’inculpation au titre desquels il déferrera les accusés devant le tribunal.

35Mais voyons tout d’abord ce que dénoncent ces « plaintes citoyennes » et ce qu’elles réclament, au nom de quels principes et de quelles valeurs.

Les plaintes citoyennes

36Plusieurs citoyens tunisiens ordinaires ont décliné leur identité civile, s’auto-désignant ainsi en tant que membres du « peuple arabo-musulman » indigné par la diffusion de Persepolis. Dans le champ des dénonciations véhémentes, portées par ceux et celles qui se sont sentis « humiliés » et qui ont tenu à rendre publics leurs « sentiments » de musulmans, le régime argumentatif est ordonné de manière similaire. En voici deux manifestations paradigmatiques. La première est la plainte déposée par une citoyenne en octobre 2011 (la date et la signature sont illisibles).

Plainte d’une citoyenne déposée le… (illisible) octobre 2011
Cette chaîne est allée trop loin dans sa provocation envers les sentiments des musulmans. Par cet acte honteux, elle assure la propagande politique d’une culture qui n’a rien à voir avec notre identité arabo-musulmane. Cette mise en danger de l’unité nationale et de la paix sociale du peuple tunisien peut provoquer une division (fitna) dans le pays. Cette chaîne est en partie financée par le peuple tunisien musulman mais elle manifeste une orientation hostile envers l’identité du peuple tunisien, les choses sacrées de l’islam et ses préceptes. Il serait préférable qu’elle ne diffuse que ce qui convient à cette identité ou ce qui est en accord avec cette identité et qu’elle prenne soin de ces choses sacrées. Et il serait mieux pour l’argent des musulmans d’être dépensé pour le développement national et le travail des jeunes. Préambule de la Constitution : « La Tunisie est un pays arabe ; sa religion est l’islam ; sa langue est l’arabe [1].  » Et la chaîne Nessma s’y oppose, elle viole la constitution et promeut la désinformation et le scepticisme et remet en cause les préceptes de l’islam, d’un côté ; et de l’autre elle méprise la langue du Coran en utilisant délibérément la langue française pour toutes ses interviews de manière à humilier la langue arabe. Il s’agit d’une mise en doute de l’identité arabo-musulmane des Tunisiens. Le Code de la presse appelle à la neutralité des médias. La chaîne Nessma viole cette loi et atteint les préceptes de l’islam qu’elle falsifie et qu’elle sous-estime en induisant en erreur le peuple tunisien. C’est du terrorisme médiatique qui pousse le pays à la division (fitna) et cela constitue un crime contre les choses sacrées.
Au Procureur de voir
Signature (sans nom et sans prénom)

1. Il s’agit en fait du premier article de la Constitution de 1959 : « La Tunisie est un État libre, indépendant et souverain : sa religion est l’islam, sa langue l’arabe et son régime la République. »

37Ce discours fait apparaître le raisonnement des plaignants. L’islam (ses choses sacrées – le Livre saint, Dieu, le ou les prophètes, etc. – et ses préceptes) et la langue arabe fondent l’« identité arabo-musulmane des Tunisiens », en ceci qu’ils établissent l’unité d’un peuple, seule garante de la paix sociale. Dans cette perspective unanimiste, hantée par le spectre de la division interne, tout ce qui porte atteinte à l’identité – entendue comme l’ensemble de propriétés dont le partage, soustrait au doute et à la discussion, permet aux membres d’un groupe de se reconnaître comme mêmes – est constitutif d’une menace qualifiée de terrorisme. La plaignante attribue une importance remarquable à la langue arabe, sacrée parce que langue du Coran. L’usage du français devient une marque de détachement des origines du peuple tunisien et donc d’attachement à l’Occident et à ses mœurs qui ne fait que prolonger l’humiliation coloniale à laquelle l’Indépendance n’a pas mis un terme. Ces revendications identitaires font apparaître le caractère étranger et menaçant de tout ce qui ne s’y conforme pas. Dans ces conditions, revendiquer une identité arabo-musulmane, c’est appeler à ce que la révolution marque une rupture historique qui permette aux Tunisiens de se réconcilier enfin avec ce qu’ils sont vraiment, c’est-à‑dire avec ce qu’ils n’ont jamais cessé d’être fondamentalement, malgré les turpitudes politiques qu’ils ont subies. Et, peut-être mieux encore, d’accéder enfin à une véritable indépendance, cette fois-ci dans tous les registres de leur existence.

38Ces revendications sont indissociables d’exigences de conformité morale qui ressortent clairement d’une autre plainte, qu’une « citoyenne tunisienne » a portée pour « outrage public à la pudeur » et « atteinte aux bonnes mœurs ». Cette plainte est déposée auprès du procureur de la République du tribunal de première instance de Tunis le 14 octobre 2011, par maître Mourad Labidi de Tunis, sur la base du « témoignage de Madame Najiba » et au nom de ses deux enfants mineurs.

[…] La fille [de Mme Najiba] demande : « est-ce que Dieu ressemble à ce fantôme qu’on a vu dans le film Persepolis diffusé sur la chaîne Nessma vendredi 7 octobre 2011 ? […] Qu’est-ce que voulait dire cet homme dans le film à cette femme quand il lui a dit : “nique ta mère” ? Et pourquoi on voit la femme et l’homme presque nus dans un film de dessins animés ? » Le fils dit à sa mère : « Tu nous as menti, quand tu nous as dit que Dieu est plus grand que tout alors que, quand il apparaît à la télévision… sa taille ne dépasse pas la taille d’un homme ordinaire et son physique est dégoûtant […] ». Reprenant la plume suite à ce témoignage, l’avocat conclut : Dieu capable de tout ce qui peut protéger des guerres et des séismes. Comment ce vieux fantôme très maigre peut-il faire tous ces miracles ? Madame Najiba n’a su que dire à ses enfants après un tel préjudice à l’image de Dieu. Ce qui constitue un délit aux termes de l’article 48 du Code de la presse. Et compte tenu de l’outrage public à la pudeur, ce qui constitue un délit au sens des articles 222 et 222bis du Code pénal. Pour ces raisons, veuillez ouvrir une enquête pénale à ce sujet et enregistrer notre volonté de poursuivre les accusés et tous ceux dont la responsabilité pénale est avérée dans cette affaire.

  • 18 On retrouve, dans la nouvelle Constitution tunisienne adoptée en janvier 2014 cette hantise de tout (...)

39Cette plainte dénonce le trouble et la confusion que Persepolis est venu semer dans l’esprit des enfants de madame Najiba, au point qu’ils en viennent à douter de la parole de leur mère et de la toute-puissance divine. Il est donc reproché au film d’interférer avec leur socialisation et leur éducation, fondées sur la transmission d’un certain nombre de certitudes religieuses partagées, notamment au sujet d’Allah et de ses qualités18. On ne peut questionner le sacré, et ce quel que soit le mode employé (film, ouvrage, sculpture, peinture, etc.). Car c’est alors souiller ce sacré, c’est-à-dire littéralement ce qui devrait être préservé, retranché, mis à part et tenu à l’écart du doute, de manière à pouvoir servir de référent ultime à l’unité d’un peuple et à la perpétuation de son identité.

Une plainte pour revendiquer une justice-musulmane

  • 19 Cette plainte a la particularité d’avoir été diligentée par de nombreux avocats, intervenus à titre (...)
  • 20 Me Anouar Ouled Ali s’est dès lors fait porte-parole des plaignants. À ce titre, il a notamment ass (...)

40Le 10 octobre 2011, au lendemain de l’attaque dirigée contre Nabil Karoui et Nessma, 144 plaignants, menés par 131 avocats19 saisissent le procureur de la République du tribunal de première instance de Tunis. La procédure est intentée par Me Anouar Ouled Ali, dont la signature, certifiée par le tampon mentionnant les coordonnées de son cabinet, est accompagnée de la formule : « Personnellement et au nom des confrères. »20 Le texte de la plainte met en rang et en ordre de combat les plaignants, autoconsacrés défenseurs du « peuple tunisien musulman » qui, selon eux, ferait face à « une orientation hostile à son identité et aux choses sacrées de l’islam ».

Plainte de la partie civile1
Le 10 octobre 2011
Suit la liste des 144 plaignants
Les plaignants : 144 plaignants dont 131 avocats.
Contre :
- Nabil Karoui,
- Tarek Ben Amar,
- La chaîne Nessma et son responsable moral,
- Toute personne qui sera découverte lors de cette enquête.
Adressée à Monsieur le Procureur de la République du tribunal de première instance de Tunis.
Avec la bénédiction de Dieu,
C’est un film diffusé sur Nessma le vendredi 7 octobre 2011. C’est la vision d’une femme. La chaîne a traduit en arabe dialectal tunisien le film Persepolis pour qu’il puisse être vu par le plus grand nombre. Cependant, ce film contient des extraits qui tombent sous le coup de la loi tunisienne.
Commettre un délit réprimé par deux articles : 44 et 48, du Code de la presse
Ce film a fait l’objet d’un examen minutieux exigé pour la traduction. Il contient plusieurs extraits qui touchent à la foi islamique et aux choses sacrées pour la majorité de la société tunisienne. Une incarnation de l’être divin intervient à plusieurs occasions et dans des images indécentes. Le personnage principal du film n’hésite pas à insulter la personne qui incarne l’être divin. Elle l’injurie, elle crie dessus, elle lui adresse les pires épithètes. Le film contient des atteintes aux choses sacrées de l’Islam (islamiia), lesquelles interdisent formellement l’incarnation des prophètes et des apôtres outre celle de l’être divin. S’en prendre aux choses sacrées de l’Islam, c’est sans conteste s’en prendre à la foi d’un peuple tout entier.
Commettre un délit réprimé par les articles 226 et 226bis du Code pénal
D’autre part le film, dans sa version traduite diffusée par cette chaîne, contient plusieurs extraits immoraux et indécents.
Étant donné l’article 226 : « Est puni de six mois d’emprisonnement et de 48 dinars d’amande, quiconque se sera, sciemment, rendu coupable d’outrage public à la pudeur. »
Et l’article 226 bis (ajouté par la loi no 2004-73 du 2 août 2004) : « Est puni de six mois d’emprisonnement et d’une amende de mille dinars quiconque porte publiquement atteinte aux bonnes mœurs ou à la morale publique par le geste ou la parole ou gène intentionnellement autrui d’une façon qui porte atteinte à la pudeur. Est passible des mêmes peines prévues au paragraphe précédent, quiconque attire publiquement l’attention sur une occasion de commettre la débauche, par des écrits, des enregistrements, des messages audio ou visuels, électroniques ou optiques. »
Nous avons été surpris de voir, dans le journal de la chaîne nationale et sur radio Mosaïque, Nabil Karoui prétendre que le local de la chaîne Nessma avait été victime d’un caillassage, d’une tentative d’incendier son bureau, allégations démenties par le porte-parole du ministère de l’Intérieur.
Nous sommes pour une liberté de la presse honnête, qui respecte les choses sacrées de la société et la loi du pays.
Pour ces raisons, veuillez ouvrir une enquête pénale à ce sujet et enregistrer notre volonté de poursuivre les accusés et tous ceux dont la responsabilité pénale est avérée dans cette affaire. Ci-joint le CD du film et du débat qui l’a suivi.
Signé : Me Anouar Ouled Ali.
« Personnellement et au nom des confrères. »
Tampon du cabinet avec coordonnées et signature lisibles.

1. La traduction du texte original de la plainte a été effectuée par nos soins aussi fidèlement que possible. Une plainte qui reprend les termes de celle-ci a été déposée le 19 octobre 2011 par 27 citoyens de Sfax auprès du procureur de la République du tribunal de première instance de Tunis.

  • 21 Le cause lawyering est le concept fondateur d’un courant de recherche d’origine nord-américaine qui (...)

41Par le dépôt de cette plainte pénale les promoteurs de l’identité arabo-musulmane ont inscrit leurs revendications relatives à la législation dans l’arène judiciaire. Ils ont appelé les magistrats à faire coïncider le droit et son application avec les exigences morales d’une société arabo-musulmane. L’action des représentants de l’AJAT s’apparente donc à une forme profane de cause lawyering21 : ils se sont saisis de l’opportunité postrévolutionnaire pour revendiquer l’exercice expérimental d’une justice musulmane. Pour y parvenir, ils s’efforcent de traduire l’expression d’un scandale religieux dans les termes d’un contentieux pénal. Pour ce faire, ils procèdent en deux temps.

  • 22 Ce raisonnement fait apparaître tout ce que l’article 6 de la nouvelle Constitution tunisienne comp (...)

42Le premier mouvement de la plainte invoque deux articles du Code de la presse pour dénoncer une offense envers le culte musulman qui, dans leur raisonnement, est indissociable d’une offense envers le peuple tunisien. L’article 44 (modifié par la loi organique no 93-85 du 2 août 1993) édicte que sera « puni de deux mois à trois ans d’emprisonnement et d’une amende de 1 000 à 2 000 dinars, celui qui, par les mêmes moyens mentionnés à l’article 42, aura directement, soit incité à la haine entre les races, ou les religions, ou les populations, soit à la propagation d’opinions fondées sur la ségrégation raciale ou sur l’extrémisme religieux, soit provoqué à la commission des délits prévus à l’article 48 du présent code, soit incité la population à enfreindre les lois du pays. » L’article 48 (modifié par la loi organique no 93-85 du 2 août 1993) précise que l’« offense au président de la République, commise par l’un des moyens énoncés dans l’article 42 du présent code, sera punie d’un emprisonnement d’1 an à 5 ans et d’une amende de 1 000 à 2 000 dinars. Est punie d’un emprisonnement de trois mois à deux ans et d’une amende de 100 à 2 000 dinars, l’offense commise par les moyens précités envers l’un des cultes dont l’exercice est autorisé. » Il n’est possible de comprendre la référence à ces textes qu’à condition d’adopter le raisonnement métonymique de ses plaignants, selon lequel les « atteintes aux choses sacrées de l’islam » constituent une « offense à la foi de tout un peuple ». Dès lors qu’un peuple est défini par sa religion, toucher à ce qui est sacralisé revient ipso facto à agresser le peuple. Dans cette perspective, une « incarnation réitérée de l’être divin par des images indécentes » mérite d’être considérée comme une forme d’incitation à la « haine entre les races, ou les religions, ou les populations », réprimée par l’article 44 du Code de la presse. La référence à son article 48 ne concerne que sa dernière phrase, dédiée à l’« offense commise […] envers l’un des cultes dont l’exercice est autorisé », d’ailleurs citée par les plaignants. À ce sujet, leur requête ne s’explique qu’à condition de lire le texte juridique à la lumière d’une conception religieuse du « culte ». Dans son usage juridique ordinaire, ce terme désigne la religion en tant qu’elle est pratiquée. Ainsi, la liberté de culte garantit avant tout la libre pratique religieuse. Ce n’est certainement pas en raison d’une entorse à ce principe que les plaignants saisissent la justice. Par la diffusion de Persepolis, Nessma n’a évidemment pas empêché les croyants de le rester, ni entravé la pratique de leur culte. Ce que les plaignants dénoncent, c’est que le film ne respecte pas les « choses sacrées de l’islam », c’est-à-dire qu’il ne se plie pas aux règles religieuses que les musulmans (ou certains d’entre eux) se donnent pour eux-mêmes, dans le cadre de leur culte. La requête demande donc à la justice de protéger le « culte » en tant qu’institution religieuse, et de se faire gardienne de ce que la religion musulmane sacralise22. Autrement dit, les plaignants entendent faire appliquer en droit les règles constitutives de l’exercice du culte, ce qui revient à ériger les interdits religieux au rang de règles publiques. Par leur action, les avocats de l’accusation n’entendaient donc pas se contenter de requérir l’application d’un droit existant. À la faveur de la profonde incertitude politique postrévolutionnaire, ils saisissent le tribunal dans l’espoir que sa jurisprudence conférera une protection juridique aux « choses sacrées de l’islam » et à l’« identité arabo-musulmane du peuple tunisien ».

43Le second geste des plaignants invoque deux articles du Code pénal portés au chapitre consacré aux « attentats aux mœurs » et plus précisément de la sous-section intitulée « De l’outrage public à la pudeur ». L’article 226 prévoit que « [sera] puni de six mois d’emprisonnement et de 48 dinars d’amende, quiconque se sera, sciemment, rendu coupable d’outrage public à la pudeur. » L’article 226 bis (ajouté par la loi no 2004-73 du 2 août 2004) indique que « [sera] puni de six mois d’emprisonnement et d’une amende de mille dinars quiconque porte publiquement atteinte aux bonnes mœurs ou à la morale publique par le geste ou la parole ou gêne intentionnellement autrui d’une façon qui porte atteinte à la pudeur. Est passible des mêmes peines prévues au paragraphe précédent quiconque attire publiquement l’attention sur une occasion de commettre la débauche, par des écrits, des enregistrements, des messages audio ou visuels, électroniques ou optiques. »

44Par la référence à ces articles, les plaignants s’attaquent à des « extraits immoraux et indécents » sans expliciter ni les passages du film qu’ils visent, ni à quelles règles morales ils contreviennent. Ce que la plainte traite ainsi comme allant de soi peut sans aucun doute être référé aux passages problématiques repérés, lors du doublage, par la représentante d’Images et Paroles de Femmes : l’interaction de Marjane avec son premier amant, son premier joint. Les motifs formulés par les plaignants ne permettent toutefois pas d’élucider leur référence à l’article 226. En effet, dans son usage juridique usuel, l’outrage à la pudeur implique que l’auteur du délit commette personnellement des actes obscènes sous les yeux d’une assistance dont la pudeur s’en trouve outragée. La diffusion de Persepolis pourrait en revanche tomber sous le coup de l’article 226 bis en tant qu’atteinte aux bonnes mœurs, qui qualifie les délits commis par la publication et la diffusion d’images susceptibles d’outrager la pudeur de ceux qui y sont exposés. En saisissant le procureur, les plaignants affirment que certaines scènes de Persepolis contreviennent aux bonnes mœurs et ils demandent à la justice de statuer à ce propos. Ils placent les juges, et donc l’institution judiciaire, devant un épineux dilemme politico-juridique.

  • 23 Dans ce passage, les plaignants n’explicitent pas les fondements de la morale qu’ils invoquent. Cep (...)
  • 24 Comme nous le verrons, c’est précisément ce point d’appui que mobilisera le procureur afin de requa (...)

45En effet, si les « bonnes mœurs » ont directement partie liée au droit, leur définition est relative aux mœurs, ce qui signifie qu’elle varie en fonction des groupes et des époques (voir Lochak, 1994). La justice se trouve ainsi requise de déterminer si les avocats de l’AJAT ont ou non raison de considérer que Persepolis contrevient à la morale des Tunisiens, et donc de statuer sur les mœurs tunisiennes et sur leur éventuel caractère arabo-musulman dans le contexte postrévolutionnaire. Dans les circonstances de cette plainte, cela impliquait que les magistrats anticipent le débat constitutionnel qui était sur le point d’être lancé, et qui avait précisément pour tâche d’établir les fondements de l’unité des Tunisiens en tant que collectivité politique. Si l’on fait abstraction de ce contexte politique, les magistrats ont été appelés à devenir les conservateurs de la morale garante de l’unité du peuple. Plus précisément, la plainte affirme, par le dispositif de catégorisation qu’elle met en œuvre, que les Tunisiens étant arabo-musulmans, leur unité est scellée dans une « morale » et des mœurs musulmanes23. En conséquence, tout ce qui contrevient aux règles religieuses affecte directement ce qui unit les Tunisiens et vient blesser la sensibilité intime de chacun d’entre eux. Les plaignants saisissent donc la justice pour lui demander de fixer le périmètre du concept juridique des « bonnes mœurs » conformément aux limites établies par les règles de la morale religieuse. Autrement dit, leur plainte peut être lue comme une revendication qui, demandant d’étendre les interdits moraux à tout ce qui est religieusement impur (haram), exige une fois encore que le droit se soumette aux impératifs religieux. Au fond, l’enjeu moral de cette plainte consiste donc à préserver le peuple tunisien de tout ce qui pourrait devenir un objet de scandale, au sens religieux de ce terme, et donc de tout ce qui pourrait susciter la perplexité et la division (fitna), comme autant de troubles à l’ordre public24.

46Cet arrière-plan permet de comprendre pourquoi les plaignants n’attaquent en justice que leurs compatriotes impliqués dans la diffusion de Persepolis. Fauteurs de troubles, ceux-ci menacent la « paix sociale » et se sont donc faits traîtres à ce qui fonde l’unité des Tunisiens dans la communauté islamique (al-umma al-islamiyya). Entièrement adossée au raisonnement de l’identité culturelle, la condamnation judiciaire requise par les plaignants est appelée à sanctionner un état de fait, en retranchant de la communauté ceux qui s’en sont, par eux-mêmes, d’ores et déjà mis à l’écart. La mise en œuvre de cette conception de l’ordre envisage que ce qui fonde le peuple et son unité n’est pas une visée politique qu’il s’agirait d’inventer et de produire par un travail de constitution, mais un donné culturel qu’il convient de retrouver, de recevoir, de conserver et de défendre. Finalement, la traduction du scandale religieux en termes juridiques conduit les avocats de l’AJAT à donner une tournure culturelle à leurs revendications, aux termes de laquelle les plaignants se font donc les héros de l’unité pacifiée des Tunisiens, laquelle ne peut être préservée qu’à condition de soustraire ce qui fonde l’unité des Tunisiens du conflit et de la controverse, c’est-à-dire de dépolitiser le processus de transition.

Le procureur et son sens de l’ordre public

47Pourtant, ce n’est pas dans cette perspective ni pour les raisons que nous venons d’énoncer que le substitut du procureur convoque les accusés et leur assigne leurs chefs d’inculpation. Dans la convocation adressée au représentant de la chaîne il précise : « […] après avoir consulté l’article 72 de la loi 32 de l’année 1975 relative au Code de la presse et après consultation des articles 2/3/26 du Code pénal nous avons entamé une recherche contre le représentant de ladite chaîne (Nessma), commençant par le convoquer à se présenter dans le but de l’entendre le mercredi 12 octobre 2011 à 15 heures. » C’est au titre du premier alinéa de cet article 72 que Nabil Karoui est convoqué : « Dans le cas de diffamation envers les particuliers, prévu par l’article 53, et dans le cas d’injure prévu par l’article 54 du présent Code, les poursuites n’auront lieu que sur la plainte de la personne diffamée ou injuriée. Toutefois, les poursuites pourront être exercées d’office par le ministère public, lorsque la diffamation ou l’injure, commise envers un groupe de personnes appartenant notamment à une race ou à une religion déterminée, aura eu pour but d’exciter à la haine entre les citoyens ou les habitants. » (Nous soulignons.) Ainsi, le procureur écarte l’accusation religieuse d’« atteinte au culte » revendiquée par les plaignants. Et c’est l’intention d’« exciter à la haine entre les citoyens ou les habitants » qu’il retient en premier lieu, bien plus que la « diffamation ou l’injure » qui aurait été commise par Nessma envers un « groupe de personnes appartenant notamment à une race ou à une religion déterminées ». Cela signifie que le procureur s’est efforcé de traduire la hantise religieuse de la fitna (la division entre musulmans potentiellement porteuse de guerre civile et donc de chaos national) dans les termes de la répression des troubles à l’ordre public. En ce sens, son travail juridique revêt une portée politique : il intervient face à la menace d’une division politique entre « citoyens » et « habitants » de la Tunisie.

48Toutefois, lorsque Nabil Karoui, Nadia Jamel (la présidente d’Images et Paroles de Femmes) et Hédi Boughnim (le responsable du service de visionnage de Nessma) sont officiellement poursuivis en justice le 20 octobre 2011, c’est pour la « commission de deux délits : l’atteinte volontaire aux cultes par voie de presse ou par tout autre mode intentionnel de propagation et la diffusion d’un film étranger au public qui perturberait l’ordre public, et l’atteinte aux bonnes mœurs. » Cette formulation vient entériner, à ce stade de l’enquête, la pertinence de la requête des plaignants : Nessma en diffusant un film qui a offensé le « sentiment religieux des Tunisiens » a « troublé l’ordre public ». Ce ne sont pas les émeutiers qui sont fauteurs du désordre, mais Nessma et ses complices qui sont responsables des dommages qu’ils ont subis. L’ordre public, garant de la paix publique, est une notion que de nombreux magistrats tunisiens connaissent bien pour l’avoir employée à chaque fois que quelques propos d’opposants ou quelques manifestations populaires venaient contester la légitimité, l’arbitraire et la violence politique et sociale de l’ancien régime.

Un procès qui entretient la polémique

49Lors de leur audition au tribunal au mois d’octobre 2011, Nabil Karoui et Hédi Boughnim ont chacun, à partir de leurs fonctions et responsabilités au sein de la chaîne, justifié leur inadvertance. Nabil Karoui s’est défaussé sur le responsable de son service de visionnage, qui aurait dû constater que Persepolis ne pouvait pas être diffusé. Selon lui, le visionnage des films ne peut pas incomber au PDG d’une chaîne de télévision, qui serait d’ailleurs incapable de voir les 200 films et 900 séries qu’il diffuse chaque année. Ce n’est donc qu’au moment de la diffusion qu’il a découvert les quatre moments où apparaît l’« être divin ». Devant le procureur, il affirme que s’il avait vu ces extraits litigieux avant sa diffusion, il les aurait « coupés sans aucune hésitation ». Il reconnaît que ce film a pu provoquer la colère et des manifestations de rue : « Les manifestations qui ont suivi le film étaient en partie spontanées mais quand j’ai consulté quelques pages sur les réseaux sociaux, j’ai réalisé qu’il y avait une récupération pour provoquer la rue contre cette chaîne même par ceux qui n’avaient jamais vu ce film. » Il réitère ses excuses en tant « que responsable de la chaîne Nessma » et ajoute que « la ligne rédactionnelle de sa chaîne était, depuis la révolution et jusqu’à aujourd’hui, une ligne qui privilégie l’apaisement pour le bien de la Tunisie et pour transmettre une belle image d’elle dans le monde entier ».

50Quant à Hédi Boughnim « conseiller audiovisuel à la chaîne Nessma » depuis janvier 2007 et « responsable du service visionnage », il reconnaît qu’il a regardé le film sans être très « concentré » et donc avoir commis une « erreur ». Ce défaut d’attention se justifie, d’après Boughnim, par le fait qu’il savait que Persepolis avait déjà été autorisé à passer en salle en Tunisie. Plus encore, il croyait « que le directeur général avait vu le film ». Il conclut son audition par : « Je vous demande pardon, je m’excuse devant la justice, le peuple tunisien et arabe et je m’engage à ne pas répéter cette erreur. »

51Les deux accusés ont ajusté leur comportement à une évaluation de l’état des rapports de force : ne pas reconnaître leur « erreur » c’était accroître la contestation et donc le risque de violences sociale et religieuse et s’exposer à voir s’abattre sur eux la vox populi par la médiation des juges et de la justice. En fait les deux justiciables implorent un pardon qui, dans le Coran, est un trait de moralité supérieure. Ils demandent le pardon du « peuple tunisien et arabe » (musulman) et surtout celui des juges en personne, leur offrant ainsi l’occasion de se présenter sous le jour de bons croyants, c’est-à-dire de personnes clémentes, compatissantes et tolérantes, qui, comme le révèle le Coran, « […] dominent leur rage et pardonnent à autrui » (Coran, 3 : 134). « Et celui qui endure et pardonne, cela, en vérité, fait partie des bonnes dispositions et de la résolution dans les affaires » (Coran, 42 : 43).

52Les accusés ont-ils été entendus ? Rien n’est moins sûr, du moins si l’on s’en tient aux tensions suscitées par leur procès. La judiciarisation de la cause lui a donné la forme d’un affrontement bipolaire. D’un côté, Nessma a organisé un comité de soutien national et international, non sans se heurter aux réticences de ceux qui, entièrement disposés à défendre les libertés publiques, avaient du mal à les voir incarnées par Nabil Karoui et son groupe. De l’autre, les protestataires inquiets de voir les mœurs occidentales s’imposer en Tunisie ont poursuivi leur action et se sont rendus au tribunal afin d’y faire entendre leurs revendications.

53Ainsi, le 23 janvier 2012 de nombreuses personnes s’étaient rassemblées au tribunal de première instance de Tunis, soit pour soutenir Nessma par leur présence, soit pour exprimer leur agressivité en scandant, entre autres, « mort à Nessma ». Ce jour-là Abdelhalim Massoudi, un présentateur de Nessma, a été traité de « mécréant » et d’« athée », avant d’être brutalement frappé aux jambes. Il ne fut pas le seul à être pris à partie. Des personnalités tunisiennes renommées comme Zied Krichen, le rédacteur en chef du quotidien Al Maghreb et Hamadi Redessi, professeur de sciences politiques, tous deux venus soutenir Nessma, ont reçu des crachats, des insultes (« Mécréant ! Dégage ! À mort Krichen ! ») criées à quelques centimètres de leur visage, et, eux aussi, durement frappés. L’audience, impossible à tenir au milieu de ces affrontements, a été reportée au 19 avril 2012.

54Le tribunal n’est donc pas parvenu à s’imposer comme l’instance tierce, capable d’arbitrer et de trancher pacifiquement les conflits les plus violents. Au contraire, l’audience de Persepolis n’a fait qu’alimenter la chronique des agressions dont étaient alors victimes des intellectuels, des journalistes et des artistes. À tel point qu’une réunion dont le thème était « Artistes et intellectuels : non au silence face aux agressions » s’est tenue la semaine suivante à Tunis. Les participants ont alors publié un communiqué dans lequel il était dit que : « Nous avons beaucoup souffert des actes de violence perpétrés contre les intellectuels et les artistes tunisiens. Nous rejetons toute forme de violence, surtout quand celle-ci a dépassé la ligne rouge de l’agression verbale pour devenir physique. Nous allons tous nous ranger aux côtés de toute personne victime d’agression. Pour que plus personne ne se sente seule et démunie. »

55Finalement, Nabil Karoui, le patron de Nessma TV, a été condamné pour « atteinte aux bonnes mœurs et trouble de l’ordre public », selon le jugement rendu le 3 mai par le tribunal de première instance de Tunis. Le directeur, absent lors de l’annonce du verdict, s’est vu infliger une amende de 2 400 dinars (1 300 euros environ). L’accusation d’« atteinte au sacré » elle, n’a pas été retenue par les juges pour « cause de vice de procédure ». La présidente d’Images et Paroles de Femmes et le responsable du service de visionnage de la chaîne ont été condamnés, chacun, à verser une amende de 1 200 dinars (600 euros environ). Depuis cette date, le dossier de l’affaire est introuvable, et les avocats des personnes mises en cause tentent vainement d’obtenir le texte intégral du jugement. Suite à l’appel interjeté par le parquet, la date d’une première audience a été fixée, mais sans que l’affaire ne soit enrôlée. Cela fait donc plus de trois ans que l’affaire reste en souffrance et que le sort des trois accusés demeure suspendu à un imprévisible aléa judiciaire.

Quelques conclusions provisoires

56La diffusion de Persepolis est intervenue dans une période où chacun (les islamistes et tous ceux qu’ils considèrent comme des Tunisiens hérétiques : laïcs, artistes, féministes, militants progressistes, etc.) craint d’avoir plus à perdre qu’à gagner. Dans ces circonstances, les enjeux et les controverses liés à la production d’une nouvelle tunisianité sont, pour les uns, de l’ordre d’un retour à une morale arabo-musulmane authentique, garante du moral des Tunisiens ; pour les autres, ils sont liés au maintien et au développement de mœurs façonnées par la garantie des libertés publiques. L’arène judiciaire est ainsi devenue le lieu de confrontation entre deux manières de recevoir l’héritage révolutionnaire et d’envisager le travail constitutionnel à venir.

57Les avocats de l’AJAT ont traduit l’indignation religieuse suscitée par la diffusion de Persepolis sous la forme d’une plainte pénale sous-tendue par l’affirmation qu’il n’y a aucune différence entre « attaquer le sacré », « attaquer la religion des gens » et « attaquer les gens ». Dès lors qu’un tel lien métonymique est établi entre un peuple et sa religion, quiconque touche à ce que la religion sacralise devient ennemi du peuple. De telle sorte que les plaignants ont fait apparaître leurs revendications comme une affirmation identitaire légitime. Selon eux, les Tunisiens qui produisent, diffusent ou apprécient publiquement une œuvre jugée non conforme aux préceptes de l’islam se mettent, de fait, à l’écart du peuple qu’ils offensent et auquel ils deviennent étrangers. Face à la menace qu’ils incarnent, les plaignants, hantés par le spectre de la discorde et de la division, disent leur espoir que les Tunisiens fassent de la révolution un moment de conversion et de réconciliation dans leur identité arabo-musulmane. Ils s’efforcent donc de tout mettre en œuvre pour permettre à leurs compatriotes de librement recevoir et transmettre l’unité qui leur est donnée par le partage d’une religion, d’une culture et d’une langue. Et ils les appellent à en défendre les principes contre tous les facteurs de troubles et de division et en particulier contre la tentation de politiser l’héritage révolutionnaire. Dans leur perspective, la menace est donc incarnée par tous ceux qui appellent les Tunisiens à prendre appui sur la révolution pour se réconcilier avec eux-mêmes en tant que société politique.

58Dans la perspective de ces derniers, attachée au développement des libertés publiques, la valorisation de la diversité et du pluralisme a pour horizon de desserrer l’étreinte des pouvoirs autoritaires et d’émanciper la libre expression des dissensus, toujours menacée par les aspirations à l’unanimisme, telles que celles portées par les revendications identitaires des plaignants.

59Avec les plaintes déposées contre Persepolis, les tribunaux se sont mués en arènes dans lesquelles sont venues s’affronter deux manières incommensurables d’envisager l’héritage révolutionnaire, l’unité nationale et la tunisianité, entre lesquelles les magistrats ont été appelés à arbitrer. Ces manières de faire face au problème politique de l’un et du multiple ne sont pas seulement antagonistes. Elles sont progressivement devenues la « hantise » de l’un et l’autre camp.

60Les islamistes ont pu, à bon droit, s’envisager comme les héritiers de la révolution. Celle-ci venait de desserrer l’étreinte répressive qui les étouffait depuis plus de vingt ans et leur permettait d’espérer pouvoir peser sur l’orientation politique, historique et culturelle de la Tunisie à venir. Leur ambition de contribuer à la renaissance (ennahdha) d’une identité originaire était étroitement associée à la dénonciation des principes imposés par la colonisation (la laïcité, la séparation des pouvoirs, la liberté d’expression, etc.). Ils ont donc pu craindre de voir leurs espoirs d’émancipation anéantis par les revendications des partisans de la laïcité et de l’État de droit libéral. En effet, dans leur perspective, toute revendication relative à la laïcité, en particulier, est reçue comme une expression « occidentale » et comme une affirmation d’athéisme incompatible avec l’« histoire » et la « tradition » arabo-musulmane du peuple tunisien.

61Quant à tous ceux qui se réclamaient du peuple des démocrates et des progressistes, ils pouvaient, eux aussi à bon droit, accueillir la révolution comme le résultat de leur engagement militant au long cours. Dans leur perspective, le départ de Ben Ali devait marquer un commencement, le début d’une ère nouvelle pour les droits humains et les libertés publiques. Ils avaient cependant de bonnes raisons de s’inquiéter des revendications islamistes qui faisaient planer de brutales menaces et restrictions sur l’émancipation sociale et politique à laquelle ils aspiraient. Pour eux, toute revendication visant à imposer les normes religieuses comme fondements du droit public apparaît comme étrangère aux mœurs tunisiennes, comme une trahison à l’encontre des principes fondateurs de la révolution et même comme une menace pesant sur l’ethos national, réputé pacifique et tolérant.

62Toutefois, à y regarder de plus près les positions politiques dans ce pays sont beaucoup plus nuancées et ne se laissent pas réduire à cet antagonisme binaire. Ainsi, les islamistes d’Ennahdha ont accepté de prendre part au processus constitutionnel, fondé sur des élections démocratiques. Par cette décision, ils ont publiquement admis que l’unité des Tunisiens n’était pas une donnée identitaire, une donnée a priori valant pour tous les temps quelles que soient les épreuves, mais qu’elle résulterait d’un débat politique ; d’une délibération collective fondée sur l’échange d’arguments. Par ailleurs, deux partis situés dans la mouvance social-démocrate – le Congrès pour la République et Ettakatol, qui ont obtenu respectivement 8,71 et 7,03 % des voix lors des élections à l’ANC – ont accepté de former une coalition gouvernementale avec Ennahdha qui avait remporté les élections avec 37,04 % des voix. Ce faisant, ces deux partis politiques ont publiquement admis que la Constitution tunisienne devrait prendre en compte des revendications liées à l’islam politique, et donc que celui-ci pouvait légitimement revendiquer une expression publique et politique.

63Or l’élection de l’Assemblée nationale constituante a été associée à la diffusion de Persepolis, puis à une succession d’affaires similaires qui, problématisées comme autant d’enjeux identitaires, ont donné lieu à des affrontements au fil desquels la complexité objective des positions politiques a progressivement laissé place à la confrontation sans nuance entre deux affirmations identitaires.

64Émergeant dans un environnement relativement ouvert et pluraliste, l’affaire Persepolis est la première d’une longue série de confrontations judiciaires qui ont fait surgir et structuré un antagonisme entre deux conceptions des mœurs tunisiennes. Ce front s’est durci, de telle sorte que la polémique entre deux groupes aux perspectives irréconciliables s’est progressivement imposée comme une ressource pour se situer dans les controverses, pour en rendre compte et pour interpréter l’essentiel des événements de la vie publique et politique tunisienne.

  • 25 La tenue vestimentaire des femmes illustre bien ce phénomène. Les femmes qui revêtent des débardeur (...)
  • 26 Il y a sans doute un lien qui n’a rien de conjoncturel entre cette manière de problématiser les enj (...)

65Insensiblement, les Tunisiens se sont trouvés confrontés à l’exigence de choisir leur camp25, sous peine d’apparaître comme les traîtres à une cause qui était, de part et d’autre, considérée indissociablement comme celle de la patrie et de l’islam tunisien26.

66Claude Lefort a caractérisé la démocratie par la « dissolution des repères de la certitude ». En reprenant cette formule à notre compte, nous espérons avoir fait apparaître une tension politique qui a traversé notre travail de terrain. Les revendications identitaires qui animent les polémiques auxquelles nous assistons sont rigoureusement morales, apolitiques, voire antipolitiques. Pourtant, ces revendications qui préconisent la restauration des repères de la certitude vont de pair avec l’ambition d’établir une union pacifiée de force, un pacte sans paix ou un accord sans arrangement, autant de formes politiques qui sont l’exact envers de l’institutionnalisation du conflit caractéristique des processus de démocratisation et d’une garantie des libertés publiques. La tournure identitaire prise par le travail constitutionnel en Tunisie n’est pas dépourvue de conséquences dont nous assumons la qualification de « politiques », quand bien même les protagonistes de ces polémiques et de ces luttes symboliques de vie ou de mort ne s’accordent pas tous à les reconnaître comme telles.

Bibliographie

Boespflug François (2013), Le prophète de l’islam en images – un sujet tabou ?, Paris, Bayard.

Chouikha Larbi, (2012), « L’Instance supérieure indépendante pour les élections et le processus électoral tunisien. Un témoignage de l’intérieur », Confluences Méditerranée, 82 (3), p. 171-185.

ISIE (2012), Rapport relatif au déroulement des élections de l’Assemblée nationale constituante. Traduction pour information de la version officielle arabe telle que parue au Journal Officiel de la République Tunisienne et au site web de l’ISIE, Tunis, février.

Israël Liora (2001), « Usages militants du droit dans l’arène judiciaire : le cause lawyering », Droit et Société, 49, p. 793-824.

Laacher Smaïn (2013), Insurrections arabes, Utopie révolutionnaire et impensé démocratique, Paris, Buchet-Chastel.

Laacher Smaïn & Cédric Terzi (2012), « Comment faire Peuple ? Le cas des protestations publiques au Maghreb », L’Année du Maghreb, VIII [anneemaghreb.revues.org/1412].

Lochak Danièle (1994), « Le droit à l’épreuve des bonnes mœurs », in Curapp, Les bonnes mœurs, Paris, Presses universitaires de France, p. 15-53.

Stavo-Debauge Joan (2009), Venir à la communauté. Pour une sociologie de l’hospitalité et de l’appartenance, thèse de doctorat en sociologie, Paris, EHESS.

Widmer Jean (1999), « J.-P. Delamuraz prend position. Analyser le pouvoir symbolique dans le texte », in Jean Widmer & Cédric Terzi (eds), Pouvoir symbolique et mémoire collective. L’affaire dite des fonds juifs et de l’or nazi en Suisse, Fribourg, Université de Fribourg, p. 205-219.

Notes

1 Les premières versions de ce texte ont bénéficié des lectures critiques de Alain Cottereau, Philippe Gonzalez, Omar Labiath et Virginie Milliot. Nous les en remercions vivement.

2 Nessma est une chaîne de télévision satellitaire dont les horaires de diffusion sont adaptés aux fuseaux horaires de la Tunisie, de l’Algérie et du Maroc. Lancée en 2007, elle est dirigée par son fondateur Nabil Karoui. Ses trois actionnaires principaux sont : Quinta Communication Group de Tarak Ben Amar (46 %), Mediaset de Silvio Berlusconi (30 %) et Karoui & Karoui World, le groupe de communication de Nabil et Ghazi Karoui (24 %).

3 Persepolis a obtenu entre autres le prix du Jury au Festival de Cannes en 2007, les césars de la meilleure adaptation et du meilleur premier film en 2008, et il a été nominé la même année aux Oscars dans la catégorie du meilleur film d’animation.

4 Voir : [nesselfen.org/2007/jce/Programme_Tunis.pdf] (consulté le 5 septembre 2014).

5 Les propos que nous citons sont tirés d’un entretien qu’elle nous a accordé le 26 janvier 2013 à La Marsa (banlieue de Tunis).

6 Nous reprenons ici la catégorisation par laquelle la représentante d’Images et Paroles de Femmes indique les circonstances qui l’ont conduite à distinguer ce qui est relatif à l’islam (islamique) et ce qui relève de l’« islam politique » (islamiste).

7 Nous empruntons la notion de « hantise » à Joan Stavo-Debauge (2009). Il l’a développée pour caractériser l’empreinte de la dimension « traumatisante » de certains événements, spécifier la nature de la crainte qu’ils génèrent, et saisir sa façon de peser sur le présent. Au moment de notre entretien, notre interlocutrice sait que la polémique a pris une telle ampleur que l’association Images et Paroles de Femmes a dû mettre un terme à ses activités et que son ancienne présidente, juridiquement responsable de son action, se tient à l’écart de toute action militante.

8 Les problèmes pratiques de l’ISIE nous sont apparus à l’occasion des visites régulières que nous y avons effectuées dès juillet 2011. Nous sommes redevables des longs entretiens que nous ont accordés le président de l’ISIE, Mohammed Kamel Jendoubi et son directeur de cabinet Mondher Bousnina.

9 Au total, 1 781 listes ont présenté leur candidature, réparties dans les 33 circonscriptions établies pour ce scrutin (voir ISIE, 2012, p. 107-109).

10 Ennahdha (la Renaissance) est un parti islamiste, proche des Frères musulmans. Longtemps interdit, il a été légalisé le 1er mars 2011 et il s’est rapidement affirmé comme le parti le plus populaire et le mieux organisé de Tunisie. Avec 37 % des suffrages, il est sorti nettement vainqueur de l’élection à l’Assemblée nationale constituante.

11 Entretien réalisé le 17 janvier 2012 à Tunis.

12 L’ISIE avait d’ailleurs prévu d’adresser un avertissement écrit à Nessma à ce sujet, mais elle a finalement renoncé à l’envoi de ce courrier après les agressions subies par les journalistes et les responsables de la chaîne en raison de la diffusion de Persepolis (Chouikha, 2012, p. 184, note 21).

13 Le Kâfir – mécréant, incroyant, infidèle – peut être l’objet d’apostasie.

14 Soulignons d’emblée qu’en affirmant que cet interdit est devenu la référence privilégiée pour comprendre les enjeux de Persepolis nous ne statuons ni sur l’authenticité historique, ni sur la pertinence théologique de cet interdit. Pour une mise en perspective bien documentée de ces questions, voir Boespflug (2013, p. 46-49, en particulier aux notes 87 et 88) qui évoque le cas de Persepolis.

15 Nous respectons la graphie, la syntaxe et l’orthographe des messages, tels qu’ils ont été postés.

16 Nous reviendrons longuement sur les ressorts métonymiques fondateurs des revendications identitaires, selon lesquelles le peuple tunisien serait arabo-musulman, de telle sorte que chaque Tunisien serait affecté par toute enfreinte aux règles islamiques. Ce raisonnement est exprimé de manière très synthétique par un commentaire posté par ZgAw Mohammed El Hedi : « un peu de respect pour les tunisien nous sommes un peuple musulman c’est tout. » Dans la terminologie d’une sémiotique peircienne, le raisonnement métonymique se caractérise par l’établissement d’un lien indiciel (continu et contigu), ici entre le peuple et sa religion.

17 Cette mosquée a acquis la réputation d’accueillir des imams aux prêches agressifs. Elle a été au centre de l’attention le 17 septembre 2012, lorsque Abou Lyadh, l’un des fondateurs d’Ansar al-Charia, y a donné une conférence alors que la police encerclait l’édifice dans l’espoir, finalement vain, de l’arrêter.

18 On retrouve, dans la nouvelle Constitution tunisienne adoptée en janvier 2014 cette hantise de tout ce qui pourrait entraver la transmission d’une identité immuable et qui doit être soutenue par toutes les institutions, en particulier par l’une des plus importantes et des plus stratégiques d’entre elles : l’institution scolaire. Ainsi, l’article 38 stipule que : « l’État garantit le droit à un enseignement public et gratuit dans tous ses cycles et veille à fournir les moyens nécessaires pour réaliser la qualité de l’enseignement, de l’éducation et de la formation ; agit pour l’enracinement de son identité arabo-musulmane ainsi que l’ancrage et le soutien de la langue arabe et la généralisation de son utilisation. » (Nous soulignons.)

19 Cette plainte a la particularité d’avoir été diligentée par de nombreux avocats, intervenus à titre personnel. La plupart d’entre eux étaient membres de l’AJAT, dont le bureau était alors majoritairement composé de sympathisants d’Ennahdha. Son président de l’époque n’était autre que le fils de l’avocat, fondateur et leader historique du mouvement, Abdelfattah Mourou. Par ailleurs, une myriade d’associations se sont portées parties civiles, certaines étant actives dans des domaines parfaitement étrangers à l’objet de la plainte, à l’instar de l’association de la protection de la médina de Hammamet.

20 Me Anouar Ouled Ali s’est dès lors fait porte-parole des plaignants. À ce titre, il a notamment assuré la présentation de la plainte dans les médias tunisiens et occidentaux. À l’époque, il n’était connu que dans le milieu des avocats, en tant que membre fraîchement élu au comité directeur de l’AJAT sur une liste nahdhaouie. Il a, depuis, rompu avec son parti et il s’est fait connaître en jouant un rôle de premier plan pour la défense des salafistes impliqués dans des affaires de violence ou dans des controverses relatives à la liberté d’expression.

21 Le cause lawyering est le concept fondateur d’un courant de recherche d’origine nord-américaine qui entend analyser comment certains juristes contribuent à la construction et à la défense de causes politiques dans les arènes publiques et judiciaires. Les recherches conduites dans cette perspective s’articulent autour de plusieurs questions : « De quelle manière les mouvements sociaux se saisissent-ils du droit ? Quel est le rôle des juristes dans cette traduction d’enjeux militants en questions de droit ? Comment les avocats concilient-ils pratique professionnelle et engagements militants ? » (Israël, 2001).

22 Ce raisonnement fait apparaître tout ce que l’article 6 de la nouvelle Constitution tunisienne comporte de potentiel conflictuel : « L’État est gardien de la religion. Il garantit la liberté de croyance, de conscience et le libre exercice des cultes ; il est le garant de la neutralité des mosquées et lieux de culte par rapport à toute instrumentalisation partisane. »

23 Dans ce passage, les plaignants n’explicitent pas les fondements de la morale qu’ils invoquent. Cependant, dès lors qu’ils se sont affirmés comme les défenseurs du peuple tunisien et de son identité arabo-musulmane dans la première partie de leur plainte, ce sont ces mêmes principes dont il faut entendre ici l’expression.

24 Comme nous le verrons, c’est précisément ce point d’appui que mobilisera le procureur afin de requalifier le délit, de manière à instruire l’affaire, tout en espérant se défaire de sa charge religieuse.

25 La tenue vestimentaire des femmes illustre bien ce phénomène. Les femmes qui revêtent des débardeurs sans manches, qui portent des jupes courtes ou qui mettent du rouge à lèvres ont découvert qu’elles incarnent le camp des « Occidentaux » et que cela peut leur valoir d’être prises à partie dans la rue. Celles qui portent le niqab suscitent des commentaires virulents, et sont régulièrement qualifiées d’« Afghanes » ou de « Saoudiennes » et peuvent également se faire insulter publiquement.

26 Il y a sans doute un lien qui n’a rien de conjoncturel entre cette manière de problématiser les enjeux publics en termes identitaires, la structuration d’affrontements bipolaires et l’émergence de la figure des traîtres à la patrie. Jean Widmer a observé un phénomène similaire en Suisse, dans le traitement des problèmes publics, qui a accompagné la montée de la droite nationaliste et xénophobe (Widmer, 1999).

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search