Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Faire des sciences sociales. Généraliser

 | 
Emmanuel Désveaux
, 
Michel de Fornel

Troisième partie. Généralisation et historicités

Histoires impériales et coloniales d’Ancien Régime

Un regard sur l’État moderne

Catarina Madeira Santos et Jean-Frédéric Schaub

Texte intégral

António Hespanha magistro discipuli.

1Dans son essai sur l’« État souverain et ses rivaux », Hendrik Spruyt décrit le Saint-Empire de la fin du Moyen Âge comme une « organisation non territoriale », au même titre que l’Église (Spruyt, 1994, p. 51-55 ; Münkler, 2005 ; Aymes et Savy, 2010). Un réseau de fiefs, de villes, de diocèses, de communautés et de principautés reconnaissait la suzeraineté de l’empereur et représentait ses intérêts à la Diète. Cet ensemble politique ne répond pas aux traits caractéristiques de l’État souverain, tel qu’on le définit communément. L’empire n’offrait ni unité juridictionnelle ni continuité territoriale. Des historiens ont renouvelé l’approche des formes institutionnelles qui régissaient politiquement les sociétés avant que l’unité et l’indivisibilité de l’État nation se soient imposées à l’époque contemporaine. Ces recherches se sont déployées à plusieurs échelles. On en repère aisément deux. La première porte sur la vie antérieure des États nationaux d’Europe. La seconde embrasse les phénomènes d’expansion territoriale et de constitution d’empires coloniaux.

L’histoire impériale : une alternative à l’histoire nationale des États ?

2Chez nombre d’auteurs, ces dimensions sont étroitement articulées. Deux chantiers historiographiques ont fondé le lien entre les deux perspectives. Le premier est la recherche d’une écriture de l’histoire « britannique » par opposition à l’histoire « anglaise », inaugurée par John G. A. Pocock, en 1973. Le deuxième est l’analyse de l’Europe des « monarchies composites » proposée par John H. Elliott (1992). Dans le premier cas, les historiens sont invités à multiplier les points de vue sur les processus de transformation de l’archipel britannique, en intégrant non seulement les expériences galloise, écossaise et irlandaise, mais encore celles des colonies de l’empire. C’est pourquoi l’histoire « britannique » et l’histoire « atlantique » anglophone ont partie liée, comme le montre Nicholas P. Canny depuis une quarantaine d’années (Canny, 1973 ; Andrews, Canny et Hair, 1978). Dans le second cas, les territoires européens qui forment le noyau de la monarchie hispanique et les conquêtes espagnoles d’outre-mer appellent une approche commune. Le caractère impérial de Charles Quint tient autant aux héritages qu’il reçoit en son nom personnel et à son élection à la couronne impériale, qu’à la création d’un immense empire territorial en Amérique pour l’essentiel. Il tient aussi à la propagande politique déployée par les hommes de plume de sa cour, attachés à donner sens à une construction devenue exorbitante (Villacañas, 2008).

3Les deux cas, britannique et hispanique, offrent une grande lisibilité pour comprendre à la fois le caractère composé des monarchies modernes et la part des entreprises coloniales dans l’évolution de ces ensembles complexes (Fernández Albaladejo, 2007). Mais ils ne sont pas seuls. À la fin du xvie siècle et pendant le xviie siècle, l’émancipation d’une partie des Pays-Bas contre l’Espagne, la formation des Provinces-Unies et les entreprises maritimes hollandaises ne sauraient être comprises isolément (Schmidt, 2001 ; voir aussi le classique de Boxer, 1966). Quant à l’empire colonial des Portugais, le plus précoce de ceux que l’Europe a formés, il n’obéit guère au modèle hispanique, tant la métropole est juridiquement unie, tant les dominions sont de nature disparate. L’expression « monarchie pluricontinentale » paraît satisfaire certains historiens portugais et brésiliens (Fragoso et Gouvêa, 2009). Quel que soit le terme retenu, les discussions sur cette dénomination indiquent que les histoires métropolitaine et coloniale du monde portugais sont devenues indissociables. C’est autour du cas portugais que porteront la plupart de nos propositions.

4L’histoire impériale qui s’écrit aujourd’hui ne reproduit guère le style triomphal des historiographies du xixe et du premier xxe siècles. Comment en serait-il autrement, puisqu’elle fait obstacle à une vision trop linéaire des progrès de la construction étatique, depuis le Moyen Âge central jusqu’à l’époque contemporaine ? Elle déploie des lectures plus complexes et plus instables des configurations politiques anciennes : moins de convergence interne, plus d’inter actions avec les mondes extérieurs ; moins de verticalité administrative, plus de diversité des sources du commandement (Hespanha, 2001).

5Si l’on considère que l’organisation ancienne des autorités politiques est un système fondé sur l’hétéronomie juridique de ses composantes, alors on doit supposer que les révolutions libérales ont signifié une rupture majeure dans l’ordre institutionnel. Ce passage serait celui de la liquidation de la forme empire au profit de la forme État. Mais dès l’équation posée, on en pressent les faiblesses. Il suit de songer à la diversité des statuts des personnes et des territoires qu’ont autorisée le législateur et les juges dans l’empire colonial français, sous régime républicain. C’est pourquoi, dans le volume qu’ils ont consacré aux empires, Jane Burbank et Frederick Cooper (2011) dénoncent le risque qu’il y aurait à réduire les transformations contemporaines au passage d’une forme à l’autre, de l’empire à l’État. Les travaux d’Alexeï Miller (2008) sur la question nationale dans l’empire des Romanov offrent une illustration de ce point de vue critique, car ils montrent combien les structures impériales et l’affirmation des nationalités se sont mutuellement renforcées.

6L’opposition entre un passé pluraliste des empires et un présent unifié des États est trop simple pour rendre compte des transformations politiques modernes et contemporaines. Une telle construction ne peut plus retenir l’attention, alors que les historiens testent de nouvelles dimensions de l’expérience politique, depuis des délibérations microscopiques jusqu’à des phénomènes d’ampleur mondiale. Dans cette ouverture des échelles, l’État ne saurait occuper de place privilégiée. Si les notions d’« États » d’Ancien Régime et de systèmes impériaux semblent trop univoques, celle de « formation impériale » met l’accent sur les processus constitutifs des empires modernes en perpétuelle reconfiguration (Stoler et McGranahan, 2007). Du coup, les enquêtes historiques interrogent la plasticité de ces formations politiques.

  • 1 Sur l’Estado da Índia, voir Madeira Santos (1999).

7Cette approche accorde une grande importance à la diversité linguistique et juridique, religieuse et culturelle que les institutions impériales devaient constater, décrire, agencer, amodier et gérer. Dans l’empire portugais, la pluralité des droits et l’autorité des tribunaux locaux illustrent ces phénomènes, qu’il s’agisse de l’« État » portugais de l’Inde1, des établissements de l’Angola ou du Mozambique, ou des villes de l’Amérique portugaise. La présence d’une population esclave africaine à Lisbonne, la création de sociétés soit à dominante portugaise, soit à dominante luso-africaine dans les archipels atlantiques, tout comme les usages différenciés du droit écrit au nord et au sud du Portugal : ces questions appartiennent tout autant à l’histoire politique du pays, au sens le plus traditionnel, qu’à celle de son expansion sur mer et sur terre. De cette façon, l’étude de l’empire ne réhabilite pas le caractère ethnocentrique de l’histoire nationale, mais ne confie pas davantage aux terrains exotiques la fonction d’antidotes à l’eurocentrisme. Au contraire, la recherche sur les formations impériales permet de révéler un certain nombre de postulats discutables de l’histoire de la formation des États, tout en étendant le domaine de la recherche à la dimension d’expériences que traversaient effectivement les agents de ces institutions.

8Parmi les entreprises visant à ne pas scinder domaine métropolitain et domaine colonial, les études « atlantiques » ont suscité de grandes avancées. Cependant, ce modèle fait désormais l’objet de critiques de deux ordres : d’un côté, toutes les régions concernées ne sont pas traitées avec la même intensité (le Nord plus que le Sud ; l’Europe et les Amériques plus que l’Afrique), d’un autre côté, nombre de processus historiques qui traversent les espaces atlantiques ne peuvent être compris qu’en relation avec les évolutions de la Méditerranée et de l’océan Indien (Canny et Morgan, 2011). Concernant, par exemple, les révolutions dites « atlantiques » (États-Unis, France, Haïti), le cadre de l’Atlantique seul est devenu un obstacle pour comprendre des processus historiques majeurs (Armitage et Subrahmanyam, 2010).

9La question des bornes chronologiques de l’histoire atlantique demeure ouverte. Des médiévistes soulignent que l’expansionnisme anglo-normand au détriment du monde gaélique (Gaeldom) peut être interprété comme la première étape de l’English Empire (Davies, 1999). Robert Bartlett (1993) décrit l’expansion d’un noyau franco-latin et anglonormand en direction de l’Est européen et du Sud euro-méditerranéen, depuis le xiie siècle. Il souligne les caractères coloniaux de ce mouvement. Ses propositions font écho à d’autres travaux sur différents théâtres européens (Torró, 1999 et 2000 ; Given, 1990). Ainsi, l’expansion des Aragonais en Méditerranée a favorisé la création de plantations sucrières servies par une main-d’œuvre esclave. Ces établissements se développent au moment où Castillans et Portugais prennent pied, de leur côté, aux Canaries. Au-delà des périodisations et des continents, Jérôme Baschet (2006) réfléchit sur le caractère féodal de l’encomienda castillane qui plaçait les natifs à la disposition des colons en Nouvelle-Espagne, tout au long du xvie siècle.

10Depuis les travaux d’Alphonse Dupront (1997), James Muldoon (1998) et Luís Filipe Thomaz (1994) au Portugal, d’Alain Milhou (2007) et Antonio García Espada (2009), l’histoire des croisades s’étend bien au-delà de l’échec de saint Louis devant Tunis en 1270. Elle concerne désormais l’époque moderne et l’expansion atlantique. Pour les royaumes ibériques, dans leurs relations avec la papauté, la promesse d’extension de la chrétienté aux dépens de l’islam est récompensée par de nouvelles ressources économiques et symboliques. Tout comme en Afrique du Nord, l’aventure américaine permet d’établir les cadets de la chevalerie. Ainsi, la dynamique qui pousse les conquistadores aux Amériques prolonge les pratiques d’une noblesse qui investit sur des conquêtes en terres musulmanes.

11La prise de Ceuta par les Portugais en 1415 prolonge le mouvement de conquête chrétienne de la péninsule Ibérique. Dès les débuts du xve siècle, les rois du Portugal ont obtenu des papes qu’ils statuent sur leur droit exclusif à poursuivre l’ouvre de restauration de la chrétienté en terres africaines contre les puissances islamiques. Avec les traités d’Alcáçovas-Toledo de 1479, le roi portugais se trouvait en position de revendiquer pour sa couronne les côtes et les îles découvertes en deçà de cent lieues à l’ouest des Canaries. Au-delà, les navigateurs portugais ne jouiraient d’aucun droit de conquête. Le Portugal estimant ces arrêts trop favorables aux Espagnols, Ferdinand et Isabelle durent rouvrir la négociation (Fonseca, 1992). Les points essentiels de l’accord de 1494, le traité de Tordesillas, sont l’élargissement de la zone attribuée à la navigation.

12Les autres puissances européennes, notamment protestantes, ont désigné le traité comme un modèle d’abus. Sa réfutation par Hugo Grotius, dans Mare Liberum (« De la liberté des mers », 1609), est tenue pour l’acte de naissance du droit international. Ces contestations sont postérieures aux événements de 1494 et elles brouillent l’interprétation de ce qui se jouait alors. Les Portugais négociaient sur des coordonnées abstraites, antérieures à toute découverte réelle. Contrairement aux accords précédents qui identifient des itinéraires licites et précisent les conditions de mouillage, les traités d’Alcáçovas et de Tordesillas divisent les espaces océaniens, indépendamment de ce qu’ils pourraient contenir (Radulet, 1998). Le domaine à conquérir, bien qu’abstrait et antérieur à toute reconnaissance, est néanmoins défini : il s’agit de l’Atlantique. L’étendue océanienne disputée a ainsi partie liée avec de nouvelles conceptions de l’espace. Cette innovation culturelle désigne sans doute un seuil d’entrée dans une certaine modernité occidentale.

13Mais la construction de l’Atlantique ne porte pas une révolution des pratiques. Les navigations portugaises, génoises, normandes, flamandes et castillanes près des côtes océaniennes du Maroc sont la matrice de la formation de l’Atlantique (Godinho, 2000 ; Russell-Wood, 1998a). Les modes de pilotage qui assurent les liaisons entre Madère, les Canaries, le cap Vert, les Açores et le continent prolongent les formes de navigation connues des Baléares à la Sicile et la Sardaigne, jusque vers la Crète et la mer Égée. Le premier Atlantique des Ibériques demeure une prolongation de la Méditerranée dans l’immensité océanique (Fonseca, 1999).

14Ainsi, le trafic des esclaves en Méditerranée et la traite atlantique ne sont pas des phénomènes disjoints et successifs, l’un médiéval et l’autre moderne (Blumenthal, 2009). Depuis le xve siècle, les marchés aux esclaves de Valence et de Lisbonne sont considérables et les provenances des victimes demeurent diverses : originaires des Balkans, du Maghreb et d’Afrique subsaharienne arrivent dans les ports ibériques (Almeida Mendes, 2008a et b). L’usage de leur force de travail dans les exploitations sucrières de Sicile ou des Baléares se reproduit dans les archipels atlantiques tels que les Canaries ou Madère (Godinho, 1987). Il annonce le système caribéen et américain des plantations. Avec de grandes différences toutefois : esclaves, affranchis et salariés travaillent ensemble et la pratique de la manumission est généralisée. Le négoce des esclaves a une double fonction en Méditerranée : fournir une main-d’œuvre contrainte aux planteurs et offrir aux autorités royales le fruit de lourdes taxes sur ces transactions. Ces traits ne sont pas absents des plantations américaines ni des compagnies jouissant du monopole de la traite transatlantique.

15Dans le mouvement qui mit les Européens au contact de toutes les régions et de la plupart des populations du monde, le rôle des Portugais et des Espagnols a été pionnier. Ils ont absorbé le choc de la nouveauté et ont offert leur expérience en spectacle, c’est-à-dire en textes et en images, aux autres Européens. La notion de « découverte » n’a pas le même sens, pour les conquêtes des Portugais au Maghreb et leurs navigations en Asie, ou bien l’exploration de la côte ouest de l’Afrique subsaharienne et, enfin, l’abordage de l’Amérique. Dans les premiers cas, les Européens disposaient de connaissances sur les sociétés concernées. Les établissements portugais en Afrique du Nord, et les routes maritimes qu’ils ont investies du golfe Persique à la mer de Chine ont permis d’accumuler des informations sur des mondes avec lesquels les Européens n’avaient cessé d’entretenir des contacts (Gruzinski, 2004 ; Sallmann, 2011). En revanche, les Européens ne savaient que peu de chose sur l’Afrique noire, du moins avant la diffusion de la chronique de Zurara (1468), et rien sur les Amériques. Enfin, si le contact avec « Nouveau Monde » signifie l’arrivée d’Européens dans des régions aux territoires et aux populations inconnus et, comme aux Caraïbes, la rapide destruction des peuples ainsi « découverts », tout a commencé bien avant 1492. Les navigations des pilotes normands, génois et portugais aux Canaries à la fin du xive siècle et l’exploitation des îles par des colons espagnols au cours du xve siècle répondent aux deux critères (Abulaia, 2008). D’une part, les Européens entrèrent alors en contact avec les Guanches, dont il n’existait aucune description préalable. D’autre part, ces insulaires furent soumis à des traitements effroyables, depuis la réduction en esclavage jusqu’à l’extinction biologique, avant que Christophe Colomb ne se lance dans la navigation plein ouest.

16Aujourd’hui, l’histoire atlantique s’affranchit de la date magique de 1492, imposée par la célébration de l’hispanité, et d’une géographie centrée sur l’Atlantique nord, imposée par les puissances britannique puis étasunienne. L’expérience médiévale du contact des trois continents et l’importance des relations entre Amérique et Afrique dans l’hémisphère sud enrichissent le programme scientifique de façon décisive. Il ne s’agit pas seulement de gagner une profondeur chronologique ou une diversité régionale. Ces modifications bouleversent les cadres de l’histoire coloniale. En prêtant enfin attention à l’histoire de l’Afrique, elles sortent d’une problématique du pillage subi et restituent aux sociétés africaines leur capacité d’action dans un contexte mouvant. En renouant les liens avec la Méditerranée, elles retrouvent les articulations entre entreprises européennes d’Afrique et d’Amérique. En ouvrant l’éventail des configurations sociopolitiques, elles redonnent aux sociétés coloniales leur degré exact d’autonomie et affaiblissent d’autant le modèle binaire métropoles/colonies.

Qu’est-ce qu’une situation coloniale d’Ancien Régime ?

17Le pluralisme juridique et institutionnel de l’Ancien Régime métropolitain se retrouve dans la sphère coloniale. Cependant, l’analyse des processus coloniaux révèle des phénomènes et suscite des questions spécifiques. Les sociétés locales interagissent avec les propositions européennes et les réinventent. De même, les institutions coloniales furent modelées par le contact avec les cultures indigènes. L’association entre Ancien Régime et études impériales a suscité de vifs débats entre historiens, de part et d’autre de l’Atlantique, notamment au Brésil. Ce débat renvoie à une discussion sur le paradigme politique en vigueur en Europe avant 1750, soit la critique de l’historiographie classique sur l’État moderne (Hespanha, 2000, 2005 et 2010 ; Fernández Albaladejo, 1992). L’hypothèse d’un « État faible », selon l’expression d’António Hespanha, met en relief la force d’autres pôles d’autorité, comme l’Église, les municipalités et les corporations. L’accent est mis sur les obstacles qui s’opposent à l’action coordinatrice du centre, à des niveaux aussi différents que le juridico-institutionnel, le spatial-territorial, ou le culturel-symbolique. Dès lors, un « Ancien Régime sous les tropiques » se déploierait dans un cadre encore plus pluraliste que celui du royaume, marqué par des forces centrifuges très puissantes, sous l’effet des distances maritimes et terrestres.

  • 2 Voir Greene (1994) ; Novais (1978) ; Melloe Sousa (2006) ; Fragoso, Gouvêa et Bicalho (2000).

18Jack P. Greene a incorporé les conclusions du débat sur l’État moderne et les a projetées sur l’analyse du contexte colonial anglais. En insistant sur le fait qu’aucun État de l’Europe moderne ne possédait les ressources coercitives pour établir une hégémonie en outre-mer, il analyse le lien colonial comme une configuration politique encore moins coercitive et qui requiert des négociations à différents niveaux2. De même, Luís Filipe Thomaz confirme cette perspective à partir de ses propres recherches. En effet, son article fondateur de 1980 renouvelle l’histoire de l’État portugais de l’Inde, en montrant que la structure administrative coloniale en Inde et sur l’océan Indien reposait sur la maîtrise des routes maritimes et l’installation de forteresses et de comptoirs sur des positions terrestres commercialement stratégiques. Il contestait les lectures nationalistes d’un empire asiatique tout-puissant (Thomaz, 1985).

19Ainsi, partant de la thèse de la décentralisation des pouvoirs et prenant pour objet l’expérimentation des dispositifs d’administration, nous proposons de poursuivre la réflexion en trois directions : des réseaux et des « frontières flexibles » aux limites ; la colonisation comme traduction ; l’empire comme laboratoire social.

20Comment définit-on le territoire d’un empire, alors que les limites ne sont pas tracées ? La réponse appelle deux notions, celle de « réseau » (Lombard, 1972 ; Lombard, 1990) et celle de « frontière flexible » (Vellut, 1975, 1970 et 1972). La première est forgée par un spécialiste de l’Asie et la seconde par un spécialiste de l’Afrique centrale. Du point de vue de la constitution des situations coloniales d’Ancien Régime, elles se recoupent car la labilité et la mobilité de la définition des espaces sont soulignées (Madeira Santos, 2012). Le territoire comme espace délimité d’exercice de souveraineté pleine cède la place à des espaces de circulation commerciale à l’intérieur desquels se nouent des alliances politiques et diplomatiques à géométrie variable. La frontière est fluide puisque, à travers elle, passent tous les acteurs qui transitent entre un monde colonial officiel et un domaine de présence officieuse.

21L’Estado da Índia portugais s’approprie le fonctionnement des réseaux que Denys Lombard (1990) a étudié pour l’Asie du Sud-Est. L’État portugais de l’Inde, malgré quelques tentatives, restait faiblement territorialisé. Il se configurait comme un réseau, appuyé sur des enclaves stratégiques situées sur les côtes. Goa, Malacca et Ormuz correspondaient aux trois positions clés conquises par Afonso de Albuquerque (en 1510, 1511 et 1515) pour la maîtrise du commerce sur l’océan Indien. Elles étaient reliées par des routes maritimes à des comptoirs et des forteresses installées dans les domaines des royaumes territoriaux d’Inde et d’Afrique orientale.

  • 3 Júlio Firmino Júdice Biker, 1881-1887, Collecção de Tratadose Concertos de Pazes que o Estado da In (...)

22Dans le système du réseau, les traités signés avec les autorités locales assurent une aire d’influence, sans permettre l’exercice d’une pleine souveraineté. Ces accords, formés sur le droit féodal, sont signés dès le début du xvie siècle en Asie et passent ensuite en Afrique où ils demeurent valides jusqu’au début du xxe siècle 33. Le roi du Portugal recourt, ainsi, à une forme de suzeraineté qui lui confère une position de « roi de rois » dans ses relations avec des autorités asiatiques et africaines. Ce dispositif lui permet d’accéder à des ressources qu’aucune conquête territoriale fondée sur la notion de souveraineté n’aurait pu lui offrir entre le xve et le xixe siècles. L’impossibilité de fonder des colonies de peuplement, due aux limites démographiques du royaume et à une très faible présence de femmes portugaises hors de la métropole, engendre un empire commercial, avant tout (Boxer, 1975, p. 19-30 ; Stoler, 1989).

23En Afrique et en Amérique, les seules frontières des empires européens se situaient sur les littoraux. Cependant l’Atlantique fonctionnait comme un prolongement des hinterlands américain et africain, arrière-pays portuaires qu’il reliait. Sur les continents, la frontière telle qu’elle s’institue lentement en Europe n’existait pas. L’Amérique et l’Afrique constituaient, alors, des espaces d’expansion potentielle et de conquête. Ce sont des aires d’influence à l’intérieur desquelles la couronne portugaise construisit progressivement le territoire colonial. La titulature des rois les désigne comme « seigneurs de la conquête ». Dans ce cadre, la juridiction sur les personnes est plus structurante que la frontière en elle-même.

24La « question des Moluques » (1524-1529) contraint les deux couronnes ibériques à signer un traité au terme duquel, pour la première fois, on faisait coïncider la ligne imaginaire de l’antiméridien de Tordesillas avec une démarcation terrestre. Cependant, il fallut attendre le xviiie siècle pour que le gouvernement de Lisbonne cherche à définir les limites continentales de ses possessions au Brésil – traité de Madrid de 1750 – et en Angola – 1753 (Almeida, 1990). Les traités diplomatiques et la réalisation in situ d’une cartographie systématique par un corps professionnel d’ingénieurs ont alors permis de dépasser, du moins sur le papier, l’imprécision des espaces de domination (Madeira Santos, 2012). Ainsi, la territorialisation aura été un processus de très longue durée, sans constituer un objectif par elle-même. Progressivement, la limite remplace la juridiction et l’homogénéité des formes politiques prend le pas sur l’agencement jurisprudentiel ainsi que sur la négociation au cas par cas des relations entre administrateurs coloniaux et autorités locales.

25Ces phénomènes modèlent la construction de l’autorité en contexte colonial. La couronne portugaise opte pour différentes solutions juridiques, plutôt qu’elle ne fonde une souveraineté homogène et homogénéisante sur un territoire donné. Ces processus contribuent à la formation de couches superposées de formes de souveraineté (capitanias-donatarias et villes), de suzeraineté (traités) et d’extraterritorialité (places fortes et comptoirs) (Saldanha, 1990 et 1992). Des statuts juridiques très divers, une discontinuité spatiale et la pluricontinentalité structuraient ainsi cet empire transocéanique.

26La question de la souveraineté vient à l’ordre du jour, dans des publications récentes (Seed, 1995 ; Benton, 2010). La notion de layered sovereigneties (souverainetés feuilletées), proposée par Jane Burbank (2007) pour saisir les modes de gouvernement de l’empire russe, en est un exemple. Burbank développe une conception constructiviste du territoire et de la territorialité. Elle montre la présence de logiques spatiales, de dispositifs sociaux ou politiques et finalement d’une imagination du politique qui ne s’identifiaient pas obligatoirement avec la souveraineté territoriale. Le cas portugais invite à enrichir la notion et à identifier les processus qui favorisent le passage d’un empire engagé dans la maîtrise des réseaux commerciaux vers un empire qui se territorialise et élargit ainsi l’exercice de facto de sa souveraineté. Zoltán Biedermann (2009) imagine un « principe des matriochkas » et indique comment, dans le contexte de la monarchie des Habsbourg, les rapports entre l’État portugais de l’Inde et les rois de Kotte passèrent de la signature des traités à une tentative de l’occupation effective du territoire à Ceylan.

27Pour l’Amérique portugaise, où est pratiquée la colonisation de peuplement et de plantation, les études mettent l’accent sur le rôle des bandeirantes dans le lent défrichage de la brousse (Schwartz, 1987). Les paulistas (habitants de São Paulo) ont formé des communautés de frontière présentant des caractéristiques proches de celles de la société de frontière des États-Unis. La notion de frontière, dans la définition donnée par Frederick Jackson Turner (1963) pour les États-Unis, peut s’appliquer à la formation territoriale du Brésil. Cependant, Anthony Russell-Wood (1998b) réfute l’idée d’une frontière en mouvement et préfère parler d’« archipels de colonisation, isolés les uns des autres par d’immenses étendues » (voir Pedreira, 2001). La diversité des interprétations signale aussi l’hétérogénéité des formes de domination et la coexistence dans un même empire de stratégies de territorialisation et de stratégies d’appropriation de réseaux commerciaux. On a affaire à une colonisation différente de la colonisation contemporaine, ancrée sur l’application d’une même matrice administrative et des stratégies de peuplement bien plus décidées.

28Sous l’Ancien Régime, les limites imposées à l’action colonisatrice incitent l’administration à bâtir des homologies et des équivalences entre la culture européenne et les différentes cultures locales. On peut alors parler de colonisation comme traduction en deux sens : du fait de l’intégration d’institutions non européennes (africaines et asiatiques) dans l’appareil politique impérial, et de l’appropriation d’institutions européennes dans des contextes non européens. Dans ce processus, des phénomènes de re-sémantisation se produisent, sans conduire nécessairement à des résultats métissés. La présence portugaise en Inde et en Afrique offre des exemples éloquents.

  • 4 Voir François Pyrard, 1998 [1611], Voyage de Pyrard de Laval aux Indes orientales (1601-1611), 2 vo (...)
  • 5 Gaspar Correia, 1975 [1858-1864], Lendas da Índia, M. Lopes de Almeida (ed.), 4 vol., Porto, Lello, (...)

29Ainsi, l’institution des vice-rois des Indes à Goa résulte de la délégation des regalia maiora (signes et droits régaliens) à un magistrat. Le vice-roi est l’alter ego du roi du Portugal et fait usage de la majesté qui lui était associée. Cependant, on ne peut comprendre comment ce magistrat put se faire accepter par les cours et les ambassadeurs asiatiques si l’on ne prend pas en compte l’appropriation d’éléments de la culture politique des sociétés contactées (Madeira Santos, 1999, chap. 1). À Goa, fréquentes étaient les visites d’ambassadeurs dépêchés par les rois indiens qui se trouvaient liés aux Portugais par des traités et de paix et d’amitié. Lorsque, tous les trois ans, un nouveau titulaire entrait en charge, les ambassadeurs venaient lui rendre hommage, ils lui offraient des cadeaux et confirmaient les alliances4. Se présenter au vice-roi comme on se présentait au roi était un élément essentiel de la vie de cour5. Cette présentation avait sa contrepartie auprès des cours des sultans du Deccan et à la cour moghole elle-même. Dans l’Empire moghol, les audiences ou darbârs se déroulaient autour de l’empereur et elles étaient intégrées à la culture aristocratique. Imitant ainsi l’empereur, chaque personnage de la noblesse tenait ses propres darbârs (Richards, 1993, p. 61-62 et 299). Cette expression fut ensuite employée pour décrire les rencontres tenues avec les vice-rois des Indes britanniques (Frédéric, 1986). La culture de cour asiatique exigea la complexification de la ritualisation du pouvoir des vice-rois de l’Inde. Les tapisseries qui représentent les victoires militaires et l’entrée triomphale du vice-roi João de Castro à Goa (1546-1547) en témoignent.

30En Afrique centrale, on constate également des phénomènes d’appropriation. Les guerres entre Portugais et chefs africains se poursuivent en Angola pendant une bonne partie du xviie siècle et conduisent aux traités de vasselage. Les chefs devenaient vassaux du roi par la signature d’un document gardé comme preuve. La familiarisation des Africains avec le lexique féodo-vassalique, à travers les cérémonies et les documents écrits, favorise l’incorporation de cette institution européenne qui devient une forme africaine de légitimation politique. Elle conduit à l’appropriation de l’écrit comme instrument privilégié des relations des pouvoirs africains avec le gouvernement colonial, aussi bien qu’entre eux. L’expérience prolongée de la vassalité a exigé et permis que les pouvoirs locaux adoptent les concepts associés à ce système. Des expressions comme « votre vassal », soba vassal, dembo vassal sont communes, employées par les intéressés eux-mêmes, non seulement pour définir leur degré d’attachement au gouvernement de Luanda, mais également pour préciser les relations entre les différentes autorités, lorsqu’il était nécessaire d’invoquer ou de légitimer des alliances. Le pouvoir colonial lui-même espérait qu’il en irait ainsi et utilisait à dessein la terminologie de la vassalité comme langage politique de communication. En dépit de la distance manifeste existant entre les concepts utilisés et leur charge sémantique, ce lexique politico-juridique fut reçu et intégré par les potentats vassaux de l’actuel espace angolais. Il s’agit d’un transcodage qui résulte de l’articulation entre l’invocation d’une filiation symbolique, recourant au vocabulaire africain de la parenté perpétuelle – « père de la génération », « fils » (sujets) au sens sociopolitique du terme, avec les hiérarchies et les classifications que cette parenté implique –, et le vocabulaire européen construit autour de l’amitié politique et de l’univers domestique, considérés comme modèles du monde politique. Ces deux systèmes de métaphorisation du politique sont perméables l’un à l’autre et favorisent la communication. Celle-ci n’était rendue possible que parce qu’elle reposait sur une compréhension très souvent superficielle, mais aussi parce qu’elle fonctionnait de manière fortement ritualisée (Madeira Santos, 2005 et 2009).

  • 6 « Lettre au régent de Pungo Andongo, 24 juin 1805 », AHNA, Codex 91, f. 9v ; « Lettre au régent de (...)

31C’est en ce qui concerne le droit et les tribunaux que l’intégration d’institutions africaines dans le cadre administratif colonial est saisissante. On constate l’entremêlement entre droits coutumiers africains et droit colonial. Le tribunal des mucanos (formes de résolution verbale de litiges), présidé par le gouverneur d’Angola, enregistre des modes de résolution de conflits interafricains et fait appel au droit coutumier (id., 2005, p. 838-845). En effet, l’instance judiciaire africaine destinée à régler les litiges, l’Audiência de mucanos, notamment ceux liés à l’esclavage, intégra la structure judiciaire coloniale parce que les dynamiques du trafic l’exigeaient. La question de la légitimité du statut d’esclave obéissait à deux principes. Quand les Portugais réduisaient quelqu’un en servitude, la théorie de la guerre juste était invoquée : ceux qui étaient pris à la suite d’une guerre dont la cause était juste étaient des esclaves légitimes. Mais, le plus souvent, les Portugais achetaient aux Africains des esclaves qui pâtissaient déjà de ce statut. Dès lors, la question de la légitimité ne se posait plus car elle relevait du droit africain et de ses voies de légitimation. Les Portugais s’émancipaient ainsi des justifications chrétiennes de l’esclavage, la responsabilité de la réduction en esclavage revenant aux commerçants africains. Les difficultés survenaient lorsque ces esclaves, achetés par les Portugais, déclaraient avoir été illégitimement emprisonnés, sur des arguments de droit coutumier, ou quand les sobas réclamaient la restitution de leurs « ils », en affirmant l’illégitimité de leur captivité. Ce type de situations découlait du fonctionnement de l’institution de l’esclavage en Afrique. Souvent, ces contestations posaient des problèmes de nature politique car quand les sobas réclamaient la restitution de leurs sujets, le déclenchement d’une guerre pouvait se produire. Les enjeux pouvaient également être de nature économique, lorsque les principaux centres de ravitaillement se trouvaient menacés (Bénat-Tachot et Gruzinski, 2001 ; Schafer et al., 20096). L’Audiência de mucanos s’est donc trouvée insérée dans les pratiques judiciaires coloniales en Angola. La traite favorisa ainsi l’intégration d’un tribunal africain dans la structure judiciaire portugaise.

32Le dépassement du schéma binaire colonisateur/colonisé invite à souligner le rôle de la négociation et l’ambiguïté des statuts des acteurs sociaux. Les situations coloniales d’Ancien Régime se construisent par le biais de ces acteurs que la bibliographie nomme intermédiaires culturels, passeurs culturels, ou go-between (Bénat-Tachot et Gruzinski, 2001 ; Schafer et al., 2009). Ils sont les protagonistes de tous les processus de négociation que l’on vient de décrire. À côté de l’émergence de ces intermédiaires, qui agissent au niveau individuel, on observe celle de nouveaux groupes dont les caractères échappent aussi bien aux institutions métropolitaines qu’aux sociétés locales. La description de ces formations sociales permet de complexifier l’étude des groupes que la bibliographie a tendance à désigner sous les catégories loues d’« indo-portugais » (ou « luso-indiens ») et de « luso-africains » (Thomaz, 1981-1982 ; Mark, 1999 ; Mark et Horta, 2011 ; Miller, 1988). Ces désignations correspondent à une multiplicité de situations qui peuvent difficilement être réduites à un seul dénominateur. Pour l’empire portugais d’Asie, Sanjay Subrahmanyam a décrit en détail les différents statuts, derrière les désignations générales, en explicitant leurs ambiguïtés (Subrahmanyam, 1999, p. 269-330). Son cadre d’analyse peut être utilisé pour penser les (re-)configurations sociales dans les autres espaces impériaux. Sur ce point, quelques exemples extrêmes se révèlent parlants.

33Le premier est celui des casados de Goa. Ce statut est créé par Afonso de Albuquerque, au lendemain de la conquête de la ville en 1510. Les soldats portugais, s’ils se mariaient à des femmes hindoues converties, devenaient des casados (mariés), ayant accès à des privilèges précis : la concession de terres (généralement confisquées aux musulmans), des exemptions fiscales, l’accès au gouvernement municipal. L’objectif était, en raison de l’absence de femmes portugaises en Inde, de créer les conditions de développement d’une société coloniale métisse, voire une colonisation de peuplement où l’agriculture occuperait un rôle significatif. Dans ce cas, la catégorie « indo-portugaise », associée à la ville de Goa et à la société qu’elle abritait, désigne un groupe « inventé » par les autorités impériales, du haut vers le bas, sur le terrain, et qui eut tendance à disparaître avec la consolidation des structures impériales.

34Un autre exemple vient de Sénégambie. Ce sont les lançados ou tangomaos, un statut qui émerge sur les fleuves de Guinée et de la Petite-Côte. Il englobe tous les commerçants qui échappent à l’encadrement impérial, c’est-à-dire qui ne respectent pas l’interdiction imposée depuis 1472 aux habitants de l’archipel du Cap-Vert de s’établir sur la côte et donc de menacer le monopole commercial de la couronne portugaise. Être lançado signifie se placer à la marge de la norme impériale. On trouve parmi eux des descendants de séfarades. Ceux qui sont restés en Guinée et se sont mariés à des femmes africaines, après deux générations, ont tendance à se dissoudre dans la vie africaine. Le statut de lançado est un stade qui ne se cristallise pas. Ces individus sont intégrés aux sociétés préexistantes en Afrique.

35D’autres exemples peuvent être identifiés en Afrique orientale et en Afrique centrale. Les recherches en cours permettent de cerner les différents statuts, les processus donnant lieu à leur émergence, leur durée et leur reconfiguration. Les notions floues d’indo-portugais et de luso-africains, une fois retravaillées à partir d’échantillons importants des cas particuliers, peuvent revenir comme des catégories explicatives.

***

36Faire une histoire des situations coloniales d’Ancien Régime impose un double regard : en direction à la fois des processus européens et des processus des différentes sociétés locales. La situation coloniale d’Ancien Régime se construit sur des degrés d’interpénétration et d’appropriations mutuelles extrêmement variables. Cette hétérogénéité des phénomènes fait l’originalité des premiers empires modernes, dont le cas portugais permet de percevoir les spécificités.

37Les études sur les empires n’évitent donc aucune des questions centrales de l’histoire des institutions et des pratiques politiques : elles les saisissent de front. Mais elles demeurent sensibles à ce que l’on pourrait appeler la diversité des pluralismes : les sociétés européennes de départ se présentent dans leur complexité, tout comme les sociétés coloniales dans la leur. Ces agencements ne se réduisent pas les uns aux autres, mais s’éclairent les uns par les autres. Les sociétés d’outre-mer sont les terrains de déploiement de normes présentes dans les métropoles. C’est précisément pour cela qu’elles engendrent des situations nouvelles dont métropolitains, colons et colonisés sont les acteurs et les témoins. Les phénomènes qui se sont déployés dans ces territoires et ces possessions ont pesé sur les mécanismes de politisation et d’institutionnalisation en Europe même. L’histoire impériale participe à la reconfiguration de l’appareil conceptuel produit dans le cadre de l’histoire européenne et vice versa. C’est pourquoi une division stricte du travail entre spécialistes des métropoles et spécialistes des empires coloniaux n’a plus guère de sens (Schaub, 2008). Car ceux qui travaillent sur les empires sont obligés de regarder dans deux directions : vers l’historiographie occidentale et vers celle qui se produit dans les cadres spécifiques où se déroulent leurs recherches.

Bibliographie

Bibliographie

Abulafia David, 2008, The Discovery of Mankind : Atlantic Encounters in the Age of Columbus, New Haven, Yale University Press.

Almeida Luís Ferrand de, 1990, Alexandre de Gusmão, o Brasile o tratado de Madrid (1735-1750), Coimbra, Centro de história da sociedadee da cultura-Universidade de Coimbra.

Almeida Mendes António de, 2008a, « Les réseaux de la traite ibérique dans l’Atlantique nord (1440-1640) », Annales. Histoire, sciences sociales, 63 (4), p. 739-768.

— 2008b, « The foundations of the system : A reassessment of the slave trade to the Spanish Americas in the sixteenth and seventeenth centuries », dans David Eltis et David Richardson (eds.), Extending the Frontiers : Essays on the New Transatlantic Slave Trade Database, New Haven, Yale University Press, p. 63-94.

Andrews Kenneth R., Canny Nicholas P. et Hair Paul E. H. (eds.), 1978, The Westward Enterprise : English Activities in Ireland, the Atlantic and America, 1480-1650, Liverpool, Liverpool University Press.

Armitage David et Subrahmanyam Sanjay (eds.), 2010, The Age of Revolutions in Global Context, c. 1760-1840, Basingstoke, Palgrave Macmillan.

Aymes Marc et Savy Pierre (eds.), 2010, « Dossier-Empire reader », Labyrinthe, 35, p. 7-112.

Bartlett Robert, 1993, The Making of Europe : Conquest, Colonization, and Cultural Change, 950-1350, Princeton, Princeton University Press.

Baschet Jérôme, 2006 [2004], La civilisation féodale. De l’an mil à la colonisation de l’Amérique, 3 e éd. corrigée et mise à jour, Paris, Flammarion (coll. « Champs »).

Bénat-Tachot Louise et Gruzinski Serge (eds.), 2001, Passeurs culturels. Mécanismes de métissage, Marne-la-Vallée–Paris, Presses universitaires de Marne-la-Vallée–Éditions de la MSH.

Benton Lauren A., 2010, A Search for Sovereignty : Law and Geography in European Empires, 1400-1900, Cambridge, Cambridge University Press.

Biedermann Zoltán, 2009, « The Matrioshka principle and how it was overcome : Portuguese and Habsburg imperial attitudes

in Sri Lanka and the responses of the rulers of Kotte (1506- 1598) », Journal of Early Modern History, 13 (4), p. 265-310.

Blumenthal Debra, 2009, Enemies and Familiars : Slavery and Mastery in Fifteenth-Century Valencia, Ithaca, Cornell University Press.

Boxer Charles R., 1966, The Dutch Seaborn Empire, 1600-1800, Londres, Hutchinson.

— 1975, Mary and Misogyny : Women in Iberian Expansion Overseas, 1415-1815. Some facts, Fancies and Personalities, Londres, Duckworth.

Burbank Jane, 2007, « Thinking like an empire : Estate, law, and rights in the early twentieth century », dans Jane Burbank, Mark von Hagen et Anatolyi Remnev (eds.), Russian Empire : Space, People, Power, 1700-1930, Bloomington, Indiana University Press, p. 196-217.

Burbank Jane et Cooper Frederick, 2011 [2010], Empires. De la Chine ancienne à nos jours, trad. par Christian Jeanmougin, Paris, Payot.

Canny Nicholas P., 1973, « The ideology of English colonization : From Ireland to America », The William and Mary Quarterly, 3e série, 30 (4), p. 575-598.

Canny Nicholas P. et Morgan Philip (eds.), 2011, The Oxford Handbook of the Atlantic World : 1450-1850, Oxford-New York, Oxford University Press.

Curto José C., 2002, « Un butin illégitime. Razzias d’esclaves et relations luso-africaines dans la région des fleuves Kwanza et Kwango en 1805 », dans Isabel Castro Henriques et Louis Sala-Molins (eds.), Déraison, esclavage et droit. Les fondements idéologiques et juridiques de la traite négrière et de l’esclavage, Paris, Unesco (coll. « La route de l’esclave »), p. 314-327.

Davies R. R., 1999, The First English Empire : Power and Identities in the British Isles, 1093-1343, Oxford-New York, Oxford University Press.

Dupront Alphonse, 1997, Le mythe de croisade, 4 vol., Paris, Gallimard (coll. « Bibliothèque des histoires »).

Elliott John H., 1992, « A Europe of composite monarchies », Past and Present, 137, p. 48-71.

Fernández Albaladejo Pablo, 1992, Fragmentos de monarquía. Trabajos de historia política, Madrid, Alianza Editorial.

— 2007, « De Hispania a Britannia. Avatares de un noventa yocho historiográico », Materia de España. Cultura políticae identidad en la España moderna, Madrid, Marcial Pons (coll. « Estudios »), p. 17-39.

Fonseca Luís Adão da, 1992, O Tratado de Tordesilhase a diplomacia luso-castelhana no século XV, Lisbonne, INAPA.

— 1999, The Discoveriesand the Formation of the Atlantic Ocean : 14th century-16th century, Lisbonne, CNCDP.

Fragoso João et Gouvêa Maria de Fátima Silva, 2009, « Monarquia pluricontinentale repúblicas : algumas reflexões sobre a América lusa nos séculos xvi-xviii », Tempo, 14 (27), p. 36-50.

Fragoso João, Gouvêa Maria de Fátima Silva et Bicalho Maria Fernanda, 2000, « Uma leitura do Brasil colonial. Bases da materialidadee da governabilidade do Império », Penélope. Revista de históriae ciências sociais, 23, p. 67-88.

Frédéric Louis, 1986, « Darbâr », Dictionnaire de la civilisation indienne, Paris, Robert Lafont (coll. « Bouquins »).

García Espada Antonio, 2009, Marco Polo y la Cruzada. Historia de la literatura de viajes a las Indias en el siglo xiv, Madrid, Marcial Pons (coll. « Estudios »).

Given James, 1990, State and Society in Medieval Europe : Gwynedd and Languedoc under Outside Rule, Ithaca, Cornell University Press.

Godinho Vitorino Magalhães, 1987, « O açúcar dos arquipélagos atlânticos », Os descobrimentose a economia mundial, vol. 4, Lisbonne, Presença, p. 69-93.

— 2000, Le Devisement du Monde. De la pluralité des espaces à l’espace global de l’humanité, xve-xvie siècles, Lisbonne, Instituto Camões.

Greene Jack P., 1994, Negotiated Authorities : Essays in Colonial Political and Constitutional History, Charlotesville, University of Virginia Press.

Gruzinski Serge, 2004, Les quatre parties du monde. Histoire d’une mondialisation, Paris, La Martinière.

Heintze Beatrix, 1980, « Luso-african feudalism in Angola ? The vassal treaties of the 16th to the 18th century », Revista da Faculdade de Letras da Universidade de Coimbra, 18, p. 111-131.

Hespanha António Manuel, 2000, « Qu’est-ce que la “Constitution” dans les monarchies ibériques de l’époque moderne ? », Themis, 1 (2), p. 5-18.

— 2001, « A constituição do Império português. Revisão de alguns enviesamentos correntes », dans João Fragoso, Maria Fernanda Bicalho et Maria de Fátima Silva Gouvêa (eds.), O Antigo Regime nos Trópicos. A dinâmica imperial portuguesa (séculos xvi-xviii), Rio de Janeiro, Civilização Brasileira, p. 163-188.

— 2005, « Porque é que foi portuguesa a expansão portuguesa ? » [communication d’ouverture du colloque O Governo dos Povos. Podere administração no Império Português ], UFF, Paraty.

— 2010, « Antigo Regime nos Trópicos ? Um debate sobre o modelo político do império colonial português », dans JoãoFragoso et Maria de Fátima Silva Gouvêa, Na Trama das redes. Políticae negócios no império português, séculos xvi-xviii, Rio de Janeiro, Civilização Brasileira, p. 43-94.

Lombard Denys, 1990, Le carrefour javanais. Essai d’histoire globale, vol. 2 : Les réseaux asiatiques, Paris, Éditions de l’EHESS (coll. « Civilisations et sociétés »).

Lombard Maurice, 1972, Espaces et réseaux du haut Moyen Âge, Paris-La Haye, Mouton (coll. « Le savoir historique »).

Madeira Santos Catarina, 1999, Goa é a chave de toda a Índia. Peril Político da Capital do Estado da Índia (1505-1570), préf. de Luís Filipe F. R. Thomaz, Lisbonne, CNCDP.

— 2005, « Entre deux droits : les Lumières en Angola (1750- v. 1800) », Annales. Histoire, sciences sociales, 60 (4), p. 817-848.

— 2009, « Écrire le pouvoir en Angola. Les archives ndembu (xviie-xxe siècles) », Annales. Histoire, sciences sociales, 64 (4), p. 767-795.

— 2012, A Construção de Angola. Iluminismo, impérioe sociedades africanas (séculos xvii-xviii), Lisbonne, CHAM-Tinta da China, à paraître.

Mark Peter, 1999, « The evolution of “Portuguese” identity : Luso-Africans on the Upper Guinea Coast from the sixteenth to the early nineteenth century », The Journal of African History, 40 (2), p. 173-191.

Mark Peter et Horta José da Silva, 2011, The Forgotten Diaspora : Jewish Communities in West Africa and the Making of the Atlantic World, Cambridge, Cambridge University Press.

Melloe Sousa Laura de, 2006, O sole a sombra. Políticae administração na América portuguesa do século xviii, São Paulo, Companhia das Letras.

Milhou Alain, 2007 [1983], Colomb et le messianisme hispanique, trad. par Mayi Milhou-Binard, Montpellier, Presses universitaires de la Méditerranée (coll. « ETILAL. Espagne médiévale et moderne »).

Miller Alexeï, 2008, The Romanov Empire and Nationalism : Essays in the Methodology of Historical Research, Budapest-New York, Central European University Press.

Miller Joseph, 1988, Way of Death : Merchant Capitalism and the Angolan Slave Trade, 1730-1830, Madison, University of Wisconsin Press.

Muldoon James, 1998, Canon Law, The Expansion Of Europe, and World Order, Aldershot, Ashgate.

Münkler Herfried, 2005, Imperien : die Logik der Weltherrschaft-vom Alten Rom bis zu Vereinigten Staaten, Berlin, Rowohlt.

Novais Fernando A., 1978, Portugal e Brasil na crise do Antigo Sistema Colonial (1777-1808), São Paulo, Editora Hucitec.

Pedreira Jorge M., 2001, « O Brasil, fronteira de Portugal. Negócio, emigraçãoe mobilidade social (séculos xvii e xviii) », dans Mafalda Soares da Cunha (ed.), Do Brasil à Metrópole. Efeitos sociais (séculos xvii-xviii), Évora, Universidade de Évora, p. 47-72.

Pocock John G. A., 2005, The Discovery of Islands : Essays in British History, Cambridge, Cambridge University Press.

Radulet Carmen Maria, 1998, « Os Tratados de Alcáçovase Tordesilhas na visão de Rui de Pina, Garcia de Resende, João de Barrose Fernão Lopes de Castanheda », Limites do mare da terra/Limits of the Land and Sea [actas da VIII Reunião Internacional de História da Náuticae Hidrograia], Cascais, Patrimonia, p. 219-226.

Richards John F., 1993, The New Cambridge History of India : The Mughal Empire, vol. 1-5, Gordon Johnson, C. A. Bayly et John F. Richards (eds.), The Mughals and their contemporaries, Cambridge, Cambridge University Press.

Russell-Wood Anthony John R., 1998a [1992], The Portuguese Empire, 1415-1808 : A World on the Move, Baltimore, The John Hopkins University Press.

— 1998b, « Políticas de ixaçãoe integração », dans Francisco Bethencourt et Kirti Chaudhuri (eds.), História da Expansão Portuguesa, vol. 2, Do Índico ao Atlântico (1570-1697), Lisbonne, Círculo de Leitores, p. 126-150.

Saldanha António Vasconcelos de, 1990, « Conceitos de espaçoe podere seus relexos na titulação régia portuguesa da época da expansão », dans Jean Aubin (ed.), La découverte. Le Portugal et l’Europe [actes du colloque de la Société française d’histoire du Portugal, Paris, 26-28 mai 1988], Paris, Fondation Calouste Gulbenkian-Centre culturel portugais, p. 105-129.

— 1992, As Capitanias. O Regime senhorial na expansão ultramarina portuguesa, Funchal, Centro de Estudos de História do Atlântico.

— 1997, Iustum Imperium, Dos Tratados como Fundamento do Império dos Portugueses no Oriente. Estudo de história do direito internacionale do direito português, préf. Adriano Moreira, Lisbonne, Fundação Oriente.

Sallmann Jean-Michel, 2011, Le grand désenclavement du monde, 1200-1600, Paris, Payot (coll. « Histoire Payot »).

Schaffer Simon, Roberts Lissa, Raj Kapil et Delbourgo James (eds.), 2009, The Brokered World : Go-Betweens and Global Intelligence, 1770-1820, Sagamore Beach, Science History Publications.

Schaub Jean-Frédéric, 2008, « La catégorie “études coloniales” est-elle indispensable ? », Annales. Histoire, sciences sociales, 63 (3), p. 625-646.

Schmidt Benjamin, 2001, Innocence Abroad : The Dutch Imagination and the New World, 1570-1670, Cambridge, Cambridge University Press.

Schwartz Stuart B., 1987, « Plantations and peripheries, c. 1580- c. 1750 », dans Leslie Bethell (ed.), Colonial Brazil, Cambridge, Cambridge University Press, p. 67-144.

Seed Patricia, 1995, Ceremonies of Possession in Europe’s Conquest of the New World, 1492-1640, Cambridge, Cambridge University Press.

Spruyt Hendrik, 1994, The Sovereign State and its Competitors : An Analysis of Systems Change, Princeton, Princeton University Press.

Stoler Ann Laura, 1989, « Rethinking colonial categories : European communities and the boundaries of rule », Comparative Studies in Society and History, 31 (1), p. 134-161.

Stoler Ann Laura et McGranahan Carole, 2007, « Introduction : Reiguring imperial terrains », dans Ann Laura Stoler, Carole McGranahan et Peter C. Perdue (eds.), Imperial Formations, Santa Fe, School for Advanced Research Press, p. 3-42.

Subrahmanyam Sanjay, 1999 [1993], L’empire portugais d’Asie, 1500-1700. Histoire économique et politique, trad. par MarieJosé Capelle, Paris, Maisonneuve et Larose.

Thomaz Luís Filipe F. R., 1981-1982, « Goa. Une société luso-indienne », Bulletin des études portugaises et brésiliennes, 82 (42-43), p. 15-44.

— 1985, « Estrutura políticae administrativa do Estado da Índia no século xvi », dans Luís de Albuquerque et Inácio Guerreiro (eds.), II Seminário Internacional de História IndoPortuguesa, Lisbonne, Instituto de Investigação Cientíica Tropical, p. 515-540.

— 1994, De Ceuta a Timor, Difel, Carnaxide.

Torró Josep, 1999, El naixement d’una colònia. Dominació i resistència a la fontera valenciana (1238-1276), Valence, Universitat de València.

— 2000, « Jérusalem ou Valence : la première colonie d’Occident », Annales. Histoire, sciences sociales, 55 (5), p. 983-1008.

Turner Frederick Jackson, 1963 [1893], The Significance of the Frontier in American History, édité et prés. par Harold P. Simonson, New York, Frederick Ungar Publishing.

Vellut Jean-Luc, 1970, « Relations internationales du Moyen-Kwango et de l’Angola dans la deuxième moitié du xviiie siècle (c. 1750-1810) », dans Université Levanium de Kinshasa, Études d’histoire africaine, vol. 1, Louvain-Paris, Éditions Nauwelaerts-Béatrice-Nauwelaerts, p. 75-135.

— 1972, « Notes sur le Lunda et la frontière luso-africaine (1700-1900) », dans Université Levanium de Kinshasa, Études d’histoire africaine, vol. 3, Louvain-Paris, Éditions Nauwelaerts-Béatrice-Nauwelaerts, p. 61-166.

— 1975, « Le royaume de Cassange et ses réseaux luso-africains (ca. 1750-1810) », Cahiers d’études africaines, 15 (57), p. 117-136.

Villacañas José Luis, 2008, ¿Qué Imperio? Un ensayo polémico sobre Carlos V y la España imperial, Cordoue, Almuzara.

Notes

1 Sur l’Estado da Índia, voir Madeira Santos (1999).

2 Voir Greene (1994) ; Novais (1978) ; Melloe Sousa (2006) ; Fragoso, Gouvêa et Bicalho (2000).

3 Júlio Firmino Júdice Biker, 1881-1887, Collecção de Tratadose Concertos de Pazes que o Estado da India Portuguesa fez com os Reise Senhores com quem teve Relações nas fartes da Asiae Africa Oriental desde o princípio da Conquista até ao im do século xviii, 14 t. en 7 vol., Lisbonne, Imprensa nacional ; Saldanha, 1997 ; Heintze, 1980.

4 Voir François Pyrard, 1998 [1611], Voyage de Pyrard de Laval aux Indes orientales (1601-1611), 2 vol., éd. établie par Xavier de Castro, préf. de Geneviève Bouchon, Paris, Chandeigne (coll. « magellane »), ici vol 2, p. 604 ; Diogo do Couto, 1778, Asia. Dos feitos que os Portugueses izeram na Conquistae Descobrimento das terrase mares do Oriente. Década VIII, Lisbonne, Regia Oicina Typographica, p. 220 ; Anonyme, 1953 [1581], « das Cidadese Fortalezas que a Coroa de Portugal tem nas partes da índia, e das capitaniase mais cargos que nelas há, e da importância deles », Francisco P. Mendes da Luz (ed.), Boletim da Biblioteca da Universidade de Coimbra, vol. 21, l. 6 v.

5 Gaspar Correia, 1975 [1858-1864], Lendas da Índia, M. Lopes de Almeida (ed.), 4 vol., Porto, Lello, ici vol. 2, p. 366.

6 « Lettre au régent de Pungo Andongo, 24 juin 1805 », AHNA, Codex 91, f. 9v ; « Lettre au régent de Pungo Andongo, 24 juin 1805 », AHNA, ibid., f. 14 ; « Lettre au régent d’Ambaca, 2 septembre 1805 », AHNA, Codex 91, f. 19v ; « Lettre au directeur de la foire du Bondo, 20 juillet 1759 », AHU, Angola, Boîte 43, doc. 54 ; voir aussi Curto (2002) ; Vellut (1975).

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site