Version classiqueVersion mobile

Le mental et le social

 | 
Bruno Ambroise
, 
Christiane Chauviré

Analyses situées (et sociales) du mental

La cognition distribuée en cartographie

Premiers atlas, production conjointe de connaissances et habileté cognitive

Chandra Mukerji
Traduction de Louis Quéré

Texte intégral

  • 1 Ce texte reprend l’article « Printing, Cartography and Conceptions of Place », in Renaissance Europ (...)

1L’histoire de la géographie occidentale est un terrain intéressant pour réfléchir à l’articulation du social et du mental dans la production de la connaissance, dans la mesure où la géographie en tant que savoir existe dans les choses plutôt que dans les esprits1. Le monde que nous « connaissons » se trouve dans des cartes et d’autres artefacts qui ne représentent pas tant ce monde qu’ils ne le constituent tel que nous le connaissons. Ces cartes et artefacts servent d’outils cognitifs pour pratiquer la géographie comme activité mentale. En tant que domaine de savoir, la géographie doit exister dans des formes matérielles et des processus collectifs puisqu’il n’est pas possible à un individu d’accéder à une saisie empirique de la terre dans son ensemble. C’est ce qui a fait de la géographie une création sociale et historique. Plus, c’est ce qui a conduit à concevoir et à multiplier des artefacts – des globes, des cartes murales, des représentations de villes, et des récits de voyage, etc. – qui font partie du savoir géographique et sont utilisés comme ressources cognitives pour penser la terre. C’est pourquoi « connaître » la géographie a requis non seulement une collaboration sociale, mais aussi l’entretien de processus et de pratiques matériels de connaissance, ou de ce que j’appelle une logistique cognitive.

2On a souvent écrit l’histoire de la géographie comme celle de grands hommes avec de grandes intuitions et des vies héroïques. En fait, elle est beaucoup plus une histoire de cartes, d’écrits et de globes, et celle de leurs circulations. Les héros des manuels sont dépeints comme des hommes qui ont appris comment mesurer la terre et transformer leurs mesures en formes à deux dimensions. Mais je voudrais renverser le schéma explicatif, et soutenir que la géographie occidentale s’est développée comme une pratique matérielle destinée à coordonner les idées et les observations limitées des géographes qui ont sillonné les villes, les régions ou les mers mais n’ont jamais approché une « connaissance de la terre ». Ces hommes sont devenus importants en raison du succès de leur travail conjugué, de leur capacité à utiliser des mesures comme outils de coordination cognitive et de la valeur des artefacts géographiques qu’ils ont produits.

3Les cartes qui ont constitué la géographie occidentale comme domaine fructueux furent les résultats de collaborations entre des gens qui ne firent jamais d’enquête ni prirent de mesures en mer. Ceux qui dessinèrent les cartes ne voyagèrent pas beaucoup, et ceux qui les gravèrent furent en général des artisans urbains, pas des aventuriers ou des voyageurs. Les éditeurs de cartes, qui ont joué un rôle déterminant dans cette histoire, furent aussi des hommes d’affaires bourgeois plus intéressés par le profit que par le savoir. Toutes ces personnes furent essentielles pour le développement de la géographie comme pratique matérielle. En fait, ceux qui ont assuré la publication des cartes ont été aussi importants pour rendre les géographes célèbres que ces derniers l’ont été pour conférer de la valeur aux artefacts des premiers. Les cartographes qui, tel Mercator, ont acquis une réputation pour avoir systématisé la représentation géographique, ou des graveurs qui ont converti les cartes manuscrites en pages d’atlas, ont été ceux qui ont produit un « corps de connaissances » sur papier. D’autres ont pu prendre appui sur leurs artefacts, produisant ainsi un savoir qui fut à la fois social et matériel. En Europe, la géographie s’est perfectionnée à travers une révolution logistique – la conception, le développement et la gestion d’un répertoire d’outils cognitifs qui ont aidé les gens à penser la forme et les propriétés de la terre.

  • 2 Pour Knorr-Cetina (1999), une culture épistémique est un ensemble de pratiques partagées permettant (...)

4L’histoire de la cartographie à l’aube de l’ère moderne présente un défi intéressant pour les conceptions de la production sociale du savoir inspirées de Kuhn (1971). En effet la période allant de la Renaissance à l’âge des Atlas a été particulièrement productive et créatrice, alors qu’il n’y avait aucun paradigme dominant en géographie. Comme l’a soutenu Delano-Smith (2007), il n’y avait même pas, à la Renaissance, de langage spécifique, codifié, pour les cartes, qui aurait permis aux navigateurs et aux géomètres de coordonner leurs mesures. Différents groupes, entretenant des cultures épistémiques distinctes, pour utiliser l’expression de Knorr-Cetina (1999), fabriquaient des cartes de différents genres à des fins militaires, ou à des fins de navigation, de gestion foncière, de pratique juridique et de philosophie naturelle2. Ces groupes se livraient à des types de mesure différents, s’engageaient dans des modèles sociaux différents de production de connaissance, employaient des pratiques de documentation différentes, et développaient des critères différents du bon travail. Cela signifie que la géographie comportait des artefacts divers et variés, qu’elle ne constituait pas un corps de connaissances spécifique. Maîtriser la géographie du monde demeurait un rêve, et même savoir comment intégrer les connaissances provenant de traditions différentes était un problème non résolu.

5La géographie européenne se perfectionna quand même au xvie siècle et au début du xviie, dans cette période d’absence apparente de coordination. Pourquoi ? La réponse est simple si l’on se focalise sur les artefacts et sur la logistique cognitive. C’est en effet la période où la publication de cartes s’est développée et a prospéré, le commerce des cartes se diffusant à travers l’Europe. Les éditeurs se mirent à imprimer des images de la terre provenant de diverses traditions géographiques. Les cartes imprimées et les livres de cartes contribuèrent à susciter des échanges entre ces traditions ; il en résulta une géographie qui paraissait incohérente, mais constituait néanmoins un bon outil de pensée.

6Les intérêts pragmatiques pour la géographie furent importants pour cette diversité et cette prolifération de cartes. Nombreux étaient ceux qui voulaient connaître la terre, parce que la contrôler était une source de pouvoir. Le sol était le socle du pouvoir dans les sociétés européennes, et trouver de nouvelles terres permettait d’étendre ce modèle de domination. Le contrôle militaire du territoire était important pour les États, tout comme l’était la gestion des domaines et des espaces urbains pour les élites de la noblesse et de la bourgeoisie. C’est pourquoi on fit des cartes des cités, des domaines, des royaumes, des régions, des continents et du monde. Les humanistes portaient un intérêt intellectuel aux documents géographiques émanant du monde classique, ce qui prouve que les artefacts plutôt que les esprits sont les lieux du savoir. La multiplication des intérêts en géographie a conduit à la prolifération des pratiques matérielles.

7Elle a aussi conduit à des chocs de cultures épistémiques. La connaissance de la terre n’était pas singulière, et les techniques de recueil et d’évaluation des connaissances divergeaient radicalement d’un domaine à l’autre. La géographie fut un large effort social avec des formes matérielles distinctes. Il y eut autant de façons de faire des cartes qu’il y eut de raisons d’en faire. La géographie de la Renaissance fut un champ dans lequel les gens inventèrent des outils pour rendre possible la connaissance de la terre ; ils façonnèrent des artefacts pour en prendre le contrôle, à la fois physiquement et cognitivement.

8On a pu considérer la géographie de cette époque comme « immature », parce qu’elle était préparadigmatique. Mais au moment où la géographie a eu son paradigme, une grande part de l’intérêt était retombée. Alors comment expliquer toute la fermentation intellectuelle de cette époque, si l’on ne peut attribuer la vitalité du champ à un contrôle par un paradigme ? Je prétends que la vitalité de la géographie tient précisément à la diversité de ses formes, et à l’incapacité d’une approche à dominer les autres. Ce sont les cartes elles-mêmes qui ont stabilisé le champ. Elles ont fourni un centre d’intérêts communs, autour duquel différentes communautés sociales de pratiques ont pu s’orienter les unes en fonction des autres. La confection de cartes fut un processus distribué dans lequel coexistèrent et interagirent, avec des effets positifs, plusieurs communautés épistémiques.

9Les cartes ne furent pas seulement des moyens pour intégrer l’information à l’intérieur de traditions ou entre elles, bien qu’elles aient été utilisées pour cela. Les répertoires divers et variés d’artefacts géographiques constituèrent un contexte cognitif complexe pour ceux qui réfléchissaient à la géographie, et ils fournirent un modèle de travail de qualité aux praticiens travaillant dans des cultures épistémiques très différentes. Les éditeurs de cartes jouèrent un rôle clé dans la création de ce nouvel environnement intellectuel, même s’ils poursuivaient le profit plutôt que la vérité. Ils cherchèrent à trouver de la valeur dans les cartes et à l’exploiter, et toute information nouvelle ou meilleure pouvait être précieuse. En ce sens, ils furent décisifs dans la pratique matérielle de production sociale de savoir que nous appelons la géographie.

10La publication de cartes changea l’environnement intellectuel dans lequel les géographes travaillaient ; elle façonna les affordances cognitives de leurs mondes sociaux. Les cartographes tels que Mercator, qui expérimentèrent des systèmes de projection, ne cherchèrent pas simplement des façons de représenter des objets à trois dimensions sur une surface à deux dimensions ; ils conçurent aussi des moyens cognitifs pour étayer les calculs en matière de pratiques d’usage de la terre, ou en matière de navigation et de commerce. Les géomètres, les géographes, les cartographes et les éditeurs de cartes ont construit un monde social de production de savoir non pas autour d’un paradigme, mais autour d’artefacts. Ils ont produit un système de cognition distribuée en géographie, avec les cartes comme foyers pour penser au sujet des lieux.

11Edwin Hutchins (1995) définit la cognition distribuée comme un système social de résolution de problèmes, dans lequel les gens apportent différentes mesures et des modes d’analyse divers pour aborder un problème, créant ainsi une capacité cognitive de groupe supérieure à celle de n’importe quel membre. Selon Hutchins, la cognition distribuée ne se fait pas en mettant l’information en commun, mais en faisant converger des modes distincts de résolution de problèmes sur une préoccupation commune. Des formes de pensée provenant de traditions d’analyse différentes sont ainsi mises en conversation pour aborder des problèmes de connaissance trop difficiles pour chacune d’elles (Mukerji, 2008 et 2009). Dans les systèmes distribués, le savoir circule souvent sur et à travers des artefacts tels que les plans de navigation, les cartes ou les croquis d’ingénierie, qui servent moins comme dépôts de vérité que comme artefacts cognitifs pour coordonner des modes différents de résolution de problème. Ce que les gens connaissent en tant qu’individus peut être comparé à travers des documents partagés, ce qui leur permet de se focaliser ensemble sur des questions d’intérêt commun, même s’ils voient le problème à travers des cadres analytiques différents. En ce sens, les artefacts ou les documents sont des outils importants de facilitation de la cognition distribuée ; ils permettent le développement de formes d’intelligence sociale qui sont flexibles précisément parce qu’elles sont partagées, dynamiques et stabilisées de façon purement contingente sur le papier.

12La cognition distribuée est une forme sociale de production de savoir très différente de celle que l’on associe le plus souvent à la science : la science paradigmatique (Kuhn, 1971). Un paradigme coordonne socialement l’activité cognitive autour d’un ensemble partagé de pratiques de recherche et de façons de formuler les problèmes ; mais il ne détermine pas l’objet précis de la recherche. Par contraste, les systèmes distribués s’organisent autour d’un problème commun, mais utilisent diverses cultures épistémiques pour l’approcher de multiples façons. La recherche paradigmatique marche bien quand il y a une théorie acceptée qui semble bien expliquer les phénomènes, sans que l’on connaisse toutes ses implications. Par contraste, la cognition distribuée marche particulièrement bien dans des situations de sous-détermination où un savoir semble possible, mais pas une connaissance complète (Cartwright, Goldfinch & Howick, 2006).

13Telle était exactement la situation de la géographie à la Renaissance. De nombreux navires sillonnaient les océans, utilisant et améliorant des cartes marines. Les États essayaient de contrôler plus efficacement leur territoire, se servant de vues d’ensemble pour le faire plus systématiquement. Les propriétaires se mettaient à revendiquer, enclore, mesurer et améliorer leur domaine en utilisant des relevés. Les villes produisaient des cartes pour permettre à leurs visiteurs de connaître et d’atteindre leurs attractions. Et la géographie était utilisée pour interpréter l’histoire, à la fois humaine et religieuse (Appuhn, 2009 ; Mukerji, 2009 ; Delano, 2004 ; Fragenberg, 1994 ; Konvitz, 1987 ; Harvey, 1980 ; Blanchard, 1979 ; Crone, 1978). Les navigateurs, les ingénieurs militaires, les arpenteurs cadastraux et les géomètres (arpenteurs-mathématiciens) dessinaient et recueillaient les cartes manuscrites pour traiter les zones d’intérêt géographique.

14La géographie prit forme dans cette accumulation d’études. Elle fut diverse tant dans ses formes que dans ses pratiques ; mais dans chaque spécialité, elle se disciplina par une culture épistémique, définissant les critères du bon travail. Ainsi le savoir géographique s’améliora-t-il lorsqu’on chercha à combler les écarts entre les traditions de connaissance, écarts qui devinrent plus apparents lorsqu’on se mit à imprimer des cartes spécialisées. « Connaître » la géographie du monde sembla progressivement une tâche impossible, mais la diversité des cultures épistémiques rendit plus efficaces les tentatives de l’époque pour connaître la terre.

15Comme l’a expliqué Donna Haraway (1989), la géographie s’est développée sous la forme d’un ensemble de savoirs situés divers et variés, liés à des activités pratiques. Les militaires cherchaient à créer des cartes topographiques, par exemple pour localiser les cols de montagne par où faire passer les troupes et le ravitaillement. Ces cartes pouvaient être précises, mais elles étaient de peu de valeur pour les navigateurs en mer. Aucun de ceux-ci ne niait l’importance des montagnes pour la géographie, mais le niveau de détail de ce que les explorateurs et les commerçants européens recueillaient en matière de topographie de l’intérieur des terres était faible. À l’inverse, les cartographes militaires s’intéressaient peu aux rivages, aux rivières et aux canaux qui étaient importants pour les navigateurs, et ils étaient moins concernés par les questions de mesure, si décisives pour la navigation en haute mer.

16De leur côté, les éditeurs de cartes s’intéressaient aux deux. Ils travaillaient à partir de plusieurs traditions cartographiques, essayant d’intégrer le savoir de chacune pour toucher un large public (Woodward, 1996). Le développement des connaissances les intéressait moins que l’expansion des marchés, ce qui les incita à collationner et à réunir des cartes séparées, à produire des recueils reliés qui eurent des répercussions sur le plan intellectuel. En rassemblant et créant des collections, ils contribuèrent à générer un « corps de connaissances » sur papier, qui rendit visibles les traditions distribuées du champ. En mettant sur le papier les connaissances élaborées par différents domaines de la géographie et en les regroupant dans des collections, ils firent entrer ceux-ci en conversation les unes avec les autres. À travers leurs cartes et leurs atlas, les géographes furent confrontés à des cultures épistémiques différentes des leurs.

Savoir et représentation dans la géographie de la Renaissance

17Plusieurs historiens de la cartographie ont considéré la « science » géographique de la Renaissance comme immature et non systématique en raison de sa diversité. Mais le manque apparent de coordination du champ résultait de la prolifération des cartes séparées (single-sheet maps) et des recueils de cartes qui rendait visibles sur la page imprimée les différences de tradition géographique. Les éditeurs de cartes contribuèrent à faire apparaître la richesse de ce qui était connu, de même que les vastes zones d’ignorance. Ainsi rendirent-ils visibles le modèle de cognition distribuée en géographie, sa fécondité, et les domaines qu’il lui fallait aborder. Les cartes étaient des construits sociaux faits au fil du temps, le produit d’interactions dynamiques entre des personnes, des bois de graveur, des planches gravées, des cartes séparées et des atlas organisés par des éditeurs.

18Ces derniers ont joué un rôle important dans le processus, mais ils ne cherchèrent pas à stabiliser un savoir exact. Ils ne furent pas les éditeurs de la science de la Renaissance d’Elizabeth Eisenstein (1979, vol. 2), qui corrigeaient les erreurs dans les sciences naturelles en reproduisant avec exactitude les textes faisant autorité. Le savoir géographique changeait trop rapidement pour être amélioré par une reproduction exacte, et les cartes devaient sans cesse être corrigées simplement pour rester à jour. Pareillement, les éditeurs de cartes n’agirent pas comme les éditeurs londoniens d’Adrian Johns (1998), qui altéraient le savoir en multipliant les copies fausses ou dégradées de textes scientifiques. Personne ne détenait avec certitude les « vérités » de la géographie, et ce qui était connu changeait avec les nouvelles enquêtes. Dans ce contexte, même les copies bon marché de cartes ou d’atlas pouvaient aider leurs lecteurs à apprendre quelque chose en géographie et au sujet des traditions cartographiques ; elles leur donnaient des outils pour penser géographiquement.

19Eisenstein et Johns supposent tous les deux que le progrès scientifique dépend de la reproduction précise de textes faisant autorité ; mais cela n’est vrai que quand il existe de tels textes. Les cartes ne pouvaient faire autorité que provisoirement, puisqu’elles étaient des représentations nécessairement partielles qui pouvaient toujours être améliorées ou corrigées. C’est pourquoi la géographie n’a jamais pu correspondre au modèle canonique de la science paradigmatique, et l’imprimé, en géographie, a servi moins comme moyen de transmission d’idées que comme moyen de construction d’un savoir social.

20Le texte classique de Ptolémée, Geographie, fournit un exemple de ce qui a rendu si difficile l’autorité en géographie. Ptolémée pensait que le bas de l’Afrique se prolongeait par un grand continent austral. Mais les Européens avaient déjà contourné le cap de Bonne-Espérance lorsque fut imprimé, pour la première fois, l’ouvrage de Ptolémée. Pour contourner le problème, les éditeurs ajoutèrent de nouvelles cartes à l’ouvrage pour compléter ce qui était connu de l’ancien monde. Ils firent tout pour préserver les idées classiques dans les imprimés, mais il leur fallut aussi publier des cartes exactes. Ainsi transformèrent-ils les proto-atlas qu’étaient les « Ptolémées » en lieux productifs et dynamiques où des connaissances diverses et variées entraient en collision et cohabitaient sur la page imprimée.

21Au même moment, les éditeurs commencèrent à développer les conventions de représentation cartographique pour faciliter la production et la révision des planches pour les cartes (cf. Ivins, 1953). Par exemple, sur les bois de gravure ils représentèrent l’océan sous forme de lignes parallèles (droites ou courbes), distinguant d’une façon simple la mer du rivage. De manière plus efficace encore, les océans pouvaient être représentés par des espaces blancs, sur lesquels figuraient, comme aquatiques, des images de bateaux, de poissons et de monstres marins. En réduisant le répertoire des possibilités de représentation, on rendait les cartes plus faciles à imprimer, à réviser et à lire d’une spécialité à l’autre.

22Pour expliquer le développement, à la Renaissance, de la géographie comme forme de cognition distribuée, je vais me focaliser sur les recueils de cartes – d’abord les Ptolémées en Italie, ensuite les recueils de cartes de villes, enfin les atlas des Pays-Bas. Dans chacune de ces régions et à chacune de ces périodes, les éditeurs recherchèrent de nouveaux marchés en incorporant des travaux venant de traditions cartographiques différentes, et en produisant des connaissances géographiques à l’intersection de plusieurs champs. Les maisons d’édition dans chaque domaine abordèrent différemment le problème du recueil de cartes, répondant à des intérêts locaux divers pour les livres et les cartes, et pratiquant des juxtapositions différentes de champs de connaissances. L’effet cumulatif de leur travail fut néanmoins la création d’un système de cognition distribuée – un processus social dynamique de comparaison et de correction de cartes qui a rendu la géographie plus précise et plus complète.

Imprimeurs italiens et modèles cartographiques

23Les éditeurs italiens du début du xvie siècle contribuèrent à établir ce système en publiant des cartes qui existaient jusque-là sous une forme manuscrite et entre des mains privées. Ils recueillirent des archives de cartes et accumulèrent des planches cartographiques, comme capital intellectuel de leurs affaires, les comparant et les corrigeant tout en y ajoutant de nouvelles informations provenant de voyages et d’enquêtes locales. Leurs produits firent circuler des artefacts que, jusque-là, le public ne connaissait pas ; en ce sens, ils supprimèrent les barrières entre traditions de pratique.

24Avant le xvie siècle, il existait déjà un commerce vivant de cartes et de plans dessinés à la main qui contribua au développement de la géographie, mais une grande partie du contenu des cartes manuscrites était gardée secrète, pour des raisons pragmatiques. Armées et marchands travaillaient dans des environnements en compétition, et un bon plan ou une bonne carte marine avait une plus grande valeur économique quand son contenu était contrôlé (Wauwermans, 1964, vol. 1, p. 130-141 ; Penrose, 1960, p. 18-19, p. 274-275 ; Crone, 1978, p. 19-25 ; Pérez-Gómez, 1983 ; Rosenau, 1959 ; Morris, 1979 ; Paris, 1986 ; Picard, 1684 ; Blanchard, 1979 ; Buisseret, 1920). La circulation restreinte des cartes manuscrites contribua à maintenir distinctes les cultures épistémiques de ces mondes sociaux de la cartographie, et s’opposa aux collaborations (Delano-Smith, 2007). Mais les éditeurs de cartes de la Renaissance entrèrent dans le jeu, achetèrent des cartes, et les rééditèrent sous de multiples formes, créant ainsi de nouveaux modèles de communication en géographie qui soutinrent une forme richement distribuée de cognition sociale autour d’un nouvel ensemble d’outils cognitifs.

25Les éditeurs se rendirent vite compte de l’intérêt du grand public pour les cartes. Les navigateurs passaient encore commande de cartes dessinées à la main pour préparer leurs voyages, puis ils les corrigeaient lorsqu’ils voyageaient. Mais ils commencèrent à soumettre leurs cartes corrigées à des maisons d’édition pour profiter de leurs observations. Ils se mirent à développer des techniques de correction de bois et de planches cartographiques pour pouvoir les tenir à jour. Le résultat fut un système dynamique en géographie, organisé autour des maisons d’édition.

26Une division élaborée du travail se mit en place dans l’édition vénitienne des cartes au xvie siècle et contribua aussi au développement de la géographie comme pratique distribuée. Les cartographes (qui dessinaient les cartes pour les éditeurs), les découpeurs de bois pour la gravure ou les graveurs (qui copiaient leurs dessins sur des surfaces imprimables), les imprimeurs (qui assuraient la reproduction) et les éditeurs (qui organisaient les projets et vendaient les produits) n’étaient en général pas réunis dans une boutique unique, mais ils étaient liés par une division commune du travail dans un processus de fabrication (Woodward, 1996 ; Hutchins, 1995 ; Mukerji, 2002a). Les spécialistes (qu’ils soient cartographes ou graveurs) travaillaient souvent pour plus d’un éditeur. Lorsqu’ils passaient d’un projet de publication au suivant, ils lui appliquaient le même savoir, le même savoir-faire et les mêmes techniques pour dessiner les lieux. Ainsi se créèrent des similitudes entre les cartes imprimées dans différentes maisons, et s’élaborèrent des conventions de représentation en géographie (Woodward, 1992 ; Cosgrove, 1992).

27Quelques genres nouveaux se développèrent en cartographie, à l’intersection des traditions. Ce fut particulièrement le cas en ce qui concerne les cartes de ville, qui fusionnèrent des styles cartographiques provenant de différentes parties de l’Europe, et intégrèrent des informations contenues dans des cartes militaires et touristiques. Les premiers imprimeurs allemands qui avaient franchi les Alpes pour s’installer en Italie avaient emporté avec eux non seulement leurs presses, leurs fontes et leur savoir-faire tacite en matière d’impression de bois de gravure, mais aussi la tradition allemande d’impression de plans et de vues de villes. Ces types d’images commencèrent à paraître dans les livres imprimés à Venise au xve siècle, par exemple dans la Biblia Malermi de 1498, et dans l’édition vénitienne des Pérégrinations de Breitenbach. Les éditeurs trouvèrent ces illustrations de cités éloignées, qui étaient populaires auprès des collectionneurs, faciles à produire (Wauwermans, 1895 [1964] vol. 1, p. 130-141 ; vol. 2, p. 7-8, 20-22).

28Autour de 1500, les techniques de la perspective commencèrent à être utilisées dans les vues de cités ; elles suscitèrent de nouvelles conventions pour ce genre de carte, utiles pour les voyageurs dans les villes. Par exemple, le plan de Venise de Jacopo de’ Barbari donnait une vue d’ensemble de la ville, qui faisait voir à la fois la disposition des rues et les profils des immeubles (Woodward, 1996, p. 32, 39 & 47 ; Harvey, 1980, p. 75-78 ; Elliot, 1987 ; Frangenberg, 1984). Ce modèle de la vue d’ensemble fut largement imité à Venise et ailleurs. Il apportait au genre cartographique allemand un nouveau langage visuel italien, qui correspondait aux besoins des voyageurs.

29Si les cartes séparées intégrèrent quelques formes d’information géographique, les recueils de cartes imprimées firent l’inverse. Ils maintinrent des différences de genre, et contribuèrent à rendre manifeste l’étendue des techniques géographiques utilisées dans les différentes spécialités, tout en les présentant comme se corrigeant mutuellement. Les éditions de Ptolémée publiées avec des cartes contemporaines juxtaposaient anciennes et nouvelles cartes, vues de villes et cartes régionales, cartes de royaumes et cartes de continents, cartes de continents et cartes du monde (Cosgrove, 1992, p. 68 ; Lowry, 1979 ; Baxandall, 1972). Elles montraient les différences d’accent empirique et la diversité stylistique parmi les géographes italiens (cf. Woodward, 1996 ; Cosgrove, 1992, p. 65-89 ; Relaño, 1995, p. 49-66 ; Fahy, 1993, p. 89-115).

30À la même époque, les proto-atlas utilisèrent aussi le genre ptolémaïque pour faire sens de la diversité des traditions cartographiques, et adoptèrent ses conventions de représentation pour les nouvelles cartes (Fahy, 1993 ; Parry, 1974). Les histoires de la géographie disent généralement que ces Ptolémées adoptèrent les « idées » classiques, mais, en fait, les éditeurs de cartes essayèrent de reproduire des conventions d’étude, pas des idées. Ils utilisèrent (là où ils le purent) le quadrillage en latitude et longitude décrit par Ptolémée, même s’ils corrigèrent et reproduisirent encore les cartes avec des lignes de rhumb. Entre-temps, ils se servirent des genres géographiques anciens – cosmographie, géographie, topographie et chorographie – pour grouper les cartes (Woodward, 1996, p. 13-18 ; Fahy, 1993). Cette manière de procéder offrit à la géographie une alternative au paradigme : un système distribué de cognition organisé autour de genres et de problèmes de mesure adaptés à ces genres. Les éditeurs purent rassembler et publier des exemplaires de bon travail à l’intérieur de ces genres (Kuhn, 1971, p. 43-51) ; ils créèrent ainsi un répertoire organisé de techniques pour étayer la diversité en géographie.

31Vers la fin du xvie siècle, le commerce se déplaça vers l’économie atlantique, et les éditeurs italiens de cartes perdirent le pouvoir sur-le-champ. Mais à l’époque, ils avaient déjà institué un système de cognition distribuée qui permit à la géographie de se développer en tant que domaine différencié autour d’un ensemble d’artefacts publiés.

Plans de ville et commerce de livres à Lyon au xvie siècle

32Les presses régionales ont largement contribué à la culture cartographique, même si elles n’ont pas produit des quantités de cartes, ni les exemplaires les plus remarqués. Leurs manières d’utiliser le genre – répétitions d’images et de formes – ont enrichi les moyens grâce auxquels les géographies spécialisées ont pu entrer dans la culture dominante. Lyon a été l’une de ces villes influencée, en matière de cartographie, par sa proximité avec Venise (Nussbaum, 1957 ; Archives nationales 1987-1989 ; Estienne, 1553 ; Desgraves, 1968 ; Baudrier, 1964-1965 ; Benedict, 1989, p. 15-16 ; Eisenstein, 1979, vol. 1, p. 387).

33Lyon était devenu au xve siècle l’un des principaux centres de l’édition en France (Knecht, 1994, p. 26, p. 30-31 ; Claudin, 1880 ; Desbarreaux-Bernard, 1865). Des imprimeurs venant d’Allemagne et d’Italie s’y étaient installés, à la recherche de débouchés pour leur savoir-faire. Ils s’étaient aussi établis à Albi, Angers et Toulouse, sollicitant le patronage de l’Église ou profitant des marchés universitaires. Lyon devint le principal centre de publication de cartes, car elle était une ville de commerce et un carrefour important dans le commerce des livres (Baudrier, 1964-1965, vol. 9, p. 32 ; Lowry, 1979 ; Shaw, 1993).

34L’édition géographique à Lyon au xvie siècle fut manifestement influencée par les modes vénitiennes – à tel point que les Vénitiens considéraient Lyon comme un centre de piraterie. Guillaume Rouillé, l’un des principaux éditeurs de Lyon, avait des liens légitimes avec Venise. Il avait travaillé comme apprenti chez Gabriel Giolito de Ferrari et conservé des liens de collaboration avec sa maison jusque tard dans sa carrière (Baudrier, 1964-1965, vol. 9, p. 17-24, p. 52-55). Son réseau familial à Lyon l’aida à y établir rapidement une bonne affaire. Il devint plus un marchand de livres, contractant du travail auprès de maisons plus petites, qu’un imprimeur. Ce modèle d’organisation des affaires diffusa par les pratiques logistiques le réseau des éditeurs utilisant les conventions cartographiques vénitiennes (Baudrier 1964-1965, vol. 5, p. 301-303 ; vol. 9, p. 14-15, p. 24-25 ; voir aussi Darnton, 1984 ; Davis, 1975).

35Rouillé publia des ouvrages de géographes bien connus, tel Nicolas de Nicolay, mais aussi des vues de villes de cartographes moins connus, qui utilisèrent le genre développé à Venise en l’appliquant à l’histoire locale. Il publia des cartes qui représentaient l’héritage classique visible dans les villes de la région, notamment un livre remarquable sur la ville de Nîmes, Le Discours historial de l’antique et illvstre cité de Nismes, en la Gaule narbonoise (1560). Cet ouvrage décrivait Nîmes à la fois dans ses formes anciennes et contemporaines ; il restituait aussi la ville, selon le texte, dans ses vraies « mesure et proportions » (Poldo d’Albenas, 1560). Les « mesure et proportions » sur la carte facilitaient les comparaisons entre la géographie historique et la géographie contemporaine à travers des vues juxtaposées de la ville (Baudrier, 1964-1965, vol. 9, p. 268-269). Elles faisaient apparaître la ville à la fois comme un produit de son histoire et comme portant l’héritage classique à l’époque contemporaine. En présentant les cartes avec des gabarits similaires mais des informations différentes, l’ouvrage permettait au lecteur de comparer et de contraster les informations venant de deux genres cartographiques différents, et de tirer ainsi profit des pratiques distribuées en géographie visant à produire des artefacts cognitifs contrastés pour réfléchir sur l’histoire locale.

Édition et recueil de cartes dans les pays du Nord

36Les grands atlas publiés à la fin de la Renaissance à Anvers et Amsterdam, qui continuèrent à utiliser les genres ptolémaïques pour organiser la géographie comme pratique distribuée, diffusèrent la tradition des recueils reliés de cartes. Les atlas renforcèrent et légitimèrent aussi la nature distribuée de l’enquête géographique en codifiant les gabarits de représentation plutôt qu’en effaçant les différences de détail entre les genres.

37À Anvers, Abraham Ortelius créa ce qui est considéré comme le premier véritable atlas en se focalisant sur le problème du recueil : rassembler des cartes exemplaires provenant de différentes traditions et « couvrant » l’essentiel des parties du monde. Les Ptolémées n’avaient pas été systématiques dans leur couverture. Ortelius voulut rendre l’atlas plus englobant.

38Gerhard Mercator, le deuxième grand producteur d’atlas, se préoccupait du problème des conventions cartographiques : redessiner les cartes pour son atlas pour leur donner un langage cartographique commun, en utilisant un système de projection qui pouvait fonctionner dans les différentes cultures épistémiques. Il réduisit une grande partie de la variabilité de style qui avait caractérisé les différentes traditions géographiques, et transforma la géographie en ce qui a semblé être un système unifié de mesure, quoique le type de détail estimé nécessaire pour les cartes régionales et les cartes de villes fût très différent de celui requis pour les cartes de continent ou du monde.

39Le fils de Mercator et Jodocus Hondius contribuèrent, en popularisant l’atlas de Mercator, à standardiser encore plus les conventions cartographiques. Ils reproduisirent le recueil pour un atlas en plusieurs tailles, langues et éditions. Ils firent de l’atlas le principal outil cognitif en géographie. Le monde lui-même sembla être dans l’atlas lorsque l’atlas devint le standard partagé dans la discipline. Les conventions de l’atlas firent ressembler la géographie à un « corps de connaissances », mais la diversité des genres des cartes étayait le système de cognition distribuée en géographie, qui avait rendu le champ si vivant.

40Le développement des atlas aux Pays-Bas reflétait de nouveau des intérêts locaux pour la géographie et pour les livres. Les atlas étaient en même temps des outils cognitifs pour le commerce et des objets de collection. Anvers et Amsterdam furent les principaux centres de l’économie atlantique ; les cartes du monde y étaient donc des outils communs pour les affaires. Les villes des Pays-Bas étaient aussi des centres de consommation culturelle, et les habitants tiraient profit des biens marchands rendus disponibles par le commerce. Ils recherchaient de beaux objets de collection et des ouvrages tels que les atlas. De plus, beaucoup de membres des confessions réformées s’étaient réfugiés aux Pays-Bas. Ils considéraient les atlas comme des outils spirituels pour connaître le monde en tant que Création divine, en tant qu’ordre naturel que Dieu avait voulu divers et abondant, et nécessairement au-delà d’une compréhension humaine complète – tout comme la géographie elle-même. Ainsi les atlas venant des Pays-Bas devinrent-ils de belles célébrations de Dieu en même temps qu’une science naturelle. Ils comportaient de grandes cartes entièrement décorées du monde, des régions et des villes. Et ils contenaient des cartes historiques qui retraçaient l’histoire de la géographie depuis la Création.

  • 3 Les atlas étaient des recueils qui convenaient à la sensibilité bourgeoise de ces cités cosmopolite (...)

41Ortelius, qui publia le premier atlas en 1570, en fit un objet de collection. Il reproduisit sa propre belle collection de cartes rares de grande qualité, couvrant de façon élégante et précise toutes les régions du monde (Karrow, 1998). Il s’adressa aussi aux riches consommateurs de sa ville – des bourgeois et des intellectuels cosmopolites – qui maintinrent une communauté urbaine pleine de vie jusqu’à ce que l’indépendance de la Hollande ne réduisît leur domination dans le commerce, et notamment dans la publication de livres (Cook, 2007 ; Vervliet, 1978, p. 5-6, p. 174-177 ; Kenney, 1974, p. 49-51 ; Schmidt, 2002 ; Wauwermans, 1964, p. 287-289, 297 ; Jardine, 1993 ; Schama, 19873).

42Ortelius commença sa carrière en cartographie comme enlumineur de cartes et comme marchand d’objets, de cartes et de livres classiques. Comme plusieurs humanistes, il développa une passion de collectionneur de pièces de monnaie anciennes, avec les images qui y étaient gravées des événements historiques de l’époque classique (Schnapper, Mouquin & Szanto, 2005). Puis il se consacra à l’acquisition de cartes pour son atlas (Karrow, 1998, p. 25-30 ; Mangani, 1998, p. 94-95). Il utilisa son réseau d’amis, de contacts commerciaux et de correspondants pour l’aider à localiser les cartes pour son livre (et améliorer l’atlas dans les éditions suivantes) (Karrow, 1998, 1993, p. 1-6). Il amassa des cartes pendant longtemps avant de sortir la première édition, les stockant pour donner plus de valeur à sa collection. Puis il les copia avec de nouvelles gravures en indiquant les diverses sources (Karrow, 1993, p. 1-6). L’ouvrage était en même temps un livre conventionnel de géographie humaniste et la manifestation audacieuse de la passion d’un collectionneur (Karrow, 1993 et 1998 ; Mangani, 1998 ; Pearce, 1995 ; Findlen, 2002).

43En 1570 parut pour la première fois le Theatrum orbis terrarum d’Ortelius. L’ouvrage fut immédiatement acclamé et largement célébré pour ses qualités : des standards de cartes étonnamment élevés ; l’ampleur des zones couvertes et la qualité de la gravure. Le livre fixa les standards de beauté en matière de gravure, et il fut jugé exemplaire pour son organisation et sa portée géographique. Toutes les cartes n’y étaient pas de qualité égale et elles manquaient d’unité en matière de signes et de conventions de représentation, sans toutefois nuire à leur succès. Les cartes, qui étaient les meilleures possible, couvraient le globe aussi complètement que faire se peut. L’atlas était un précis de géographie, le lieu et l’état des connaissances dans ce champ (Karrow, 1998, p. 25-30 ; Koeman, 1964, p. 17, 23-26).

  • 4 Ortelius garda pour lui ses conceptions en matière de religion, bien qu’il communiquât régulièremen (...)

44Christophe Pantin publia le Theatrum orbis terrarum après la première édition d’Ortelius. Il était aussi un collectionneur de livres rares et il était célèbre pour sa Bible multilingue, une compilation de versions anciennes et modernes de l’Évangile, présentant le texte sacré en plusieurs langues. La communauté intellectuelle qui s’était formée autour de sa maison d’édition n’était pas seulement humaniste ; elle était aussi calviniste, et Ortelius en subit l’influence4. Le groupe comprenait aussi Juste Lipse, philosophe et spécialiste de la culture antique, et Peter Heyns, rhétoricien et penseur calviniste intéressé par les origines de la terre. Ils encouragèrent Ortelius à traiter l’atlas comme un objet de contemplation historique et spirituelle. Lipse soutint Ortelius dans l’intérêt qu’il portait à la géographie historique, en particulier dans son travail sur les changements historiques des noms de lieux, en partie parce que la géographie historique était censée raconter l’histoire de la terre depuis la Création même (Landtsheer, 1998, p. 141-151 ; Karrow, 1998, p. 29-30 ; Wellens-De Donder, 1998, p. 83-85). Quant à Peter Heyns, il s’intéressait davantage à l’atlas comme description de la Création et comme source de révélation, et pas seulement d’information.

45Dans une lettre à Ortelius, Heyns expliquait que les cartes dans le Theatrum lui permettaient de « voyager » en imagination autour du monde dans une sorte d’état euphorique, méditatif. Les voyages de pèlerins, de saints, et de figures classiques dépeints dans ces cartes étaient analogues au voyage mental de Heyns, et servaient aussi bien sa lecture extatique que son intérêt pour l’histoire (Meeus, 1998, p. 12-159). L’atlas semblait rendre la Création palpable et faisait paraître la terre comme le produit d’une histoire à la fois spirituelle et humaine.

46Mercator, l’auteur de l’autre grand atlas, était aussi un intellectuel féru de spiritualité, bien que, conventionnellement, il ait été présenté comme un génie scientifique ayant contribué à l’ouverture de l’économie atlantique. Il commença sa carrière comme dessinateur de cartes marines. Il ouvrit un bureau à Anvers où il dessinait des cartes pour les navigateurs. Dans ce cadre, il développa un système de projection qui permettait aux navigateurs de planifier leur route à travers les océans en dessinant des lignes droites (Wauwermans 1964, t. 2, p. 50-51). Du fait de son utilité générale, ce système est devenu un paradigme en géographie. Mais il s’agissait d’une convention pour dessiner des cartes sur une surface à deux dimensions, et pas d’une théorie ou d’une culture épistémique.

47Les intérêts de Mercator étaient théoriques et mathématiques. Avant d’aller à Anvers, il avait acquis une formation de cosmographe auprès de Gemma Frisius à l’université de Louvain. Cette formation l’incita à se préoccuper de questions de mesure et de projection en tant que problèmes mathématiques. Mais Mercator pensait que la géographie devait être historique.

48Il était convaincu que la géographie devait expliquer rien de moins que la Création elle-même et la transformation de la terre au cours du temps. Il voulait mesurer le monde pour connaître Dieu, et étudier la géographie historique pour y voir le plan divin. Par deux fois il fut accusé d’hérésie, mais il fut sauvé parce qu’il esquiva les questions théologiques dans ses écrits. Les rumeurs quant à ses tendances hérétiques ont pu rapidement être écartées grâce à l’estime portée à son érudition. Mercator voulait réconcilier la géographie historique et la géographie contemporaine, en imaginant trouver dans les tensions entre elles la possibilité d’une révélation. Pour Mercator, l’atlas n’était pas uniquement un recueil de connaissances, mais un artefact cognitif pour réfléchir sur Dieu dont l’existence pouvait être ressentie à l’intersection des genres (Wauwermans 1964, t. 1, p. 300-393, t. 2, p. 9-10, 49-50, 84-85).

49L’histoire de la publication d’atlas aux Pays-Bas ne prend pas fin avec Ortelius, Plantin et Mercator, bien que les atlas postérieurs aient rarement été reçus avec le même respect dans l’histoire de la géographie. Hondius, qui publia les atlas de Mercator, fit aussi des expériences avec le format de l’atlas. Il chercha à leur trouver de nouveaux lecteurs, et édita des volumes plus petits, moins élaborés et moins chers pour des lecteurs curieux mais moins exigeants. Par exemple l’Atlas Minor, qu’il publia en français en 1613, utilisait des cartes de petit format et le texte était en langue vernaculaire de façon à toucher un public de non-spécialistes (Donkersloot-De Vrij, 1967 ; Harline, 1987, p. 25-109). Cet atlas, disait Hondius, n’était pas destiné aux navigateurs, aux marchands et aux riches collectionneurs, mais était conçu pour ceux qui, s’intéressant à la politique et au droit (des matières dont l’édition était lucrative), pouvaient avoir un intérêt pour la géographie (Mercator, 1613, p. 184-196, 643-655). Le livre n’était pas exemplaire, mais il renforçait la nature distribuée de la pratique géographique à travers la reproduction de différences de genre.

50Ortelius a transformé l’atlas en un objet de collection, témoin des différents mondes de la production de cartes à cette époque. Mercator développa pour la cartographie un langage visuel qui faisait ressembler la terre à une entité singulière (Création), et paraître la géographie comme « mature ». Ils produisirent des images du monde à partir d’efforts disparates pour le connaître, ainsi qu’une image de la Création en tant que domaine singulier pour la gouvernance humaine, qui néanmoins restait nécessairement au-delà d’une compréhension humaine complète. Ce fut la géographie « mature », qui disposait d’un système organisé de mesure, mais maintenait encore des cultures épistémiques distinctes.

Conclusion

51Les recueils de cartes publiés pendant la Renaissance illustrent la façon dont la géographie s’est développée en tant que système d’étude distribué. Ils témoignent de la recherche de conventions de représentation, de genres géographiques et de systèmes mathématiques pour dessiner la terre sur le papier. Ils ont constitué des outils cartographiques de traduction entre différentes cultures épistémiques de la géographie. Ils ont permis, par exemple, aux lecteurs des premiers atlas de situer sur une carte régionale une ville, et de leur donner une vue d’ensemble (sur la page suivante ou en image insérée).

52Les images cartographiques se sont précisées à l’âge des Atlas, mais non parce que le champ avait développé un paradigme. En fait, Mercator avait compris que son système de projection pouvait représenter la terre, mais il ne l’expliqua pas. Il ne s’agissait pas d’un paradigme. Il chercha un paradigme dans la géographie historique – une explication de la terre comme entité dynamique.

53Au contraire, la géographie de la Renaissance s’est développée à travers des pratiques d’étude distribuées organisées autour de pages imprimées. Les éditeurs de cartes ont conçu ces pages et participé aux pratiques de collection, de collation, de comparaison et de correction de cartes. Ils ont fait des diverses façons de connaître la terre une pratique sociale de travail collaboratif sur la géographie. Ils ont réuni des gens qui envisageaient la terre comme partie d’un univers spirituel, comme réseau commercial, comme espace de navigation et comme lieu de pouvoir. Ils ont utilisé des pratiques de mesure géographique et de représentation cartographique qui ont permis la transmission de ce savoir, et ils ont laissé aux praticiens les cultures épistémiques qu’ils avaient. Les maisons d’édition ont tiré profit de la riche source du savoir issu des manuscrits ; et elles ont mis au jour des connaissances secrètes ou privées. Elles ont aussi commencé à expérimenter des conventions d’impression et de genre. Les recueils de cartes tels que les atlas ont largement contribué à ce processus : non seulement ils présentaient la diversité de ce qui était connu ; ils dépeignaient aussi la terre à la fois comme diverse et unifiée – un problème commun pour la géographie.

54Tout ce qui a été produit selon ces méthodes n’a pas été remarquable. Mais même à l’époque les petites cartes dans les atlas bon marché ont fait comprendre l’unité de la terre et suggéré sa complexité. Les recueils de cartes étaient eux aussi instructifs. Même s’ils n’ont pas apporté de nouvelles connaissances à la géographie, les vues de villes publiées à Lyon ont contribué à une compréhension dynamique des lieux à la fois comme sites historiques et comme scènes pour l’action humaine.

55Les atlas imprimés ont aussi stabilisé la compréhension du monde du fait qu’ils regroupaient les cartes par genre cartographique – mappemondes, cartes de continents, cartes régionales, plans de ville. Les standards ont rendu les cartes plus transparentes, et leur contenu à la fois réel et fiable (Alpers, 1989). Mais les navigateurs et les arpenteurs terrestres ont continué à faire des mesures avec des instruments différents et en fonction de leurs propres standards. Les forestiers mesuraient les parcelles de terre avec des chaînes d’arpentage, ne s’intéressant que peu à la latitude et à la longitude ; les géographes urbains mettaient l’accent sur les monuments dans les cités ainsi que sur les réseaux de circulation, plutôt que sur la longueur précise des rues. Néanmoins villes et forêts étaient de plus en plus situées sur des cartes régionales à l’intérieur de quadrillages mesurés. La géographie est restée une pratique matérielle et une affaire de cognition distribuée. Et les premiers atlas, ou les recueils de cartes qui les ont précédés, ont fourni des lieux pour saisir cette complexité et l’utiliser.

56Ce qui donna à la géographie, à la Renaissance, à l’âge des Atlas, une telle vitalité et une telle force d’innovation, c’était précisément l’absence d’un paradigme. C’est l’effort déployé pour trouver des façons de produire du savoir sur le papier, à travers la création d’artefacts par diverses communautés, qui conduisit les éditeurs à créer des recueils, et poussa Mercator à inventer son système de projection. Les atlas et leurs prédécesseurs ont mis en contact diverses communautés de pratique géographique. Ils ont fait de la géographie un « corps de connaissances » qui paraissait cohérent tout en communiquant les pratiques distribuées qui le rendaient possible. Les atlas ont pu être traités comme un savoir vrai, un savoir de la Création et un savoir de la terre, et cela parce que son lieu d’existence n’était pas les esprits ; il échappait ainsi au contrôle de quelque communauté humaine que ce soit. En ce sens, il était divin. La géographie pouvait étayer la pensée géographique, mais on ne pouvait pas la réduire aux rouages d’un esprit individuel.

Bibliographie

Alexander Jonathan J. G. (1977), Italian Renaissance Illuminations, New York, George Baziller.

Alpers Svetlana (1989), The Art of Describing : Dutch Art in the Seventeenth Century, Londres, Penguin.

Appuhn Karl (2009), A Forest on the Sea : Environmental Expertise in Renaissance Venice, Baltimore, Johns Hopkins University Press.

Archives nationales (1987), Espace français, Paris, Archives nationales.

Baudrier Henri Louis (1964-1965), Bibliographie lyonnaise. Recherches sur les imprimeurs, libraires, relieurs et fondeurs de lettres de Lyon au xvie siècle, 13 vols [1895-1952], Paris, F. de Nobele.

Baxandall Michael (1972), Painting and Experience in Fifteenth Century Italy. A Primer in the Social History of Pictorial Style, Oxford, Clarendon Press.

Benedict Philip (ed.) (1989), Cities and Social Change in Early Modern France, Londres, Unwin Hyman.

Blanchard Anne (1979), Les ingénieurs du roy de Louis XIV à Louis XIV. Étude du corps des fortifications, Montpellier, Université Paul-Valéry.

Boumans René (1954), « The Religious Views of Abraham Ortelius », Journal of the Warburg and Courtauld Institutes, 17, p. 374-377.

Buisseret David (ed.) (1992), Monarchs, Ministers and Maps : The Emergence of Cartography as a Tool of Government in Early Modern Europe, Chicago, University of Chicago Press

Cartwright Nancy, Goldfinch Andrew & Jeremy Howick (2006), « Evidence-Based Policy : Where is our Theory of Evidence ? », Journal of Children’s Services, 4 (4), p. 6-14.

Claudin Anatole (1880), Origines de l’imprimerie à Albi en Languedoc 1480-1484. Les pérégrinations de J. Neumeister, compagnon de Gutenberg, en Allemagne, en Italie et en France (1463-1484), son établissement définitif à Lyon (1485-1507), Paris, A. Claudin.

Claudin Anatole (1900), Histoire de l’imprimerie en France aux xve & xvie siècles, Paris, Imprimerie nationale.

Cook Harold J. (2007), Matters of Exchange : Commerce, Medicine and Science in the Dutch Golden Age, New Haven, Yale University Press.

Cosgrove Denis (1992), « Mapping New Worlds : Culture and Cartography in Sixteenth Century Venice », Imago Mundi, 44, p. 65-89.

Crone Gerald Roe (1978), Maps and their Makers : An Introduction to the History of Cartography, 5th ed., Folkestone, Kent, Dawson.

Dainville François de (1964), Le langage des géographes. Termes, signes, couleurs des cartes anciennes, 1500-1800, Paris, A & J. Picard.

Dainville François de (1969), La géographie des humanistes, Genève, Slatkin Reprints.

Darnton Robert (1984), Great Cat Massacre, New York, Basic Books.

Davis Nathalie Zemon (1975), Society and Culture in Early Modern France, Stanford, Stanford University Press.

De Landtsheer Jeanine (1998), « Abraham Ortelius et Juste Lipse », in R. Karrow (ed.), Abraham Ortelius (1527-1598). Cartographe et humaniste, Turnhout, Brepols, p. 141-151.

Delano-Smith Catherine (2007), « Signs on Printed Topographical Maps, ca. 1470-ca. 1640 », in D. Woodward (ed.), History of Cartography, vol. 3., Cartography in the European Renaissance, chap. 21, Chicago, University of Chicago Press.

Delano-Smith Catherine & Elisabeth Morley Ingram (1991), Maps in Bibles 1500-1600, Genève, Droz.

Desbarreaux-Bernard Tibulle P. (1865), L’imprimerie à Toulouse aux xve, xvie et xviie siècles, Toulouse, A. Chauvin.

Desgraves Louis (1968), Études sur l’imprimerie dans le Sud-Ouest de la France aux xve, xvie et xviie siècles, Amsterdam, Éditions Erasmus.

Donkersloot-De Vrij Y. Marijke (1967), The World on Paper : A Descriptive Catalogue of Cartographic Material Published in Amsterdam during the Seventeenth Century, Amsterdam, Theatrum OrbisTerrarum.

Duchet Michèle (dir.) (1987), L’Amérique de Théodore de Bry, Paris, CNRS Éditions.

Eisentstein Elizabeth (1979), The Printing Press as an Agent of Change : Communications and Cultural Transformations in Early Modern Europe, New York, Cambridge University Press, 2 vol.

Elliot James (1987), The City in Maps : Urban Mapping to 1900, Londres, British Library.

Estienne Charles (1553), Le guide des chemins de France de 1553, Paris, Estienne.

Fahy Conor (1993), « The Venetian Ptolemy of 1548 », in Denis Reidy (ed.), The Italian Book 1465-1800, Londres, The British Library.

Fer Nicolas de (nd), Introduccion à la Fortification dédiée à Monseigneur le duc de Bourgogne, Paris, Chez l’auteur dans l’Isle du Palais sur le Quay de l’Orloge à la Sphere Royale. avec. priv du Roy.

Findlen Paula (2002), « Inventing Nature : Commerce, Art, and Science in Modern Cabinets of Curiosity », in P. Smith & P. Findlen (eds), Merchants and Marvels. Commerce, Science, and Art in Early Modern Europe, New York, Routledge, p. 297-323.

Frangenberg Thomas (1994), « Chorographies of Florence : The Use of City Views and City Plans in the Sixteenth Century », Imago Mundi, 46, p. 41-64.

Haraway Donna (1989), Primate Visions : Gender, Race and Nature in the World of Modern Science, New York, Routledge.

Harline Craig E. (1987), Pamphlets, Printing and Political Culture in the Early Dutch Republic, Dordrecht, Martinus Nijhoff.

Harvey Paul Dean Adshead (1980), The History of Topographical Maps : Symbols, Pictures and Surveys, Londres, Thames and Hudson.

Hutchins Edwin (1995), Cognition in the Wild, Cambridge, MIT Press.

Ingram Morley Elizabeth (1993), « Maps as Reader’s Aids : Maps and Plan in Geneva Bibles », Imago Mundi, 45, p. 29-44.

Ivins William M. (1953), Prints and Visual Communication, Cambridge, MIT.

Jardine Lisa (1993), Erasmus, Man of Letters : The Construction of Charisma in Print, Princeton, Princeton University Press.

Johns Adrian (1998), The Nature of the Book : Print and Knowledge in the Making, Chicago, University of Chicago Press.

Karrow Robert W. (1993), Mapmakers of the Sixteenth Century and their Maps : Bio-Bibliographies of the Cartographers of Abraham Ortelius, 1570, Chicago, University of Chicago Press.

Karrow Robert W. (1998), « Abraham Ortelius : An introduction », in R. Karrow (ed.), Abraham Ortelius (1527-1598). Cartographe et humaniste, Turnhout, Brepols.

Kenney Edward John (1974), The Classical Text : Aspects of Editing in the Age of the Printed Book, Berkeley, The University of California Press

Knecht Robert J. (1994), Renaissance Warrior and Patron : The Reign of Francis I, Cambridge, Cambridge University Press.

Knorr-Cetina Karin (1999), Epistemic Cultures : How the Sciences Make Knowledge, Cambridge, Harvard University Press.

Koeman Cornelis (1964), The History of Abraham Ortelius and his Theatrum Orbis Terrarum, Lausanne, Sequoia.

Konvitz Josef W. (1987), Cartography in France 1660-1848 : Science, Engineering and Statecraft, Chicago, University of Chicago Press.

Kuhn Thomas S. (1971), The Structure of Scientific Revolutions, Chicago, University of Chicago Press [1962].

Lowry Martin (1979), The World of Aldus Manutius : Business and Scholarship in Renaissance Venice, Ithaca, Cornell University Press.

Mangani Giorgio (1998), « La signification providentielle du Theatrum orbis terrarum », in R. Karrow (ed.), Abraham Ortelius (1527-1598). Cartographe et humaniste, Turnhout, Brepols, p. 93-103.

Medine Pierre de (1554), L’Art de navigver. Contenant toutes les reigles, secret, et enseignemens necessaires a la bonne nauigatio. Traduict du Castillan en Francois, auec augmentation et illustration de plusieurs figures & annotations, part Nicolas de Nicolai, du Dauphiné, Geographe du treschrestien roy Henri II, Lyon, Guillaume Rouillé.

Meeus Hubert (1998), « Abraham Ortelius et Peter Heyns », in R. Karrow (ed.), Abraham Ortelius (1527-1598). Cartographe et humaniste, Turnhout, Brepols, p. 152-159.

Mercator Gerhard (1613), Atlas minor de Gverdard Mercator, traduict de Latin en François par le Sieur de la Popleliniere Gentilhomme Francois anno 1613, Amsterdam, Iudoci Hondij.

Morris Anthony Edwin James (1979), History of Urban Form, Londres, George Godwin Ltd.

Mukerji Chandra (1983), From Graven Images : Patterns of Modern Materialism, New York, Columbia University Press.

Mukerji Chandra (2002a), « Cartography, Entrepreneurialism and Power in the Age of Louis XIV », in P. Smith & P. Findlen (eds), Merchants and Marvels, New York, Routledge, p. 255-259.

Mukerji Chandra (2002b), « Bourgeois Culture and French Gardening in the xvith and xviith Centuries », in M. Conan (ed.), Bourgeois and Aristocratic Encounters in Garden Art, Washington, Dumbarton Oaks.

Mukerji Chandra (2008), « Sociologie et cognition collective », in B. Lahire & C. Rosental (eds), Sciences Sociales et cognition, Paris, Éditions des Archives contemporaines, p. 213-231.

Mukerji Chandra (2009), Impossible Engineering : Technology and Territoriality on the Canal du Midi, Princeton, Princeton University Press.

Nicolay Nicolas de (1567), Les quatre premiers livres des navigations et pérégrinations orientales, Lyon, Guillaume Rouillé.

Nicolay Nicolas de (1569), L’art de navigver de M. Pierre de Medine Espagnol, Lyon, Guillaume Rouillé.

Nussbaum Fritz (1957), Les Pyrénées dans l’ancienne cartographie selon la collection des Cartes de la Bibliothèque de la Ville de Berne, Saragosse, Consejo Superior de Investigationes Cientificas.

Ortelius Abraham (1964), Theatrum Orbis Terrarum, intro. par R. A. Skelton, Amsterdam, N. Israel Publisher [Anvers, 1570].

Paris Marie-Joëlle (1986), Versailles, le Grand Aqueduc de Buc 1686, ou, De la manière de conduire les eaux au parc, Buc, Office municipal des associations de Buc, Paris, Éditions Sous le vent.

Parry John Horace (1974), The Discovery of the Sea, Berkeley, University of California Press.

Pastoureau Michel (1982), « L’illustration du livre. Comprendre ou rêver ? », in Centre National des Lettres, Histoire de l’édition française, tome I, Paris, Promodis.

Pearce Susan M. (1995), On Collecting, New York, Routledge.

Penrose Boies (1960), Travel and Discovery in the Renaissance : 1420-1620, Cambridge, Harvard University Press.

Pérez-Gómez Alberto (1983), Architecture and the Crisis of Modern Science, Cambridge, MIT Press.

Phillips Margaret Mann (1981), Erasmus and the Northern Renaissance, éd. rév., Woodbridge, Suffolk, Boydell Press.

Picard Jean-Félix (1684), Traité de Nivellement, Paris, Estienne Michallet.

Poldo d’Albenas Jean (1560), Discours Historial de l’Antiqve et Illvstre Cite de Nismes, En la Gaule Narbonnaise, auecs les portraitz des plus antiques & insignes bastimens dudit lieu, reduitz à leur vraye mesure & proportion, ensemble de l’antique & moderne ville, Lyon, Guillaume Rouillé.

Ptolemée (1511), Liber geographiae, Venise, Jacobus Pentius de Leucho.

Rafael Vicente L. (2000), White Love and Other Events in Filipino History, Durham, Duke University Press.

Relaño Francese (1995), « Against Ptolemy : The Significance of the Lopes-Pigofetta Map of Africa », Imago Mundi, 47, p. 49-66.

Rosenau Helen (1959), The Ideal City and its Architectural Evolution, Londres, Routledge.

Schama Simon (1987), The Embarrassment of Riches : An Interpretation of Dutch Culture in the Golden Age, New York, Vintage Books.

Schmidt Benjamin (2002), « Inventing Exoticism », in P. Smith & P. Findlen (eds), Merchants and Marvels, New York, Routledge, p. 347-369.

Schnapper Antoine, Mouquin Sophie & Michaël Szanto (2005), Curieux du Grand Siècle, Paris, Flammarion.

Star Susan Leigh & Geoffrey C. Bowker (1999), Sorting Things Out, Cambridge, MIT Press.

Thrower Norman Joseph William (1972), Maps and Man : An Examination of Cartography in Relationship to Culture and Civilization, Englewood Cliffs, Prentice-Hall.

Vervliet Hendrick D. L. (ed.) (1978), Post-Incunabula and Their Publishers in the Low Countries, La Haye, Martinus Nijhoff.

Wauwermans Henri Emmanuel (1964), Histoire de l’école cartographique belge et anversoise du xvie siècle, Amsterdam, Meridian [1895].

Wellens-De Donder Liliane (1998), « Un atlas historique : le Parergon d’Ortelius », in R. Karrow (ed.), Abraham Ortelius (1527-1598). Cartographe et humaniste, Turnhout, Brepols, p. 83-92.

Woodward David (1992), « Paolo Forlani : Compiler, Engraver, Printer, or Publisher ? », Imago Mundi, 44, p. 45-64.

Woodward David (1996), Maps as Prints in the Italian Renaissance : Makers, Distributors & Consumers, Londres, British Library.

Woodward David (ed.) (1975), Five Centuries of Map Printing, Chicago, University of Chicago Press.

Notes

1 Ce texte reprend l’article « Printing, Cartography and Conceptions of Place », in Renaissance Europe, Media, Culture and Society, 28 (5), 2006, p. 651-669.

2 Pour Knorr-Cetina (1999), une culture épistémique est un ensemble de pratiques partagées permettant d’accumuler et d’évaluer des connaissances. Les cultures épistémiques sont édifiées autour de types d’équipement expérimental et de manières de les utiliser, qui acquièrent leur crédibilité à l’intérieur d’une communauté épistémique. Knorr-Cetina s’est appuyée sur son travail de terrain en biologie moléculaire et en physique des hautes énergies pour faire ressortir les différences entre cultures épistémiques. Elle soutient qu’il n’y a pas de système dominant en épistémologie des sciences, mais plutôt des cultures épistémiques rendues robustes au niveau de domaines spécialisés. De plus, les disciplines ne sont pas dominées par des paradigmes uniques, mais sont souvent divisées en spécialités se développant presque indépendamment les unes des autres. Il en résulte que les chercheurs éprouvent des difficultés à évaluer le travail de leurs collègues de spécialités différentes. Ils travaillent sur la base de prémisses théoriques différentes, et ne savent pas vraiment distinguer le bon travail du mauvais. Les spécialités, explique Knorr-Cetina, ne partagent pas une culture épistémique, mais elles développent plutôt leurs propres manières de s’assurer que leurs connaissances sont bien fondées, et essaient de résoudre leurs problèmes d’épistémologie dans le contexte matériel et culturel de leurs propres mondes sociaux de pratique.

3 Les atlas étaient des recueils qui convenaient à la sensibilité bourgeoise de ces cités cosmopolites. Les habitants des cités les mieux dotées et qui s’étaient enrichis avaient accès à des objets remarquables à acheter ; ils avaient de l’argent à dépenser, et manifestaient souvent un intérêt pour l’étude, qui leur venait de leurs voyages ou de l’exposition à des nouveautés et à la culture dans les villes. Les recueils composés à la fois d’antiquités et de spécimens naturels rares étaient particulièrement prisés et recherchés au xvie siècle ; ils témoignaient à la fois de l’ouverture d’esprit de ceux qui les possédaient et de leur capacité financière (Findlen, 2002 ; Pearce, 1995, p. 109-121 ; Karrow, 1993). Les grands atlas des Pays-Bas étaient l’équivalent pour les bibliophiles des cabinets de curiosité, où étaient rassemblées, triées, et célébrées les choses de la terre en tant qu’expression d’un goût personnel, du cosmopolitisme et de l’éducation (Karrow, 1998, p. 25-30).

4 Ortelius garda pour lui ses conceptions en matière de religion, bien qu’il communiquât régulièrement avec ceux qui embrassaient de nouvelles doctrines ; ses cartes avaient des qualités emblématiques qui les faisaient paraître inspirées spirituellement (Mangani, 1998). Plantin n’était pas moins discret, parce qu’il essayait encore de gagner les faveurs de commissions de l’Église. Mais l’un et l’autre comprirent que le Livre de la Nature était censé livrer des leçons morales, et que l’étude de la géographie pouvait être une pratique morale moins dangereuse que la lecture des évangiles.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search