Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Faire des sciences sociales. Généraliser

 | 
Emmanuel Désveaux
, 
Michel de Fornel

Deuxième partie. Horizons d’universalité

Ni pure abstraction ni simple généralisation

Leçons japonaises pour une refondation de l’économie politique

Sébastien Lechevalier

Texte intégral

1Peut-être plus que pour toute autre science sociale, la question de la scientificité s’est toujours posée avec acuité pour les sciences économiques, qui se représentent à mi-chemin des sciences dures et des sciences de la société. Une des raisons principales tient à l’aspect quantitatif des phénomènes que les économistes analysent. Surtout, comme le soulignent Antoine d’Autume et Jean Cartelier, « c’est peut-être plus encore par l’abstraction que l’économie se prévaut d’un statut scientifique » (1996, p. 1). Ainsi, il n’est pas exagéré d’affirmer que la question de la généralisation ne se pose pas pour les sciences économiques, telles qu’elles existent aujourd’hui. En effet, les économistes se sont attachés depuis des décennies à construire une méthode non seulement déductive mais aussi axiomatique (Amable, Boyer et Lordon, 1996).

2Plutôt que de critiquer les économistes pour le manque de réalisme de leurs modèles, il peut sembler au contraire légitime de les louer pour le formidable détour théorique qu’ils réalisent pour comprendre des objets complexes. Certes, le problème essentiel des sciences économiques aujourd’hui réside bien dans leur rapport à la réalité mais il ne renvoie pas principalement à la question du réalisme.

3Il apparaît dans les difficultés de contrôle empirique qui rendent impossible toute expérience de laboratoire. Face à cette situation, les économistes ont eu tendance à mettre l’accent sur la cohérence logique, à privilégier la forme par rapport au fond. Il en découle certes parfois une beauté formelle mais également une attitude schizophrénique, dont l’un des symptômes est l’absence de remise en cause en cas de contradictions avérées entre les prédictions d’un modèle théorique et la réalité qu’il est censé expliquer. Ainsi, un raisonnement typique de l’économiste qui doit rendre compte d’une crise qu’il n’avait pas prévue est de « reprocher » à la réalité d’être trop éloignée de sa théorie et non pas l’inverse, comme le souligne Robert Boyer (1986, p. 8 ; souligné dans l’original), non sans quelque ironie :

Dans le modèle d’économie pure, tous les marchés s’équilibrent de sorte qu’en particulier prévaut toujours le plein-emploi. Si donc l’on observe un chômage durable et massif, ce ne peut être que du fait de la violation des hypothèses de base du modèle [...]. Dès lors la crise apparaît comme l’hiatus entre la théorie et la réalité des économies étudiées.

4Cette difficulté du rapport à la réalité apparaît tout particulièrement dans l’hypothèse dominante en sciences économiques, inspirée des sciences de la nature, selon laquelle il existe des lois économiques universelles valables en tout temps et en tout lieu (Boyer, 1986 ; Boyer et Saillard, 1995). Ici encore, le problème n’est pas tant le manque de réalisme de l’hypothèse que les conséquences néfastes qu’elle induit dans la définition du programme de recherche et la confrontation à la réalité qui se traduit le plus souvent par une stratégie de négation.

5L’objectif de ce texte est de critiquer cette relation des sciences économiques à la réalité, tout en soulignant les limites d’une méthode reposant sur la seule induction. Selon nous, c’est l’articulation raisonnée entre déduction et prise en compte de la variabilité des mécanismes économiques qui est susceptible d’aboutir à une compréhension plus riche des mécanismes économiques. Pour ce faire, notre démonstration s’appuie essentiellement sur les analyses du capitalisme japonais, qui constituent un cas d’école des difficultés des sciences économiques à comprendre la diversité des mécanismes économiques dans le temps et dans l’espace.

6Alors que l’économie japonaise est tombée depuis deux décennies dans l’anonymat d’une stagnation économique si européenne, on a tendance aujourd’hui à oublier le choc épistémologique que sa réussite a provoqué dans les années 1970 et 1980 : en effet, on avait alors l’exemple d’une économie capitaliste qui ne semblait pas respecter les règles théoriques de base de l’économie de marché, tout en produisant des résultats sensiblement meilleurs, à la fois en termes de croissance et d’équité.

7Les difficultés rencontrées par l’analyse de la trajectoire du capitalisme japonais dans un cadre standard nous semblent être une source de stimulation pour la mise en œuvre d’un programme de recherche susceptible de nous aider à comprendre la variabilité dans le temps et l’espace des mécanismes économiques. Dans cette contribution, nous présentons quelques résultats, dans le cas du Japon, de ce programme qui peut être qualifié d’économie politique du changement institutionnel et de la diversité des capitalismes, et nous évoquons quelques autres applications possibles.

De l’universalité en économie

8L’hypothèse selon laquelle il existe des lois économiques universelles est l’un des fondements des sciences économiques telles qu’elles se sont progressivement construites depuis la fin du xixe siècle, avec la contribution de Léon Walras et sa théorie de l’équilibre général, dont les deux piliers sont l’hypothèse de rationalité et la notion d’équilibre comme coordination (Autume et Cartelier, 1996).

9Une nouvelle étape est progressivement franchie dans les années 1970 et 1980 avec la mise en place du programme de recherche « nouveau classique », dont la paternité est souvent attribuée, entre autres, à Robert Lucas, prix Nobel d’économie en 1996. L’ambition n’est plus seulement déductive mais axiomatique (Amable, Boyer et Lordon, 1996). On passe alors de la recherche d’une théorie générale à l’affirmation de l’universalité de la théorie de l’équilibre général. En bref, dans ce cadre, les crises économiques et les périodes d’ajustement peuvent être expliquées par des changements dans les préférences des agents économiques et/ou des interventions parasites, au premier rang desquelles celle du gouvernement.

10On comprend mieux la logique de l’analyse économique inspirée par les travaux de Walras et de Lucas, en la comparant à l’approche historique comme le fait Robert Boyer (1986, p. 40) :

Pour l’historien, l’essentiel tient à la construction des faits historiques, de sorte que les autres disciplines – en particulier l’analyse économique – lui apportent plus des outils qu’une problématique à vocation totalisante. Pour l’économiste au contraire, histoire et comparaisons internationales fournissent les données pour éprouver les modèles théoriques qu’il a tirés de l’analyse logique, voire axiomatique, mais il est rare que le caractère têtu des évidences empiriques parvienne à disqualifier son système d’interprétation ou, tout au moins, incite à l’amender. [...] Fort du caractère vénérable des concepts qu’il utilise, de la rigueur logique qui permet de dériver des comportements individuels ou des lois tendancielles d’un petit nombre de principes fondateurs, il est tenté d’interpréter comme une scorie et une imperfection tout écart entre évolution historique et enseignement de sa théorie, la divergence fût-elle béante ! [...] À l’opposé de son collègue historien, le chercheur en économie est peu enclin à changer de système d’interprétation ; au contraire, il est incité à persévérer, quitte à redéfinir de nouvelles mesures ou méthodes permettant de réinsérer la réalité historique dans le champ de sa théorie.

11Paradoxalement, cette attitude de la profession par rapport à la réalité n’a pas été profondément affectée par les évolutions les plus récentes, parmi lesquelles les crises financières, qui auraient pu nourrir ne serait-ce que le début d’un doute sur les vertus autorégulatrices des marchés (Orléan, 2009). Au contraire, le contexte de mondialisation et la convergence qu’elle est supposée engendrer rendraient d’autant plus pertinente l’hypothèse de l’universalité des mécanismes économiques. L’idée de base est que la concurrence entre les entreprises, les arrangements institutionnels, les technologies, les régions et les nations devrait exclure de fait les configurations inefficientes et promouvoir la convergence vers les meilleures pratiques. Boyer (1996) montre les limites de cette idée en soulignant qu’elle ne prend pas en compte des mécanismes susceptibles de renforcer au contraire la diversité entre systèmes économiques nationaux, y compris dans le cadre de la mondialisation. Parmi eux, on peut citer une forme de division internationale du travail en fonction d’avantages comparatifs institutionnels renforcés par des mécanismes de complémentarité (Hall et Soskice, 2001).

Le grain de sable japonais

12Quand on passe des modèles théoriques aux économies concrètes, les économistes ont conscience que, dans le détail, l’économie du Ghana ou celle de l’Ouzbékistan ne suivent pas exactement les lois universelles qu’ils postulent. Cet écart par rapport au modèle théorique ne leur pose toutefois pas de problème majeur, dans la mesure où le différentiel de performance ou de développement par rapport à l’économie censée être la plus proche du modèle théorique, l’économie américaine, confirme l’inefficience d’arrangements institutionnels alternatifs. Cette conviction a été renforcée par les analyses économiques de l’effondrement de l’Union soviétique, qui a pu être interprété comme la preuve manifeste d’absence de système alternatif et d’un processus de convergence en marche vers le capitalisme de marché de type anglo-saxon.

  • 1 Cette phase de rattrapage pouvait expliquer, sous certaines hypothèses, des taux de croissance plus (...)
  • 2 Avec par exemple la montée du prix du pétrole dans une économie dépendante à 100 % des exportations (...)

13Cependant, la réussite du capitalisme japonais dans les années 1970 et 1980 pose un problème épistémologique bien plus fondamental, en un sens, que celui posé par l’existence du système économique soviétique. Cela explique pourquoi son étude est devenue si populaire dans les années 1980, bien au-delà du cercle étroit des spécialistes du Japon (Boyer, 2011). L’origine de cet intérêt tient au différentiel de performances entre l’économie japonaise d’un côté et les économies américaine et européenne de l’autre, tant du point de vue du taux de croissance (au moins le double par rapport aux taux américains et européens) que de celui du solde des échanges commerciaux (lesquels sont, à partir des années 1980, massivement excédentaires à l’égard des États-Unis et de l’Europe). Cette situation est devenue d’autant plus « problématique », à partir du milieu des années 1970, que le Japon avait achevé sa phase de rattrapage1 et montré une capacité à s’ajuster tout à fait remarquable dans un contexte pourtant particulièrement défavorable2.

14Or, ces performances sont d’autant plus « gênantes » qu’une première analyse montre que le fonctionnement de l’économie japonaise aux niveaux micro et macro semble éloigné des lois de l’économie de marché telles qu’enseignées dans les manuels universitaires. Ainsi, par exemple, les relations de long terme entre donneurs d’ordre et fournisseurs sont en contradiction avec le principe de base des échanges reposant sur une comparaison instantanée des coûts et des bénéfices. De même, certes les entreprises japonaises maximisent leurs profits, tout comme leurs homologues américaines, mais certaines de leurs décisions, comme le maintien d’activités déficitaires ou l’absence de recours aux licenciements en cas de chocs négatifs, montrent que le profit n’est qu’une variable parmi d’autres (dont la croissance, fondement de l’emploi de long terme) dans leur fonction d’objectifs. Autrement dit, non seulement le capitalisme japonais ne semble pas suivre les règles de base de l’économie de marché, mais il paraît néanmoins plus efficient. Nous ne sommes plus ici dans le cas d’économies « archaïques » ou « exotiques » dont les différences par rapport au modèle théorique conduisent à des performances moindres. Le défi théorique est d’une tout autre nature et a suscité un certain nombre de débats.

15De la fin des années 1970 au début des années 1990, les contributions, essentiellement américaines, qui visent à expliquer la réussite japonaise sont particulièrement intéressantes pour notre sujet. Le principal angle d’attaque concerne le commerce international. Émerge en effet alors l’idée que le Japon profiterait de la mondialisation sans en respecter les règles. Certains économistes s’attachent tout particulièrement à l’analyse d’un certain nombre de barrières supposées telles que les keiretsu, une structure conglomérale spécifique dont les conséquences sur les pratiques (relations avec les fournisseurs, localisation des investissements, participations croisées, solidarité en cas de crise, etc.) expliqueraient les déséquilibres commerciaux entre États-Unis et Japon (Lawrence, 1993).

  • 3 Cette attitude est en fait assez caractéristique d’un recours honteux à l’ad hoc en économie, comme (...)

16Cependant, ces analyses restent impuissantes pour expliquer les performances de l’économie japonaise du point de vue de la croissance, d’où la tentation, paradoxalement très forte chez certains économistes néoclassiques d’ordinaire attachés à la rigueur d’une démonstration déductive, d’introduire des explications externes aux théories économiques générales, en particulier des explications culturalistes3. Or, ces hypothèses culturalistes ne résistent pas à l’analyse, ni sous l’angle de la rationalité économique, ni surtout dans une perspective historique.

La (fausse) solution culturaliste

17Pour expliquer les différences sensibles entre le capitalisme japonais et le capitalisme américain des points de vue du fonctionnement et des performances, une autre hypothèse est en effet devenue très populaire dans les années 1980 : le système socio-économique japonais serait précapitaliste. Pour preuve, on citait alors en exemple le caractère paternaliste de la gestion des entreprises ou, plus généralement, l’ensemble des relations entre les acteurs économiques, qui semblaient ne pas répondre strictement aux critères de rationalité définis par la théorie économique. En fait, derrière cette lecture du capitalisme japonais, se cache une interprétation culturaliste.

18Dans cette perspective, le modèle japonais serait de fait incomparable aux autres capitalismes car déterminé par un substrat culturel tout à fait unique. Cette approche, très populaire chez les Japonais eux-mêmes attirés par l’idée de l’exceptionnalité de leur pays, se retrouve par exemple dans le fameux livre de Michio Morishima, Confucianisme et capitalisme (1986). Dans cet essai qui s’inspire, on l’aura compris, de la fameuse thèse de Max Weber sur l’éthique protestante et l’esprit du capitalisme, l’auteur explique les spécificités de l’économie japonaise par le substrat culturel que constitue le confucianisme. Ce qui ferait à la fois la spécificité du capitalisme japonais et sa force serait l’influence de valeurs confucéennes. Celles-ci expliqueraient l’investissement dans l’éducation, l’importance de l’épargne, le respect de l’autorité, le primat des relations de confiance dans le long terme et l’absence de lutte des classes voire de conflit dans une société régie par des principes d’harmonie, où chacun trouverait sa place.

19Cependant, ce type d’analyse ne résiste pas longtemps à un examen approfondi. Tout d’abord, on ne parvient pas à expliquer pourquoi d’autres pays que l’on pourrait qualifier de « confucianistes », au premier rang desquels la Chine, n’ont pourtant pas connu la même trajectoire que le Japon (Boyer et Yamada, 2000). Ensuite, la thèse d’un capitalisme « confucianiste » insiste sur l’existence de rapports « harmonieux », très loin des analyses en termes de lutte des classes. De fait, les relations salariales au Japon ont pu donner l’impression, aux chercheurs qui s’y sont intéressés depuis les années 1970, de reposer, plus qu’en Europe et aux États-Unis, sur la collaboration entre capital et travail. L’image de salariés dévoués prêts à se sacrifier, sinon pour leur patron, du moins pour leur entreprise, est même devenue une image d’Épinal pour ceux qui souhaitait importer, en France par exemple, le rapport salarial à la japonaise.

  • 4 Lechevalier (2011a). Le concept de « social dominant » est emprunté à Amable et Palombarini (2009).

20Toutefois, cette image d’un rapport salarial pacifié relève davantage du fantasme que d’un examen précis des faits. Les relations de travail au Japon sont, tout comme en Europe ou aux États-Unis, fondamentalement conflictuelles. Si les taux de grève y sont sensiblement moins élevés, c’est, selon nous, pour deux raisons principales. D’une part, le mode de résolution des conflits y est différent des contextes européens et américains et repose sur une plus grande internalisation de ceux-ci (Eisenstadt et Ben-Ari, 1990). D’autre part, après la purge rouge des années 1950, intervenue après une phase de conflits extrêmement durs, le parti libéral-démocrate, en collaboration étroite avec la bureaucratie et le patronat, s’est attaché à construire un « bloc social dominant » dans lequel presque toutes les composantes de la société, y compris la classe ouvrière, pourraient trouver une place, à tel point que plus de 80 % de la population japonaise s’identifie à la classe moyenne à la fin des années 19704.

21Surtout, la principale faiblesse des approches culturalistes est leur incapacité à rendre compte de l’historicité de la trajectoire de l’économie japonaise. Ainsi, des travaux d’historiens ont montré à quel point le « modèle japonais » était très proche du modèle de capitalisme libéral de marché pendant l’entre-deux-guerres, avec le primat des relations d’emploi de court terme et un financement de l’économie reposant sur les marchés financiers (Hoshi et Kashyap, 2001). Le modèle japonais des années 1970 et 1980 est avant tout le résultat historique de l’expérience d’économie administrée pendant la Seconde Guerre mondiale, de l’occupation américaine après-guerre marquée par l’influence de principes et de pratiques rooseveltiens, puis de l’institutionnalisation, pendant la période de haute croissance (années 1950 et 1960), du compromis social d’après-guerre (Okazaki et Okuno-Fujiwara, 1999).

22De fait, l’analyse culturaliste ne résiste pas à l’épreuve des faits historiques. Ainsi, insister sur le rôle du confucianisme pour expliquer les taux d’épargne élevés qui ont été à la base de l’investissement et de la croissance japonaise est une hypothèse peut-être séduisante. Cependant, la vision d’un capitalisme japonais « frugal » ne correspond pas à la réalité du développement de crédits à la consommation qui ont conduit à faire du surendettement un vrai problème social (Sala, 2010). Surtout, ce cadre d’analyse rencontre vite ses limites quand il s’agit d’expliquer pourquoi ces mêmes taux d’épargne ont chuté dramatiquement aujourd’hui, ce que parvient à faire un économiste tel que Charles Yuji Horioka (1990, 2004) avec des outils néoclassiques tout à fait standards. C’est pourquoi il importe de ne pas opposer trop radicalement les approches néoclassiques d’un côté, et institutionnalistes et historiques de l’autre, dans la mesure où il est possible de trouver des complémentarités entre elles. Ainsi, on doit reconnaître l’importance de la contribution d’un Takatoshi Ito (1992), qui mobilise toute la palette des instruments néoclassiques disponibles à l’époque pour expliquer les performances et les caractéristiques de l’économie japonaise. On peut dire qu’il y parvient en partie, notamment en ce qui concerne l’économie internationale et la croissance. La part inexpliquée est malgré cela loin d’être résiduelle. Selon nous, seules les approches institutionnalistes et historiques sont à même de relever ce défi théorique. Autrement dit, la véritable solution réside dans une articulation raisonnée entre outils néoclassiques et théories de la diversité des capitalismes, ce dont peut témoigner la réussite, certes jusqu’à un certain point, de la combinaison entre approches « révisionnistes » et théories du modèle japonais.

Des travaux « révisionnistes » aux théories du modèle japonais

23L’adjectif « révisionniste » – assez peu heureux, il faut le reconnaître – désigne dans le contexte des analyses de l’économie japonaise un ensemble d’études empiriques en comparaison internationale qui, avec des outils néoclassiques, ont visé à démystifier l’idée de l’unicité du système économique japonais. Parmi ces études, les plus remarquables sont certainement celles de Kazuo Koike dans le domaine de l’économie du travail. Ainsi Koike (1991) analyse les pratiques d’emploi au Japon dans une perspective comparative. Alors que ces dernières sont souvent caractérisées par l’expression – certes poétique mais très peu rigoureuse – des trois trésors (三種の神器, Sanshu no jingi) que sont censés être l’emploi à vie, le salaire à l’ancienneté et le syndicat d’entreprise (sans que l’auteur de ces lignes n’ait jamais compris en quoi le syndicat maison pouvait être qualifié de trésor du point de vue des salariés), Koike montre que suivant notamment les deux premiers points, le Japon ne se distingue pas radicalement des États-Unis ou des pays européens dans les années 1970, également caractérisés par des pratiques d’emploi de long terme et de croissance du salaire selon l’ancienneté, notamment dans les grandes entreprises. Selon Koike, la spécificité japonaise qui ressort des comparaisons internationales, ce n’est donc ni l’emploi à vie ni le salaire à l’ancienneté mais ce qu’il appelle la « white collarization of blue-collar workers », à savoir le fait que la politique des ressources humaines dans l’entreprise japonaise typique ne fait pas de distinction entre les cols blancs et les cols bleus. Cela renvoie à la question du compromis social dans l’entreprise et à l’intégration de la classe ouvrière à la classe moyenne. Koike complète son analyse par une théorie assez originale des différents types de capital humain, au sujet desquels il montre que le capitalisme japonais a tendance à promouvoir tout particulièrement l’un d’entre eux, celui dont les compétences augmentent avec la pratique sur le lieu de travail, ce qui confirme la rationalité des pratiques d’emploi de long terme.

24Une fois que l’on a identifié le cœur des spécificités du capitalisme japonais, vient le temps de la théorisation, qui passe certes par une tentative de généralisation d’observations concrètes mais aussi et peut-être surtout par un effort d’abstraction en référence à un cadre théorique plus général. Les économistes ont de fait rivalisé d’imagination pour proposer des théories du modèle japonais dans les années 1980, mais on peut dire que la plus marquante est celle proposée par Masahiko Aoki (1988 et 1990), qui se focalise sur l’organisation interne de l’entreprise. Elle est de plus particulièrement intéressante pour notre propos en ce qu’elle repose à la fois sur une observation des pratiques sur le terrain (notamment chez Toyota, qui est la véritable source d’inspiration de la théorie) et sur les développements les plus récents des théories de l’information en économie. Ce faisant, Aoki parvient à se tenir à distance à la fois des thèses culturalistes en montrant la rationalité de ce modèle, et de l’universalisme néoclassique en prenant en compte les rapports de force historiques et institutionnels. Cette théorie est en effet connue pour avoir contribué à la prise en compte de l’information dans l’analyse économique (1988), moins pour ce qui peut potentiellement ouvrir à une économie politique de la diversité des capitalismes (1990).

25Tout d’abord, Aoki établit la rationalité du mode d’organisation de la firme japonaise (J) qui n’en est pas moins radicalement différent de celui de la firme américaine (A) sous l’angle de la génération de l’information et de sa circulation (Aoki, 1988). La firme A est en effet caractérisée par la centralisation, le contrôle hiérarchique et la stricte séparation entre conception et mise en œuvre, ce qui requiert la spécialisation de chaque travailleur et la mise en place d’un système d’incitations horizontales (pour un poste donné). Inversement, le fonctionnement de la firme J repose sur la décentralisation et la coordination horizontale entre les travailleurs sur la base d’un partage de la connaissance. Les principes associés sont la polyvalence des travailleurs et la hiérarchie de rang (et non pas d’emploi) du point de vue des incitations et compétition interne. Ces deux formes d’organisation sont tout à fait rationnelles et ont leurs propres mérites. Ceux de la firme A résident dans la réponse à un choc agrégé, tandis que ceux de la firme J apparaissent en cas de choc local, par exemple le long de la chaîne de production.

26Ensuite, cette organisation particulière se met en place dans un contexte historique et institutionnel particulier, coïncidant avec des rapports de force particuliers qui doivent être étudiés dans une perspective d’économie politique (Aoki, 1990). Cette organisation correspond de fait à un certain gouvernement d’entreprise caractérisé par une alliance objective entre managers et (une partie des) salariés, au détriment des actionnaires. Dans ces conditions, on peut caractériser la firme classique japonaise par les relations de long terme entre des partenaires (stakeholders) dont le but est la maximisation de la croissance de l’entreprise (plutôt que le profit de court terme). Autrement dit, la forme du compromis social dans l’entreprise japonaise classique a des conséquences sur le comportement de celle-ci : elle est par exemple plus tournée vers la croissance, ce qui permet d’expliquer les performances du capitalisme japonais en la matière (Odagiri, 1994).

27C’est alors qu’en un retournement dont les économistes sont coutumiers, les théories du modèle japonais ont par la suite fait l’objet de tentatives d’extrapolation et de généralisation qui se sont révélées quasiment toutes des échecs, dans le contexte de la longue crise japonaise (1992-2004). Présentons maintenant les tentatives de tirer des leçons générales des analyses du modèle japonais et leurs limites, rendues d’autant plus évidentes dans le contexte de la longue stagnation japonaise.

Généraliser le modèle japonais ?

28La première tentative de généraliser le modèle japonais apparaît en économie du développement, ce qui est loin d’être une surprise étant donné que le Japon a été le premier pays non occidental à réussir son industrialisation. De plus, une théorie japonaise, « le développement en vol d’oies sauvages », proposée pour la première fois par Kaname Akamatsu dans les années 1930-alors que le gouvernement japonais cherche à justifier son ambition colonisatrice par le concept de sphère de coprospérité – et enrichie après-guerre, fait du Japon non seulement un modèle mais aussi le moteur du développement des économies d’Asie orientale (Sautter, 1996). La formulation la plus aboutie (mais aussi, peut-être, la plus caricaturale) peut se retrouver dans le fameux rapport de la Banque mondiale (1993) consacré au miracle asiatique. Ce rapport vise à expliquer les performances exceptionnelles des économies asiatiques, en particulier au regard des économies d’Amérique latine, tout en reconnaissant l’écart des pratiques par rapport au consensus de Washington (politiques de réformes structurelles et libéralisation commerciale). Selon ce rapport, la plupart des pays d’Asie orientale auraient imité peu ou prou la stratégie de développement japonaise, reposant sur la conjonction d’une forme de protectionnisme, d’une politique industrielle « intelligente » et de l’accumulation du capital, non seulement physique mais aussi humain (importance de l’éducation). Malheureusement pour les auteurs de ce rapport, la crise des pays asiatiques en 1997 montre l’inanité de cette tentative normative de généralisation. En effet, d’une part, les différences d’impact de la crise sur les économies montrent qu’elles sont loin de suivre le même modèle : les différences de structures industrielles entre Taïwan (prédominance des PME) et la Corée du Sud (rôle des très grandes entreprises conglomérales, les chaebols) et le caractère antithétique de l’équilibre État-marché à Singapour (où le gouvernement contrôle directement l’économie) et Hong Kong (où l’entrepreneuriat est le plus dynamique en Asie) montrent suffisamment la difficulté de généraliser en la matière. D’autre part, à mesure que les limites du soi-disant modèle japonais apparaissent crûment, le déclin de son influence dans la zone devient remarquable (MacIntyre et Naughton, 2005).

29Une autre tentative marquante de généralisation de l’expérience japonaise concerne l’organisation de la production et du travail au sein des entreprises. Dans la mesure où nombre de théories ont mis l’une d’entre elles au cœur de leur analyse du « miracle » japonais et où l’entreprise qui a donné son nom à ce modèle, le « toyotisme », est devenue en quelques années la première de son secteur, voire la plus efficiente du secteur manufacturier dans son ensemble – si ce type de résultat a un sens –, on comprend aisément que les efforts de généralisation du modèle japonais aient porté tout particulièrement sur ce point. Plusieurs études ont mis en évidence une diffusion de facto des pratiques toyotistes (voir Elger et Smith, 1994, par exemple). Cette diffusion déboucherait sur une japonisation des relations de travail, à savoir une croissance de l’intensité par d’autres voies que celles explorées par le taylorisme : responsabilisation des salariés par leur autonomisation, gestion en flux tendus, implication dans les objectifs de qualité de la production et de performance de l’entreprise (Cohen, 2000). Cependant, une analyse plus détaillée de la diffusion des pratiques toyotistes montre que cette dernière est en fait très limitée, y compris au Japon. Derrière les tentatives officielles d’introduction de méthodes toyotistes, se cache en fait bien souvent une simple volonté d’intensification du travail sans avoir à supporter les coûts associés du toyotisme, ce qui a été justement analysé comme une nouvelle forme de productivisme (Askenazy, 2004) ou mieux encore comme une nouvelle utopie capitaliste (Coutrot, 1998). Le cas typique est celui d’une réorganisation de la production, selon des slogans aisément identifiables tels que l’absence de stocks ou de défauts, qui s’accompagne de dégraissages (downsizing). Or, rien n’est plus contraire au toyotisme qui requiert des îlots de stabilité pour rendre non seulement supportable mais aussi efficiente une gestion sur le fil du rasoir (Lechevalier, 2005).

30De façon plus générale, on rencontre souvent l’idée que le Japon serait le laboratoire d’évolutions futures, par exemple en ce qui concerne la démographie. Le Japon est de fait le premier pays de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) à avoir fait l’expérience d’un vieillissement accéléré de sa population (bientôt imité et dépassé en cela par la Corée du Sud) et l’on s’attend à observer des phénomènes similaires en Europe avec l’arrivée à l’âge mûr de la génération du baby-boom de l’après-guerre. Toutefois, dans cette analyse de type laboratoire, on oublie souvent que la principale origine du vieillissement de la population japonaise tient à la chute du taux de natalité. Ce dernier était au même niveau que ce que l’on observait en France au milieu des années 1980, avant que l’on assiste à une divergence remarquable des évolutions, essentiellement à cause des différences de politiques sociales et familiales qui affectent de façons spécifiques, donc difficilement généralisables, les conditions de conciliation entre travail et famille (Guillemard, 2010 ; Arai et Lechevalier, 2005).

31Au final, la perspective de recherche qui consiste à faire du Japon un laboratoire social et économique pour les pays de l’OCDE est séduisante mais doit être maniée avec la plus grande précaution. Quant aux tentatives de généralisation du modèle japonais, qui ont souvent une composante normative, elles ont été remises en cause par l’entrée en crise de celui-ci, qui a été l’occasion pour certains économistes de réaffirmer l’existence d’une meilleure voie (one best way), correspondant peu ou prou au capitalisme de marché de type anglo-saxon. Selon nous, cela confirme également l’idée selon laquelle « chaque société a les crises et la conjoncture de ses structures », pour reprendre l’expression de Robert Boyer (1986, p. 31), qui s’inspire elle-même des travaux de l’école des Annales et d’Ernest Labrousse tout particulièrement, et qui limite ainsi strictement les possibilités de généralisation.

La longue crise japonaise est-elle la preuve de l’existence d’un one best way ?

32Alors que, dans les années 1980, les performances de son économie, bien supérieures à celles des États-Unis et de l’Europe, faisaient prédire à une majorité d’économistes que les années 1990 seraient japonaises ou ne seraient pas, la longue crise japonaise (1992-2004), couramment qualifiée de « décennie perdue », a montré en retour les limites des tentatives de faire du capitalisme japonais un modèle alternatif au capitalisme anglo-saxon, susceptible de généralisation. Dès lors, la thèse dominante chez les économistes a été d’expliquer les succès japonais des années 1970 et 1980 par un contexte favorable (économie fermée, progrès technique lent) et sa crise par les changements profonds ayant affecté cet environnement, avec une nouvelle phase de la globalisation et l’émergence d’une nouvelle vague de progrès technique (susceptible de donner naissance à une « nouvelle économie »), thèse confortée par les bonnes performances de l’économie américaine depuis les années 1990.

33Certes, selon un premier type d’interprétation, d’inspiration keynésienne, la stagnation japonaise s’expliquerait par une série d’erreurs de politique économique (Mikitani et Posen, 2000), ce qui ne remettrait pas fondamentalement en cause les théories du modèle japonais. Cependant, la durée de la crise invalide de fait la thèse d’un caractère conjoncturel de celle-ci. Il est à noter ici que les événements qui ont suivi la faillite de Lehman Brothers en 2008 ont popularisé l’idée selon laquelle les économies américaine et européenne pourraient, dans les années à venir, connaître une trajectoire « à la japonaise », marquée par une grande fragilité du système financier, une augmentation remarquable de la dette publique, ainsi qu’une délation associée sinon à une dépression comparable à celle des années 1930 du moins à une forme de stagnation économique. Autrement dit, on passe de tentatives de généraliser le modèle japonais à celles de tirer des leçons générales de sa crise. Néanmoins, ici encore, il convient de se méfier des tentatives de généralisation hâtives qui ne prennent pas en compte un contexte institutionnel très spécifique. C’est le cas de la formation des salaires par exemple, marquée par le déclin du shuntô, cette pratique d’augmentation coordonnée des salaires qui s’est muée en instrument de modération salariale, largement à l’origine de l’épisode délationniste (Canry, Fouquau et Lechevalier, 2010 ; Lechevalier, 2011a).

34C’est alors que reviennent en force les théories économiques « universalisantes », selon lesquelles la crise aurait pour origine la déviation du modèle japonais par rapport à des lois « universelles » de respect des règles de profitabilité et de valeur pour l’actionnaire (Dore, 2011). Plus précisément, cette crise serait le signe que le capitalisme japonais aurait pu maintenir son idiosyncrasie dans un environnement fermé mais que, dans un contexte globalisé – qui correspond peu ou prou à la fin de l’histoire pour les économistes –, cela ne serait plus possible. Dans ces conditions, il n’y aurait d’autre solution pour le capitalisme japonais que de converger vers la seule forme viable d’organisation socio-économique, le capitalisme de marché de type anglo-saxon, qui incarnerait ainsi la seule bonne voie (one best way). Kozo Yamamura et Wolfgang Streeck (2003), parmi d’autres, montrent la force mais aussi les profondes limites de cette approche.

35Le reste de cette contribution est un appel pour ne pas jeter le bébé avec l’eau du bain, en d’autres termes ne pas jeter toutes les théories du modèle japonais avec la crise de celui-ci. Plutôt qu’une « généralisation » du modèle japonais à proprement parler, ce que nous proposons est une meilleure fécondation entre histoire (notamment économique et sociale), comparaisons internationales et théorie économique, un programme de recherche qui, selon nous, a déjà porté ses fruits.

Pour une économie politique du changement institutionnel et de la diversité des capitalismes

36Nous proposons donc de modifier sensiblement le programme de recherche sur le capitalisme japonais : plutôt que, selon l’ambition de la plupart des recherches des années 1980, une théorie généralisée du modèle japonais (dont on identifierait les principaux points forts, que les autres formes de capitalisme n’auraient plus qu’à imiter), l’enjeu est ici de proposer une théorie du changement institutionnel, qui ait une composante déductive (construite sur des principes généraux) et une autre inductive, qui conduise à son enrichissement effectif par la prise en compte de configurations originales telles que la trajectoire japonaise (Lechevalier, 2011a et b).

37En l’occurrence, la thèse dominante concernant le capitalisme japonais depuis le début des années 1990 est, comme on l’a vu précédemment, qu’il n’a pas su s’adapter à un changement d’environnement international et technologique. Autrement dit, l’incapacité à se réformer d’un Japon « arthritique » serait à l’origine de sa crise (Lincoln, 2001). Implicitement, la capacité à se réformer est jugée à l’aune de la convergence vers le capitalisme de marché de type anglo-saxon : on retient alors un ensemble de caractéristiques de ce dernier et on mesure la distance du capitalisme japonais par rapport à cette modernité supposée du point de vue de chacune d’entre elles.

38Comme nous avons déjà essayé de le montrer, ce type de raisonnement, fort répandu, est incorrect (Lechevalier, 2011a). Tout d’abord, il faut remarquer que les politiques de réforme ont commencé bien avant l’entrée en crise, plus précisément dès le début des années 1980, avec la mise en œuvre du programme de libéralisation, déréglementation et privatisation mené par le Premier ministre Yasuhiro Nakasone. Cela étant, nous convenons que le capitalisme japonais en 2011 n’a pas convergé vers le capitalisme libéral. Cependant, absence de convergence n’est pas synonyme de stabilité, bien au contraire. Le capitalisme japonais n’en a pas moins profondément changé depuis trente ans, au point qu’il est aujourd’hui très différent du système « classique » des années 1980. Plus précisément, il est toujours décentralisé, coordonné et segmenté, mais ces trois dimensions, qu’il convient d’étudier conjointement, ont profondément évolué. Le cadre d’analyse général proposé par Wolfgang Streeck et Kathleen Thelen (2005) permet, selon nous, de comprendre ce subtil équilibre entre continuité et discontinuité, tout comme le type de changement institutionnel graduel qui a caractérisé le capitalisme japonais depuis trente ans. Dans un précédent ouvrage (Lechevalier, 2011a), nous avons amendé ce cadre en prenant en compte la configuration japonaise, tout en nous inspirant de l’analyse du compromis social proposé par Bruno Amable et Stefano Palombarini (2009).

39Une première difficulté de l’analyse du changement institutionnel du capitalisme japonais réside dans ce qu’il convient d’appeler un paradoxe microéconomique-macroéconomique. Alors que les études de cas de la fin des années 1990 et du début des années 2000 soulignaient des changements profonds intervenus dans l’organisation d’entreprises comme Nissan par exemple, les études macroéconomiques concluaient à une très grande stabilité de l’ensemble (Lechevalier, 2007). Selon nous, l’origine de ce paradoxe tient aux limites d’une méthodologie reposant sur l’hypothèse de l’existence d’une firme représentative. Or, ce qui nous semble important de retenir du cas japonais, c’est l’impossibilité de définir une forme nationale de capitalisme, en fonction des caractéristiques d’un modèle typique et représentatif des entreprises qui la composent. En effet, nous avons insisté sur le caractère fondamentalement « discret » de l’hétérogénéité des entreprises japonaises, en nous inspirant en cela de travaux évolutionnistes (Lechevalier, 2011b ; Nelson, 1991 ; Dosi, Lechevalier et Secchi, 2010) : des différences substantielles en termes d’organisation et de performance subsistent même quand l’on contrôle la taille et le secteur. De plus, cette hétérogénéité est croissante depuis le milieu des années 1990 dans le cas japonais : il importe donc non seulement de constater cette hétérogénéité d’un point de vue statique mais aussi d’étudier son évolution et les déterminants de celle-ci (Ito et Lechevalier, 2009).

40Pour définir le capitalisme japonais, ainsi que toute forme de capitalisme, il faut ainsi passer à un autre niveau que celui de l’organisation des entreprises, celui des formes de coordination de cette hétérogénéité. Dans ce domaine encore, on observe au Japon une évolution des formes de coordination, avec par exemple le déclin des relations de sous-traitance dans le long terme et des keiretsu (structure conglomérale avec en son cœur une banque principale), et l’émergence de nouvelles formes telles que la fragmentation de la production au niveau de l’Asie et le recours à la forme d’une holding. Autrement dit, l’analyse des capitalismes ne peut pas faire l’économie d’une analyse plus fine de l’évolution des formes de coordination. Celle-ci permet aussi, dans le cas du capitalisme japonais, de proposer une interprétation alternative de sa crise. Favoriser la coordination par le marché dans tous les domaines, aux dépens des formes de coordination hors marché, est en principe tout à fait justifiable. Cependant, dans le contexte japonais, cela s’est révélé un échec, dont témoignent la formation de bulles financières et foncières dans la seconde moitié des années 1980, à la suite d’une vague de déréglementations, et leur éclatement au début des années 1990. Quant à la longue crise japonaise elle-même, elle ne s’explique pas par un excès de coordination mais bien plutôt par un manque de coordination de l’hétérogénéité croissante des entreprises (Lechevalier, 2007 et 2011a).

41Enfin, si le capitalisme japonais est fondamentalement décentralisé et coordonné, il importe de prendre également en compte une troisième caractéristique, celle du compromis social, que l’on peut qualifier de segmenté. Cette segmentation ne signifie pas qu’il est inégalitaire : il a été plutôt égalitariste dans l’après-guerre mais on a observé une rupture depuis le début des années 1990 avec une montée des inégalités. Dans cette perspective, le niveau et l’évolution des inégalités dans une forme donnée de capitalisme n’est ni un indicateur de performance (au même titre que la croissance) ni un élément qui dépasse ce niveau d’analyse, à cause des mécanismes liés à la mondialisation ou au progrès technique. Cela révèle en profondeur la nature du compromis social et de son éventuelle remise en cause, comme en témoigne, de façon caricaturale, la trajectoire japonaise en la matière puisque l’on passe, suivant cet indicateur imparfait de la distribution des revenus qu’est le coefficient de Gini, d’un niveau très faible d’inégalités dans les années 1970, comparable à celui de la Suède, à un niveau relativement élevé par rapport à la moyenne de l’OCDE, puisque le Japon se situe aujourd’hui au niveau britannique.

42Les trois niveaux considérés – micro, formes de coordination et compromis social – ont ainsi connu des changements profonds tels qu’il est possible de conclure que le capitalisme japonais a achevé sa « grande transformation » (Lechevalier, 2011a). On présente ici deux exemples susceptibles de montrer l’intérêt potentiel de l’analyse du capitalisme japonais, non du point de vue de sa généralisation mais bien plutôt à travers la fécondation entre analyse théorique et prise en compte de la variabilité dans le temps et dans l’espace des mécanismes économiques.

43Le premier exemple concerne l’économie politique des inégalités. La montée des inégalités a donné lieu à un débat académique – malheureusement complètement inconnu en France, y compris parmi les spécialistes des inégalités – entre notamment Toshiaki Tachibanaki (1998), dont l’analyse reposant principalement sur les coefficients de Gini conclut à une croissance substantielle des inégalités, et Fumio Ohtake (2005), qui met en évidence les conséquences du vieillissement de la population sur ces inégalités, dont la croissance ne serait donc qu’un artefact statistique.

44Nous avons confirmé, avec Ryo Kambayashi, la pertinence des résultats d’Ohtake jusqu’au début des années 2000 ; nous avons également montré que, par la suite, les inégalités intragénérationnelles se sont accrues, et ce pour des niveaux identiques d’éducation (Kambayashi et Lechevalier, 2012). En d’autres termes, l’explication d’Ohtake tout comme celles usuellement mises en avant par les économistes (impact du progrès technique biaisé, notamment) ne tiennent plus pour la période la plus récente et l’expérience japonaise en la matière doit nous conduire à proposer de nouvelles hypothèses, se focalisant notamment sur le système éducatif et la transition entre études et travail (Kariya et Honda, 2010 ; Genda, 2005).

45Le second exemple concerne la désindustrialisation. Contrairement à ce que l’on croit souvent, le Japon n’est pas moins concerné par cette tendance séculaire qu’un pays comme la France. Dans les deux cas, on observe en particulier une baisse prononcée de la part du manufacturier dans l’emploi total (qui est passée de plus de 26 % en 1970 à moins de 18 % aujourd’hui dans le cas japonais). Ce qui est donc à l’œuvre, dans les deux cas, semble être un ensemble de mécanismes identiques : par exemple, le déversement de l’emploi manufacturier dans les services, du fait d’une évolution de la demande et du différentiel de productivité entre ces deux secteurs, mais aussi le contrecoup de la concurrence internationale et des délocalisations (Demmou, 2010). Cependant, dans le cas japonais, ce dernier effet prend une forme tout à fait particulière dans la mesure où les multinationales ont recours à ce qu’il est convenu d’appeler la « fragmentation de la production » plutôt qu’à des délocalisations pures et simples. Autrement dit, elles visent à garder le contrôle des chaînes de valeur en maintenant au Japon les activités à la plus forte valeur ajoutée, si bien que les trajectoires française et japonaise du point de vue de la part du manufacturier dans la valeur ajoutée totale de l’économie divergent sensiblement, avec une baisse dans le cas de la France et une légère augmentation dans le cas du Japon. La prise en compte de la trajectoire japonaise doit donc nous conduire également à réviser le cadre d’analyse dominant de la désindustrialisation.

***

46Pourquoi s’intéresser encore aujourd’hui au capitalisme japonais, alors que les analyses du « modèle japonais » sont tombées en désuétude, après deux décennies de stagnation ? L’intérêt du capitalisme japonais pour les économistes ne réside ni dans son exotisme ni dans son universalisme. Comme le rappelle Robert Boyer (2011), le capitalisme japonais a eu une valeur heuristique évidente pour les théories de la diversité du capitalisme. Pourtant, à trop vouloir insister sur les spécificités irréductibles du capitalisme japonais, le risque est grand de faire tomber l’analyse dans une typologie laborieuse et athéorique (Lechevalier, 2011a). Il convient donc de nourrir la tension entre prise en compte de la diversité des économies réelles et effort d’abstraction permettant de subsumer cette diversité. Le principal apport méthodologique de l’analyse de l’économie japonaise peut alors se résumer de la façon suivante : la trajectoire idiosyncrasique du capitalisme japonais montre combien la recherche de lois universelles en économie est vaine pour comprendre les économies réelles ; dans le même temps, cette trajectoire doit être une source de stimulation supplémentaire pour élaborer des théories, en prise avec le réel et susceptibles de nous aider à mieux comprendre ce dernier.

47Si notre analyse est exacte, on doit alors essayer d’en tirer toutes les conséquences. Il s’agit plus précisément de remettre au cœur de l’analyse la variabilité dans le temps et l’espace des dynamiques économiques et sociales (Boyer, 1986). Parallèlement, si le capitalisme japonais reste très différent des capitalismes anglo-saxons et européens, il n’en est pas moins très comparable. Cela doit nous conduire à renforcer nos exigences comparatives sur des questions telles que la désindustrialisation ou le chômage des jeunes. Tirer des leçons de ces différences est un exercice particulièrement périlleux ; cependant, l’exigence de prise en compte de la diversité des configurations socio-économiques est un aiguillon sans équivalent pour mener une recherche théorique ouverte aux contradictions que ne cesse de nous présenter la réalité, dans sa complexité.

48Dès lors, on peut définir ainsi deux principes fondamentaux. D’une part, l’exigence de généralisation ne doit pas nous empêcher de prendre en compte non seulement la diversité des capitalismes, mais aussi la diversité interne à chaque forme de capitalisme. D’autre part, au-delà de l’exigence de généralisation, il s’agit de construire une méthodologie fondée sur des principes théoriques déductifs, tout en étant ouverte à une remise en cause permanente par la variabilité des mécanismes économiques dans l’espace et dans le temps. C’est dans ce cadre que l’histoire longue et les comparaisons internationales peuvent constituer un moyen formidable d’enrichissement de l’analyse économique.

49En définitive, ce que nous proposons est un programme de recherche que l’on peut qualifier d’économie politique du changement institutionnel et de la diversité des capitalismes, capable de nous aider à comprendre les trajectoires d’économies telles que celles du Japon, de la Chine ou de l’Inde par exemple, dont le moins que l’on puisse dire est que leurs ajustements économiques sont difficilement explicables par les théories dont nous disposons, essentiellement construites en référence au contexte américain (Amable, Boyer et Lechevalier, 2012).

Bibliographie

Bibliographie

Amable Bruno, Boyer Robert et Lechevalier Sébastien, 2012, Le capitalisme est pluriel, Paris, Gallimard (coll. « Folio »), à paraître.

Amable Bruno, Boyer Robert et Lordon Frédéric, 1996, « L’ad hoc en économie. La paille et la poutre », dans Antoine d’Autume et Jean Cartelier (eds.), p. 267-290.

Amable Bruno et Palombarini Stefano, 2009, « A neorealist approach to institutional change and the diversity of capitalism », Socio Economic Review, 7 (1), p. 123-143.

Aoki Masahiko, 1988, Information, Incentives, and Bargaining in the Japanese Economy, Cambridge, Cambridge University Press.

— 1990, « A new paradigm of work organization and coordination ? Lessons from Japanese experience », dans Stephen

A. Marglin et Juliet B. Schor (eds.), The Golden Age of Capitalism : Reinterpreting the Postwar Experience, Oxford, Clarendon Press, p. 267-293.

Arai Misako et Lechevalier Sébastien, 2005, « L’inégalité homme-femme au cœur de la segmentation du marché du travail japonais ? Une prise en compte du genre dans l’analyse du rapport salarial toyotiste », Le mouvement social, 210, Les femmes et les métamorphoses de l’emploi au Japon, p. 121-152.

Askenazy Philippe, 2004, Les désordres du travail. Enquête sur le nouveau productivisme, Paris, Seuil (coll. « La République des idées »).

Autume Antoine d’et Cartelier Jean (eds.), 1996, L’économie devient-elle une science dure ? [actes du colloque, Paris, 29-30 oct. 1992], Paris, Economica (coll. « Grands débats »).

Banque mondiale/World Bank, 1993, The East Asian Miracle : A World Bank Policy Research Report, Oxford-New York, Oxford University Press.

Boyer Robert, 1986, La théorie de la régulation. Une analyse critique, Paris, La Découverte (coll. « Agalma »).

— 1996, « The convergence hypothesis revisited : Globalization but still the century of nations ? », dans Suzanne Berger et Ronald Dore (eds.), National Diversity and Global Capitalism, Ithaca, Cornell University Press, p. 29-59.

— 2011, « De la “ japonophilie ” à l’indifférence. Trois décennies de recherches sur le Japon contemporain » [préf.], dans Sébastien Lechevalier, p. 13-53.

Boyer Robert et Saillard Yves (eds.), 1995, Théorie de la régulation. L’état des savoirs, Paris, La Découverte (coll. « Recherches »).

Boyer Robert et Yamada Toshio (eds.), 2000, Japanese Capitalism in Crisis : A Regulationist Interpretation, Abingdon, Routledge.

Canry Nicolas, Fouquau Julien et Lechevalier Sébastien, 2010, « Price dynamics in Japan (1981-2001) : A structural analysis of mechanisms in the goods and labor markets », Brussels Economic Review, 53 (3-4), p. 357-374.

Cohen Daniel, 2000, Nos temps modernes, Paris, Flammarion.

Coutrot Thomas, 1998, L’entreprise néolibérale, nouvelle utopie capitaliste ? Enquête sur les modes d’organisation du travail, Paris, La Découverte (coll. « Textes à l’appui. Série Économie »).

Demmou Lilas, 2010, « La désindustrialisation en France », Documents de travail de la DGTPE, 2010/01 (février).

Dore Ronald, 2011, « La conversion du Japon au capitalisme de marché » [postf.], dans Sébastien Lechevalier, p. 339-360.

Dosi Giovanni, Lechevalier Sébastien et Secchi Angelo, 2010, « Inter-firm heterogeneity : Nature, sources and consequences for industrial dynamics. An introduction », Industrial and Corporate Change, 19 (6), p. 1867-1890.

Eisenstadt Samuel N. et Ben-Ari Eyal (eds.), 1990, Japanese Models of Conflict Resolution, New York, Kegan Paul.

Elger Tony et Smith Chris (eds.), 1994, Global Japanization ? The Transnational Transformation of the Labour Process, Abingdon, Routledge.

Genda Yûji, 2005, A Nagging Sense of Job Insecurity : The New Reality Facing Japanese Youth, trad. du japonais par Jean Connell Hof, Tokyo, International House of Japan.

Guillemard Anne-Marie (ed.), 2010 [2003], Les défis du vieillissement. Âge, emploi, retraite : perspectives internationales, 2 e éd. remaniée de L’âge de l’emploi, Paris, Armand Colin (coll. « U. Sociologie »).

Hall Peter A. et Soskice David (eds.), 2001, Varieties of Capitalism : The Institutional Foundations of Comparative Advantage, Oxford-New York, Oxford University Press.

Horioka Charles Yuji, 1990, « Why is Japan’s household saving rate so high ? A literature survey », Journal of the Japanese and International Economies, 4 (1), p. 49-92.

— 2004, « Are the Japanese unique ? An analysis of consumption and saving behavior in Japan », ISER Discussion Paper, 606, Institute of Social and Economic Research, Osaka University.

Hoshi Takeo et Kashyap Anil, 2001, Corporate Financing and Governance in Japan : The Road to the Future, préf. de Stanley Fischer, Cambridge, The MIT Press.

Ito Keiko et Lechevalier Sébastien, 2009, « The evolution of the productivity dispersion of irms : A reevaluation of its determinants in the case of Japan », Review of World Economics, 145 (3), p. 405-429.

Ito Takatoshi, 1992, The Japanese Economy, Cambridge, The MIT Press.

Kambayashi Ryo et Lechevalier Sébastien, 2012, « Inequalities in Japan, revisited », Global COE Hi-Stat Discussion Paper Series, Hitotsubashi University, à paraître.

Kariya Takehiko et Honda Yuki (eds.), 2010, DaisotsuShusyoku no shakaigaku-Data kara miru henka [Sociologie de la transition de l’université au travail], Tokyo, University of Tokyo Press (en japonais).

Koike Kazuo, 1991, The Economics of Work in Japan, Tokyo, LTCB International Library Foundation.

Lawrence Robert Z., 1993, « Japan’s different trade regime : An analysis with particular reference to Keiretsu », Journal of Economic Perspectives, 7 (3), p. 3-19.

Lechevalier Sébastien, 2005, Toyota peut-il sauver le Japon (et le reste du monde.) ?, HEC Eurasia Institute (mars).

— 2007, « The diversity of capitalism and heterogeneity of firms : A case study of Japan during the lost decade », Evolutionary and Institutional Economics Review, 4 (7), The Evolution of Organizations and Institutions, p. 113-142.

— 2011a, La grande transformation du capitalisme japonais (1980- 2010), préf. de Robert Boyer, postf. de Ronald Dore, avec Arnaud Nanta et Yves Tiberghien, Paris, Presses de Sciences Po (coll. « Économie politique »).

— 2011b, « The increasing heterogeneity of irms in Japanese capitalism : Facts, causes, consequences and implications », dans Robert Boyer, Hiroyasu Uemura et Akinori Isogai (eds.), Diversity and Transformations of Asian Capitalisms, Abingdon, Routledge. p. 56-71.

Lincoln Edward J., 2001, Arthritic Japan : The Slow Pace of Economic Reform, Washington, The Brookings Institution.

MacIntyre Andrew et Naughton Barry, 2005, « The decline of a Japan-led model of the East Asian economy », dans T. J. Pempel (ed.), Remaping East Asia : The Construction of a Region, Ithaca, Cornell University Press, p. 31-53.

Mikitani Ryoichi et Posen Adam S. (eds.), 2000, Japan’s Financial Crisis and its Parallels to US Experience, Washington, Institute for International Economics (« Special Report »).

Morishima Michio, 1986, Capitalisme et confucianisme. Technologie occidentale et éthique japonaise, trad. par Anne de Rui avec la collab. de Pierre-Emmanuel Dauzat, Paris, Flammarion.

Nelson Richard R., 1991, « Why do firms differ, and how does it matter ? », Strategic Management Journal, 12 (S2), p. 61-74.

Odagiri Hiroyuki, 1992, Growth through Competition, Competition through Growth : Strategic Management and the Economy in Japan, Oxford, Clarendon Press.

Ohtake Fumio, 2005, Nihon no Fubyôdô [Les inégalités au Japon], Nihon Keizai Shimbun (en japonais).

Okazaki Tetsuji et Okuno-Fujiwara Masahiro (eds.), 1999, The Japanese Economic System and its Historical Origins, trad. du japonais par Susan Herbert, Oxford-New York, Oxford University Press.

Orléan André, 2009, De l’euphorie à la panique. Penser la crise financière, Paris, Éditions Rue d’Ulm-Presses de l’École normale supérieure (coll. « Collection du Cepremap »).

Sala Adrienne, 2010, La régulation des crédits à la consommation au Japon de 1983 à 2006, mémoire de master de l’EHESS, sous la dir. de Sébastien Lechevalier (dactyl.).

Sautter Christian, 1996, La France au miroir du Japon. Croissance ou déclin, Paris, Odile Jacob.

Streeck Wolfgang et Thelen Kathleen (eds.), 2005, Beyond Continuity : Institutional Change in Advanced Political Economies, Oxford-New York, Oxford University Press.

Tachibanaki Toshiaki, 1998, Nihon no keizai kakusa [L’écart économique au Japon], Tokyo, Iwanami shoten (en japonais).

Yamamura Kozo et Streek Wolfgang (eds.), 2003, The End of Diversity ? Prospects for German and Japanese Capitalism, Ithaca, Cornell University Press.

Notes

1 Cette phase de rattrapage pouvait expliquer, sous certaines hypothèses, des taux de croissance plus élevés que ceux observés en Europe et a fortiori aux États-Unis dans les années 1950 et 1960.

2 Avec par exemple la montée du prix du pétrole dans une économie dépendante à 100 % des exportations pour cette source d’énergie et la réévaluation du yen (endaka) dont la valeur est multipliée par trois en quinze ans, ce qui pose un problème majeur de compétitivité-prix pour les exportations manufacturières japonaises.

3 Cette attitude est en fait assez caractéristique d’un recours honteux à l’ad hoc en économie, comme le montrent Amable, Boyer et Lordon (1996).

4 Lechevalier (2011a). Le concept de « social dominant » est emprunté à Amable et Palombarini (2009).

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

Offert par