Version classiqueVersion mobile

Le mental et le social

 | 
Bruno Ambroise
, 
Christiane Chauviré

Élements d’analyse socio-historique et conceptuelle des conceptions psychologiques du mental

La violence dans le cerveau1

Une critique de la contribution des neurosciences au droit criminel

Amanda Pustilnik
Traduction de Albert Ogien

Texte intégral

  • 1 Cet article est une version abrégée de « Violence on the Brain : A Critique of Neuroscience in Crim (...)
  • 1 Je remercie Yochai Benkler, Martha Minow, Bill Stuntz, Jed Shugerman, Matthew Stephenson, Anne Harr (...)

1Un « cerveau violent » et criminel existe-t-il1 ? Est-il sensé de parler de « neurobiologie de la violence » (Volavka, 1995) ou de « psychopathologie du crime » (Raine, 1993) ? Peut-on apporter une réponse purement physiologique à la question de savoir ce qui fait que, dans des circonstances identiques, un individu commettra des crimes violents quand un autre ne le fera pas ? La recherche contemporaine en droit et neurosciences promet d’apporter des réponses à ces questions – et de le faire de façon positive pour chacune d’elles. Les chercheurs en droit qui travaillent dans ce domaine affirment qu’ils sont « près […] de réaliser le rêve des premiers criminologues d’identifier les bases biologiques de la criminalité » (Redding, 2006). Et, dépassant la thèse selon laquelle certains criminels souffrent de pathologie mentale, ils vont jusqu’à soutenir que « le crime [est] une pathologie » (Kirchmeier, 2004). Cette « pathologie » ne naît pas de choix personnels ou de conditions sociales conçues comme « pathologiques ». Au contraire, ils affirment que les chercheurs en neurosciences ont découvert, parmi les délinquants arrêtés, une « propension biologique du cerveau à la violence » qui explique de façon matérielle l’existence d’une violence criminelle.

  • 2 J’utilise le terme « neuroscience » comme un mot-valise pour qualifier les recherches scientifiques (...)

2Bien qu’elles soient fondées sur les découvertes les plus récentes et les technologies les plus sophistiquées, ces incroyables promesses s’inscrivent dans une très ancienne histoire. Le droit criminel et les neurosciences2 entretiennent, depuis plus de deux siècles, une romance intermittente et malheureuse. Dans chacun de ses épisodes, l’affaire commence dans l’espoir et avec des vœux audacieux, mais finit toujours dans la désillusion et parfois dans la tragédie. À chaque résurgence de cet engouement mutuel, juristes et scientifiques jurent qu’ils ne vont pas faire les mêmes erreurs que leurs prédécesseurs – parce que, cette fois, la science a fait des progrès décisifs.

3Il n’est donc pas inutile de saisir les relations entre droit criminel et neurosciences à la lumière de cette longue histoire, aujourd’hui que cet engouement se ranime et que, à en croire certains, nous nous trouvons au seuil d’une révolution en droit avec la production d’explications biologiques des caractéristiques générales de la conduite humaine (Zeki & Goodenough, 2004). Les idées et les faits fournis par les neurosciences ont déjà commencé à pénétrer les procédures criminelles, le travail législatif et l’enseignement du droit criminel. Et cet entichement pour la manière dont les neurosciences éclairent le fonctionnement (soi-disant universel) du cerveau humain a fait éclater une véritable vogue pour le « neuro-n’importe quoi » – de la neuroéthique (Rees & Rose, 2004 ; Gazzaniga, 2005) ou la neuroéconomie (Hoffman, 2004 ; Zak, 2004) à la neurohistoire (Smail, 2007), au neurodroit et à la neurojurisprudence. En se fondant sur ces explications nouvelles au sujet de ce qui arrive à l’intérieur de la boîte noire de l’esprit, certains juristes prétendent qu’ils seront bientôt capables de forger des régimes de droit criminel qui, pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, incorporeront une « conception de la nature humaine fondée en biologie – donc, totalement exacte » (Gazzaniga, 2005, p. 4).

4Il ne fait aucun doute que notre savoir sur le cerveau a progressé. Et le droit criminel semble une nouvelle fois céder à la séduction des affirmations de quelques chercheurs en neurosciences à propos des possibilités qu’offre leur discipline de transformer la compréhension et la capacité de prédire et d’éradiquer la criminalité, en commettant deux erreurs semblables à celles qui ont été faites lors des épisodes précédents. La première est celle de la « localisation », ou l’affirmation selon laquelle le phénomène complexe qu’on appelle « violence » est une entité unique, causalement engendrée par un dysfonctionnement situé dans des zones spécifiques du cerveau. La seconde est celle de l’« altérité radicale », ou l’idée selon laquelle les crimes violents sont commis par des individus qui sont biologiquement différents, au plan neuronal, des individus typiques.

5En envisageant la relation entre droit criminel et neurosciences sous l’angle de l’histoire des sciences, j’espère à la fois dresser un portrait réaliste et positif de la manière dont les neurosciences actuelles informent le discours du droit criminel au sujet de la manière dont la violence pourrait être contrôlée ou régulée et adresser une mise en garde aux juristes adeptes du « neurodroit ». Trois épisodes passés de la relation entre droit criminel et neurosciences – la phrénologie, la criminologie biologique de Lombroso et le recours à la chirurgie cérébrale (lobotomie et implantation d’électrodes) – ont montré comment le fait de poser les mauvaises questions à propos du cerveau et de la violence peut systématiquement conduire à des réponses erronées.

6Il existe, bien sûr, de très bonnes raisons pour que chercheurs et professionnels en droit criminel s’intéressent au moindre éclairage que les neurosciences pourraient jeter sur la conduite violente. Cet article défend néanmoins l’idée selon laquelle les neurosciences ne peuvent pas fournir des explications complètes, ni même suffisantes, de la violence criminelle en les rapportant à de soi-disant dysfonctionnements neurobiologiques dans des zones spécifiques du cerveau des délinquants. Il suggère, tout au contraire, que les êtres humains participent à l’émergence d’une réalité biosociale qui est composée de deux éléments qui sont en dialogue constant : des états internes et des facteurs externes. J’entends donc rappeler que localiser le phénomène que nous nommons « violence criminelle » dans des zones du cerveau en leur conférant un rôle causal est à la fois hautement contestable d’un point de vue scientifique et complètement intenable d’un point de vue historique et épistémologique.

7Dans la première partie de cet article, je présenterai les arguments avancés par des chercheurs réputés pour démontrer qu’il existe une relation causale entre la conduite violente et ce qu’ils identifient comme un dysfonctionnement du cerveau. Ces chercheurs soutiennent que le cerveau, « déterminé mécaniquement », contient « tous les ingrédients essentiels de la condition humaine » (Garland & Frankel, 2006). J’examinerai également les prétentions à l’explication causale des recherches neuroréductionnistes en imagerie cérébrale, en considérant un travail exemplaire sur les différences cérébrales entre pédophiles et adultes neuronalement « typiques ». Je me contenterai ici de rappeler les questions pratiques, techniques et épistémiques que ce neuroréductionnisme pose au droit criminel.

  • 3 Le cortex préfontal comprend la partie « associative » des lobes frontaux du cerveau. Les lobes fro (...)

8Dans la seconde partie, j’analyserai la thèse de l’inscription de la violence criminelle dans le cerveau. Je mettrai d’abord en évidence les limites à la localisation de la violence dans des zones spécifiques du cerveau (en particulier, dans le cortex préfrontal et l’amygdale3). Je présenterai ensuite les principales objections que d’autres chercheurs en neurosciences ont opposées aux tentatives de localisation des fonctions cognitives supérieures. Je considérerai enfin le bien-fondé des extrapolations qui en ont été tirées en examinant la recherche fondée sur des modèles animaux et rappellerai une série d’erreurs qui faussent les résultats déduits de ces expérimentations et dont les chercheurs en droit ne tiennent aucun compte lorsqu’ils étayent leurs affirmations sur les données des neurosciences.

  • 4 Bien que je m’occupe ici des problèmes du traitement des criminels comme des Autres et du sophisme (...)
  • 5 L’amygdalotomie est une opération de chirurgie cérébrale (lobotomie) qui consiste à extraire ou dét (...)

9À partir de l’examen des lieux communs conceptuels et épistémologiques sur lesquels reposent les tentatives passées et présentes du droit criminel pour appréhender la violence d’un point de vue neurobiologique, je rappellerai qu’elles ont toutes commis la même faute logique majeure : le sophisme de la localisation4. Pour les phrénologistes du xixe siècle, il s’agissait de mettre en évidence l’« instinct de tuer » ; et pour les adeptes de Lombroso, d’expliquer la nature violente des criminels à partir des caractéristiques génétiques et ataviques de leur cerveau. Les chercheurs contemporains utilisent, quant à eux, des techniques sophistiquées pour visualiser et stimuler des zones du cerveau afin de mettre en lumière la suractivité ou l’hypométabolisme dans certaines de ces zones. Cette démarche n’est pas conceptuellement différente de celle des défenseurs de la lobotomie, qui prétendaient que la violence pouvait être guérie en amputant la partie violente du cerveau5 ; ou de celle des phrénologistes, qui affirmaient l’existence d’une tendance criminelle.

10Partageant l’inclination de la pensée occidentale en faveur du réductionnisme ontologique, les chercheurs en droit et en neurosciences tendent à réifier un phénomène social complexe (comme la « violence ») et à le rapporter à des états physiques simples sans rendre compte des interactions entre le physique et le social – ce que certains appellent « co-création » ou « co-évolution » du biologique et du social. Je voudrais rappeler combien, au-delà de son caractère problématique, cette approche réductionniste est particulièrement étrange dans le cadre des neurosciences puisque la mise en évidence de la plasticité du cerveau démontre, de façon quasi littérale, que le fonctionnement de l’esprit/cerveau répond à – et est produit par – des conditions contextuelles plus larges, et n’est pas simplement contenu dans un donné déterminé.

Le nouveau neuroreductionnisme de la localisation de la violence

11Les théories causales de la violence ont toujours exercé une attraction considérable sur un grand nombre de chercheurs et de praticiens en droit criminel. C’est même le postulat selon lequel la violence naît d’un dysfonctionnement du cerveau qui a permis de rendre légitimes, jusqu’à la fin du siècle dernier, les interventions chirurgicales sur le cerveau. On posait alors qu’une personne dotée d’un « cerveau normalement constitué » ne « perdra jamais le contrôle de soi » (Garland, 1990). De ce point de vue, si un individu « perd le contrôle de soi », il n’y a que deux raisons pour l’expliquer : « soit le système limbique [qui comprend l’amygdale] est devenu pathologiquement hyperactif », soit « ses inputs néocorticaux [lobe frontal – fonction exécutive] sont devenus anormaux ». En d’autres termes, si un individu commet un acte violent et proscrit, c’est soit que son amygdale l’a forcé à le faire, soit que son cortex préfontal n’a pas réussi à l’empêcher de le faire, ou les deux à la fois. C’est sur cette base que les interventions chirurgicales sur le cerveau, préconisées par la phrénologie ou la criminologie biologique, commencèrent à être pratiquées dans les asiles avant de pénétrer le droit criminel par le biais de la contribution qu’elles apportaient au discours sur la violence (Jones, 2004). Et il est vrai qu’il aurait été difficile de comprendre pourquoi, si ces interventions réparaient effectivement le dysfonctionnement du cerveau causant les conduites violentes des malades mentaux, il aurait fallu les contenir à l’intérieur des portes de l’asile. La chirurgie cérébrale pouvait donc servir à réprimer l’agitation et d’autres types de violence criminelle. Elle pouvait, plus spécifiquement, apparaître comme une forme de traitement des émeutiers, des dirigeants de mouvements protestataires (par exemple ceux qui étaient impliqués dans le mouvement des droits civiques des années 1960) ou de détenus violents de toutes sortes. Comme l’écrivirent alors certains hérauts de ce transfert de la chirurgie cérébrale utilisée en psychiatrie au traitement d’un ensemble de maux de société, cette technique pouvait offrir « une nouvelle approche biologique du problème de la violence humaine » (Mark & Ervin, 1970, p. ix).

12Dans un livre qui fit date Mark et Ervin (1970), deux professeurs au MIT de l’Université de Harvard, affirmèrent que le « dysfonctionnement cérébral » cause « un très bas seuil de déclenchement d’une violence impulsive » et que les individus condamnés pour un crime violent souffrent probablement de cette maladie cérébrale. Raillant les conceptions affirmant que les taux de criminalité reflètent le poids des facteurs politiques, socio-économiques ou démographiques, ces deux professeurs soutinrent que la violence criminelle était causée et expliquée exclusivement par les désordres neurobiologiques des délinquants. Sur cette base, ils recommandèrent donc que les individus condamnés pour crime violent soient soumis à une intervention chirurgicale afin de leur enlever l’amygdale. Mark et Ervin exprimaient là une position largement admise au sujet du contrôle biologique de la violence, soutenant plus particulièrement des propositions visant à autoriser les interventions chirurgicales ou l’implantation d’électrodes sur les prisonniers. Bien que la lobotomisation en masse des détenus n’ait jamais été réalisée, quelques expérimentations sur les détenus ont testé cette idée. En 1968, à l’instigation du département des affaires criminelles de l’État de Californie, quelques prisonniers (dont un mineur) du pénitencier d’État de Vacaville, subirent une implantation chirurgicale d’électrodes dans le but de détruire des tissus de l’amygdale et ainsi de supprimer leur capacité à commettre des actes violents. L’expérience fut menée par le médecin militaire d’une base aérienne proche, et le pénitencier de Vacaville utilisa son atelier de pièces métalliques pour produire un équipement spécial destiné à maintenir la tête du prisonnier pendant l’opération.

13L’expérimentation de Vacaville produisit de maigres résultats : le seul détenu dont l’opération fut considérée comme un « succès », et qui fut libéré sous condition, fut arrêté à nouveau pour vol presque immédiatement après sa libération. Et pourtant, l’enthousiasme pour la résolution des problèmes de criminalité au moyen de la chirurgie cérébrale ne se démentit pas. En 1972, l’Institut neuropsychiatrique de l’Université de Californie à Los Angeles proposa de créer un centre pour l’étude et la réduction de la violence, dont l’objet était d’identifier les prédispositions à la violence et de développer des techniques de prévention et de traitement des conduites violentes. Le centre devait être essentiellement subventionné par l’administration fédérale d’aide à l’application de la loi (Nelkin & Swazey, 1985). Les chercheurs de ce centre qui souscrivaient à la version le plus réductionniste des relations entre cerveau et violence soutenaient que les émeutes raciales n’étaient pas causées par le sentiment de rage engendré par la pauvreté ou la discrimination mais par un « dysfonctionnement » neurophysiologique des émeutiers (Mark, Sweet & Ervin, 1967).

14En fin de compte, l’espoir de traiter les problèmes de criminalité au moyen de la chirurgie cérébrale et de l’électrostimulation a été déçu. Législateurs et chercheurs en sont vite venus à exiger de cesser ces opérations, en particulier sur les détenus et les enfants. Et il n’y a plus guère de risque de voir ces approches utilisées à nouveau d’ici longtemps, d’autant plus que des commissions de contrôle interne sur l’expérimentation humaine très rigoureuses ont été mises en place et que les critères éthiques se sont considérablement élevés. Cette histoire aurait dû conduire à en tirer les leçons pour le présent. Pour voir si tel est vraiment le cas, je vais examiner la nature des discussions actuelles en neurodroit sur la violence criminelle.

  • 6 Snead (2007) a produit une admirable revue de la littérature sur les travaux les plus récents en ne (...)

15Bien que de nombreuses conduites, de « la tendance d’un individu à être honnête » à sa « volonté d’obéir à l’autorité » (Volavka, 1995), puissent susciter un intérêt social ou juridique, on observe « une tendance marquée » dans les nouveaux débats en neurobiologie du crime « à se concentrer sur les conduites violentes » (Jones, 2004). La possibilité de « prédire la violence » tout comme son contrôle est, bien sûr, une préoccupation cruciale de la « science [et] du système judiciaire » qui a toutes les chances de demeurer un domaine majeur de collaboration entre ces deux disciplines. C’est sans doute pourquoi on observe une « inflation de la littérature scientifique sur les bases neuro-anatomiques et neurochimiques » de la violence6. Je vais analyser cette littérature en essayant de dégager les analogies (généralement involontaires) qu’elle présente avec celle publiée lors des mouvements passés d’association entre le droit criminel et les neurosciences. On verra que, d’une certaine manière, le neurodroit actuel s’inscrit à la fois dans l’histoire particulière de la localisation des fonctions cérébrales et dans l’espace des croyances qui informaient implicitement ces associations et donnaient celui qui se livre à la violence, l’être mauvais, pour « radicalement autre » aux plans physiologiques et neurobiologiques.

Déterminisme et localisation dans les recherches contemporaines en droit et neurosciences sur la violence

16Des chercheurs travaillant sur la violence criminelle affirment que celle-ci résulte d’un dysfonctionnement du cortex préfontal et de l’amygdale – plus exactement que ces parties du cerveau « jouent un rôle prééminent dans les comportements [violents] » (Filley et al., 2001). Il est donc toujours largement admis que l’amygdale est « impliquée dans la peur et d’autres émotions négatives » et que le cortex orbitofrontal participe à l’« inhibition des explosions impulsives » ; et à admettre que le déclenchement des comportements violents implique l’amygdale et que leur expression est régulée par le cortex préfontal (Frierson & Finkenbine, 2004 ; Brower & Price, 2001 ; Raine, Buschsbaum & LaCasse, 1997, 1998a, 1998b ; Bufkin & Luttrell, 2005).

17Une somme impressionnante, et parfois étonnante, de statistiques étaie l’affirmation selon laquelle le dysfonctionnement du cortex préfontal est la cause majeure de tous les crimes violents. Richard Redding, citant les études sur le fonctionnement cérébral des criminels incarcérés, proclame que « le taux de prévalence [sic] du dysfonctionnement cérébral [est] de quatre-vingt-quatorze pour cent parmi les accusés d’homicide, [et] de soixante-et-un pour cent parmi les adultes agressifs » (Redding, 2006, p. 57). Par contraste, le soi-disant « taux de prévalence [du dysfonctionnement cérébral] en population générale n’est que de trois pour cent ». Bien que quelques chercheurs plus attentifs en droit et en neurosciences prennent soin de distinguer corrélation et causalité, et signalent que la relation causale entre le niveau de l’activité du lobe frontal et la conduite spécifique dans laquelle un individu pourrait s’engager n’est pas établie (Purdy, 2006), d’autres n’hésitent pas à sauter le pas. Nous sommes ainsi sommés de reconnaître que « la recherche en neurosciences […] fournit des preuves explicatives incontestables » du fait que le dysfonctionnement du lobe frontal joue un « rôle causal » dans la majorité des types de crime violent. Plus encore, que la compréhension du dysfonctionnement du cortex préfontal pourrait fonder une nouvelle « criminologie, de nouveaux projets de prévention du crime, et une nouvelle organisation du système de justice criminelle. » (Bufkin & Luttrell, 2005, p. 176). La validité de ces affirmations sur le rôle causal de zones spécifiques du cerveau dans le comportement violent est essentiellement fondée sur deux sources : l’expérimentation animale – sur les chats, les rats et les singes (et un très célèbre taureau) – et les travaux en IRM fonctionnelle (désormais IRMf) sur le cerveau humain. Je vais examiner un exemple représentatif de chacun de ces deux domaines de recherche.

Fantaisies animales : les chats sont-ils des terroristes ?

18Dans « Law, Responsibility and the Brain », Jones et son équipe de chercheurs en droit et en neurosciences émettent une série des propositions sur les bases neurobiologiques de la violence humaine, qui reposent sur des études portant sur des chats et des rats (Mobbs et al., 2007, p. 695). Les expériences sur lesquelles ils s’appuient ont été imaginées pour provoquer deux sortes de comportements violents chez ces animaux : ceux que les chercheurs appellent « rage défensive » et « agression prédatrice » mais qui, en anglais courant, renvoient grossièrement au fait de « protéger son territoire » et d’« attaquer des souris ».

19Les chats et les rats sont deux espèces qui ont évolué pour devenir des animaux territoriaux (à la différence des êtres humains) ; et qui sont, de surcroît, prédatrices des souris – ce qui les distingue également, en général, des êtres humains. À partir de l’examen comparé des multiples circuits cérébraux qui s’activent au moment où les chats et les rats protègent leur territoire contre un envahisseur introduit dans leur espace et de ceux qui s’activent lorsqu’ils chassent une souris, ces chercheurs – prolongeant des décennies de travaux conduits par d’autres collègues – concluent qu’il existe des structures identiques d’activation cérébrale spécifiques à ces catégories générales de comportement qu’on pourrait appeler « défense » et « attaque ». Ils affirment de plus qu’un câblage universel serait à la base des comportements que les humains adoptent lorsqu’ils commettent des actes violents « défensifs » (comme la légitime défense, ou une réponse défensive à ce qui n’est pas une menace objective mais est subjectivement ressenti comme telle), mais pas des actes de « prédation » agressive, comme un meurtre avec préméditation.

20Cette recherche s’inscrit dans un corpus foisonnant de travaux menés par d’autres chercheurs, qui ont soutenu, à partir de données animales, que les êtres humains pourraient disposer de bases neurologiques différentes pour la violence « chaude » – celle des crimes passionnels – et « froide » (crimes commis avec préméditation). De la même façon, ils affirment que des types de dysfonctionnement cérébral de genres distincts pourraient causer le fait que les individus s’engagent dans des types de délits différents. Extrapolant à partir des catégories de « rage défensive » et d’« agression prédatrice » chez les chats et les rats, Jones et ses coauteurs suggèrent que des « topographies neuronales » singulières pourraient être à la base de types de crime extrêmement spécifiques. Ils notent, néanmoins, qu’il pourrait y avoir une structure cérébrale unique pour un ensemble de crimes qui vont du « meurtre sadique » au « terrorisme politique ». Ils en concluent que le législateur devrait envisager les différents types de violence criminelle selon les bases neurobiologiques (putatives) particulières à chacun d’eux.

21D’un certain point de vue, les affirmations de Jones et de son équipe sont probablement vraies de façon triviale : pour autant que chaque pensée et chaque action humaines possèdent un substrat matériel, il existe certainement un corrélat neurobiologique distinct au fait de penser et de faire soit X soit Y. Il est plausible qu’existent des « topographies neuronales » distinctes qui sous-tendent le saut à la corde et le saut en hauteur. Mais ceux qui défendent cette position ne se contentent pas de ces vérités triviales. Ce qu’ils affirment n’est pas que les structures de l’activation cérébrale reflètent et rendent possible tout ce que les gens font, mais bien que des individus commettent des crimes particuliers parce qu’ils souffrent d’un désordre neurobiologique spécifique. Et donc que, a minima, le cerveau d’un « terroriste politique » est différent de celui d’un prédateur sexuel ; et, de façon plus générale, qu’un individu devient un « terroriste politique » ou un pédophile parce qu’il présente un certain défaut neurobiologique. Or, ce n’est qu’à condition d’admettre cette dernière proposition qu’il serait sensé de parler de « neurobiologie de la violence » ; ou de prétendre que les nouvelles techniques permettent de réaliser enfin le rêve de Lombroso : celui d’une criminologie biologique.

Les crimes en pensée sous le scanner

22La neuroimagerie apporte une contribution importante à la compréhension du rôle que joueraient les différentes zones cérébrales dans le comportement criminel. Un exemple récent et particulièrement frappant est fourni par un article de Martin Walter et al. (2007). L’étude de Walter est la première qui utilise l’IRMf afin de comparer les réponses neurologiques de pédophiles – qui se définissent eux-mêmes comme tels – et d’adultes normaux – qui se définissent eux aussi comme tels – à un matériel érotique mettant en scène des adultes. Les chercheurs ont scanné les cerveaux des sujets pendant qu’ils regardaient des images érotiques pour adultes. Les IRMf des pédophiles présentèrent une « activation réduite » de l’hypothalamus et du cortex préfontal « lorsqu’on la compare à celle d’individus sains pendant qu’ils regardent des images sexuellement excitantes pour adultes » (ibid., p. 698). En somme, la pédophilie proviendrait de structures d’activation neurologique défectueuses (une hypoactivité dans l’hypothalamus).

  • 7 Ou, tout au moins, cela montre ce qui se passe dans un cerveau lorsqu’il est excité par des images (...)

23Résultat qui semble tout à fait extraordinaire : les bases biologiques de la pédophilie enfin découvertes ! Et en effet, plusieurs des auteurs de cette étude présentèrent leur travail dans des articles de presse (mais pas dans celui publié dans une revue scientifique) démontrant comment le « problème de santé » qu’est la pédophilie pourrait provenir d’un défaut neurologique. Ils allaient même jusqu’à soutenir que la pédophilie pourrait être traitée au moyen d’interventions pharmacologiques ou d’une autre nature afin d’accroître l’activation des zones du cerveau qui apparaissaient hypoactives dans leur étude. Traduits en langue ordinaire, les résultats paraîtraient cependant bien moins surprenants ou significatifs. En fait, les chercheurs ont établi une corrélation entre l’excitation sexuelle et l’activation de certaines zones du cerveau. Les sujets qui affirmaient être attirés par les adultes manifestaient une activité dans leurs structures limbiques quand ils regardaient des images érotiques pour adultes. Ils exprimaient également un certain degré d’activité dans le cortex préfontal, dont les chercheurs ont fait l’hypothèse qu’il représentait l’instruction « non » donnée aux sujets par leurs cerveaux afin de contenir l’excitation à un niveau acceptable dans ces circonstances. Les sujets qui avaient affirmé, avant de se soumettre à l’imagerie, qu’ils n’étaient pas attirés par les adultes ne montrèrent pas le même niveau d’activité des aires limbiques ou la même activité « inhibitrice » dans le cortex préfontal. Ce que cette étude démontrait clairement était donc que les sujets manifestaient de l’excitation quand ils voyaient ce qui les excitait et qu’ils n’en manifestaient pas quand ce n’était pas le cas7.

24Ces résultats passeraient difficilement pour inattendus à qui adopte une conception matérialiste de la conscience – puisque ce qu’ils mettent en évidence est le fait que toutes nos pensées et émotions possèdent une matérialité physique et détectable. En vérité, on ne voit pas pourquoi on devrait attendre d’un groupe de sujets qu’il produise une réponse quelconque (neurologique ou d’une autre nature) à une catégorie érotique pour laquelle ses membres disent n’avoir aucun intérêt. Un groupe de fétichistes de chaussures pourrait manifester une excitation en réponse à une paire de talons aiguilles rouge en cuir mais pas à un sac à main : les sacs à main ne sont tout bonnement pas le bon accessoire. Pour prendre un exemple un tout petit peu plus sérieux, une femme hétérosexuelle typique pourrait ne manifester aucune activation de l’hypothalamus ni d’activité inhibitrice du cortex préfontal en réponse à la vision de films pornographiques pour homosexuels mâles. Si leur (éventuel) manque d’activation pourrait bien indiquer leur « normalité » féminine, on ne peut pas dire qu’elles ne sont pas des femmes normales parce que leurs cerveaux ne répondent pas à ce genre de films. Au contraire, cette structure d’activation (ou son absence) est le produit final d’un mélange complexe d’éléments physiologiques, psychologiques et génétiques qui ne pourrait pas être immédiatement transformé simplement en stimulant l’activité de l’hypothalamus. Et l’absence d’activation chez ces femmes hypothétiques ne saurait pas plus être interprétée comme un état pathologique ; ou, dans les termes utilisés par les chercheurs qui ont monté l’expérience de neuro-imagerie sur la pédophilie, comme un « problème de santé ».

25Incidemment, cette étude sur la pédophilie montre bien que l’imagerie est incapable de révéler une pathologie cérébrale en soi, et que tout ce qu’elle peut mettre en évidence ce sont les corrélats neuronaux de pensées ou de conduites qui peuvent être nuisibles, ou illégales. Si une autre expérimentation devait être conduite au cours de laquelle des adultes normaux ne parvenaient pas à manifester une excitation cérébrale en réponse à des images de pornographie infantile, on pourrait noter une absence similaire d’activation de l’hypothalamus et d’activité inhibitrice du cortex préfontal. Pourtant, on ne prendrait pas ce fait pour la preuve d’un dysfonctionnement du cerveau et on ne parlerait pas de « déficit » hypothalamique chez ces sujets. C’est que nous avons d’excellentes raisons de ne pas considérer l’absence d’attraction sexuelle pour les enfants comme un phénomène pathologique. Bref, le raisonnement part de conclusions au sujet de l’anormalité d’une conduite et les réintroduit dans les structures d’activation relevées par les scanners. Nous savons à l’avance si une manière de penser ou de se comporter particulière est atypique, répugnante, et/ou effectivement criminelle. En associant ces structures d’activation à ces choses définies a priori comme proscrites, tout ce que nous pouvons découvrir, au mieux… c’est qu’elles sont celles qui sont liées à ces attitudes proscrites. Mais nous n’avons aucune base scientifique qui permettrait de conclure que ces structures produisent causalement les choses proscrites ou qu’elles indiquent une pathologie.

Les contes de l’Honnête Homme qui tourne mal – ou la détérioration du cerveau comme précurseur du crime

26En général, les chercheurs qui mobilisent les explications neuroscientifiques de la violence en termes de dysfonctionnement d’une zone du cerveau se réfèrent à des cas exceptionnels qui prouvent que la violence « est causée » par une désinhibition du cortex préfontal ou un dysfonctionnement de l’amygdale. Ces études soutiennent qu’une détérioration de ces zones conduit des individus qui respectaient précédemment la loi à se métamorphoser en criminels impulsifs et violents.

27L’histoire paradigmatique du rapport entre dysfonctionnement du lobe frontal et violence, reprise dans presque toute la littérature juridique et de vulgarisation scientifique sur ce sujet, est celle de Phineas Gage, un honnête chef d’équipe dans les travaux de construction de voies ferrées qui, en 1848, fut victime d’un très étrange accident industriel. Une explosion imprévue lors d’un bourrage de mine propulsa la barre d’acier qui servait à l’opération dans sa joue. La barre lui traversa le crâne. De façon surprenante, Gage se rétablit de cette blessure et il vécut encore treize années. Mais, selon son médecin et ses amis, son comportement se transforma de façon radicale : il devint irritable, tapageur et sujet à des accès de colère. Et jusqu’à la fin de sa vie, il souffrit d’un ensemble de déficits et eut fréquemment affaire à la justice (pour des infractions mineures) (Damasio et al., 1994).

28D’autres récits modernes présentent la même structure : un individu honnête et respectable – un enseignant, un courtier en bourse – subit un accident cérébral et se transforme en personne violente ou en délinquant sexuel (Burns & Swerdlow, 2003 ; Sheaves, 2006). Lorsqu’il se remet de sa blessure (ou que la tumeur a été retirée), cet individu revient aux conduites normales et respectueuses de la loi qu’il avait l’habitude de manifester. Le rôle que jouent ces contes dans la littérature sur la violence criminelle consiste à démontrer que la violence est une pathologie, qui peut être contractée à l’occasion d’un traumatisme cérébral et guérie par une opération correctrice. L’idée que ces histoires véhiculent et confortent est donc que le niveau déterminant où il convient d’appréhender la violence criminelle est interne à l’individu : c’est le niveau neurobiologique ou neurochimique, et, plus précisément, celui du cortex préfontal.

Les difficultés scientifiques de l’anthropologie criminelle contemporaine

29Croisant anecdotes et imagerie, les descriptions de la localisation de la violence dans le cerveau emportent sans peine la conviction. Elles sont apparemment étayées par la plus moderne et la plus attractive des techniques scientifiques, l’IRMf, et par des décennies de travaux en expérimentation animale et en traumatologie cérébrale. Et pourtant, un « abîme » existe entre ce qu’on peut dire de façon scientifiquement légitime au sujet du « problème de la localisation » et « les conclusions qui en ont été tirées par des recherches bien intentionnées, mais fondées sur un raisonnement erroné » (Uttal, 2001, p. 6). Bien qu’il puisse, à première vue, paraître illégitime de mettre dans le même sac les neurosciences du siècle nouveau et cette science des bosses du crâne qu’était la phrénologie du xixe siècle, je voudrais montrer qu’elles commettent les mêmes erreurs ; et que, pour des raisons inhérentes à la façon dont les questions de localisation sont posées, ces erreurs sont vouées à persister. Quel est donc l’état actuel de la recherche sur la localisation des mécanismes cérébraux élémentaires ou de niveau supérieur ?

30Les chercheurs en neurosciences ne sont pas d’accord entre eux sur le rôle que jouent l’amygdale et le cortex préfontal dans la violence. Et les expériences conduites pour localiser la violence et les émotions – comme la peur – dans des zones spécifiques du cerveau chez les personnes « saines » n’ont pas donné de résultats probants. Les énormes divergences qui apparaissent entre, d’une part, ce que les scanners de l’activation cérébrale mettent en évidence et, d’autre part, ce que les descriptions que les gens donnent de ce qu’ils ressentent de façon subjective à propos de leurs émotions, soulèvent la question cruciale de ce qu’il faut tenir pour valide : ce que l’imagerie indique au sujet de ce qui se passe dans la tête d’un individu ou ce que cet individu dit ressentir.

Ce que nous savons de la localisation en général

31Les théories de la localisation des phénomènes psychologiques complexes, comme la violence, se construisent sur une prémisse : le cerveau est constitué de modules spécialisés remplissant des fonctions distinctes. Cependant, la localisation de fonctions cérébrales même très élémentaires n’est pas aussi précise qu’elle n’est généralement présentée dans la littérature qui défend la thèse de la nature localisable de la violence ; et, dans la mesure où les fonctions sensorielles et motrices de base ne peuvent pas être localisées dans des zones indépendantes et isolées du cerveau, on ne dispose d’aucune base pour émettre l’hypothèse que les fonctions supérieures sont localisées de façon discrète. Même les constituants sensoriels et moteurs du cerveau ne sont pas nettement et distinctivement séparés par fonction. Il existe de bien plus nombreuses interactions entre ces zones et le reste du cerveau que ne le reconnaît la littérature de vulgarisation.

32Le cerveau est composé de zones qui se différencient à la fois dans leur anatomie et leur cytoarchitecture (structure cellulaire) globale. Les fonctions sensorimotrices, en particulier, occupent des aires relativement spécialisées du cerveau. Quelques-unes de ces différences fonctionnelles sont connues depuis longtemps. Le tronc cérébral régule les fonctions les plus élémentaires qui assurent la survie du corps, comme la respiration ; le cortex moteur lie, comme son nom l’indique, le mouvement et la locomotion ; des zones spécifiques et identifiées du cerveau sont également impliquées dans le traitement et l’interprétation des inputs sensoriels comme la vision, l’odorat et l’ouïe. Quelques zones impliquées dans des facultés proprement humaines, comme la parole, ont également été identifiées : les aires de Broca et de Wernicke jouent, par exemple, un rôle important (mais pas exclusif) dans la capacité de parler, et des lésions de ces aires peuvent causer différents types d’aphasie. Les chercheurs en neurosciences considèrent ces fonctions sensorimotrices comme les plus faciles à localiser dans des zones particulières du cerveau. Or, même dans ce cas, la localisation demeure imparfaite. Plusieurs zones du cerveau sont impliquées dans le traitement des stimulus les plus simples – et on ne sait toujours pas quelle est la contribution exacte de chacune d’entre elles ni comment elles se lient les unes aux autres. Il semble bien qu’aucune zone du cerveau ne soit suffisante, de façon isolée, pour accomplir la moindre fonction d’un être vivant. De plus, les variations individuelles de structure cérébrale sont considérables – tout particulièrement pour les êtres humains – ce qui revient à dire que les emplacements dans le cerveau relatifs à un même processus mental ne seront pas identiques d’un individu à un autre.

33Trois magnifiques exemples rigoureusement documentés de recherche en neurosciences sur des systèmes sensorimoteurs – auditif, visuel et moteur – illustrent les difficultés à localiser même ces fonctions cérébrales élémentaires. Traiter le son, une opération sensorielle de base, mobilise plusieurs zones connues du cerveau. Toutefois, réunir tous ces constituants dans l’« audition » ne revient pas à la localiser dans une zone propre du cerveau, ni même dans une aire unique. Lorsqu’un individu est surpris par un coup de sifflet, l’IRMf montre que vingt-quatre zones distinctes du cerveau sont activées. Sans ce type de technique, les chercheurs en neurosciences n’auraient jamais pu supposer que plusieurs des zones activées étaient impliquées dans le traitement du son. Il se peut que certaines d’entre elles soient liées à la surprise, à la mémoire, à l’identification des sons ou à l’association entre le son et la signification. On ne peut donc tirer d’un scanner aucune conclusion au sujet du caractère nécessaire ou suffisant d’aucune de ces zones pour le traitement du son en général, ou pour l’identification du sifflet en particulier. Il n’est pas non plus possible de dire, à la seule lecture d’un scanner, qu’un individu a entendu un sifflet ou ce que le bruit d’un sifflet signifie pour lui. Le fait que de multiples zones sont activées en réponse à une tâche auditive simple signifie que les « scientifiques et les chercheurs en droit ne peuvent pas supposer que telle zone cérébrale est nécessaire à un processus psychologique du seul fait qu’elle a été activée pendant ce processus » (Kagan, 2006, p. 215).

34Le problème qui se pose dans le cas du traitement du son renvoie à une question plus générale : celle du « nécessaire mais pas suffisant ». Car bien qu’« il soit manifestement vrai qu’on peut affirmer d’une zone cérébrale particulière qu’elle est nécessaire pour certains comportements (ou leur expression) », des décennies d’expérimentation montrent qu’« il n’existe pas de zone du cerveau humain [amygdale et cortex préfontal compris] dont on pourrait dire qu’elle est suffisante pour remplir ces fonctions » (Lewontin, 1984, p. 145-146).

35Le système visuel présente une complexité plus grande encore et met un problème spécifique en évidence. Les chercheurs en neurosciences travaillant sur la manière dont le cerveau traite les stimuli visuels pour créer la « vision » ont fait d’énormes progrès. Si on compare avec la situation prévalant dans les années 1990, ils sont parvenus à distinguer et à décrire une série de systèmes de feedback et de feedforward entre « modules » dont les fonctions de traitement de la vision distincts contribuent à la forme globale du « voir ». Les chercheurs ont organisé ces « modules » dans un modèle hiérarchique qui entend démontrer quelles sont les contributions distinctes de chacun d’eux à la vision. Et pourtant, même dans ce cas, le degré de localisation fonctionnelle supposé n’est pas atteint.

36En se fondant sur des « propriétés de base des réseaux interconnectés », un groupe de chercheurs soutient que « des systèmes complexes comme le système visuel ne peuvent pas être organisés en un tableau hiérarchique unique ». Pour les biologistes des systèmes, qui travaillent sur les mathématiques et les systèmes complexes non-linéaires, il existe une « limite de principe à la spécification d’une hiérarchie de réseau » telle que les processus neuronaux interagissant pour créer la vision, « quel que soit le nombre d’expériences qui pourraient être conduites ». Bref, dans un système en réseau complexe, il pourrait être formellement (c’est-à-dire mathématiquement) impossible de distinguer les contributions indépendantes de chacun de ses différents constituants.

37La recherche sur le système moteur met en lumière une troisième limite à la localisation : l’individualité, ou la constitution unique de chaque personne. Des expériences décisives en neurorobotique (sur les interfaces entre cerveau et robots) démontrent que les cerveaux sont largement uniques, même lorsqu’il s’agit de fonctions motrices simples, comme bouger un bras. La neuroroboticienne Yoky Matsuoka, lauréate du prix MacArthur, a montré que l’organisation des neurones moteurs du cerveau est si différente d’un individu à un autre qu’elle défie toute tentative de localisation précise. Son travail vise à mettre au point des membres cybernétiques qu’une personne amputée pourrait contrôler simplement en pensant à faire bouger son membre manquant. À cette fin, elle introduit des électrodes dans les neurones spécifiques qui se situent dans cette zone du cerveau qui contrôle l’activation du mouvement du bras. Cela pourrait s’apparenter à une adhésion à la thèse de la localisation, en tout cas pour ce qui concerne les fonctions motrices. Et pourtant, ce n’est pas le cas. Matsuoka explique en effet que l’histoire de la personne détermine le type de neurone qui contrôle le bras. Même pour des jumeaux homozygotes, un même neurone peut activer le bras chez l’un alors qu’il activera la jambe chez le second. Cela dépend de ce que l’individu a touché, vu, fait, à certains moments critiques de son développement. C’est ce qui la conduit à affirmer qu’il est impossible d’identifier un emplacement du mouvement du bras en général. Ce qui n’a rien de surprenant puisque si nos cerveaux n’étaient pas singuliers, nous ne serions pas des individus.

  • 8 Cette liste est reprise à Uttal (2001, p. 153).

38Les problèmes qui se posent pour la localisation sensorimotrice se multiplient lorsque l’on passe à la localisation des fonctions cognitives supérieures. Les aspects sensoriels et moteurs de la cognition sont liés à des dimensions de temps, d’espace, de qualité (chaud, froid, mouillé) et d’intensité. Et « plus on s’éloigne des aspects sensoriels de la cognition […] plus il devient difficile de trouver des zones particulières du cerveau exclusivement et uniquement associées à un processus cognitif particulier » (Uttal, 2001, p. 25). Les chercheurs en neurosciences qui travaillent sur la localisation des fonctions cognitives supérieures sont régulièrement confrontés aux problèmes suivants : les fonctions cognitives activent des zones largement distribuées dans le cerveau ; les zones du cerveau sont interconnectées de façon complexe ; les expérimentations sur des lésions (ou les accidents) sont incapables de confirmer la nature suffisante d’une zone à la fonction étudiée ; et les données neuropsychologiques et expérimentales sur les êtres humains sont idiosyncrasiques8. Et ce ne sont là que quelques-unes des « questions conceptuelles graves et compliquées » qui « contrarient » les efforts déployés pour localiser les fonctions cognitives complexes (Uttal, 2001, p. 26).

Les limites de la localisation de la violence dans l’amygdale et le cortex préfontal

Les divergences au sujet de l’amygdale et du cortex préfontal

  • 9 Gazzaniga (2005) décrit le « refus délibéré » comme l’aptitude à réprimer les pensées, paroles ou a (...)

39L’absence de consensus entre chercheurs en neurosciences au sujet des fonctions de l’amygdale et du cortex préfontal – ils impliquent ces zones du cerveau dans des processus mentaux qui n’ont rien à voir avec la violence – devrait conduire les chercheurs en droit à plus de circonspection avant d’endosser la croyance que la violence y est localisée. Commençons par le cortex préfontal. Cette zone est sans conteste l’une des régions du cerveau les plus intriquées et complexes. En fait, il n’est pas de processus cognitif de niveau supérieur qu’un chercheur n’ait pas localisé dans les lobes frontaux. Ces processus comprennent entre autres : l’intelligence générale (Duncan, 2004) ; la résolution de problèmes (Luria, 1966) ; le contrôle exécutif (Posner & Raichle, 1997 ; Beer, Shimamura & Knight, 2004) ; l’attention (Humphreys & Samson, 2004) ; la prise de décision (Damasio, Damasio & Christen, 1996) ; la mémoire sémantique (Wagner, Bunge & Badre, 2004) ; l’analyse perceptuelle (Milner, 1963) ; la conscience ou le sens de soi (Macrae, Heatherton & Kelly, 2004) ; « la création et l’entretien de représentations relationnelles explicites servant de guides à la pensée et à l’action » (Robin & Holyoak, 1995) ; les « refus délibérés9 ».

40Cette liste de fonctions, qui est elle-même extrêmement large, ne dévoile que le sommet de l’iceberg proverbial. Une revue de la littérature réalisée par plusieurs chercheurs en neurosciences au sujet des fonctions du cortex préfontal donne une liste longue de sept pages (Uttal, 2001, p. 23-24). Le cortex préfontal pourrait être impliqué dans toutes ces activités, et dans d’autres encore qui restent à déterminer. Si tel est le cas, à quoi correspondrait l’activation du cortex préfontal dans une situation particulière ? La réponse est : à rien qu’il soit possible de relier de façon non ambiguë à la désinhibition de la conduite violente. Dans la mesure où l’activité du cortex préfontal peut être associée à l’une, toutes, ou aucune des fonctions citées ci-dessus, elle ne peut pas rendre compte directement du contrôle de l’impulsivité ; ni conduire à affirmer qu’une activation de bas niveau signifie qu’une personne agira sous le coup d’une pulsion de violence, et qu’une activation de haut niveau signifie qu’elle n’agira pas sous le coup d’une telle pulsion.

  • 10 Entretien avec Stephan L. Chorover, Department of Brain & Cognitive Sciences, MIT, 29 janvier 2008.

41Sur un mode identique, de nombreux chercheurs réputés en neurosciences mettent en doute la validité de la localisation de la peur dans l’amygdale, et le passage de la peur à la violence, au prétexte que « l’amygdale peut être activée par de nombreux événements qui n’ont aucune relation avec la peur » (Kagan, 2006, p. 92). Des images de nourriture, du visage d’un vieil ami ou de couples qui s’étreignent ou s’embrassent, entre autres, provoquent l’activité de l’amygdale pour autant qu’elles sont inattendues. Si un sujet pense qu’il participe à une expérience qui vise à identifier des cartes à jouer et qu’un chercheur lui « montre une image d’œufs brouillés, son amygdale s’illuminera10 ». Ce qui ne se produit pas parce qu’il est effrayé par les œufs brouillés, ou que ceux-ci l’irritent, mais tout simplement parce que cette image est inattendue. Ce groupe de chercheurs considère que l’amygdale est impliquée dès lors qu’une nouveauté survient.

42D’autres chercheurs contemporains connus décrivent le rôle de l’amygdale dans la mémoire visuelle, ou comme médiatrice entre l’émotion et la cognition (Phelps, 2004), ou encore comme fondement de l’interprétation de l’information sociale (Adolph, 2004). La fonction de l’amygdale pourrait faire (et fait) l’objet de nombreux livres et d’articles savants. Le but de cette courte discussion était de signaler le manque de fiabilité de toute approche qui admet une relation linéaire entre l’activité de l’amygdale et la violence criminelle.

Les problèmes liés à l’extrapolation à partir de modèles animaux

43Les chercheurs qui défendent une connexion étroite entre la violence et l’amygdale ou le cortex préfontal présentent souvent des résultats d’études sur les animaux à l’appui de leurs affirmations. Les plus connues sont celles qui ont été conduites sur un taureau enragé et sur les singes sauvages réduits à la docilité grâce à une intervention sur leurs systèmes limbiques. Ces études sont citées pour prouver le rôle de l’amygdale, notamment dans la « violence réactive ». Alors que l’on avait conclu de premières études que l’amputation de l’amygdale pouvait rendre « inoffensifs » des animaux « sauvages » et « agressifs », des expériences ultérieures montrèrent que ces animaux souffraient de perturbation de leur mémoire visuelle. On ne pouvait pas dire que ces animaux n’avaient pas peur : ils ne parvenaient tout simplement plus à reconnaître ce qu’ils voyaient. La raison pour laquelle leur réaction normale de peur ou d’agression réactive avait disparu était donc que leur raisonnement contextuel avait été altéré, pas que l’amygdale serait le site des impulsions de peur ou d’agression. Ces animaux continuaient en effet à manifester de l’« agressivité » en réponse à des stimuli physiques menaçants, comme par exemple lorsqu’ils étaient violemment poussés. Ce qui est tout à fait congruent avec l’idée de perturbation de la mémoire visuelle : si vous ne savez pas ce qu’est un serpent, vous pouvez tout à fait le saisir dans vos mains et l’inspecter de près. Mais s’il vous mord, vous allez instantanément le jeter à terre – ce qui est une réaction « violente ».

  • 11 Dans ce qui semble avoir été la mise en scène la plus spectaculaire d’une expérience scientifique j (...)

44De façon identique, l’expérience conduite par Delgado11 sur un taureau enragé produisit un résultat tout aussi illusoire. L’implantation d’électrodes dans le noyau caudal de la bête avait en effet altéré de façon accidentelle un centre du contrôle moteur cérébral. Le taureau n’a donc pas subitement perdu son désir agressif de charger, mais sa capacité à l’exprimer. En visionnant des chutes de vieux films sur l’expérience de Delgado, on observe que le taureau tourne incessamment en petits cercles vers la droite chaque fois que l’électrode est activée ; ce qui caractérise l’effet de désorientation que produit la décharge sur le système sensoriel et/ou moteur.

45Le fait que l’amygdale joue des rôles distincts chez des animaux différents est tout à fait prévisible. On sait en effet que l’évolution est conservatrice : elle ne crée pas de nouvelles structures pour de nouvelles fonctions, mais recrute généralement des structures déjà existantes pour leur faire remplir de nouvelles fonctions. Parmi les mammifères, l’essentiel de l’anatomie cérébrale de base est la même. Pourtant, les fonctions remplies par des structures cérébrales identiques diffèrent selon les espèces. Ce point a été démontré pour l’amygdale, dont les lésions « perturbent la communication sociale » chez de nombreux primates, mais pas chez les êtres humains (Best, 2008). Inversement, les lésions proches de certaines aires de traitement du langage produisent, chez les êtres humains, de sérieux déficits sociaux, alors que la communication sociale des autres primates n’est pas affectée. Si de telles différences dans la fonction de l’amygdale existent entre les humains et leurs plus proches cousins primates, il est raisonnable de se demander si ces différences ne pourraient pas être plus grandes encore entre les humains et les rats.

46Pourtant, extrapolant librement à partir des expériences dans lesquelles des chats et des rats attaquent plus rapidement un intrus lorsque leur amygdale est stimulée et plus lentement lorsque celle-ci a été amputée, des chercheurs affirment que cette entité joue un rôle important dans la « rage défensive » des êtres humains. Ils font l’hypothèse qu’une personne est violente – sujette à des éruptions de rage au volant ou de violence domestique – parce que son amygdale (hypothétiquement) suractive interprète des stimuli inoffensifs comme des insultes provocatrices. Cette sorte de réaction violente excessive, qui procéderait d’une suractivation de l’amygdale, est parfois censée démontrer (de façon plutôt circulaire) que la violence est un type de pathologie cérébrale.

47Les absurdités qui découlent de ces extrapolations sont particulièrement évidentes dans le lien que Mobb et Jones établissent entre l’agressivité des chats et le terrorisme. À partir de leur revue de la littérature au sujet de la « rage défensive » et de l’« agression prédatrice » chez les chats (et les rats), ils concluent qu’une même « topographie neuronale » pourrait être à la base des crimes humains – y compris lorsqu’un individu devient un terroriste. Même si on met de côté les problèmes d’extrapolation interespèces, celui de la signification est évident : « terrorisme » est un concept de nature intrinsèquement politique qui possède une pléthore de définitions mais pas de réalité biologique indépendante. Il n’existe simplement aucun moyen de tirer une quelconque conclusion de l’analyse des structures d’activation propres au cerveau des animaux au sujet des bases biologiques (putatives) du terrorisme chez les humains – et encore moins au sujet de prescriptions juridiques pour intervenir en ce cas. Tant que les chercheurs n’auront pas apporté la preuve que, par exemple, les rats voient les chats comme des « terroristes », l’idée selon laquelle les structures spécifiques d’activation cérébrale propres aux animaux de laboratoire pourraient prédisposer un être humain à se conduire comme un terroriste (ou toute autre catégorie socialement construite et historiquement contingente) sera particulièrement provocatrice et insupportable.

Les problèmes liés à l’extrapolation à partir des traumatismes cérébraux humains

48Si les affirmations à propos de la localisation de la violence fondées sur les expériences animales sont suspectes, qu’en est-il des preuves provenant directement des êtres humains ? Les traumatismes cérébraux accidentels et les pathologies cérébrales ont produit une série de bizarreries scientifiques éclairantes, dont l’histoire de Phineas Gage et ses équivalents modernes. Bien que des atteintes au cerveau puissent être catastrophiques, il n’existe aucune relation vérifiable entre les dommages causés au cortex préfontal et un comportement violent ou impulsif. Même si dans certains cas, « des masses relativement larges de cerveau peuvent être “déconnectées” sans grandes conséquences visibles », dans d’autres cas, un traumatisme de quelques millimètres peut « avoir des effets dévastateurs » (Lewontin, 1984, p. 190). Les lésions cérébrales continuent d’intriguer mais suscitent plus de prudence qu’elles ne jettent de lumière sur les arguments simplistes au sujet de la localisation concernant le fonctionnement des cerveaux intacts (Chorover, 1985).

49Voilà pourquoi il est « surprenant que quelques scientifiques » aient décidé d’utiliser les niveaux de l’activité du cortex préfontal « en tant qu’indicateurs du sentiment ou du jugement moral ». Bien qu’on observe que certains « psychopathes auxquels on montre des images agressives… manifestent une moindre activation » du cortex préfontal que des personnes neuronalement typiques, le contraire n’est pas vrai. « La plupart des adultes dont le cortex orbitofrontal a été endommagé ou lésé ne commettent jamais de crimes graves, alors que la plupart de ceux qui mentent, trichent ou volent ont un cerveau absolument intact. » (Kagan, 2006, p. 130). Ce qui ne veut pourtant pas dire qu’un traumatisme ou une tumeur ne pourrait pas produire des changements complets de personnalité.

Les problèmes liés aux différences entre expérience subjective et données d’imagerie

50Si les études sur les animaux et les victimes d’accident cérébral ne sont pas des guides fiables pour comprendre les relations entre l’activité dans des zones spécifiques du cerveau et la violence, ne pourrait-on pas se tourner vers les descriptions que nous livrent les personnes dont le cerveau n’est pas abîmé ? À l’aide des techniques modernes d’imagerie médicale, il est à présent possible d’examiner l’activité du cerveau d’un individu au moment même où il réalise une expérience. Une des découvertes fascinantes faites à l’occasion de ces études est l’étonnant manque de corrélation entre l’activité que manifestent des zones spécifiques du cerveau et ce que l’individu dit ressentir à propos de ce qui lui arrive. En fait, plusieurs études ont montré « qu’il y a peu ou pas de relation entre les comptes rendus verbaux de l’intensité de l’angoisse ou de la peur à la vue d’images de colère ou d’expressions faciales effrayantes et le niveau d’activité dans l’amygdale » (Chorover, 1985, p. 214).

51Un exemple classique est la différence entre la mesure physiologique des réponses des femmes à la pornographie et leurs descriptions de l’excitation ou du manque d’excitation que celle-ci provoque (Rellini et al., 2005). De façon identique, il y a peu ou pas de corrélation entre ce que les sujets rapportent à propos de leur sentiment de peur ou d’angoisse et le niveau d’activité détecté dans leur amygdale (Furmack et al., 2005 ; Guyer et al., 2005). Cette divergence entre les données d’imagerie et les descriptions subjectives soulève une question importante et troublante au sujet de la détection et du contrôle de la violence criminelle. Pourquoi se sent-on obligé de croire les comptes rendus d’une femme qui assure ne rien ressentir en regardant du matériel pornographique, même si des indicateurs biologiques attestent une activité compatible avec l’excitation ? C’est soit parce qu’on pense qu’elle n’a aucun avantage à tromper le chercheur ou parce que cela correspond à nos attentes culturelles au sujet de la sexualité féminine. Mais comment considérerait-on cette divergence dans le cas d’un condamné qui se présente à un entretien pour être libéré sur parole ? Accepterait-on ses déclarations affirmant qu’il n’a plus aucune pulsion de violence, alors qu’un scanner du cerveau indique une activation réduite dans le cortex préfontal ou une plus grande activation du système limbique par rapport à la norme ? Cette question a de très sérieuses implications sur quelques-uns des usages proposés de l’IRMf en contexte criminel : comment pourrait-on évaluer un écart entre une IRMf et un état mental décrit d’un point de vue subjectif, étant donné que 1) il peut exister une réelle divergence entre les sensations et le scanner du cerveau, et que 2) le sujet et l’interprète du scanner peuvent tous deux être influencés par une série d’incitations et de biais ? C’est bien parce qu’on tient généralement pour objective la moindre donnée présentée sous forme de cliché et émanant d’une source socialement respectée (Mnookin, 2001a et 2001b) que l’on a tendance à accorder du crédit aux scanners plutôt qu’aux autodescriptions – et on se trompe en le faisant.

Les séductions du réductionisme

52Le socle épistémologique commun aux localisations phrénologiques de Gall, à la mode de la chirurgie cérébrale du xxe siècle et aux prétentions contemporaines de la « neurobiologie de la violence » repose sur trois piliers : 1) les actions complexes et contextuelles sont biologiquement déterminées par une fonction cérébrale ; 2) les actions socialement discréditées, comme la « violence, » résultent de pathologies qui affectent des zones spécifiques du cerveau ; et 3) le niveau le plus pertinent pour traiter la « violence » (et d’autres problèmes sociaux) est celui du cerveau individuel. Concentrer l’attention sur le cerveau évacue le social du tableau, y compris les importantes dimensions biologiques du social. On passe du sociopolitique à l’individu, puis de l’individu au cerveau, avant de descendre jusqu’à la structure du cerveau, et enfin à un certain groupe de neurones. Il est difficile de penser que les structures du cerveau, et ses modes de fonctionnement, ne sont pas liés aux conduites humaines. Et pourtant elles ne constituent qu’un seul niveau d’explication de ces conduites, qui est en interaction constante avec des niveaux de plus en plus complexes.

La localisation procède du réductionnisme

  • 12 Le raisonnement réductionniste/déterministe fondé sur la référence à la biologie pénètre la littéra (...)

53De la bosse du crâne qui indique l’instinct de tuer à la théorie élargie de l’amygdale, les rapprochements entre droit et neurosciences discutés précédemment ont conçu la violence comme un phénomène qui naît principalement d’un état cérébral troublé. Le fait de réduire la conduite humaine à l’activité du cerveau – le réductionnisme neuropsychologique12 –, est fondamentalement lié à la thèse de la localisation. En fait, le neuroréductionnisme est une « perspective épistémologique à partir de laquelle la conduite est vue comme… “rapportable à” des états (ou des processus) cérébraux particuliers ou localisables » (Chorover, 1985, p. 266).

  • 13 Snead, supra note 17, at 1278 (citant Patricia Smith Churchland, Brain-Wise : Studies In Neurophilo (...)
  • 14 Sur les implications du matérialisme réductionniste sur le droit criminel, voir Lelling (1993).

54La compréhension de la violence criminelle comme une chose entièrement interne au cerveau repose sur l’idée que tout phénomène individuel, social et culturel – des actions d’un individu à la manière dont les marchés fonctionnent – peut non seulement être entièrement expliqué, mais est entièrement causé et déterminé par un assemblage d’éléments physiques. Cette espèce de « matérialisme réductionniste » vise non seulement à expliquer complètement tous les phénomènes de niveau supérieur en termes de leurs composantes de niveau inférieur, mais elle contient aussi la croyance que les phénomènes de niveau supérieur sont totalement causés par des phénomènes de niveau inférieur13. Sous cet angle, toutes les « pensées et conduites humaines » sont tenues pour être causées « uniquement par des processus physiques se déroulant à l’intérieur du cerveau14 ». Jones, tenant du neuroréductionnisme, écrit ainsi que : « Tous les choix émergent du système nerveux central… Le système [nerveux] est composé de molécules, elles-mêmes composées d’atomes, qui sont animés par des réactions chimiques et des circuits électriques. Le système nerveux et son cerveau sont partie intégrante du monde matériel dans lequel les événements présents sont causés par des événements antécédents, remontant jusqu’à l’origine du temps et de la matière. » (Jones, 2004, p. 93 ; les italiques sont miennes). Ceux qui adoptent les positions du réductionnisme fort admettent, à l’instar de Jones, que le Big Bang contient l’intégralité de l’information qui a déterminé tout ce qui est arrivé ensuite sur terre (Lewontin & Levins, 2007) – y compris le fait qu’un individu donné commettra des crimes violents. Et cela parce que « tous les choix émergent » d’une chaîne causale sans rupture remontant à l’« origine des temps ». Cette manière d’envisager la violence criminelle, en la limitant exclusivement au système nerveux d’un sujet est fondamentalement individualiste. Elle rejette la pertinence du contexte et de l’interaction dans la production de l’individu et considère le cerveau comme l’unité de base de l’analyse, c’est-à-dire comme un organe qui possède des caractéristiques propres et fonctionne de manières totalement explicables de façon isolée. Ce qui revient à admettre que le social, l’histoire et l’économie ne jouent aucun rôle pour rendre compte de la violence.

La signification de la violence est normative, juridique et contextuelle

55Par le passé, les approches biologiques en droit criminel ont considéré la violence comme une catégorie unique, une conduite réifiée. Les actes commis par des tueurs en série, par des femmes qui se vengent de partenaires ayant abusé d’elles, par des émeutiers noirs des centres-villes américains, par des chats qui attaquent des rats et par des terroristes politiques ont tous été nommés « violence » (ou « agression »). Et pourtant, ce terme désigne une vaste gamme de conduites individuelles, collectives et même à caractère national (Lewontin, Rose & Kamon, 1984, p. 91). La violence est un phénomène intrinsèquement transactionnel, dont la signification est définie par le droit, les normes sociales et le contexte particulier dans lequel elle s’exprime (Stanko, 2003).

La violence comme notion juridique

56Ce que le droit a défini comme violence a énormément varié au cours du temps. L’exemple le plus significatif de cette variation au cours des cinquante dernières années a peut-être été la révolution dans la reconnaissance de la violence domestique. Avant le dernier quart du xxe siècle, ses victimes saisissaient la conduite de ceux qui abusaient d’elles comme « violente » – ce que ne faisait pas la culture juridique, reflétant ainsi les normes sociales patriarcales. Jusqu’à ce que la Pennsylvanie vote sa fameuse loi sur la protection contre la maltraitance en 1977, la violence domestique était largement méconnue et ne pouvait être invoquée en droit (Buzawa & Buzawa, 2002). Par la grâce d’un seul coup de plume du législateur, les actes qui ne tombaient pas précédemment sous la désignation de « violence » sont soudain devenus juridiquement reconnus en tant que tels. Est-ce parce que quelque chose a changé dans les cerveaux des maltraitants domestiques entre le jour d’avant et le jour d’après l’introduction de cet article de droit ? Non, c’est la loi qui a changé. Les agresseurs domestiques faisaient simplement usage de leurs droits maritaux la veille et commettaient des actes de violence criminelle le lendemain.

57L’exception de viol conjugal a connu la même destinée que la violence sexuelle à la maison. Jusque récemment, les juridictions d’État aux États-Unis admettaient qu’un mari est légalement en droit d’imposer le devoir conjugal n’importe quand, sans prendre en considération le consentement de sa femme (Ryan, 1995 ; Russell, 1990). À la suite d’une vaste contestation juridique et sociale, l’exception de viol conjugal a été annulée. Un mari qui exerçait un jour son droit – d’origine divine – est devenu l’auteur d’une violence sexuelle criminelle le lendemain. Aujourd’hui, dans la majorité des pays d’Asie et du Moyen-Orient, l’exception de viol conjugal perdure (Ong, 2006). Ainsi, la même conduite nommée « violence sexuelle » dans une culture n’est-elle pas considérée comme telle selon le droit et les mœurs d’une autre. La contingence historique de ce qui vaut officiellement pour violence, et le rôle que les structures de pouvoir jouent dans la définition de qui et de quoi sera qualifié de « violent », rendent absurde l’idée que la violence puisse être entièrement comprise comme interne au cerveau.

58J’ai suggéré plus haut que les troubles sociaux des années 1960 liés au combat pour les droits civiques ont suscité une demande généralisée de recours à l’intervention de chirurgie cérébrale. Mark et Ervin ont explicitement lié leur théorie de la localisation de la violence aux différences neurobiologiques parmi les participants aux émeutes raciales. Pour eux, le fait que certains Afro-Américains se livrèrent à l’émeute alors que d’autres ne le firent pas ne pouvait s’expliquer que par une « propension cérébrale à la violence » des premiers.

59Quelles que soient les définitions données au mot « violence », les actes de saccage et de brutalité tombent sans conteste sous cette qualification. Cependant, Mark et Ervin ne signalent jamais dans leurs écrits que les injustices commises à large échelle envers les Afro-Américains pourraient également constituer une « violence ». Durant toute cette période, aucune proposition n’a été émise pour, par exemple, réaliser des examens neurobiologiques sur des suprématistes Blancs ou des shérifs ségrégationnistes fervents en vue de déterminer les troubles cérébraux sous-jacents à leurs prédispositions à la violence. Pas plus qu’on ne trouve de propositions d’application de la « lobotomie thérapeutique » ou de la « chirurgie cérébrale sédative » pour traiter le phénomène de la violence blanche alors endémique.

60La question « qu’est-ce que la violence ? » est normative ; et les formes de qualification juridique des actes de violence démontrent que ceux-ci sont socio-culturellement définis. Des types de conduite réputés « violents » en un temps et un lieu ne le sont pas en d’autres ; et les taux de violence varient de façon spectaculaire à travers les époques et les sociétés. Même les plus zélés des défenseurs du déterminisme biologique auraient des difficultés à soutenir que les différences de taux de violence entre pays pourraient être rapportées à des variations neurogénétiques ou neurodéveloppementales parmi les populations. Bien que cela soit une observation banale, il faut toujours rappeler que la violence est partout dans le monde fortement corrélée à la pauvreté. Un neuroréductionniste conséquent pourrait dire que si pauvreté et violence sont si étroitement corrélées, c’est parce que les conditions de la pauvreté causent des changements au niveau cérébral qui conduisent à la violence. Mais, quand bien même cela serait vrai, le cerveau individuel est-il le niveau le plus pertinent auquel il faudrait aborder ce problème ? Ce qui ne veut pas dire que les déficits cérébraux qui pourraient être associés à la pauvreté ne devraient pas être étudiés, mais que le rapport entre le biologique et le social devrait être examiné de façon conjointe, dans la mesure où, sous différents aspects, il est possible qu’ils se co-créent mutuellement (Kagan, 2006, p. 94).

61Ne s’intéresser qu’à la biologie du cerveau est trompeur et incomplet ; et donc probablement erroné. Ce qu’est la violence et les raisons pour lesquelles elle émerge est inséparable du contexte dans lequel elle prend place. Ce n’est que dans un monde étrangement décontextualisé qu’il serait possible de réunir « une souris qui mord un intrus pénétrant son territoire… et les gamins qui tuent leurs camarades de classe à Columbine » (ibid.). Je ne prétends pas que nous n’avons rien à apprendre des modèles animaux. Au contraire, il me semble que la « leçon à retenir de la biologie et de l’histoire est qu’il faut envisager chaque observation comme un événement dans un contexte ». En s’inscrivant dans ce « cadre relationnel » ou contextuel, on peut dépasser la « localisation des fonctions » et s’intéresser à la fois à tous « les circuits activés par toutes les tâches qui mobilisent la mémoire de travail » tout comme aux significations que les sujets attribuent à la situation et qui informent leurs actions (ibid., p. 92).

La violence comme notion psychologique

  • 15 La définition de ce qu’est une « représentation psychologique » fait l’objet d’intenses débats en p (...)

62Les notions psychologiques n’entendent pas décrire une réalité physique sous-jacente ; les psychologues ne les tiennent pas pour des « choses » susceptibles d’être mesurées de la même manière que la hauteur ou le poids. La notion d’« attachement » entre parent et enfant ne pourrait pas, par exemple, être réduite à un état physique ou à une transformation dans une zone du cerveau (bien que le cerveau permette, bien sûr, toutes les actions impliquées dans l’attachement) puisqu’elle survient dans l’interaction entre des sujets et se déploie sur une longue période de temps (Goldberg, 2001). Tout comme l’« attachement », la violence (ou la propension à la violence) peut être transpersonnelle et n’est pas limitée dans le temps et l’espace. L’histoire est pleine de taxinomies ridicules de propriétés mentales dont il s’est avéré qu’elles n’avaient pas de réalité biologique mais ne faisaient que refléter la conception de l’esprit admise à un moment socio-historique particulier. Qui penserait aujourd’hui à rechercher le moi ou le surmoi de Freud dans une zone localisée du cerveau ? En termes psychanalytiques, il est relativement clair que ces entités ne possèdent pas de réalité physique (même si cela n’altère en rien leur validité théorique ou thérapeutique) ; mais il est beaucoup moins clair que les mots de la « psychologie populaire » contemporaine pourraient également n’avoir aucune réalité objective. Ce qui ne veut pas dire que ces mots n’ont aucune valeur, mais plutôt que les notions psychologiques et les structures biologiques ne sont pas en relation terme à terme. En fait, il n’est pas impossible que des notions psychologiques puissent n’avoir aucune réalité physique15.

L’approche neuroréductionniste de la violence est séduisante – mais fausse

63Déterministe, individualiste et a-contextuelle, une approche purement naturaliste de la violence criminelle est fatalement attirante mais trompeuse. Mais si l’idée même de la localiser est à tel point erronée – tant scientifiquement qu’épistémologiquement – et ne cesse d’être démentie empiriquement, pourquoi continuons-nous à céder à ses charmes ? D’où vient l’emprise qu’elle a prise sur notre imagination juridique collective ?

  • 16 À l’appui de leur affirmation, ces auteurs citent Brunnell & Smith (1966), Egger & Flynn (1963), Ur (...)

64Sur le plan narratif, la conception de la violence en tant que trouble physiquement déterminé et localisé offre une manière simple et séduisante de distinguer l’individu honnête de celui qui est mauvais. C’est l’attrait de la thèse de l’« altérité radicale » de la personne violente – le fait de la définir comme absolument différente, voire même comme n’appartenant pas vraiment à l’humanité. La façon dont cette thèse a été invoquée pour construire l’auteur de violence comme un « autre » est notoire. Pour Lombroso, le cerveau d’un criminel ressemble à celui d’un « rat » ou d’un « carnivore inférieur » ; pour les tenants de la chirurgie cérébrale du milieu du xxe siècle, la violence des êtres humains se comparait aux comportements d’un « taureau sauvage » ou d’un « lynx vicieux et rapace » et « glouton » (Mark & Ervin, 1970, p. 2916). Aujourd’hui, nous recourons toujours à ce type de comparaison, en envisageant les individus qui commettent des actes violents comme des chats ou des rats qui manifestent leur « rage défensive » ou leur « agression prédatrice. »

65Ces analogies sont aussi absurdes qu’affligeantes. À un niveau biologique, elles induisent une fausse homologie (Schneirla, 1966) que beaucoup de psychologues expérimentaux et de chercheurs en neurosciences contestent en critiquant les travaux consacrés à cette soi-disant neurobiologie humaine de la violence qui extrapole à partir de modèles animaux de chats ou de rats. D’autre part, ces analogies se résument à – et renforcent – l’idée erronée selon laquelle des auteurs d’actes violents seraient, comme le prétendait Lombroso, essentiellement des animaux ou une autre espèce d’animal que le reste des êtres humains. En appréhendant la violence en tant que caractéristique biologique d’un Autre, les tentatives anciennes et modernes de localisation offrent de plus une réponse réconfortante au problème du mal : il n’existe pas d’être humain mauvais, uniquement des cerveaux qui dysfonctionnent. Les actes de violence extrême sont, la plupart du temps et pour la plupart des gens, incompréhensibles. Il est possible que la seule explication commode et rassurante soit que des actes de ce genre sont le produit d’une folie ou d’une pathologie. Plus encore, l’idée selon laquelle la violence est littéralement une maladie permet à la justice criminelle d’y apporter des réponses faciles : si elle est un trouble physique, il devrait être possible de repérer la violence au moyen de tests simples, et, finalement, de la traiter. Cela poserait bien sûr des questions de respect de la vie privée, d’auto-incrimination, et du point où il convient de placer le curseur entre liberté individuelle et sécurité publique. Mais ce genre de questions peut être posé à l’intérieur d’un cadre qui n’est pas différent de celui qui est utilisé pour d’autres problèmes de santé publique pour lesquels le recours à la surveillance préventive et la quarantaine sont admis. Selon les engagements normatifs et juridiques des uns et des autres, cette conception pourrait sembler soit éminemment sensible soit totalement dystopique. Mais il ne fait guère de doute que cela rendrait les choses infiniment plus simples.

Conclusion

66Comme un savant éminent l’a écrit voilà un quart de siècle, avec une pertinence identique pour le présent : « La nature humaine est un sujet trop immense, trop fascinant, et trop important pour que les penseurs majeurs y résistent. Elle est aussi trop complexe pour se couler dans les conceptions variables qu’ils construisent. » (Gould, 1978). Le cerveau est une construction physique qui naît de l’interaction entre biologie et société ; et il est impossible de séparer et de définir une nature biologique détachée de son existence sociale. Une « image plus unifiée des relations entre le cerveau et le comportement et [de] la nature des problèmes humains » intégrerait « ces aspects de l’existence qui se recouvrent et sont représentés par l’organisation du cerveau, l’individu et la société » (Chorover, 1985, p. 265). Le défi, à ce moment de l’histoire et dans l’épisode particulier que connaît aujourd’hui la romance entre droit criminel et neurosciences, est d’éviter les séductions du réductionnisme – et d’utiliser les neurosciences non pas pour forger des erreurs simplistes mais pour jeter un peu de lumière sur des réalités complexes et à multiples facettes.

Bibliographie

Adolph Ralph (2004), « Processing of Emotional and Social Information by the Human Amygdala », in M. Gazzaniga (ed.), The Cognitive Neurosciences III, Cambridge, MIT Press, p. 1017-1030.

Beer Jennifer S., Shimamura Arthur P. & Robert T. Knight (2004), « Frontal Lobe Contributions to Executive Control of Cognitive and Social Behavior », in M. Gazzaniga (ed.), The Cognitive Neurosciences III, Cambridge, MIT Press, p. 1091-1104.

Best Ben (2008), The Amygdala and the Emotions, § 9.5, [benbest.com/science/anatmind/anatmd9.html#function].

Brower Mark C. & Bruce H. Price (2001), « Neuropsychiatry of Frontal Lobe Dysfunction in Violent and Criminal Behaviour : A Critical Review », Journal of Neurology, Neurosurgery & Psychiatry, 71, p. 720-726.

Brunnell Bradford N. & Malcolm H. Smith (1966), « Septal Lesions and Aggressiveness in the Cotton Rat, Sigmodon hispidus », Psychoneurological Sciences, 6 (9), p. 443-444.

Bufkin Jana L. & Vickie R. Luttrell (2005), « Neuroimaging Studies of Aggressive and Violent Behavior », Journal of Trauma, Violence & Abuse, 6 (2), p. 176-182.

Burns Jeffrey M. & Russel H. Swerdlow (2003), « Right Orbitofrontal Tumor with Pedophilia Symptoms and Constructional Apraxia Signs », Archives of Neurology, 60 (3), p. 437-440.

Buzawa Eva S. & Carl G. Buzawa (2002), Domestic Violence : The Criminal Justice Response, 3e ed., Sage Publications.

Chorover Stephan L. (1985), « Violence : A Localizable Problem ? », in H. Marsh & J. Katz (eds), Biology, Crime and Ethics, Cincinnati, Anderson Pub, p. 255-263.

Damasio Antonio R., Damasio Hanna & Yves Christen (1996), Neurobiology of Decision Making, Berlin, New York, Springer.

Damasio Hanna, Grabowski Thomas, Franck Randall, Galaburda Albert M. & Antonio R. Damasio (1994), « The Return of Phineas Gage : Clues about the Brain from the Skull of a Famous Patient », Sciences, 264, p. 1102-1105.

Duncan John (2004), « Attention, Intelligence, and the Frontal Lobes », in M. Gazzaniga (ed.), The Cognitive Neurosciences III, Cambridge, MIT Press.

Egger M. David & John P. Flynn (1963), « Effects of Electrical Stimulation of the Amygdala on Hypothamically Elicited Attack Behavior in Cats », Journal of Neurophysiology, 26 (5), p. 705-720.

Filley Christopher M., Price Bruce H., Litt Victor D., Antoinette Terri, Morgan Anthony S., Bresnahan James F., Pincus Jonahtan H., Gelbort Michael M., Weissberg Michael & James P. Kelly (2001), « Toward an Understanding of Violence : Neurobiological Aspects of Unwarranted Physical Aggression. Aspen Neurobehavioral Conference Consensus Statement », Neuropsychiatry, Neuropsychology & Behavioral Neurology, 14, p. 1-14.

Frierson Richard L. & Ryan D. Finkenbine (2004), « Psychiatric and Neurological Characteristics of Murder Defendants Referred for Pretrial Evaluation », Journal of Forensic Science, 49 (3), p. 604-609.

Furmark Tomas, Ahs Fredrik, Linnman Clas, Pissiota Anna, Michelgard Palmquist Asa, Hellquist Alexander, Hernefalk S., Flykt Anders, Appel Lieuwe, Bani Massimo, Pich Merlo Emilio, Zancan Stefano & Mats Fredrikson (2005), « Amygdalar Activity during Emotional Perception and Experience in Subjects with Social Phobia », Biological Psychiatry, 57.

Garland David (1990), Punishment and Modern Society : A Study in Social Theory, Oxford, Clarendon Press.

Garland Brent & Mark S. Frankel (2006), « Considering Convergence : A Policy Dialogue about Behavioral Genetics, Neuroscience and Law », SPG Law & Contemporary Problems, 69, p. 101-109.

Gazzaniga Michael S. (2005), The Ethical Brain, New York, Dana Press.

Goldberg Steven (2001), « Evolutionary Biology Meets Determinism : Learning from Philosophy, Freud, and Spinoza », Florida Law Review, 53.

Gould Stephen Jay (1978), « Sociobiology and Human Nature : A Post Panglossian Vision », Human Nature, 1, octobre.

Guyer Amanda E., Monk Christopher S., McClure-Tone Erin B., Nelson Eric E., Roberson-Nay Rowann, Adler Abby D., Fromm Stephen J., Leibenluft Ellen, Pine Daniel S. & Monique Ernst (2005), « Developmental Differences in Attention Related To Amygdala Response to Emotional Facial Expression », Biological Psychiatry, 57.

Hoffman Morris B. (2004), « The Neuroeconomic Path of the Law », 359 (1451), Philosophical Transactions of the Royal Society of London, p. 1667-1676.

Humphreys Glyn W. & Dana Samson (2004), « Attention and the Frontal Lobes », in M. Gazzaniga (ed.), The Cognitive Neurosciences III, Cambridge, MIT Press, p. 607-618.

Jones Owen D. (1999), « Sex, Culture, and the Biology of Rape : Toward Explanation and Prevention », California Law Review, 87, (827), p. 829-940.

Jones Owen D. (2004), « Law, Evolution and the Brain : Applications and Open Questions », Philosophical Transactions of The Royal Society of London, 359, p. 1697-1707.

Kagan Jerome (2006), An Argument for Mind, New Haven-Londres, Harvard University Press.

Kirchmeier Jeffrey L. (2004), « A Tear in the Eye of the Law : Mitigating Factors and the Progression Toward a Disease Theory of Criminal Justice », Oregon Law Review, 83, p. 631-730.

Lelling Andrew E. (1993), « Eliminative Materialism, Neuroscience and the Criminal Law », University of Pennsylvania Law Review, 141 (4), p. 1471-1564.

Lewontin Richard C., Rose Steven & Leon Kamin (1984), Not In Our Genes : Biology, Ideology and Human Nature, New York, Penguin Books.

Lewontin Richard C. & Richard Levins (2007), Biology Under the Influence : Dialectical Essays on Ecology, Agriculture and Health, New York, Monthly Review Press, 16.

Luria Alexander R. (1966), Higher Cortical Functions in Man, New York, Basic Books.

Mark Vernon H. & Franck R. Ervin (1970), Violence and the Brain, New York, Harper and Row.

Mark Vernon H., Sweet William H. & Franck R. Ervin (1967), « Role of Brain Disease in Riots and Urban Violence », Journal of the American Medical Association, 201 (11), p. 895.

McCulloch Gregory (2002), « Mental Representation and Mental Presentation », in A. O’Hear (ed.), Logic, Thought and Language, Cambridge, Cambridge University Press.

Macrae C. Neil, Heatherton Todd F. & William M. Kelly (2004), « A Self Less Ordinary : The Medial Prefrontal Cortex and You », in M. Gazzaniga (ed.), The Cognitive Neurosciences III, Cambridge, MIT Press, p. 1067-1076.

Milner Brenda (1963), « Effects of Different Brain Lesions on Card Sorting », Archives of Neurology, 9 (1), p. 90-100.

Mnookin Jennifer L. (2001a), « Fingerprint Evidence in an Age of DNA Profiling », Brooklyn Law Review, 67, p. 14-71.

Mnookin Jennifer L. (2001b), « Scripting Expertise : The History of Handwriting Identification Evidence and the Judicial Construction of Reliability », Virginia Law Review, 87, p. 101-226.

Mobbs Dean, Lau Hakwan C., Jones Owen D. & Chris D. Frith (2007), « Law, Responsibility, and the Brain », PLOS Biology, 5 (4), p. 693-700.

Nelkin Dorothy & Judith P. Swazey (1985), « Science and Social Control : Controversies Over Research on Violence », in F. H. Marsh & J. Katz (eds), Biology, Crime and Ethics, Cincinnati, Anderson Pub, p. 344-358.

Ong Aihwa (2006), Neoliberalism as Exception : Mutations in Citizenship and Sovereignty, Duke University Press, Durham-Londres.

Phelps Elizabeth A. (2004), « The Human Amygdala and Awareness : Interactions Between Emotion and Cognition », in M. Gazzaniga (ed.), The Cognitive Neurosciences III, Cambridge, MIT Press, p. 1005-1016.

Pinker Steven (1997), How the Mind Works, New-York, Norton.

Posner Michael J. & Marcus E. Raichle (1997), Images of Mind, New York, Scientific American.

Pritchard Thomas C. & Kevin D. Alloway (1999), Medical Neuroscience, Wiley-Blackwell.

Purdy Jedediah (2006), « The Promise (and Limits) of Neuroeconomics », Alabama Law Review, 58 (1), p. 1-40.

Raine Adrian (1993), The Psychopathology of Crime : Crime Behavior as a Clinical Disorder, New York, Academic Press.

Raine Adrian, Buchsbaum Monte & Lori LaCasse (1997) « Brain Abnormalities in Murderers Indicated by Positron Emission Tomography », Biological Psychiatric, 42, p. 495-508.

Raine Adrian, Buchsbaum Monte & Lori LaCasse (1998a), « Prefrontal Glucose Deficits in Murderers Lacking Psychosocial Deprivation », Neuropsychiatry, Neuropsychology & Behavior Neurology, 11 (1), p. 1-7.

Raine Adrian, Buchsbaum Monte & Lori LaCasse (1998b), « Reduced Prefrontal and Increased Subcortical Brain Functioning Assessed Using Positron Emission Tomography in Predatory and Affective Murderers », Behavior Science & Law, 16, p. 319-332.

Redding Richard E. (2006), « The Brain-Disordered Defendant : Neuroscience and Legal Insanity in the Twenty-First Century », American University Law Review, 56 (1), p. 51-127.

Rellini Alessandra H., McCall Katie M., Randall Patrick K. & Cindy M. Meston (2005), « The Relationship Between Women’s Subjective and Physiological Sexual Arousal », Psychophysiology, 42, p. 116-124.

Rees Dai & Steven Rose (2004), New Brain Sciences : Perils and Prospects, Cambridge University Press.

Robin Nina & Keith J. Holyoak (1995), « Relational Complexity and the Functions of the Prefrontal Cortex », in M. Gazzaniga (ed.), The Cognitive Neurosciences III, Cambridge, MIT Press, p. 987-997.

Russell Diana E. H. (1990), Rape in Marriage, Bloomington, Indiana University Press.

Ryan Rebecca M. (1995), « The Sex Right : A Legal History of the Marital Rape Exception », Law & Society, 20 (4), p. 941-1001.

Schneirla Theodore C. (1966), « Behavioral Development and Comparative Psychology », Quarterly Review of Biology, 41, p. 283-302.

Sheaves Becky (2006), « The Freak Accident that Left my Son Obsessed with Sex », Daily Mail (Londres), Juillet 4, p. 49.

Smail Daniel Lord (2007), On Deep History and the Brain, Berkeley, University of California Press.

Snead O. Carter (2007), « Neuroimaging and the “Complexity” of Capital Punishment », New York University Law Review, 82, p. 1265-1339.

Stanko Elizabeth Anne (2003), The Meaning of Violence, Londres, Routledge.

Ursin Holger & Birger R. Kaada (1960), « Functional Localization within the Amygdaloid Complex in the Cat », EEG Clinical Neurophysiology, 12, p. 445-454.

Uttal William R. (2001), The New Phrenology : The Limits of Localizing Cognitive Processes in the Brain, MIT Press.

Volavka Jan (1995), Neurobiology of Violence, Washington D. C., American Psychiatric Press.

Wagner Anthony D., Bunge Silvia A. & David Badre (2004), « Cognitive Control, Semantic Memory, and Priming : Contributions from the Prefrontal Cortex », in M. Gazzaniga (ed.), The Cognitive Neurosciences III, Cambridge, MIT Press, p. 709-726.

Walter Martin, Witzel Joachim, Wiebking Christine, Gubka Udo, Rotte Michael, Schiltz Kolja, Bermpohl Felix, Tempelmann Claus, Bogerts Bernhard, Heinze Hans Jochen & Georg Northoff (2007), « Pedophilia is Linked to Reduced Activation in Hypothalamus and Lateral Activation in Hypothalamus and Lateral Prefrontal Cortex during Visual Erotic Stimulation », Biological Psychiatry, 62, p. 698-701.

Weiskrantz Lawrence (1956), « Behavioral Changes Associated with Ablation of the Amygdaloid Complex in Monkeys », Journal Comparative and Physiological Psychology, 49, p. 381-391.

Whitman James Q. (2004), « Between Self-Defense and Vengance/Between Social Contract and Monopoly of Violence », Tulsa Law Review, 39, p. 901-924.

Zeki Semir & Oliver R. Goodenough (2004), « Law and the Brain : An Introduction », Philosophical Transactions of the Royal Society of London, 359, p. 1661-1665.

Zak Paul J. (2004), « Neuroeconomics », Philosophical Transactions of the Royal Society of London, 359, p. 1737-1748.

Notes

1 Je remercie Yochai Benkler, Martha Minow, Bill Stuntz, Jed Shugerman, Matthew Stephenson, Anne Harrington, John Forrester, Stephan Chorover et Andrew Berry pour leurs inestimables conseils et commentaires sur des premiers états de ce texte. Mes remerciements vont également aux participants des ClimenkoWorkshop series. Luke Frankson et Julie Ruderman m’ont fourni une aide précieuse pour la rédaction de cet article.

2 J’utilise le terme « neuroscience » comme un mot-valise pour qualifier les recherches scientifiques sur la structure et les fonctions du cerveau humain, en incluant celles qui ont été menées avant que ce terme ne soit inventé.

3 Le cortex préfontal comprend la partie « associative » des lobes frontaux du cerveau. Les lobes frontaux contiennent les aires motrices et associatives. Les aires motrices sont impliquées dans le déclenchement des activités motrices spécialisées ; les aires associatives sont impliquées dans les activités « spécifiquement humaines » y compris la planification, la mémoire, la résolution des problèmes et la conduite sociale. Voir Pritchard & Alloway (1999). L’amygdale est une petite structure située profondément dans le cerveau et dont on pense qu’elle joue un rôle dans la régulation de l’émotion.

4 Bien que je m’occupe ici des problèmes du traitement des criminels comme des Autres et du sophisme de la localisation, je ne prétends pas que ce soient les seules questions que pose l’histoire des rapports entre droit pénal et sciences du cerveau.

5 L’amygdalotomie est une opération de chirurgie cérébrale (lobotomie) qui consiste à extraire ou détruire l’amygdale.

6 Snead (2007) a produit une admirable revue de la littérature sur les travaux les plus récents en neuro-imagerie de la violence et de l’agression.

7 Ou, tout au moins, cela montre ce qui se passe dans un cerveau lorsqu’il est excité par des images érotiques. D’autres réponses neurologiques se produiraient certainement en réponse à des sons, des odeurs et des attouchements voire même à la seule présence visuelle d’une personne réelle, mais ce genre d’expérimentation semble plus difficile à conduire dans un scanner.

8 Cette liste est reprise à Uttal (2001, p. 153).

9 Gazzaniga (2005) décrit le « refus délibéré » comme l’aptitude à réprimer les pensées, paroles ou actes inappropriés. Bien que le cortex préfontal soit le site du « refus délibéré », on ne sait pas comment ni où le cerveau détermine ce qui est approprié selon les circonstances.

10 Entretien avec Stephan L. Chorover, Department of Brain & Cognitive Sciences, MIT, 29 janvier 2008.

11 Dans ce qui semble avoir été la mise en scène la plus spectaculaire d’une expérience scientifique jamais montée, le Dr. José Delgado de l’Université de Yale a conduit, en 1969, une expérience sur un taureau appartenant à une race élevée pour répondre par une charge à la vue d’un être humain. Il implanta une électrode dans le noyau caudal du cerveau de la bête. Devant une foule de savants et de journalistes, il démontra qu’il pouvait instantanément stopper la charge du taureau en activant l’électrode d’une simple pression d’interrupteur – le pouvoir de la science arrêtant littéralement l’agression de l’animal dans son mouvement.

12 Le raisonnement réductionniste/déterministe fondé sur la référence à la biologie pénètre la littérature sur le droit et la génétique comme celle sur le droit et la soi-disant psychologie évolutionniste. Voir Jones (1999, 2004), Goldberg (2001).

13 Snead, supra note 17, at 1278 (citant Patricia Smith Churchland, Brain-Wise : Studies In Neurophilosophy, 20-21 (2002)).

14 Sur les implications du matérialisme réductionniste sur le droit criminel, voir Lelling (1993).

15 La définition de ce qu’est une « représentation psychologique » fait l’objet d’intenses débats en psychologie, linguistique et philosophie (McCulloch, 2002). Cette question dépasse le cadre de cet article.

16 À l’appui de leur affirmation, ces auteurs citent Brunnell & Smith (1966), Egger & Flynn (1963), Ursin & Kaada (1960), Weiskrantz (1956).

Notes de fin

1 Cet article est une version abrégée de « Violence on the Brain : A Critique of Neuroscience in Criminal Law » (2008), Harvard Law School Faculty Scholarship Series, paper 14. La version originale est disponible sur le site : [lsr.nellco.org/Harvard_faculty/14].

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search