Version classiqueVersion mobile

Le mental et le social

 | 
Bruno Ambroise
, 
Christiane Chauviré

Élements d’analyse socio-historique et conceptuelle des conceptions psychologiques du mental

Instituer les neurosciences sociales

Quelle histoire pour un nouveau label ?

Wolf Feuerhahn

Texte intégral

  • 1 L’expression « neurosciences sociales » est prise ici en son sens étroit. Elle ne désigne que ce qu (...)

1Les premières lignes de l’éditorial qui inaugure en 2006 la nouvelle revue Social Neuroscience sont éloquentes1. Ses directeurs sont manifestement au fait de la singularité historique de la jeunesse de ces disciplines où l’on attend des recherches qui prétendent au rang de sciences toute une série de témoignages institutionnels d’existence. Les promoteurs des neurosciences sociales semblent les avoir systématiquement mis en place. En 2012, celui qui voudrait se spécialiser dans ce domaine dispose ainsi de manifestes inauguraux (Cacioppo & Berntson, 1992), de plusieurs ouvrages de référence (Cacioppo, Berntson & Cacioppo, 2002 ; Cacioppo, Visser & Pickett, 2006), de deux revues éponymes (Social Neuroscience, et Social Cognitive and Affective Neuroscience), et il peut adhérer à deux associations internationales (Social and Affective Neuroscience Society, et The Society for Social Neuroscience). Surtout, l’un des traits caractéristiques des disciplines telles qu’elles se sont mises en place en Europe à partir du xixe siècle et qui doit en assurer la pérennité et le succès réside dans le contrôle au moins autant de la production que de la diffusion du savoir (Heilbron, 2003 ; Boutier, Passeron & Revel, 2006). La formation des étudiants est au cœur du dispositif. Dans ce but, les manuels universitaires et les anthologies (readers) jouent un rôle central. En la matière également, les neurosciences sociales ne peuvent être prises en défaut : les étudiants disposent de nombreux manuels (Cacioppo & Berntson, 2005 ; Haan & Gunnar, 2009 ; Harmon-Jones & Beer, 2009 ; Decety & Cacioppo, 2011) et désormais d’un guide qui leur est spécifiquement destiné et qui les introduit au domaine (Ward, 2012). La production de ce type de publications, caractéristique du fonctionnement du monde universitaire anglo-saxon, est majorée par le fait qu’il s’agit d’établir rapidement la légitimité d’un nouveau champ de recherches.

  • 2 John Cacioppo a ainsi publié un Handbook of Social Neuroscience (Decety & Cacioppo, 2011), un Handb (...)
  • 3 Ce label ne figure que deux fois dans l’article en question (Cacioppo & Berntson, 1992) : p. 1025 – (...)

2Étant donné l’importance que lui accordent les promoteurs de cette nouvelle science2, il semble donc impossible d’aborder les neurosciences sociales du point de vue de l’historien si l’on néglige le facteur disciplinaire. L’affirmation de ce domaine comme un fait établi leur semble d’autant plus impérative qu’il risque de trouver de vigoureux opposants. Même s’il se veut programmatique, ce n’est pas un hasard si l’article publié en 1992 par Cacioppo et Berntson laisse encore un point d’interrogation après l’expression « social neuroscience3 ». Ces derniers, appartenant tous deux à un département de psychologie (Ohio State University) mentionnent l’adversité qu’est susceptible de rencontrer leur proposition au sein de leur propre profession. C’est donc par un geste qui relève au moins autant de la provocation que du défi qu’ils justifient de partir de la psychologie sociale : ils constatent que sa « complémentarité avec la perspective des neurosciences est moins bien comprise que celle d’autres perspectives psychologiques. Les neurosciences cognitives, comportementales et développementales par exemple sont toutes des domaines de recherche actifs, mais les neurosciences sociales heurtent certains qui les considèrent comme un oxymore ». Ils fixent ainsi à leur article de montrer que « tel n’est pas le cas » (Cacioppo & Berntson, 1992, p. 1020, n. 1). L’éditorial du premier numéro de la deuxième revue qui arbore dans son titre le label « neurosciences sociales » (Social, Cognitive and Affective Neuroscience) s’intitule également : « Les neurosciences sociales cognitives et affectives : Quand les contraires s’attirent. » (Lieberman, 2006). L’enjeu est donc d’abord et avant tout de rendre crédible l’association du substantif « neurosciences » avec l’épithète « sociales ».

  • 4 C’est la raison pour laquelle notre étude se concentrera sur ce seul aspect de l’institutionnalisat (...)
  • 5 Ce danger a déjà été thématisé dans un article précédent (Feuerhahn & Mandressi, 2011). Nous montri (...)

3Faire des « neurosciences sociales » l’avenir de la psychologie sociale avait en effet de quoi susciter des débats parmi les représentants de cette dernière. Certes, depuis 1908 et la publication de deux ouvrages comprenant dans leurs titres l’expression « social psychology », les discussions relatives à ce qu’il fallait entendre par là n’ont cessé, mais elles étaient dominées par l’hésitation entre le primat de l’approche sociologique ou psychologique (Good, 2000). Ces réticences expliquent pour une bonne part que les promoteurs de sciences aussi jeunes que les neurosciences sociales multiplient non seulement les références mais aussi les travaux historiques sur l’émergence et le développement de leur pratique scientifique4. Il s’agit d’abord et avant tout de montrer par là que cette nouvelle science peut se prévaloir d’ancêtres en psychologie et que son discours n’est pas contradictoire avec les pratiques scientifiques de ce champ d’études. Proposer une histoire des neurosciences sociales sans prendre en compte cette production historique risquerait de conduire à répéter les scansions, le rythme, les figures tutélaires et l’énumération des progrès de cette nouvelle science proposés par ce discours indigène5.

Mobiliser l’histoire pour refaire l’unité de la psychologie

  • 6 Je me propose d’aborder ultérieurement et de façon plus approfondie la question de l’« histoire ind (...)

4L’historien des sciences n’inscrit pas sa trace sur un terrain vierge. Les textes qu’il étudie sont le plus souvent chargés de références historiques au travers desquelles on peut reconstituer sinon une conception de l’histoire de leur science, du moins un « horizon de rétrospection » (Auroux, 1987 ; Puech, 2006 ; Puech & Raby, 2011). Nombreux sont les savants qui ne se privent pas en outre de publier des textes qui se présentent comme des travaux historiques. Je qualifierai cette littérature d’« histoire indigène ». À titre provisoire6, j’entends par là l’histoire produite par les acteurs d’une discipline eux-mêmes et qui porte sur cette dernière, étant entendu que celui qui parle d’histoire indigène adopte une perspective extérieure à celle-ci. On ne peut affirmer l’existence d’un critère absolu départageant une histoire indigène d’une autre, purement « exogène », ne serait-ce que parce que les historiens des sciences eux-mêmes ont souvent été auparavant, ou sont parallèlement, des chercheurs dans les domaines qu’ils étudient. Il s’agit bien plus d’un idéal-type qui doit permettre à l’historien de réfléchir sur sa pratique. On retiendra ici quelques critères de constitution d’un tel idéal-type : la finalité explicite des textes considérés, les interlocuteurs visés ainsi que les supports de ces publications. On peut ainsi considérer qu’un texte historique produit par un chercheur sur son propre champ de compétence, qui s’adresse prioritairement à ses collègues, qui est publié dans une revue relevant de ce domaine et qui, par ailleurs, vise pour l’essentiel à le promouvoir, entre dans la catégorie d’« histoire indigène ».

  • 7 Voir, à ce titre, les remarquables analyses de Topalov (2004 et 2005) sur l’histoire de l’étiquetag (...)

5Confronté à cette littérature, l’historien des sciences peut hésiter entre une vaste gamme d’attitudes qui irait de son emploi comme un discours d’historien parmi d’autres à sa disqualification sous prétexte qu’elle serait indissociable d’une ambition scientifique déterminée et constituerait à ce titre une sorte d’« obstacle épistémologique ». Ces deux solutions extrêmes sont insatisfaisantes. La première a toutes les chances de conduire à la reprise inconsciente de l’histoire indigène. La seconde suppose que l’historien pourrait rompre définitivement avec son objet et accéder à un point de vue surplombant. Si l’histoire de l’histoire me semble une pratique nécessaire parce qu’elle a toutes les chances d’accroître la vigilance de l’historien et de lui éviter bien des naïvetés, l’ancrage de l’historien dans l’histoire constitue selon moi une condition indépassable de la pratique historienne, condition qui empêche de penser pouvoir accéder à un point de vue archimédien. À cette difficulté s’en ajoute une autre qui fait que, dans les faits, l’histoire indigène fournit bien souvent des données qui ne sauraient être acquises par d’autres biais. La question de leur usage se pose donc. Pour ces raisons et parce que cette histoire est en réalité intimement articulée au projet scientifique étudié, j’aimerais défendre ici l’idée qu’analyser l’un sans l’autre risque fort de nous faire passer à côté d’aspects importants de l’objet analysé7.

William James, garant d’une approche antiréductionniste

  • 8 Cacioppo & Berntson (1992, p. 1023) : « […] fractionation of psychology as a scientific discipline, (...)
  • 9 L’un des articles de Cacioppo, considéré par les représentants des « neurosciences sociales » comme (...)

6Cacioppo et Berntson, les premiers promoteurs du label « neurosciences sociales », partent de ce qu’ils présentent comme un constat : les recherches psychologiques contemporaines privilégieraient les « analyses à un niveau micro » et perdraient de vue toute perspective d’ensemble. Ceci conduit, selon eux, à un morcellement des recherches psychologiques et surtout à une cécité dans l’analyse de phénomènes « qui ne peuvent être observés distinctement […] qu’à travers plusieurs niveaux d’analyse » (1992, p. 1019 et p. 1023). Ils affirment de la sorte partager les interrogations de plusieurs de leurs collègues (William Bevan, Thomas R. Scott, Alan I. Leshner) sur l’avenir de la psychologie, telles qu’elles s’étaient exprimées l’année précédente (1991) dans cette même revue institutionnelle, celle de l’American Psychological Association, American Psychologist. Ils reprennent en particulier le jugement de Scott, professeur à l’Université du Delaware, qui voyait dans l’« abîme grandissant entre les champs de la psychologie sociale et de la biopsychologie » l’exemple paradigmatique de ce morcellement de la discipline psychologique8. Leur article et la proposition de fonder des « neurosciences sociales » apparaissent donc comme une réponse à un contexte de crise disciplinaire. Il s’agit de montrer que le fossé peut être comblé par ce biais et que l’unité de la psychologie peut être refondée9. Mais avant même de présenter les principes théoriques organisateurs de cette nouvelle science, l’histoire entre en scène. D’abord sous la forme d’un digne ancêtre. L’article initial de Cacioppo et Berntson attribue en effet aux Principles of Psychology le rôle d’ouvrage fondateur, et à William James le rang de figure tutélaire des neurosciences sociales :

Une affirmation fondamentale de la psychologie comme science de la nature est que des processus neurophysiologiques sous-tendent des phénomènes psychologiques adaptés ou mal adaptés. William James (1890/1950) est l’un des premiers psychologues à avoir énoncé cette affirmation ; à avoir reconnu que les facteurs du développement, de l’environnement et les facteurs socioculturels influencent les processus neurophysiologiques qui sous-tendent les phénomènes psychologiques ; et à reconnaître que ces influences peuvent être étudiées comme des échanges neurophysiologiques. James a également affirmé que si les recherches psychologiques se focalisaient exclusivement sur les événements neurophysiologiques, il en résulterait des coûts (diseconomies) et des énigmes inutiles. (Cacioppo & Berntson, 1992, p. 1019 ; nous traduisons)

  • 10 Puech précise que « dans un tel cadre, l’erreur comme la vérité ne sont pas directement produites p (...)
  • 11 L’usage fréquent par l’histoire indigène de ce type de recours au passé et, de manière générale, la (...)

7Ici, l’usage de James témoigne de la rémanence d’un recours bien particulier au passé qui consiste à « renvoyer à une Autorité du passé » (Puech, 2008, p. 109310) et non pas à l’inscrire dans un récit relatant des faits irréversibles11. Les auteurs présentent en effet leur perspective comme la reprise d’intuitions développées en 1890 par James. Cacioppo a d’ailleurs publié deux années auparavant, à l’occasion du centenaire des Principles of Psychology, un article (Cacioppo & Tassinary, 1990), dans lequel le propos théorique contemporain semble en parfaite continuité avec le discours d’historien sur la pensée de James. Parce qu’il aurait été critique du réductionnisme et aurait souligné le caractère actif et sélectif de l’esprit, James aurait « favorisé une approche intégrative multiniveaux (i.e. psycho-physiologique) dans l’étude des phénomènes psychologiques et comportementaux. Pour cette raison, il a été crédité depuis longtemps d’être l’un des pères de la psychophysiologie. » (Ibid., p. 602-603). Cette approche intégrative nommée en anglais « multilevel integrative research », qui devient en 1992 l’insigne théorique distinctif des « neurosciences sociales », trouverait donc en James son digne précurseur. Cette lecture s’adosse à un principe analogique qui gouverne bien des histoires indigènes : le fait que le concept de « niveaux » (levels) aurait été aussi central chez James que dans les analyses contemporaines (ibid., p. 604) justifierait de ne pas se poser la question de savoir si son sens pourrait dépendre de son contexte d’usage. La perspective historique entièrement internaliste, qui se limite explicitement à quelques chapitres de l’ouvrage de James (ibid., p. 609, n. 1), permet plus aisément aux auteurs de prétendre faire parler leur digne ancêtre à un siècle de distance. Ils usent en effet d’une pratique rhétorique que l’on retrouve dans nombre d’histoires indigènes présentistes qui, dans leur cas, consiste à affirmer que si les principes théoriques énoncés « ne dérivent pas des Principles of Psychology, ils y seraient toutefois comme chez eux (at home) » (ibid., p. 601, 609). Les principes en question sont au nombre de quatre : le « principe du déterminisme multiple », le « corollaire de proximité », le « principe du déterminisme non-additif » et « le principe du déterminisme réciproque » que Cacioppo et Berntson (1992, p. 1023) présentent de la façon suivante :

La doctrine de l’analyse intégrative multiniveaux est composée de trois principes et d’un corollaire :

  1. Le principe du déterminisme multiple : un événement cible d’un niveau d’organisation (par exemple, la réponse des neuroeffecteurs, la prédisposition à une réponse évaluative) peut avoir de multiples antécédents, soit du même niveau, soit de différents niveaux d’organisation.

  2. Le corollaire de proximité : cartographier [les relations] entre des éléments qui relèvent de plusieurs niveaux d’organisation devient plus complexe […] quand croît le nombre de niveaux d’organisation qui interviennent.

  3. Le principe du déterminisme non-additif : les propriétés du tout collectif (collective whole) ne peuvent pas toujours être prédites à partir des propriétés des parties tant que les propriétés du tout n’ont pas été clairement décrites de façon détaillée et étudiées à plusieurs niveaux.

  4. Le principe du déterminisme réciproque : il peut y avoir des influences mutuelles entre les facteurs microscopiques (par exemple, biologiques) et macroscopiques (par exemple, sociaux) dans la détermination des processus cérébraux et comportementaux.

8Ce qui frappe donc d’emblée dans le discours de Cacioppo et Berntson, c’est l’insistance sur le caractère antiréductionniste de leur perspective. Il s’agit par là de répondre par avance aux objections des psychologues sociaux qui jusqu’alors faisaient de la critique du réductionnisme biologique l’un des garants de l’originalité de leur approche. Mais leur perspective intégratrice est malgré tout surprenante. Étant donné qu’ils vantent, d’un côté, le fait que « des études réductionnistes démontrant qu’un mécanisme neurophysiologique est une cause suffisante de certains phénomènes psychologiques sont très importantes et ce d’autant plus qu’elles guident et contraignent les théories générales des phénomènes psychologiques » (ibid.), ils sont ensuite conduits à un étrange résumé qui apparemment tente de concilier tant les psychologues sociaux que les neuroscientifiques :

En résumé, le réductionnisme a contribué à résoudre certains des problèmes scientifiques les plus mystérieux de l’histoire humaine […] et contribuera pour beaucoup à notre compréhension des phénomènes sociaux et psychologiques. Pourtant il est contre-productif de prétendre que le réductionnisme transformera les abstractions des sciences psychologiques en une science « réelle » au cours du millénaire qui arrive, de même qu’il est contre-productif de prétendre que le réductionnisme produit des aperçus (insights) qui n’auraient aucune pertinence pour des théories des processus et des phénomènes sociaux. (Ibid., p. 1026)

  • 12 Une telle interprétation des propos de ces auteurs semble confirmée par le fait que l’antiréduction (...)

9Il n’est pas sûr que les défenseurs de l’antiréductionnisme parmi les psychologues sociaux aient trouvé pleinement leur compte dans cette tentative pour reconnaître les apports et les limites de chacun des deux camps opposés. Peut-on vraiment interpréter les « abstractions » comme une valeur ajoutée par la psychologie sociale à la science psychologique prise dans son ensemble ? Cette remarque ne cache-t-elle pas plutôt la critique d’un résidu de spéculation philosophique ? Si tel est le cas, l’asymétrie dominerait cette représentation : aux apports reconnus du réductionnisme neuroscientifique s’opposeraient le refus obstiné des psychologues sociaux à en voir les mérites ainsi que leur tendance à promouvoir des abstractions12.

Refermer une parenthèse historique conflictuelle

10Mais le discours historique de Cacioppo et Berntson ne se limite pas à la recherche d’un ancêtre prestigieux, ils l’intègrent, par la suite, à une relecture d’ensemble de l’histoire de la psychologie depuis le xixe siècle qui, par son ampleur, a de bonnes chances de séduire l’historien en quête de généalogie au long cours :

On a souvent considéré que les explications sociales et biologiques du comportement offraient des comptes rendus distincts ou même incompatibles et alternatifs. Mais cela n’a pas toujours été le cas. La révolution darwinienne a suscité un grand intérêt et a généré un enthousiasme communicatif à l’idée de comprendre les bases biologiques du comportement social (pour un examen, voir Berntson & Cacioppo, 2000b). Malheureusement, l’attention a chuté et l’enthousiasme s’est rapidement attenué en raison, essentiellement, de l’application vide de sens de causes biologiques simplistes et impossibles à tester (par exemple, les instincts) permettant d’expliquer tout comportement social. Au milieu du xxe siècle, un schisme profond avait eu lieu et une suspicion mutuelle tenace s’était installée entre les psychologues sociaux et les psychobiologistes ; leurs « évolutions » professionnelles respectives commencèrent à diverger. (Berntson & Cacioppo, 2004, p. 107)

11L’histoire a donc d’abord pour fonction de dévoiler le caractère contingent des découpages intradisciplinaires et des conflits qui en résulteraient. Pour répondre au sentiment de morcellement de la discipline, Berntson et Cacioppo proposent donc une histoire au long cours, qui fait apparaître le caractère récent de ces conflits. La « révolution darwinienne » figure comme un point origine à partir duquel la psychologie aurait rompu avec son passé philosophique et accédé au rang de « science biologique » (Berntson & Cacioppo, 2000, p. 3). L’histoire de cette science est ensuite scandée en trois temps principaux : le premier qui voit dominer les théoriciens de l’instinct, premiers « bénéficiaires » du « pionnier » Darwin et parmi lesquels il faudrait compter William James (ibid.) ; le deuxième est celui du règne des béhavioristes, auquel succéderait enfin ce qu’ils nomment le « nouveau paradigme biologique » (ibid., p. 5). L’exposé des deux premiers moments est bref et se concentre surtout sur des critiques : concernant les théoriciens de l’instinct, celle de leur perspective téléologique ou de leur incapacité à proposer une science prédictive, explicative et produisant des hypothèses ; concernant les béhavioristes, essentiellement celle du « béhaviorisme radical » de Skinner. Ce dernier présente en effet la singularité d’être « particulièrement pernicieux » parce que « bien qu’[il] ait émergé de la tradition psychobiologique, sa forme extrême de béhaviorisme a exclu les explications intentionnelles (meaningful accounts) du comportement des termes de la biologie » (ibid., p. 4). Skinner aurait donc trahi les potentialités offertes par la science biologique en la caricaturant. Car les auteurs soulignent qu’il ne faut pas comprendre leur critique de ces deux écoles successives comme celle de la perspective biologique en général (ibid., p. 3-4). En effet, c’est elle qui comme un « phénix renaissant des cendres de la biologie comportementale historique » (ibid., p. 4) permet l’émergence de la « biologie comportementale moderne » – troisième temps de cette histoire – dont la spécificité a été de montrer que l’évolution ne concerne pas seulement les fonctions primitives comme les réflexes ou la pulsion sexuelle, mais qu’elle a aussi « sculpté les géniales capacités de traitement de l’information les plus élevées du cerveau » (ibid., p. 5). Ici c’est Huglings Jackson (1835-1911), dont le « message implicite » aurait été que l’« information est traitée à de multiples niveaux d’organisation à l’intérieur du système nerveux » (ibid.), qui figure comme le précurseur oublié. Sur cette base et avec les « neurosciences sociales » se verrait ainsi refermée une parenthèse, celle de l’hostilité entre psychologie sociale et neurosciences. Refondée sur ce nouveau paradigme biologique qui permet de mettre en évidence que « les mécanismes sociaux et cognitifs ne sont pas localisés à un seul niveau neuronal, mais sont représentés à de multiples niveaux du système nerveux » (ibid., p. 6), la psychologie sociale pourrait ainsi laisser la place aux « neurosciences sociales ».

  • 13 Au prix d’une sélection drastique dans les propos des articles cités. La référence à l’article de W (...)

12Ces articles fournissent toutefois plusieurs indices qui montrent qu’une autre histoire des neurosciences sociales peut être écrite. Ce qui frappe tout d’abord, c’est le poids des découpages disciplinaires dans les réflexions menées par Berntson et Cacioppo. Manifestement, le contexte de crise de la discipline psychologique qu’ils thématisent explicitement dans leur article inaugural de 1992 est central pour comprendre l’émergence de cette nouvelle science. Face à la spécialisation et à l’émiettement, il s’agit de proposer une nouvelle unité de la psychologie13. Il n’est d’ailleurs pas anodin que Berntson et Cacioppo citent encore aujourd’hui le diagnostic de Scott pour justifier la création des « neurosciences sociales » (Berntson & Cacioppo, 2004, p. 108 ; Cacioppo, 2007 ; Cacioppo, Berntson & Decety, 2011, p. 131).

  • 14 Congress, House Joint Resolution 174.

13Mais c’est manifestement un autre facteur contextuel, au moins aussi politique que scientifique qui a servi de déclencheur à l’invention du label des « neurosciences sociales » : la proclamation par le Congrès américain, le 1er janvier 199014, puis le 17 juillet de la même année par le président des États-Unis, de la « décennie du cerveau ». Pour George Bush, une telle entreprise permettait de lier interrogations scientifiques et théologiques :

Le cerveau humain, une masse de trois livres de cellules nerveuses entrelacées qui contrôlent notre activité, est l’une des plus splendides – et des plus mystérieuses – merveilles de la Création. Siège de l’intelligence humaine, interprète des sens et contrôleur des mouvements, cet organe incroyable continue à intriguer autant les scientifiques que les profanes15.

  • 16 Voir Beaulieu (2001, p. 640).
  • 17 Cacioppo, Berntson & Decety (2011, p. 129).
  • 18 Je n’en ai en tout cas pas trouvé trace dans les articles de Berntson et Cacioppo que j’ai lus.

14Cette opération de très grande envergure, soutenue au départ par la Library of Congress et le National Institute of Health, a très vite connu une résonance internationale : nombreux furent les pays qui, à la suite des États-Unis, déclarèrent que les années 1990 seraient la « décennie du cerveau16 ». Cacioppo avait, dès le début des années 1980, été contacté par Richard Louttit, directeur de la division Behavior and Neuroscience de la National Science Foundation et avait bénéficié d’un premier programme quinquennal réunissant plus de quarante chercheurs pour développer son analyse multiniveaux17. Il inscrira ensuite très rapidement son projet de fondation des « neurosciences sociales » dans le cadre de la décennie du cerveau. L’article inaugural qu’il publie avec Berntson en 1992 s’intitule en effet « Social Psychological Contributions to the Decade of the Brain. Doctrine of Multilevel Analysis ». De mot d’ordre politique qu’elle est encore dans le titre, la decade of the brain est très vite transformée dans le texte en une catégorie historique : « Cet article examine l’importance d’une approche intégrative multiniveaux de l’étude des phénomènes mentaux et comportementaux dans la décennie du cerveau. » (Cacioppo & Berntson, 1992, p. 1019). De façon générale, cette initiative de politique scientifique est saluée tout au long de l’article. Elle aurait été le résultat d’une perception avisée des développements technologiques relatifs à l’enregistrement électrophysiologique, à l’imagerie cérébrale ou encore à la neurochimie (ibid., p. 1020). Pris dans ce contexte de promotion au plus haut niveau des recherches sur le cerveau, la substitution des « neurosciences sociales » à la « psychologie sociale » ne semble pas même nécessiter une justification de la part de ses promoteurs18.

L’histoire : terrain d’affrontement entre deux définitions concurrentes des neurosciences sociales

  • 19 Pour avoir une idée – non exhaustive – du nombre de laboratoires qui, au niveau mondial, comportent (...)

15La production historique relative à ce tout nouveau champ d’études s’est étoffée à partir de 2001. Et, manifestement, ses promoteurs ne l’ont jamais considérée comme marginale dans leur activité scientifique, ils lui ont régulièrement consacré du temps. Son développement, ainsi que la publication de manuels qui comportent quasiment tous des chapitres historiques, la création de revues et de laboratoires19 sont liés à l’entrée dans le domaine d’un étiquetage rival de celui des social neurosciences : il s’agit des social cognitive neurosciences.

16En 2001, deux jeunes chercheurs en psychologie, Kevin N. Ochsner et Matthew D. Lieberman, qui n’ont alors que quelques articles à leur actif, publient un texte dont le titre renvoie à la fois à un travail historique et à une volonté performative : « The Emergence of Social Cognitive Neuroscience ». Ce qui est présenté comme un domaine émergent en est en effet à ses premiers balbutiements. Mais le résumé de l’article indique toutefois que son ambition est loin d’être modeste pour autant. Il identifie d’emblée sa cible : la nouveauté de ce domaine de recherche tient au fait qu’il analyse les phénomènes dans les termes d’« interactions entre trois niveaux d’analyse » et non pas deux comme l’aurait fait jusque-là la « recherche traditionnelle en psychologie sociale et en neurosciences cognitives » (Ochsner & Lieberman, 2001, p. 717). Sans les citer, ce sont les travaux de neurosciences sociales de Berntson et Cacioppo qui sont ici visés et relégués au rang de produits scientifiques traditionnels. Par une analogie saisissante qui fait des « descriptions des processus cognitifs la pierre de Rosette des neurosciences sociales cognitives, traduisant des termes qui, à première vue, pourraient sembler comme des hiéroglyphes dans une terminologie des processus d’information compris communément » (ibid., p. 719), Ochsner et Lieberman se présentent comme les Champollion des neurosciences sociales et renvoient leurs prédecesseurs à une préhistoire de cette science.

17La rhétorique justifiant l’émergence d’un tel champ de recherche est a priori identique à celle mobilisée par Berntson et Cacioppo. Ils repartent eux aussi de l’opposition entre deux types d’approche : la psychologie sociale d’un côté, les neurosciences cognitives de l’autre. De la même manière que Berntson et Cacioppo, ils proposent une lecture de l’histoire pour justifier la possibilité d’un rapprochement entre elles (ibid., p. 717) :

À première vue, les approches des psychologues sociaux et des chercheurs en neurosciences cognitives peuvent sembler aussi étrangères l’une à l’égard de l’autre que […] deux étrangers qui passent dans la rue. Il est toutefois une longue histoire de recherches qui, au moins partiellement, comble le fossé entre ces disciplines.

18Ici ce n’est toutefois plus James qui joue le rôle d’autorité garantissant la possibilité de l’unité, mais un cas fameux : celui de « Phineas Gage, dont l’accident de train au tournant du siècle a endommagé les aspects ventromédians de son lobe frontal, causant une labilité émotionnelle et un comportement socialement inapproprié malgré la préservation de son fonctionnement intellectuel » (ibid.).

  • 20 Voir aussi : Lieberman (2006, p. 1) : « The Neuroscientific Bases of Socioemotional Processes ».

19Le cas de Phineas Gage, absent de l’histoire proposée par Berntson et Cacioppo, constitue l’une des spécificités des productions historiques des « neurosciences sociales cognitives » (Ochsner & Lieberman, 2001, p. 717 ; Ochsner, 2007, p. 40 ; Lieberman, 2012, p. 3). Il sert à illustrer la thèse du « fondement cérébral du comportement social » (Ochsner, 2007, p. 4120) que leurs promoteurs cherchent à faire valoir. Car, dans ces textes, Liebermann et Ochsner distinguent leurs travaux de ceux de Berntson et Cacioppo en insistant sur le niveau cognitif. Pour ce faire, ils notent que leurs prédécesseurs n’ont réalisé que la moitié du programme qui se déclinait en 1992 sur la base de deux exemples :

Le premier était centré sur la question de savoir comment nos environnements sociaux peuvent affecter notre système immunitaire. Le second était centré sur la question de savoir comment des degrés plus importants de contrôle contextuel sur des processus évaluatifs et appétitifs sont ajoutés lorsque l’on passe de lésions de décérébrations à des lésions limbiques jusqu’à épargner le cerveau tout entier. De ces deux exemples, c’est le premier qui a pris racine sous le nom de neurosciences sociales au cours de la décennie suivante [celle des années 1990]. Dans les années 1990, les neurosciences sociales étaient largement identifiées à la question de savoir comment des facteurs sociaux ont influencé des systèmes autonomes, neuroendocriniens et immunitaires. En d’autres termes, les neurosciences sociales étaient davantage alignées sur la psychologie de la santé que sur la cognition sociale ou ce qui est devenu les SCN [neurosciences sociales cognitives] une décennie après. Au cours du temps, la signification des neurosciences sociales a changé pour incorporer le contenu et les méthodes des SCN, mais ce serait une erreur de penser que les SCN n’ont pas ajouté une perspective différente à ce qui était présent avant cette convergence. (Lieberman, 2012, p. 5)

20Se manifestent ici une forte rivalité relative au monopole de la définition légitime des « neurosciences sociales » et le fait que les « plus tard venus » font tout pour défendre l’originalité de leur approche. Ainsi trouve-t-on dans l’article d’Ochsner et Lieberman, publié en 2001, une critique de l’idée selon laquelle « l’objectif des neurosciences sociales cognitives serait de découvrir des “modules sociaux” dans le cerveau » (p. 729). Ils arguent que l’imagerie montre au contraire que des systèmes cérébraux que l’on peut décrire comme sociaux ou émotionnels par nature peuvent être mobilisés pour répondre à des tâches cognitives et, inversement, que les prétendus systèmes cérébraux cognitifs peuvent être importants pour réaliser des dispositions sociales et émotionnelles.

21Les aînés ne furent pas indifférents au défi de ces jeunes chercheurs. Dès 2002, Cacioppo cite l’article d’Ochsner et Lieberman et reprend même leur titre pour intituler un paragraphe de son texte : « l’émergence des neurosciences sociales », à une notable différence près – l’adjectif cognitives a disparu. Mais le discours historique qu’il propose dans ce passage reprend l’exemple de Phineas Gage mobilisé par Ochsner et Lieberman et insiste beaucoup plus sur les recherches contemporaines que dans ses textes précédents, une manière de répondre à la pratique historique de ses jeunes rivaux. Car de façon générale, alors que le discours historique produit par les premiers promoteurs des neurosciences sociales propose des généalogies au très long cours, les seconds ont une approche beaucoup plus immédiate : l’enjeu pour eux est de montrer qu’il y a une différence très nette entre les premiers travaux des années 1990, ceux de leurs aînés et les leurs, produits dans les années 2000. Les années 1980 constituent un cap. À cette époque quatre facteurs, relevant d’une histoire des idées ayant bloqué le développement des recherches sur le cerveau social ou émotionnel auraient été levés : la prédominance du béhaviorisme, la conception selon laquelle les comportements sociaux et émotionnels seraient plus primitifs et animaux que nos facultés cognitives, l’intérêt prédominant pour des caractéristiques valant pour l’espèce tout entière, et enfin le manque d’outils technologiques permettant de mettre au jour les bases cérébrales de nos comportements sociaux et émotionnels (Ochsner, 2007, p. 41). Le développement de l’imagerie fonctionnelle cérébrale aurait permis un saut qualitatif dans la recherche. Et Ochsner de décrire, en citant toute une série de travaux, comment on est alors passé d’un « Zeitgeist » favorable mais relativement indéfini à une « identité distincte » avec l’émergence du label des neurosciences sociales cognitives. Comme son aîné, celui-ci se caractériserait par un dépassement des points de vue unilatéraux, celui de la social cognition qui raisonne en termes de traitement de l’information, et celui des cognitive neurosciences qui lie ces modèles à leurs substrats neuronaux en s’aidant de la neuropsychologie, de l’électrophysiologie et de l’imagerie fonctionnelle (ibid., p. 42).

  • 21 La rivalité entre les deux labels se voit aussi à ce que trois mois séparent seulement la publicati (...)

22Berntson et Cacioppo adoptent une attitude bienveillante, voire paternaliste, à l’égard de ceux qu’ils nomment une « talentueuse nouvelle génération de scientifiques » (Cacioppo, Berntson & Decety, 2011, p. 126), qui, entre-temps, occupent des postes de professeurs à Columbia University (Ochsner) ou à UCLA (Lieberman)21. Ils s’appuient surtout sur l’insistance de ces derniers sur l’épithète « cognitif » pour faire des social cognitive neurosciences des « sous-domaines » (subareas) (ibid., p. 131) dont la spécificité n’est pas « conceptuelle » (conceptually), mais tient seulement à la méthode employée, l’imagerie à résonance magnétique fonctionnelle (IRMf). Bref, à côté des computational social neurosciences, des cultural neurosciences, des social developmental neurosciences, des clinical social neurosciences et des comparative social neurosciences, les social cognitive neurosciences ne sont qu’une sous-catégorie des social neurosciences érigées quant à elles au rang de « nouveau paradigme » (Cacioppo, Berntson & Decety, 2011, p. 131) :

La richesse et la variété de ces sous-domaines révèlent que le vaste champ des neurosciences sociales est un nouveau paradigme qui réunit des études portant sur les animaux comme sur les hommes, sur des patients ou des hommes normaux, des analyses computationnelles comme empiriques, des recherches neuronales comme comportementales et une vaste gamme de méthodologies qui a été déployée pour examiner les relations nomologiques et les mécanismes qui couvrent les niveaux d’organisation qui vont du niveau moléculaire au niveau molaire.

  • 22 Avec Jason Mitchell, David Amodio, Jennifer Beer et Wil Cunnigham, ils figurent parmi les organisat (...)

23Il en va de même à propos des situations où les neurosciences sociales cognitives ont été historiquement pionnières. C’est le cas avec la création, par Lieberman et Ochsner notamment22, dès 2008, de la Social and Affective Neuroscience Society, deux ans avant la Society for Social Neuroscience, fondée en 2010 par Cacioppo et Decety et située à l’Université de Chicago où tous deux exercent. Dans l’histoire des neurosciences sociales qu’ils viennent de publier, Cacioppo, Berntson et Decety disent (2011, p. 130) :

[la première] représente les chercheurs en neurosciences sociales cognitives (social cognitive neuroscientists) qui utilisent prioritairement l’IRMf, alors que la dernière représente des scientifiques venant d’un grand nombre de disciplines et qui étudient les mécanismes neuronaux, hormonaux, cellulaires et génétiques sous-tendant les structures émergentes qui définissent l’espèce sociale en utilisant une large variété de méthodes dans le cadre de l’étude des animaux comme des hommes, de patients comme de participants normaux. À ce titre, ces sociétés sont complémentaires et reflètent les besoins, les demandes et la diversité du champ.

24Aux neurosciences sociales reviendrait donc le privilège de représenter l’ensemble du domaine d’investigation. Quand on sait combien les promoteurs des neurosciences sociales n’ont de cesse de souligner la dimension interdisciplinaire de leur approche, il n’y a pas de plus dure critique que celle qui consiste à dire que les neurosciences sociales cognitives sont le fait de « neuroscientifiques ». Ochsner et Lieberman en seraient donc restés au partage disciplinaire que Cacioppo et ses collègues s’étaient efforcés de dépasser depuis une vingtaine d’années.

L’âge des disciplines et le fondationnalisme neurologique

25Il est un point qui surprend à la lecture de la production des neurosciences sociales. Leurs promoteurs ne cessent de revendiquer une approche complexe qui dépasse l’unilatéralisme tant de la psychologie sociale que des neurosciences traditionnelles. Ils prônent l’interdisciplinarité et pensent les déterminations dans les deux sens : non seulement des processus neurologiques sur les attitudes sociales, mais aussi inversement. Pourtant, ces proclamations laissent très vite la place à un fondationnalisme neurologique. L’éditorial du premier numéro de la revue Social Neuroscience définit cette science de la façon suivante : « Les neurosciences sociales peuvent être définies en général comme l’exploration des fondements neurologiques (neurological underpinnings) des processus qui sont traditionnellement examinés, mais ne sont pas limités à la psychologie sociale. » (Decety & Keenan, 2006, p. 1). Le glissement d’une approche en termes de déterminations réciproques à une autre, fondationnaliste, se manifeste très nettement dans la présentation sur Internet de la Society for Social Neuroscience :

Les neurosciences sociales constituent le champ académique interdisciplinaire dévolu à la compréhension de la manière dont les systèmes biologiques implémentent les processus et les comportements sociaux et la manière dont ces structures et ces processus sociaux ont un impact sur le cerveau et la biologie. Une hypothèse fondamentale qui sous-tend les neurosciences sociales est que tous les comportements sociaux sont biologiquement implémentés23.

26Comment faut-il comprendre ce glissement ? En 2011, Cacioppo, Berntson et Decety rappellent que la « déclaration par le Congrès que les années 1990 seraient la décennie du cerveau a constitué un signal clair pour les chercheurs, les institutions de recherche, les organisations scientifiques, les fondations et les agences de financement, et pour le public, que les neurosciences bénéficieraient de soutien pour poursuivre des problèmes plus complexes » (2011, p. 123). La politique de la recherche menée dans le cadre de la décennie du cerveau a incité au développement d’une perspective tout à fait singulière pour aborder les phénomènes sociaux. Le cerveau devenait la clef des comportements sociaux, et les neuroscientifiques étaient érigés en modèles pour tous les chercheurs en sciences sociales. Par ce biais, les sciences sociales auraient enfin eu l’occasion d’accéder au statut de véritables sciences, c’est-à-dire procédant de manière expérimentale.

27On aurait pu penser que la proclamation d’une « décennie du comportement » (decade of behavior) en 2000 rééquilibrerait les perspectives. Elle s’adressait en effet prioritairement aux behavioral and social sciences. Mais dès 2002, Cacioppo déplorait qu’elle « n’ait pas suscité la même ferveur que le projet de génome humain ou la décennie du cerveau de la part des scientifiques comme du public, ou le soutien du Congrès » (2002, p. 825).

28Le fondationnalisme neurologique des neurosciences sociales est aussi l’indice de la prégnance du fonctionnement disciplinaire de la recherche depuis le xixe siècle. L’institutionnalisation de cette nouvelle conception du travail scientifique s’est faite selon un critère principal, celui de la nature de l’objet étudié. Les noms des disciplines (psychologie, ethnologie, sociologie, linguistique…) en témoignent. Ce n’est pas la méthode employée qui a été mise au premier plan, mais l’objet dont il s’agissait de dévoiler les caractéristiques. Ce critère de définition des disciplines s’est vu renforcé par l’ethos qui s’est développé au xixe siècle et selon lequel le travail scientifique ne saurait progresser sans spécialisation. Laisser son nom à une science était dès cette époque l’un des signes indéniables de réussite académique. Ainsi se sont multipliées les disciplines au sein des facultés. Une rude concurrence s’est établie entre elles, chacune multipliant les signes de scientificité afin de s’accorder les bonnes grâces des autorités universitaires et des budgets conséquents. La lutte de Durkheim contre l’explication psychologique des phénomènes sociaux et l’insistance sur l’irréductibilité de ces derniers à tout autre type de faits en est peut-être l’exemple paradigmatique. Cette manière de produire la science a renforcé l’idée que l’explication, pour être scientifiquement légitime, devait être monocausale. Entre ce monocausalisme et le nomologisme il n’y avait qu’un pas aisément franchi. Dès lors, l’objet d’investigation, nettement distingué de ceux des autres disciplines, devenait une réalité fondamentale, ontologiquement première.

29Comme les neurosciences sociales, les disciplines neuroX, ainsi que les nomme Fernando Vidal (2011), rappellent régulièrement qu’elles veulent rompre avec les frontières disciplinaires. Elles défendent un programme trans-ou interdisciplinaire. Lieberman, dans l’éditorial du premier numéro de Social Cognitive and Affective Neuroscience, se fixe ainsi pour but de « construire une autoroute intellectuelle » entre les sciences sociales et les neurosciences (Lieberman, 2006, p. 1). Mais en même temps la déclinaison de ce qui se présente comme un programme en de multiples neurodisciplines dont les noms sont calqués sur ceux des sciences qu’elles veulent renouveler témoigne de la forte prégnance du fait disciplinaire comme cadre de fonctionnement de la recherche. En ce qui concerne les « neurosciences sociales », l’héritage des neurosciences est non seulement important mais surtout affiché. Le primat de l’explication neurologique n’est pas indépendant du cadre dans lequel la Society for Social Neuroscience est née. Ses concepteurs soulignent en effet que ce serait au cours d’un dîner, lors d’une réunion de la Society for Neuroscience (à Chicago en novembre 2009), qu’aurait germé l’idée de cette association savante. La réunion inaugurale eut lieu en novembre 2010, « un jour avant la réunion de la Society for Neuroscience de l’année 2010 (San Diego)24 ».

30À cela s’ajoute que les neurosciences sociales ont été promues par une branche bien précise de la psychologie telle qu’institutionnalisée aux États-Unis. Il s’agit de la huitième division de l’American Psychological Association intitulée : Society for Personality and Social Psychology. C’est en effet sa revue trimestrielle officielle, la Personality and Social Psychology Review, qui, convaincue que « l’année 2000 [serait] destinée à devenir mémorable en tant que porte d’entrée d’un nouveau millénaire » et soulignant que « les dernières années du xxe siècle [auraient été] marquées par un changement massif en direction d’un intérêt renouvelé pour la psychologie personnelle et sociale comme un point nodal dans un réseau interdisciplinaire ayant de riches connexions avec d’autres sous-disciplines de la psychologie et plus généralement les sciences de la vie et les sciences sociales » (Brewer, Kenny & Norem, 2000, p. 2), a commandé pour ouvrir ce premier numéro de l’année un article à Berntson et Cacioppo intitulé « Psychobiology and Social Psychology : Past, Present and Future ». Cette section hérite, en effet, selon les historiens de la psychologie sociale, d’un programme épistémologique initié par Gordon W. Allport dans les années 1920, qui insistait sur l’importance de l’individu comme échelle d’analyse propre à la psychologie sociale et sur l’adoption d’une méthode expérimentale (Lubek, 2000, p. 323).

  • 25 Voir Lubek & Apfelbaum (2000).

31Qu’elles définissent leur objet comme les « représentations » (Cacioppo, Berntson & Decety, 2011, p. 124) ou les « interactions sociales » (Cacioppo, 2007), les neurosciences sociales s’inscrivent dans cette conception de la psychologie sociale. Le fait que leur perspective d’enquête consiste à « dévoiler les mécanismes biologiques » (ibid.) des unes ou des autres, de même que l’abandon du terme de « psychologie », ne sont apparemment pas perçus comme un obstacle par les représentants officiels de cette discipline. La dernière édition du Handbook of Social Psychology, qui joue depuis 1935 le rôle de manuel de référence de cette discipline25, fait des « neurosciences sociales » l’une des « nouvelles directions prometteuses » de la psychologie sociale (Ross, Lepper & Ward, 2010, p. 38). Dans un tableau chronologique récapitulatif des grandes tendances développées depuis l’émergence de la psychologie sociale, les neurosciences sociales ont le statut de théorie la plus récente. On lui promet un avenir puisque, à la différence des autres auxquelles sont associées deux dates, l’une de naissance, l’autre de décès, les neurosciences sociales n’ont qu’une date de naissance : l’an 2000 (ibid., p. 17). Mais cet hommage est aussi l’indice d’une inscription disciplinaire que les neurosciences sociales cherchaient à dépasser. Cet héritage de la psychologie sociale n’a en tous les cas pas échappé au sociologue Alain Ehrenberg (2008) qui, dans sa critique de ces nouvelles sciences, a insisté sur l’autonomie des institutions, ce niveau de réalité irréductible à celui des interactions sociales ou des représentations telles qu’étudiées par les neurosciences sociales. Il a surtout montré que la conception de l’individualisme au fondement des neurosciences sociales serait elle-même une institution propre à la modernité.

Conclusion

32Contrairement à ce que l’on pourrait penser, il n’est pas aisé de se libérer du discours historique indigène. L’exemple des neurosciences sociales montre que ce type de narration n’hésite pas à offrir de vastes panoramas. Ces nouvelles sciences sont ainsi présentées comme la reprise des intuitions darwiniennes du xixe siècle, telles que James se les serait appropriées contre toute une série de définitions de la psychologie sociale conçues en opposition à la psychobiologie. Fonctionnant par analogie plutôt que par mise en évidence de liens de causalité réels, cette histoire a toutefois toutes les chances de « décontextualiser » les faits passés. Les promoteurs d’une telle histoire présentent ce fait comme un atout. Après avoir souligné l’importance pour une discipline d’honorer ses « héros », les auteurs du très récent Handbook of the History of Social Psychology qui contient le chapitre consacré à l’histoire des neurosciences sociales rédigé par Cacioppo, Berntson et Decety, affirment : « La perspective historique peut éclairer les objectifs durables du champ et les extraire des vicissitudes du Zeitgeist, des lubies et des modes du moment. » (Kruglanski & Stroebe, 2011, p. XI).

  • 26 Il ne faudrait pas conclure de ces remarques qu’une échelle temporelle courte est un critère de vér (...)

33En prétendant nous libérer du présentisme, ce type d’histoire a explicitement vocation à « porter l’assurance gratifiante que l’on participe d’une entreprise transcendantale dont la signification est anhistorique (timeless) plutôt qu’éphémère » (ibid.). Entre l’éternité et l’immédiat, il ne semble donc pas y avoir d’alternative et c’est la première qu’il faut choisir. Mais, dans un cas comme celui-là, l’histoire au long cours opère en fait une décontextualisation26. En faisant des neurosciences sociales la renaissance et l’extension d’un programme darwinien, ces discours font oublier leur contexte d’apparition plus immédiat : ils sont d’abord l’effet de ce qui est perçu comme une crise contemporaine de la discipline psychologique et de la promotion concomitante du cerveau comme clé de l’étude des comportements sociaux.

Bibliographie

Auroux Sylvain (1987), « Histoire des sciences et entropie des systèmes scientifiques. Les horizons de rétrospection », in Peter Schmitter (ed.), Geschichte der Sprachtheorie. 1. Zur Theorie und Methode der Geschichtsschreibung der Linguistik : Analysen und Reflexionen, Tübingen, Narr, p. 20-42.

Beaulieu Anne (2001), « Voxels in the Brain : Neuroscience, Informatics and Changing Notions of Objectivity », Social Studies of Science, 31, p. 635-680.

Bevan William (1991), « Contemporary Psychology : A Tour Inside the Onion », American Psychologist, 46 (5), p. 475-483.

Berntson Gary G. & John T. Cacioppo (2000), « Psychobiology and Social Psychology : Past, Present, and Future », Personality and Social Psychology Review, 4, p. 3-15.

Berntson Gary G. & John T. Cacioppo (2004), « Multilevel Analyses and Reductionism : Why Social Psychologists Should Care about Neuroscience and Vice Versa », in Id. (eds), Essays in Social Neuroscience, Cambridge, MIT Press, p. 107-120.

Berntson Gary G. & John T. Cacioppo (2009), Handbook of Neuroscience for the Behavioral Sciences, NewYork, John Wiley & Sons.

Boutier Jean, Passeron Jean-Claude & Jacques Revel (2006), Qu’est-ce qu’une discipline ?, Paris, Éditions de l’EHESS (« Enquête », 5).

Brever Marilynn B., Kenny David A. & Julie K. Norem (2000), « Personality and Social Psychology at the Interface : New Directions for Interdisciplinary Research », Personality and Social Psychology Review, 4 (1), p. 2.

Cacioppo John T. (2002), « Social Neuroscience : Understanding the Pieces Fosters Understanding the Whole and Vice Versa », American Psychologist, 57, p. 819-831.

Cacioppo John T. (2007), « The Structure of Psychology », Observer, 20 (11), p. 50-51.

Cacioppo John T. & Gary G. Berntson (1992), « Social Psychological Contributions to the Decade of the Brain : Doctrine of Multilevel Analysis », American Psychologist, 47, p. 1019-1028.

Cacioppo John T. & Gary G. Berntson (2002), « Social Neuroscience », in J. T. Cacioppo, G. G. Berntson et al. (eds), Foundations in Social Neuroscience, Cambridge, MIT Press, p. 3-10.

Cacioppo John T. & Gary G. Berntson (2004), Essays in Social Neuroscience, Cambridge, MIT Press.

Cacioppo John T. & Gary G. Berntson (2005), Social Neuroscience : Key Readings, New York, Psychology Press.

Cacioppo John T., Berntson Gary. G., Adolphs Ralph, Carter C. Sue, Davidson Richard J., McClintock Martha, McEwen Bruce S., Meaney Michael, Schacter Daniel L., Sternberg Esther M., Suomi Steve & Shelley E. Taylor (eds) (2002), Foundations in Social Neuroscience, Cambridge, MIT Press.

Cacioppo John T., Berntson Gary G. & Jean Decety (2011), « A History of Social Neuroscience », in A. W. Kruglanski & W. Stroebe (eds), Handbook of the History of Social Psychology, New York, Psychology Press, p. 123-135.

Cacioppo John T. & Louis G. Tassinary (1990), « Centenary of William James’s Principles of Psychology : From the Chaos of Mental Life to the Science of Psychology », Personality and Social Psychology Bulletin, 16 (4), p. 601-611.

Cacioppo John T., Visser Penny S. & Cynthia L. Pickett (eds) (2006), Social Neuroscience. People Thinking about Thinking People, Cambridge, MIT Press.

Decety Jean & John T. Cacioppo (2011), Handbook of Social Neuroscience, New York, Oxford University Press.

Decety Jean & Julian Paul Keenan (2006), « Social Neuroscience : A New Journal », Social Neuroscience, 1 (1), p. 1-4.

Ehrenberg Alain (2008), « Le cerveau “social”. Chimère épistémologique et vérité sociologique », Esprit, janvier, p. 79-103.

Easton Alexander & Nathan Emery (2005), The Cognitive Neuroscience of Social Behaviour, New York, Psychology Press.

Feuerhahn Wolf & Rafael Mandressi (2011), « Les “neurosciences sociales”. Historicité d’un programme », Revue d’histoire des sciences humaines, 25, p. 3-11.

Feuerhahn Wolf & Rafael Mandressi (eds) (2011), Les sciences de l’homme à l’âge du neurone, numéro thématique de la Revue d’histoire des sciences humaines, 25.

Fiske Susan T., Gilbert Daniel T. & Gardner Lindzey (eds) (2010), Handbook of Social Psychology, 2 vol., 5th Edition, Wiley.

Frith Christopher D. & Daniel M. Wolpert (2004), The Neuroscience of Social Interaction. Decoding, Influencing, and Imitating the Actions of Others, New York, Psychology Press.

Good James M. M. (2000), « Disciplining Social Psychology : A Case Study of Boundary Relations in the History of the Human Sciences », Journal of the History of the Behavioral Sciences, 36 (4), p. 383-403.

Haan Michelle de & Megan R. Gunnar (eds) (2009), Handbook of Developmental Social Neuroscience, New York, Psychology Press.

Harmon-Jones Eddie & Jennifer S. Beer (eds) (2009), Methods in Social Neuroscience, New York, Guilford Publications.

Harmon-Jones Eddie & Piotr Winkielman (eds) (2008), Social Neuroscience. Integrating Biological and Psychological Explanations of Social Behavior, New York, Psychology Press.

Heilbron Johan (2003), « A Regime of Disciplines : Toward a Historical Sociology of Disciplinary Knowledge », in C. Camic & H. Joas (eds), The Dialogical Turn : New Roles for Sociology in the Postdisciplinary Age, Lanham, Rowman & Littlefield, p. 23-42.

Koselleck Reinhart (1990), Le futur passé. Contribution à la sémantique des temps historiques, Paris, Éditions de l’EHESS.

Kruglanski Arie W. & Wolfgang Stroebe (eds) (2011), Handbook of the History of Social Psychology, New York, Psychology Press.

Lepetit Bernard (1995), « De l’échelle en histoire », in J. Revel (ed.), Jeux d’échelle. La micro-analyse à l’expérience, Paris, Gallimard-Le Seuil (« Hautes Études »), p. 71-95.

Lieberman Matthew D. (2006), « Social Cognitive and Affective Neuroscience : When Opposites Attract », Social Cognitive and Affective Neuroscience, 1, p. 1-2.

Lieberman Matthew D. (2012), « A Geographical History of Social Cognitive Neuroscience », Neuroimage (invited paper for the journal’s 20th anniversary issue). Consulté le 5.01.2012 sur le site : [scn.ucla.edu/papers.html].

Lubek Ian (2000), « Understanding and Using the History of Social Psychology », Journal of the History of the Behavioral Sciences, 36 (4), p. 319-328.

Lubek Ian & Erika Apfelbaum (2000), « A Critical Gaze and Wistful Glance at Handbook Histories of Social Psychology : Did the Successive Accounts by Gordon Allport and Successors Historiographically Succeed ? », Journal of the History of the Behavioral Sciences, 36 (4), p. 405-428.

Matusall Svenja, Kaufmann Ina Maria & Markus Christen (2011), « The Emergence of Social Neuroscience as an Academic Discipline », in J. Decety & J. T. Cacioppo (eds), The Oxford Handbook of Social Neuroscience, Oxford, Oxford University Press, p. 9-27.

Ochsner Kevin N. (2007), « Social Cognitive Neuroscience : Historical Development, Core Principles, and Future Promise », in A. Kruglanski & E. T. Higgins (eds), Social Psychology : A Handbook of Basic Principles, 2e ed., New York, Guilford Press, p. 39-66.

Ochsner Kevin N. & Matthew D. Lieberman (2001), « The Emergence of Social Cognitive Neuroscience », American Psychologist, 56 (9), p. 717-734.

Puech Christian (ed.) (2006), Histoire des idées linguistiques et horizons de rétrospection, Histoire, Epistémologie, Langage, 28 (1).

Puech Christian (2008), « Qu’est-ce que faire l’histoire du “récent” ? », in J. Durand, B. Habert & B. Laks (eds), Congrès Mondial de Linguistique Française – CMLF’08, Paris, Institut de Linguistique Française, p. 1093-1102.

Puech Christian & Valérie Raby (eds) (2011), Histoire des idées linguistiques et horizons de rétrospection (II), Histoire, Epistémologie, Langage, 33 (2).

Ross Lee, Lepper Mark & Andrew Ward (2010), « History of Social Psychology : Insights, Challenges, and Contributions to Theory and Application », in S. T. Fiske, D. T. Gilbert & G. Lindzey (eds), Handbook of Social Psychology, vol. 1, 5th Edition, Hoboken, J. Wiley, p. 3-50.

Topalov Christian (2004), « Les usages stratégiques de l’histoire des disciplines. Le cas de l’“École de Chicago” », in J. Heilbron, R. Lenoir & G. Sapiro avec la collaboration de P. Pargamin (eds), Pour une histoire des sciences sociales. Hommage à Pierre Bourdieu Paris, Fayard, p. 127-157.

Topalov Christian (2005), « École de Chicago (sociologie) » Encyclopaedia Universalis. Notionnaires. 2. Idées, s. l., Encyclopaedia Universalis, p. 142-146.

Vidal Fernando (2011), « La neuroesthétique, un esthétisme scientiste », in W. Feuerhahn & R. Mandressi (eds), Revue d’histoire des sciences humaines, 25, p. 239-264.

Ward Jamie (2012), The Student’s Guide to Social Neuroscience, New York, Psychology Press.

Notes

1 L’expression « neurosciences sociales » est prise ici en son sens étroit. Elle ne désigne que ce que les acteurs nomment – le plus souvent en anglais – social neuroscience ou social cognitive neuroscience. Dans un précédent article (Feuerhahn & Mandressi, 2011), nous avons au contraire employé l’expression en un sens large pour désigner l’émergence de disciplines qui font précéder des intitulés de sciences existants du préfixe neuro : neuroanthropologie, neuroéconomie… Sur le développement de ces nouvelles disciplines, voir aussi : Vidal (2011, p. 246-249). J’en profite pour indiquer que cet article s’inscrit dans un projet au plus long cours mené avec Rafael Mandressi au sein du Centre Alexandre-Koyré.

2 John Cacioppo a ainsi publié un Handbook of Social Neuroscience (Decety & Cacioppo, 2011), un Handbook of Neuroscience for the Behavioral Sciences (Berntson & Cacioppo, 2009) ainsi qu’une anthologie, Social Neuroscience : Key Readings (Cacioppo & Berntson, 2005).

3 Ce label ne figure que deux fois dans l’article en question (Cacioppo & Berntson, 1992) : p. 1025 – il s’agit du dernier sous-titre suivi d’un point d’interrogation –, et p. 1020 n. 1, où est évoquée la contestation de ce domaine.

4 C’est la raison pour laquelle notre étude se concentrera sur ce seul aspect de l’institutionnalisation des neurosciences sociales.

5 Ce danger a déjà été thématisé dans un article précédent (Feuerhahn & Mandressi, 2011). Nous montrions que l’approche généalogique au long cours des neurosciences sociales (prises au sens large défini plus haut) a tendance à reproduire le discours historique des promoteurs de cette science. Nous tentions d’y remédier en promouvant une démarche qui, constatant l’émergence très contemporaine de ces nouveaux labels, cherche d’abord leur contexte d’apparition dans la vie académique des trente dernières années. Vient de paraître dans The Oxford Handbook of Social Neuroscience édité par deux des plus célèbres promoteurs de ce courant, Jean Decety et John T. Cacioppo, un article qui en propose une analyse « externaliste » (Matusall, Kaufmann & Christen, 2011). Cette étude fournit notamment de très intéressantes données statistiques, mais n’analyse pas la production historique indigène. Ceci conduit ses auteurs, par moments, à proposer une généalogie qui épouse le discours des acteurs qu’ils étudient (ibid., p. 9-10). De même, quand elle note l’existence de deux courants différents (ibid., p. 12), elle a tendance à reprendre le jugement des promoteurs des Social Neurosciences sur ceux des Social Cognitive Neurosciences sans mettre en perspective leurs rivalités (ibid.).

6 Je me propose d’aborder ultérieurement et de façon plus approfondie la question de l’« histoire indigène ».

7 Voir, à ce titre, les remarquables analyses de Topalov (2004 et 2005) sur l’histoire de l’étiquetage savant « École de Chicago ».

8 Cacioppo & Berntson (1992, p. 1023) : « […] fractionation of psychology as a scientific discipline, with the growing abyss, for example, between the fields of social and biopsychology. »

9 L’un des articles de Cacioppo, considéré par les représentants des « neurosciences sociales » comme fondateur, remarque ainsi que « cette recherche souligne l’unité de la psychologie (the unity of psychology) » (2002, p. 820).

10 Puech précise que « dans un tel cadre, l’erreur comme la vérité ne sont pas directement produites par une historicité quelconque mais par un système axiologique de valeurs qui peut toujours être réactualisé dans une chronologie réversible » (2008, p. 1093-1094).

11 L’usage fréquent par l’histoire indigène de ce type de recours au passé et, de manière générale, la prospérité des approches présentistes devraient inciter à revoir l’affirmation de Koselleck (1990) selon laquelle le topos qui fait de l’histoire une maîtresse de vie (historia magistra vitae) aurait été irrémédiablement refoulé dans le passé par une nouvelle conception de l’histoire née entre 1750 et 1850 et qui affirmerait l’irréversibilité radicale des faits passés.

12 Une telle interprétation des propos de ces auteurs semble confirmée par le fait que l’antiréductionnisme qu’ils défendent réside essentiellement dans l’impossibilité de ramener dans tous les cas les processus sociaux compris comme aspects fonctionnels des mécanismes neurophysiologiques à un seul de ces mécanismes (Cacioppo & Berntson, 1992, p. 1021).

13 Au prix d’une sélection drastique dans les propos des articles cités. La référence à l’article de William Bevan a de quoi surprendre pour qui l’a lu. Bevan n’hésitait pas à conclure de la « balkanisation de la psychologie » à la nécessité de remettre en cause la « dépendance de la psychologie vis-à-vis de la tradition idéologique des sciences physiques du xixe siècle » et notamment de son nomologisme et revendiquait une « vie postmoderne pour la psychologie après la fragmentation » (Bevan, 1991, p. 475, 478, 479). Cacioppo et Berntson revendiquent au contraire d’emblée la « perspective ionosphérique » des « sciences physiques » pour répondre au primat de l’analyse qui se contente du niveau micro (1992, p. 1019).

14 Congress, House Joint Resolution 174.

15 Présidential proclamation 6158, disponible en ligne, [loc.gov/loc/brain/proclaim.html].

16 Voir Beaulieu (2001, p. 640).

17 Cacioppo, Berntson & Decety (2011, p. 129).

18 Je n’en ai en tout cas pas trouvé trace dans les articles de Berntson et Cacioppo que j’ai lus.

19 Pour avoir une idée – non exhaustive – du nombre de laboratoires qui, au niveau mondial, comportent l’expression social neuroscience dans leur titre et de leur répartition géographique, voir : [socialaffectiveneuro.org/labs.html]. Les universités des États-Unis dominent très largement ce champ de recherche.

20 Voir aussi : Lieberman (2006, p. 1) : « The Neuroscientific Bases of Socioemotional Processes ».

21 La rivalité entre les deux labels se voit aussi à ce que trois mois séparent seulement la publication des premiers numéros des deux revues concurrentes du domaine.

22 Avec Jason Mitchell, David Amodio, Jennifer Beer et Wil Cunnigham, ils figurent parmi les organisateurs de la première conférence annuelle qui a lieu à Boston en 2008.

23 Voir le site : [s4sn.org/drupal/] (consulté le 16.01.2012).

24 Voir : [s4sn.org/drupal/?q=node/4] (consulté le 16.01.2012). L’histoire indigène proposée sur ce site est éclairante. La précision des informations données témoigne de l’importance accordée par les acteurs au lien de la société avec sa société-mère, la Society for Neuroscience.

25 Voir Lubek & Apfelbaum (2000).

26 Il ne faudrait pas conclure de ces remarques qu’une échelle temporelle courte est un critère de vérité absolu. Comme l’a bien montré Bernard Lepetit (1995, p. 92), aucune échelle ne jouit a priori d’un privilège particulier. Par contre, l’adoption d’une échelle différente de celle de l’histoire indigène peut permettre de prendre de la distance par rapport à ce type de discours et faire apparaître des relations causales qui restent invisibles du point de vue de la longue durée.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search