Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Faire des sciences sociales. Généraliser

 | 
Emmanuel Désveaux
, 
Michel de Fornel

Deuxième partie. Horizons d’universalité

Généraliser l’indéfini

Michel de Fornel

Texte intégral

  • 1 En témoigne aujourd’hui l’opposition radicale entre le minimalisme de Noam Chomsky et la linguistiq (...)

1Par deux fois, avec le structuralisme et avec la grammaire générative, la linguistique a pensé pouvoir traiter des universaux linguistiques dans le cadre de l’orientation formelle qui a caractérisé son approche de la langue. En 1939, dans les Principes de phonologie (Grundzüge der Phonologie), Nikolaï S. Troubetzkoy soutient qu’il existe des universaux phonologiques. Roman Jakobson puis Joseph H. Greenberg défendent dans les années 1950 l’existence d’universaux à forme d’implication logique (si x existe dans telle langue, alors y existe aussi). Noam Chomsky, dans Aspects d’une théorie syntaxique (Aspects of the Theory of Syntax), publié en 1965, se donne comme programme l’étude de la grammaire universelle intériorisée des locuteurs et plaide pour une approche autonome de la syntaxe. L’ouvrage marque à la fois l’apogée et le déclin des recherches qui soutiennent que grammaire et sémantique peuvent être étudiées de concert. Deux orientations conflictuelles coexistent désormais depuis une trentaine d’années1. La première est formelle et considère que le langage se caractérise avant tout par une organisation et une distribution d’éléments formels. Elle se range clairement du côté d’une épistémologie des sciences expérimentales et revendique la démarche hypothético-déductive appliquée aux faits expérimentaux. La seconde est sémantique et soutient que la simplicité du jugement de grammaticalité comme dispositif expérimental est un leurre. Elle réintroduit en conséquence les contextes d’usage des énoncés et la dimension pragmatique de la construction du sens. Cette deuxième orientation introduit une inflexion d’importance : elle considère qu’il faut étudier la façon dont certaines constructions grammaticales encodent, sur le plan sémantique, des significations culturelles. Plus généralement, elle inclut dans son périmètre l’étude des contraintes pragmatiques et sociales qui pèsent sur les choix grammaticaux et les diverses manières dont la société et la culture influencent la description grammaticale elle-même. La plus grande attention portée par cette orientation à la variation grammaticale n’entraîne pas pour autant qu’elle se désolidarise de la quête des universaux. C’est sur la base d’universaux cognitifs que les recherches sont menées. Il est donc possible de soutenir que la linguistique dans son ensemble n’a cessé de poursuivre le programme de Ferdinand de Saussure pour ce qui est de l’entreprise de généralisation : l’objet de la linguistique n’est pas le langage mais la langue, conçue comme la somme des généralisations possibles concernant les langues.

2Il faut se rendre à l’évidence : ce consensus théorique est pourtant en train de voler en éclat. Deux raisons ont sans aucun doute contribué au clivage profond qui affecte les sciences du langage. La première est liée à la multiplication des programmes sur les langues en danger. Depuis une vingtaine d’années, on s’est enfin rendu compte que la diversité des langues était menacée par la mondialisation et on a pris acte que le nombre de langues encore parlées dans le monde ne cessait de diminuer. La communauté des linguistes a compris l’urgence qu’il y avait à décrire et à étudier des langues en voie de disparition (et dont il ne restait souvent que quelques locuteurs). On a donc assisté à la multiplication des descriptions grammaticales, avec pour résultat une meilleure connaissance des structures linguistiques qui caractérisent les langues. Sur le plan théorique, la langue n’est pas considérée seulement comme un code culturel, elle constitue un médium cognitif où s’opèrent l’élaboration, la structuration et la cristallisation de la pensée. En conséquence, chaque langue code et organise systématiquement, au travers de son système grammatical, une position expérientielle spécifique dont la compréhension profonde nous échappe encore largement et qui donne un point de vue inestimable sur les multiples façons qu’ont les sociétés humaines d’appréhender le monde naturel et culturel. L’accent n’est plus mis sur l’existence de structures conceptuelles universelles inscrites dans les langues et reflétant l’appréhension commune du monde par l’espèce humaine, mais sur la diversité des structures conceptuelles spécifiques des langues. Ce renouveau de la linguistique descriptive a eu cependant un curieux effet : le doute s’est installé chez beaucoup de linguistes quant à la possibilité de développer une grammaire « générale » issue de la comparaison des langues particulières. Multiplier les descriptions n’a pas seulement fait prendre conscience de la très grande variabilité des systèmes linguistiques et du danger qu’il y a à réaliser des comparaisons hâtives de phénomènes linguistiques apparemment semblables, elle a conduit aussi à douter de l’existence de catégories linguistiques universelles.

3La seconde raison est d’ordre épistémologique. Elle tient à la modification profonde de l’axe des recherches linguistiques dans le sens d’un renouveau de l’empirisme. L’affirmation du primat d’une démarche inductive s’aiche sans complexe, associée à une méfiance quant aux généralisations linguistiques. Divers courants – la linguistique de corpus, les grammaires de construction – se sont fortement développés et témoignent, sous des formes diverses, du rejet des modèles abstraits. Faut-il voir dans cette évolution un salutaire mouvement de balancier, visant à se déprendre définitivement de l’influence directe ou indirecte de la linguistique formelle et du point de vue mentaliste et computationnel qui caractérisent souvent les modèles de la compétence linguistique ? Il conduit en tout cas dans sa version radicale à refuser toute idée de généralisation et d’universaux, en proposant un programme scientifique centré sur la description des langues particulières, chaque langue possédant un système de catégories qui lui est propre. Nicholas Evans et Stephen C. Levinson ont ainsi soutenu dans un article provocateur publié en 2009 (p. 429) :

  • 2 « The true picture is very different : languages differ so fundamentally from one another at every (...)

Le tableau idèle est très différent : les langues diffèrent si fondamentalement les unes des autres à tous les niveaux de description (son, grammaire, lexique, signification) qu’il est très difficile de déterminer ne serait-ce qu’une propriété structurelle qu’elles pourraient partager. Les affirmations de la grammaire universelle […] sont soit empiriquement fausses, impossibles à réfuter, soit elles induisent en erreur car elles renvoient à des tendances plutôt qu’à des universaux stricts. Les différences structurelles doivent être acceptées pour ce qu’elles sont, et intégrées dans une nouvelle approche de la langue et de la cognition qui place la diversité au centre des préoccupations2.

4Ainsi, le paradigme de la grammaire générative et l’orientation innéiste qui informe son approche de la langue se voient tout particulièrement remis en cause. Ce paradigme a toujours manifesté, sinon une hostilité, du moins une certaine indifférence quant à la question de la diversité des langues. Contre le structuralisme, il a souvent affirmé qu’il ne s’agit pas de décrire scientifiquement les langues, mais qu’il faut se donner comme objet la découverte des principes qui régissent la grammaire universelle. La grande variété des organisations grammaticales que l’on constate lorsque l’on étudie les langues non indo-européennes n’est qu’un leurre, un phénomène de « surface » qui cache l’existence d’une structure profonde, commune entre toutes les langues. Elle peut être donc davantage un obstacle qu’une aide, puisqu’elle empêche de s’intéresser aux aspects fondamentaux du langage, et peut même compromettre la quête des universaux (Newmeyer, 2007 et 2008).

  • 3 Une hiérarchie implicationnelle universelle est de type A B C. Si une langue a une propriété C, a (...)

5Dès lors que l’on accorde à la variabilité interlangues l’importance qu’elle mérite, deux attitudes complémentaires sont possibles. La première est immanentiste : elle considère que la quête de généralisation est prématurée. Elle définit son programme en s’en tenant à la proposition de Franz Boas selon laquelle il faut développer les catégories descriptives propres à chaque langue ou à chaque famille de langues. La seconde est constructiviste : elle aiche son optimisme quant à la possibilité de développer un programme empirique généralisant fondé sur la comparaison des langues et considère qu’elle peut bénéficier de l’accroissement du nombre de langues décrites, à condition d’abandonner l’hypothèse de catégories grammaticales universelles. Il s’agit de l’approche typologique, courant qui, depuis les travaux pionniers de Greenberg dans les années 1960, ne s’intéresse pas tant à la détermination des types linguistiques qu’à l’étude des universaux de « surface ». Selon cette approche, l’absence de catégories préétablies implique que la quête de généralisation passe par la détermination de concepts interlinguistiques indépendants des catégories grammaticales des langues particulières. Il ne s’agit pas seulement de refuser l’existence de catégories (adjectif, passif, clitique, cas génitif, etc.) et de systèmes de catégories (temps, aspect, cas, voix, etc.) préétablis de nature universelle mais tout autant, et de façon plus centrale, celle d’universaux d’implication et de hiérarchies implicationnelles fondés sur de telles catégories3.

  • 4 Le second exemple est extrait de l’enquête que nous menons sur les indéinis dans les langues amérin (...)

6Dans ce texte, je cherche à remettre en cause l’idée que la comparaison des langues doit pratiquer un tel particularisme catégoriel. Il me semble essentiel de ne pas accepter la dérive empiriste actuelle qui conduit à refuser l’existence de fonctions universelles associées aux catégories grammaticales. Je m’en tiendrai à deux exemples de catégories problématiques pour l’approche typologique, choisis (presque) au hasard : celui du datif-accusatif en nivkh et celui de l’indéfini en mohawk (et dans les langues iroquoises4).

Refus de l’universalisme catégoriel

7Il n’est guère surprenant que la typologie linguistique, dont l’importance croissante dans le champ linguistique est sans aucun doute possible liée à l’intérêt porté aux caractéristiques souvent surprenantes de langues peu ou pas étudiées (comme les langues australiennes ou amazoniennes), refuse l’universalisme catégoriel. La critique part de l’observation que les premières tentatives typologiques, comme celle de Greenberg (1963 et 1978), prennent comme point de départ des notions grammaticales traditionnelles héritées pour l’essentiel des langues indo-européennes. Une simple précaution méthodologique – éviter de généraliser à partir de quelques langues  – s’est peu à peu transformée en axiome : les catégories grammaticales des langues particulières ne peuvent constituer le point de départ d’une typologie. Si l’on peut admettre que leur définition doit évoluer en tenant compte des propriétés sémantiques que révèle la description de nouvelles langues, et s’il est souvent nécessaire d’introduire de nouvelles catégories, on peut douter qu’il ne s’agit que de catégories « pré-établies », impropres à l’analyse comparative. Ce qui est en fait refusé, c’est l’idée de fonctions universelles associées aux sous-systèmes de relations grammaticales (tel ou tel terme étant ou non présent dans telle langue, ou étant présent de façon « explicite » ou « tacite »). Plus qu’un principe de précaution méthodologique, on s’oppose à l’existence de principes et de contraintes universels organisant l’espace des relations grammaticales. Il ne reste plus qu’à développer un métalangage, un tertium comparationis. Revendiquant une filiation saussurienne, Gilbert Lazard (2006) soutient ainsi qu’il n’existe pas de catégories interlangues et qu’il faut se contenter d’élaborer des « cadres conceptuels arbitraires » dont le choix est laissé à la liberté du chercheur. Pour la perspective typologique, une fois la définition du « concept comparatif » proposée, ce dernier est à l’épreuve par l’examen de diverses langues et modifié de façon à maintenir son applicabilité aux nouvelles langues introduites dans le corpus soumis à l’analyse. En pratique, il s’agit le plus souvent de définir de façon plus lâche et moins systématique des catégories que l’on retrouve dans les descriptions grammaticales traditionnelles ou dans les travaux issus de la linguistique formelle. Étant donné que les définitions varient selon les chercheurs sans que la divergence soit explicitée sur le plan théorique, force est de constater que l’apport théorique des recherches menées est très faible.

Un argument pour le particularisme catégoriel : le datif-accusatif du nivkh

8Prenons un exemple utilisé par un autre partisan du particularisme catégoriel, Martin Haspelmath (2007). Ce dernier considère qu’il n’est pas possible de postuler l’existence d’un système universel des cas (nominatif, accusatif, datif, etc.). Il remarque ainsi que, s’il est possible de rapprocher par exemple le datif russe et l’allatif finnois, il n’en est pas de même pour le datif-accusatif du nivkh, qui ne se conforme pas à la définition habituelle du datif. En effet, selon le linguiste spécialiste de cette langue, Vladimir Z. Panilov (1961 et 1965), il peut désigner l’« exécutant » (C) des constructions causatives (A fait faire à C quelque chose). On peut cependant s’interroger sur la portée d’un tel constat. Quel est le gain heuristique d’une proposition qui consiste à soutenir que la catégorie du datif n’a pas (et ne peut avoir) de validité universelle, qu’il n’existe entre les divers datifs des grammaires casuelles des langues particulières qu’une vague ressemblance de famille ? Une telle proposition, pour être convaincante, supposerait d’avoir réussi à montrer que l’on ne peut pas rapprocher les valeurs sémantiques de cette catégorie au sein des systèmes casuels des diverses langues, et en particulier d’avoir identifié les motivations sémantiques du syncrétisme qui semblent la caractériser en propre. Nous voici donc ramenés au même constat : l’universalisme catégoriel est bien préférable, qui conduit à se demander quelles sont les propriétés du système d’oppositions casuelles du nivkh, que celles-ci soient de type adverbial ou adnominal, afin de les comparer à d’autres systèmes casuels. Soit il sera possible de trouver une motivation quant à une telle restriction de fonctions, soit on en conclura que Panilov a eu tort de désigner par ce terme les entités morphologiques en question. Il faut sortir de la contradiction qui fait que l’on considère d’un côté que la catégorie « datif » n’est en nivkh qu’une simple étiquette descriptive, et de l’autre qu’il existe un « concept comparatif » de datif correspondant à une fonction universelle radicalement indépendante des réalisations particulières dans les langues attestées.

9Un autre argument proposé par Haspelmath consiste à soutenir que l’on ne peut pas considérer que le datif russe et l’allatif finnois sont des instanciations de la même catégorie, car chacun de ces deux datifs comporte d’autres propriétés que celle qui sert à formuler le « concept comparatif ». Un tel argument n’a de sens que si l’on suppose que la catégorie du datif ne possède pas une signification générale définie par la relation qu’elle entretient au système des cas dans son ensemble. Aucune hiérarchisation des sens associés à un cas donné n’est alors possible. La détermination d’un « concept comparatif » possible ne peut être réalisée que de façon arbitraire en choisissant au mieux, c’est-à-dire pour les besoins de l’analyse comparative, l’une des significations saillantes du datif, en particulier parce qu’on la retrouve dans de nombreuses langues – ce qui revient le plus souvent en pratique à reprendre l’une des définitions proposées par la tradition grammaticale. Ainsi, le concept de datif proposé ne fait guère que revenir à l’idée de personne destinataire ou bénéficiaire (en position de prédicat) de la tradition grammaticale. Si les concepts comparatifs sont des métacatégories définies de façon indépendante de la structure des langues attestées, alors il ne peut plus être question de chercher à découvrir les caractéristiques sémiologiques des catégories grammaticales (qu’est-ce qu’un cas, un mode, un pronom, une voix, etc. ?). Le refus des catégories universelles est bien en ce sens la conséquence inévitable de l’empirisme, contraint de soutenir la nécessité d’un cadre logico-conceptuel indépendant des langues réelles.

L’indéfini en mohawk et dans les langues iroquoises

  • 5 « Therefore, I conclude that his feminine pronouns are in fact the neuter, and his indeterminate th (...)

10En 1882, à Caughnawage (aujourd’hui Kahnawake), Erminnie A. Smith, qui a étudié les coutumes et la langue des Mohawks, obtient du père Antoine et du père Burtin, qui sont de grands connaisseurs de cette tribu, l’autorisation de consulter le manuscrit du dictionnaire et de la grammaire du mohawk du père Marcoux. Ce dernier, fort de sa longue expérience de cette langue, a rédigé ce manuscrit une trentaine d’années plus tôt. À sa grande surprise, elle constate que la division en genre proposée par le père Marcoux ne coïncide pas avec celle qu’elle a pu observer lors de l’enquête linguistique qu’elle a effectuée les années précédentes. Selon le père Marcoux, il existe en mohawk deux genres, le noble, ou masculin, permettant de désigner les êtres de sexe masculin, les anges et Dieu ; l’ignoble, ou féminin, incluant Satan, les démons, les esprits malins, les animaux, qu’ils soient mâles ou femelles, les choses et les femmes. Pour Smith, le père Marcoux a été influencé par la langue française. Il n’a en conséquence pas vu qu’il existe en mohawk un genre neutre. Ce dernier a fait une deuxième erreur : il a postulé l’existence d’un préfixe indéfini ou indéterminé qui, selon Smith, n’existe pas, le mohawk se servant pour renvoyer à un référent humain indéfini (quelqu’un, on) d’un pronom indépendant (onka) et non d’un préfixe. Troisième erreur : ce soi-disant préfixe indéfini est en fait un préfixe marquant le féminin. La conclusion de Smith est sans appel : « En conséquence, je conclus que ses pronoms féminins marquent en fait le neutre, et que ses pronoms indéterminés correspondent selon moi aux véritables pronoms féminins dont je présume l’existence5 » (Smith, 1885, p. 249). Elle mentionne enfin que le père Marcoux a noté que le pronom qu’il dénomme indéfini peut être employé à la place du pronom qu’il dénomme féminin lorsque l’on s’adresse à une femme et que l’on veut lui témoigner du respect. Elle note alors, non sans humour (ibid.) :

  • 6 « Père Marcoux enforces the use of his indeterminate pronoun (which is our feminine) in the place o (...)

Le père Marcoux impose l’emploi de son pronom indéterminé (qui correspond à notre pronom féminin) à la place de son pronom féminin (qui correspond à notre indéfini) et ce faisant associe les femmes à leurs véritables pronoms, les isolant ainsi de l’environnement des animaux, mâles ou femelles, des démons ou des choses où il les avait dans un premier temps placées6.

  • 7 Haspelmath (1997, 2003 et 2004). Cette carte présente un schéma implicationnel général des principa (...)

11Qui a raison ? Faut-il considérer que la langue a changé entre les observations respectives du père Marcoux et d’Erminnie Smith ? Faut-il plutôt se fier à cette dernière, sans aucun doute plus au fait des considérations d’ordre linguistique (anthropologue au Bureau of Ethnology de la Smithsonian Institution, elle a eu en particulier comme assistant le linguiste et ethnologue John Hewitt, qui était un locuteur natif du Tuscarora) ? Faut-il en particulier considérer, comme elle le soutient, qu’il n’y a pas de préfixe indéfini en iroquois ? En faveur de cette hypothèse, on peut remarquer que l’existence de l’indéfini fait souvent problème dans les langues amérindiennes et, plus généralement, dans les langues polysynthétiques. La carte sémantique des emplois pronominaux indéfinis qui restreint les patterns possibles de distribution des pronoms indéfinis dans les langues n’est, de ce point de vue, que de peu d’utilité7.

Figure 1. Carte sémantique des emplois pronominaux indéfinis

Figure 1. Carte sémantique des emplois pronominaux indéfinis

* L’« irrealis » est une catégorie grammaticale modale existant dans certaines langues et associant de façon variable la non-présence, le non-réalisé, le potentiel.

12Les pronoms indéfinis des langues polysynthétiques ne s’organisent que peu en séries cohérentes (à l’instar par exemple des séries some-, any- ou no- en anglais ou -to, -nibud’, -libo, -ni et koe- en russe). En revanche, on constate l’apparition fréquente d’un affixe indéfini en contraste paradigmatique avec les affixes pronominaux de troisième personne dans la morphologie verbale. C’est peut-être le cas du mohawk, si l’on suit le père Marcoux. Quel statut catégoriel donner à cet affixe ? Faut-il y voir une catégorie propre à un type de langue, et soutenir avec le particularisme catégoriel qu’il s’agit là d’une catégorie utile sur le plan descriptif mais sans validité universelle, étant donné qu’elle ne peut s’intégrer à la carte sémantique des indéfinis élaborés à l’aide de concepts comparatifs par les typologues ?

Le problème de l’indéfini dans les langues polysynthétiques

13Le particularisme catégoriel peut aisément prendre appui sur certains travaux linguistiques comme ceux d’Evans (2002), qui mettent en question la dimension référentielle des affixes pronominaux (qu’elle soit spécifique ou indéfinie) en s’appuyant en particulier sur l’examen de certaines langues australiennes et amérindiennes. Plus précisément, ces travaux soutiennent que, s’il existe des langues – comme le mohawk – qui sont non configurationnelles, les affixes pronominaux (indexant un ensemble de traits tels que la personne, le genre, le nombre) associés aux verbes ne constituent pas pour autant de véritables arguments de ces derniers. Est au fond refusée l’idée que ces affixes puissent former un système complexe référentiellement autonome, avec pour conséquence que les syntagmes nominaux présents dans la phrase se voient réduits à un statut d’adjoints. Si tel est le cas, il serait alors logique que l’on ne trouve pas dans ces langues d’affixe pronominal dont la principale fonction est de signaler une référence indéfinie. Il va de soi que ces marqueurs existent parfois, par exemple en navajo, mais étant donné que leur présence reste occasionnelle, leur existence ne permet pas de lever une incertitude quant à la question de la nature référentielle exacte de l’ensemble des autres marqueurs pronominaux de troisième personne. Soutenir que ces marqueurs sont dépourvus de référence revient à faire de ces derniers non de véritables pronoms, mais de simples affixes dont le statut est plus proche de celui des morphèmes servant à marquer l’accord que de celui des pronoms indépendants. Ils se contentent de donner des informations quant au genre ou au nombre, la référence étant prise en charge par les syntagmes nominaux présents dans la phrase. L’argument principal donné par Evans est que ces marqueurs sont obligatoires et qu’à ce titre « ils ne peuvent plus encoder des contrastes tels que l’opposition référentiel versus non référentiel, défini versus indéfini, etc. » (ibid., p. 255). Marianne Mithun (2003) n’a cependant guère de peine à montrer que les marqueurs pronominaux ont, dans de nombreuses langues polysynthétiques, un statut à la fois référentiel et défini. Elle montre aussi que, dans le cas de langues telles que le yupik, les usages indéfinis existent bien et sont stables. Peut-on soutenir la même hypothèse pour le mohawk, et plus généralement pour les langues iroquoises ?

Évolution des pronoms de troisième personne en iroquois

14Les langues de la famille iroquoise constituent une famille importante de l’Amérique du Nord, généralement associée sur le plan génétique à la famille caddoane (et, selon Sapir [1949], de façon plus lointaine à la famille sioux).

Tableau 1. La famille caddoane-iroquoise

Tableau 1. La famille caddoane-iroquoise
  • 8 La famille iroquoise comportait d’autres langues dont il reste peu de traces. Elles étaient parlées (...)

15On oppose habituellement une branche du Nord, elle-même décomposée en deux sous-familles (tuscarora et cayuga d’un côté, et les langues iroquoises des Grands Lacs de l’autre-huron, wyandot, seneca, onondaga, oneida, mohawk) et une branche du Sud, composée d’un seul membre, le cherokee8. La première branche se caractérise par l’existence, au niveau de la morphologie verbale, d’un système complexe de préfixes personnels, les paradigmes de chaque langue comportant plus de cinquante formes exprimant la personne, le nombre, le cas et le genre. La personne inclut le singulier, le duel et le pluriel.

16Les descriptions de l’iroquois distinguent traditionnellement trois types de paradigmes de préfixes. Il existe une division tripartite en genre (masculin, féminin, non humain) pour la troisième personne (agent et patient). On s’accorde à penser que le développement du genre est une innovation récente (elle n’existe ni en cherokee, ni dans les langues caddoanes) plutôt qu’une rétention, et qu’il s’est opéré par la réinterprétation d’affixes utilisés pour d’autres buts dans la morphologie du verbe. Plusieurs chercheurs s’inscrivant dans le cadre de la grammaire comparée et de la linguistique historique se sont attachés à décrire son émergence sur le plan diachronique et à préciser les raisons qui ont permis le passage d’une situation sans distinction de genre à une situation comportant trois genres (Chafe, 1977 et 2002 ; Sasse, 1995 ; Cysouw, 1997).

La reconstruction de Chafe du système des préfixes personnels

17La comparaison systématique des diverses langues de la famille iroquoise et caddoane fait apparaître que le PIC (proto-iroquois-caddoan) comportait un système d’affixes pronominaux proche des langues actuelles pour ce qui est des deux premières personnes : *k- servait à marquer la première personne ; *s- la seconde personne. En revanche, la troisième personne était marquée par Ø ; les seules marques liées à cette personne étant celles du nombre (la pluralité était marquée par *wa-). Il existait par ailleurs une marque de troisième personne, le préfixe indéfini (*yi- pour l’agent, *yu- pour le patient) dont l’évolution va nous intéresser tout particulièrement et dont la valeur était proche du on français. Le système du PIC était donc le suivant :

Tableau 2. Le système PIC (proto-iroquois-caddoan)

Tableau 2. Le système PIC (proto-iroquois-caddoan)

18Plusieurs transformations sur le plan diachronique mènent au proto-iroquois (PI) commun aux langues iroquoises du Nord et au cherokee. La première transformation a consisté dans la généralisation du *yi- /*yu- pour référer aux participants définis ou spécifiques. La seconde a consisté dans l’introduction du préfixe *ka- et la réapparition du contraste spécifique/non spécifique pour les agents.

Tableau 3. Le système PI (proto-iroquois)

Tableau 3. Le système PI (proto-iroquois)

19Le passage au PNI (proto-iroquois du Nord) a vu l’apparition de la même distinction pour le patient par extension analogique (une forme *ko- comme contrepartie de *ka-) et divers changements mineurs de la forme des morphèmes. L’important pour notre propos est le changement sémantique que Wallace L. Chafe est conduit à postuler : le préfixe d’agent indéfini *ye- /*ya- sert désormais à marquer aussi l’agent défini, et le marqueur d’agent défini ou spécifique *ka- est quant à lui restreint aux entités non humaines. La réinterprétation fonctionnelle a suivi une direction inverse pour ce qui est du patient : la catégorie indéfinie a été étendue aux non-humains.

Tableau 4. Le système pré-PNI (proto-iroquois du Nord)

Tableau 4. Le système pré-PNI (proto-iroquois du Nord)

20L’étape finale, proche du système des langues iroquoises du Nord actuelles, se caractérise par l’apparition de la distinction masculin/féminin pour ce qui est des entités humaines. Elle a résulté de l’introduction d’un nouveau préfixe, celui du masculin *hra- (et par mécanisme analogique *hro- pour le patient). Le préfixe indéfini s’est vu réinterprété comme préfixe personnel féminin, ou comme non masculin, tout en conservant dans certains contextes sa valeur indéfinie.

Tableau 5. Le système PNI (proto-iroquois du Nord)

Tableau 5. Le système PNI (proto-iroquois du Nord)

21Diverses évolutions se sont manifestées entre les langues iroquoises du Nord sans pour autant modifier profondément l’architecture présentée dans le tableau 5 (Chafe et Foster, 1981). Il est en particulier intéressant d’examiner l’évolution du rameau des langues iroquoises des Grands Lacs (oneida, mohawk, onondaga) car elles concernent le genre – le tuscarora et le cayuga ayant surtout évolué au plan de l’interaction entre le système du nombre et de la personne (voir les tabl. 6 et 7).

Tableau 6. Le système PTC (proto-tuscarora-cayuga) Tableau 7. Le système PIL (proto-iroquois des Grands Lacs)

Tableau 6. Le système PTC (proto-tuscarora-cayuga) Tableau 7. Le système PIL (proto-iroquois des Grands Lacs)

Prééminence du référent masculin

22Chafe caractérise l’évolution des préfixes dans les langues iroquoises des Grands Lacs comme celle de la prééminence progressive du référent masculin, car se développe un système binaire et non plus ternaire, le masculin ne s’opposant plus qu’au non masculin. Ce résultat est obtenu par le développement d’un système pronominal dans lequel le référent non singulier féminin utilise les mêmes préfixes que ceux employés pour les entités non humaines (la distinction ternaire se maintenant au singulier). Le huron (de même qu’un dialecte proche, le wyandot) apparaît dans cette perspective être la langue qui poursuit jusqu’à son terme ce processus puisque cette évolution concerne aussi bien le singulier (Kopris, 2001).

23Figure 2. Introduction du masculin et transfert du féminin

Source : Cysouw (1997).
La colonne de gauche distingue les groupes de langues des langues elles-mêmes (en italique).

Destin du préfixe indéfini agent et patient

24Selon Chafe, le système pronominal iroquois actuel est donc le résultat d’un double processus. Le premier concerne l’introduction d’un préfixe pronominal, en lieu et place du marqueur Ø, qui se charge de valeurs successives – humain, défini, puis restreint aux agents non humains, et enfin incluant un sous-ensemble de référents féminins pour le non-singulier pour les langues des Grands Lacs, ainsi que pour le singulier dans le cas du huron. Le second est celui des avatars concomitants du préfixe indéfini. Après avoir ajouté à sa valeur de base le trait défini, puis le trait féminin, il revient à sa valeur primaire indéfinie, soit totalement – avec le huron – ou seulement partiellement – avec les langues des Grands Lacs.

25L’évolution sémantique du préfixe indéfini apparaît dans cette perspective dictée par l’émergence d’une opposition humain/non humain, avec pour effet collatéral le développement d’une différence de genre où prédomine le genre masculin. Enfin, le préfixe indéfini se voit « colonisé » par la valeur féminin.

26L’évolution subséquente des langues des Grands Lacs se caractérise par une fluctuation du marquage du féminin. Ainsi, en mohawk, en oneida et en onendaga, le préfixe indéfini/féminin sert essentiellement à référer à des femmes avec lesquelles on entretient une relation de respect ou une relation affectueuse. Pour tout autre type de relation, c’est le marqueur référent non humain qui est utilisé. Floyd G. Lounsbury (1953) note qu’en oneida, le premier préfixe est utilisé quand on évoque des femmes ayant (ou en âge d’avoir) des enfants ; le second à des jeunes filles ou à des femmes plus âgées.

27L’analyse de Chafe constitue une reconstruction plausible de l’évolution du genre en iroquois. Elle présente cependant le défaut d’une absence de motivation linguistique quant aux transformations qui affectent l’affixe indéfini. On peut en particulier s’interroger sur la pertinence de la double transformation, celle du marqueur indéfini en marqueur référent indistinctement à tout humain défini ou indéfini, et celle de l’acteur défini en non humain. Chafe (et Hans-Jürgen Sasse après lui) considère que la réinterprétation du préfixe indéfini ne fait pas problème, car ce dernier renvoie déjà uniquement à une entité humaine. Mais le problème n’est pas là : il est qu’une telle réinterprétation fait perdre son sens sémantique primaire indéfini au préfixe, au profit de la valeur définie ou spécifique. La valeur d’indéfini ne peut être qu’une valeur secondaire ou contextuelle. Quant à la seconde transformation, elle est tout aussi peu plausible, puisque rien ne semble justifier qu’un marqueur renvoyant à un rôle sémantique prioritaire (l’agent prototypique est en général un humain spécifique) se voit disqualifié en référent non humain. Une telle reconstitution obéit sans nul doute à une contrainte logique en termes de hiérarchie implicationnelle : l’opposition masculin/féminin présuppose l’existence de l’opposition humain/non humain. C’est au sein de la sous-catégorie humain que s’opère généralement dans les langues la distinction du masculin et du féminin.

La contre-proposition de Cysouw

28Quelques années plus tard, Michaël Cysouw (1997) a réexaminé le dossier du genre dans les langues iroquoises et proposé une alternative partiellement acceptée par Chafe. Elle constitue selon nous un premier pas dans la bonne direction. Elle considère que le préfixe servant à marquer le féminin est le préfixe défini ou spécifique, et qu’il acquiert ce sens supplémentaire dès lors qu’est créé un préfixe pour référer au masculin. Le fait que dans une phase ultérieure le préfixe indéfini sert à marquer certaines caractéristiques du féminin est le résultat d’un clivage du genre féminin.

Figures 3 et 4. L’analyse de Cysouw

Figures 3 et 4. L’analyse de Cysouw

Source : Cysouw (1997).
La colonne de gauche distingue les groupes de langues des langues elles-mêmes (en italique).

29Cysouw est donc en droit de remettre en cause l’hypothèse de Chafe d’un stade pré-PNI dans lequel s’introduirait une opposition humain/non humain. Mais sa proposition conserve en fait la même hypothèse de fond car elle admet aussi que le marqueur spécifique (qui à l’origine est en contraste, pour ce qui est du domaine des humains, avec la marque indéfinie) prend non seulement le trait féminin mais réfère désormais aussi au domaine des non-humains. La proposition de Cysouw ne rompt donc pas véritablement avec celle de Chafe, cette dernière ayant au moins le mérite de respecter la hiérarchie implicationnelle, car elle suppose que l’émergence d’une opposition masculin/féminin s’est réalisée à l’intérieur de la catégorie humain. Pour résoudre ce problème, Cysouw est donc confronté à deux possibilités : considérer que la catégorie « spécifique » réfère au domaine des humains, ce qui lui permettrait d’expliquer correctement l’émergence de la différence de genre, mais le prix à payer est que l’on ne peut expliquer pourquoi et comment cette catégorie peut aussi référer aux non-humains ; considérer comme Chafe que cette catégorie réfère aux non-humains, mais c’est alors l’émergence de la différence de genre qui fait problème. Dans la première solution, il se conforme à la hiérarchie implicationnelle par Chafe, mais en l’appliquant à une autre catégorie (spécifique). Le résultat est problématique. La seconde solution est encore moins convaincante car elle échoue à se conformer au principe de cohérence logique. Elle revient à soutenir le particularisme catégoriel.

L’opposition animé/inanimé

30Il existe cependant une alternative simple mobilisant une autre opposition, celle de l’animé et de l’inanimé, et une autre hiérarchie implicationnelle universelle – animé < masculin, féminin. Rappelons que cette opposition joue un rôle central dans la grammaire d’une famille de langues géographiquement proche, les langues algonquines (Désveaux et Fornel, 2009). Or, un examen attentif des données fait apparaître que cette opposition est bien présente dans les langues iroquoises. Ainsi, le préfixe masculin en mohawk comme en oneida désigne tout autant les animaux mâles que les êtres humains de sexe masculin (Bonvillain, 1973 ; Beatty, 1974 ; Lounsbury, 1953). Quant au préfixe dit « non humain », il ne renvoie pas prioritairement à des objets inanimés. Il sert à désigner des animaux femelles ou d’un sexe non spécifié, ainsi que des êtres humains féminins en âge de procréer. Il suit d’accorder un rôle central à l’opposition animé/inanimé et de lui subordonner l’opposition masculin/féminin pour qu’une tout autre reconstruction, plus simple et plus cohérente, se dessine, avec une première conséquence qui n’est pas sans importance pour la théorie des indéfinis : aucun changement n’a affecté le préfixe indéfini, il a constamment maintenu sa valeur primaire d’indéfini et renvoyé à la seule catégorie des humains. Dans certaines langues iroquoises comme celles des Grands Lacs (Abbott, 1984), il a pu aussi servir, mais secondairement, à référer à des êtres humains de sexe féminin, dans la mesure où ils ne correspondent pas à la catégorie « femme en âge de procréer » (s’il s’agit en particulier de jeunes filles ou de femmes âgées) ou qu’ils ne sont pas considérés en relation avec la caractéristique de genre (relation de respect).

Figure 5. L’introduction de l’opposition animé/inanimé

Figure 5. L’introduction de l’opposition animé/inanimé

La colonne de gauche distingue les groupes de langues des langues elles-mêmes (en italique).

31Il n’est pas non plus nécessaire de supposer une transformation du préfixe défini ou spécifique en préfixe non humain. Il est vraisemblable que, dès le départ, l’introduction d’un marqueur explicite à la place du marqueur Ø a correspondu à une valeur ayant comme domaine les êtres animés. L’introduction d’un marqueur masculin (animé) a par contraste vu ce marqueur prendre, en tant que terme négatif, la valeur féminin et, en tant que terme neutre, la valeur générique d’animé (pour renvoyer à un être animé [sauf humain] dont le sexe est indéterminé). Il a pu prendre aussi finalement la valeur d’inanimé, mais pas nécessairement : en oneida, les inanimés sont désignés au moyen du marqueur Ø (Lounsbury, 1953).

32En résumé, l’analyse que nous proposons présente deux caractéristiques : premièrement, elle ne suppose pas de transformation sur le plan diachronique du préfixe indéfini. Ce dernier conserve sa valeur primaire. Cet aspect s’accorde avec l’hypothèse de Sasse selon laquelle les langues iroquoises ont vu une transformation des préfixes de troisième personne qui, de simples marques d’accord, sont devenus des préfixes pronominaux à valeur référentielle pleine. En effet, cette évolution suppose le maintien d’un préfixe pronominal permettant de renvoyer à des entités humaines indéfinies ou indéterminées. Deuxièmement, elle suppose l’introduction d’un préfixe défini ou spécifique renvoyant aux êtres animés, et un développement subséquent du genre en relation avec ce domaine. Si l’on admet une telle reconstruction, alors il n’est pas nécessaire pour expliquer l’évolution des langues des Grands Lacs ou du huron de supposer une « orientation masculine ». Il suit de considérer que ces langues n’ont pas cherché à signifier une distinction supplémentaire.

***

33L’explosion de la flexion pronominale dans les langues iroquoises, par comparaison avec la famille caddoane et sioux, n’a cessé d’intriguer les philologues et les linguistes confrontés à la tâche d’organiser les conjugaisons en paradigmes. Le père Joseph Marcoux, le père J. A. Cuoq (1886), Erminnie Smith (1885), Franz Boas (1911), Marius C. Barbeau (1915) et bien d’autres depuis ont élaboré un ensemble de catégories descriptives pour rendre compte des propriétés sémantiques des préfixes pronominaux. Les spécialistes ont en particulier postulé l’existence d’une catégorie, celle de l’indéfini féminin. De ces travaux, on pourrait aisément conclure que ce statut particulier de l’indéfini dans la famille iroquoise se prête à une approche en termes de particularisme linguistique. En effet, comme le datif-accusatif du nivkh, le préfixe indéfini présente un caractère étrange puisqu’il comporte une signification associée au genre et ne semble donc pas aisément comparable aux affixes indéfinis que l’on trouve dans d’autres langues non configurationnelles. Pour l’approche particulariste, il n’est pas nécessaire de rendre compte de l’indéfini en iroquois dans le cadre d’une théorie générale des indéfinis. Il s’agit d’une particularité propre à la famille iroquoise et qui n’entre pas dans le champ de la recherche comparative.

34Nous avons vu que les spécialistes ne s’en sont pas tenus là. Chafe, dans un travail pionnier (1977), a tenté de reconstituer l’évolution de la troisième personne, en s’appuyant sur l’une des deux caractéristiques saillantes du système verbal : l’émergence d’un système de genre – l’autre étant un système complexe quant au nombre (singulier, duel, pluriel) –, à partir des paradigmes attestés des langues actuelles. Deux explications ont été proposées : la première voit dans la création d’un préfixe masculin l’impulsion initiale qui a permis le développement d’un système de genre (Chafe, 1977 et 2002 ; Cysouw, 1997). L’explication la plus courante est d’ordre ethno syntaxique : une telle création semble en résonance avec une différence des sexes qui privilégie les hommes (et les guerriers) dans cette société. Chafe lui-même n’a cependant pas été sans remarquer qu’elle s’accorde mal avec la prééminence des femmes dans la société iroquoise. De toute façon, une telle explication ne saurait être que partielle. Il en est de même de celle de Sasse (1995) qui privilégie quant à lui une transformation de l’iroquois, d’une langue non configurationnelle à une langue polysynthétique. Sans négliger l’importance de ces deux facteurs, l’émergence du genre nous semble être avant tout l’une des conséquences transformationnelles de l’introduction de l’opposition animé/inanimé dans un système verbal dominé par une relation agent/patient. L’originalité des langues iroquoises (sauf le cherokee) tient à la création d’une flexion pronominale en concurrence avec la présence d’un préfixe indéfini. La fluctuation du genre que l’on a pu constater entre les différentes langues de la famille s’explique, quant à elle, par le maintien dans le paradigme d’ensemble d’un préfixe indéfini. Une telle analyse s’appuie sur l’hypothèse selon laquelle les systèmes morphosyntaxiques des langues sont soumis à des contraintes liées à l’existence de hiérarchies implicationnelles universelles. Elle refuse de céder au mirage du particularisme catégoriel.

35Revenons pour conclure au père Marcoux et à Erminnie Smith. La seconde a sans aucun doute eu raison de se moquer de l’emploi des catégories nobles et ignobles issues des grammaires des missionnaires jésuites. Et l’on peut comprendre son désir de faire du préfixe *ye- (*yu- /*y/*yakaw/*yak-) un préfixe féminin, même si cela l’a conduite à refuser purement et simplement d’en faire un pronom indéfini. Mais la diachronie et l’analyse comparative des langues iroquoises obligent à trancher en faveur du père Marcoux : la valeur primaire de ce préfixe est bien indéfinie, et la valeur féminin un effet de deixis sociale. Quant à *ka- (*k- /*w- /*yaw- /*y-), il n’est pas seulement un pronom neutre, mais renvoie bien aussi aux êtres humains de sexe féminin. Enfin, last but not least, si l’on ne peut reprocher à Erminnie Smith d’avoir soustrait non sans malice Satan, les démons et les esprits malins de la définition de cette catégorie, il reste qu’elle n’aurait pas dû se défaire si vite des « beasts, male and female », qui lui auraient fourni la clé pour résoudre l’apparente divergence des observations de terrain.

Bibliographie

Bibliographie

Abbott Cliford, 1984, « Two feminine genders in Oneida », Anthropological Linguistics, 26 (2), p. 125-137.

Barbeau C. Marius, 1915, Classification of Iroquoian Radicals with Subjective Pronominal Prefixes, Canada Department of Mines, Geological Survey, Memoir 46, Anthropological Series 7.

Beatty John J., 1974, Mohawk Morphology, Greeley, Museum of Anthropology, University of Northern Colorado.

Bhat Darbhe N. S., 2000, « The indefinite-interrogative puzzle », Linguistic Typology, 4 (3), p. 365-400.

Boas Franz, 1911, « Introduction », dans Handbook of American Indian Languages, vol. 1. (Bureau of American Ethnology, Bulletin 40), Washington, Government Print Office.

Bonvillain Nancy, 1973, A Grammar of Akwesasne Mohawk, Ottowa, National Museum of Man.

Chafe Wallace L., 1977, « The evolution of third person verb agreement in the Iroquoian languages », dans Charles N. Li (ed.), Mechanism of Syntactic Change, Austin, University of Texas Press, p. 493-524.

— 2002, « Masculine and feminine in the Northern Iroquoian languages », dans N. J. Enfield (ed.), Ethnosyntax : Explorations in Grammar and Culture, Oxford-New York, Oxford University Press, p. 99-109.

Chafe Wallace L. et Foster Michael K., 1981, « Prehistoric divergences and recontacts between Cayuga, Seneca, and other Northern Iroquoian languages », International Journal of American Linguistics, 47 (2), p. 121-142.

Chomsky Noam A., 1965, Aspects of the Theory of Syntax, Cambridge, The MIT Press.

Cysouw Michael, 1997, A History of Iroquoian Gender Marking (dactyl.).

Désveaux Emmanuel et Fornel Michel de, 2009, « From Ojibwa to Dakota : Toward a typology of semantic transformations in American Indian languages », Anthropological Linguistics, 51 (2), p. 95-129.

Evans Nicholas, 2002, « The true status of grammatical object axes : Evidence from Bininj Gun-wok », dans Nicholas Evans et Hans-Jürgen Sasse (eds.), Problems of Polysynthesis, Berlin, Akademie Verlag, p. 15-50.

Evans Nicholas et Levinson Stephen C., 2009, « The myth of language universals : Language diversity and its importance for cognitive science », Behavioral and Brain Sciences, 32 (5), p. 429-448.

Greenberg Joseph H., 1963, « Some universals of grammar with particular reference to the order of meaningful elements », dans Joseph H. Greenberg (ed.), Universals of Grammar, Cambridge, The MIT Press, p. 73-113.

Greenberg Joseph H. et al. (eds.), 1978, Universals of Human Language, 4 vol., Stanford, Stanford University Press.

Haspelmath Martin, 1997, Indefinite Pronouns, Oxford, Clarendon Press.

— 2003, « The geometry of grammatical meaning : Semantic maps and cross-linguistic comparison », dans Michael Tomasello (ed.), The New Psychology of Language : Cognitive and Functional Approaches to Language Structure, vol. 2, Mahwah, Lawrence Erlbaum, p. 211-242.

— 2004, « Does linguistic explanation presuppose linguistic description ? », Studies in Language, 28 (3), p. 554-579.

— 2007, « Pre-established categories don’t exist : Consequences for language description and typology », Linguistic Typology, 11 (1), p. 119-132.

Kopris Craig A., 2001, A Grammar and Dictionary of Wyandot, thèse de doctorat, State University of New York, Bufalo (dactyl.).

Lazard Gilbert, 2006, La quête des invariants interlangues. La linguistique est-elle une science ?, Paris, Honoré Champion (coll. « Bibliothèque de grammaire et de linguistique »).

Lounsbury Floyd G., 1953, Oneida Verb Morphology, New Haven, Yale University Press.

Mithun Marianne, 2003, « Pronouns and agreement : The information status of pronominal affixes », Transactions of the Philological Society, 101 (2), p. 235-278.

Newmeyer Frederick J., 2007, « Linguistic typology requires crosslinguistic formal categories », Linguistic Typology, 11 (1), p. 133-157.

— 2008, « Universals in syntax », The Linguistic Review, 25 (1-2), p. 35-82.

Panfilov Vladimir Z., 1961 et 1965, Grammatika nivxskogo jazyka, 2 vol., Moscou-Leningrad, Nauka.

Sapir Edward, 1949 [1929], « Central and North American Indian language », Londres-New York, Encyclopedia Britannica (14e éd.), p. 138-141, reproduit dans Selected Writings of Edward Sapir in Language, Culture and Personality, David G. Mandelbaum (ed.), Berkeley, University of California Press.

Sasse Hans-Jürgen, 1995, « The evolution of person prefixes in the Iroquoian languages and its functional background », dans Michael Dürr, Egon Renner et Wolfgang Oleschinski (eds.), Languages and Culture in native North America : Studies in Honor of Heinz-Jürgen Pinnow (Lincom Studies in Native American Linguistics, 2), Munich, Lincom, p. 199-210.

Smith Erminnie A., 1885, « The customs and language of the Iroquois », The Journal of the Anthropological Institute of Great Britain and Ireland, 14, p. 244-253.

Troubetzkoy Nikolaï Sergueïevitch, 1946 [1939], Principes de phonologie, trad. par Jean Cantineau, Paris, Klincksieck.

Notes

1 En témoigne aujourd’hui l’opposition radicale entre le minimalisme de Noam Chomsky et la linguistique cognitive de George Lakof et Ronald Langacker.

2 « The true picture is very different : languages differ so fundamentally from one another at every level of description (sound, grammar, lexicon, meaning) that it is very hard to find any single structural property they share. The claims of universal grammar [...] are either empirically false, unfalsifiable, or misleading in that they refer to tendencies rather than strict universals. Structural differencies should instead being accepted for what they are, and integrated into a new approach to language and cognition that places diversity at centre stage. » Toutes les traductions de l’anglais ont été réalisées par nos soins.

3 Une hiérarchie implicationnelle universelle est de type A < B < C. Si une langue a une propriété C, alors elle a la propriété A et B. Un exemple trivial : il n’existe pas de langue possédant le duel qui n’ait aussi le pluriel.

4 Le second exemple est extrait de l’enquête que nous menons sur les indéinis dans les langues amérindiennes. L’orientation théorique est celle proposée dans Désveaux et Fornel (2009).

5 « Therefore, I conclude that his feminine pronouns are in fact the neuter, and his indeterminate the real feminine pronouns which I trust will appear. »

6 « Père Marcoux enforces the use of his indeterminate pronoun (which is our feminine) in the place of his feminine (which is our it) and in reality brings all woman-kind under their own pronouns, thus separating them from the surrounding of beasts, male and female, demons and things, which he first environs them. »

7 Haspelmath (1997, 2003 et 2004). Cette carte présente un schéma implicationnel général des principaux emplois des indéfinis. On notera que cette carte repose malheureusement sur l’hypothèse du particularisme catégoriel. Les distinctions fonctionnelles qu’elle propose ne sont pas fondées sur une analyse sémantique de la formation en tant que système d’oppositions et sur un examen de leur position linguistique par rapport au système pronominal dans son entier. Les « fonctions » regroupent deux types d’éléments hétérogènes : des traits sémantiques (connu/inconnu) et des contextes d’usage et d’apparition.

8 La famille iroquoise comportait d’autres langues dont il reste peu de traces. Elles étaient parlées par des communautés situées dans le sud du lac Ontario, près du lac Érié et du sud de la vallée du Saint-Laurent.

Table des illustrations

Titre Figure 1. Carte sémantique des emplois pronominaux indéfinis
Légende * L’« irrealis » est une catégorie grammaticale modale existant dans certaines langues et associant de façon variable la non-présence, le non-réalisé, le potentiel.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/1202/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Tableau 1. La famille caddoane-iroquoise
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/1202/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Tableau 2. Le système PIC (proto-iroquois-caddoan)
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/1202/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Tableau 3. Le système PI (proto-iroquois)
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/1202/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Tableau 4. Le système pré-PNI (proto-iroquois du Nord)
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/1202/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Tableau 5. Le système PNI (proto-iroquois du Nord)
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/1202/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Tableau 6. Le système PTC (proto-tuscarora-cayuga) Tableau 7. Le système PIL (proto-iroquois des Grands Lacs)
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/1202/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/1202/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Source : Cysouw (1997). La colonne de gauche distingue les groupes de langues des langues elles-mêmes (en italique).
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/1202/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Figures 3 et 4. L’analyse de Cysouw
Légende Source : Cysouw (1997).La colonne de gauche distingue les groupes de langues des langues elles-mêmes (en italique).
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/1202/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Figure 5. L’introduction de l’opposition animé/inanimé
Légende La colonne de gauche distingue les groupes de langues des langues elles-mêmes (en italique).
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/1202/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 55k

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site