Versión clásicaVersión móvil

Faire des sciences sociales. Généraliser

 | 
Emmanuel Désveaux
, 
Michel de Fornel

Deuxième partie. Horizons d’universalité

La parenté au singulier

Laurent Barry

Pueden acceder a los formatos HTML, PDF y ePub los usuarios de bibliotecas e instituciones que lo hayan adquirido en el marco de OpenEdition Freemium for Books. La obra podrá ser comprada de igual modo en formato PDF y ePub en los sitios web de nuestras librerias asociadas. Si la edición papel se encuentra disponible, tendrá enlaces a disposición para dirigirse a las librerías desde esta página.

Extracto del texto

Taxinomies logiques et typologiques

La parenté est une systématique.

Lorsque nous parlons de notre parenté, nous opérons une classification au sein d’un grand nombre d’éléments – les individus qui nous entourent – et nous incluons un certain nombre d’entre eux dans l’ensemble P de nos « parents ». Nous partons alors de l’idée qu’ils ont plus de points communs – qu’ils sont plus « semblables » entre eux – que les individus que nous excluons de cet ensemble (fig. 1).

Figure 1. L’ensemble P des parents

Image 10000000000002FE000001A0D4C0F936.jpg

Ces derniers seront bien entendu à leur tour inclus, mais par d’autres que nous, dans des ensembles P’, P’’, etc. Toutefois, de notre point de vue, ils relèveront tous de l’ensemble indivis et amorphe des « non-parents ».

Cette première représentation de l’idée d’une classification fondée sur la parenté est bien sûr insuffisante, même si nous ne l’envisageons que comme un simple exercice de cladistique sociologique élémentaire.

En effet, les taxinomies de parenté sont fondées sur des propriété...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2012

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search