Version classiqueVersion mobile

Le mental et le social

 | 
Bruno Ambroise
, 
Christiane Chauviré

Fondements théoriques d’une analyse sociale du mental

Le réductionnisme et la nature de la psychologie

Hilary Putnam
Traduction de Christiane Chauviré

Texte intégral

La réduction

  • 1 Traduction de « Reductionism and the Nature of Psychology », Cognition, 2 (1), 1973, p. 131-146 (re (...)

1Une doctrine à laquelle souscrivent la plupart des philosophes des sciences (et à laquelle j’ai souscrit pendant longtemps) est celle selon laquelle les lois des sciences « d’un niveau supérieur » comme la psychologie et la sociologie sont réductibles aux lois des sciences de niveau inférieur – la biologie, la chimie, et, en fin de compte, aux lois de la physique des particules élémentaires1. L’acceptation de cette doctrine est généralement identifiée à la croyance en l’« Unité de la Science » (avec des majuscules), et le rejet de celle-ci à la croyance au vitalisme ou au spiritisme (psychism), ou en tout cas à quelque chose de mal.

2Je voudrais démontrer ici que cette doctrine est fausse. Dans les dernières sections, je discuterai plus particulièrement le modèle de l’esprit fourni par la machine de Turing – ainsi que la conception de la psychologie associée au réductionnisme et au modèle de la machine de Turing. Mon argument sera le suivant : tandis que le matérialisme est juste et qu’il est vrai que la seule méthode pour obtenir la connaissance de quoi que ce soit est de se fonder sur le test des idées dans la pratique (et sur l’évaluation scientifique des résultats de ces tests), l’acceptation de ces doctrines ne conduit pas nécessairement au réductionnisme.

3Je commencerai par un point logique puis l’appliquerai au cas spécial de la psychologie. Le point logique est qu’il ne s’ensuit pas du fait que le comportement d’un système peut être déduit de sa description comme système de particules élémentaires qu’il peut être expliqué à partir de cette description. Envisageons un exemple, puis voyons pourquoi il en est ainsi.

4Mon exemple sera un système de deux objets macroscopiques : un tableau percé de deux trous, l’un carré, d’un pouce de large, l’autre rond, d’un pouce de diamètre ; et une cheville carrée, d’une fraction inférieure à un pouce de large. Le fait à expliquer est le suivant : la cheville passe dans le trou carré, mais pas dans le trou rond. Une explication est que la cheville est plus ou moins rigide au cours de son déplacement et que le tableau l’est aussi. La cheville entre dans le trou qui est assez grand, mais pas dans le trou qui est trop petit. Notez que la microstructure du tableau et de la cheville n’est pas pertinente pour cette explication. Tout ce qui est nécessaire est que, quelle que puisse être la micro-structure, elle soit compatible avec le fait que le tableau et la cheville sont des objets plus ou moins rigides.

5Supposez néanmoins que nous décrivions le tableau comme un nuage de particules élémentaires (pour simplifier, nous supposerons que ce sont des particules élémentaires newtoniennes) et imaginez que nous sont données la position et la vitesse de chacune à un temps t quelconque. Nous décrivons ensuite la cheville de façon semblable (appelons le tableau « nuage B » et la cheville « nuage A »). Supposez que nous décrivions le trou rond comme « région 1 » et le trou carré comme « région 2 ». Disons que par un héroïque tour de force calculatoire, nous réussissons à prouver que le « nuage A » passera à travers la « région 2 », mais pas à travers la « région 1 ». Avons-nous expliqué quoi que ce soit ?

6Il me semble que, quelles que puissent ou ne puissent pas être les contraintes pragmatiques sur l’explication, la contrainte suivante existe certainement : les traits pertinents d’une situation devraient être éliminés par une explication, et non enfouis sous une masse d’informations non pertinentes. Selon ce critère, il semble clair que la première explication – celle qui fait valoir que les deux macro-objets sont approximativement rigides et que l’un des deux trous est assez grand pour laisser passer la cheville et l’autre non – explique pourquoi le « nuage A » passe à travers la « région 2 » et jamais à travers la « région l », tandis que la seconde – la déduction du fait à expliquer par des positions et des vitesses des particules élémentaires, leurs attractions et répulsions électriques, etc. – échoue à l’expliquer.

7Si cela semble contre-intuitif, c’est, me semble-t-il, pour deux raisons. 1) On nous a appris que déduire un phénomène de cette façon, c’est l’expliquer. Mais c’est manifestement ridicule. Supposez que je déduise un fait F de G et de I, G étant une véritable explication et I quelque chose de non pertinent. G et I sont-ils une explication de F ? Normalement nous répondrions : « Non. Seule la partie G est une explication. » Maintenant, supposez que je soumette les énoncés G et I à des transformations logiques de manière à produire un énoncé H mathématiquement équivalent à G et I (peut-être de manière compliquée), mais tel que l’information G est, en fait, pratiquement impossible à retrouver à partir de H. Alors, eu égard à tout critère raisonnable, l’énoncé H n’est pas une explication de F ; mais F est déductible de H. Je pense que la description de la cheville et du tableau en termes de positions et de vitesses de particules élémentaires, d’attractions et de répulsions électriques, etc., est un tel énoncé H : l’information pertinente, à savoir que la cheville et le tableau sont plus ou moins rigides, et les tailles relatives des trous et de la cheville, y est enfouie, mais de façon inutile (pratiquement parlant). 2) Nous oublions que l’explication n’est pas transitive. La microstructure du tableau et de la cheville peut expliquer pourquoi le tableau et la cheville sont rigides, et la rigidité fait partie de l’explication du fait que la cheville passe dans un des trous, mais pas dans l’autre ; mais il ne s’ensuit pas que la microstructure, pour ainsi dire « brute » – comme assemblage de positions, de vitesses, etc. –, explique le fait que la cheville passe dans un trou et pas dans l’autre. Même si la micro-structure n’est pas présentée comme « brute », en ce sens, et que l’information est organisée de manière à donner une explication révélatrice de la rigidité des macro-objets, une telle explication n’est pas celle de quelque chose qui est expliqué par cette rigidité. Si je veux savoir pourquoi la cheville passe dans un trou et pas dans l’autre dans un contexte normal (par exemple, je sais déjà que ces macro-objets sont rigides), alors le fait qu’un trou est plus grand que le tour de la cheville, et l’autre non, est une explication complète. Que la cheville et le tableau consistent en atomes agencés d’une certaine façon, et que les atomes agencés de cette façon forment un corps rigide, etc., pourraient aussi être une explication – quoiqu’une explication qui me donne une information (pourquoi le tableau et la cheville sont rigides) que je n’ai pas demandée. Mais au moins l’information pertinente – la rigidité du tableau et de la cheville, et la relation des tailles et des formes des trous et des chevilles – est encore explicite. Le fait que la cheville et le tableau consistent en atomes agencés d’une certaine façon n’explique pas en soi pourquoi la cheville entre dans un trou et non dans l’autre, même s’il explique quelque chose qui à son tour explique cela.

8La relation entre 1) et 2) est la suivante : une explication d’explication (un « parent » d’une explication, pour ainsi dire), contient généralement une information qui est non pertinente pour ce que nous voulons expliquer, et, en outre, elle contient l’information qui est bel et bien pertinente, s’il y en a, sous une forme qui peut être impossible à reconnaître. Pour cette raison, un « parent » d’une explication n’est généralement pas une explication.

9Il s’ensuit que certains systèmes peuvent avoir des comportements pour l’explication desquels leur micro-structure est largement non pertinente. Par exemple, un grand nombre de faits concernant les corps rigides peuvent à l’évidence être expliqués juste à partir de leur rigidité et des principes de la géométrie, comme celui dont on vient de donner un exemple, sans entrer dans la question de savoir pourquoi ces corps sont rigides. Un cas plus intéressant est celui où les faits organisationnels de haut niveau, sur lesquels repose une explication, dépendent eux-mêmes de quelque chose de plus que la microstructure du corps considéré. C’est, soutiendrai-je, le cas typique dans le domaine des phénomènes sociaux.

10Considérez par exemple l’explication de phénomènes sociaux. Marx, dans son analyse du capitalisme, utilise certains faits relatifs aux humains, par exemple qu’ils doivent manger pour vivre, et produire pour manger. Il discute de la question suivante : comment, sous certaines conditions, la production humaine peut-elle conduire à l’institution de l’échange, et comment cet échange conduit-il à son tour à une nouvelle forme de production, la production de marchandises ? Il discute de la question de savoir comment la production de marchandises pour l’échange peut conduire à la production de marchandises pour le profit, pour le travail salarié et le capital.

11Supposez que pareille chose soit vraie. Dans quelle mesure la microstructure des êtres humains est-elle pertinente ? Le cas est semblable au premier exemple en ceci que les spécificités de la microstructure ne sont pas pertinentes : ce qui est pertinent ici, est, pour ainsi dire, un résultat organisationnel de la micro-structure. Dans le premier cas, le résultat organisationnel pertinent était la rigidité ; dans le cas présent, le résultat organisationnel pertinent, ce sont des êtres intelligents capables de modifier à la fois les forces de production et les relations de production de manière à satisfaire à la fois leurs besoins biologiques élémentaires et ceux qui résultent des relations de production qu’ils développent. Expliquer comment la microstructure du cerveau humain et du système nerveux rend compte de cette intelligence serait un grand exploit pour la biologie ; cela pourrait, ou non, avoir une pertinence pour l’économie politique.

12Mais il y a une différence importante entre les deux exemples. Étant donné la microstructure de la cheville et du tableau, on peut déduire la rigidité. Mais étant donné la microstructure du cerveau et du système nerveux, on ne peut pas déduire que les relations de production capitalistes existeront. Les mêmes créatures peuvent exister dans une production de marchandises précapitaliste, dans un système féodal, ou socialiste, ou autre. Les lois de la société capitaliste ne peuvent pas être déduites des lois de la physique, complétées par la description du cerveau humain : elles dépendent de « conditions limites » qui sont accidentelles du point de vue de la physique, mais essentielles à la description d’une situation comme « capitalisme ». En bref, les lois du capitalisme ont une certaine autonomie vis-à-vis des lois de la physique : elles ont une base physique (les hommes doivent manger), mais elles ne peuvent pas être déduites des lois de la physique. Elles sont compatibles avec les lois de la physique ; mais c’est le cas aussi des lois du système socialiste et du système féodal.

13La même autonomie de la science de niveau supérieur apparaît déjà au niveau de la biologie. Les lois qui constituent collectivement la théorie de l’évolution ne sont pas déductibles des lois de la physique et de la chimie ; de ces dernières, il ne suit même pas qu’une chose vivante vivra cinq secondes, et encore moins que les choses vivantes vivront assez longtemps pour évoluer. L’évolution dépend d’un résultat de la microstructure (variation dans le génotype) ; mais elle dépend aussi de conditions (présence d’oxygène, etc.) qui sont accidentelles du point de vue de la physique et de la chimie. Les lois de la discipline de niveau supérieur sont déductibles des lois de la discipline de niveau inférieur prises avec des « hypothèses auxiliaires » qui sont accidentelles du point de vue de la discipline de niveau inférieur. Et une grande partie de la structure au niveau de la physique est non pertinente du point de vue de la discipline de niveau supérieur ; seuls certains traits de cette structure (la variation dans le génotype, ou la rigidité, ou la production pour le profit) sont pertinents, et ils sont spécifiés par la discipline de niveau supérieur, non par celle de niveau inférieur.

14Les alternatives du type mécanisme/vitalisme sont de fausses alternatives. Les lois de la sociologie et de la psychologie, par exemple, ont une base dans l’organisation matérielle des personnes et des choses, mais elles ont aussi l’autonomie que l’on vient de décrire vis-à-vis des lois de la physique et de la chimie.

15La façon réductionniste de considérer la science provient d’un ensemble spécifique d’idées sur les sciences sociales, qu’elle renforce en même temps. Ainsi, la biologie humaine ne change relativement pas. Si les lois de la psychologie sont déductibles des lois de la biologie et des définitions réductrices (qui elles non plus ne changent pas), alors il s’ensuit que les lois de la psychologie ne changent pas non plus. Ainsi l’idée d’une nature humaine qui ne change pas – un ensemble de lois psychologiques structurées, dépendantes de la biologie, mais indépendantes de la sociologie – est présupposée au départ. Aussi, chaque science de la série familière – physique, chimie, biologie, psychologie, sociologie – est censée se réduire à celle d’en dessous (et en fin de compte à la physique). Ainsi la sociologie est-elle censée se réduire à la psychologie qui, à son tour, se réduit à la biologie via la théorie du cerveau et du système nerveux. Ce qui revient à adopter une attitude définie à l’égard de la sociologie, celle de l’individualisme méthodologique (dans l’économie conventionnelle, par exemple, l’attitude standard est que le marché est façonné par les désirs et les préférences des individus ; aucun dispositif conceptuel n’existe même pour rechercher les façons dont les désirs et les préférences des individus sont façonnés par les institutions économiques).

16Outre le fait de conforter l’idée d’une nature humaine qui ne change pas, ainsi que l’individualisme méthodologique, il y a un autre rôle plus subtil que joue le réductionnisme dans le point de vue que l’on peut avoir. Ce rôle peut être illustré par son effet dans les départements de biologie : quand Crick et Watson firent leurs fameuses découvertes, sur la structure de l’ADN, de nombreux départements de biologie mirent à la porte certains de leurs naturalistes, voire tous ! C’était bien sûr une erreur grossière. Même du point de vue d’un réductionnisme extrême, la possibilité d’expliquer « en principe » le comportement de l’espèce via les mécanismes de l’ADN est très différente de la capacité de le faire en pratique. Renvoyer quelqu’un qui s’y connaît en habitudes, disons des chauves-souris, parce que quelqu’un d’autre s’y connaît en ADN, est une grave erreur. En outre, comme nous l’avons vu plus haut, vous ne pouvez pas vous contenter d’expliquer le comportement des chauves-souris, ou de n’importe quelle espèce, en termes de mécanismes d’ADN – vous devez connaître les « conditions limites ». Qu’une structure donnée permette à un organisme, par exemple, de voler n’est pas seulement fonction de sa force, etc., mais aussi de la densité de l’atmosphère de la terre. Et les mécanismes de l’ADN représentent le mauvais niveau d’organisation des données – ce qu’on veut savoir de la chauve-souris, par exemple, c’est qu’elle a des mécanismes pour produire des sons supersoniques, et des mécanismes de « triangulation » sur ses propres sons répercutés (« écho-location »).

17Le point important est que le réductionnisme entre en scène comme doctrine qui produit le respect pour la science et la méthode scientifique. En fait, ce qu’elle produit est le culte de la physique associé à la négligence des sciences de « niveau supérieur ». L’engouement pour ce qui est censé être « en principe » possible va de pair avec une indifférence à la pratique et à la structure effective de la pratique.

18Je n’entends pas attribuer aux réductionnistes la doctrine selon laquelle on pourrait arriver d’emblée aux lois de « niveau supérieur » par déduction à partir des lois de « niveau inférieur ». Les philosophes réductionnistes auraient très probablement dit que renvoyer le naturaliste était une mauvaise application de leurs doctrines et que négliger l’investigation directe au « niveau de la sociologie » serait une mauvaise application de leur doctrine. Voici, me semble-t-il, ce qui se passe. Leur affirmation que les lois de niveau supérieur sont déductibles des lois de niveau inférieur, et donc que les lois de niveau supérieur sont explicables en termes de lois de niveau inférieur, implique une erreur (en fait deux erreurs). Elle implique deux négligences : celle de la structure des explications de niveau supérieur dont les réductionnistes ne parlent absolument jamais ; celle du fait que plusieurs structures de niveau supérieur peuvent être réalisées par des entités de niveau inférieur (de sorte que ce que sont les lois de niveau supérieur ne peut pas être déduit uniquement des lois auxquelles obéissent les entités de « niveau inférieur »). Négliger les sciences de « niveau supérieur » elles-mêmes me semble être le corollaire inévitable du fait de négliger la structure des explications dans ces sciences.

Les machines de Turing

19Dans des articles précédents (Putnam, 1960, 1967a, 1967b), j’ai soutenu l’hypothèse que 1) un être humain pris comme totalité est une machine de Turing, et 2) les états psychologiques d’un être humain sont les états d’une machine de Turing, ou des disjonctions d’états d’une machine de Turing. Dans cette section je veux montrer que cette façon de voir est fausse pour l’essentiel, et que j’étais trop sous l’emprise de la perspective réductionniste que je viens de décrire.

20Permettez-moi de commencer par une difficulté technique. Un état d’une machine de Turing est décrit de manière telle que la machine peut être dans un état précis à chaque moment. Qui plus est, la mémoire et l’apprentissage ne sont pas représentés dans le modèle de la machine de Turing comme une acquisition de nouveaux états, mais comme une acquisition d’informations nouvelles imprimées sur la bande de la machine. Ainsi, si les êtres humains ont des états ressemblant aux états de la machine de Turing, ces états doivent être 1) des états dans lesquels l’humain peut être à n’importe quel moment, indépendamment de l’apprentissage et de la mémoire ; et 2) des états instantanés totaux de l’être humain – des états qui, pris avec l’apprentissage et la mémoire, déterminent ce que sera l’état suivant, tout en spécifiant totalement la condition actuelle de l’être humain (« totalement » du point de vue de la théorie psychologique, s’entend).

  • 2 Pour une présentation des machines de Turing, voir Davis (1958). Il y a aussi une petite monographi (...)

21Ces caractéristiques établissent déjà qu’aucun état psychologique, en quelque sens usuel du terme, ne peut être un état d’une machine de Turing2. Prenez un type particulier de douleur comme étant un « état psychologique ». Si je suis une machine de Turing, alors mon « état » actuel doit déterminer non seulement si oui ou non je suis en train d’avoir cette sorte particulière de douleur, mais également si je m’apprête ou non à dire « trois », si j’entends ou pas un cri déchirant, etc. Ainsi l’état psychologique en question (la douleur) n’est pas le même que mon « état » au sens d’un état d’une machine, même s’il est possible (jusqu’ici) que mon état de machine détermine mon état psychologique. De plus, aucune théorie psychologique ne prétendrait qu’avoir une douleur d’une sorte particulière, être sur le point de dire « trois », ou entendre un cri déchirant, etc., appartiennent tous les trois à un état psychologique, même s’il pourrait bien y avoir un état de la machine caractérisé par le fait que je n’étais dans cet état que lorsque j’avais cette douleur, j’étais sur le point de dire « trois », j’entendais un cri déchirant, etc., en même temps. Ainsi, même si je suis une machine de Turing, mes états de machine ne sont pas les mêmes que mes états psychologiques. Ma description en tant que machine de Turing (en tant que table de la machine) et ma description en tant qu’être humain (via une théorie psychologique) sont des descriptions appartenant à deux niveaux d’organisation totalement différents.

22Jusqu’ici, il est encore possible qu’un état psychologique soit une immense disjonction (pratiquement presque infinie) d’états de la machine, même si aucun état singulier de la machine n’est un état psychologique. Mais c’est très improbable quand nous passons d’états comme la « douleur » (qui est presque biologique) à des états comme la « jalousie », l’« amour » ou la « compétitivité ». Être jaloux n’est certainement pas un état instantané, et dépend d’une grande quantité d’informations, de beaucoup de faits appris et d’habitudes. Or les états de la machine de Turing sont instantanés et indépendants de l’apprentissage et de la mémoire. Autrement dit, l’apprentissage et la mémoire peuvent causer le fait qu’une machine de Turing entre dans un certain état, mais l’identité de l’état ne dépend ni de l’apprentissage ni de la mémoire ; en revanche, quel que soit l’état dans lequel je suis, identifier cet état comme « être jaloux du grand cas que fait X de Y » implique de spécifier que j’ai appris que X et Y sont des personnes et que j’en sais long sur les relations sociales entre personnes. Ainsi la jalousie ne peut être ni un état ni une disjonction d’états d’une machine.

23On pourrait tenter de modifier la théorie en disant qu’être jaloux = être dans l’état A et avoir un « ruban » c1 ou être dans l’état A et avoir un « ruban » c2 ou être dans l’état B et avoir un « ruban » d1 ou… être dans l’état B et avoir un « ruban » d2 ou… être dans l’état Z et avoir un « ruban » y1 ou… être dans l’état Z et avoir un « ruban » yn, – c’est-à-dire, définir un état psychologique comme une disjonction, les membres de la disjonction n’étant pas des états d’une machine de Turing, comme avant, mais des conjonctions d’un état de la machine et d’un « ruban » (c’est-à-dire une description totale du contenu d’une banque de mémoire). Outre le fait qu’une telle description serait littéralement infinie, la théorie est maintenant sans contenu, car le propos initial était d’employer la table de la machine comme modèle d’une théorie psychologique, alors qu’il est maintenant clair que la description de la table de la machine, quoique différente de la description faite au niveau des particules élémentaires, est aussi éloignée de la description via une théorie psychologique que l’est la description physico-chimique.

24Je veux maintenant établir un point différent à propos du modèle de la machine de Turing. Les lois de la psychologie, s’il y a quelque chose de tel, n’ont même pas besoin d’être compatibles avec le modèle de la machine de Turing, ou avec la description physicochimique, sauf en un sens très atténué. Et je n’ai aucune version du spiritisme en tête. Par exemple, considérez les lois établies par Hull dans sa célèbre théorie de l’apprentissage des routines. Ces lois spécifient une relation analytique entre des variables continues. Puisqu’une machine de Turing est entièrement « discrète », ces lois sont formellement incompatibles avec le modèle de la machine de Turing. Pourtant, elles pourraient parfaitement bien être correctes.

25Parvenu à ce point, le lecteur peut se sentir contrarié, et veut rétorquer : si les lois de Hull sont « correctes », elles ne le sont qu’à un certain degré d’approximation. Et la loi exacte doit être compatible avec le modèle de la machine de Turing, si je suis une machine de Turing, ou avec les lois de la physique, si le matérialisme est vrai. Mais il y a deux éléments séparés et distincts dans cette réplique. 1) Les lois de Hull ne sont « correctes » qu’à un certain degré de précision près. Vrai. Et l’énoncé « les lois de Hull sont correctes à une certaine erreur de mesure près » est parfaitement compatible avec le modèle de la machine de Turing, avec le modèle physicaliste, etc. C’est en ce sens atténué que les lois de n’importe quelle discipline de niveau supérieur doivent être compatibles avec les lois de la physique : il doit être compatible avec les lois de la physique que les lois de niveau supérieur puissent être vraies au degré de précision requis. Mais le modèle associé aux lois de niveau supérieur n’a pas du tout besoin d’être compatible avec le modèle associé aux lois de niveau inférieur. Autre façon de faire valoir ce même point : soit L les lois de niveau supérieur telles que normalement énoncées dans les textes de psychologie (ou les textes d’économie politique, ou d’autres). Soit L* l’énoncé : « L est approximativement correct ». Dans ce cas ce n’est que L*, et non L, qui doit être compatible avec les lois de la physique. 2) La loi exacte doit être compatible avec le modèle de la machine de Turing (ou en tout cas les lois de la physique). Faux. Il n’y a pas besoin d’avoir une loi « exacte » – une loi plus exacte que celles de Hull – au niveau psychologique. Dans chaque cas individuel d’apprentissage de routines, la description exacte de ce qui s’est passé doit être compatible avec les lois de la physique. Mais le meilleur énoncé qu’on puisse faire dans le cas général, au niveau de l’organisation psychologique, peut bien être que les lois de Hull sont correctes aux erreurs aléatoires près dont l’explication est de niveau inférieur à celui de la psychologie.

26Tel est, me semble-t-il, l’ensemble du tableau. Chaque science décrit un ensemble de structures en les idéalisant d’une manière ou d’une autre. On croit parfois qu’une description non idéalisée, une description « exacte », est « en principe » possible au niveau de la physique ; quoi qu’il en soit, il n’y a pas la moindre raison de croire que c’est possible au niveau de la psychologie ou de la sociologie. La différence est la suivante : si un modèle de structure physique n’est pas parfait, nous pouvons soutenir qu’il revient à la physique de rendre compte de ces inexactitudes. Mais si un modèle de structure sociale n’est pas parfait, s’il y a des erreurs non systématiques dans son application, le travail d’explication de ces erreurs peut être ou non le travail de la science sociale. Si un modèle, disons, pour la mémoire en termes fonctionnels (par exemple, un graphique d’évolution pour un algorithme) échoue à rendre compte de certaines pertes de mémoire, cela peut être parce qu’on a besoin d’une meilleure théorie psychologique de la mémoire (d’un autre graphique), ou parce que dans certaines occasions il faut expliquer les pertes de mémoire par la biologie (disons par un accident au cerveau) plutôt que par la psychologie.

27Si ce tableau est correct, alors des modèles « très simplifiés » peuvent bien être les meilleurs possibles aux niveaux « supérieurs ». Et la relation à la physique est juste celle-ci : il est compatible avec la physique que les « bons » modèles aux niveaux supérieurs soient réalisés approximativement par des systèmes ayant la constitution physique des êtres humains.

28J’aimerais ici discuter un argument proposé par Hubert Dreyfus. Dreyfus croit que l’organisation fonctionnelle du cerveau n’est pas correctement représentée par le modèle de l’ordinateur digital. Comme alternative, il a suggéré que l’esprit peut fonctionner sur le modèle de l’ordinateur analogique (ou d’un système compliqué d’ordinateurs analogiques). Une sorte d’ordinateur analogique mentionné par Dreyfus est le suivant : construire une carte du réseau ferroviaire des USA faite de ficelles, les ficelles représentant les lignes de chemin de fer, les nœuds représentant les jonctions. Alors, pour trouver le plus court chemin entre deux jonctions quelconques – par exemple Miami et Las Vegas – prenez simplement la carte par les deux nœuds correspondants et éloignez-les l’un de l’autre jusqu’à ce qu’une ficelle entre eux se tende. Cette ficelle représentera le plus court chemin.

29Quand Dreyfus a fait valoir ce point dans la conversation, je l’ai rejeté pour les raisons suivantes. J’ai soutenu que l’ordinateur physique analogique (la carte) était en réalité un ordinateur digital, ou pourrait être traité comme tel, pour les raisons suivantes : 1) la matière est atomique ; 2) on pourrait traiter les molécules dont est fait le fil comme des engrenages capables de prendre un nombre discret de positions vis-à-vis des molécules adjacentes. Bien entendu, cela dit seulement que l’ordinateur analogique peut être approximativement bien rendu par un système « digital ». Ce que je n’ai pas pris en compte est que la structure atomique de la ficelle n’est pas pertinente eu égard au fonctionnement de l’ordinateur analogique. Pire, j’ai eu à inventer, pour redécrire complètement le dispositif analogique comme dispositif « digital », une microstructure qui est tout aussi fictive que l’idéalisation d’une ficelle continue de longueur constante (l’idée de traiter les molécules comme des « engrenages »). La différence entre mon idéalisation (chaînes d’« engrenages ») et l’idéalisation classique (ficelles continues) est que l’idéalisation classique est pertinente pour ce qui est du fonctionnement de ce dispositif comme ordinateur analogique (le dispositif marche parce que les ficelles sont approximativement – des ficelles continues), alors que mon idéalisation n’est pas pertinente pour ce qui est de la description du système à quelque niveau que ce soit.

La psychologie

30Les considérations précédentes montrent que le modèle de la machine de Turing ne doit pas être pris sérieusement comme modèle de l’organisation fonctionnelle du cerveau. Certes le cerveau comporte des éléments digitaux – l’activation « oui-non » des neurones –, mais savoir si l’organisation globale est correctement représentée par quelque chose comme un graphique d’évolution pour un algorithme, ou par quelque chose de tout à fait différent, nous n’avons à présent aucun moyen de le déterminer. Et le modèle de Hull pour l’apprentissage de routines suggère que certains processus cérébraux sont mieux conceptualisés en termes de variables continues qu’en termes de variables discrètes.

31Dans la première section de cet article nous avons soutenu que la psychologie n’a pas besoin d’être déductible des lois décrivant l’organisation fonctionnelle du cerveau humain et, dans la dernière section, nous avons recouru à un état psychologique (la jalousie) pour illustrer le fait que le modèle de la machine de Turing ne peut pas être correct comme paradigme pour la théorie psychologique.

32En bref, il y a deux questions différentes qui ont été confondues dans la littérature : 1) le modèle de la machine de Turing est-il correct comme modèle de l’organisation fonctionnelle du cerveau humain ? 2) Le modèle de la machine de Turing est-il correct comme modèle pour la théorie psychologique ? Ce n’est que sous l’hypothèse réductionniste, selon laquelle la psychologie est la description de l’organisation fonctionnelle du cerveau, ou quelque chose qui en est très proche, que ces deux questions peuvent être identifiées.

33Notre réponse, jusqu’ici, à ces deux questions est que : 1) il y a peu de preuves empiriques que le modèle de la machine de Turing soit correct comme modèle de l’organisation fonctionnelle du cerveau ; 2) le modèle de la machine de Turing ne peut pas être correct comme modèle pour la théorie psychologique – c’est-à-dire, les états psychologiques ne sont pas des états de machine, ni des disjonctions d’états de machine. Mais quelle est la nature des états psychologiques ?

34Il est facile de voir que l’idée d’un répertoire fixe d’émotions, d’attitudes, etc., indépendant de la culture, prête à objection. Une « attitude » qui nous est très familière est, par exemple, le genre particulier d’arrogance que ressent une personne à l’égard d’autres personnes « parce que » elle fait un travail intellectuel, et elles un travail manuel (la raison pour laquelle je mets « parce que » entre guillemets est qu’en réalité la causalité est bien plus compliquée – la personne ressent de l’arrogance parce que sa société a réussi à la gagner, elle et des millions d’autres gens, à l’idée que le travailleur intellectuel est « supérieur » dans la mesure où son travail diffère du travail d’un homme de peine « du commun » et ressemble à celui d’un manager, peut-être, ou parce qu’elle et des millions d’autres personnes ont été gagnées à l’idée que certaines sortes de travail passent intrinsèquement « au-dessus » de la plupart des gens – « ils ne pourraient pas comprendre » – etc.). Une « attitude » que nous trouvons presque impossible à imaginer est la suivante : une personne se sentant supérieure aux autres parce qu’elle nettoie les WC et les autres non. Ce n’est pas que les gens qui nettoient les WC soient naturellement inférieurs, ni que nettoyer les WC soit naturellement dégradant. Dans le bon contexte social, cette attitude que nous ne pouvons pas imaginer serait un lieu commun. Non seulement les attitudes et les émotions que nous ressentons sont liées à la culture, mais les connexions le sont aussi. Par exemple, dans notre société, l’arrogance des travailleurs intellectuels est associée à une compétitivité extrême ; mais dans une société différente, elle pourrait être associée à l’attitude qui fait qu’on est « au-dessus » de cela, sans être moins arrogant. Ceci pourrait refléter une différence entre vivre dans une société fondée sur la compétition et vivre dans une société fondée sur une hiérarchie féodale.

35La littérature anthropologique fourmille d’exemples qui étayent l’idée que les émotions et les attitudes dépendent de la culture. Par exemple, il a existé et il existe encore des cultures où la propriété privée et la division du travail sont inconnues. Un Arunha ne peut pas imaginer l’attitude précise avec laquelle Marie-Antoinette a dit « Qu’ils mangent de la brioche ! », ni l’attitude précise de Richard Herrnstein envers le « résidu » des gens au QI inférieur dont il dit qu’il est en train d’être « précipité », ni l’attitude précise qui fait que moi et des milliers d’autres philosophes éprouvons une formidable admiration pour John Austin et sa façon de distinguer « trois manières de renverser de l’encre » (« intentionnellement », « délibérément », et « à dessein »). Et nous ne pouvons imaginer non plus nombre d’attitudes que ressentent les Arunhas, et qui sont liées à leur culture et à leur religion.

36Ce qui suggère la thèse suivante : la psychologie est aussi sous-déterminée par la biologie qu’elle l’est par la physique des particules élémentaires, et la psychologie des gens reflète en partie des croyances sociales profondément ancrées. Un avantage de cette position est qu’elle permet de nier qu’il y ait une « nature humaine » fixe au niveau de la psychologie, sans nier que l’Homo sapiens soit une espèce naturelle au niveau de la biologie. La thèse de Marx selon laquelle il n’y a pas de « nature humaine » fixe, possédée par les gens sous toutes les formes d’organisation sociale, n’était pas une thèse sur « nature versus éducation ».

L’intelligence

37Jetons, par exemple, un coup d’œil au concept d’« intelligence » – un concept en vogue en ce moment chez les chercheurs racistes en sciences sociales. Le concept d’intelligence est à la fois un concept du langage ordinaire et un concept technique (sous le nom de « QI »). Mais le concept technique a été façonné en tout point pour se conformer aux usages politiquement chargés du concept véhiculé par le langage ordinaire.

38Les trois traits principaux de la notion d’intelligence véhiculée par le langage ordinaire sont : 1) l’intelligence est difficile ou impossible à changer. Quand on attribue une performance excellente ou mauvaise au talent, grand ou mince, on n’implique pas que celui-ci n’ait pas été acquis ou qu’il ne pourrait pas changer ; mais quand on attribue la même performance à une « grande intelligence » ou à une « faible intelligence », cela implique de manière certaine quelque chose d’inné, quelque chose appartenant à l’essence même de la personne en question. 2) L’intelligence aide quelqu’un à réussir – le critère du succès est celui du succès individuel, du succès dans la compétition. Cela fait partie intégrante de la notion que seules peu de personnes peuvent être très intelligentes. 3) L’intelligence aide quelqu’un, quelle que soit la tâche. On pense à l’intelligence comme à une capacité unique (single) qui peut aider quelqu’un à faire quelque chose, allant de réparer une voiture ou peler une banane, à résoudre une équation différentielle.

39Ces trois présupposés réunis reviennent à une certaine théorie sociale : celle de l’élitisme. La théorie dit qu’il y a peu de personnes « supérieures » qui ont ce mystérieux facteur – l’« intelligence » – et qui sont bonnes en tout, et beaucoup de rustauds qui ne sont pas bons en grand-chose.

40Le test du QI a été conçu pour préserver les traits élitistes du concept d’intelligence de la manière suivante. 1) Ce test a été standardisé de telle sorte que les scores du QI ne changent pas beaucoup avec l’âge ; l’illusion d’une mesure de quelque chose qui ne change pas a été ainsi préservée. On peut faire cela avec n’importe quel test, tant que le niveau relatif est à peu près stable. Par exemple, supposez que quelqu’un passe un test de vocabulaire français. Son score, peut-on présumer, s’accroîtrait s’il passait quatre ans dans un collège français. À présent, supposez qu’on ait standardisé les scores de telle sorte que, en moyenne, ils ne s’accroissent pas (en donnant simplement moins de crédit par item aux gens qui passent le test au bout d’un an de collège français, encore moins de crédit aux gens qui ont fait deux ans, etc.). Ainsi, une personne qui aurait un score de 85 en « vocabulaire français » ferait encore en moyenne un score de 85 au bout de quatre ans. Finalement, rebaptisez le test, et appelez-le test d’« aptitude au français » (l’« intelligence du français » ?) et hop là ! Une nouvelle distinction sociale est née ! La distinction entre une « aptitude » forte ou faible « au français ». Mais dans le monde réel on est seulement en train de parler de niveau relatif fort ou faible à des tests de vocabulaire complètement anciens. 2) Ce test a été « validé » par une sélection telle des items qu’ils prédiraient le « succès » au collège – un des arguments de Herrnstein pour identifier le QI à l’« intelligence » – 100 % étant un artefact statistique de cette méthode de validation. 3) Le troisième trait du concept véhiculé par le langage ordinaire – à savoir que le QI est un facteur unique (single) – était plus difficile à établir. Toutes les preuves statistiques se sont révélées être contre cette hypothèse. En fait, il s’avère que plus d’une centaine de facteurs différents contribuent au score de quelqu’un aux tests du QI. Ainsi, on prend juste un cas moyen en s’arrangeant pour que les facteurs en prédisent le succès scolaire, et on appelle le résultat « quotient d’intelligence ». Et de nouveau, voyez ! On a des gens à « QI élevé » et des gens à « QI inférieur », « des gens doués » (un terme que Herrnstein et al. utilisent de façon interchangeable avec « QI élevé ») et des « gens obtus » (terme employé de façon interchangeable avec « QI bas »). Bref, on retrouve dans son intégralité l’usage du concept dans la langue ordinaire – mais maintenant avec l’apparence de l’« objectivité scientifique ».

41Dans une forme d’organisation sociale moins compétitive, la théorie de l’élitisme pourrait bien être remplacée par une théorie différente – la théorie de l’égalitarisme. Cette théorie pourrait dire que les gens ordinaires peuvent faire tout ce qui est dans leur intérêt et le faire bien quand 1) ils sont fortement motivés, et 2) quand ils travaillent collectivement. Après tout, une longue tradition de pensée libertaire, y compris des penseurs aussi différents que Marx et Kropotkine, a soutenu que la séparation radicale du travail intellectuel et du travail manuel, et l’organisation verticale de la société ne sont ni obligatoires du fait de la nature humaine, ni les seules formes concevables d’organisation sociale avancée – qu’une société fondée sur ce que Kropotkine appelait aide mutuelle, plutôt que sur la compétition pour le profit et la coercition par l’État, est concevable et peut bien représenter le cadre dans lequel le potentiel humain d’« activité consciente libre » et de « vie productive » (selon les mots du jeune Marx) peut le mieux se développer. Ceux qui ont imaginé une telle société ont toujours prévu qu’elle apporterait des opportunités énormes pour « plus de science et d’art, plus de savoir diffusé et de culture mentale, plus de loisir pour les salariés, et plus de capacité pour les plaisirs intelligents », comme l’a écrit Russell dans les années 1920. Les estimations égalitaires du potentiel humain reposent sur un certain nombre de faits objectifs. Que la motivation joue un rôle décisif dans l’acquisition de presque tous les savoir-faire, tout le monde en fait l’expérience. Prenez la conduite automobile, par exemple. En général, n’importe qui de fortement motivé peut apprendre à conduire extrêmement bien. On peut être freiné par certains problèmes émotionnels (eux-mêmes souvent liés à des attitudes sociales), par exemple, la nervosité ou l’insécurité générale. Si on essaie d’apprendre la course automobile, alors la peur ou l’absence de peur sera un facteur important. Mais si on est sûr de soi, non peureux ni replié sur soi ou préoccupé par un problème au point de manquer de jugement, alors on peut apprendre à être bien plus talentueux que la moyenne si on en a la motivation.

42La même chose est vraie de n’importe quelle tâche. À nouveau la preuve anthropologique est pertinente. Un adolescent norvégien a une aptitude « exceptionnelle » au ski, selon les standards américains. Un jeune Amazonien a une habileté « fantastique » à la sarbacane. Une ouvrière du Maine peut coudre deux cents cols par heure – parce qu’elle a à nourrir sa famille.

43L’importance du travail collectif est aussi prouvée de multiples façons. Les prisonniers noirs et latinos de la prison d’Attica font sans doute partie du « résidu » au QI peu élevé. Mais ils sont brillamment organisés : chaque révolution populaire de l’Histoire montre que les gens ordinaires peuvent dans une révolution faire des prouesses incroyables d’organisation, de planification, de stratégie, etc.

44Mais l’intelligence collective n’est pas restreinte au contexte d’une révolution. Depuis les années 1950, une série d’études a montré que même dans un contexte de production capitaliste moderne les travailleurs ont de meilleures performances et trouvent leur métier moins frustrant quand la hiérarchie managériale est réduite. Par exemple, les études faites dans des mines de charbon ont montré que des équipes de mineurs travaillant sans contremaître (les tâches étaient réparties par les travailleurs eux-mêmes, avec des rotations à volonté ; ils décidaient du moment où faire une pause, etc. ; seul le groupe entier, et non le travailleur individuel, devait atteindre des quotas de production) obtenaient une meilleure production qu’avec un contremaître, que l’absentéisme était moindre, etc. Aujourd’hui, quand l’industrie automobile fait l’expérience de donner aux équipes de travailleurs un petit peu d’autonomie de cette façon, cela prouve que la raison de tant de hiérarchie, de rigidité et de coercition n’était pas en fait l’efficacité. Les travailleurs ne manquent pas non plus d’intelligence pour fonctionner sans discipline autoritaire. Même si, à mon avis, c’est une erreur sérieuse de considérer la Chine comme une société égalitaire ou libertaire, des expériences similaires menées en Chine (peut-être à bien plus grande échelle, même s’il est difficile d’en être sûr) ont eu des résultats similaires.

45Bien sûr, dire que les gens peuvent résoudre n’importe quel problème collectivement implique quelque chose sur les capacités de la personne individuelle. Résoudre collectivement un problème veut dire que plusieurs personnes font individuellement beaucoup de choses difficiles. Le fait que des individus peuvent faire des choses qui sont censées ne pas être « à leur portée » quand ils sont motivés explique que des groupes de gens s’aidant mutuellement peuvent tout faire s’ils doivent le faire. Mais quelqu’un peut être hautement motivé dans un combat collectif et « manquer de motivation » quand le contexte est celui d’une compétition individuelle – spécialement une compétition dans une situation qui n’est pas à son avantage, ni à celui de son groupe. Le même travailleur peut être extrêmement motivé dans le contexte de l’organisation d’une grève ou de la réorganisation de l’usine si l’occasion lui en est donnée, et extrêmement « non motivé » quand il s’agit de passer le test du QI.

46Je ne suis pas en train de soutenir que le test du QI est simplement un test de motivation. Chez les Blancs des classes moyennes – c’est-à-dire parmi le genre de personnes sur lesquelles le test a été standardisé – il n’y a guère de doute que le test mesure une sorte de capacité liée à la lecture et à l’interprétation d’un matériau écrit, et une sorte de capacité liée au raisonnement abstrait, au sens où sont abstraites les mathématiques et la logique. Je n’entends pas non plus nier que ces capacités ont une composante génétique significative. La forte corrélation entre les scores aux QI de deux vrais jumeaux est un argument de poids en faveur de l’existence d’une telle composante. Mais employer un test conçu pour montrer des différences de capacités cognitives des Blancs de la classe moyenne pour essayer de prouver des différences de capacités cognitives entre la classe moyenne et la classe ouvrière, ou entre les Blancs et les Noirs, est peu sensé. Les ouvriers et les gens spécialement désavantagés n’ont pas la même motivation que les membres des classes moyennes pour acquérir les capacités « scolastiques » que mesurent ces tests – non parce qu’ils sont « apathiques » ou « non motivés » en un sens végétatif, mais parce que ces capacités ne les aideront pas à obtenir de bons métiers ou des vies correctes dans cette société (par exemple, Bowles et Gintis (1973) ont montré que, en l’absence d’années de scolarité ou de famille de milieu aisé, la simple possession d’un QI élevé a un effet négligeable sur le revenu. Ils montrent aussi que l’effet de la scolarité sur le revenu est indépendant de ses effets sur les capacités cognitives mesurées par le test du QI sur l’homme adulte).

47Encore plus important est le fait que ces tests ne mesurent aucune sorte de capacité cognitive absolue pour quiconque – Blanc ou Noir, classe moyenne ou classe ouvrière. Du fait que le QI de Mr. Jones est de 100, vous ne pouvez pas inférer ce qu’il sait ou ce qu’il peut faire ; cela dépend du cadre culturel. Ce point élémentaire ne saurait être trop souligné si on considère les usages couramment faits de ces tests. Le niveau absolu de performance (c’est-à-dire le niveau de savoir manifesté) dans les tests d’intelligence standardisés a considérablement monté depuis 1917. Le QI moyen reste de 100, bien sûr, par définition (rappelez-vous que le QI est une mesure normalisée ; même si nous étions tous aussi forts qu’Einstein, 50 % d’entre nous auraient un QI « inférieur à 100 »). À une époque, lire et écrire étaient des capacités réservées à une toute petite minorité. Si à l’époque, disons, de Charlemagne, on avait suggéré qu’un jour presque tout le monde serait capable de lire et d’écrire, et que les descendants des serfs auraient un vocabulaire de plusieurs milliers de mots, on nous aurait regardés comme on regarderait aujourd’hui quelqu’un qui suggérerait que dans vingt ans on pourra apprendre la logique symbolique à l’école élémentaire, ou que dans deux cents ans tout le monde (y compris les 50 % qui ont un QI inférieur à 100) connaîtra la théorie de la relativité.

48Mais la logique symbolique peut très bien être enseignée à l’école élémentaire dans vingt ans, et je serais très surpris que quelqu’un ignore la théorie de la relativité dans deux cent ans. Que le niveau relatif, eu égard à certaines capacités cognitives, puisse être largement déterminé par la génétique est sans importance sociale si le niveau absolu de capacité que peut atteindre la grande majorité des gens ne connaît de ce fait aucun pic (upper bound).

49Notez que si quelqu’un maintient que les scores au QI connaissent bel et bien un pic par rapport au niveau absolu de capacité que les gens peuvent atteindre – disons que les gens qui ont un QI inférieur à 100 ne pourront jamais apprendre à compter (pas même si nous changeons les méthodes d’enseignement et la situation motivationnelle) – alors il s’engage à soutenir que la prétention analogue au temps de Charlemagne (eu égard au degré d’instruction) était fausse parce que les tâches « intellectuelles » de l’époque de Charlemagne étaient encore trop éloignées de la limite de la capacité humaine absolue, alors que compter est proche de cette limite. Je pense qu’il est difficile de croire que nous avons commencé ne serait-ce qu’à nous approcher d’une quelconque limite absolue de la capacité humaine.

50Ainsi, quand Herrnstein, par exemple, écrit que 50 % de la race humaine avec un QI inférieur à 100 est « inapte » à compter, il est un peu difficile de savoir ce que cela veut dire. Si cela veut dire que, dans les conditions actuelles, les gens qui ont un QI inférieur à 100 ne peuvent pas devenir des gens qui comptent, c’est sans intérêt (Herrnstein, 1971). Mais si cela veut dire que de telles personnes ne peuvent devenir des gens qui comptent même si nous inventons de meilleures méthodes d’enseignement, et si la culture diffère de manière telle qu’ils sont motivés pour apprendre à compter, alors c’est hautement improbable et, en tout cas, absolument pas prouvé. Cependant c’est de cette seconde prétention, absolument pas prouvée, qu’il a besoin pour tirer la conclusion que les gens « à bas QI » sont destinés à rester un « résidu » inemployable dans les sociétés industrielles avancées.

  • 3 Pour un exposé clair de la fonction « légitimante » du QI, voir l’article de Bowles et Gintis cité (...)

51Une fois de plus, nous voyons à l’œuvre les présupposés politiques encastrés dans la notion d’« intelligence » véhiculée par le langage ordinaire. La normalisation de la mesure du QI la rend automatiquement compétitive : à quel point vous êtes « intelligent » est défini, non comme fonction de la quantité de choses que vous pouvez apprendre sur n’importe quelle échelle absolue, mais par quel pourcentage de la population vous pouvez vaincre. Et la mesure est alors utilisée comme si elle était, en fin de compte, une mesure absolue, pour légitimer la stratification qui n’a en fait absolument rien à voir avec le QI3.

Derechef la psychologie

52Si ces réflexions sont justes, alors il vaut la peine de ré-examiner la nature de la psychologie. Le réductionnisme affirme que la psychologie est déductible de l’organisation fonctionnelle du cerveau. Les remarques qui précèdent suggèrent que la psychologie est fortement déterminée par la sociologie. Qui a raison ?

53La réponse est, je le soupçonne, que cela « dépend de ce que vous entendez » par psychologie. Chomsky remarque que « pour autant que nous sachions, les animaux apprennent selon un programme génétiquement déterminé ». Alors que la connaissance scientifique reflète le développement d’un programme d’apprentissage socialement déterminé, il n’y a guère de doute que les formes possibles des programmes socialement déterminés doivent d’une manière ou d’une autre être conditionnées par le « programme génétiquement déterminé » et présupposent l’existence de ce programme chez les membres individuels de la société. La détermination de la vérité de cette hypothèse, et le déchiffrement des détails sont la tâche de la psychologie cognitive. Rien de ce qui est dit ici n’entend minorer l’importance de cette tâche, ou minorer l’importance qu’il y a à déterminer l’organisation fonctionnelle du cerveau. Certains secteurs de la psychologie sont extrêmement proches de la biologie – le travail de Hull sur l’apprentissage de routines, une bonne part du travail sur le renforcement, et ainsi de suite. Ce n’est pas un hasard si, dans mes propres articles réductionnistes, l’exemple d’état psychologique était habituellement la « douleur », un état fortement marqué par la biologie. D’autre part, si l’on pense aux secteurs de la psychologie dont les philosophes et les psychologues cliniciens ont tendance à parler – théories psychologiques de l’« agression », par exemple, ou théories de l’« intelligence », ou théories de la « sexualité » –, il me semble alors que l’on pense aux secteurs de la psychologie qui étudient principalement des croyances sociales et leurs effets sur le comportement individuel.

54Que ces deux faces de la psychologie ne soient pas très clairement distinguées est en soi un effet du réductionnisme. Si elles l’étaient, on devrait avoir remarqué que rien dans la littérature sur l’« intelligence » dans les soixante-quinze dernières années n’a le moins du monde à voir avec la clarification de la nature et de la structure de la capacité cognitive humaine.

Bibliographie

Bowles Samuel & Herbert Gintis (1973), « IQ and the U.S. Class Structure : A Statistical Analysis », Social Policy, 3, p. 65-96.

Davis Martin (1958), Computability and Insolvability, New York, McGraw Hill.

Herrnstein Richard (1971), « QI », Atlantic Monthly, septembre, p. 43-64.

Putnam Hilary (1960), « Minds and Machines », in S. Hook (ed.), Dimensions of Mind : A Symposium, New York, New York University Press, p. 148-179.

Putnam Hilary (1967a), « Psychological Predicates », in W. H. Capitan & D. D. Merrill (eds), Art, Mind, and Religion, Pittsburg, University of Pittsburgh Press, p. 37-48.

Putnam Hilary (1967b), « The Mental Life of Some Machines », in H. N. Castareda (ed.), Intentionality, Minds, and Perception, Detroit, Wayne State University Press, p. 177-214.

Putnam Hilary (1994), Words and Life, Cambridge, Harvard University Press.

Notes

1 Traduction de « Reductionism and the Nature of Psychology », Cognition, 2 (1), 1973, p. 131-146 (reproduit in Putnam, 1994).

2 Pour une présentation des machines de Turing, voir Davis (1958). Il y a aussi une petite monographie attrayante de Trachtenbrot sur le sujet.

3 Pour un exposé clair de la fonction « légitimante » du QI, voir l’article de Bowles et Gintis cité supra.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search