Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Faire des sciences sociales. Généraliser

 | 
Emmanuel Désveaux
, 
Michel de Fornel

Deuxième partie. Horizons d’universalité

La parenté au singulier

Laurent Barry

Texte intégral

Taxinomies logiques et typologiques

1La parenté est une systématique.

2Lorsque nous parlons de notre parenté, nous opérons une classification au sein d’un grand nombre d’éléments – les individus qui nous entourent – et nous incluons un certain nombre d’entre eux dans l’ensemble P de nos « parents ». Nous partons alors de l’idée qu’ils ont plus de points communs – qu’ils sont plus « semblables » entre eux – que les individus que nous excluons de cet ensemble (fig. 1).

Figure 1. L’ensemble P des parents

Figure 1. L’ensemble P des parents

3Ces derniers seront bien entendu à leur tour inclus, mais par d’autres que nous, dans des ensembles P’, P’’, etc. Toutefois, de notre point de vue, ils relèveront tous de l’ensemble indivis et amorphe des « non-parents ».

4Cette première représentation de l’idée d’une classification fondée sur la parenté est bien sûr insuffisante, même si nous ne l’envisageons que comme un simple exercice de cladistique sociologique élémentaire.

5En effet, les taxinomies de parenté sont fondées sur des propriétés particulières qu’elles ne partagent pas avec tous les ensembles. Nombre d’entre eux sont ainsi constitués à partir de la reconnaissance d’une ou plusieurs caractéristiques partagées par leurs éléments sans que ces similitudes ne dénotent une origine commune ni même l’existence de relations particulières entre ces derniers. Si par exemple je classe un ensemble de cubes selon leur taille en mettant ceux dont les arêtes sont égales ou supérieures à 10 cm dans un ensemble A et en laissant de côté les autres (fig. 2), alors j’obtiens bel et bien une taxinomie de cette sorte, que j’appellerai typologique en ce qu’elle ne tient compte que des caractéristiques intrinsèques immédiatement inférables du seul examen des éléments à classer (ici la taille des cubes). En aucun cas les causes à l’origine de l’obtention de ces caractéristiques communes n’interviennent dans ce classement, la diversité dans la taille des cubes – considérons – les comme des objets concrets – pouvant découler de multiples facteurs (de leurs procédés de fabrication, de leurs destinations, etc.).

Figure 2. Ensemble typologique d’objets défini par le critère de la taille

Figure 2. Ensemble typologique d’objets défini par le critère de la taille

6Il en va de même si je considère l’ensemble des gens qui ont bénéficié d’une augmentation de salaire au cours du dernier mois dans les entreprises françaises, celui des personnes qui mesurent moins de 1,80 m ou encore celui des individus dont le prénom commence par un P : dans aucun de ces exemples, l’existence d’une caractéristique commune ne présuppose qu’il existe une cause commune à celle-ci, ni une relation particulière entre ces personnes. Il s’agit toujours de taxinomies typologiques.

7De fait, la parenté ne relève pas de ce premier type de systématique. Par opposition aux taxinomies typologiques dont il vient d’être question, la parenté est fondée sur ce que j’appellerai une taxinomie logique, qui regroupe des éléments (des individus) non à partir des caractéristiques intrinsèquement objectivables qui leur sont propres, mais à partir de l’assomption d’une identité partagée par ceux-ci qui découle de la communauté des causes les ayant produits. Autrement dit, si la clé de la classification est bien fondée, comme pour toute taxinomie, sur le fait que l’ensemble des éléments à classer possèdent des traits communs qui font défaut à ceux qui sont écartés du classement, l’identité de ces traits est ici déterminée par des caractéristiques extrinsèques aux éléments eux-mêmes. La congruence entre les éléments de cet ensemble tient en effet uniquement à la relation (directe ou médiatisée) qui les lie et non à leurs caractéristiques ontologiques propres, et c’est seulement l’actualité ou l’actualisation de ce lien qui justifie qu’on les envisage comme un tout.

8Si nous voulons nous représenter une telle taxinomie logique, le schéma suivant (fig. 3) est sans doute plus approprié que les précédents.

Figure 3. Un modèle de taxinomie logique

Figure 3. Un modèle de taxinomie logique
  • 1 D’une manière générale, les ensembles d’éléments prenant la forme d’un réseau relèvent de la classe (...)

9La parenté n’est bien entendu pas la seule systématique à relever de ce que j’ai désigné ici sous l’expression de taxinomie logique. De facto, tous les ensembles fondés sur l’existence d’une relation entre les éléments qui les composent, plutôt que sur le partage d’une caractéristique commune propre aux éléments de ces derniers, doivent être inclus dans cette catégorie. Ainsi, lorsque j’évoque l’ensemble des particules élémentaires ou des nombres premiers, je fais clairement référence à des taxinomies typologiques1 alors que, si je mentionne l’ensemble des Français ou l’ensemble de mes amis, je me situe clairement dans le cadre des taxinomies logiques. Arrêtons-nous un instant sur ce dernier exemple.

Si on me presse de dire pourquoi je l’aimais, je sens que cela ne se peut exprimer qu’en répondant : « Parce que c’était lui, parce que c’était moi. » (Montaigne, 2009, Livre I, chap. 27).

10Nous connaissons tous cette citation des Essais où Michel de Montaigne semble personnaliser voire essentialiser son amitié pour Étienne de La Boétie (2009, Livre I, chap. 27). Mais connaissons-nous aussi bien le passage qui l’introduit et qui justifie seul de ce final ?

Au demeurant, ce que nous appelons ordinairement amis et amitiés, ce ne sont qu’accointances et familiarités nouées par quelque occasion ou commodité, par le moyen de laquelle nos âmes s’entretiennent. En l’amitié de quoi je parle, elles se mêlent et se confondent l’une en l’autre, d’un mélange si universel qu’elles effacent et ne retrouvent plus la couture qui les a jointes.

11L’amitié confond certes les âmes de ceux qu’elle lie, mais ce n’est pas en examinant leurs traits individuels – la forme de leurs yeux ou la distribution de leurs gènes – que nous pourrons le découvrir. Seulement en prenant acte de l’existence d’une relation singulière et réciproque, en ayant connaissance de ces « accointances et familiarités nouées par quelque occasion ou commodité » dont nous parle Montaigne. Autrement dit, dans l’amitié comme dans la parenté, nous devons faire appel à un objet logique (la relation) extrinsèque aux éléments eux-mêmes (les individus) pour définir ce que nous possédons en commun et qui justifie que nous soyons confondus dans le même ensemble A, des « amis », ou P, des « parents ». Et cette confusion d’éléments autrement hétérogènes, Montaigne nous la dépeint admirablement (ibid.) :

[Car l’amitié] ce n’est pas une spéciale considération, ni deux, ni trois, ni quatre, ni mille : c’est je ne sais quelle quintessence de tout ce mélange, qui, ayant saisi toute ma volonté, l’amena se plonger et se perdre dans la sienne ; qui, ayant saisi toute sa volonté, l’amena se plonger et se perdre en la mienne, d’une faim, d’une concurrence pareille. Je dis perdre, à la vérité, ne nous réservant rien qui nous fût propre, ni qui fût ou sien, ou mien.

Le grand partage

12Mais pourquoi cet intérêt pour la nature de la taxinomie qui sert de base à l’établissement de notre « parenté » ? À quoi mène une telle réflexion ?

13Dans le cas d’une taxinomie typologique – celles des particules élémentaires par exemple – où ce sont les caractéristiques intrinsèques de chaque élément qui déterminent la classification, il semble logique de commencer par s’intéresser aux propriétés individuelles de ces derniers (à leur masse, à la manière dont les lois physiques interagissent avec chacun d’entre eux, etc.). Ce n’est que dans un second temps que l’on s’intéressera aux interactions de ces éléments les uns vis-à-vis des autres, par exemple à la manière dont ils se combinent ou non pour former des sous-ensembles, puis à la manière dont ces sous-ensembles interagissent à leur tour entre eux, etc.

14Au contraire, dans le cadre d’une taxinomie logique, il est évident que nous n’avons pas à nous préoccuper de l’échelle individuelle, dans la mesure où ce ne sont pas les caractéristiques propres aux éléments de l’ensemble qui servent à établir la classification. Ce qui doit attirer en premier lieu notre regard, c’est ce qui la fonde intrinsèquement – la relation entre ses éléments ; ce que nous devrons donc étudier in limine, ce seront la nature et les propriétés de ce lien. Ce n’est que dans une seconde étape que l’on pourra, là aussi, valablement s’interroger sur l’existence de propriétés émergentes résultant de l’interaction de certains des sous-ensembles de ces éléments entre eux.

15Comme on le voit, les priorités dans l’analyse de ces deux formes de taxinomie diffèrent sensiblement. Or, si nous examinons à présent la manière dont les anthropologues ont cherché à appréhender cette taxinomie particulière qu’est la parenté, force est de constater qu’ils ont non seulement pris les choses à l’envers, ce qui n’est pas bien grave, mais surtout qu’ils ont purement et simplement fait l’impasse sur la première et principale étape de l’analyse, ce qui l’est beaucoup plus.

  • 2 Pour les périodes anciennes, il convient de mettre à part deux auteurs : William Halse Rivers d’un (...)

16Il s’agit ici du lien de parenté, autrement dit de la relation qui unit différents éléments-individus entre eux et qui justifie du fait qu’ils soient inclus dans l’ensemble P de nos « parents », lorsque nous envisageons la parenté comme un ensemble cohérent et non du point de vue des sous-ensembles particuliers qui la composent (consanguinité, filiation, affinité, germanité, corésidence, etc.). De ce lien de parenté, il n’en fut pour ainsi dire jamais question en anthropologie2.

17Au cours des soixante dernières années, le petit monde des études anthropologiques s’est concentré sur un tout autre débat portant sur l’incidence d’une dichotomie opposant l’affinité (ou l’alliance) à la consanguinité (ou la filiation). Il consacra ainsi tous ses efforts à une réflexion portant sur les interactions entre deux sous-ensembles de l’ensemble P de la parenté, là où une telle étude n’eut dû au mieux intervenir qu’en tant qu’étape secondaire durant l’examen d’une taxinomie logique. Et, loin d’avoir cédé la place à d’autres réflexions, ce débat se poursuit aujourd’hui encore, quasi inchangé sur le fond quand bien même il recourt à une phraséologie mise au goût du jour (« méta-affinité », affinité « virtuelle » ou « potentielle », etc.), notamment dans les travaux de l’école néostructuraliste franco-brésilienne.

18Je m’en voudrais cependant de trop assombrir un tableau qui se singularise plutôt par ses clairs-obscurs. En effet, en marge des sempiternelles, et à mon avis stériles, anthropologies structuralistes ou néostructuralistes de la parenté, quelques auteurs ont entrepris ces dernières années de déplacer leurs questionnements et de les faire porter précisément sur cette idée de « relation de parenté », celle-là même qui aurait dû servir de prolégomènes et non d’épilogue aux études sur ce champ. Ils s’y sont intéressés principalement par le biais de deux concepts, celui de parentalité (parenthood) en premier lieu, et de relatedness plus récemment.

Parentalité

  • 3 Dans sa variante anglophone de parenthood que j’évoquerai par la suite, il a depuis ses débuts été (...)

19Le concept de « parentalité » (de « parentage » au Québec, de parenthood pour les anglophones) est né dans le contexte des études médico-sociales et psychanalytiques et Serge Lebovici en fut l’un des promoteurs en France. Rapidement et largement adopté par les sociologues de la famille durant les deux dernières décennies (Le Gall et Bettahar, 2000 ; Fassin, Iacub et Lagrave, 2000 ; Fine, 2001a et 2001b ; Mailfert, 2002 ; etc.), son usage anthropologique est demeuré plus confidentiel3.

20De ces origines, ce concept conserve clairement une empreinte psychoaffective qui explique qu’il soit souvent défini comme une relation symbiotique, associant fonction parentale (le fait d’être parent et les dispositions qui y sont associées) et caring (le fait de prendre soin, l’empathie participante). Pourtant, dans sa version anglo-saxonne (parenthood), plus ancienne et plus intéressante pour les anthropologues, il paraissait vouloir cerner non seulement la nature de la relation parent-enfant, envisagée du point de vue du couple – du père (fatherhood) ou de la mère (motherhood) – mais également du point de vue des enfants. Cette idée se présentait donc, dans sa variante anglophone, comme l’expression d’une relation réciproque tandis que, sous sa forme francophone contemporaine (parentalité), elle exprime surtout un point de vue subjectif et singulier – celui des parents (entendu au sens du père et de la mère) –, décliné dans ses différents registres : affectif, juridique et médico-social.

21L’intérêt d’un tel concept pour mon propos (aussi bien dans sa variante anglophone que francophone) tient au fait qu’il est l’un des seuls évoquant l’idée de « parenté » à ne pas se fonder sur un distinguo radical entre consanguinité et alliance. L’exemple le plus frappant en est l’étude des familles dites « recomposées » au sein desquelles l’idée de parentalité offre un ciment qui permet de réunir des éléments que l’anthropologie structuraliste classique aurait dû traiter distinctement : elle introduit des distinctions fondées sur les concepts d’affinité et de consanguinité dans un cadre où l’on perçoit aisément qu’elles sont inappropriées.

22Pour autant, ce concept de parentalité est loin d’être satisfaisant. D’abord, comme nous venons de le voir, parce qu’il s’applique à un univers bien trop restreint : à la seule relation entre parents et enfants. Mais surtout en raison de son profond enracinement dans un terrain particulier : celui des sociétés occidentales modernes et de la « famille nucléaire ». Privé de toute dimension comparative – trop souvent absente des concepts auxquels les sociologues de la famille recourent –, il perd du même coup la plus grande partie de son intérêt pour le champ des études anthropologiques.

Relatedness

  • 4 Le concept sera aussitôt repris par de nombreux travaux anglophones sur la parenté. Par exemple, co (...)

23Une seconde notion semble plus ouverte à cet égard. Il s’agit du concept de relatedness qui fut utilisé dès 1995 par Janet Carsten dans un premier texte, avant d’être vraiment posé comme « concept » sociologique dans l’ouvrage qu’elle dirigea en 2000, Cultures of Relatedness, dont le succès fut immédiat4.

24Le premier avantage du concept de relatedness tient à sa « neutralité », au fait – comme celui de parentalité – qu’il ne se rattache à aucun des concepts de l’anthropologie classique : ni à la consanguinité, à la filiation, à l’alliance ou à la parenté spirituelle ou fictive, ni même finalement au seul domaine de la parenté. Le second découle du fait qu’il nous propose une vision extensive de l’idée de lien qui ne se réduit pas (contrairement au concept de parentalité cette fois) aux interrelations parents-enfants et au cadre de la famille nucléaire occidentale. Il permet ainsi de décrire des relations bien plus complexes (liens à la parenté lointaine, relations intralignagères ou interlignagères, etc.) dont les ethnologues ont aussi à rendre compte.

  • 5 L’expression est trompeuse car elle ne désigne en réalité qu’une petite partie des travaux récents (...)

25Les atouts de ce concept expliquent son succès immédiat notamment auprès des anthropologues travaillant sur les usages (économiques, juridiques, etc.) et sur les dimensions (surtout éthiques et biomédicales) de la parenté. Jean-Hughes Déchaux revient, dans sa note critique (2006, p. 615), sur ce qu’il appelle les new kinskip studies5 (nouvelles études de parenté) :

[On préférera] au concept de parenté, qui reste marqué par le biocentrisme, celui plus franchement sociologique de « relatedness ». Il s’agira donc d’étudier comment les individus entrent en rapport les uns avec les autres, établissent entre eux similitudes et différences en se fondant sur des idiomes ou des ontologies culturelles, bref comment ils construisent leurs liens et leur donnent sens. Parenté, commensalité, amitié, ethnicité, nationalité n’ont plus à être opposées a priori. Elles sont autant de modalités, plus ou moins différentes ou similaires, de « relatedness » que le chercheur rapproche, confronte.

26Pourtant, l’utilité de ce concept va être fortement réduite du fait de ce qui pouvait apparaître en première analyse comme l’une de ses principales qualités : sa plasticité. Ce concept n’a en effet jamais été défini très précisément dans la mesure où les auteurs qui l’emploient s’intéressent souvent plus aux effets d’externalisation de la parenté – aux relations d’homologies qu’elle entretient avec d’autres types de liens (d’interdépendance économique ou politique, de réseaux sociaux, etc.) – plutôt qu’à sa spécificité, à sa nature propre ou à ses propriétés. Or, le fait même que ce concept définisse une classe de liens sociologiques très vaste – ceux, comme le remarque Déchaux, qui cimentent des institutions comme l’amitié, la parenté, l’ethnicité, etc. – et que les auteurs qui l’emploient s’abstiennent de préciser l’usage et les propriétés singulières de chacun d’entre eux en fonction des différents domaines où ils s’appliquent, revient finalement au même que si je devais en rester dans ce texte à la définition de la classe générale des taxinomies logiques sans m’efforcer de préciser par la suite ce qui distingue dans ce cadre le lien de parenté des liens d’amitié, de nationalité, etc. Nous aboutirions alors à un aimable flou sociologique. Or, c’est à un tel usage très impressionniste du concept de relatedness que nous en sommes restés aujourd’hui et c’est ce qui pourrait, une fois l’effet de mode passé, le condamner à terme à connaître le destin que d’autres fuzzy notions connurent en leurs temps. Celle, lévi-straussienne, de « maison » ou celle, bourdieusienne, de « stratégie matrimoniale » par exemple. Celui d’un de ces « concepts-joker » éminemment plastiques, qui s’adaptent d’autant plus facilement à toutes les situations et à tous les contextes culturels qu’ils ne rendent véritablement compte d’aucun d’entre eux.

27Pour échapper à l’alternative consistant soit à gagner en précision en renonçant à toute généralité avec le concept de parentalité, soit à gagner en généralité mais en perdant toute capacité à décrire des objets singuliers avec la notion de relatedness, je vais m’efforcer de redéfinir ici, en m’appuyant sur l’ethnographie, un concept plus ancien mais qui propose il me semble un bon compromis analytique. Ce concept, situé à mi-distance du particularisme excessif de la parentalité et de l’holisme exagéré de la relatedness, c’est celui de lien de parenté.

Le lien et sa nature

28Pour ce faire, commençons par poser quelques jalons simples. Demandons-nous tout d’abord de quoi, lorsque nous évoquons l’idée de parenté, nous sommes à peu près sûrs.

29En premier lieu, il y a l’existence d’un credo universellement partagé. Ce credo indique que l’homme et la femme ne se pensent à l’ordinaire ni comme le fruit d’une génération spontanée – comme des entités apparues ex nihilo – ni comme le produit de ce que l’Ancien Régime appelait une « génération fortuite » – comme nés d’autre chose que d’êtres semblables à eux-mêmes.

  • 6 Cela pose bien sûr la question du point d’origine et, dans la majeure partie des récits anthropogon (...)
  • 7 Maurice Godelier (2004) place même ce constat au cœur de sa réflexion sur la parenté-que les humain (...)

30Il en va ainsi de notre intelligence de la génération comme de notre intelligence du monde en général. Elle est, comme le soutenait Bergson (1991), gouvernée par un principe premier et intangible où « le même produit le même ». Et toutes les sociétés humaines admettent que, dans le cours ordinaire de la vie mondaine6, il faut, pour créer des individus, qu’il existe au préalable d’autres individus de la même espèce. Pour qu’une génération advienne, il faut qu’une autre l’ait précédée sur la scène7.

31Ce prologue d’une désarmante simplicité – ce sont des individus singuliers d’une génération donnée qui engendrent les individus singuliers de la génération suivante – sert, ce sera ma première hypothèse, toujours et partout de patron, de modèle de base à la relation de parenté elle-même. Quant à la complexité de cette dernière, elle tient à la grande variabilité des représentations que nous pouvons mettre en place à partir d’un constat aussi élémentaire.

Les modes de la génération

32Entendons-nous bien. Je parle ici de patron et de modèle fournis par l’idée de génération et en aucun cas de l’acte d’engendrement dans la vision moderne, scientifique et biologique que nous en avons. La procréation biologique n’est que l’une des variantes possibles dans la manière dont nous nous représentons la création du lien entre générations ; elle ne suit donc pas à créer une relation sociologiquement pertinente entre les individus qui engendrent et ceux qui sont engendrés.

  • 8 À l’exception des cas d’abandons complets ou d’expositions bien entendu, qui équivalent souvent à u (...)

33La parenté sociale et la reproduction biologique sont deux choses bien distinctes et, même pour nos sociétés occidentales modernes qui tendent à valoriser de plus en plus le credo du tout génétique, être un géniteur n’a jamais été une condition ni suffisante ni nécessaire pour être un parent. Et ce constat vaut aussi bien pour l’homme que pour la femme. Partout et toujours en revanche8, l’enfant est inséré dès sa naissance – et même avant sa naissance – dans un premier réseau de sociabilité pensé et reconnu, où figurent certains adultes plutôt que d’autres. C’est bien de ce premier lien social dont je parle et non de biologie quand j’évoque le concept de génération.

34À côté de la simple conjonction charnelle, différentes institutions sont en effet tout aussi à même de créer ce lien générationnel qui sert de base au lien de parenté.

35C’est le cas de l’adoption bien évidemment. Il n’est pas vraiment utile de s’étendre sur ce point, sauf à remarquer que, dans certaines sociétés ou communautés – on pense évidemment aux classes patriciennes dans le monde romain antique –, elle peut servir aussi souvent que son pendant biologique, l’engendrement, à établir un lien de parenté entre les générations.

36C’est aussi le cas, on y pense moins souvent, du lien matrimonial avec un parent de l’enfant qui, dans certaines sociétés, peut créer à son tour un lien de parenté avec ce dernier. Dans la Chine ancienne, par exemple, en devenant l’épouse principale d’un homme, une femme devenait du même coup la mère de tous les enfants que son époux avait eus avant ce mariage (Granet, 1920 et 1929 ; Couvreur, 1899 et 1951). A contrario, chez les Tswana d’Afrique méridionale, l’établissement du premier lien matrimonial vaut à un homme de devenir père, y compris après sa propre mort (Schapera, 1953, 1963a et 1963b ; Schapera et Comarof, 1991). Il se verra en effet attribuer les enfants que sa veuve pourra avoir avec l’un des parents de son défunt époux, parent qui « apportera la graine » pour le compte du de cujus afin de ne pas laisser son union ab intestat. Ces deux situations semblent bien différentes : ici le mariage d’un homme lui assure la paternité sur toute la descendance future de sa femme, là le mariage d’une femme avec un homme lui assure la maternité sur toute la descendance passée de son époux. Et pourtant, dans les deux cas, c’est le mariage qui fonde la parenté de l’un des deux parents et non sa participation à l’engendrement.

37Enfin, au lien génésique, on peut substituer (en général pour l’homme) un simple rituel de couvade, une cérémonie d’imposition du nom ou, comme nous le faisons, une reconnaissance en paternité à l’état civil ; somme toute, une série d’actes purement déclaratifs qui ne nécessitent aucunement que celui qui s’y prête soit le géniteur des enfants dont il est le père.

38C’est donc bien le concept de génération lui-même qu’il nous faut considérer comme servant de trame au lien de parenté et non l’une ou l’autre de ses expressions particulières, celle que propose la reproduction sexuée par exemple.

  • 9 « Kinship as a symbol system is built on consanguineal and affinal elements » (traduit par nos soin (...)

39En ce sens, j’utiliserai ici les termes de patron et de modèle et le concept de génération exactement dans le sens où David M. Schneider utilisait celui de « symbole » et l’expression de « système de symboles » lorsqu’il écrivait : « La parenté comme système de symbole est fondée sur des élements de consanguinité et d’affinité9 » (1964, p. 181).

L’imitation de la naissance

40Cette confusion entre le concept de génération et celui d’engendrement est évidemment plus compréhensible si nous considérons que, dans bien des cas, les conditions d’imposition du premier sont elles-mêmes calquées sur celles du second. Soit elles imitent ou cherchent à se lier à l’acte d’engendrement, soit elles adoptent certaines de ses contraintes formelles.

  • 10 La polygamie ne fait pas exception. Si cette forme d’union admet synchroniquement une pluralité de (...)

41Ainsi, la relation primordiale créée par la génération lie soit un individu singulier, soit un couple appartenant à une génération donnée, à d’autres individus singuliers de la génération suivante. Le lien générationnel – c’est là un constat empirique et non un impératif logique – ne lie jamais une pluralité de couples à une même descendance, contrairement aux dispositions que Lewis Henry Morgan (1871) puis Friedrich Engels (2004) prêtèrent aux supposés « mariages de groupe » de la « horde primitive10 ».

42Le lien de génération ne va ainsi jamais au-delà du modèle que lui fournit la relation d’engendrement, quand bien même il peut aller en deçà de ce modèle, ou plus exactement en deçà de la variante scientifique occidentale contemporaine de celui-ci, dans la mesure où il peut postuler qu’un individu seul suit à créer le lien de parenté avec la génération suivante, comme nous le verrons. Et dans ce dernier cas, il se situe toujours dans une logique mimétique vis-à-vis de l’acte d’engendrement qui lui sert de modèle, puisque les représentations de ce dernier connaissent elles aussi des variantes monogénétiques où seul l’un des parents est censé participer à la reproduction.

43Les actes purement déclaratifs eux-mêmes, par lesquels on pourra établir le lien de parenté, prennent le plus souvent pour patron évident la naissance. Ainsi, ils doivent souvent se dérouler immédiatement après celle-ci. Le inde par exemple, l’imposition du nom qui chez les Peuls du Cameroun vaut reconnaissance en paternité, se fait sept jours après la délivrance. Lorsqu’ils ne sont pas limités dans le temps, ces actes déclaratifs peuvent être fictivement reliés à l’accouchement : en France, par exemple, la reconnaissance en paternité est inscrite sur l’acte de naissance de l’enfant et sa valeur déclarative vaut rétroactivement au jour de la délivrance. Enfin, les actes cérémoniels ou rituels qui légalisent et rendent publique la paternité imitent ou reprennent fréquemment différents éléments liés à la naissance et au rôle maternel. Le père chez les Mérinas de Madagascar par exemple s’accroupit et place l’enfant entre ses genoux dans la position de la femme qui accouche. Là, il le nourrit, tâche qui incombe normalement à la seule mère durant la prime enfance du nourrisson (Molet, 1979). Si cette pratique malgache nous semble trop « exotique », demandons-nous ce que signifie pour nous l’injonction morale qui veut qu’un « bon père » se doive d’être présent au côté de la parturiente et de l’assister dans la salle de délivrance ? Cette pratique d’apparence si « moderne » – elle aurait horrifié les hommes et les femmes du xixe siècle – n’est évidemment qu’une actualisation de cette vieille institution que connaissent aussi les Mérinas : celle de la couvade.

La variable sexuelle

44Penchons-nous à nouveau sur cette idée selon laquelle il faut qu’il existe déjà des individus pour créer d’autres individus, autrement dit sur le constat selon lequel le lien générationnel (qu’il ait un fondement biologique ou purement déclaratif importe peu à ce stade) est un postulat implicite universellement partagé. Et demandons-nous alors : de quels individus est-il donc question ?

45Chaque société peut user de critères variables pour distinguer les individus qui la composent : selon qu’ils sont grands ou petits, noirs ou blancs, guerriers ou prophètes. Mais il n’est qu’un seul et unique critère distinctif qui soit commun à l’ensemble du vivant (exception faite des espèces parthénogénétiques) et qui puisse toujours et partout fournir une clé de classification secondaire en sus de celle fondée sur la distinction et la succession des générations. Ce second critère classificatoire tient au simple fait que les humains se répartissent et se distinguent selon deux sexes – mâle et femelle –, et, à ma connaissance, aucune société n’a totalement éludé ce constat.

46Le lien de parenté ne repose pas finalement sur une unique relation, quand bien même nous pourrions la décliner sous de nombreux aspects (biologiques, déclaratifs, rituels, etc.), mais bien, c’est du moins mon hypothèse, sur deux dimensions fondamentales.

47La première recouvre l’idée de génération (et non de procréation) comme nous venons de le voir. Il nous faut considérer cette première dimension comme une constante, dans la mesure où elle est toujours présente dans la définition de la parenté.

48La seconde dimension stipule l’existence d’une distinction de sexe (ou plus précisément de genre). Il nous faut alors envisager cette dimension comme une variable, autrement dit comme un critère qui peut ou non intervenir – et, dans ce cas, de différentes manières – dans la définition du lien de parenté.

49Si, en effet, le lien de parenté se fonde sur l’idée que des « individus » sont créés par d’autres individus et que de cela découle une relation spécifique entre le « produit » et son « origine », il va toujours être possible – mais en rien obligatoire – de substituer à la catégorie « individus » dans l’expression « des individus singuliers donnent naissance à d’autres individus singuliers » l’une ou l’autre ou l’une et l’autre catégories de genre. Autrement dit, on pourra toujours établir au sein d’un premier découpage fondé sur la reconnaissance de la génération, une classification secondaire fondée sur le sexe. Or, c’est singulièrement l’intrusion de cette variable sexuelle qui va forclore toute possibilité de penser le lien de parenté à partir de l’une ou l’autre des catégories – filiation, consanguinité, alliance, germanité, etc. – de l’anthropologie classique, et nous amener nolens volens à le concevoir comme une relation qui les contient toutes en germe.

50Représentons schématiquement le lien de parenté sous la forme purement générationnelle que nous lui avons jusqu’à présent accordé (fig. 4).

Figure 4. Le lien de parenté sous sa forme générationnelle

Figure 4. Le lien de parenté sous sa forme générationnelle
  • 11 Je représente ici la génération supérieure en y incluant deux individus pour indiquer la possibilit (...)

511) Le lien de parenté est ici déterminé par le fait que des individus singuliers en G + 1 (symbolisés par des quadrilatères11) donnent naissance à d’autres individus singuliers en G 0.

52Cette manière de représenter ce lien suppose bien sûr que l’on ne tienne compte que de la dimension générationnelle et que l’on fasse i du fait que les individus en G + 1 sont de l’un ou de l’autre sexe. Une société qui adopterait cette représentation n’ignorerait pas l’existence des catégories de genre, mais simplement jugerait qu’il n’est pas nécessaire de les prendre en considération dans la création du lien entre générations. Une telle société considérerait ainsi que, en matière de parenté, le lien à une femme (la mère) est de même nature et possède des propriétés identiques que celui à un homme (le père). Par défaut, un lien générationnel qui ne retient pas le genre comme critère pertinent fait de l’homme et de la femme de parfaits égaux pour ce qui a trait à la relation qu’ils entretiennent avec la génération suivante.

53Considérons donc cette première forme (fig. 4) comme l’une des expressions logiques particulières possibles du lien de parenté. À partir de là, rien ne s’oppose non plus à ce qu’un certain nombre d’autres sociétés aient jugé, au contraire, que la différence de genre induisait une variabilité dans la nature du lien de parenté lui-même, d’autant que cette différence en produit dans de nombreux aspects de l’organisation sociale : dans la division du travail bien sûr, mais aussi dans la classification des choses, des idées et des êtres.

54Nous pouvons représenter cet autre point de vue de la façon suivante (fig. 5).

Figure 5. Partition genrée du lien de parenté

Figure 5. Partition genrée du lien de parenté

552) Le lien de parenté est ici déterminé par le fait que des individus singuliers de l’un et de l’autre sexe en G + 1 donnent naissance à d’autres individus singuliers en G 0.

56Plutôt qu’en termes de parenthood si vous préférez, une telle représentation du lien parental suppose que l’on pense en termes de catégories complémentaires, de fatherhood et de motherhood ; elle met donc l’accent sur la différence de nature des relations au père et à la mère, plutôt que sur ce qu’elles ont en commun comme c’était le cas dans la figure précédente (fig. 4).

57Certes, le lien de parenté lie toujours les enfants à l’un ou l’autre de leurs « parents » comme dans le premier cas (fig. 4, p. 138), mais l’irruption du critère du genre nous indique que la nature même de ce lien est fonction du sexe du parent qui lui sert de point d’origine. Le lien de parenté est ici sexué, quand il était asexué dans la variante précédente.

58Enfin, si une société considère que le genre est une variable pertinente et importante de la relation de parenté, rien ne nous dit qu’elle accorde un même poids à l’un et à l’autre sexe. Il est parfaitement envisageable qu’elle considère que seul l’un des deux sexes (ou surtout l’un d’entre eux) participe à la création du lien de génération. Dans ce cas, deux nouvelles configurations émergent de la simple déclinaison logique des états que peut prendre la variable du genre. En effet, soit l’on accorde un rôle prééminent (ou exclusif) au sexe féminin dans la création de ce lien, ce que nous pouvons représenter ainsi (fig. 6) :

Figure 6. Accentuation utérine du lien de parenté

Figure 6. Accentuation utérine du lien de parenté

59Soit, a contrario, l’on pose que le sexe masculin est déterminant dans la création du lien entre les générations, ce que nous représenterons de la sorte (fig. 7) :

Figure 7. Accentuation agnatique du lien de parenté

Figure 7. Accentuation agnatique du lien de parenté

60Ces deux dernières configurations portent finalement à quatre les grandes variantes possibles de la manière dont nous pouvons envisager le lien de parenté à partir de ces deux dimensions principales que sont le sexe et le genre. Elles n’impliquent pas que le sexe qui ne participe pas – ou moins – à l’établissement du lien de parenté n’a aucun rôle à jouer dans l’éducation ou la socialisation de la progéniture de son ou sa partenaire. Elles indiquent simplement qu’il ne sera pas inclus dans l’ensemble P de notre « parenté » et par conséquent, qu’il ne sera pas vraiment l’un de nos « proches », l’un des « nôtres », avec les impératifs positifs ou négatifs (en particulier en termes d’interdits incestueux) que cette inclusion implique.

Consanguinité, affinité, germanité

61Il me reste à justifier un argument que j’ai avancé un peu plus tôt : celui selon lequel l’étude de la relation de parenté ne privilégie aucune des catégories ou des concepts de l’anthropologie classique mais doit être envisagée comme un node relationnel qui les réunit tous.

62Reprenons pour ce faire le premier de nos schémas (fig. 4, p. 138).

63Le credo qui le fonde, selon lequel « ce sont des individus singuliers d’une génération donnée qui engendrent les individus singuliers de la génération suivante », n’accorde aucune préséance à la relation de consanguinité sur celle d’affinité, ou même sur celle de germanité.

Figures 8 a et b. Les deux variantes du lien de parenté sous sa forme générationnelle

Figures 8 a et b. Les deux variantes du lien de parenté sous sa forme générationnelle
  • 12 Bien entendu, le fait que, dans une société donnée, la relation entre plusieurs adultes - qu’on l’a (...)

64Bien sûr, il toujours possible de privilégier une lecture de cette figure qui mettra en avant la composante générationnelle et diachronique de la relation en oubliant sa composante sexuelle. Dans ce cas, nous obtenons des schémas de cet ordre (fig. 8 a) ou plus équivoques encore (fig. 8 b) qui semblent privilégier les concepts de consanguinité ou de filiation recourant eux aussi à une armature générationnelle12.

65Tout ce qu’ils nous apprennent en réalité, c’est que nous avons privilégié un point de vue plutôt qu’un autre. Car il est tout à fait possible de mettre a contrario l’accent sur la composante sexuelle plutôt que générationnelle. Dès lors, nous obtenons une représentation (fig. 9) qui met en valeur la conjugalité et/ou la relation d’alliance.

Figure 9. Accentuation de l’affinité dans le lien de parenté

Figure 9. Accentuation de l’affinité dans le lien de parenté

66L’idée même selon laquelle plusieurs individus peuvent être à l’origine du lien de parenté implique qu’il existe un lien entre eux exactement au même titre qu’il en existe un entre chacun d’entre eux et leur progéniture. Et ce lien, si l’on suppose que les deux sexes y participent, renvoie bien entendu à l’émergence d’institutions particulières : au couple, au mariage, à l’alliance, au concubinage, etc.

67Ces dimensions du mariage/de l’affinité ou de la consanguinité/de la filiation ne sont pas les seules à être inhérentes à la relation de parenté. L’imbrication de la dimension du genre et de celle de la génération fournit en effet immédiatement un cadre viable pour l’établissement d’un troisième type de relation sur laquelle certains ethnologues ont mis l’accent : la germanité (Jamous, 1995 ; Bénéï, 1997 ; etc.).

68Tout comme nous pouvons mettre l’accent sur la composante sexuelle ou générationnelle du lien de parenté, nous pouvons aussi isoler une dernière composante qui découle de la définition même de celle-ci, du simple fait que « ce sont des individus singuliers d’une génération donnée qui engendrent les individus singuliers de la génération suivante ». L’accent est alors mis non plus sur le pluriel du point d’origine – celui qui marque la composante sexuelle –, mais sur le pluriel qui marque le produit et signale que plusieurs individus de même génération peuvent être insérés dans un unique lien de parenté par et dès leur naissance (fig. 10).

Figure 10. Accentuation de la germanité dans le lien de parenté

Figure 10. Accentuation de la germanité dans le lien de parenté

La parenté pas à pas

69J’aimerais à présent conclure cet examen du lien de parenté par celui de l’une de ses propriétés qui découle directement de l’appartenance de la parenté aux taxinomies logiques. Cette propriété nous permet de vérifier le caractère exclusivement relationnel de la relation de parenté mais aussi, en montrant le rapport étroit qu’elle entretient avec les interdits matrimoniaux, de corroborer une démonstration entreprise ailleurs (Barry, 2008), selon laquelle la prohibition de l’inceste est une qualité première et inhérente à la parenté.

70Le lien parental a en effet pour particularité d’opérer toujours de « proche en proche », suivant un schéma opératoire que je désignerai comme celui d’une « inclusion pas à pas » (step-by-step inclusion). Pour décrire ce phénomène de manière aussi simple que possible, disons que, si je considère que je suis parent avec quelqu’un, alors tous les individus que je dois prendre en compte pour décrire ma relation avec cet individu sont obligatoirement mes « parents ». Par exemple, si je considère qu’Amélie, ma cousine croisée patrilatérale, est ma « parente », alors cela implique que sa mère et le frère de sa mère (mon père) sont tous mes « parents ». Ce raisonnement reste vrai quelle que soit la longueur ou la complexité de la relation envisagée et selon qu’elle fasse intervenir des « maillons » liés par la consanguinité, par le mariage, par l’adoption ou par tout autre procédé.

  • 13 La nature relationnelle de la parenté qui transparaît dans son mode opératoire et sa construction d (...)

71Une telle propriété selon laquelle la parenté opère de « proche en proche » semble triviale à première vue, dans la mesure où cette opération paraît relever d’une étape obligée dans la construction du champ parental autour d’un ego donné. Pourtant, un minimum de réflexion nous montre que cette pseudo-évidence tient à l’habitude que nous avons d’envisager la construction de la relation de parenté d’une certaine manière plutôt qu’à envisager toutes celles qui sont possibles. Car il existe bien d’autres méthodes logiques pour construire une taxinomie familiale. Ainsi, je peux par exemple considérer que je suis parent avec les individus avec lesquels je suis lié généalogiquement et qui appartiennent à des générations alternées (donc avec les individus de G 0, de G + 2 et G-2), mais pas avec ceux de G + 1 et G-1 qui seront en revanche parents les uns des autres. Ou encore, je peux considérer que ne sont mes parents que les individus qui me sont liés généalogiquement et qui sont de ma génération. Dans ces deux exemples, je serai parent avec mes cousins, mais pas avec mon père ou ma mère, ni avec mes oncles et mes tantes qui seraient eux-mêmes les père et mère de ces cousins, mes seuls « parents ». Je n’évoque bien entendu ces systèmes imaginaires qu’à titre d’exemple, et l’on pourrait aisément en imaginer d’autres. Ce qu’il faut retenir ici c’est que de telles classifications hypothétiques respectent pourtant la logique de base de la parenté qui est de poser des règles pour inclure ou exclure des individus généalogiquement ou conventionnellement liés les uns aux autres, et qu’elles recourent aux matériaux de base (la génération, la germanité, etc.) qui sont utilisés dans des systèmes de parenté bien réels. Pourtant, si nous nous tournons vers l’ethnographie ou vers l’histoire, force est de constater qu’aucun de ces systèmes hypothétiques qui dérogeraient au principe d’une construction « pas à pas » de la parenté n’existe ni n’a jamais existé. Pour paraphraser une expression célèbre, « la parenté ne fait pas de saut13 ».

  • 14 Reposant dès lors à nouveaux frais le débat classique de l’anthropologie initié par l’anthropologue (...)

72Pour singulier qu’il soit, l’existence de cet invariant – ce phénomène d’« inclusion pas à pas » – conforte la nature proprement relationnelle qui ne peut par définition se développer que par un procédé de « proche en proche », plutôt que la nature catégorielle de la parenté14, et justifie de son appartenance aux taxinomies logiques. Il témoigne aussi en faveur de l’idée selon laquelle la relation de parenté ne peut être subordonnée aux catégories classiques que l’anthropologie a forgées : à la consanguinité, à l’alliance ou à la germanité, dans la mesure où cette « inclusion pas à pas » est susceptible de se développer harmonieusement dans toutes ces dimensions. La seule véritable limite à son extension recoupe en définitive celle que nous retenons comme cadre pour les représentations locales de nos identités collectives. Les limites de ces « nous » qui découpent les multitudes autrement anonymes qui nous entourent en des séries d’ensembles qui nous sont familiers ; les ensembles P de notre « parenté ».

Bibliographie

Bibliographie

Barry Laurent, 1998, « Le tiers exclu », L’Homme, 38 (146), p. 233-247.

— 2008, La parenté, Paris, Gallimard (« Folio. Essais »).

Bénéï Véronique, 1997, « De l’importance de la relation frère-sœur au Maharashtra (Inde) », L’Homme, 37 (141), p. 25-53.

Bergson Henri, 1991 [1907], L’évolution créatrice, Paris, Puf (coll. « Quadrige »).

Cai Hua, 1997, Une société sans père ni mari. Les Na de Chine, Paris, Puf (coll. « Ethnologies »).

Carsten Janet, 1995, « The substance of kinship and the heat of the hearth : Feeding, personhood, and relatedness among Malays in Pulau Langkawi », American Ethnologist, 22 (2), p. 223-241.

Carsten Janet (ed.), 2000, Cultures of Relatedness : New Approaches to the Study of Kinship, Cambridge, Cambridge University Press.

Couvreur Séraphin (ed.), 1899, Lì Kí ou Mémoires sur les bienséances et les cérémonies, texte chinois avec trad. par Séraphin Couvreur, 2 vol., Ho Kien Fou, Imprimerie de la Mission catholique.

— 1951, I-LI Cérémonial, trad. par Séraphin Couvreur, Les Humanités d’Extrême-Orient, Cathasia, série culturelle des Hautes Études de Tien-Tsin, Paris, Les Belles Lettres.

Déchaux Jean-Hugues, 2006, « Les études sur la parenté. Néoclassicisime et nouvelle vague », Ophrys. Revue française de sociologie, 47 (3), p. 591-619.

Désveaux Emmanuel, 2001, Quadratura Americana. Essai d’anthropologie lévi-straussienne, Genève, Georg (coll. « Ethnos »).

Engels Friedrich, 2004 [1884], L’origine de la famille, de la propriété privée et de l’État, Bruxelles, Éditions Tribord.

Fassin Éric, Iacub Marcella et Lagrave Rose-Marie, 2000, « Parentalité et filiation face aux discriminations. L’égalité entre les sexes et les sexualités au principe d’une nouvelle approche de la famille », Mouvements, 8, p. 70-82.

Fine Agnès, 2001a, « Vers une reconnaissance de la pluriparentalité », Esprit, 3-4, L’un et l’autre sexe, p. 40-52.

— 2001b, « Pluriparentalités et système de filiation dans les sociétés occidentales », dans Didier Le Gall et Yasmina Bettahar (eds.), p. 63-93.

Godelier Maurice, 2004, Métamorphoses de la parenté, Paris, Fayard.

Granet Marcel, 1920, La polygynie sororale et le sororat dans la Chine féodale. Étude sur les formes anciennes de la polygamie chinoise, Paris, Ernest Leroux.

— 1929, La civilisation chinoise. La vie publique et la vie privée, Corbeil, La Renaissance du livre (coll. « Bibliothèque de synthèse historique. L’évolution de l’humanité »).

Jamous Raymond, 1995, La relation frère-sœur. Parenté et rites chez les Meo de l’Inde du Nord, Paris, Éditions de l’EHESS.

Jean Chrysostome, 1864, « Épître aux Romains », dans Ouvres complètes, t. X, trad. par Jean-Baptiste Jeannin, Bar-le-Duc, L. Guérin et Cie éditeurs, p. 189-433.

Kroeber Alfred L., 1909, « Classificatory systems of relationship », The Journal of the Royal Anthropological Institute of Great Britain and Ireland, 39, p. 77-84.

Leach Edmund R., 1968, « Repenser l’anthropologie », Critique de l’anthropologie, trad. par Dan Sperber et Serge Thion, Paris, Puf (coll. « Sup, Le Sociologue »), p. 11-54.

Le Gall Didier et Bettahar Yamina (eds.), 2001, La pluriparentalité, Paris, Puf (coll. « Sociologie d’aujourd’hui »).

Lévi-Strauss Claude, 1967 [1949], Les structures élémentaires de la parenté, 2 e éd., Paris-La Haye, Mouton.

Mailfert Martha, 2002, « Homosexualité et parentalité », Socioanthropologie, 11, Attirances, p. 63-85.

Molet Louis, 1979, La conception malgache du monde, du surnaturel et de l’homme en Imerina, vol. 2, Anthropologie, Paris, L’Harmattan.

Montaigne Michel de, 2009 [1580], Essais, Paris, Pocket (« Classiques »).

Morgan Lewis Henry, 1871, Systems of Consanguinity and Affinity of the Human Family, Washington, Smithsonian Institution Press.

Rivers William Halse, 1914, Kinship and Social Organization, Cambridge-Londres, Constable and Co.

— 1915a, « Marriage », dans James Hastings (ed.), Encyclopædia of Religion and Ethics, vol. VIII, Édimbourg, T. & T. Clarck, p. 423-432.

— 1915b, « Mother Right », dans James Hastings (ed.), Encyclopædia of Religion and Ethics, vol. VIII, Édimbourg, T. &T. Clarck, col. 851a.

Schapera Isaac, 1953 [1950], « Parenté et mariage chez les Tswana », dans Alfred R. Radclife-Brown et Darryll Forde (eds.), Systèmes familiaux et matrimoniaux en Afrique, trad. révisée par Marcel Griaule, Paris, Puf (coll. « Bibliothèque de sociologie contemporaine »), p. 178-212.

— 1963a, « Agnatic marriage in Tswana royal families », dans Isaac Schapera (ed.), Studies in Kinship and Marriage, préf. d’Edwards E. Evans-Pritchard, Londres, Royal Anthropological Institute of Great Britain and Ireland (« Royal Anthropological Institute Occasional Paper »), p. 103-113.

— 1963b [1949], « The Tswana conception of incest », dans Meyer Fortes (ed.), Social Structure : Studies Presented to Alfred R. Radclife-Brown, New York, Russel and Russel, p. 104-120.

Schapera Isaac et Comaroff John L., 1991, The Tswana, éd. révisée, Londres-New York, Kegan Paul International African Institute-Wiley.

Schneider David M., 1964, « The nature of kinship », Man, 64, p. 180-181.

Schweitzer Peter (ed.), 2000, Dividends of Kinship : Meanings and Uses of Social Relatedness, Londres-New York, Routledge.

Veyne Paul, 1978, « La famille et l’amour sous le Haut-Empire romain », Annales. Économies, sociétés, civilisations, 33 (1), p. 35-63.

Zempléni Andras, 1991, « L’amie et l’étranger », Autrement, 57 (2), La fidélité. Un horizon, un échange, une mémoire, p. 57-74.

Notes

1 D’une manière générale, les ensembles d’éléments prenant la forme d’un réseau relèvent de la classe des taxinomies logiques sans pour autant que cette dernière catégorie se résume à la première. Ainsi, les notions de voisinage ou de nationalité qui relèvent des taxinomies logiques ne sont pas transposables en l’état dans une approche en termes de networks studies (étude des réseaux), là où celle d’amitié par exemple l’est. Au contraire, la plupart des ensembles mathématiques relèvent de facto des taxinomies typologiques. Notons enfin que, bien souvent, les taxinomies sont à la fois logiques et typologiques : ainsi l’ensemble constitué par les membres d’une même espèce (animale ou végétale) dans la classification linnéenne fait fond sur une taxinomie logique (l’origine commune de ses éléments), laquelle se déduit de facto de caractéristiques anatomiques partagées, qui en font aussi une taxinomie typologique.

2 Pour les périodes anciennes, il convient de mettre à part deux auteurs : William Halse Rivers d’un côté, qui dans son ouvrage Kinship and Social Organization (1914) mais surtout au travers d’entrées d’encyclopédie, « Marriage » et « Mother Right », parues l’année suivante dans l’Encyclopædia of Religion and Ethics (1915a et 1915b) éditée par James Hastings, chercha à définir la nature de l’objet parenté et ce indépendamment des sous-catégories qui le constituait (filiation, alliance, etc.). Edmund R. Leach de l’autre côté, qui dans son stimulant article « Repenser l’anthropologie » (1968) s’efforça de définir précisément (même s’il s’agissait plus pour l’ethnologue et mathématicien qu’il était d’une spéculation logique que d’une affirmation théorique) ce qu’il appelait alors la « fonction parentale », notion qui a bien des affinités avec ce que j’entends ici par « lien parental », comme nous allons le voir.

3 Dans sa variante anglophone de parenthood que j’évoquerai par la suite, il a depuis ses débuts été présenté dans la littérature anthropologique anglophone sur la parenté.

4 Le concept sera aussitôt repris par de nombreux travaux anglophones sur la parenté. Par exemple, comme l’indique son titre, dans l’excellent ouvrage collectif, Dividends of Kinship : Meanings and Uses of Social Relatedness, dirigé par Peter Schweitzer et publié la même année (2000).

5 L’expression est trompeuse car elle ne désigne en réalité qu’une petite partie des travaux récents sur ce thème. Principalement ceux d’auteurs qui, dans une démarche d’ailleurs bien plus pragmatique que théorique, vont étudier les usages « instrumentaux » de la parenté, en mettant l’accent sur le débat public ou politique et sur les usages pratiques et sociétaux de celle-ci.

6 Cela pose bien sûr la question du point d’origine et, dans la majeure partie des récits anthropogoniques, ce sera le démiurge ou d’autres « » qui engendreront l’espèce humaine. Mais comment penser la genèse autrement ? Cependant, passés ces temps anhistoriques (du rêve des aborigènes, de l’âge d’or des Grecs, de la Genèse chrétienne, etc.), ce sera aux humains de chair et de sang à qui échoira dans toutes les mythologies le privilège de donner naissance aux enfants de l’un et l’autre sexe.

7 Maurice Godelier (2004) place même ce constat au cœur de sa réflexion sur la parenté-que les humains considèrent toujours que les composantes de leur être ne sont pas exclusivement humaines. Mais cette affirmation est fausse. Il est aisé de constater que cet auteur accorde une extension universelle à des étiologies singulières, historiquement et culturellement déterminées. Ainsi, dans nos sociétés occidentales, l’idée d’une intervention supranaturelle dans la reproduction ne fait sens que durant le seul Moyen Âge chrétien : elle n’existe pas dans l’Antiquité païenne et est remise en question dès la Renaissance. L’intrusion du numineux n’a plus aucun rôle à jouer (sauf pour les croyants orthodoxes) dans notre idéologie laïque actuelle qui réduit la génération à un processus exclusivement biologique et fait i de toute transcendance. Or, ce modèle « » occidental est, mondialisation oblige, en passe de tenir lieu de représentation universelle commune. Nous pouvons donc affirmer que toutes les sociétés pensent qu’il faut des humains pour produire d’autres humains, alors que seulement certaines d’entre elles, et ce seulement à certaines périodes, ajoutent à cet impératif la nécessité de l’intervention d’autres acteurs, divins notamment.

8 À l’exception des cas d’abandons complets ou d’expositions bien entendu, qui équivalent souvent à une mort sociale pour le nouveau-né. Rappelons-nous ainsi que ce sont les enfants exposés plutôt que les captifs de guerre qui fournissent la base de la main-d’œuvre servile à Rome (Veyne, 1978).

9 « Kinship as a symbol system is built on consanguineal and affinal elements » (traduit par nos soins).

10 La polygamie ne fait pas exception. Si cette forme d’union admet synchroniquement une pluralité de couples, elle se restreint, diachroniquement, à lier un enfant à un seul d’entre eux. Dans la polygynie, la descendance n’est jamais considérée comme « » à toutes les femmes et chaque enfant est exclusivement lié à sa propre mère. Il en va de même pour la polyandrie où chaque enfant n’a qu’un père.

11 Je représente ici la génération supérieure en y incluant deux individus pour indiquer la possibilité d’un couple. Mais ce n’est qu’un artifice graphique et, comme je l’ai souligné, le lien de parenté peut aussi bien être porté par un individu isolé. Il en va de même pour la génération inférieure.

12 Bien entendu, le fait que, dans une société donnée, la relation entre plusieurs adultes - qu’on l’appelle alliance, mariage, couple, etc., peu importe - n’apparaît pas comme un élément pertinent de la relation de parenté comme le montre le cas b de la figure suivante (fig. 8 b), ne signifie pas que ces institutions n’existent pas. Cela arrive parfois (Na étudiés par Cai, 1997 ; Sénoufos Nafara ethnographiés par Zempléni, 1991 ; etc.), mais c’est loin d’être fréquent. Cette absence signifie juste que seule la relation à l’un des adultes est prise en considération en tant que relation de parenté.

13 La nature relationnelle de la parenté qui transparaît dans son mode opératoire et sa construction de proche en proche ne concerne d’ailleurs pas que le lien parental lui-même. Nous pouvons ainsi étendre cette opération d’inclusion pas à pas des « » à la gestion des interdits matrimoniaux. Ainsi, suivant le même principe, si une personne m’est interdite au mariage, alors toutes les personnes par lesquelles il me faut obligatoirement « » pour décrire la relation que j’entretiens avec elle le sont également. Cette proposition ne vaut, précisons-le, que pour la description la plus économique d’une relation : si par exemple j’ai épousé ma cousine et que j’ai une fille avec elle, je ne pourrai pas en conclure que la fille de ma cousine m’est interdite alors que ma cousine ne l’était pas. La relation la plus économique pour décrire la fille de ma cousine dans ce cas est de la désigner comme ma fille. À ma connaissance, les seules exceptions à cette règle du « à pas » dans l’expression des interdits incestueux tiennent à l’existence de certains interdits exprimés sur des catégories globales : par exemple, si je pose pour règle que je n’ai pas le droit d’épouser des personnes d’une autre génération généalogique que la mienne, alors je pourrai épouser ma cousine, mais pas sa fille par exemple. Je remercie Klaus Hamberger pour la discussion enrichissante que nous avons eue sur ce point. De telles exceptions ressortissent cependant plus, à mon avis, à la catégorie des interdits statutaires (fondés sur des différences d’âge, de génération, de caste, de classe, de richesse, etc., entre les conjoints) qu’aux conceptions locales que les acteurs ont de la prohibition de l’inceste.

14 Reposant dès lors à nouveaux frais le débat classique de l’anthropologie initié par l’anthropologue Alfred Kroeber en 1909 dans son article « systems of relationship » (le débat initié par Kroeber concernait au premier chef la construction des terminologies, mais il fut par la suite étendu à l’idée de parenté elle-même), à savoir celui de la nature en extension ou en compréhension des phénomènes de parenté, en tranchant assez nettement en faveur de la première perspective (voir aussi Désveaux [2001] qui, dans les chap. 17 et 20 de son Quadratura Americana, défend ce même point de vue).

Table des illustrations

Titre Figure 1. L’ensemble P des parents
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/1200/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Figure 2. Ensemble typologique d’objets défini par le critère de la taille
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/1200/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Figure 3. Un modèle de taxinomie logique
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/1200/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Figure 4. Le lien de parenté sous sa forme générationnelle
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/1200/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
Titre Figure 5. Partition genrée du lien de parenté
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/1200/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
Titre Figure 6. Accentuation utérine du lien de parenté
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/1200/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
Titre Figure 7. Accentuation agnatique du lien de parenté
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/1200/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
Titre Figures 8 a et b. Les deux variantes du lien de parenté sous sa forme générationnelle
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/1200/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre Figure 9. Accentuation de l’affinité dans le lien de parenté
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/1200/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
Titre Figure 10. Accentuation de la germanité dans le lien de parenté
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/1200/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 7,0k

Auteur

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site