Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Faire des sciences sociales. Généraliser

 | 
Emmanuel Désveaux
, 
Michel de Fornel

Première partie. Du singulier comme général

La guerre, mais de très près

Stéphane Audoin-Rouzeau

Pueden acceder a los formatos HTML, PDF y ePub los usuarios de bibliotecas e instituciones que lo hayan adquirido en el marco de OpenEdition Freemium for Books. La obra podrá ser comprada de igual modo en formato PDF y ePub en los sitios web de nuestras librerias asociadas. Si la edición papel se encuentra disponible, tendrá enlaces a disposición para dirigirse a las librerías desde esta página.

Extracto del texto

Ce qui n’est pas clair du tout, ce qui est obscur et difficile, c’est l’homme dans l’Histoire ; ou l’histoire dans l’homme, si on préfère ; la prise de possession de l’homme par l’Histoire. L’Homme complique tout. Dès que l’acteur, celui qui y était, s’en mêle, on ne s’y reconnaît plus, on ne peut plus s’en sortir. Il dérange les belles perspectives historiques avec sa façon à lui de mettre les détails en place, et jamais à la bonne place. Pour lui, c’est toujours ce qui n’a pas d’importance qui compte le plus. Des questions de soupe, de corvées, de vaguemestre et de feuillées. Il faut voir alors ce que deviennent les événements dans la tête de l’homme qui y était. Et pas dans sa tête seulement, mais dans ses jambes, dans ses reins, dans ses boyaux, dans tout son corps qui saigne, qui sue, qui sent le vin, l’ail et pire que ça. L’Histoire des historiens n’a pas d’odeur.
Georges Hyvernaud, La peau et les os, 1949.

Printemps 1915 : alors qu’il séjourne à Paris, en congé de convalescence...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2012

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540