Version classiqueVersion mobile

Bourdieu

 | 
Michel De Fornel
, 
Albert Ogien

Langage

Bourdieu et l’anthropologie linguistique

Michel de Fornel

Texte intégral

  • 1 On dénombre trois enquêtes s’inscrivant en partie dans ce programme : Encrevé (1988), Fornel (1983) (...)

1L’intérêt de Bourdieu pour les usages sociaux du langage ne s’est jamais démenti. Depuis son premier travail (non publié) sur Saussure jusqu’aux Méditations pascaliennes, en passant par son œuvre majeure, Ce que parler veut dire, il n’a cessé, non seulement d’engager un dialogue critique avec la linguistique, mais d’esquisser ce que devrait être une sociolinguistique ou une sociologie du langage conforme à ses vœux. L’ambition de Bourdieu ne s’est en effet pas limitée à inciter les linguistes à prendre en compte ses remarques pour produire une théorie sociologiquement fondée : il semble bien avoir eu le regret de ne pas avoir produit lui-même une sociologie structurale du langage étayée par de véritables enquêtes. Ce que parler veut dire s’appuie sur des observations personnelles et sur une documentation secondaire. Quant à ses propositions, elles sont pour l’essentiel restées programmatiques et n’ont pas été éprouvées par l’enquête1.

2Moins visible, mais peut-être tout aussi important, a été le désir d’élaborer une anthropologie linguistique, ou tout au moins de donner au langage comme forme symbolique la place qui lui revient de droit dans le projet d’une anthropologie différentielle, prolongeant ainsi la tentative de Cassirer dans La philosophie des formes symboliques. Le refus de « la philosophie intellectualiste qui fait du langage un objet d’intellection plutôt qu’un instrument d’action et de pouvoir » (Bourdieu, 1982, p. 13) conduit Bourdieu à donner un rôle central à la dimension incarnée de l’habitus linguistique, en particulier aux procédés phonologiques expressifs, de nature conventionnelle, décrits par Troubetzkoy dans ses Principes de phonologie. En témoigne aussi son intérêt pour la « stylistique spontanée » des locuteurs et plus généralement leur idéologie linguistique. Enfin, on sait la place qu’occupe la question de la performativité. Bourdieu ne se contente pas de prolonger l’approche conventionnaliste d’Austin, il montre que les tentatives pour éliminer les conditions proprement sociales de félicité des actes de langage, en particulier d’ordre rituel, sont vouées à l’échec. D’où l’intérêt d’une comparaison avec l’anthropologie linguistique contemporaine qui, dans le prolongement de Sapir et de Whorf, a pris au sérieux l’influence sur la langue et ses usages des rationalisations secondaires des locuteurs, en particulier en ce qui concerne la dimension pragmatique.

L’autonomie de la linguistique

  • 2 La version modifiée, Langage et pouvoir symbolique, parue en 2001 en format de poche aux Éditons du (...)

3Ce que parler veut dire s’ouvre à la fois sur un hommage à la linguistique (l’introduction du mode de pensée structural) et sur une critique fondamentale de cette discipline : en tant que modèle de référence des sciences sociales, elle a contribué à la naturalisation des objets symboliques2. La démarche épistémologique de Saussure (« le point de vue crée l’objet ») inverse l’ordre des priorités en subordonnant sur le plan logique la parole à la langue et en assignant une dimension sociale à la seule langue (la parole étant liée à l’individu). Pour Bourdieu, elle a ainsi contribué à autonomiser la langue par rapport à ses conditions sociales de production, de reproduction et d’utilisation. En revendiquant le primat de la langue sur la parole, de la structure sur la pratique, de la compétence sur la performance, la linguistique, de Saussure à Chomsky, n’aurait pas su échapper à un parti pris objectiviste.

4À cette première critique s’en ajoute une autre : Bourdieu considère que le point de vue qui prend le langage comme objet d’analyse, plutôt que de s’en servir pour penser et agir, est le fait d’une posture savante. La critique de la linguistique est avant tout une entreprise de mise à distance (1982, p. 13) :

Accepter le modèle saussurien et ses présupposés, c’est traiter le monde social comme un univers d’échanges symboliques et réduire l’action à un acte de communication qui, comme la parole saussurienne, est destiné à être déchiffré au moyen d’un chiffre ou d’un code, langue ou culture.

5Cette seconde critique est plus radicale : elle conduit Bourdieu, dans Le sens pratique, à faire de la grammaire un constructum, un produit de l’analyse linguistique (la « codification »). Bourdieu rejoint ainsi la critique radicale que Volochinov (Bakhtine) a adressée à la linguistique saussurienne. Dans Choses dites, il affirme ainsi (1987, p. 98) :

Lorsqu’on dit que la langue est un code, on omet de préciser en quel sens. La langue n’est pas un code à proprement parler : elle ne le devient que par la grammaire, qui est une codification quasi juridique d’un système de schèmes informationnels. Parler de code à propos de la langue, c’est commettre la fallacy par excellence, celle qui consiste à mettre dans la conscience des gens qu’on étudie ce qu’on doit avoir dans la conscience pour comprendre ce qu’ils font. Sous prétexte que pour comprendre une langue étrangère il faut avoir une grammaire, on fait comme si ceux qui parlent une langue obéissaient à une grammaire. La codification est un changement de nature, un changement de statut ontologique, qui s’opère lorsqu’on passe de schèmes linguistiques maîtrisés à l’état pratique à un code, une grammaire, par le travail de codification, qui est un travail juridique.

6Si Bourdieu semble par moment hésiter entre ces deux postures théoriques, il ne fait pas de doute que la première l’emporte finalement : la critique de l’objectivisme débouche sur une proposition d’étude de la langue qui prenne en compte son hétérogénéité sociale. L’« analyse proprement linguistique » est non seulement possible mais nécessaire, et elle doit permettre de mettre conjointement au jour la compétence grammaticale et ses conditions sociales de production et de réception. Bourdieu ne rompt donc pas complètement avec le geste saussurien : l’analyse sociologique de la parole en situation a pour but de servir à élaborer une « sociologie structurale de la langue » (1982, p. 41) :

Une sociologie structurale de la langue, instruite de Saussure mais construite contre l’abstraction qu’il opère, doit se donner pour objet la relation qui unit des systèmes structurés de différences linguistiques sociologiquement pertinentes et des systèmes également structurés de différences sociales.

  • 3 Si Bourdieu mène, dans Le sens pratique, une double critique de l’objectivisme et du subjectivisme (...)

7On notera que Bourdieu se sépare nettement sur ce point de Volochinov (Bakhtine). Ce dernier a formulé aussi une double critique de l’objectivisme et du subjectivisme en linguistique. Considérant que la langue comme structure n’est qu’une « abstraction savante », un produit de l’analyse linguistique, il se tourne vers la parole pour tenter d’en proposer une étude qui échappe aux apories du subjectivisme. Le « dépassement » ne consiste donc pas comme chez Bourdieu en une analyse renouvelée de la langue comme système mais en une étude de la dimension sociale de la parole, de la structuration sociale de l’énonciation3.

Habitus linguistique et marché

8Dans Ce que parler veut dire, Bourdieu propose une théorie de la langue et de son fonctionnement social qui s’intègre de façon cohérente à son approche sociologique générale. L’emploi des concepts d’habitus linguistique et de marché linguistique lui permet de mettre au premier plan les fonctions sociales du langage, que les concepts de grammaire ou de compétence et d’interaction ou dialogue lui paraissaient occulter. La définition qu’il donne de l’habitus linguistique est la suivante (1982, p. 14) :

[…] les dispositions, socialement façonnées, de l’habitus linguistique […] impliquent une certaine propension à parler et à dire des choses déterminées (intérêt expressif) et une certaine capacité de parler définie inséparablement comme capacité linguistique d’engendrement de discours grammaticalement conformes et comme capacité sociale permettant d’utiliser adéquatement cette compétence dans une situation déterminée.

9La compétence linguistique, définie de façon chomskyenne comme capacité à générer un ensemble infini de phrases finies, se voit incluse dans le système des dispositions, et ce mode d’inclusion n’est pas sans rappeler le concept de compétence communicative proposé en anthropologie linguistique par Dell Hymes : la capacité à produire des phrases acceptables sur le plan grammatical s’inscrit au sein du dispositif permettant de produire des énoncés socialement acceptables dans un contexte social donné, contexte défini par Bourdieu comme un marché (1982, p. 43) :

La constitution d’un marché linguistique crée les conditions d’une concurrence objective dans et par laquelle la compétence légitime peut fonctionner comme capital linguistique produisant, à l’occasion de chaque échange social, un profit de distinction. Du fait qu’il tient pour une part à la rareté des produits (et des compétences correspondantes), ce profit ne correspond pas exclusivement au coût de formation.

10Une telle proposition rencontre néanmoins deux difficultés. La première est que le concept de marché est par trop restreint, d’autant que Bourdieu voit dans ce dernier avant tout « un système de sanctions et de censures ». Si tout acte de parole est la rencontre d’un habitus et d’un marché, il faut que les propriétés du premier aient un correspondant dans le second. Or, le concept de marché ne peut rendre compte de ce qui, dans tout échange linguistique, caractérise l’« intérêt expressif ». Il ne peut constituer le principe organisateur des attentes et des anticipations réciproques qui régissent les contributions des interlocuteurs. La seconde est qu’une telle conception de l’habitus linguistique, en tant que capacité à produire des énoncés socialement acceptables, aptes à fonctionner comme biens sur un marché linguistique, ne semble pas posséder une propriété essentielle de l’habitus, à savoir le sens du jeu, qui ne peut se réduire à un sens du placement, à une capacité à obtenir un profit de distinction.

Critique de la sociolinguistique

11Il nous semble que toute tentative de surmonter ces deux difficultés suppose de répondre au préalable à une question : où se situe la différence avec le programme de la sociolinguistique variationniste initié à la fin des années soixante par William Labov ? Selon Bourdieu (1982, p. 40) :

Les usages sociaux de la langue doivent leur valeur proprement sociale au fait qu’ils tendent à s’organiser en systèmes de différences (entre les variantes prosodiques et articulatoires ou lexicologiques et syntaxiques) reproduisant dans l’ordre symbolique des écarts différentiels le système des différences sociales.

  • 4 C’est sous l’influence du phonologue et sociolinguiste Pierre Encrevé que Bourdieu a pris en compte (...)

12Une telle proposition implique que le programme de sociologie structurale de la langue est on ne peut plus proche des objectifs que se fixait Labov, en particulier lorsqu’il se proposait de documenter les divers types de variations internes à la langue4. Précisons le rapprochement : la variation sociale correspond aux divers habitus linguistiques présents dans l’espace social, la variation stylistique (l’attention prêtée à son propre langage : du spontané au surveillé) aux divers marchés présents dans le champ social et caractérisé par un degré de formalité (ou « tension » dans le vocabulaire de Bourdieu) directement relié au poids qui occupe la norme légitime en matière de langue. Labov insiste sur le changement de style obtenu grâce à la manipulation de la relation d’enquête (pour obtenir du style familier). Il remarque ainsi (1976, p. 156) :

Nous suivrons la procédure générale de l’analyse linguistique : les valeurs absolues de la vitesse d’élocution, du ton, du volume de la voix et du rythme de la respiration peuvent fort bien être dépourvues de pertinence, mais leurs valeurs relatives, contrastives, sont autant d’indices de la différenciation du style A et du style B. Un changement de la vitesse d’élocution, un changement du contour tonal, un changement du volume de la voix ou du rythme de la respiration, c’est cela qui nous indique de façon socialement significative que le discours se fait plus spontané ou plus familier.

13Bourdieu s’intéresse quant à lui plus à la hiérarchie des styles expressifs (1982, p. 41) :

Parler, c’est s’approprier l’un ou l’autre des styles expressifs déjà constitués dans et par l’usage et objectivement marqués par leur position dans une hiérarchie des styles qui exprime dans son ordre la hiérarchie des groupes correspondants.

14L’affinité des propositions reste grande, même si, à la différence de Labov, Bourdieu ne s’en tient pas à la simple corrélation statistique entre caractéristiques sociales et traits linguistiques, mais cherche à expliciter la logique de socialisation qui conduit à l’émergence de ces habitus linguistiques socialement différenciés. En particulier, il voit dans la variation stylistique présente dans la situation d’enquête la réponse socialement déterminée du locuteur à la contrainte symbolique exercée par l’enquêteur en tant que ce dernier est supposé détenir la norme légitime. Il note ainsi (ibid., p. 82) :

Ce qui oriente la production linguistique, ce n’est pas le degré de tension du marché, ou, plus précisément, le degré d’officialité qui le caractérise, défini in abstracto, pour un locuteur quelconque, mais la relation entre un degré de tension objective « moyenne » et un habitus linguistique lui-même caractérisé par un degré de « sensibilité » à la tension du marché ; ou, ce qui revient au même, c’est l’anticipation des profits, que l’on peut à peine appeler subjective, puisqu’elle est le produit de la rencontre entre une objectivité, les chances moyennes, et une objectivité incorporée, la disposition à apprécier plus ou moins strictement ces chances.

  • 5 Sur ces tentatives, dues pour l’essentiel à l’initiative de Pierre Encrevé, voir Encrevé & Lagrave (...)

15L’économie des biens linguistiques de Bourdieu apparaît donc comme une transposition de l’approche variationniste dans le cadre de la théorie de la pratique, permettant certes un approfondissement sur le plan sociologique des propriétés de la variation sociale inhérente, mais ne constituant en aucun cas une position en rupture avec les acquis de cette approche. Cependant, s’il lui arrive de se référer à Labov, Bourdieu ne semble pourtant pas vouloir concéder une réelle proximité avec la sociolinguistique. Il importe de comprendre les raisons de la distance critique entretenue, malgré les tentatives de rapprochement de part et d’autre5. Cette divergence a un nom : c’est le vernaculaire.

16Pour Labov, le parler ou le style des membres des classes dominées est celui qu’ils parlent dans la sphère intime ou celle des proches, et qui tient ses caractéristiques systématiques de l’existence d’un marché autarcique ou en tout cas suffisamment isolé pour n’être pas soumis à la pression de la norme légitime. Du coup, il ne participerait pas à l’alignement des styles sur une dimension unique, que mesure le degré d’auto-surveillance. Bourdieu le conteste et reproche à Labov de « canoniser telle quelle la “langue” des classes dominées » (1982, p. 39).

L’argument sociologique

17Il est fort possible que l’argument de Labov soit problématique sur le plan sociologique. Bourdieu semble admettre que le vernaculaire a bien existé quand il existait des marchés à l’écart (relatif) des marchés linguistiques où prédomine la norme légitime (comme le marché scolaire). Dès lors que dans les sociétés modernes, en particulier avec l’exode rural, aucun marché n’échappe plus depuis longtemps à la norme légitime, l’écart entre les schèmes de production et les schèmes d’appréciation est inévitable pour les classes dominées. Le vernaculaire n’est alors possible que par une sorte de ruse. Les locuteurs connaissent bien l’existence de la norme dominante, ils s’y soumettent mais gardent par devers eux un schème d’appréciation différent quant à leurs propres productions linguistiques. La refuser, c’est nécessairement la connaître. Or, dès lors qu’il y a connaissance, un rapport problématique, clivé, à la langue est inévitable. La ruse est donc vouée à l’échec. Le vernaculaire n’est pas seulement le « style où l’on accorde le minimum d’attention à la surveillance de son propre discours ». Bourdieu ne peut admettre que l’on caractérise comme vernaculaire un parler ou un style dont l’intégrité est en permanence menacée, et qui n’existe que par un travail permanent de résistance à la norme légitime.

18Comme le note Bourdieu, la production linguistique n’est pas seulement dépendante du degré de tension perçue du marché, mais de la relation entre celui-ci et « l’habitus caractérisé par un degré de “sensibilité” à la tension du marché » (1982, p. 82). Le rapport malheureux au langage ne caractérise pas seulement la petite bourgeoisie, à laquelle Bourdieu consacre plusieurs passages, mais aussi les classes dominées. La levée de l’autosurveillance n’est jamais que provisoire. L’alternative semble être entre être étranger à soi-même ou à la situation : produire une langue conforme à la situation au prix d’une dépréciation de la langue de soi ou produire une langue conforme à soi mais non conforme à la situation.

19À ce compte, le seul « vernaculaire » est le parler ou style expressif des classes dominantes. Car l’habitus linguistique des locuteurs n’est pas soumis à un divorce entre les schèmes de production et les schèmes d’appréciation puisqu’il est, comme le note Bourdieu, la norme réalisée, et parce que la tension est un aspect constitutif de l’hexis corporelle.

20On voit donc que, quoi qu’il en soit de son positionnement critique, Bourdieu a pris au sérieux les acquis de la sociolinguistique variationniste, et va même jusqu’au bout de la logique de cette approche qui définit une communauté linguistique, non pas par l’existence d’habitus linguistiques différenciés, mais par la même évaluation des variables linguistiques et par le partage d’une même norme légitime quant à la langue.

L’argument anthropologique

21L’argument de Bourdieu est aussi d’ordre anthropologique : étant donné qu’un locuteur possède une compétence de production et une compétence de réception plus large, source de schèmes d’appréciation permettant d’évaluer sa production linguistique au regard de celle des autres (et inversement), il sera toujours nécessairement, à un moment ou un autre, divisé contre lui-même, qu’il se corrige ou corrige les autres. Bourdieu ne cesse de revenir sur une situation-type : celle du petit-bourgeois qui, en raison de sa trajectoire sociale, ne peut qu’être confronté à la possibilité de ressentir l’illégitimité de son style ou de sa langue et à la nécessité de se corriger. Cette situation-type, ce rapport malheureux à la langue, il ne serait pas illégitime de considérer que Bourdieu en fait une caractéristique anthropologique propre aux sociétés modernes.

22Sur le plan de la théorie de la pratique qu’il entend étendre à la pratique linguistique, la position développée par Bourdieu est cependant paradoxale. Car en même temps qu’il rejette le vernaculaire, il soutient l’inscription de l’habitus linguistique dans le corps. Le développement d’une compétence de production est inséparable de celui d’un ensemble de postures corporelles. Bourdieu reprend ainsi à son compte la notion de style articulatoire qu’il attribue à Pierre Guiraud. S’il en est ainsi, alors il est douteux que la fréquentation de marchés où prédomine la norme légitime ait pour effet de « détacher » la langue du corps, dès lors que le locuteur a la possibilité de maintenir son style propre sur d’autres marchés. Le problème est d’autant plus saillant que Bourdieu soutient aussi que c’est à la compétence de production qu’il faut avant tout s’intéresser.

23Enfin si la critique sociologique est fondée, il n’est pas sûr que, sur le plan anthropologique, l’intuition de Labov soit sans fondement : il y a bien une langue de soi, une langue que l’on habite, à quoi l’on s’identifie, même négativement, qui nous identifie et qui est en partie commune à un milieu social.

Compétence de production et de réception

24Le paradoxe dans lequel se trouve pris Bourdieu est en réalité déjà présent chez Labov. La théorie de la pratique linguistique en hérite, et même l’aggrave, dès lors que la langue de soi est inséparable d’une hexis corporelle. En effet, pour Labov, une communauté linguistique ne se caractérise pas par l’ensemble des styles socialement différenciés des locuteurs mais par le partage des mêmes schèmes d’appréciation envers la langue. On l’a vu, le maintien du vernaculaire procéderait d’un double jeu : en situation de marché dominant, les locuteurs des classes dominées feraient comme s’ils acceptaient la norme légitime, sans pour autant y adhérer, puisqu’ils disposeraient de schèmes d’appréciation valorisant leur style propre, un « système de valeurs opposées […] et qui soutient les formes du vernaculaire » (Labov, 1976, p. 418). Pierre Encrevé a rappelé à ce sujet que Bourdieu ne tient pas assez compte de la distinction entre compétence de production et compétence de réception introduite par Jakobson. Il remarque ainsi (Encrevé & Lagrave, 2003, p. 262) :

Or, partout, et a fortiori dans les sociétés socialement très différenciées, on entend beaucoup plus de variétés de langue qu’on n’en réalise : les pratiques de locution sont toujours un sous-ensemble des pratiques d’audition.
En termes réunissant à la fois l’économie des échanges linguistiques de Bourdieu et la grammaire postgénérative, cela signifie, par exemple, que sur un marché linguistique où règnent les variantes légitimes de la langue, les locuteurs des variantes illégitimes engendrent pourtant, mentalement, par le moyen de leur compétence d’auditeur, la langue légitime, qu’ils comprennent au niveau phonologique en tout cas. Ainsi, dans une société comme la nôtre, où l’ensemble des locuteurs accède en permanence à la langue de la télévision, on doit poser une langue commune d’auditeur malgré la forte variation sociale des productions linguistiques.

25Nous insisterons quant à nous sur le fait que le style propre ne peut acquérir le statut de vernaculaire que parce que se crée, au cours du processus de socialisation, une dialectique entre la compétence de production et la compétence de réception. C’est leur dissociation et l’empan plus large de la seconde qui permettent à l’enfant de reconnaître que son accent n’est pas « naturel », qu’il n’est pas à tout le monde mais bien à soi, à sa famille, à son groupe social. C’est en découvrant que les autres ont des accents étranges, qu’il peut saisir l’étrangeté du sien.

L’idéologie linguistique

26La divergence a un autre nom : l’idéologie linguistique. Il semble qu’une des réserves principales de Bourdieu par rapport à la sociolinguistique tient à ce qu’elle n’est pas corroborée, voire même à certains égards, ne tient pas compte de l’idéologie linguistique des locuteurs. Or, celle-ci lui semble exprimer une vérité que le discours savant ignore, à savoir la prise du corps sur le langage. Bourdieu reproche au fond à la sociolinguistique de rester sur le seul versant objectiviste, sans tenir compte de l’expérience vécue de la pratique linguistique, et dont on trouve un écho dans les métaphores corporelles sur la langue. Il faut souligner le caractère remarquable de cette position. Pour une fois, Bourdieu ne considère pas que l’analyse objectiviste prime sur le discours de sens commun. Cependant, comment concilier ce qu’indique le sens commun, qui témoigne d’une expérience phénoménologique de la langue dans son rapport au corps, et ce que la sociolinguistique révèle des propriétés sociales de la langue ? Il y a un point d’achoppement, qui ne peut être surmonté que par une étude des propriétés de l’idéologie linguistique ordinaire, dans sa double relation à la pratique et au discours savant. Il convient alors de se tourner vers l’anthropologie linguistique contemporaine qui, dans le prolongement de Sapir et de Whorf, a pris au sérieux l’influence sur la langue et ses usages des rationalisations secondaires des locuteurs, en particulier en ce qui concerne la dimension pragmatique.

27On constatera alors que ce point d’achoppement a été dès ses débuts rencontré par l’anthropologie linguistique. Boas considérait que les propriétés structurales de la langue que met au jour la linguistique échappent pour l’essentiel à la conscience des locuteurs. D’où la spécificité des données linguistiques par rapport aux matériaux ethnographiques, et leur apport à l’anthropologie : ces propriétés ne sont pas soumises à des élaborations secondaires de la part des locuteurs et donnent ainsi un accès direct aux catégories culturelles de la communauté étudiée.

  • 6 Boas (1911, p. 70-71). La citation exacte est la suivante : « It seems necessary to dwell upon the (...)

28Il est nécessaire d’approfondir l’analogie entre ethnologie et langage, car, si l’on adopte ce point de vue, le langage apparaît comme l’un des domaines d’enquête les plus utiles pour s’interroger sur la formation des concepts culturels fondamentaux. Le grand avantage que la linguistique offre à cet égard est le fait que, pour l’essentiel, les catégories qui sont formées restent toujours inconscientes, et que, pour cette raison, les processus qui ont présidé à leur formation peuvent être analysés sans l’influence trompeuse et perturbatrice des explications secondes, qui sont si communes en ethnologie, au point qu’elles rendent en général obscure l’histoire réelle du développement des concepts6.

29Ainsi, là où la perspective en termes de marché et de champ examine le statut d’une variable linguistique au sein d’un continuum stylistique et social, celle en termes d’habitus linguistique s’intéresse à cette variable en tant qu’elle coexiste avec d’autres pour former le système des traits phonologiques caractéristiques d’une « prononciation de classe ». L’idéologie linguistique des locuteurs, en l’occurrence leur sociolinguistique spontanée en témoigne, qui caractérise par exemple le parler populaire par une position articulatoire spécifique, un relâchement de la tension articulatoire se traduisant par exemple par l’amuïssement des liquides (« tab » pour « table ») en fin de mot. Cette position articulatoire se voit associée à d’autres traits de la langue, morphologiques ou syntaxiques (ainsi, l’absence d’inversion dans les tournures interrogatives), qui peuvent être traités (de façon métaphorique comme l’expression d’un « relâchement », avec une posture corporelle, un certain port de la bouche). Selon Bourdieu (1982, p. 90) :

[…] le schéma corporel caractéristique d’une classe détermine le système des traits phonologiques qui caractérisent une prononciation de classe : la position articulatoire la plus fréquente est un élément d’un style global des usages de la bouche (dans le parler, mais aussi dans le manger, le boire, le rire, etc.), donc de l’hexis corporelle, qui implique une information systématique de tout l’aspect phonologique du discours.

30Contre la sociolinguistique, Bourdieu défend la pertinence du jugement global portée par la sociolinguistique spontanée. De façon paradoxale, lui qui a critiqué l’idée de vernaculaire quand elle était formulée par la sociolinguistique variationniste, il en défend la pertinence quand elle est le produit de l’idéologie linguistique des locuteurs.

31Pour éviter ce paradoxe, il faut examiner les propriétés du jugement méta-pragmatique des locuteurs. Whorf ou Silverstein ont montré que, contrairement à ce que soutenait Boas, les locuteurs ont d’un côté un accès partiel à la structure ou aux usages de la langue et qu’en conséquence les « rationalisations secondaires » ne sont pas dépourvues de pertinence. Cependant pour l’anthropologie linguistique, cette pertinence n’est que relative, car les locuteurs sont avant tout sensibles à certaines caractéristiques de surface de la langue, à la langue telle qu’elle se donne sur le plan phénoménal. Ainsi, il ne fait nul doute que l’évaluation d’un parler « relâché » puisse s’appuyer sur la perception d’une diminution de la tension articulatoire. Le français se caractérisant par un accroissement de la tension articulatoire jusqu’à la finale de mot accentuée, tout accroissement du nombre d’amuïssements de consonnes finales donnera le sentiment d’un relâchement.

32Mais de l’adéquation de cette perception, on ne peut passer, comme le fait Bourdieu, à l’idée que la sociolinguistique spontanée (et ce, même si elle est quelquefois relayée par le discours savant) formulerait une analyse adéquate du parler populaire, car celle-ci s’en tient à des formes stéréotypées. Le parler populaire se caractérise par un ensemble de traits, dont certains présentent au contraire une tension articulatoire plus forte, par exemple sur le plan prosodique. En fait, étant donné la solidarité intrinsèque entre les propriétés phonétiques et prosodiques de la langue, l’opposition tension-relaxation est solidaire d’autres oppositions, et seule l’analyse de cet ensemble d’oppositions peut permettre de décrire adéquatement les traits phonétiques non phonologisés qui définissent le style expressif d’un locuteur ou d’un groupe social.

33On ne s’étonnera pas que Bourdieu ait voulu trouver dans l’idéologie linguistique spontanée un soutien à la théorie de la pratique quand cette idéologie semblait sur un point précis conforter sa critique de la sociolinguistique. Il reste que la théorie de la pratique linguistique n’assigne pas de place précise aux élaborations secondaires des locuteurs, alors que ces dernières sont précisément l’effet du dissensus entre les schèmes de production et d’appréciation qui caractérisent au fond pour Bourdieu le rapport à la langue de tout être social. Or, il ne suffit pas de traiter de l’objectivisme de la linguistique : il faut aussi traiter de l’objectivisme des locuteurs, de leur prise métalinguistique et méta-pragmatique sur la langue. De même qu’il ne faut pas demander à la logique de la pratique d’être plus logique que la logique, il ne faut pas exiger de l’idéologie linguistique une cohérence qu’elle n’a pas à atteindre, puisqu’elle s’appuie sur une perception méta-pragmatique socialement construite de la sélection de certaines formes et fonctions linguistiques. C’est le statut de vérité partielle, et partiale, de l’idéologie linguistique que n’a pas pris en compte Bourdieu, laissant ainsi inachevé le structuralisme de la pratique linguistique que son approche sociologique annonçait pourtant. En soutenant que « le sens de l’acceptabilité qui oriente les pratiques est inscrit au plus profond des dispositions corporelles » et en rappelant que le langage est une technique du corps, Bourdieu a fait le premier pas permettant d’intégrer à une sociologie structurale de la langue la logique pratique qui préside aux évaluations sociales qu’en font les locuteurs. Mais un second pas est nécessaire pour rendre raison de la relation entre l’habitus linguistique et l’hexis corporelle : considérer que le langage, loin d’être seulement un instrument d’action, est aussi un objet d’intellection pour les locuteurs, et que l’habitus linguistique implique aussi une capacité socialement différenciée à porter des jugements d’ordre métalinguistique et méta-pragmatique.

Bibliographie

Bakhtine Michaïll & N. Valentin Volochinov (1977), Le marxisme et la philosophie du langage, Paris, Minuit.

Boas Franz (1911), « Introduction to Handbook of American Indian Languages », Bulletin 40, Part 1, Bureau of American Ethnology, 1-79. Washington, Government Printing Office, p. 1-83.

Bourdieu Pierre (1980), Le sens pratique, Paris, Minuit.

Bourdieu Pierre (1982), Ce que parler veut dire, Paris, Fayard.

Bourdieu Pierre (1987), Choses dites, Paris, Minuit.

Bourdieu Pierre (1997), Méditations pascaliennes, Paris, Seuil.

Bourdieu Pierre (2001), Langage et pouvoir symbolique, Paris, Seuil.

Cassirer Ernst (1972), La philosophie des formes symboliques, t. 1, Le langage, Paris, Minuit [1923].

Encrevé Pierre (1988), La liaison avec et sans enchaînement, phonologie tridimensionnelle et usages du français, Paris, Le Seuil.

Encrevé Pierre & Rose Marie Lagrave (eds) (2003), Travailler avec Pierre Bourdieu, Paris, Champs-Flammarion.

Fornel Michel de (1983), Le variant et l’invariant : Étude de quelques phénomènes sociolinguistiques, thèse de 3e cycle, Université de Paris VIII.

Labov William (1976), Sociolinguistique, Paris, Minuit.

Laks Bernard (1980), Différenciation linguistique et différenciation sociale, quelques problèmes de sociolinguistiques française, thèse de 3e cycle, Université de Paris VIII.

Silverstein Michael (1979), « Language Structure and Linguistic Ideology », in R. Clyne, W. Hanks & C. Hofbauer (eds), The Elements : A Parasession on Linguistic Units and Levels, Chicago, Chicago Linguistic Society.

Troubetzkoy Nicolas S. (2005), Principes de phonologie, Paris, Klincksieck [1938].

Notes

1 On dénombre trois enquêtes s’inscrivant en partie dans ce programme : Encrevé (1988), Fornel (1983), Laks (1980).

2 La version modifiée, Langage et pouvoir symbolique, parue en 2001 en format de poche aux Éditons du Seuil, apporte peu de changements quant aux problèmes examinés dans cet article.

3 Si Bourdieu mène, dans Le sens pratique, une double critique de l’objectivisme et du subjectivisme dans les sciences sociales, il s’en tient, à la différence de Volochinov-Bakhtine, à la seule critique de l’objectivisme pour ce qui est de la linguistique.

4 C’est sous l’influence du phonologue et sociolinguiste Pierre Encrevé que Bourdieu a pris en compte dans sa recherche la sociolinguistique variationniste. On consultera en particulier la remarquable préface qu’Encrevé a consacrée à la traduction française de Sociolinguistic Patterns (Labov, 1976).

5 Sur ces tentatives, dues pour l’essentiel à l’initiative de Pierre Encrevé, voir Encrevé & Lagrave (2003).

6 Boas (1911, p. 70-71). La citation exacte est la suivante : « It seems necessary to dwell upon the analogy of ethnology and language in this respect, because, if we adopt this point of view, language seems to be one of the most instructive fields of inquiry in an investigation of the formation of the fundamental ethnic ideas. The great advantage that linguistics offer in this respect is the fact that, on the whole, the categories which are formed always remain unconscious, and that for this reason the processes which lead to their formation can be followed without the misleading and disturbing factors of secondary explanations, which are so common in ethnology, so much so that they generally obscure the real history of the development of ideas entirely. »

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search