Version classiqueVersion mobile

Bourdieu

 | 
Michel De Fornel
, 
Albert Ogien

Politique

Objectivation et auto-analyse

Une sociologie de la pratique militante

Bertrand Geay

Texte intégral

  • 1 Par exemple dans certains passages de Bourdieu (1979, 1980, 1993).
  • 2 Notamment Maresca (1981), Champagne (1984), Geay (1991, 2004, 2005).
  • 3 Voir aussi sur le même sujet Cefaï (2007).
  • 4 Notamment Bourdieu & Wacquant (1992), Bourdieu (1997, 1994).

1Se donner pour projet d’étudier les pratiques militantes, en mobilisant la définition de la pratique qu’a formulée Pierre Bourdieu (1972, 1997), présente l’avantage d’ouvrir un double questionnement portant à la fois sur les conditions de production de ces pratiques et sur ce qu’elles contribuent à produire. Toutefois, un tel projet ne va pas sans poser toute une série de questions, d’ordre théorique, méthodologique et épistémologique. En premier lieu, l’orientation théorique des principales œuvres de Bourdieu et l’inclination générale qui caractérise ses travaux peuvent paraître pour le moins éloignées de ce type d’objet de recherche. Du Déracinement à La domination masculine, en passant par La reproduction, La distinction ou La misère du monde, l’attention portée aux mécanismes de reproduction de l’ordre social et le regard désenchanteur porté sur les transformations sociales ne semblent guère laisser de place à ce type de questionnement. Et, de fait, la pratique militante n’a été que marginalement ou tardivement traitée par Bourdieu1 et par la revue qu’il a fondée, les Actes de la recherche en sciences sociales2. Il serait toutefois abusif de déceler dans ce faible traitement les effets d’un modèle théorique en lui-même incapable d’aborder cette question. Ainsi, les textes de Bourdieu relatifs à l’action politique, et en particulier au langage politique (2001), invitent à une analyse qui articule les conditions de possibilité de l’action et ses effets sociaux. Il convient aussi de signaler que s’est développée en science politique toute une tradition de recherche, qui entend capitaliser les acquis de la sociologie anglo-saxonne des mouvements sociaux et ceux de la sociologie de la pratique telle que la définit Bourdieu. On peut en particulier citer, parmi les travaux français, ceux de Michel Offerlé (1994), d’Olivier Fillieule (1997), d’Erik Neveu (1996) ou de Lilian Mathieu (2004)3, ainsi que les récents numéros des Actes consacrés à la notion de capital militant. Mais on pourra encore remarquer que, dans ces derniers travaux, les pratiques militantes sont le plus souvent abordées du point de vue de leurs conditions d’émergence, qu’il s’agisse des cadres sociaux dans lesquels elles s’inscrivent, des répertoires d’action mobilisés ou des trajectoires, des ressources et des dispositions de ceux qui s’engagent dans l’action. Précisément, à la façon dont Michel Dobry (1986) interroge les modifications qui affectent les structures sociales à l’occasion des crises politiques, on peut tenter de mettre à l’épreuve la sociologie de Bourdieu du point de vue de ce qui est produit dans le cours de l’action militante elle-même, en s’efforçant de mettre en œuvre le programme scientifique à la fois structuraliste et constructiviste que promeut le sociologue dans ses ouvrages les plus théoriques4.

2Se pose dès lors une deuxième série de questions, d’ordre méthodologique. En quelle mesure est-il possible de saisir à la fois les conditions de production de l’action et ce qu’elle produit ? Quelles techniques d’enquête sont dans cette perspective les plus appropriées ? La technique de l’entretien est longtemps restée la voie privilégiée de l’enquête sur les pratiques militantes. L’enquête ethnographique, qui croise observations et entretiens in situ, est de son côté de plus en plus pratiquée, mais elle reste surtout mobilisée pour rendre compte des réseaux d’interconnaissance ou des dispositifs d’action. Quant à l’analyse statistique, elle est beaucoup plus faiblement utilisée. Or, précisément pour étudier les rapports entre, d’une part, les dispositions engagées dans l’action et les structures dans lesquelles elles sont prises, et d’autre part, les façons dont elles sont affectées par l’action collective, la mesure statistique, qui permet de rendre compte des spécificités des groupes mobilisés, peut être utilement croisée avec les techniques de l’entretien et de l’observation, qui peuvent éclairer les manières dont se mettent en forme les significations et pratiques produites dans le fil de l’action. Et l’on s’efforcera de montrer que, au centre du dispositif d’enquête, l’observation ethnographique peut avoir ici une utilité particulière, suivant en cela l’inspiration du Bourdieu de La distinction et du Sens pratique. Le problème alors posé à l’enquêteur est celui de son accès au terrain, dans des conditions de familiarité suffisantes pour obtenir des informations aussi diversifiées et aussi directes que possible. L’une des voies possibles est de recourir à la technique de l’observation participante, mais avec toutes les questions qu’elle pose du point de vue du rapport du chercheur à son objet d’enquête.

3Proposer d’aborder les pratiques militantes sur un mode à la fois structuraliste et constructiviste conduit en définitive à un troisième type de questions, d’ordre épistémologique. En effet, si l’on pose qu’il s’agit, dans la même démarche d’enquête, de recueillir des éléments permettant d’objectiver des pratiques observées et d’en restituer les significations, telles qu’elles s’éprouvent dans le cours de l’action elle-même et pas seulement telles qu’elles se donnent à voir dans le cadre d’entretiens ex post, on se trouve confronté au problème classique de la proximité ou de la distance à l’égard des phénomènes observés, des modes d’engagement et de distanciation vis-à-vis des situations vécues, et des rapports entre connaissance spontanée et connaissance savante. Dans quelle mesure les travaux de Bourdieu sont-ils, de ce point de vue, mobilisables ? N’encouragent-ils pas davantage à la prise de distance qu’à la familiarité avec l’objet d’enquête ? C’est cette dernière interrogation que je souhaiterais placer au départ de cette réflexion, en prenant à la fois appui sur certains des écrits de Bourdieu et sur ses pratiques de recherche, pour ensuite revenir aux questions de méthode et aux enjeux heuristiques de l’observation des pratiques militantes, à partir de mes propres travaux.

4La question est plus délicate qu’il n’y paraît. Car le champ de l’engagement et du militantisme donne à la dialectique de la distance et de la familiarité par rapport aux terrains d’enquête une coloration toute particulière. Se joue ici toute la question de la définition sociale de la sociologie et celle de son autonomie à l’égard du politique, longuement et difficilement acquise. Et, lorsqu’on entend se référer aux travaux de Bourdieu, ce point semble d’autant plus problématique que le rapport au militantisme et à l’engagement de celui-ci a donné lieu à nombre de polémiques et à nombre de méprises à la fin des années 1990 et au début des années 2000. La forme très active de ses engagements publics, après la publication de La misère du monde et surtout après les grèves de novembre et décembre 1995, a pu laisser se développer les interprétations les plus contradictoires de sa conception des rapports entre science et intervention politique. Ses prises de position ont provoqué de telles réactions d’hostilité et d’adhésion, tant parmi les sociologues que chez les profanes, qu’une partie de ses anciens collaborateurs ou de ses élèves a pu être tentée par un retour à une forme de neutralité académique, trouvant dans une partie de l’œuvre nombre de justifications pour tenir à distance toute forme de proximité avec le militantisme. Quant aux textes critiques qui continuent d’être publiés dans les deux collections : « Raisons d’agir », diffusée par le Seuil, et « Savoir agir », éditée par Le Croquant, ils alternent entre une posture de diffusion des savoirs scientifiques et une posture davantage pamphlétaire, sans, le plus souvent, s’intéresser à la question des rapports entre science et militantisme. Le fait que Bourdieu lui-même n’ait guère abordé le problème, si ce n’est indirectement sur le mode d’une justification de l’intervention publique à base scientifique (2002a) ou sur celui du rapport nécessairement critique de la sociologie à l’égard de l’expérience ordinaire et de toutes les formes de domination (2002b), n’est sans doute pas pour rien dans la perpétuation de cette sorte d’angle mort. Mais on peut trouver dans cette situation des raisons supplémentaires d’explorer les enjeux théoriques, méthodologiques et épistémologiques de l’étude des pratiques militantes, indépendamment de, ou par-delà, la question de l’engagement, qui mériterait en elle-même d’autres développements. D’une certaine manière, il s’agit même de faire de l’étude des pratiques militantes un sujet d’étude comme un autre.

5Enfin, relire Bourdieu dans cette perspective, à commencer par le Bourdieu épistémologue, suppose que l’on écarte quelques représentations sommaires de son œuvre. Il s’agit tout d’abord, comme on le verra plus loin, de questionner l’idée commune selon laquelle les principes épistémologiques définis dans Le métier de sociologue auraient été rendus caduques par l’évolution générale de la sociologie et que Bourdieu lui-même s’en serait de fait éloigné. Il s’agit également, on y reviendra, de ne pas s’en remettre à l’idée courante que La misère du monde constitue une sorte d’îlot de sociologie « compréhensive » dans un océan de « positivisme ». En fait, font obstacle à la réflexion entreprise ici les relectures biographiques qui tentent d’opposer un Bourdieu à un autre : l’enquêteur à l’épistémologue, le dernier au premier ou à celui de la fin des années 1960. À l’inverse, le parti pris qui consisterait à postuler l’unité et la totale continuité de l’œuvre en oublierait l’un des traits les plus marquants : le fait que cet auteur se soit efforcé de dépasser toute une série d’oppositions épistémologiques et théoriques et les reformulations successives qu’il a proposées de ce projet initial. Avant toute « montée en généralité » à visée unificatrice et plutôt que de traquer quelque antinomie ou tournant supposé de l’œuvre, il importe donc de saisir la complexité des écrits, y compris de ceux jugés les plus datés. Il convient également de prendre en compte les pratiques de recherche de l’auteur, en lien avec ses écrits. Procéder à un tel examen peut précisément contribuer à réarticuler sociologie du dévoilement et posture compréhensive, critique sociale et ambition scientifique, ou plus exactement, à montrer comment elles peuvent être associées dans l’exercice même de la recherche.

Le primat de la rupture : la familiarité comme obstacle

6Il faut donc, en premier lieu, revenir au Métier de sociologue, écrit en commun avec Chamboredon et Passeron, et publié en 1968. On le sait, l’accent majeur est mis dans l’ouvrage sur la nécessité de la rupture, comme préalable, ou plutôt, comme urgence première de la démarche de recherche en sciences sociales (ibid., p. 24). Selon la formule de Bachelard, et en opposition à l’empirisme tout autant qu’au conventionnalisme, l’ordre des raisons épistémologique impose que le fait scientifique soit d’abord conquis pour pouvoir être construit et enfin constaté. Et le premier paragraphe du premier chapitre l’explicite plus avant : la familiarité est l’obstacle épistémologique premier « parce qu’elle produit continûment des conceptions ou des systématisations fictives en même temps que les conditions de leur crédibilité » (ibid., p. 27).

7Il n’est pas seulement question ici des étapes initiales de la recherche, tant il est vrai que les prénotions ou la demi-science peuvent revenir subrepticement à tous les moments de l’investigation : de la constitution de la documentation à l’analyse des résultats, de la fabrication d’un questionnaire au découpage du champ de l’étude. Mais, pour que l’investigation puisse véritablement débuter, il est utile de recourir à une série de techniques qui permettent de se déprendre d’emblée, si ce n’est de façon définitive, des catégories du sens commun. Les auteurs évoquent trois de ces techniques : la mesure statistique comme mode de « déconcertation des opinions premières », la « définition préalable » de l’objet comme construction théorique « provisoire » et la « critique logique et lexicologique du langage commun » (ibid., p. 28-29).

8Tout au long de la recherche, il s’agit en réalité de tenir à distance les interprétations de leurs actions que proposent spontanément les agents sociaux (selon le principe de la non-conscience) (ibid., p. 29 sq.), celles que les chercheurs tendent à formuler à leur tour (contre l’illusion du savoir immédiat) (ibid., p. 27), mais aussi le prêt-à-penser des modèles théoriques les plus englobants, qui n’auraient plus d’autre fonction que l’enregistrement du réel selon des découpages intangibles (la tradition théorique pouvant être traitée comme sens commun savant) (ibid., p. 43 sq.). Dans les allers et retours entre construction théorique et confrontation aux faits, la vigilance du sociologue doit au contraire le porter à une forme d’attention à l’inattendu, au principe d’un art de l’invention qui inclut et organise l’art de la preuve (ibid., p. 17-18).

9On aurait tort de considérer Le métier de sociologue comme un élément un peu archaïque de l’œuvre de Bourdieu. Le livre répondait sans nul doute à un contexte. En cette fin des années 1960, il s’agissait en un sens de prendre appui sur le positivisme dominant de l’époque pour mieux le déborder, en montrant de quelle façon la sociologie scientifique a nécessairement partie liée avec la critique du sens commun et, par là, avec celle de la domination. Par la suite, la posture épistémologique de Bourdieu a incontestablement connu des infléchissements, lorsqu’on passe par exemple de la tentative de modélisation logique typique de La reproduction – contemporaine du Métier de sociologue –, au raisonnement probabiliste ponctué de restitutions de la vie ordinaire qui se livre dans La distinction et dans nombre d’écrits des années 1970-1980, ou encore à l’argumentation essentiellement généalogique de La domination masculine. Pour autant, les principes énoncés dans Le métier de sociologue inspirent encore très largement les travaux ultérieurs, la nécessité de la rupture et la perspective du dévoilement ne cessant d’inspirer les œuvres de la dernière période. Et il n’est pas jusqu’à La misère du monde, souvent présentée comme l’occasion d’un « retournement » théorique et épistémologique spectaculaire, qui ne puisse, pour une part au moins, être située dans cette perspective.

10Ainsi, dans le chapitre conclusif de cet ouvrage, intitulé « Comprendre », Bourdieu restitue les principes d’une méthode d’enquête engageant les savoirs sur le monde social, les savoir-faire et la réflexivité de toute une équipe de chercheurs, pour contrôler tous les effets que produisent sur les entretiens les structures sociales dans lesquelles ils sont accomplis (1993, p. 904), mais aussi pour que ces entretiens permettent de recueillir les éléments nécessaires à leur propre explication (ibid., p. 909), et trouvent finalement leur place dans une reconstitution raisonnée des différents espaces et processus sociaux dans lesquels s’engendrent les formes contemporaines de la souffrance sociale. Car s’il convient, nous dit l’auteur, dans ce type d’enquête plus qu’en tout autre, de restituer le point de vue de chacun des interviewés en se mettant « à sa place en pensée » (ibid., p. 910), il s’agit aussi de replacer ce point de vue dans les structures où il prend sens, d’orienter l’interrogation (et les observations) en fonction des hypothèses qui se redéfinissent au cours de l’enquête et de l’entretien lui-même, pour réaliser ce que Bourdieu appelle une objectivation participante (ibid., p. 912). À condition, dit-il encore, que l’on se soit débarrassé de la vieille distinction diltheyenne entre comprendre et expliquer (ibid., p. 910). Loin de se convertir à une certaine « sociologie compréhensive », qui tend à mobiliser Weber contre Marx et Durkheim, il réengage ainsi la démarche explicative dans l’approche des subjectivités.

  • 5 Par exemple dans le passage fameux, consacré aux ouvriers post-soixante-huitards et intitulé « Une (...)

11On voit que si déplacement il y a par rapport au Métier de sociologue, il tient essentiellement au fait de donner une place singulière à la technique de l’entretien, instrument jusqu’alors peu prisé par Bourdieu et utilisé ici sur un mode spécifique, de façon très peu standardisée : l’esprit méthodologique est proche de celui de la psychanalyse, évoquée dans l’ouvrage et à laquelle il faisait explicitement référence dans son séminaire de l’EHESS, au début des années 1990. L’objectivation reste l’objectif, même si elle repose moins ici sur la démonstration statistique que sur le travail de dévoilement que permet de coproduire la situation d’un type particulier d’entretien, à la fois fortement contextualisé, approfondi et, pourrait-on dire, maïeutique. Ce déplacement n’est pas sans effet sur la posture théorique de Bourdieu. Ainsi, la question des désajustements structuraux, que l’on avait vu tenir une place importante dans les travaux sur l’Algérie et plus minime dans Les héritiers et La distinction5, trouve une place centrale dans le modèle théorique qui traverse La misère du monde. De la même façon, l’une des intentions du livre, qui consiste à donner la parole aux victimes de la souffrance sociale, tranche avec les visées critiques de toute une lignée de travaux consacrés au champ intellectuel et aux dominants. Il n’en reste pas moins que sous l’angle épistémologique, on n’observe pas de véritable rupture. L’auteur invite d’une certaine façon à une relecture non formaliste du Métier de sociologue, plaçant en son centre la question de l’habitus scientifique du chercheur.

Les risques de la position scolastique : la familiarité comme ressource

12Si l’on revient effectivement à ce dernier ouvrage, on voit que la familiarité ne se présente pas uniquement comme un obstacle épistémologique. La distance au terrain étudié, aux groupes sociaux ou aux situations concrètes, et plus largement l’éloignement du monde, peuvent, selon les trois auteurs, apparaître tout aussi problématiques. Nombre de passages du Métier de sociologue peuvent ainsi être compris sur le mode de mises en alerte à l’encontre de toutes les perversions de la construction sans contrôle, contre tous les « abus de pouvoir » de la théorie ou de la méthode, et plus spécifiquement contre ceux qui ont pour principe explicatif l’éloignement des réalités empiriques.

13Le plus immédiatement significatif de ces passages est probablement celui qui est consacré, dans la conclusion, aux différentes formes de l’ethnocentrisme (Bourdieu, Chamboredon & Passeron, 1968, p. 100, sq.). Il y est montré que comme l’ethnologue ou l’historien, le sociologue peut en premier lieu, par ignorance des contextes et des significations particulières qui prennent place dans ces contextes, engager dans ses interprétations le point de vue sur le monde lié à sa position et à sa trajectoire sociales, les questions que son groupe d’appartenance se pose sur les autres groupes sociaux, sa vision des diverses façons d’être et d’agir, de parler, de consommer, de se tenir, de se révolter ou ne pas se révolter. Mais, autant que l’ethnocentrisme de classe, et le prenant parfois pour prétexte, c’est aussi l’ethnocentrisme spécifique de la classe intellectuelle qui peut faire obstacle à la production du savoir sociologique, comme on le voit dans le cas de ces chercheurs qui prennent fait et cause, sans nécessairement se soumettre à un examen rapproché des phénomènes étudiés, pour les qualités déniées de la culture populaire, ou pour les vertus de la jeunesse.

14Selon les auteurs du Métier de sociologue, il faut également s’arrêter sur le cas de certaines techniques, comme celle de l’entretien semi-directif, sous sa forme la plus routinisée, qui donne, comme il est dit dans la deuxième partie, toutes les garanties apparentes de la fidélité au réel et de la « neutralité axiologique », mais qui enferme pourtant nombre de présupposés, comme celui de se donner des « sujets sociaux également prédisposés à parler également de toutes choses et, avant tout, d’eux-mêmes, et également aptes à adopter un rapport à la fois contraignant et intempérant avec le langage » (ibid., p. 61). À l’inverse, l’observation ethnographique, si elle doit elle aussi s’armer théoriquement, réalise « plus complètement l’idéal de l’inventaire systématique opéré dans une situation réelle » (ibid.). Et, comme il est dit dans la troisième partie : « il n’est pas jusqu’à l’intuition qui ne puisse recevoir une fonction scientifique, lorsque, contrôlée, elle suggère des hypothèses et même contribue au contrôle épistémologique des autres opérations. » (Ibid., p. 82). Quand l’appréhension intuitive de

l’unité immédiatement perceptible d’une situation, d’un style de vie ou d’une manière d’être, conduit à interroger dans leurs relations signifiantes des propriétés et des relations qui ne se donnent que successivement dans le travail d’analyse, elle constitue une protection contre l’atomisation de l’objet qui découle par exemple du recours à des indicateurs incapables d’objectiver sans les émietter les manifestations d’une attitude ou d’un ethos. (Ibid., p. 83)

15Ce double rejet de l’intuitionnisme et du positivisme a trouvé sa traduction, dans la décennie qui a suivi, dans les développements du Sens pratique, ouvrage qui recourt au raisonnement probabiliste tout en s’appuyant largement sur la méthodologie ethnographique, et qui théorise la nécessité de la rupture avec le théoricisme du structuralisme sans renoncer à ses acquis explicatifs. Cette posture s’exprime d’une autre façon dans La distinction qui, sous l’angle méthodologique, utilise prioritairement des matériaux statistiques tout en les croisant avec des descriptions ethnographiques et qui, sous l’angle théorique, entend se situer au plus près de l’expérience ordinaire de la vie sociale et proposer dans le même mouvement une analyse générale des rapports sociaux. Une posture analogue pourrait être retrouvée dans nombre d’ouvrages postérieurs, empiriques ou théoriques. Mais il faut surtout évoquer ici les Méditations pascaliennes, ouvrage tardif où les techniques d’enquête ne sont abordées que marginalement, et où il est moins question que dans Réponses et toute une série d’autres écrits théoriques du dépassement de l’opposition entre objectivisme et subjectivisme, mais plus directement des rapports entre l’expérience ordinaire et le point de vue scolastique. Parce que la logique de la pratique demeure inaccessible à la pensée scolastique, y explique notamment Bourdieu, il s’agit que celle-ci se déprenne d’elle-même par l’objectivation du sujet objectivant et des conditions pratiques de l’objectivation. La question épistémologique revient ainsi au premier plan et avec elle se réaffirme la critique du formalisme théorique ou méthodologique.

Les usages de la familiarité « réflexive »

16Si la familiarité est l’obstacle premier dans l’ordre des raisons épistémologiques, la posture scolastique semble ainsi représenter pour Bourdieu un péril tout aussi important, et une proximité armée en quelque sorte contre elle-même peut constituer un puissant atout pour déjouer la propension, propre à la pensée raisonnante, à l’artificialisme. Dès lors que l’on est en mesure d’inclure à l’analyse le rapport que l’on entretient avec lui, un objet construit sur un terrain familier peut donner l’occasion de produire une analyse mieux informée des logiques pratiques à l’œuvre dans la vie ordinaire. Cette posture peut être résumée par l’expression « familiarité réflexive ».

17Dans sa pratique de la recherche, Bourdieu s’est lui-même attaqué à toute une série d’objets traités selon ce type de démarche. On peut bien entendu citer dans cette perspective tous les travaux ancrés dans les différentes expériences qu’il a faites de la vie sociale, tels Homo academicus ou La noblesse d’État, mais aussi Les héritiers (ouvrage dont on sait qu’il est en fait très largement consacré aux « boursiers »), ou, plus en amont, sous l’angle de sa trajectoire, Le bal des célibataires (2002c), ou encore, plus en aval, toutes les recherches qu’il a consacrées au champ scientifique. Et l’Esquisse pour une auto-analyse (2004) peut être lue à la fois comme la résultante de l’ensemble de ces recherches, ou mieux, comme un exercice autorisé par elles, mais aussi en un sens comme l’expression de ce qui s’était engagé en chacune, et qui en a permis le véritable déploiement.

  • 6 Voir Geay (2005).
  • 7 Voir Bourdieu & Boltanski (1976).

18On peut également évoquer ce que fut sa pratique de recrutement et de formation des doctorants. Faute d’éléments complets sur ce point (qui mériterait d’ailleurs en lui-même une véritable recherche), je dirai seulement deux mots des doctorants de ma génération, qui semblent pour la plupart se distinguer par des propriétés paradoxales : non passés par les grandes écoles, ils avaient vu leur reconnaissance scolaire s’accroître au fil de leurs études universitaires, en même temps qu’ils avaient accumulé une expérience diversifiée du monde social ; chacun d’entre eux, à sa façon, apparaissait ainsi comme le type même de l’agent en porte-à-faux, pris entre attachement et rejet de son milieu d’origine, fascination et défiance à l’égard du milieu intellectuel ; et lorsque Bourdieu discutait avec eux de leur sujet de thèse ou de la façon de l’aborder, il ne cessait de les ramener vers cette connaissance pratique du monde social dont chacun disposait dans les domaines les plus épars : pratiques sportives, études de philosophie, pratiques scolaires, syndicalisme enseignant ou pratiques musicales6… Il est vrai que, dans cette période bien spécifique sur le plan politique que constituait la fin des années 1980, il était peut-être particulièrement opportun de les prémunir contre toutes les espèces de pensée molle qui tendaient à envahir l’espace de production intellectuelle. La génération d’après, dont il se trouve qu’elle avait plus souvent bénéficié d’un passage par les grandes écoles et d’un contexte politique plus florissant, s’est quant à elle davantage intéressée aux lieux de production des savoirs, et à ce que Bourdieu (avec Boltanski) avait appelé, dans les années 1970, la production de l’idéologie dominante7.

19Mais on ne peut surtout oublier dans cette recension le cas de Loïc Wacquant, qui incarne de façon illustre la génération située juste avant la mienne et dont les pratiques de recherche représentent plus que toutes les autres cette importance donnée à l’expérience pratique dans la production de la connaissance sociologique. Car d’une certaine façon, avec Corps et âme, Wacquant radicalise le point de vue de Bourdieu sur cette question.

20La familiarité ne procède pas chez lui d’une expérience antérieure de l’univers étudié mais de la méthode de l’immersion chère aux ethnologues, et qui s’est illustrée par toute une filiation de travaux dans la ville même où l’auteur mène son enquête, Chicago. Inscrit pendant plusieurs années dans un club de boxe d’un quartier du ghetto noir de la ville, l’auteur note jour après jour les difficultés qu’il rencontre dans l’adaptation de son corps et de ses dispositions éthiques aux exigences de cette pratique sportive ; il restitue les structures spatiales et temporelles de la pratique et ce en quoi elles contribuent à la socialisation secondaire qui s’opère dans le ring, véritable miroir renversé de l’univers social dans lequel il est encastré ; il analyse les trajectoires de ses amis du gym et de son coach, devenu pour lui, ainsi qu’il le souligne, un second père ; il restitue la ferveur de l’« engagement charnel » de la préparation et des matchs, lorsque devenu « Busy Louis », il entre dans la compétition des Chicago Golden Gloves, le plus prestigieux tournoi amateur de la ville.

21Comme Wacquant le dit lui-même, son écrit combine alors l’analyse sociologique et l’évocation littéraire. Et c’est au croisement des deux qu’il apporte ses contributions les plus originales à une sociologie du corps et de l’apprentissage par corps, en particulier lorsqu’il montre que, loin des représentations héroïques de l’art pugilistique, l’entraînement s’apparente en bien des points à la discipline du travail d’usine et à l’usinage de soi. Si l’auteur développe alors une forme d’écriture qui lui est propre, les pistes d’analyse qu’il développe ne sauraient être considérées comme tout à fait hétérogènes à celles défendues par Bourdieu ; la place singulière qui a été la sienne parmi les élèves de celui-ci, et le soutien constant qu’il a reçu de lui, invitent à y trouver un prolongement spécifique de la sociologie de la pratique.

22Mais, pour en finir de façon provisoire avec cet examen des différents usages de la familiarité réflexive dans la pratique sociologique de Bourdieu, il faut encore revenir à La misère du monde, non plus sous l’angle de ses principes épistémologiques et de sa technique d’enquête, mais sous celui des conditions d’enquête « boursiers »

23Parce qu’il s’agissait de restituer des espaces de points de vue qui, pris ensemble, devaient concourir à produire un tableau général des formes d’engendrement de la souffrance sociale, mais aussi parce qu’il fallait créer les situations d’entretien les mieux ajustées pour produire par elles-mêmes des éléments d’objectivation, l’équipe de chercheurs fut en premier lieu mobilisée pour trouver des agents à interviewer dans des univers sociaux, géographiques et professionnels différenciés, dans l’objectif de constituer progressivement et de façon raisonnée un ensemble de corpus complémentaires.

24Bourdieu s’efforça également de « diversifier les enquêteurs en faisant un emploi systématique de la stratégie à laquelle William Labov avait eu recours dans son étude du parler noir de Harlem : pour neutraliser l’effet d’imposition de la langue légitime, celui-ci avait demandé à de jeunes Noirs de mener l’enquête linguistique » (Bourdieu, 1993, p. 908) ; pour l’équipe de La misère du monde, l’idée était de neutraliser « un des facteurs majeurs de distorsion de la relation d’enquête en formant aux techniques de l’enquête des personnes qui pouvaient avoir accès sur le mode de la familiarité à des catégories d’enquêtés » (ibid.) qu’elle souhaitait atteindre. Car « lorsqu’un jeune physicien interroge un autre jeune physicien (ou un acteur un autre acteur, un chômeur un autre chômeur, etc.) avec lequel il partage la quasi-totalité des caractéristiques capables de fonctionner comme des facteurs explicatifs majeurs de ses pratiques et de ses représentations, et auquel il est uni par une relation de profonde familiarité, ses questions trouvent leur principe dans ses dispositions, objectivement accordées à celles de l’enquêté. » (Ibid.).

25En définitive, si le dispositif se révéla fructueux pour recueillir des matériaux sociolinguistiques, il ne permit pas toujours de prélever les indices d’objectivation suffisants. Il demandait sans doute un peu trop aux enquêteurs occasionnels. La production des autres entretiens, réalisés directement par les chercheurs, obéit néanmoins à des principes analogues. Chacun était ainsi invité à retourner sur ses propres terrains d’enquête, ou à mobiliser ses relations de famille ou d’enfance – sans toutefois puiser parmi ses proches –, de telle sorte qu’il en sache déjà beaucoup sur ceux qu’il allait interroger, que la violence symbolique de l’entretien soit la plus réduite et surtout la mieux contrôlée possible, et que dans cette relation de connivence particulière qui s’instaurait alors, dans un esprit de « retrouvailles » ou de découverte bienveillante, le temps de l’entretien soit une sorte de moment d’exception où les agents en présence pouvaient travailler à dire ensemble la vérité de la condition sociale de l’interviewé.

26Cet inventaire non exhaustif de différents usages d’une familiarité réflexive conduit ainsi à différentes pratiques qui vont d’une forme de retour vers des univers sociaux fréquentés dans le passé, ou que l’on fréquente en même temps que d’autres univers, à l’immersion dans des univers jusqu’alors inconnus ; il rassemble des techniques utilisées ponctuellement dans le dispositif d’enquête et des méthodes toutes entières traversées par une telle posture. Quelques aspects transversaux peuvent toutefois être relevés : la nécessité dans tous les cas de produire des éléments de contextualisation et d’objectivation ; le recours à une sociologie de l’observateur et de la relation d’enquête ; l’opportunité que constituent les situations de double-appartenance, synchroniques ou diachroniques. De ces éléments dépendent pour une bonne part la possibilité que s’effectue le double processus d’engagement et de désengagement, de perception de l’intérieur et de distanciation, qui conditionne l’accès, sur un mode objectivé, à la connaissance des pratiques sociales.

Le cas d’une mobilisation étudiante

27C’est dans ce type de conditions bien particulières que la proximité ou l’immersion peuvent contribuer à la constitution d’une sociologie des pratiques militantes. Je m’appuierai ici sur l’exemple de la recherche que j’ai dirigée sur le mouvement étudiant de 2006 pour en donner quelques illustrations. La proximité aux étudiants mobilisés s’y est en effet présentée à la fois comme une difficulté et comme une ressource, mais surtout, elle y est devenue un élément décisif du dispositif d’enquête en même temps que la question de la production des pratiques militantes en devenait une interrogation centrale.

28Cette enquête collective a été conduite dans des conditions particulières. Profitant de l’occasion assez exceptionnelle d’une mobilisation locale d’ampleur qui était présentée comme exemplaire au niveau national, nous avons entrepris, dès les premières semaines du mouvement, un travail d’objectivation à l’aide de quatre types d’outils : données de cadrage nationales et locales, et questionnaire, pour rendre compte des conditions de possibilité générales et spécifiques de la mobilisation, des caractéristiques des fractions les plus mobilisées et de la structuration sociale du conflit ; entretiens approfondis et enquête téléphonique complémentaire auprès des membres de la « coordination » locale, pour analyser les trajectoires et les représentations du travail, des études, de la politique et du mouvement lui-même chez les plus engagés ; observations directes et corpus de documents audiovisuels pour étudier les pratiques, les dispositifs protestataires, les hexis corporelles ; enfin, corpus d’articles de presse à l’échelle nationale et locale pour reconstituer les luttes pour la représentation du mouvement, en complément des entretiens et des observations.

29Nous avons ainsi collecté de nombreux matériaux « à chaud » et d’autres dans les mois qui ont suivi, en fonction de l’évolution des hypothèses, avec dès le départ le sentiment qu’il n’est pas si courant d’être en mesure de procéder à une sorte d’objectivation in vivo d’un mouvement social d’une certaine intensité. Peu à peu, nous avons formé le projet de tenter de l’analyser comme une sorte de phénomène social total, en allant de ses conditions de possibilité, à la production de ses cadres et de sa mémoire, en passant par les aspects charismatiques ou les luttes symboliques au travers desquels il s’est constitué et a connu une série de transformations.

  • 8 Geay (2009).

30Les données recueillies dans l’enquête et les conclusions que nous en avons tirées ont été exposées dans un livre publié en 20098. Je n’y reviendrai pas en détail ici. Je voudrais plutôt m’intéresser à un aspect de ce travail : le fait que nous n’aurions pu développer cette investigation dans toutes ses dimensions sans bénéficier d’une grande proximité avec les étudiants mobilisés. Au-delà de l’observation directe des réunions et des manifestations, et avant même d’avoir problématisé notre objet dans toutes ses dimensions, il s’agissait par exemple de se mêler au petit groupe des plus mobilisés, dans des moments de convivialité ou de discrète élaboration des stratégies mises en œuvre, pour saisir les affects constitutifs du groupe ou pour appréhender la façon dont le dispositif d’action recomposait en une nouvelle configuration les manières de faire déjà expérimentées par les uns et par les autres en d’autres circonstances. Le questionnaire lui-même ne put être diffusé que parce qu’il fut coproduit avec certains membres de la « coordination » locale, prenant appui sur leur souhait de réaliser un « sondage » auprès des participants aux assemblées générales sur le type d’action à conduire. La collecte des matériaux fut donc largement facilitée par le fait que la plupart d’entre nous avions, dès le début du mouvement, participé aux manifestations et aux assemblées générales et noué des relations personnelles avec nombre des étudiants les plus actifs. L’un des doctorants de notre équipe avait même été parmi les initiateurs du « blocus » puis avait joué, en tant qu’ancien de SUD-Étudiant, le rôle d’une sorte de conseiller en syndicalisme – au sein d’un mouvement plutôt modéré dans ses mots d’ordre, regroupant un ensemble très différencié de sensibilités, et dont l’une des particularités était de s’être constitué hors de tout encadrement syndical. J’étais moi-même l’un des enseignants les plus engagés dans ce que nous avions baptisé, avec les syndicalistes du SNESup et de SUD-Éducation, « l’accompagnement » du mouvement, et j’étais sans doute le plus présent, jour après jour, pour, comme disent les militants, « faire le lien » entre les personnels et les étudiants, dans les réunions de la « coordination » étudiante, les assemblées générales de personnels et d’étudiants, les défilés ou les actions plus radicales comme les « occupations » du rectorat ou les « blocus de ville ».

31À plusieurs reprises, au cours du travail d’exploitation du matériel et du travail d’écriture, nous nous sommes interrogés sur le problème que pouvait constituer cette proximité avec les étudiants, et sur ce que nous devions faire du fait que nous étions cités dans les entretiens, et que, ici ou là, nous apparaissions dans les documents audiovisuels et dans la presse, tantôt comme « observateurs », tantôt comme « acteurs » du mouvement.

32Certains des doctorants, soucieux de ne pas disqualifier d’emblée notre recherche et de valoriser au contraire le long travail d’objectivation et d’analyse auquel nous nous étions soumis, étaient plutôt favorables à faire disparaître du matériel tout ce qui aurait pu faire penser à une connivence excessive avec les étudiants mobilisés, et par là, à une sociologie un peu « molle », car un peu trop « politique », au mauvais sens du terme. D’autres paraissaient moins gênés par notre apparition dans nos matériaux d’observation, y trouvant l’expression de la rigueur de notre méthode, et aussi, sans doute, une source de fierté collective. J’étais, pour ma part, pour le moins partagé, conscient que je retrouvais là certains des aspects les plus paradoxaux de la démarche d’investigation qui avait caractérisé mon travail de thèse, lorsque, enquêtant sur un univers syndical dont j’étais moi-même issu, je m’étais dans un premier temps abandonné à une sorte de réflexe positiviste (je souhaitais initialement objectiver les transformations du champ syndical des instituteurs à l’aide d’une enquête quantitative menée simultanément dans plusieurs départements) avant de revenir sur mes propres traces, dans mon département d’origine, pour y redécouvrir, par les voies d’une enquête à la fois statistique, historique et ethnographique, tout ce que je connaissais sans le voir vraiment. Je redécouvrais en effet ce qui relevait de la persistance d’une emprise institutionnelle où se révélait toute l’histoire des luttes corporatives, mais que j’avais d’abord perçu comme une sorte de familialisme assez insupportable et que j’avais hésité, par prudence épistémologique, à prendre pour objet d’étude. La proximité avec mon milieu d’origine avait alors joué un rôle important pour finalement construire, au prix d’un long détour, une interprétation des bouleversements que connaissait le syndicalisme enseignant à la fin des années 1980. Mais le type de phénomène étudié, à forte composante institutionnelle, et le fait que je m’étais entre-temps éloigné de cette profession et que je n’apparaissais pas dans les matériaux, m’avaient conduit à rester relativement discret sur mon implication passée dans ce que j’avais enquêté.

33Si, dans le cas du mouvement étudiant de 2006, nous avons finalement décidé de mettre en avant notre participation à la mobilisation, sans toutefois lui accorder plus d’importance qu’elle n’en avait, c’est parce que la recherche elle-même nous conduisait à analyser des phénomènes qui nécessitaient pour les comprendre le type de posture qui était la nôtre.

Des conditions de la pratique à sa mise en forme

34Ainsi, pour saisir la fabrication ordinaire du mouvement, la prise de parole des principaux leaders devint l’un des aspects privilégiés de notre investigation, qu’il s’agisse de la prise de parole sur les points de « blocus » des facultés – lorsque ceux-ci se trouvaient menacés –, au cours des actions plus ou moins spontanées qui étaient organisées en marge des manifestations ou lors des assemblées générales. Pour mener à bien cette étude, nous disposions de nos prises de notes, des rushes récupérés auprès d’une petite équipe de documentaristes ou des étudiants eux-mêmes, et des entretiens avec les porte-parole concernés et avec ceux qui militaient à leurs côtés. Les éléments collectés consistaient ainsi à la fois en descriptions et en récits, en corpus langagiers provenant de diverses situations, mais aussi en une série de notations sur les hexis corporelles, les gestes et les dispositifs matériels des moments de délibération ou d’action. Mais si ces matériaux nous permirent de tester de façon systématique, et sur le mode de l’objectivation sociologique, une série d’hypothèses, celles-ci furent malgré tout largement le produit de la connaissance intime que nous avions du phénomène.

35Pour analyser comment les façons de parler et de représenter le groupe des principaux orateurs étaient perçues par les autres étudiants et comment elles contribuaient (ou non) à l’unification symbolique et pratique du groupe mobilisé, il fallait en particulier distinguer les prises de parole les plus enflammées et les plus apparemment « charismatiques » de celles qui étaient perçues comme les plus « authentiques » et les plus « en phase » avec la mobilisation. Dans cet univers où l’expérience syndicale faisait l’objet de la plus grande méfiance, et où un style « non violent », « démocratique » et « ludique » apparaissait de plus en plus comme la marque singulière du mouvement, il convenait de restituer de quelles manières s’acquiert la reconnaissance des pairs, en sachant par exemple intervenir de la façon la plus « utile » pour conquérir l’adhésion du plus grand nombre, en choisissant le meilleur moment et les meilleurs arguments, en se distinguant par ses compétences spécifiques sans jamais en faire de démonstration ostentatoire. En rapportant l’ensemble de ces éléments à l’étude des grandes assemblées générales organisées dans un stade de football à proximité du campus, nous avons replacé ces manières de parler et les propriétés sociales des différents protagonistes dans l’ensemble du dispositif où elles faisaient sens : cadres matériels, modes de délibération (usant par exemple de codes gestuels en remplacement des applaudissements), technique de vote (sur un mode quasi secret). Et nous en sommes venus à décomposer le phénomène en prenant en compte les savoirs engagés dans la production de la parole politique – comme la connaissance des revendications ou des procédures de vote –, les stratégies plus ou moins concertées d’intervention dans le cours des débats – telles qu’elles se livrent lors des réunions préparatoires, dans les apartés ou dans les entretiens – et la part d’émotions et d’ajustements spontanés qui se réalisent en situation. Ainsi, nous avons inscrit l’étude comparative des effets proprement charismatiques de la prise de parole des principaux leaders dans une étude plus large des formes d’ajustement entre les propriétés des individus concernés, celles du dispositif de délibération et celles du contexte politique immédiat, ou pour parler comme Austin (1991), entre la convention, les personnes et les circonstances.

36Face à l’alternative scolastique entre une interprétation proprement utilitariste de la prise de parole et une forme de psychologisation du charisme, et loin de renouer avec la vision mystique de la dynamique fusionnelle des mobilisations sociales, propre à certains discours militants, nous avons ainsi construit un système d’interprétation de l’effet charismatique qui échappe à la fois à la réification des dispositions des individus, à celle des structures dans lesquelles elles s’expriment ou à celle du mouvement lui-même.

37La complicité qui s’était instaurée entre nous et certains des porte-parole fut également intégrée à cette analyse. Il apparaissait en effet que la diversité des relations affectives que nous pouvions nouer avec les principaux protagonistes du mouvement n’était pas sans lien avec leurs trajectoires, en particulier par le fait que certains d’entre eux vivaient leur expérience universitaire sur le mode d’une socialisation anticipatrice aux métiers de l’enseignement et de la recherche, et que ces mêmes propriétés relatives donnaient à leurs interventions auprès des étudiants une légitimité particulière. En découvrant que leurs origines sociales étaient en réalité plus élevées que celles de la plupart des membres de notre équipe de recherche, alors que ceux qui étaient plus distants de nous étaient d’origine plus populaire, nous nous placions à la fois en situation de mettre à distance notre propre expérience du mouvement et d’apprécier la complexité des affinités d’habitus dans les contextes politiques multi-générationnels.

38Cette familiarité avec le terrain d’enquête a, de la même façon, été mobilisée pour comprendre l’espèce de nécessité qui s’impose aux représentants du groupe d’être en certaines circonstances aux « avant-postes » de l’action, par exemple, lorsqu’un porte-parole peu favorable à l’« occupation » d’un lieu public se place néanmoins aux avant-postes pour, dans le même mouvement, tempérer la réaction de la police et conserver son capital de reconnaissance. Plus largement, les émotions spécifiques qui traversent les individus engagés dans une altercation ou lors d’une action « à risques » ont d’autant mieux été approchées que le chercheur était disposé à les partager, avant de se mettre de nouveau en situation de les « traiter comme des choses ». Ce fut en particulier le cas à l’occasion de deux « blocus de ville », où les étudiants sont parvenus à stopper la circulation automobile de l’agglomération, au prix d’une sorte de jeu de poursuite avec la police, consistant à établir et à déplacer des barrages routiers tout au long de la journée. Car si les émotions éprouvées dans les cadres les plus ritualisés, comme les assemblées générales ou les manifestations, se signalent de façon relativement manifeste à l’observateur « extérieur », il n’en va pas nécessairement de même dans le cas de ces modes plus singuliers d’engagement, lorsqu’il faut tour à tour participer aux ajustements tactiques de nature à faire se prolonger l’action, prendre sa part de l’exposition corporelle qui découle de la confrontation répétée avec les automobilistes et avec les forces de l’ordre, ou encore demeurer en position de médiateur dans l’hypothèse où la « guérilla » symbolique dégénérerait en bagarre rangée. Ce sont alors les dispositions des principaux leaders et celles des étudiants les plus en pointe dans ce type d’action qui se livrent à l’observation rapprochée et peuvent être analysées au regard de la diversité de leurs expériences socialisatrices.

39Cette proximité a également permis de s’interroger après-coup sur les relations spécifiques qui s’instaurent entre les différents types d’acteurs politiques qui prennent peu à peu position dans le conflit, comme celles qui se nouent entre des étudiants de style anti-institutionnel et un président d’université, marquées par toute une série de variations dans les prises de rôle et par une sorte de jeu avec le principe de subordination maître-élève, ou les syndicalistes salariés de telle ou telle organisation – une animosité spécifique s’instaurant par exemple, au bout de quelques semaines, entre la « coordination » étudiante et les représentants de Force ouvrière, particulièrement peu en sympathie avec le style « spontanéiste » et un peu « donneur de leçon » de ces leaders néophytes dont l’entreprise politique donnait tous les signes de la réussite.

Le sens pratique protestataire

  • 9 Les matériaux que nous avons ici mobilisés sont de trois types : 1) informations statistiques sur l (...)

40Dans une autre direction, une partie de l’analyse s’est concentrée sur le moment de démarrage du « blocus » qui posait, pour peu qu’on l’envisage de façon pratique, toute une série de questions théoriques. En effet, alors que la mobilisation avait été précoce et atteignait des niveaux exceptionnels dans l’université prise comme terrain d’étude, elle s’était mise en place, comme on l’a vu, en dehors de toute initiative syndicale. De plus, le « blocus » avait été instauré après une assemblée générale réunissant à peine une soixantaine de participants, et sans qu’un langage commun ait encore été mis en forme, mais il avait connu immédiatement un très large succès. On ne pouvait dès lors que s’interroger sur l’espèce d’intuition qui avait guidé les premiers activistes dans leurs choix et sur les manières d’être et de parler qu’ils avaient mobilisées à l’entrée de chacune des facultés bloquées pour parvenir à être entendus par les autres étudiants9.

41L’analyse mit au jour l’espèce d’anticipation sur les effets politiques de la situation créée et l’ajustement aux relations sociales propres au milieu considéré, qui avaient été le propre de l’« avant-garde » du mouvement et avaient concouru à faire advenir la pré-vision qui était au principe de leur entrée dans l’action. Dans cette université de taille moyenne, au recrutement relativement populaire mais également marqué par la place qu’y occupent des étudiants issus des classes moyennes cultivées particulièrement exposés à la faiblesse des débouchés dans l’emploi industriel et commercial, l’accent mis aussi bien sur l’enfermement dans la précarité (que pouvait représenter le contrat première embauche (CPE)) que sur la mise en cause du devenir des étudiants (que pouvait signifier la disparition de nombreux postes aux concours de l’enseignement) était de nature à mobiliser toutes les fractions disponibles pour entrer en révolte contre le gouvernement. Par ailleurs, le recours à une forme d’amateurisme politique revendiqué, doublé d’une sorte d’appel à la « communauté étudiante », venait à la rencontre des prédispositions de ces publics à la fois directement concernés par les enjeux de la mobilisation et distants à l’égard des formes institutionnalisées du jeu politique et syndical. Les jeunes à l’origine de cette espèce de coup de force symbolique et pratique, plutôt originaires des classes moyennes cultivées et dont une bonne partie était en réalité dotée d’une expérience politique non négligeable (soit au Parti socialiste soit chez les anarchistes), sont ainsi parvenus à élargir le noyau le plus actif à des groupes sociologiquement proches mais sans aucune affiliation politique – les fractions les plus populaires du public étudiant apportant leur soutien au mouvement mais exprimant une moindre adhésion au style et aux modes d’action constitutifs du mouvement. Les entrepreneurs de mobilisation, en expliquant que chacun devait venir donner son avis et que tous devaient être placés en situation d’égalité face aux examens, en exprimant leur colère en même temps que leur commune impréparation face à leur possible irruption dans l’arène politique, se sont de cette façon placés en situation d’être immédiatement et durablement entendus par ceux qu’ils allaient représenter des semaines durant.

42De même que nous avions pu éprouver toute l’importance de se présenter, face aux enseignants-chercheurs, comme universitaires plutôt que comme syndicalistes, nous retrouvions, dans ce moment de démarrage d’apparence « explosive » du mouvement étudiant, le caractère décisif des façons de mobiliser son être social pour convaincre que l’on est un parmi les autres en même temps que le mieux à même de dire la vérité du groupe et de ses aspirations. Et de même que nous avions pu mesurer à quel point les interventions en assemblées générales sont d’autant plus efficaces qu’elles engagent des transferts dispositionnels et langagiers, et une sorte de découverte de l’image de soi lorsqu’on cherche à convaincre un parterre de collègues, nous pouvions procéder à des comparaisons systématiques des manières dont s’opéraient de tels transferts pour les étudiants (par exemple en mobilisant les ressources de leurs disciplines) et étudier les façons dont certains entraient dans de véritables apprentissages militants, essentiellement assurés par la voie de l’observation et de l’expérience, mais qui parvenaient à ce que progressivement ils en viennent à maîtriser les mots qui fâchent et les mots qui rallient, ou les moments où tel ou tel type d’intervention est le plus efficace.

43Après avoir reconstitué le style politique du mouvement, les phénomènes charismatiques qui le traversaient et la manière dont ils avaient été inaugurés, nous nous sommes en effet attachés à rendre compte du double processus d’apprentissage et de production des liens internes au groupe mobilisé. Notre familiarité avec les manières de faire des étudiants est ici intervenue pour interroger certaines des descriptions savantes de l’action collective, qui tendent à dépouiller les pratiques de leur part la moins « présentable » et font en réalité l’impasse sur les façons ordinaires de s’organiser ou de s’approprier les principes d’action qui se structurent au fil de la mobilisation. La division effective du travail qui s’observe dans les réunions ou sur les lieux d’« occupation », l’improvisation qui se réalise par réactivation des dispositions acquises en d’autres circonstances, ou encore l’espèce de mise en suspens des cadres matériels et temporels que l’on voit à l’œuvre dans les réorganisations de la vie quotidienne des individus les plus mobilisés ont alors été au principe de l’exploitation des matériaux d’enquête (en ce cas, pour l’essentiel : cahiers de terrain et documents audiovisuels).

44Nous en sommes venus à montrer de quelle façon l’organisation « informelle » du mouvement, qui en appelle aux « bonnes volontés » et récuse toute institutionnalisation des tâches, contribuait autant, dans le cas observé, à la production d’un fort sentiment de solidarité qu’à celle d’une division sexuelle et sociale du travail de mobilisation. Par ailleurs, en remettant en cause la notion quelque peu formaliste de « répertoire d’action » et en nous plaçant au niveau plus élémentaire des gestes, attitudes et codes en usage chez les étudiants, nous avons également reconstitué un « répertoire des pratiques » permettant d’analyser les formes d’improvisation tactique qui s’observent d’un jour à l’autre, et parfois, d’une heure à l’autre, chez les quelques centaines d’étudiants participant quotidiennement aux actions, en même temps que le processus de mise en cohérence et d’apprentissage qui en découle. Enfin, l’observation des lieux et celle des activités quotidiennes des différentes strates du groupe mobilisé ont permis de rendre compte de l’impression toute particulière, partagée par les étudiants les plus totalement engagés dans l’action, d’être en dehors des cadres habituels de sa propre existence et par là même davantage disposé à une sorte de reconfiguration partielle de son habitus.

Conclusion

45On voit par là que même si ce type de restitution du travail de terrain va de pair avec le fait d’assumer sa part d’engagements politiques concrets, ce qui est ici en cause, c’est moins la question de l’engagement politique du chercheur que celle d’une forme d’engagement dans l’action comme condition favorable à l’élaboration d’une sociologie de la pratique protestataire. On pourrait bien sûr élargir le propos à d’autres univers sociaux et à d’autres situations. Il faudrait alors intégrer à l’analyse les rapports de proximité et de distance qui se jouent non seulement dans les contiguïtés sociales les plus immédiates mais dans la façon dont les histoires sociales des enquêtés et celles des enquêteurs trouvent plus ou moins à se croiser, ou se présentent dans un rapport d’homologie. Dans de telles configurations, la mobilisation rigoureuse des expériences partagées ne relève en rien d’une sorte de fascination ou de connivence à l’égard de son objet d’étude. Ressaisies par le travail d’objectivation des conditions sociales qui les ont rendues possibles, et replacées dans un modèle interprétatif qui leur confère leur vertu heuristique, elles peuvent au contraire constituer le support d’un surcroît d’explication du social. Loin de la tentation du populisme, mais aussi en rupture avec les prudences d’un certain académisme.

  • 10 Voir Offerlé (1994), Fillieule (1997), Neveu (1996), Mathieu (2004), Cefaï (2007).

46Comprendre et analyser la pratique protestataire dans cette perspective, c’est se donner les moyens de dépasser les fausses alternatives qui habitent parfois encore la sociologie des mouvements sociaux, alternatives scolastiques que l’on n’a pu qu’évoquer ici. En prenant en compte la prééminence de la connaissance pratique dans la production des cadres et des modalités de l’action, on peut en particulier se tenir aussi bien à l’écart des approches utilitaristes de l’action collective que de la métaphysique des « nouveaux mouvements sociaux », des extensions les plus mécanistes de la « structure des opportunités politiques » ou de la perpétuation d’un marxisme rudimentaire qui laisse largement dans l’ombre les processus de production de la « conscience » politique. Une telle approche se situe largement dans le prolongement de la sociologie des mouvements sociaux – évoquée en introduction – que l’on a vu se constituer depuis une vingtaine d’années en France, par réimportation critique de la sociologie anglo-saxonne et selon une orientation empiriste outillée par des notions comme celle de « rétributions du militantisme », de « carrières militantes » ou de « capital militant10 ». Mais en plaçant au centre de l’investigation la question de la production et des transformations du sens pratique protestataire, elle offre la possibilité de s’intéresser davantage à ce qui se joue dans le cours des mobilisations sociales les plus intenses, lorsque la critique sociale prend corps et entre en quelque sorte dans les corps, lorsque l’ordre politique se voit ébranlé par une série de ruptures qui le mettent provisoirement et le plus souvent partiellement en péril, tout en contribuant à l’émergence de nouvelles visions politiques. En ce sens, s’il n’est ici question que du développement de la recherche sociologique, et si cet objectif requiert de longs détours méthodologiques et théoriques, il n’y a peut-être pas si loin entre la visibilisation du rôle politique que nous sommes parfois conduits à jouer et la reconnaissance, armée de toutes les préventions des sciences sociales, du travail critique réalisé en certaines circonstances par les agents sociaux.

Bibliographie

Austin John Langshaw (1991), Quand dire, c’est faire, Paris, Seuil [1962].

Bourdieu Pierre (1972), Esquisse d’une théorie de la pratique, Genève, Droz.

Bourdieu Pierre (1979), La distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Minuit.

Bourdieu Pierre (1980), « La grève et l’action politique », Questions de sociologie, Paris, Minuit, p. 251-263.

Bourdieu Pierre (1980), Le sens pratique, Paris, Minuit.

Bourdieu Pierre (1993), La misère du monde, Paris, Seuil.

Bourdieu Pierre (1994), Raisons pratiques. Sur la théorie de l’action, Paris, Seuil.

Bourdieu Pierre (1997), Méditations pascaliennes, Paris, Seuil.

Bourdieu Pierre (1998), La domination masculine, Paris, Seuil.

Bourdieu Pierre (2001), Langage et pouvoir symbolique, Paris, Seuil.

Bourdieu Pierre (2002a), Interventions, 1961-2001. Science sociale et action politique, textes choisis et présentés par F. Poupeau & Th. Discepolo, Marseille, Agone.

Bourdieu Pierre (2002b), « Pour un savoir engagé », Le Monde diplomatique, février.

Bourdieu Pierre (2002c), Le bal des célibataires. Crise de la société paysanne en Béarn, Paris, Seuil.

Bourdieu Pierre (2004), Esquisse pour une auto-analyse, Paris, Raisons d’agir.

Bourdieu Pierre & Luc Boltanski (1976), « La production de l’idéologie dominante », Actes de la recherche en sciences sociales, 2/3, p. 4-73.

Bourdieu Pierre, Chamboredon Jean-Claude & Jean-Claude Passeron (1968), Le métier de sociologue. Préalables épistémologiques, Paris-La Haye, Mouton.

Bourdieu Pierre & Jean-Claude Passeron (1964), Les héritiers. Les étudiants et la culture, Paris, Minuit.

Bourdieu Pierre & Jean-Claude Passeron (1970), La reproduction. Éléments pour une théorie du système d’enseignement, Paris, Minuit.

Bourdieu Pierre & Abdelmalek Sayad (1964), Le déracinement. La crise de l’agriculture traditionnelle, Paris, Minuit.

Bourdieu Pierre & Loïc Wacquant (1992), Réponses. Pour une anthropologie réflexive, Paris, Seuil.

Cefaï Daniel (2007), Pourquoi se mobilise-t-on ? Théories de l’action collective, Paris, La Découverte.

Champagne Patrick (1984), « La manifestation. La production de l’événement politique », Actes de la recherche en sciences sociales, 52-53, p. 18-41.

Champagne Patrick (2004), Actes de la recherche en sciences sociales, 155, Le Capital militant.

Champagne Patrick (2005), Actes de la recherche en sciences sociales, 158, Le Capital militant (2).

Dobry Michel (1986), Sociologie des crises politiques, Paris, Presses de la FNSP.

Fillieule Olivier (1997), Stratégies de la rue : les manifestations en France, Paris, Presses de Sciences Po.

Geay Bertrand (1991), « Espace social et “coordinations”, le mouvement des instituteurs de l’hiver 1987 », Actes de la recherche en sciences sociales, 86-87, p. 2-24.

Geay Bertrand (2004), « Classes et classements sociaux. La dynamique des travaux de Pierre Bourdieu sur les classes sociales », in Pierre Bourdieu : les champs de la critique, Paris, Éditions de la BPI.

Geay Bertrand (2005), « Entrer en sociologie », in Mauger G. (ed.), Rencontres avec Pierre Bourdieu, Paris, Éditions du Croquant.

Geay Bertrand (2009), La protestation étudiante. Le mouvement du printemps 2006, Paris, Raisons d’agir (« Cours et travaux »).

Maresca Sylvain (1981), « La représentation de la paysannerie. Remarques ethnographiques sur le travail de représentation des dirigeants agricoles », Actes de la recherche en sciences sociales, 38, p. 3-18.

Mathieu Lilian (2004), Comment lutter ? Sociologie et mouvements sociaux, Paris, Textuel.

Neveu Erik (1996), Sociologie des mouvements sociaux, Paris, La Découverte.

Offerlé Michel (1994), Sociologie des groupes d’intérêt, Paris, Montchrestien.

Wacquant Loïc (2000), Corps et âme. Carnets ethnographiques d’un apprenti boxeur, Marseille, Agone.

Notes

1 Par exemple dans certains passages de Bourdieu (1979, 1980, 1993).

2 Notamment Maresca (1981), Champagne (1984), Geay (1991, 2004, 2005).

3 Voir aussi sur le même sujet Cefaï (2007).

4 Notamment Bourdieu & Wacquant (1992), Bourdieu (1997, 1994).

5 Par exemple dans le passage fameux, consacré aux ouvriers post-soixante-huitards et intitulé « Une génération abusée » (1979, p. 147-189).

6 Voir Geay (2005).

7 Voir Bourdieu & Boltanski (1976).

8 Geay (2009).

9 Les matériaux que nous avons ici mobilisés sont de trois types : 1) informations statistiques sur les caractéristiques sociales et scolaires des publics mobilisés, interprétées au regard des travaux disponibles sur les transformations des publics étudiants et de la jeunesse scolarisée ; 2) caractéristiques sociales et politiques du groupe d’activistes jouant le rôle d’avant-garde du mouvement, caractéristiques tirées pour l’essentiel des entretiens ; 3) observations et récits relatifs à la tenue des points de « blocus » le jour concerné.

10 Voir Offerlé (1994), Fillieule (1997), Neveu (1996), Mathieu (2004), Cefaï (2007).

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search