Version classiqueVersion mobile

Le souci des autres

 | 
Patricia Paperman
, 
Sandra Laugier

Care, sensibilité, vulnérabilité

Les gens vulnérables n’ont rien d’exceptionnel

Patricia Paperman

Texte intégral

  • 1 En dehors de la philosophie morale, et en particulier de l’éthique féministe, ce mouvement se retro (...)
  • 2 Voir, en particulier, l’analyse des conditions historiques de cette disqualification et de son rapp (...)

1La place que l’éthique du care accorde aux sentiments et aux attachements propres aux relations qui nous importent constitue une ligne importante de divergence avec l’éthique de la justice. Cette perspective s’inscrit ainsi dans un mouvement plus large de réhabilitation des émotions et des sentiments dans la théorie morale et sociale1. Il n’est pas surprenant que les malentendus entourant sa réception restent tributaires de la disqualification des émotions et des sentiments prévalant dans la théorie morale et sociale depuis le xviiie siècle2. L’interprétation qui fait du care une forme sophistiquée de sentimentalisme est l’un de ces malentendus que la traduction du terme anglais par « sollicitude » ne contribue pas franchement à dissiper. En effet, cette traduction accentue un aspect de cette éthique : la disposition à se soucier du bien-être d’autrui, la sensibilité à l’égard de la vulnérabilité des autres, les attachements affectifs à ceux qui nous sont chers. Elle ne permet pas de restituer un second aspect tout aussi important de cette éthique : sa dimension pratique et sa face objective. Or, en l’absence des activités concrètes et du travail qui répondent aux besoins des personnes particulières, la signification éthique du souci d’autrui, et sa portée politique, se trouve considérablement affaiblie. C’est parce qu’il ne dissocie pas ces deux aspects – disposition et activité, sensibilité et travail – que le care anglais, à la fois verbe et substantif, reste, me semble-t-il, préférable au terme français de sollicitude. Son indétermination n’est pas dans ce sens un défaut, un obstacle à son usage, mais apparaît plutôt comme une condition d’une utilisation fructueuse, laissant ouverte la question de l’articulation entre la sensibilité et l’activité pratique, question décisive pour la revendication de justice qui anime le care comme perspective féministe. C’est cette question que je voudrais déplier dans cet article.

Connexion ou sentiments

2Cette question part de la formulation donnée par Carol Gilligan de l’hypothèse de la voix différente. La publication en 1982 de son livre In A Different Voice joue un rôle de catalyseur dans le développement du débat autour des théories de la justice. Cette hypothèse de la « voix différente » met en question la prépondérance de l’éthique de la justice dans le domaine du développement moral. Gilligan avance une objection majeure à l’idée soutenue par Lawrence Kohlberg (1981, 1984), selon laquelle le degré le plus élevé du développement moral met en œuvre des principes de justice abstraits et impartiaux, suivant un raisonnement analogue à celui que Kant et John Rawls invitent à adopter. Elle démontre empiriquement que ce n’est pas toujours le cas, et qu’en particulier les femmes – mais pas seulement elles – considèrent d’autres facteurs comme des principes de décision morale tout aussi importants. Le souci de maintenir la relation face à des divergences d’intérêts et de désirs, la considération accordée aux particularités de la personne et de la situation, l’engagement à répondre aux besoins concrets, la place donnée aux sentiments et aux émotions dans la compréhension des situations, caractérisent, entre autres, cette façon de définir les problèmes moraux et d’y répondre. Mais ces considérations, informant la définition de la question morale tout comme le type de raisonnement qui l’organise, ne trouvent pas leur place dans le développement moral décrit par Kohlberg, si ce n’est comme expressions d’une « déficience » morale.

3L’hypothèse de la voix différente est d’abord une réponse au « constat », par cette psychologie du développement moral, de la déficience des femmes. Cette hypothèse renvoie la déficience à la théorie elle-même, qui n’est pas en mesure d’accueillir autrement les réponses « non conformes » au modèle.

4La possibilité même d’entendre ce que disent des femmes, d’entendre dans des entretiens autre chose que la confirmation d’idées enracinées dans les stéréotypes de genre, nécessite de mettre en doute l’évidence d’un point de vue moral qui accuse une discontinuité remarquable avec certaines expériences « ordinaires », en l’occurrence celles des femmes, mais pas exclusivement celles-là. Il ne s’agit cependant pas d’une mise en question frontale de l’éthique de la justice, juste d’un déplacement :

La perspective de la justice, souvent prise comme synonyme de raisonnement moral, est recadrée comme une manière de voir les problèmes moraux, et la perspective du care est mise en évidence comme une vision ou un cadre alternatif. La distinction entre justice et care comme perspectives ou orientations morales alternatives est fondée empiriquement sur l’observation qu’un déplacement du centre d’attention, de préoccupations de justice vers des préoccupations de care, change la définition de ce qui constitue un problème moral, et amène à voir la même situation de façons différentes. Théoriquement, la distinction entre justice et care recoupe les divisions familières entre pensée et sentiment, égoïsme et altruisme, raisonnement théorique et raisonnement pratique. Elle attire l’attention sur le fait que toutes les relations humaines, publiques et privées, peuvent être caractérisées à la fois en termes d’égalité et en termes d’attachement, et que tant l’inégalité que le détachement constituent des bases de préoccupation morale. Puisque tout le monde est vulnérable, aussi bien à l’oppression qu’à l’abandon, ces deux visions morales – l’une de justice, l’autre de care – sont récurrentes dans l’expérience humaine. Les injonctions morales à ne pas agir injustement envers autrui et à ne pas lâcher quelqu’un dans le besoin, saisissent ces préoccupations différentes. (Gilligan, 1987, p. 32 ; ma traduction)

5C’est l’affirmation de l’existence de deux orientations morales et d’un basculement toujours possible entre les deux termes de l’alternative qui enclenche le débat avec les défenseurs d’une conception de la moralité comme éthique de la justice. Les prétentions de l’éthique de la justice à couvrir en totalité le domaine moral sont mises en question par les données empiriques produites par Gilligan. Les préoccupations morales des personnes interrogées, leurs expériences et leur point de vue ne peuvent être saisis dans le seul langage de la justice. La thèse de Gilligan fait valoir que ces expériences et ces préoccupations constituent une orientation morale différente dotée d’une cohérence que le langage du care permet de saisir. C’est cette tâche d’articulation et d’explicitation que prennent en charge les analyses en termes de care. Les réponses qui, dans le modèle de Kohlberg, pouvaient paraître incohérentes ou rester inaudibles, retrouvent ainsi une intelligibilité et une place dans le concert général qui les tenait jusque-là dans l’ignorance.

6C’est cette cohérence que Gilligan (ibid., p. 41) vise à reconstruire et qui fait la force de sa thèse.

Les psychologues et les philosophes, alignant le soi et la moralité sur la séparation et l’autonomie – l’aptitude au gouvernement de soi – ont associé le care au sacrifice de soi, ou aux sentiments – une vision en contradiction avec la position soutenue aujourd’hui selon laquelle le care représente un mode de connaissance et une perspective morale cohérente.

7L’assimilation du care à une gamme de sentiments positifs traduirait en réalité la difficulté à saisir simultanément les deux perspectives morales, privilégiant chacune une dimension organisatrice des relations entre le soi et les autres. La perspective de la justice s’ordonne à partir de la figure d’un soi séparé, évaluant les objectifs conflictuels entre le soi et les autres à l’aune des principes d’égalité et d’égal respect. Dans la perspective du care, privilégiant la dimension de l’attachement et du détachement, le soi et les autres ne sont pas représentés comme des entités séparées : la relation constitue la figure centrale à partir de laquelle l’agent moral perçoit le besoin et répond à la perception de ce besoin. Chacune de ces perspectives saisit les relations entre le soi et les autres sous un certain aspect, comme dans l’image ambiguë du vase à deux faces ou de la figure dans laquelle on peut discerner soit le canard soit le lapin, mais où il est difficile de maintenir en même temps la vision des deux aspects. L’ancrage dans l’une des deux perspectives au détriment de l’autre facilite la résolution de la situation moralement problématique du point de vue de l’agent en partie parce qu’elle simplifie la vision de la relation. Mais cette « aide » à la décision ne résulte pas du fait que les deux perspectives seraient opposées, chacune relevant des traits différents d’une même réalité sous-jacente ou d’une seule et unique vérité morale. La difficulté à maintenir les deux perspectives simultanément tient précisément à ce que chacune organise la perception et la compréhension de la situation dans des termes qui ne se recoupent pas. La vision qui ramène le care à l’expression de « bons » sentiments correspondrait en réalité à ce que l’ancrage dans une perspective de justice peut en saisir dans ses propres termes :

À l'intérieur du cadre de la justice, le care devient la pitié qui tempère la justice ; ou connote les obligations spéciales ou les devoirs surérogatoires qui émergent des relations personnelles ; ou signifie l’altruisme librement choisi, une décision de moduler les exigences sévères de la justice en considérant l’équité ou en manifestant de la mansuétude ; ou caractérise un choix de sacrifier les revendications du soi. Toutes ces interprétations du care laissent intacts les présupposés de base du cadre de la justice : la division entre le soi et les autres, la logique de la réciprocité ou du respect égal. (Ibid., p. 36)

8La dimension d’attachement/détachement qui organise la perception et la compréhension morale dans la perspective du care souffre d’un déficit de termes par comparaison avec la perspective de la justice qui a prévalu comme perspective exclusive. « En tant que perspective morale, la sollicitude est moins élaborée, et il n’existe pas, dans la théorie morale, de vocabulaire tout prêt pour décrire ses termes. » (Ibid.).

9La cohérence du care comme perspective morale ne peut se suffire du seul vocabulaire des sentiments, même si ce vocabulaire est un des principaux outils dont disposent les personnes interviewées par Gilligan (ibid., p. 43) pour indiquer une orientation morale qui ne se laisse pas contenir dans les termes de la justice.

Par exemple, dans la perspective de la justice, le détachement est considéré comme le signe distinctif de la maturité morale, signifiant la capacité de juger sans passion, d’évaluer les preuves de manière impartiale, mettant en balance ses propres revendications avec celles des autres. Dans la perspective du care, le détachement est le problème moral […] La différence entre accord et compréhension saisit les logiques différentes de raisonnement de la justice et du care, la première recherchant des bases pour un accord, la seconde pour la compréhension, l’une supposant la séparation et par conséquent, le besoin d’une structure externe de connexion, l’autre supposant la connexion et de ce fait, le potentiel de la compréhension.

10On peut se demander si la perspective de la justice ne chargeait pas les sentiments de fournir cette structure externe de connexion entre les personnes séparées. Dans la perspective du care, les engagements émotionnels s’inscrivent dans une posture différente qui cherche avant tout à entretenir et à préserver la connexion entre des personnes ayant des besoins qui peuvent être contradictoires et conflictuels. La perception et la réponse aux besoins, leur compréhension malgré leur caractère conflictuel émanent d’une autre façon de résoudre l’ambivalence caractéristique des relations humaines. Les sentiments ne sont qu’un élément d’un cadre de compréhension des relations dont ils ne peuvent être dissociés. Extraire les sentiments de ce cadre en les considérants comme l’opérateur principal du care, c’est en faire une lecture en quelque sorte décontextualisée. L’hypothèse de la voix différente rend justice à ce cadre qui s’organise autour de la dimension attachement/détachement en reconstruisant la cohérence des éléments disparates dans la perspective de la justice. De ce dernier point de vue en effet, la connexion demeure une énigme, traitée à la manière d’un puzzle que l’on chercherait à compléter pas à pas, par l’adjonction de segments reliant les parties entre elles, en l’absence de la grammaire qui saisit d’emblée les relations. Il n’est pas incongru en ce sens de voir dans l’une des principales objections adressées à l’éthique du care – l’impossibilité d’étendre le souci d’autrui au-delà du cercle des êtres chers – la trace d’une incrédulité profonde face à l’affirmation de ces liens et de leur importance. Il devient certes concevable dans ce cas que le care soit approprié pour un domaine limité de relations – le domaine privé. Cette concession renforce l’interprétation rabattant doublement cette perspective morale sur le sentimentalisme d’abord, le domaine privé ensuite, seule manière peut-être dans la perspective de la justice de se représenter l’importance des liens qui nous rattachent aux autres.

Indifférences

11Dans son livre Ethics of Memory (2002), Avishaï Margalit échappe à cette vision sentimentaliste du care. Il soutient que le care est la figure paradigmatique des relations « épaisses », c’est-à-dire des relations que nous avons avec ceux avec qui nous partageons une histoire significative : nos proches, en somme. Nous nous soucions de nos proches, de nos groupes d’appartenance.

12Mais la plupart du temps, dit-il, nous sommes indifférents ; nous ne nous soucions pas des autres au sens large ni de leur bien-être ; c’est pourquoi nous avons besoin de moralité. « Nous avons besoin de moralité non pour contrer le mal mais l’indifférence naturelle envers les autres. » (Ibid., p. 33 ; ma traduction). La moralité guide le domaine de nos relations « minces » ou « étroites », qui font contraste avec les relations « épaisses » ou « denses » relevant de l’éthique, en ce qu’elles ne nous relient aux autres qu’en vertu d’une commune humanité.

13Selon Margalit, même si l’absence ou le manque de care semble naturellement relever du domaine moral, le souci des autres n’est pas le cœur de l’attitude morale, contrairement à ce que soutiennent les analyses féministes du care. Ce chiasme tiendrait au caractère particulièrement exigeant de l’attitude du care. Le care, dit-il, n’est pas une sorte de bienveillance diffuse et générale que l’on peut distribuer à tous, il n’est pas non plus assimilable à une sorte de sympathie naturelle :

c’est une attention non égoïste aux besoins et intérêts particuliers des autres. La difficulté n’est pas d’aimer les gens que nous ne connaissons pas (le care n’exige pas nécessairement de les aimer). Ce que nous trouvons difficile, c’est l’attention impliquée dans le fait de prendre soin. (Ibid.)

14Le care ne peut être identifié à un sentiment, aussi honorable et important soit-il. Ce n’est pas dans ce registre que l’on trouvera, d’après Margalit, les raisons pour lesquelles le care importe pour la vie humaine – importance que nous comprenons à partir des situations où l’absence de care suscite notre réprobation ou notre compassion – ni pourquoi il est si difficile de se soucier des autres, en général et en particulier.

15La difficulté d’étendre le care aux autres en général, ceux avec lesquels nous n’avons que des relations « minces », constitue l’une des objections centrales à l’éthique du care du point de vue de l’éthique de la justice. Le souci d’autrui serait approprié pour nos relations avec les proches, proximité qui a le plus souvent été comprise dans un sens restrictif (que ne lui donne pas Margalit) de relations dans la sphère « privée » ou plus précisément domestique ; mais cette attitude ne conviendrait pas aux relations dans le domaine « public ». L’éthique du care serait inappropriée et déplacée par rapport aux exigences de ces relations « impersonnelles ». Mais, quelle est la pertinence de cette objection ? L’impossibilité d’étendre le care aux autres en général, à ceux que nous ne connaissons pas directement, est-elle une réponse aux critiques de l’éthique de la justice formulées à partir de l’idée de care ? À mon sens, cette objection passe à côté des questions que les analyses du care adressent à l’éthique de la justice.

16Pour l’auteur de La société décente (Margalit, 1999), c’est le caractère exigeant – parce-que-concret – du care qui en limite les possibilités d’extension, et non comme d’autres l’ont soutenu, l’engagement émotionnel et les sentiments qui le caractérisent également.

17L’idée que le souci des autres n’est pas une attitude naturelle à l’égard de ceux à qui nous ne sommes pas rattachés par des liens de proximité semble impliquer a contrario que le care est tenu pour allant de soi dans les relations « épaisses ». Il en serait la marque, en particulier celle des relations familiales. Telle est la thèse de Margalit : nous pensons, dit-il, les relations « épaisses » sur le modèle des relations familiales. Mais ne pouvons-nous pas être indifférents aussi à l’égard de nos proches ? Une telle indifférence ne nous est-elle pas familière ? Dans les termes de Margalit, le fait de se relier à ses proches en leur accordant une sorte de bienveillance générale sans leur porter une attention concrète pourrait bien être évalué comme une indifférence, éthiquement (et moralement) mauvaise. Pourtant, il ne conclut pas de cette possibilité conceptuellement et empiriquement attestable que le care ne peut être tenu pour allant de soi dans le cadre des relations épaisses. Si le care est bien cette attitude exigeante, la question qui apparaît alors tout aussi pertinente que celle de son extension aux autres en général est celle des conditions rendant possible de soutenir une telle exigence d’abord et surtout dans le cadre des relations « épaisses ». Cette question n’est pas formulée par l’auteur de Ethics of Memory. On peut s’étonner de cette omission, même si l’exploration d’une éthique de la mémoire amène à développer d’autres pistes d’analyse. Une autre question contenue dans la première, ou présupposée par elle, est celle de l’importance et de la nature de cette exigence. Que se passe-t-il, dans ces relations « épaisses » et leur éthique, qui nous importe au point d’en ressentir l’absence ou le manque comme une atteinte fatale à la moralité ?

18Ces questions sont cruciales pour comprendre ce qui est en jeu dans le care, qu’on l’envisage comme un travail, une disposition, une éthique ou une politique. Elles sont au cœur des revendications portées par la « voix différente ».

19Même si les relations de caring sont caractéristiques des relations avec les proches, il n’en résulte pas que la proximité ou l’épaisseur de ces relations soit la caractérisation la plus pertinente pour comprendre ce qui en fait l’importance. Le care ne serait pas tant la marque des relations épaisses ou des relations avec les proches (comme le soutient Margalit) que la réponse aux exigences caractérisant les relations de dépendance. En ce sens, le problème central que pose l’éthique du care n’est pas la possibilité d’étendre le care aux autres en général, mais d’abord et avant tout la reconnaissance de la réalité de nos dépendances. C’est à partir de cette caractérisation – à mon avis – que l’éthique du care peut s’articuler de façon cohérente comme perspective féministe.

20Le care comme perspective féministe semble avoir pour originalité de ne pas dissocier l’expérience de la responsabilité à l’égard des personnes vulnérables, de la mise en débat des implications morales et politiques des relations nouées autour de la dépendance. Cette perspective part de l’affirmation que les besoins et souffrances des personnes vulnérables ne peuvent être laissés sans réponse. Elle tente d’élaborer une réponse qui soit moralement acceptable, y compris du point de vue du récipiendaire, qui l’inclut comme personne humaine, aussi vulnérable et dépendante soit-elle (Kittay, 2002 ; Nussbaum, 2002).

21Mais on peut se demander comment cette affirmation et l’éthique qu’elle semble impliquer conduisent à reconnaître l’injustice faite à celles et ceux qui se retrouvent « naturellement » dans la position de fournir les soins et l’attention à ceux qui en ont besoin (Bubeck, 2002).

22Telle est la difficulté à laquelle paraît se heurter l’idée de la voix différente, popularisée par Gilligan, qui pour certains ne serait rien d’autre que l’acceptation d’une « vertu » fonctionnelle au service des intérêts des hommes. L’amour, la compassion, la sollicitude, le souci d’autrui, maintiendraient les femmes à une place subordonnée, les enfermant dans un cercle faussement vertueux. Ces sentiments ne seraient porteurs d’aucune dynamique critique contre un système d’oppression ; ils se retournent contre ceux qui en soutiennent la valeur. L’appel aux sentiments, qu’il soit théorique ou pratique, fonctionnerait comme un leurre empêchant de discerner l’exploitation dans ce « service obligatoire ». Je voudrais revenir sur la façon dont cette question peut être envisagée à partir de la caractérisation du care comme réponse aux relations nouées autour de la dépendance.

23Il me semble de plus que cette caractérisation en termes de dépendance pourrait permettre, mieux que la caractérisation du care comme éthique de la sollicitude, l’expression publique de questions dont la portée morale et politique est déniée ou invisibilisée par une éthique de la justice qui certes se soucie des autres, mais exclusivement en tant que personnes égales et indépendantes.

24Je reviendrai pour conclure sur la tension entre ces deux formulations et la difficulté réelle à relier le care comme sensibilité et le care comme travail de la dépendance.

La crise du care

25Les développements les plus récents des perspectives féministes intégrant l’idée de care soulignent l’inadéquation des conceptions et des théories qui font de la justice une régulation des affaires entre adultes compétents, égaux et en bonne santé, et réduisent le souci d’autrui à une évidence dont il n’y aurait pas à débattre, une « affaire de famille », une histoire sentimentale d’attachement aux proches, ou une question de politiques sociales délimitant étroitement les objectifs et les moyens de l’aide et des services à fournir aux personnes dépendantes.

26Ce qui rassemble ces analyses et spécifie l’apport de la perspective du care à l’intelligence du monde social, c’est l’identification de la dépendance et de la vulnérabilité comme trait central de l’existence humaine et l’analyse de la portée sociale, morale et politique de ce qui a été considéré comme un fait marginal par les conceptions majoritaires.

27Cette vulnérabilité est celle de tout un chacun du fait de son appartenance à l’espèce humaine. Nous naissons comme des bébés sans défense, et aucun bébé ne s’est élevé comme un humain sans que quelqu’un ou quelques-unes en prennent soin. Le bébé est dépendant d’autrui pour sa survie et son développement comme personne et membre compétent de la société. Cette dépendance n’est ni contingente ni accidentelle, ni ponctuelle. La dépendance à l’égard des fournisseurs de soins que connaissent les adultes fragilisés du fait de maladies, de la vieillesse ou de handicaps, est tout aussi contraignante et inévitable : dans l’impossibilité de pourvoir par eux-mêmes à leur entretien quotidien, ils ont besoin de l’aide et de l’assistance d’un autre de façon régulière, continue, quotidienne. La dépendance ne s’arrête pas à ceux qui sont le plus manifestement dans l’impossibilité de survivre ou de vivre une vie humaine sans la présence de tiers. Sous des formes moins aiguës, elle est présente à différents moments de nos existences, à la fois imprévisible et certaine.

28Selon Eva Kittay (2004), la dépendance à l’égard de celui qui fournit le soin ne se confond pas avec d’autres sortes de dépendances dans lesquelles le travail effectué pour un autre résulte du pouvoir de contrainte du bénéficiaire sur le fournisseur de soins et de services. Les soins que le domestique fournit au maître diffèrent de ceux qui sont donnés aux personnes vulnérables, en ce que les premiers sont moralement surérogatoires et les seconds sont moralement obligatoires. La notion de dépendance est utilisée ici pour tenter de discerner ce qui spécifie les relations de caring et place le care en position d’incontournable de la pensée morale. Elle ne fait que fournir une esquisse à gros traits de ce qui distingue des relations de caring d’autres sortes de relations de dépendance qui engagent moins directement une responsabilité, ou de celles qui impliquent un rapport de domination. Son utilité est de forcer l’attention à se tourner vers des pans entiers de l’organisation sociale restés dans l’ombre, et ce, indépendamment de ses faiblesses ou des questions qu’elle ouvre sans y apporter nécessairement des éléments de réponse.

29Les situations de dépendance, surtout quand elles sont extrêmes, ne laisseraient pas le « choix » de répondre ou, comme Bartleby, de préférer ne pas. Le coût de la sortie, pour reprendre les termes d’Albert Hirschman, n’est pas comparable à celui d’une autre sorte d’activité : il est payé au prix fort d’abord par celui dont la vie dépend des soins, spécificité qui dissuade de quitter ce type d’activité – les infirmières le savent bien. Une telle possibilité – sortir du cercle du care – implique de voir non pas « une réponse qu’il faut donner parce que le besoin et la souffrance l’exigent », mais « une réponse à donner qui ne me concerne pas ». Ceux qui entrent dans le cercle n’en sortent pas facilement. La solution la plus efficace est d’éviter d’y entrer. Ceux qui n’y entrent pas le font au détriment de ceux qui restent pris dans le cercle, bénéficiaires et fournisseurs de soins. Ces vulnérabilités, et la dépendance qui en résulte, ne sont pas prises en compte comme des données élémentaires concernant l’ensemble le plus large et chacun en particulier ; elles sont traitées de telle sorte qu’elles deviennent une affaire réservée à certaines catégories de personnes : « personnes dans le besoin » et « personnes responsables principales du bien-être d’autrui ». C’est peut-être une des raisons pour lesquelles le terme de vulnérabilité peut difficilement être employé sans frôler la connotation négative et déclencher une réaction de rejet de la question ainsi « contaminée ». Or ce que le terme vient marquer dans le contexte d’une théorie du care n’est pas réduit à cette acception courante et plutôt étroite ; il indique plutôt une qualité partagée (idéalement pourrait-on dire), une manière de se laisser affecter, une autre face de la sensibilité, un trait humain dans tous les cas. J’y reviendrai plus loin.

  • 3 Eva Kittay (2001) propose de concevoir un système de réciprocité, la doulia, assurant aide et servi (...)

30Les activités propres au travail de la dépendance peuvent être payées ou non, s’inscrire ou non dans des relations professionnelles, contribuant ainsi à la bonne marche des affaires communes, sans accéder à la visibilité ou sans que leur utilité et leurs conséquences soient valorisées. Le travail est généralement mal payé, exploité, dévalorisé. Rémunéré ou non, le care est traditionnellement assumé par des femmes, des immigré(e)s, des pauvres, ces trois classifications se superposant fréquemment. La dépendance caractérise également les conséquences de cette activité sur les vies des care givers. La notion de dépendance « dérivée » ou « secondaire » (Kittay, 2001) permet de caractériser la situation des care givers, lesquels, absorbés par les exigences des soins aux personnes vulnérables, ne peuvent sans aide extérieure3 pourvoir à leurs propres besoins quotidiens et deviennent ainsi plus vulnérables, comme le rappelle Okin (1989) : les effets de la vulnérabilité accrue des care givers pèsent en retour sur les personnes qui sont à leur charge, à leur détriment.

31Le fait de la vulnérabilité et de la dépendance ne serait donc ni mineur ni marginal. Si tel est le cas, pourquoi la centralité et l’importance de ces traits de l’existence humaine sont-elles ignorées ? L’objectivation du care comme travail de la dépendance se heurte à la question de son invisibilité. La reconnaissance du fait que nous dépendons tous, à un moment ou un autre de nos vies, des soins et des services d’autrui n’est pas chose facile, et l’est d’autant moins que ces soins et services ont été pour la plus grande part fournis dans la sphère domestique, ce qui évite ainsi de s’interroger publiquement sur leur source, leur qualité, leur abondance, leur distribution. Pour des sociétés valorisant l’autonomie, les relations de dépendance, les relations qui s’organisent à partir de la nécessité de répondre aux besoins des personnes dépendantes et vulnérables risquent d’être considérées comme des relations exceptionnelles, des affaires marginales par rapport aux relations sociales conçues sur la base d’un présupposé normatif d’autonomie et d’égalité. Ce que la perspective du care tente de faire reconnaître, c’est que ces relations ne sont pas des « accidents » négligeables d’une organisation sociale et politique mais les conditions sur lesquelles s’appuie toute organisation des relations sociales à l’intérieur d’une société ; elles composent la trame des vies concrètes, les façonnent, et si elles ne figurent pas au centre du tableau décrivant la « réalité sociale », c’est qu’elles sont tenues pour allant de soi, situées en deçà des faits dotés de visibilité sociale et politique, leur face indigne en somme. L’analyse du care a pour vertu de faire surgir derrière l’image rassurante d’une société constituée d’adultes compétents, égaux, autonomes, en bonne santé, la permanence des activités de soins organisées selon le principe hiérarchique du genre et effectuées pour une part importante dans la sphère domestique ou privée. Le déni de nos dépendances à l’égard des fournisseurs de soins résulterait en grande partie de cette « privatisation » des activités de soins ; pour le dire plus brutalement, le maintien de la séparation entre le public et le privé peut aussi protéger de la confrontation avec l’inéluctabilité de ces dépendances.

32Les voies par lesquelles la charge de la responsabilité à l’égard des personnes dépendantes et vulnérables est tacitement assumée ne sont plus aujourd’hui aussi aisément praticables. Le care ne peut plus être fourni exclusivement dans le cadre de la sphère domestique, la famille traditionnelle se délite et n’assure plus la continuité requise pour la prise en charge de la dépendance, les femmes connaissent des vies de travail marquées par ruptures et précarité, ou s’engagent dans des carrières professionnelles qui ne sont, pas plus qu’avant, formatées en tenant compte des exigences des personnes dépendantes.

  • 4 Voir les remarques sur l’hôpital de Pascale Molinier ici même p. 339-357.
  • 5 Nannies, Maids and Sex Workers in the New Economy, pour reprendre le sous-titre de l’ouvrage sous l (...)

33La crise du care est à la fois celle des care givers traditionnels assumant une charge de plus en plus lourde du fait de l’allongement de la durée de vie. Celle des conditions de plus en plus difficiles dans lesquelles s’effectuent les activités de soin, sous l’effet des politiques sociales qui les encadrent4. Celle d’un manque chronique de fournisseurs face à l’accroissement des besoins, manque rendu manifeste par les caractéristiques de l’immigration féminine aujourd’hui : des femmes d’Asie, d’Europe de l’Est et d’Afrique, venues remplir les fonctions de « nounous et bonnes à tout faire5 », laissant sur place d’autres personnes dépendantes, dont leurs propres enfants, sans que le relais ne soit nécessairement aisément assuré. Cette immigration, qui réduit le déficit du care dans les pays riches, augmente celui des pays pauvres. La crise du care n’est plus locale mais globale. La perspective du care problématisant les arrangements sociaux et politiques qui encadrent le travail de la dépendance serait en ce sens l’expression de cette crise.

34Cette formulation en termes de dépendances trace ici les grandes lignes d’un programme pour ce que pourrait être une analyse sociologique dans la perspective du care. Elle donnerait ainsi accès à un compte rendu d’une distribution du travail de la dépendance qui en souligne l’injustice et aux sentiments d’injustice qu’une telle organisation produit chez les care givers réels confrontés aux conséquences de cette crise sur les personnes dépendantes et aux conséquences sur leurs propres vies. Saillantes du point de vue des care givers, ces questions n’accèdent pas pour autant au rang de questions publiques.

Est-ce que la structure et les pratiques du monde du travail seraient les mêmes si elles avaient été mises en place sur la base de l’idée que chacun des participants doit s’adapter également aux besoins de l’accouchement, de l’éducation des enfants et aux responsabilités de la vie domestique ? Est-ce que les politiques publiques, ainsi que leurs conséquences, seraient les mêmes si ceux qui les élaborent étaient des personnes quotidiennement en charge d’autres personnes, au lieu d’être ceux dans la société qui ont le moins de chances d’avoir acquis ce genre d’expériences ? (Okin, 2000, p. 374)

35En reliant le care au travail de la dépendance, on peut voir se dessiner une ligne de fracture suivant les dimensions de genre, de classe, et de race (Nakano-Glenn, 1992 ; Roberts, 2002 ; Tronto, 1993). L’invisibilisation du care, sa marginalisation et sa dévalorisation procèdent aussi de l’imbrication complexe de ces trois formes de rapport de domination.

36L’étendue de la dépendance à l’égard des fournisseurs de soins, dont bénéficient non seulement les destinataires mais aussi ceux qui se trouvent ainsi « exemptés » de ces activités, surgit indéniablement à partir d’une analyse se focalisant sur l’organisation sociale de ces activités. C’est à partir d’une telle analyse qu’il devient possible d’identifier la non-reconnaissance – sur le plan public et politique – de cette dépendance généralisée, l’injustice qu’elle constitue pour ceux qui endossent la responsabilité des activités de prise en charge des personnes dépendantes.

37Mais dans ce mouvement, l’analyse semble perdre ce qui faisait la force de la revendication de la voix différente : l’affirmation de sa valeur morale intrinsèque. L’objectivation du care comme travail de la dépendance tend vers une sorte de sociologisme réduisant l’importance de la sensibilité morale du care au profit d’une description de son efficience sociale. De ce fait, ces deux aspects du care paraissent entrer sinon en contradiction, du moins en tension. Cette tension peut être située à mon avis autour de trois points.

38D’abord sous l’aspect d’une sensibilité ou d’une disposition, le care élargit la notion de dépendance à des relations qui n’ont pas, à première vue, de caractère inévitable ou vital que l’on rencontre dans les situations de dépendance extrêmes. L’accent porte moins sur les soins au sens étroit que sur une disposition à « prendre soin ». Cette notion élargie de dépendance fait signe vers la vulnérabilité des personnes, non seulement au sens élémentaire d’une fragilité du corps, mais aussi dans le sens d’une disposition à se laisser toucher ou affecter par autrui, à maintenir un contact. L’intérêt d’un tel élargissement – visibilisant la réciprocité dans l’asymétrie – soulève cependant des difficultés sérieuses par rapport aux sentiments d’injustice des care givers réels et non potentiels.

  • 6 Je remercie Laurent Thévenot qui a soulevé cette question lors d’une discussion.

39Ensuite, l’engagement de la sensibilité, son orientation vers les particularités des personnes et des besoins, c’est-à-dire vers ce qui n’est ni prévisible ni standardisable, semblent en retour appeler une « spécialisation » ou suggérer une concentration des compétences au discernement des besoins et des réponses appropriées. Une telle spécialisation, fruit d’une relation particulière et privilégiée, semble exacerber la difficulté de concevoir un partage ou une distribution des soins, lesquels n’étant pas réductibles à une série de tâches finies et discontinues, finissent par relever d’une responsabilité, une et indivisible6. Vu sous l’aspect d’une disposition ou d’une sensibilité, le care semble enclencher une spirale du concernement – répondre toujours « présent ! » – sans disposer de moyens d’y mettre un point d’arrêt.

40Enfin la propension à répondre toujours présent comporte aussi le risque de se transformer en un souci intrusif du point de vue du récipiendaire. La question du respect de la personne dépendante, si elle n’est pas la seule question que posent ces relations asymétriques et non choisies, confronte l’éthique du care à une difficulté sérieuse que la caractérisation en termes de dépendance me semble pouvoir éviter sinon résoudre.

41Une réponse à cette difficulté a été esquissée par Tronto. Elle insiste sur la validation par le bénéficiaire du caractère approprié et de la qualité du soin reçu. Cette validation intervient comme une partie nécessaire du processus, son point d’arrêt en même temps que son test. Or cette réponse se heurte à son tour à des difficultés non moins sérieuses puisqu’elle peut, par exemple, conduire à faire de l’invisibilité (de la discrétion) de l’intervention du care giver une condition cruciale de succès de la relation (Kittay, 2004 ; Molinier, ici même). La revendication de justice contenue dans la perspective du care serait ainsi arrêtée de façon paradoxale par ce qui est le signe et la condition de sa réussite.

42Il peut ainsi paraître que la conception qui fait du care une disposition et une sensibilité rend plus difficile encore de reconnaître l’injustice des arrangements sociaux et politiques qui engagent les care givers dans cette spirale du concernement.

43Pourtant, ce serait en un sens important d’ignorer ce que produit cette disposition à discerner les besoins d’autrui. L’attention à l’autre concret, aux particularités des situations appelant une réponse (une réaction, une prise en considération), construit un lien social basique dont l’absence pointe a contrario l’importance et la signification proprement humaine de ces soins et de cette sorte d’attention. Un genre d’attention, une façon de prendre soin qui ancrent la valeur de cette particularité dans un monde familier de sorte qu’en ce point au moins, cet individu reçoive reconnaissance au sens que lui donne Axel Honneth. Mais ce n’est pas seulement la constitution de la personne que le care contribue à façonner qui importe ; c’est aussi l’assurance d’un ancrage, d’un sentiment d’appartenance en l’absence duquel il serait sans doute difficile de donner un contenu à ce que faire société veut dire. Cette manière de se relier à chacun comme personne particulière, le souci de maintenir la relation en cas de conflit d’intérêts font de cette orientation envers autrui l’opérateur d’un lien social basique, d’une inclusion. En se focalisant sur le soin, cette perspective relie vulnérabilité et dépendance, vulnérabilité et sensibilité comme les deux faces d’une même étoffe. Faire lien implique l’activité du fournisseur de soins et la capacité à se laisser affecter par l’autre. La trame tissée par le care dessine une sorte de lien primaire, indissociablement social et moral. L’éthique du care affirme l’importance de ces liens. Cette affirmation est le socle d’une certitude à partir duquel les arrangements sociaux et politiques qui encadrent le travail de la dépendance peuvent être questionnés, problématisés. Au déni de la dépendance, l’éthique du care répond en pointant ce qui nous importe, la valeur de ce qui nous rattache aux autres :

Pour la plupart d’entre nous, que nous l’aimions ou non, et indépendamment de la façon dont nous le considérons, le travail du care, pour les enfants et les personnes âgées, est ce travail que nous ferons qui produit les relations, les familles et les communautés dans lesquelles nos vies deviennent sources de plaisir et sont rattachées à quelque chose de plus large que nous-mêmes. (West, 2002, p. 89)

44La difficulté réelle qu’il y a à relier le care comme sensibilité et le care comme travail, n’amène pas à conclure qu’il faille renoncer à une telle articulation. Ce qui est clair en revanche, c’est que la dissociation entre les deux faces du care ne permet pas de restituer la valeur morale d’une perspective qui se présente comme une ressource pour penser « le besoin de plus que la justice », pour reprendre l’expression d’Annette Baier (1987). En intitulant ainsi un article marquant l’importance du care pour repenser la justice, Baier ne nous invitait pas non plus à renoncer à la justice. C’est parce que l’éthique du care permet de reconnaître l’importance pour la vie humaine, des attachements, parce qu’elle exprime une forme active de concernement pour autrui, qu’elle prend en compte cette donnée élémentaire qu’est la vulnérabilité des personnes – de toutes les personnes – pour repenser les rapports de justice.

Bibliographie

Baier Annette C. (1987), « The Need for More than Justice », in V. Held (ed.), Justice and Care. Essential Readings in Feminist Ethics, Boulder, Westview Press, 1995, p. 47-58 [tr. fr. in F. Collin & P. Deutscher (eds), Repenser le politique. L’apport du féminisme, Paris, Campagnes Premières, 2004].

Boltanski Luc (1993), La souffrance à distance, Paris, Métailié.

Bubeck Diemut Elisabet (2002), « Justice and the Labor of Care », in E. F. Kittay & E. K. Feder (eds), The Subject of Care. Feminist Perspectives on Dependency, New York, Rowman & Littlefield Publishers, p. 160-185.

Ehrenreich Barbara & Arlie Russell Hochschild (eds) (2002), Global Woman. Nannies, Maids and Sex Workers in the New Economy, New-York, Henry Holt & Company.

Gilligan Carol (1982), In A Different Voice, Cambridge (MA), Harvard University Press [trad. fr. A. Kwiatec, Une si grande différence, Paris, Flammarion, 1986].

Gilligan Carol (1987), « Moral Orientation and Moral Development », in V. Held (ed.), Justice and Care. Essential Readings in Feminist Ethics, Boulder, Westview Press, 1995, p. 31-46.

Hochschild Arlie Russell (1979), « Emotion Work, Feeling Rules and Social Structure », American Journal of Sociology, 85, p. 551-575.

Hochschild Arlie Russell (1983), The Managed Heart, Berkeley, University of California Press.

Katz Jack (1999), How Emotions Work, Chigaco, The University of Chicago Press.

Kittay Eva Feder (2001), « A Feminist Public Ethic of Care Meets the New Communautarian Family Policy », Ethics, 111, p. 523-547.

Kittay Eva Feder (2002), « When Caring Is Just and Justice is Caring : Justice and Mental Retardation », in E. F. Kittay & E. K. Feder (eds), The Subject of Care. Feminist Perspectives on Dependency, New York, Rowman & Littlefield Publishers, p. 257-276.

Kittay Eva Feder (2004), « Dependency, Difference and Global Ethic of Longterm Care », [Journal of Politics Philosophy, 13 (4), p. 443-469, avec Bruce Jennings & Angela A. Wasunna, 2005].

Kohlberg Lawrence (1981), Essays on Moral Development. 1. The Philosophy of Moral Development, New York, Harper & Row.

Kohlberg Lawrence (1984), Essays on Moral Development. 2. The Psychology of Moral Development, New York, Harper & Row.

Lutz Catherine A. & Lila Abu-Lughod (eds) (1999), Language and the Politics of Emotion, Cambridge, Cambridge University Press.

Margalit Avishaï (1999), La société décente, trad. fr. F. Billard, Castelnau-le-lez, Climats [1996].

Margalit Avishaï (2002), Ethics of Memory, Cambridge (MA), Harvard University Press.

Molinier Pascale (2003), L’énigme de la femme active, Paris, Payot.

Nakano Glenn Evelyn (1992), « From Servitude to Service Work : Historical Continuities in the Racial Division of Paid Reproductive Labor », Signs, 18 (1), p. 1-43.

Nussbaum Martha C. (2002), « The Future of Feminist Liberalism », in E. F. Kittay & E. K. Feder (eds), The Subject of Care. Feminist Perspectives on Dependency, New York, Rowman & Littlefield Publishers, p. 186-214.

Okin Susan Moller (1989), Justice, Gender, Family, New-York, Basic Books.

Okin Susan Moller (2000), « Le genre, le public et le privé », in T. Ballmer-Cao, V. Mottier & L. Sgier (eds), Genre et politique, Paris, Gallimard [1991].

Roberts Dorothy E. (2002), « Poverty, Race and the Distorsion of Dependency : The Case of Kinship Care », in E. F. Kittay & E. K. Feder (eds.), The Subject of Care. Feminist Perspectives on Dependency, New York, Rowman & Littlefield Publishers, p. 277-293.

Thévenot Laurent (1995), « Émotions et évaluations dans les coordinations publiques », in P. Paperman & R. Ogien (eds), La couleur des pensées. Sentiments, émotions, intentions, Paris, Éditions de l’EHESS, (« Raisons Pratiques », 5), p. 145-174.

Tronto Joan C. (1993), Moral Boundaries. A Political Argument for an Ethic of Care, New York, Routledge.

West Robin (2002), « The Right to Care », in E. F. Kittay & E. K. Feder (eds), The Subject of Care. Feminist Perspectives on Dependency, New-York, Rowman & Littlefield Publishers, p. 88-114.

Notes

1 En dehors de la philosophie morale, et en particulier de l’éthique féministe, ce mouvement se retrouve entre autres dans le domaine économique (par exemple Amartya Sen), en sociologie et anthropologie, depuis la fin des années 1970 avec, parmi d’autres, Luc Boltanski, Arlie Hochschild, Jack Katz, Catherine Lutz, Robert Solomon, Laurent Thévenot.

2 Voir, en particulier, l’analyse des conditions historiques de cette disqualification et de son rapport avec l’idée d’une « moralité des femmes », que développe Joan Tronto (1993).

3 Eva Kittay (2001) propose de concevoir un système de réciprocité, la doulia, assurant aide et service aux care givers, et les protégeant de l’exploitation.

4 Voir les remarques sur l’hôpital de Pascale Molinier ici même p. 339-357.

5 Nannies, Maids and Sex Workers in the New Economy, pour reprendre le sous-titre de l’ouvrage sous la direction de Barbara Ehrenreich et Arlie Hochschild (2002).

6 Je remercie Laurent Thévenot qui a soulevé cette question lors d’une discussion.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search