Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Faire des sciences sociales. Comparer

 | 
Olivier Remaud
, 
Jean-Frédéric Schaub
, 
Isabelle Thireau

Deuxième partie. L’outillage comparatiste

Comparaison et échanges culturels

Le cas des traductions

Gisèle Sapiro

Texte intégral

1La comparaison est la méthode privilégiée de la sociologie, comme Durkheim aimait à l’expliquer (1937, p. 124). Les pères fondateurs de la discipline en faisaient un usage aussi bien diachronique (comparaison d’une même société à différents moments) que synchronique (comparaison de différentes cultures ou sociétés), à des échelles variant du niveau macro au niveau micro, en passant par le méso. Weber, par exemple, y recourait de manière systématique, que ce soit pour dégager les facteurs qui ont déterminé l’avènement du capitalisme ou pour distinguer des modèles d’organisation des communautés religieuses.

2Cette démarche soulève cependant deux questions cruciales : que compare-t-on ? comment ? Pour répondre à la première, il faut rappeler qu’on ne peut comparer que ce qui est comparable. Il est donc nécessaire de définir des unités : cultures, sociétés, communautés, nations, États, régimes, le comparatisme prenant généralement pour base des entités socialement reconnues et identifiées comme telles, qu’elles désignent des ensembles de pratiques (langue, coutumes) et de références communes (comme les cultures nationales), ou qu’elles portent sur les modes d’organisation bureaucratique (États) ou politique (régimes). Le comparatisme international tend cependant trop souvent à occulter les éléments communs à ces cultures, sociétés, États ou régimes, éléments qui sont tantôt l’expression d’une même histoire ou d’une même tradition, comme dans le cas de l’héritage gréco-latin en Europe avant la formation des identités nationales, tantôt le fruit de transferts ou d’échanges entre eux (Espagne, 1994). Tel est le sens des critiques formulées à l’encontre du nationalisme méthodologique. Plus spécifiquement, il lui est reproché de réduire la société à l’État-nation, alors que, selon Ulrich Beck (2006), l’un des principaux contempteurs de cette démarche, l’identité collective ne se définit pas uniquement par la dimension nationale. L’approche transnationale en sciences sociales est née de cette problématique, prenant des formes et des noms différents : « histoire croisée », « histoire connectée », « histoire transnationale », « réseaux », « branchements », etc. (voir par exemple Hannerz, 1996 ; Amselle, 2001 ; Werner et Zimmerman, 2004). Ajoutons à ces critiques le fait que le comparatisme – pas plus que nombre des approches transnationales citées – ne prend pas toujours en compte le fait que les relations entre ces entités, qu’il s’agisse de communautés idéelles ou de groupements liés à des conditions matérielles, et qu’elles aient une consistance juridique comme les États ou soient des constructions théoriques sur le papier comme les classes sociales, s’inscrivent dans des rapports de force inégaux selon l’état de distribution des différentes espèces de ressources (économique, politique, culturelle). Pour comparer des entités et/ou étudier les échanges entre elles, il faut donc les resituer dans le système plus général des relations dans lequel elles se trouvent encastrées. Le modèle centre-périphérie développé dans le cadre des théories de la dépendance et généralisé par Fernand Braudel d’un côté, Immanuel Wallerstein de l’autre, a prouvé ses vertus heuristiques pour penser les rapports de force économiques et géopolitiques entre États-nations ou entre régions (tant au niveau infranational qu’au niveau supranational). Abram de Swaan (2001) l’a transposé aux langues, opposant la centralité des langues véhiculaires comme l’anglais (hypercentral), le français et l’allemand, à la position périphérique des langues des petits pays, selon le nombre de locuteurs primaires et secondaires. Ce modèle présente des avantages dans la mesure où il construit des oppositions sans solution de continuité entre les pôles ainsi définis, permettant de mesurer le degré de centralité ou de périphéralité et de définir des positions intermédiaires (semi-centrales ou semi-périphériques). Qui plus est, il permet d’encastrer plusieurs systèmes comme les relations entre États-nations et les relations entre villes selon le degré de centralisation d’une entité politique (État, empire) ou encore la concurrence entre capitales culturelles (Charle, 2009).

3Comme on le voit d’ores et déjà, se pose la question du comment, à savoir de la méthode adéquate pour comparer les entités sous examen, étudier les transferts et les échanges entre elles, ainsi que le système de relations dans lequel elles sont encastrées. Pour comparer, il faut définir les éléments comparables. La comparaison d’entités requiert deux opérations préalables : d’une part, la définition de la relation de l’élément à l’entité considérée ; d’autre part la construction d’indicateurs de comparaison. Si on laisse de côté les approches essentialistes fondées sur des définitions préalables d’un phénomène ou d’une entité (régime, État-nation) qui supposent une relation nécessaire entre l’élément et l’entité, la première opération fait généralement appel aux notions de système (selon l’approche fonctionnaliste développée entre autres par Parsons), de structure (notion transposée par LéviStrauss de la linguistique à l’étude des phénomènes sociaux et qui est à l’origine de l’approche relationnelle), ou d’idéaltype (notion forgée par Weber pour désigner le résultat de l’opération de typification).

4L’opération de typification vaut aussi pour les processus, dont l’étude comparée requiert la construction d’une série d’indicateurs (par exemple, les processus d’institutionnalisation ou de professionnalisation). De tels indicateurs ou éléments de comparaison sont produits par les entités ellesmêmes ou par des instances internationales comme l’OCDE ou le BIT : PIB, taux de natalité et de mortalité, taux de pauvreté, taux de chômage, taux de scolarisation, etc. Ils tendent d’ailleurs à proliférer avec la généralisation du modèle de « l’évaluation » et la multiplication d’instances comme les agences de notation financière. Mais ces indicateurs produits par des organismes à des fins pratiques particulières ne peuvent être repris tels quels par le ou la chercheur-e et doivent être soumis à un double examen critique, afin de déterminer leur pertinence au regard de la problématique et leur adéquation selon des critères scientifiques. Mesurer les taux permet de systématiser la comparaison dans certains domaines pour des entités variables en taille (la population par exemple), ou pour les états successifs d’une même entité, sur une dimension diachronique, en les rapportant à d’autres facteurs : dans son étude célèbre sur le suicide, Durkheim analyse ainsi l’évolution des taux de mortalité en les rapportant à leurs différentes causes, et en les mettant en relation avec d’autres facteurs (géographiques : ville-campagne ; sociodémographiques : âge, situation matrimoniale) selon la méthode des variations concomitantes (il constate ainsi des pics de suicide pendant les périodes de crise économique, ce qui lui permet de faire l’hypothèse d’une relation causale entre les deux phénomènes).

5L’analyse en termes de processus ou de développement – par exemple, le « développement professionnel » théorisé par Andrew Abbott (1988) contre le naturalisme de la notion de « professionnalisation », conçue selon un modèle de développement unique – n’exclut nullement l’approche structurale. Comprendre l’émergence d’un phénomène ou d’une entité implique souvent de reconstituer le système d’écarts différentiels dans lequel il s’est inscrit et ce contre quoi il s’est défini.

6On l’aura compris, la comparaison repose sur des méthodes quantitatives aussi bien que qualitatives. Si les premières permettent de systématiser les données qui peuvent être quantifiées pour mesurer et dégager des écarts, des évolutions, des corrélations, les secondes sont incontournables pour restituer le sens de ces données, comme le rappelait Weber dans L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme (1964), ainsi que pour construire des configurations à l’instar de Norbert Elias dans La société de cour (1974).

7Toutes les approches citées ne sont pas compatibles, bien sûr, mais certaines d’entre elles peuvent être articulées de manière à démultiplier les angles d’analyse d’un même phénomène. Nous en développerons ici un exemple à travers un objet particulier, les traductions, qui constituent un cas intéressant pour les approches transnationales, en ce qu’elles permettent de mesurer la circulation des textes entre les cultures, posant ainsi la question des échanges et de leur évolution, question à laquelle il ne peut être répondu de façon satisfaisante que si l’on procède par comparaison et si l’on restitue les entités comparées dans la structure globale des relations entre entités comparables. Si l’analyse des échanges nécessite de comparer les entités concernées, elle apporte à la comparaison une dimension dynamique tout en permettant de l’inscrire dans un système plus global de rapports de force inégaux.

8On passera du niveau macro au niveau méso puis au niveau micro, en montrant comment leur articulation permet de complexifier la problématique et d’affiner la comparaison à différentes échelles, pour restituer divers aspects d’un même phénomène. Au niveau macro, c’est la notion de marché qui permet d’appréhender aussi bien les interactions entre entités (ici les États-nations), à travers les flux de traduction, que la structure des relations qui les unit, soulevant la question du degré d’encastrement des marchés nationaux dans le marché mondial et de la comparaison entre marchés nationaux (taille, exportation, contrôle, politiques d’aide, etc.). Au niveau méso, le concept de champ permet de comparer la structure de la production éditoriale dans différents pays et la place qu’y occupe la traduction. À ce niveau, on s’intéresse plutôt à l’importation et à la réception, en comparant notamment les catalogues des maisons d’édition. Au niveau micro, ce sont les choix et les stratégies des agents face aux contraintes imposées aux deux autres niveaux qui sont observés : la comparaison prend en compte les variables structurales tout en rapportant les stratégies individuelles aux dispositions et aux trajectoires. En conclusion, on reviendra sur les avantages de la comparaison structurale.

La structure du marché mondial du livre : le niveau macro

9Les échanges entre pays peuvent se mesurer aux flux des produits qui circulent entre eux ou à la valeur économique des exportations et des importations. On se concentrera ici sur le premier cas : les flux de traduction offrent un bon indicateur de la circulation des textes d’une culture à l’autre. Grâce à l’Index Translationum, base de données sur les livres traduits constituée par l’Unesco depuis 1931, on peut se faire une idée plus ou moins précise de ces flux, même si sa fiabilité dépend de la qualité très variable des bibliographies nationales, et à condition de garder à l’esprit qu’on exclue tous les autres supports (revues, journaux, supports en ligne, littérature grise, notices d’utilisation de produits, etc.). Il ressort de ces données que la circulation des livres par voie de traduction n’est pas aléatoire. Si on suit ceux-ci depuis leurs lieux de production jusqu’aux lieux où ils paraissent en traduction, une géographie se dessine, qui évolue dans le temps.

10Les flux de traduction peuvent être comparés soit du point de vue de la langue et du pays d’origine, soit du point de vue de la langue et de la culture d’accueil. Commençons par le premier cas. En s’inspirant du modèle construit par de Swaan pour décrire le système des langues, Johan Heilbron (1999) a montré, à partir des données réunies par l’Index Translationum pour les années 1980, que les flux de traduction entre langues présentent certaines régularités : ces flux sont asymétriques, ils circulent principalement des langues centrales vers les langues périphériques, les relations entre ces dernières sont souvent médiatisées par les premières. La langue dont proviennent la plupart des livres traduits dans le monde est l’anglais, qui occupe une position hypercentrale (45 %). Trois langues – le français, l’allemand et le russe – occupaient une position centrale à l’époque considérée (entre 8 % et 12,5 %), huit une position semi-périphérique (entre 1 % et 3 %), toutes les autres une position périphérique (avec une part inférieure à 1 %). Une décennie plus tard, cette distribution a évolué : si les échanges se sont intensifiés, avec une augmentation de plus de 50 % de traductions entre 1980 et 2000, ils ne se sont pas diversifiés, contrairement à la représentation qu’on se fait communément de la « globalisation » (Sapiro, 2009) : l’anglais a renforcé sa position hypercentrale, passant de 45 % à 59 % des ouvrages traduits dans le monde, tandis que le russe a chuté de 12,5 % à 2,5 % au début des années 1990. Le français et l’allemand se sont maintenus à 9-10 %, l’italien à près de 3 %, et l’espagnol a renforcé sa position (de 1,6 % à 2,6 %), mais le nombre de langues semipériphériques a diminué. On note toutefois une croissance de la présence des langues asiatiques, notamment le japonais (près de 1 %) et le chinois (inférieur à 1 %).

11Une fois ces régularités et leurs évolutions décrites, il reste à les expliquer. La mesure de comparaison adoptée par de Swaan, à savoir le nombre de locuteurs primaires et secondaires, ne fonctionne pas ici comme explication causale. Elle soulève même un paradoxe : comment se fait-il que la langue la plus parlée et lue au monde, l’anglais, soit aussi la plus traduite ? Pourquoi est-il nécessaire de traduire une langue que l’on peut lire dans le texte original ? Ce paradoxe se résout si l’on considère que l’entité de référence est, dans ce cas, le marché du livre plutôt que la langue, laquelle ne constitue qu’une variable, à côté du pays d’origine, de la ville de publication, de la maison d’édition où a paru l’ouvrage original, de celle qui publie la traduction, de l’auteur et du traducteur. Or le marché du livre est doublement structuré par les aires linguistiques et par les États-nations, qui fixent un cadre juridique (droit d’auteur, restriction à la liberté d’expression) et les frontières géographiques de son application. Et de fait, si l’on introduit la variable du pays d’origine, on constate que, plus que la langue, c’est le pays qui est déterminant dans les flux de traduction. Les titres traduits de l’anglais proviennent en effet majoritairement des États-Unis et du Royaume-Uni, ceux traduits du français de la France, etc. À la centralité de la langue s’ajoute donc la centralité du pays sur le marché mondial de la traduction.

12S’agissant d’un marché, des facteurs économiques s’imposent spontanément pour rendre compte des écarts entre les flux : une corrélation peut en effet être établie avec la taille du marché national, selon le nombre de titres publiés (Pym et Chrupala, 2005). Cependant, les échanges ne sont pas le simple reflet de la taille des marchés nationaux. D’autres facteurs, politiques et culturels, pèsent sur la circulation des œuvres (Bourdieu, 2002 ; Heilbron et Sapiro, 2008). La chute brutale des traductions du russe après 1989 est vraisemblablement liée à la fin du régime communiste et à la disparition des politiques de soutien à la traduction en URSS. Le type de régime, le dirigisme, la censure, les politiques d’aide à la traduction, autant de facteurs qui ont une incidence plus ou moins directe sur la circulation des livres, comme l’ont montré les travaux sur les autres pays communistes (Popa, 2002 et 2010) ou sur l’Italie fasciste (Billiani, 2007). De même, les échanges culturels jouissent souvent d’une relative autonomie par rapport aux enjeux économiques et politiques. Comme l’avance Pascale Casanova (1999), la circulation des œuvres dans la « république mondiale des lettres » est en bonne partie déterminée par le capital linguistico-littéraire accumulé par les pays en fonction de l’ancienneté de leur production littéraire et de son prestige. Ce principe s’applique aussi au domaine des traductions en sciences humaines et sociales : alors que les traductions de l’anglais dominent dans cette catégorie également, en philosophie, il y avait plus de titres traduits en français de l’allemand que de l’anglais dans la période 1990-2004, signe du capital symbolique dont jouit la philosophie allemande (Sapiro et Popa, 2008). Ainsi, la comparaison des catégories d’ouvrages et des genres traduits révèle des variations sur lesquelles on reviendra plus en détail.

13Par-delà les facteurs politiques et culturels, il faut rappeler que les marchés sont eux-mêmes des constructions sociales. Le marché du livre est la plus ancienne des industries culturelles. La perspective historique permet d’expliquer ses principes de structuration. Le nationalisme méthodologique masque le fait que l’imprimerie s’est d’emblée concentrée autour de villes comme Leipzig, Londres et Paris. Ces villes sont devenues des centres culturels, avec l’appui du pouvoir politique qui a, dans le cas français, conforté leur monopole au détriment des éditeurs de province et instauré des mesures protectionnistes face aux pratiques de contrefaçon (Febvre et Martin, 1971 ; Mollier, 2001). En retour, l’imprimerie joua un rôle important dans la construction des identités nationales et dans le projet d’acculturation des populations (Anderson, 1996). Parallèlement, des espaces éditoriaux transnationaux se formaient sous l’impulsion de la volonté d’expansion et de conquête de nouveaux marchés, associée aux politiques impérialistes à visée culturelle, dans les aires linguistiques hispanophone, anglophone, germanophone, francophone ou arabophone ; aires qui se sont elles-mêmes structurées autour de l’opposition entre ces centres et leurs périphéries, qu’il s’agisse des territoires colonisés ou des pays où ils exerçaient une hégémonie, devenus des débouchés pour les ouvrages publiés dans les villes centrales.

14Cette structure a été remise en cause à partir du xixe siècle par la construction des identités nationales, qui sont d’ailleurs nées en partie d’une réaction à l’hégémonie culturelle exercée par ces centres (Thiesse, 1999), notamment à l’aide de politiques publiques de soutien à la production locale et de protection des marchés nationaux. À partir du milieu du xixe siècle, la traduction devient ainsi le mode principal de circulation des œuvres littéraires entre les cultures. Alors que l’œuvre de Balzac avait largement circulé en français, langue des élites européennes, les romans de Zola furent lus en traduction. La circulation du modèle national favorisa la formation de marchés éditoriaux nationaux, qui se constituèrent dans un premier temps à travers les traductions. Corrélativement, un marché international de la traduction se formait, réglementé par la Convention internationale de Berne sur le droit d’auteur de 1886, à laquelle de nombreux pays adhérèrent au début du xxe siècle. Les traductions devinrent un instrument dans la concurrence entre les États-nations en formation, et un outil pour exercer une hégémonie, notamment au lendemain de la Première Guerre mondiale, quand la culture fut intégrée à la diplomatie, à l’instigation de l’Institut international de coopération intellectuelle (IICI) de la Société des Nations, comme moyen de pacification des relations internationales (Renoliet, 1999) : une conception qui a survécu à travers les conceptions de « rayonnement culturel à l’étranger » ou de « diplomatie d’influence ». Par-delà l’incitation de l’IICI, qui créa en 1931 l’Index Translationum, repris après la guerre par l’Unesco, l’institutionnalisation des échanges culturels dans le cadre des relations diplomatiques, les migrations et l’essor de l’enseignement des langues étrangères favorisèrent la spécialisation d’un ensemble d’agents – éditeurs, directeurs de collection, agents, traducteurs, libraires – dans la médiation interculturelle (Wilfert, 2002 et 2003).

15Après la Deuxième Guerre mondiale, la libéralisation des échanges économiques, dans le cadre de l’Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce (GATT) signé en 1947, a contribué à l’unification progressive d’un marché mondial des biens culturels dans les domaines du disque, du cinéma et du livre, tout en favorisant le développement des industries culturelles nationales. Ce processus s’est accéléré avec le tournant néolibéral des années 1970, marqué par l’abandon du thème du développement pour celui de la mondialisation, en vue de l’ouverture des frontières à la libre circulation des biens et des capitaux (Wallerstein, 2006, p. 136), et avec le projet d’extension du libre-échange au domaine des services dans le cadre du cycle de l’Uruguay. Dans l’édition, la multiplication des instances spécifiques, comme les foires internationales du livre, est à la fois le signe et l’un des ressorts de l’unification et de la structuration du marché international de la traduction, tandis que les agents littéraires, qui jouent un rôle de plus en plus important dans l’intermédiation, contribuent à la rationalisation et à l’harmonisation des modes de fonctionnement de ce marché, en imposant des règles professionnelles et des logiques commerciales. La foire de Londres, qui s’est tenue pour la première fois en 1964, devient, à partir de 1971, l’une des plus importantes en Europe après Francfort. Chaque capitale culturelle a désormais la sienne, de Pékin à Guadalajara, en passant par New Delhi, Ouagadougou et Tunis, tandis qu’un nombre croissant de pays participent à ces manifestations. Sous ce rapport, l’unification du marché mondial de la traduction aura contribué au développement de l’édition et du commerce du livre dans nombre de pays où prédominait encore le mode de production artisanal et/ou la prise en charge par l’État, comme les pays d’Europe de l’Est (dont le marché s’est ouvert après la chute des régimes communistes), la Chine ou les pays arabes.

16Au sein des aires linguistiques, les tentatives de contrecarrer l’hégémonie des centres ont plus ou moins réussi. Contesté depuis le xviiie siècle par les États-Unis d’Amérique, qui ont développé leur propre industrie du livre, le centre de l’espace anglophone s’est progressivement déplacé, durant les années 1960-1970, de Londres à New York. De même, la formation des États-nations d’Amérique latine a favorisé le développement d’une littérature et d’une édition locales qui ont pu s’épanouir pendant la période franquiste (Sorá, 2009), et qui luttent aujourd’hui contre la stratégie de reconquête impérialiste que déploient les éditeurs espagnols outre-Atlantique. Longtemps défiée sans succès par les éditeurs belges (Durand et Winkin, 1999), la domination de Paris l’est désormais aussi par l’édition québécoise, qui a émergé après la Deuxième Guerre mondiale.

17Les traductions constituent un bon lieu d’observation de ces tensions qui traversent les aires linguistiques, dans la mesure où les contrats de cession déterminent les territoires de distribution de l’ouvrage traduit sur lesquels l’éditeur qui en acquiert les droits exige l’exclusivité (à la différence de l’open market, où plusieurs éditions peuvent se faire concurrence), selon une pratique qui s’est développée dans les années 1970. Les contrats varient donc entre l’exclusivité des droits mondiaux et les restrictions territoriales, qui ont permis le développement de pratiques de coédition (entre éditeurs étasuniens et anglais par exemple).

18La répartition géographique des traductions au sein d’une aire linguistique selon leur lieu de publication constitue un bon indicateur du degré de concentration éditoriale sur le territoire concerné. Prenons l’exemple des traductions du français en anglais publiées aux États-Unis et de celles de l’anglais en français publiées en France (Sapiro, 2010a). Tout d’abord, on constate, d’après les données de l’Index Translationum, l’asymétrie des échanges du point de vue du nombre de titres qui sont traduits (un rapport de presque 1 à 8) entre la langue hypercentrale qu’est l’anglais et la deuxième langue centrale qu’est le français (voir tab. 1, p. 202). Notons que l’anglais est la seule langue avec laquelle le ratio des échanges est négatif pour le français.

Tableau 1. Comparaison de la concentration géographique des traductions dans les aires francophones et anglophones. France/États-Unis, Paris/New York (1990-2003)

Tableau 1. Comparaison de la concentration géographique des traductions dans les aires francophones et anglophones. France/États-Unis, Paris/New York (1990-2003)

Données : Index Translationum (Sapiro, 2010a).

19Du point de vue de leur lieu de publication, alors que 81 % des traductions de l’anglais en français se publient en France, seuls 37,5 % des livres traduits du français en anglais voient le jour aux États-Unis. La moindre concentration des traductions aux États-Unis tient à deux principaux facteurs. En premier lieu, la position centrale de ce pays dans l’aire éditoriale anglophone est plus récente que celle de la France dans l’aire francophone, et cette centralité est partagée avec le Royaume-Uni. Deuxièmement, une part significative des traductions du français en anglais est réalisée au Canada, à la faveur des politiques publiques de soutien à la production québécoise.

20L’écart se renforce si l’on considère à présent la concentration des flux de traductions entre les deux langues dans les capitales du livre des deux pays : 71,7 % (soit près de trois quarts) des traductions de l’anglais paraissent à Paris, contre 15,8 % des traductions du français à New York. La dispersion géographique de l’édition étasunienne tient d’une part à l’existence d’un autre centre, de moindre importance, en Californie, et, d’autre part, au rôle que jouent dans la traduction les presses universitaires, réparties sur tout le territoire américain.

21Cette répartition géographique varie selon les catégories d’ouvrages, ce qui confirme le poids de ce dernier facteur. En effet, les traductions littéraires (ouvrages pour la jeunesse inclus) sont plus concentrées à New York (voir tab. 2, p. 204), où paraissent un quart des titres de fiction traduits du français en anglais, soit un taux nettement plus élevé que pour l’ensemble des traductions (25,7 % contre 15,8 %), les sciences humaines étant plus dispersées pour la raison que l’on vient d’évoquer, à savoir le rôle des presses universitaires. Cependant, les presses universitaires jouent également un rôle non négligeable dans l’importation de la littérature française aux États-Unis. De ce fait, seules 46 % des traductions littéraires du français parues aux États-Unis pendant la période étudiée ont été publiées à New York, selon la base que nous avons constituée (base Sapiro), la dispersion géographique étant beaucoup plus importante qu’en France (voir carte 1).

Carte 1. Répartition géographique des traductions littéraires du français en anglais publiées aux États-Unis. Nombre de traductions et nombre d’éditeurs (1990-2003)

Carte 1. Répartition géographique des traductions littéraires du français en anglais publiées aux États-Unis. Nombre de traductions et nombre d’éditeurs (1990-2003)

Source : Base Sapiro (Sapiro 2010a).

22Au sein de l’aire francophone, le taux de concentration de la littérature traduite de l’anglais dans la capitale française atteint le record de 83,4 % : plus de 8 titres sur 10 paraissent à Paris (voir tab. 2). Cela s’explique notamment par le fait que les grandes maisons d’édition, qui ont les moyens d’acquérir les droits de traduction de l’anglais, plus coûteux que ceux d’ouvrages provenant d’autres langues, sont concentrées dans la capitale. Cette concentration est d’autant plus significative que le nombre d’ouvrages de littérature traduits de l’anglais en français entre 1990 et 2003 avoisine les 45 000 : plus de 37 000 ont été publiés à Paris, contre environ 640 traductions littéraires du français en anglais parues à New York pendant la même période.

Tableau 2. Comparaison de la concentration géographique des traductions littéraires dans les aires francophones et anglophones. France/États-Unis, Paris/New York (1990-2003)

Tableau 2. Comparaison de la concentration géographique des traductions littéraires dans les aires francophones et anglophones. France/États-Unis, Paris/New York (1990-2003)

Données : Index Translationum (Sapiro, 2010a).

23Ainsi, la comparaison des flux de traduction permet de dégager une géographie de la circulation des livres et des régularités qui renvoient à la structure du marché mondial de la traduction. Cette structure est le produit d’une histoire de longue durée, encastrée dans celle du capitalisme, de l’émergence des États-nations, des rapports de force géopolitiques et des logiques impérialistes. Elle n’a pu évoluer qu’au terme d’âpres luttes pour renverser la domination des centres sur les périphéries. Mais la circulation des livres obéit aussi à des logiques qui ne sont ni économiques ni politiques. Les échanges culturels peuvent jouir d’une relative autonomie par rapport aux contraintes économiques et politiques, comme on va le voir à présent.

Comparer les champs nationaux : le niveau méso

24Après s’être interrogé sur la circulation des traductions, ses régularités, sa géographie, et ce qu’elle révèle du marché mondial de la traduction, il faut changer d’échelle et de point de vue pour les observer sous l’angle de la culture d’accueil. Largement occultées par l’histoire littéraire, les traductions font partie intégrante de la production éditoriale nationale. Les traductions n’ont pas seulement intensifié et diversifié les échanges entre les cultures : elles ont été constitutives des littératures en langues vernaculaires qui ont émergé dans le cadre du double processus de laïcisation et de démocratisation de la vie culturelle. Elles ont permis de constituer des répertoires linguistiques et stylistiques, des modèles d’écriture et un corpus d’œuvres dans les langues nationales dont elles participaient ainsi à la codification (Even-Zohar, 1997). Les prendre pour objet donne corps à la critique faite au comparatisme qui suppose l’existence d’entités distinctes : les cultures nationales se sont formées à partir d’un fonds commun d’œuvres traduites (Milo, 1984). Ce constat permet également de relativiser l’idée d’une hybridation des cultures à l’heure de la globalisation : les cultures nationales sont ellesmêmes des entités hétérogènes, fruits de processus d’hybridation par l’adaptation de modèles étrangers, y compris pour résister aux diverses formes d’hégémonie.

25On peut néanmoins comparer la place qu’occupent les traductions dans les différents marchés nationaux. Du simple point de vue du nombre de nouveaux titres publiés, la part des traductions dans la production éditoriale de différents pays varie. On a pu ainsi constater qu’elle augmentait à mesure qu’on passait des cultures centrales aux cultures périphériques : entre 1989 et 1991, elle était de 3 % aux États-Unis et en Grande-Bretagne, de 15 à 18 % en France et en Allemagne, de 25 % en Italie et en Espagne, de 35 % au Portugal, et de 65 % en Suède (Ganne et Minon, 1992). Plutôt que d’adopter une explication purement fonctionnaliste consistant à dire que les cultures importent les éléments qui leur font défaut, explication qui présente l’inconvénient de recourir à la notion de « besoin » en la naturalisant, alors que le marché de l’édition est avant tout un marché de l’offre, raisonner une fois de plus en termes relationnels et plus particulièrement en termes de rapports de force permet de rendre compte de ces écarts selon le schéma adopté pour analyser les flux de traduction à partir des langues : on peut ainsi constater une corrélation entre import et export, les langues centrales, qui exportent le plus, étant celles qui importent le moins, alors que les langues périphériques, qui exportent le moins, importent le plus. Cependant, cette corrélation n’a rien de mécanique et les variations observées dans ce schéma, ainsi que lorsque l’on compare les différentes catégories (littérature, littérature pour la jeunesse, sciences humaines et sociales, sciences) et sous-catégories (genres, disciplines en sciences humaines et sociales) d’ouvrages, s’expliquent par une imbrication de facteurs économiques, politiques et culturels ainsi que par des stratégies collectives (élaborées au niveau des politiques étatiques et des maisons d’édition) qu’il faut étudier empiriquement.

26Si l’édition en langue vernaculaire s’est développée dans chaque pays sous l’impulsion de la formation d’un marché mondial du livre et de la construction des identités nationales, comme on l’a vu, si certaines des formes qu’elle a prises sont le fruit de la circulation de modèles éditoriaux des pays où elle existait de longue date comme l’Angleterre, l’Allemagne et la France, ces formes ne sont pas la simple reproduction du modèle. Ainsi, le capitalisme d’édition qui a émergé dans les pays occidentaux au début du xixe siècle ne s’est pas immédiatement diffusé dans tous les pays : il ne s’est implanté par exemple en Europe de l’Est qu’après la chute du communisme, régime sous lequel l’édition était largement contrôlée par l’État, et ne s’est toujours pas imposé dans les pays arabes. Même dans les pays où prévaut le libéralisme économique, l’organisation de l’édition et son mode de fonctionnement peuvent présenter des différences significatives.

27Pour s’en tenir aux cas français et étasunien, on peut en évoquer au moins quatre. La première concerne le statut juridique des entreprises éditoriales aux États-Unis, qui se différencient selon qu’elles se déclarent à but lucratif (for profit/trade) ou non (non-profit), une distinction qui n’a pas d’équivalent en France du point de vue de la structuration de ce domaine. Deuxième différence de taille, l’intervention de l’État et des collectivités territoriales, quasi inexistante aux États-Unis, joue un rôle majeur dans le marché du livre en France : la politique de soutien au livre y a des répercussions à plusieurs niveaux de la chaîne de production et de distribution, de l’aide à la publication et à la traduction au soutien du réseau des librairies indépendantes, en passant par la loi Lang sur le prix unique du livre. La troisième différence concerne la division du travail au sein de la chaîne de production, avec l’externalisation, aux États-Unis, de la fonction de découverte des nouveaux auteurs, déléguée aux agents littéraires, quand elle est demeurée en France interne à l’édition. Une dernière différence concerne les principes de classification, notamment la distinction entre fiction et nonfiction aux États-Unis, et celle entre « littérature française » et « littérature(s) étrangère(s) » qui organise les catalogues des éditeurs français.

28Cependant, le concept de « champ » forgé par Pierre Bourdieu permet d’appréhender, par-delà leurs différences, les homologies structurales entre ces deux espaces éditoriaux, et tout particulièrement l’opposition entre un pôle de grande production et un pôle de production restreinte, qui revêt des formes spécifiques dans chacun d’eux (Bourdieu, 1977 et 1999). Ces deux pôles se différencient par leur rapport à l’économie et au profit. Au pôle de grande production prévaut la logique de la rentabilité, au service de laquelle est mise la rationalisation de la production, qui passe notamment par les concentrations (fusions-acquisitions), la surproduction et la tentative de contrôle de la chaîne de diffusion-distribution. Privilégiant la dimension intellectuelle du travail éditorial, les représentants du pôle de production restreinte tendent au contraire à négliger le profit à court terme au bénéfice de l’accumulation de capital symbolique sur le long terme, par la constitution d’un fonds d’ouvrages jugés de qualité sur le plan intellectuel ou esthétique. De ce fait, l’économie de ce pôle se caractérise par le recours à des aides et à des subventions provenant des pouvoirs publics, du mécénat ou des fondations philanthropiques. Cette opposition s’exprime dans les mêmes termes en France et aux États-Unis, où l’on distingue les shortsellers des longsellers. Dans certains pays, comme les pays arabes, le pôle de grande production est, pour les raisons évoquées plus haut, peu développé, sauf dans le secteur religieux. Dans d’autres, le pôle de production restreinte a du mal à survivre face aux contraintes imposées par la logique de marché (Grande-Bretagne).

29Dans le champ éditorial étasunien, l’opposition entre pôle de grande production et pôle de production restreinte s’incarne, à un premier niveau, dans le statut juridique de l’entreprise : entreprises commerciales (trade) d’un côté, éditeurs à but non lucratif de l’autre (non-profit) ; mais cette division n’est pas étanche, et il y a un grand nombre de petits éditeurs indépendants aux États-Unis qui, tout en ayant un statut commercial, s’inscrivent par leurs politiques éditoriales et les justifications qu’ils en proposent dans les logiques propres au pôle de production restreinte. En France, bien qu’elle présente des similitudes, l’opposition entre secteur privé et secteur public n’est pas déterminante dans la structuration du champ éditorial : les presses universitaires jouent un rôle marginal, voire quasi nul dans l’édition littéraire et dans la traduction. En revanche, les aides publiques, notamment les subventions du Centre national du livre et le soutien du ministère des Affaires étrangères, peuvent être considérées comme l’équivalent structural des subventions versées par les fondations américaines aux entreprises culturelles à but non lucratif. En effet, bien que l’intérêt économique du soutien à ces entreprises soit devenu en soi un critère de justification des politiques d’aide, à côté des critères traditionnels de rayonnement de la culture française à l’étranger et d’impact en termes de diplomatie d’influence, ces aides sont toujours réservées, sous forme de financement d’une partie de la traduction et d’invitation des auteurs, aux produits « haut de gamme », considérés comme d’intérêt public, et non à la littérature commerciale.

30À un deuxième niveau, qui se superpose au précédent, la polarisation entre grande production et production restreinte recoupe en bonne partie le clivage entre grands groupes et petits éditeurs indépendants. Ce clivage structure aussi bien le champ éditorial étasunien que son homologue français. Les petits éditeurs indépendants, notamment ceux qui se situent dans une perspective critique ou ceux qui se spécialisent dans la littérature traduite, l’ont intériorisé et mobilisent spontanément cette distinction par rapport aux éditeurs des grands groupes, soulignant qu’ils n’ont pas d’actionnaires à satisfaire et mettant en avant leurs objectifs non commerciaux, conçus tantôt comme une « mission », tantôt comme une « passion ».

31Cependant, si l’indépendance de l’éditeur est souvent considérée, à juste titre, comme une liberté lui permettant de mettre en œuvre sa propre politique sans avoir de comptes à rendre à des actionnaires qu’on imagine plus intéressés par le profit économique que par la qualité de la production (Schiffrin, 1999 ; Vigne, 2008 ; Discepolo, 2011), il faut se garder de superposer mécaniquement à ce clivage (sur les frontières duquel les représentants de ce pôle ne s’accordent pas du reste) l’opposition entre pôle de grande production et pôle de production restreinte. Premièrement, certains éditeurs indépendants peuvent développer une politique commerciale agressive, quand des maisons rachetées par des groupes peuvent conserver une certaine autonomie dans leur politique éditoriale, en fonction de leur tradition, de la marge de manœuvre de leurs dirigeants et des savoir-faire qui y sont réunis. Deuxièmement, plutôt que de considérer les groupes comme des entités homogènes, il faut les appréhender comme des ensembles hétérogènes, reproduisant les hiérarchies et les clivages du champ dans son ensemble, par le biais de leur type de spécialisation. Ainsi, dans les grands groupes américains, les « marques » tendent à se spécialiser selon les oppositions fiction/non-fiction, haut de gamme/commercial, cette dernière recoupant en partie la polarisation entre production restreinte et grande production. Cette organisation caractérise également les grands groupes en France, où elle vient se superposer à une structuration par collections qui remplit des fonctions similaires (Simonin, 2004 ; Sapiro, 2008). Chez les grands éditeurs littéraires, les collections de littérature générale en français se distinguent ainsi, d’un côté, des collections de littérature traduite, et, de l’autre, des collections plus commerciales : chez Gallimard, par exemple, la « Blanche » se différencie de « Du monde entier » et de la « Noire » (polars). Les best-sellers et les sous-genres dits de paralittérature comme le polar et la science-fiction paraissent le plus souvent dans des collections spécifiques, comme par exemple la collection « Best-sellers » chez Laffont.

32Une des différences majeures entre les deux champs éditoriaux, américain et français, concerne la place qu’y occupent les traductions (Sapiro, 2010b) : leur part ne dépasse pas 3 % dans la production éditoriale étasunienne, y compris pour la littérature (Allen, 2007), alors qu’elle se situe en France depuis le début des années 1990 entre 18 % et 20 %, et le double pour la littérature : entre 35 % et 40 % (Sapiro ed., 2008). Mais cette différence tient à une homologie, qui découle elle-même des rapports de force internationaux décrits ci-dessus : les livres publiés à l’origine par des éditeurs américains prédominent dans les deux pays au pôle de grande production. De ce fait, les traductions (toutes langues confondues) sont sous-représentées à ce pôle aux États-Unis, quand en France, on relève, dans les genres populaires ou commerciaux, une écrasante majorité de traductions de l’anglais, qui l’emportent même sur la production en français. C’est le cas de presque tous les romans roses et de la grande majorité des best-sellers, des thrillers et des polars.

33Au pôle de production restreinte, au contraire, les petites maisons qui n’ont pas les moyens de rivaliser avec les grands éditeurs pour acquérir les droits de titres en anglais tendent à se spécialiser dans les langues semi-périphériques ou périphériques ; les traductions de l’anglais y sont donc relativement sous-représentées. Entre ces deux pôles se situent les collections de littérature étrangère des grandes maisons d’édition littéraires, qui importent aussi bien des œuvres « haut de gamme » que des titres destinés à un public plus large (ces maisons ayant, par ailleurs, des collections de polars ou de thrillers). Ces collections sont régies par deux principes parfois difficiles à concilier : une politique d’auteur et une diversification des langues traduites. La part de l’anglais y est relativement sous-représentée (environ un tiers des titres contre une moyenne nationale de deux tiers), et la diversité linguistique y est élevée.

34À l’inverse, aux États-Unis, les traductions du français, première langue traduite, se situent principalement au pôle de production restreinte, dans la catégorie de la littérature « haut de gamme ». En témoigne le rôle que jouent les éditeurs à but non lucratif, presses universitaires incluses, dans l’importation de la littérature française dans ce pays. Sur les vingt-neuf éditeurs ayant publié au moins dix traductions du français entre 1990 et 2003, neuf, soit près d’un tiers, sont à but non lucratif (Sapiro, 2010a). Il n’y a pas de véritable équivalent aux grandes collections de littératures étrangères dans ce champ éditorial où les catalogues ne sont pas organisés par collections.

35Le concept de champ permet donc d’identifier les homologies structurales entre deux espaces comparables et relativement autonomes, en dissociant ce qui tient à leur encastrement dans le marché international de l’édition de ce qui relève de leurs histoires respectives. S’il est largement déterminé par des contraintes structurales, leur développement n’a cependant rien de nécessaire : la perpétuation des structures ou leur transformation est le fruit de rapports de force, de luttes de concurrence et d’alliances entre agents – individus et institutions – qu’il faut là encore étudier empiriquement.

Engagements et stratégies d’agents : le niveau micro

36Le concept de champ permet aussi de comprendre comment les stratégies individuelles et collectives s’insèrent dans un espace de contraintes intériorisées par les agents sous la forme de manières de penser, de faire, de juger. Un même espace peut toutefois opposer plusieurs groupes qui ont une conception différente de l’enjeu spécifique et des valeurs qui doivent orienter l’action. Le champ éditorial est structuré, comme on l’a vu, entre un pôle de grande production, régi par des valeurs marchandes de rentabilité à court terme, et un pôle de production restreinte, où les enjeux économiques sont subordonnés à des exigences intellectuelles et/ou esthétiques. Avec les fusions-acquisitions, phénomène qui n’est pas spécifique à l’édition, ainsi qu’avec la formation de grandes chaînes de librairie aux États-Unis et en Grande-Bretagne, la logique de rentabilité s’est imposée de manière croissante au pôle de grande production (Thompson, 2010), donnant de plus en plus de poids au secteur commercial au détriment du secteur éditorial au sein des maisons. La défiance à l’égard des traductions en raison de leur faible rentabilité supposée émane largement de l’alliance structurale du circuit commercial, des chaînes de librairie aux départements de marketing en passant par les représentants commerciaux, qui la transforment en ce que Merton appelle une prophétie auto-réalisatrice, à savoir une croyance ayant des effets sociaux même si elle est fausse et contredite, comme, dans ce cas, par l’immense succès de 2666, de Roberto Bolaño, ou de L’Élégance du hérisson, de Muriel Barbery (qualifiés d’exceptions par les agents de ce circuit). Le secteur éditorial, de plus en plus soumis à ces exigences – un projet de publication doit être accompagné de son plan de commercialisation et présenté devant les représentants du secteur marketing – a dû intérioriser ces contraintes qui s’appliquent désormais au secteur de production restreinte au sein des groupes, entraînant la réduction du nombre de titres traduits. La traduction est investie en revanche par de petits éditeurs indépendants qui, faute des ressources nécessaires pour acquérir les droits d’auteurs américains contemporains (vendus à un tarif élevé par leurs agents), y trouvent un moyen d’accumuler du capital symbolique en introduisant dans leur pays des écrivains étrangers de renom, déjà sélectionnés par diverses instances nationales et internationales, souvent avec l’aide financière des États concernés qui prennent le cas échéant en charge une partie des coûts de la traduction. Sans nier les contraintes commerciales, qu’ils ressentent au quotidien, ces éditeurs justifient leurs choix par des valeurs intellectuelles et esthétiques, mettant en avant la qualité de leur offre. Certes, ils en reconnaissent les risques, mais pour eux, la prise de risque fait partie du métier, non par goût du jeu, mais pour réaliser la mission qu’ils se sont assignée. Ceux qui bénéficient d’un statut à but non lucratif doivent d’ailleurs expliciter cette mission – généralement dans des termes relevant du registre pédagogique –, en vue de recevoir les aides des fondations philanthropiques qui leur permettent d’exister. Les traductions en font partie. Elles sont généralement présentées comme contribuant à l’ouverture à d’autres cultures et à la diversité. De ce fait, pour les éditeurs et traducteurs qui la promeuvent, la traduction est désormais conçue comme une cause non seulement littéraire mais aussi politique. Ce combat, qui a pris corps autour du constat que les traductions ne représentaient que 3 % de la production éditoriale américaine, se situe à deux niveaux : lutte contre la domination de l’anglais et volonté de faire entendre d’autres voix. Il a été engagé par une nouvelle génération d’éditeurs indépendants alliés au PEN Club, qui organise des rencontres, notamment le PEN Voice Festival, et s’est doté d’instances, comme le site baptisé Threepercent en référence à la faiblesse du taux des traductions aux États-Unis ainsi que d’une revue en ligne, Words Without Borders, qui vise à promouvoir une « globalisation » des échanges en important des voix d’autres langues comme le dit son manifeste (www.wordswithoutborders.org).

37En France, les registres justificatifs sont comparables, à ceci près que le rapport de force est beaucoup moins défavorable du fait d’une politique étatique reposant sur une alliance entre les agents de l’État et les acteurs du livre, fondée sur la croyance que le livre n’est pas une marchandise comme les autres (Surel, 1997), et qui protège, par conséquent, le secteur de production restreinte avec un double dispositif : régulateur – la loi Lang de 1982 sur le prix unique du livre –, et incitateur – le soutien à la librairie indépendante et les aides à la publication distribuées par le Centre national du livre. Ces dernières incluent des aides à la traduction non seulement du français vers d’autres langues, comme c’est généralement le cas, mais aussi des autres langues vers le français, selon une stratégie qui visait, lors de sa mise en place à la fin des années 1980 par Jean Gattégno, lui-même traducteur, à lutter contre la domination croissante de l’anglais, et qui a aujourd’hui pour référentiel la notion de « diversité culturelle » adoptée par l’Unesco en 2001. Ainsi, en France, la défense de la traduction est une cause entendue qui prend la forme d’une concertation entre l’État, les éditeurs et des organisations professionnelles, en particulier l’Association des traducteurs littéraires de langue française et, dans une moindre mesure, la Société des gens des lettres, pour réfléchir à ses conditions sociales et professionnelles.

38Par-delà les formes de mobilisation en faveur de la traduction, en fonction de l’espace des contraintes et de la structure des opportunités, la comparaison des stratégies peut porter sur les catalogues des maisons d’édition ou les collections (choix des titres, politique d’auteur, langues ; voir par exemple Serry, 2002 et notre étude de l’évolution des traductions chez Gallimard : Sapiro, 2011), en prenant en considération les conditions de circulation des œuvres (rôle des langues pivot comme l’anglais et le français dans le choix de traduire un livre) et des modèles éditoriaux (par exemple, le petit éditeur bostonien David Godine a lancé en 1997 une collection de littérature étrangère, « Verba Mundi », sur le modèle français, à une époque où la plupart des grandes maisons aux États-Unis se désengageaient de projets de traduction). Elle peut également porter sur les pratiques et les « normes de traduction » (Toury, 1995), lesquelles varient, comme on l’a suggéré, non seulement selon les cultures mais aussi selon les secteurs éditoriaux (Sapiro, 2008).

***

39Nous avons montré, à travers l’exemple des traductions, la complémentarité et l’imbrication des trois niveaux de comparaison, macro, méso et micro, et la nécessité d’une approche structurale mêlant méthodes quantitatives et qualitatives, perspective historique et ethnographie (observation, entretiens), pour les appréhender. La comparaison structurale passe dans ce cas par le recours au concept abstrait de champ, qui permet d’identifier des homologies malgré les différences et de mieux évaluer les effets de ces dernières : l’existence d’une politique culturelle en France fait que la cause de la traduction a pu être entendue par les pouvoirs publics, à la différence des États-Unis où la mobilisation a un impact plus symbolique que professionnel. Mais ces champs, qui se sont constitués au niveau national, sont encastrés dans le marché mondial du livre, lui-même structuré par des rapports de force inégaux, qui déterminent en grande partie les échanges et la circulation des modèles éditoriaux. La comparaison interculturelle doit tenir compte de ces phénomènes sous peine d’imputer aux marchés nationaux des traits qu’ils doivent à cet encastrement, voire de construire un modèle de développement unique, qui serait ainsi naturalisé. Elle doit aussi concevoir ces champs comme des espaces dynamiques, où s’affrontent des agents – individus et institutions – en lutte pour le maintien ou le renversement des rapports de force qui les constituent. Ces espaces sont dotés d’une histoire propre, inscrite dans les catalogues (le fonds qu’il faut gérer), dans les traditions éditoriales et dans les savoir-faire des agents. Le changement peut y advenir soit de la circulation des modèles dans le cadre des échanges internationaux, soit par la transformation du recrutement social, mais il sera dans les deux cas le fruit d’affrontements entre ses promoteurs et ceux qui le combattent. La comparaison doit donc intégrer une dimension dynamique et processuelle (Boschetti, 2010). La perspective diachronique a ici une double fonction, qui vaut pour les trois niveaux d’observation : comparative (entre différents états du champ) et génétique (genèse d’un espace social et de sa structure). Contrairement à l’approche présentiste qui prévaut aujourd’hui dans une bonne partie de la science sociale étasunienne, il faut rappeler que les structures sociales sont la cristallisation de processus antérieurs selon des temporalités qui doivent être déterminées par le chercheur et qui varient du long au court terme, comme l’a montré cette étude de cas : du long terme de la structuration d’un marché mondial de la traduction avec ses centres et ses règles, au court terme de la mobilisation des agents en faveur de la cause de la traduction à l’heure de la mondialisation, en passant par le moyen terme de l’histoire comparée des champs éditoriaux.

Surel Yves, 1997, L’État et le livre : les politiques publiques du livre en France, 1957-1993, Paris, L’Harmattan (coll. « Logiques politiques »).

Swaan Abram de, 2001, Words of the World : The Global Language System, Cambridge, Polity Press.

Thiesse Anne-Marie, 1999, La création des identités nationales. Europe xviiie-xxe siècle, Paris, Seuil (coll. « L’univers historique »).

Thompson John B., 2010, Merchants of Culture. The Publishing Business in the Twenty-First Century, Cambridge, Polity Press.

Toury Gideon, 1995, Descriptive Translation Studies and Beyond, Amsterdam, John Benjamins.

Vigne Éric, 2008, Le livre et l’éditeur, Paris, Klincksieck (coll. « 50 questions »).

Wallerstein Immanuel, 2006, Comprendre le monde. Introduction à l’analyse des systèmes-monde, trad. par Camille Horsey, Paris, La Découverte (coll. « Grands repères »).

Weber Max, 1964, L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme, trad. par Jacques Chavy, Paris, Plon (coll. « Recherches en sciences humaines »).

Werner Michael et Zimmermann Bénédicte (eds.), 2004, De la comparaison à l’histoire croisée, revue Le Genre humain, Paris, Seuil.

Wilfert Blaise, 2002, « Cosmopolis et l’homme invisible. Les importateurs de littérature étrangère en France, 1885-1914 », Actes de la recherche en sciences sociales, 144, p. 33-46.

— 2003, Paris, la France et le reste… Importations littéraires et nationalisme culturel en France, 1885-1930, thèse de doctorat d’histoire de l’université Paris I, sous la dir. de Christophe Charle (dactyl.).

Bibliographie

Bibliographie

Abbott Andrew, 1988, The System of Professions. An Essay on the Division of Expert Labor, Chicago et Londres, The University of Chicago Press.

Allen Esther, 2007, To Be Translated or Not To Be, Pen/IRL Report on the International Situation of Literary Translation, Institut Ramon Lull.

Amselle Jean-Loup, 2001, Branchements. Anthropologie de l’universalité des cultures, Paris, Flammarion.

Anderson Benedict, 1996 [1989], L’imaginaire national. Réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, trad. par Pierre Emmanuel Dauzat, Paris, La Découverte.

Beck Ulrich, 2006, Qu’est-ce que le cosmopolitisme ?, trad. par Aurélie Duthoo, Paris, Aubier (coll. « Alto »).

Billiani Francesca, 2007, Culture nazionalie narrazioni straniere. Italia, 1903-1943, Florence, Le Lettere.

Boschetti Anna, 2010, « Pour un comparatisme réflexif », dans Anna Boschetti (ed.), L’espace culturel transnational, Paris, Nouveau Monde Éditions (coll. « Culture Médias »).

Bourdieu Pierre, 1977, « La production de la croyance : contribution à une économie des biens symboliques », Actes de la recherche en sciences sociales, 13, p. 3-43.

— 1999, « Une révolution conservatrice dans l’édition », Actes de la recherche en sciences sociales, 126 / 127, p. 3-28.

— 2002, « Les conditions sociales de la circulation internationale des idées », Actes de la recherche en sciences sociales, 145, p. 3-8.

Casanova Pascale, 1999, La république mondiale des lettres, Paris, Seuil.

Charle Christophe (ed.), 2009, Le temps des capitales culturelles, xviiie-xxe siècles, Seyssel, Champ Vallon (coll. « Époques »).

Discepolo Thierry, 2011, La trahison des éditeurs, Marseille, Agone (coll. « Contre-feux »).

Durand Pascal et Winkin Yves, 1999, « Des éditeurs sans édition. Genèse et structure de l’espace éditorial en Belgique francophone », Actes de la recherche en sciences sociales, 130, p. 48-65.

Durkheim Émile, 1937 [1895], Les règles de la méthode sociologique, Paris, Puf (coll. « Bibliothèque de philosophie contemporaine »).

Elias Norbert, 1974, La société de cour, trad. par Pierre Kamnitzer, Paris, Calmann-Lévy (coll. « Archives des sciences sociales »).

Espagne Michel, 1994, « Sur les limites du comparatisme en histoire culturelle », Genèses, 17, p. 112-121.

Even-Zohar Itamar, 1997, « The making of culture repertoire and the role of transfer », Target, 9 (1), p. 355-363.

Febvre Lucien et Martin Henri-Jean, 1971, L’apparition du livre, Paris, Albin Michel (coll. « L’évolution de l’humanité »).

Ganne Valérie et Minon Marc, 1992, « Géographies de la traduction », dans Françoise Barret-Ducrocq (ed.), Traduire l’Europe, Paris, Payot.

Hannerz Ulf, 1996, Transnational Connections : Culture, People, Places, Londres, Routledge.

Heilbron Johan, 1999, « Towards a sociology of translation : Book translations as a cultural world system », European Journal of Social Theory, 2 (4), p. 429-444.

Heilbron Johan et Sapiro Gisèle, 2008, « La traduction comme vecteur des échanges culturels internationaux », dans Gisèle Sapiro (ed.), 2008, p. 24-44.

Milo Daniel, 1984, « La bourse mondiale de la traduction : un baromètre culturel », Annales ESC, 39 (1), p. 92-115.

Mollier Jean-Yves, 2001, « La construction du système éditorial français et son expansion dans le monde du xviiie au xxe siècle », dans Jacques Michon et Jean-Yves Mollier (eds.), Les mutations du livre et de l’édition dans le monde du xviiie siècle à l’an 2000, Québec, Paris, Presses de l’université de Laval, L’Harmattan, p. 191-207.

Popa Ioana, 2002, « Un transfert littéraire politisé. Circuits de traduction des littératures d’Europe de l’Est en France, 1947-1989 », Actes de la recherche en sciences sociales, 144, p. 55-59.

— 2010, Traduire sous contraintes. Littérature et communisme (1947- 1989), Paris, CNRS Éditions (coll. « Culture et société »).

Pym Anthony et Chrupala Grzegorz, 2005, « The quantitative analysis of translation flows in the age of an international language », dans Albert Branchadell et Margaret West Lovell (eds.), Less Translated Languages, Amsterdam-Philadelphie, John Benjamins, p. 27-38.

Renoliet Jean-Jacques, 1999, L’Unesco oubliée. La Société des Nations et la coopération intellectuelle (1919-1946), préf. de René Girault, Paris, Publications de la Sorbonne.

Sapiro Gisèle, 2008, « Translation and the field of publishing. A commentary on Pierre Bourdieu’s “A conservative revolution in publishing” from a translation perspective », Translation Studies, 1 (2), p. 154-167.

— 2009, « Mondialisation et diversité culturelle : les enjeux de la circulation transnationale des livres », dans Gisèle Sapiro (ed.), Les contradictions de la globalisation éditoriale, Paris, Nouveau Monde Éditions (coll. « Culture Médias »), p. 275-302.

— 2010a, Les échanges littéraires entre Paris et New York à l’ère de la globalisation, étude réalisée dans le cadre d’une convention avec le MOtif (Observatoire du livre d’Île-de-France), Paris, CESSP. Disponible en ligne : www.lemotif.fr (consulté en septembre 2012).

— 2010b, « Globalization and cultural diversity in the book market : The case of translations in the US and in France », Poetics, 38 (4), p. 419-439.

— 2011, « À l’international », dans Alban Cerisier et Pascal Fouché (eds.), Gallimard : un siècle d’édition (1911-2011), catalogue d’exposition, préf. d’Antoine Gallimard et de Bruno Racine, Paris, BNF-Gallimard, p. 124-147.

Sapiro Gisèle (ed.), 2008, Translatio. Le marché de la traduction en France à l’heure de la mondialisation, Paris, CNRS Éditions (coll. « Culture et société »).

Sapiro Gisèle et Popa Ioana, 2008, « Traduire les sciences humaines et sociales : logiques éditoriales et enjeux scientifiques », dans Gisèle Sapiro (ed.), 2008, chap. 5.

Schiffrin André, 1999, L’édition sans éditeurs, trad. par Michel Luxembourg, Paris, La Fabrique.

Serry Hervé, 2002, « Constituer un catalogue littéraire », Actes de la recherche en sciences sociales, 144, p. 70-79.

Simonin Anne, 2004, « Le catalogue de l’éditeur : un outil pour l’histoire. L’exemple des Éditions de Minuit », xxe siècle. Revue d’histoire, 81, p. 119-129.

Sorá Gustavo, 2009, « Des éclats du siècle : unité et désintégration dans l’édition hispano-américaine en sciences sociales », dans Gisèle Sapiro (ed.), Les contradictions de la globalisation éditoriale, Paris, Nouveau Monde Éditions (coll. « Culture Médias »), p. 133-156.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Comparaison de la concentration géographique des traductions dans les aires francophones et anglophones. France/États-Unis, Paris/New York (1990-2003)
Légende Données : Index Translationum (Sapiro, 2010a).
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/1170/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Carte 1. Répartition géographique des traductions littéraires du français en anglais publiées aux États-Unis. Nombre de traductions et nombre d’éditeurs (1990-2003)
Légende Source : Base Sapiro (Sapiro 2010a).
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/1170/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Tableau 2. Comparaison de la concentration géographique des traductions littéraires dans les aires francophones et anglophones. France/États-Unis, Paris/New York (1990-2003)
Légende Données : Index Translationum (Sapiro, 2010a).
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/1170/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 31k

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site