Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le souci des autres

 | 
Patricia Paperman
, 
Sandra Laugier

Care et genre

Dark care : de la servitude à la sollicitude

Elsa Dorlin

Texte intégral

  • 1 L’article de référence de Carol Gilligan s’intitule « In A Different Voice : Women’s Conceptions of (...)

1« Éthique du care » signifie l’empathie, le sentiment moral de sollicitude que l’on prête communément aux femmes et qui leur seraient spécifiques1. Pour Carol Gilligan, la notion de care permet de valoriser les expériences morales des femmes, de promouvoir un certain type de raisonnements moraux, « contextuels et narratifs », par opposition à « formels et abstraits » (Gilligan, 1982, p. 19). Plus qu’une sensibilité intuitive, il s’agit d’une véritable éthique hétérodoxe qui, loin d’être fondée sur des principes ou des règles définis, est en grande partie suscitée par le travail quotidien effectué traditionnellement par les femmes dans le domaine privé, et qui renvoie à une myriade de gestes ayant trait au soin, à la compréhension et au souci des autres. L’étude de Gilligan porte sur la psychologie du développement moral. Elle critique les thèses de Lawrence Kohlberg, qui font alors autorité (Kohlberg, 1984). Selon Kohlberg, les individus connaissent un développement moral qui obéit à différents stades correspondant à différents niveaux de raisonnement moral. Ce qui gêne Gilligan est le fait que, selon cette théorie, les femmes apparaissent comme bloquées à un niveau de développement moral inférieur à celui des hommes. C’est dans cette perspective qu’elle émet l’hypothèse que la théorie de Kohlberg est biaisée, et qu’elle élabore sa propre théorie en introduisant l’idée d’une éthique du care typiquement féminine, qui n’est pas de moindre valeur que « l’éthique de la justice » que Kohlberg place au dernier niveau, au point d’accomplissement du développement moral de chaque individu. S’appuyant sur les résultats d’une enquête de psychologie morale menée auprès de jeunes adolescents, Gilligan soutient que les garçons témoignent davantage d’une éthique de la justice, fondée sur des principes moraux abstraits et universels, alors que les filles font preuve de sentiments moraux qu’elle qualifie de plus « naturels », tournant autour de la sollicitude et de l’empathie.

2Cette conception des rapports sociaux de sexe est extrêmement séduisante, parce qu’elle s’appuie sur une représentation commune et très largement partagée des vertus morales spécifiques à chaque sexe. Cette problématisation des sentiments du juste et de l’injuste est également extrêmement innovante, dans la mesure où elle introduit un principe de réalité – sociale – dans les débats philosophiques contemporains relatifs aux jugements moraux. Les travaux sur le care inaugurés par Gilligan, tels qu’ils seront repris par Susan Moller Okin notamment, permettent ainsi de réexaminer les théories de la justice à l’aune du concept de genre, c’est-à-dire d’un rapport de pouvoir hiérarchique qui induit des différences éthiques.

Les critiques féministes de l’éthique du care

3Dès la publication des premiers travaux de Gilligan, une partie des chercheuses féministes ont estimé que l’éthique qu’elle décrivait relevait d’une naturalisation de la psychologie féminine et partant de la différence sexuelle. Ses conceptions sur une éthique féminine légitimeraient l’idée selon laquelle la différence sexuelle fonde l’expérience morale des femmes. Pourtant, il faut reconnaître que Gilligan ne s’est pas prononcée sur la cause ou le fondement de la différence genrée des dispositions éthiques des individus. Il se peut très bien que les points aveugles de la théorie de Kohlberg concernent les femmes, mais aussi toutes les catégories sociales minorisées. Malgré cela, la critique anti-naturaliste deviendra la critique classique du care : contre Gilligan, il s’agit d’infirmer l’idée selon laquelle il existe un ensemble de vertus féminines propres à toutes les femmes, comme si chaque femme témoignait des mêmes qualités morales, quelle que soit sa situation sociale et politique.

  • 2 Voir l’excellent article de Tronto : « Beyond Gender Difference to a Theory of Care » (trad. fr. ic (...)
  • 3 Sur ce point, on pourra se reporter à la polémique entre Okin et Flax. Si on reconnaît à Okin le bé (...)

4Or, une partie des philosophes féministes qui se sont opposées à Gilligan, loin de se contenter des critiques mainstream du naturalisme ou du différentialisme du care, ont tenté de montrer que la sollicitude, l’aptitude à se soucier des autres, la tendance à comprendre et à résoudre des problèmes plutôt qu’à les « régler », n’est pas une disposition morale spécifique aux individus de sexe féminin, mais qu’elle est clairement l’effet d’une position sociale subalterne : en un mot, le care n’est pas tant une morale genrée qu’une morale sociale, une disposition éthique liée au statut de dominé(e)s. En d’autres termes, l’immense apport du care est de réintroduire dans la réflexion morale une dimension politique. Comme le souligne parfaitement Joan Tronto, la réflexion féministe sur l’éthique du care doit être pensée à partir d’une réflexion politique, et non à partir d’une approche essentialiste de l’identité sexuée et du rapport de genre2. Ainsi, une deuxième génération de travaux a tenté de comprendre l’éthique du care à partir d’une réflexion sur l’articulation des rapports sociaux de pouvoir et leurs effets sur l’expérience morale des individus. Le débat porte désormais sur le concept de genre lui-même, en tant qu’opérateur de différenciations entre les hommes et les femmes, mais surtout entre les femmes elles-mêmes. Loin d’être une catégorie homogène, les femmes, parce qu’elles subissent une domination de genre modulée par les hiérarchies de classe et les discriminations sociales, telles que le racisme, n’ont pas le même rapport au care3. Parmi les femmes elles-mêmes, qui prend soin de qui ? Qui est en charge des tâches relatives au soin ? C’est dans ce contexte qu’interviennent, aux États-Unis et en Angleterre principalement, des intellectuelles féministes pour qui l’éthique du care ne soulève pas tant la question de la naturalité des prédispositions morales que leur économie, c’est-à-dire la question des conditions de possibilités matérielles des sentiments moraux.

Care to care

  • 4 En France, les femmes sont encore en charge de 80 % du « noyau dur » des tâches domestiques (ménage (...)
  • 5 La question concerne aussi les femmes qui, employées comme domestique ou nurse, doivent déléguer à (...)

5Dans le cas de la morale de la sollicitude, il y aurait un certain « sollipsisme blanc », pour reprendre l’expression célèbre d’Adrienne Rich, des philosophes, féministes ou non, qui considèrent que toutes les femmes étant assignées à la sphère privée et aux soins de leurs proches, elles développent une certaine disposition morale. Or, relativement à la question du care, c’est-à-dire relativement à l’ensemble des tâches qui ont trait au soin et au souci des autres, si seules les femmes sont majoritairement concernées, toutes n’effectuent pas les mêmes tâches ni ne bénéficient des mêmes rétributions matérielles ou symboliques en contrepartie. Autrement dit, l’éthique du care s’articule à une division sexuelle du travail, doublée d’une hiérarchisation de classe à l’œuvre, à l’intérieur même du groupe social des femmes. Si toutes les femmes supportent une même domination de genre, toutes ne la supportent pas selon les mêmes modalités sociales et historiques d’effectuation. La concentration massive des femmes dans les métiers du service et du soin apparaît comme la projection dans la sphère publique de la division sexuelle du travail domestique : tout se passe comme si les femmes effectuaient les mêmes tâches au travail ou à la maison, où elles restent largement en charge des tâches domestiques4. Or, ce qui nous intéresse ici, c’est la division du travail entre les femmes elles-mêmes dans la sphère domestique, c’est-à-dire le rapport au travail domestique payé : qui, parmi les femmes, est quasi systématiquement assignée aux emplois domestiques5 ? En analysant cette division du travail, je voudrais articuler les différents rapports de domination, et réinterroger le care selon une problématique que l’on pourrait appeler le care to care. Mon hypothèse est que l’économie du soin, effectuée par certaines femmes, est la condition matérielle de l’éthique du care, incarnée par d’autres. Ce dispositif produit des tensions et des injonctions contradictoires relativement aux normes de genre, faisant de la féminité un enjeu politique de pouvoir qui marque une hiérarchisation entre les femmes elles-mêmes. Pour ce faire, je vais principalement me concentrer sur l’exemple des États-Unis, dans la mesure où nous disposons pour ce pays d’un nombre considérable d’études empiriques, et que la structure raciste de l’organisation sociale permet de saisir plus clairement l’imbrication des rapports de classe, de genre et de couleur ou de nationalité.

  • 6 En 1899, dans l’État de Pennsylvanie, seulement 9 % des femmes noires n’étaient pas employées comme (...)
  • 7 Et souvent les trois à la fois, comme dans le cas des Chicanas dans le Sud-Ouest des États-Unis, c’ (...)
  • 8 La division du travail est la suivante : dans les villes du Nord-Est des États-Unis, les femmes emp (...)

6Aux États-Unis, à la fin du xixe siècle, l’état de domesticité s’apparente à un véritable prolongement de l’esclavage6. Les effets structurels de la société esclavagiste sont tels que, dans les années 1930, en raison de la disparité des salaires entre les femmes « blanches » et les femmes « noires », il n’est pas rare que les femmes de la classe moyenne ou même ouvrière emploient des femmes Afro-Américaines comme domestiques. C’est par exemple le cas des ouvrières du tabac à Durham, en Caroline du Nord, qui peuvent se payer les services d’une femme de ménage – noire – pour un tiers de leur salaire (Nakano Glenn, 1991, p. 1340 ; 1992, p. 10). Dans la première moitié du xxe siècle, la plupart des femmes de la classe moyenne employaient une autre femme – primo-arrivante, femme appartenant à la classe laborieuse, femme de couleur7 –, comme femme à tout faire. Après la Première Guerre mondiale, l’immigration européenne (essentiellement, les Italiens et les Irlandais) se tarit et les emplois de service, au Sud comme au Nord, sont quasiment uniquement réservés aux femmes Afro-Américaines ou aux Chicanas, auxquelles il faut ajouter, après la Seconde Guerre mondiale, les Japonaises8.

7La condition ancillaire de ces femmes, confinées et exploitées dans l’espace privé, a pour corollaire le fait qu’elles sont exclues de la « féminité ». Au tournant du xixe et du xxe siècle, le stéréotype de la femme employée comme domestique est celui de la « mammy » sudiste, une femme noire, joviale, bête de somme et sans âge. Autrement dit, il s’agit d’un type féminin qui est précisément en total décalage avec la norme de la féminité, telle qu’elle s’élabore depuis les années 1820. En 1966, dans un article resté célèbre, Barbara Welter parle du culte de la « véritable féminité » (true womanhood) :

Les attributs de la Véritable Féminité, par lesquels une femme se jugeait elle-même, était jugée par son mari, ses voisins et la société tout entière, peuvent être déclinés en quatre vertus cardinales – piété, pureté, soumission et domesticité. Mettez-les ensemble et vous aurez une mère, une fille, une sœur, une épouse. Sans elles, peu importaient la gloire, le succès ou la richesse, tout n’était que cendres. Avec elle, la femme était promise au bonheur et au pouvoir. (Welter, 1966, p. 152)

8Cette nouvelle norme de la féminité naît au cœur des États racistes du Sud : face aux femmes « blanches » qui incarnent la véritable féminité, les femmes esclaves et leurs descendantes sont réputées lubriques, amorales, rustres et sales. Les normes de genre, celles de la féminité en l’occurrence, se définissent alors non pas tant par opposition entre les attributs du masculin et ceux du féminin que selon la relation éminemment antagonique entre les « Blanches » et les « Noires ». Toutefois, si la féminité est bien l’apanage des femmes de la classe dominante, la « mammy » est, de fait, la condition de production et de naturalisation de cette « féminité » : sans elle, la « véritable femme » ne peut incarner les quatre vertus cardinales de son genre – sans une domestique pour la dégager d’un certain nombre de tâches domestiques, elle ne pourrait atteindre cet idéal moral de la féminité.

  • 9 Dans la première moitié du xxe siècle, si un certain nombre d’équipements ont permis de réduire le (...)
  • 10 Concrètement, cette répartition des tâches permet aux femmes de la classe dominante de dégager du t (...)

9Comme le montrent les travaux de Phyllis Palmer sur le travail domestique aux États-Unis au début du xxe siècle, dans les années 1940 et 1950, les femmes des classes moyennes sont confrontées à une réelle contradiction entre la domesticité d’une part et les « vertus féminines » d’autre part. La norme dominante de la féminité, celle de la bonne épouse, de la maîtresse de maison, recèle une contradiction entre des tâches domestiques extrêmement éprouvantes, physiquement dures et toujours plus nombreuses (notamment en raison de l’idéal de l’intérieur bourgeois cosy et de la multiplication des tâches domestiques9), et une norme de la féminité qui dresse le portrait d’une femme mince, élancée, toujours élégante et très apprêtée (mains immaculées, ongles faits, cheveux brushés, buste et taille serrés dans des gaines ou des plastrons, etc.), aux vertus morales bien définies : douceur, compassion, sollicitude, attention, écoute10. La contradiction entre la figure de la housewife et de la household est ainsi caractéristique de la genèse de la féminité moderne, telle qu’elle se construit tout au long du xixe siècle, et qui atteint son paroxysme au milieu du xxe siècle. À partir d’une enquête menée dans les années 1980, Elaine Bell Kaplan analyse cet antagonisme en termes de compétition entre la maîtresse de maison et sa domestique : toutes deux étant assignées à la sphère domestique, l’enjeu est la différenciation des rangs sociaux entre les deux femmes, différenciation qui est arbitrée par les hommes. « À ma question, “Qui fait le ménage chez vous ?”, un homme marié m’a répondu, “Quand la femme de ménage (maid) ne vient pas ou qu’elle n’a pas fini son travail, je lui dis de laisser tout ça, ma femme le finira”. » (Bell Kaplan, 1987, p. 93).

10À partir d’interviews, Bell Kaplan analyse les différentes stratégies mises en place par les « maîtresses de maison » vis-à-vis de leurs employées pour se différencier de ces dernières. La nécessité de recourir aux services d’une autre femme tient au fait que toute housewife se doit de tenir sa maison : toutefois, le recours à une household ne signifie pas une simple délégation des tâches et de la charge mentale qui leur est associée. Au contraire, dans la plupart des cas, l’employeuse préfère confier les tâches les plus dures physiquement à son employée et garder celles qui relèvent davantage de l’aménagement d’intérieur. Ce qui importe, c’est de garder le contrôle absolu de l’organisation domestique : aucune autonomie d’action n’est laissée à la femme de ménage à qui on laisse des instructions ou une liste de choses à faire sur un bout de papier. Entre l’employeuse et l’employée s’instaure une relation codifiée et hiérarchisée, dont témoignent les habitudes vestimentaires : l’employée porte une blouse ou un tablier qui permet de la reconnaître immédiatement comme telle, souvent il peut s’agir d’une vieille robe appartenant à son employeuse et que celle-ci lui a donnée pour le ménage.

  • 11 Voir également Aronson & Neysmith (1996).

Le code vestimentaire entérine la séparation entre la maîtresse de maison et sa domestique : il travaille à éliminer les symboles de la personnalité de la femme de ménage ou son statut d’être sexué. Cette stratégie atténue aussi le sentiment d’insécurité de la maîtresse de maison concernant sa propre position. Après tout, comme ce mari le disait ci-dessus, la maîtresse de maison et sa domestique sont réellement “interchangeables”, elles doivent donc tout faire pour se ressembler le moins possible […] Parallèlement, à un niveau plus profond, ces stratégies permettent également d’accentuer les prétentions de la maîtresse de maison à la féminité. En ce sens, la race devient importante au sens où la femme noire a toujours été vue dans la culture blanche comme quelque chose de moins qu’une femme. (Ibid., p. 9811)

Féminité racisée, féminité extorquée

11Déléguer à des femmes des classes populaires, aux migrantes, aux femmes des groupes altérisés/racisés, le travail domestique le plus éprouvant permet ainsi aux femmes de la classe moyenne de résoudre les injonctions contradictoires de la domesticité et d’incarner cette norme de la féminité : le travail domestique payé à d’autres femmes permet à l’épouse modèle de se dégager des tâches domestiques les plus en contradiction avec l’idéal de la féminité, et donc de dégager du temps pour travailler à correspondre à cet idéal. Cette stratégie sociale, dans le cas des femmes américaines de la classe dominante, a consisté à exploiter systématiquement une ressource symbolique – celle d’une morale typiquement féminine prêtée à toutes les femmes. Autrement dit, cette stratégie n’a été possible que grâce à l’assignation systématique des femmes noires et des femmes migrantes aux tâches domestiques, pour lesquelles elles sont réputées particulièrement adaptées. Ce sont donc des travailleuses au service de l’ensemble des classes moyennes et aisées, hommes et femmes confondus, pour maintenir leurs conditions de reproduction.

12Une telle division du travail des femmes ne s’est imposée que grâce à une idéologie croisant domination de genre et racisme. On trouve actuellement, dans les argumentaires officieux des plus grosses entreprises de services domestiques aux États-Unis – par exemple Maidbrigade –, une typologie raciste des qualités domestiques des Portoricaines, des Mexicaines, des Afro-Américaines, des Philippines, des Japonaises, etc. Comme le démontre très utilement Evelyn Nakano Glenn dans ses travaux (1992, p. 21-23), la division du travail domestique aux États-Unis s’opère selon des critères racistes, où les femmes « blanches » occupent quasi exclusivement les postes de direction, ceux de contrôle et d’inspection, ou encore les fonctions où il y a un contact avec le public (comme les emplois de serveuses ou d’hôtesses principalement). On prétend ainsi que les Mexicaines ou les Portoricaines sont particulièrement appréciées pour leur sérieux dans les emplois de femmes de ménage, ou encore, que les Afro-Américaines sont particulièrement décriées comme « nounous » ou comme infirmières.

Anne Bess Feeback, l’infirmière en chef de l’hôpital Henry Grady à Atlanta, déclarait que les femmes noires sous ses ordres n’avaient aucune morale : « Elles sont particulièrement menteuses… Elles changent de responsabilité dès qu’elles le peuvent… Elles se querellent constamment entre elles et iront jusqu’à se déchirer les vêtements… Bien qu’elles soient constamment surveillées, elles voleront tout ce qui passe sous leurs yeux. » (Ibid., p. 26)

  • 12 Paulette Bernège, De la Méthode ménagère, 1934, cité in Clarke (2005, p. 144).

13Les stéréotypes racistes relatifs aux travailleuses s’articulent autour d’une même idée, celle d’une prédisposition de ces femmes à telle ou telle tâche de l’économie du soin, prédisposition prétendument naturelle ou culturelle, effet de l’entrecroisement des préjugés sexistes et racistes. En d’autres termes, on exploite ces femmes au nom de leur féminité, mais de ce que l’on pourrait définir comme une norme racisée de la féminité. Il y a donc une captation, une extorsion du produit de leur travail, par les hommes et par les femmes qui les emploient. Mais il y a aussi une captation des privilèges ou des ressources éthiques et symboliques issus de ce travail féminin par leurs employeuses, lesquelles leur dénient les bénéfices moraux et symboliques d’une « prédisposition » au soin qu’elles leur ont pourtant attribuée. Ainsi les employeuses ne partagent pas, voire « extorquent » les privilèges moraux de la féminité que leurs employées contribuent à produire et à reproduire. Le paradoxe est bien le fait que les employeuses bénéficient de tous les privilèges d’une féminité dont elles finissent elles-mêmes par se départir du fait de leur position dominante. Selon Palmer ou Bell Kaplan, la division du travail domestique entre les femmes révèle que les employeuses occupent une place analogue à celle de leur mari. Obéissant en ce sens à toute une campagne de rationalisation du travail domestique, l’idéal de la ménagère est celui d’une gestionnaire efficace et rationnelle. C’est en France que l’on trouve l’une des illustrations les plus intéressantes du développement de cette « psychotechnique ménagère », selon l’expression de Paulette Bernège. Dans les années 1930, cette protagoniste de la campagne de rationalisation domestique, auteur de nombreux ouvrages et cycles de formation à l’intention des ménagères, définit comme suit les qualités de la femme au foyer idéale : « analyse, raisonnement, esprit critique, observation, perspicacité, bon sens12. » Alors que la féminité des maîtresses de maison est assurée par leurs employées, et, qu’aux dépens de celles-ci, elles en retirent tous les bénéfices sociaux et symboliques, du fait de leur position dominante dans la domesticité, elles expérimentent également les privilèges sociaux et les pratiques de la masculinité.

  • 13 Sur ce point, on pourra se reporter aux ouvrages majeurs de Carby (1987) et de Hill Collins (1990).

14On comprend mieux, dès lors, comment la reconnaissance de la féminité – dans sa dimension éthique principalement – peut faire l’objet de luttes politiques. Comment le genre figure du pouvoir et constitue un enjeu de pouvoir. En ce sens, l’histoire américaine du travail domestique et de la condition ancillaire des femmes appartenant aux groupes minorisés permet de mener une véritable généalogie de la morale bourgeoise. Elle permet de comprendre comment les normes de genre ont contribué à assurer les conditions matérielles d’une morale de classe. Contre l’imposition d’une norme morale racisée, au principe d’une division hiérarchique du travail, les stratégies de résistance des groupes dominés consistent donc aussi à produire d’autres normes morales. L’une des expériences politiques les plus intéressantes à ce titre est celle des femmes afro-américaines. Pour une partie du black feminism13, il y avait urgence à redéfinir et à revendiquer une « féminité noire » aux vertus morales toutes maternelles, posées comme le fondement ou l’essence d’une identité féminine positive. Contre l’idée d’une féminité exacerbée, valorisée et dominante, comment se réapproprier une féminité monstrueuse, déviante, qui a historiquement permis d’exclure les femmes racisées des rares bénéfices sociaux et moraux du rapport de genre ? C’est donc dans ce jeu pervers que constituent l’attribution et la distribution d’identités de genre différenciées selon des normes racisées, comprises comme des ressources politiques, que se situe l’un des enjeux majeurs du débat sur l’éthique du care au sein du féminisme contemporain.

Bibliographie

Aronson Jane & Sheila M. Neysmith (1996), « “You’re Not Just In There To Do The Work” : Depersonalizing Policies and the Exploitation of Home Care Workers’ Labor », Gender and Society, 10 (1), p. 59-77.

Bell Kaplan Elaine (1987), « “I Don’t Do No Windows” : Competition Between the Domestic Worker and the Housewife », in V. Miner & H. E. Longino (eds), Competition : A Feminist Taboo, New York, Feminist Press, p. 92-105.

Carby Hazel V. (1987), Reconstructing Womanhood : The Emergence of the Afro-American Woman Novelist, New York, Oxford University Press.

Clarke Jackie (2005), « L’organisation ménagère comme pédagogie. Paulette Bernège et la formation d’une nouvelle classe moyenne dans les années 1930 et 1940 », Travail, Genre et Sociétés, 13.

Davis Angela (1983), Femmes, race et classe, trad. fr. D. Taffin et le collectif des femmes, Paris, Des Femmes.

Flax Jane (1995), « Race/Gender and the Ethics of Difference : A Reply to Okin’s “Gender Inequality and Cultural Differences” », Political Theory, 23 (3), p. 500-510.

Gilligan Carol (1977), « In a Different Voice : Women’s Conceptions of self And of Morality », Educational Review, 47 (4), p. 481-517.

Gilligan Carol (1982), In a Different Voice, Cambridge (MA), Harvard University Press.

Hill Collins Patricia (2000), Black Feminist Thought. Knowledge, Consciousness, and the Politics of Empowerment, Londres, Routledge [1990].

Hondagneu-Sotelo Pierrette & Ernestine Avila (1997), « “I’m Here, But I’m There” : The Meanings of Latina Transnational Motherhood », Gender and Society, 11 (5), p. 548-571.

Kohlberg Lawrence (1984), The Psychology of Moral Development. The Nature and Validity of Moral Stages, New York, Harper & Row.

Nakano Glenn Evelyn (1991), « Cleaning Up/Kept Down : A Historical Perspective on Racial Inequality in “Women’s Work” », Stanford Law Review, 43 (6), p. 1333-1356.

Nakano Glenn Evelyn (1992), « Servitude to Service Work : Historical Continuities in the Racial Division of Paid Reproductive Labor », Signs, 18 (1), p. 1-43.

Okin Susan Moller (1989), Justice, Gender and the Family, New York, Basic Books.

Okin Susan Moller (1994), « Gender Inequality and Cultural Differences », Political Theory, 22 (1) p. 5-24.

Palmer Phyllis (1989), Domesticity and Dirt. Housewives and Domestic Servants in the United States, 1920-1945, Philadelphie, Temple University Press.

Rich Adrienne (1979), On Lies, Secrets and Silence : Selected Prose, New York, W. W. Norton.

Spelman Elizabeth V. (1988), Inessential Women, Boston, Beacon Press.

Sohn Anne-Marie (1992), « Entre deux guerres : les rôles féminins en France et en Angleterre », in G. Duby & M. Perrot (eds), Histoire des femmes, tome V (éd. par F. Thébaud), Paris, Plon, p. 93-113.

Welter Barbara (1966), « The Cult of True Womanhood, 1820-1860 », American Quarterly, 18 (2), p. 151-174.

Notes

1 L’article de référence de Carol Gilligan s’intitule « In A Different Voice : Women’s Conceptions of Self and of Morality » (Gilligan, 1977). Il est à l’origine de l’ouvrage, In A Different Voice (Gilligan, 1982).

2 Voir l’excellent article de Tronto : « Beyond Gender Difference to a Theory of Care » (trad. fr. ici même p. 51-77).

3 Sur ce point, on pourra se reporter à la polémique entre Okin et Flax. Si on reconnaît à Okin le bénéfice d’une critique de la théorie de la justice rawlsienne, qui a permis d’introduire la problématique du genre dans la réflexion philosophique sur l’universalité d’un concept du juste, nombre de théoriciennes féministes, comme Flax ou Spelman, s’élèvent contre une définition du genre qui réduit ce dernier à la simple opposition binaire entre les femmes et les hommes, et néglige sa constante immixtion et interaction avec les rapports de classe et leur racialisation. Voir Okin (1989, 1994), Spelman (1988), Flax (1995).

4 En France, les femmes sont encore en charge de 80 % du « noyau dur » des tâches domestiques (ménage, cuisine, linge, course) (source : Enquête « Emploi du temps » de l’Insee publiée en octobre 1999). À l’occasion du 8 mars 2005, l’institut IPSOS a réalisé une enquête sur la répartition des tâches ménagères au sein des couples (hétérosexuels) pour le constructeur d’électroménager LG. Les résultats montrent que les femmes consacrent 16 heures par semaine en moyenne au ménage contre 6 heures pour les hommes, 17 heures par semaine pour le soin des enfants, contre 13 heures pour les hommes : une véritable double semaine de travail en moyenne donc pour les femmes.

5 La question concerne aussi les femmes qui, employées comme domestique ou nurse, doivent déléguer à d’autres femmes le soin de leur propre maison et de leurs enfants. Sur ce point, on pourra lire Hondagneu-Sotelo & Avila (1997).

6 En 1899, dans l’État de Pennsylvanie, seulement 9 % des femmes noires n’étaient pas employées comme domestiques (elles étaient pour la plupart ouvrières agricoles). Voir Davis (1983, p. 114-116).

7 Et souvent les trois à la fois, comme dans le cas des Chicanas dans le Sud-Ouest des États-Unis, c’est-à-dire des femmes nées au Mexique et installées aux États-Unis, ou des femmes nées aux États-Unis de parents mexicains. Ou, pour la Californie et Hawaï, les migrants japonais, philippins ou chinois.

8 La division du travail est la suivante : dans les villes du Nord-Est des États-Unis, les femmes employées comme domestiques sont essentiellement Irlandaises, puis Afro-Américaines. Dans les années 1920, dans les États du Sud, 82 % des servantes sont des descendantes d’esclaves, 15 % sont des femmes « blanches » et 3 % sont des femmes migrantes. Dans les villes du Sud-Ouest, comme El Paso ou Denver, la moitié des domestiques sont des Mexicaines. En 1940, la moitié des employées japonaises sont des femmes de ménage (Nakano Glenn, 1991, p. 1341).

9 Dans la première moitié du xxe siècle, si un certain nombre d’équipements ont permis de réduire le temps passé à certaines tâches, comme l’éclairage électrique qui fait gagner deux heures trente par semaine de préparation et de nettoyage des lampes à pétrole, ou l’eau courante qui supprime la corvée d’eau, il faut rappeler que, jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, seule une élite jouit d’un logement sain, spacieux, confortable et, par conséquent, à même de pouvoir être entretenu. La très grande majorité de la population, ouvrière et paysanne, vit dans des conditions des plus précaires. Au milieu du xxe siècle, « en raison de la croisade hygiéniste et des nouvelles exigences culinaires, les femmes françaises au foyer ont consacré, sans doute, plus de temps au “ménage”, mais sans en avoir une conscience claire, satisfaites de s’être débarrassées des corvées les plus fatigantes, lavage excepté. De plus, une partie de ce temps libéré est consacrée aux enfants, qui sont l’objet de soins de plus en plus attentifs. » (Sohn, 1991, p. 178-179).

10 Concrètement, cette répartition des tâches permet aux femmes de la classe dominante de dégager du temps pour s’engager dans des associations caritatives, comme en témoigne l’engagement des femmes « blanches » dans les mouvements abolitionnistes, aux États-Unis, par exemple, ou dans les associations philanthropiques à la française.

11 Voir également Aronson & Neysmith (1996).

12 Paulette Bernège, De la Méthode ménagère, 1934, cité in Clarke (2005, p. 144).

13 Sur ce point, on pourra se reporter aux ouvrages majeurs de Carby (1987) et de Hill Collins (1990).

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540