Version classiqueVersion mobile

La liberté au prisme des capacités

 | 
Jean de Munck
, 
Bénédicte Zimmermann

Droits, marché, démocratie : les supports de la liberté

Délibération, pauvreté politique et capacités1

James Bohman
Traduction de Jean De Munck

Texte intégral

  • 1 Traduction partielle de « Deliberative Democracy and Effective Social Freedom : Capabilities, Resou (...)

1Les partisans de la démocratie délibérative défendent un idéal de société complexe. La vie collective y repose sur la délibération publique de ses membres. La délibération est démocratique dans la mesure où elle est fondée sur la poursuite d’un accord raisonné entre citoyens libres et égaux. Cette conception de la délibération démocratique implique également un idéal normatif de justification politique. Selon cet idéal, pour qu’une décision soit légitime, les raisons de chaque citoyen doivent faire l’objet d’un traitement et d’un examen équitables. Les décisions légitimes requièrent l’égalité dans deux sens distincts : d’abord, ce sont les citoyens qui doivent être égaux ; ensuite, on doit donner à leurs arguments une égale considération. Le fait qu’en aucun des deux sens de l’égalité, on n’arrive (même approximativement) à de (vraies) situations de délibération, pose des questions fondamentales de faisabilité. Quelles inégalités sociales doivent être considérées comme pertinentes pour la délibération démocratique ? Quelle marge d’inégalités réelles peut-on tolérer avant qu’elles ne mettent en péril l’idéal démocratique ?

Minimalisme rousseauiste et idéalisme procédural

2Rousseau, le philosophe qui a donné la première formulation de la démocratie délibérative, semble exiger dans le Contrat social des conditions d’égalité franchement minimalistes. Le niveau d’égalité doit être suffisant pour maintenir la liberté civile et la stabilité sociale. Selon lui (2001, chap. II, 11), les inégalités de richesse ne mettent en péril la démocratie que lorsqu’elles engendrent des différences extrêmes : « Quant à la richesse, que nul citoyen ne soit assez opulent pour en pouvoir acheter un autre, et nul assez pauvre pour être contraint de se vendre. » Alors qu’il se satisfait de ce standard relatif d’égalité en ce qui concerne la condition économique des citoyens, Rousseau fait appel à une mesure intrinsèque quand il en vient à l’égalité politique elle-même. Le pouvoir politique peut être inégal sans mettre en péril la stabilité démocratique à la condition que les inégalités de pouvoir restent dans les limites du droit. Ces limites sont, cependant, trop minimalistes pour servir de norme d’égalité politique à une forme de démocratie qui soit intense, pluraliste et délibérative. Des conditions élémentaires adéquates ne se limitent pas à empêcher la tyrannie. Elles doivent plutôt assurer des conditions de répartition qui assurent au mieux la participation effective de tous les citoyens à la prise de décision. Le critère adéquat d’une démocratie délibérative est l’égalité portant sur la liberté collective réelle (effective social freedom), comprise comme une capacité égale de fonctionnement public. Le sens de mon propos est ici de montrer pourquoi cet idéal de la liberté réelle rend compte au mieux des exigences de l’égalité délibérative. Son principal avantage est double : non seulement il donne forme à une conception de l’égale position dans la délibération, mais il fait aussi de la diversité des êtres humains une composante centrale du fonctionnement public.

3L’idéal de démocratie délibérative fait peser de lourdes exigences sur les capacités et sur la volonté des citoyens d’exprimer publiquement leurs propres vues comme sur celles de prendre en considération les arguments publics des autres. Pour ce motif, il implique aussi un concept exigeant d’égalité. Dans une démocratie délibérative, les citoyens se donnent leurs propres lois grâce à un processus de discussion et de débat publics. Même s’ils présentent des versions conflictuelles de la nature de la délibération, tous les partisans de cette conception soulignent que c’est la publicité du processus de la délibération qui rend les justifications d’une décision plus rationnelles et ses résultats plus conformes à la justice. Les raisons avancées dans des discussions et ultimement acceptées par les citoyens doivent avant tout rencontrer les conditions de publicité. Cela veut dire qu’elles doivent être convaincantes aux yeux de tous les citoyens. Étant donné qu’il est bien plus difficile de découvrir l’opinion correcte qui pourrait être partagée après discussion par tous les participants que de compter des voix dans un vote majoritaire, la plupart des défenseurs de la démocratie délibérative s’en remettent aux procédures du débat et de la discussion pour garantir la rationalité et la légitimité des décisions. Ces procédures contiennent nécessairement des conditions idéales qui rendent au moins probable que les raisons seront plus rationnelles et les résultats plus justes : elles donnent à chaque citoyen(ne) l’égale possibilité d’exprimer ses raisons et de rejeter celles des autres ; et elles assurent que le dialogue est libre et ouvert, guidé seulement par « la force du meilleur argument ». Le procéduralisme idéal constitue le critère de la légitimité délibérative puisqu’il donne à chacun une possibilité égale de faire usage de sa raison pratique dans l’échange dialogique des arguments. De telles conditions idéales forment un standard indépendant à la lumière duquel nous pouvons juger si le résultat d’une délibération démocratique effective est légitime. On peut décrire ce standard indépendant de légitimité en termes de consensus ou, plus faiblement, en termes de principes rationnels de coopération.

  • 1 Pour cette critique de l’idéalisme procédural, voir Bohman (1996, p. 28-34), et le chapitre IV pour (...)

4Même si on accepte que le consensus ou la coopération sous conditions idéales constituent un standard correct de la légitimité démocratique, il se pourrait bien que ce procéduralisme idéal ne donne pas une version complète de l’idéal délibératif1. Il ne nous dit pas grand-chose sur les moyens par lesquels la délibération publique constitue une entreprise collective et une activité sociale. En outre, cet idéalisme ne dit que fort peu de choses sur la délibération elle-même, même si nous savons quelque chose sur les conditions qui la rendent libre et équitable. Et par-dessus tout, il ne nous donne pas un aperçu complet de l’égalité dans la délibération. Cette faiblesse du procéduralisme idéal éclate dans son incapacité à saisir les multiples manières dont une délibération peut échouer. On peut en effet résumer la difficulté de cette manière : il serait possible que soient rassemblées toutes les conditions procédurales idéales et que, pourtant, la décision prise ne passe pas encore le test de publicité. La raison en est que les théories procédurales de la démocratie délibérative restent guidées par une conception inadéquate et incomplète de l’égalité politique. Elles ne l’envisagent que sous l’angle de l’égalité face aux opportunités.

  • 2 Je dois cet exemple à Henry Richardson.

5Que l’on considère l’exemple suivant d’une délibération concrète. La Constitution indienne tente d’abolir le système des castes. Les Intouchables ne sont plus officiellement tenus de respecter les interdits religieux du passé, spécialement en ce qui concerne leur apparition dans l’espace public et leurs positions dans l’appareil politique2. En effet, ils peuvent bien disposer maintenant de toutes les possibilités, formelles et procédurales, d’exercer une influence sur certaines décisions politiques. Pourtant, quand il n’est pas simplement ignoré, leur simple appui public à une politique peut provoquer son rejet par la majorité et donc, finalement, son échec. Même si les Intouchables se battent désormais pour se constituer en force politique efficace, leur exemple témoigne du fait que des conditions sociales et culturelles sont requises pour la réussite d’une délibération publique. Ces conditions déterminent les modes les plus élémentaires de réalisation de l’égalité et du respect mutuel dans la pratique démocratique. Tous les citoyens doivent être capables de développer ces capacités qui leur donnent un accès réel à la sphère publique. En outre, une fois présents dans l’espace public, ils doivent jouir d’un respect et d’une reconnaissance suffisants pour pouvoir influencer de manière favorable les décisions qui les concernent. L’égalité d’accès et la reconnaissance sociale représentent donc des réquisits minimaux pour une participation politique effective ou, comme je vais l’appeler plus loin, pour un fonctionnement public (public functioning) adéquat.

6En dessous d’un tel seuil de fonctionnement, il devient improbable que les citoyens pourront développer leurs capacités publiques, que leurs opinions seront entendues et qu’ils utiliseront réellement leurs libertés politiques. Une répartition inéquitable des coûts liés à une décision constitue un bon indicateur de ce genre de mauvais fonctionnement : les groupes dépourvus d’influence peuvent fort bien avoir manqué des capacités de faire respecter et reconnaître suffisamment leurs préoccupations pour éviter un tel résultat. Certains philosophes ont pensé que l’exclusion des masses était souhaitable car elle améliore la qualité de la discussion. C’est en assumant simplement que la délibération devait être réservée à ceux qui sont déjà sages, vertueux et bien lotis, qu’Aristote et même Madison ont contourné la difficulté. Même quand on rejette de telles vues, on peut encore penser que l’égalité politique devrait idéalement, mais ne peut pas réellement, prendre en compte de façon concrète le standing de tout un chacun plutôt que de construire des procédures formelles qui donnent à chacun les mêmes opportunités d’expression politique. Pourtant, ne pas prendre en compte les différences de capacités publiques reviendrait à accepter les conséquences inégalitaires des procédures et pratiques égalitaires.

L’analogie entre égalité politique et égalité économique

7Des analyses récentes des inégalités économiques qui critiquent les hypothèses « subjectivistes » traditionnelles sur le bien-être peuvent être utiles à la fois pour démontrer les faiblesses fondamentales du procéduralisme de la discussion et pour les dépasser. Les théories de l’inégalité économique ont traditionnellement tenté de mesurer le bien-être ou son absence (c’est-à-dire la pauvreté). De telles inégalités peuvent être mesurées de multiples manières : en termes de bien-être, de ressources, d’opportunités, de biens premiers, et, plus récemment, de capacités.

  • 3 Afin d’éviter les malentendus, je dois souligner que le terme « capacité » est utilisé ici dans son (...)

8Pour développer cette analogie, nous n’avons pas besoin de supposer que la participation directe à la vie politique est nécessaire au bien-être dans n’importe quelle conception de la vie bonne. Il nous suffit de supposer que, dans une démocratie qui fonctionne bien, les institutions sont construites d’une manière suffisamment bonne pour donner aux citoyens des possibilités plus ou moins égales (et donc réelles) d’influencer les décisions sur les questions qui les concernent. Cette supposition fait sa part au procéduralisme, tout en prenant en compte la faiblesse principale de son idéal, purement formel, d’égale opportunité. Même dans des institutions correctement agencées, les échecs de la discussion publique sont toujours possibles. À l’instar de ce qui arrive quand il y a déficience du marché (quand se produisent des market failures), les groupes désavantagés peuvent n’être pas capables du tout de participer à l’arène publique pertinente. La même chose peut être dite à propos des ressources : il se pourrait que les ressources soient distribuées sans accroître l’efficience des groupes désavantagés. Même si l’égalité des ressources soulève au moins le problème de la liberté réelle (ou, dans les termes de Rawls, « the fair value of political liberties »), seule une approche fondée sur les capacités articule un idéal de liberté politique qui soit au niveau des hautes exigences qui pèsent sur les citoyens d’une démocratie délibérative. Les citoyens ne peuvent ni exercer une influence ni atteindre leurs objectifs s’ils sont incapables de fonctionner adéquatement dans l’arène publique. Par « fonctionnement adéquat », je veux parler de la capacité des citoyens de faire un usage complet et réel des opportunités politiques et des libertés dans la discussion, de telle façon qu’ils fassent connaître leurs préoccupations et initient à leur propos un débat public3. Afin de montrer la priorité de l’approche par les capacités dans ce contexte, des arguments similaires et décisifs peuvent être invoqués contre tous les autres standards de l’égalité politique dans une démocratie délibérative.

L’égalité des capacités comme condition d’une délibération juste

9Dans la mesure où elle est formulée dans les termes de l’efficacité ou de l’influence, la notion d’égalité politique dépend d’une certaine façon du type de mécanisme de prise de décision politique mis en œuvre. Dans le cas du vote démocratique, on requiert une répartition égale du pouvoir entre les citoyens (selon le principe « une personne, une voix ») en même temps que le secret du vote pour éliminer les formes de contrainte et faire obstacle à certaines influences exogènes (comme celle de l’argent dans les situations d’achat des bulletins de vote). En revanche, c’est l’égalité des capacités qui est la plus adéquate pour une prise de décision par la délibération, c’est-à-dire par un échange d’arguments dans un processus collectif de jugement pratique. L’échange d’arguments publics dans un dialogue avec les autres requiert clairement des capacités et compétences cognitives et communicationnelles extrêmement développées. Il se peut que certains citoyens développent des intérêts sélectifs concernant la vie publique en général, ou à propos de questions particulières, acquérant des aptitudes spéciales et même un savoir expert. Mais si la politique délibérative doit rester démocratique, elle ne peut pas simplement favoriser ceux qui sont les plus éduqués, ceux qui ont des accès à des informations spéciales, ceux qui possèdent les plus grandes ressources et des positions sociales privilégiées. Ses procédures ne peuvent pas invariablement favoriser les arguments des personnes ou des groupes avantagés. L’égalité des capacités met en exergue une exigence fondamentale des théories délibératives de la démocratie : elle pose la question du niveau minimal de fonctionnement public nécessaire à l’égalité délibérative de tous les citoyens. Une telle procédure de prise de décision requiert des capacités égales d’activité citoyenne. Un déficit de ces capacités citoyennes rend peu probables la justice ou la légitimité des résultats de la délibération.

  • 4 Pour le rôle de la diversité dans la critique de Rawls, voir Sen (2000, p. 27). Voir également Dasg (...)

10L’égalité des capacités convient à l’idéal de délibération d’une autre manière encore, plus importante. Elle nous permet de développer une conception de l’égalité qui prend en compte une autre valeur essentielle à une démocratie délibérative florissante : la pluralité des biens humains et la diversité des opinions. En effet, si l’on en croit Amartya Sen (2000, p. 17), l’approche par les capacités tente de résoudre la question de savoir « comment l’évaluation des prétentions à l’égalité s’accorde avec l’existence d’une permanente diversité humaine »4. L’égalité des capacités ne souligne ainsi pas seulement l’importance d’une citoyenneté active et donc d’une participation effective à la vie publique, elle promet également la réconciliation des exigences potentiellement conflictuelles de la diversité et de l’égalité. La question concernant l’égalité politique peut donc être affinée : quelles sont les différences inacceptables entre les gens du point de vue d’un idéal démocratique d’égales reconnaissances et prise en considération dans la délibération ? Les différences d’opinions, de goûts, de préférences sont certainement admissibles, de même que des différences de ressources comme les ressources cognitives. Cependant, les différences problématiques pour l’idéal démocratique sont celles qui procurent un avantage politique disproportionné et des désavantages politiques récurrents, tels que des différences de condition sociale (comme dans le cas, cité ci-dessus, des Intouchables), de compétences et d’aptitudes publiques fondamentales (par exemple, les compétences requises pour communiquer en public). La démocratie délibérative ne peut pas présupposer que ses citoyens sont situés de manière similaire ou disposent d’une capacité identique de faire usage de leurs opportunités et de leurs ressources. Malheureusement, l’idéalisme procédural commet cette double pétition de principe à propos de l’égalité démocratique.

Critique de l’approche par les préférences

  • 5 Cette liste ne cesse d’être retravaillée. Voir par exemple Sen (1995 p. 269).

11Peut-être pourrions-nous juger de l’égalité sur la base des résultats de la délibération. Mais comment ? Il est difficile de faire de la satisfaction des préférences une aune de l’égalité délibérative, puisque la délibération requiert des citoyens qu’ils ajustent leurs préférences et leurs croyances à la lumière, d’une part, des limites de leurs propres positions, d’autre part, des croyances et préférences des autres citoyens. Plus importantes encore, les différences de condition rendent ce standard suspect même du point de vue des réalisations effectives, spécialement si on prend en compte le phénomène de formation des préférences adaptatives décrit par Elster (1983). À l’instar de l’esclave heureux de son sort, ceux qui ne peuvent obtenir grand-chose ne désirent pas grand-chose, la plupart du temps. Et cela est particulièrement vrai dans les situations où d’injustes conditions d’arrière-plan résultent d’inégalités massives de caste, de race, de genre, ou de classe (Sunstein, 1993, p. 212 sq.). Ici aussi, l’approche par les capacités offre une solution ingénieuse. Pour résoudre le problème des préférences adaptatives, elle propose une importante distinction entre accomplissement effectif et liberté d’accomplir (Sen, 2000). Les accomplissements effectifs peuvent ne pas manquer à l’esclave heureux de son sort, au sens où il peut effectivement satisfaire toutes ses préférences, préférences qui sont données mais ne sont pas autonomes. Ce dont manque l’esclave, c’est de la liberté d’accomplir ; en dépit de sa satisfaction, il ne peut réaliser que ces possibilités-là et aucune autre. On doit donc conclure que les indicateurs de satisfaction des préférences ou d’autres mesures des accomplissements ne constituent pas des indicateurs crédibles du bien-être, ni même de l’étendue de la liberté. La liberté d’accomplir est un meilleur standard, pour autant que nous puissions spécifier les conditions pertinentes des fonctionnements humains. Ces conditions fondent deux types de liberté : la liberté relative à des états et la liberté relative à des actions. Les libertés du premier type incluent la capacité de ne pas mourir de faim, de ne pas mourir trop jeune, d’éviter préventivement les maladies, celles du second type des activités comme celle de convaincre les autres ou celles qui permettent d’accomplir des objectifs et de poursuivre des buts sociaux, complexes et pleins de sens5. Parce qu’il permet de distinguer entre accomplissement et liberté d’accomplir, l’exemple favori de Sen montre le rôle central de la possibilité du choix : comparez une personne qui a faim, et qui donc manque de la capacité basique d’éviter la faim, avec une personne qui jeûne volontairement et exerce donc sa liberté de poursuivre une finalité sociale, politique ou religieuse. De la même manière, il y a une différence importante entre une personne qui choisit de ne pas participer au débat public et celle qui ne peut pas y participer.

12La satisfaction des préférences est un mauvais standard pour d’autres raisons encore. Il est impossible de vouloir sans plus l’égale satisfaction des préférences de chacun si on tient compte de l’histoire causale de leur formation. Une réponse possible à de tels problèmes posés par les préférences consiste à en appeler à quelque standard objectif de bien-être et d’utilité. Même si on laisse de côté les problèmes de mesure et de comparaison interpersonnelle, le standard d’égale utilité ne répond à l’objection qu’en soulevant une autre objection : comme les préférences varient autant que les goûts, il y a un désaccord substantiel sur la notion du bien-être.

Les limites du ressourcisme

13Pour certains, ceci est un argument en faveur de l’égalité des ressources. Dans Rule of the Many, Thomas Christiano (1996, p. 64) énonce cette ligne argumentative : « Dans des conditions de désaccord substantiel et de pluralisme des définitions du bien-être, la meilleure compréhension de la justice fondée sur l’égalité est celle de l’égalité des ressources. » Tant l’approche ressourciste que l’approche par les capacités s’accordent sur le fait que la diversité des conceptions du bien est une objection particulièrement forte contre des standards utilitaristes de l’égalité politique des résultats.

14En reconnaissant la justesse des invocations du pluralisme, les ressourcistes se sont pourtant donné un standard qu’ils ne peuvent honorer.

15L’approche par les capacités retourne contre eux cet argument du pluralisme, soulignant qu’ils méconnaissent la caractéristique la plus importante de la diversité humaine. Elle invoque un argument similaire et tout aussi convaincant contre les différentes définitions de l’égalité qui rejettent toutes les formes d’égalité du bien-être au nom du pluralisme. Ces théories alternatives invoquent des standards comme le revenu, les opportunités ou les biens premiers. Toutes ces approches mettent l’accent sur la distribution des moyens de réaliser ses fins, donc sur un ensemble défini de ressources ou de biens de base. Qu’elles soient conçues de manière large ou de manière étroite, ces approches par les ressources ne peuvent résoudre le problème de savoir comment donner à chaque personne une reconnaissance et une prise en compte politiques égales, spécialement quand les personnes sont diverses, hétérogènes du point de vue de leurs conditions, finalités, moyens et opportunités.

16Disons de manière plus précise que l’égalité par les ressources ignore une différence vraiment fondamentale entre les personnes : la différence dans leurs capacités de transformer les moyens, ressources et opportunités en réalisation des buts qu’elles ont choisis. Pour utiliser les termes de Sen, la diversité humaine implique que les agents aient différentes capacités de transformer leurs conditions objectives en fonctionnements humains et donc, de choisir une vie qui vaut la peine d’être vécue. Une fois qu’on prend en compte une telle diversité, on doit donner une réponse différente à la question la plus fondamentale d’une théorie de la justice : l’égalité de quoi ? Des critères tels que les moyens, les ressources ou d’autres conditions objectives ne rendent pas compte de ce qui est premier ou basique pour l’égalité des personnes. Même quand les personnes sont égales sous un angle particulier (comme celui des ressources, des droits formels ou informels, des opportunités), et donc comparables dans un « espace d’évaluation » particulier, elles ne sont pas nécessairement égales sous d’autres aspects, politiquement plus significatifs. L’argument contre les positions ressourcistes identifie la vocation première de l’espace des capacités : il ne s’agit pas de la distribution égalitaire de ressources pour les besoins humains les plus élémentaires, mais de la distribution des capacités, qui établissent l’égale valeur de la liberté de chacun. L’égalité des ressources ne va pas profiter également à tous, pas plus qu’elle ne corrigera les désavantages de ceux qui sont les plus inégaux. Cela est vrai aussi pour le vote considéré comme une ressource, et plus encore pour les ressources pertinentes pour une délibération.

17Pour comprendre pourquoi les ressources ne peuvent fournir l’espace premier d’évaluation des inégalités ou une mesure adéquate de comparaisons interpersonnelles, on peut considérer certains exemples que donne Sen (2000) : une femme atteinte d’une maladie parasitaire comme la malaria et une autre femme dotée d’un métabolisme particulier. Supposons en outre que ces deux désavantages ne soient pas curables par des médicaments, de telle sorte que l’accès à ces ressources ne soit pas la seule question en jeu. Pour leur fonctionnement somatique et pour mener une vie active, un surcroît de nutrition est nécessaire à ces deux personnes, un régime que ne demandent pas ceux qui vivent sans ces affections : son importance ne peut pas être mesurée comme un panier de biens premiers mais plutôt en termes de capacités à convertir des ressources en moyens pour réaliser leurs fins. Par analogie, de telles différences dans la capacité d’accomplir sont intéressantes sur le plan politique, spécialement dans les situations où elles ne résultent pas de l’action propre ou des choix responsables des personnes, comme cela peut être le cas d’une personne jeûnant pour des raisons politiques ou religieuses. Si on ne tient pas compte de telles différences de capacités, on ne peut comprendre pourquoi des personnes situées différemment ne peuvent profiter de manière égale des droits politiques, des libertés ou des ressources redistribuées publiquement.

  • 6 Pour un argument sur ce rôle des subsides publics dans les campagnes électorales, et aussi pour des (...)

18Il y a plus en jeu dans ce débat que la justesse des théories. Dans une démocratie délibérative, une des fonctions de la norme d’égalité politique est de contribuer à une construction de politiques publiques qui garantissent que des inégalités préexistantes n’entrent pas dans le processus de délibération. Mais que faire quand ces désavantages et distorsions sont principalement dus à l’inégale distribution des ressources pertinentes pour la délibération ? Dans ce cas, des mesures correctrices spécifiques devraient être exigées. Par exemple, Joshua Cohen (1989, p. 31) réclame des subsides publics pour assurer l’accès des citoyens aux arènes publiques. Il les considère comme le meilleur correctif de certains dysfonctionnements de la délibération. Le problème des conceptions ressourcistes de l’inégalité est certainement généralisable à de tels exemples politiques : un subventionnement accru, par exemple par une réforme du financement des campagnes électorales, présuppose l’égale capacité de faire un usage effectif des ressources dont on dispose. Il se peut qu’on obtienne le résultat désiré de manière plus indirecte, en permettant l’établissement de contextes dans lesquels les groupes désavantagés peuvent développer leurs capacités et rendre plus difficile la négligence de leurs argumentations6. L’égalité des capacités suggère alors que, même quand des mesures redistributives sont mises en œuvre, elles doivent se donner un objectif différent d’une simple augmentation des ressources dévolues aux groupes désavantagés. Du point de vue de ses implications politiques, cette visée est plus – et non pas moins – ambitieuse.

La critique des biens premiers

19Sen utilise le même argument contre la version de la « valeur de la liberté » que donne John Rawls dans ses deux principes de justice, hiérarchisés de façon lexicographique. Le droit égal pour tous à la liberté la plus étendue, couplé avec la maximisation de la position du plus désavantagé (le principe de différence) permet, au-delà d’un certain seuil, de justifier les inégalités. Cependant, le principe de différence présuppose une égalité de base en ce qui concerne les biens premiers. Cela revient à dire que la valeur de la liberté d’une personne est définie par la disposition de niveaux minimaux de biens premiers tels que le revenu, la santé, les pouvoirs et l’autorité. C’est en maximisant ce niveau minimal de ressources qu’on permet l’usage égal des libertés dans une société, même par le plus désavantagé de ses membres. Les biens premiers fournissent donc la référence fondamentale pour la valeur de la liberté, tout en reconnaissant la diversité des positions possibles sur l’éventail distributif d’une société bien ordonnée.

20Malgré sa reconnaissance de la diversité des positions sociales et des différences de talents, Rawls est en difficulté quand il aborde des exemples comme ceux que j’ai mentionnés ci-dessus. Pour les personnes malades ou handicapées dont on parlait, les biens premiers ne fourniraient pas une mesure de l’égalité des libertés puisque ces personnes ne peuvent faire un usage des biens premiers de la même manière que les personnes bien portantes. Les biens premiers ne fournissent pas non plus le seuil minimal adéquat à des fonctionnements effectifs : les solutions construites autour de l’idée de biens premiers considèrent comme une seule et même chose la liberté et les moyens de la liberté. Ainsi, les biens premiers non seulement ne parviennent pas à identifier les conditions de base de la liberté réelle ; ils donnent aussi une fausse mesure de la pauvreté. La pauvreté n’est pas le manque de certaines ressources, mais plutôt la conséquence de l’impossibilité de réaliser des niveaux minima de capacités. Voici ce qu’en dit Sen (2000, p. 160) :

Le manque fondamental qu’implique la pauvreté, c’est celui des capacités minimales adéquates, même si elle est aussi, entre autres, une affaire d’inadéquation des moyens économiques de l’individu (des moyens de prévenir le manque de capacité).

  • 7 Un des prétendus avantages de la version « biens premiers » de l’égalité des ressources tient à ce (...)
  • 8 Ronald Dworkin (1987) a fourni une révision significative de la théorie de Rawls sans résoudre ce p (...)

21La version « biens premiers » de l’égalité échoue donc sur ses propres critères : compte tenu de la réalité de la diversité humaine, elle ne spécifie pas les conditions requises pour égaliser les libertés. Il vaut mieux donc mesurer la pauvreté plus directement, en termes de champ relatif de la liberté générale d’une personne, de ses accomplissements et de ses actions. Cette liberté est définie par le capability set qui, de son côté, consiste dans l’ensemble des options réelles entre lesquelles un individu est capable de choisir7. Plus l’ensemble des capacités est grand, plus est étendue la liberté générale de l’agent. Plus loin, je considérerai les problèmes que pose cette définition extensionnelle de l’étendue de la liberté pour chacun des agents individuels. Mais, au moins, cela nous fournit une solution à la plus évidente faiblesse de l’approche ressourciste de la liberté politique, à savoir qu’elle n’a, comme l’admet Dworkin, « pas de base pour la comparaison interpersonnelle des déficits de liberté8 ».

Les exigences spécifiques de la citoyenneté

22Dans Political Liberalism, Rawls reconnaît la vérité de cet argument de fond qui plaide en faveur des capacités : il admet que sa conception de l’égalité présuppose une conception plus profonde et ne constitue donc pas l’espace primaire d’évaluation dans lequel on peut mesurer l’égalité des libertés réelles. Quoique les citoyens ne disposent pas de talents et de capacités égaux à tous égards, ils doivent être dotés de capacités qui les rendent aptes à participer à la coopération sociale comme membres à part entière pendant toute leur vie, « à un degré minimal au moins » (Rawls, 1993, p. 183). Cependant, il se peut bien que Rawls n’accepte pas toutes les conséquences de sa concession. Au minimum, cet idéal de citoyenneté requiert une théorie de la justice indépendante.

23Pourtant, même cette concession – la métrique des biens premiers présuppose l’égale citoyenneté – ne prend pas en compte toutes les implications de la critique de Sen. La citoyenneté introduit de nouveaux problèmes pour des fonctionnements réels, des problèmes qu’un dispositif de libertés et droits égaux ne peut pas complètement saisir et résoudre. Dans la vie politique et publique, des risques nouveaux de déficits en capacités font leur apparition, avec une structure distincte. Comme dans le cas des problèmes économiques, la question se présente sous deux faces. Il se peut que des citoyens, ou plus typiquement des groupes de citoyens, manquent de certaines capacités pour faire un usage effectif de leurs droits et libertés ; cela peut aussi vouloir dire, entre autres choses, qu’ils ne disposent pas des ressources et opportunités politiques susceptibles de leur éviter ces désavantages. Dans ce cas, nous devons dire que ces citoyens sont politiquement appauvris. Pour le dire de manière positive, une telle égalité n’est pas une égalité de résultats, mais plutôt une égalité de capacité d’utiliser ses opportunités, ou encore de capacité de transformer des ressources délibératives en une influence effective dans les processus de discussion publique. Des citoyens appauvris manquent en effet de la capacité d’éviter de tels dysfonctionnements identifiables, dans une démocratie, par l’incapacité récurrente de peser sur un processus délibératif et de voir leurs arguments pris en compte dans les décisions mises en œuvre. L’avantage de l’approche par les capacités ? Elle permet de mieux saisir l’inégalité persistante. Elle la traite comme un ensemble de déficits en libertés susceptibles d’une comparaison interpersonnelle. Elle restitue au principe d’égale liberté sa pertinence dans les situations où les institutions démocratiques échouent à produire une commune citoyenneté.

24Les inégalités systématiques engendrées par l’insuffisance des capacités sont spécialement problématiques du point de vue de l’idéal de délibération. Selon les standards de la délibération soulignés ci-dessus, les décisions prises dans des conditions d’inégalité structurelle ne peuvent prétendre à la légitimité démocratique. En effet, celle-ci ne requiert pas seulement l’opportunité formelle d’influencer les décisions, mais un haut niveau de capacités politiques pour chacun des citoyens. La démocratie délibérative ne devrait pas récompenser les groupes qui sont simplement mieux situés pour obtenir ce qu’ils désirent grâce à des moyens publics et discursifs. Son standard d’égalité politique ne peut inclure aucune forme d’élitisme cognitif. Pour éviter cet effet indésirable, les théories délibératives doivent rendre compte non seulement des fonctionnements politiques adéquats, mais aussi fixer un seuil minimal de capacités partagées, en deçà duquel la démocratie devient politiquement ineffective et donc « s’appauvrit ». Nous pouvons dire que les institutions éducatives doivent au moins atteindre un objectif élémentaire : rendre accessible à chaque nouvelle génération la participation à la vie démocratique (et donc contribuer à sa perpétuation). L’égalité des capacités nous donne des responsabilités politiques à l’égard des générations futures. Il est en effet possible que des générations entières, autant que des groupes tout entiers, s’appauvrissent.

Pauvreté politique et délibération démocratique

25Selon Sen, la métrique des biens premiers n’identifie que certains des moyens nécessaires pour la liberté réelle. En revanche, la mesure la plus fondamentale de l’égalité doit considérer les différences dans les capacités des agents à convertir leurs ressources en moyens d’atteindre leurs buts. Une telle analyse peut être étendue au domaine politique en général et à la démocratie en particulier en considérant les problèmes interconnectés de la diversité d’une part, du manque de capacités d’autre part. Les deux problèmes nécessitent l’établissement d’un seuil minimal d’égalité des libertés. La pauvreté politique consiste dans l’incapacité de groupes de citoyens de participer effectivement au processus démocratique. Les conséquences d’une telle pauvreté sont doubles : l’exclusion publique, l’inclusion politique. D’un côté, les groupes politiquement pauvres ne peuvent éviter l’exclusion publique. Ils ne peuvent engager avec succès l’activité collective de la délibération publique. De l’autre, ces groupes ne peuvent pas non plus échapper à l’inclusion politique car ils sont les destinataires de droit d’accords discutés sur lesquels ils n’ont pas de contrôle ou d’influence réel. Parce qu’ils ne peuvent s’introduire dans une délibération, leur silence est pris pour un consentement par les délibérateurs plus puissants qui sont en mesure de les ignorer. On parvient à l’exclusion et à l’inclusion asymétrique en faisant peser des coûts politiques considérables sur les plus défavorisés, qui manquent des ressources, des capacités et de la reconnaissance sociale nécessaires pour transformer les conditions qui régissent les délibérations instituées.

26S’ils sont situés en-dessous de cette ligne de pauvreté, des citoyens politiquement inégaux ne peuvent raisonnablement s’attendre à pouvoir influencer les décisions. En revanche, des citoyens qui ont développé les capacités nécessaires pour une délibération effective peuvent échapper tant à l’exclusion qu’à l’inclusion : ils ne sont ni exclus des délibérations ni inclus dans des plans fomentés par d’autres. Il y a un bon indicateur empirique pour une telle capacité à délibérer : il ne s’agit pas seulement, selon l’idée de Sen, de la « capacité à se montrer en public sans honte » ; plus spécifiquement, il s’agit de la capacité sociale des gens à initier une délibération publique à propos de ce qui les concerne. Cette capacité d’ouvrir des séquences de délibération constitue le seuil de l’égalité politique et de la reconnaissance sociale. Par-dessus tout, la continuité de la coopération sociale est un indicateur de légitimité démocratique, même s’il y a un désaccord persistant entre les groupes de citoyens sur les décisions et politiques en vigueur. Les groupes structurellement désavantagés n’ont aucune raison de reconnaître la légitimité de régimes avec lesquels ils sont en désaccord mais qu’ils ne peuvent ignorer.

27Prise en ce sens, la pauvreté est une mesure de l’égalité politique minimale en démocratie. Elle fixe les critères minimaux qui rendent chaque citoyen capable d’engager une délibération et d’y participer effectivement. Le développement de telles capacités publiques est le « plancher » de l’égalité civile. Cette analyse de l’égalité politique étend donc au domaine politique la critique faite par Sen des conceptions ressourcistes. Elle est aussi sceptique que la sienne sur les réformes qui se limiteraient aux ressources. Bien sûr, quand ils sont politiquement pauvres, les groupes souffrent aussi de déficits de ressources et de bien-être : même en régime démocratique, ils supportent des coûts disproportionnés et ne peuvent acquérir les moyens nécessaires à la liberté politique.

La spécificité de la liberté collective

28Avant de développer les implications de cette conception de la pauvreté politique pour la délibération publique, je voudrais d’abord relever quelques limites à l’analogie entre inégalités économiques et inégalités délibératives. Il y a de grandes différences entre des réalisations économiques et des réalisations politiques, de même qu’une incertitude constante, dans l’exercice de la liberté publique, concernant la réalisation de buts collectifs. En premier lieu, quand on cherche un fonctionnement correct de la sphère publique, les ressources culturelles et leurs contenus particuliers sont plus importants. L’efficacité de certains intervenants à la discussion est souvent limitée par leur incapacité à formuler publiquement des arguments convaincants, ajustés à l’audience spécifique de leurs concitoyens. Autre différence : à moins d’être en mesure de contourner le processus politique tout entier, même les participants les plus efficaces au débat public ne peuvent maîtriser causalement les effets qu’ils produisent à la manière des agents économiques qui, disposant de moyens suffisants, peuvent, eux, atteindre leurs buts. Par contraste, dans la sphère économique, il suffit à un agent de combiner adéquatement ressources et capacités pour être capable, sans interférence externe, de réaliser les buts qu’il considère importants pour son bien-être.

29Dans la situation de délibération publique, même la combinaison adéquate de capacités et de ressources n’assure pas un résultat ; elle assure seulement qu’une personne est incluse et peut éviter d’être exclue. La coopération doit aussi devenir une finalité de toute implication dans la délibération. Non seulement, le bien-être n’est, dans la plupart des cas, qu’un sous-produit de cet objectif ; on ne peut même pas dire que la satisfaction d’objectifs personnels soit une mesure appropriée de l’échec ou du succès dans le domaine politique. La liberté collective réelle requiert une mesure différente, puisqu’elle ne se confond pas seulement avec la capacité de convertir les ressources et d’autres données objectives en réalisations des objectifs d’un individu. Elle est plutôt mesurée par la participation effective au processus public de prise de décision, dont le résultat ne témoigne souvent que d’une relation indirecte avec les visées individuelles de chaque participant. Une relation directe indiquerait qu’un agent ou groupe d’agents dispose, sur une décision particulière, d’une influence causale plutôt que délibérative.

  • 9 Voir Sen (2000, p. 193 et 211). En particulier, les restrictions à la liberté ne sont pas réductibl (...)
  • 10 Il faut comparer avec la distinction habermassienne entre les actions stratégiques-instrumentales, (...)

30La mesure de la capacité de la liberté individuelle d’agir est suffisante pour le domaine économique : toutes choses étant égales, on peut, sur la base de capacités et de ressources données, atteindre un niveau adéquat de bien-être. Dans la poursuite de ses visées particulières, il n’y a rien qui fasse obstacle à un agent économique. Mais ce n’est pas le cas du fonctionnement politique ou public. Dans la sphère politique et plus spécialement en démocratie, même si on dispose de capacités et de ressources, on peut échouer dans la réalisation de ses objectifs publics. Sen n’est pas sensible à ces différences. Cela se voit dans le fait qu’il n’est intéressé qu’aux « barrières sociales » à la liberté, et aux situations où les libertés sont directement « restreintes » par les autres9. En revanche, les réalisations politiques dépendent directement de la coopération des autres. Cependant, étant donné que les gens ont, pour leur pleine participation, à la fois besoin de capacités économiques et de capacités publiques, les démocraties délibératives doivent chercher à atteindre l’objectif de fonctionnements « généraux » adéquats pour leurs citoyens. Appelons cela une mesure de l’égalité sociale, ou de la liberté collective réelle. L’approche de l’action favorisée par Sen n’articule pas suffisamment de telles distinctions à l’intérieur de son standard homogène d’égale liberté, extrêmement lié à une conception instrumentale de l’action. Dans un fonctionnement public, l’action communicationnelle est primordiale et il faut donc développer une conception de la liberté communicationnelle réelle. Il y a des actions sociales purement instrumentales ; mais le succès de la communication dans un contexte de délibération est l’acceptation par les autres des raisons qu’a quelqu’un d’agir, et non la réalisation d’un but particulier10. L’acceptation de certaines de mes raisons ne suppose pas que le cours d’action sur lequel on s’accorde lors d’une délibération soit identique à celui pour lequel j’avance ces raisons. Il faut plutôt dire que l’acceptation (ou la reconnaissance) de mes raisons par les autres ne fait que configurer et influencer le processus de délibération lui-même, de telle sorte que je puisse au moins reconnaître que mes arguments ont configuré et influencé de manière favorable le résultat, ou en tout cas d’une manière telle qu’il devient raisonnable d’accepter la décision qui en résulte.

31Les théoriciens de la délibération qui discutent des inégalités économiques se concentrent en général sur les effets produits par la distribution inégale des ressources sur la délibération. Cependant, du point de vue de la délibération, la manière dont les inégalités économiques affectent le développement des capacités est plus pertinente. Un déficit de capacités est spécialement visible quand on le mesure à la liberté d’accomplir dont disposent d’autres agents. Dans ce cas, on peut parler de « capability failure », et donc de pauvreté politique en un sens non métaphorique. Les capacités et les ressources culturelles sont ici cruciales, puisqu’elles touchent la spécificité du fonctionnement qui constituerait typiquement un succès dans un contexte donné. C’est pourquoi le problème du déficit de capacités politiques porte souvent sur autre chose que les problèmes qui sont au centre du débat sur l’« égalité de quoi ? ». On doit plutôt considérer que la diversité culturelle ne permet pas d’éviter la question de savoir quelles sont les capacités qui sont pertinentes pour un fonctionnement public. La contestation publique d’un standard quelconque de fonctionnement effectif de l’espace public place les plus désavantagés sous une double contrainte en exigeant d’eux précisément ce dont les prive la pauvreté politique : la capacité de mettre en question les standards dominants du débat et de la discussion publics. Pour être efficaces, des citoyens qui seraient systématiquement discriminés ne doivent souvent pas se contenter de mettre en question les arguments publics dominants, mais aussi la définition prévalente du fonctionnement de l’espace public lui-même.

Comment faire sa place à l’action collective ?

32Ce problème signale une faiblesse majeure de l’approche par les capacités. Sen se focalise sur l’action individuelle. Cela laisse pendante la question de l’action collective puisque l’égalité des capacités se préoccupe de l’étendue de la liberté qu’ont les agents de réaliser les objectifs choisis par chacun d’entre eux. L’extension de la liberté individuelle d’action de chacun est identique à l’ensemble des capacités de chacun. On ne peut pas en dire autant de la liberté politique de chacun. Dans ce cas, ce qui est central, c’est la mesure dans laquelle les personnes ou les groupes peuvent initier et façonner le processus et les résultats d’une délibération coopérative. C’est pourquoi la liberté collective réelle n’est ni une sous-catégorie ni le substitut de la liberté individuelle d’agir.

33La nature spécifique de la liberté collective a des répercussions sur la manière dont nous devons concevoir la correction des inégalités politiques. En particulier, si nous nous en référons aux exigences normatives de l’idéal démocratique, l’exclusion politique ne sera pas surmontée par des mesures qui permettent à certains groupes d’influencer causalement les résultats, par exemple en fixant des quotas de représentation proportionnelle. Une telle réforme ne donnerait aux groupes particulièrement discriminés qu’une portion de ressources pour la liberté réelle, un nombre déterminé de sièges au sein d’une instance représentative. L’égalité ne requiert pas de transformer la liberté politique de tous les citoyens en une liberté d’action propre à un groupe particulier puisqu’en fin de compte cette solution ne développe les capacités d’aucun groupe du tout. Au contraire, cela crée la possibilité de nouvelles exclusions. Pour ce motif, Joshua Cohen (1995, p. 288) suggère qu’une approche ressourciste suffit dans tous les cas de déficit de capacités et d’exclusion, sauf les plus graves. Il soutient en plus que cette approche ressourciste est supérieure et plus pratique, compte tenu du fait que les comparaisons interpersonnelles propres à l’approche par les capacités exigent de lourdes collectes d’informations. Prises sous l’angle du standard de l’égalité des libertés réelles, les exclusions de toutes sortes produisent au niveau politique le même genre de problèmes de pauvreté. Ce type de standard peut s’appliquer dans différents domaines ou dimensions de l’identité sociale. Il est fondamental dans toutes les évaluations des inégalités de liberté collective, et pas seulement dans les cas extrêmes de relégation ou d’exclusion complète.

34La question des résultats émerge du fait que l’approche par les capacités se focalise sur la liberté réelle. Dans la sphère économique, l’incertitude des résultats – très forte compte tenu de la complexité des interactions – n’est pas toujours due aux mêmes facteurs dans chacun des cas, ni à l’incapacité des agents de manipuler directement les manettes de contrôle. Dans une délibération, le succès dépend surtout de la capacité de convaincre les autres de la puissance de ses arguments et de juger de la force de conviction des contributions des autres. Appelons cela la liberté communicationnelle réelle, c’est-à-dire la capacité de participer effectivement à des activités publiques. Une telle effectivité n’est pas nécessairement mesurée à la capacité de l’agent d’atteindre effectivement son objectif, comme c’est le cas dans l’action instrumentale. Même en reconnaissant ce degré d’incertitude, les citoyens doivent encore connaître quelque chose sur la manière de délibérer, la manière dont on peut recevoir leurs arguments et la manière dont ils peuvent atteindre leurs objectifs. Ils doivent savoir ce que signifie « réussir » dans un processus délibératif. Les citoyens ne coopèrent dans une délibération que s’ils se rendent mutuellement manifeste qu’ils peuvent influencer les délibérations des uns et des autres.

35Testable au cours d’une discussion publique, un tel système d’attentes ne requiert pas que les citoyens soient capables d’établir une connexion causale spécifique entre la contribution d’un participant et le résultat final, même s’il arrive quelquefois que les citoyens puissent reconnaître dans les décisions finales la marque de certains de leurs arguments. Savoir si on a eu une influence ou bien si on a échoué à se faire entendre pour des raisons autres qu’un désaccord après examen sérieux, cela fait partie d’une capacité à s’engager de manière compétente dans une activité de délibération publique complexe sur le long cours. Le point clef ici est que tous les citoyens sachent pareillement que c’est la norme de publicité qui est opératoire au cours de la délibération. Cette capacité n’est pas une contrainte épistémique supplémentaire qui pèserait sur les capacités publiques des citoyens puisqu’un fonctionnement public adéquat exige la capacité de distinguer entre des raisons bonnes, convaincantes et des arguments mauvais et faibles. […]

Conclusion

36Formulée dans les termes d’une approche par les capacités, la notion d’égalité politique dans les délibérations nous permet d’élargir l’étendue des droits et libertés politiques au-delà des opportunités procédurales et au-delà de l’accès à des ressources agrégées. Dans ce cas, la liberté signifie la capacité de vivre de la manière qu’on choisit de vivre. Cela inclut la capacité de mener une action collective effective, la capacité de participer à la coopération sociale et d’y poursuivre ses fins propres (Sen, 2000, p. 98). Pour les libertés politiques, ce qui est en jeu est l’usage réel des libertés publiques. Celui-ci peut bien ne pas être possible même en l’absence d’interdits directs et de censures. S’il est vrai que « la maladie, la faim et la mortalité précoce nous en disent très long sur la présence ou l’absence de certaines libertés de base essentielles » (ibid., p. 105), l’histoire récente nous montre que ces libertés fondamentales peuvent aussi être distribuées de manière totalement inégale dans des démocraties dotées d’espaces publics qui fonctionnent. Une leçon à tirer peut être que dans ces cas, la citoyenneté et la vie publique sont trop réduites pour garantir la liberté réelle. Plus la conception de l’égalité citoyenne qui informe la pratique démocratique est riche et exigeante, plus il est probable qu’elle pourra éviter en son sein des inégalités récurrentes à grande échelle. Les inégalités persistantes de race, de classe et de genre ne sont donc pas simplement les conséquences de distributions inégales de ressources. Ce sont des « états » (pas des actions) qui réduisent la capacité d’action collective de ces groupes défavorisés, en comparaison avec l’efficacité d’action atteinte par d’autres groupes dans la poursuite de leurs buts ; et qui réduisent aussi la liberté collective réalisée à travers l’approbation de ses raisons d’agir par les autres. Sans une liberté égale, effective et collective pour tous, les arrangements coopératifs sont invariablement au service des objectifs et des plans que se donnent les agents capables de convertir en action effective leurs opportunités et les informations dont ils disposent. Les mesures de « seuil » de la pauvreté politique et du « plafond » du pouvoir social inégal sont relatives et comparatives. L’un des rôles principaux des institutions, c’est de corriger ces deux types de déficits : le déficit de la capacité d’action collective et celui de la prise en compte des arguments publics.

Bibliographie

Bohman James (1996), Public Deliberation : Pluralism, Complexity, and Democracy, Cambridge, MIT Press.

Bohman James & William Rehg (eds) (1997), Deliberative Democracy. Essays on Reason and Politics, Cambridge, MIT Press.

Christiano Thomas (1996), Rule of the Many, Boulder, Westview Press.

Cohen Joshua (1989), « Deliberation and Democratic Legitimacy », in A. P. Hamlin & P. Pettit (eds), The Good Polity, Oxford, Basil Blackwell, p. 17-34.

Cohen Joshua (1995), « Review of Inequality Re-Examined », Journal of Philosophy, 92 (5), p. 275-288.

Dasgupta Partha (1995), An Inquiry into Well-being and Destitution, Oxford, Oxford University Press.

Dworkin Ronald (1987), « What is Equality ? Part 3 : The Place of Liberty », Iowa Law Review, 73, p. 1-54.

Elster Jon (1983), Sour Grapes : Studies in the Subversion of Rationality, Cambridge, Cambridge University Press.

Habermas Jürgen (1987), Théorie de l’agir communicationnel, vol. 1, Paris, Fayard.

Knight Jack & James Johnson (1997), « What Sort of Equality Does Deliberative Democracy Require ? », in J. Bohman & W. Rehg (eds), Deliberative Democracy. Essays on Reason and Politics, Cambridge, MIT Press, p. 279-320.

Rawls John (1993), Political Liberalism, New York, Columbia University Press.

Rousseau Jean-Jacques (2001), Du Contrat social, Paris, Flammarion [1762].

Sen Amartya Kumar (1995), « Gender Inequality and Theories of Justice », in M. Nussbaum & J. Glover (eds), Women, Culture and Development : A Study of Human Capabilities, Oxford, Clarendon Press, p. 259-273.

Sen Amartya Kumar (2000), Repenser l’inégalité, Paris, Seuil.

Sunstein Cass R. (1993), « Democracy and Shifting Preferences », in D. Copp, J. Hampton & J. E. Roemer (eds), The Idea of Democracy, Cambridge, Cambridge University Press, p. 196-230.

Notes

1 Pour cette critique de l’idéalisme procédural, voir Bohman (1996, p. 28-34), et le chapitre IV pour une discussion des inégalités dans la délibération.

2 Je dois cet exemple à Henry Richardson.

3 Afin d’éviter les malentendus, je dois souligner que le terme « capacité » est utilisé ici dans son sens technique. Il désigne ce qui est nécessaire pour égaliser les accomplissements (functionings) qu’une personne est capable de réaliser. Il n’implique pas que les moins bien lotis sont moins compétents ou aptes, mais qu’ils disposent de moins de choix et de fonctionnements et qu’en conséquence, ils ont un éventail de libertés réelles plus réduit…

4 Pour le rôle de la diversité dans la critique de Rawls, voir Sen (2000, p. 27). Voir également Dasgupta (1995, p. 42 sq.). Nous pourrions aussi ajouter que dans la liste de Rawls, l’estime de soi (self respect) n’est pas un bien premier comme les autres, puisqu’elle n’est pas un « moyen à tout faire ». Elle n’est pas non plus réalisable comme le résultat d’une action rationnelle.

5 Cette liste ne cesse d’être retravaillée. Voir par exemple Sen (1995 p. 269).

6 Pour un argument sur ce rôle des subsides publics dans les campagnes électorales, et aussi pour des schémas électoraux alternatifs, voir Bohman (1996, p. 134 sq.).

7 Un des prétendus avantages de la version « biens premiers » de l’égalité des ressources tient à ce qu’elle semble fournir une solution claire au problème de la mesure. L’égalité des capacités ne dispose pas d’une telle solution aisée à ce problème. Pour des objections de ce type à ma vision des choses, voir Knight & Johnson (1997) ; et aussi la recension qu’a faite Joshua Cohen du livre de Sen, Repenser l’inégalité. Dans Public Deliberation (1996), je propose un argument pour une mesure simple de la liberté sociale réelle en tant que capacité d’initier une délibération publique. Knight et Johnson embrayent avec la question suivante : supposons qu’une personne ou un groupe peuvent initier une délibération – comment la théorie mesure-t-elle un déficit dans ce cas ? Je reconnais que l’approche par les capacités doit aller au-delà des cas avérés et clairs d’exclusion et de pauvreté. Cependant, ces situations doivent être examinées à travers une conception de l’action collective et du fonctionnement public adéquat, plutôt que négativement, à travers les déficits de la pauvreté politique. Nous devons pour cela considérer comment les gens font pour délibérer selon des degrés variables de liberté réelle et donc des capability sets plus ou moins grands.

8 Ronald Dworkin (1987) a fourni une révision significative de la théorie de Rawls sans résoudre ce problème.

9 Voir Sen (2000, p. 193 et 211). En particulier, les restrictions à la liberté ne sont pas réductibles aux deux cas qu’il mentionne : la violation des libertés par les autres et l’affaiblissement interne (ibid., p. 129-130). L’égalité politique offre un troisième cas lié à la liberté réelle collective.

10 Il faut comparer avec la distinction habermassienne entre les actions stratégiques-instrumentales, qui peuvent user du langage, et l’action communicationnelle pure, dans Théorie de l’agir communicationnel, vol. 1 (1987). Cette distinction pourrait donner des significations différentes à la liberté d’agir. Pour cette raison, la liberté collective réelle est différente de ce que Sen appelle la « liberté réelle ». Ce n’est pas une sous-espèce de la liberté d’agir en général.

Notes de fin

1 Traduction partielle de « Deliberative Democracy and Effective Social Freedom : Capabilities, Resources and Opportunities », in J. Bohman & W. Rehg (eds), Deliberative Democracy. Essays on Reason and Politics, Cambridge, MIT Press, 1997, p. 321-348. Nous remercions MIT Press de nous avoir autorisés à traduire cet article.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search