Version classiqueVersion mobile

La liberté au prisme des capacités

 | 
Jean de Munck
, 
Bénédicte Zimmermann

Droits, marché, démocratie : les supports de la liberté

Le marché est-il bon pour les libertés ?

François Eymard-Duvernay

Texte intégral

Introduction

1Les approches d’économie institutionnaliste moderne tentent de renouveler l’économie standard en revisitant ses fondements : la théorie du choix rationnel et la théorie de l’équilibre. L’une des orientations suivies consiste à renouer les liens avec les autres sciences sociales et la philosophie politique, afin de mieux analyser la dimension réflexive du comportement économique, à l’encontre d’une approche focalisée trop exclusivement sur le calcul rationnel. Cette orientation vaut pour tous les domaines de l’économie, mais plus particulièrement pour ceux qui concernent l’étude du travail, de l’entreprise et des questions sociales. Par rapport à cette ambition, la démarche d’Amartya Sen constitue un appui de grande valeur.

2Le programme de recherche de Sen permet un renouvellement profond de l’approche du marché. Il élargit la perspective économique standard, considérant que le bien-être ne peut être rabattu sur la possession de biens marchands. Il met l’accent sur la liberté comme composante essentielle de l’activité, faisant des liens avec la philosophie politique. À l’encontre des démarches qui postulent un individu calculant mécaniquement, tel un « idiot rationnel », Sen focalise l’attention sur la liberté de choix, d’où l’introduction de la notion de « capacité ». Cette liberté, loin d’être une dotation universelle des individus, varie suivant les situations personnelles et est affectée par les institutions et les politiques. Alors que le marché est, dans la théorie économique moderne, le plus souvent évalué dans une perspective welfariste, cette démarche conduit à se préoccuper de sa contribution à la liberté. La recherche renoue ainsi avec la justification politique du marché, familière aux fondateurs de la discipline, mais largement oubliée aujourd’hui dans le champ de la recherche.

3Entrer dans l’œuvre de Sen par le marché n’est pas si évident. Alors que ses contributions à la théorie du choix rationnel et à la théorie du bien-être sont de grande ampleur, il n’en est pas de même pour son approche du marché. Comme si ce dispositif jouait un rôle finalement mineur dans sa recherche, du fait des extensions opérées : le comportement rationnel est appliqué à bien d’autres choses qu’au choix d’un panier de marchandises ; l’évaluation du bien-être porte sur la qualité de la vie et non sur la richesse marchande. Nous verrons qu’il est utile de donner plus de place au marché.

4Notre contribution à cette enquête sur les capacités tente deux types de prolongements de l’approche de Sen.

5En premier lieu, nous visons une meilleure rétroaction de la démarche normative à l’économie, ou plutôt à la socio-économie, positive. C’est l’un des objectifs majeurs de Sen, afin de sortir la théorie du bien-être de son confinement, mais il est loin d’être abouti. De fait, cette théorie n’apparaît pas dans le champ de la science économique comme remettant en cause sérieusement le main stream, alors même qu’elle introduit des novations radicales. Pour avancer dans cette direction, il est nécessaire de revoir la construction théorique. Il faut d’abord éviter le basculement de l’analyse dans un espace éthique déconnecté des espaces socio-économiques, dont le marché : ceci conduit à essayer de se passer des fonctionnements. Les biens sont définis dans le cadre des situations de coordination, dont le marché, et non dans des catégories morales. L’approche pluraliste permet d’éviter le rétrécissement aux seuls biens marchands. Il faut ensuite revoir l’approche de la liberté. La définition de Sen, fondée sur l’amplitude de l’espace des fonctionnements accessibles, est une forme très générale, mais qui risque d’être vide. Elle ne permet pas, en particulier, de focaliser l’attention sur un aspect essentiel de la liberté, qui est d’avoir la capacité de définir les finalités individuelles et collectives de l’activité. Cette capacité de fonder ce qui vaut n’est pas compréhensible en termes d’élargissement de l’espace des choix. Nous introduisons l’expression pouvoir de valorisation pour la désigner. La notion de pouvoir permet de marquer la dimension politique de cette capacité : elle est attribuée à certains acteurs dans le cadre d’un mode de gouvernement d’activités coordonnées. La notion de valorisation pointe les actions de définition des valeurs, qui sont au fondement de la liberté. Nous mettons l’accent sur les tensions entre pouvoirs de valorisation potentiellement concurrents, suivant une démarche pluraliste. La rétroaction de l’économie normative à l’économie positive conduit à transférer les opérations d’évaluation réalisées par le théoricien du bien-être aux acteurs engagés dans la coordination, dont les acteurs du marché.

6Le second prolongement ambitionné par ce texte concerne l’activité de travail. Les théoriciens du bien-être, et Sen ne fait pas exception, la négligent. La raison en est qu’elle est le plus souvent considérée comme un moyen d’accéder à des biens, qui sont la véritable base d’information de ces théories. Cette position, qui hérite largement de l’économie standard, est intenable. On ne peut rabattre, comme le fait l’économie standard, le travail sur une désutilité, dont la seule finalité serait l’obtention du revenu. On ne peut non plus, comme le font les théoriciens du bien-être, réduire les questions de justice à celles de la distribution de biens supposés déjà là. Il faut également, et peut-être prioritairement, dévoiler la production des biens pour réfléchir correctement au bien-être social. Cette réintégration de l’activité productive, qui permet de retrouver le travail et l’entreprise, est également la conséquence logique d’un retour à l’économie positive. La question du lien salarial devrait quand même tenir une place de choix dans une approche qui se préoccupe de la liberté, à une époque où ce statut est largement majoritaire dans la population. Alors que Sen concluait plutôt positivement à la question posée dans le titre, la réponse serait plutôt négative si l’on adopte le point de vue du travail salarié. L’approche en termes de pouvoir de valorisation permet de préciser ce point. Sur les marchés de biens, les consommateurs sont les acteurs politiques « adultes », ceux qui ont le pouvoir de déterminer les finalités : pour rester dans le langage politique, ils sont les citoyens de la société marchande, ils votent avec leurs ordres d’achats, pouvoir gagné contre les sociétés traditionnelles, aux xviiie et xixe siècles, ou communistes, au xxe. Le marché des biens est donc créateur de libertés pour les consommateurs. Il n’en est pas de même pour les travailleurs, bien au contraire, puisque leur activité est finalisée par celle du client. Le problème politique du travail est donc loin d’être résolu par le marché, contrairement à l’affirmation des économistes. L’approche de Sen, amendée comme nous le proposons, peut être prolongée dans ce nouveau domaine. Notre conclusion sera que l’institution qui fonde la « capacité » du travailleur, pour nous son pouvoir de valorisation, est le droit du travail, en tension avec le marché. Elle n’est pas très surprenante pour ceux qui ont depuis longtemps une position critique par rapport au libéralisme, mais les mêmes peuvent avoir aussi une position critique à l’égard du droit. L’intérêt de notre analyse est qu’elle est fondée, dans la continuité de Sen, sur une philosophie libérale, mais qui se préoccupe également, ce qui est la moindre des choses, de la liberté dans le travail, voire de la liberté par le travail.

7Le plan de cette étude est le suivant. Les enrichissements de l’approche du marché permis par le programme de recherche de Sen sont exposés dans la première partie. Les prolongements de ce programme sont développés, d’abord sous une forme critique dans la deuxième partie, puis sous une forme constructive dans la troisième.

L’apport de Sen à l’approche du marché

Élargissement de la perspective

8La théorie moderne des contrats rétrécit l’analyse par une réduction de la taille de l’espace de coordination (des marchés aux contrats bilatéraux), et du poids des valeurs (les valeurs sont rabattues sur la rationalité). La démarche de Sen est exactement inverse : elle étend la perspective du marché à un espace plus large ; elle met au premier plan la question des valeurs, renouant avec la racine politique de l’économie.

9Élargissement éthique. La théorie moderne du choix rationnel se focalise sur la cohérence interne du choix, délaissant donc la question éthique des finalités individuelles et collectives. Elle est étendue par les théoriciens des jeux de l’espace des biens à l’espace des stratégies : le choix ne porte plus sur les paniers de marchandises mais sur le choix d’une stratégie, conditionné par celui de l’autre joueur. Cette extension a permis à la théorie économique de prospecter, au-delà des marchés concurrentiels, un domaine d’interactions beaucoup plus vaste, recouvrant potentiellement tout le champ des sciences sociales et du droit. Sen adopte également un point de vue plus large que celui du marché, mais dans une perspective essentiellement éthique : l’introduction des fonctionnements permet de reconnaître que la finalité de la vie ne peut être rabattue sur la possession de biens marchands. Le mouvement est finalement inverse de celui des théoriciens des contrats. Alors que ceux-ci rabattent l’ensemble des actions sur le calcul rationnel, Sen élargit le choix individuel à des finalités qui débordent le choix de marchandises.

10Élargissement institutionnel. La société n’est pas rabattue sur le marché et encore moins sur un marché auto-régulé. L’approche de Sen laisse place à des politiques publiques et à des formes d’intervention qui ne transitent pas par le marché. Au plan technique, ceci peut être vu par le fait qu’il admet le théorème fondamental de la théorie du bien-être (sous certaines conditions, un équilibre concurrentiel est pareto-efficient), mais non le théorème réciproque (à toute situation efficiente on peut faire correspondre un équilibre concurrentiel). Ce dernier théorème postule en effet qu’il serait possible de revoir de fond en comble, dans une société marchande, la distribution des revenus, ce qui relève d’un « manuel révolutionnaire » (Sen, 2005, p. 398). Sen donne par ailleurs une grande place au raisonnement contrefactuel : les politiques publiques ne violent pas la liberté individuelle lorsque, s’il avait eu à choisir, l’individu aurait fait le même choix (Sen, 2000, p. 101-104).

11Élargissement de l’économie à la philosophie politique. L’analyse est ainsi étendue à l’ensemble des formes de relations, à la question très générale des éléments constitutifs de la vie. Les frontières entre les domaines couverts par l’économie et les autres sciences sociales sont affaiblies. Mais il faut noter que cette extension se fait essentiellement par le biais de la philosophie politique et non par un débat avec les autres sciences sociales. Les discussions récurrentes sur les liens entre marché et autres formes de coordination, sur l’encastrement du marché ne sont pas abordées : Polanyi, Weber, Granovetter, etc., ne font pas partie de la liste, pourtant impressionnante, des références de Sen. On pourrait même dire que le marché a finalement une place secondaire dans son analyse. Il débat plus avec l’utilitarisme qu’avec la théorie néoclassique du marché. Sa réflexion est focalisée sur les deux bouts de l’analyse économique : la théorie du choix rationnel et la théorie utilitariste ; mais peu sur l’entre-deux : la coordination par le marché. Sa recherche est une incursion de la théorie économique dans la philosophie politique plus que dans les sciences sociales. Mais c’est aussi pour cette raison qu’elle nous intéresse : elle conduit à revisiter des thèmes délaissés par les sciences sociales, et pas seulement l’économie, et au premier chef la question de la liberté.

Introduction des questions de liberté

12La science économique est réputée avoir sort lié avec le libéralisme politique, au point que parfois ces deux courants de pensée sont confondus. Il est vrai que le message politique du marché auto-régulé garde toute sa force. Il a même été approfondi ces trente dernières années : les théories des contrats rabattent en effet l’institution du marché et le droit sur le choix rationnel (Favereau, 2004). Pourtant, la liberté n’est pas défendue pour elle-même, mais au nom de l’efficience. La dynamique scientifique actuelle de la discipline contribue à mettre cette valeur au second plan : dans leur effort pour se rapprocher des sciences de la nature, les économistes n’ont, le plus souvent, que faire des questions de liberté. Ainsi, le choix rationnel est-il, dans la modélisation, plus une loi de comportement que la traduction technique d’un principe politique de liberté individuelle.

13De ce point de vue, la démarche de Sen induit un renouvellement radical de la discipline. La liberté constitue le point d’entrée éthique de l’analyse. Les acteurs évaluent les situations : leur action résulte d’une délibération, d’une évaluation raisonnée, d’un arbitrage entre des façons de vivre. Ils évaluent les devoirs qui pèsent sur eux au lieu de les suivre aveuglément : lorsque plusieurs devoirs contradictoires sont en jeu, il faut bien les évaluer, contrairement à ce que supposent les analyses déontologiques strictes (Sen, 1993a). Ils évaluent enfin leurs propres préférences, ce qui est formalisé par les métapréférences (Sen, 1993b). Les théoriciens du bien-être doivent ainsi prendre en compte dans leurs évaluations la valeur de la liberté, ce qui est fait par le passage des fonctionnements aux capacités, pièce majeure de la théorie de Sen.

14Cette option conduit Sen à critiquer la rationalité utilitariste lorsqu’elle met en scène un acteur déterminé dans son comportement, un « idiot rationnel ». Elle le rapproche d’autres courants au sein des sciences sociales qui postulent un acteur réflexif, qui s’engage dans des interactions, justifie ses actions. Boltanski (2002) relève un clivage au sein des sciences sociales entre les programmes qui supposent un acteur déterminé par des nécessités et ceux qui postulent un acteur réflexif mobilisé par des raisons d’agir. La théorie du choix rationnel est dans une situation paradoxale. Ne représente-t-elle pas un acteur réflexif, faisant un choix raisonné ? C’est d’ailleurs à ce titre qu’elle est critiquée par les courants évolutionnistes. Pourtant, l’usage qui en est fait le plus souvent est autre : à la suite de Becker en particulier, elle conduit à supposer un acteur déterminé par des goûts fixes, alors que l’acteur réflexif mobilise des raisons d’agir (Mongin, 2002). La recherche de Sen permet de critiquer ce glissement majeur vers un paradigme déterministe et de tracer la voie de la reconstruction d’un acteur réflexif.

15La cause de la liberté n’est pas nécessairement celle du capitalisme, même si l’histoire a étroitement lié de fait l’idéologie libérale et les tenants d’un capitalisme sans entraves. Il faut bien sûr rappeler que l’appui sur la liberté a aussi été un ressort critique à l’égard du capitalisme, lorsqu’il était déployé par les socialistes du xixe siècle pour lutter contre la subordination ouvrière (Pillon & Vatin, 2006).

16Alors que l’argument de la liberté dominait dans la justification du marché chez les fondateurs de la théorie économique, il est faiblement activé par les théoriciens modernes, au profit de l’argument welfariste : le marché est optimum, au sens de Pareto. Sen reprend le débat initié par les fondateurs, en le focalisant non sur la dimension « processus » de la liberté (liberté de choix donnée aux individus, protégés des empiétements de l’État), mais sur sa dimension « liberté de réussir ». Cette dernière approche prend en compte la qualité des accomplissements, car une liberté qui ne ferait qu’ajouter des options détestables serait dénuée d’intérêt. Toute la difficulté, au plan technique, est de ne pas basculer à nouveau dans une approche welfariste qui évaluerait uniquement les accomplissements, faisant l’impasse sur la liberté d’accomplir. Il s’agit de construire une axiomatique permettant de classer, même de façon incomplète, les ensembles d’accomplissements en termes de liberté. Par exemple : pour que l’ensemble A offre plus de liberté que l’ensemble B, il doit y avoir un élément de A qui est préféré à tous les éléments de B. L’adjonction d’une opportunité supplémentaire n’accroît pas la liberté si cette opportunité est moins bonne qu’une opportunité déjà existante.

17Sur cette base, Sen explore la possibilité d’étendre le théorème fondamental de la théorie du bien-être en trois étapes : en passant du bien-être aux préférences comme valeurs, non réductibles au comportement purement intéressé ; en passant des préférences accomplies à la liberté de choix dans un espace de marchandises ; puis à la liberté de choix dans un espace de fonctionnements. Un équilibre concurrentiel est efficient en termes de liberté dans l’espace des fonctionnements si la liberté d’un individu ne peut être améliorée sans que soit détériorée celle d’au moins un autre. Bien entendu, les défaillances habituelles (biens publics, externalités, etc.) demeurent. De plus l’évaluation de l’efficience reste dans l’optique de Pareto, c’est-à-dire qu’elle ne dit rien sur les inégalités : un équilibre peut être très inégalitaire, compte tenu des dotations initiales. La démonstration est complexe, mais Sen aboutit finalement à répondre positivement à la question posée dans le titre de cet article.

Critiques

Peut-on se passer des fonctionnements ?

18Une première gêne par rapport à l’approche de Sen vient de son ancrage dans la théorie du bien-être. Il critique certes l’utilitarisme, mais pour lui substituer des catégories de bien-être, les fonctionnements, situées dans un espace éthique. La richesse monétaire, les biens du marché sont ainsi subsumés par une évaluation éthique. Le problème est de justifier le fondement de cette évaluation. Certes, les fonctionnements permettent de mesurer le bien-être plus objectivement que la métrologie des plaisirs et autorisent des comparaisons interpersonnelles. Mais, n’y a-t-il pas moyen de fonder plus sociologiquement (ou sciences-sociales-ment) l’évaluation du bien-être ? Il s’agirait de mieux connecter la dimension éthique (ou morale ou politique) et la dimension socio-économique.

19L’approfondissement de l’analyse positive des marchés montre qu’ils reposent sur des évaluations de la qualité des biens. « L’hypothèse de nomenclature » (Benetti & Cartelier, 1980) désigne ainsi cette opération qui consiste à poser une liste de biens à l’entrée du modèle de marché. Plus généralement, le marché suppose des biens déjà qualifiés : sinon, il y a une incertitude sur leur qualité, ce qui peut conduire à la disparition du marché (Akerlof, 1970 ; Orléan, 1991). Quelle est la nature de ces opérations évaluatives ? Elles ont nécessairement une dimension éthique : définir la qualité des biens, c’est mobiliser un ordre de valeur. Même des énoncés apparemment techniques (durabilité d’un équipement, qualités gustatives d’un aliment etc.) recèlent inévitablement la visée d’une finalité, par rapport à laquelle le bien est évalué. Ce constat conduit à reformuler en profondeur l’articulation entre économie positive et économie normative. On ne peut plus considérer un fonctionnement du marché dénué de toute normativité, surplombé par la théorie normative du bien-être. Les évaluations normatives sont incrustées dans le marché. On pourra voir une confirmation de ce constat dans le fait que l’analyse positive ne peut se passer, au plan purement sémantique, de la notion de bien. Toute présentation académique du marché part d’une liste de biens, objets de l’offre et de la demande. Cette contrainte langagière montre (bien) que la morale est dans le marché positif, et non pas seulement dans le ciel de la philosophie éthique.

20Dès lors une voie nouvelle s’ouvre à l’analyse : explorer les conceptions du bien construites par les acteurs pour se coordonner, les conventions de qualité. Cela peut être fait pour la coordination par le marché. L’article célèbre de Garcia (1986) montre ainsi comment les fraises peuvent devenir des biens marchands, et comment tous les acteurs qui interviennent dans leur commercialisation peuvent devenir des acteurs marchands : l’homo œconomicus est construit par le marché. Les travaux sur la normalisation des biens observent également ces opérations de construction des biens (Thévenot, 1997). Le marché génère ainsi, pour fonctionner, des catégories de qualité, inscrites en particulier dans le langage, mais pas seulement : l’aspect visuel des biens eux-mêmes informe également de leur valeur. Les catégories de qualité peuvent également être durcies par le droit. S’il reconnaît cette activité morale aux acteurs, le théoricien du bien-être doit nécessairement s’interroger sur la façon dont ses propres théories morales s’articulent avec les leurs. Le modèle des Économies de la grandeur (Boltanski & Thévenot, 1991) propose le montage suivant : les théories morales des acteurs sont des formes non explicitées des philosophies politiques. Si l’on adopte cette démarche, l’utilitarisme aussi bien que la théorie des fonctionnements devraient laisser des traces dans le marché.

21Y a-t-il besoin d’introduire un espace éthique surplombant celui des biens marchands ? Acheter un ordinateur n’est pas subsumé par une valeur plus générale qui serait : éprouver un plaisir d’une certaine intensité (approche utilitariste) ou communiquer (approche par les fonctionnements). Le langage des biens, tel qu’il est construit et développé par les acteurs marchands, est une ressource suffisante pour l’analyse éthique. Il comporte des modes d’ordonnancement, par le vocabulaire des qualités, et d’agrégation, par l’architecture des catégories. Les biens du marché ont une dimension morale. Les critiques radicales du marché font comme si tout pouvait être rabattu sur la recherche de profit des entreprises capitalistes ; alors que les profits capitalistes doivent passer par des biens. Inversement, les défenseurs inconditionnels du marché supposent que celui-ci fonde une coordination optimale par un ajustement des prix. Mais c’est là aussi faire abstraction des biens, dont les qualités sont construites et ajustées sur le marché, par un processus de critiques-justifications. Les théoriciens du bien-être, Sen compris, évaluent le marché, mais d’un point de vue éthique externe. Notre position consiste à fonder l’évaluation du marché sur son observation, au lieu d’inventer des entités difficilement palpables telles que les utilités, ou construites de toutes pièces par le théoricien, comme les fonctionnements. On renoue ainsi les liens entre l’économie et les autres sciences sociales, au lieu d’un court-circuit par la philosophie.

22Néanmoins, cette approche se heurte à d’autres limites pointées par Sen. Les biens marchands ne seraient que des moyens pour des finalités, se fonder sur eux attirerait les mêmes critiques que celles adressées aux approches « ressourcistes » : il peut y avoir des différences de conversion de ces biens marchands en fonctionnements. De plus, une bonne vie supposerait d’autres ressources que les biens marchands. Ces deux critiques peuvent être fondues en une seule : la qualité de la vie ne peut être rabattue sur la possession de biens marchands. Ces critiques sont justifiées. Néanmoins, pour y répondre, il est possible de prospecter une autre voie que celle consistant à faire surplomber l’espace des biens marchands par l’espace des fonctionnements : c’est la démarche pluraliste. L’approche par la pluralité des Cités permet en effet de considérer des biens relevant d’autres grandeurs que la grandeur marchande.

23L’argument, bien connu, de Sen est : il y a des variations entre les personnes, liées à des caractéristiques individuelles, sociales ou environnementales, qui font qu’à revenu ou panier de marchandises équivalents, deux individus n’auront pas les mêmes possibilités d’accomplissements. L’approche pluraliste conduit à une conclusion de même nature : le bien-être d’un individu ne peut être rabattu sur son pouvoir d’achat marchand, soit les différentes Cités du modèle des Économies de la grandeur (Boltanski & Thévenot, 1991 ; Boltanski & Chiapello, 1999). Les accomplissements peuvent s’appuyer sur des ressources domestiques, industrielles, civiques, etc. Bien des ressources qui permettent de passer des « droits formels » aux capacités relèvent de ces institutions non marchandes : ressources qui permettent, par exemple (puisque c’est l’exemple paradigmatique pour illustrer l’approche par les capacités), à un handicapé d’avoir l’aide d’un proche ou de bénéficier d’équipements publics urbains appropriés pour se déplacer. De façon générale, on pourrait dire que les institutions sont, dans la construction de Sen, les opérateurs de transformation des « droits formels » en « capacités réelles » d’accès aux biens. Suivant cette approche, le marché est l’une des institutions : celle qui permet le passage des droits formels, liés à la possession de monnaie, à la capacité réelle d’accéder à des biens, ce qui suppose des infrastructures de fabrication et de distribution des biens, le droit de la concurrence, etc.

24Une objection d’une autre nature à notre démarche, consistant à se passer des fonctionnements, serait plutôt formulée par Nussbaum (2000). Ne risque-t-on pas d’affaiblir la force critique permise par l’établissement d’une liste de fonctionnements, qui pourrait même faire l’objet d’une inscription au niveau constitutionnel comme droits humains fondamentaux ? Notre approche s’apparenterait en effet plus à une économie de la critique, fondant les évaluations du chercheur sur celles des acteurs, qu’à une économie critique, pour reprendre les formulations de Boltanski permettant de distinguer sa sociologie de la sociologie critique de Bourdieu. Néanmoins, les fonctionnements peuvent être considérés comme la forme de biens relevant, dans la grammaire des Cités, d’une cité particulière : la cité civique, qui assure à chacun un standard de vie minimum. À ce titre, ils peuvent faire l’objet d’une inscription politique spécifique, par exemple dans le cadre constitutionnel.

Quelle conception de la liberté ? Liberté et droit du travail

25La liberté est formalisée par Sen comme élargissement de l’espace des choix. Il y a une forte continuité avec l’approche du marché et la théorie du choix rationnel du consommateur. Il suffit de remplacer « vecteur de marchandises » par « vecteur de fonctionnements » et « contrainte budgétaire » par « capacité » pour passer de cette approche à celle de Sen.

26Un premier problème concerne la question de la dynamique. On suppose l’espace des fonctionnements donné, la liberté étant définie par une variation des ensembles de fonctionnements accessibles à l’individu. De même l’hypothèse de choix rationnel suppose un espace de choix déterminé : l’individu est censé connaître l’ensemble des vecteurs de marchandises et de prix, ou plus exactement leurs distributions de probabilités suivant « l’état du monde ». L’hypothèse d’un espace de fonctionnements donné est également très problématique. Il faut laisser place à l’innovation, à la création de nouveaux fonctionnements. La liberté est fortement conditionnée par la capacité d’innovation, de création de nouvelles valeurs, ce qui ne peut être rabattu sur un élargissement de l’espace des choix. On notera que Schumpeter est absent de la très longue bibliographie de Sen.

27Par ailleurs, la liberté est évaluée en dehors de toute question de pouvoir. Le pouvoir n’intervient qu’en tant qu’il restreint, ou au contraire élargit, l’espace de choix des individus. Sen ne nie pas l’existence de pouvoirs, bien entendu, mais sa définition formelle de la liberté est faite en dehors. On peut penser que la question du pouvoir est plus centrale pour la définition de la liberté : la liberté peut-elle se définir indépendamment du pouvoir ? D’une part, la liberté est un pouvoir : pouvoir d’évaluation, de donner de la valeur aux choses ou aux actes. D’autre part, la liberté se construit contre un ou des pouvoirs. Plutôt que d’articuler la question de la liberté à celle du choix, il serait possible de l’articuler, dans sa définition même, à celle du pouvoir. Cette discussion rejoint la tension, en philosophie politique, entre libéralisme et républicanisme (Pettit, 2004).

28Nous allons prolonger cette discussion en abordant la question de la liberté dans le travail et le droit du travail.

29Les recherches de Sen sont en général axées sur le bien-être en termes de niveau de vie, peu d’attention étant porté à l’activité productive. C’est l’héritage des théories économiques du bien-être, comme utilité procurée par un panier de marchandises, le travail n’étant qu’un moyen pour avoir un revenu et donc des biens de consommation. Le dépassement de cette approche marchande par les fonctionnements devrait permettre d’inclure un bon travail comme accomplissement ayant valeur en lui-même et non seulement instrumentale. L’approche par les capacités met alors l’accent sur la liberté de choix d’un bon travail, en analysant par exemple les processus d’insertion (Farvaque, 2006). Plus largement, il faut explorer la question de la liberté dans le cadre du salariat. Comment peut-on analyser le rôle du droit du travail dans l’accroissement des capacités des personnes au travail ?

30Le droit du travail introduit une double rupture par rapport à la vision « synallagmatique » du contrat de travail, échange d’une prestation de travail contre un salaire.

31D’une part, il n’est pas possible de séparer le travail de la « personne du travailleur » (Supiot, 1994) : l’objet du louage de service est en fin de compte la personne elle-même, son énergie physique et mentale, son réseau de relations. Le droit doit ainsi protéger la personne dans sa continuité au-delà d’une prestation ponctuelle de travail : depuis son intégrité physique jusqu’à son engagement personnel dans le travail. Par la personnalisation du travail, le bien produit devient une « œuvre » qui engage la personne du salarié. Il faut que le salarié apporte quelque chose de lui-même pour que le travail soit bien fait. En droit positif, cet engagement est traduit par : le caractère intuitu personæ de la relation de travail ; l’exigence de bonne foi et de conscience professionnelle dans l’exécution du travail (a contrario, lorsqu’il fait la grève du zèle, le salarié se retire de son travail) ; les droits de propriété intellectuelle et artistique ou de propriété industrielle pour certaines innovations ; les clauses de conscience des journalistes ; le droit d’expression, « L’expression, c’est un peu l’invention du pauvre, du salarié ordinaire dont l’œuvre ne s’inscrit pas dans un brevet ou une création, où le droit reconnaîtrait l’expression de sa personne » (Supiot, 1994, p. 102) ; le droit à une formation. On pourrait ajouter à cette liste, établie par Supiot, le droit du licenciement : l’encadrement juridique du licenciement manifeste la reconnaissance d’un lien d’emploi dans l’entreprise, au-delà de prestations discontinues de travail. C’est une pièce essentielle du statut salarial.

32D’autre part, le droit du travail doit résoudre la tension entre subordination, inhérente au salariat, et liberté, valeur centrale de la modernité. Cela se fait par le passage au collectif : le statut collectif fait entrer l’égalité concrète, prenant en compte les asymétries entre employeur et salarié, dans l’égalité formelle du contrat. Ce montage s’appuie sur l’ordre public de protection dont est responsable l’État. Il restitue au salarié sa qualité de sujet libre, en lui donnant la « liberté individuelle d’agir collectivement » (ibid., p. 140). Cette articulation complexe entre contrat et statut n’a pas seulement pour but de rééquilibrer le partage de la valeur ajoutée entre les deux parties, mais d’approfondir les principes d’égalité et de liberté individuelle. Nous sommes donc bien au cœur des préoccupations de Sen.

33Ces montages juridiques sont-ils bien pris en compte par l’approche des capacités ? Son projet est bien d’élargir l’évaluation du bien-être au-delà des biens marchands par la prise en compte des fonctionnements. Cela conduirait donc à évaluer un « bon travail » non dans l’espace des marchandises (accessibles par le salaire versé), mais dans l’espace des fonctionnements : on peut introduire ainsi des fonctionnements tels qu’« intégrité physique », « identité individuelle » (ce terme désigne pour Supiot la reconnaissance de l’engagement personnel dans le travail). Il serait loisible d’affiner les fonctionnements garantissant que le travail contribue au bien-être de la personne en un sens large, voire même d’intégrer la composante « agent », en reconnaissant que la finalité du travail puisse intégrer, au-delà de l’objectif de bien-être personnel, des finalités plus collectives (fabriquer un bon produit utile au consommateur, développer des méthodes de production efficaces, coopérer avec les collègues de travail, etc.).

34Mais le problème essentiel reste celui de l’évaluation de la liberté. L’accent mis par Sen sur les libertés concrètes rejoint la préoccupation des juristes du travail d’intégrer les inégalités réelles. Il reste que l’approche de la liberté par l’amplitude du choix, fût-ce dans l’espace des fonctionnements, rend mal compte de la valeur de la liberté.

35Soit le cas de la protection de l’« identité individuelle » qui, dans la présentation de Supiot, est liée à la personnalisation de la relation de travail. De chose, le travail est saisi comme expression de la personne du salarié. Le travail n’est plus coupé du bien produit, contrairement à l’analyse « patrimoniale » du travail comme objet passant d’un patrimoine à l’autre, il devient un travail-œuvre. L’approche de Sen permet-elle de bien saisir ces formes de liberté individuelle ? Sont-elles un élargissement du choix dans un espace de fonctionnements ? Dans le travail-œuvre, le salarié n’est plus étroitement soumis aux directives de l’employeur pour la définition du bien produit et pour le choix des méthodes de production : il acquiert donc une capacité de choix. Mais le vocabulaire du choix risque d’induire en erreur, par son rabattement sur la rationalité instrumentale. La liberté acquise est en fait d’ordre politique : elle consiste en la capacité de définir un bien. La représentation en termes d’amplitude du choix dans un espace de fonctionnements est donc trompeuse : l’essentiel est la définition des fonctionnements, qui relèvent de la définition du bien. On ne peut rabattre la capacité de définir le bien sur l’envergure du choix dans un espace de biens prédéfinis. C’est le pouvoir de définir un nouveau bien qui est crucial et qui pose la question de son fondement. Ce pouvoir a d’ailleurs plus de chances de s’effectuer par un rétrécissement du choix : l’artiste qui puise dans son fonds personnel pour faire émerger une nouvelle forme doit faire abstraction de toutes les formes établies.

36De même l’approche des libertés développée par le courant « républicain » en philosophie politique est peu compatible avec celle de Sen. Ce courant fonde la liberté sur la non-domination. « Un agent en domine un autre si, et seulement si, il dispose d’un certain pouvoir sur celui-ci, en particulier le pouvoir d’interférer arbitrairement dans ses actions. » (Pettit, 2004, p. 77). La liberté est, dans cette construction, directement articulée (en opposition) à la domination, et c’est la loi qui permet de résoudre la tension. Certes le formalisme de Sen, d’une grande généralité, peut accueillir cette définition de la liberté. Mais il faudrait alors le considérer comme un formalisme vide, qui ne mettrait pas correctement l’accent sur ce qui fonde la liberté.

Approche alternative

37Cette partie fait suite aux critiques précédentes pour tenter de reformuler l’approche de Sen. Des liens sont faits avec le programme de recherche sur l’économie des conventions. L’apport de cette démarche est de passer d’une théorie normative de la capacité à une théorie positive. Nous l’illustrons par un exemple empirique : l’évaluation des capacités des salariés au chômage.

Liberté et pouvoir de valorisation

38On peut rapprocher la notion de capacité de la notion de jugement, ou d’évaluation, mobilisée par l’Économie des conventions (Eymard-Duvernay, 2006). Ce programme de recherche suppose que l’évaluation se réfère à des problèmes de coordination et qu’elle est une capacité inégalement distribuée. Les limites de cette capacité d’évaluation sont d’ordre cognitif, mais aussi, et surtout, politique : il faut être dans un état, attribué conventionnellement, qui donne cette capacité. Par exemple : le pouvoir d’achat du consommateur est lié à un état attribué par la convention marchande.

39Nous souhaitons mettre l’accent sur un aspect spécifique de la liberté, qui est la capacité de déterminer ce qui vaut : c’est-à-dire les finalités de l’activité, soit les conceptions du bien, ce terme étant pris dans un sens large, au-delà des biens marchands. À cet effet, nous proposons la notion de pouvoir de valorisation. Elle met mieux l’accent sur le fait que la liberté concerne la décision sur les valeurs et non un choix instrumental. Le vocabulaire du pouvoir renvoie au fait que cette liberté est attribuée dans un cadre politique. Le libéralisme repose sur une hypothèse de cette nature : les individus sont souverains dans la définition du bien. C’est une capacité attribuée, dans le cadre d’une délibération sur la coordination entre les différents acteurs, à différents états des personnes : par exemple, à l’état de consommateur en proportion de sa richesse. Le pouvoir de valorisation est une construction collective : il entre dans un processus collectif de définition des biens. La conséquence est qu’il est inégalement distribué et qu’il peut y avoir des tensions entre des prétentions différentes à la légitimité dans la définition des valeurs. Il n’y a donc pas un principe de liberté universel, mais des dotations en liberté, inégalement partagées et qui peuvent être contradictoires entre elles.

40La réponse à la question posée dans le titre ne pourra donc être aussi affirmative que celle des libéraux, ni même que celle de Sen. Le marché est une forme de gouvernement qui libère certains acteurs, en particulier les consommateurs et les employeurs, mais non d’autres, en particulier les salariés. Préserver la liberté de ces derniers suppose des institutions qui garantissent leur pouvoir de valorisation, en particulier le droit du travail. Mettre l’accent, comme le fait Supiot, sur la qualité de sujet attribuée au salarié par le droit du travail, c’est montrer son pouvoir de valorisation : un sujet c’est quelqu’un doté d’un pouvoir de donner de la valeur, de fonder un bien. Le statut salarial articule ainsi de façon complexe les pouvoirs potentiellement concurrents du salarié et de l’employeur, ou plutôt fonde le pouvoir du salarié là où la détention monétaire l’attribuerait intégralement à l’employeur. L’exploration empirique des formes de valorisation du travail permet d’évaluer la distribution de la capacité de valorisation du travail entre deux pôles opposés : une situation dans laquelle cette capacité est entièrement détenue par l’employeur, le salarié étant un objet de l’évaluation ; une situation dans laquelle elle est distribuée entre l’employeur et le salarié. Le droit du travail est le dispositif qui permet de passer de la première à la seconde.

Du choix rationnel au pouvoir de valorisation

41Pour introduire la question du pouvoir de valorisation dans l’analyse économique positive, il faut revoir en profondeur la rationalité, aux plans cognitif et politique. La théorie du choix rationnel nous décrit une capacité de calcul quasi mécanique qui permet à chacun de décider de ses actions. L’approche cognitive montre que cette capacité est sujette à faiblesses, du fait des limites de la rationalité, qu’elle doit être formée, entretenue, etc. L’approche politique met l’accent sur la réflexivité du comportement humain et sur les institutions qui dotent les acteurs d’un pouvoir de valorisation. Nous allons élargir la théorie du choix rationnel en passant successivement du comportement déterminé par des goûts au choix réfléchi mettant en jeu des valeurs, puis à la capacité de valorisation conditionnée par des contraintes sociales, et enfin au pouvoir de valorisation de nature politique.

La faculté de calcul

42La théorie moderne du choix rationnel paraît exempte de toute valeur : elle semble au mieux a-morale et au pire immorale, si l’on met l’accent sur les finalités égoïstes, voire opportunistes (tricherie, etc.) de l’homo œconomicus (Favereau, 2004). L’accent est en général prioritairement mis sur la cohérence interne du choix, qui relève de la seule logique : la rationalité est assimilée au calcul.

La réflexivité du choix : du calcul à la valorisation

43Une façon d’identifier plus précisément la dimension valeur du choix rationnel est de montrer sa réflexivité. Dans certaines approches, en particulier celle de Becker, comme le souligne Hirschman (1986, p. 93), les préférences sont assimilées à des goûts qui déterminent le comportement du consommateur. Le goût ne fait pas l’objet d’une délibération, fût-ce dans le for intérieur : de gustibus non est disputandum. L’économiste peut ainsi représenter les goûts par des paramètres exogènes et fixes de la fonction d’utilité. Chaque individu est doté d’un système de préférences unique, stable. Un changement important de l’analyse consiste à introduire de la réflexivité dans les préférences : les individus ont la capacité de s’interroger sur leurs préférences. Il peut y avoir pour un même individu plusieurs ordres de préférence coexistant, de façon plus ou moins pacifique, au même moment. Techniquement, cela est pris en compte par l’introduction d’un ordre sur les ordres de préférences, les métapréférences (Sen, 2000). On peut maintenant parler de valeurs, dans la mesure où l’individu débat dans son for intérieur ou avec d’autres de ses préférences : de valoribus est disputandum (Hirschman, 1986, p. 95). Les changements de préférences peuvent emprunter la voie de la délibération (y compris publique) et non résulter exclusivement de processus opaques de modification des goûts.

44La capacité est une autre façon de représenter la réflexivité du choix : de l’accomplissement réalisé, on passe à l’espace des alternatives accessibles, y compris, à un niveau supérieur de réflexivité, les alternatives sur les préférences elles-mêmes. Réflexivité et liberté sont ainsi étroitement liées.

Les dispositifs socio-économiques qui équipent le choix

45Une étape supplémentaire consiste à introduire l’environnement de coordination de la personne. Le choix rationnel n’est pas une faculté purement mentale : il s’appuie sur des dispositifs, faits de personnes et de choses, qui lui permettent d’agir effectivement. Le pouvoir d’achat du consommateur passe bien par la détention de monnaie et par la logistique du marché, de même que le pouvoir de valorisation de l’employeur sur le travail passe par toute une série de dispositifs d’entreprise. La notion de capacité vise également à mettre l’accent sur la réalité des alternatives, à rebours d’approches « ressourcistes » qui restent en chemin de ce point de vue, comme le montre Sen. Nous prospectons ainsi les dispositifs socio-économiques qui équipent la liberté des individus. La capacité de valorisation d’un individu passe par des dispositifs tels que la monnaie (Aglietta & Orléan, 2002), le marché ou le langage, qui sont des intermédiaires de valorisation.

46La réflexivité n’est pas une activité purement psychologique : elle repose sur des équipements tels que la monnaie, qui donnent de la liberté par rapport aux actes d’achat. Le marché est également un vaste dispositif de stockage et d’exposition des biens en vue du choix : le choix ne s’exerce pas dans un espace indéfini, mais dans un espace de biens réellement présents. Certes, je peux réfléchir à un achat dans mon for intérieur, mais le parcours physique des rayons de marchandises est une étape indispensable pour réaliser ma capacité de choix. Le langage des biens constitue également un équipement de la liberté, dans la mesure où il permet une réflexion sur les biens, préalable à l’action d’acquisition réelle.

47La notion d’intermédiaire peut être utile pour désigner ces différents équipements de la capacité de choix : la relation avec autrui et avec les objets, qui permet de réaliser les choix, nécessite des médiations (Callon, 1998). Elles ont une dimension cognitive, mais aussi politique, distribuant entre les acteurs la capacité de valorisation, leur donnant un pouvoir de valorisation.

Le pouvoir de valorisation

48Pour illustrer cette nouvelle dimension de l’analyse, prenons l’exemple du marché des biens comme dispositif qui dote le consommateur de ce pouvoir : c’est lui qui, souverainement, décide les biens qui valent, en passant des ordres d’achat. Le marché est une démocratie de consommateurs. Le pouvoir d’achat est ainsi un pouvoir de valorisation. Il est instrumenté par des dispositifs, aussi bien d’objets que de textes. La concurrence est ainsi un principe politique, instrumenté par toute une série de dispositifs, permettant de sauvegarder le pouvoir de valorisation des consommateurs, à l’encontre du pouvoir potentiel, mais non légitime (dans l’approche du marché des biens), des entreprises.

49Nous pouvons récapituler les différentes étapes suivies, ordonnées dans un sens de liberté croissante :

– le choix rationnel comme cohérence interne, ou comme conception du bien non réfléchie, ouvre à la faculté de calcul ;

– la réflexivité détache d’un choix automatique et donne ainsi une faculté de valorisation ;

– les dispositifs socio-économiques donnent une capacité réelle d’exercice du choix dans un monde de personnes et de choses ;

– l’attribution d’une liberté donne un pouvoir de valorisation dans un espace politiquement organisé.

50Il importe de distinguer, dans une situation de coordination, les acteurs suivant le niveau où ils se situent : certains n’ont qu’une faculté de calcul ; il faut de la réflexivité pour que le choix soit finalisé ; il faut des dispositifs pour que la valorisation opère dans le monde réel ; il faut un pouvoir pour avoir la liberté d’attribuer de la valeur dans un monde politiquement organisé. La théorie économique standard en reste au premier niveau. Cette position occulte les situations de subordination dans lesquelles certains acteurs n’ont qu’une capacité de calcul et sont donc soumis au pouvoir de valorisation d’autrui.

Application : l’évaluation du travail sur le marché

51L’argument libéral est bien connu : grâce au marché, le travailleur peut accéder à un grand nombre d’emplois, au lieu d’être enfermé dans les règles corporatives ; il peut mettre en concurrence les employeurs et faire hausser le salaire. Cette vision optimiste est-elle vérifiée ? La notion de chômage involontaire, introduite dans l’analyse keynésienne, marque au contraire une perte de liberté. Il s’agit là d’une situation inhérente à la relation salariale, comme nous allons le développer : le pouvoir de valorisation du travail est au premier chef détenu par l’employeur, ce qui limite la liberté du salarié. Nous allons nous focaliser sur un moment particulier de la relation salariale : la situation de chômage.

52Le salarié au chômage est doté d’une capacité de calcul : il évalue les emplois disponibles. Il est vrai qu’elle peut être fortement réduite lorsque le choix d’emplois est limité, mais il est rarement totalement éliminé. La théorie économique, et en particulier la théorie du job search, privilégie bien sûr le calcul sur le salaire, donnée immédiatement dans la forme adéquate. Mais le choix porte sur d’autres variables tout aussi cruciales : la pérennité de l’entreprise, ses conditions de travail, l’intérêt du poste, etc. Il s’agit de variables « qualitatives », relatives à ce qui est valorisé dans le travail. Le langage du marché du travail marque ce passage du calcul à l’évaluation réflexive : le langage est le lieu de cette réflexivité. La pluralité des grammaires reflète les tensions entre valeurs différentes. Une exploration empirique de ces grammaires permet de voir le poids respectif des valeurs qui guident l’évaluation par l’employeur et celles qui émanent du salarié. Si les annonces d’offres d’emploi comportent essentiellement un descriptif précis et détaillé des qualités attendues des salariés, on peut suspecter que peu de place est laissée au jugement du salarié (Marchal & Rieucau, 2006).

53Le choix suppose l’accès aux alternatives, soit un ensemble de dispositifs socio-économiques qui constituent le marché du travail : petites annonces ; places de marché, autrefois physiques, maintenant virtuelles ; intermédiaires du marché, etc. Toute cette logistique hard est équipée d’un software : le langage du marché du travail, qui permet de qualifier les emplois et les candidats. Le poids des mots indique la dimension réflexive de l’appariement : le calcul est incrusté dans des valeurs. L’essentiel de la mise en relation s’opère dans un univers « virtuel » : celui des mots. La confrontation aux « choses » de l’activité de travail ne se fait que tardivement, ou pas du tout. Mais cette strate virtuelle est indispensable à la dimension réflexive : en son absence, il n’y aurait que des mises en relation déterminées par des forces ou par le calcul mécanique.

54La question finale, et qui détermine tout le reste, concerne la distribution du pouvoir de valorisation. Il est clair qu’il appartient en priorité à l’employeur : c’est lui qui fixe la valeur de l’emploi et la valeur des candidats, en déterminant des critères de recrutement et en ayant le dernier mot sur la décision. Cette asymétrie de la relation, inhérente à la condition salariale, est entérinée par le droit : le recrutement est intuitu personæ, c’est-à-dire soumis au jugement souverain de l’employeur. Elle est également cohérente avec le dispositif de marché : de même que sur le marché des biens de consommation le consommateur est seul juge de ce qu’il achète, l’employeur sur le marché du travail est seul juge de ses recrutements.

55À ce stade, il apparaît donc que le salarié est démuni du pouvoir de valorisation, et que sa liberté est faible. En revenant aux points précédents, la strate réflexive de l’appariement sur le marché du travail peut bénéficier essentiellement à l’employeur : c’est le cas si toute la logistique du marché étend la liberté de l’employeur, réduisant le salarié à être un objet de la sélection. On voit clairement la tension entre pouvoirs de valorisation. Dire que le marché du travail libère le salarié apparaît donc pour le moins exagéré, ce que la tradition critique du marché a depuis longtemps argumenté. À première vue, le marché du travail libère l’employeur, en étendant puissamment sa capacité de choix. Cette situation est structurelle, mais elle est fortement affectée par l’état du marché du travail : une pénurie de main-d’œuvre peut atténuer l’asymétrie des pouvoirs sans pour autant la faire complètement disparaître.

56Le rôle du droit du travail est précisément de contrôler ce pouvoir de l’employeur, de limiter sa toute-puissance pour ménager un espace de liberté au salarié. La liberté du salarié est recherchée dans la protection sociale, qui garantit son revenu. Cette citoyenneté sociale, gagnée de haute lutte par la social-démocratie, ne remet pas en cause le pouvoir économique de l’employeur, sauf par le biais des coûts induits par les charges sociales, que les employeurs n’ont de cesse de réduire. Le pouvoir de valorisation de l’employeur est également bordé au niveau des droits fondamentaux : par l’interdiction de discriminer. Enfin, le service public de l’emploi, pièce du droit du travail, a historiquement pour rôle d’assister le salarié chômeur face à l’asymétrie de la relation salariale.

57Nous avons vu que le droit du travail introduisait une double rupture par rapport au lien de subordination : d’une part, il reconnaît l’engagement personnel du salarié dans son travail, ce qui induit des protections particulières ; d’autre part, il réduit l’asymétrie de la relation par le passage au niveau collectif. Le service public de l’emploi devrait remplir ces fonctions pour le salarié au chômage, parallèlement à la protection sociale. On ne peut ici traiter cette question en profondeur. Certains souhaitent rabattre la fonction du service public sur un mécanisme d’incitation réglé par un « profilage » des chômeurs (Cahuc & Kramarz, 2006), mais il est clair que cette perspective peut être purement conséquentialiste : inciter les employeurs à recruter des personnes difficilement employables. Elle peut s’accompagner d’un statut de dépendance du chômeur, dont l’employabilité est mesurée en surplomb et ex ante, et qui est « accompagné » par des services renforcés d’insertion. Sauvegarder la liberté du chômeur implique d’autres exigences : réduire la concurrence entre les postulants à un emploi, ce qui contrebalance le pouvoir de valorisation unilatéral de l’employeur ; donner au chômeur une véritable liberté de choix, c’est-à-dire de refuser des emplois proposés. Certaines associations d’insertion développent une telle politique, en lien avec des pouvoirs publics locaux (Salognon, 2005). Le statut de service public, prolongé par des associations à but non lucratif, semble bien être la condition de cette forme civique d’action. L’accompagnement individualisé des chômeurs en difficulté est une mesure complexe qui peut recevoir plusieurs significations : traiter le chômeur de façon approfondie pour un ajustement affiné à l’emploi, voire exercer une pression visant à lui faire accepter certains emplois ; soutenir les personnes qui sont en deçà d’une capacité d’autonomie ; favoriser l’autonomie des personnes en contrebalançant le pouvoir de l’employeur. Cette dernière position suppose d’exercer une action sur le jugement de l’employeur, de façon à le faire évoluer vers une sélection moins intense. Une telle position revient, paradoxalement, à contourner les dispositifs qui équipent le marché du travail, car ils sont majoritairement orientés vers la liberté de l’employeur, à l’encontre de celle du salarié.

58Les évaluations des employeurs et des intermédiaires privés et publics du marché du travail ont fait l’objet de toute une série de travaux dans la perspective qui vient d’être développée : observations sur les façons dont les experts en recrutement évaluent les candidats à un emploi, des variations du jugement entre le moment du tri de candidatures sur c.v., de l’entretien, puis de la décision finale (Eymard-Duvernay & Marchal, 1997) ; observation des intermédiaires du marché du travail (Bessy & Eymard-Duvernay, 1997) ; comparaison entre la France et le Royaume-Uni (Bessy et al., 2001) ; observation des critères de sélection affichés par les annonces d’offres d’emploi, de leur évolution entre les années 1960 et les années 2000 et des différences entre économies (Marchal & Rieucau, 2006) ; observation des évaluations des agents du service public de l’emploi, qui conditionnent les façons dont ils accueillent et aiguillent les demandeurs d’emploi (Benarrosh, 2006). Ces études permettent de paramétrer différents états du marché du travail du point de vue du pouvoir de valorisation des salariés au chômage.

Les tensions entre pouvoirs de valorisation. Quel pouvoir de valorisation pour le salarié ?

59La véritable nouveauté de l’approche suivie consiste à introduire une pluralité de pouvoirs de valorisation et des tensions entre différents pouvoirs. Les activités économiques sont marquées par des discontinuités de valorisation, à rebours de l’approche de l’équilibre général, qui suppose un système unifié de prix. Ces discontinuités, qui génèrent l’incertitude qualitative, traversent tout l’espace économique, depuis la monnaie, la valorisation des actifs financiers, jusqu’à celle du travail.

60Cette démarche pluraliste est cohérente avec la question de Sen : « égalité de quoi ? » et aussi avec son insistance sur la diversité humaine. Elle est également cohérente avec son refus d’un déontologisme « dur », qui supposerait que les devoirs moraux soient parfaitement unifiés, alors que nombre de situations montrent des tensions entre des devoirs contradictoires, ce qui oblige à leur évaluation, au lieu de les prendre comme des contraintes devant être aveuglément suivies.

61Les travaux institutionnalistes sur la monnaie (Aglietta & Orléan, 2002) montrent l’existence de telles incertitudes pour l’émergence de la monnaie : l’unanimité sur un étalon monétaire résulte d’une convergence mimétique sur un objet, et peut toujours être remise en cause dans les périodes d’instabilité institutionnelle. De même, Orléan (1999) a analysé la pluralité des dispositifs de valorisation des actifs boursiers, prolongeant l’analyse de Keynes sur la tension entre spéculation et entreprise. Cette analyse illustre bien la tension entre deux pouvoirs de valorisation : celui des marchés financiers et celui des entreprises. De même, pour que les marchés de biens fonctionnent, il faut au préalable un accord sur un classement des biens suivant leur qualité : soit un modèle de valorisation des biens, une convention de qualité (Eymard-Duvernay, 2004). Les différents principes de valorisation des biens ont des conséquences sur la valorisation du travail. À la fonction de production qui traite de la cohérence nécessaire entre les quantités des outputs et des inputs, dont le travail, il faudrait adjoindre une contrainte de cohérence nécessaire entre les principes de qualité de ces différents biens et du travail.

62La question de la liberté du salarié est celle de son pouvoir de valorisation. L’accent mis sur le pouvoir financier lui donne un rôle modeste, voire nul : les actionnaires déterminent la valeur des actifs immobilisés, répercutée par les managers sur le travail. Le travail est un objet d’évaluation et non un sujet de l’évaluation. Ce pourrait être une définition de l’exploitation : une ressource utilisée comme une chose, sans pouvoir politique propre. Mais le sort du travail (salarié ou non salarié) n’est pas plus enviable lorsque l’on ne reconnaît de pouvoir de valorisation qu’aux consommateurs. Est-il pensable de reconnaître au travail une capacité politique, soit un pouvoir de valorisation ? Même ceux qui soutiennent ardemment l’existence d’un statut salarial, d’un droit social protecteur ne répondraient pas forcément par l’affirmative à cette question : suivant une longue tradition de pensée, ce droit est au contraire la contrepartie, sociale, de l’infériorité politique du travailleur salarié, manifestée dans le lien de subordination.

Du calcul rationnel à la création de valeur par le travail

63Dans la théorie standard des marchés, comme dans la théorie des contrats, le travailleur est doté d’une capacité de calcul rationnel : il calcule la quantité optimale de travail qu’il vend, ou l’effort optimal qu’il déploie. Mais le bien de référence pour ce calcul est un bien de consommation : le travail est, dans cette théorie, un loisir négatif. Le travailleur n’est en aucune façon intéressé par le bien produit, et donc n’a, par rapport à ce dernier, aucune réflexivité ni liberté de choix. L’entrepreneur n’est d’ailleurs, dans ce cadre standard, pas mieux loti : comme le travailleur, il est soumis au pouvoir de valorisation du consommateur, seul acteur doté d’une capacité politique. L’entreprise est bien représentée dans cette perspective par la contrainte technique formalisée par la fonction de production. La théorie des contrats a certes « ouvert la boîte noire » de l’entreprise, mais sans changement fondamental sur le point qui nous occupe : la finalité du travail demeure exclusivement la rémunération.

64Doter le travail d’une capacité politique propre suppose d’orienter sa capacité de calcul sur le bien produit, de lui donner une liberté de valorisation de ce bien, par les institutions adéquates.

65Une première étape dans cette démarche consiste à reconnaître l’entreprise comme arène de coordination, c’est-à-dire comme fondement d’un pouvoir de valorisation. Cette orientation parcourt l’histoire de la pensée économique. De Marx à Coase et Williamson, en passant par Keynes, Chandler, Schumpeter, Galbraith, etc., se poursuit une orientation commune : fonder la dynamique du capitalisme sur l’entreprise et non sur le marché, c’est-à-dire la souveraineté du consommateur. Il importe donc d’introduire un autre pouvoir de valorisation, en tension avec celui du consommateur, celui des entreprises, ce qui introduit le pouvoir lié à la détention de capitaux, mais aussi le pouvoir lié au travail, lui-même en tension avec celui des capitalistes. On peut concevoir, en prolongeant les approches qui reconnaissent l’entreprise comme forme de coordination alternative au marché, un processus de valorisation qui soit fondé sur l’activité productive, et donc le travail : le travailleur peut être, dans certains dispositifs productifs, un entrepreneur schumpétérien, susceptible de créer de la valeur comme ce dernier, par des recombinaisons des moyens de production.

  • 1 Une formulation est développée par Aoki (1994) autour de la « coordination horizontale ».

66Au plan empirique, un exemple de cette orientation est donné par les politiques qui tentent de remédier aux défaillances de qualité inhérentes aux méthodes tayloriennes et fordiennes. L’une des voies suivies consiste à accroître le pouvoir du travailleur sur la qualité, en réduisant la division verticale du travail : raccourcissement des lignes hiérarchiques, mise en place d’unités de travail de plus petite dimension, transfert de la responsabilité de la qualité sur l’opérateur, etc. (Rot, 2006). Cette évolution traduit un double mouvement : transfert d’une partie du pouvoir de valorisation de la hiérarchie aux opérateurs, activation du pouvoir du client au sein même de la production (en particulier par les « flux tendus »)1. L’accroissement de pouvoir qui en résulte pour les opérateurs n’a rien de mécanique : les nouvelles méthodes productives peuvent simplement se traduire par une surexploitation du travail. Cela dépend des dispositifs socio-économiques et politiques mis en place.

67Comment caractériser les dispositifs socio-économiques qui équipent la capacité de valorisation du travailleur ? Ils doivent permettre une posture réflexive sur le bien produit, c’est-à-dire une liberté de choix sur ce bien, en tant que producteur et non plus consommateur. L’ensemble de l’entreprise constitue un tel dispositif, mais il faut examiner à quelles conditions il favorise la capacité de valorisation du travailleur. L’apprentissage est l’une des pièces de ces dispositifs, et en particulier l’apprentissage « double boucle » (Favereau, 1993), qui marque un changement de principe de valeur des biens produits. La qualification est également une composante essentielle des dispositifs qui équipent la capacité de valorisation du travail. Sa traduction en termes de productivité est insuffisante. Plus fondamentalement, la qualification substitue à une relation de subordination à l’autorité hiérarchique une liberté dans la décision concernant les méthodes de production.

Statut salarial et pouvoir de valorisation par le travail

68La dernière étape consiste à repérer le montage politique qui octroie un pouvoir de valorisation aux travailleurs : le statut salarial, et plus particulièrement le droit du travail.

69Le statut salarial est rattaché à un mode de valorisation (des biens et du travail) ancré dans l’activité productive. C’est bien avec le développement de la grande entreprise industrielle que le droit du travail a émergé, reformulant complètement le « louage de service » du Code civil. Mais une objection vient immédiatement. On considère, en général, que le statut salarial est une protection en contrepartie de l’état de subordination. Loin de fonder le pouvoir de valorisation du salarié, il entérinerait l’exclusivité du pouvoir productif de l’entrepreneur, le compensant par une protection sociale du salarié. Il faudrait donc montrer, à rebours de cette approche, que le statut salarial permet de « libérer » le travail, c’est-à-dire de le doter d’une autonomie dans la création de valeurs.

70Le statut salarial créerait une forme de citoyenneté ancrée dans l’activité productive, et non reportée dans le domaine social.

71Ce qui a été dit sur les dispositifs socio-économiques qui donnent une capacité de valorisation au travailleur va bien en ce sens. Le statut salarial permet de rompre le lien d’équivalence entre quantité de travail produite et rémunération, soit l’échange « synallagmatique » travail contre salaire. Il fonde ainsi l’autonomie du salarié, sa capacité d’exercer un pouvoir sur son propre travail, au lieu qu’il soit soumis aux contraintes de la production à court terme. Les possibilités de formation, de qualification sont étroitement liées au statut. La création de valeur par le travail est ainsi associée au statut de citoyenneté du travailleur. S’il ne fait que vendre un travail productif, le salarié ne peut créer de la valeur, il s’inscrit dans un processus de valorisation dirigé par d’autres (consommateur ou propriétaire des capitaux). La liberté dans le travail lui permet de se dégager des contraintes productives immédiates pour inventer de nouveaux modes productifs, créateurs de nouvelles valeurs. En général, on considère que le statut salarial reconnaît cette capacité politique du travailleur, mais sous des formes limitées. L’autonomie du salarié est recherchée hors espace productif : les prestations sociales, en rémunérant du non-travail, fondent la citoyenneté sociale du salarié.

72L’approche du droit du travail développée par Alain Supiot (1994) permet de mieux articuler, comme nous l’avons vu, statut salarial et liberté dans le travail. Le contrat de travail incorpore un statut qui manifeste la continuité de la relation salariale et l’engagement personnel du salarié dans son travail. La dimension collective du statut permet de résoudre la tension entre contrat et subordination, inhérente au salariat.

Conclusion

73Au terme de ce parcours, nous pouvons apprécier la capacité de rénovation recelée par le programme de recherche de Sen. Elle est maximale si, de l’économie du bien-être on retourne à l’économie positive. La prise en compte de la valeur de la liberté devrait transformer assez radicalement l’analyse du marché. Au lieu d’un système équilibrant de façon quasi automatique des comportements déterminés par des lois, on peut le voir comme une procédure qui dote le consommateur d’un pouvoir de valorisation, c’est-à-dire politique, dans la mesure où il concerne les fins de l’activité humaine. On perd certainement en prévisibilité du modèle, puisqu’il y a moins de déterminismes : si les consommateurs ont la possibilité de changer de goût, ce qui est bien au fondement de leur liberté, alors le résultat substantiel des interactions sur le marché est peu déterminé. La tournure scientifique prise par la modélisation économique moderne repose en grande partie sur la conversion de cette liberté en loi de comportement, c’est-à-dire son éradication. On gagne néanmoins dans la réflexion à un niveau supérieur : quels sont les acteurs qui ont la capacité de fixer les valeurs, c’est-à-dire qui sont libres, et comment résoudre les tensions entre plusieurs prétentions concurrentes à cette liberté ? Le retour à une démarche de socio-économie positive permet de donner une extension considérable aux opérations d’évaluation, au cœur de l’analyse de Sen : réservées aux évaluateurs surplombant l’espace économique, qu’ils soient des politiques ou des chercheurs, elles innervent l’ensemble de l’activité. Dès lors la tâche du chercheur est modifiée : plutôt que de perfectionner un système moral susceptible de fonder ses propres évaluations, il doit prospecter les principes et les outils qui guident celles des acteurs. Une meilleure association est ainsi réalisée avec les autres sciences sociales, ce qui n’empêche pas un dialogue nourri avec la philosophie politique.

74Nous avons fait déboucher ce renouvellement sur une meilleure prise en compte des activités productives, et en particulier du travail. S’agit-il simplement d’étendre les théories de la justice, habituellement focalisées sur la question de la distribution des biens ? On peut penser que c’est l’amorce d’une révision plus profonde de ces théories, trop marquées par un ancrage dans les approches traditionnelles du marché et ayant insuffisamment pris la mesure des transformations de l’activité économique induites par le développement du capitalisme et du lien salarial. Si l’on ne suppose plus que les biens sont déjà là, prêts à l’échange et à la distribution, alors la question de leur production devient cruciale et elle doit être au cœur d’une théorie de la justice. Il faut réarticuler théorie de la justice et théorie de la production, ce qui permet leur renouvellement. Même s’il reste très en retrait de cet objectif, le programme de Sen, moyennant des reformulations assez fortes, nous semble être un bon moyen d’ouvrir ce parcours.

75Le marché est-il bon pour les libertés ? Il n’y a pas de réponse générale à cette question, contrairement à ce que prétendent les tenants du libéralisme économique. Notre analyse débouche de façon plus pragmatique sur une exploration de différents paramètres d’un processus de libération : l’acquisition d’un espace réflexif sur les biens, l’appui sur des dispositifs socio-économiques permettant l’accès réel aux biens, et surtout l’acquisition d’un pouvoir de valorisation. L’observation précise des modes de relation sur les marchés concrets permet d’évaluer le degré de liberté dont jouissent, ou non, les différents acteurs. La liberté des travailleurs est, dans une telle perspective, problématique. Même dans les situations de faible chômage, le pouvoir de valorisation du travail est en effet prioritairement aux mains des employeurs, détenteurs des dispositifs de production, relais des consommateurs et de leurs ordres d’achats, relais également des détenteurs de capitaux et de leurs ordres d’investissements. Les marchés, des biens et financiers, équipent ces relais et le pouvoir des employeurs. Le marché du travail n’est qu’un prolongement de ce pouvoir, si bien que la notion même de marché est ici problématique. De tels marchés ne contribuent donc en rien à la liberté des salariés, au contraire, comme l’a depuis longtemps souligné la critique du libéralisme économique. La liberté des salariés prend appui sur le statut salarial, dont le droit du travail. Paradoxalement, on pourrait dire que le statut salarial est une condition d’existence du marché du travail : sans lui, il n’y a pas de salarié doté d’une capacité d’acteur, et donc pas de marché, mais simplement des employeurs exploitant des travailleurs. Ce n’est un paradoxe qu’en apparence, puisque l’on sait que le chômage lui-même n’émerge qu’avec le statut salarial (Salais, Baverez, Reynaud, 1986).

Bibliographie

Aglietta Michel & André Orlean (2002), La monnaie entre violence et confiance, Paris, Odile Jacob.

Akerlof George A. (1970), « The Market for “Lemons” : Quality Uncertainty and the Market Mechanism », Quaterly Journal of Economics, 84, 3, p. 488-500.

Aoki Masahiko (1994), « Sur certains aspects des conventions dans l’entreprise », in A. Orléan (ed.), Analyse économique des conventions, Paris, Presses universitaires de France.

Benarrosh Yolande (2006), Recevoir les chômeurs à l’ANPE. L’institution entre don et contrat, Paris, L’Harmattan.

Benetti Carlo & Jean Cartelier (1980), Marchands, salariat et capitalistes, Paris, Maspero.

Bessy Christian & François Eymard-Duvernay (eds) (1997), Les intermédiaires du marché du travail, Cahiers du Centre d’études de l’emploi, Paris, Presses universitaires de France.

Bessy Christian, Eymard-Duvernay François, de Larquier Guillemette & Emmanuelle Marchal (eds) (2001), Des marchés du travail équitables ? Une approche comparative France Royaume-Uni, Bruxelles, P.I.E.-Peter Lang.

Boltanski Luc (2002), « Nécessité et justification », Revue Économique, 53 (2), p. 275-289.

Boltanski Luc & Ève Chiapello (1999), Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard.

Boltanski Luc & Laurent Thevenot (1991), De la justification. Les économies de la grandeur, Paris, Gallimard.

Cahuc Pierre & Francis Kramarz (2006), De la précarité à la mobilité : vers une sécurité sociale professionnelle, Rapport au Ministre de l’Économie, des Finances et de l’Industrie et au Ministre de l’Emploi, du Travail et de la Cohésion Sociale.

Callon Michel (ed.) (1998), The Laws of the Markets, Londres, Blackwell Publishers.

Eymard-Duvernay François (2004), Économie politique de l’entreprise, Paris, La Découverte.

Eymard-Duvernay François (ed.) (2006), L’économie des conventions, méthodes et résultats, t. 1, Débats ; t. 2, Développements, Paris, La Découverte.

Eymard-Duvernay François & Emmanuelle Marchal (1997), Façons de recruter. Le jugement des compétences sur le marché du travail, Paris, Métailié.

Farvaque Nicolas (2006), « Conventions et institutions d’évaluation dans l’approche par les capacités de Sen : des repères pour l’action publique ? », in F. Eymard-Duvernay (ed.), L’économie des conventions, méthodes et résultats, t. 2. Développements, Paris, La Découverte.

Favereau Olivier (1993), « Règles, organisation et apprentissage collectif », in A. Orléan (ed.), Analyse économique des conventions, Paris, Presses universitaires de France.

Favereau Olivier (2004), « Trois considérations critiques sur les rapports entre l’éthique et la théorie économique », in M. Canto-Sperber (ed.), Éthiques d’aujourd’hui, Séminaire 1, Paris, Presses universitaires de France.

Garcia Marie-France (1986), « La construction sociale d’un marché parfait : le marché au cadran de Fontaines-en-Sologne », Actes de la recherche en sciences sociales, 65, p. 2-13.

Hirschman Albert O. (1986), Vers une économie politique élargie, Paris, Éditions de Minuit.

Marchal Emmanuelle & Géraldine Rieucau (2006), « Les a priori de la sélection professionnelle : une approche comparative », in F. Eymard-Duvernay (ed.), L’économie des conventions, méthodes et résultats, t. 2. Développements, Paris, La Découverte.

Mongin Philippe (2002), « Le principe de rationalité et l’unité des sciences sociales », Revue économique, 53 (2), p. 301-323.

Nussbaum Martha C. (2000), Women and Human Development. The Capabilities Approach, Cambridge, Cambridge University Press.

Orlean André (1991), « Logique walrasienne et incertitude qualitative : des travaux d’Akerlof et Stiglitz aux conventions de qualité », Économies et Sociétés, Série Economica, 14, p. 137-160.

Orlean André (1999), Le pouvoir de la finance, Paris, Odile Jacob.

Pettit Philip (2004), Républicanisme. Une théorie de la liberté et du gouvernement, Paris, Gallimard.

Pillon Thierry & François Vatin (2006), « La question salariale : actualité d’un vieux problème », in F. Vatin (ed.), Le salariat. Théorie, histoire et formes, Paris, La Dispute, p. 29-48.

Rot Gwenaële (2006), Sociologie de l’atelier. Renault, le travail ouvrier et le sociologue, Toulouse, Octares.

Salais Robert, Baverez Nicolas & Bénédicte Reynaud (1986), L’invention du chômage, Paris, Presses universitaires de France.

Salognon Marie (2005), Évaluation de la qualité du travail et chômage de longue durée, Thèse pour le doctorat en sciences économiques, Université Paris X-Nanterre.

Sen Amartya Kumar (1993a), « Des idiots rationnels. Critique de la conception du comportement dans la théorie économique », in Id., Éthique et économie, Paris, Presses universitaires de France, p. 87-116.

Sen Amartya Kumar (1993b), « Les droits et la question de l’argent », in Id., Éthique et économie, Paris, Presses universitaires de France, p. 117-158.

Sen Amartya Kumar (2000), Repenser l’inégalité, Paris, Seuil [1992].

Sen Amartya Kumar (2005), Rationalité et liberté en économie, Paris, Odile Jacob [2002].

Supiot Alain (1994), Critique du droit du travail, Paris, Presses universitaires de France.

Thevenot Laurent (1997), « Un gouvernement par les normes ; pratiques et politiques de formats d’information », in B. Conein & L. Thévenot (eds), Cognition et information en société, Paris, Éditions de l’EHESS (« Raisons Pratiques », 8), p. 205-241.

Notes

1 Une formulation est développée par Aoki (1994) autour de la « coordination horizontale ».

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search