Version classiqueVersion mobile

La liberté au prisme des capacités

 | 
Jean de Munck
, 
Bénédicte Zimmermann

Les capacités : un cadre pour l'enquête sociale

Capacités et enquête sociologique1

Bénédicte Zimmermann

Texte intégral

  • 1 Cette contribution reprend et prolonge une réflexion entamée dans « Pragmatism and the Capability A (...)
  • 1 Pour reprendre la terminologie des lignes directrices européennes.
  • 2 Les réformes Hartz offrent en Allemagne une mise en œuvre exemplaire de cette rhétorique. La respon (...)

1Dans le sillage des discours économiques sur la flexibilité, la question de la libre détermination des personnes dans la sphère de l’emploi et du travail a trouvé une actualité nouvelle. Les politiques de « modernisation »1 des États sociaux européens convoquent ainsi la « société civile » comme partenaire d’une réforme appelée à libérer l’initiative individuelle, jugée annihilée par les lourdeurs d’un État bureaucratique2, en faisant de la liberté, associée à des mots d’ordre d’activation, d’employabilité et de responsabilité individuelle, un de leurs marqueurs. Cette mise en exergue politique de la liberté trouve d’autant plus d’écho qu’elle conforte l’individualisme qualitatif érigé par Honneth (2004) en caractéristique des sociétés européennes contemporaines. Cependant, si l’on considère le contenu et la mise en œuvre des réformes déjà réalisées, force est de constater que la liberté se résume essentiellement à un principe de justification de mesures impopulaires de réduction des prestations sociales, sans que le pouvoir d’agir et la liberté individuelle des intéressés s’en trouvent accrus.

  • 3 Sur la distinction entre liberté négative et liberté positive voir Berlin (1988).

2Concrètement, ces politiques se caractérisent par une distorsion entre les coupes effectuées dans les prestations sociales et l’absence d’opportunités d’emplois – dont le niveau est autant tributaire des conditions économiques que du volontarisme politique. Or, sans opportunités, la liberté ne peut s’actualiser. Cette distorsion révèle une confusion entre deux acceptions de la liberté : une acception négative désignant l’absence d’entraves à l’action, et une acception positive requérant une capacité réelle d’action – capacité qui suppose tout à la fois l’existence d’opportunités et de moyens d’agir3. Alors que c’est essentiellement une conception négative qui préside aux politiques de flexibilité économique et de réduction des dépenses publiques au principe de la « modernisation » de l’État social, Amartya Sen (2003, p. 43 sq.) montre que ces deux dimensions sont complémentaires et leur réunion la condition de l’exercice de toute responsabilité individuelle. En l’absence de liberté positive, c’est-à-dire d’opportunités et de moyens d’agir, l’injonction politique à la responsabilité individuelle rime avec incapacité et insécurité.

  • 4 C’est moi qui souligne.
  • 5 Pour un développement, Zimmermann (2008).

3Cet ambigu statut de la liberté dans le débat politique milite en faveur de sa reconsidération sociologique dans une discipline plus volontiers tournée, dans sa tradition européenne, vers son envers, la servitude et l’aliénation, à la suite de la critique du capitalisme développée par Karl Marx. La sociologie du travail, en particulier, a privilégié le couple autonomie/aliénation par rapport à la liberté comme catégorie analytique. Si les notions d’autonomie et de liberté sont connexes, leurs rapports demeurent cependant rarement explicités comme s’il s’agissait de quasi-synonymes. Un retour sur les usages de la notion d’autonomie en sociologie du travail (Bidet, 2007) milite toutefois en faveur de leur différenciation. D’abord conceptualisée par rapport au poste de travail et aux règles prescrites, l’autonomie est aujourd’hui devenue un analyseur de l’activité de travail en tant qu’action en train de se faire (de Terssac, 1992). Ce glissement de paradigme va de pair avec une évolution des usages managériaux de la notion ; déplacements conjoints dont il conviendrait d’analyser de manière plus fine les interrelations. Contentons-nous ici de relever que, quelle que soit son acception (marge de manœuvre par rapport à des règles prescrites, capacité de prise d’initiative et d’ajustement de l’action à la situation…), l’autonomie est liée à l’acte de travail et à sa réalisation. Elle qualifie le rapport que développe une personne à son activité, la nature de cette relation dépendant à la fois des aptitudes du travailleur et des possibilités offertes par l’environnement dans lequel il évolue (type d’organisation, de management, etc.). Mais c’est bien sur le rapport entre une personne et l’acte même de travail que porte l’autonomie. Les autres dimensions de la vie professionnelle (la façon dont se dessinent les itinéraires professionnels, l’accès à la formation, à la promotion, à la mobilité, la fixation des horaires de travail, l’équilibre entre vie professionnelle et familiale, ensemble de dimensions constitutives de ce que j’appellerai le « développement professionnel ») lui échappent, alors qu’elles se laissent problématiser en termes de liberté de choix. À la différence de l’acte de travail dont l’objet et le but sont, dans un système capitaliste, fixés par l’entreprise – quand bien même le choix des moyens peut être laissé à l’autonomie des salariés –, ces derniers ont en revanche vocation, en théorie du moins, à se prononcer sur la nature et les fins de leur développement professionnel. En d’autres termes, on peut dire que, telle que conceptualisée par la sociologie, l’autonomie dans le travail porte sur le choix des moyens d’action et la façon d’atteindre un objectif défini par autrui, alors que la liberté peut être définie, avec Aron (1998, p. 183), comme « la capacité de choisir soi-même ses buts et ses moyens en fonction du contexte naturel et légal4 ». Cette distinction entre fins et moyens permet tout à la fois de rendre compte de la carrière du concept d’autonomie dans l’analyse du travail et de préciser le déplacement induit par l’introduction du concept de liberté5.

4Parce que la liberté est placée au cœur des transformations contemporaines par le discours économique et politique, en faire un objet sociologique participe du nécessaire renouvellement des sciences sociales et de la production d’outils permettant, d’une part, de déconstruire ces discours et, d’autre part, d’en analyser les effets concrets. Si l’on émet l’hypothèse que la liberté ne peut être réduite à une dimension naturelle ou contractuelle, mais est aussi un produit social qui se développe dans l’interaction entre des personnes associées à des collectifs, alors son caractère sociologique s’impose comme une évidence. Mais comment l’appréhender, tant conceptuellement qu’empiriquement ?

5L’approche par les capacités de Sen offre un point d’appui pour une telle entreprise. Initialement élaborée pour l’étude de pays en voie de développement, elle arrime le problème de la liberté à des interrogations sur le bien-être, la qualité de vie et la justice. Cette préoccupation de justice est liée à une réflexion sur les rapports entre liberté et capacité d’agir qui dote l’approche d’une portée plus générale. D’un point de vue normatif, la distribution de la liberté positive, entendue comme pouvoir effectif d’agir, fonde pour Sen un élément décisif de toute théorie de la justice ; elle est aussi un enjeu central des réformes contemporaines des États sociaux européens. D’un point de vue analytique, l’indexation de la justice sur une double acception positive et négative de la liberté définit un cadre conceptuel qui permet tout à la fois d’évaluer de manière critique les politiques de flexibilité qui se veulent aussi des politiques de la liberté – que ce soit au niveau de la réforme de l’État social ou du management des entreprises – et de prendre au sérieux les aspirations individuelles de liberté.

6Au total, l’approche par les capacités amène à reconsidérer les rapports entre efficience économique, responsabilité individuelle et équité sociale à partir de la question de la liberté. Tout en accordant une place centrale au principe de responsabilité individuelle, elle n’en fait pas pour autant un substitut de la responsabilité collective, mais déplace cette dernière de la protection des personnes vers l’égale distribution des possibles et des moyens d’agir. À ce titre, elle constitue une base stimulante pour une sociologie de la liberté entendue comme une sociologie de la capacité d’agir. Mais là où Sen cherche à mesurer l’étendue de la liberté, le sociologue aimerait aussi en comprendre les ressorts.

  • 6 Comme le développe Albert Ogien ici même, p. 81-111.

7Les sociologues se sont peu saisis de l’approche par les capacités, surtout discutée par des philosophes et des économistes. Rien de surprenant à cela. Sen est un économiste et un philosophe qui privilégie une orientation évaluative et normative6 et s’avère peu enclin à la sociologie. Par ailleurs, l’incomplétude et le caractère délibérément ouvert de son approche ont suscité des réappropriations ambivalentes, aussi bien sur le plan scientifique que politique, par des courants de pensée animés par des visées et des conceptions antinomiques, parfois au détriment de la dimension positive de la liberté. Cette ouverture et cette incomplétude déterminent à la fois la force et les limites de l’approche. Quel que soit le niveau de discussion choisi – les concepts, l’économie d’ensemble de la démarche ou sa mise en œuvre empirique –, ouvrir un dialogue sur les capacités place le sociologue dans une posture critique.

  • 7 Cette étude, menée en collaboration avec Delphine Corteel pour la France, s’insère dans un programm (...)

8C’est en partant de l’association entre liberté et capacité d’agir comme fondement d’une théorie de la justice que j’engagerai un tel dialogue. Il sera guidé par une réflexion sur les conditions d’une analyse compréhensive de la liberté et la façon de concevoir une enquête sociologique sur les capacités. Cette réflexion a été initiée à l’occasion d’une recherche empirique sur le développement professionnel des salariés en entreprise. Elle a été menée parallèlement à un travail de terrain auprès de huit entreprises françaises de la métallurgie, de la chimie et trois services municipaux de propreté7. L’approche par les capacités permet en effet de revisiter la problématique du développement professionnel, habituellement rabattue dans la veine de la littérature managériale, sur celle du développement des compétences. La démarche compétences, telle qu’elle est mise en œuvre par les entreprises, tend d’abord à satisfaire des besoins de flexibilité et d’adaptablité en vertu d’une conception essentiellement instrumentale de l’employabilité. Elle apporte une réponse à l’impératif économique de réactivité et d’ajustement en juste à temps, mais fait peu de place aux préférences et à la latitude de choix personnels, plus largement à la dynamique temporelle et sociale des parcours individuels. L’approche par les capacités, en revanche, prend en compte aussi bien ce qu’une personne est capable de faire – ses compétences – que ses préférences et les possibilités qui lui sont offertes pour développer ses compétences – à savoir les opportunités et les moyens d’agir. La distinction opérée par Gasper (2002, p. 446) entre les capacités comme compétences (skills-capabilities) et les capacités comme opportunités (opportunities-capabilities) permet ici de préciser utilement le propos. Mais il convient d’y rajouter une troisième dimension : les capacités comme droits et moyens (entitlements-capabilities) qui habilitent à l’action. En mobilisant conjointement ces trois dimensions, l’approche par les capacités associe la question de la sécurité et de la responsabilité individuelle non seulement à celle de la liberté, mais également à celles du droit et de la justice, et par conséquent du collectif. Ainsi problématisé sous l’angle des capacités, le développement professionnel des salariés implique de prendre en compte tout à la fois la latitude de choix individuel, les opportunités et leur conversion en réalisations effectives, la distribution des moyens d’agir et, enfin, la possibilité pour les salariés d’exprimer leurs préférences et de les faire valoir.

9Si l’approche par les capacités offre des éléments permettant de reformuler la question du développement professionnel, sa mise en œuvre empirique soulève cependant pour le sociologue un ensemble d’interrogations. Comment passer d’une perspective évaluative fondée sur la mesure à une perspective compréhensive ? Quelles en sont les conséquences au niveau de la conceptualisation de la liberté et des capacités ? de la méthode ? Afin de répondre à ces questions, j’engagerai dans une première partie, une discussion sur ce que je considère comme des points sociologiquement aveugles de l’approche de Sen. Partant de cette critique, j’esquisserai, dans une seconde partie, les lignes d’une problématique sociologique des capacités selon une double veine pragmatiste, inspirée par les travaux de John Dewey, et configurationnelle, nourrie des apports de Norbert Elias. La sociologie pragmatiste trouve en effet dans l’approche par les capacités des points d’accroche, tels que l’attention prêtée à l’agir et son environnement. Mais elle fait aussi valoir une autre dimension de la liberté : une dimension interactive, absente chez Sen. L’entrée par les configurations met, quant à elle, plus spécifiquement l’accent sur les différents éléments, en particulier institutionnels et temporels, qui structurent l’action sur le plus long terme et qui sont peu pris en compte par Sen. Ces déplacements soulèvent la question de la méthode d’enquête. Saisir empiriquement les capacités et la part de liberté qui les caractérise pose une série de difficultés. Sen les aborde par le biais d’une méthode quantitative. La perspective sociologique adoptée ici incline, pour sa part, à les traiter de manière qualitative. Ce glissement méthodologique est loin d’être anodin. Il n’engage pas seulement des techniques différenciées, mais aussi une façon de mener l’enquête sur les capacités et de concevoir les rapports entre science et politique. Comme l’a montré Dewey (1967), les logiques de l’enquête et de l’action sont intimement liées. À ce titre, l’évaluation de la liberté et des capacités appelle une réflexion sur les grammaires de jugement qui la déterminent, prenant en compte leurs rapports à l’action publique et la double inscription scientifique et citoyenne du chercheur.

Liberté et capacités

10L’approche par les capacités place la liberté au fondement du développement humain et de la justice sociale (Sen, 2000, p. 31-54). Elle invite à penser les questions du choix, des libertés et des inégalités conjointement par deux bouts : celui de la micro-économie (en plaçant la personne en son centre), et celui de la macro-économie (en revisitant la question de l’éthique sous-jacente à l’économie normative). Ces deux dimensions, pièces maîtresses de l’œuvre de Sen, sont au départ de cet essai de discussion sociologique.

11L’approche par les capacités porte sur la possibilité – au double sens de liberté négative et positive – qu’une personne a de réaliser ce qu’elle a de bonnes raisons de valoriser. Dans les termes de Sen (1993, p. 31),

  • 8 Contrairement au choix opéré par la plupart des traducteurs français de Sen, je traduis « functioni (...)

La capacité d’une personne correspond à l’ensemble formé par les différentes réalisations (functionings) qu’elle est en mesure d’atteindre, ensemble dans lequel une personne est à même de choisir sa vie.8 La liberté de mener différentes sortes de vie est reflétée par l’ensemble des capacités d’une personne. La capacité d’une personne dépend de nombreux facteurs qui comprennent aussi bien les caractéristiques personnelles que l’organisation sociale. (Ibid., p. 33)

12En d’autres termes, les capacités désignent l’ensemble des façons d’être et d’agir qui sont potentiellement accessibles à une personne, qu’elle les exerce ou non. Sen (2000, p. 55 sq.) souligne ici l’importance de la distinction entre les accomplissements et la liberté d’accomplir. La liberté, comprise comme l’étendue des choix qu’une personne a dans une situation donnée, est au principe de son approche. Cela signifie que la finalité de la liberté ne réside pas en elle-même, mais dans la capacité comme pouvoir de valorisation et de réalisation de ses propres fins. Cela signifie encore que les capacités sont orientées en valeur. La liberté d’accomplir et l’orientation en valeur déterminent les deux principaux axes de la critique de l’utilitarisme et de la théorie du choix rationnel développée par Sen.

Des résonances pragmatistes

13Sans entrer dans cette critique, je me contenterai d’en souligner les principales conséquences. Là où l’utilitarisme conçoit l’action sous l’angle de la satisfaction des désirs et de l’intérêt personnel, Sen pointe le rôle des valeurs, de l’environnement, des habitudes et des préférences multiples. À travers l’exemple des préférences adaptatives, il montre que la seule satisfaction des désirs ne peut constituer un étalon de mesure du bien-être. Dans des cas de privations durables, les personnes tendent à se résigner et à perdre leur aptitude à exprimer des désirs autres que ceux qui peuvent avoir des chances d’être satisfaits dans la situation qui est la leur (Sen, 2000, p. 85-86). À la différence de l’utilitarisme, l’approche par les capacités ne limite pas la base d’évaluation du bien-être aux seuls accomplissements désirés, elle englobe la liberté de les concevoir et les réaliser, ouvrant ainsi l’analyse à la question des possibles et des moyens de leur actualisation dans une situation donnée (Sen, 2002a, p. 45). Ce faisant, Sen considère l’individu comme une personne qui est à même de savoir ce qui est bon pour elle, de poursuivre des objectifs spécifiques, de concevoir des buts et d’opérer des choix. En ce sens, il ne renonce pas à la théorie de l’acteur rationnel, mais en dénonce une conception trop restreinte, dans la filiation utilitariste, à la satisfaction de désirs égoïstes (ibid., p. 115). En d’autres termes, il conçoit l’action non seulement à travers la raison, mais également les croyances, la compassion et l’émotion, adhérant à ce qu’il appelle « un sens faible de la rationalité » (ibid., p. 114).

14Sen envisage la personne essentiellement sous l’angle de sa capacité d’action. C’est de sa qualité d’acteur que dépend l’étendue effective de sa liberté. Cette qualité n’est pas seulement liée à des aptitudes ou des compétences personnelles, elle est tributaire aussi des opportunités disponibles dans un environnement donné et des moyens accessibles pour les transformer en accomplissements. La conversion des opportunités et des ressources en réalisations effectives est au cœur de l’approche par les capacités. Les ressources y sont envisagées au sens large, non seulement monétaire, mais aussi juridique (les droits), social et symbolique (au sens de capital social et culturel). Cette distinction entre ressources et réalisations est un élément décisif qui différencie l’approche par les capacités des théories de la justice fondées sur les ressources.

15Ainsi, tout en s’appuyant sur la théorie de la justice comme équité développée par John Rawls et notamment sa critique de l’utilitarisme (1997), Sen propose de la prolonger par la prise en compte de la liberté réelle qu’ont les personnes de mener la vie qu’elles valorisent (Sen, 2002a, p. 215 sq.). Sa critique de Rawls s’articule autour de deux lignes principales. Premièrement, alors que Rawls fonde l’évaluation du bien-être sur les biens premiers, Sen propose de la baser sur la liberté d’accomplir, montrant que les biens premiers, ou les ressources, ne sont qu’un moyen de la liberté. Deuxièmement, et en conséquence, là où Rawls construit sa théorie de la justice sur l’égale distribution des biens premiers, Sen (2000, p. 122) pose la question de la conversion de ces biens en accomplissements, introduisant des facteurs d’inégalité liés entre autres à l’âge, au genre, à l’hérédité, la santé, l’ethnie, l’environnement :

Dans l’évaluation de la justice fondée sur la capacité, les revendications des individus ne doivent pas être jugées en fonction des ressources ou des biens premiers qu’ils détiennent respectivement, mais de la liberté dont ils jouissent réellement de choisir la vie qu’ils ont des raisons de valoriser.
L’égalité de la répartition des biens premiers ne peut pas créer l’égalité dans la liberté d’œuvrer à la réalisation de nos objectifs. Il faut prendre en compte les variations interpersonnelles dans la conversion des biens premiers (et plus généralement des ressources) en capacité de poursuivre ses fins. (Ibid., p. 130)

16En somme, là où Rawls aborde la diversité humaine sous l’angle de la diversité des fins et des objectifs, Sen met l’accent sur les variations interpersonnelles de la relation entre ressources et liberté, montrant que ces variations dépendent, certes, des fins individuelles, mais aussi des possibilités de convertir dans une situation donnée les biens premiers en capacités à poursuivre ses propres fins. Une distribution égale de biens premiers peut déboucher sur des réalisations très différentes, non seulement en fonction des personnes, mais également de leur environnement.

17Au total, Sen préconise trois déplacements par rapport à la théorie de la justice de Rawls : des moyens de la liberté à son étendue, des biens premiers vers les réalisations effectives, enfin de la pluralité des fins personnelles vers la pluralité des capacités à convertir les ressources en accomplissements (Sen, 1982, p. 353-369). La notion de conversion est centrale dans ces trois glissements, mais Sen n’en propose aucune spécification. On doit à Robeyns (2005, p. 99), un essai de clarification en la matière : d’ordre personnel, social ou environnemental, les facteurs de conversion renvoient à des aptitudes, des droits ou encore à des conditions sociales et climatiques. Ils dépendent aussi bien des personnes que de leur environnement. À charge de l’enquête de les identifier dans chaque cas particulier.

  • 9 Sur ce point, voir le rapprochement opéré par Putnam (2004) entre Dewey et Sen.

18Cette insistance sur l’environnement et les contraintes propres qu’il fait peser sur l’action par rapport aux seules fins personnelles distingue l’approche par les capacités tant de l’utilitarisme que des théories ressourcistes de la justice. Elle constitue aussi un point d’accroche pour le sociologue. Plus largement, la critique de l’utilitarisme, le déplacement de focale de l’individu vers la personne et sa capacité d’agir, la prise en compte de l’environnement dans cette capacité, le dépassement de la dichotomie entre les faits et les valeurs9, de même que l’articulation entre la connaissance et l’action ont d’indéniables résonances pragmatistes. Comme Dewey (1981), Sen fait de la capacité d’agir et de la liberté des notions analytiquement connexes qu’il place au cœur de son approche. Si le sociologue trouve dans ces différents éléments un terrain familier, cette veine pragmatiste n’est toutefois ni revendiquée ni approfondie par Sen lui-même. Dès lors, jusqu’à quel point est-il possible de développer une lecture pragmatiste de l’approche par les capacités ? Je tenterai de répondre à cette question en confrontant le sens et les usages des notions communes à la Capability Approach de Sen et au pragmatisme de Dewey. Une telle lecture croisée permettra d’identifier à la fois les limites et les prolongements sociologiques possibles de l’approche par les capacités.

L’incomplétude sociologique

19La prise en compte de l’individu comme une personne singulière mue par des objectifs, des préférences et des valeurs, l’attention prêtée à sa capacité d’action dans un environnement donné, l’insistance sur la pluralité, de même que l’étendue de la liberté comme base d’évaluation du bien-être désignent de prime abord l’action située comme entité d’observation pertinente. Ce constat appelle à approfondir le sens donné par Sen aux notions de personne, d’acteur et d’environnement. Au fondement d’une théorie de l’enquête chez Dewey, ces concepts demeurent chez Sen à l’état de principes généraux et rares sont, dans la tradition de l’approche par les capacités, les études empiriques à avoir adopté une focale réglée sur la situation comme unité d’observation.

De l’humain et de sa position

20Sen développe pourtant une posture épistémologique forte dans son plaidoyer pour une « objectivité positionnelle » (positional objectivity). Étayant une critique à la fois du positivisme et du relativisme, l’objectivité positionnelle dénonce l’illusion d’une objectivité définie par son invariance par rapport à l’observateur (Sen, 2002b, p. 464). Elle signifie que l’observation est inévitablement tributaire de la position de l’observateur et du point de vue adopté sur l’objet, que ce point de vue soit déterminé par une inscription disciplinaire, culturelle, politique ou autre. La réflexivité de l’observateur et son aptitude à expliciter la position qui est la sienne deviennent dès lors des données fondamentales de l’enquête. Sen en fait la condition d’une analyse « transpositions », seule à même de sortir des impasses du relativisme à travers la confrontation et la synthèse qu’elle autorise entre des observations faites depuis des perspectives différentes (ibid., p. 467).

21La ligne épistémologique tracée par Sen dans « Positional Objectivity » donne sens à l’incomplétude normative et méthodologique de l’ensemble de son approche qu’il veut accessible à une multiplicité de positions différentes. Cette ligne permet aussi d’éclairer, par extrapolation, la façon dont il conçoit la personne et l’action : positionnées, au même titre que le chercheur et l’observation. Ainsi, par analogie avec l’« objectivité positionnelle », on peut parler chez Sen d’« action positionnée » – bien qu’il n’ait jamais lui-même utilisé une telle expression – là où la sociologie pragmatiste recourt à la notion d’action située. Ce point, essentiel pour cerner les limites sociologiques de son approche, incite à creuser davantage son acception de la position.

22Tel que l’entend Sen, l’environnement est d’ordre structurel. Il est donné et s’impose aux acteurs. Il constitue le cadre par rapport auquel se définissent les positions personnelles sur des échelles de variables mesurables telles que la zone géographique, le système politique, le groupe social, l’âge, le genre etc. Figées, ces positions contraignent les fins personnelles par des conditions qui échappent à la volonté individuelle. Elles saisissent la personne à travers un ensemble fini d’attributs sur lesquels celle-ci n’a pas prise. De ces ensembles résultent des capacités d’action différenciées. C’est en ce sens que l’on peut parler chez Sen d’action positionnée. Mais la qualification de cette position se limite à quelques grandes variables au fondement de la diversité humaine, auxquelles se réduit in fine l’analyse des ingrédients de la capacité d’action des personnes.

Position versus situation

  • 10 Indépendamment de la critique de la théorie de l’action rationnelle qu’il formule dans « Des idiots (...)

23Comme l’a fait remarquer Des Gasper (2002, p. 451), le couple acteur/action souffre chez Sen d’une inconsistance sociologique qui peut surprendre au regard de l’ambition générale de son propos. Alors que Sen postule la capacité des acteurs à opérer des choix et à prendre des décisions qu’ils valorisent, il ignore la structuration et l’accessibilité sociales des capacités et des supports collectifs nécessaires à de telles décisions. Bien qu’il place les personnes et leur diversité au cœur de son analyse, sa conception de la personne se réduit, in fine, à un être rationnel capable d’opérer les choix qu’il valorise10. Quand bien même sa socialité est postulée, la personne demeure à l’état de concept général et abstrait qui sert d’abord de repoussoir à l’utilitarisme. La question décisive demeure pour Sen « Égalité de quoi ? » (2000, p. 31), à laquelle le sociologue ne peut s’empêcher d’ajouter : « Égalité de qui ? » Cette seconde interrogation s’avère tout aussi décisive que la première en matière de justice et d’action publique, en ce qu’elle préside aux logiques de ciblage, de mise en équivalence et de délimitation catégorielle. Son inexistence, au mieux son rabat sur des effets de position, suggère l’inachèvement du déplacement de l’individu générique vers la personne singulière au fondement de l’approche par les capacités. Certes, on peut considérer que le propos de Sen vise à réhabiliter l’humain en économie et qu’à ce titre une conception générique de l’homme, spécifiée par de grandes variables, suffit. Cependant la nature des questions qu’il pose, en particulier celle de la capacité d’action et de l’exercice de la liberté et l’abord empirique qu’il préconise peuvent faire fi de la dimension sociale des capacités. L’humain générique auquel se réfère Sen ne peut en ces matières se substituer à l’être social situé. Complémentaires, ces deux dimensions ne se recouvrent pas. Éluder la structuration sociale des capacités signifie une réduction analytique et un risque d’aveuglement politique lorsque l’approche se veut tournée vers l’action publique.

24D’un point de vue sociologique, la réduction analytique est patente si l’on compare le sens respectivement donné à l’environnement par Sen et par Dewey (1967, p. 83 sq.). Là où Sen associe de manière statique environnement et position, Dewey couple de manière dynamique environnement et situation. L’environnement ne se réduit pas, pour ce dernier, à un cadre structurel, mais constitue la condition même de l’exercice des capacités et de leur développement. Dewey lie de manière intrinsèque environnement, expérience et interactions en définissant l’action comme le produit de l’interaction entre un organisme et un environnement. Alors que les capacités sont associées par Sen à des positions stables, Dewey les inscrit dans une dynamique des situations. Un tel abord par les situations n’exclut pas la prise en compte des effets de position, mais il met au premier plan les interactions entre une personne et son environnement (aussi bien humain et physique, matériel qu’immatériel). Absente chez Sen, cette dimension interactive a des incidences non seulement sur la conception de l’environnement et de la personne, mais également de l’action. La capacité d’action n’est alors plus seulement déterminée par une position, elle est aussi susceptible de se modifier dans l’action, tout comme l’environnement est susceptible d’être affecté et modifié par le cours de cette dernière.

25Je relèverai au moins deux conséquences de cette conceptualisation alternative de l’environnement et de son rapport à l’action. Premièrement, il en résulte un déplacement d’accent de la position vers la situation pour saisir empiriquement la capacité d’action des personnes. Lorsque l’environnement n’est plus réduit à des éléments immuables, il devient possible de poser la question des opportunités et de la liberté de choix de manière située. Si l’on considère l’environnement au sens large, façonné autant par des institutions, des dispositifs, des personnes que des objets, un tel déplacement de la position vers la situation amène à articuler les niveaux macro et micro d’analyse. Il signifie le glissement d’une approche statique vers une dynamique des situations attentive à l’ajustement temporel des capacités. Ensuite, une acception interactive des capacités pose la question des relations de pouvoir, inexistantes chez Sen. En d’autres termes, l’attention aux interactions et aux situations permet d’opérer au niveau empirique le passage de l’humain générique aux personnes singulières et ainsi de donner une consistance sociale à la capacité d’action. C’est autour de ces lignes que se conçoit la conceptualisation sociologique des capacités développée ci-après.

Le primat de la quantification

  • 11 Martha Nussbaum (2000) a tenté de développer une approche qualitative des capacités à travers l’ana (...)

26Lorsque Sen passe des concepts à l’empirie, c’est au moyen d’une méthode quantitative qui évalue le bien-être individuel à travers la mesure du bien-être social agrégé, en vertu du postulat selon lequel ce dernier est une fonction du premier. Les personnes et l’environnement y sont associés à des données stables et quantifiables11. Il en résulte une double réduction empirique, conditionnée d’une part par le présupposé de stabilité, d’autre part par l’impératif de quantification. En conséquence, la comparaison interpersonnelle est limitée à la comparaison entre des groupes humains, appréhendés en fonction d’une série de variables génériques d’ordre physique (l’âge, le genre, le handicap, la région géographique etc.) au détriment de l’hétérogénéité sociale des personnes et de la structuration sociale des espaces d’opportunités, déterminantes pour toute sociologie des capacités.

27Comme l’a, en outre, montré Nicolas Farvaque (2005), les sources statistiques utilisées sont généralement de seconde main, rarement produites pour les besoins spécifiques de l’enquête, ce qui n’est pas sans poser problème pour une approche qui s’intéresse aux choix qu’opèrent les personnes et aux valeurs qui les fondent. Que peut dire une telle méthode agrégée, mobilisant des données produites indépendamment de l’enquête, de la pluralité des combinaisons possibles entre l’accès aux opportunités, les facteurs de conversion d’ordre personnel et collectif et la capacité de choisir et d’agir qui en résulte ? Comment saisir les déterminants de la latitude de choix individuel et recomposer l’espace des possibles à un tel niveau de généralité ? Il y a là une tension entre la valorisation de la pluralité d’une part et l’absence de prise en compte des singularités constitutives de cette pluralité d’autre part. En dépit de la place centrale accordée à la personne, la pluralité n’est pas ancrée chez Sen dans la singularité des itinéraires individuels, mais dans un nombre limité de variables génériques statistiquement mesurables. Cette distorsion entre, d’un côté, la nature des questions posées et, de l’autre, un traitement empirique qui en réduit considérablement la portée crée un hiatus entre description et interprétation. La description, entendue comme évaluation chiffrée, repose sur des données exogènes produites indépendamment du cadre analytique, là où l’enquête compréhensive favorise l’ajustement réciproque entre la production des données et le cadre interprétatif.

Mener l’enquête sur les capacités

28Ainsi, en dépit de l’intérêt qu’il peut trouver dans les propositions de Sen, le sociologue qui souhaite mener une enquête sur les capacités est confronté à deux difficultés : l’une d’ordre conceptuel, l’autre d’ordre méthodologique. La première est liée à la conceptualisation de la liberté, la seconde à sa saisie empirique. Envisagées du point de vue de l’enquête, ces deux dimensions ne se laissent pas concevoir indépendamment l’une de l’autre.

La liberté comme processus

29Bien que Sen rejoigne les philosophes pragmatistes dans leur critique de l’épistémologie positiviste, il n’en tire pas les mêmes conséquences. Comme l’a montré Herbert Blumer (1998), pour Dewey et Mead le rejet de l’épistémologie positiviste va de pair avec, d’une part, une analyse compréhensive de la relation entre l’acteur et son environnement, d’autre part, une méthodologie adéquate, qualitative et ethnographique, à même de saisir l’agir comme interaction en situation. Dans l’épistémologie pragmatiste qu’ils esquissent comme alternative, le sens se forge dans l’interaction qui façonne l’action humaine, de sorte que la liberté ne peut être conçue uniquement de manière substantielle et quantitative, indépendamment des interactions qui la structurent et lui donnent sens.

  • 12 Sur ce dernier point, voir Jean-Michel Bonvin, ici même, p. 237-261.

30La façon dont Dewey (1981, p. 666-682) et, avant lui, Simmel ont défini la liberté comme un processus relationnel est ici déterminante. Pour Simmel (1999, p. 110), la liberté désigne d’abord un « mode particulier de relation à l’entourage », un « processus permanent de libération », « un combat qu’il faut livrer à nouveau après chaque victoire » (ibid., p. 111). Parce que « le sujet est lié par les autres, et lie les autres » (ibid., p. 112), la liberté se caractérise par l’ambivalence. Elle ne peut être analysée indépendamment de la subordination et de la domination (ibid., p. 239), de la capacité de s’exprimer et faire valoir son point de vue12. « Pour l’homme social, la liberté n’est ni un état donné d’emblée, allant de soi, ni un bien acquis une fois pour toutes, une possession ferme, pour ainsi dire substantielle. » (Ibid., p. 110). « La liberté n’est pas un être solipsiste, c’est un faire sociologique, ce n’est pas un état réduit au sujet unique, mais une relation, même si on la considère du point de vue de ce seul sujet. » (Ibid., p. 111).

31Si l’on suit Simmel, la liberté n’est pas un état mais un processus interactif qui se déploie dans une relation de pouvoir. Loin de prendre la forme d’une condition stable, elle s’actualise dans l’agir. Par conséquent les capacités ne posent pas seulement une question de liberté de choix et d’aptitude à convertir les opportunités en réalisations effectives, elles soulèvent aussi le problème de leur production et de leur transformation dans le temps. Tout comme l’action située chez Dewey, la perspective relationnelle de Simmel plaide en faveur d’un déplacement d’accent d’une approche statique de la liberté, centrée sur l’acteur, vers une approche dynamique, centrée sur l’agir. La capacité effective d’agir (ce qu’une personne peut et est à même de faire) dans une situation donnée devient alors l’objet de l’enquête. Elle mobilise un sens actif de la liberté fondé sur un rapport interactif entre acteur et environnement. Dans une telle acception de la liberté, le pouvoir ne renvoie pas seulement à l’action, à ce qu’une personne peut (c’est le sens du pouvoir retenu par Sen), mais également aux rapports de force qui façonnent la capacité d’agir.

Interactions et temporalités

32Le caractère processuel de la liberté ne se limite pas à sa dimension interactive, il se déploie également dans le temps. Il appelle le développement d’une perspective temporelle à même d’appréhender la transformation des configurations d’action. Un tel abord configurationnel intègre les différents éléments qui modulent les capacités individuelles, mais ne sont pas directement observables dans le présent de l’action. Variés, ces éléments peuvent infléchir les capacités aussi bien par leur absence que par leur présence. Ils renvoient aux données environnementales du pragmatisme, mais sont, par-delà la logique singulière des situations, appréhendés à un autre niveau : les uns par rapport aux autres en fonction de leurs exigences propres, leurs interdépendances et leur évolution dans le temps, déplaçant ainsi l’accent vers la structuration collective et temporelle des capacités (Elias, 1971, p. 139-150).

  • 13 La notion de prise est empruntée à Francis Chateauraynaud. Pour une élaboration conceptuelle, Chate (...)

33Tout comme le pragmatisme, l’approche configurationnelle renonce à une conception substantielle de la liberté au profit d’une conception relationnelle. Elle accorde une place privilégiée au temps dans l’étude des relations sociales et déploie une analyse processuelle qui interroge la dynamique temporelle et changeante des interactions. En ce sens, elle complète doublement l’approche pragmatiste : d’une part, en intégrant l’analyse des situations d’action dans des configurations plus larges, d’autre part en ouvrant l’analyse aux processus de long terme et, ce faisant, à la compréhension du changement. L’association de ces deux abords, pragmatiste et configurationnel, enrichit considérablement l’analyse à travers les variations et les croisements d’échelles qu’elle suscite. Contrant le relativisme d’une perspective strictement interactionniste, elle intègre comme objet d’étude à part entière les éléments (institutionnels, organisationnels etc.) qui, sur le long et le moyen terme, façonnent des positions et des possibilités de prise sur l’environnement13. Ce faisant, elle reconnaît aussi, par-delà les interactions, une consistance propre au sujet qui peut se manifester dans la façon dont il se rapporte aux choses et aux autres, opère des choix et s’inscrit dans des temporalités, ou encore dans l’affirmation d’une liberté intérieure qui cherche à se libérer des contingences interactionnelles.

34Mais à l’instar des interactions, le temps est étranger à la conception de la liberté développée par Sen. Bien qu’il opère une distinction entre liberté comme opportunité et liberté comme processus, il n’associe pas l’idée de processus à une dynamique temporelle, mais au fait de pouvoir choisir, possibilité dont il fait, aux côtés des opportunités, une dimension à part entière de la liberté.

Nous sommes, bien entendu, intéressés par les accomplissements tels que vivre dans l’aisance, être créatif, se réaliser ou être heureux, mais nous pouvons aussi valoriser le fait d’être en mesure de choisir librement, ou de ne pas subir d’interférences de la part des autres sur la façon dont nous vivons. (Sen, 2002c, p. 623)

  • 14 Voir sur ce point également la contribution de Jean De Munck, ici même, p. 21-49.

35Ainsi la notion de processus désigne le déplacement de la base d’évaluation du bien-être des seuls accomplissements vers la liberté de choix. Centrale, elle contribue à l’originalité même de l’approche, mais, curieusement, à aucun moment Sen ne tire les conséquences phénoménologiques et empiriques d’une conception processuelle de la liberté, ni en termes temporels, ni en termes relationnels. Lorsqu’il en propose une spécification, il associe le processus à des droits, des règles, des procédures permettant d’assurer la liberté de choix des personnes (ibid., p. 633 et sq.), autant d’éléments sur lesquels il base l’évaluation de l’étendue de la liberté. Cette orientation évaluative fondée sur la mesure est la marque de son approche14. Elle en définit la cohérence et donne un sens particulier aux notions qu’il mobilise au détriment d’autres sens et, par conséquent, d’autres lignes d’investigation possibles. La fabrique des capacités – leur constitution et leur évolution au fil du temps et des interactions – n’en relève pas.

  • 15 Voir sur ce point le numéro spécial du Journal of Economic Methodology, consacré à « Identities and (...)

36L’introduction d’une dimension temporelle marque ici la différence entre une approche évaluative statique – fondée sur l’évaluation de ce qui existe, privilégiée par Sen – et une approche dynamique des capacités. Certes on peut objecter que, centrée sur les comparaisons interpersonnelles, l’approche de Sen permet de mettre en évidence l’impact contrasté de différents environnements sur les capacités des personnes et, ainsi, de penser la dynamique à travers les problèmes posés par la transformation d’une statique dans une autre. Mais Sen n’a pas théorisé les méthodes nécessaires pour penser une telle transmutation des environnements, encore moins pour saisir l’évolution des capacités au niveau de l’acteur situé15. D’un point de vue sociologique, l’idée de dynamique intègre autant le passé, les séquences antérieures et leurs effets de marquage du présent, que le futur et les potentialités en devenir. Considérer la personne et sa capacité d’action non seulement à partir d’une coupe effectuée à un moment donné, mais en tenant compte de son itinéraire passé et de son devenir, détermine alors la ligne d’enquête. Une telle ligne place les parcours biographiques et les moments de transition ou de bifurcation au premier plan. Par-delà les différences interpersonnelles, elle identifie dans un même itinéraire biographique l’évolution de la façon dont des attentes personnelles rencontrent ou non les conditions de leur réalisation (en termes d’opportunités, mais également de ressources). De même, elle prend en compte la manière dont les opérateurs de conversion varient non seulement d’une personne à une autre, en fonction d’effets de genre, d’âge, de qualification ou de position, mais également pour une même personne en fonction des différents temps de sa vie professionnelle et privée. Dans une telle perspective, le développement professionnel renvoie à la fois aux opportunités et aux aptitudes à se mouvoir d’une position vers une autre (à l’intérieur et à l’extérieur de l’entreprise, dans et hors du monde du travail), mais également aux moyens collectifs (formation et maintien du revenu, aménagement du temps de travail, dispositifs de garde d’enfants etc.) permettant d’opter librement pour la mobilité et de la réaliser. Il désigne la façon dont la capacité d’agir se construit dans le temps à l’intersection entre ces différentes composantes.

37Si l’on peut concevoir de cantonner l’analyse de l’agir au présent de l’action, l’attention prêtée à la capacité d’agir déplace l’accent sur ce qui rend l’action possible. La capacité d’agir ne peut être saisie indépendamment des différents éléments qui la configurent ; le temps en est une pièce d’autant plus importante qu’il joue sur l’agencement des autres éléments. D’ailleurs, l’expression même de « développement humain » retenue par Sen n’implique-t-elle pas en soi l’idée d’une dynamique temporelle ?

De la difficulté empirique de saisir la liberté

  • 16 La notion de ressource est entendue ici au sens large, collectif et individuel, qui dépasse la seul (...)

38Une fois opérée cette spécification sociologique des concepts de liberté et de capacité, la difficulté du passage à l’enquête empirique reste entière. Les capacités recouvrent une multitude de dimensions : des opportunités, mais également des ressources16 et des réalisations (ce que Sen appelle des façons d’être et de faire), des préférences et des latitudes de choix individuel, enfin des opérateurs de conversion qui permettent de transformer les opportunités en réalisations effectives. L’espace d’investigation défini par ces différents éléments est large. C’est là une première difficulté. Elle place les capacités au carrefour de plusieurs lignes d’enquête qui intègrent aussi bien les dispositifs institutionnels régulant un champ donné que la façon dont l’agir se déploie dans l’interaction avec un environnement complexe dont ces dispositifs ne sont qu’un élément. Mais la difficulté la plus importante réside sans doute dans la saisie empirique de la liberté et des opportunités de choix confrontant le chercheur au statut épistémologique des possibles et de leur accessibilité.

  • 17 Comme l’a souligné Dewey, l’inobservabilité est une qualité de l’objet d’étude qui ne dépend pas de (...)

39Une première solution consiste à partir des réalisations et de reconstituer a posteriori l’espace des choix possibles dans le cours de l’action. Parce qu’il est plus facile d’obtenir des informations sur les réalisations que les capacités, Sen (2000, p. 82) en conclut lui-même à la nécessité d’un compromis méthodologique : « [En pratique], on pourrait avoir assez souvent à se contenter de relier le bien-être aux fonctionnements accomplis – et observés – au lieu d’essayer d’introduire l’ensemble capabilité. » Les capacités sont, dans ce cas, déduites par le chercheur des réalisations observées. En outre, comme le précise Sen, il est plus facile d’observer l’absence de capacités à travers les manques et les privations qu’elles génèrent que l’étendue des capacités existantes. On se heurte là aux limites épistémologiques de l’observabilité des opportunités et des possibles qui restent de l’ordre du virtuel tant qu’ils ne sont pas soumis à l’épreuve de leur actualisation. Certains verront dans les probabilités le seul moyen de relever ce défi méthodologique (Granger, 1995, p. 35-45). Certes, ces dernières permettent d’évaluer des possibles et les chances de leur actualisation, mais elles ne donnent accès ni aux options que valorisent les personnes dans des situations changeantes, ni à la multiplicité des facteurs de conversion qui, en fonction des personnes et de leur environnement, transforment un possible en une réalisation effective. Que peuvent dire les probabilités de la capacité effective d’agir d’une personne dans une situation donnée ? Au regard de la problématique sociologique des capacités précédemment esquissée, la solution qu’elles proposent est tout aussi insatisfaisante que la mesure des réalisations avancée par Sen17.

  • 18 On pourra objecter que même dans le cas de l’observation participante, l’ensemble des possibles qui (...)

40L’appui sur l’ordre grammatical des mondes possibles développé par Wittgenstein (1964) permet ici utilement d’enrichir le débat méthodologique. Si l’on considère avec lui que le possible renvoie à un ordre modal et grammatical, l’information sur les options possibles devient accessible à travers les discours, les récits biographiques et le raisonnement contre-factuel. Comme alternative à une méthode probabiliste d’évaluation des possibles ou quantitative de mesure des réalisations, peut alors s’esquisser une méthode compréhensive, dont la base d’observation ne se cantonne ni aux possibles, ni aux réalisations, mais porte sur des moments de mise à l’épreuve des capacités, dans lesquels s’actualisent et se redistribuent leurs composantes. Cela suppose d’identifier au préalable, en fonction de l’objet d’étude, la nature de ces moments. Mais l’analyse compréhensive du discours n’est pas davantage à l’abri du biais d’une reconstruction a posteriori – cette fois autant par la personne interviewée que par le chercheur – et de l’illusion rétrospective, que l’approche quantitative fondée sur le chiffre. Il convient en outre de distinguer les possibles, tels qu’ils apparaissent aux acteurs dans les moments d’épreuve, et les possibles, tels qu’ils apparaissent à l’observateur dans la mise en récit de ces épreuves. Ces deux modes d’inférence des possibles engagent des temporalités et une réflexivité différentes qui peuvent induire d’importants décalages. L’observation ethnographique que Blumer (1998, p. 46) qualifie d’approche « naturaliste », en raison de l’immersion dans le monde des acteurs qu’elle implique, est sans doute la mieux à même de minimiser et de contrôler ces décalages18. Cependant l’investissement requis par le travail ethnographique ne permet pas d’en faire une méthode d’enquête à grande échelle et conduit souvent à opter, faute de mieux, pour une méthode qualitative conjuguant analyse du discours et observation ponctuelle.

  • 19 Pour une mise en œuvre empirique, voir Corteel & Zimmermann (2007).

41Les considérations précédentes amènent, tout du moins dans le domaine des recherches sur le travail, à centrer l’enquête sur les parcours biographiques et les moments de mise à l’épreuve des capacités en croisant dimensions institutionnelles, organisationnelles et biographiques. Si l’on reprend l’exemple du développement professionnel, une première ligne d’enquête concerne les données institutionnelles (conventions collectives, législation etc.) qui pèsent de l’extérieur sur les parcours possibles à l’intérieur d’une entreprise. Une deuxième ligne porte, à l’échelle de chaque entreprise, sur les données organisationnelles qui délimitent un environnement (intégrant les produits, l’organisation du travail et la politique des ressources humaines) et façonnent les moments clés susceptibles de constituer des tournants dans les parcours individuels tels que le recrutement, la formation continue, la promotion et la mobilité professionnelle. Il en découle opportunités et supports collectifs internes qui contribuent à structurer les parcours individuels. Enfin, une troisième ligne d’investigation, au plus près des personnes, s’appuie sur l’analyse de récits biographiques. Une telle perspective biographique décentre l’analyse par rapport au strict cadre de l’entreprise. Elle donne accès aux préférences des personnes à un moment particulier de leur vie et à la façon dont elles identifient l’impact des données institutionnelles, organisationnelles et biographiques sur leur propre parcours19.

  • 20 La notion d’épreuve est entendue ici au double sens étymologique de ce qui permet de conférer une v (...)

42Croiser ces trois dimensions permet de dessiner un faisceau de ressources et de contraintes, de possibilités et d’opportunités, mais également d’impossibilités, dont on cherche à évaluer les effets sur les capacités des personnes. Les bifurcations de parcours, d’une part, les conditions d’accès aux ressources dans ces moments clés, d’autre part, constituent des axes structurants de l’analyse. Les tournants biographiques sont un révélateur des espaces d’opportunités, mais également des contraintes et des ressources collectives qui contribuent à façonner les parcours individuels. Les conditions d’accès cristallisent, quant à elles, les interactions entre données personnelles, organisationnelles et institutionnelles qui façonnent les épreuves décisives dans ces moments de passage20.

43Certes on pourra objecter qu’aussi fine soit-elle, l’analyse de quelques cas singuliers ne répond pas au besoin de généralité de l’action publique. Cette objection pose une question importante qu’on ne peut éluder : comment sortir, dans les conditions d’analyse qui viennent d’être exposées, des singularités de parcours pour dégager des régularités ? La reconstruction d’une approche quantitative qui se grefferait, en deuxième ligne, sur l’enquête qualitative est à ce stade indispensable. En matière de définition de ce que pourrait être une politique des capacités, l’enquête qualitative ne se suffit pas plus à elle-même que l’usage des chiffres. Mais s’en priver, comme y incline l’approche par les capacités d’Amartya Sen, induit une perte considérable dans la prise en compte de la complexité des faits sociaux et du caractère interactif de leurs composantes. Les deux méthodes prodiguent des bases d’information complémentaires. L’approche qualitative permet d’identifier et de définir les différents aspects d’un problème, ses points saillants, en bref d’apporter des éléments de compréhension indispensables au débat public et à la production statistique, ce que les professionnels du chiffre et de la quantification tendent trop à négliger, comme le montre Robert Salais dans ce volume à travers l’exemple de la fabrication de la politique européenne de l’emploi.

Conclusion

  • 21 Les contributions d’Albert Ogien, ici même, p. 81-111, et de Robert Salais (ibid., p. 297-329) abor (...)
  • 22 Rappelons que cette approche est née dans le cadre d’études sur des pays en voie de développement, (...)

44Au total, cet essai de problématisation sociologique introduit trois ruptures avec la perspective liminaire de Sen. La première se situe sur un plan conceptuel et va dans le sens d’un redéploiement sociologique des concepts d’environnement, de liberté et de processus. La deuxième porte sur la statique de l’évaluation de l’existant privilégiée par Sen au profit d’une dynamique des capacités, intégrant leur dimension temporelle et interactive. Enfin, la troisième introduit l’enquête qualitative comme préalable à l’approche quantitative. Les options retenues à ces trois niveaux sont intimement liées les unes aux autres et définissent la cohérence d’ensemble d’une démarche, qu’il s’agisse de celle de Sen ou de sa reformulation sociologique. Cette cohérence, dont la force ne se révèle qu’à travers l’essai critique, suscite trois remarques. Elle amène d’abord à relativiser l’ouverture de l’approche revendiquée par Sen. Ouverte, l’approche l’est sans doute dans le cadre délimité par l’orientation évaluative quantitative qui est la sienne. Mais toute sortie de ce cadre suppose un réajustement de l’ensemble et par conséquent un travail exigeant de redéploiement conceptuel, théorique et méthodologique. Deuxièmement, cette cohérence invite à une réflexion épistémologique sur les rapports entre logique d’enquête et action publique. Par-delà son orientation évaluative, l’approche par les capacités engage une dimension normative qui fait du développement des libertés et de la capacité à opérer des choix personnels un bien commun à atteindre. Fût-elle compréhensive ou orientée vers la mesure, l’enquête est guidée par cette visée normative et évaluative. C’est là le socle commun à l’ensemble des travaux sur les capacités. Il confronte le chercheur à une interrogation cruciale sur les rapports entre démocratie et expertise scientifique dans nos sociétés européennes : jusqu’où la raison évaluative peut-elle informer l’action politique, sans pour autant se substituer à la définition politique et collective du bien commun ? Ce problème se pose de manière d’autant plus aiguë que la raison évaluative se confond avec celle des chiffres et des indicateurs21. Enfin, troisièmement, telle qu’elle est développée par Sen, l’approche par les capacités converge avec un mouvement de dilution du social dans le politique, alimenté par le renouveau d’un libéralisme politique individualiste. Dans cette tradition, les personnes et leurs rapports au politique sont saisies à travers la catégorie de l’humain, sans que le social soit pensé comme un élément structurant de ces rapports. Le social s’y réduit à un objet d’intervention politique, mais ne constitue pas une dimension à part entière des relations humaines. La réception de cette conception trouve aujourd’hui dans les sociétés européennes un terrain propice, dans un contexte d’usure des formes d’articulation du politique et du social construites sous l’égide des États sociaux nationaux. Si cette érosion de la constitution du social, héritée du xixe siècle, suscite indéniablement un défi de réarticulation du politique et du social, l’absorption du second par le premier n’est cependant pas la seule issue possible. D’autres scénarios sont envisageables. L’approche par les capacités peut utilement y contribuer, à condition toutefois d’assumer la complexité des interpénétrations entre le social et le politique, ce qui revient pour partie à la détourner de son orientation originelle sur l’humain22. En d’autres termes, cet essai de problématisation sociologique vise à coupler la réinscription de l’économie dans le politique, opérée par Sen, avec une analyse sociale des capacités attentive à leur structuration collective. Elle invite à repenser les rapports entre l’économie et le politique conjointement aux rapports entre le politique et le social et, ce faisant, à reconsidérer la division du travail entre philosophie politique normative et sciences sociales empiriques.

Bibliographie

Aron Raymond (1998), Essai sur les libertés, Paris, Hachette [1965].

Berlin Isaiah (1988), « Deux concepts de liberté », Éloge de la liberté, Paris, Calmann-Lévy [1969].

Bidet Alexandra (2007), « La sociologie du travail face au salariat. Paradoxes d’une métrologie salariale », in F. Vatin (ed.), Le salariat. Théorie, histoire et formes, Paris, La Dispute.

Blumer Herbert (1998), « The Methodological Position of Symbolic Interactionism », Symbolic Interactionism. Perspective and Method, Berkeley, University of California Press, p. 1-60 [1969].

Boltanski Luc & Laurent Thévenot (1991), De la justification. Les économies de la grandeur, Paris, Gallimard.

Castel Robert & Claudine Haroche (2000), Propriété privée, propriété sociale, propriété de soi, Paris, Fayard.

Chateauraynaud Francis (2006), Les asymétries de prise. Des formes de pouvoir dans un monde en réseau, Paris, document du groupe de sociologie pragmatiste et réflexive (GSPR), <http://prospero.dyndns.org:9673/prospero/acces_public/06_association_doxa/info_fc>.

Corteel Delphine & Bénédicte Zimmermann (2006), Employability, Voice and Security : An Inquiry into the Capabilities of Workers in French Firms, Paris, Document de Travail de l’IDHE, no 06-01. 2007 « Capacités et développement professionnel », Formation Emploi, 98, p. 25-39.

De Coster Michel (1996), Sociologie de la liberté, Paris/Bruxelles, De Boeck & Larcier.

Dewey John (1967), Logique. La théorie de l’enquête, Paris, Presses universitaires de France [1938].

Dewey John (1981), « The Problem of Freedom », in J. J. McDermott (ed.), The Philosophy of John Dewey, Chicago, The University of Chicago Press, p. 665-679 ; et « Culture and Human Nature », ibid., p. 679-696.

Elias Norbert (1971), Was ist Soziologie ?, Munich, Juventa.

Farvaque Nicolas (2005), Action publique et approche par les capacités. Une analyse des trajectoires et dispositifs d’insertion, Paris, Université de Marne-La-Vallée, Thèse de doctorat.

Garreta Guillaume (2004), « Enquête et observation. Dewey et les ressources de l’observable », in B. Karsenti & L. Quéré (eds), La croyance et l’enquête. Aux sources du pragmatisme, Paris, Éditions de l’EHESS (« Raisons Pratiques », 15), p. 111-140.

Gasper Des (2002), « Is Sen’s Capability Approach an Adequate Basis for Considering Human Development ? », Review of Political Economy, 14 (4), p. 435-461.

Granger Gilles-Gaston (1995), Le probable, le possible et le virtuel, Paris, Odile Jacob.

Honneth Axel (2004), « Organized Self-Realization : Some Paradoxes of Individualization », European Journal of Social Theory, 7 (4), p. 463-478.

Nussbaum Martha (2000), Women and Human Development. The Capabilities Approach, Cambridge, Cambridge University Press.

Putnam Hilary (2004), Fait/valeur : la fin d’un dogme et autres essais, Paris/Tel-Aviv, Éditions de l’Éclat [2002].

Rawls John (1997), Théorie de la justice, Paris, Seuil [1971].

Robeyns Ingrid (2005), « The Capability Approach : A Theoretical Survey », Journal of Human Development, 6 (1), p. 93-114.

Rowell Jay & Bénédicte Zimmermann (2007), « Grammaire de la société civile et réforme sociale en Allemagne », Critique internationale, 35, p. 149-171.

Salais Robert & Michael Storper (1993), Les mondes de production. Enquête sur l’identité économique de la France, Paris, Éditions de l’EHESS.

Sen Amartya Kumar (1982), Choice, Welfare and Measurement, Oxford, Basil Blackwell.

Sen Amartya Kumar (1993), « Capability and Well-Being », in M. Nussbaum & A. Sen (eds), The Quality of Life, Oxford, Oxford University Press, p. 30-53.

Sen Amartya Kumar (2000), Repenser l’inégalité, Paris, Seuil [1992].

Sen Amartya Kumar (2002a), Éthique et économie, Paris, Presses universitaires de France [1987].

Sen Amartya Kumar (2002b), « Positional Objectivity », in Id., Rationality and Freedom, Belknap, Harvard University Press, p. 463-483.

Sen Amartya Kumar (2002c), « Processses, Liberty and Rights », in Id., Rationality and Freedom, Belknap, Harvard University Press, p. 623-658.

Sen Amartya Kumar (2003), L’économie est une science morale, Paris, La Découverte [1999].

Simmel Georg (1999), Sociologie. Études sur les formes de la socialisation, Paris, Presses universitaires de France [1908].

Terssac Gilbert de (1992), Autonomie dans le travail, Paris, Presses universitaires de France.

The Journal of Economic Methodology (2006), numéro consacré à « Identities and Capabilities », 13 (3).

Wittgenstein Ludwig (1964), Remarques philosophiques, Paris, Gallimard.

Zimmermann Bénédicte (2006), « Pragmatism and the Capability Approach. Challenges in Social Theory and Empirical Research », European Journal of Social Theory, 9 (4), p. 467-484.

Zimmermann Bénédicte (2008), Ce que travailler veut dire. Une sociologie du travail flexible, Paris, Economica (à paraître).

Notes

1 Pour reprendre la terminologie des lignes directrices européennes.

2 Les réformes Hartz offrent en Allemagne une mise en œuvre exemplaire de cette rhétorique. La responsabilisation croissante des salariés quant à leur emploi et à leur employabilité, de même que la réduction des prestations sociales et des protections y sont, au nom d’une revitalisation de la société civile, valorisées comme un gain de liberté individuelle et l’expression d’une nouvelle forme d’engagement citoyen. Parmi les mesures phares de cette réforme, on compte la réduction des allocations chômage à un an, puis le basculement dans le régime de l’assistance publique ; la possibilité de moduler les allocations en fonction des revenus des ascendants ou descendants du chômeur ; la réduction des indemnités des chômeurs de longue durée (plus d’un an) qui refuseraient un emploi, quels que soient sa qualification et son niveau de rémunération. Voir Rowell & Zimmermann (2007).

3 Sur la distinction entre liberté négative et liberté positive voir Berlin (1988).

4 C’est moi qui souligne.

5 Pour un développement, Zimmermann (2008).

6 Comme le développe Albert Ogien ici même, p. 81-111.

7 Cette étude, menée en collaboration avec Delphine Corteel pour la France, s’insère dans un programme européen de recherche. La grille d’enquête a été élaborée en commun avec les équipes des sept pays impliqués dans le projet. Pour la grille et les résultats français, voir Corteel & Zimmermann (2006). Pour une présentation synthétique voir Corteel & Zimmermann (2007).

8 Contrairement au choix opéré par la plupart des traducteurs français de Sen, je traduis « functionings » par accomplissements ou réalisations et pas nécessairement par « fonctionnements », qui a, en français, une connotation utilitariste réductrice. Être bien nourri, avoir un emploi, gagner suffisamment d’argent pour vivre décemment, être en bonne santé, être respecté sont des exemples d’accomplissements. Accéder à de tels accomplissements est une question de capacité pour Sen.

9 Sur ce point, voir le rapprochement opéré par Putnam (2004) entre Dewey et Sen.

10 Indépendamment de la critique de la théorie de l’action rationnelle qu’il formule dans « Des idiots rationnels » (Sen, 2002a, p. 87).

11 Martha Nussbaum (2000) a tenté de développer une approche qualitative des capacités à travers l’analyse d’itinéraires individuels. Mais cette tentative a soulevé d’importantes critiques méthodologiques et épistémologiques liées à l’économie interne de l’enquête que je ne développerai pas ici.

12 Sur ce dernier point, voir Jean-Michel Bonvin, ici même, p. 237-261.

13 La notion de prise est empruntée à Francis Chateauraynaud. Pour une élaboration conceptuelle, Chateauraynaud (2006).

14 Voir sur ce point également la contribution de Jean De Munck, ici même, p. 21-49.

15 Voir sur ce point le numéro spécial du Journal of Economic Methodology, consacré à « Identities and Capabilities », 2006, en particulier l’article de Pierre Livet « Identities, Capabilities and Revisions » (p. 327-348).

16 La notion de ressource est entendue ici au sens large, collectif et individuel, qui dépasse la seule acception monétaire. Ainsi, en matière de développement professionnel, les ressources intègrent autant les qualifications que l’expérience professionnelle, la politique managériale et les droits formels provenant de sources extérieures à l’entreprise. Dans cette dernière acception, elles s’apparentent à ce que Robert Castel (2000) appelle les « supports collectifs » de l’action. Ces supports désignent un ensemble de droits, de ressources matérielles et symboliques prodiguées par des collectifs de différente nature, allant du règlement d’atelier jusqu’aux politiques nationales et européennes, en passant par les politiques d’entreprises, l’action syndicale et les dispositifs publics.

17 Comme l’a souligné Dewey, l’inobservabilité est une qualité de l’objet d’étude qui ne dépend pas de la méthode d’enquête (Garreta, 2004). Il n’en reste pas moins que la méthode et la base d’observations choisies sont déterminantes dans la déduction empirique des capacités.

18 On pourra objecter que même dans le cas de l’observation participante, l’ensemble des possibles qui définissent les capacités d’autrui n’est pas accessible à l’observation, mais transite pour partie par le discours. Mais il y a dans la co-présence qui s’inscrit dans le temps l’avantage d’une coïncidence temporelle entre l’enquête et la mise à l’épreuve des capacités qui donne plus facilement accès aux possibles qui s’actualisent dans l’action.

19 Pour une mise en œuvre empirique, voir Corteel & Zimmermann (2007).

20 La notion d’épreuve est entendue ici au double sens étymologique de ce qui permet de conférer une valeur et de ce qui s’éprouve dans l’adversité et la résistance. Elle renvoie non seulement à des dispositifs permettant de classer les individus en fonction de grandeurs et de relations d’équivalence associées à des principes de justice (Boltanski & Thévenot, 1991), mais également à l’incertitude et la mise à l’épreuve du soi.

21 Les contributions d’Albert Ogien, ici même, p. 81-111, et de Robert Salais (ibid., p. 297-329) abordent toutes les deux cette question, mais sous des angles différents.

22 Rappelons que cette approche est née dans le cadre d’études sur des pays en voie de développement, pour lesquelles le social tel que nous l’entendons n’est pas une catégorie forcément pertinente. La nécessité d’introduire le social dans l’analyse peut, de ce point de vue aussi, être considérée comme la conséquence de l’adaptation de l’approche à des terrains nouveaux. Il n’en reste pas moins que les réceptions contrastées de Sen dans les débats européens attirent l’attention sur le statut problématique du social et les velléités de son éviction au profit de l’« humain ».

Notes de fin

1 Cette contribution reprend et prolonge une réflexion entamée dans « Pragmatism and the Capability Approach. Challenges in Social Theory and Empirical Research », European Journal of Social Theory, 2006, 9 (4), p. 467-484. Je remercie Jean De Munck, Nicolas Dodier et Pierre Livet pour leur lecture et leurs stimulants commentaires.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2008

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search