Version classiqueVersion mobile

La liberté au prisme des capacités

 | 
Jean de Munck
, 
Bénédicte Zimmermann

Les capacités : un cadre pour l'enquête sociale

Arithmétique de la liberté. La mesure des « capacités » et ses paradoxes1

Albert Ogien

Texte intégral

  • 1 Je remercie Jean de Munck, Bénédicte Zimmermann, Emmanuel Picavet et Louis Quéré, dont les solides (...)

1Amartya Sen est parvenu à enrichir la langue politique contemporaine d’un terme qui occupe aujourd’hui une place de choix dans les discours sur le développement économique et humain : les « capacités ». Ce succès est, comme Sen l’a très lucidement admis, équivoque. La notion de capacités a en effet commencé sa carrière en économie, où elle a trouvé une sorte de consécration en devenant un instrument de politique mondiale de lutte contre la pauvreté ; elle l’a ensuite poursuivie en philosophie morale et politique. Et l’aventure continue : la notion de capacité alimente aujourd’hui la réflexion sur l’orientation des politiques publiques dans les démocraties de droit social.

2Il n’est donc guère étonnant de constater aujourd’hui qu’une certaine confusion marque l’usage de la notion de capacités : parfois confondu avec celle de compétence, parfois synonyme d’accomplissement personnel, parfois apparentée au domaine des libertés réelles par opposition aux libertés formelles, parfois assimilée à de véritables droits de citoyens. Vouloir réduire la notion de capacités à une seule de ces facettes est une ambition vaine : le lot des termes à succès est certainement d’offrir une multitude de définitions ; et l’attractivité de la notion de capacités tient pour beaucoup à ce qu’elle permet d’évoquer à la fois des droits, des compétences et les conditions qu’il s’agit de réunir pour pouvoir les mettre concrètement en œuvre. Mais admettre la pluralité des usages d’une notion n’interdit tout de même pas d’essayer de les clarifier. Je vais donc m’attacher à analyser une seule de toutes les dimensions de la notion de capacités, sans préjuger en rien de son importance ou de son caractère déterminant. Cette dimension, c’est celle qui lui vient du rôle que Sen lui fait jouer dans la théorie économique.

  • 1 Sur l’analyse de ce « phénomène gestionnaire », voir Ogien (1995).

3Cet article va donc essentiellement s’intéresser aux choix de méthode qui ont justifié l’invention de la notion de capacités et saisir les raisons pour lesquelles ces choix ont suscité la critique des philosophes et des sociologues. Je vais prolonger cette critique en examinant les paradoxes qui naissent d’une approche (celle par les capacités) qui entend réduire un fait moral et politique (la liberté ou l’autonomie) à une mesure objective pour en favoriser le développement, ce qui me permettra d’apporter une contribution à l’analyse d’un phénomène : les rapports contradictoires qui se nouent entre quantification, action publique et activité politique1. Cette analyse me conduira, pour conclure, à aborder une des questions que soulèvent, à mes yeux au moins, les tentatives d’extension de l’approche par les capacités au traitement des problèmes d’inégalité propres aux pays développés (Salais & Villeneuve, 2004) : la seule mise en évidence statistique des entraves posées à la pleine expression des capacités des individus – au moyen de cette « arithmétique de la liberté » que Sen a élaborée – peut-elle justifier la définition de politiques publiques ouvrant l’accès à des droits non réalisés ou nouveaux pour ceux des citoyens qui s’en sentent dépossédés ?

Le problème de Sen

4La notion de capacités naît dans le cadre du travail de méthode de la science économique. En l’introduisant, Sen entend proposer un amendement radical à la version de la théorie utilitariste qui y prédomine à la fin des années 1960. Son intention était en effet de substituer à la notion trop vague d’utilité (rapportée à un revenu permettant la satisfaction de besoins appréciée en termes de consommation d’un « panier de biens » révélant des « préférences individuelles ») une notion susceptible de donner lieu à une mesure comparative du bien-être fondée sur une prise en considération réaliste de la manière dont les désirs des individus parviennent (ou pas) à s’exprimer. L’objectif de cette substitution était de rendre un peu de véracité aux descriptions utilitaristes, en permettant d’intégrer au calcul économique la difficulté de certaines catégories d’individus – situées en position marginale, inégale ou défavorisée dans un espace socio-politique particulier – à pouvoir jouir de biens qu’ils valorisent (nourriture, logement, éducation, santé, justice, sécurité, droits civils, etc.).

  • 2 Ce qui sous-entend qu’il faut renoncer, par exemple, au monopole occidental de la définition du bie (...)

5Mais la démarche de Sen ne se confine pas à un simple problème de méthode en économie. Il classe les capacités dans un genre : celui des « concepts de liberté » (Sen, 1985a, p. 9). Dès lors, utiliser cette notion oblige à endosser une conception de l’agent posant qu’il sait concevoir et accorder une valeur à des fins individuelles et collectives, quel que soit le niveau de développement de la société dans laquelle il vit. Et cette conception s’accompagne, chez Sen, d’un engagement : respecter ces fins, quelle que soit la manière dont elles s’expriment2, afin d’en favoriser la réalisation dans le cadre d’une politique de développement humain. À la notion de capacités, Sen associe donc directement une thèse pluraliste à propos des biens et des préférences individuelles, en tenant la liberté et l’égalité pour principes premiers et inaliénables de l’existence des êtres humains. C’est ce second aspect de la notion de capacités qui a suscité sa reprise en philosophie morale et politique. On y reviendra plus loin. Je voudrais m’en tenir, pour l’instant, à la critique initiale de l’utilitarisme formulée par Sen. Son esprit tient en une sentence : « Une approche incapable de permettre la réalisation de comparaisons interpersonnelles est sérieusement déficiente si elle entend donner un contenu à la notion de bien-être. » (Ibid., p. 13).

  • 3 Il est délicat de parler de « modèle utilitariste » dans la mesure où il existe différentes sortes (...)

6Pour Sen, corriger le modèle utilitariste3 oblige à produire une mesure objective de l’accès différentiel à la jouissance de ces « droits de base » du citoyen qui assurent la participation effective de tous – sur un certain pied d’égalité – à la réalisation du bien-être collectif. Pour lui, l’opération requiert la réhabilitation d’un instrument permettant de calculer cet accès différentiel : les « comparaisons interpersonnelles d’utilité ». Or cet instrument a été théoriquement banni du raisonnement économique, dans les années 1930, par Lionel Robbins, qui a imposé l’idée de l’illégitimité de toute tentative visant à produire de telles comparaisons (Picavet, 1996, p. 287). Son argument, classique, affirmait que celles-ci étaient irrémédiablement entachées d’un biais : fixer une échelle de préférences individuelles revient à émettre un jugement a priori sur la valeur d’un bien, ce que l’économiste devrait absolument se dispenser de faire.

7Pour Sen, cet interdit est contestable : en faisant dépendre l’optimalité du bien-être général du libre jeu des décisions individuelles, l’utilitarisme (dans cette version économique) gomme les effets qu’engendre l’inégalité structurelle des conditions d’existence au sein d’un milieu de référence (qu’il s’agisse des plus démunis ou des plus pauvres au sein d’une société, ou des États les moins développés dans le concert des nations). Sen entend donc démontrer, en se servant du langage mathématisé en vigueur dans les sciences économiques, la validité des comparaisons interpersonnelles d’utilité. Pour rappeler les éléments de sa démonstration, je vais m’en tenir à ceux qu’il expose dans Commodities and Capabilities, un court ouvrage qui résume une quinzaine d’années de ses travaux en économétrie.

  • 4 Un doute dont les fondements méthodologiques sont magnifiquement analysés par Ellsberg (1954).

8Sen s’y livre tout d’abord à un examen de la notion d’utilité. Critiquant les démarches utilitaristes qui rapportent cette notion soit à la satisfaction (ou au bonheur), soit à la réalisation des désirs (desire fulfilment), il conclut que cette notion sert simplement à désigner un élément (indéterminé) dont l’économiste postule que l’individu cherche à le maximiser, car c’est le principe de maximisation qui donne, en organisant l’agrégation de données, la mesure du bien-être collectif. Sen (1985a, p. 2) est d’avis que cette indétermination a produit une conséquence dévastatrice pour l’analyse économique : « La rigueur des formulations mathématiques s’est développée dans un flou remarquable au plan du contenu. » Autrement dit, on ne sait pas sur quoi porte la mesure4. Son ambition s’affiche alors : dissiper ce flou en donnant un contenu clair à la notion d’utilité. Il rejette tout d’abord cette conception racornie des motivations guidant le choix personnel qui les envisage comme une variable réduite à la poursuite de l’avantage égoïste. Il introduit alors une première distinction entre intérêt (interest) [qui renvoie au choix individuel], bien-être (welfare) [qui rapporte à ce qu’un agent peut réaliser dans sa vie] et bénéfice (advantage) [qui a trait aux possibilités concrètement ouvertes à un agent de réaliser ses désirs, comparées à celles qui sont ouvertes aux autres membres d’une collectivité]. Le point crucial pour Sen est que les possibilités qu’il s’agit de comparer ne doivent pas être mesurées à partir d’un niveau de consommation (des « préférences révélées »), mais à partir de l’éventualité différentielle de pouvoir les actualiser si l’envie se présente. Cette perspective introduit donc une inversion décisive : la définition de l’utilité cesse d’être la prérogative de l’économiste, mais revient aux agents eux-mêmes. C’est donc de leur point de vue qu’il faut se placer pour comprendre ce qu’est le bénéfice que les individus estiment pouvoir tirer de la jouissance d’un bien, et même ce que sont ces biens désirés. Ce choix de méthode – qui rend à l’économie ses dimensions politiques et morales – porte des conséquences (Sen, 1985a, p. 4) :

Le jugement d’intérêt (the judgment of interest) est un problème d’une très grande importance pour l’économie. Il est, bien sûr, central dans l’économie du bien-être. Il est également crucial pour une théorie de la pauvreté, ou dans l’évaluation de l’inégalité tout comme il l’est pour apprécier le développement économique et pour réaliser la mesure des standards de vie. Il est indispensable d’en tenir compte lorsqu’on veut analyser la discrimination, c’est-à-dire l’inégalité ethnique ou de genre. Il est essentiel pour une théorie descriptive des comparaisons de revenus réels comme pour une théorie prescriptive des politiques publiques.

9Examinant plus avant le rapport entre les biens et leurs usages, Sen introduit une nouvelle distinction : celle qui sépare « réalisations » (functionnings) et « capacités ». Ce sur quoi cette distinction entend mettre l’accent est le fait qu’il ne suffit pas d’affirmer une série de droits formels valorisés (les capacités), mais qu’il s’agit surtout de considérer les pratiques sociales qui permettent concrètement – ou interdisent – l’actualisation de ces droits. Sen entend contribuer à ce déplacement. Il pose tout d’abord que la possession d’un bien n’est que celle des propriétés de ce bien. Or, ces propriétés sont, en général, suffisamment nombreuses pour donner lieu à de multiples satisfactions. Bref, la multiplicité des propriétés qu’il est possible d’attribuer à un bien donné ne permet pas de spécifier, de façon univoque, la manière dont elles seront effectivement utilisées. Pour saisir l’usage qui est (ou n’est pas) fait d’un bien, il faut donc tenir compte de la manière dont les individus se servent (ou pas) de ses propriétés potentielles, ce qui oblige à s’intéresser à leurs conditions concrètes d’existence, aux compétences dont ils disposent et aux possibilités qui leur sont ouvertes de les mettre en œuvre. Sen précise (ibid., p. 6) :

Bien que la possession de biens soit une affaire personnelle, et que l’usage que chacun fait de ses propriétés en soit également une, la quantification de ces propriétés ne varie pas avec les caractéristiques individuelles de ceux qui possèdent ces biens. Un vélo est une chose qui a la caractéristique de « pouvoir transporter », et ceci que son propriétaire soit bien portant ou handicapé. Pour avoir une idée du bien-être d’un individu, il nous faut manifestement considérer les « réalisations » qu’il parvient à faire avec les biens et leurs propriétés dont il dispose.

10Mais appeler les économistes à la nécessité de considérer les « réalisations » n’a de sens, pour Sen, que pour autant que cet appel est fondé en objectivité. C’est pourquoi il s’attache à construire un type de comparaison interpersonnelle reposant sur la mesure de l’écart entre possibilités réelles, pour différents groupes d’individus, d’accéder aux conditions de jouissance de biens valorisés. Et, au terme de ses travaux, il livre la formule mathématique par laquelle il définit la notion de capacités (dont on admettra sans doute qu’elle manifeste une certaine distance avec celle qui est discutée en philosophie politique), (ibid., p. 7-9) :

xi = le vecteur des biens possédés par un individu i ;
c (.) = la fonction (pas nécessairement linéaire) qui convertit un vecteur de biens en un vecteur des propriétés de ces biens ;
fi (.) = une « fonction d’utilisation » personnelle de i reflétant une structure des usages que i peut faire de ces biens (en engendrant un vecteur de réalisation à partir d’un vecteur d’une propriété des biens possédés) ;
Fi = l’ensemble des « fonctions d’utilisation » fi, parmi lesquelles i peut effectivement en choisir une ; et hi (.) = la fonction de bonheur d’un individu i relative aux réalisations atteintes par i.
Si l’individu choisit la fonction d’utilisation fi (.), associée à son vecteur de bien xi, les fonctions remplies seront données par le vecteur bi, bi = fi (c(xi)).
Le bonheur dont il jouira alors est donné par ui,
ui=hi(fi(c(xi)).
Q
i(Xi)=[bi|bi=fi(c(xi)), pour fi(.)EFi
pour xiEXi]
Q
i(Xi) représente la liberté dont dispose un individu en termes de choix de réalisations, étant données ses caractéristiques personnelles Fi (conversion des caractéristiques en réalisations) et sa maîtrise sur des biens Xi (« droits » – entitlements) ; Qi peut être nommé les capacités d’un individu i, selon ces paramètres. Cela reflète les différentes combinaisons de réalisations (« êtres ») qu’il peut atteindre.

  • 5 C’est ce que rappelle Jean de Munck, ici même, p. 21-49.

11Sen tire trois conclusions de cette définition : 1) on peut introduire une « mesure du bonheur » dans le vecteur de réalisation fi en choisissant une des composantes du vecteur bi = fi(c(xi)) ; 2) les réalisations sont des états de l’existence des individus, pas des objets détachés qu’il arrive à un individu de « produire » et de « posséder » ; 3) bien qu’il n’existe pas de consensus permettant de classer les valeurs propres à deux modes de vie différents, il est tout à fait possible d’établir un classement partiel d’un vecteur de réalisation par rapport à un autre, sans pour autant produire un classement pour l’intégralité de ces vecteurs. Et cette incomplétude de la mesure en matière de bien-être et de bénéfice n’a rien de tragique pour Sen5 (ibid., p. 20) :

Le point de vue des réalisations (the functioning view) est supérieur à l’approche par les utilités en partie parce qu’elle évite de figer les choses de façon prématurée (premature fixity). Elle décompose le problème de l’évaluation du bien-être en deux dimensions distinctes (mais pas indépendantes), à savoir (i) la spécification des réalisations concrètes (functioning achievements), et (ii) la valorisation des réalisations concrètes (functioning achievements).

  • 6 Telle est la question qui se pose à ceux qui cherchent à étendre l’approche par les capacités aux t (...)

12Pour préciser les choses, Sen fournit une première liste de ces « réalisations concrètes » : mortalité, longévité, sous-alimentation, état de santé, éducation, salubrité de l’habitat, etc. Cette liste dit, à elle seule, quelles sont les conditions d’existence que Sen a en tête. Il ajoute cependant que ces « réalisations » évoluent avec le degré de développement des sociétés. Il prolonge donc sa première liste en y adjoignant une série d’autres réalisations susceptibles d’être, un jour ou l’autre, désirées : avoir des amis, être près de ceux qu’on aime, participer à la vie de la communauté, vivre sans avoir honte de la manière dont on est habillé, prendre des vacances, voyager, etc. Mais s’ouvre à ce point une question, sur laquelle Sen ne se prononce pas : les pouvoirs publics auraient-ils autant de légitimité pour intervenir afin de garantir les conditions d’exercice de « capacités » que les citoyens décident collectivement de valoriser dans le cas de ces « autres » réalisations qui manquent du caractère d’urgence que manifestent immédiatement les premières6 ?

  • 7 Sen (1985a, p. 17) dresse une liste, étendue et non exhaustive, des facteurs à prendre en considéra (...)

13Au total, le raisonnement de Sen semble être le suivant : pour imposer une nouvelle manière de concevoir et d’opérer l’allocation de ressources (c’est-à-dire définir des politiques publiques), il faut troquer la notion de bien (qui fait reposer l’évaluation du bien-être collectif sur le chiffre de la production brute d’une nation) pour celle de capacités (qui fait reposer l’évaluation du bien-être collectif sur la réalisation effective des besoins des individus). Et pour réaliser ce projet, il faut mettre en place une procédure de mesure capable de rendre compte des possibilités différentielles offertes à chacun de satisfaire les désirs qu’il valorise. Cette procédure permettrait de calculer le « taux de conversion » (Sen, 1993, p. 221) des libertés formelles (telles qu’elles sont définies en droit) en libertés réelles (les « réalisations » telles qu’elles peuvent être empiriquement observées)7. Les résultats produits par cette « arithmétique de la liberté » fourniraient alors l’information nécessaire à une évaluation objective du degré d’égalité dont jouissent les citoyens dans un espace politique donné.

14Or ce raisonnement – ou les espoirs que Sen fonde sur les effets que le recours à cette arithmétique pourrait avoir en matière de politiques de réduction des inégalités ou d’extension des libertés et de développement personnel – n’a rien d’évident. Sa validité a été indirectement contestée par Arrow (1973, p. 253), dans la fameuse critique qu’il a adressée à Rawls et à la définition d’un « indice de biens premiers » que celui-ci a donnée dans sa Théorie de la justice. Que dit-elle ?

Les seules indications au sujet de la fonction d’utilité d’un individu nous viennent de son comportement observable, plus particulièrement des choix qu’il fait au moment où il maximise la fonction. Mais ces choix sont définis par un ordonnancement des préférences, et doivent donc être les mêmes pour toutes les fonctions d’utilité compatibles avec cet ordonnancement. De sorte qu’il n’existe pas de signification quantitative de l’utilité pour un individu. (Cette position ordinaliste a été introduite en économie par V. Pareto et I. Fischer et est devenue plutôt orthodoxe dans les trente dernières années). Si l’utilité d’un individu n’est pas mesurable, alors a fortiori la comparaison des utilités de différents individus n’a aucune signification. En particulier, le critère de la somme des utilités devient indéfendable en l’état. Le critère du maximin proposé par Rawls suppose lui aussi une comparaison interpersonnelle, parce qu’elle requiert d’isoler le moins avantagé des individus et que cela implique la formulation d’énoncés du genre « l’individu A est moins bien loti que l’individu B ». À la différence de l’approche par la somme des utilités, cependant, cette démarche ne réclame pas que les unités d’après lesquelles les utilités des différents individus sont mesurées soient comparables, mais simplement qu’il nous soit possible de classer différents individus selon une échelle de satisfaction quelconque. Mais il n’existe aucun standard numérique de magnitude sous-jacent pour le faire, et la question demeure : quelle est la signification opérationnelle de la comparaison interpersonnelle ?

15Arrow condamne donc toute tentative de dresser une liste de biens premiers, puisqu’aucun calcul n’indique comment il convient de mettre en relation et de classer les choix et niveaux de consommation des individus. En l’absence de cet élément de quantification, l’économiste n’est pas fondé à dire qu’il existe des individus mieux ou plus mal lotis. Ce qui interdit de se prononcer – sauf de façon autoritaire – sur la manière dont les pouvoirs publics devraient intervenir pour étalonner les biens que les individus recherchent ou égaliser les conditions d’accès à leur possession et à leur jouissance. C’est précisément cette condamnation que Sen récuse, en s’attachant à démontrer qu’il est possible de classer les capacités à partir d’une quantification satisfaisant à des critères d’objectivité acceptables. Or, c’est justement cette volonté de quantifier les croyances et les désirs – qui sont des phénomènes de nature morale ou psychologique – que les philosophes entrés en dialogue avec Sen jugent irrecevable. La thèse qu’ils défendent est aussi simple que définitive : les questions de justice ne se règlent pas au moyen d’une mesure. Passons donc en revue les arguments respectifs que Rawls, Putnam, Nussbaum et Cohen ont opposés à Sen.

À quoi servent les comparaisons interpersonnelles d’utilité ?

16Ce que Rawls reproche à Sen ne tient pas au caractère scientifique de la quantification qu’il propose. Son attaque est plus radicale : il soutient que ce n’est pas en quantifiant telle ou telle dimension de l’inégalité ou de l’atteinte à la dignité – à l’aide d’indicateurs de bien-être par exemple – qu’on pourra justifier l’intervention de pouvoirs publics en faveur des plus mal lotis. Pour lui, l’engagement à respecter un impératif de justice est une affaire conceptuelle et pas empirique. Cet argument est bien exposé, je crois, dans le raisonnement qu’il développe pour rejeter le point de vue de Arrow au sujet de l’impossibilité de construire un indice des biens premiers tel que celui qu’il a proposé dans sa Théorie de la justice (Rawls, 1982, p. 185) :

Pour un économiste qui s’intéresse à la justice sociale et aux politiques publiques, un indice des biens premiers n’est qu’un patchwork ad hoc qui ne relève pas de la théorie […] La réaction de l’économiste est partiellement compréhensible : un indice des biens premiers ne relève pas de la théorie au sens de l’économiste. Elle appartient plutôt à une conception de la justice qui est une alternative libérale à la tradition du bien rationnel unique. Le problème n’est donc pas de donner une mesure exacte d’un attribut psychologique uniquement appréhendable par la science. C’est plutôt un problème moral et pratique. L’usage de la notion de biens premiers n’est pas un expédient auquel une meilleure théorie pourrait trouver un substitut, mais une pratique sociale raisonnable que nous essayons de mettre en œuvre afin de parvenir à cet accord nécessaire à une coopération sociale effective et volontaire entre citoyens qui ont une idée de la cohésion sociale reposant sur une conception de la justice.

  • 8 Pour une analyse des conséquences de la reconnaissance du fait du pluralisme sur la conception des (...)

17L’argument de Rawls doit se comprendre dans le cadre de sa conception de la justice comme équité. Cette conception se développe sur une idée : une démocratie pleinement accomplie est un régime qui admet le pluralisme des conceptions du bien et leur incommensurabilité8. Dans cette perspective, il semble aller de soi que toute comparaison interpersonnelle d’utilité est par avance vouée à l’échec. Rawls pense toutefois qu’il incombe au philosophe de dégager les conditions qui permettent le respect de ce pluralisme, ce qui n’est en rien une affaire de quantification (ibid., p. 169) :

La part de biens premiers que les citoyens reçoivent ne se réduit pas à une mesure de leur bien-être psychologique. En avançant la notion de biens premiers, la justice comme équité rejette l’idée même de comparer et de maximiser la satisfaction en matière de justice […] Alors qu’un indice de biens premiers remplit certains des objectifs d’une fonction d’utilité, la thèse centrale de la justice comme équité est différente : les biens premiers sont les conditions d’arrière-plan social et les moyens universels (all purpose) généralement nécessaires pour se former une conception du bien et agir rationnellement en suivant ses indications.

  • 9 Rawls dresse cette liste de biens premiers : « a) Libertés de base : liberté de pensée, de conscien (...)

18Rawls (2003) soutient donc que l’élaboration d’un indice de biens premiers9 requiert moins une arithmétique de la liberté qu’une analyse conceptuelle du principe de justice. C’est ainsi qu’elle parvient, à ses yeux au moins, à prendre en considération la conception ordinaire que les membres d’une société se font de l’individu (et de ses deux attributs moraux fondamentaux) et de la cohésion sociale (ibid., p. 184) :

Dans la justice comme équité, les membres de la société sont avant tout conçus comme des personnes morales qui peuvent s’engager dans une coopération pour leur avantage mutuel, et pas simplement comme des agents rationnels qui poursuivent des buts en cherchant à satisfaire leurs désirs. La notion de coopération implique deux éléments : celui de termes équitables de coopération dont on peut supposer que tous les participants devraient raisonnablement les accepter ; et celui de gain rationnel, ou de bien, de chaque participant. Lorsque la notion de coopération – qui doit être distinguée de celle d’activité socialement coordonnée en vue de certaines fins – s’applique à la structure de base de la société, il est normal de considérer ces deux pouvoirs moraux comme les attributs essentiels des êtres humains.

  • 10 Sur l’émergence de l’intrication des travaux des économistes avec la prise de décision politique, v (...)
  • 11 On sait que Rawls s’est efforcé d’associer principes de justice et d’efficacité dans sa théorie. Je (...)

19La position de Rawls met en évidence le fait que deux choses se trouvent mêlées dans la question des comparaisons interpersonnelles d’utilité : une question de philosophie morale et politique (ou de sociologie) portant sur le principe de justice (qu’est-ce que vivre ; qu’est-ce qu’agir ; qu’est-ce que la responsabilité, la réciprocité, l’équité, la confiance ?) ; et une question technique ou d’action publique (qui est largement devenue une affaire d’économistes10) : celle de la légitimité et de l’efficacité d’un système de redistribution11.

  • 12 Certains pourraient prétendre que la critique de Rawls est infondée dans la mesure où Sen ne se pla (...)

20Sen est un économiste ; et c’est en économiste qu’il réfléchit et s’exprime. Il admet donc l’un des postulats cardinaux de cette discipline : une allocation de ressources peut être optimale, c’est-à-dire le meilleur possible relativement à un « état du monde » donné et à l’« information » disponible sur cet état. En proposant d’introduire la notion de capacités dans le raisonnement économique, Sen entend étendre « la base informationnelle » à partir de laquelle un état du monde est décrit ; et il soutient que cette extension – qui devrait normalement se traduire par l’enrichissement des variables retenues dans la production statistique courante – est un facteur déterminant dans la modification des manières d’appréhender les affaires d’efficacité et de justice, donc dans la définition de politiques de redistribution. Mais la question reste ouverte de savoir si cette extension apporte une solution à la critique que Rawls adresse à Sen et qui se résume en une question : les phénomènes moraux et politiques – et le rapport entre justice et efficacité en est un – sont-ils réductibles à des faits dont une mesure, aussi techniquement élaborée soit-elle, pourrait rendre compte de façon objective12 ?

21Ce problème n’est pas de pure théorie ; il a une dimension immédiatement instrumentale. Pour saisir cette dimension, il convient de comprendre la forme qu’a prise aujourd’hui l’association du raisonnement économique à la gestion des affaires publiques. Ce qu’on peut commencer à faire en distinguant deux modalités d’usage du chiffre : mesurer et quantifier.

Mesurer et quantifier13

  • 13 Je reprends ici, pour les préciser, certains éléments publiés dans Ogien (2000).
  • 14 C’est ce qui distingue l’action de mesurer de celles d’évaluer, d’estimer, d’apprécier, etc., qui r (...)
  • 15 Quelle que soit l’expression qu’elle prend. Voir Lynch (1991) ou Ascher (1998).
  • 16 Débat inauguré par Husserl (1976), repris et développé par Marcuse (1968), Habermas (1973), Ladrièr (...)

22Mesurer est une activité qui consiste à produire une description numérique d’un fait ou d’un phénomène (Rosmorduc, 1995)14. La première propriété qui est couramment attribuée à une description de ce type est l’exactitude15 : quelle que soit la nature de la grandeur mesurée, la valeur exprimée est unique (Perdijon, 1998). La deuxième propriété est de rendre les faits et phénomènes qu’elle saisit (en un sens conventionnellement fixé) dénombrables, ce qui soustrait en partie leur identification à l’activité perceptive et à l’interprétation de celui qui en fait l’objet de ses calculs. Une troisième propriété accordée à la mesure découle de sa forme mathématique, qui lui confère deux attributs : l’objectivité et la scientificité (Steward, 1988). On sait que l’invocation de ces attributs, lorsqu’elle concerne le chiffrage des conduites humaines, ne manque pas d’engendrer un soupçon sur l’activité même de mesure (Boyer, 1994), accusée de porter en germe une atteinte à la liberté et à l’autonomie des individus16.

23Dagognet rejette cette accusation, en dégageant une quatrième propriété de la mesure : elle remplit une fonction de communication. Selon lui (1993, p. 166) :

  1. Elle favorise le rapprochement aussi bien entre les hommes (ils peuvent comparer leurs calculs et en discuter, tandis qu’ils ne peuvent rien bâtir sur des impressions) qu’entre les résultats eux-mêmes, puisqu’ils sont exprimés à travers un système universel, susceptibles aussi d’être écrits sur des registres différents…, de là, son pouvoir fédératif et heuristique.

  2. Elle permet que nous nous emparions de l’insaisissable […] nous pouvons par le moyen de la mesure, désimpliquer les données et sortir nous-mêmes de ce en quoi nous sommes immergés, par-là, nous constituons un monde.

  3. Grâce à ses possibilités, elle tire aussi l’inconnu de la nuit qui le recouvre et nous le cache ; sans elle, nous ne saurions l’atteindre. Loin d’écraser le réel, la mesure favorise sa révélation.

24Et Porter (1995, p. IX) élargit le champ d’application de cette propriété, en l’étendant à l’ensemble de l’espace de la discussion argumentée : « Dans la science, comme dans les affaires administratives et politiques, l’objectivité nomme un ensemble de stratégies permettant de gérer la distance et la méfiance. »

25En matière de débat public, mesurer ne serait donc pas uniquement se livrer à un calcul afin de doter les faits d’une objectivité collectivement admise. Ce serait, simultanément, respecter un engagement en faveur de la recherche d’un accord fondé sur la reconnaissance de cette objectivité. C’est cette propriété de la mesure qui confère aux données chiffrées un rôle déterminant dans le processus de prise de décision politique, et assoit l’idée que leur production est une condition indispensable à l’établissement d’un « diagnostic partagé » jetant les bases d’une négociation permettant de parvenir à un consensus sur le meilleur choix pour la collectivité.

26Admettre a priori qu’une mesure exprime l’objectivité d’un fait ou d’un phénomène reste cependant une démarche abstraite, au sens où elle ne prend en considération ni le contexte dans lequel cette mesure est produite, ni les techniques utilisées pour l’élaborer et la rendre disponible, ni les intérêts de connaissance qui sont au fondement de sa production, ni la demande à laquelle elle répond. C’est cet oubli qu’une distinction introduite par Israël (1996, p. 87) permet en partie de réparer. Elle vient rappeler que les modèles mathématiques qui organisent l’activité de mesure peuvent être de deux types :

L’utilisation des mathématiques dans les sciences sociales et, bien sûr, économiques entraîne naturellement la recherche de modèles mathématiques définissant le comportement le plus adéquat en vue de certaines finalités. Le but principal de ces modèles n’est donc pas de décrire la réalité, mais de déterminer un ensemble de règles qu’il faut imposer à la réalité pour la façonner selon certains objectifs : ce sont des modèles de contrôle.

  • 17 Une autre manière d’envisager la question de la place spécifique qu’occupe le calcul dans l’activit (...)

27Aux modèles descriptifs, qui visent à étayer l’explication d’un phénomène, sans que cette explication ne porte d’enjeux politiques, économiques ou sociaux clairement identifiables, s’opposent donc des modèles de contrôle, qui produisent des données dont la nature est déterminée par un dispositif institutionnel spécifiquement construit pour informer directement le processus de décision, qu’il soit industriel, commercial ou administratif. On peut, en reprenant une différenciation proposée par Desrosières, rapporter la première forme d’utilisation des instruments mathématiques à un genre d’activité caractérisé par un intérêt de connaissance « pur » : mesurer ; et la seconde, à un autre genre d’activité caractérisé par un intérêt de connaissance « orienté » : quantifier. Dans le premier cas, la mathématisation est au service des progrès de la Raison et du savoir ; dans le second, elle est un vecteur de rationalisation de la décision et des pratiques administratives ou industrielles17.

28Examinant ce qu’il nomme les « mathématiques de l’action » – c’est-à-dire la production de chiffres au service de l’activité de gouvernement –, Martin (2000, p. 108) spécifie le type de quantification qui est mobilisé dans la gestion moderne des affaires publiques. Il observe tout d’abord que :

L’entreprise de mathématisation de l’action […] n’a de prise que sur les éléments qui s’offrent à son pouvoir. Aussi bien, les mathématiques ne prétendent pas réduire l’action ni même son corrélat rationnel, la décision, à une formule algébrique, mais seulement […] en faire apparaître la structure formelle pour en faciliter la maîtrise rationnelle, et par là, s’offrir comme des instruments d’aide à la décision. Par ailleurs, pour qu’un traitement mathématique de l’action soit possible, il faut que ses éléments constitutifs soient susceptibles de recevoir une expression mathématique ; il faut également que le problème soit clairement formulé. (Martin, 2000, p. 108)

29Bref, ce que la quantification cherche à saisir est un nombre limité d’aspects de la réalité, dont la pertinence est fixée par les nécessités de l’administration de la chose publique et dont la description statistique dépend des possibilités techniques de recueil et de traitement de l’information disponible. Martin tire une double conséquence de ce constat (ibid., p. 109) :

D’une part, la démarche mise en œuvre par l’analyse mathématique consiste à remonter de la fin assignée vers les conditions qui la rendent possible. Le raisonnement que déploient les mathématiques de l’action ne va pas des causes vers les effets, donc du présent vers le futur, mais des conséquences futures possibles vers les moyens présents de les engendrer […] D’autre part, il n’appartient pas à l’analyse mathématique elle-même de définir le but assigné à l’action, mais seulement, ce but étant posé, d’analyser les différentes solutions possibles permettant de l’atteindre, et d’identifier celle qui permet au mieux d’accorder les moyens mis en œuvre à l’objectif visé.

30Autrement dit, l’opération de mathématisation s’accomplit dans cet ordre : on définit d’abord les objectifs visés, puis on invente et met en œuvre les méthodes de calcul appropriées pour découvrir la manière la plus rationnelle de les réaliser. Dans un « système du chiffre » construit de telle sorte que la décision soit assujettie aux données fournies par l’appareillage statistique et prévisionnel d’une administration, la quantification prend donc cette forme particulière : au lieu de permettre d’apprécier la réussite d’une action a posteriori, elle l’organise a priori (en fixant des objectifs suffisamment détaillés pour pouvoir assurer l’accomplissement de la prévision en en contrôlant la mise en application).

  • 18 Sur ce passage, voir Ogien (1995), Lascoumes & Lorrain (2007).
  • 19 À ce sujet, Benamouzig (2005).
  • 20 Ce programme, engagé depuis une vingtaine d’années maintenant, est en partie coordonné par l’OCDE. (...)
  • 21 À ce sujet, voir Lascoumes & Le Galès (2004), Bezes, Lallement & Lorrain (2005), Ogien (2007).

31Ce renversement caractérise le processus de technicisation de la décision politique que le modèle gestionnaire d’exercice du pouvoir a fini par imposer. On peut en effet affirmer que le rôle de la statistique dans l’organisation sociale de l’activité de gouvernement a totalement changé depuis l’époque de la construction des États-nations à la fin du xixe siècle. Pour le dire dans un raccourci qui ne rend pas justice aux étapes et aux contradictions de cette lente transformation, on est passé du pur dénombrement permettant d’assurer la légitimité du contrôle qu’une administration d’État exerce sur l’étendue d’un territoire défini par des frontières et sur l’ensemble de ses ressortissants, à un usage des chiffres dont la vocation est de gérer les affaires publiques comme on gère une entreprise18. Cet usage moderne de la quantification – rendu possible par le développement de l’informatique et la colonisation des pratiques administratives par les méthodes de management public19 – est marqué par la prédominance du principe d’efficacité sur celui de justice. Ce qu’on constate en observant que le processus de « modernisation de l’État », qui s’est lentement mis en place depuis les années 1970 et a emporté la majorité des pays occidentaux, s’est construit sur un double impératif : construire des systèmes d’information à vocation de contrôle et évaluer le travail des administrations d’État à l’aide d’indicateurs de performance permettant de suivre la réalisation des objectifs quantifiés que ces systèmes permettent de fixer20. C’est de cette manière que la statistique de pouvoir est devenue un instrument (orienté et invisible) dans une stratégie de transformation radicale de la manière de gouverner21.

  • 22 Sur cette contestation, voir Evans (2002).
  • 23 Nussbaum (2003).

32On peut maintenant revenir au projet de Sen pour constater qu’il se situe à la croisée des deux modèles de mathématisation distingués par Israël : il entend mesurer (les capacités) tout en visant à quantifier (intervenir dans les choix en matière d’allocation de ressources). Si la volonté de Sen de fonder en objectivité son approche par les capacités répond à une exigence de rigueur assurant une validité à ses arguments dans le débat scientifique qui l’oppose à ses pairs, les données produites en recourant aux comparaisons interpersonnelles de capacités entendent peser sur la conception de la place légitime qu’il faut garantir à l’intervention de l’État dans la promotion de la liberté par l’égalisation des conditions. Ce double usage de la mathématisation se conforme aux pratiques modernes d’instrumentalisation du savoir économique. Mais il soulève néanmoins une interrogation : si la validité des données que Sen présente n’est pas contestée (bien que ce fut également le cas22), n’est-ce pas parce que les phénomènes auxquels ces données renvoient (la pauvreté et la discrimination sexuelle23) sont tellement marqués par l’inégalité que celle-ci n’a pas vraiment à être scientifiquement prouvée pour être reconnue ? Il suffit simplement que ceux qui en prennent connaissance concèdent que l’inégalité existe pour se dispenser de contester la justesse du chiffrage ; et c’est en général l’attitude qu’adoptent les personnes qui manifestent un peu d’ouverture d’esprit. Mais en irait-il de même dans des secteurs où ces inégalités sont moins claires à affirmer – voire celles où il faut les mettre en évidence ou les gagner contre des résistances plus ou moins fortes ? Les statistiques produites par l’arithmétique de la liberté que Sen a construite suffiraient-elles, en ce cas, à emporter aussi aisément la conviction ? On peut préciser les termes de cette question en considérant un point de désaccord qui oppose Putnam à Sen.

Valeurs collectives politiques et indicateurs de performance

33Dans un article où il discute de « la rationalité des préférences », Putnam (2004) revient sur les arguments que les théories de la décision avancent au sujet de l’« indifférence des préférences » ou de l’« incomparabilité des biens ». Il défend l’idée selon laquelle, contrairement à ce que les propositions imaginées dans ces théories avancent, dans la vie concrète, les individus se soucient généralement du fait que ce sont bien eux qui ont pris les décisions qu’ils ont prises. Et si tel est le cas, assure-t-il, il est impossible de concevoir la préférence comme une fonction identifiable en tant que telle. En ce sens, elle est inséparable de la valeur que l’individu confère aux engagements que traduisent ses choix. Pour Putnam (2004, p. 98) :

  • 24 Putnam (2004, p. 105) réitère ce point de vue en conclusion : « Le discours éthique n’a pas besoin (...)

Il appartient intrinsèquement à l’action que, quelles que soient les possibilités qui se puissent imaginer, elles doivent […] inclure la possession de raisons devant être vues de l’intérieur de cette vie même, comme ayant une force et comme constituant le mode de vie comme le mode de vie qu’il est24.

34Autrement dit, les choix que les individus font dans la vie courante – ou les préférences qu’ils expriment – manifestent le fait qu’ils maîtrisent certaines règles – de jugement et de conduite – et les manières correctes de les appliquer. Sen accepterait volontiers cette conclusion. Mais il rejette celle que Putnam en tire, selon laquelle il existe une sorte d’impossibilité conceptuelle à traiter les préférences – ou les utilités – comme un paramètre qu’il serait possible de définir de façon indépendante pour en donner une mesure servant de base à une comparaison.

  • 25 Je reprends cette phrase à Emmanuel Picavet. Pour une tentative moins déflationniste du point de vu (...)

35À la différence de Putnam, Sen envisage jugement de valeur et jugement de fait dans une relation dynamique. Il part d’une idée simple : tout jugement de valeur est déterminé par la masse de faits pris en considération au moment de sa formulation ; et conclut que toute extension de la « base informationnelle » permet de disposer d’un « répertoire plus riche pour des jugements éthiquement significatifs25 ». Sen (1985b) admet que ce principe vaut tout autant pour l’activité de mesure en économie que pour les réflexions en philosophie morale. En économie, cette extension de la base informationnelle résulte de la réintroduction des données issues des comparaisons interpersonnelles de capacités. Sen ne prétend pas que les techniques de mesure qu’il utilise pour produire ces données satisfont totalement aux canons du calcul mathématique. Il se contente d’affirmer que l’approche par les capacités possède une validité partielle qui suffit tout à fait pour remplir la tâche qui lui est assignée : pallier le fait que la description utilitariste est aveugle à certaines dimensions matérielles qui conditionnent la libre participation des agents à la vie économique. Comme il l’écrit (ibid.), « il est possible de faire des comparaisons interpersonnelles dans une certaine mesure, mais pas pour toutes les comparaisons, ni pour tous les types de comparaisons, ni avec une très grande exactitude ». L’argument ne résout cependant pas la tension entre engagement moral à tenir compte de l’inégalité et rigueur scientifique. Pour illustrer le dilemme, il suffit de rapporter la position de Sen (1999) au sujet de l’indicateur de développement humain (IDH) élaboré et imposé par le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) :

L’IDH, qui est en quelque sorte devenu l’emblème du Rapport mondial sur le développement humain, réussit assez bien à suppléer au Produit national brut (PNB) pour mesurer le développement. Reposant sur trois composantes distinctes – l’espérance de vie, le niveau d’éducation et le revenu par habitant – il ne se concentre pas exclusivement sur l’opulence économique (contrairement au PNB). Dans les limites de ces trois composantes, l’IDH a permis d’élargir considérablement l’attention empirique que reçoit l’évaluation des processus de développement. Cependant, l’IDH, qui est un indicateur sommaire, ne doit pas être considéré comme autre chose qu’une incitation à s’intéresser à la richesse des informations contenues dans le Rapport mondial sur le développement humain. Je dois reconnaître qu’au départ, je ne voyais pas grand intérêt dans l’IDH en tant que tel. Il s’est trouvé que j’ai eu le privilège de participer à sa conception. J’ai même fait part de mon grand scepticisme à Mahbub ul Haq, père du Rapport mondial sur le développement humain, concernant le fait de se concentrer sur un indicateur sommaire de ce type, d’essayer de saisir dans un chiffre unique la réalité complexe que représentent le développement humain et la misère […] Cet aspect sommaire n’avait pas échappé à Mahbub. Il ne pouvait nier que l’IDH ne constituait qu’un indicateur du développement très limité. Mais après quelques hésitations initiales, Mahbub s’est persuadé que la prédominance du PNB (un indicateur trop utilisé et trop mis en avant, qu’il voulait remplacer) ne serait pas remise en cause par une série de tableaux. Selon lui, les lecteurs les considéreraient avec respect, mais quand ils voudraient utiliser une mesure synthétique du développement, ils retourneraient au PNB en raison de sa simplicité et de sa commodité […] « Nous avons besoin d’une mesure, disait Mahbub, aussi simple que le PNB – un seul chiffre – mais qui ne soit pas aussi aveugle que lui face aux aspects sociaux de la vie humaine. » Mahbub espérait non seulement que l’IDH améliorerait, ou du moins compléterait utilement le PNB, mais aussi qu’il susciterait un intérêt pour les autres variables qui sont amplement analysées dans le Rapport mondial sur le développement humain. Mahbub avait tout à fait raison en cela, je dois l’admettre, et je me réjouis que nous n’ayons pas essayé de l’empêcher de chercher une mesure sommaire.

  • 26 Comme dans le cas de la critique de Rawls, on pourrait dire de celle de Putnam qu’elle rate sa cibl (...)

36Comme le dit Bernard Perret (2002) au sujet de l’usage des « indicateurs sociaux », il faut savoir se servir du chiffre dans sa fonction de « concentration de l’attention des décideurs sur les questions les plus importantes », bref apprendre à jouer le jeu de l’objectivité telle qu’elle est véhiculée par les formes modernes de la médiatisation. « La finalité des systèmes d’information est de réaliser une “agrégation optimale de l’information” », c’est-à-dire une arme dans un combat de nature politique. Il n’y a de mon point de vue rien à objecter à cela, tant que les utilisateurs des indicateurs restent conscients du rôle qu’ils leur font jouer. Mais on constate que cette option n’apporte pas de solution au problème soulevé par Putnam : le chiffre est incapable d’épuiser le contenu conceptuel d’une valeur collective politique (liberté, égalité, solidarité, souveraineté, etc.) ou d’arbitrer entre des valeurs également légitimes. Autrement dit, il faudrait admettre qu’une valeur collective politique ne se laissera jamais entièrement saisir par une série d’indicateurs, la plus finement exhaustive soit-elle ; et la place qu’elle tient dans l’organisation des rapports entre citoyens ne se laisse pas déduire d’une mesure, la plus correcte soit-elle26.

37Putnam creuse une sorte d’abîme entre analyse empirique et analyse conceptuelle. Et on peut affirmer que cet écart s’accroît avec la diffusion des formes gestionnaires d’exercice du pouvoir. Comme je l’ai signalé plus haut, produire des données de quantification au sujet d’une politique publique est aujourd’hui devenu une activité qui, en règle générale, s’accompagne de la définition d’indicateurs de performance dont la vocation est d’évaluer l’efficacité d’une administration ou d’un service en mesurant le taux de réalisation des objectifs qui lui ont été fixés. Cet assujettissement de l’action publique aux pratiques de quantification porte quelques effets. Le premier est la modification du langage de description des phénomènes politiques : le registre neutre des indicateurs se substitue aux termes chargés du débat politique. Le deuxième est une conséquence directe de cette substitution : la définition des questions politiques se trouve lentement déléguée à des experts qui savent manier les instruments de la quantification. Le troisième effet est de donner légitimité et primauté au discours sur l’efficacité en rendant obsolète le discours sur les principes.

38Dans un tel contexte, le recours à la quantification ne modifie pas seulement la base informationnelle à partir de laquelle le jugement politique se forme ; il transforme les formes mêmes de la description politique. Pour revenir à Sen et aux capacités : plus on accorde de primauté à l’évaluation de l’efficacité de l’action publique visant à réduire les inégalités, moins on débat des injustices qui limitent l’exercice des libertés individuelles, c’est-à-dire moins on fait publiquement exister les phénomènes comme les formes structurelles de l’inégalité, l’inhumanité des modes de production ajustés aux normes de l’hyper-compétitivité, l’indignité des conditions de travail qui en découlent ou les atteintes instituées au respect de la personne humaine. Ce langage de description – qui suffirait amplement, je crois, à justifier des décisions restaurant un ordre de relations plus juste – disparaît de l’horizon lorsqu’on ne dispose plus, pour appréhender l’action publique, que d’indicateurs de performance, dont on sait qu’ils n’ont pas pour mission, aujourd’hui, de quantifier ce qui porte atteinte à la productivité ou remet en cause la contrainte budgétaire.

  • 27 Pour illustrer le fait que l’attribution ou l’obtention d’un droit est une affaire de principe, pas (...)

39De la controverse qui oppose Sen à Putnam, on peut donc tirer cette leçon : la définition du domaine du politique ne doit pas être confondue avec l’évaluation de l’efficacité des politiques publiques. Certes, il existe un rapport entre ces deux dimensions de l’activité politique : une fois un droit établi, les dirigeants peuvent se demander pour quelles raisons ou avec quelle généralité il est appliqué à ceux qui devraient normalement en jouir. Si la production de chiffres peut alors servir (et parfois de façon déterminante) à orienter les « arbitrages » que les dirigeants doivent rendre en matière d’allocation des ressources publiques, il n’est pas de son ressort de fonder ce droit en raison. Bref, les données de quantification – comme celles des comparaisons interindividuelles de capacités – peuvent tout au plus servir d’argument de morale politique dans une prise de décision, mais en aucun cas être avancées pour justifier les principes sur lesquels cette morale repose27.

40Maintenir une ligne de partage stricte entre principe et efficacité dans le domaine du politique est chose délicate. L’approche par les capacités de Sen offre un bel exemple du défi que cela représente – et que Sen n’entend pas relever puisqu’il tient la mesure pour l’élément crucial de son approche. Les critiques de Rawls et de Putnam rappellent cependant que ce choix ne manque pas de soulever une interrogation : est-il indispensable de produire des données chiffrées pour justifier une action publique visant à corriger des injustices ou des inégalités alors qu’on pourrait aussi bien faire reposer cette décision sur des arguments de principe ? Nussbaum et Cohen ont, chacun à leur manière, proposé une réponse négative à cette question, contredisant eux aussi Sen sur ce point.

Quantification et politique

41Sen n’a jamais transigé avec une exigence, même s’il s’est parfois accommodé de quelques petits arrangements : respecter les règles de rigueur propres à la démonstration en sciences économiques. Cette attitude de neutralité savante s’accompagne, chez lui, d’une conviction : la production d’une information objective joue un rôle déterminant dans la construction des opinions et la modification des orientations politiques. En un mot, Sen pense que parvenir à faire admettre par ses pairs la validité des amendements qu’il apporte à la théorie utilitariste est une contribution majeure à la lutte contre les inégalités.

  • 28 L’auteur attribue la paternité intellectuelle de cet indicateur à Sen et à son approche par les cap (...)
  • 29 Il est sans doute inutile d’ajouter qu’imposer la réalisation d’objectifs de développement à des Ét (...)

42Mais ce souci de neutralité scientifique n’est pas unanimement admis. De nombreux commentateurs ont contesté la justesse – stratégique et théorique – de cette façon d’imposer l’approche par les capacités. C’est par exemple le cas de Srinivasan (1994) qui exprime ses doutes sur l’efficacité de l’indicateur du développement humain du PNUD. dans la lutte contre la pauvreté et ses conséquences28. Srivinasan observe simplement que les problèmes de disparité de niveaux de revenus, de santé ou d’éducation se posent de façon suffisamment manifeste dans les pays pauvres pour que leurs gouvernements n’aient pas besoin d’attendre la publication annuelle de données chiffrées pour les prendre en charge. Il leur suffit, dit-il, d’être convaincus de la nécessité de lutter contre l’analphabétisme, la misère et la maladie des populations pour décider d’affecter les ressources financières nécessaires à une amélioration du sort des plus démunis. Srinivasan cite l’exemple de quelques États particulièrement déshérités (Sri Lanka ou Kerala) qui font preuve de cette volonté et de ce courage en rendant prioritaire l’élévation du niveau de santé et d’éducation de leurs habitants. Pour lui, tout dépend ici de la nature des choix faits par et pour la collectivité et pas de la lecture de chiffres qui classent les États à un certain rang sur une échelle d’efficacité en matière de santé, d’éducation ou de pauvreté. Srinivasan n’est pas loin de penser que l’invention de l’indicateur du développement humain n’est qu’un paravent idéologique qui sert essentiellement à laisser penser que les institutions des Nations unies s’occupent des problèmes d’inégalité et de sous-développement, alors qu’elles ne se donnent pas les moyens de le faire. Or, ces moyens dépendent, à l’en croire, exclusivement d’un engagement de nature politique : s’attacher à mettre l’action des pouvoirs publics au service d’une amélioration des conditions d’existence des citoyens, pas au profit des groupes dominants. Et le fait de se donner un objectif de ce type reste largement tributaire de conceptions ordinaires de la justice et de la dignité humaine, qui se traduisent souvent en idéologies ou en programmes qui obtiennent, quelquefois, la ratification du scrutin démocratique29. Une position un peu analogue à celle que défend Srinivasan à propos du rapport entre quantification et politique se découvre chez Nussbaum (2003, p. 2), mais pour un tout autre motif :

L’invocation de la notion de capacités en matière de développement est, de façon exemplaire, exclusivement comparative, comme c’est le cas dans le Rapport sur le développement humain du PNUD. Dans ce document, les États font l’objet d’une comparaison en matière de santé et de réussite scolaire. Mais, bien qu’il en donne une petite idée, le rapport ne dit rien au sujet du degré de couverture en services sanitaires et du niveau de scolarité minimal qu’une société juste devrait fournir à tous ses citoyens en tant que droit fondamental (entitlement).

  • 30 À ce sujet, lire l’entretien avec Downs (2007).

43Ce que Nussbaum récuse est le fait que Sen refuse de se prononcer sur le contenu substantiel des capacités ; et qu’en absence d’une telle définition, l’usage de la notion de capacités n’a pas grand sens. La reprise que Nussbaum fait du travail de Sen est, on le sait, celle d’une philosophe féministe dont les analyses poursuivent une intention : contribuer à la résolution du problème de l’inégalité de genres30. C’est exactement dans cette perspective qu’elle envisage l’approche par les capacités, qu’elle tient pour une théorie de la justice supérieure à ses deux concurrentes : les théories des droits de l’homme et du contrat social. Mais, dit-elle, à condition de lui donner le complément qu’elle appelle. Car loin de considérer les capacités comme une variable qui permet de réaliser des comparaisons interpersonnelles conduisant à dégager, en toute objectivité, les principes dont une société juste devrait imposer l’application, Nussbaum redéfinit totalement la notion, en en faisant le substrat pratique de la dignité. Elle soutient en effet qu’une société juste est une société qui s’organise d’après un principe supérieur : puisqu’ils sont identiquement dotés des mêmes attributs de rationalité, tous les êtres humains possèdent le même droit à être et à faire ce qu’ils désirent. Autrement dit, respecter la dignité des individus, c’est traiter chacun d’eux comme une fin en soi, pas comme un moyen au service des fins d’autrui (Nussbaum, 2000, p. 124). De ce principe, Nussbaum déduit, contre Sen, qu’une société juste requiert l’établissement d’une liste des Capacités Humaines Essentielles (Central Human Capabilities) devant servir de guide à la formulation des droits fondamentaux, assortis de garanties constitutionnelles obligeant les pouvoirs publics à en assurer le respect.

44Pour Sen, dresser une liste a priori des capacités trahirait deux engagements : le premier, celui du savant qui doit rester neutre et ne pas définir pour autrui ce que devraient être les conditions d’existence qu’ils entendent valoriser ; le second, celui du démocrate qui défend l’idée que les capacités, auxquelles les pouvoirs publics devraient faciliter l’accès et dont ils devraient garantir la jouissance, doivent être définies par les citoyens eux-mêmes dans le cours d’une discussion libre et ajustée à la phase de développement de la société dont ils sont membres. Fixer une liste en la dotant d’un caractère aussi impératif emporte une conséquence insoutenable aux yeux de Sen : admettre que la définition du bien soit unique et qu’elle puisse devenir, d’aventure, l’apanage de détenteurs du pouvoir ainsi autorisés à agir au mépris des libertés civiles. Ce qui contreviendrait au pluralisme et bafouerait à la fois les principes de la démocratie et un postulat du raisonnement économique (bâtir l’analyse sur les préférences individuelles).

45Nussbaum ne retient pas les objections de Sen. Pas plus qu’elle ne partage la foi objectiviste qu’il manifeste dans les effets de dévoilement et le potentiel de transformation dont il crédite la quantification. Son jugement est sans appel (Nussbaum, 2003, p. 4) :

Pour autant qu’une société valorise l’égalité des individus et en fait un de ses objectifs sociaux, l’égalité des capacités semble être le type d’égalité le plus approprié à essayer d’atteindre […] Mais Sen ne se prononce jamais sur l’extension que devrait prendre l’objectif social d’égalité des capacités, ou comment il pourrait être associé à d’autres valeurs politiques dans la recherche de la justice sociale. De sorte que le lien entre ses arguments égalitaristes et une théorie de la justice est complètement imprécis.

46Elle propose donc une liste, minimale et ouverte, de dix droits essentiels (entitlements) : vivre ; conserver une santé physique ; assurer l’intégrité physique ; développer l’usage de ses sens, de son imagination et de sa pensée ; avoir des émotions et entretenir des liens affectifs choisis ; pouvoir exercer sa raison pratique, comprenant la liberté de conscience et de culte ; permettre les affiliations, comprenant la liberté de réunion et d’expression politique ; respecter les animaux, les plantes et la nature ; avoir la possibilité de jouer, de rire et d’avoir des loisirs ; maîtriser son environnement politique (participation au processus démocratique) et matériel (droit de propriété). Ces dix « capacités » expriment une conception – dont Nussbaum tend à penser qu’elle est universellement admise – de ce qu’est une vie vécue dans la dignité. Cette conception est « politique », au sens où la liste de ces capacités fondamentales doit être collectivement décidée et ratifiée afin d’entrer en vigueur. Or, pour savoir ce qu’est la dignité, il n’est pas vraiment besoin de recourir à une justification par les données de quantification sur lesquelles se fonde le raisonnement économique.

47Un autre aspect du rapport entre quantification et politique mérite d’être rapidement évoqué. Il apparaît dans la critique que Cohen adresse à l’approche par les capacités, et tient à l’ambiguïté de la conception de l’égalité qu’il y découvre. S’il met au crédit de Sen le fait d’avoir amélioré la théorie de la justice de John Rawls, en troquant les notions utilitaristes de biens et de bien-être pour celle de capacités, Cohen (1993, p. 10) relève l’ambivalence de cette notion :

Alors que Rawls et les welfarists se sont intéressés à ce qu’un individu obtient en termes de biens ou de bien-être, Sen s’est intéressé à ce qu’il obtient dans un espace situé entre le bien-être et les biens (l’alimentation se réalise par des biens, mais elle produit du bien-être). Il a également mis l’accent sur ce qu’un individu peut obtenir, pas simplement sur ce qu’il obtient. Sen a cependant donné une description erronée de sa position ; et cela tient au fait qu’il s’est servi du même terme de « capacité » pour qualifier ces deux choses dissemblables, ce qui rend son approche, telle qu’il l’expose, frappée d’ambiguïté.

48Cohen s’intéresse donc à cet entre-deux (ce qu’il nomme le midfare) pour préciser, à partir d’une clarification du concept d’égalité, ce que Sen n’a pas cherché à préciser. Pour lui, la démarche de Sen reste empêtrée dans une perspective individualiste qui l’empêche de considérer qu’une partie déterminante des conditions d’exercice des capacités tient à l’organisation collective d’une société et aux structures d’inégalité qui la marque. Pour Cohen, les comparaisons auxquelles la notion de capacités permet de se livrer sont tout bonnement incapables de répondre à une question première : comment est construite la structure d’opportunités qui autorise ou restreint la jouissance de ces capacités à certains groupes d’individus ? Voilà ce que Sen aurait oublié de se demander. Pour Cohen, la mesure des bénéfices (advantages) tirés des réalisations (functionnings) que permet l’accès aux capacités ne dit rien au sujet de l’accès aux capacités lui-même. C’est à ce point que s’immisce l’ambiguïté : la possibilité d’exercer ses capacités n’est pas égale pour tous les membres d’une société, non pas en raison de différences physiques, ou de défaut de responsabilité individuelle, mais surtout en raison d’une stratification sociale inégalitaire qui fait subir des désavantages injustifiés à certaines catégories de population. Pour Cohen, ce sont ces inégalités injustifiées que les pouvoirs publics devraient avoir pour mission de corriger ; ce qui réclame la mise en œuvre de dispositions visant à égaliser, de façon volontariste et politiquement fondée, la structure des opportunités (autrement dit, réduire les inégalités sociales). Et Cohen doute qu’une telle modification puisse advenir par la seule grâce de la description statistique de cette structure, et de ses effets, qui emporterait la conviction de partenaires s’accordant sur un constat partagé. Cela relève sans doute, pour Cohen, d’une action d’un autre type : celle du combat politique.

Conclusion

49En imposant la notion pourtant imparfaite de capacités, Sen est parvenu à faire de l’accès différentiel des individus aux possibilités concrètes de réaliser les buts qu’ils valorisent une question à laquelle les économistes peuvent se donner les moyens mathématiques de répondre. Ce qu’il a réalisé en réhabilitant un instrument d’analyse abandonné : les comparaisons interpersonnelles d’utilité.

50Je me suis intéressée ici à cet instrument ; et, plus particulièrement, aux paradoxes que soulève le projet de soumettre ce que Sen tient pour un concept de liberté (les capacités) à quantification. En évoquant les critiques que l’approche par les capacités a suscitées, j’ai essayé de montrer que deux versions de cette approche co-existaient : une première qui affiche son objectivité scientifique pour justifier l’intervention des pouvoirs publics en matière de réduction des inégalités ; une autre qui revendique une extension du domaine des libertés réelles dans les pays en développement comme dans les démocraties occidentales.

51Pour Sen, il n’existe aucune antinomie entre produire une mesure des capacités et défendre la légitimité d’une action publique visant à rétablir les conditions d’exercice de droits que des citoyens considèrent comme fondamentaux mais dont ils pensent être dépossédés. C’est même tout l’inverse : l’intérêt de l’approche par les capacités est, pour lui, de combiner la force de l’objectivation mathématique et les arguments moraux et politiques en faveur des exigences démocratiques ou républicaines (Pettit, 2004).

52La possibilité même de réaliser une telle combinaison a été contestée par les philosophes dont les critiques ont été évoquées dans cet article. Ils ont mis en lumière l’écart qui pouvait exister entre produire une connaissance empirique établissant la réalité d’inégalités entre agents économiques et justifier conceptuellement les corrections sociales et politiques qu’appelle l’existence d’un état d’inégalité en régime démocratique. J’ai essayé de verser une autre pièce à ce débat, en rappelant la place déterminante que tiennent aujourd’hui les pratiques de la quantification dans l’exercice du pouvoir et le rôle qu’elles jouent dans le processus qui, insensiblement, engendre l’a-moralisation et la neutralisation des catégories descriptives du politique. En insistant sur ce phénomène, j’ai voulu attirer l’attention sur les paradoxes qui naissent de l’ambivalence constitutive de l’approche par les capacités et de l’arithmétique de la liberté sur laquelle elle s’est construite. Ces paradoxes sont, à mon avis, particulièrement sensibles dans les tentatives d’utilisation de cette approche dans la redéfinition des politiques sociales mises en œuvre dans les pays riches pris dans la tourmente de la mondialisation. Ces tentatives, qui se construisent sur la valorisation des compétences et de la responsabilité des individus, admettent en effet la nécessité de produire des données chiffrées pour décider et mettre en œuvre une action publique parvenant effectivement à corriger des injustices ou des inégalités qui freinent l’initiative et l’épanouissement personnels. Elles ne se soucient toutefois pas de savoir quel est l’usage qui est fait de ces données dans le système du chiffre gestionnaire qui s’est mis en place, depuis une vingtaine d’années maintenant, afin de soumettre l’activité administrative à un principe d’efficacité.

53Invoquer l’approche par les capacités est, dans ces conditions, une démarche plus ambiguë qu’elle ne l’était chez Sen. Elle permet, d’une part, de soumettre au débat public de nouvelles considérations sur l’extension du domaine des libertés réelles, en invitant les citoyens (ou les collectifs qui les représentent) à préciser ce que ce domaine devrait couvrir : l’ensemble ou une partie seulement des possibilités concrètes de vivre dans des conditions d’existence désirées et de réaliser des envies légitimes ; tous les secteurs de la vie, privée ou publique, ou certains seulement ; chaque individu ou certaines catégories seulement dont on peut identifier les contours ? Mais elle peut également conduire, lorsque ces considérations sont réduites à des données chiffrées, à plaider pour la mise en œuvre d’une action publique qui, comme c’est d’usage aujourd’hui, se focalise sur la réalisation d’objectifs déduits d’une quantification organisée par des indicateurs dont on finit par oublier comment ils ont été construits, quels moyens sont utilisés pour les renseigner, voire même quel sens ils peuvent bien avoir.

54Cette tension entre les deux faces de l’approche par les capacités était présente dès son invention. J’ai essayé de montrer, en considérant les transformations que provoquent les usages modernes de la quantification, que son point d’équilibre s’était légèrement déplacé. Et que pour comprendre ce déplacement et être attentif aux effets qu’il engendre, il convenait sans doute de réfléchir aux rapports paradoxaux qu’entretiennent aujourd’hui les critères de l’efficacité de l’action publique et les catégories de la description politique.

Bibliographie

Arneson Richard J. (1990), « Primary Goods Reconsidered », Noûs, 24 (3), p. 429-454.

Arrow Kenneth J. (1973), « Some Ordinalist-Utilitarian Notes on Rawls’s Theory of Justice », The Journal of Philosophy, 70 (9), p. 245-263.

Ascher Marcia (1998), Mathématiques d’ailleurs, Paris, Éditions du Seuil.

Bachrach Peter & Morton S. Baratz (1970), Power and Poverty, New York, Oxford University Press.

Benamouzig Daniel (2005), La santé au miroir de l’économie, Paris, Presses universitaires de France.

Bezes Philippe, Lallement Michel & Dominique Lorrain (eds) (2005), « Les nouveaux formats de l’institution », Sociologie du Travail, 47 (3 et 4).

Boyer Alain (1994), « De la juste mesure », in Jean-Claude Beaune (ed.), La mesure. Instruments et philosophies, Seyssel, Champ Vallon, p. 186-196.

Cohen Gerald (1993), « Equality of What ? On Welfare, Goods, and Capabilities », in M. Nussbaum & A. Sen (eds), The Quality of Life, Oxford, Clarendon Press, p. 9-29.

Dagognet François (1993), Réflexions sur la mesure, Fougères, Encre Marine.

Dowek Gilles (2007), Les métamorphoses du calcul, Paris, Le Pommier.

Downs Laura Lee (2007), « Martha Nussbaum. Justice et développement humain », Travail, Genre et Sociétés, 17, p. 5-20.

Evans Peter (2002), « Collective Capabilities, Culture, and Amartya Sen’s Development as Freedom », Studies in Comparative International Development, 37 (2), p. 54-60.

Ellsberg Daniel (1954), « Classic and Current Notions of “Measurable Utility” », The Economic Journal, 64 (253), p. 528-556.

Fleurbaey Marc (2003), « Ni perfectionniste, ni welfariste : l’indice des biens premiers est possible », Revue de Philosophie économique, 7, p. 111-135.

Galbraith John Kenneth (1988), L’économie en perspective, Paris, Éditions du Seuil.

Goodin Robert E. (1995), Utilitarianism as a Public Philosophy, Cambridge, Cambridge University Press.

Habermas Jürgen (1973), La technique et la science comme idéologie, Paris, Gallimard.

Husserl Edmund (1976), La crise des sciences européennes et la phénoménologie transcendantale, Paris, Gallimard [1954].

Israel Giorgio (1996), La mathématisation du réel, Paris, Éditions du Seuil.

Janicaud Dominique (1985), La puissance du rationnel, Paris, Gallimard.

Laacher Smaïn (2007), Le peuple des clandestins, Paris, Calmann-Lévy.

Ladrière Jean (1977), Les enjeux de la rationalité, Paris, Aubier.

Lascoumes Pierre & Patrick Le Galès (2004), Gouverner par les instruments, Paris, Presses de Sciences Po.

Lascoumes Pierre & Dominique Lorrain (2007), « Les trous noirs du pouvoir. Les intermédiaires de l’action publique », Sociologie du travail, 49 (1), p. 1-9.

Lynch Michael (1991), « Method : Measurement – Ordinary and Scientific Measurement as Ethno-Methodological Phenomena », in G. Button (ed.), Ethnomethodology and the Human Sciences, Cambridge, Cambridge University Press, p. 77-108.

Marcuse Herbert (1968), L’homme unidimensionnel, Paris, Éditions de Minuit.

Martin Thierry (2000), « Mathématiques de l’action et réalité empirique », in Id. (ed.), Mathématiques et action politique, Paris, INED/Presses universitaires de France, p. 101-111.

Nussbaum Martha (2000), « Aristotle, Politics, and Human Capabilities », Ethics, 111, p. 102-140.

Nussbaum Martha (2003), « Capabilities as Fundamental Entitlements : Sen and Social Justice », Feminist Economics, 9 (2-3), p. 33-59.

Ogien Albert (1995), L’Esprit gestionnaire, Paris, Éditions de l’EHESS.

Ogien Albert (2000), « La volonté de quantifier », Annales HSS, 55 (2), p. 283-312.

Ogien Albert (2007), « La gouvernance, ou le mépris du politique », Cités, 31, p. 151-168.

Parrochia Daniel (2000), « Remarques sur la formation des notions d’utilité et de préférence et les limites de leur mathématisation en sciences sociales », in T. Martin (ed.) Mathématiques et action politique, Paris, INED/ Presses universitaires de France, p. 79-99.

Perdijon Jean (1998), La mesure. Science et philosophie, Paris, Flammarion (« Dominos »).

Perret Bernard (2002), Indicateurs sociaux, état des lieux et perspectives, Rapport au CERC, Paris (sur son site personnel : http://pagesperso-orange.fr/bernard.perret/).

Pettit Philip (2004), Le Républicanisme, Paris, Gallimard.

Picavet Emmanuel (1996), Choix rationnel et vie publique, Paris, Presses universitaires de France.

Porter Theodore M. (1995), Trust in Numbers. The Pursuit of Objectivity in Science and Public Life, Princeton, Princeton University Press.

Putnam Hilary (2004), Fait/Valeur : la fin d’un dogme, Paris, Éditions de l’Éclat.

Rawls John (1982), « Social Unity and Primary Goods », in A. Sen & B. Williams (eds), Utilitarianism and Beyond, Cambridge University Press, p. 159-185.

Rawls John (2003), « La flexibilité d’un indice de biens primaires », in J. Rawls (ed.), La Justice comme équité, Paris, La Découverte (trad. fr. B. Guillarme), p. 229-240.

Rosmorduc Jean (1995), « Mesure », in S. Auroux (ed.), Les notions philosophiques, t. 2, Paris, Presses universitaires de France.

Salais Robert & Robert Villeneuve (eds) (2004), Europe and the Politics of Capabilities, Cambridge, Cambridge University Press.

Sen Amartya Kumar (1985a), Commodities and Capabilities, Amsterdam, North-Holland.

Sen Amartya Kumar (1985b), « Well Being, Agency and Freedom. The Dewey Lectures 1984 », The Journal of Philosophy, 82 (4), p. 169-221.

Sen Amartya Kumar (1993), « L’évaluation de la justice doit-elle se fonder sur les moyens ou sur les libertés ? », in Id., Éthique et économie, Paris, Presses universitaires de France, p. 215-227.

Sen Amartya Kumar (1999), Contribution spéciale, « Assessing Human Developpement », Rapport mondial sur le développement humain, Programme des Nations unies pour le développement, New York.

Srinivasan Thirukodikaval Nilakanta (1994), « Human Development : A New Paradigm or Reinvention of the Wheel ? », The American Economic Review, 84 (2), p. 238-243.

Steward Ian (1988), La nature et les nombres, Paris, Hachette.

Synthèses OCDE (2003), « La modernisation du service public », OCDE, L’Observateur.

Thévenot Laurent (1997), « Un gouvernement par les normes. Pratiques et politiques des formats d’information », in B. Conein & L. Thévenot (eds), Cognition et information en société, Paris, Éditions de l’EHESS (« Raisons Pratiques », 8), p. 205-241.

Notes

1 Sur l’analyse de ce « phénomène gestionnaire », voir Ogien (1995).

2 Ce qui sous-entend qu’il faut renoncer, par exemple, au monopole occidental de la définition du bien.

3 Il est délicat de parler de « modèle utilitariste » dans la mesure où il existe différentes sortes d’utilitarisme (Goodin, 1995). Sen attaque la version étroite retenue par les thèses économiques dominantes à son époque. Sur cette définition restreinte des notions d’utilité et de préférence, voir Parrochia (2000).

4 Un doute dont les fondements méthodologiques sont magnifiquement analysés par Ellsberg (1954).

5 C’est ce que rappelle Jean de Munck, ici même, p. 21-49.

6 Telle est la question qui se pose à ceux qui cherchent à étendre l’approche par les capacités aux types de rapports sociaux prévalant dans les démocraties développées.

7 Sen (1985a, p. 17) dresse une liste, étendue et non exhaustive, des facteurs à prendre en considération pour calculer ce taux.

8 Pour une analyse des conséquences de la reconnaissance du fait du pluralisme sur la conception des comparaisons interpersonnelles d’utilité, voir Arneson (1990).

9 Rawls dresse cette liste de biens premiers : « a) Libertés de base : liberté de pensée, de conscience, d’association, respect de l’intégrité physique et règne du droit, libertés politiques ; b) libertés de mouvement et d’orientation professionnelle ; c) pouvoirs et prérogatives liés à l’exercice d’une responsabilité ; d) revenus et santé ; e) bases sociales du respect de soi ». Pour Rawls, les seules inégalités acceptables entre citoyens portent sur les clauses c, d, e.

10 Sur l’émergence de l’intrication des travaux des économistes avec la prise de décision politique, voir Galbraith (1988).

11 On sait que Rawls s’est efforcé d’associer principes de justice et d’efficacité dans sa théorie. Je laisse de côté la discussion sur le bien-fondé de cette association.

12 Certains pourraient prétendre que la critique de Rawls est infondée dans la mesure où Sen ne se place jamais sur le terrain du débat philosophique sur la définition du bien – plus même : il se refuse délibérément à le faire. Mais ce refus n’équivaut pas à une répudiation de la légitimité du problème conceptuel soulevé par Rawls. Et si ce problème se pose effectivement – ce que je crois –, il appelle une réponse. L’argument de Rawls vise en effet à signaler à ceux qui affirment se livrer à un travail purement empirique (comme c’est le cas de l’économiste) qu’ils ne peuvent le faire sans avoir au préalable vérifié la possibilité de le faire et clarifié les notions dont ils se servent pour produire leurs descriptions (chose que Sen lui-même avait rappelée à ses collègues économistes). On peut donc suggérer – en tout cas, c’est ce que je fais – qu’en refusant de soumettre sa thèse de l’extension de la base informationnelle à la critique de Rawls, Sen renonce à réfléchir à la validité et aux effets de la procédure d’objectivation (la quantification qui rend possible les comparaisons interpersonnelles d’utilité) dont il cherche à imposer la légitimité. Ce sont ces effets que j’essaie de décrire dans cet article.

13 Je reprends ici, pour les préciser, certains éléments publiés dans Ogien (2000).

14 C’est ce qui distingue l’action de mesurer de celles d’évaluer, d’estimer, d’apprécier, etc., qui reposent, elles, sur un procédé d’appariement ne réclamant pas le recours à la précision du chiffre.

15 Quelle que soit l’expression qu’elle prend. Voir Lynch (1991) ou Ascher (1998).

16 Débat inauguré par Husserl (1976), repris et développé par Marcuse (1968), Habermas (1973), Ladrière (1977), Janicaud (1985). Une autre façon d’appréhender cet usage de la mesure est proposée par Thévenot (1997).

17 Une autre manière d’envisager la question de la place spécifique qu’occupe le calcul dans l’activité mathématique est proposée par Dowek (2007).

18 Sur ce passage, voir Ogien (1995), Lascoumes & Lorrain (2007).

19 À ce sujet, Benamouzig (2005).

20 Ce programme, engagé depuis une vingtaine d’années maintenant, est en partie coordonné par l’OCDE. Voir Synthèses OCDE (2003).

21 À ce sujet, voir Lascoumes & Le Galès (2004), Bezes, Lallement & Lorrain (2005), Ogien (2007).

22 Sur cette contestation, voir Evans (2002).

23 Nussbaum (2003).

24 Putnam (2004, p. 105) réitère ce point de vue en conclusion : « Le discours éthique n’a pas besoin de faire appel à un récit métaphysique qui lui servirait de fondement (ni, dans une version post-moderne, de la tentation métaphysique, de la “déconstruire”) ; il exige seulement ce que le discours éthique a toujours réclamé – à la fois au sens plus étroit du mot éthique et au sens large d’un discours sur la vie bonne – : de la bonne volonté, de l’intelligence et du respect pour ce que l’on peut considérer comme les raisons et les difficultés inscrites au cœur même du point de vue éthique. »

25 Je reprends cette phrase à Emmanuel Picavet. Pour une tentative moins déflationniste du point de vue de l’objectivité, voir Fleurbaey (2003).

26 Comme dans le cas de la critique de Rawls, on pourrait dire de celle de Putnam qu’elle rate sa cible en visant le travail de Sen, dans la mesure où la production d’indicateurs n’entend pas se substituer, chez lui, à la définition des valeurs collectives politiques. Mais, dans ce cas également, le problème conceptuel soulevé par Putnam est légitime, comme est légitime la question de savoir quel rôle jouent les indicateurs (et en particulier ces indicateurs de performance dont Sen lui-même doute de la validité) dans la transformation de la conception du politique. Mais Sen est moins sensible à ce problème qu’à celui du changement de l’ordre mondial au moyen des résultats que produisent ses recherches empiriques. C’est peut-être à son honneur.

27 Pour illustrer le fait que l’attribution ou l’obtention d’un droit est une affaire de principe, pas de quantité : ne pas ouvrir de bureau de vote dans une petite circonscription au prétexte que le coût de cette opération est disproportionné par rapport à l’impact que le vote aura sur le décompte final contrevient au principe même de la démocratie ; abolir la peine de mort n’est pas un acte qu’on peut justifier par le fait que cette sentence n’est plus exécutée ou par le nombre de condamnés qui l’ont été à tort ; lever le contrôle de l’immigration est une décision qui dépend assez peu du nombre de corps d’illégaux repêchés en mer ou de la mesure des indignités faites au « peuple des clandestins » (pour reprendre l’appellation donnée par Laacher, 2007).

28 L’auteur attribue la paternité intellectuelle de cet indicateur à Sen et à son approche par les capacités. La citation rapportée plus haut montre la distance que ce dernier a prise avec cet instrument de défense des politiques du développement humain au plan mondial.

29 Il est sans doute inutile d’ajouter qu’imposer la réalisation d’objectifs de développement à des États qui ne remplissent pas correctement cette tâche (selon les données de quantification qui alimentent l’indicateur) n’est pas une mission qui relève des attributions des institutions de l’ONU, puisque cela reviendrait à faire ouvertement fi de leur souveraineté.

30 À ce sujet, lire l’entretien avec Downs (2007).

Notes de fin

1 Je remercie Jean de Munck, Bénédicte Zimmermann, Emmanuel Picavet et Louis Quéré, dont les solides et vigoureuses critiques m’ont permis de préciser les propositions et analyses présentées dans ce texte.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search