Version classiqueVersion mobile

La liberté au prisme des capacités

 | 
Jean de Munck
, 
Bénédicte Zimmermann

Les capacités : un cadre pour l'enquête sociale

« Faire surgir des faits utilisables ». Comment opérationnaliser l’approche par les capacités ?

Nicolas Farvaque

Texte intégral

  • 1 André Amar, « Le praticien et le philosophe », La Psychanalyse, n° spécial de la revue La Nef, 31, (...)

« À l’inverse de la démarche du philosophe, celle du praticien s’attache bien moins à “travailler un concept” qu’à faire surgir des faits utilisables. D’où une confiance bien plus grande en ce qui est opérationnel qu’en ce qui est conceptuel.1 »

Introduction

  • 1 Suivant la convention retenue pour cet ouvrage, nous traduirons capability par capacité.

1L’approche par les capacités (capability approach) est un cadre théorique normatif élaboré par Amartya Sen, qui a ensuite été développé par de nombreuses études, dans des univers disciplinaires et des problématiques variés. Cette approche s’est avant tout construite comme une alternative aux cadres dominants en économie du bien-être et aux méthodes les plus couramment utilisées dans les recherches empiriques sur les questions de pauvreté, de développement et d’analyse des politiques publiques. Elle suggère que l’évaluation du bien-être individuel et l’évaluation des arrangements sociaux partent de ce que les individus sont réellement libres et capables d’être et de faire. Sen invente le concept de « capabilité » ou de capacité (capability)1 pour désigner cet espace de liberté réelle que les politiques publiques doivent chercher à étendre. Il s’agit de la liberté réelle d’accomplir certaines réalisations ou d’atteindre certains états. Sen emploie le concept de « fonctionnements » (functionings) pour désigner ces accomplissements particuliers. La capacité de quelqu’un, c’est sa liberté réelle de réaliser les fonctionnements constituant le cours de vie auquel il aspire.

2Les travaux de Sen où apparaissent pour les premières fois les notions de capacité et de fonctionnements se situent à la charnière de différents domaines : le domaine de la critique philosophique des fondements éthiques de l’utilitarisme (Sen, 1980a, 1985a), celui, plus technique, des comparaisons économiques interpersonnelles à partir d’une information non subjective dans le but de parvenir à un choix social (Sen, 1985c), également dans des travaux appliqués d’évaluation du bien-être individuel, du standard de vie et de mesure de la pauvreté et du développement (Sen, 1985b, 1987). L’« approche » en tant que telle emprunte donc, dans sa construction progressive, à ces différentes problématiques. Elle s’est développée dans la décennie 1990 avec une série importante de contributions d’auteurs ayant interrogé, prolongé, critiqué, mis en œuvre, appliqué, essayé d’« opérationnaliser » le cadre conceptuel de Sen. Si bien, qu’en conséquence, l’« approche par les capacités » (désormais AC) est aujourd’hui le fruit de ces différents travaux, et pas seulement l’œuvre de Sen. À leur façon, en effet, ces différents travaux ont essayé d’utiliser les concepts proposés par ce dernier pour traiter de sujets divers, à des niveaux allant de l’abstrait (théories contemporaines de la justice), au concret (toute une série de recherches empiriques qui seront évoquées plus loin). Ce faisant, ces travaux comblent une absence fondamentale dans le travail de Sen : celle de la définition d’outils pratiques, permettant de manier empiriquement sa notion clé de « capacité ». Le fait est que l’approche est profondément ouverte d’un point de vue théorique, comme on le verra (au regard de la sélection des dimensions, de l’attribution de poids, etc.) et volontairement sous-spécifiée d’un point de vue méthodologique. La notion fait sens, mais pourtant son caractère « opérationnel » est mis en doute. Le dilemme de l’opérationnalisation est nourri par la pluralité des niveaux que l’approche de Sen a rapidement recouverts : à la fois dans le champ abstrait des théories égalitaristes et dans le champ plus concret de l’évaluation économique des situations individuelles et sociales.

3Un certain nombre de problèmes sont posés dès lors que l’on se situe dans une perspective d’enquête et/ou d’action publique : quelles capacités comptent ? Comment répondre au problème lié au caractère non observable des capacités ? Comment comparer les personnes entre elles sur la base de ce type d’information et comment mettre en œuvre des protocoles d’enquête satisfaisants ? Des pistes de réponse à cette question seront évoquées au regard des principales tentatives d’opérationnalisation de l’AC.

La base d’évaluation de Sen et la problématique de l’opérationnalisation

La base d’information de l’AC

4Quelle information ou quel type d’information utiliser quand il s’agit de faire une évaluation des situations socio-économiques, à un niveau individuel ou plus général ? Décrire les situations individuelles ou sociales oblige l’évaluateur à faire des choix (Sen, 1980b). Pour Sen (1989), l’un des objets fondamentaux de la science économique est d’assurer la description la plus juste (au sens de justesse) : c’est-à-dire, choisir les descriptions appropriées des états individuels, et, sur cette base, fournir des évaluations normatives des institutions et politiques. L’ensemble de ses travaux part de cette réflexion. L’approche par les capacités est la proposition d’un type d’information particulier – d’un « espace » informationnel – pour évaluer les personnes et les arrangements sociaux. Parmi les différentes conventions possibles sur lesquelles repose l’évaluation, Sen propose une convention fondée sur l’espace informationnel de la capacité et des fonctionnements.

  • 2 Voir ici même les contributions de James Bohman, p. 215-235 ; Jean-Michel Bonvin, p. 237-261 ; et R (...)

5Il emploie le terme de « base informationnelle de jugement en matière de justice » (informational bases of judgement in justice) pour désigner ces conventions d’évaluation, c’est-à-dire le choix d’un espace informationnel particulier sur lequel fonder l’évaluation. C’est cet espace informationnel qu’il s’agit d’employer pour le chercheur mais aussi l’acteur public. Dans sa perspective normative, l’AC considère que l’action publique doit consister à restaurer ou augmenter les capacités des individus, c’est-à-dire agir sur les privations de liberté dont souffrent les personnes. Le critère d’intervention de l’acteur public ne fait toutefois pas l’objet de propositions normatives de la part de Sen : ces règles publiques doivent émerger de procédures de délibération démocratiques2. Ce sur quoi l’AC met l’accent avant tout, c’est sur la base d’information à partir de laquelle sont fondées les décisions d’évaluation. Le choix de la base d’évaluation engage l’action tout entière ; ce choix est irrémédiablement conventionnel, au sens où une convention particulière d’évaluation (et, partant, d’action), s’impose au détriment d’autres (Farvaque, 2005). La question de la justice est inscrite dans cette problématique « conventionnaliste » (Salais, 1998) : quelle base d’information retenir ?

6L’AC prend son origine dans une critique pluri-niveaux des formes d’évaluation mettant par trop l’accent sur la satisfaction ou les préférences des individus, ou sur les ressources ou moyens dont ils disposent. La démarche critique initiale de l’AC balaye ainsi à la fois, dans une même dialectique englobante, les théories philosophiques de la justice économique (l’utilitarisme, le ressourcisme rawlsien) et les praxis les plus courantes dans le champ de l’évaluation économique (formes d’évaluation des ressources et richesses des pays et des habitants ; mécanismes d’action qui en découlent). La proposition centrale de l’AC est celle d’une convention d’évaluation et d’action alternative, fondée sur la liberté de choix individuelle. Pour Sen (2000b, p. 42), si l’on retient la base informationnelle particulière de l’AC, le « problème de l’évaluation » est alors défini comme suit :

Concevoir le développement en termes de libertés substantielles des gens modifie notre compréhension du processus de développement et nous renseigne sur les moyens à mettre en œuvre. L’évaluation consiste, dès lors, à estimer quelles entraves aux libertés affectent les membres d’une société donnée. (Nous soulignons.)

7Au lieu de s’arrêter aux moyens possédés par les individus, il faut regarder ce qu’ils en font (les fonctionnements), au regard des possibilités réelles qui sont les leurs (leur capacité, c’est-à-dire l’ensemble des fonctionnements réalisables par eux, dans leur contexte). De là naît toute la problématique de l’opérationnalisation de l’AC, puisque de ces concepts à leur utilisation empirique, de nombreuses questions méthodologiques demeurent posées.

Aperçu des critiques

8La problématique de l’opérationnalisation a été introduite dans les recensions de Commodities and Capabilities (Beitz, 1986 ; Sugden, 1986 ; Basu, 1987) et dans certains commentaires des articles de Sen dans The Standard of Living (notamment Muellbauer, 1987 ; Williams, 1987) et The Quality of Life (en particulier Korsgaard, 1993 ; Ysander, 1993). Ysander (ibid., p. 85) liste un certain nombre de problèmes liés à la notion de capacité, comme l’idée de contrefactualité, l’interdépendance des choix, la place des choix futurs ou contingents, etc., et interroge de façon sceptique la possibilité de rendre « opérationnel » le concept de capacité dans une perspective de mesure du bien-être. En 1993, Sugden reprend l’argument de l’opérationnalisation dans sa recension de Inequality Reexamined :

Étant donné la vaste gamme de fonctionnements que Sen considère comme pertinents, étant donné l’étendue des désaccords possibles, entre des personnes raisonnables, au sujet de la nature de la vie bonne, et étant donné le problème non résolu lié à l’évaluation des ensembles, il est naturel de se demander dans quelle mesure le cadre proposé par Sen est opérationnel. (Sugden, 1993, p. 1953)

9D’autres auteurs ont distillé des critiques proches. Pour Rawls, pourtant plus favorable aux concepts que ne l’est Sugden, l’approche de Sen reste fondée sur une « idée qui ne peut pas fonctionner » (« an unworkable idea », Rawls, 1999, p. 13). De son côté, Roemer (1996) reproche à Sen de ne pas avoir suffisamment spécifié sa théorie… ce que ce dernier reconnaît tout à fait ! N’offrant pas de méthode clés en main pour appliquer sa théorie, prônant l’incomplétude fondamentale de sa démarche et maintenant qu’il n’y a pas de réponse unique ou universelle à la question distributive, Sen se comporte, écrit Roemer, comme le Heisenberg de la justice distributive.

10Hausman et McPherson (1996) notent pour leur part que, au contraire de Sen, des théoriciens comme Dworkin et Arneson ont au moins proposé des tests (test de non-envie et marché hypothétique d’assurance chez Dworkin ; comparaison des sentiers de choix ou arbres de décision chez Arneson). Ces tests ont l’avantage de « boucler » leurs approches d’un point de vue théorique, même si leur caractère « opérationnel » peut également être interrogé. Pour les auteurs, « étant donné les difficultés de mesure, il se pourrait bien que la seule façon de mettre en œuvre les propositions de Sen […] serait de se centrer sur les ressources » (Hausman & McPherson, 1996, p. 145 ; notre traduction). Il y a, selon nous, deux façons de prendre en compte cette critique, en fonction de ce que signifie « mettre en œuvre les propositions de Sen ». Si l’on considère les moyens d’action des institutions, ce que Hausman et McPherson ont en tête, alors en effet un des principaux moyens d’action publique est la distribution de certaines ressources et, par extension, de droits formels. Cela est indépassable. Mais les propositions de Sen insistent sur la conversion de ces ressources ou droits formels en opportunités réelles : en ce sens, si l’on voulait suivre ses propositions, une distribution de moyens (selon certaines conditions, en faveur de certaines personnes, etc.) serait certainement le point de départ, mais devrait être accompagnée de procédures permettant leur conversion effective en libertés supplémentaires. La critique de Hausman et McPherson n’est donc pas suffisamment pertinente de ce point de vue. Elle peut également s’entendre d’une autre façon. Si l’on considère la façon dont on évalue les situations individuelles, et non pas comment un gouvernement pourrait s’inspirer du schéma de Sen, la question est alors : ne retomberait-on pas in fine dans une évaluation pure et simple des ressources des personnes, étant donné la difficulté d’évaluer des opportunités ? Un des principaux résultats qui découle de la littérature empirique sur l’approche par les capacités est que tel n’est pas le cas – ce qui ne veut pas dire que les méthodes utilisées, que l’on détaillera plus tard, soient toutes convaincantes. Parmi elles, en effet, certaines retombent vite dans des évaluations ressourcistes. La mobilisation d’un indicateur tel que l’indicateur de développement humain (IDH), par exemple, aussi imparfait soit-il et malgré sa composante ressourciste, permet de souligner les inégalités dont souffrent les personnes à un niveau non monétaire ; les inégalités scolaires ou de santé ne peuvent toutefois être résorbées sans une politique active de (re)distribution de ressources.

L’« opérationnalisation »

11Ce ne sont donc pas les critiques qui manquent sur le caractère « opérationnel », ou non, de l’approche de Sen. Partant, des réponses argumentées défendant l’aspect opérationnel de l’approche peuvent être avancées. C’est Ingrid Robeyns, alors en thèse de doctorat à l’université de Cambridge, sous la direction de Sen, qui a, la première, proposé une vision optimiste de la faculté de l’approche à penser différemment certains problèmes pratiques et à proposer des outils d’analyse innovants (Robeyns, 2000). Différents travaux de synthèse ont suivi (Saith, 2001 ; Comim, Quizilbash & Alkire, 2007).

12Pour reprendre la citation placée en exergue, l’utilisation des termes « opérationnalisation » ou « opérationnel » pose la question suivante : quelle est la faculté de l’approche à « faire surgir des faits utilisables » ? La problématique de l’opérationnalisation ne doit-elle se poser qu’en ces termes ? Pour Anthony Atkinson, un concept peut s’avérer « opérationnel » de plusieurs façons ; en particulier, s’il conduit les personnes à penser certains problèmes différemment (qu’est-ce que le développement ?) (Atkinson, 1999, p. 185-186). Un concept peut donc être opérationnel en termes théoriques et non uniquement au regard d’une application quantitative et d’un souci de mesure. Mais il est vrai que l’on ne peut échapper à la question de l’opérationnalisation quantitative. Nombreux sont les commentateurs qui ont critiqué de ce point de vue l’absence d’un outillage empirique précis, propre à mesurer le concept-phare de capacité, dont on perçoit immédiatement une sorte d’impénétrabilité statistique.

La sélection des capacités et l’incomplétude de la démarche

L’approche par les capacités est nécessairement pluraliste. Tout d’abord, parmi les divers fonctionnements, certains sont plus importants que d’autres. Ensuite, se pose la question du poids à attacher à la liberté substantielle (l’ensemble de capacités) par rapport à l’accomplissement réel (le vecteur de fonctionnements choisis). Enfin, dans la mesure où notre perspective – les capacités – ne prétend pas épuiser toutes les questions pertinentes pour l’exercice d’évaluation […] une question sous-jacente demeure : quel poids relatif faut-il accorder aux capacités, par comparaison à d’autres considérations importantes ? (Sen, 2000a, p. 84-85)

13L’approche par les capacités est par nature incomplète. Cette incomplétude, à la différence des théories plus complètes de la justice (comme celles de Rawls ou Dworkin), réside à deux niveaux : au niveau de la sélection des différentes dimensions (quels fonctionnements réalisés et réalisables considérer et évaluer), et au niveau de l’attribution de poids différents à ces dimensions. Si le premier problème peut se traiter d’un point de vue théorique, par la définition de « listes » d’objets à évaluer ou par la formulation de « procédures » de sélection de listes selon le contexte, le second problème nécessite pour Sen une démarche empirique :

Dans tout travail d’évaluation, il convient de séparer clairement deux questions distinctes : (1) Quels sont les objets de valeur ? (2) Quelle est la valeur respective de ces objets ? Même si, dans la forme, la première question est l’une des composantes de la seconde (au sens où les objets de valeur sont ceux dont la pondération est positive), l’identification des objets de valeur n’en est pas moins, dans les faits, la démarche primordiale qui permet de passer à la seconde question […] L’identification des objets de valeur spécifie ce que l’on pourrait appeler un espace d’évaluation […] L’approche de la capacité s’intéresse d’abord et avant tout à l’identification des objets de valeur, et voit l’espace d’évaluation en termes de fonctionnements et de capacités de fonctionner. Cette opération constitue elle-même, bien sûr, une évaluation, mais répondre à la question (1) sur l’identification des objets de valeur n’apporte aucune réponse particulière à la question (2) sur leurs valeurs relatives. Cependant, le choix d’espace peut aussi avoir un puissant impact discriminant, à la fois par ce qu’il inclut comme potentiellement précieux et par ce qu’il exclut de la liste des objets intrinsèquement importants qu’il s’agit d’évaluer. (Sen, 2000a, p. 69-71 ; italiques originales)

14Quels fonctionnements et capacités considérer ? L’une des critiques que l’approche de Sen s’attire le plus souvent renvoie à l’idée qu’elle est la seule parmi les théories de la justice contemporaines qui donne de l’importance à toute forme de réalisation, quelle qu’elle soit (Basu, 1987 ; Sugden, 1993 ; Roemer, 1996 ; Fleurbaey, 1996). Or, mais c’est une banalité de le dire, si certains éléments s’avèrent centraux quand il s’agit du bien-être de quelqu’un (la santé, l’éducation, la dignité, etc.), d’autres sont évidemment de moindre importance. Il s’agit alors de distinguer quels éléments sont fondamentaux, ou essentiels, et doivent figurer en première place dans le travail d’évaluation de la qualité de vie. Mais Sen, nulle part, ne fournit de liste de ces fonctionnements et des capacités correspondantes, envisageant plutôt une quantité « potentiellement infinie » de fonctionnements (Sen, 1987, p. 29) ; les différents états (beings) et actions (doings) qu’une personne réalise étant « potentiellement tous pertinents pour l’évaluation du standard de vie d’une personne » (ibid.). Des personnes fondamentalement différentes et hétérogènes peuvent en effet réaliser des fonctionnements très variés, qui ont potentiellement tous de la valeur pour elles. Si l’on veut décrire la qualité de vie de quelqu’un sous forme de vecteurs de fonctionnements, alors le nombre d’éléments peut être très grand. Ceci ne signifie nullement, cependant, que, dans une perspective d’évaluation sociale, tous les fonctionnements et capacités doivent compter.

15Un point important consiste à bien distinguer les problèmes méthodologiques et normatifs ouverts par cette incomplétude. D’un point de vue méthodologique, l’objectif de l’AC n’est-il pas de donner la possibilité à l’individu de définir ce qui vaut pour lui ? Il semble qu’il s’agit là d’un des fondements conceptuels principaux de l’approche par les capacités. Dans une perspective d’enquête, il s’agit de connaître ce que les personnes ont raison de valoriser, dans leur situation et leur contexte, puis d’évaluer leur capacité relative à ces objets.

16D’un point de vue normatif, une question est de savoir quelles sont les dimensions qui comptent quand on s’intéresse au bien-être individuel ou social. L’action publique repose sur des fondements normatifs qui font que telle ou telle dimension du bien-être va être privilégiée ou pas, que telles préférences individuelles ne font pas sens dans une perspective d’action publique. Le débat philosophique peut alors consister à justifier, ou remettre en cause, ces choix normatifs, implicites ou explicites, guidant l’action publique.

  • 3 Voir ici même la contribution de François Eymard-Duvernay, p. 185-213.

17C’est davantage la réflexion normative qui a été discutée et commentée dans les différents travaux sur l’AC. La réflexion a été alimentée au départ par l’absence de définition par Sen des dimensions « qui comptent », donc des fonctionnements ou capacités à retenir dans une évaluation. La question doit se régler en situation, de façon démocratique. L’action publique repose ainsi sur des choix, implicites ou explicites, en matière de valorisation3, c’est-à-dire de sélection entre les différents éléments qui peuvent avoir de la valeur pour les individus. Il est donc nécessaire de discriminer : s’il est certain que certaines dimensions du bien-être peuvent recouvrir un large consensus, d’autres sont plus sujettes à controverse. Cela passe nécessairement par le refus de prendre en compte certaines valeurs sur lesquelles il ne peut y avoir accord collectif. C’est tout l’objet du débat entre Sen (1987) et Williams (1987) que de discuter de la pertinence de prendre en compte certains objets de valeur dans l’évaluation du bien-être. Sen répond donc clairement que choisir l’espace des capacités (plutôt que l’espace des revenus ou des utilités) n’impose en rien de devoir comptabiliser chaque type de liberté de la même façon. Toutes les libertés n’ont pas le même poids, et « les capacités se distinguent les unes des autres » (Sen, 2000a, p. 189). Dit autrement (ibid., p. 73) :

[…] il est clair pour tout le monde que certains types de capacités, au sens large, n’ont que peu d’intérêt ou d’importance, et même celles qui comptent doivent être pondérées les unes par rapport aux autres. Mais ces discriminations font partie intégrante de l’approche par les capacités, et la nécessité de choisir et de pondérer ne peut être réellement, en quelque sorte que ce soit, un embarras (une « difficulté théorique »).

18Le caractère volontairement incomplet de l’approche contribue donc à confier un rôle important aux évaluateurs. Sa proximité avec les problématiques de choix social implique de considérer les formules d’accord collectif sur ces valeurs et sur leur poids. Le problème est de nature démocratique avant tout ; il est que :

[…] pour parvenir à une « plate-forme » commune [« agreed range » dans la version originale] pour l’évaluation sociale (dans le cas d’études sur la pauvreté par exemple), il est nécessaire d’établir un consensus raisonné sur les poids, ou, au moins, sur une gamme de poids. Il s’agit là d’un exercice de « choix social », qui exige un débat public et un processus démocratique de compréhension et d’acceptation. (Ibid., p. 86)

19Comme l’indique cette citation, dans l’idéal, la véritable décision de sélection des objets de valeur et de pondération ne saurait être entre les mains des évaluateurs uniquement, mais doit résulter de débats et discussions de nature démocratique. Sen n’a jamais prétendu que son approche était une théorie complète, et on peut voir dans cette incomplétude un argument pragmatique pour que la question de l’évaluation ne soit pas confisquée dans les mains de quelques experts, mais soit également confiée au débat public (Sen, 2004a ; Bonvin, 2005, et ici même, p. 237-261).

  • 4 Notamment Menon (2002), Alkire (2002, p. 41-43), Okin (2003), Robeyns (2005b).

20D’autres auteurs ont remis en cause cette volonté d’incomplétude. Un débat s’est ainsi ouvert entre Sen et Nussbaum sur la nécessité ou non de fixer a priori une « liste » des capacités centrales. Plutôt que de recourir à un exercice situé de choix social et d’argumenter une démarche volontairement incomplète, Nussbaum (2000) privilégie une démarche philosophique consistant à définir, a priori, les dimensions « essentielles » du développement humain, ou encore les libertés de base qui pourraient avoir, selon elle, une valeur « quasi constitutionnelle ». Nussbaum justifie l’acceptabilité de sa liste de (dix) capacités « fondamentales » par l’usage d’une méthode rawlsienne de consensus par recoupement : la liste émerge d’allers-retours entre les conceptions sur la justice de l’auteur et les discussions qu’elle a pu avoir avec diverses personnes ou représentants d’intérêts particuliers. La liste pose toutefois un nombre important de problèmes. L’un d’eux est de nature épistémologique. Il renvoie à la possibilité de savoir ce que « les gens », ou « la société », préfèrent et devraient choisir, c’est-à-dire le problème fondamental du choix social. Sen (1999) a évoqué « la possibilité du choix social », au terme d’une lecture optimiste des travaux (y compris les siens) sur les bases informationnelles des choix collectifs, prônant une méthode pragmatique, empirique et incomplète pour résoudre les questions éthiques et effectuer en pratique des comparaisons inter-individuelles. L’incomplétude de l’approche doit se résoudre ponctuellement, pour des questions précises et selon le contexte, par une nécessaire démarche empirique. Pour Nussbaum, au contraire, l’incomplétude de l’approche doit être résolue une fois pour toutes par l’élaboration a priori d’une liste détaillée, acceptable par des personnes de cultures différentes. Malgré les bonnes intentions exprimées, l’ambition universaliste de cette liste souffre d’un manque évident de légitimité. Son caractère autoritaire a été dénoncé par plusieurs philosophes4. Bien qu’elle s’en défende, Nussbaum impose un résultat unique. D’un point de vue normatif, il faut donc insister sur l’établissement des possibilités d’un accord collectif et d’une démocratie constructive et non, comme le fait Nussbaum, sur un résultat en particulier (Sen, 2004b).

21Il découle de ces différents éléments que, en ce qui concerne l’application pratique éventuelle de l’approche par les capacités à des cas concrets (en matière d’évaluation de politiques précises par exemple), une possibilité alternative serait de demander aux personnes directement affectées par la politique en question de définir ce qui compte, pour elles, comme des capacités de valeur, puis d’évaluer leur situation par rapport à celles-ci. À une petite échelle, cette orientation semble possible. Il est clair que dans une telle perspective d’application du cadre, et donc de résolution située de son incomplétude, l’approche doit s’engager dans des débats avec les théories de la démocratie délibérative et/ou participative (Robeyns, 2005b, p. 36). Les méthodologies participatives dans l’évaluation de micro-projets dans l’aide au développement ont été analysées de façon substantielle par Alkire (2002). Dans cet ouvrage, l’auteur note bien les difficultés méthodologiques qui peuvent surgir dans l’utilisation de méthodes participatives, mais aussi les possibilités ouvertes à l’aune du cadre des capacités. Le livre témoigne d’expériences locales menées par Alkire dans l’évaluation de projets de développement au Pakistan. Les bénéficiaires de ces programmes étaient invités à participer à la construction de la méthodologie, à travers des procédures de délibération au cours desquelles ils pouvaient exprimer les dimensions principales auxquelles ils attribuaient de la valeur. Ainsi, la base d’information n’était pas imposée de l’extérieur, mais construite en situation. Un des projets permettait à des femmes de travailler et donc d’obtenir un revenu, mais surtout leur fournissait les moyens d’une nouvelle autonomie et d’une émancipation par rapport à leurs conjoints. Cet effet du projet, analysé par Alkire comme une expansion de leurs capacités, ne peut être perçu que par un élargissement de la base d’information de l’évaluation. Dans l’évaluation de politiques ou d’actions associatives, dans les pays développés cette fois, la participation des bénéficiaires eux-mêmes peut aller dans le sens de la prise en compte de dimensions qui auraient pu être négligées par ailleurs et, in fine, augmenter certaines capacités individuelles (Guérin, 2000).

22En matière d’enquête sociale, la sélection des dimensions du bien-être ne peut suivre une méthode univoque. Un arbitrage doit se faire entre le risque de redondance, qui émerge chaque fois que l’on essaye de donner une description du bien-être individuel, et la possibilité d’oublier d’autres dimensions importantes (Brandolini & D’Alessio, 1998 ; Robeyns, 2005a). La littérature existante, large, sur la multi-dimensionnalité de la privation ou de la pauvreté, par exemple, permet déjà d’établir les bases d’un consensus de nature pratique (et non normative). Mais on peut aussi imaginer mener des enquêtes auprès de personnes connaissant des difficultés sociales et auprès de différents acteurs publics agissant auprès d’eux afin de déterminer les aspects les plus importants qui constituent le bien-être à leurs yeux ; les répondants peuvent notamment être invités à distinguer les trois fonctionnements qu’ils jugent les plus importants (Wolff & de-Shalit, 2007).

23En résumé, à un niveau normatif, l’approche par les capacités n’établit pas une liste des capacités fondamentales à inclure dans toute évaluation. C’est en ce sens que l’on ne peut parler à son égard de théorie complète de la justice sociale ; il s’agit avant tout de la mise en avant d’un espace informationnel (celui des capacités). Tout en se réclamant de l’approche, il est donc possible d’argumenter pour que telle ou telle dimension soit l’objet central de l’action publique.

24À un niveau méthodologique, cette incomplétude oblige à faire des choix en matière d’évaluation et de sélection des informations pertinentes. À une échelle « micro », il est possible de faire remonter les dimensions pertinentes depuis les personnes elles-mêmes vers les évaluateurs (la question de la mesure, ou de l’unité de mesure de ces dimensions, étant un autre problème). Le fait de passer à des échelles d’évaluation plus grandes soulève toutefois d’autres difficultés. Au total, une latitude importante est donnée au chercheur, en la double absence de méthode formalisée d’évaluation et d’une « liste » d’éléments à évaluer.

Le caractère non observable des capacités

25Une autre question centrale en ce qui concerne la mise en pratique du cadre de Sen est, d’un point de vue méthodologique, le problème de l’observabilité des capacités et la distinction entre capacité et fonctionnement. Cette distinction est fondamentale et se justifie facilement d’un point de vue théorique : en insistant sur les capacités de quelqu’un plutôt que sur ce qu’il réalise in fine, l’approche valorise l’autonomie individuelle (par opposition à toute hétéronomie consistant à imposer des valeurs, voire par opposition à un paternalisme fût-il bienveillant). D’un point de vue méthodologique les choses se compliquent : comment alors disposer de données sur les capacités ? Il est clair que des données portant sur les réalisations sont disponibles sans trop de difficultés, mais est-il envisageable de disposer d’une façon ou d’une autre de données, primaires ou secondaires, sur l’espace informationnel des capacités individuelles ? Comment faire pour obtenir des données empiriques sur l’espace de choix de quelqu’un sans tomber dans les travers de l’approche microéconomique dite par les préférences révélées, que Sen a longuement critiquée et qui consiste à dire que la préférence se traduit nécessairement dans le résultat du choix : si je choisis A plutôt que B, c’est que je préfère A à B ?

26De prime abord, il semble difficile de mesurer des capacités (au-delà de toute question sur la pertinence de ce concept). Prise comme un synonyme de la liberté de choix vue comme l’ensemble des cours de vie alternatifs que l’individu a des raisons de valoriser, la capacité de quelqu’un peut-elle simplement être une catégorie empirique ? Comme on va le voir, la solution de Sen, loin de toute axiomatique formelle, est avant tout pragmatique. Pour des raisons évidentes de collecte d’information sur les alternatives possibles, une évaluation directe, parfaite et précise des ensembles capacités semble impossible – même si c’est l’ambition qui doit guider l’enquêteur dans son rapport aux données. D’un point de vue empirique, deux défis sont en effet posés quand on cherche à évaluer le standard de vie et, par extension, si l’on retient la perspective exigeante des fonctionnements et capacités : le défi de la pertinence, d’abord, qui suppose de prendre à bras-le-corps les complexités inhérentes à l’idée de mesurer le standard de vie ; le défi des possibilités d’utilisation, ensuite, qui exige en retour d’amoindrir ces complexités dès que possible… (Sen, 1987, p. 20).

27La solution pragmatique de Sen est de dire qu’il est tout à fait possible qu’une enquête se fonde effectivement sur la proposition de l’AC (cette affirmation visant avant tout les critiques du caractère non opératoire de l’approche) ; en pratique, elle devra partir de ce que les personnes réalisent. Ne considérer le bien-être accompli que comme fonction de la capacité initiale serait « une grosse exagération » (Sen, 2000a, p. 79). Il est nécessaire de partir des fonctionnements afin de parvenir à une « vision partielle mais significative des libertés dont jouissent des individus différents » (ibid., p. 23 ; nous soulignons). La démarche impose d’être réaliste et prudent : « […] il ne faut pas confondre ce qui devient acceptable en raison de difficultés pratiques à disposer des données et ce qui serait la démarche correcte si l’on n’avait pas été ainsi limité dans son information. » (Ibid., p. 82).

28Ce n’est pourtant pas la même chose que d’essayer d’évaluer des opportunités et d’évaluer des résultats ou réalisations (dans le lexique de l’approche, des fonctionnements). Il faut donc justifier la démarche consistant à faire le saut des seconds vers les premiers. Sen propose différentes formes de justification pour évaluer les capacités individuelles en partant des fonctionnements accomplis. L’argument central est que l’on peut inclure, dans la description et l’analyse de certains fonctionnements, une information sur les possibilités de choix et l’espace de liberté des personnes. Cela est autorisé par la qualité de certaines données que Sen a définies comme des « fonctionnements enrichis » ou « affinés » (refined functionings). Ce sont des données empiriques qui incluent une information stable sur le contexte de choix et une indication sur les alternatives : par exemple, le fait de ne pas manger par souci de jeûne ou par manque de ressources, ou encore le fait de travailler à temps partiel par choix ou par absence d’alternatives (temps partiel subi). Dans les deux cas, la réalisation (ne pas manger, être à temps partiel) est décrite de façon suffisamment riche pour autoriser une interprétation en termes d’opportunité de choix. Ce genre d’informations, pas nécessairement quantitatives, peut être obtenu de la part de l’évaluateur sur la base de données secondaire, ou bien primaires, spécialement construites pour l’occasion et en fonction de l’optique et de la problématique retenues. Se pose donc, alors, la question du choix des indicateurs et du rapport aux données. Le niveau de sophistication de l’approche dépendra ainsi des limites pratiques qui se posent à tout enquêteur. Les données imposent de passer des « compromis pratiques » et d’être au clair sur leur portée et leurs limites. Comme l’écrit finalement Sen (2000a, p 82) :

[…] en fait, l’ensemble capacité n’est pas directement observable, et il doit être construit sur la base de présomptions […] Donc, en pratique, on pourrait avoir assez souvent à se contenter de relier le bien-être aux fonctionnements accomplis – et observés –, au lieu d’essayer d’introduire l’ensemble capacité.

29Étant donné cette résolution, quelle force conserve la distinction de départ entre capacité et fonctionnements ? D’un point de vue empirique se pose la question de l’interprétation des données. Ne risque-t-on pas, en suivant cette proposition des fonctionnements enrichis, d’interpréter abusivement des états individuels en mobilisant le registre conceptuel du choix, de la liberté individuelle, etc. ? Cette possibilité d’abus guette au tournant. Au-delà de la pertinence stratégique ou tactique de miser empiriquement sur l’analyse de fonctionnements, ne débouche-t-on pas sur une remise en question de la pertinence théorique de la notion de capacité pour guider la réflexion et l’analyse ? C’est une question qu’a posée Marc Fleurbaey (2004, 2006). Pour lui, une perspective d’évaluation fondée sur l’espace informationnel des fonctionnements enrichis apparaît supérieure comme guide pour la réflexion – sans compter qu’elle est bien plus facilement réalisable d’un point de vue pratique, comme on vient de le voir. Que se passerait-il si l’on pouvait disposer de données, disons parfaites, sur l’espace des capacités de différentes personnes ? Pour prendre un exemple, si la seule information dont on dispose est le fait que quelqu’un a, comme fonctionnements réalisables, soit « être riche et en bonne santé » (alternative 1), soit « être pauvre et affamé » (alternative 2) (et l’on pourrait encore inclure une infinité d’alternatives intermédiaires comprises entre ces deux extrêmes), cela ne nous apprendrait évidemment rien sur sa qualité de vie réelle. Il est nécessaire d’inclure une information sur l’ensemble réalisé. On peut penser que la personne optera pour la meilleure alternative, mais, d’un point de vue formel, l’espace informationnel ne nous le dit pas et il est nécessaire de passer par des hypothèses. Si l’approche des capacités est avant tout une approche centrée sur le bien-être réel des personnes, alors il est indépassable d’inclure une information sur les réalisations effectives. Somme toute, cela revient à la perspective pragmatique développée plus haut.

30Sur un autre aspect, Fleurbaey pointe un vrai problème quand il note que Sen prend souvent l’exemple « régime versus famine », et adopte un raisonnement toutes choses égales par ailleurs pour justifier le saut des fonctionnements aux capacités. La réponse classique de Sen est de dire qu’il est important de considérer les alternatives et les ensembles d’opportunités, car deux personnes qui ne mangent pas peuvent avoir des opportunités réelles bien différentes. Cela apporte un éclairage en matière d’action publique – il s’agit d’aider la personne qui n’a pas la capacité de manger à sa faim, et non celle qui se prive volontairement de manger alors qu’elle en a la capacité. Pour Fleurbaey, cette argumentation du détour par les fonctionnements affinés pour justifier la perspective des capacités n’est ici appuyée que par un raisonnement centré sur un seul fonctionnement. Il s’agit d’une argumentation insuffisante. Il serait nécessaire d’inclure également les autres réalisations des personnes étudiées. Or, il est très probable en effet que la personne qui ne mange pas alors qu’elle en a la capacité (dans l’exemple classique de Sen, la personne au régime, ou le gréviste de la faim) a également de meilleures réalisations – un meilleur logement, un meilleur revenu, un meilleur statut social, etc. La démarche exige donc de comparer les personnes non pas au regard d’un seul fonctionnement, mais au regard du même vecteur de fonctionnements. Si cela est exigeant, cela est tout à fait possible empiriquement. Il ne s’agit plus alors de guider l’enquête par la base informationnelle des capacités, mais bien plus par celle des fonctionnements.

Les principales applications

31Sen n’a jamais proposé de méthode définitive d’évaluation des capacités individuelles. À chaque fois qu’on lui a demandé de combler ce vide méthodologique, il a volontairement laissé la porte ouverte et insisté sur la diversité des modes d’évaluation possibles : « Il doit être clair que la perspective des fonctionnements et des capacités spécifie un espace dans lequel l’évaluation doit se placer, plutôt qu’elle ne propose une formule particulière pour l’évaluation. » (Sen, 1988, p. 18). « La perspective des capacités n’est pas un ensemble de formules mécaniques, mais un cadre pour l’analyse informationnelle, l’examen critique et les jugements réfléchis. » (Sen, 1996, p. 117).

32Toute application empirique de l’approche pose le problème de la multi-dimensionnalité du bien-être ou de la privation. Quelles stratégies adopter pour utiliser des données multiples de façon à faire surgir des faits utilisables, sachant que l’approche ne spécifie qu’un « espace », mais pas une formule ? Dans son article « The Capability Approach in Practice », Robeyns (2006a) distingue différents types d’application : l’évaluation générale du développement d’un pays ; l’évaluation de micro-projets de développement ; l’identification des pauvres dans les pays en développement (en recourant à une métrique non-monétaire) ; l’évaluation du bien-être et de la pauvreté dans les pays développés ; l’évaluation des privations vécues par les personnes handicapées ; l’analyse critique des inégalités de genre ; des analyses théoriques et empiriques de politiques publiques ; enfin un mode d’application plus théorique, centré sur l’analyse critique des normes et pratiques sociales.

33Son texte montre bien la richesse, mais aussi les limites, en l’état actuel, des applications pratiques de l’approche. Dans le cadre de cette présente étude, et de façon moins exhaustive, on commentera les principales pistes développées pour rendre l’approche des capacités opératoires, de manière à voir comment les précédents problèmes évoqués ont été réglés.

Une piste macroéconomique et statistique d’analyse du développement des pays

34La première application empirique est proposée par Sen (1985b) en annexe de son Commodities and Capabilities. Il y offre une rapide illustration empirique comparant des pays en développement sur la base d’indicateurs sociaux donnant une indication sur les capacités des habitants. Le problème est que, entre la formalisation théorique qu’il présente au début de cet ouvrage (la première véritable formalisation des notions de capacité et fonctionnement par Sen) et l’application empirique qui le clôt, des différences non négligeables sont à pointer.

Les questions posées par l’illustration empirique macroéconomique proposée par Sen dans Commodities and Capabilities
L’étude, sobrement intitulée « Some international comparisons », compare cinq pays en développement : le Brésil, le Mexique, le Sri Lanka, la Chine et l’Inde. Sen montre qu’un classement fondé sur le PIB diffère fortement d’un classement basé sur une sélection de capacités qu’il qualifie de « non-controversées » – comme la santé, la longévité (reflétant la capacité de vivre longtemps) ou l’éducation – censées donner une indication du standard de vie. En termes de revenu par tête (en 1982), le Brésil et le Mexique constituent un groupe de pays riches, et le Sri Lanka, la Chine et l’Inde forment un groupe de pays plus pauvres. En revanche, si l’on regarde des « capacités » telles que l’espérance de vie, la mortalité infantile et l’éducation de base (à travers un indicateur relatif à l’alphabétisation des adultes), on obtient des groupes différents : seule l’Inde est alors placée dans le groupe des pays avec de faibles réalisations. Le Sri Lanka et la Chine ont désormais des résultats comparables à ceux du Brésil et du Mexique, avec pourtant des revenus par tête inférieurs. Ce qu’il faut souligner, explique Sen, n’est pas le fait que l’Inde soit dans une situation exceptionnelle, mais bien que la Chine et le Sri Lanka ont des performances non-attendues au regard de certaines capacités de base. Ces bons résultats s’expliquent par des politiques publiques suivies de distribution alimentaire, de santé publique, de services médicaux et d’éducation scolaire. Le standard de vie est positivement corrélé à des politiques de développement des biens et services collectifs. Cependant, on n’obtient pas d’information sur les inégalités d’accès à ces services et on ne peut savoir, à la lumière des résultats présentés, si ceux-ci sont convertis en capacités de façon égale parmi les habitants.
Dans son interprétation des résultats, Sen (1985b, p. 80) ajoute que les capacités des « masses chinoises », selon ses propres termes, sont de très loin supérieures à celles des « masses indiennes » : les premières vivent plus longtemps, ont une enfance plus sûre, savent plus souvent écrire et lire, affrontent mieux la maladie, etc. Il en conclut que la « distance économique » entre la Chine et l’Inde est bien mieux reflétée quand on parle de fonctionnements et de « standard de vie » que de PNB ou de marchandises (commodities) (ibid.). Sen lui-même emploie de façon indistincte les mots « capacité » et « fonctionnements » pour commenter les mêmes données. Celles-ci portent à l’évidence sur des réalisations, dans des domaines essentiels tels que la santé ou l’éducation. Mais l’interprétation en termes de capacités collectives, comme il le fait en parlant des « masses » chinoises ou indiennes, reste sujette à controverse, la dimension individuelle de l’approche étant ici entièrement subsumée dans des données macro. L’hétérogénéité interindividuelle des « masses » est complètement évacuée dans ce tableau.

  • 5 Pour Asunción St-Clair (2004), l’IDH a eu une portée politique importante, en jouant le rôle d’un c (...)
  • 6 On ne peut présenter ici ces différents travaux. Pour des travaux « macro » proposant des comparais (...)
  • 7 À ce titre, des travaux plus méthodologiques existent, qui comparent l’impact de différentes méthod (...)

35Les premiers doutes sur le caractère opérationnel de la théorie de Sen proviennent de cette distance instaurée par lui-même, et dans le même ouvrage, entre le concept et sa traduction empirique. Cette illustration a quand même eu le mérite de montrer le potentiel alternatif de la base des capacités pour effectuer une évaluation macroéconomique du développement ou du standard de vie qui ne soit pas uniquement fondée sur l’espace des ressources marchandes (en particulier, l’évaluation de la richesse d’un pays en termes de PIB ou PNB par habitant). Cette première « piste » d’opérationnalisation de la théorie de Sen comme évaluation non monétaire du standard de vie a connu un écho important au niveau international, dans le monde académique et surtout au niveau des grandes organisations internationales de développement. On connaît ainsi le succès de l’Indicateur de Développement Humain (IDH) mis au point par le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) en se fondant sur les travaux de Sen et avec sa contribution5. Différents travaux de nature plus académique ont notamment contribué à développer les possibilités d’élaboration de mesures multidimensionnelles de la pauvreté et du standard de vie, champ de recherches qui existait avant les travaux de Sen et qui a pu trouver là des fondements et justifications théoriques6. Ces recherches contribuent souvent à identifier des sous-populations souffrant de privations multiples, qu’une évaluation classique de la pauvreté en termes monétaires n’aurait pas mises en avant. Elles mobilisent des méthodes quantitatives variées (construction d’indices, ensembles flous, statistiques descriptives, etc.)7 pour traiter des données construites par ailleurs (le plus souvent, des enquêtes auprès des ménages produites par les institutions statistiques nationales). Le choix des variables retenues est en général contingent.

36On peut parfois se demander si les indicateurs retenus dans ces enquêtes permettent toujours une interprétation en termes de capacité. C’est tout le problème. Ces études et travaux permettent de déplacer le curseur de l’évaluation et d’offrir un nouveau regard sur la richesse ou la pauvreté. Mais le risque est celui de la surinterprétation des données (comme le montre le commentaire de Sen sur les « capacités des masses chinoises »).

Une analyse descriptive des situations individuelles dans un contexte d’action publique

37D’autres usages empiriques de l’espace proposé par Sen existent, des usages moins obnubilés par l’objectif de mesure du standard de vie, tout en restant engagés dans une démarche empirique. La différence réside dans l’objet et la méthode : l’objet est d’analyser de façon descriptive des situations individuelles ou collectives, le plus souvent dans un contexte d’action publique, sans nécessairement poursuivre un objectif de mesure ; la méthode recourt plus volontiers à l’empirie qualitative, en complément ou en supplément de matériaux quantitatifs.

  • 8 Voir Brandolini & d’Alessio (1998) pour un panorama plus complet de ces différentes méthodes agréga (...)

38Certains travaux de Sen, réalisés avec Jean Drèze et portant sur l’analyse des politiques et réformes publiques en Inde, ont ainsi moins cherché à définir un outil de mesure non controversé qu’à proposer un cadre descriptif cohérent des fonctions positives des institutions publiques et du mécanisme de marché en posant une problématique différente (Drèze & Sen, 2002). Dans quelle mesure les réformes engagées vont-elles dans le sens d’une amélioration de la liberté de choix des personnes les plus défavorisées ? Dans leur analyse empirique, Drèze et Sen continuent d’étudier des données secondaires de nature macroéconomique et privilégient de façon non orthodoxe le traitement des données non monétaires. Contrairement aux précédents travaux qui avaient une ambition « agrégative » (définition d’un indice global), cette perspective ouvre la voie à des analyses non agrégatives de la multidimensionnalité des capacités8.

39Des analyses plus « situées » et qualitatives de l’action publique en train de se faire ont été réalisées. Le travail déjà mentionné de Sabina Alkire (2002) se concentre sur les micro-projets de développement humain. Il fournit les bases d’une méthodologie participative alternative où l’évaluateur, placé en situation, définit un cadre informationnel centré sur l’expansion des capacités individuelles. Des informations brutes sont recueillies sur place en fonction de ce protocole d’enquête co-construit avec les bénéficiaires et les financeurs.

40D’autres travaux sur le développement sont ainsi fondés sur des enquêtes de terrain (Dubois & Rousseau, 2007), parfois centrées sur l’analyse d’un type de capacité, comme la possibilité d’apparaître en public sans honte (De Herdt, 2007), ou de l’impact des modes de gouvernance (décentralisation) sur la capacité d’accès à des services de base (Mehrotra, 2007). Ces études sur le développement font preuve d’une forte interdisciplinarité, entre l’économie, l’anthropologie et la sociologie.

  • 9 Voir Schokkaert & Van Ootegem (1990), Le Clainche (1994), Balestrino (1996).

41Dans les pays développés, des travaux ont porté sur l’emploi et l’insertion, considérés à l’aune de l’approche des capacités. Ainsi des recherches ont permis de montrer que les chômeurs, ou les publics en insertion, se caractérisaient significativement par des privations non-monétaires (isolement social, incapacité à assumer les tâches les plus mécaniques de la vie quotidienne)9. Celle de Schokkaert et Van Ootegem était l’une des premières à appliquer explicitement le cadre de l’AC à des données statistiques individuelles pour un pays riche, et donc à ouvrir une perspective empirique nouvelle. Les auteurs employaient l’analyse factorielle pour traiter les réponses d’un échantillon de chômeurs belges à des questions de nature qualitative.

42Toujours dans le domaine de l’emploi ou de l’insertion, d’autres analyses statistiques de trajectoires individuelles considèrent l’expansion des capacités de choix à travers certains fonctionnements pertinents, à partir du traitement statistique de bases de données (Vero, 2006 ; Farvaque & Oliveau, 2004). Dans une étude portant sur le Chili, Kirsten Sehnbruch (2007) a construit un indice de qualité de l’emploi à partir de données sur le revenu, la couverture sociale, le type de contrat, la stabilité de l’emploi et la formation professionnelle ; la valeur prise par les différentes composantes de l’indice étant fondée sur une méthode de scoring, l’auteur attribuant une note à la qualité de chaque item. Par exemple, une présence dans l’emploi inférieure à trois ans « valant » 0 sur une échelle de 0 à 2, une présence de plus de cinq valant 2. Le problème de ce genre de méthode de notation est que les choix individuels sous-jacents sont complètement écrasés (un individu pouvant avoir de grandes opportunités professionnelles et de très bonnes raisons de changer tous les deux ans d’emploi ; à l’inverse, une personne peut se retrouver « placardisée » dans un emploi sans pouvoir en changer).

43D’autres études sur l’emploi et la formation à partir de l’approche des capacités tentent de mieux mettre l’accent sur les choix possibles et effectifs. Corteel et Zimmerman (2007), à partir d’enquêtes ethnologiques dans des entreprises, interrogent de quelle façon l’entreprise, comme institution, peut permettre aux salariés de développer leurs capacités, entendues comme possibilités de développement professionnel et personnel au travail, mais aussi hors travail. Dans le même sens, la façon dont les politiques locales d’emploi, par l’intermédiaire de dispositifs individualisés, cherchent à augmenter les opportunités d’insertion ou de retour à l’emploi, peut également être étudiée d’un point de vue descriptif et critique en mobilisant l’approche des capacités à partir d’entretiens sociologiques avec les bénéficiaires et les acteurs publics (Dean et al., 2005 ; Bonvin & Farvaque, 2005). Dans une problématique proche, mais avec des outils d’analyse différents (données statistiques), Lambert et Vero (2007) montrent que la capacité d’accéder à des formations professionnelles varie d’un salarié à un autre (en fonction de leurs caractéristiques personnelles et du contexte). Leurs résultats vont à l’encontre de la thèse, parfois défendue, du « manque d’appétence » pour la formation professionnelle de la part des salariés : bien au contraire, l’explication d’un plus faible accès à la formation de certaines catégories de salariés est moins à situer dans le registre des préférences que dans celui des conditions objectives d’accès à une ressource rare. Cela démontre, dans un autre domaine, la pertinence de la critique par Sen des préférences adaptatives et souligne l’intérêt de cadrer l’enquête par une problématique en termes de capacités.

  • 10 Se reporter à l’article précité de Robeyns (2006) ou à l’ouvrage collectif de Comim, Qizilbash & Al (...)

44Ces différentes études portant sur la description des situations individuelles dans un contexte d’action publique constituent un échantillon non représentatif des travaux actuels. D’autres thèmes sont également traités, comme les inégalités vécues par les personnes en situation de handicap ou les inégalités de genre10. Ces travaux mettent empiriquement en évidence les contraintes supplémentaires subies par certains pour accéder à des fonctionnements de valeur. Ils se fondent sur des méthodes statistiques (en coupe ou en longitudinal pour montrer les écarts entre deux populations), plus rarement sur des méthodes sociologiques (entretiens et récits de vie, en particulier Nussbaum, 2000). D’autres études de cas (Phelps, 2006) ou des travaux plus théoriques (Zimmerman, 2006) montrent comment la notion même de capacité peut être approchée par de telles méthodes qualitatives, situées, narratives.

45Notons enfin une dernière perspective de recherche innovante. Des enquêtes par questionnaire ont tenté d’évaluer l’espace de liberté tel que l’auto-estimaient les répondants, dans différents domaines, comme les relations sociales, l’environnement, etc. (Anand & Van Hees, 2006). Les modalités de réponse portaient sur une échelle de 1 à 7 (par exemple : par rapport à mon âge, j’estime que je dispose d’une liberté pour mener une vie en bonne santé valant…). Il faut bien concevoir cependant que ces approches subjectives portent avant tout sur des perceptions et des satisfactions par rapport à des espaces de choix personnels et doivent en ce sens être prises avec précaution. Elles semblent toutefois offrir une piste stimulante… et opérationnelle.

46Dans la même veine, on peut penser que des méthodes expérimentales, que la science économique contemporaine a commencé à intégrer au contact, notamment, de la psychologie, pourraient permettre de creuser la notion de choix, sans toutefois nécessairement apporter beaucoup à l’analyse de la liberté de choix, qui renvoie à autre chose qu’à la sélection d’une alternative parmi d’autres. Des travaux qualitatifs de nature sociologique seraient capables d’aller dans cette direction, en interrogeant notamment les motivations et contextes individuels des choix que font les personnes : dans une perspective hypothétique (« que feriez-vous si… ») – mais le problème est que les questions hypothétiques appellent des réponses hypothétiques –, ou, de façon plus intéressante, dans une perspective biographique, en revenant sur les choix faits dans le passé et sur leurs raisons. Le rôle du chercheur consiste alors à analyser la trajectoire individuelle du point de vue des choix faits ou non faits, et des alternatives qui étaient possibles ou non à ce moment-là.

47Une dernière piste, qui pourrait compléter utilement la précédente, serait de recourir à des travaux statistiques portant sur les trajectoires individuelles et de développer une analyse en termes de groupes sociaux : en montrant par exemple que les individus de tel groupe subissent de manière significative des obstacles supplémentaires que ne subissent pas les autres individus d’autres groupes, les contraintes sur le choix seraient rendues visibles au moyen d’outils simples. Des recherches existent déjà (Burchardt, 2002 ; Robeyns, 2006b) qui illustrent la pertinence qu’il y a à s’intéresser aux parcours de vie en se concentrant sur les possibilités de choix et les contraintes qui pèsent sur le choix, l’AC donnant à cette perspective empirique d’analyse des inégalités et injustices sociales un cadre théorique et normatif cohérent. Le fait de passer du niveau de l’individu au niveau du groupe social pose cependant un certain nombre de questions d’ordre aussi bien méthodologique que théorique.

Conclusion

48La proposition conceptuelle de Sen pose dès le départ le problème de son application empirique, même si une forme d’opérationnalisation importante a été d’ouvrir des pistes pour penser différemment certaines questions contemporaines comme le développement ou la pauvreté. L’approche par les capacités a par ailleurs sa propre trajectoire dans le domaine de la philosophie politique, où est moins posé le problème de l’opérationnalisation empirique que celui de la robustesse conceptuelle des différentes notions, des relations entre elles, et plus généralement de la dimension éthique de ce cadre.

49La notion de capacité possède une profonde valeur heuristique, en ce sens où elle a conduit à de multiples travaux, empruntant à des méthodes différentes dans des champs disciplinaires variés, pour traiter de nombreuses thématiques socio-économiques. Leur trait commun est de considérer les personnes, ou groupes de personnes, du point de vue des réalisations effectives qui sont les leurs, des ensembles de possibles qui leur sont ouverts, des choix qu’ils opèrent parmi ces derniers et des contraintes ou privations qui pèsent sur ces choix. Cette caractérisation du fonctionnement humain est originale en ce qu’elle fait de la liberté une valeur et un principe fondamentaux, que Sen substitue à la sacro-sainte rationalité microéconomique sans pour autant affaiblir la nécessité de prendre en compte l’usage de la raison et du jugement. Il en résulte une posture pluridisciplinaire, voire post-disciplinaire (Robeyns, 2006a, p. 371). Pour Robeyns, au regard de l’économie standard contemporaine, l’approche des capacités introduit un « tournant sociologique » (ibid.).

50Il est toutefois remarquable que la plupart des travaux qui ont cherché à opérationnaliser les capacités sont marqués par une approche économique de facture assez classique (mises à part les recherches de nature philosophique mentionnées au début de cette introduction), ambitionnant de développer une application empirique quantitative au moyen des bases de données immédiatement disponibles, les variables retenues étant celles qui s’apparentent le plus à des capacités, faute de mieux. Cela a pu conduire à des surinterprétations théoriques, dans la mesure où ces variables éclaircissent difficilement la question du choix et s’avèrent limitées pour saisir l’agence humaine (agency).

51Le développement empirique de l’approche, pensons-nous, passe par une confrontation plus avancée avec les méthodologies sociologiques, notamment l’analyse sociologique des inégalités et la sociologie pragmatique. C’est une voie à creuser pour continuer de tester empiriquement le potentiel alternatif de l’approche. La question du choix individuel est centrale pour la sociologie (que l’on pense que ce choix est possible ou bien formel, prédéterminé, etc.), au regard des mécanismes de reproduction des inégalités, des structures de contraintes (comme les inégalités de genre ou les discriminations persistantes), des interactions sociales, etc. Les logiques des acteurs, leurs stratégies, les valeurs et ressorts de l’action dans des contextes et situations, etc., sont autant de (grands) thèmes sociologiques fortement absents pour le moment des recherches sur les capacités. Pour prendre la mesure de la portée heuristique et politique de la notion de capacité dans nos sociétés libérales, sans pour autant tomber dans le fétichisme de la mesure économique, un tel tournant sociologique semble aujourd’hui bienvenu pour prolonger l’approche de Sen et lui permettre de faire surgir des faits utilisables, pour l’analyse et la critique.

Bibliographie

Alkire Sabina (2002), Valuing Freedoms. Sen’s Capability Approach and Poverty Reduction, Oxford, Oxford University Press.

Anand Paul & Martin van Hees (2006), « Capabilities and Achievements », Journal of Socio-Economics, 35, p. 268-284.

Atkinson Anthony (1999), « The Contributions of Amartya Sen to Welfare Economics », Scandinavian Journal of Economics, 101 (2), p. 173-190.

Balestrino Alessandro (1996), « A Note on Functioning-Poverty in Affluent Societies », Notizie di Politeia, 12 (43-44), p. 97-106.

Balestrino Alessandro & Nicola Sciclone (2001), « Should we Use Functionings Instead of Income to Measure well-Being ? Theory, and Some Evidence from Italy », Rivista Internazionale di Scienze Sociali, 109 (1), p. 1-20.

Baliamoune-Lutz Mina (2004), « On the Measurement of Human Well-Being. Fuzzy Set Theory and Sen’s Capability Approach », Unu-Wider Research Paper, 16.

Basu Kaushik (1987), « Achievements, Capabilities and the Concept of Well-Being. A Review of Commodities and Capabilities by Amartya Sen », Social Choice and Welfare, 4, p. 69-76.

Beitz Charles R. (1986), « Amartya Sen’s Resources, Values and Development », Economics and Philosophy, 2 (2), p. 282-291.

Bérenger Valérie & Audrey Verdier-Chouchane (2004), « Évolution du niveau et de la qualité de vie dans la zone euro-méditerranéenne : une analyse multidimensionnelle de la pauvreté », Économie appliquée, 57 (4), 2004, p. 5-41.

Bonvin Jean-Michel & Nicolas Farvaque (2005), « What Informational Basis for Assessing Job-Seekers ? : Capabilities vs. preferences », Review of Social Economy, 63 (2), p. 269-289.

Brandolini Andrea & Giovanni D’Alessio (1998), « Measuring Well-Being in the Functioning Space », document de travail, Rome, Banca d’Italia.

Burchardt Tania (2002) « Constraint and Opportunity : Women’s Employment in Britain », conférence Promoting Women’s Capabilities : Examining Nussbaum’s Capabilities Approach, Von Hügel Institute, St Edmund’s College, Cambridge University, 9-10 septembre.

Chiappero Martinetti Enrica (2000), « A Multidimensional Assessment of Well-Being Based on Sen’s Functionings Approach », Rivista internazionale di Scienze Sociali, 2, p. 207-239.

Comim Flavio, Qizilbash Mozaffar & Sabina Alkire (eds) (2007), The Capability Approach : Concepts, Measures and Applications, Cambridge, Cambridge University Press.

Corteel Delphine & Bénédicte Zimmerman (2007), « Capacités et développement professionnel », Formation Emploi, 98, p. 25-39.

Dean Harley, Bonvin Jean-Michel, Vielle Pascale & Nicolas Farvaque (2005), « Developing Capabilities and Rights in Welfare-To-Work Policies », European Societies, 7 (1), p. 3-26.

De Boissieu Christian, Jacquet Pierre, Jaunaux Laure & Jérôme Sgard (2004), « Amartya Sen, la pauvreté comme absence de capacité », Projet, 280, p. 72-78.

De Herdt Tom (2007), « Social Policy and the Ability to Appear in Public Without Shame : Some Lessons from a Food Relief Programme in Kinshasa », in F. Comim, M. Qizilbash & S. Alkire (eds), The Capability Approach : Concepts, Measures and Applications, Cambridge, Cambridge University Press.

Drèze Jean & Amartya Kumar Sen (2002), India : Economic Development and Social Opportunity, Oxford, Oxford University Press, 2de éd. (1re éd. : 1995).

Dubois Jean-Luc & Sophie Rousseau (2007), « Reinforcing Household’s Capabilities as a Way to Reduce Vulnerability and Prevent Poverty in Equitable Terms », in F. Comim, M. Qizilbash & S. Alkire (eds), The Capability Approach : Concepts, Measures and Applications, Cambridge, Cambridge University Press.

Farvaque Nicolas (2005), « Bases d’information et conventions d’évaluation dans l’approche par les capacités de Sen », in F. Eymard-Duvernay (ed.), L’économie des conventions, méthodes et résultats, t. 2 – Développements, Paris, La Découverte, p. 159-179.

Farvaque Nicolas & Jean-Baptiste Oliveau (2004), « L’insertion des jeunes peu diplômés dans l’emploi : opportunités de choix et contraintes. L’approche par les capacités d’Amartya Sen comme grille de lecture des trajectoires d’insertion », École normale supérieure de Cachan, document de travail IDHE, série « Règles, Institutions, Conventions », novembre.

Fleurbaey Marc (1996), Théories économiques de la justice, Paris, Economica.

Fleurbaey Marc (2004), « Equality of Functionings », Mimeo, Université de Pau.

Fleurbaey Marc (2006), « Capabilities, Functionings and Refined Functionings », Journal of Human Development, 7 (3), p. 299-310.

Fukuda-Parr Sakiko (2003), « The Human Development Paradigm : Operationalizing Sen’s Ideas on Capabilities », Feminist Economics, 9 (2-3), p. 301-317.

Guérin Isabelle (2000), « Usage des minima sociaux et conversion des droits formels en droits réels : le rôle des espaces de médiation », in A. Alcouffe, B. Fourcade, J.-M. Plassard & G. Tahar (eds), Efficacité versus équité en économie sociale, Actes des XXe journées de l’Association d’économie sociale, t. 2, Paris, L’Harmattan, p. 349-360.

Hausman Daniel M. & Michael McPherson (1996), Economic Analysis and Moral Philosophy, Cambridge, Cambridge University Press.

Klasen Stephan (2000), « Measuring Poverty and Deprivation in South Africa », Review of Income and Wealth, 46 (1), p. 33-58.

Korsgaard Christine M. (1993), « Commentary », in M. Nussbaum & A. K. Sen (eds), The Quality of Life, Oxford, Clarendon Press, p. 54-61.

Lambert Marion & Josiane Vero (2007), « Formation continue : quelles capacités d’action des salariés ? », Formation Emploi, 98, p. 55-75.

Le Clainche Christine (1994), « Niveau de vie et revenu minimum : une opérationnalisation du concept de Sen sur données françaises », CREDOC, Cahier de Recherche, C57.

Lelli Sara (2007), « Operationalising Sen’s Capability Approach : The Influence of the Selected Technique », in F. Comim, M. Qizilbash et S. Alkire (eds), The Capability Approach : Concepts, Measures and Applications, Cambridge, Cambridge University Press.

Mehrotra Santosh (2007), « Democracy, Decentralisation and Access to Basic Services : An Elaboration on Sen’s Capability Approach », in F. Comim, M. Qizilbash & S. Alkire (eds), The Capability Approach : Concepts, Measures and Applications, Cambridge, Cambridge University Press.

Menon Nivedita (2002), « Universalism without Foundations ? », Economy and Society, 31 (1), p. 152-169.

Muellbauer John (1987), « Pr. Sen on the Standard of Living », in A. Sen (ed.), The Standard of Living. The Tanner Lectures 1985, Cambridge, Cambridge University Press.

Nussbaum Martha (2000), Women and Human Development. The Capabilities Approach, Cambridge, Cambridge University Press.

Okin Susan Moller (2003), « Poverty, Well-Being, and Gender : What Counts, Who’s Heard ? », Philosophy and Public Affairs, 31 (3), p. 280-316.

Phelps Teresa Godwin (2006), « Narrative Capability : Telling Stories in the Search for Justice », in S. Deneulin, M. Nabel & N. Sagovsky (eds), Transforming Unjust Structures. The Capability Approach, Dordrecht, Kluwer, p. 105-120.

Qizilbash Mozaffar (2002), « A Note on the Measurement of Poverty and Vulnerability in the South African Context », Journal of International Development, 14, p. 757-772.

Rawls John (1999), The Law of Peoples, Cambridge, Cambridge University Press.

Robeyns Ingrid (2000), « An Unworkable Idea or a Promising Alternative ? Sen’s Capability Approach Re-Examined », Mimeo, Wolfson College, Université de Cambridge.

Robeyns Ingrid (2005a), « Selecting Capabilities for Quality of Life Measurement », Social Indicators Research, n° spécial Quality of Life and the Capability Approach, 74 (1), p. 191-215.

Robeyns Ingrid (2005b), « The Capability Approach. An Interdisciplinary Introduction », Mimeo, Wolfson College, Université de Cambridge.

Robeyns Ingrid (2006a), « The Capability Approach in Practice », The Journal of Political Philosophy, 14 (3), p. 351-376.

Robeyns Ingrid (2006b), « Measuring Gender Inequality in Functionings and Capabilities : Findings from the British Household Panel Survey », in P. Bharati & M. Pal (eds), Gender Disparity : Its Manifestations, Causes and Implications, Delhi, ANMOL Publishers, p. 236-277.

Roemer John E. (1996), Theories of Distributive Justice, Cambridge/Londres, Harvard University Press.

Ruggeri Laderchi Caterina (2007), « Do Concepts Matter ? An Empirical Investigation of the Differences Between a Capability and a Monetary Assessment of Poverty », in F. Comim, M. Qizilbash & S. Alkire (eds), The Capability Approach : Concepts, Measures and Applications, Cambridge, Cambridge University Press.

Saith Ruhi (2001), « Capabilities : The Concept and its Operationalisation », Queen Elizabeth House Working Paper Series, 66, Université d’Oxford, p. 1-31.

Salais Robert (1998), « À la recherche du fondement conventionnel des institutions », in R. Salais, E. Chatel & D. Rivaud-Danset (eds), Institutions et conventions. La réflexivité de l’action économique, (« Raisons Pratiques », 9), Paris, Éditions de l’EHESS, p. 255-291.

Schokkaert Erik & Luc Van Ootegem (1990), « Sen’s Concept of the Living Standard Applied to the Belgian Unemployed », Recherches économiques de Louvain, 56 (3-4), p. 430-450.

Sehnbruch Kirsten (2007), « From the Quantity to the Quality of Employment : An Application of the Capability Approach to the Chilean Labour Market », in F. Comim, M. Qizilbash & S. Alkire (eds), The Capability Approach : Concepts, Measures and Applications, Cambridge, Cambridge University Press.

Sen Amartya Kumar (1980a), « Equality of What ? », in S. McMurrin (ed.), Tanner Lectures on Human Values, I, Salt Lake City/Cambridge, Cambridge University Press.

Sen Amartya Kumar (1980b), « Description as Choice », Oxford Economic Papers, 32 (3), p. 353-369.

Sen Amartya Kumar (1985a), « Well-being, Agency and Freedom : the Dewey lectures 1984 », The Journal of Philosophy, 82 (4), p. 169-221.

Sen Amartya Kumar (1985b), Commodities and Capabilities, Amsterdam, Elsevier.

Sen Amartya Kumar (1985c), « Social Choice and Justice : A Review Article », Journal of Economic Literature, 23, p. 1764-1776.

Sen Amartya Kumar (1987), « The Standard of Living. Lecture I, Concepts and Critiques ; Lecture II, Lives and Capabilities », in Id. (ed.), The Standard of Living : The Tanner Lectures on Human Values, Cambridge, Cambridge University Press, p. 1-38.

Sen Amartya Kumar (1988), « The Concept of Development », in H. Chenery & T. N. Srinivasen (eds), The Handbook of Development Economics, I, Amsterdam, Elsevier.

Sen Amartya Kumar (1989), « Economic Methodology : Heterogeneity and Relevance », Social Research, 56 (2), p. 299-329.

Sen Amartya Kumar (1996), « Freedom, Capabilities and Public Action : A Response », Notizie di Politeia, 12 (43-44), p. 107-125.

Sen Amartya Kumar (1999), « La possibilité du choix social. Conférence Nobel 1998 », Revue de l’OFCE, 70, p. 7-62.

Sen Amartya Kumar (2000a), Repenser l’inégalité, Paris, Seuil (« L’Histoire immédiate »).

Sen Amartya Kumar (2000b), Un nouveau modèle économique, Paris, Odile Jacob.

Sen Amartya Kumar (2004a), « Elements of a Human Rights Theory », Philosophy and Public Affairs, 32 (4), p. 315-356.

Sen Amartya Kumar (2004b), « Capabilities, Lists, and Public Reason », Feminist Economics, 10 (3), p. 77-80.

Slottje Daniel J. (1991), « Measuring the Quality of Life Across Countries », The Review of Economics and Statistics, 73 (4), p. 684-693.

St-Clair Asunción Lera (2004), « Ideas in Action : Capability as a Boundary Concept Beetween Knowledge and Politics », communication à la 4e Conférence internationale, L’approche par les capacités « Enhancing human security », Université de Pavie, 5-7 septembre.

Sugden Robert (1986), « Review : Commodities and Capabilities », The Economic Journal, 96 (383), p. 820-822.

Sugden Robert (1993), « Welfare, Resources and Capabilities : A Review of Inequality Reexamined by Amartya Sen », Journal of Economic Literature, 31, p. 1947-1962.

Vero Josiane (2006), « A Comparison of Poverty According to Primary Goods, Capabilities and Outcomes. Evidence from French School Leavers’ Surveys », in A. Lemmi & G. Betti (eds), Fuzzy Set Approach to Multidimensional Poverty Measurement, p. 211-231.

Williams Bernard (1987), « The Standard of Living : Interests and Capabilities », in A. Sen (ed.), The Standard of Living, Cambridge, Cambridge University Press, p. 94-102.

Wolff Jonathan & Avner de-Shalit (2007), Disadvantage, Oxford, Oxford University Press.

Ysander Bengt-Christer (1993), « Robert Erikson : Descriptions of Inequality. Commentary », in M. Nussbaum et A. Sen (eds), The Quality of Life, Oxford, Clarendon Press, p. 84-87.

Zimmerman Bénédicte (2006), « Pragmatism and the Capability Approach. Challenges in Social Theory and Empirical Research », European Journal of Social Theory, 9 (4), p. 467-484.

Notes

1 Suivant la convention retenue pour cet ouvrage, nous traduirons capability par capacité.

2 Voir ici même les contributions de James Bohman, p. 215-235 ; Jean-Michel Bonvin, p. 237-261 ; et Robert Salais, p. 297-329.

3 Voir ici même la contribution de François Eymard-Duvernay, p. 185-213.

4 Notamment Menon (2002), Alkire (2002, p. 41-43), Okin (2003), Robeyns (2005b).

5 Pour Asunción St-Clair (2004), l’IDH a eu une portée politique importante, en jouant le rôle d’un concept « interface » entre les acteurs de terrain, les praticiens, les grandes organisations et les chercheurs ; d’un point de vue cognitif, la perspective du « développement humain » a permis de faire penser les gens différemment (De Boissieu et al., 2004). Elle offre pour certains une alternative aux valeurs néo-libérales (Fukuda-Parr, 2003).

6 On ne peut présenter ici ces différents travaux. Pour des travaux « macro » proposant des comparaisons internationales ou régionales, voir entre autres Slottje (1991), Balestrino & Sciclone (2001), Bérenger & Verdier-Chouchane (2004), Baliamoune-Lutz (2004). Pour des travaux sur données individuelles, voir entre autres Chiappero Martinetti (2000), Klasen (2000), Qizilbash (2002), Ruggeri Laderchi (2007).

7 À ce titre, des travaux plus méthodologiques existent, qui comparent l’impact de différentes méthodes statistiques de mesure pour tenter d’évaluer les capacités individuelles. Cf. Lelli (2007).

8 Voir Brandolini & d’Alessio (1998) pour un panorama plus complet de ces différentes méthodes agrégatives ou non.

9 Voir Schokkaert & Van Ootegem (1990), Le Clainche (1994), Balestrino (1996).

10 Se reporter à l’article précité de Robeyns (2006) ou à l’ouvrage collectif de Comim, Qizilbash & Alkire (2007).

Notes de fin

1 André Amar, « Le praticien et le philosophe », La Psychanalyse, n° spécial de la revue La Nef, 31, p. 9 ; cité in Petit Robert, article « opérationnel ».

Auteur

Economiste, responsable des études à l’ORSEU, Lille, chercheur associé à l’IDHE/Cachan.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search