Version classiqueVersion mobile

L’épistémologie sociale

 | 
Alban Bouvier
, 
Bernard Conein

Interactions et communautés de connaissance

Technologie de la communication et épistémologie sociale

Comment les TIC facilitent l’acquisition de connaissance

Bernard Conein

Texte intégral

« Supposons maintenant que la connaissance soit une croyance vraie et justifiée, peut-il y avoir une épistémologie sociale de la connaissance interprétée en ce sens ? »
(Alvin Goldman, 2004)

  • 1 La visée de l’ergonomie cognitive n’est pas d’acquérir des connaissances nouvelles, mais de simplif (...)

1Parmi les phénomènes qui expriment la dimension sociale de la connaissance, Goldman (1999) mentionne les technologies de l’information et de la communication (TIC), et parmi celles-ci, la communication médiée par ordinateur (chap. 6). Comme dans les approches distribuées de la cognition (Clark, 1997 ; Hutchins, 1995), la dimension sociale de la cognition s’exprime selon deux modalités : directement, à travers des transactions sociales collaboratives ; et indirectement, par l’intermédiaire d’artefacts cognitifs. Mais la question que se pose Goldman (1999, p. 165) à propos des TIC est spécifique, assez éloignée des problèmes de l’ergonomie cognitive : « De quelle façon, la communication médiée par ordinateur aide-t-elle à la fabrication de la connaissance1 ? » La fabrication de la connaissance est entendue en un sens normatif, comme processus d’acquisition de connaissances vraies.

2Dans cet article, nous nous intéresserons à la façon dont la communication et les TIC peuvent contribuer à remplir cette fonction d’« assistance à la vérité », en facilitant la consultation d’informateurs reconnus. Notre analyse suivra deux directions : quelles sont les configurations relationnelles entre les informateurs favorables à l’acquisition de connaissance ? de quelle façon les TIC peuvent-elles contribuer à rendre optimales ces configurations ? Nous montrerons que la modification principale introduite par les TIC ne se réduit pas à accélérer la dissémination de la connaissance et à élargir sa diffusion. La transformation principale porte sur les relations qu’entretiennent les chercheurs d’information avec leurs informateurs. Nous soulignerons que l’absence d’une théorie claire de la place de la communication rend difficile la poursuite de certains objectifs de l’épistémologie sociale. Nous mettrons l’accent sur deux difficultés. La première tient aux aspects variés que revêt l’acquisition de connaissance, cette dernière ne se réduisant pas à une transmission et une réception, mais comportant toujours une part d’élaboration et de co-construction, aussi bien quand un novice consulte un expert que quand des experts collaborent entre eux. La seconde difficulté concerne la prédominance à accorder au rôle des relations sociales et des institutions dans « l’assistance à la vérité ».

3Dans cette analyse, nous examinerons une des versions de l’épistémologie sociale, l’approche relationnelle de Goldman, pour aborder le rôle des TIC dans l’augmentation de la connaissance. Goldman mais également Kitcher, et dans une moindre mesure Longino, défendent une version à la fois véritiste et relationnelle de l’épistémologie sociale (cf. Engel ici même, p. 81). Ce qui caractérise cette approche, c’est que la dimension sociale de la connaissance est principalement appréhendée à travers les relations mutuelles entre des informateurs engagés dans des échanges types, comme la consultation d’expert ou l’appel à un témoin. Cette approche fait de la rencontre entre l’informateur et son destinataire le phénomène central de la dimension sociale de la connaissance (Longino, 2002). Elle présente des convergences intéressantes avec la sociologie économique (Blau, 1964 ; Lazega, 2001), de même qu’avec l’économie de la connaissance (Cowan, Jonard & Zimmerman, 2002 ; Foray & Zimmerman, 2001). C’est à partir d’une perspective relationnelle que sera examiné ici le rôle d’assistance épistémique des TIC (Conein, 2004a et 2004b).

Augmentation de la connaissance et assistance à la vérité

4La dimension sociale de la connaissance peut se comprendre de plusieurs façons. L’approche de Goldman (1999), Kitcher (1994 ; traduit ici même p. 55) et Longino (2002) vise à mettre l’accent sur l’acquisition de la connaissance plus que sur sa nature supra-individuelle, à l’instar d’auteurs comme Durkheim, Gilbert ou Hutchins. Comme le souligne Longino (2002, p. 99), elle implique une définition interactionniste du social : « social ne signifie pas “commun”, “collectif” ou “partagé” mais “interactif”. »

5Une des difficultés de ce projet concerne la façon dont on peut relier les connaissances acquises de façon individuelle par la perception aux connaissances acquises de façon sociale soit par la communication, soit au moyen d’artefacts comme les instruments de mesure, les documents écrits ou les méthodes d’enregistrement et de recherche. Cette difficulté se conjugue avec une autre : comment les connaissances mentales internes à un esprit sont-elles reliées à des connaissances externes ou publiques comme celles qui sont affichées, conservées et exposées à tous ? Il semble qu’il y ait une relation naturelle entre les connaissances individuelles et les connaissances internes. Si j’acquiers une connaissance en observant un état de choses (le fait qu’il neige), le processus est interne, tout au moins en grande partie, et l’acquisition est individuelle. Mais, pour les connaissances sociales (acquises en consultant autrui), leurs relations avec les connaissances individuelles comme avec les supports externes ne sont plus évidentes.

6Goldman, Kitcher et Longino résolvent la première difficulté en mettant l’accent sur la dimension relationnelle de l’acquisition de connaissance. Des connaissances produites à plusieurs s’ajoutent aux connaissances produites de façon isolée, parce que les agents sont en relation et communiquent leurs connaissances sans qu’on ait besoin de supposer qu’elles sont communes ou collectives. Elles peuvent être distribuées entre les agents sans être partagées : la distribution étant une question de degré, les états informationnels des agents sont donc à chaque fois individuellement spécifiés. Dire que la connaissance est relationnelle, c’est donc mettre l’accent sur un processus interindividuel, une chaîne interactionnelle reliant à des informateurs une suite d’individus « plus ou moins informés » au moyen de représentations externes. On peut concevoir, comme le fait Sperber (l996), que ce processus inter-individuel passe par une succession d’états internes et d’états externes (production publique), qui s’enchaînent selon une suite causale.

  • 2 Pour le droit, voir le chapitre 9 du même ouvrage (Goldman, 1999) ; pour le journalisme, l’article (...)
  • 3 « Mon but est d’intégrer les études empiriques des pratiques scientifiques à la réflexion conceptue (...)

7La dimension relationnelle implique aussi de concevoir l’activité de connaissance comme un processus d’enquête où les chercheurs d’information sont coordonnés d’une certaine manière avec leurs informateurs. Ce processus ne se réduit pas à une transaction bilatérale entre deux agents (Goldman, 2002), mais se présente comme un processus qui s’accomplit dans le temps (Longino, 2002) et se manifeste dans l’évolution convergente des relations entre les informateurs et leurs états informationnels. Goldman montre ainsi dans plusieurs articles d’épistémologie sociale appliquée que ces processus d’acquisition sociale d’informations sont médiatisés par des institutions, des méthodes et des artefacts, qui peuvent prendre des formes diverses de coordination. Elles peuvent être mises en œuvre au moyen d’institutions comme le tribunal ou le laboratoire, par des enquêtes (journalisme), ou en s’appuyant sur des artefacts communicationnels et cognitifs (TIC)2. Or, en mettant l’accent sur des processus concrets de recherche de connaissance, l’épistémologie sociale prend une dimension descriptive à travers des études appliquées à des domaines variés de connaissance. Longino conçoit la combinaison entre dimension normative et descriptive comme le but principal de ce courant3.

  • 4 Pour Goldman et Longino, il s’agit d’une précaution de méthode, alors que pour Kitcher, c’est un pa (...)

8L’approche relationnelle présente un avantage par rapport aux approches holistes. Elle permet de caractériser la dimension sociale de la connaissance en évitant de se prononcer4 sur la nature collective du sujet de la connaissance.

9Cette approche, par ailleurs, repose, chez Goldman et Kitcher, sur un modèle d’économie de la connaissance qui est mobilisé pour intégrer à l’analyse des aspects sociaux de la recherche de la vérité une estimation des coûts et des effets.

10La dimension économique se manifeste d’abord dans la version instrumentale que Goldman propose du processus d’acquisition de la connaissance. La connaissance y est conçue comme un bien que les humains recherchent, ayant donc une valeur intrinsèque. Goldman (1999) reprend à Thomas Reid l’idée d’une propension humaine à chercher la vérité et donc à favoriser l’acquisition de connaissances vraies et à rejeter les erreurs et les connaissances fausses.

  • 5 Bien que Goldman préconise une approche en termes de rationalité limitée et défende l’idée qu’en ma (...)

11Mais la dimension économique se retrouve surtout dans la méthode d’analyse, en particulier dans l’emprunt à l’économie des critères d’optimalité5 pour estimer le degré de connaissance d’un agent. L’acquisition est alors conçue comme un processus d’augmentation de la connaissance, qui s’évalue en termes de taux d’acquisition selon que le nombre de connaissances vraies s’étend ou diminue au sein d’une population.

12Quant à la description des conditions optimales pour la recherche de la vérité, elle s’accorde avec l’objectif normatif de l’épistémologie sociale. Un processus d’acquisition s’estime en termes de degré de fiabilité (Goldman, 1999 ; Kitcher, 1994), degré qui peut varier en fonction du contexte et de la qualité des ressources cognitives, des méthodes et des instruments utilisés. Cela permet à Goldman d’introduire les critères de vérité en termes de fiabilité concernant le reportage d’un journaliste ou un témoignage à un procès, puisque chaque méthode ou chaque description (report) doit pouvoir être évaluée en fonction du degré de contribution à la vérité. Comme le souligne Kitcher (1994) : « Le point précis où l’épistémologie devient sociale réside dans l’idée que la fiabilité dans le processus de formation de croyance dépend des propriétés des autres personnes ou des groupes auxquels elles appartiennent », ce qui le conduit à dire que « la croyance de X que p dépend des propriétés et des actions des agents autres que X ». La fiabilité d’une croyance est donc relative, car elle dépend du caractère favorable du contexte relationnel et des « assistances » utilisées. L’élément probabiliste est donc au centre du raisonnement de Goldman lorsqu’il estime des croyances vraies selon leur taux de distribution et selon leur degré de fiabilité, ou que les chemins et les méthodes d’accès à la connaissance sont plus ou moins optimaux.

13La métaphore économique d’augmentation de la connaissance est à relier à une autre notion propre à l’épistémologie sociale appliquée : la notion d’assistance à la vérité. Tout ce qui augmente le taux de connaissance mais aussi tout ce qui contribue, voire récompense, la recherche de la vérité, relève de l’épistémologie sociale. Il existe, comme dans l’apprentissage, des scaffolding (Clark, 1997 ; Tomasello, 1999), c’est-à-dire des supports externes qui assistent l’acquisition de connaissance.

14Cette idée d’assistance à la vérité occupe une place centrale dans une approche d’économie de la connaissance. Elle semble effectivement convaincante, quand on l’applique à des technologies de la communication comme les TIC. Si en effet, on recherche des éléments justificationnels qui seraient présents dans des facteurs sociaux, l’idée d’assistance permet de surmonter le fait que ces éléments sociaux ne sont pas à strictement parler des preuves. La notion d’assistance à la vérité exprime bien le caractère faiblement épistémique de la plupart des exemples donnés dans les études d’épistémologie sociale appliquée. Une assistance à la vérité n’est pas une preuve en faveur d’une connaissance p, mais elle favorise l’idée que p en la rendant plus fiable. Écouter plusieurs témoins ne garantit pas qu’ils disent la vérité, mais le rend plus probable. Comme le souligne Longino (2002), il faut distinguer entre justifier une croyance vraie et favoriser une justification. Les facteurs sociaux et les TIC ont d’abord un rôle de conducteur et de chemin vers la connaissance, qui amène les informateurs à rencontrer de meilleures conditions de justification. Si donc les TIC fournissent des moyens efficaces pour évaluer les sources d’information ou pour regrouper des informateurs compétents, elles sont des assistances à la vérité.

Les deux aspects de l’acquisition de connaissance

15Pour analyser la contribution des TIC à l’acquisition de connaissance, Goldman part d’une question générale, qui ne concerne pas que la technologie : comment la communication verbale contribue-t-elle à l’acquisition de connaissance ? Un des moyens de comprendre l’impact épistémique des TIC serait, selon lui, d’interroger d’abord le rôle joué par la communication dans l’expansion de la connaissance :

En donnant une représentation abstraite claire de comment la communication peut augmenter la connaissance, on peut améliorer notre compréhension, à la fois de la façon dont le cyberspace contribue à cette augmentation et de ce qu’on doit faire afin de rendre optimale cette contribution. (Goldman, 1999, p. 161)

16L’acquisition de connaissance par communication avec autrui occupe en effet une place centrale pour l’épistémologie sociale relationnelle, car elle fournit un critère simple pour distinguer une acquisition individuelle de connaissance au moyen de la perception ou de l’inférence d’une acquisition sociale par la communication, sans qu’il soit besoin de faire intervenir un sujet collectif.

  • 6 Je reprends à Tomasello (1999) la distinction entre deux types d’apprentissage social (apprentissag (...)

17Concernant l’acquisition de connaissance par communication, Goldman distingue deux fonctions : une fonction de dissémination lorsque des informateurs transmettent à des apprentis des connaissances stabilisées, et une fonction d’acquisition collaborative lorsque des informateurs co-construisent des connaissances nouvelles6 :

La communication peut jouer un rôle critique à la fois dans la dissémination de connaissances anciennes et dans l’acquisition de connaissances nouvelles. Dans le premier cas, la communication est requise pour transmettre des messages porteurs de vérité. Dans le second cas, où la collaboration est concernée, la communication entre collaborateurs devient essentielle. (Ibid.)

18La distinction entre ces deux aspects de la communication de connaissance souligne que le rôle de la communication dans l’expansion de la vérité est complexe, et qu’elle ne peut se réduire à une simple extension de la propagation de la connaissance dans une population.

  • 7 Goldman se distingue ici de Thagard (ici même p. 165) car la coopération entre informateurs n’est c (...)

19Cette distinction s’avère importante pour deux raisons : 1) d’abord, pour les TIC, auxquels on peut attribuer deux rôles distincts dans la recherche de connaissance : un rôle incontestable dans la dissémination des connaissances mais aussi un rôle de technologie cognitive quand elles « assistent » la production de connaissances nouvelles ; 2) ensuite, pour l’augmentation de connaissance, elle permet de poser un second problème : comment définir la relation entre ces deux fonctions de la communication, la dissémination et l’acquisition collaborative7 ?

20La distinction entre « dissémination de connaissances anciennes » et « acquisition de connaissances nouvelles » soulève en fait des questions redoutables pour un projet d’épistémologie sociale à base relationnelle. Comment les TIC, comme instrument d’assistance à la vérité, peuvent-elles aider efficacement à la production de connaissances nouvelles, alors que leur rôle dans la propagation paraît tellement prédominant ? Si personne ne semble contester qu’elles facilitent la transmission de connaissance, leur intervention sur sa production supposerait qu’elle facilite effectivement à la fois la compréhension et l’acquisition collaborative.

21Ce qui semble donc en cause dans la distinction dissémination/acquisition, ce n’est pas seulement la communication de connaissance, mais bien la conception même de son acquisition. La transmission de connaissance, lorsqu’elle porte sur des connaissances nouvelles, ne se réduit pas à un problème de propagation, mais met en jeu une co-élaboration de la connaissance par deux agents. Goldman paraît suggérer que la notion d’acquisition conjugue en fait deux sens dont on peut se demander comment ils sont compatibles. En un premier sens, l’acquisition, lorsqu’elle porte sur des connaissances stabilisées, semble être équivalente à une transmission préservative. Mais selon le second sens, l’acquisition portant sur des connaissances évolutives reposerait sur un processus relationnel de co-production ou d’apprentissage collaboratif (Tomasello, 1999).

22Goldman prend soin de souligner que cette question sur l’acquisition de connaissance est générique. Elle ne concerne pas spécifiquement les TIC, mais bien la façon dont la communication avec un informateur contribue à une augmentation effective de la connaissance.

  • 8 Les économistes parlent en ce cas de connaissance codifiée. La codification cumule deux propriétés (...)

23Concernant la dissémination de connaissances anciennes, l’acquisition peut être conçue comme un processus d’augmentation de connaissance. Les TIC permettent en effet d’assister la vérité en étendant quantitativemment le nombre de détenteurs de connaissances, en accélérant et en élargissant leur diffusion lorsque ces connaissances sont stables8.

24La communication numérique offre plusieurs avantages pour la dissémination de la connaissance (Goldman, 1999, p. 162) :

  • le caractère asynchrone de la transmission permet de conserver un message et de différer sa réception et donc sa lecture tout en préservant la réactivité ;

  • le mode de connexion en ligne étend la communication à distance en facilitant la rencontre d’informateurs très éloignés qui autrement ne pourraient pas se rencontrer aisément ;

  • l’accélération de la vitesse de propagation « permet d’obtenir rapidement une information d’un bon informateur, sans considération de sa résidence ».

25À y regarder de plus près, les bénéfices épistémiques de la propagation étendue paraissent moins assurés. Les métaphores économiques, à travers des termes comme « acquéreur », « détenteur », ou « augmentation de la connaissance », peuvent en effet se montrer trompeuses lorsqu’elles sont appliquées à la connaissance, dans la mesure où elles suggèrent que la connaissance augmente si elle est « détenue » par un plus grand nombre de personnes. Plus exactement, elle augmente lorsqu’augmente le nombre d’informateurs possédant le plus grand nombre de croyances vraies. En effet, quand ce nombre augmente, et si ces informateurs se trouvent dans un contexte où ils peuvent facilement transmettre cette connaissance, le taux de connaissance augmente au sein de la population considérée, puisque plus nombreux sont les « chercheurs » de connaissance qui ont des chances d’obtenir une connaissance vraie.

  • 9 Orrigi critique le modèle préservatif de la communication où la transmission de contenu se fait sel (...)

26Donc, si la définition transmissionnelle de l’acquisition en termes de dissémination s’accorde bien avec le modèle économique, la fonction d’« assistance à la vérité » est assimilée à l’élévation d’un taux dont par ailleurs on voit comment on pourrait le calculer. D’autre part, elle repose, comme on vient de le souligner, sur un modèle préservatif de la transmission comme décodage, qui a souvent été dénoncé par la pragmatique linguistique (cf. Orrigi ici même p. 121)9, où le novice dès qu’il reçoit une connaissance vraie de l’informateur devient lui-même informé et donc informateur potentiel.

  • 10 Thagard oppose collaboration au sein d’un domaine commun de connaissance et collaboration entre exp (...)

27Quant à l’acquisition collaborative, où il y a co-élaboration pour trouver des connaissances nouvelles, le processus d’acquisition se présente de manière bien différente. Une connaissance nouvelle ne peut pas être transmise sans une forme de construction collaborative et sans, par exemple, que la discussion critique devienne une composante même de la communication des messages. Dans le cas d’une collaboration forte de type peer similar (cf. Thagard, 1997 ; ici même p. 165)10, les informateurs sont égaux en connaissance, car ils peuvent partager leur connaissance pour affronter un problème ou introduire une question nouvelle objet de débat. En ce cas, la discussion prend la forme d’un brainstorming qui est une condition de la dissémination (Lazega, 2002). Les TIC ne peuvent ici jouer leur rôle d’assistance à la vérité que si elles peuvent intervenir concrètement sur la modalité de la coordination entre les informateurs.

28En effet, plus des informateurs, experts dans leur domaine, ont l’occasion d’interagir, de se rencontrer en conversant, d’échanger des idées ou des conseils, et de les communiquer, plus les conditions sont favorables à la production de connaissances nouvelles. Mais dans ce contexte, la dissémination dans la communication revêt une fonction secondaire, car elle est étroitement subordonnée à l’intensification des interactions, à l’élaboration des questions et à la qualité des réponses, c’est-à-dire des facteurs moins strictement communicationnels, ou tout au moins transmisionnels, même si une bonne communication entre experts peut toujours apparaître comme une condition favorable à leur collaboration.

29L’importance de la discussion et de la pratique des questions publiques complique en effet le rôle attribué à la communication dans l’acquisition de connaissance. Cette raison renforce l’argument avancé par la pragmatique linguistique contre la théorie préservative de la communication, qui souligne que même dans le cas d’une chaîne de communication de type instructionnel entre des experts et des novices, les deux aspects de l’acquisition sont en fait moins éloignés l’un de l’autre. La propagation de connaissances anciennes, loin d’être un processus simple de transmission, met en jeu des élaborations partielles qui peuvent devenir essentielles pour la compréhension de la réponse et pour sa diffusion efficace. Car même dans le cas d’une connaissance ancienne qui repose sur des justifications et des preuves solides, sa transmission suppose toujours à la réception une part d’élaboration du contenu, au sens de partager une partie de ce qui est transmis.

30Comme les TIC agissent sur le couple question/réponse à travers les systèmes request for comments, elles sont susceptibles de répartir la connaissance entre le questionneur et l’informateur. La relation entre un questionneur informateur A et un informateur B suppose une forme de distribution de la connaissance entre A et B à partir d’une base de connaissance commune :

    • 11 Dans le vocabulaire des analystes des TIC, les questions émises sur une liste de diffusion sont « p (...)

    en posant une question publique dans un contexte d’échange de connaissances, A doit partager avec B une part de connaissance, sinon il ne pourrait pas « poster » la question sur la liste11 ;

  • une condition de l’acquisition est que A, en recevant une réponse de B, soit capable de comprendre une partie des raisons avancées par B pour dire p.

31Ce phénomène est accentué lorsque les réponses aux questions des novices ne prennent pas la forme d’une assertion en faveur de p. En effet, beaucoup de réponses à des requêtes postées, dans les listes de diffusion, prennent moins la forme de réponses concluantes que celle d’une recherche de solution ou de chemin pour trouver un élément qui appuierait une réponse en faveur de p. Les réponses partielles comportent une part élaborative, par exemple en explorant des solutions, des justifications et des preuves en faveur de p avant d’affirmer p. Car ces connaissances transmises qui portent sur des problèmes techniques sont souvent évolutives, peu stabilisées, et donc nécessitent une collaboration entre requêteurs et informateurs. Certaines questions pouvant être considérées comme un test sur la fiabilité d’un module.

32Par ailleurs, la relation entre les deux modalités de communication peut s’avérer importante également pour les apprentis. Favoriser une communication collaborative entre experts peut devenir un bon moyen de favoriser l’apprentissage des novices. Car la garantie d’une bonne transmission peut être la possibilité d’acquérir non seulement la connaissance demandée mais les compléments qui permettent au novice une meilleure maîtrise de son jugement. À ce moment-là, la connaissance n’est pas seulement transmise, elle est transformée de manière telle que l’acquéreur non seulement obtienne l’information demandée mais aussi les compléments conceptuels qui lui permettent d’acquérir une compréhension plus complète des contenus communiqués.

  • 12 De nombreuses listes de diffusion Open Source qui débattent de problèmes très techniques laissent o (...)
  • 13 Cette remarque ne s’applique qu’à une partie des communautés, les communautés « épistémiques » en l (...)

33Ces remarques conduisent à envisager que plus de perméabilité entre la propagation de connaissances stabilisées et l’acquisition de connaissances nouvelles n’est pas automatiquement un obstacle épistémique. Les TIC, en ouvrant des forums de discussion sans sélection des participants12, favorisent au sein d’un groupe une interaction entre ces deux modalités mentionnées par Goldman. En effet, en facilitant la diffusion de réponses postées dans des communautés d’informateurs spécialisés13 volontaires, les TIC réaliseraient à la fois une fonction d’assistance aux apprentis et de discussion critique entre collaborateurs. Une des spécificités de certaines communautés d’échange de connaissances, appuyées par les TIC, serait que la propagation de la connaissance serait fortement associée à l’acquisition de connaissances nouvelles, dans la mesure où les informateurs se donnent comme but principal la production de connaissances innovantes constamment évolutives.

34Les technologies de la communication en réseau combineraient donc les rôles de diffusion de connaissances standardisées, et d’acquisition de connaissances nouvelles (Goldman, 1999, p. 161), selon une formule originale où les deux modalités seraient associées au sein du même groupe. Or, cette modification recouvre un des objectifs épistémiques que se donnent les usagers des TIC : favoriser des coordinations communautaires où cohabitent les deux types de communication distingués par Goldman. Ainsi, la politique épistémique de l’Open Source et de la culture hacker en général (Tuomi, 2005) est de relier l’exploitation de la connaissance informatique avec son exploration et sa ré-élaboration.

35La distinction entre les deux aspects de la communication, si éclairante soit-elle, est une affaire de degré. Elle se situe davantage sur un continuum que sur deux espaces correspondant à deux groupes, un groupe restreint d’informateurs et un groupe étendu d’apprentis en quête de connaissances. Lorsque l’on s’interroge sur le rôle de la communication dans l’acquisition de connaissance, la séparation entre les deux aspects de l’acquisition peut devenir un problème dans la perspective d’une épistémologie sociale appliquée à la recherche de critères d’optimalité et de maximisation des effets.

Poser une question et adresser sa réponse

36La distinction entre dissémination et acquisition proposée par Goldman permet de mieux préciser la façon dont la communication intervient dans la recherche de connaissance. Elle conduit à aborder un autre problème, surtout lorsque les TIC interviennent sur la communication : la prise en compte du format question-réponse dans la coordination entre informateur et chercheur d’information.

37Quand quelqu’un cherche en effet à obtenir une information d’autrui, il utilise le mode de communication qui lui semble le plus naturellement dédié à la recherche d’information, en posant une question : « Poser des questions (question asking) est un trait universel de la communication humaine, de même que le prototype d’une pratique de recherche de la vérité. » (Goldman, 1999. p. 3).

  • 14 Il s’agit principalement des messageries électroniques, des listes de diffusion, des forums de disc (...)

38Si les TIC interviennent sur les modalités de la communication, c’est parce qu’elles agissent sur la relation émetteur-destinataire, à travers un formatage de la chaîne de communication. Une de leurs fonctions dans l’assistance épistémique est en effet de faciliter la rencontre à distance entre chercheurs d’informations et informateurs, en agissant sur le mode de coordination. Elles proposent de nouveaux systèmes d’émission et de réception des messages, permettant d’obtenir rapidement des réponses à des questions qui peuvent être conservées et rendues disponibles à un large public14. Ces systèmes de consultation d’informateurs, de type request for comments, passent le plus souvent par l’émission d’une question postée à une liste d’abonnés qui partagent un intérêt pour un domaine de connaissance. La transformation de la relation question-réponse par des réseaux électroniques est donc une des formes que prend l’intervention des technologies de la communication, et c’est par ce moyen qu’elles facilitent la recherche d’information et l’acquisition de connaissance.

39Analyser la dimension relationnelle de la production de connaissance peut alors consister moins à examiner les énoncés qui contribuent à cette recherche que la façon dont ces énoncés, les questions comme les réponses, sont transmis et adressés. Cette dimension relationnelle se manifeste à travers une manière de coordonner un informateur qui détient une information à un questionneur qui demande cette information en s’adressant à la liste d’abonnés.

40Comment ce changement dans l’adresse des questions et des réponses affecte-t-il la recherche de la vérité ?

41La recherche d’information en ligne manifeste une forme d’acquisition sociale de la connaissance par un recours obligé à autrui qui se traduit par une forme originale d’asymétrie dans l’adresse, combinant une adresse collective à un public pour l’émission de la question, et une adresse à un destinataire singulier pour les réponses.

42Une façon d’agir alors sur la relation entre questionneur et informateur est de modifier l’émission de la question et la réception des réponses. À travers les systèmes des requêtes postées, les TIC agissent sur ces deux plans, émission et réception, et deviennent un moyen d’agir sur le régime de communication et sur les deux fonctions (dissémination et acquisition).

  • 15 Ce système d’adresse collective favorise l’auto-sélection des informateurs, puisque le questionneur (...)
  • 16 Les listes de diffusion possèdent une documentation qui stocke les questions portant sur des connai (...)

43En ce qui concerne la dissémination des messages, la question, au lieu d’être adressée à un informateur individuel, est postée à un pool d’informateurs15 à travers cette sorte de boîte à messages que constitue une liste de diffusion. L’adresse collective sur une liste se traduit par une extension dans la propagation des questions, la consultation de l’informateur devenant publique. D’autre part, l’extension de la dissémination des questions permet que tous, apprentis comme experts, soient destinataires des réponses à des questions qu’ils n’ont pas posées, mais qui entrent pour eux dans une bibliothèque en ligne consultable16 à tout moment.

44Quant à l’acquisition de connaissances nouvelles, c’est la dissémination de la réponse de l’informateur qui devient importante pour l’acquisition de connaissance. L’adresse publique de la question permet à plusieurs informateurs de proposer une réponse concluante ou de compléter une réponse partielle. En effet, un système de consultation collective peut inclure une communication collaborative entre informateurs à l’intérieur d’une structure de consultation et d’assistance aux questionneurs. Pour revenir à la distinction de Goldman, un système de consultation d’informateurs sur une liste de diffusion permet d’accueillir des communications collaboratives entre informateurs par la production de plusieurs réponses qui cohabitent avec des communications novice/expert où prédomine la fonction de transmission instructionnelle.

  • 17 Je ne compte pas le bénéfice de réputation à produire beaucoup de réponses correctes à des question (...)

45Le bénéfice épistémique de ce système n’est en effet pas seulement de permettre que le questionneur reçoive rapidement une réponse correcte, augmentant ainsi son taux personnel de connaissance. La dissémination publique de la réponse correcte accroît en même temps le taux de connaissance de ceux qui sont intéressés par la question. Quant aux « détenteurs » de connaissance, leur bénéfice épistémique se mesure à la possibilité soit de poser une question nouvelle, soit de discuter la réponse d’un collègue17.

46Cette modification dans la production des réponses n’a pas qu’un effet sur le réseau de communication, elle en a aussi un sur la relation sociale, sur ce que Longino (2002) appelle la socialité cognitive, qui concerne l’organisation des interactions entre les informateurs, en particulier sur la manière dont ils collaborent et transfèrent l’autorité. Elle agit donc sur « l’organisation des communautés de détenteurs de connaissances » (Kitcher, 1994). Même si la distinction entre les facteurs qui concernent les réseaux de communication et ceux qui concernent la socialité n’est pas toujours aisée, l’effacer s’avérerait préjudiciable, car cela conduirait à confondre deux types d’interrogation : celles sur le changement de la relation émetteur-destinataire, et celles sur l’organisation des communautés d’informateurs.

47Les deux changements sont probablement en interaction, car la modification des réseaux de communication peut affecter l’institution de la consultation. Celle-ci, en devenant collective, sans sélection individuelle de l’informateur par le questionneur, transforme l’organisation des communautés d’informateurs en instaurant des liens plus souples avec les apprentis. La modification de la production des réponses ne se traduit pas seulement par un changement dans le régime de communication, elle intervient sur l’agencement de la rencontre entre les agents, par exemple en permettant à plusieurs informateurs de produire des conseils complémentaires ou concurrents.

  • 18 Comme le souligne Lazega (2001), les structures collégiales supposent une forte interdépendence ent (...)

48Un des arguments pour maintenir une distinction entre les deux plans est que l’assistance épistémique comme les critères de fiabilité peuvent être examinés soit au niveau de la modification du réseau de communication, soit au niveau de l’organisation de la socialité cognitive. Le changement du système d’adresse peut entraîner des bénéfices épistémiques autant qu’une modification de l’allocation de l’autorité, en favorisant la collaboration collégiale entre pairs égaux18. Il semble bien que les TIC produisent un effet épistémique aux deux niveaux.

  • 19 Il admet aussi cependant le bénéfice que peut apporter une organisation des informateurs en communa (...)

49On peut cependant discuter sur le niveau où cet effet épistémique des TIC est le plus effectif. L’épistémologie sociale a tendance à concevoir le rôle d’assistance épistémique des TIC selon deux directions assez différentes. Si Goldman privilégie les régimes de communication, Longino met en valeur le rôle des institutions épistémiques comme les communautés cognitives. Lorsque Goldman s’interroge sur les effets de la transformation du régime de communication par les TIC, son interrogation porte sur la propagation des connaissances19. Lorsque Longino développe une approche institutionnelle des communautés épistémiques, son interrogation porte sur les modes d’interaction et de discussion critique entre les informateurs. S’il n’y a aucune raison a priori de considérer que seule la modification du réseau de communication est porteuse d’un bénéfice épistémique et réalise la fonction d’assistance à la vérité, il n’y a pas non plus de raisons de penser que c’est en agissant uniquement sur la socialité cognitive que l’on obtient un véritable bénéfice épistémique. La fiabilité des facteurs sociaux se pose aux deux niveaux et c’est l’interaction entre les deux facteurs qui s’avère optimale pour la recherche de la vérité.

TIC et assistance à la vérité : consultation et discussion

50Une façon de faire des hypothèses sur la position qu’occupent les agents est d’examiner comment les TIC recadrent concrètement les relations entre informateurs et chercheurs d’information. Certaines configurations relationnelles pourraient être plus favorables que d’autres pour obtenir des réponses correctes et générer des croyances vraies. Ces configurations ne peuvent reposer uniquement sur la modification de l’adresse des questions, elles doivent intégrer les relations sociales qui lient les informateurs entre eux et avec les questionneurs.

51Une épistémologie sociale appliquée devrait pouvoir estimer la contribution de certaines configurations relationnelles à la recherche de la vérité en examinant la probabilité d’obtenir une réponse vraie à une requête postée. Nous avons vu que l’agencement des questions et des réponses dans les listes de diffusion présente déjà des propriétés relationnelles singulières pour acquérir des connaissances qui peuvent être évaluées aussi bien au niveau de la communication que de la socialité cognitive.

52Si la consultation d’experts en ligne semble offrir, pour la recherche d’information, de meilleures conditions que la consultation personnelle d’un informateur, il faut pouvoir montrer que, dans la plupart des contextes, le chercheur d’information va trouver effectivement des circonstances plus favorables lorsque la consultation est personnalisée.

53Le système des requêtes postées, on l’a vu, modifie la rencontre entre informateurs et chercheurs d’information, en modifiant l’adresse des questions comme celle des réponses. Les messages enregistrés dans les listes de diffusion sont formatés dans des fils de discussion qui agencent séquentiellement des requêtes à des réponses à des requêtes. En même temps, l’adresse est multidirectionnelle, car les listes combinent deux modes de communication : une communication interindividuelle entre un questionneur et des répondants au sein d’un fil de discussion, et une communication de type forum avec un public hétérogène composé de tous les lecteurs susceptibles de se transformer en intervenants. Si, donc, on considère le fil de discussion comme un réseau de communication, on peut examiner à la fois les relations question-réponse, les relations entre les réponses, et les formes de relations de proximité entre les agents présents sur la liste.

  • 20 En analyse de réseaux, la notion technique de configuration est une schématisation. Elle forme un s (...)
  • 21 Pour trois messages a, b, c, on peut savoir si b et c sont des réponses à a, ou si c’est une répons (...)

54Un moyen commode d’évaluer la qualité épistémique d’un réseau de communication en ligne serait alors de schématiser20 quelques configurations relationnelles de consultation des informateurs au sein des fils de discussion. On peut examiner de cette façon à quel point un fil de discussion est interactif et collaboratif, en regardant comment les intervenants se répondent mutuellement21.

  • 22 On peut en fait soit construire un graphe dont les nœuds sont des messages, puis un graphe dont les (...)

55Tout fil de discussion permet l’occurrence de trois scénarios composés de relations mutuelles simples. Ces scénarios peuvent être représentés sous forme d’un graphe de relations entre des réponses (Q/R/R) et entre un questionneur et deux informateurs (A, B, C)22. On peut alors relier chaque agent à une position particulière dans sa relation à une réponse et à un autre agent. Il est important que les scénarios soient composés de triades, à cause des propriétés relationnelles des fils de discussion à trois tours. En effet, dans un fil à trois tours, le second répondant est susceptible de modifier son adresse en s’orientant soit vers le questionneur, soit vers le répondant précédent.

Scénario 1 : trois agents, deux réponses

Scénario 1 : trois agents, deux réponses
  • 23 Cf. Goldman (2002, p. 139-181). Le problème N/E2, selon Goldman, est que le novice se trouve dans l (...)

56Cette première configuration présente-t-elle un avantage sur la consultation individuelle d’expert ? Ici, le questionneur A peut comparer deux réponses, celle de l’informateur B et celle de C. Cette triade exprime bien la structure novice/deux experts (N/E2), analysée par Goldman (2002), dans son analyse du problème de l’expertise23, lorsqu’un novice N reçoit le conseil de deux experts. Goldman analyse cette structure dans le cadre d’une consultation individuelle, c’est-à-dire sans public (et donc sans évaluation par les pairs), sans présence conjointe des deux experts et sans documentation écrite qui apporte des informations sur la contribution passée de deux informateurs. Le problème N/E2 change donc profondément de nature si les réponses de B et C sont soumises à une double évaluation, celle de l’autre expert et celle des pairs, c’est-à-dire à une contre-réponse d’un lecteur sur la liste.

Scénario 2 : trois agents, une réponse et une contre-réponse

Scénario 2 : trois agents, une réponse et une contre-réponse

57Cette seconde configuration conserve l’avantage précédent, mais introduit un avantage supplémentaire en incluant une bifurcation dans l’adresse de la réponse, ouvrant ainsi une communication collaborative entre deux informateurs. Le questionneur peut non seulement comparer deux réponses, mais participer à une discussion entre les deux informateurs B et C, lorsque B répond non pas à A mais à la réponse de B.

Scénario 3 : deux agents, une réponse et une contre-réponse du questionneur

Scénario 3 : deux agents, une réponse et une contre-réponse du questionneur

58Cette dernière configuration conserve les deux avantages précédents, mais introduit l’avantage supplémentaire que le questionneur évalue la réponse du premier informateur en intervenant une seconde fois. Elle présente un cas particulier d’insertion d’une structure collaborative de discussion au sein de la consultation. Une question nouvelle peut engendrer une structure collaborative car, pour poser une question innovante, le questionneur doit avoir des connaissances ; il peut alors changer de rôle communicationnel et évaluer le complément de connaissance apporté par son informateur, qui devient ainsi son collaborateur.

59Dans ces trois exemples, on voit qu’on peut estimer en termes relationnels la communication et les relations sociales, en observant comment les TIC insèrent dans une technologie de la dissémination des connaissances des composants collaboratifs. Les informateurs consultés occupent généralement le rôle de posteur de réponses et dans une moindre mesure de questionneur (Lakhani & Von Hippel, 2000). Du point de vue de l’apprentissage social, ce système de positions peut évoluer à cause de la flexibilité de la structure des fils de discussion qui permet aux informateurs de discuter entre eux et donc de développer des relations collaboratives. Il doit pouvoir aussi évoluer dans l’autre sens : un questionneur doit pouvoir devenir informateur. Pour que le système évolue, il faut que les relations entre les agents puissent évoluer.

60Ce système de requêtes postées attaché à des réseaux électroniques présente par ailleurs des formes de socialité cognitive qui combinent différentes échelles de coopération entre informateurs. Il associe des réseaux interindividuels et une coordination supérieure entre les réseaux locaux, à travers l’accès public aux messages et aux personnes. Cette socialité cognitive à deux échelles montre que l’acquisition sociale ne se réduit pas à une analyse interindividuelle de la relation entre informateur et questionneur, et doit prendre en compte d’autres échelles de relation. Les TIC ont l’avantage de pouvoir représenter ces échelles de relations en les rendant visibles.

*

61L’épistémologie sociale relationnelle présente un cadre qui renouvelle la façon de poser des questions d’épistémologie. Elle offre une alternative sérieuse à deux impasses : celle d’une sociologie de la connaissance qui traite les normes épistémiques comme des normes sociales, et celle de l’épistémologie étroitement individualiste qui néglige le rôle central de la communication, des institutions épistémiques et des technologies cognitives. Les problèmes soulevés n’ont cependant pas trouvé à ce jour de solution satisfaisante, ce que reconnaissent la plupart des chercheurs en épistémologie sociale.

62La notion cruciale en ce domaine est celle d’assistance à la vérité, utile pour une épistémologie sociale appliquée qui cherche à combiner approche normative et approche descriptive. L’assistance à la vérité au moyen des TIC, sous la forme des listes de diffusion, se traduit par un double changement dans les réseaux de communication des messages et dans la socialité cognitive. Un aspect de ce changement se manifeste par une intensification des interactions sociales orientées vers la collaboration et la discussion des idées. Le renforcement de la discussion favorise un mode de communication fondé sur l’acceptation par l’informateur que ces assertions puissent être débattues par ses pairs. Pour Longino (2002), promouvoir une égalité tempérée entre les informateurs crée des circonstances favorables à l’intensification de la discussion collaborative.

63Cette approche requiert donc que le changement dans la communication soit accompagné d’un changement dans les institutions épistémiques. Pour qu’une telle articulation réussisse, la relation interindividuelle entre les informateurs qui est le point de départ de l’analyse ne peut rester l’unique échelle d’appréciation des relations. Les TIC permettent de réunir dans une communauté unique des experts et des novices, en combinant étroitement les fonctions de diffusion et d’acquisition collaborative. L’hypothèse « communautaire » en matière épistémique suggère que la meilleure façon de relier les deux fonctions est d’utiliser la dynamique des interactions entre les agents, en les associant au sein d’une structure commune de coordination. Cette hypothèse correspond à la politique épistémique propre à la culture hacker (Tuomi, 2002, 2005) qui défend l’idée que la création de connaissances nouvelles passe par une convergence entre les deux fonctions. Cette politique épistémique combine un changement dans la façon dont les informateurs communiquent entre eux et un changement dans la façon dont les novices interagissent avec les experts.

64Dans une politique classique d’acquisition de connaissance, il semble naturel de séparer les sites où les novices communiquent avec les experts des sites où les experts communiquent entre eux. Ce serait l’existence de nouvelles ressources cognitives fournies par les TIC qui semble pouvoir justifier cette conception de l’acquisition de la connaissance. La possibilité d’accélérer la diffusion des messages, d’augmenter le nombre d’informateurs consultables, de disposer en ligne de bibliothèques avec une documentation constamment réactualisée et de construire des débats publics entre experts reconnus justifierait le choix de créer des communautés épistémiques ouvertes fondées sur la dynamique des interactions entre des informateurs possédant des niveaux d’expertise variés.

Bibliographie

Blau Peter M. (1964), Exchange and Power in Social Life, New York, John Wiley.

Clark Andy (1997), Being There : Putting Brain, Body and World Together Again, Cambridge, MIT Press.

Conein Bernard (2004a), « Communauté épistémique et réseaux cognitifs : coopération et cognition distribuée », Marché en ligne et communautés d’agents, Revue d’économie politique, p. 141-160.

Conein Bernard (2004b), « Relations de conseil et expertise collective : comment les experts choisissent leurs destinataires dans les listes de discussion », in B. Conein, A. Ferrand & E. Lazega (eds), Connaissance et relations sociales, « Recherches Sociologiques », Université Louvain-la-Neuve, p. 61-74.

Cowan Robin, Jonard Nicolas & Jean-Benoît Zimmerman (2002), « The Joint Dynamics of Networks and Knowledge », in R. Cowan & N. Jonard (eds), Heteregenous Agents, Interaction and Economic Performance, Spenger, Lecture Notes in Economics and Mathematical Systems, 531, p. 155-174.

Cox James C. & Alvin I. Goldman (1994), « Accuracy in Journalism : An Economic Approach », in F. Schmitt (ed.), Socializing Epistemology, Lanham (MD), Rowman & Littlefield.

Dorat Rémy, Latapy Matthieu, Conein Bernard & Nicolas Auray (2006), « Multiple Analysis of an Interaction Network Between Individuals in a Mailing List », Analyse des trafics et traces d’usages, Annales des Télécommunications, mars-avril.

Foray Dominique (2000), L’économie de la connaissance, Paris, La Découverte.

Foray Dominique & Jean-Benoît Zimmerman (2001), « L’économie du logiciel libre : organisation coopérative et incitation à l’innovation », Revue Économique, 52, numéro spécial Économie de l’Internet, p. 77-93.

Goldman Alvin I. (1992), « Foundations of Social Epistemics », in Id., Liaisons : Philosophy Meets the Cognitive and Social Sciences, Cambridge, MIT Press, p. 179-207.

Goldman Alvin I. (1999), Knowledge in a Social World, Oxford, Clarendon Press.

Goldman Alvin I. (2002), Pathways of Knowledge, Oxford, Oxford University Press.

Goldman Alvin I. (2004), « Qu’est-ce que l’épistémologie sociale ? », in É. Pacherie & J. Proust (eds), La philosophie cognitive, Paris, Ophrys/Éditions de la Maison des sciences de l’homme, p. 143-166.

Kitcher Philip (1994), « Contrasting Conceptions of Social Epistemology », in F. Schmitt (ed.), Socializing Epistemology, Lanham, Rowman & Littlefield, p. 111-134.

Hutchins Edwin (1995), Cognition in the Wild, Cambridge, MIT Press.

Lakhani Karim R. & Eric von Hippel (2000), « How Open Source Software Works », MIT Sloan School of Management, Working Paper # 4117.

Lazega Emmanuel (2001), The Collegial Phenomenon, Oxford, Oxford University Press.

Lazega Emmanuel (2002), « Réseaux et capacité collective d’innovation : l’exemple du brainstorming et de sa discipline sociale », in N. Alter (ed.), Les logiques de l’innovation : approche pluridisciplinaire, Paris, La Découverte, p. 183-209.

Longino Helen E. (2002), The Fate of Knowledge, Princeton, Princeton University Press.

Schmitt Frederick F. (1994), Socializing Epistemology. The Social Dimension of Knowledge, Lanham, Rowman & Littelfield.

Sperber Dan (1996), La contagion des idées, Paris, Odile Jacob.

Thagard Paul (1997), « Collaborative Knowledge », Noûs, 31 (2), p. 242-261.

Tomasello Michael (1999), The Cultural Origins of Human Cognition, Cambridge, Harvard University Press.

Tuomi Ilkka (2002), Networks of Innovation, Oxford, Oxford University Press.

Tuomi Ilkka (2005), « What Did We Learn From Open Source », no spécial 2, Firstmonday, Peer reviewed Journal on the Internet.

Notes

1 La visée de l’ergonomie cognitive n’est pas d’acquérir des connaissances nouvelles, mais de simplifier des connaissances que l’agent possède en transformant des connaissances conceptuelles en connaissances visuelles et en capacités motrices, de façon à faciliter la poursuite d’une tâche. En ce sens, celle-ci est moins concernée par la connaissance que par la cognition si elle inclut la motricité et la vision.

2 Pour le droit, voir le chapitre 9 du même ouvrage (Goldman, 1999) ; pour le journalisme, l’article en collaboration avec James Cox (Cox & Goldman, 1994).

3 « Mon but est d’intégrer les études empiriques des pratiques scientifiques à la réflexion conceptuelle et normative propre à l’analyse philosophique. » (Longino, 2002, p. 97).

4 Pour Goldman et Longino, il s’agit d’une précaution de méthode, alors que pour Kitcher, c’est un parti-pris individualiste assumé. Néanmoins, Goldman (2002, p. 195) cherche à éviter le recours à l’idée de propriétés épistémiques attachées aux croyances collectives : « L’épistémologie sociale peut être construite sur des relations sociales entre des individus sans reposer sur des agents collectifs socialisés porteurs de propriétés épistémiques. »

5 Bien que Goldman préconise une approche en termes de rationalité limitée et défende l’idée qu’en matière d’acquisition de connaissances, on atteint rarement une optimisation (défense de critères de satisfying), sa conception de l’acquisition de connaissances repose sur la notion d’optimalité.

6 Je reprends à Tomasello (1999) la distinction entre deux types d’apprentissage social (apprentissage s’appuyant sur autrui) : apprentissage instructionnel et apprentissage collaboratif entre pairs. Cette distinction suppose de distinguer entre deux formes de coopération et d’action conjointe : les formes coopératives collaboratives ou non collaboratives.

7 Goldman se distingue ici de Thagard (ici même p. 165) car la coopération entre informateurs n’est collaborative que dans le cas d’un processus de production de connaissance entre pairs égaux.

8 Les économistes parlent en ce cas de connaissance codifiée. La codification cumule deux propriétés de nature différente : l’explication et le caractère public ou externe. La codification facilite l’accès, la diffusion et le stockage (cf. Foray, 2000).

9 Orrigi critique le modèle préservatif de la communication où la transmission de contenu se fait selon un modèle de codage du message. Elle reprend à la théorie de la pertinence l’idée d’une sous-détermination du contenu transmis.

10 Thagard oppose collaboration au sein d’un domaine commun de connaissance et collaboration entre experts de spécialités différentes (peer-different).

11 Dans le vocabulaire des analystes des TIC, les questions émises sur une liste de diffusion sont « postées », et une question postée est appelée « requête ». Les requêtes ouvrent des fils de discussion (threads).

12 De nombreuses listes de diffusion Open Source qui débattent de problèmes très techniques laissent ouverte l’entrée à tous, et ce malgré l’existence de la distinction statutaire entre développeurs et utilisateurs.

13 Cette remarque ne s’applique qu’à une partie des communautés, les communautés « épistémiques » en ligne, qui groupent des experts scientifiques, informaticiens ou culturels.

14 Il s’agit principalement des messageries électroniques, des listes de diffusion, des forums de discussion et des plates-formes collaboratives.

15 Ce système d’adresse collective favorise l’auto-sélection des informateurs, puisque le questionneur ne peut pas choisir son destinataire.

16 Les listes de diffusion possèdent une documentation qui stocke les questions portant sur des connaissances anciennes, les FAQ (Frequent Asked Questions).

17 Je ne compte pas le bénéfice de réputation à produire beaucoup de réponses correctes à des questions qui intéressent l’ensemble de la communauté.

18 Comme le souligne Lazega (2001), les structures collégiales supposent une forte interdépendence entre les agents, et elles sont bénéfiques dans les contextes de production de connaissance, car en promouvant des réseaux intenses de collaborations, elles limitent la concurrence des statuts.

19 Il admet aussi cependant le bénéfice que peut apporter une organisation des informateurs en communauté : « L’esprit de communauté peut renforcer la qualité des flux d’information, car on peut considérer la mésinformation répandue dans le système comme une offense à la communauté. » (Goldman, 1999, p. 166).

20 En analyse de réseaux, la notion technique de configuration est une schématisation. Elle forme un sous-ensemble de nœuds et de relations (arcs) qui peut être contenu dans une triade.

21 Pour trois messages a, b, c, on peut savoir si b et c sont des réponses à a, ou si c’est une réponse à a et à b.

22 On peut en fait soit construire un graphe dont les nœuds sont des messages, puis un graphe dont les nœuds sont des agents, soit construire un graphe de messages étiquetés (cf. Dorat et al., 2006).

23 Cf. Goldman (2002, p. 139-181). Le problème N/E2, selon Goldman, est que le novice se trouve dans la position d’avoir à évaluer deux réponses d’expert à partir de sa propre opinion.

Table des illustrations

Titre Scénario 1 : trois agents, deux réponses
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/11338/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Scénario 2 : trois agents, une réponse et une contre-réponse
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/11338/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Scénario 3 : deux agents, une réponse et une contre-réponse du questionneur
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/11338/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 17k

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search