Version classiqueVersion mobile

La croyance et l’enquête

 | 
Bruno Karsenti
, 
Louis Quéré

Les formes de l’enquête

L’enquête sociale comme inter-objectivation

Joëlle Zask

Texte intégral

1Enquêter, est-ce décrire les choses telles qu’elles sont, ou les interpréter ? Est-ce adopter une position neutre, ou décrire les choses de son point de vue ? Ces alternatives sont classiques, souvent récurrentes. Positivisme / herméneutique, réalisme / subjectivisme, universalisme / relativisme, voilà certains des aspects qu’elles prennent.

2La notion d’inter-objectivation que cet article propose repose sur la théorie pragmatiste de l’enquête (notamment celle de John Dewey) et sur certains acquis du travail de terrain. Elle est destinée à présenter une autre piste : une enquête n’enregistre pas d’une manière neutre et détachée le réel, pas plus qu’elle ne se déploie dans la nostalgie de ne pouvoir le faire ; elle crée du réel, du réel social, des situations nouvelles, les relations sociales s’y rejouant, du moins en partie. Parce qu’elle concerne la possibilité de provoquer des points de rencontre et de coopération entre des personnes appartenant à des groupes humains, sociaux ou culturels, différents, l’inter-objectivation pourra apparaître comme un concept conjointement épistémologique et politique.

Données et objets

3La théorie de l’enquête que John Dewey a développée a été qualifiée, par l’auteur et certains de ses lecteurs, d’instrumentale ou de pragmatiste. Ces termes désignent en priorité le fait que la validité d’une proposition dépend du degré auquel les conséquences de nos opérations de vérification permettent de résoudre les difficultés qui ont donné lieu à une enquête. Étant donné la question soulevée ici, on peut toutefois préférer désigner les processus d’enquête par le terme « expérimentalisme ». Celui-ci a été moins remarqué, en partie parce qu’il est plus banal, sans doute aussi parce qu’il est moins spécifique. Toutefois, c’est le terme que Dewey privilégie dans de nombreux textes. On le rencontre par exemple dans sa Logique (1938), ainsi que dans The Quest of Certainty (1929), où l’auteur oppose « la pratique expérimentale de la connaissance » à l’empirisme, à l’idéalisme et au kantisme à la fois.

4Il est vrai que la méthode expérimentale n’est pas une découverte pragmatiste. Elle est celle de la science moderne, depuis Francis Bacon. Si l’originalité de Dewey ne réside pas dans l’invention d’une telle méthode, elle ne consiste pas non plus dans le soin qu’il a pris à décrire la « logique » de l’enquête – logique qui mobilise un double mécanisme de contrôle des idées par les faits et de contrôle des expériences par la théorie. Sa contribution distinctive est ailleurs. On la rencontre du côté de la « philosophie sociale » que l’auteur, il y insiste à de nombreuses reprises, vise à « reconstruire ». Mettre au jour les modalités épistémologiques de l’enquête en général permettrait d’enseigner cette logique, de développer des habitudes de raisonnement appropriées, de la diffuser et, finalement, de l’appliquer aux « conditions spécifiquement humaines » : « Le résultat que la science moderne de la nature a permis d’atteindre devrait inciter la philosophie à envisager d’étendre la méthode de l’intelligence opérative à d’autres domaines de la vie. » (Dewey, 1929, p. 134-135).

5Placer l’accent sur le caractère expérimental de la connaissance mène à privilégier les opérations de production d’objets, par rapport aux opérations de validation des idées. En effet, dans la perspective pragmatiste, la pertinence d’une proposition se trouve indexée sur la qualité de constitution d’un objet : mieux un objet est constitué, meilleure est la connaissance que nous avons. Dans la mesure, toutefois, où il nous est toujours possible de donner notre assentiment à des propositions tout ou partie vides d’objets, ou à l’inverse de le refuser à des propositions objectives, il est préférable de désolidariser ici les activités concernant la construction des objets de la connaissance et les activités psychologiques concernant ce que Peirce a appelé la « fixation de la croyance ». On verra plus loin que la posture pragmatiste, qui subordonne les jugements de vérité, non à l’assentiment, mais à l’évaluation du degré auquel les conséquences de nos opérations de contrôle ou de test corroborent nos idées directrices, est capitale pour une analyse de l’inter-objectivation.

6Tout d’abord, qu’est-ce qu’un « objet », et comment définir un mécanisme d’objectivation ? Il est utile de commencer par la distinction entre données (data) et objets. Pour Dewey, cette distinction est essentielle, car toute la science moderne en dépend (ibid., p. 79). Renoncer à doter les données d’un statut d’objet serait la clé de son développement : les données immédiates de la perception d’une situation suscitant un effort d’élucidation ne sont pas spontanément utilisables ou acceptables. Elles ne peuvent le devenir qu’au cours d’une vérification progressive qui mobilise des idées, des observations, et des inférences. Comme pour Peirce, toute entreprise de connaissance est suscitée par une difficulté, intellectuelle ou pratique, qui est existentiellement éprouvée. L’effort afin de la surmonter est ce qu’on appelle une enquête. Une telle situation engendre un « trouble » (Dewey) ou un « doute sincère » (Peirce, 2003). C’est alors que s’engage une série d’efforts pour surmonter le trouble. Pour Peirce, cet effort correspond à l’ensemble des activités que l’on déploie afin de parvenir à la satisfaction que procure l’état de croyance (belief). Pour Dewey, cet effort est plutôt défini dans les termes des opérations destinées à réorganiser en un tout unifié les bribes d’expériences que la rencontre d’une difficulté (un trouble, un doute, un obstacle ou un conflit) a séparées les unes des autres. La croissance de la vie individuelle et le progrès de la science sont sous-tendus par une logique identique.

7Afin d’être surmontée, la situation problématique devient terrain d’enquête : elle est examinée afin d’y trouver des éléments qui puissent mener à la définir, puis à la résoudre. Parmi ces éléments, certains font obstacle et d’autres pourraient être convertis en des ressources pour la transformer. Ces éléments sont les traits de la situation qui sont perçus en fonction de leur utilité possible pour l’enquête. Ils sont isolés à la fois du tout que forme l’environnement et du flux que constituent nos conduites habituelles. Il s’agit là des données. Celles-ci sont des faits d’observation bruts. Elles jouent le rôle de questions au cours d’une enquête. Leur signification n’est ni précise, ni stable. Elles sont de simples suggestions qui signalent les éléments qu’une situation problématique nous suggère d’entrée de jeu, et orientent ainsi les premières étapes de nos investigations. Elles sont collectées en fonction de l’idée, encore invérifiée, de la solution au problème rencontré, et s’assimilent à des signaux d’investigations supplémentaires : « Elles sont rassemblées et ordonnées en référence spéciale à l’institution d’une proposition relative à la probabilité d’un événement spécifique. » (Dewey, 1938, p. 467). Si leur sélection dépend d’un jeu d’hypothèses concernant la situation étudiée, elles ne permettent pas en elles-mêmes de faire accéder au sens de cette situation, étant éparses, peu coordonnées, relatives en même temps à la mémoire de données de situations similaires et à l’anticipation du déroulement de l’enquête en cours. Les données « pointent vers » les faits significatifs, mais sans leur procurer une signification. Elles constituent « un matériau à utiliser ; elles sont des indications, des preuves, des signes, des indices pour et de quelque chose qui reste à atteindre ; elles sont des intermédiaires, non des points ultimes ; des moyens, non des finalités » (Dewey, 1929, p. 79-80).

8Ainsi, ce qui est d’abord « donné » au cours d’une expérience défectueuse n’a de fonction qu’en tant qu’outil ou ressource pour des investigations supplémentaires. Le matériau qui en provient, qu’il consiste en qualités ou en faits, est perçu en référence aux exigences particulières du milieu perçu en fonction duquel il existe. Les données sont le produit d’activités cognitives primaires, liées à un comportement d’adaptation et de réponse à l’environnement, lorsque celui-ci devient problématique. Elles sont à la conscience ce que l’impulsion est à la conduite. Les premières données et les premières hypothèses (ou « idées ») naissent en même temps, se précisent ou se corrigent réciproquement, au contact les unes des autres. Par conséquent, si une donnée (ou le contenu d’une perception) signale le besoin d’une investigation (ou enquête), elle ne constitue pas pour autant une connaissance. Dewey note qu’il serait plus précis de s’exprimer à leur propos dans les termes de quelque chose qui serait « pris », signalant que même des observations directes ne constituant qu’un matériau possible d’enquête impliquent d’emblée, non une réceptivité passive de l’enquêteur, mais une activité de corrélation entre idées et faits, sans pourtant que le matériau sélectionné possède la moindre portée conclusive (Dewey, 1938, p. 127).

9Les éléments d’une situation que nous percevons comme problématique ne sont objectivés qu’au cours d’une vérification graduelle par inférence et généralisation : les données sont progressivement organisées et reliées entre elles, jusqu’à la phase finale de l’enquête, phase qui est identique à la constitution complète d’un objet, que Dewey définit ainsi : « Un objet, du point de vue logique, est cet ensemble de distinctions ou de caractéristiques connectées entre elles qui émerge en tant que constituant précis d’une situation résolue et qui est confirmé dans la continuité de l’enquête. » (Ibid., p. 513).

10Deux aspects sont ici importants : d’abord un objet est une conclusion. Contrairement aux données, il est une finalité, un tout unifié et complet, la phase terminale d’une enquête. Il peut être défini comme un fait accepté après un ensemble de vérifications et un jugement : « L’objet finalement accepté présente à la fois une réorganisation des données par le biais de l’idée et une vérification de l’idée par le biais des processus expérimentaux par lesquels une signification est attribuée aux données. » (Dewey, 1909, p. 147). Les données sont directement observées et seulement indicatives, tandis que les objets sont progressivement élaborés et terminaux : « Les choses n’existent pour nous en tant qu’objets que dans la mesure où elles ont été préalablement déterminées comme résultats d’enquêtes. » (Dewey, 1938, p. 122).

11Le second aspect découle du premier : un objet n’est tel qu’en fonction d’une enquête qui le détermine et le pose comme résultat – résultat susceptible en même temps de conclure l’enquête en cours et d’être engagé dans des enquêtes ultérieures. La signification d’un objet n’est pas substantielle, mais fonctionnelle : telle une substance chimique qu’on a méthodiquement caractérisée, on assigne comme « objet » une chose dotée d’un ensemble de potentialités relatives à des conséquences spécifiques, conséquences que son usage possible comme outil dans des enquêtes ultérieures confirme ou invalide (ibid., p. 132). Par conséquent un objet est le résultat, par ailleurs contextuel et faillible, des conséquences conscientes et assumées d’une série d’expériences et d’inférences : « Les scientifiques ont accepté de considérer que les conséquences de leurs opérations expérimentales constituaient l’objet connu. » (Dewey, 1929, p. 185). Si, en matière de sciences sociales, la tâche à accomplir est, d’après l’auteur, immense, c’est en raison de l’habitude persistante de considérer comme « fait » ce qui est directement observable, et en raison de l’absence d’un corpus de données concernant les situations sociales problématiques. Il resterait aux sciences sociales de passer de l’empirisme à l’expérimentalisme.

12Le processus par lequel les données d’un problème sont converties en caractéristiques d’une situation nouvelle résolvant le problème initial correspond à une objectivation. Les objets ne sont donc pas indépendants des opérations mentales qui nous permettent de les assigner ; un objet n’est pas tant découvert, ou reconnu, qu’élaboré au gré d’un va-et-vient entre une démarche intellectuelle méthodique et les données sélectionnées. Ainsi l’expérience à partir de laquelle se forme un objet équivaut à l’ensemble des conséquences empiriquement observables de l’action qui s’est appliquée à cette expérience. La théorie de la connaissance de Dewey ne consiste donc pas en une réflexion sur les méthodes à suivre afin que nos pouvoirs de connaître ou nos idées « correspondent » ou soient rendus « adéquats » à des réalités qui en seraient indépendantes, mais une réflexion sur la méthode qui permet d’élaborer des objets sous le contrôle de l’expérience. La phase de validation concerne le résultat conclusif d’un procès d’enquête dévolu à la production d’un objet tel qu’il puisse éprouver les hypothèses qui ont accompagné et dirigé les opérations de cette production.

13Le fait qu’un objet soit comme un milieu dans lequel se solidarisent étroitement des perceptions et des idées directrices explique que la transformation opérée n’est pas celle d’un statut, par exemple la chose d’abord vaguement identifiée devenant peu à peu plus claire ou plus précise. Ce qui se transforme est la situation problématique elle-même et plus généralement, la possibilité même de l’expérience. En effet, et c’est là un point qu’il convient ici de préciser, si une enquête naît dans le contexte d’une difficulté existentiellement éprouvée, elle est clôturée par la reprise du cours de l’expérience. Le pouvoir d’une enquête à garder ouverte la « voie de l’enquête » (Peirce), ou à restaurer le continuum expérientiel, est une variable décisive en fonction de laquelle se décide un jugement de validation. La continuité d’expérience des individus apparaîtra également comme un principe de l’action sociale et politique.

Accord des activités et objectivation

14Par rapport à l’expérience, deux manières de penser ce qu’on appelle « objet » peuvent être distinguées. Par la première, la plus classique, on reconnaît un objet comme valide ou existant, et par la seconde, pragmatiste, on constitue un objet, la phase de validation étant, comme on l’a mentionné plus haut, distincte, seconde et par ailleurs toujours faillible. La première figure d’objet donne lieu à l’empirisme, la seconde à l’expérimentation. Dans le premier cas, l’objet est donné et la pensée s’en saisit, d’une manière ou d’une autre. La posture psychologique correspondant à la phase de validation est l’assentiment. Dans le second cas, la conduite rencontre une difficulté, s’y heurte, s’y délite. S’ouvre alors un processus de réflexion au terme duquel émerge un « objet ». La phase de validation ne dépend plus d’un assentiment, mais d’un accord entre diverses activités temporellement organisées, accord sur lequel il convient maintenant de s’attarder.

15L’idée d’un « accord entre les activités » d’une même expérience se trouve à la fois chez Peirce et Dewey. Chez le premier, cet accord est situé entre l’expérimentateur et la « pensée future de la communauté », sans aucune limitation. En effet, parmi les conditions de fixation de la croyance, on rencontre le critère de la communauté d’expérience. Cela signifie, d’une part, qu’une expérience doit être menée de sorte qu’elle soit partageable par d’autres aux yeux mêmes de l’expérimentateur. D’autre part, il faut qu’autrui puisse effectivement faire le parcours menant au phénomène expérimental, que ce soit en le reproduisant ou en faisant une autre expérience dont le résultat puisse confluer avec celui de la première. Ainsi l’assentiment de la communauté n’a aucune valeur si, par assentiment, on entend une validation qui ne repose pas sur une mise à l’épreuve pratique des hypothèses directrices et des interprétations proposées. Au terme d’une enquête, un « objet » est donné pour réel ou, plus précisément, pour quelque chose dont on ne rencontre aucune raison sérieuse de douter de la réalité (Peirce, 2003).

  • 1 Sur le naturalisme continuiste de Dewey, qui présente l’enquête comme continue aux transactions ent (...)

16Chez Dewey, le critère épistémologique d’un accord entre les activités englobe la position de Peirce et l’élargit. Dewey aussi sépare les croyances collectives des prétentions à la validité : « Une proposition ne gagne aucune validité du fait du nombre de gens qui la partagent. » (1938, p. 484, n. 4). Une expérience réussie, donc productrice d’un objet doté d’une signification partageable, correspond à une situation d’interaction « unifiée ». Comme on l’a déjà remarqué, au plan humain, une expérience consiste en la liaison entre le fait d’être affecté et le fait d’agir. Lorsqu’on est affecté de telle manière que nos activités sont entravées, ou lorsque nos activités sont suivies d’effets qui ne nous reviennent en aucune manière, la vie devient décousue, stagnante, absurde. Un délitement entre les diverses phases dont l’ensemble constitue une « expérience » peut mener aussi bien à la mort (par exemple la disparition d’une espèce) qu’à une détresse individuelle (par exemple la folie)1.

17Alors que la situation signalant la nécessité d’une enquête est une situation menaçant ou condamnant la continuité des expériences, celle qui conclut une enquête permet que les activités, qu’elles soient vitales, sociales ou cognitives, reprennent leur cours. Or une situation de ce genre n’est pas fondée sur quelque raisonnement ou sur quelque appréciation purement intellectuels, pas plus qu’elle ne l’est sur un confort psychologique. Elle repose sur le fait que les éléments de cette situation peuvent être utilisés pour faire advenir d’autres situations, préférables. Le critère d’une expérience réussie est donc le degré auquel telle ou telle expérience rétablit le continuum expérientiel, quel que soit le domaine considéré. La reproductibilité d’une expérience n’est alors qu’une variable parmi d’autres. Il convient parfois qu’en tant qu’expérimentateur dévolu par exemple à la découverte scientifique, je prenne en considération la pensée et l’action d’autrui, que je joue son rôle, que je me mette à sa place, ou encore que je constitue mon expérience de sorte qu’elle puisse être l’expérience de n’importe qui. Mais il est beaucoup plus fondamental et d’une portée plus générale que mon expérience soit constituée de sorte à permettre à n’importe qui de développer sa propre conduite, ou ses recherches, dans la voie qui est la sienne. À cet égard, un « objet » n’est pas ce qui s’impose au même titre à tout le monde, mais ce qui sert de pivot à une pluralité d’expériences ultérieures. Plus la liberté et les opportunités d’expériences futures sont importantes, plus l’objet constitué est pertinent. Cette remarque a d’autant plus de poids si l’on considère que dans bien des domaines, par exemple en biologie ou en sciences sociales, il est généralement impossible de reproduire une expérience particulière, tant les variables en jeu sont nombreuses. À la reproductibilité de l’expérience, ou des raisonnements permettant de la justifier ou de la communiquer, s’ajoute par conséquent le critère d’une convergence entre les activités présentes ou futures de personnes différentes et individualisées.

18Ainsi, mon expérience est pertinente dans la mesure où elle peut être constituée en un matériau pour mener des expériences ultérieures, qu’il s’agisse de la même expérience, d’une expérience similaire ou d’une expérience convergente par rapport à celle d’autrui. L’identité des vécus expérimentaux n’est donc qu’une variable parmi d’autres, et ne constitue pas en elle-même un critère de validité, encore moins d’existence souhaitable, ou de vie bonne.

Inter-objectivation, accord et convergence des activités dans le cas des enquêtes sociales

19Ces remarques peuvent servir de socle à l’étude des raisons pour lesquelles l’inter-objectivation paraît un concept complémentaire important pour décrire la fonction sociale des enquêtes, notamment celle des enquêtes sociales à propos desquelles, nous l’avons dit, la contribution de Dewey est importante. La question de l’enquête sociale permet d’apporter des précisions supplémentaires concernant la constitution des objets en fonction des possibilités envisageables d’accord entre expériences plurielles. La relation entre enquêteur et enquêté peut servir de modèle simplifié à la recherche d’un tel accord, à condition toutefois que cette relation s’établisse dans le cadre d’une investigation de nature expérimentale.

20Dans la mesure où les enquêtes sociales constituent en objet les relations sociales qui leur servent de matériau, la convergence entre activités différentes doit l’emporter sur leur identité, pour des raisons qui vont maintenant être abordées.

21Si l’objectivation s’applique à la production d’un fait expérimental, l’inter-objectivation s’applique au mécanisme de sa production collective – de sa coproduction. Elle implique que l’objet soit constitué de sorte que l’accord le concernant soit situé entre des perspectives ou des opinions plurielles, que celles-ci soient similaires ou convergentes. L’unanimité n’implique pas l’uniformité. Par inter-objectivation, on peut entendre en première analyse un processus dynamique d’échange conclusif, ou encore une transaction entre au moins deux personnes.

  • 2 Sur ce mouvement, cf. Joseph & Grafmeyer (1984).

22Tout d’abord, la convergence entre diverses activités et leur unification au sein d’une « expérience » ou d’une série d’expériences, s’appliquent de facto à la relation entre enquêteur et enquêté. Dans le domaine des sciences sociales, une enquête apparaît comme une relation sociale particulière, qui peut entraîner des changements dans les situations antérieures à son déroulement, au minimum en contribuant à modifier d’une part la manière dont les enquêtés perçoivent leur identité et la communiquent, et d’autre part, les idées directrices et les hypothèses des enquêteurs. Cette remarque ne s’applique qu’incidemment à toute enquête sociale. En revanche, les enquêtes dites « de terrain », qui sont fondées sur des contacts, des entretiens de longue durée et des conversations entre enquêteurs et enquêtés, assument (ou devraient assumer) l’impact de leur déroulement et de leur diffusion sur la situation initiale. On se bornera à ces dernières, en particulier à ce type d’enquête empirique dont les fondateurs de l’anthropologie culturelle, tels Boas et Malinowski, ou les sociologues fondateurs ou héritiers de l’école de Chicago, tels Park, Anderson, Thomas ou Burgess, ont commencé à élaborer la méthode, ne serait-ce qu’en raison de leur inscription dans les mouvements pragmatistes et de leur contemporanéité à leur égard2. Dans la tradition de Boas et des chercheurs liés à l’école de Chicago, enquêter est un acte de co-production, qui repose, du moins en partie, sur une coopération entre enquêteur et enquêté. Cette coopération ne permet certes pas de cerner tous les enjeux des enquêtes de terrain, mais elle permet d’en dégager un trait constitutif et tout à fait spécifique, qui sera présenté ici au titre d’un idéal (idéal que les enquêtes particulières réalisent plus ou moins). En effet, comme on le verra plus loin, une enquête sociale est destinée par Dewey à procurer au « public » des outils qui lui permettent de « s’identifier lui-même », ou de définir ses intérêts. Si l’auteur lui a accordé tant d’importance, c’est en raison du fait qu’il l’a considérée comme le seul moyen de produire du commun qui puisse se distinguer tout autant d’un consensus de type rationaliste que d’une allégeance collective de forme intersubjective.

23Dans le cas d’une enquête de terrain de type ethnographique, la situation créée par une enquête satisfaisante est le résultat d’un ajustement entre les motivations et formes de vie respectifs des enquêteurs et enquêtés. Alors que la situation initiale est marquée par une disparité des expériences des participants à l’enquête, celle qui est consécutive à cette dernière équivaut à l’« expérience unifiée » dont il a été question : au terme d’une série de tâtonnements et de tests, enquêteurs et enquêtés conviennent d’un point auquel l’expérience cognitive des premiers et l’expérience de vie des seconds entrent en relation, s’éprouvent et se redéfinissent l’une par rapport à l’autre.

24Dans le travail de terrain, les hypothèses ou idées qui conditionnent la collecte des données et les généralisations empiriques sont confrontées au point de vue des observés, tandis que ceux-ci ajustent leur participation à l’enquête en cours en fonction de la manière dont ils perçoivent leur intérêt à participer. Le point auquel convergent les points de vue des enquêteurs et des enquêtés peut être dit public : l’enquête sociale équivaut à une phase de combinaison entre les traits que l’observé soumet à l’œil de l’observant et les questionnements que le second adresse au premier. Comme en témoignent de nombreuses enquêtes ethnographiques ou les enquêtes reposant sur la méthode de l’observation participante, une enquête sociale peut s’avérer concluante à la condition minimum qu’une interaction entre les mondes des deux parties parvienne à s’instaurer, c’est-à-dire que les visions de la limite séparant le public du privé propres aux deux parties en viennent à coïncider au moins partiellement. L’inter-objectivation est cette dimension où la naissance d’un objet descriptible est due à la jonction entre l’auto-description que l’observé exprime et la finalité sociale des descriptions inscrites dans un procès de découverte scientifique (Cefaï, 2003).

25Enquêteurs et enquêtés sont les co-participants d’une enquête sociale. Celle-ci est une co-production : l’objet qu’elle élabore est en priorité un objet d’expérience commune, même si les expériences ultérieures des intéressés varient. Le point important est que les variations de leurs expériences respectives ultérieures prennent en considération et intègrent le point de contact à partir duquel s’est constitué le commun. Dans l’idéal, une enquête parvient à produire une situation dont la description participe à l’approfondissement du vivre ensemble, soit qu’elle le dote d’une meilleure qualité, soit qu’elle le rende tout simplement possible.

26C’est ainsi que Malinowski, par exemple, estimait que la connaissance anthropologique pourrait rejaillir sur les pratiques coloniales de sorte à accroître leur compatibilité avec l’existence culturelle spécifique des peuples colonisés. L’anthropologue doit étudier les situations issues d’interactions culturelles pour elles-mêmes, non les aborder dans les termes d’une combinaison mécanique de divers éléments. L’enquête permet de rapporter les changements à des « forces de contact ». Selon l’auteur, les transformations culturelles et sociales adviennent nécessairement, du fait même du contact entre peuples différents. La question pertinente relative au changement culturel concerne quelle orientation donner à ces changements. Dans son livre, l’anthropologie apparaît comme l’auxiliaire de l’invention d’une socialité moins irrationnelle, moins violente, plus humaine. Elle peut fournir à terme le modèle d’une coopération entre deux groupes humains (ici entre des Européens et des Africains), et mettre à jour les avantages relatifs à « une collaboration et un accord des idées, des sentiments et des perspectives générales » (Malinowski, 1970, p. 106).

27On trouve la même préoccupation chez Dewey et, plus généralement, chez les auteurs progressistes qui lui sont contemporains : comment canaliser l’évolution des croyances et des conduites de sorte que les changements qui se produisent de toute façon soient tels qu’ils affectent un maximum de gens dans un sens qui ne bloque pas leurs expériences ultérieures et ne menace leur vie ni matériellement, ni symboliquement ? L’enquête sociale devrait ainsi devenir l’auxiliaire de la sociabilité dès lors que, faute de traditions incontestées, d’habitudes communes ou de stabilité sociale, vivre ensemble se révèle problématique, comme ce fut le cas de cette expérience que Balandier a nommée la « situation coloniale », ou de toutes les formes de délitement ou de brusques « changements sociaux » (urbanisation, délinquance, immigration, paupérisation, racisme, etc.) dont les sociologues de Chicago ont traité.

28Comme cette approche interactionnelle de l’enquête s’est beaucoup développée jusqu’aujourd’hui, il peut être utile de citer comme exemple une recherche récente en ce qui concerne l’enquête concernant une culture étrangère, celle de l’anthropologue australien Nicholas Thomas. Celui-ci a en effet insisté sur l’importance de la connaissance ethnographique dans le processus d’approche et de contact entre peuples différents, dont l’intérêt commun est en priorité qu’ils se fréquentent sans s’entretuer (Thomas, 1998). L’influence de la colonisation et des enquêtes sur le devenir des indigènes est le biais privilégié par lequel il rejette les théories évolutionnistes et les visions structurelles, atemporelles, des sociétés primitives. Si l’adoption d’un point de vue résolument historique lui apparaît essentielle, c’est en raison du simple fait que les cultures dites primitives sont modifiées par la présence des colons, et par les enquêtes qui les décrivent. Cette remarque s’applique aussi bien aux travaux pionniers des premiers missionnaires qu’aux travaux savants ultérieurs :

Les descriptions ethnographiques anciennes produites par les musées, aussi bien que les travaux tels que les ouvrages de Leenhardt sur la culture mélanésienne de Nouvelle-Calédonie sont intégrés dans les représentations de soi de peuples dotés d’objectifs et de revendications politiques. (Ibid., p. 30)

29L’établissement d’un point de convergence entre diverses expériences dont la confluence équivaut à un processus d’inter-objectivation peut donner lieu à un grand nombre d’analyses. Seules quelques indications peuvent être apportées ici. On peut à cet effet distinguer les points du vue respectifs des enquêteurs et des enquêtés.

30En ce qui concerne les enquêtés (à la condition que ceux-ci acceptent un processus d’enquête et lui accordent une valeur), il existe plusieurs niveaux d’influence possible entre enquête et représentation de soi, parmi lesquels se trouvent les suivants. Il y a d’abord la perception des enquêtes comme un moyen d’éviter que les jeunes oublient les coutumes, de les consigner et de les transmettre. L’enquête ethnographique peut ainsi être perçue par les indigènes comme un document à usage interne. De nombreux ethnologues remarquent que la participation des enquêtés est indexée sur leur intérêt à leur faire, à commencer (sauf lorsque les informateurs sont payés) par leur intérêt à entrer dans l’histoire via la publication de leur opinion, parfois de leur nom, dans un livre qui voyagera à travers le monde. Par ailleurs, les enquêtes peuvent entrer dans un jeu d’influence locale, suivant la nature des informateurs sélectionnés. Lorsque les informateurs jouissent d’un pouvoir spécial, il arrive ainsi qu’elles contribuent au maintien de l’élite et des valeurs officielles du groupe. Enfin, les enquêtes peuvent être perçues comme un auxiliaire politique, comme un document doté d’autorité, comme un véhicule de la critique du système en place, et ainsi de suite. Par exemple, Thomas remarque que les recherches ethnographiques ont aidé à l’élaboration d’un manifeste du FLNKS (Front de libération nationale kanak socialiste) sur la « coutume mélanésienne ». De même, Malinowski avait envisagé l’influence des travaux anthropologiques sur la conscience de soi des colonisés et la rébellion contre le système colonial qui pourrait en découler :

L’Africain est en train de devenir un anthropologue qui retourne nos propres armes contre nous […] Il vaudrait mieux que l’homme de la pratique ne traite pas [cette anthropologie] comme une plaisanterie ou un phénomène insignifiant et mineur. Car dans l’ensemble, il contient une grande part de vérité et il laisse prévoir la naissance d’une opinion publique, d’un sentiment national et racial qui, tôt ou tard, devra être pris en considération par les agents du contact sur le plan pratique. (Malinowski, 1970, p. 97)

31Dans une certaine mesure, la perception des enquêtes par les enquêtés s’inscrit dans la logique de l’emprunt culturel que Boas et Malinowski ont élaborée. D’une part, comme Boas (1988) l’a montré à travers un grand nombre d’observations, l’élément emprunté, qu’il s’agisse d’une croyance ou d’un savoir-faire, se trouve requalifié. La signification qu’il acquiert dans la culture d’emprunt n’est pas celle qu’il avait dans la culture d’origine. D’autre part, pour Malinowski, un emprunt est effectué en fonction de critères de fonctionnalité et d’avantage culturel. Les éléments d’une culture étrangère qu’une société donnée accueille sont sélectionnés sur la base de leur propension à s’intégrer à son « système culturel » et à l’améliorer. En cas de contacts interculturels, une institution ne peut être remplacée par une autre que si le changement produit va vers « quelque chose de meilleur au sens culturel, c’est-à-dire de mieux adapté, donnant une plus grande liberté d’action et de plus grandes possibilités à ceux qui vivent selon cette institution » (Malinowski, 1970, p. 87). Un emprunt se traduit par une évolution historique dont la source est interne à la société d’emprunt. Le problème lié aux contacts ne consiste donc pas en un risque de dénaturation, mais aux faits que les sociétés dont la « force de contact » est supérieure imposent aux peuples qu’ils dominent un « don sélectif ». Par exemple, en Afrique, les Européens ont été prodigues en biens spirituels (école, culte) mais ils n’ont partagé ni la richesse et la puissance, ni l’égalité et la citoyenneté.

32Des remarques en faveur de l’enquête comme mode cognitif de convergence d’expériences appartenant à des champs différents, qu’il s’agisse de cultures ou de groupes sociaux, s’appliquent également aux enquêteurs : le contact avec le groupe ou l’individu étudié est une condition incontournable de leur travail d’objectivation. De fait, de nombreux choix épistémologiques concernant le travail de terrain ont été sous-tendus par l’idée que seule une coopération au niveau de la production de connaissances pourrait aboutir à un discours scientifiquement pertinent.

33Schématiquement, le contact direct permet de réaliser deux conditions d’inter-objectivation au niveau de la conduite de l’enquête : d’abord, il permet de connaître le monde des enquêtés d’après le point de vue qui est le leur, ce qui implique des entretiens autant que la consultation de documents personnels, privés ou publics. Anderson par exemple tentait d’entrer en conversation avec les hobos de Chicago, et remarquait aussi que « les vagabonds ont écrit sur leur propre expérience […] entre 1860 et 1910 ». Les sociologues liés à l’École de Chicago considèrent que cela est fondamental, puisque les représentations que se font les enquêtés de leur vie font partie des relations sociales et des conduites habituelles. W. Thomas recommande d’accepter que « les représentations que les acteurs se donnent d’une situation ont des conséquences réelles sur la situation » (cité in Cefaï, 2003, p. 530). Et Blumer (1969, p. 74) considère

qu’il faut prendre le rôle de l’acteur et voir son monde de son point de vue. Cette approche méthodologique contraste avec la prétendue approche objective, si dominante aujourd’hui, qui voit l’acteur et son action depuis la perspective d’un observateur détaché et extérieur […] L’acteur agit dans le monde en fonction de la façon dont il le voit, et non dont il apparaîtrait à un observateur étranger.

34Réciproquement, l’objectivité dépend aussi du degré auquel les enquêtés acceptent de considérer le questionnement de type sociologique comme une bonne manière de s’exprimer (voire de témoigner) à leur sujet. Cela permet de remarquer que l’« accord » que l’enquêteur établit avec l’enquêté n’est pas fondé sur le fait que le premier en vient à partager avec le second la même opinion, soit qu’il se range à son avis, soit qu’il se borne à prendre pour argent comptant ce que son informateur lui dit. L’accord dans les activités dont il est question ici implique seulement que l’enquêté puisse reconnaître dans le discours de l’enquêteur, une fois celui-ci élaboré, et si tant est qu’il en prenne connaissance, un discours qui lui offre des possibilités de faire varier les conditions de sa propre vie, même si les enseignements qu’il en tire consistent en des propos qu’il n’aurait pas pu formuler par lui-même. Les travaux sur la traduction des cultures et sur l’impact de la visée scientifique sur la conscience de soi des enquêtés témoignent amplement de ce que le point de convergence entre cultures, habitudes ou répertoires différents n’est pas donné, mais qu’il est créé, si grandes que puissent être les difficultés de le faire. La situation de contact est la condition du mécanisme d’inter-objectivation dont provient cette création (Clifford & Marcus, 1986).

35L’épistémologie du travail de terrain comporte un grand nombre d’enseignements sur les liens réciproques entre contact et validation, qu’il n’est pas possible de développer ici. On peut se limiter à remarquer qu’une enquête est une interaction entre l’idée directrice qui l’oriente et la manière dont les personnes consultées et observées répondent à cette idée, qu’elles l’entérinent ou la rejettent. Dewey remarquait qu’une enquête sociale n’est pas destinée à satisfaire la curiosité du chercheur, mais à assurer, voire à restaurer, les possibilités d’action sociale des intéressés. La problématique de l’enquête doit coïncider avec ce qui est pour eux une problématique de vie. Comme cela a été remarqué plus haut, le point auquel s’opère cette coïncidence est d’ordre public. Dans l’idéal, la publicité des travaux qui sont articulés à partir de ce point favorise un processus plus général de reconnaissance publique par des personnes qui ne participent pas directement à l’enquête. Le devenir public d’enquêtes menées à partir de la combinaison des points de vue enquêtant/enquêté mène à la reconnaissance publique de la pluralité et de l’historicité humaines.

  • 3 Parmi les pionniers cf., par exemple, Lowie (1960, p. 12).

36À l’interaction qui s’établit entre théorisation et contact, on peut ajouter le fait que le développement des enquêtes sociales dans une société donnée contribue (ou peut contribuer) à modifier la façon dont les membres de cette société se présentent à leurs propres yeux et agissent, de la même manière que les enquêtés modifient la perception d’eux-mêmes et leurs pratiques quand ils sont en contact avec des étrangers qui les observent. Eu égard aux conséquences que produisent les situations d’interaction, ils peuvent parvenir à cet « accord dans les activités » dont il a été question plus haut. Comme l’a noté Wittgenstein, ce phénomène contribue à qualifier l’espoir social dont l’anthropologie est porteuse : étudier des hommes plongés dans des systèmes de vie différents développe l’esprit humaniste, accroît la tolérance et la conscience d’altérité, permet à rebours d’aborder nos propres croyances comme relatives à nos contextes de vie, au lieu de les considérer comme universelles ou absolues3. L’anthropologie est la discipline qui, plus que toute autre, conduit à aménager dans la conscience de soi cet écart grâce auquel l’individuation, qui est toujours relative à la part que prend un sujet à l’expérience de la réalité extérieure, peut se développer de sorte à accroître ou, du moins, à respecter, les chances du développement de l’individualité d’autrui. À cet égard, la justice serait tout autant un critère de la pertinence d’une enquête que ne l’est l’objectivité.

37Cet espoir social rejaillit sur les principes méthodologiques des enquêtes. Par exemple, une enquête a d’autant plus de chance d’être valable que la quantité d’acteurs concernés par elle, soit qu’ils coopèrent à son déroulement, soit surtout qu’ils y voient un compte rendu plausible de situations qui les touchent (directement ou pas), est grande. Il en va aussi bien des questions de représentativité des personnes consultées et des résultats atteints que des questions d’accord entre les activités. Plus le nombre de gens prenant part d’une manière ou d’une autre à une enquête est important, plus les enquêtes peuvent être concluantes, en ce sens que plus leurs conséquences pratiques sont susceptibles d’être intégrées dans le cours de leur expérience de sorte à le conforter et à en assurer la continuité. Une enquête gagne à s’ouvrir à tous. C’est pourquoi par exemple la consultation d’une sélection drastique d’informateurs sur la base de critères non questionnés produit une distorsion. Thomas insiste ainsi sur la pluralisation des sources d’enquête (intégrer ceux qui ont été exclus de la science ethnologique, tels les missionnaires, les observateurs non professionnels, les voyageurs, etc.), et sur celle des informateurs, afin de ne pas rester prisonnier du point de vue d’une certaine catégorie de personnes, en l’occurrence de l’élite déjà en place, la plupart du temps masculine et aisée. À la liquidation du concept de « culture homogène » correspond chez Thomas la liquidation de l’idéal positiviste de l’unité thématique et méthodologique de la science.

  • 4 Dewey a beaucoup insisté sur la nécessaire publicité des enquêtes sociales, via un journalisme adap (...)

38La pluralisation des intervenants dans l’enquête peut surtout être élargie aux lecteurs des enquêtes, à leurs récipiendaires. Le caractère public et partageable du contenu des enquêtes et du discours sur ce contenu concerne également ceux auprès de qui sont diffusées les enquêtes sociales4. Aujourd’hui, il est assez courant d’insister sur les méthodes de diffusion et de présentation relativement aux exigences issues de l’expérience de rapatriement des connaissances sociales auprès de cercles éloignés de l’interaction initiale. Tel est le cas par exemple des exigences actuelles de présentation des analyses. Alors que les monographies des années 1920 et 1930 ne restituaient que partiellement les entretiens et les notes de terrain, au profit d’un discours synthétique de type narratif et continu, il est aujourd’hui fréquent de publier le matériel recueilli. Chapoulie (2001, p. 248) remarque que le rapport à la conviction du lecteur a changé. On cherche souvent à emporter sa conviction sur la méthode, qui peut ensuite aboutir à une conviction sur le résultat : « On ne demande plus au lecteur de s’en remettre au seul témoignage de celui qui a recueilli le matériel, parce que c’est l’adéquation globale de la perspective à la saisie d’un ensemble de phénomènes, et non un simple constat concernant des “faits”, qui est l’enjeu de la lecture. » Dans l’idéal, le lecteur serait en mesure de participer à la validation des résultats d’enquête.

39Au total, sauf dans une certaine mesure lorsque l’enquêteur reste caché (comme dans le cas des informateurs mobilisés par Cressey pour son enquête sur le Taxi-Dance Hall en 1932), l’enquête de terrain est fondée sur l’expérience d’une rencontre : l’enquêteur va sur le terrain de l’enquêté qui, quant à lui, se plie au jeu de l’enquête. La manière dont il s’y plie concerne toute une gamme d’attitudes possibles dont le premier terme est qu’il admette la présence de l’enquêteur. Au minimum, comme l’écrit Hughes (1996), le terrain permet « l’observation des gens in situ, en les rencontrant là où ils se trouvent, en restant en leur compagnie, en jouant un rôle qui, acceptable pour eux, permet d’observer de près certains de leurs comportements et de les décrire ». Quant à la situation optimum, elle est celle où l’enquêté participe activement à son entreprise, devenant en quelque sorte enquêteur lui-même, comme dans le cas de Anderson qui a lui-même été un sans-abri.

40La « rencontre » apparaît ici comme un concept complémentaire de celui d’inter-objectivation. Elle en est le préalable indispensable. Comme l’a montré Gold (2003) à propos des conditions de l’observation participante, elle assure une co-présence qui se différencie tout aussi bien de l’idéal positiviste d’une position neutre du chercheur que de celui d’une inter-subjectivité par laquelle l’enquêteur en viendrait à intégrer les règles et procédures des acteurs qu’il étudie, courant ainsi le risque de « virer indigène ». Afin qu’il y ait « rencontre », il faut tout à la fois une reconnaissance de l’altérité et la création d’un point auquel se combinent les points de vue des deux parties. La rencontre est un moment d’enquête qui échappe à l’alternative entre un universel de surplomb fondé sur le postulat d’une nature humaine similaire malgré les variables spatio-temporelles qui l’affectent, et l’idée de l’incommensurabilité des croyances et des « formes de vie ». Elle ouvre ainsi la voie à une théorie sociale qui s’émancipe de l’universalisme comme du relativisme (Naepels, 1998).

41Comme le suggère tout ce qui précède, une rencontre peut être expliquée dans les termes d’une « interaction », c’est-à-dire d’une relation par laquelle les entités reliées, on l’a vu, se transforment mutuellement et se dotent de traits ou de constituants nouveaux, qui sont relatifs à l’expérience même de la relation, la rendent possible ou en découlent. Une « rencontre » signale donc la possibilité de produire cette sorte de situation qui est fondatrice de commun. Les groupes ou relations interpersonnelles qui en proviennent possèdent des traits de coopération spécifiques et diffèrent d’une large gamme de modes associatifs, par exemple des groupes issus d’une sommation statistique, de ceux qui reposent sur l’accomplissement d’actes individuels d’allégeance, de ceux qui proviennent de traditions partagées, ou encore de contrat, de promesse ou de pacte. L’expérience d’une rencontre accorde en outre à l’altérité le statut d’une donnée de base. En même temps, dans le cadre de cette expérience, l’autrui dans l’autre, loin d’être considéré comme donné ou intangible, est le matériau que la rencontre travaille. Il en va ainsi de l’« étranger » dont Simmel a proposé la description : l’étranger appartient à des groupes dont il ne fait pas partie ni depuis le début de sa vie, ni depuis le début de l’existence de ces groupes. Il est à la fois à l’intérieur et à l’extérieur, proche et distant, « homme objectif » : « L’objectivité ne se définit en aucun cas comme absence de participation : sinon nous serions tout à fait en dehors de la relation […] C’est un type particulier de participation, semblable à l’objectivité de l’observation théorique. » (Simmel, 1984, p. 56).

42L’altérité en question n’est ni substantielle ou résiduelle, ni enfermée en elle-même. La « reconnaître » signifie simplement prendre au sérieux et accorder de la valeur à la situation combinant l’expérience de l’altérité avec mes caractéristiques en tant que celles-ci sont travaillées par l’altérité. La transformation mutuelle entre moi et les autres réalise une virtualité du vivre ensemble à laquelle nos logiques respectives n’auraient pu mener indépendamment l’une de l’autre.

De l’enquête sociale participative à la démocratie

43Ce qui précède montre qu’en tant qu’enjeu de coopération parmi une pluralité de participants, une enquête sociale est susceptible de transformer des situations d’interdépendance en situation de communauté ou de partage. Si tel est le cas, les enquêtes sociales peuvent apparaître comme l’auxiliaire privilégié de la démocratie. Car cette dernière signifie en priorité la participation de tous à la fixation des conditions de leur vie. La relation enquêteur/enquêté qui a été évoquée dans les conditions du travail de terrain peut être dite analogue aux relations s’instaurant entre les citoyens d’une société démocratique et à leur action publique.

  • 5 Dewey n’a toutefois porté l’individualité au niveau d’un principe que tardivement, face à la montée (...)

44Afin d’apporter quelques indications sur ce point, on se référera à nouveau aux textes de Dewey. En effet un grand nombre de ceux-ci assignent aux enquêtes sociales la fonction de procurer aux citoyens d’une démocratie libérale moderne les connaissances dont ils ont besoin afin de se constituer en un « public » (Dewey, 1935, 2003 ; Zask, 1999). Or un public est une communauté dans laquelle « chacun compte pour un ». Dans une société complexe, où le savoir traditionnel ne propose plus aucun outil de contrôle et de compréhension des relations sociales, la liberté et l’épanouissement personnels passent par la connaissance partagée de toutes ces relations d’interdépendance dont l’intrication et la complexité produisent impuissance et exclusion, qu’il s’agisse de relations internationales, de mécanismes économiques ou d’industrialisation. C’est pourquoi ces textes mettent l’accent sur la solidarité entre le primat de l’expérimentation dans l’enquête et le contexte plus large de la démocratie comme culture partagée ou mode de vie : les enquêtes en sciences sociales sont mobilisées au titre d’une méthode destinée à canaliser le changement social dans une direction jugée bonne. Dans l’idéal qu’inclut l’idée de démocratie telle que Dewey la conçoit, le critère permettant d’évaluer cette direction est celui du développement de l’individualité de tous : sont souhaitables les activités sociales qui permettent au plus grand nombre de gens de s’engager dans un procès continu d’expériences, car telle est la condition de leur individuation, ou de leur accomplissement personnel5.

  • 6 Ce point est surtout développé in Dewey (1935).

45Au sens le plus général, la politique démocratique est cette méthode : la finalité d’un État démocratique est d’assurer la meilleure répartition des opportunités d’individuation dans une société donnée. Cette répartition est toujours contextuelle, les fins, les valeurs, la conscience de soi, les ressources ou les obstacles étant variables d’une société à l’autre, ou d’une période à l’autre. Or cette répartition est souvent en défaut. Comme on l’a vu, de nombreuses pratiques sociales provoquent une perte ou une diminution des opportunités d’accomplissement individuel, qu’elles le fassent directement ou par le biais de leurs effets sur le mode de vie de gens qui n’y prennent pas part6. Dewey appelle « public », au sens générique et fonctionnel, l’ensemble des personnes affectées par les conséquences d’activités sociales menées par d’autres, en une manière qui bloque ou menace le continuum de leurs activités, ou encore le procès de leur individuation.

  • 7 Dewey a lui-même cité et coopéré à nombre d’enquêtes, par exemple en tant que président du People’s (...)

46La fonction des enquêtes sociales dans une société démocratique moderne en découle : celles-ci sont destinées à procurer au public des données qui lui permettent de définir ses intérêts et qui permettent ensuite aux décideurs ou aux conseillers de la décision d’évaluer correctement les situations sociales problématiques. Ces situations dérivent des conséquences préjudiciables de l’interdépendance (ce qui inclut également les effets néfastes des politiques adoptées et instituées dès lors que leur durée excède les besoins qui, à un moment donné, les ont justifiées : « L’État doit toujours être redécouvert »). Or, comme le public est l’ensemble des personnes dont les activités sont entravées par les conséquences indirectes d’activités auxquelles elles ne prennent pas part, il convient que leur action publique soit de nature à assurer une reprise de leur continuum d’expériences, autrement dit que les activités qu’elles mènent afin de s’organiser politiquement soient rigoureusement connectées à celles qui les ont fait naître en tant que membres d’un public. Et puisqu’un public moderne ne peut produire spontanément la connaissance des problèmes qui l’affectent (c’est-à-dire des causes qui l’ont fait naître), des enquêtes qui cerneraient les conditions de son apparition sont requises7. Bien sûr, il ne s’agit pas de tout type d’enquête, mais seulement des enquêtes de type participatif, c’est-à-dire expérimental, au sens qui a été défini plus haut. Que les théories sociales puissent servir d’auxiliaire à des politiques non démocratiques est un fait sur lequel Dewey a souvent insisté, notamment dans le cadre de sa pédagogie. Qu’en revanche, une enquête soit conçue comme un moyen pour former des idées (lois, mesures, théories) dont la valeur soit strictement subordonnée aux conséquences sociales de leur mise en œuvre permet de solidariser action publique, investigations empiriques et création de commun (Dewey, 1931, p. 64 sq.).

  • 8 Sur l’expérience comme méthode d’une portée à la fois scientifique, morale et politique, cf. par ex (...)

47D’une manière générale, il suffit qu’une enquête soit constituée de sorte à admettre que le degré d’organisation du public atteint est le test final de la validité des hypothèses directrices initiales pour que celle-ci devienne un auxiliaire de la démocratie. Car l’expérience, au sens d’expérimentation, est une logique de contrôle des idées par les faits qui dispose à la liberté et qui utilise la liberté pour parvenir à la liberté, au lieu que les logiques que Dewey a appelées « absolutistes », qui par exemple supposent que les faits obéissent aux « lois », que la logique des faits est indépendante des représentations qu’on s’en fait, ou que connaître consiste à re-présenter les choses telles qu’elles sont, prédisposent à des formes de domination et de manipulation. Adopter la « logique expérimentale », ou connecter les observations à des idées directrices formulées en rapport avec un plan de contrôle social tout en soumettant ces idées aux faits produits lorsqu’on agit conformément à ces idées, quelle que soit par ailleurs la pratique considérée, constitue une véritable garantie. Un mode de vie démocratique ne requiert rien d’autre, ce qui implique que le seul engagement requis du chercheur soit un engagement envers le primat de l’expérience, et non un engagement politique ou militant qui serait étranger à sa démarche8.

48L’enquête sociale ainsi conçue explique que le public (ou un public) puisse parvenir à la connaissance de lui-même par lui-même. Dans l’idéal, en matière d’enquêtes sociales, les personnes concernées sont en même temps les sujets et les objets de leurs investigations : participer aux enquêtes est en soi une reprise d’activité. Cette participation n’est pas requise à toutes les étapes. Même si Dewey est peu précis en ces matières, se bornant à préconiser l’adoption de la logique expérimentale dans les sciences sociales, il distingue le travail des spécialistes, qui constituent des corpus de données, celui des journalistes ou rédacteurs qui diffusent le contenu des enquêtes et celui des citoyens qui concluent l’enquête dont le matériau est hypothétique en évaluant les conséquences, soit probables, soit existentiellement éprouvées, de sa mise en œuvre. Alors que les « experts » rassemblent des données, la théorisation concernant la portée sociale du fait qu’on peut constituer à partir des données passe nécessairement par l’évaluation des conséquences concrètes qu’il produit, par la « connexion des faits avec les volontés humaines et par leur effet sur les valeurs humaines » (Dewey, 1931, p. 65). Lorsqu’au final une enquête donne lieu à une réglementation quelconque qui en valide les conclusions, elle permet la reprise d’activités qui ne sont pas nécessairement cognitives. La participation de chacun à l’enquête sur les conditions de l’interdépendance qui lui sont préjudiciables est un moyen indispensable et une garantie de succès.

  • 9 Sur les liens entre enquête sociale et société démocratique, cf. notamment Kaufman-Osborn (1984, 19 (...)

49Une relation d’enquête est donc une forme de relation sociale, placée sous les auspices d’un processus de politisation. Les connaissances dont a besoin un public afin de parvenir à l’articulation politique de ses intérêts ne peuvent être produites de l’extérieur ; dans l’idéal, chacun y prend part, en fonction de la nature de son affection, et en fonction des ressources intellectuelles ou matérielles dont il dispose, et qu’une éducation libérale est censée procurer à tous9. C’est pourquoi tous les textes que Dewey a consacrés à l’éducation convergent vers l’idée que l’école devrait former à la méthode expérimentale, et que la salle de classe devrait fonctionner comme une « communauté d’enquêteurs ». En outre, puisque les visées et les intérêts de chacun varient, il conviendrait aussi que le commun émerge au titre d’une composition de ces derniers, comme le point auquel ils se rencontrent et convergent, sans être supprimés. L’inter-objectivation désigne ainsi une relation d’enquête telle que les membres d’une société produisent par leurs efforts respectifs et leur coopération, quelle qu’en soit la nature, une nouvelle situation sociale dans laquelle s’inscrivent leurs intérêts pluriels. Dans une société complexe, les enquêtes sociales peuvent donc assurer une forme essentielle de participation. Grâce à ce détour par la production des connaissances des conditions problématiques et des projets de réformation des situations sociales problématiques qui s’y connectent, elle rejoint la devise de la démocratie suivant laquelle il est souhaitable que tous ceux qui sont affectés par les relations sociales puissent concrètement prendre part à la direction et aux choix des fins de leurs activités sociales, et à toutes les décisions concernant la vie des groupes auxquels ils appartiennent. Les enquêtes sociales sont une méthode d’investigation qui favorise le passage du droit démocratique de participation au plan du fait.

50En résumé, l’action politique qui prolonge les enquêtes sociales consiste en une politisation : définir un problème social ainsi qu’un intérêt public, proposer des solutions institutionnelles ou de nouvelles mesures, désigner des mandataires, critiquer les pratiques de ces derniers lorsque leurs intérêts s’éloignent de ceux du public, et ainsi de suite. Dans les cas où les activités de politisation sont une réponse appropriée aux formes excluantes de l’interdépendance, elles viennent dans la continuité de ces dernières ; l’expérience telle qu’elle a été définie plus haut advient, et peut à nouveau entraîner la reprise du cours général des activités de chacun, dans la direction qui lui semblera préférable. Comme l’expérimentation suppose cette connexion entre éprouver et entreprendre, l’enquête sociale expérimentale, en tant que méthode pour former des hypothèses concernant la réglementation de la vie commune, est par excellence l’outil de la démocratie. Quant à la validation de ces hypothèses, elle dépend strictement du degré d’articulation politique des intérêts publics qui est atteint, une fois les mesures prises, les lois votées, les nouvelles institutions gouvernementales établies.

51Ce tableau très général permet de conclure sur la question de l’inter-objectivation en expliquant pourquoi, en matière de politique et d’enquêtes sociales, mieux vaut une pluralité d’opinions convergentes que le partage d’une même opinion par un nombre indéfini de gens. En effet, en théorie, l’accord qu’on a situé plus haut entre les activités soit d’une même personne, soit de personnes différentes, est analogue à l’accord que requiert la démocratie : dans l’idéal, une démocratie suppose de penser le commun dans les termes d’une expérience commune menée par des personnes singulières. Le point de convergence que représente ce commun n’équivaut nullement à un point d’identité. Au contraire, il est constitué de sorte que chacun puisse persévérer dans sa voie sans qu’il en éprouve une perte ou un handicap. En outre, comme le développement d’une trajectoire personnelle implique que l’intéressé puisse évaluer les conséquences de ses activités passées, afin d’y ajuster sa conduite à venir, le commun doit fonctionner de sorte que puisse s’y inscrire, sous la forme de n’importe quelle trace (écrits, récits, mémoire, reconnaissance publique) la contribution individuelle de chacun. La démocratie suppose donc un commun politique assurant la convergence de conduites personnelles, que celles-ci soient privées ou publiques.

52Bien sûr, seules les enquêtes sociales qui se fondent sur la prise en considération du point de vue de l’enquêté (citoyen ou simplement homme) et se développent sous la forme d’une coopération et d’une co-production d’objets qui puissent servir de pivot à des prises de position politiques diversifiées sont compatibles avec les exigences d’une vie démocratique. Le primat de la convergence des activités sur une forme ou une autre d’assentiment intellectuel milite donc fortement tout à la fois contre les logiques positivistes (tels le behaviorisme ou le déterminisme historique) et contre les recommandations d’un recours exclusif à l’expertise. L’enquête comprise comme inter-objectivation favorise méthodologiquement et en pratique la pluralité, non seulement en prenant en considération la pluralité des affections passives productrices de public et la pluralité des intérêts de réglementation politique conformément aux projets, désirs ou espoirs des personnes concernées, mais aussi en prémunissant contre le risque de réduire la conduite humaine à un facteur unique, et contre les tendances au monisme qui justifient des politiques « identitaires » ainsi qu’une égalité mécanique qui est contraire aux intérêts des membres d’une société libérale et démocratique.

53Nous n’avons fait ici que mentionner quelques aspects du principe d’inter-objectivation. Ce principe s’exerce à tous les niveaux du vivre ensemble : participation individuelle à la production des conditions de la vie commune, production des moyens de connaître et participation individuelle à la validation des enquêtes, action publique et mode de vie personnel.

54Face à la complexification croissante des formes d’interdépendance, la fonction inter-objectivante de l’enquête sociale apparaît comme le complément du principe démocratique de la participation du peuple au gouvernement. Outre qu’une telle enquête conduit les chercheurs à assumer la responsabilité des effets qu’ils produisent en faisant irruption dans la vie d’étrangers et en se percevant eux-mêmes comme étrangers, elle associe les enquêtés à un processus de découverte et les dote, dans une certaine mesure, d’outils qui leur permettent de connaître leurs conditions de vie d’une manière qui leur apporte plus de liberté et d’opportunités d’action.

Bibliographie

Blumer Herbert (1969), Symbolic Interactionism, Berkeley, University of California Press.

Boas Franz (1988), « Methods of Ethnology », in Id., Race, Language and Culture, Chicago, Chicago University Press, p. 281-289 [1940].

Cefaï Daniel (ed.) (2003), L’enquête de terrain, Paris, La Découverte.

Chapoulie Jean-Michel (2001), La tradition sociologique de Chicago : 1862-1961, Paris, Seuil.

Clifford James & George E. Marcus (eds) (1986), Writing Culture : The Poetics and Politics of Ethnography, Berkeley, University of California Press.

Dewey John1 (1909), « Objects, Data, and Existences : A Reply to Professor McGilvary » MW 4, p. 143-146.

Dewey John (1929), The Quest for Certainty, LW 4.

Dewey John (1931), « Social Science and Social Control », LW 6, p. 64-68.

Dewey John (1935), Liberalism and Social Action, LW 11, p. 1-65.

Dewey John (1938), Logic : The Theory of Inquiry, LW 12.

Dewey John (1939ª), « I believe », LW 14, p. 91-97.

Dewey John (1939b), « Creative Democracy : The Task Before Us », LW 14, p. 224-230.

Dewey John (2003), Le public et ses problèmes, trad. fr. et introduction J. Zask, Pau, Publications de l’Université de Pau/Tours, Farrago/Paris, L. Scheer [1927].

Gold Raymond (2003), « Jeux de rôles sur le terrain », in D. Cefaï (ed.), L’enquête de terrain, Paris, La Découverte, p. 340-346 [1958].

Hughes Everett C. (1996), Le regard sociologique. Essais choisis par J.-M. Chapoulie, Paris, Éditions de l’EHESS.

Joseph Isaac & Yves Grafmeyer (eds) (1984), L’école de Chicago. Naissance de l’écologie urbaine, Paris, Aubier.

Kaufman-Osborn Timothy V. (1984), « John Dewey and the Liberal Science of Community », The Journal of Politics, 46 (4), p. 1142-1165.

Kaufman-Osborn Timothy V. (1985), « Pragmatism, Policy Science, and the State », American Journal of Political Science, 29 (4), p. 827-849.

Lowie Robert H. (1960), Primitive Society, Londres, Routledge & Kegan Paul [1921].

Malinowski Bronislaw (1970), Les dynamiques de l’évolution culturelle, Paris, Payot [1961].

Naepels Michel (1998), « Une étrange étrangeté. Remarques sur la situation ethnographique », L’Homme, 148, p. 185-200.

Peirce Charles Sanders (2003), « La nature du pragmatisme », in Œuvres philosophiques. 2. Pragmatisme et sciences normatives, éd. établie par C. Tiercelin & P. Thibaud, Paris, Cerf, p. 25-45.

Simmel Georg (1984), « Digressions sur l’étranger », in I. Joseph & et Y. Grafmeyer (eds), L’école de Chicago. Naissance de l’écologie urbaine, Paris, Aubier, p. 53-60 [1908].

Thomas Nicholas (1998), Hors du temps. Histoire et évolutionnisme dans le discours anthropologique, trad. fr. M. Naepels, Paris, Belin [1989].

Zask Joëlle (1999), L’opinion publique et son double. 2. John Dewey, philosophe du public, Paris, L’Harmattan.

Zask Joëlle (2002), « Politiques de l’interaction », in I. Joseph & D. Cefai (eds), L’héritage du pragmatisme, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, p. 107-130.

Notes

1 Sur le naturalisme continuiste de Dewey, qui présente l’enquête comme continue aux transactions entre organisme et environnement, cf. Zask (1999).

2 Sur ce mouvement, cf. Joseph & Grafmeyer (1984).

3 Parmi les pionniers cf., par exemple, Lowie (1960, p. 12).

4 Dewey a beaucoup insisté sur la nécessaire publicité des enquêtes sociales, via un journalisme adapté (dont Thought News et The New Republic ont été en partie un modèle), sans toutefois indiquer des solutions précises. Cf. le dernier chapitre de Dewey (2003).

5 Dewey n’a toutefois porté l’individualité au niveau d’un principe que tardivement, face à la montée des totalitarismes. Cf., par exemple, Dewey (1939a).

6 Ce point est surtout développé in Dewey (1935).

7 Dewey a lui-même cité et coopéré à nombre d’enquêtes, par exemple en tant que président du People’s Lobby (assurance du travail et de la maladie, analyse du chômage, travail des enfants, imposition, situation des agriculteurs, etc.).

8 Sur l’expérience comme méthode d’une portée à la fois scientifique, morale et politique, cf. par exemple Dewey (1939b, p. 229) : « La démocratie est la foi en l’aptitude de l’expérience humaine à engendrer des buts et des méthodes par lesquels l’expérience ultérieure sera mieux ordonnée et plus riche. Toute autre foi morale ou sociale repose sur l’idée que l’expérience doit être assujettie à un niveau ou à un autre à quelque forme de contrôle extérieur ; à quelque prétendue “autorité” existant en dehors des processus de l’expérience. »

9 Sur les liens entre enquête sociale et société démocratique, cf. notamment Kaufman-Osborn (1984, 1985), Zask (2002).

Notes de fin

1 [NdE. : Les textes de Dewey sont cités dans l’édition de référence de ses œuvres complètes établie par Jo Ann Boydston : The Early Works, 1882-1898 (EW), The Middle Works, 1899-1924 (MW), The Later Works, 1925-1953 (LW), Carbondale, Southern Illinois University Press, 1967-1991, 37 vol.]

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search