Version classiqueVersion mobile

La croyance et l’enquête

 | 
Bruno Karsenti
, 
Louis Quéré

Les formes de l’enquête

Aux sources de la théorie de l’enquête

La logique de l’abduction chez Peirce1

Christiane Chauviré

Texte intégral

  • 1 Je remercie Mathias Girel et Guillaume Garreta qui m’ont fourni beaucoup de suggestions précieuses, (...)

« Ne barrez pas la route à la recherche. »
« Le doute vivant est la vie de la recherche. Lorsque le doute est apaisé, l’enquête doit s’arrêter. » (Charles Sanders Peirce)

Pragmatisme et abduction : une conception non positiviste de la recherche

  • 1 Réagissant aux visions descriptivistes et/ou instrumentalistes de la science, trop « nominalistes » (...)
  • 2 C’est au Chomsky de Language and Mind (1968), plus encore qu’à Norwood R. Hanson, que l’on doit une (...)
  • 3 Les textes de Charles S. Peirce dans la suite du texte sont référencés ainsi : pour ceux extraits d (...)
  • 4 L’interaction doute/croyance semble gouvernée par un principe de régulation psychophysiologique sup (...)
  • 5 Cf., sur la révision par Peirce de la théorie de l’enquête, Murphey (1961, p. 357).

1C’est peut-être dans la critique de l’épistémologie positiviste (la cible étant Auguste Comte), axée sur la factualité et la vérification, ou de sa version nominaliste (qui, réduisant les universaux des sciences, ne croit pas en la réalité des lois de la nature)1 que Peirce s’est le plus illustré en matière de philosophie des sciences. L’invention du pragmatisme provient pour une part du désir de dépasser la vision positiviste de la science en direction d’une conception dynamique de la recherche (research), parallèle à une théorie de l’enquête (inquiry) comme dialectique du doute et de la croyance, et à une logique de l’abduction2 (ou rétroduction) comme procédure qui fournit une explication des faits. La très novatrice dialectique du doute et de la croyance qu’il propose dès 1877 dans « Comment se fixe la croyance » (2002, p. 215-235) comme schéma régulateur de toute enquête s’applique à merveille dans le cas des sciences où le moteur de l’enquête est l’« irritation » du doute venant attaquer un état reposant et stable de croyance3. Mais l’esprit ne se satisfait pas du doute, au contraire il aspire à trouver une autre croyance stable en laquelle se reposer4, aussi, à la défaite de la théorie dominante succède toujours la recherche et la fixation d’un nouvel état de croyance5, un schéma qui s’écarte des canons positivistes pour prolonger plutôt la vision dynamique de la science d’un Whewell et anticiper à la fois Popper et Kuhn : dans les sciences de la nature « une explication est requise quand apparaissent des faits contraires à notre attente ».

  • 6 Contrefactuels après le tournant réaliste de Peirce mais, dans un premier temps, matériels. Cf. Chr (...)

2Mais cette explication doit répondre à des critères rationnels en phase avec la « maxime pragmatiste » selon laquelle la signification d’une expression réside dans les conséquences pratiques concevables que l’on peut en tirer : si la signification d’un terme (que la sémantique du xxe siècle appellera, à la suite de Carnap et Popper, dispositionnelle) comme « dur » dans « ce diamant est dur » est entièrement explicitée par une liste de conditionnels contrefactuels6 dont l’antécédent énonce une opération ou une expérience à effectuer et le conséquent le résultat observé, parallèlement,

  • 7 L’abduction tire donc sa capacité innovante d’introduire dans l’enquête la formulation d’une hypoth (...)

l’explication doit être une proposition qui conduise à la prédiction de faits observés comme conséquences nécessaires ou du moins très probables dans ces circonstances. Il faut alors adopter une hypothèse qui est vraisemblable en elle-même et qui rend les faits vraisemblables. L’étape au cours de laquelle on adopte une hypothèse en tant qu’elle est suggérée par les faits est ce que j’appelle abduction. (7 202)7

  • 8 Notons le parallélisme entre cette « teneur rationnelle » et la « signification cognitive » déployé (...)

3Ainsi le pragmatisme entendu, non comme doctrine, mais comme application d’une maxime, est-il à la fois ce qui permet d’expliciter la signification ou « teneur rationnelle » (rational purport, 5 428)8 des mots et des phrases, épurant ainsi la philosophie de ses non-sens métaphysiques, et ce qui peut orienter la recherche scientifique dans le bon sens, celui de la proposition rationnelle et réglée de nouvelles hypothèses à tester dans des expériences ; Peirce ne dit-il pas que sa fameuse maxime est en fait issue du laboratoire ? Tirée de la saine méthodologie expérimentale, de la démarche du physicien ou du chimiste, la maxime pragmatiste appliquée aux sciences de la nature offre en retour les moyens d’exposer la vraie logique (dynamique) de la recherche, le bon ordre de la science. De là à identifier pragmatisme et logique de l’abduction, il n’y a qu’un pas, que Peirce n’hésite pas à franchir dans la septième des Conférences de Harvard de 1903 (5 196-5 197), revenant plus de trente ans après sur la maxime pragmatiste et la question de l’abduction.

L’avenir de la science

4Nous avons autrefois montré dans une étude que la logique peircienne de l’abduction pouvait être qualifiée sans hésitation de falsificationniste, étant gouvernée en fait par une métarègie : le principe d’économie de la recherche (economy of research), qui prescrit d’éliminer le plus vite possible les hypothèses susceptibles d’échouer au test pour ne pas perdre du temps et de l’argent, pour déblayer la voie de la recherche : la réfutation est donc, comme plus tard chez Popper, le moteur de la recherche. L’économie implique le réfutationnisme. Toute « vérité » scientifique est en sursis. Mais si la recherche humaine, à court terme, va de réfutation en réfutation, à long terme, elle a un sens déterminé, prédestiné, les opinions étant destinées (fated) à converger pour produire l’unique représentation vraie de la réalité.

  • 9 Comme le faisait spirituellement remarquer Quine (1969) : « Les créatures qui se trompent de façon (...)
  • 10 Notons que l’expression « in the long run » est en usage chez les économistes de l’époque. À propos (...)

5En effet, s’il y a bien en science un travail du négatif, les hommes ne peuvent pas être voués à toujours échouer dans leurs inductions9. L’induction a un caractère auto-correctif à long terme (et non à court terme), sur lequel tablent les compagnies d’assurances : « on sait seulement qu’en acceptant des conclusions inductives, nos erreurs s’équilibreront. En fait les compagnies d’assurances procèdent par induction ; elles ne savent pas ce qui arrivera à tel ou tel assuré ; elles savent seulement qu’à long terme elles n’ont rien à craindre. » (5 350). La raison en est selon Peirce (« Quelques conséquences de quatre incapacités », 2002, p. 37-72) qu’il existe, ou existerait, un réel sur lequel, si la recherche est poussée à long terme, tous les hommes sont voués à s’accorder, la réalité s’identifiant à ce sur quoi il y a (aurait) accord ultime de la communauté illimitée des chercheurs (5 311). Ainsi la « perfection idéale de la connaissance » serait à long terme10 le propre de cette communauté parfaitement désintéressée. Les chercheurs obéissent-ils pour autant à une norme de rationalité, comme dirait Davidson ? Non, ils n’obéissent qu’à leur instinct, qui se trouve être, du fait de l’évolution et de l’adaptation de notre esprit à son milieu, un instinct rationnel ; c’est lui qui les pousse à faire confiance à un processus destiné à long terme à aboutir à la vérité absolue, même si, de fait et à plus court terme, les scientifiques peuvent tâtonner ou errer pendant des siècles. Cela n’a rien à voir avec l’adoption d’une norme de rationalité pour interpréter le réel, au sens de Davidson ou de Dennett, qui concorde d’ailleurs plutôt avec une épistémologie instrumentaliste. Or Peirce est réaliste, ou plutôt le sera pleinement en son âge mûr.

  • 11 Peirce s’inspire à cet égard d’Alexander Bain, souvent mentionné, mais aussi de John Venn évoquant (...)

6Cet accord ultime présuppose « la théorie sociale de la logique », voire le « socialisme logique11 », selon lequel aucune inférence ne saurait avoir, si minime soit-elle, un caractère non communautaire, purement égoïste et intéressé (on pourrait appeler cela la « community view » de la logique de la science, ou l’« argument contre le caractère privé des inférences ») : « celui qui reconnaît la nécessité logique d’une identification totale de soi, ses propres intérêts à ceux de la communauté […] s’apercevra que seules les inférences de l’homme qui la fait [cette identification] sont logiques » (Peirce, 5 356). « Celui qui ne sacrifierait pas son âme pour sauver le monde est illogique dans toutes ses inférences, collectivement. Ainsi le principe social est-il intrinsèquement enraciné dans la logique. » (Ibid., 5 354). On pourrait baptiser « argument du non-pari de Peirce » l’idée que, si nous sommes de toute façon embarqués, il n’y a – contrairement à ce que dit Pascal – même pas à parier :

Nous ne voulons pas savoir le poids des raisons pour et des raisons contre – c’est-à-dire combien nous souhaiterions parier dans une telle entreprise à long terme – parce qu’il n’y a pas de long terme en ce cas […] Nous sommes dans la situation d’un homme pour qui il s’agit d’une question de vie ou de mort. (Ibid.)

7Si la croyance ressemble au pari, qui prend des risques financiers à soutenir une proposition, elle n’a aucune place dans la science pure, « dont les enjeux sont nuls en matière d’entreprise temporelle, mais qui est en revanche en quête de vérités éternelles […] et qui conçoit cette quête, non comme l’œuvre d’une seule et unique vie, mais comme celle, indéfiniment poursuivie, de plusieurs générations » (7 606). On ne peut agir rationnellement que dans l’espoir de réussir, sentiment qui est « impérativement exigé par la logique ». Désintéressée, la science n’a rien à voir à long terme avec les problèmes pratiques à la résolution desquels elle ne travaille pas, du moins en première intention, même si elle peut à court terme y contribuer (cf. Hookway, 2000, p. 142 ; Chauviré, 2000, p. 64), raison pour laquelle il n’y a « aucune place en science pour la croyance » : « la pleine croyance est volonté d’agir conformément à la proposition dans les crises vitales […] Mais la science pure n’a rien à voir du tout avec l’action. La proposition qu’elle accepte, elle l’inscrit simplement sur la liste des prémisses qu’elle se propose d’utiliser. » (première Conférence de Cambridge, 1 635). C’est d’ailleurs parce que les scientifiques ne « croient » pas en leurs énoncés (au sens où, si l’on croit en une proposition, on est prêt à parier gros sur elle) qu’ils ne craignent pas de chercher à les prendre en défaut et sont disposés à les abandonner aisément si l’expérience les falsifie.

  • 12 Nous avons déjà noté qu’en réalité Peirce définit ici un ethos scientifique ou une déontologie prof (...)
  • 13 « Comment s’est-il fait que l’homme en soit jamais venu à concevoir une théorie vraie ? », écrit Pe (...)
  • 14 Cité in Christopher Hookway (2000, p. 168).

8On mesure à quel point Peirce se montre ici bien peu pragmatiste au sens banal du terme, s’opposant à toute vision utilitaire de la science, ne privilégiant aucune rationalité instrumentale au sens de Max Weber dans le champ scientifique ; la rationalité pratique se résorbe dans la rationalité théorique. Le désintéressement du chercheur12 peut paraître en parfaite contradiction avec le souci d’économie qui exige une recherche planifiée ; mais une chose est la gestion de la recherche, une autre chose est l’étude de ses vrais mobiles et ressorts, et de son ultime destination. À quoi nous pouvons ajouter, avec un clin d’œil à Chomsky et Putnam, l’« hypothèse d’innéité » tirée de la lecture de Darwin : si l’esprit ne s’était pas, au cours de l’évolution, adapté à la compréhension du monde, aucune science ne serait possible13, nous avons donc des conceptions innées comme les trois catégories (« l’organisme entier de la logique peut être mentalement tiré et développé à partir des trois conceptions de Premier, Second et Troisième », W 3 : 319)14. Le « socialisme logique » en matière de philosophie des sciences est intrinsèque au pragmatisme de Peirce, il sera pourtant détaché du pragmatisme ultérieur pour nourrir plutôt l’éthique communicationnelle d’Apel et d’Habermas, ou mis au service d’une vision idéalisée, voire utopique, de la recherche scientifique (Chauviré, 2000, p. 64). Seuls Putnam et Hookway reconsidéreront de façon critique l’idée d’une vérité fatalement obtenue de façon ultime à la limite idéale de la recherche par une communauté illimitée incluant toute « intelligence scientifique », humaine ou non.

La forme logique de l’abduction

  • 15 Traduction assez problématique car Aristote emploie en fait l’apageïn (réduire, ramener) des géomèt (...)

9Parallèlement à cette théorie de la recherche scientifique, Peirce travaille dès les années 1860 à une étude formelle de trois sortes d’inférences logiques : déduction, induction et abduction. Les développements considérables de sa notion d’abduction, issue de ses travaux en logique formelle, et de sa relecture très personnelle des Premiers Analytiques, viendront interférer avec, et alimenter sa réflexion sur la dynamique des sciences. Une des principales tâches à laquelle s’est consacré le jeune Peirce a été la classification des arguments logiques et l’évaluation de leur validité. La grande nouveauté qu’il apporte alors est l’ajout d’une troisième forme d’inférence, l’abduction, aux deux autres reconnues par Aristote, la déduction et l’induction. Reprenant tout d’abord le terme de Kant, Peirce appelle cette inférence « hypothétique », terme qu’il abandonnera ensuite pour des dénominations moins classiques comme présomption, rétroduction, et surtout abduction, mot censé traduire l’apagoguè d’Aristote15. Il va s’efforcer de dégager la spécificité de cette troisième forme d’inférence par rapport aux deux autres ; l’enjeu n’est pas seulement logique, il est épistémologique, car il s’agit aussi de voir dans cette troisième forme celle qui introduit une hypothèse scientifique et qui – c’est là l’originalité de Peirce – ne se réduit pas à une induction. Jusqu’alors les auteurs soit voyaient dans l’induction la source des hypothèses, soit considéraient que cette introduction n’avait rien à voir avec une inférence en bonne et due forme. Or, et c’est là où Peirce innove, la proposition d’une nouvelle hypothèse est une inférence, et une inférence irréductible à l’induction (et à la déduction). Au sens large, l’abduction englobe toutes les procédures aboutissant à l’adoption d’une nouvelle hypothèse, c’est-à-dire 1) l’invention proprement dite de l’hypothèse (acte de divination ou de conjecture, fondé sur un instinct rationnel semblable à « il lume naturale » qui a inspiré Galilée), 2) la formulation du raisonnement abductif, et 3) la sélection de l’hypothèse à tester de préférence à d’autres. Seule l’étape 2 relève réellement de la logique formelle : c’est l’abduction au sens étroit. Les trois formes de l’inférence se répartissent ainsi, Peirce reprenant le vocabulaire de la Logique de Kant :

Explicative (analytique)

Déduction

Inférence

Abduction

Ampliative (synthétique)

Induction

  • 16 Cf. le texte consacré à cette question, et rédigé par Peirce en 1913, peu avant sa mort : « An Essa (...)

10Les inférences explicative et ampliative, analytique et synthétique diffèrent, comme chez Kant, en ceci que seule la déduction est une inférence nécessaire ; dans les deux autres cas la conclusion amplifie au lieu d’expliquer simplement ce qui est posé dans les prémisses : ces formes de raisonnement existent dans les sciences de la nature, où il est crucial d’introduire des idées nouvelles pour accroître la connaissance. L’originalité de Peirce tient à l’introduction de l’abduction aux côtés de l’induction ; l’adoption d’une hypothèse à l’essai n’est pas une induction, « et pourtant c’est un raisonnement, et bien que sa sécurité soit faible, sa fécondité est grande » (8 388)16. De la déduction à l’abduction, « la sécurité décroît énormément alors que la fécondité croît énormément ». En outre Peirce admet que si l’abduction « a une forme logique parfaitement définie », « assertant sa conclusion de façon seulement problématique ou conjecturale », néanmoins « elle s’embarrasse très peu des règles logiques » (5 188) : c’est dans la septième des Conférences de Harvard de 1903 que Peirce nous livre un des derniers états de sa logique de l’abduction, qui revêt la forme canonique suivante :

Le fait surprenant C est observé.
Or si A était vrai, C irait de soi.
Donc il y a une raison de soupçonner que A est vrai. (5 189)

11La valeur épistémologique d’un tel raisonnement fait peu de doute, même s’il est bien vrai aux yeux de Peirce que Kant aurait dû poser la question de la possibilité du jugement, voire du raisonnement synthétique en général, et non pas seulement celle du synthétique a priori (« Fondements de la validité des lois de la logique », 5 342). Mais c’est du point de vue logique qu’il a besoin d’être justifié, étant, à l’inverse de la déduction qui est certaine, « sans force probante » (8 209). Cependant, aux yeux de Peirce, il suffit de voir que l’abduction est raisonnée, et que « certaines prémisses rendent une hypothèse probable » (2 511, note) : « une hypothèse […] est une inférence parce qu’elle est adoptée pour une raison bonne ou mauvaise et que cette raison […] est considérée comme conférant à l’hypothèse un caractère plausible. » (Ibid.). Cela suffit pour la légitimer du point de vue du chercheur qui ne la pose qu’abstraction faite de sa valeur de vérité : « Dans l’abduction, il ne peut jamais être justifiable d’accepter l’hypothèse autrement que comme une interrogation. Mais tant que cette condition est remplie, aucune fausseté positive n’est à craindre. » (6 258).

12La modalité (« problématique » au sens kantien) de l’hypothèse avancée la sauve épistémologiquement et c’est un point sur lequel Peirce se sépare de la conception positiviste de l’hypothèse et d’Auguste Comte, sans toutefois aller jusqu’à dire, comme il le pourrait, qu’elle « barre la route à l’enquête ». Et si l’abduction est un véritable raisonnement doté d’une forme logique irréductible à celles des deux autres sortes d’inférence, son étude relève de plein droit d’une logique formelle qui étudie la validité des inférences, autant que d’une « logique de la science » qui s’intéresse aussi à la méthodologie et à l’heuristique du chercheur. C’est ainsi qu’il faut entendre l’affirmation de Peirce, tant de fois répétée, que le problème de l’abduction est un authentique problème de logique, ce qu’aucun de ses devanciers n’a su voir ; nouvel Aristote en somme, il revendique pour la logique un processus jusque-là laissé dans l’ombre par les logiciens (et qui présuppose un « instinct rationnel ») ou considéré comme relevant de la psychologie, d’un flash of insight irrationnel (ce sera encore le cas du jeune Popper dans sa Logique de la découverte scientifique, 1973), à savoir « le processus de formation d’une hypothèse explicative » (5 171), « l’adoption d’une hypothèse à l’essai » (8 388) : on est aux sources de la théorie de l’enquête qui se déploiera notamment chez Dewey.

  • 17 Cf., sur ce point et sur la réalité des lois chez Peirce, van Fraassen (1994, ch. 2).
  • 18 « Songez à Auguste Comte qui, lorsqu’on lui demanda de désigner une chose qu’on ne pourrait jamais (...)

13Bien sûr, on dira que la logique de l’hypothèse est traitée, par exemple chez Bacon, dans le contexte de l’induction que cet auteur assimile à une procédure qui, d’une accumulation d’observations répétées, fait surgir une hypothèse expliquant les faits observés. Mais, dès ses textes de jeunesse, Peirce arrache cette opération à l’induction17 pour la reverser à une autre procédure formelle, l’abduction, et définit autrement l’induction : elle « infère l’existence de phénomènes analogues à ceux que nous avons observés dans des cas qui sont semblables » tandis que l’abduction « suppose quelque chose d’une sorte différente [nous soulignons] de ce que nous avons directement observé et souvent quelque chose qu’il nous serait impossible d’observer directement » (2 640 ; nous voyons ici une allusion critique à Comte et à son exclusion des inobservables18). « La première classe, la seconde explique » (2 363), écrit-il encore, autre façon de dire que la théorisation ou l’explication scientifique serait impossible sans l’abduction, même si elle ne relève pas que d’elle. Certes, en un sens, Peirce définit encore l’induction comme ce qui, pour parler comme Stuart Mill, « va du connu à l’inconnu », de phénomènes observés à d’autres non observés, de certains éléments d’une classe à la classe, mais ce n’est plus une opération de généralisation engendrant une loi ou une théorie, c’est l’inférence qui va d’un exemple à un tout ; l’abduction en revanche ne va pas de la partie au tout, mais passe de l’observation de certains faits surprenants (d’anomalies, dirait Kuhn) à la supposition d’un énoncé plus général expliquant ces faits, d’un ensemble de données à une hypothèse explicative.

  • 19 Sa décisive découverte du calcul des prédicats monadiques et polyadiques (qu’il nomme sa « logique (...)
  • 20 Dans ses textes des années 1860-1870, influencé en cela par la Logique de Kant-Jäsche, Peirce consi (...)

14Dans les années 1860, encore empêtré dans la syllogistique19, Peirce voit encore l’induction et l’abduction comme des variations à partir du syllogisme : elles ne sont, comme il le dira plus tard en 1898, que des « transformations apagogiques de la déduction » ; ces deux formes d’inférence sont obtenues par permutation de la Règle, du Cas et du Résultat20 (« Déduction, induction et hypothèse », 2619-644). Peirce ne remarque pas encore que, dans la logique de la science, ces deux procédures irréductibles sont complémentaires ; plus tard, abduction, déduction et induction seront articulées comme les trois étapes successives et fondamentales de la recherche scientifique : l’induction est la méthode qui permet de tester expérimentalement les hypothèses, l’abduction celle qui permet de les découvrir (2 776). Stuart Mill – « ce philosophe très fort, quoique philistin, dont les inconséquences lui allaient si bien qu’il en devint le leader d’une école populaire » (5 167) – coupable d’avoir mélangé induction et abduction (Peirce, 1868, 5 277), est définitivement dépassé…

Les trois étapes de la recherche

15Entre-temps, Peirce a systématisé sa philosophie et élaboré sa sémiotique, qui comporte désormais une grammaire spéculative, une logique et une rhétorique spéculative. La rhétorique est une sorte de méthodologie générale et comprend les éléments d’une heuristique. C’est dans ce cadre qu’apparaissent désormais les « trois types de raisonnement » (sixième Conférence de Harvard, 1903), le mot « induction » s’emploie pour une partie du « cours de l’investigation scientifique » (5 168), une classification dite « naturelle ». La possibilité d’une logique de la découverte (qui succède au flash of insight) est ici bien établie, n’en déplaise au positivisme :

  • 21 Dans des travaux antérieurs, nous avons montré la stricte analogie de ce schéma avec celui de Poppe (...)

L’abduction est le processus de formation d’une hypothèse explicative. C’est la seule opération logique qui introduise une idée nouvelle ; car l’induction ne fait rien que déterminer une valeur et la déduction développe simplement les conséquences nécessaires d’une pure hypothèse21. (Ibid.)

16L’induction ne servant qu’à tester, non à découvrir l’hypothèse, Peirce n’est, en ce sens, pas plus inductiviste que Popper (en revanche il est un peu plus justificationniste que lui et conserve, contrairement à lui, le terme « induction »). On peut alors modaliser les trois formes d’inférence :

La déduction prouve que quelque chose doit être ; l’induction montre que quelque chose est effectivement opératif ; l’abduction suggère simplement que quelque chose peut être. Sa seule justification est qu’à partir de cette suggestion, la déduction peut tirer une prédiction qui peut être testée par induction et que, si nous devons jamais apprendre quelque chose ou comprendre les phénomènes, ce doit être par abduction que cela doit se faire. (5 171)

  • 22 Selon Mathias Girel, on ne connaît pas de référence explicite de Peirce à l’Optique physiologique d (...)
  • 23 En 1903, dans sa septième Conférence déjà citée, Peirce revient sur ce thème – « l’inférence abduct (...)

17C’est en revisitant sa problématique de l’abduction en 1903 que Peirce en montrera le caractère central dans sa pensée et les liens intimes avec le pragmatisme et le réalisme, unifiant pour de bon sa philosophie. Aux sources de ce qui sera chez Dewey la théorie de l’enquête, nous trouvons donc d’abord, chez le jeune Peirce, un jeu formel sur le syllogisme qui aboutit à la position, par permutation des trois propositions, d’une forme d’inférence irréductible aux deux autres, d’autre part une problématique de la fixation de la croyance impliquant une réflexion sur la supériorité de la méthode scientifique sur les autres, et de la régulation de la logique de l’enquête et, plus précisément, celle de la science en tant que vouée à produire à long terme, et sur un mode communautaire, la vérité. C’est en 1859, à l’âge de vingt ans, que Peirce établit sa conception inférentialiste de la perception, antérieure de trois ans au moins à celle de Helmholtz22 : le jugement de perception comporte une inférence, ou peut être assimilé à une inférence explicative (ou seulement à sa conclusion), dont le schéma est déjà celui de l’abduction : « Tout jugement, rapportant l’expérimenté ou le connu à l’admis et à l’inconnu [Peirce est encore influencé par Mill], est donc une explication d’un phénomène par une hypothèse, et est en fait une inférence. » (« A Treatise of the Major Premisses of Natural Science », Peirce, W 5 : 152)23. La thèse de la nature inférentielle de toute connaissance, de toute pensée, de tout processus mental, voire de certains processus physiologiques (nous évoquerons bientôt l’exemple de la grenouille sans tête qui effectue un syllogisme, repris en 1892 dans « Law of Mind », 6 102 sq.) témoigne d’ailleurs de ce que l’inférence a reçu très tôt une acception assez large, débordant le cadre du syllogisme (chez nous aussi d’ailleurs, « quelque chose a lieu dans l’organisme qui est l’équivalent du processus syllogistique », 5 267). C’est dans les années 1868-1870 que Peirce entreprend de « réduire toute action mentale à la formule du raisonnement valide » (ibid.), conformément à sa déclaration de 1868 : « l’esprit est un signe se développant conformément aux lois de l’inférence. » (5 313). Si tout processus mental se conforme aux lois de l’inférence valide, et si toute connaissance est déterminée de façon continue par une connaissance antérieure sans qu’il y ait jamais de premiers principes, alors l’introduction d’un terme nouveau peut passer pour le résultat d’une inférence hypothétique : ainsi le concept de couleur, qui unifie les différentes impressions de couleurs, fonctionne-t-il comme une hypothèse explicative. Par la suite, dans « Law of Mind » (6 102 sq.), Peirce reprend l’idée que la « loi mentale » suit les formes de la logique en un mouvement continu, ce continuisme étant affirmé dès 1869 : « l’action de l’esprit est pour ainsi dire un mouvement continu. » (5 329).

  • 24 L’indéterminisme de Peirce est lié à sa métaphysique du hasard (tychisme) développée par la suite a (...)

18Pour en revenir à la critique du positivisme impliquée dans la théorie de l’abduction (ou de l’inférence hypothétique), Peirce évoque en 1877 la théorie cinétique des gaz (5 364), son exemple favori quand il est question d’étayer son indéterminisme et sa vision fréquentielle de la probabilité24 héritée de John Venn. Pour le positivisme, le mot « hypothèse » a une connotation négative d’incertitude qui n’appartient pas du tout à l’usage peircien (2 707). Ce dernier est entièrement positif, exprimant la nécessité qu’il y a de dépasser les lois vers des théories qui les expliquent par la formulation d’hypothèses, les lois devenant « tôt ou tard la base d’une hypothèse destinée à les expliquer ». L’inexactitude des simples généralisations empiriques se trouve alors compensée à un niveau supérieur

[] car le grand triomphe de l’hypothèse est d’expliquer non seulement la formule, mais aussi les déviations par rapport à la formule. Dans le langage des physiciens, une hypothèse de cette importance est appelée théorie, le terme hypothèse étant réservé aux suggestions qui ont peu de preuves en leur faveur. (2 638)

19Mais loin de limiter le recours aux hypothèses, Peirce y voit une procédure rationnelle : « les théories qui marchent ne sont pas de simples conjectures, mais sont guidées par des raisons. » (Ibid.).

20Tel est le cas de la théorie cinétique des gaz, adoptée pour expliquer la loi de Boyle, et selon laquelle les gaz sont faits de petites particules solides très éloignées les unes des autres et se déplaçant à une grande vitesse, sans qu’il y ait attraction ou répulsion tant qu’elles ne sont pas très proches les unes des autres : c’est un cas typique d’explication par référence à des entités non observables. Si le gaz est sous pression, ce qui l’empêche de s’affaisser n’est pas l’incompressibilité des molécules, puisqu’elles ne se touchent pas, mais leur martèlement sur le piston. Plus le piston tombe, plus le gaz est comprimé, plus les molécules se rapprochent les unes des autres ; plus il y en aura à une distance donnée du piston, et plus elles viendront le frapper souvent. Peirce voit dans la théorie cinétique des gaz l’exemple par excellence d’une théorie qui s’est totalement dégagée du niveau observationnel et qui dépasse de loin la simple opération d’induction au sens d’une généralisation empirique. Si nous faisons crédit à cette théorie, ce n’est pas selon lui en raison de ses confirmations empiriques, mais en tant qu’explication de la loi de Boyle, corroborée en outre par la théorie de la chaleur. On sent alors les bienfaits de l’hypothèse. À cette époque, Peirce croit encore que les simples généralisations empiriques sont trouvées par l’induction qui ne joue de rôle qu’à cette étape préliminaire. Par la suite il redistribuera les fonctions respectives de l’inférence hypothétique et de l’induction : tout énoncé général, loi ou théorie, est issu, quel que soit son niveau de généralité, d’une inférence hypothétique, l’induction intervenant ensuite pour corroborer ou falsifier aussi bien les théories que les lois. Mais, en 1878, l’inférence hypothétique n’est encore qu’une inférence inductive poussée plus loin, plus audacieuse, plus synthétique, qui va plus au-delà de l’observé, supposant parfois de l’inobservable, alors que l’induction se cantonne comme le veut l’épistémologie positiviste au domaine de l’observé ; sans qu’il y ait toutefois de ligne nette entre les deux (« seulement plus on la pousse loin, plus elle devient faible », 2 640) ; Peirce admet que « la plupart des théories physiques sont de cette sorte ». On comprend qu’en 1910, il ait avoué avoir « plus ou moins mélangé hypothèse et induction » dans tout ce qu’il a publié « depuis le début de ce siècle » (8 227). Cela est encore plus vrai des textes des années 1860-1870. Les articles de 1877-1878 étant les textes les plus connus de Peirce, le lecteur doit savoir qu’ils ne reflètent pas l’état définitif de la théorie peircienne de l’abduction : mieux vaut se référer pour en avoir une idée juste aux sixième et septième Conférences de 1903. Mais la veine anti-positiviste est présente très tôt, un des enjeux de la théorie de l’abduction étant de dépasser le positivisme en prolongeant Whewell, Herschell, levons et leur conception hypothético-déductive de la science (dont le Popper de 1935 est de fait, sans le savoir, l’héritier).

21Le jeune Peirce distinguait induction et abduction dans leurs rapports respectifs à l’observé comme deux procédures indépendantes permettant d’obtenir des énoncés généraux, d’un degré plus élevé de généralité dans le cas de l’abduction. Par la suite, l’idée que toute connaissance va au-delà de l’observation (« comporte des additions aux faits observés », 6 523) prenant de l’ampleur, il n’y a plus à cet égard de différence entre induction et abduction. Mais Peirce n’en réintroduit pas moins la différence épistémologique suivante, attribuant à la seule abduction le rôle d’introduire toute hypothèse nouvelle, ôtant ainsi cette fonction à l’induction pour lui assigner celle de montrer dans quelle mesure les faits expérimentaux corroborent les énoncés hypothétiques, à moins qu’ils ne les réfutent : cette fonction est complémentaire de celle de l’abduction. Ce dispositif revêt un sens anti-positiviste, Peirce se prononçant, comme avant lui Whewell et plus tard Popper, en faveur de l’introduction d’hypothèses aussi audacieuses que possible. En 1878, il a d’ailleurs évacué la question, issue de Hume, Kant et Stuart Mill, de savoir si la validité de l’induction suppose l’uniformité de la nature : l’inférence synthétique n’a pas besoin d’être fondée par et sur la thèse de l’uniformité de la nature, même si le repérage de certaines régularités naturelles peut renforcer une hypothèse. En outre, dès 1868, Peirce soutenait, de façon remarquablement innovante, que « la nature n’est pas régulière », les irrégularités étant « infiniment plus fréquentes » que les éléments d’ordre et d’uniformité (5 342) ; l’arbre de la régularité cache la forêt du chaos réel, même si depuis le début de l’évolution cosmologique des régularités de plus en plus nombreuses tendent à s’installer, diminuant quelque peu la part du hasard objectif. Il prélude ainsi à sa polémique contre le déterminisme (défendu par Paul Carus, directeur du Monist) et à l’élaboration d’une cosmologie impliquant une métaphysique du hasard, qui a d’ailleurs son pendant chez Popper (1992).

Physiologie de la logique

22« Déduction, induction et hypothèse » (1878) ne mérite peut-être pas l’autocritique de 1910 (Peirce estime alors avoir mélangé à cette époque induction et hypothèse), car les deux formes d’inférence y sont nettement distinguées : si l’induction est une inférence « plus forte » que l’abduction, cette dernière est irremplaçable, permettant seule d’inférer des inobservables (les molécules d’un gaz), ce qu’aucune induction ne saurait faire. On n’infère pas inductivement des conclusions hypothétiques. D’ailleurs les trois formes d’inférence ont des fondements physiologiques différents, comme cherche à le montrer Peirce en mobilisant sa théorie de l’habitude. Ainsi, l’induction permet d’inférer une règle ; or

La croyance en une règle est une habitude. Qu’une habitude soit une règle active en nous, cela est évident. Que chaque croyance soit de la nature d’une habitude, dans la mesure où elle a un caractère général, cela a été montré dans les premiers écrits de cette série. L’induction est donc la formule logique qui exprime le processus physiologique de la formation d’une habitude. (2 643)

23L’hypothèse, définie en 1878 comme une forme de réduction du divers à l’unité (comme en 1868 ; cf. 5 276), « substitue à un enchevêtrement compliqué de prédicats joints à un sujet une seule conception ». Or on peut voir une analogie entre la pensée de l’inhérence de chacun de ces prédicats à un sujet et une sensation particulière : « Dans l’inférence hypothétique, ce sentiment compliqué ainsi produit est remplacé par un sentiment d’une grande intensité, celui qui appartient à l’acte de penser la conclusion hypothétique. » Comparant cette émotion à celle que produit en nous l’ensemble des divers instruments d’un orchestre (« chaque inférence hypothétique comporte la formation d’une telle émotion »), Peirce conclut que « l’hypothèse produit l’élément sensoriel de la pensée, et l’induction l’élément habituel », tandis que la déduction, qui n’ajoute rien aux prémisses mais, sélectionnant l’un des « faits représentés dans les prémisses, concentre sur lui l’attention, est la formule logique correspondant au processus de l’attention, c’est-à-dire l’élément volitionnel de la pensée » (2 643).

  • 25 Peirce est encore trop empêtré dans la syllogistique et la logique de Kant pour discerner clairemen (...)

24Peirce systématisera cette analyse en 1883 dans « A Theory of Probable Inference », en partant de la triade règle-cas-résultat : la connaissance d’une règle est assimilée à une habitude (qui peut ne pas être consciente), la connaissance d’un cas à une sensation, celle d’un résultat à une décision à prendre à une occasion donnée. La déduction (règle-cas-résultat) (dont Peirce n’a pas encore reconnu le caractère diagrammatique et foncièrement mathématique)25 est là encore définie comme « une formule de volition », l’induction (cas-résultat-règle) comme la formule de la formation d’une habitude ou d’une conception générale (« un processus qui, psychologiquement aussi bien que logiquement, dépend de la répétition des exemples ou des sensations »), et l’hypothèse (règle-résultat-cas) comme « une formule de l’acquisition d’une sensation secondaire, processus par lequel une concaténation confuse de prédicats est mise en ordre sous un prédicat synthétisant ». Cette définition psycho-physiologique des trois formes d’inférence permet à Peirce de fonder sa classification « naturelle » (puisque ancrée dans la physiologie) des sciences : s’il voit le premier critère de distinction entre les sciences dans la différence des techniques utilisées (opposant celles du laboratoire à celles du séminaire), il fait résider le second dans la différence des modes de raisonnements employés. C’est ainsi qu’il pourra distinguer les sciences inductives – sciences de la classification : botanique, zoologie, minéralogie, chimie –, les sciences de l’hypothèse – biologie, géologie – et les sciences théoriques – astronomie, physique pure – (2 644). Il s’agit pour le Peirce de cette époque d’inscrire sa théorie du raisonnement comme forme de l’activité mentale dans le cadre d’une épistémologie évolutionniste (la référence à Darwin y est cruciale) : nos capacités à connaître et le contenu de nos connaissances se sont progressivement ajustés à notre environnement, réalisant ainsi une harmonie non pas pré- mais post-établie. Cette épistémologie est d’autant mieux fondée qu’elle repose sur des distinctions issues de la psycho-physiologie ; ainsi le raisonnement est-il réintégré à un ensemble de processus psychologiques et surtout vitaux par rapport auquel seul il prend finalement sens.

  • 26 Cf. Jastrow & Peirce (1884), un essai qui récuse l’idée de « seuil ».

25On voit ici un écho de l’érudition de Peirce en matière de psycho-physiologie : c’est un grand lecteur de Helmholtz, Wundt et Fechner26. Tout à fait dans la ligne des travaux de Helmholtz et de la réflexologie russe qui s’en inspire, il soutient dans un texte célèbre qu’une grenouille décapitée qui réagit à une irritation par un mouvement réflexe effectue pour ainsi dire un syllogisme (la grenouille sans tête est fonctionnellement une machine logique, pourrait-on dire en termes putnamiens) :

  • 27 Un syllogisme en Barbara est de la forme : tous les Athéniens sont grecs ; Socrate est athénien ; d (...)
  • 28 L’arc réflexe a également intéressé Dewey (1896).

Un syllogisme en Barbara27 a pratiquement lieu quand nous irritons la patte d’une grenouille décapitée. La connexion entre les nerfs afférents et efférents, quelle qu’elle soit, constitue une habitude nerveuse, une règle d’action qui est l’analogue physiologique de la majeure. Les troubles de l’équilibre du système ganglionnaire provoqués par l’irritation sont la forme physiologique de ce qui est, du point de vue psychologique, une sensation ; et du point de vue logique l’occurrence d’un cas. La décharge par la voie nerveuse efférente est la forme physiologique de ce qui est, psychologiquement, une volition, et logiquement, l’inférence d’un résultat. Lorsque nous passons des formes inférieures de l’innervation à ses formes supérieures, les équivalents physiologiques échappent facilement à notre observation. Mais, du point de vue psychologique, nous avons toujours 1) une habitude qui, sous sa forme la plus haute, est compréhension et correspond à la majeure de Barbara ; 2) le sentiment ou la conscience présente correspondant à la mineure de Barbara, et 3) la volition qui correspond à la conclusion de Barbara28. (2 711 ; cf. également 6 144 et 6 286)

  • 29 Cf. sur ces questions plusieurs textes du volume 6 des Writings. Notons que le cas de la grenouille (...)

26Ainsi, logique, psychologie et physiologie du raisonnement s’entrexpriment, et on ne verra donc pas en Peirce un anti-psychologiste forcené en matière de logique : « La logique formelle ne doit pas être trop purement formelle ; elle doit représenter un fait psychologique ; sinon elle court le risque de dégénérer en un amusement mathématique. » (2 710)29.

27En 1880, dans son premier essai intitulé « Sur l’algèbre de la logique » (3 154-161), puis en 1892, Peirce persiste à inscrire les procédures logiques dans des processus psycho-physiologiques (sur lesquels elles « surviennent », diraient les philosophes de l’esprit contemporains) et à professer une épistémologie évolutionniste. La pensée comme « activité cérébrale » est « soumise aux lois générales de l’action nerveuse » (3 155) ; si la stimulation d’un groupe de nerfs provoque une irritation que l’action réflexe tend à supprimer, l’acquisition d’une habitude comme réponse à une irritation donnée s’explique par le fait que « tous les processus vitaux tendent à devenir plus faciles par la répétition ». On peut, à partir de la notion d’habitude cérébrale, reconstituer, de façon relativement continue, la genèse des procédures logiques en son entier :

Une habitude cérébrale de la forme la plus haute qui déterminera notre façon d’agir dans l’imagination comme dans la réalité est appelée croyance. Quand nous nous représentons que nous avons une habitude spécifique de cette sorte, cela s’appelle un jugement […] Le processus de développement (de l’habitude de croyance), dans la mesure où il a lieu dans l’imagination, est appelé pensée. Un jugement est formé ; et sous l’influence de l’habitude de croyance il donne lieu à un nouveau jugement, indiquant une addition à la croyance. Un tel processus est appelé inférence ; le jugement antécédent est appelé prémisse ; le conséquent, conclusion ; l’habitude de pensée qui détermine le passage de l’un à l’autre est le principe directeur. (3 160)

28Ces processus ont pour fin dernière d’aboutir de façon communautaire à la vérité : « Le logicien soutient que […] [les excitations périphériques] sont toutes adaptées à une fin, celle de véhiculer la croyance, à long terme, vers certaines conclusions prédestinées qui sont les mêmes pour tous. » (Ibid.).

Machines logiques30

  • 30 Cf. « Our Senses as Reasoning Machines » (ms 1101).
  • 31 On peut éventuellement traduire logica utens par « logique d’usage » et logica docens par « doctrin (...)

29Ajoutons que les habitudes d’inférence finissent par constituer une logica utens, logique naturelle implicite à l’œuvre dans nos raisonnements spontanés, voire encodée dans nos nerfs dans le cas du joueur de billard : « Une logica utens comme la mécanique analytique […] se trouve dans les nerfs du joueur de billard. » (Peirce, 1995, p. 155). Une fois thématisée et codifiée, la logica utens devient une logica docens, superflue dans la création mathématique spontanée qui suit sa propre logica utens : « Quiconque raisonne soutient quasiment ipso facto une doctrine logique, sa logica utens31. » (Peirce 2002, p. 373). Plus encore, selon Peirce, certains dispositifs physiques dont le fonctionnement met en œuvre une théorie sont des machines logiques bien meilleures que les calculatrices de l’époque, limitées à des calculs arithmétiques élémentaires.

  • 32 N’oublions pas, pour comprendre ce passage, que selon Peirce les lois opèrent réellement dans la na (...)

Les solides de différentes formes que les dessinateurs de navire draguent à travers l’eau parviennent ainsi à connaître les arcanes de l’hydrodynamique. Des morceaux de bois seraient donc apparemment de meilleurs raisonneurs que les cerveaux d’un Gauss ou d’un Stokes32. Pourquoi s’arrêter là ? N’importe quel appareil qui sert à faire des expérimentations pourrait d’après le même principe être une machine logique. Une machine à vapeur élaborerait à chaque révolution son problème de thermo-dynamique. (2 58)

  • 33 « La pensée n’est pas nécessairement reliée à un cerveau ; elle apparaît dans le travail des abeill (...)

30Ces réflexions sont dans le prolongement de celles sur la grenouille décapitée qui effectue un syllogisme : comme elle, plus qu’elle, la machine à vapeur raisonne en accomplissant une révolution. La conception de Peirce peut se décrire en termes fonctionnels au sens de Putnam et Fodor : si on est fonctionnaliste, on peut remarquer que ces artefacts non mentaux, non cérébraux, non humains, non vivants, effectuent une tâche computationnelle (résoudre par exemple un problème de thermodynamique) : ce sont, du point de vue fonctionnel, des machines logiques plus sophistiquées que les machines de Babbage, Levons et Marquand ; dans le langage de Putnam, leur fonctionnement est indifférent à la matière dans laquelle elles sont réalisées. Seuls comptent les rôles fonctionnels au sein de la machine, le cerveau humain n’étant pas nécessairement, comme l’affirme depuis toujours Peirce, le medium où s’effectue le raisonnement33 (la moelle épinière et les nerfs de la grenouille décapitée suffisent dans l’exemple mentionné ci-dessus) ; enfin, pour Peirce comme pour Putnam, le fonctionnement de ces « machines » peut être décrit en termes mentalistes (la machine à vapeur raisonne).

  • 34 À propos de la notion très importante chez lui de self-control, Peirce estime que la « machine huma (...)

31Peirce aurait-il donc eu là une prescience du fonctionnalisme, en harmonie avec sa tendance à sémiotiser et externaliser le mental ? Il s’est en tout cas fort intéressé à la préhistoire de l’intelligence artificielle et de la cybernétique, allant jusqu’à construire lui-même une machine logique électrique avec commutateurs. Pourtant il considère que pour raisonner vraiment comme un esprit humain, une machine devrait faire preuve d’une conduite délibérée et finalisée, et être capable d’effectuer des choix ; les seules activités intelligentes sont les activités finalisées, où opère la Tiercéité, ce qui n’est même pas le cas du métier Jacquard avec ses cartes perforées, trop « mécanique » encore pour incarner une Tiercéité, ou du thermostat (5 473) : la simple régulation automatique ne suffit pas à faire une action triadique comme par exemple la « sémiose » ou action du signe. Il ressort des propos de Peirce qu’une machine logique digne de ce nom, c’est-à-dire capable de « mouliner » des inférences non triviales, de résoudre des problèmes mathématiques difficiles, et qui serait aux machines logiques du tournant du siècle ce que le métier Jacquard est au métier à bras, devrait pouvoir se contrôler elle-même et exercer ce qu’on appellera plus tard un feed-back (Peirce suppose d’ailleurs l’existence dans l’esprit humain d’une hiérarchie de contrôles au cours du raisonnement, sans aller tout à fait jusqu’à l’idée récente d’une architecture fonctionnelle)34. Toutes ces intuitions sont intéressantes, mais on est encore loin de la machine de Turing : Peirce n’est pas passé de l’idée, classique depuis Pascal, d’un mécanisme qui effectue des calculs comme un moulin moud le blé, à celle d’un automate abstrait comme celui décrit par Turing, qui n’a plus rien à voir avec les horloges et les automates de l’âge classique si bien évoqués par Descartes. Il fallait pour en arriver là un progrès décisif en logique mathématique (avec Gödel, Church et Turing notamment) que Peirce n’imaginait pas.

La stratégie du chercheur abductif

32Pour en revenir à cette espèce de logique naturelle que Peirce reconstruit en termes d’habitude nerveuse à partir des réactions réflexes, il soutient encore dans « The Law of Mind », en 1892, que les trois sortes d’inférence « correspondent aux trois principaux modes d’action de l’âme humaine » (6 144) ; dans la déduction, « l’esprit est sous la domination d’une habitude ou association en vertu de laquelle une idée générale suggère dans chaque cas une association correspondante. Or, on voit qu’une certaine sensation implique cette idée. Donc cette sensation est suivie de cette réaction » ; ainsi la réaction de la grenouille pincée est-elle « la forme la plus basse de manifestation psychique » (ibid.). Peirce souscrit donc toujours à l’associationnisme, qui revêtira chez lui une ampleur inédite, par exemple dans « Law of Mind ». L’induction est ce par quoi s’établit une habitude : lorsque certaines sensations, qui toutes impliquent une idée générale, sont toujours suivies de la même réaction, une association s’instaure et l’idée générale est suggérée par des sensations dans le processus psychique correspondant à l’inférence hypothétique. Peu à peu Peirce se souciera moins de cette logique naturelle et davantage d’articuler la déduction, l’induction et l’abduction comme les trois étapes complémentaires de la recherche, l’induction ne servant plus qu’à tester (par comparaison avec des faits expérimentaux) des prédictions déductivement tirées de l’hypothèse obtenue par abduction. La procédure abductive sera définitivement mise en vedette, notamment dans un texte sur la découverte par Kepler de l’ellipticité de l’orbite de Mars, « le plus bel exemple de raisonnement rétroductif jamais effectué » (1 74), où, en s’inspirant de Whewell, Peirce marque un nouveau point contre l’empirisme de Mill, lequel avait tiré dans un sens empiriste le De motu stellae Martis. La démarche de Kepler dans cet ouvrage semble à Peirce le meilleur exemple de rigueur et d’honnêteté dans la soumission patiente d’une hypothèse audacieuse aux tests les plus sévères possible. Autre exemple magnifique : Pasteur, génie du guessing, prenant les hypothèses par « brassées » avant de les éliminer une à une par bissection (1976, 1, p. 533-555) ; sans oublier Mendeleiev…

  • 35 Mach n’est pas tant critiqué comme positiviste que pour son refus lui-même métaphysique de la métap (...)
  • 36 Le terme revêt chez Peirce un sens très large, idiosyncratique, englobant tous les philosophes (Lei (...)

33La stratégie créative et éliminative de l’abduction s’affirme de plus en plus comme l’alternative proposée par Peirce à l’épistémologie positiviste. Le fondateur du pragmatisme critique frontalement le vérificationnisme direct de Stuart Mill (« aucune hypothèse n’est admissible si elle n’est pas susceptible de vérification par l’observation directe », 2 511, note) en arguant qu’il éliminerait l’histoire, entièrement fondée sur des hypothèses portant sur le passé. Dans la même veine, il critique aussi Mach35, Pearson auteur d’une Grammaire de la science, Poincaré (tous « nominalistes36 » selon Peirce), et même son ami William James qui considère métaphysique « toute tentative pour expliquer nos pensées phénoménalement données comme produits d’entités plus profondes et sous-jacentes » (8 59) : cette conception ne reflète pas la pratique réelle des physiciens, qui ne s’interdisent nullement de renvoyer à des inobservables dans la théorie cinétique des gaz, elle est de nature à « barrer la route à la recherche ». Le pragmatisme n’empêche nullement la référence à des inobservables, même si, comme le positivisme, il accorde du poids à la vérification, mais entendue en un sens non positiviste : l’important est que l’hypothèse issue de l’abduction ait des conséquences expérimentales testables ; ce n’est donc pas l’hypothèse qui est vérifiée directement : la confirmation des conséquences confirme en retour (plus ou moins) l’hypothèse. En décourageant les explications conjecturales, le positivisme (ou du moins l’idée que s’en fait Peirce) amputerait la science d’une bonne part de ses acquis. L’histoire n’existerait plus (on notera que la logique de l’abduction vaut autant pour l’histoire que pour la physique et la chimie). La connaissance scientifique ajoute toujours quelque chose au donné, aux faits observés (6 524), lesquels sous-déterminent, comme le dira plus tard Quine, les théories. Comme après lui Popper, Peirce revendique une épistémologie plus fidèle à la dynamique réelle de la science que le positivisme, valorisant l’audace des conjectures. Comme Meyerson critiquant Auguste Comte en 1921, il réclame pour la science un statut véritablement explicatif. C’est bien en réaction à Comte que s’est développée la logique de l’abduction.

Le naturalisme de Peirce

  • 37 De fait Peirce critique cette même doctrine en 1903 dans une Conférence.
  • 38 La réduction à la cause efficiente, oublieuse des autres causes distinguées par Aristote, est d’ail (...)
  • 39 Selon Peirce les entités de la deuxième catégorie – des individus physiques doués d’existence – son (...)
  • 40 « Ce que nous appelons matière n’est pas complètement mort, mais enserré dans des habitudes » (6 15 (...)
  • 41 Bien décrit par Anne Fagot-Largeault (Fagot-Largeault, Andler & St Sernin, 2002, T. II, p. 956 sq.) (...)
  • 42 Ravaisson et Peirce ont en commun des références massives à Aristote et Schelling.
  • 43 Quant à Dewey, la comparaison de son naturalisme avec celui de Peirce mériterait toute une étude, q (...)

34Au vu de l’analyse « naturaliste » du syllogisme effectué par la grenouille sans tête, on peut se demander, en termes contemporains, si la philosophie de l’esprit de Peirce préfigure la théorie de la survenance du mental sur le cérébral (ou de la dépendance unilatérale du mental par rapport au cérébral : pas de différence mentale sans différence cérébrale), ou au moins les premières formes de l’émergentisme au xxe siècle (celui, par exemple, de Samuel Alexander). Un texte de Peirce (6 268) suggère plutôt une sorte de parallélisme psycho-physiologique (notamment illustré au xixe siècle par Fechner) selon lequel l’esprit est de la matière vue de l’intérieur, et la matière, de l’esprit vu de l’extérieur (« En considérant une chose de l’extérieur, en considérant ses relations d’action et de réaction avec d’autres choses, elle apparaît comme matière. En la considérant de l’intérieur, en voyant que son caractère immédiat est le sentiment, elle apparaît comme conscience »)37. La matière n’étant en fin de compte qu’une forme dégradée ou affaiblie (effete) de l’esprit, cela revient plus à spiritualiser la matière qu’à matérialiser ou naturaliser l’esprit (on notera les analogies avec Bergson). Pourtant, si la matière est de l’esprit engourdi, l’esprit est bien quelque chose de la nature, comme diraient aujourd’hui les philosophes de l’esprit naturalistes. Peirce ne le nie pas : « tout esprit participe plus ou moins de la nature de la matière » (ibid.), avoue-t-il volontiers. Mais à la différence des naturalistes contemporains, cette thèse est posée comme un postulat, au lieu d’être obtenue au terme d’opérations de réduction du mental à des entités physiques en interaction causale décrites en langage physicaliste. La philosophie du mental de Peirce, si complexe et foisonnante, a en réalité bien peu à voir avec les conceptions précises et strictement répertoriées de la philosophie de l’esprit contemporaine, et il n’y a guère de sens à chercher avec lesquelles d’entre elles elle est compatible ; la conception peircienne est sans doute un amalgame de plusieurs d’entre elles. Certes Peirce est bien, en un sens, naturaliste sur la question du mental (l’esprit est ancré dans la nature), mais pas au sens du matérialisme réductionniste de certains de nos contemporains, car sa position globale s’apparente à une forme de panpsychisme (comme d’ailleurs celle de Fechner) bien peu compatible avec les options de Dretske ou de Millikan (le seul point commun entre ces derniers et Peirce serait plutôt l’allégeance à Darwin). Le privilège exclusif accordé par ces auteurs aux relations causales étroitement considérées (réduites à la causalité efficiente38) est peu compatible avec une philosophie qui cantonne la causalité efficiente à l’Univers des Seconds en interaction pour laisser une place à la causalité finale dans l’Univers des Troisièmes39. Par ailleurs, la matière est plus ancrée dans l’esprit que l’esprit dans la matière, puisque, dans sa cosmologie évolutionniste, l’esprit vient avant et n’engendre la matière qu’en s’engourdissant40. Peirce est à l’évidence plus proche du « positivisme spiritualiste » français41 de Ravaisson (dont il est difficile de penser qu’il n’a pas lu l’admirable essai De l’habitude, 183842), et de ses contemporains Lachelier, Boutroux, voire plus tard de Bergson, que des physicalistes d’aujourd’hui, résolument matérialistes. Plus proche aussi de James, dont le naturalisme, alimenté par la psycho-physiologie, mais compatible avec le spiritualisme, voire le spiritisme, revêt souvent des formes voisines dans les Principies of Psychology43.

Peirce et le faillibilisme

  • 44 En cela Peirce anticipe évidemment Popper, mais aussi Jean Nicod (1961) et sa théorie de l’« induct (...)

35La plupart des thèses épistémologiques et méthodologiques du jeune Peirce vont s’agréger pour former, à la fin du xixe siècle, une logique de la recherche en harmonie avec le pragmatisme et sa maxime, sensible au caractère dynamique de l’enquête scientifique. Les textes de jeunesse ont solidement établi 1) que la recherche est un processus qui s’auto-corrige et un travail communautaire voué à trouver à long terme la vérité (souscrivant néanmoins à une conception faillibiliste du savoir scientifique, Peirce doit conjuguer optimisme à long terme et pessimisme à court terme : il se peut que les chercheurs errent pendant des siècles, nos acquis scientifiques sont en sursis), et 2) que la proposition d’une hypothèse nouvelle pour expliquer un fait surprenant est une inférence abductive en bonne et due forme qui demande à être complétée par une déduction et une induction. En son âge mûr, Peirce considère ces trois raisonnements comme les trois étapes complémentaires et articulées de la recherche, qui elle-même doit être gérée dans un souci d’économie. L’esprit général de cette conception de la recherche est globalement falsificationniste44 : l’induction, qui consiste à comparer les prédictions déduites de la théorie avec des faits expérimentaux, « nous autorise à soutenir une théorie pourvu qu’elle soit telle que, si elle implique la moindre fausseté, l’expérimentation doive un jour ou l’autre la repérer » (Peirce, 2002, p. 434) ou, éventuellement, faiblement justificationniste : les résultats scientifiques que nous appelons « vérités établies » ne sont que des « propositions sur lesquelles l’économie des essais prescrit que, pour l’heure, toute recherche supplémentaire cesse » (quatrième Conférence de Cambridge, 1898). La stratégie du chercheur est foncièrement éliminative, allant d’emblée aux hypothèses les plus faciles à réfuter.

  • 45 En 1905, la probabilité est toujours définie comme « le rapport (ratio) connu de la fréquence d’un (...)

36Peirce attribue à l’induction le rôle faiblement justificationniste d’une confirmation à laquelle néanmoins ne s’attache aucune probabilité définie (on est au plus loin de l’inductivisme probabilitaire de Carnap, et même de celui de Reichenbach dont il anticipe pourtant la conception fréquentiste de la probabilité45) : les prédictions obtenues par déduction à partir de la théorie, concernant aussi ce qui se passerait si la théorie n’était pas vraie, sont soumises au test inductif (septième Conférence de 1903, in Peirce, 2002, p. 431). Mais c’est seulement du point de vue de la pratique qu’on peut se fier à cette corroboration :

Un grand échantillon a maintenant été constitué à partir de l’ensemble complet des occasions au cours desquelles la théorie est comparée au fait, et une proportion écrasante de ces occasions – en réalité tous les cas qui se sont présentés – s’est révélée confirmer la théorie. Aussi, dit la pratique, puis-je présumer de façon sûre qu’il en sera ainsi dans la plupart des cas où je me fonderai sur la théorie, surtout parce qu’ils ressembleront étroitement à ceux qui ont été bien mis à l’essai. (Peirce, 1995, p. 237)

37La théorie peut donc être matière à croyance (« croire, c’est consentir à risquer beaucoup sur une proposition »), mais du seul point de vue de la pratique.

  • 46 Dans la cinquième Conférence de Harvard de 1903, Peirce définit une visée ultime comme « ce qui ser (...)

38Or, du point de vue de la science pure, qui, ayant des idéaux plus élevés, et une « visée ultime46 », n’a rien à voir avec la croyance, de telles inférences scientifiques « n’ont aucune probabilité et ne sont pas matière à croyance » (ibid.). La « probabilité » qu’offre le test inductif n’a en fait de valeur que pratique. Cette conférence de 1903 permet ainsi de hiérarchiser la recherche pure et désintéressée, animée par le « véritable Eros scientifique » (l’amour de la vérité), valable sur le long terme, et l’économie de la recherche, valable sur le court ou le moyen terme – deux points de vue qui semblaient incompatibles : de fait, même si les exigences de la pratique prédominent dans la vie quotidienne, la science n’a de sens que comme quête de la vérité qu’elle est finalement vouée à atteindre. En tout cas, la finalité d’une hypothèse explicative est, conformément à la dialectique du doute et de la croyance, « de faire en sorte d’éviter toute surprise et de conduire à l’établissement d’une attente positive qui ne sera pas déçue » (septième Conférence de 1903, in Peirce, 2002, p. 432). Dans cette même conférence, qui représente l’état le plus achevé de sa pensée sur la question, Peirce tient enfin à souligner le plein accord du pragmatisme avec la logique de l’abduction : plus encore, les deux ne font qu’un, sans avoir les inconvénients du positivisme, permettant l’« envol de l’imagination, pourvu que cette imagination atterrisse pour finir sur un effet pratique possible » (ibid.). Il revenait aux Conférences de 1903 de parachever cette synthèse épistémologique.

  • 47 Cf., dans van Fraassen (1994), la critique de l’inférence à la meilleure explication, correctement (...)

39Peirce n’aurait sans doute pas imaginé la fortune que devait connaître à la fin du xxe siècle, grâce à l’intelligence artificielle, sa notion de raisonnement abductif. « L’Intelligence Artificielle (IA) utilise fréquemment le raisonnement abductif comme méthode de génération d’hypothèses pour un ensemble d’événements, une théorie du domaine étant donnée. Le champ privilégié d’application est le diagnostic », notamment le diagnostic médical, écrit Philippe Dague, chercheur en intelligence artificielle (Houdé et al., 1998, p. 23-24). Convenablement formalisée, l’abduction joue aussi un rôle dans plusieurs autres tâches de résolution de problèmes comme la planification, la compréhension du langage naturel, l’apprentissage automatique, etc. De fait, le champ des applications de l’abduction est encore plus large, incluant la psychologie, et s’il ne s’agit toujours pas d’une logique unifiée de la découverte, l’abduction en offre en tout cas beaucoup d’éléments intéressants (cf. Merrell & Queiroz, à par.) ; elle reste seule en piste en matière d’« inférence à la meilleure explication »47.

Bibliographie

Aristote (1936), Premiers Analytiques, trad. fr. J. Tricot, Paris, Vrin.

Ashby William Ross (1958), Introduction à la cybernétique, trad. fr. M. Pillon, Paris, Dunod.

Bourdieu Emmanuel (1998), « Une conjecture pour trouver le mot de l’énigme : la conception peircienne des catégories », Philosophie, 58, p. 14-37.

Bouveresse Jacques (1974), « Peirce, Popper et l’induction », Critique, septembre.

Bouveresse Jacques (1993), L’homme probable, Combas, Éditions de L’Éclat.

Bouveresse Jacques (1994), Langage, perception et réalité, Nîmes, J. Chambon.

Boyer Alain (1994), Introduction à la lecture de Karl Popper, Paris, Presses de l’École normale supérieure.

Brandom Robert & Nicholas Rescher (1980), The Logic of Inconsistency, Totowa (NJ), Rowman & Littlefield.

Brannigan Augustine (1996), Le fondement social des découvertes scientifiques, trad. fr. C. Puech, Paris, Presses universitaires de France.

Braunstein Jean-François & Evelyne Pewzner (1999), Histoire de la psychologie, Paris, Armand Colin.

Burks Arthur W. (1946), « Peirce’s Theory of Abduction », Philosophy of Science, XIII.

Chauviré Christiane (1995), Peirce et la signification, Paris, Presses universitaires de France.

Chauviré Christiane (2000), « Pragmatisme et économie de la recherche chez Peirce », in Id., La philosophie dans la boîte noire. Cinq pièces faciles sur Wittgenstein, Paris, Kimè, p. 63-83.

Chauviré Christiane (2002), « Peut-on moraliser les normes cognitives ? », Cités, 5, p. 87-92.

Chauviré Christiane (2004), Le grand miroir. Essais sur Peirce et sur Wittgenstein, Besançon, Presses universitaires franc-comtoises.

Chauviré Christiane (à par.), L’œil mathématique. Essai sur la philosophie mathématique de Peirce, Paris, Vrin.

Chomsky Noam (1968), Language and Mind, New York, Harcourt.

Dewey John (1896), « The Reflex-Arc Concept in Psychology », EW 5.

Dewey John (1938), Logic : The Theory of Inquiry, Boston, Holt, Rinehart & Winston.

Dupéron Isabelle (1997), G. T. Fechner, le parallélisme psychophysiologique, Paris, Presses universitaires de France.

Eisele Carolyn (1979), Studies in the Scientific and Mathematical Philosophy of Charles S. Peirce, La Haye, Mouton.

Fagot-Largeault Anne, Andler Daniel & Bertrand Saint-Sernin (2002), Philosophie des sciences, Paris, Gallimard, 2 vol.

Fann Kuni T. (1970), Peirce’s Theory of Abduction, La Haye, Mouton.

Garreta Guillaume (2002), « Une régularité sans répétition ? L’habitude comme schème dynamique », in C. Chauviré & A. Ogien (eds), La régularité. Habitude, disposition et savoir-faire dans l’explication de l’action, Paris, Éditions de l’EHESS (« Raisons Pratiques », 13), p. 137-160.

Girel Mathias (2003), « L’ordre des relations : catégories et pragmatisme dans les Harvard Lectures de C. S. Peirce », Cahiers de Philosophie du Langage, 5, p. 19-48.

Hacking Ian (2002), L’émergence de la probabilité, Paris, Seuil.

Hanson Norwood Russell (1980), « Y a-t-il une logique de la découverte scientifique ? », in P. Jacob (ed.), De Vienne à Cambridge : l’héritage du positivisme logique de 1950 à nos jours. Essais de philosophie des sciences, Paris, Gallimard, p. 405-424.

Helmholtz Hermann von (1861-1867), Handbuch der Physiologischen Optik, Leipzig, Voss.

Holmes Larry (1966), « Peirce on Self-Control », Transactions of C. S. Peirce Society, II, 2.

Hookway Christopher (2000), Truth, Rationality, and Pragmatism. Themes front Peirce, Oxford, Clarendon Press.

Houdé Olivier, Kayser Daniel, Koenig Olivier, Proust Joëlle & François Rastier (eds) (1998), Vocabulaire des sciences cognitives, Paris, Presses universitaires de France.

Jastrow Joseph & Charles Sanders Peirce (1884), « On Small Differences of Sensation », Memoirs of the national Academy of Sciences, 3.

Jevons William Stanley (1870), The Principles of Science. A Treatise on Logic and Scientific Method, Londres, Macmillan, 2 vol.

Kant Emmanuel (1970), Logique, trad. fr. L. Guillermit, Paris, Vrin.

Kuhn Friedrich (1996), Ein anderes Bild des Pragmatismus : Wahrscheinlichkeitstheorie und Begründung der Induktion als massgebliche Einflussgrössen in den « Illustration of the Logic of Science » von Charles Sanders Peirce, Francfort, Klostermann.

Mach Ernst (1904), La mécanique, trad. fr. É. Bertrand, Paris, Hermann.

McCawley James David (1981), Everything that Linguists Have Always Wanted to Know about Logic but Were Ashamed to Ask, Chicago, University of Chicago Press.

Merrell Floyd & Joao Queiroz (à par.), « Abduction : Between Subjectivity and Objectivity », Semiotica.

Meyerson Émile (1921), De l’explication dans les sciences, Paris, Payot.

Mill John Stuart (1988), Système de logique, Bruxelles, Mardaga.

Murphey Murray G. (1961), The Development of Peirce’s Philosophy, Cambridge (MA), Harvard University Press.

Nicod Jean (1961), Le problème logique de l’induction, Paris, Payot.

Peirce Charles Sanders (1931-1958), The Collected Papers of C. S. Peirce, éd. par C. Hartshorne & P. Weiss, Cambridge (MA), Harvard University Press, vol. 1-8.

Peirce Charles Sanders (1976), The New Elements of Mathematics by C. S. Peirce, éd. par C. Eisele, La Haye, Mouton, 4 vol.

Peirce Charles Sanders (1982), Writings of C. S. Peirce : A Chronological Edition, éd. par M. H. Fisch, C. J. W. Kloesel, E. Moore, D. D. Roberts, Bloomington, Indiana University Press, 6 vol.

Peirce Charles Sanders (1992), « Sur l’algèbre de la logique », trad. fr. C. Tiercelin, in P. de Rouilhan & F. Rivenc (eds), Logique et fondements des mathématiques. Anthologie (1850-1914), Paris, Payot.

Peirce Charles Sanders (1995), Le raisonnement et la logique des choses, trad. fr. C. Chauviré, P. Thibaud & C. Tiercelin, commentaire d’H. Putnam, Paris, Cerf.

Peirce Charles Sanders (1998), « Une conjecture pour trouver le mot de l’énigme », trad. fr. E. Bourdieu & C. Chauviré, Philosophie, 58, p. 3-13.

Peirce Charles Sanders (2002), Œuvres philosophiques. 1. Pragmatisme et pragmaticisme, éd. par C. Tiercelin & P. Thibaud, Paris, Cerf.

Peirce Charles Sanders (2003), Œuvres philosophiques. 2. Pragmatisme et sciences normatives, éd. par C. Tiercelin & P. Thibaud, Paris, Cerf.

Peirce Charles Sanders (1993), À la recherche d’une méthode, trad. fr. G. Deledalle et al., Perpignan, Presses universitaires de Perpignan (« Études »).

Poincaré Henri (1914), La science et l’hypothèse, Paris, Flammarion.

Poincaré Henri (1970), La valeur de la science, Paris, Flammarion.

Popper Karl (1972), Conjectures and Refutations, Londres, Routledge & Kegan Paul.

Popper Karl (1973), La logique de la découverte scientifique, trad. fr. N. Thyssen-Rutten & P. Devaux, Paris, Payot.

Popper Karl (1991), La connaissance objective, trad. fr. J.-J. Rosat, Paris, Aubier.

Popper Karl (1992), Un univers de propensions. Deux études sur la causalité et l’évolution, trad. fr. A. Boyer, Combas, Éditions de l’Éclat.

Popper Karl (1999), Les deux problèmes fondamentaux de la théorie de la connaissance, trad. fr. C. Bonnet, Paris, Hermann.

Putnam Hilary (1981), Reason, Truth and History, Cambridge, Cambridge University Press.

Quine Willard Van Orman (1969), « Epistemology Naturalized », in Id., Ontological Relativity and Other Essays, New York, Columbia University Press.

Ravaisson Félix (1996), De l’habitude, Paris, Rivages [1838].

Reichenbach Hans (1935), Wahrscheinlichkeitslehre, Leyde, A. W. Sijthoff.

Rescher Nicholas (1978), Peirce’s Philosophy of Science, Notre Dame, University of Notre Dame Press.

Rescher Nicholas (1990), Le progrès scientifique, Paris, Presses universitaires de France.

Simon Herbert A. (1977), Models of Discovery, Dordrecht, Reidel.

Thomas Vincent (1957), Peirce’s Essays in the Philosophy of Science, New York, Liberal Arts Press.

Van Fraassen Bas (1994), Lois et symétrie, trad. fr. C. Chevalley, Paris, Vrin.

Venn John (1866), The Logic of Chance, Londres-Cambridge, Macmillan.

Wagner Pierre (1998), La machine en logique, Paris, Presses universitaires de France.

Whewell William (1840), The Philosophy of Inductive Sciences, Founded upon their History, Londres, J. W. Parker, 2 vol.

Wiener Norbert (1948), Cybernetics, or Control and Communication in the Animal and the Machine, New York, Wiley.

Notes

1 Réagissant aux visions descriptivistes et/ou instrumentalistes de la science, trop « nominalistes » à ses yeux, le Peirce de la maturité se prononce pour un réalisme des lois naturelles, dispositions (would be) opérant réellement dans l’univers, lequel reste néanmoins globalement régi par le hasard objectif (il polémiquera à ce sujet contre le déterminisme de Paul Carus). Les lois tolèrent encore des déviations, preuve qu’elles se sont formées à partir d’un chaos initial ; le déterminisme est une illusion scientiste, le désordre est physiquement réel. Sur le réalisme peircien concernant les lois, cf. van Fraassen (1994, ch. 2).

2 C’est au Chomsky de Language and Mind (1968), plus encore qu’à Norwood R. Hanson, que l’on doit une popularisation de l’abduction peircienne, longtemps tombée dans l’oubli.

3 Les textes de Charles S. Peirce dans la suite du texte sont référencés ainsi : pour ceux extraits des Collected Papers (1931-1958), 5 123 signifie vol. 5, § 123 ; pour ceux extraits des Writings (1982-), W 3 : 123 signifie vol. 3, p. 123.

4 L’interaction doute/croyance semble gouvernée par un principe de régulation psychophysiologique supposant la tendance de l’esprit à retrouver un état stable après une perturbation : dès cette époque, donc avant les textes sur les sciences normatives qui mettent en avant des phénomènes de self control et d’auto-régulation dans la « machine » humaine (8 320), Peirce semble annoncer certaines des idées cybernétiques d’Ashby. On pourrait rapprocher cette idée d’une tendance du mental à retourner à la stabilité d’un principe énoncé par Valéry dans les Cahiers, et qui anticipe lui aussi la cybernétique : « L’esprit se manifeste par le retour (ou la tentative de retour) du système vivant à un état dont il a été écarté. » La fixation des croyances participe donc d’un processus spontané de régulation mentale.

5 Cf., sur la révision par Peirce de la théorie de l’enquête, Murphey (1961, p. 357).

6 Contrefactuels après le tournant réaliste de Peirce mais, dans un premier temps, matériels. Cf. Christiane Chauviré, « De Vienne à Cambridge. La maxime pragmatiste et sa lecture vérificationniste » in Chauviré (2004, p. 97-106). La conception réaliste et dispositionnelle qu’a des lois naturelles (comme forces opérant réellement dans la nature) le Peirce de la maturité l’oblige à utiliser des conditionnels contrefactuels pour les énoncer.

7 L’abduction tire donc sa capacité innovante d’introduire dans l’enquête la formulation d’une hypothèse qui peut dépasser les phénomènes observés, voire observables, hypothèse dont elle dit qu’il y a une bonne raison de croire en elle puisque, si elle était vraie, le fait surprenant observé se produirait. Ce contrefactuel lie de façon nomique l’observé à l’hypothèse qui l’explique. Ce genre de raisonnement n’a donc rien à voir avec une induction ou une déduction. C’est, par excellence, le raisonnement des détectives de roman policier, comme l’a bien remarqué Hintikka.

8 Notons le parallélisme entre cette « teneur rationnelle » et la « signification cognitive » déployée par la maxime vérificationniste des néo-positivistes cinquante ans plus tard.

9 Comme le faisait spirituellement remarquer Quine (1969) : « Les créatures qui se trompent de façon invétérée dans leurs inductions ont une tendance pathétique quoique louable à mourir avant de reproduire leur espèce. »

10 Notons que l’expression « in the long run » est en usage chez les économistes de l’époque. À propos de la convergence à long terme des opinions, on peut remarquer que Peirce a proposé en 1873, dans « On the Theory of Errors of Observation » (W 3), un modèle probabiliste pour l’approximation inductive d’un point de convergence, modèle dont il s’inspire sans doute dans « Comment rendre nos idées claires » (cf. Kuhn, 1996).

11 Peirce s’inspire à cet égard d’Alexander Bain, souvent mentionné, mais aussi de John Venn évoquant la communauté illimitée comme sujet « logique » d’une justification probabiliste des décisions individuelles. Rappelons aussi que Kant parlait d’un « égoïsme logique » (pour le stigmatiser).

12 Nous avons déjà noté qu’en réalité Peirce définit ici un ethos scientifique ou une déontologie professionnelle, voire une idéologie, plus qu’il ne décrit les véritables démarches et finalités des chercheurs (Chauviré, 2000, p. 82). Peirce semble penser que l’idéal qu’il définit est réel, et même que la découverte à long terme de la vérité à la limite de la recherche est nécessaire, puisque prédestinée.

13 « Comment s’est-il fait que l’homme en soit jamais venu à concevoir une théorie vraie ? », écrit Peirce en 1903. Ce n’est pas par hasard car il y a plus d’un « trillion » de théories possibles ! Tout comme le poussin qui, à peine éclos, a « l’idée innée » de picorer sa nourriture, l’homme est « doté d’une disposition innée à la découverte de vérités positives » (Peirce, 2003, p. 178). Ces idées innées résultent de l’évolution et ont une valeur de survie : « l’intellect humain est implanté en l’homme soit par un créateur, soit par un effet quasi intentionnel de la lutte pour l’existence, quasiment pour, et seulement pour assurer la continuation de l’humanité. » (Ibid., p. 196). Cf. aussi : « s’étant développé sous l’influence des lois de la nature, l’esprit de l’homme pense naturellement, pour cette raison, d’après le canevas (pattern) de la nature. » (7 39, Ms 687, « Guessing », 1907). On pense aux idées a priori naturalisées de Popper, lui aussi épistémologue évolutionnaire.

14 Cité in Christopher Hookway (2000, p. 168).

15 Traduction assez problématique car Aristote emploie en fait l’apageïn (réduire, ramener) des géomètres pour désigner des formes de raisonnement comme la réduction à l’absurde ou pour la procédure qui consiste à ramener la démonstration d’un théorème à celle d’un théorème déjà démontré.

16 Cf. le texte consacré à cette question, et rédigé par Peirce en 1913, peu avant sa mort : « An Essay Toward Improving Our Reasoning in Security and in Uberty. »

17 Cf., sur ce point et sur la réalité des lois chez Peirce, van Fraassen (1994, ch. 2).

18 « Songez à Auguste Comte qui, lorsqu’on lui demanda de désigner une chose qu’on ne pourrait jamais découvrir, donna pour exemple la composition chimique des étoiles fixes ; et avant même que son livre ne soit partout connu dans le monde, on assistait aux premiers pas de l’analyse spectrale », écrit Peirce en 1903 (2002, p. 354).

19 Sa décisive découverte du calcul des prédicats monadiques et polyadiques (qu’il nomme sa « logique des relatifs ») ne date que des alentours de 1885 (« Sur l’algèbre de la logique », 3 359 sq.), ses travaux sur le calcul des propositions ont commencé avant, avec son étude de l’implication « philonienne » (matérielle). En 1898, dans sa deuxième Conférence de Cambridge, Peirce considère la syllogistique comme un échafaudage provisoire qui lui a permis de construire sa théorie des trois formes de raisonnement : « Retirons maintenant l’échafaudage des formes syllogistiques qui nous ont servi de supports pour la construction de cette théorie et contemplons notre édifice sans cet échafaudage. » (1995, p. 194).

20 Dans ses textes des années 1860-1870, influencé en cela par la Logique de Kant-Jäsche, Peirce considère la majeure du syllogisme déductif en Barbara comme une règle appliquée à un cas (mineure), ce qui donne un résultat énoncé dans la conclusion. Il poursuit en cela Aristote qui dans les Premiers Analytiques présente déjà l’induction, apagoguè, comme l’inférence de la majeure d’un syllogisme en Barbara ou en Celarent à partir de la mineure et de la conclusion (7 249). Et il imagine Aristote se demandant si on ne peut inférer la mineure à partir de la majeure et de la conclusion, et découvrant ainsi l’abduction peircienne. Cet hommage à Aristote est assez problématique.

21 Dans des travaux antérieurs, nous avons montré la stricte analogie de ce schéma avec celui de Popper dans Logik der Forschung, à l’éviction près du mot « induction » chez Popper (Chauviré, 2004). Peirce, notamment, insiste comme Popper sur ce moteur de la recherche qu’est la surprise provoquée par une attente déçue, qui elle-même suppose ce que Popper appelle un « cadre d’attentes » ; Peirce va même jusqu’à définir l’expérience en termes de surprise dans la quatrième Conférence de Harvard de 1903 : « l’expérience enseigne invariablement au moyen de surprises » ; « un homme s’attend plus ou moins placidement à un résultat et tout à coup découvre quelque chose qui s’y oppose et s’impose de force à sa reconnaissance. » (2002, p. 365).

22 Selon Mathias Girel, on ne connaît pas de référence explicite de Peirce à l’Optique physiologique de Helmholtz avant la recension de l’édition Frazer en 1871 ; en revanche il y a des références à Wundt dans des textes de 1869, et des allusions à cet auteur en 1868. Peirce prétend, jusque dans ses derniers textes, avoir découvert la psychophysiologie dans les Vorlesungen de Wundt dès leur sortie en 1863. Peirce rencontre Wundt au moment même où il le dépasse, Wundt comprenant les inférences inconscientes impliquées dans la perception comme des inductions, comme d’ailleurs Helmholtz, alors que selon Peirce la sensation elle-même est hypothèse dès 1869…

23 En 1903, dans sa septième Conférence déjà citée, Peirce revient sur ce thème – « l’inférence abductive vient se confondre avec le jugement de perception sans ligne de démarcation bien nette » (5 181) – et le développe dans la suite du texte.

24 L’indéterminisme de Peirce est lié à sa métaphysique du hasard (tychisme) développée par la suite avec sa cosmologie évolutionniste. L’indéterminisme demande une réalisation physique de la probabilité qui, de fréquentielle qu’elle était d’abord chez Peirce, devient « propensionniste », pour reprendre le terme de Popper qui s’applique très bien au cas de Peirce. En gros il passe d’une conception de la probabilité à la Venn-Reichenbach à une conception poppérienne avant la lettre qui accorde une portée ontologique aux probabilités en soutenant la réalité des dispositions ou would be.

25 Peirce est encore trop empêtré dans la syllogistique et la logique de Kant pour discerner clairement une thèse innovante qu’il soutiendra plus tard, celle du caractère mathématique de toute déduction, qui s’effectue par construction, observation, voire modification de diagrammes, seule procédure capable d’amener selon lui une conclusion nécessaire. Et dès lors la déduction va se scinder en deux, les inférences théorématiques, non triviales, et les inférences corollarielles, triviales ; cf. sur ce point Chauviré (2004, p. 183 ; à par.).

26 Cf. Jastrow & Peirce (1884), un essai qui récuse l’idée de « seuil ».

27 Un syllogisme en Barbara est de la forme : tous les Athéniens sont grecs ; Socrate est athénien ; donc Socrate est grec.

28 L’arc réflexe a également intéressé Dewey (1896).

29 Cf. sur ces questions plusieurs textes du volume 6 des Writings. Notons que le cas de la grenouille décapitée, qui évoque irrésistiblement le fonctionnalisme de Putnam et Fodor puisque le raisonnement s’effectue sans le cerveau, annonce aussi en un sens le behaviorisme. Il est donc de nature à montrer la ressemblance, paradoxale mais souvent notée, entre fonctionnalisme et behaviorisme : selon le premier, peu importe que ce soit le cerveau ou autre chose qui raisonne entre l’entrée et la sortie, selon le dernier, le raisonnement peut se décrire entièrement en termes non mentaux, non cérébraux, de stimulus (entrée) et de réponse comportementale (sortie). Le point est intéressant à noter parce qu’on attribue parfois l’émergence du behaviorisme aux États-Unis à l’influence du pragmatisme (mais en fait il dérive surtout de la réflexologie russe), et que les textes externalistes du jeune Peirce sur le mental sonnent comme du behaviorisme. La réalité des textes de Peirce est donc à saisir dans toute sa complexité.

30 Cf. « Our Senses as Reasoning Machines » (ms 1101).

31 On peut éventuellement traduire logica utens par « logique d’usage » et logica docens par « doctrine logique ». La logica utens est selon Peirce une logique naturelle et spontanée que vient codifier la logica docens. Dans les années 1970, certains linguistes comme Lakoff ont cherché dans les langues naturelles une sorte de logique empirique qui y serait à l’œuvre (cf. McCawley, 1981).

32 N’oublions pas, pour comprendre ce passage, que selon Peirce les lois opèrent réellement dans la nature : c’est donc l’opération en question qui est assimilée à une inférence.

33 « La pensée n’est pas nécessairement reliée à un cerveau ; elle apparaît dans le travail des abeilles, dans les cristaux et partout dans le monde purement physique. » (4 550). Peirce dépsychologise la pensée pour en donner un modèle formel sémiotisé en termes d’action triadique) qui permet en principe de l’externaliser par rapport au cerveau humain ; ainsi la notion d’« intelligence scientifique » permet-elle d’envisager une forme de pensée – d’opération avec des signes – non nécessairement humaine (Chauviré, 1995, p. 51 sq. ; 2000, p. 53 sq.). Les bases sont jetées pour le développement de l’idée d’une intelligence artificielle.

34 À propos de la notion très importante chez lui de self-control, Peirce estime que la « machine humaine » est, dans l’ensemble de ces actions (il ne s’agit pas ici seulement de l’esprit), « dotée d’un gouvernement automatique, comme n’importe quel moteur artificiel ; on sait en outre que dès que la machine se met à aller trop vite, le gouverneur de la machine est lui-même automatiquement contrôlé de manière à éviter une autre erreur, celle d’un changement trop soudain de vitesse ; de même et plus encore, la machinerie humaine est dotée d’un gouverneur automatique qui agit sur tous les gouverneurs afin de les réguler par une réflexion dont elle n’est pas par ailleurs dotée » (cité in Holmes, 1966, p. 122-123).

35 Mach n’est pas tant critiqué comme positiviste que pour son refus lui-même métaphysique de la métaphysique, ou son refus a priori, métaphysique, de l’espace absolu newtonien (7 485), qui préjuge des faits et de l’expérimentation ; les a priori de Mach sont de nature à barrer la route à l’enquête. Par ailleurs sa conception « économique » des lois est jugée « nominaliste » comme celle de Poincaré, et Peirce prend bien soin de dissocier son « économie » de la recherche de l’idée machienne d’économie de la pensée. Il va de soi que Comte, Mach et Poincaré sont tous très différents en fait, mais Peirce est surtout sensible à ce qui les unit : leur conception non réaliste des lois naturelles, typique selon lui de l’épistèmè de cette époque…

36 Le terme revêt chez Peirce un sens très large, idiosyncratique, englobant tous les philosophes (Leibniz aussi bien que Hegel) qui ne croient pas à la réalité des universaux au sens scotiste, et notamment pas à la réalité des lois naturelles.

37 De fait Peirce critique cette même doctrine en 1903 dans une Conférence.

38 La réduction à la cause efficiente, oublieuse des autres causes distinguées par Aristote, est d’ailleurs critiquée par Peirce dans la sixième Conférence de Cambridge de 1898 (1995, p. 259 sq.). Dretske finit d’ailleurs par réintroduire une causalité stucturelle en plus de la causalité efficiente.

39 Selon Peirce les entités de la deuxième catégorie – des individus physiques doués d’existence – sont en interaction causale et duale (le vent cause la position de la girouette) ; ceux de la troisième (lois, habitudes, significations), qui n’existent qu’en s’incarnant dans des Seconds (la loi a besoin du bras du shérif pour être appliquée) que d’ailleurs ils gouvernent, opèrent selon une causalité finale qui nécessite l’existence d’une relation à trois termes (a fait b pour obtenir c). L’action causale n’existe donc qu’entre les Seconds, et le mental ne saurait être concerné par la causalité car il exige une relation triadique : il relève donc de la troisième catégorie, excédant le domaine de la causalité brute. C’est la raison pour laquelle la conception peircienne du mental a peu à voir avec le physicalisme contemporain, même dans ses versions non réductionnistes, à cause du caractère omniprésent donné par celui-ci aux relations causales.

40 « Ce que nous appelons matière n’est pas complètement mort, mais enserré dans des habitudes » (6 158) ; « les lois mécaniques ne sont rien d’autre que des habitudes acquises, comme toutes les régularités de l’esprit, y compris la tendance à prendre des habitudes elles-mêmes » (6 268). Dans la cosmologie évolutionniste de Peirce, les lois de la nature ne sont que des habitudes de l’esprit engourdi qui dégénère en matière, tout en continuant à suivre « la loi générale de l’action mentale » (« Law of Mind », 1892). La disjonction esprit/matière est impensable dans le cadre du continuisme généralisé (« synéchisme ») de Peirce ; la nature ne fait pas de saut quand elle passe de l’esprit à la matière et inversement (Peirce, 1992, p. 231 sq.). Le synéchisme exclut le dualisme esprit/matière. Les lois de la nature n’ont pas toujours existé, selon la cosmologie peircienne ; ce qui est étrange, c’est qu’elles existent : à l’origine régnait le hasard, dont la part s’est peu à peu réduite (cf. sur ce point encore Wundt selon lequel le hasard est quelque chose qui s’élimine peu à peu) avec l’instauration progressive de lois de moins en moins inexactes (tolérant encore des déviations, les lois actuelles sont loin d’être exactes) : les lois elles-mêmes sont évolutives, comme le soutient par ailleurs Poincaré dans La valeur de la science (1970, p. 174-175). C’est une illusion scientiste de croire en un monde déterministe : selon Peirce la part des lois est très faible dans l’univers. Le hasard, ou la contingence, prédomine encore : on pense à Boutroux et à sa Contingence des lois de la nature de 1874, dédiée à Ravaisson. On peut aussi penser au texte plus tardif de Schrödinger, « Comment l’ordre naît du désordre » (1929), qui figure en appendice de Bouveresse (1993, p. 295 sq.)
Pour en revenir à la philosophie de l’esprit de Peirce, comme dans le parallélisme de Fechner (cf. Isabelle Dupéron), on a affaire à une seule substance bi-face (selon le point de vue pris sur elle, elle matière ou esprit), comme chez Fechner encore, ou a un panpsychisme animiste. L’esprit n’est donc pas le privilège exclusif de l’homme mais le déborde de toute part.

41 Bien décrit par Anne Fagot-Largeault (Fagot-Largeault, Andler & St Sernin, 2002, T. II, p. 956 sq.), qui cite d’ailleurs Peirce p. 958. Rappelons en outre que Peirce était parfaitement francophone, lisait Fouillée, Renouvier, Delbœuf, et était en correspondance avec Renouvier.

42 Ravaisson et Peirce ont en commun des références massives à Aristote et Schelling.

43 Quant à Dewey, la comparaison de son naturalisme avec celui de Peirce mériterait toute une étude, que nous n’entreprendrons pas ici.

44 En cela Peirce anticipe évidemment Popper, mais aussi Jean Nicod (1961) et sa théorie de l’« induction par infirmation » dans Le problème logique de l’induction. Avant Popper, Nicod a repéré la dissymétrie qui existe entre confirmation et infirmation : « Un cas favorable accroît plus ou moins la vraisemblance de la loi, alors qu’un cas contraire l’anéantit complètement […] Des deux actions élémentaires des faits sur les lois, l’action négatrice est donc la seule certaine. » (p. 24).

45 En 1905, la probabilité est toujours définie comme « le rapport (ratio) connu de la fréquence d’un événement futur spécifique à un événement futur générique qui l’inclut » (Peirce, 2003, p. 196). Attribuer selon lui une probabilité définie à une théorie n’aurait de sens que si nous pouvions comparer entre eux des univers et dire dans quelle proportion d’entre eux elle est vraie : « Cela veut-il dire que si nous mettons un grand nombre d’univers dans un sac, que nous le secouons bien et en tirons un au hasard, ce sera là le résultat moyen ? » (Ibid.). Une telle procédure n’a évidemment aucun sens pour lui (cf. 2 673, 2 780, 2 748, 1 92, 5 195). À défaut d’attribuer une probabilité définie à une théorie, l’induction permet « une confiance proportionnelle dans le fait que les expérimentations qu’il reste à tenter confirmeront la théorie » (2003, p. 195).

46 Dans la cinquième Conférence de Harvard de 1903, Peirce définit une visée ultime comme « ce qui serait poursuivi dans toute les circonstances possibles – c’est-à-dire même si les faits contingents établis par les sciences spéciales étaient entièrement différents de ce qu’ils sont » (Peirce. 2002, p. 376).

47 Cf., dans van Fraassen (1994), la critique de l’inférence à la meilleure explication, correctement rapportée à Peirce, et présentée comme un modèle si fort qu’il faut, pour le récuser, se passer du concept de loi de la nature.

Notes de fin

1 Je remercie Mathias Girel et Guillaume Garreta qui m’ont fourni beaucoup de suggestions précieuses, ainsi que Bruno Karsenti et Louis Quéré pour les améliorations qu’ils m’ont permis d’apporter à mon texte.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search