Version classiqueVersion mobile

La régularité

 | 
Christiane Chauviré
, 
Albert Ogien

Résumé/Summaries

Texte intégral

1christiane chauviré
Dispositions ou capacités ?
La philosophie sociale de Wittgenstein émane avant tout d’une pensée de la pratique qui occupe chez lui une place majeure et l’apparente à certains pragmatistes américains. Il n’est pourtant pas dispositionnaliste comme Peirce, et développe une critique radicale de l’explication dispositionnelle de l’action. Substituant à la notion, lourdement causale selon lui, de disposition celle de capacité comme maîtrise d’une technique inculquée par un apprentissage, voire un dressage, il utilise cette notion dans le cadre d’explications par les raisons, seules aptes à rendre compte de l’action humaine. Quant à sa conception du suivi de la règle, elle instaure la priorité du social, faisant valoir que les coutumes et institutions sont toujours présupposées par le suivi individuel des règles et au fondement de celles-ci, ce qui ne débouche sur aucun scepticisme, contrairement à ce qu’a cru comprendre Kripke.

2Dispositions or capacities? Wittgenstein’s social philosophy
Wittgenstein’s social philosophy rests on a conception of practice which is essential to his work and drives him close to some American pragmatists. He is not a dispositionalist as Peirce was, and radically criticizes the dispositional explanation of action. To the heavily causal notion of disposition he substitutes that of capacity, which he conceives of as the possession of a technique acquired by learning, or by training. He uses the notion of capacity in the framework of an explanation of action by reasons, which he takes to be the only way to account for human action. His conception of rule following sets the primacy of the social, as it asserts that customs and institutions are always presupposed in individual rule following and are the rock bottom of it. This conception doesn’t lead to any kind of scepticism, contrary to what Kripke has suggested.

3sandra laugier
Ce que le behaviorisme veut dire
L’article vise à remettre en lumière une dimension soit oubliée, soit critiquée de l’œuvre de Quine : le behaviorisme, qui tient pourtant une place stratégique dans son œuvre. Le naturalisme tant célébré de Quine est inséparable de son behaviorisme et de la notion primitive d’assentiment. L’article montre ainsi l’origine behavioriste des thèses quiniennes centrales, comme la thèse d’indétermination de la traduction radicale, et le sens chez Quine du recours à nos « dispositions au comportement verbal ». La prise en compte de la dimension sociale et linguistique de ce behaviorisme conduit à une confrontation des thèses de Quine sur l’assentiment à celles de Wittgenstein sur «l’accord dans le langage ». Une réflexion sur le plan logique et linguistique sur l’assentiment comme disposition permet ainsi de problématiser ensemble accord et assentiment, de redéfinir le concept de forme de vie, et de découvrir chez Wittgenstein un naturalisme d’un nouveau type.

4What behaviorism means. Quine, naturalism and dispositions
This paper is about a forgotten or a much criticized aspect of Quine’s work: his behaviorist claim. Quine’s naturalism, which is well known, can’t be isolated from his behaviorism. Crucial points of his analysis, such as the indetermination of radical translation thesis, or the description of our verbal behavior in terms of dispositions, are drawn from such a behaviorism, and from the idea of readiness to assent. The social and linguistical dimensions of that behaviorism lead to compare Quine’s concept of assent to Wittgenstein’s claims about «agreement into language». Through that kind of reflexion about assent viewed as a disposition, one can tie together in only one problematics assent and agreement; one can also have a new insight into the concept of form of life and discover in Wittgenstein’s work a new kind of naturalism.

5nancy cartwright
D’où viennent les lois de la nature ?
Que doit-on tenir pour premier, les lois ou les capacités ? Cet article pose que, contrairement à ce que la fiction courante affirme, ce sont les capacités qui sont premières. À quelques exceptions près – comme celle relative au système planétaire – les lois naissent de la mise en œuvre répétée, dans des circonstances particulièrement propices, d’un système d’éléments possédant des capacités stables. Pour obtenir une loi, il faut donc actionner une machine nomologique. Deux illustrations de machine de ce type sont présentées : l’une relevant de la physique, l’autre de l’économie. Elles montrent comment les capacités servent à forger des lois et sont utilisées de différentes manières dans des circonstances différentes et dans des intentions différentes. Bref, on n’obtient pas de loi à partir de longues chaînes dérivant leurs principes de lois plus anciennes, il faut les construire – et cela tient plus du savoir-faire de l’ingénieur que de celui du logicien.

6Where do laws of nature come from?
Which comes first, laws or capacities? The paper argues that contrary to the fiction one usually constructs, capacities come first. With few exceptions – like those for the planetary system – to get a «law of nature», you need a stable arrangement of components with fixed capacities, well oiled, well shielded and repeatedly running – one needs a nomological machine. Two illustrations of such machines are given: one from physics, the other from economics. They show how capacities are used to make laws and how they are harnessed in different ways in different circumstances to do very different kinds of things. In short, you do not get laws by long chains of derivation from old, you have to build them – and that requires more the skills of the engineer than those of the logician.

7emmanuel bourdieu
Disposition et action
La théorie dispositionnelle de l'action, dont cet article expose quelques rudiments, essaie de résoudre un problème : comment faire place, dans l’analyse de l’action, à une forme d’inscription individuelle de la rationalité pratique, sans retomber dans le psychologisme ou le contractualisme ? La réponse présentée prend appui sur deux extensions de la conception pragmatiste de la disposition. L’auteur montre, tout d’abord, que les dispositions sont des lois de comportement individuelles régissant les conduites actuelles et possibles de l’agent qui les possède. Puis, en proposant une conception « générique » des dispositions, il cherche à rendre compte du caractère social de ces lois individuelles en décrivant les relations de dépendance qu’elles entretiennent avec les sphères pratiques et les institutions. L’esquisse de théorie non dualiste du comportement humain proposée entend ainsi établir la pertinence d’un dispositionnalisme critique.

8Disposition and action
The dispositionalist theory of action outlined by this article tries to solve a problem: how can one take into account, in the analysis of action, the individual dimension of practical rationality without falling prey to psychologism or contractualism? The answer presented here leans on two extensions of the pragmatist conception of dispositions. The author shows first that dispositions are individual laws of behaviour ruling present and possible behaviours of the agent who possesses them. Then, proposing a «generic» conception of dispositions, it seeks to demonstrate the social nature of these individual laws by describing how tightly related they are with practical spheres and institutions. The outline of this non dualist theory of human behaviour is also a defence of the relevance of a critical dispositionalism.

9albert ogien
Les dispositions comme éventualités
La sociologie envisage, généralement, les dispositions comme des entités réelles. Cet article appréhende les dispositions comme des éléments de la connaissance ordinaire qui jouent un rôle dans le raisonnement pratique. Il s’attache à décrire ce rôle en examinant l’activité d’anticipation engagée lorsqu'on se réfère à une disposition. L’analyse de cette activité établit qu’elle est immédiatement et simultanément une objectivation (de ce qui se passe), une prédiction (au sujet de ce qui risque d’arriver lorsqu'une disposition est attribuée à un objet ou un individu) et une prise en compte des réactions qu'il est raisonnable d’attendre de la probable actualisation de ce à quoi renvoie la disposition attribuée (et cela avant même que la justesse de cette prédiction ordinaire ait été éprouvée). Dans cette conception sociologique, l’anticipation assure une part de la régularité des conduites parce qu’elle donne une traduction pratique à un ensemble de présuppositions dont les individus admettent a priori qu’elles sont partagées par autrui.

10Dispositions as eventualities
Sociology usually sees dispositions as real entities. This article views dispositions as elements of common sense knowledge that play that take part into practical reasoning. This part is described by analyzing the activity of anticipation. This analysis shows that refering to a disposition consists immediately and simultaneously in an objectivation (of what’s going on), a prediction (about what might happen as soon as a disposition is imputed to an object or a person) and an awareness to the reactions one should reasonably expect from the probable actualisation of the disposition so imputed (and this even before the accuracy of that ordinary prediction had been tested). According to the sociological conception presented here, anticipation accounts for some of the regularities in behavior because it grounds in action the presuppositions individuals a priori admit that they are shared by others.

11guillaume garreta
Une régularité sans répétition?
Les théories classiques de l’habitude la définissent généralement, ou du moins expliquent sa formation et son fonctionnement, par la répétition (sous les espèces de Limitation ou de l’association). Cet article, s’appuyant sur la conception pragmatiste de Dewey, rappelle les limitations propres à ces théories et tend à montrer qu’il n’y a pas de relation interne inéluctable entre habitude et répétition, si on n’en fait pas un mécanisme psychologique inhérent à un individu. Les habitudes sont à l’œuvre dans nos activités les plus « intelligentes » et les moins passives, qu’elles configurent au moins autant que les « routines ». Si elles sont porteuses de régularité, c’est comme formes temporalisées qui organisent l’activité. L’article examine la légitimité et les implications de cette conception dynamique de l’habitude en mettant l’accent sur son rapport à la généralité, à la situation qualitativement singulière, et sur son incorporation de (et par) l’environnement.

12Regularity without repetition?
It is very common to explain the formation and the running of habits in terms of repetition (imitation, association...). Such was not Dewey’s view, to which this paper is devoted. For Dewey, that kind of explanation is faulty: there is no necessary internal relation between habit and repetition, given that habit is not a psychological mechanism, internal to an individual. Habits operate in all our activities, the most intelligent as well as the most passive, and they are as efficient as routines. Habits produce regularity, but as temporal organizing forms. This paper analyses the consequences of such a dynamic conception and underscores the relation of habit to generality and to qualitative situations, as well as its integration into (and by) an environment.

13james bohman
Les pratiques expliquent-elles quoi que ce soit ?
Cet article examine l’argument que S. Turner avance pour invalider les théories de la pratique. Cet argument est le suivant : ces théories conçoivent toutes la pratique comme une chose à la fois partagée et causale ; or, ces deux propriétés étant mutuellement exclusives, la tentative de les conjoindre dans une explication ne peut échapper à une forme de dualisme. Si cet article ne rejette pas la justesse de cet argument, il signale qu’il ne peut être opposé à ces théories contemporaines de la pratique qui s’attachent à rendre compte du rapport entre dispositions et aptitudes des agents et structures et règles institutionnelles. L’article présente deux théories de ce type – la « description épaisse » de Geertz et l’ethnométhodologie – et montre que les solutions qu’elles proposent au problème du dualisme sont meilleures que celle de Turner, qui prêche le recours à une conception mentaliste et individualiste de l’habitude.

14Do practices explain anything?
This article examines Turner’s argument to invalidate the social theories of practice. The argument is the following: all these theories take practice to be a thing both causal and shared; unfortunately these two properties are mutually exclusive and all trials to conjoin them to explain action unavoidably lead to endorse a dualist stance. Though this article does not reject the validity of this argument, it suggests it can’t be applied to contemporary theories of practice which seek to account for the relationships between agents’ dispositions and abilities and institutional structures and rules. The author examines two theories of that kind (Geertz’s thick description and ethnomethodology) and shows that the solutions they offer to the problem of dualism are better that the one Turner advocates, based on a mentalistic and individualistic conception of habit.

15bruno karsenti
L’imitation
Quelle est l’articulation des dimensions de la règle et de la régularité à l’intérieur du concept de pratique sociale, et de quelle portée celui-ci se trouve-t-il investi dans la connaissance sociologique ? Ces questions incitent à revenir sur le débat célèbre entre Tarde et Durkheim qui, à la fin du xixe siècle, a tourné autour du concept d’imitation. À l’encontre de l’historiographie consacrée, on voudrait montrer que la position durkheimienne ne se résout pas dans la répudiation pure et simple du psychologisme et de l'individualisme tardien, mais qu’elle consiste en fait à opérer une réduction sémantique visant à isoler une figure valide, et absolument nécessaire au régime explicatif préconisé, de la répétition. Il s’agit alors de savoir si cette réduction rend effectivement justice à la sociologie tardienne, et si celle-ci, restituée dans sa complexité, ne vient pas en retour accuser certaines limites de la topique durkheimienne.

16Imitation
How do rule and regularity hang together in the concept of social practice, and what is the significance of this last concept for sociological knowledge? Such questions lead torevisit a famous debate between Tarde and Durkheim which, in the end of the 19th century, was about the concept of imitation. Contrary to what has been commonly admitted, the paper shows that Durkheim’s thesis didn’t only consist to reject Tarde’s psychologism and individualism, but that it actually performed a semantical reduction aimed to give a valid depiction of imitation, which was necessary for the kind of explanation Durkheim recommended. Does such a reduction recognize, in its complexity. Tarde sociological insight? And doesn’t Tarde’s analysis of imitation highlight deficiencies of Durkheim’s approach?

17meredith williams
Tout est-il interprétation ?
Pour défendre l’idée d’une irrémédiable dimension sociale du langage, cet article compare la réponse de Wittgenstein aux problèmes liés à la question de ce que suivre la règle veut dire et la manière dont Davidson rend compte des conditions nécessaires à l’« interprétabilité » et à la communication. Alors que la conception pratique de Wittgenstein évoque la thèse d'un accord dans le jugement et l’action entre praticiens, la conception interprétativiste de Davidson renvoie à une relation de reconnaissance mutuelle entre locuteur et auditeur. L’article soutient que Davidson est conduit, en raison de contraintes internes à sa méthodologie de l’interprétation et de difficultés soulevées par le paradoxe de l’argument de l’interprétation, à adopter des traits essentiels de la conception pratique. Le principe de charité s’avère être l’accord dans le jugement de Wittgenstein et la thèse de la triangulation, une version communautaire de ce que suivre une règle veut dire au niveau de base.

18Does interpretation go all the way down?
Wittgenstein’s response to the problems associated with rule following and Davidson’s treatment of the conditions necessary for interpretability and communication are interestingly related to each other in providing arguments for an indispensable social dimension of language. But where Wittgenstein practice view takes us to agreement of judgment and action among practioners, the Davidsonian interpretivist conception takes us to a relation of mutual recognition between speaker and hearer. The paper argues that Davidson is forced, by virtue of commitments internal to his methodology of interpretation and the challenges raised by the paradox of interpretation argument, to accommodate key features of the practive view. Charity proves to be Wittgensteinian agreement in judgment and the triangulation argument supports a community view of rule following at bedrock level.

19barbara olszewska
Réfléchir avec les yeux et les mains
Le présent article se propose de reconsidérer le thème de la résolution de problèmes en développant certaines idées du courant de l’action située tirées de l’ethnométhodologie et de la théorie de l’enquête de Dewey. Alors que le cognitivisme définit la résolution de problèmes comme un processus délibératif et computationnel, le courant de l’action située l’envisage comme une enquête en contexte à laquelle les mains, les yeux et l’environnement concourent autant que l'esprit. Le cas étudié est celui du traitement d’une erreur dans l’application d’un logiciel dans le cadre d’un cours d’initiation à l’utilisation de Word. L’article identifie les routines et le savoir-faire mis en œuvre pour comprendre et résoudre le problème. Il met aussi en évidence les principales médiations de l’enquête, depuis les ajustements corporels et langagiers jusqu’aux opérations faites sur l’ordinateur. Il montre à la fois comment de nouvelles habitudes sont ainsi formées, et comment la découverte de la solution permet de comprendre exactement le problème ainsi que de réinterpréter ce qui s’est passé auparavant.

20Thinking with eyes and hands
How does one solve problems? This paper tries to give an answer to that question other than cognitivist, and it does so by applying ideas from the situated action approach, inspired by ethnomethodology and Dewey’s theory of inquiry. While for cognitivism, problem solving is a process of deliberation and computation, for situated action approach, it is an inquiry done not only by the mind but also by the eyes and the hands and with the mediation of the environment. The studied case concerns teaching how to use Word in a classroom: the problem to be solved comes from an error done in an application of this software. The paper analyses how routines and knowhow are used in situation to understand and solve the problem, and how new habits are thus acquired. It shows that the inquiry done by participants involves many media – bodily and verbal adjustments, operations on the computer and so on – and how, when it succeeds to identify what exactly the problem was, a new understanding of what has happened is reached.

21benoit lelong
Savoir-faire technique et lien social
La question des savoir-faire techniques est abordée à travers une enquête qualitative longitudinale sur l’appropriation d’internet dans l’espace domestique et privé. Les itinéraires personnels d’apprentissage montrent le caractère fortement tacite et idiosyncrasique des compétences progressivement développées par les personnes. Les sociabilités, les rôles et les liens sociaux impliqués dans l’entraide technique sont déplacés par le rapport d’expert à novice. On s’efforce de montrer que la familiarisation avec internet requiert un processus d’incorporation des outils logiciels. Elle suppose également une autonomisation graduelle à l’égard des appuis nécessaires à l’apprentissage : textes, équipements, et personnes auprès desquelles on apprend. Ces analyses convoquent les résultats empiriques et l’outillage conceptuel de la sociologie des sciences et des techniques et de la sociologie de l’action.

22Technical skills and social interactions
Technical skills are investigated through a longitudinal and qualitative study on the appropriation of the internet in domestic and private spaces. Personal learning itineraries show how tacit and idiosyncratic the individual’s new skills are. Social roles and ties implied in technical cooperation are redistributed by the master-apprentice relationship. We try to show that familiarization with the internet requires a process of incorporating software applications. Becoming autonomous from learning supports (people, objects or texts) is equally crucial. This paper makes use of empirical results and conceptual tools provided by sociology of action and by social studies of science and technology.

23lorenza mondada
Opérer et enseigner à opérer
Ce texte analyse les répertoires de description et d’explication de l’action mobilisés par les participants dans le cours de l’action elle-même. Ces perspectives endogènes sur l’action configurent, de manière située et interactionnelle, un sens, une intelligibilité, une régularité à ce qui se passe et attribuent du savoir-faire, de l’expertise et de l’expérience aux acteurs. Cette analyse est basée sur un corpus d’enregistrements vidéo d’opérations chirurgicales réalisées par un expert qui effectue, en même temps qu'il opère, une démonstration de l’opération pour des médecins en formation suivant l’événement par visioconférence.

24Performing an operation and teaching how to do it
This paper focuses on the descriptive and explicative repertoires participants mobilize in order to account for the action they are engaged in. These endogenous perspectives locally and interactively shape the intelligibility and recognizability of the ongoing action. They also locally recognize and assess a know-how, an expertise or an experience of the involved participants. This analysis is based on a corpus of video recordings of surgical operations done by an expert. In the peculiar setting observed, he operates on the patient and at the same time demonstrates the operation for an audience of advanced trainees watching the operation via videoconference. In this way, accounting practices are analyzed as they are emerging within the course of the action itself.

25bahram djenab
Savoir-faire et principe de contextualité en physique
Le principe de contextualité établi par la physique quantique interdit de tracer une ligne de séparation nette entre le sujet et l’objet de l’expérience en physique. Dans notre approche, ce sont les savoir-faire du laboratoire qui expriment le mode d’intervention du sujet expérimentateur dans son contexte et à l’égard de son objet. Nous envisageons le processus de mesure en physique comme une dimension de ce savoir-faire, non formalisable (comme une loi physique) mais possédant une structure dont les effets sont non négligeables dans la recherche en micro-physique. Nous suggérons que la dépendance de l’objet à son mode d’observation et de mesure n’exprime aucun rapport à la « subjectivité » du savant, mais plutôt une certaine intervention de son corps (corps-sujet) dans le laboratoire, dans le cadre d’une action spécifique qui se manifeste par l’exercice d’un savoir pratique et tacite.

26Skills and contextuality in physics
The principle of contextuality elaborated in quantum physics states that it is impossible to draw a clear distinction between the subject and the object of an experience in physics. This article argues that laboratory skills express the way an experimenter intervenes both in this context and in relation to his object. It describes the measuring process in physics as a skill which cannot be formalized (as a law of physics could) but which possesses a structure the effects of which are not negligible in the work of micro-physics. Moreover, it asserts that the dependence of the object to its mode of observation and of measurement is not a matter that has to be related to the «subjectivity» of the scientist but rather to the intervention of his body (body-subject) in the laboratory during the course of a specific kind of action which manifests itself through the exercise of practical and tacit knowledge.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search