Version classiqueVersion mobile

La régularité

 | 
Christiane Chauviré
, 
Albert Ogien

Les deux versants de l’habitude

Tout est-il interprétation ?1

Wittgenstein contre Davidson

Does Interpretation Go All The Way Down ?

Meredith Williams
Traduction de Albert Ogien

Résumé

Pour défendre l’idée d’une irrémédiable dimension sociale du langage, cet article compare la réponse de Wittgenstein aux problèmes liés à la question de ce que suivre la règle veut dire et la manière dont Davidson rend compte des conditions nécessaires à l’« interprétabilité » et à la communication. Alors que la conception pratique de Wittgenstein évoque la thèse d’un accord dans le jugement et l’action entre praticiens, la conception interprétativiste de Davidson renvoie à une relation de reconnaissance mutuelle entre locuteur et auditeur. L’article soutient que Davidson est conduit, en raison de contraintes internes à sa méthodologie de l’interprétation et de difficultés soulevées par le paradoxe de l’argument de l’interprétation, à adopter des traits essentiels de la conception pratique. Le principe de charité s’avère être l’accord dans le jugement de Wittgenstein et la thèse de la triangulation, une version communautaire de ce que suivre une règle veut dire au niveau de base.

Texte intégral

  • 1 Traduction de « Wittgenstein and Davidson on the Sociality of Language », Journal for the Theory of (...)
  • 1 Cette différence a conduit Robert Brandom (1994, ch. 1.v et ch. 8.vi) à nommer la première une rela (...)

1Le caractère foncièrement individualiste de la conception du langage de Davidson s’est atténué ces dernières années, sous l’effet des débats suscités par les considérations de Wittgenstein sur ce en quoi « suivre une règle » consiste. Davidson admet aujourd’hui qu’il existe une dimension irréductiblement sociale au langage, tout en rejetant l’idée selon laquelle cette socialité du langage renverrait à une relation de conformité entre le comportement de l’individu et celui d’une communauté. Davidson cherche plutôt à minimiser cette dimension sociale, en l’envisageant comme condition de l’interprétabilité mutuelle. La première thèse, celle de la relation de conformité, repose sur l’idée que la compréhension et la communication linguistiques exigent des conventions ou des pratiques linguistiques partagées ; la seconde, celle de l’interprétabilité, affirme que la communication ne requiert aucun langage partagé. Pour Davidson, disposer du langage, c’est être interprétable en tant que locuteur, ce qui n’a absolument rien à voir avec le fait de parler conformément aux usages linguistiques d’autres personnes, et cela indépendamment du bénéfice pratique qu’on retire lorsqu’on le fait. Dans cette conception, la communication réclame uniquement la reconnaissance mutuelle et l’attribution de l’agentivité rationnelle aux interlocuteurs. La réponse de Wittgenstein aux problèmes posés par le suivi de la règle et la définition que Davidson donne des conditions nécessaires pour l’interprétabilité et la communication fournissent, l’une et l’autre, des arguments en faveur de la dimension sociale du langage. Mais alors que l’orientation de Wittgenstein conduit à la conformité de comportement entre praticiens, la conception davidsonienne entraîne vers une relation de reconnaissance mutuelle. Cette divergence recouvre la distinction entre ce que nous faisons ensemble en tant que membres d’une pratique, et le rapport qui s’instaure entre deux interlocuteurs essayant de se comprendre1.

2À ces deux conceptions de la socialité du langage correspondent deux conceptions du langage : l’une pratique (à laquelle on identifie souvent la solution communautaire au problème posé par ce en quoi suivre une règle consiste), fondée sur des conventions partagées et la conformité de comportement entre participants ; l’autre interprétationniste, admettant l’interprétabilité mutuelle entre interlocuteurs. Dans cet article, je voudrais défendre une certaine version du point de vue pratique contre la thèse de l’interprétation généralisée soutenue, comme certains l’ont avancé, par Davidson. Bien que mon intention soit surtout de dégager les différences entre ces deux démarches, je le ferai en tenant compte des importantes similitudes de perspectives philosophiques qu’il est possible de leur reconnaître.

3Davidson et Wittgenstein s’opposent tous deux aux théories représentationnalistes traditionnelles du langage. Tous deux admettent que la référence et la signification sont des abstractions déduites de la pratique linguistique considérée en sa globalité, et tiennent que la compréhension linguistique est, dans l’explication, plus fondamentale que la référence ou la signification. Tous deux admettent que la compréhension linguistique (ou la connaissance linguistique) est un savoir-faire, pas la connaissance de propositions ou de règles. Tous deux tiennent que ce qui est déterminant pour l’exercice de ce savoir-faire, ce sont les régularités ou les structures d’action publiquement observables. Tous deux mettent également l’accent sur le caractère causal de notre insertion dans un monde commun. Tous deux affirment qu’ils produisent des descriptions de la compétence linguistique, pas des explications de la mise en œuvre de cette compétence. Chacun d’eux peut (ou pourrait) endosser les thèses centrales de l’autre : Davidson accepte une version du paradoxe de l’interprétation formulé par Wittgenstein, et Wittgenstein aurait certainement admis la thèse de la triangulation exposée par Davidson.

  • 2 Ce problème se pose pour chacune des réflexions majeures de la première partie des Recherches philo (...)

4De très profondes divergences opposent cependant leurs conceptions respectives des problèmes – et des méthodes qu’il s’agit de mettre en œuvre pour avoir une appréhension correcte – du langage, de la communication et de la relation locuteur-auditeur. Pour Davidson, le problème fondamental du langage est défini par la situation de l’interprétation radicale et se pose en ces termes : comment la communication est-elle possible lorsque aucun élément linguistique n’est partagé par le locuteur et l’auditeur ? Pour Wittgenstein, ce problème est celui de la similitude normative2 : qu’est-ce qui donne crédit à nos jugements de base à propos de l’identité et de ce qu’est continuer à faire comme précédemment alors que ni la justification ni l’interprétation ne peuvent garantir ou orienter nos conduites ? Davidson fait de la nature publique de l’usage de la langue, et plus particulièrement de la formulation des énoncés occasionnels, une condition de l’interprétation dans la situation d’interprétation radicale. Pour que l’interprétation soit empiriquement fondée d’une quelconque façon, les énoncés occasionnels doivent être reliés causalement à des objets publics. Le rôle de preuve des énoncés occasionnels est donc crucial. Wittgenstein affirme, pour sa part, que la compréhension doit être publiquement manifestée de telle manière qu’elle soit tenue pour constituer la compréhension de l’individu. Là résiderait la différence entre adopter la perspective de l’observateur en tant qu’interprète radical d’un locuteur et adopter la perspective de l’individu en tant que participant à un jeu en compagnie d’autres individus.

  • 3 Il faut noter que Wittgenstein ne limite pas ce souci aux phrases d’observation. Il s’intéresse éga (...)

5Davidson et Wittgenstein envisagent la compétence linguistique en tant que savoir-faire. Ce qui les intéresse est donc le croisement, si l’on peut dire, entre le caractère causal de notre participation au monde et nos conduites linguistiques normativement encadrées ; et, plus particulièrement, la façon dont ce croisement se découvre dans les énoncés d’observation ordinaires3. Alors que Davidson conçoit ces énoncés à partir d’une compétence linguistique pleinement développée, Wittgenstein le fait à partir des jeux de langage primitifs propres à la situation d’apprentissage. Pour Davidson, la nature du langage se dévoile le plus clairement dans la situation où nous devons interpréter autrui ; pour Wittgenstein, la meilleure circonstance pour appréhender la compréhension adéquate du langage est la situation d’apprentissage, dans laquelle les coups (moves) langagiers sont les plus manifestes. Ces deux méthodes répondent à deux conceptions du langage : celle de Davidson est largement intellectualiste et individualiste, vouée à l’idée que la marque caractéristique du langage est sa systématicité intrinsèque et sa productivité infinie ; celle de Wittgenstein met, quant à elle, l’accent sur le fondement non rationnel du langage et sur nos « conventions » pratiques partagées.

  • 2 [NdT. : Nous traduisons par « niveau de base » l’expression « at bedrock level » utilisée par M. Wi (...)

6Cet article entend défendre la conception wittgensteinienne de la dimension essentiellement sociale du langage, selon laquelle une pratique linguistique requiert logiquement l’existence de plus d’un usager d’une langue. Bien que j’admette que la position de Wittgenstein soit une version du point de vue de la communauté, j’aimerais la distinguer de quelques versions plus contestables. La thèse que je défends ici entend simplement être plausible. Cet article présuppose donc l’acceptation de ce que Davidson et Wittgenstein partagent dans leur rejet commun de la tradition représentationnaliste et admet la justesse de la critique des descriptions traditionnelles du suivi de la règle proposée par Wittgenstein. C’est sur cette double base que je voudrais mettre au jour les énormes différences entre les conceptions du langage de Wittgenstein et de Davidson, et montrer comment ce dernier se trouve forcé, en raison de contraintes internes à sa thèse, de reprendre certains aspects déterminants de la conception de la pratique. Cette reprise ruine la conception interprétationniste de la compréhension linguistique. Car si elle ne repose pas sur l’existence de conventions partagées à un niveau de base2, elle se réduit à une conception de l’interprétation vide de tout contenu. La stratégie que je vais suivre pour asseoir cette proposition sera d’examiner la réponse de Davidson au défi que lui pose le paradoxe de l’interprétation. En me concentrant sur ce problème relativement bien circonscrit, il me sera possible d’identifier les erreurs découlant des imprécisions d’une conception interprétationniste généralisée du langage et de suggérer la supériorité de l’approche de Wittgenstein.

La dernière conception du langage de Davidson

7Partons de la conclusion radicale de Davidson (1986b, p. 446) dans « A Nice Derangement of Epitaphs » : « J’en conclus qu’il n’existe rien de tel qu’un langage, si un langage est ce que de nombreux philosophes et linguistes supposent qu’il est. » Cette conception du langage renverrait à « un objet abstrait complexe, défini en fournissant une liste finie d’expressions (mots), de règles de construction des concaténations signifiantes d’expressions (phrases), et une interprétation sémantique des expressions signifiantes fondée sur les caractéristiques sémantiques de chacun des mots » (Davidson, 1992, p. 255). Que Davidson rejette cette conception du langage est surprenant, puisque sa théorie de la signification en est une version. Dans cette théorie, la compétence linguistique se définit uniquement par le recours à un ensemble fini de syntagmes élémentaires (syntagmes lexicaux) et à un ensemble fini de règles récursives. Que vise donc Davidson en niant que le langage existe ?

8On peut rapporter cette négation à trois idées importantes.

  • 4 Il est difficile, cependant, d’accepter la réfutation de Davidson telle quelle. À tout le moins, el (...)

91) La première a longtemps été défendue par Davidson : le langage, en tant que structure formelle, ne renvoie pas nécessairement à une réalité psychologique. En prétendant que sa théorie de la signification décrit la compétence linguistique, Davidson nie très clairement qu’elle dise quoi que ce soit du « mécanisme psychologique » qui produit les performances linguistiques. Cette idée ne peut être séparée du rôle que la méthode d’interprétation joue, pour Davidson, dans la compréhension linguistique. L’interprétation est une manière systématique de rattacher ce que le locuteur dit à ce que l’interprète comprend, c’est-à-dire à la théorie de la compréhension que l’interprète construit (implicitement) pour rendre ce que dit le locuteur intelligible. Bien qu’une théorie de la compréhension du locuteur, tenant compte des contraintes qui pèsent sur l’interprétation, décrive la compréhension linguistique, Davidson rejette tout aussi explicitement l’idée que comprendre autrui devrait obligatoirement impliquer l’accomplissement d’actes concrets d’interprétation (qu’ils soient conscients ou inconscients). Bref, bien que la performance linguistique et la compréhension soient décrites en termes d’objet abstrait complexe, les performances effectives et les actes de compréhension ne requièrent aucun mécanisme psychologique dont la structure serait isomorphique à la structure de cet objet abstrait. Ce sont là des questions empiriques dont Davidson affirme qu’elles ne sont pas du ressort de la philosophie4.

  • 5 Ceci est confirmé par un examen d’un des premiers articles de Davidson : « Theories of Meaning and (...)

102) Deuxièmement, et en conséquence de ce qui précède, ce qui est premier ou essentiel pour rendre compte de la signification et de la compétence linguistique est la structure globale de l’usage des expressions linguistiques. Les syntagmes élémentaires de la structure formelle, c’est-à-dire ces syntagmes qui spécifient les entités lexicales, ne sont pas déterminants du point de vue de l’explication. C’est même pourquoi la référence est une relation dérivée, déduite de la structure des usages réguliers. Davidson soutient que la compositionnalité du langage est formelle, et pas psychologique5. La signification n’est pas atomistique, mais holistique.

113) Plus récemment, et de façon plus controversée, Davidson a nié que le langage existe en un second sens. La connaissance linguistique, décrite du point de vue formel, n’est ni stable ni partagée. Bien que le fait de disposer d’un lexique commun et d’un ensemble de règles syntaxiques stables soit avéré et facilite la communication, Davidson soutient que ni le partage de conventions linguistiques ni la stabilité de telles conventions ne sont essentiels ou nécessaires pour la communication. Parler un langage est, pour lui, la possibilité, pour chaque performance linguistique, d’être interprétable ; autrement dit, une théorie de la signification peut être construite pour toute performance linguistique. Or, c’est précisément ce que le point de vue wittgensteinien récuse.

12L’argument central de Davidson pour nier que le langage existe comme un ensemble de conventions stable et partagé est exposé dans « A Nice Derangement of Epitaphs ». L’interprète doit construire, pour chaque acte de langage, ce qu’il nomme une « théorie transitoire » pour le langage que la performance linguistique instancie. Adoptant un point de vue holiste et soutenant que la signification et la croyance sont interdépendantes, Davidson pose que le « langage » d’un individu se transforme continuellement, ce dont attestent les théories de la signification changeantes que l’interprétation doit construire d’un énoncé à l’autre de manière à maximiser la croyance vraie. Ce qui semble justifier sa position est la facilité avec laquelle nous nous faisons aux impropriétés, lapsus et autres formes d’incorrection dans nos conversations. Ce que nous nommons ordinairement ou philosophiquement « langage » est une abstraction déduite des idiolectes mouvants de locuteurs individuels. Bref, non seulement ne partageons-nous pas un langage commun, mais chaque individu ne parle même pas un langage unique.

13Cependant, l’argument davidsonien de la facilité avec laquelle nous nous faisons aux impropriétés et autres formes d’erreurs langagières conduit à se demander si les performances linguistiques répondent jamais à des contraintes normatives. Comment des erreurs langagières pourraient-elles être tenues pour des erreurs si elles sont toujours interprétables dans le cadre d’une théorie de la signification ou d’une autre ? Ne doit-on pas considérer que l’utilisation que Davidson fait des impropriétés de langage telles qu’elles sont interprétées au moyen d’une théorie transitoire vient, en fait, renforcer l’argument du paradoxe de l’interprétation ? Cet argument vise à montrer que si l’interprétation ne peut pas fonder la signification, c’est justement parce que l’interprétation peut toujours être aménagée de façon à convenir à n’importe quel comportement verbal observable. Voilà précisément l’idée que Davidson semble admettre lorsqu’il nie l’existence du « langage ». Ses théories transitoires ne sont que des ajustements bricolés entre le comportement verbal et une théorie de la signification ou une autre. Qu’est-ce qui empêche alors d’accuser Davidson de faire disparaître la distinction entre performance linguistique correcte et incorrecte ?

Le paradoxe de l’interprétation

  • 6 Pour le dire rapidement, je tiens l’argument du paradoxe de l’interprétation pour une reductio ad a (...)

14Les considérations de Wittgenstein sur ce en quoi suivre une règle consiste mettent en lumière les insuffisances des théories du langage traditionnelles, en soulevant un difficile problème philosophique : celui de l’origine de la distinction normative. Ceci est clairement exprimé dans le paradoxe de l’interprétation : « Aucune ligne de conduite ne saurait donc être déterminée par une règle, puisque toute ligne de conduite peut être considérée comme conforme à la règle […] De sorte qu’il ne saurait y avoir ici ni accord ni conflit. » (Wittgenstein, PI, § 201)6. L’inévitable question se pose donc de savoir si la méthodologie de l’interprétation de Davidson s’oppose à ce paradoxe. Davidson (1994, p. 3 ; voir également 1992) lui-même nie que tel soit le cas et endosse, de façon inattendue, la conclusion du paradoxe de l’interprétation, mais pas les raisons qui la justifient.

15Si cela paraît inattendu, c’est qu’il semble évident que la position de Davidson tombe sous le paradoxe de l’interprétation. De la même manière que n’importe quelle séquence finie de nombres est compatible avec n’importe laquelle d’un ensemble de fonctions distinctes, n’importe quel discours prononcé est compatible avec n’importe laquelle d’une série de théories de la signification distinctes. Or, si des théories de ce genre peuvent être bricolées pour satisfaire le moindre usage du langage, les idées d’interprétation correcte et incorrecte semblent ne plus être d’aucune utilité. Davidson (1992, p. 258) récuse la lecture kripkienne du paradoxe, en la tenant pour une autre formulation du problème de l’induction. En tant que telle, dit-il, elle ne renvoie à aucun problème particulier de signification ou d’interprétation, mais plus simplement aux préoccupations coutumières au sujet de la sous-détermination de la théorie par les indices disponibles. De sorte que la thèse liée au paradoxe de l’interprétation est entièrement compatible (ou du moins elle semble l’être) avec l’idée selon laquelle ce que le locuteur veut signifier peut être compris de façon correcte ou incorrecte, et que le locuteur lui-même peut poursuivre correctement ou pas. Le problème de l’induction tel qu’il est appliqué à la signification rejette la pertinence de tout indice disponible pour trancher entre hypothèses rivales au sujet de ce que le locuteur signifie. Il ne nie pas que quelque chose soit signifié.

16La ligne de défense adoptée par Davidson est plutôt problématique. Étant donné que la signification est exactement ce que l’interprétation en retient, il n’y a pas de différence entre l’indétermination et la sous-détermination. Le fait qu’il ne réussisse pas à substituer la sous-détermination des hypothèses au sujet de la signification à l’indétermination de la signification est implicitement reconnu :

Le fait que même le moindre indice éventuel au sujet du langage que parle un locuteur ou un groupe de locuteurs pourrait valoir pour plusieurs langages […] ne devrait pas, en lui-même, nous préoccuper. C’est que nous pouvons admettre qu’il suffit de savoir qu’un locuteur parle n’importe lequel parmi un ensemble de langages empiriquement équivalents ; car il n’y a vraiment rien qui puisse nous empêcher d’appeler cet ensemble « le » langage du locuteur. (Davidson, 1992, p. 257)

17Cet essai de résolution pragmatique du problème de l’indétermination n’immunise pas la position de Davidson contre le paradoxe de l’interprétation. C’est que, pour ce qui concerne la signification, le problème de l’induction se métamorphose en paradoxe de l’interprétation. Et s’il en va ainsi, c’est simplement parce que Davidson ne peut fonder quoi que ce soit sur la distinction entre l’indétermination et la sous-détermination pour ce qui concerne la signification. Le problème de la similitude normative soulevé par Wittgenstein n’en devient que plus pressant. Ce qui place Davidson devant le problème fondamental de savoir comment distinguer une interprétation ou une continuation correcte dans l’usage linguistique d’une autre qui ne le serait pas. Mais Davidson présente un candidat pour opérer cette distinction, et, étrangement, ce candidat n’est pas déduit de considérations sur la pertinence holistique.

18La norme que Davidson (1994, p. 6 ; également 1992, p. 258-259) propose d’adopter est l’intention du locuteur : « ce qui compte, l’objet du langage ou du discours ou de ce que nous pouvons appeler comme vous voulez, est la communication : faire parvenir à autrui ce que vous avez à l’esprit au moyen de mots qu’il interprète (comprend) comme vous voulez qu’il le fasse. » Davidson oppose cette norme individualiste à la Grice à l’idée que la communication et la compréhension requièrent une pratique commune, une façon quelconque de parler comme les autres. Selon Davidson (1992, p. 258), « un interprète interprète (correctement) l’énoncé d’un locuteur uniquement s’il sait que le locuteur a l’intention de voir l’interprète appliquer certaines conditions de vérité à son (celui du locuteur) énoncé ». L’intention qui fixe la norme est donc l’intention du locuteur d’être interprété d’une certaine manière, à savoir que l’interprète considère le locuteur comme quelqu’un qui signifie ce qu’il veut qu’on le prenne pour signifier. L’invocation de cette intention nous fournit le moyen d’établir une distinction entre ce qui est correct et ce qui semble simplement correct parce qu’il existe « la possibilité d’un écart entre l’intention et l’accomplissement » (ibid., p. 259). Mais l’invocation de l’intention du locuteur est-elle vraiment utile pour résoudre ce problème ?

  • 7 Davidson (1992, p. 259) note, à propos de cet argument, que « la position que je viens d’esquisser (...)

19Deux raisons conduisent à penser que non. La première tient à un problème de circularité dans la formulation de Davidson ; et la seconde met l’accent sur l’instabilité du langage. Pour ce qui est du danger de circularité, l’intention du locuteur peut uniquement être attribuée à des individus linguistiquement compétents7. L’attribution de l’intention fait partie de l’attribution holistique d’une gamme d’autres croyances, désirs et usages de langage. La conception même du langage de Davidson comme ce qui est interprétable requiert cette interdépendance des croyances (et des autres attitudes propositionnelles) et de la signification. Les attitudes propositionnelles peuvent uniquement être attribuées à des utilisateurs du langage. Ainsi, en devenant un locuteur, un individu devient-il quelqu’un qui a des intentions et des croyances. Mais comment certaines intentions peuvent-elles fonder la distinction entre interprétations correcte et incorrecte de ce qui est signifié ? Il semble bien que cela se produise effectivement, aussi longtemps qu’on considère l’individu linguistiquement compétent. Mais en ce cas, ce fondement est illusoire puisqu’avoir cette intention est déjà être un locuteur. Cette stratégie gricienne ne permet pas de fonder la normativité du langage précisément parce qu’un individu ne peut pas avoir les intentions requises sans être un locuteur. L’indépendance entre intention et acte linguistique qui serait nécessaire si l’intention devait fournir la norme permettant de distinguer interprétations correcte et incorrecte n’existe pas. Bref, l’interprétation correcte est expliquée à partir de l’intention du locuteur, alors que les intentions sont individuées uniquement en relation avec l’interprétation de la signification.

20Cette interdépendance entre signification et intention interdit que l’intention du locuteur suffise à établir la différence entre ce qui est correct et incorrect dans l’interprétation. Je voudrais m’attarder sur cette objection. Pour que l’intention du locuteur (être pris pour signifier ce qu’il signifie) fournisse la norme d’après laquelle évaluer les interprétations concurrentes des actes de langage, elle doit être une intention épaisse. Elle doit avoir un contenu substantiel, c’est-à-dire un contenu spécifique exprimé par un énoncé-T approprié. Mais que veut dire, pour une intention de locuteur, avoir le contenu qu’elle a ? Supposons que le locuteur puisse préciser une théorie de la signification particulière comme fixant le contenu de son intention. Qu’est-ce qui assure que cette théorie de la signification est correcte ? On doit accepter une norme de correction lorsqu’on adopte une théorie de la signification plutôt qu’une autre. Une norme de ce genre est présupposée lorsqu’on attribue un contenu à l’intention du locuteur, alors que cette même intention est censée fixer la norme de correction. Tout ce dont nous avons besoin est peut-être une intention mince, à savoir que le locuteur, en communiquant avec autrui, veut être compris. Mais si cela est presque une tautologie, l’intention en tant que norme ne peut pas l’être. En tant que norme déterminant la justesse d’une interprétation, l’intention doit être épaisse, doit avoir un contenu substantiel. Mais, comme on l’a vu, assigner un contenu présuppose une norme de correction. L’irrémédiable circularité de la conception de Davidson ruine le rôle que l’intention est appelée à jouer dans l’explication.

  • 8 C’est le compte rendu que Bilgrami (1992) reprend et développe dans sa défense de l’approche davids (...)

21La seconde difficulté majeure de la stratégie de Davidson tient à l’instabilité du langage. D’après la thèse avancée dans « A Nice Derangement of Epitaphs », la théorie de la signification qui rend compte de la compétence linguistique du locuteur est instable au cours du temps, mais se transforme avec chaque nouvel énoncé. Toute différence de croyance ou d’usage d’une expression signale un langage différent, eu égard à l’interdépendance holistique de la signification et de la croyance. Voilà ce qui étaye l’idée selon laquelle la communication implique un perpétuel défilé de théories permettant de prendre en considération le cadre holistique mouvant dans lequel chaque énoncé se manifeste8. C’est également pour cette raison que les interprétations produites par l’auditeur reposent uniquement sur des théories provisoires, adéquates au moment de la formulation et rapidement abandonnées.

22Mais avec une pareille instabilité des langages que parle un même individu, comment celui-ci peut-il former des intentions du genre complexe indispensable, c’est-à-dire qui anticipent le futur ? Quoi que le locuteur dise ou fasse ultérieurement, ses systèmes de croyance, et donc les significations de ses expressions, seront modifiés. Les intentions du locuteur ne peuvent donc pas fournir le contenu nécessaire pour établir une distinction substantielle entre continuations correctes ou incorrectes. En un sens, Davidson nous demande d’appréhender chaque énoncé comme l’instanciation d’une entité linguistique abstraite valable à l’instant de sa formulation, et qui ne peut être remplacée que par l’instanciation ultérieure d’une entité linguistique abstraite différente à l’occasion de la formulation immédiatement suivante. L’intention contenue dans un premier acte linguistique n’a aucun lien avec l’énoncé formulé un instant plus tard. L’idée de continuer à agir comme précédemment n’a plus aucun sens si l’on admet cette succession accélérée de différents langages instanciés, chacun ne valant que pour la communication momentanée. Conçue de cette manière, la dimension temporelle de l’usage du langage est inintelligible. L’hyper-systématicité du holisme radical de Davidson rend les intentions poulie futur inintelligibles. En somme, le recours que Davidson fait aux intentions individuelles présuppose le problème de la similitude normative résolu ou annule la pertinence des intentions pour des actes futurs.

23Curieusement, cependant, Davidson sait comment évaluer l’interprétation correcte. Ce n’est pas en invoquant les intentions du locuteur mais, dans une veine bien plus wittgensteinienne, en faisant valoir la dimension sociale du langage. Cette autre manière d’aborder le problème trouve la solution dans sa méthodologie de l’interprétation plutôt que dans sa théorie de la signification. C’est petit à petit que Davidson fait passer la charge de l’explication de la théorie de la signification à la méthodologie de l’interprétation ; et le principe de charité est le levier qu’il utilise pour effectuer ce passage.

  • 9 C’est l’exemple d’impropriété donné par Davidson (1986b, p. 435) dans « A Nice Derangement of Epita (...)

24Selon Davidson, le travail explicatif essentiel (c’est-à-dire expliquer comment la communication peut se réaliser) est accompli par la théorie de la signification construite pour le locuteur. La communication s’instaure lorsque la théorie de la signification que l’interprète attribue au locuteur correspond à la théorie de la signification adoptée par le locuteur. La charité est une heuristique nécessaire pour construire une telle théorie. L’interprète doit maximiser les vraies croyances du locuteur. Ainsi, en reprenant un exemple d’impropriété donné par Davidson, lorsque Ace dit : « Ace va monotoniser la conversation avec des mots d’esprit trop drôles pour être relevés »9, il commet une incorrection non pas parce qu’il ne parle pas sur le même ton que ses interlocuteurs, mais parce qu’il veut être compris selon l’énoncé-T : « Ace va monotoniser la conversation avec des mots d’esprit trop drôles pour être relevés » est vrai en Lace si et seulement si Ace monopolise la conversation avec des mots d’esprit trop drôles pour être relevés.

25Aussi longtemps que l’interprète construit lui aussi cet énoncé-T, la communication sera réussie, et l’erreur sera identifiée en faisant appel aux intentions de Ace. L’écart entre performance et intention n’est reconnaissable qu’en relation à l’énoncé-T qui précise le contenu de l’intention de Ace. C’est donc le principe de charité qui permet de comprendre ces impropriétés et autres incorrections de langage.

26Comme nous le savons tous, les impropriétés ne sont correctement interprétées qu’en faisant fond sur un arrière-plan d’accord massif sur les croyances et l’usage des mots entre le locuteur et l’interprète. Les explications de Davidson au sujet des cas exceptionnels cessent d’être convaincantes dès lors qu’elles sont entièrement généralisées. Si l’usage du langage de Ace dégénérait de l’impropriété occasionnelle en une salade de mots, on serait bien embarrassé pour reconnaître l’usage du langage. Il importe de noter que le principe de charité ne peut être employé pour éviter les pièges de communication que dans la mesure où ils sont relativement rares et qu’un très large accord se maintient entre locuteur et interprète. Davidson envisage cet accord comme le produit de la maximisation, par l’interprète, des croyances vraies du locuteur. Le recours à la charité, donc à l’accord entre locuteur et interprète, est limité aux croyances, faisant de l’usage des mots – la face linguistique des choses – une affaire de discours individuel. Selon Davidson, pour que le langage soit interprétable, la croyance doit être commune, mais pour que la communication se réalise, il n’est pas nécessaire que le langage soit partagé.

27La distinction entre croyances partagées et discours idiosyncrasique semble difficile à établir pour qui défend, comme Davidson, l’idée d’interdépendance de la signification et de la croyance. Comme je vais le montrer, cette distinction ne semble fonctionner que si on utilise une notion de langage extrêmement étroite. Je vais me servir d’un exemple un peu plus wittgensteinien pour développer cet argument. On peut dire, en suivant Davidson, que la compréhension exige de la théorie provisoire de l’interprète qu’elle corresponde à la théorie adoptée par le locuteur. Pour construire cette théorie provisoire, l’interprète doit maximiser les croyances vraies du locuteur ; en fait, il maximise l’accord sur les croyances entre eux deux. La communication réussie se traduit par une convergence de facto qui permet de coordonner les comportements et d’atteindre des fins, par exemple construire un abri, trouver de la nourriture ou s’amuser. Supposons que nos interlocuteurs sont engagés dans une conversation mathématique, consistant à compter le nombre de branches pour faire un feu en les assemblant en fagots de vingt. A dit : « un, deux, trois, quatre, … vingt. C’est fini [en français dans le texte]. » B dit : « one, two, three,… twenty. There’s another. » Pour se comprendre, chacun doit construire une théorie de la signification en utilisant la méthode d’interprétation. B note que A assemble vingt et une branches, en en ramassant deux pendant qu’il dit « vingt », tandis que B n’en assemble que vingt, en ramassant une seule branche à chaque fois qu’il prononce un chiffre. B dit à A qu’il (A) s’est trompé et tente éventuellement de retirer une branche de son fagot. A lui répond : « Une autre – pour la chance [en français dans le texte] », tout en retenant la branche.

28Pour se comprendre, selon Davidson, A et B ne doivent partager aucune norme linguistique ou convention. Les performances linguistiques d’un individu sont en français et celles de l’autre en anglais. Et pourtant, dans cette situation comme dans nombre de situations de communication réussie, ils partagent relativement, ce qui est le plus important, la technique consistant à compter des objets et à s’en tenir à des objets définis comme des branches pour faire du feu. Leur désaccord ou incompréhension, quel qu’il soit, n’a de sens qu’en regard de cet arrière-plan de pratiques et de techniques partagées. Si on éliminait ces pratiques partagées – on peut supposer que A ramasse les objets au hasard ou que B ramasse toujours la même branche en prononçant un chiffre nouveau à chaque fois –, pourrait-on persister à soutenir qu’ils peuvent se rendre mutuellement intelligibles l’un à l’autre aussi longtemps que la théorie provisoire de l’interprète est compatible avec la compétence provisoire, pour ainsi dire, du locuteur à un moment donné ?

Supposons que B interprète les mots de A « un, deux, … » de cette manière : « un, deux, , vingt branches » est vrai en LA si A compte des branches (en anglais dans le texte).

29Supposons que la signification visée dans son énoncé soit saisie dans l’énoncé-T suivant :

« un, deux, …, vingt branches » est vrai en LA si A compte les branches (en français dans le texte).

30La théorie provisoire de B est-elle bien celle adoptée par A ? En considérant ces phrases isolément et en admettant les façons normales de traduire, on pourrait dire qu’elles sont identiques. Mais si on les envisage dans le contexte des pratiques des deux partenaires, on serait tenté de nier qu’elles le sont. Ils utilisent les chiffres selon des techniques très différentes, leurs réactions sont dissemblables, leurs buts manifestes déconnectés. Lorsque le contexte et l’usage des mots sont ignorés, il n’existe plus de base solide pour l’interprétation. Les croyances partagées requièrent des pratiques et techniques partagées : ces pratiques et techniques sont, pour Wittgenstein, cruciales dans le jeu de langage et, de ce fait, représentent un aspect du langage. Pour communiquer, A et B doivent être d’accord de façon massive sur leurs croyances et partager des techniques de comptage et des préoccupations identiques pour le futur. Bref, ils doivent partager un jeu de langage.

31La tentative de Davidson d’isoler la partie linguistique du jeu de langage est contredite par sa propre méthodologie de l’interprétation, qui réclame bien plus que des réponses par « oui » ou par « non » à des questions posées : pour que l’interprétation soit tout simplement possible, locuteur et interprète doivent partager une large sphère de choses communes. De plus, ce n’est pas la convergence entre les énoncés-T conçus comme parties d’un objet abstrait qui explique l’efficacité du principe de charité en tant que contrainte méthodologique. C’est, au contraire, l’accord entre participants qui explique la communication réussie. Une fois admis le fait que l’accord entre nos jugements est la source de la compréhension réussie, on constate que la méthode d’interprétation est un détour inutile pour la compréhension. Celle-ci requiert un accord d’arrière-plan entre participants, pas la construction d’une théorie de la signification heuristiquement contrainte par le principe de charité. En parodiant Wittgenstein (PI, § 271), on peut dire que l’interprétation est une roue qui tourne à vide.

32Le principe de charité travestit le propre de la compréhension linguistique, en faisant croire que tout est interprétable alors que seul ce qui repose sur un accord massif des croyances, des techniques et des pratiques est susceptible d’interprétation. Davidson pourrait objecter que cette critique confond en fait la thèse logique à propos de ce qui est nécessaire pour la communication et l’affirmation empirico-psychologique posant que le locuteur et l’auditeur s’engagent dans des constructions réelles d’interprétations, que ce soit de façon consciente ou inconsciente. Or, Davidson a déjà dénoncé cette conception psychologiste de la théorie. Il semblerait donc que, pour lui, l’interprétation effective s’apparente à l’ajustement mutuel dans l’interaction linguistique entre locuteurs. Mais alors, le recours à l’interprétation explique moins la communication et la compréhension qu’il ne leur donne un autre nom. S’interpréter les uns les autres serait juste produire des énoncés appropriés, c’est-à-dire compréhensibles. Et pourtant l’interprétation était censée expliquer la compréhension, pas être un autre terme pour la qualifier. Cette ligne de défense retire à l’interprétation tout pouvoir explicatif. Ce faisant, elle accrédite l’accusation que je viens de porter contre l’interprétation. Celle-ci est bien une roue qui tourne à vide pour qui veut rendre compte de la nature de la compréhension linguistique. L’approche de Wittgenstein est la plus éclairante.

La thèse de la triangulation

33Davidson admet que la solution qu’il propose au paradoxe de l’interprétation, conçu comme une version du problème de l’induction, repose sur l’intelligibilité du fait que le locuteur continue à faire comme précédemment. De la même manière que les interprétations sont correctes lorsqu’elles correspondent aux intentions du locuteur, celui-ci continue à faire ce qu’il faisait lorsque ses actions (ses accomplissements) correspondent à ses intentions précédentes. Comme on l’a dit en examinant le premier de ces deux cas, c’est en fait le considérable accord d’arrière-plan entre locuteur et interprète qui permet, à la fois, l’interprétation dans les cas exceptionnels, et la transforme en roue qui tourne à vide dans l’essentiel des interactions linguistiques. La construction d’une théorie de la signification est un détour tout à fait inattendu dans l’explication de la communication réussie. Elle n’est pas une thèse psychologique, mais logique. L’idée que tout est interprétation, de ce qui est dit à ce qui est présupposé par ce qui est dit, est une illusion. Le principe de charité soutient cette illusion, et on découvre qu’il s’apparente à l’accord wittgensteinien, pas à l’interprétation davidsonnienne. Le jugement partagé et la croyance sont au fondement de la communication et de la compréhension (PI, § 241-242).

  • 10 Des défenseurs d’une version de la relation « Je-Nous » sont Wright (1980), Kripke (1982) et Bloor (...)
  • 11 Deux versions différentes de cette position ont récemment été proposées. La première est la thèse d (...)

34Mais tout cela n’apporte pas de solution définitive au problème de la similitude normative, tel qu’il est soulevé par le paradoxe de l’interprétation. Comme le dit Davidson (1994, p. 8), « J’ai simplement prétendu qu’une pratique commune n’est nullement nécessaire pour la communication si chaque locuteur continue à faire approximativement ce qu’il faisait auparavant. Je n’ai pas essayé de répondre à la question de savoir ce que signifie continuer à faire ce qu’on faisait auparavant. » Davidson essaie de répondre à cette question ; et comme celles de Dummett, Kripke et Wittgenstein, sa réponse « exige la référence à l’interaction sociale. Ce sur quoi je suis en désaccord avec eux est la manière dont cette exigence est satisfaite. » (Ibid.). En bref, il s’agit de savoir si la performance correcte exige une pratique partagée, soit la conformité des comportements, c’est-à-dire que chaque locuteur continue de faire comme les autres font ; ou si elle exige une reconnaissance réciproque de la rationalité, c’est-à-dire que « chaque individu perçoive les autres comme réagissant à un environnement commun de manière à peu près semblable à la sienne » (ibid.). Il faut donc choisir entre une relation de conformité entre membres d’une communauté10, une relation « Je-Nous », et une relation de reconnaissance entre deux individus11, une relation « Je-Tu ».

35Davidson (1992, p. 262-265 ; 1994, p. 8) nomme la thèse qu’il échafaude pour résoudre le problème de la continuité de l’action « la thèse de la triangulation ». Sur ce point, on trouverait une très intéressante convergence, de méthode et de substance, entre lui et Wittgenstein. Néanmoins, cette convergence reste prise dans des perspectives philosophiques fort éloignées. La première version de la thèse de la triangulation se présente ainsi :

Supposons que chaque fois que je désigne mon nez, vous disiez « nez ». Vous faites les choses correctement : vous avez continué comme auparavant. Pourquoi vos réactions verbales comptent-elles pour « identiques », c’est-à-dire pour similaires de façon pertinente ? Eh bien, c’est parce que je les tiens pour similaires de façon pertinente : je reconnais que le stimulus et la réponse sont identiques à chaque fois. Vous devez également, en un certain sens primaire, trouver que mes indications sont identiques : la preuve en est votre réponse identique […] par vous-même, vous ne pouvez pas établir la différence entre des situations qui semblent identiques et celles qui le sont vraiment […] Pourtant, si vous et moi pouvons chacun corréler les réponses de l’autre avec l’occurrence d’un stimulus partagé, un élément totalement nouveau est introduit. Une fois la corrélation établie, elle fournit à chacun de nous un moyen de distinguer entre faire les choses correctement et incorrectement. (Davidson, 1994, p. 8)

36C’est la corrélation des réponses au stimulus qui crée l’espace nécessaire pour individuer les genres de réponses, et donc distinguer les réponses identiques de celles qui diffèrent. Une chose existe indépendamment de la réponse du locuteur qui apparaît être identique pour le locuteur. La triangulation entre les stimulus et les réponses de deux individus est un fondement nécessaire pour constituer la similitude d’une catégorie ou d’une action, et donc permettre à la communication de s’instaurer. La communication requiert des réponses corrélées à des stimuli environnementaux communs. Il semble ainsi que les locuteurs n’ont pas besoin de partager des conventions linguistiques particulières, de telle sorte que Davidson peut maintenir le point de vue selon lequel la communication ne requiert aucun « langage » partagé.

37La communication reste ainsi, pour Davidson, une affaire d’interprétation réussie, et cette réussite est déterminée par la précision de la correspondance entre l’intention du locuteur et la construction de l’interprète. Mais le fait que le locuteur continue à faire ce qu’il faisait auparavant requiert « un moyen de distinguer entre faire les choses correctement et incorrectement, continuer à agir comme précédemment, ou dévier » (Davidson, 1994, p. 8). Pour saisir la différence, la présence d’une seconde personne, comme la nomme Davidson, est nécessaire. Il en conclut qu’il existe une dimension irrémédiablement sociale du langage ; cette dimension n’est cependant pas de nature à conforter la version communautaire de ce en quoi suivre une règle consiste, qui requiert, elle, des pratiques ou des normes linguistiques partagées. Mais, d’après Wittgenstein, ceci place la signification de la triangulation dans la mauvaise perspective philosophique, à savoir le cadre intellectualiste de la construction d’une interprétation à partir des énoncés d’autrui. Il conviendrait plutôt de comprendre sa signification en relation avec « une manière de saisir une règle qui ne soit pas une interprétation » (PI, § 201). Deux idées distinctes de la compréhension linguistique sont associées à ces deux conceptions de la socialité du langage.

  • 12 Tous les comptes rendus d’observation ne sont pas, bien entendu, des étalonnages. Ceux dont on se s (...)

38La triangulation vise à établir un lien entre l’usage des mots et les propriétés saillantes de l’environnement. Ce qui est tenu pour « saillant » est ici fonction de ce à quoi les locuteurs réagissent. L’importance de ce phénomène ne se trouve pas, pour Wittgenstein, dans le fait qu’il fournit des éléments de vérification des hypothèses interprétatives au sujet du comportement linguistique d’autrui, mais qu’il fait partie de façon déterminante de l’arrière-plan permettant d’imaginer les coups à jouer dans les jeux de langage. Ces coups requièrent des normes – ou des « étalons de mesure » (une des expressions préférées de Wittgenstein) – en regard desquelles ces coups sont possibles en tant que coups dans le jeu. Dans nos jeux de langage ordinaires, nos réactions communes à l’environnement et à l’apprentissage sont les étalons au moyen desquels la saillance est mesurée. Nos jugements de base à propos de ce qui est évident – comme ceux de Moore : « Ceci est une main », ou « Ceci est rouge » prononcé à propos d’une voiture de pompiers – constituent les normes d’après lesquelles les objets sont individués et la compréhension du jeu est évaluée. De tels jugements sont des jugements de similitude de base, qui portent sur le semblable et sur ce qu’est continuer à agir comme précédemment. De tels jugements se font à l’aveugle, c’est-à-dire qu’ils ne résultent pas de l’application d’une règle, d’un concept ou d’une hypothèse. Les jugements de base sont émis avec raison, mais sans justification, et tout ce que nous pouvons dire pour les défendre est que nous comprenons le français. Ces jugements ressemblent à des comptes rendus d’observation ordinaire. Mais il est préférable de les concevoir comme des étalonnages, et pas seulement comme des comptes rendus d’observation12. Ce sont des étalonnages, parce qu’ils sont partagés. C’est au moyen de ces critères d’identité que nous pouvons appréhender les coups joués dans un jeu et ce qui sollicite une interprétation.

39Ce qui oppose ici Wittgenstein et Davidson est la question de la nature de l’explication. Pour Davidson, les jugements de similitude s’élaborent dans l’interprétation. Ce ne sont que des comptes rendus d’observation, qui doivent être expliqués en termes de relations causales aux objets du monde et à leurs connexions systématiques à d’autres expressions telles qu’elles se construisent dans l’interprétation. Les contraintes méthodologiques qui pèsent sur l’interprétation expliquent l’apparente « évidence » de ces jugements. L’interprète rend les comptes rendus du locuteur compatibles avec ce qu’il comprend et tient pour vrai. Wittgenstein, de son côté, soutient que de tels jugements jouent, dans nos jeux, un rôle qui est très différent de celui d’un simple compte rendu d’observation. C’est le rôle qu’ils jouent en tant que critère pour agir de façon similaire qui explique ce qui rend possibles nos jeux élaborés de justification, d’interprétation et de connaissance. Ce rôle est manifeste en situation d’apprentissage. Instruire un novice ne consiste pas à lui faire acquérir un savoir propositionnel mais des techniques pour juger de la similitude. Ces conceptions divergentes du travail d’explication qui doit être accompli par l’interprétation méthodologique d’un côté, par la situation d’apprentissage de l’autre, ont des conséquences importantes relativement à la définition de la dimension sociale du langage.

40La meilleure façon d’expliciter ce point est d’évoquer l’analyse de Wittgenstein à propos du mètre étalon (PI, § 50). Le mètre étalon fixe une norme de mesure précisément parce que c’est à cela qu’il sert. Qu’il puisse servir à cette fin est une fonction de la rigidité de la barre de métal elle-même. Bien que rien dans le rôle qu’elle joue ne soit représentationnel ou normatif de façon intrinsèque, n’importe quelle chose qui serait utilisée à cette même fin devrait posséder les propriétés matérielles appropriées pour jouer un tel rôle. Nos étalons doivent être rigides pour qu’ils puissent servir à mesurer d’autres objets. Le bois ou le métal qu’on emploie pour construire un étalon n’exige pas d’être utilisé à cet effet, et ces matériaux, par eux-mêmes, ne mesurent rien, même s’ils sont parfaitement appropriés à cet usage. On peut envisager les jugements de similitude de base par analogie avec la tige d’un mètre ou les étalons. De pareils jugements deviennent des normes au moyen desquelles des objets ou des propriétés sont « mesurés » et à partir desquelles des coups peuvent être joués dans un jeu. De la même manière qu’un étalon ordinaire doit être rigide pour remplir son office en mesurant des objets, nos jugements de similitude doivent être rigides pour remplir leur rôle en mesurant la compréhension et en nous permettant de nous engager dans des jeux plus élaborés où les choses sont loin d’être évidentes. Le « matériau » nécessaire à l’élaboration de tels jugements-étalons est constitué de nos réactions naturelles partagées, qui incluent nos sensibilités perceptives à certaines saillances physiques dans le monde. Ce « comportement commun à l’humanité » (PI, § 206) est le matériau à défaut duquel les jugements de base ne pourraient être échafaudés. L’entraînement est le procédé au moyen duquel ce comportement commun, c’est-à-dire nos réactions différentielles aux aspects de l’environnement, est exploité afin d’inculquer des jugements de similitude. L’apprentissage de ces réactions est une affaire d’étalonnage. C’est dans la situation d’apprentissage que cette caractéristique essentielle de l’arrière-plan se diffuse à nos coups linguistiques. Deux genres de réactions naturelles sont impliqués : nos sensibilités perceptuelles innées et nos réactions comportementales à certains stimuli ; notre réaction commune à l’inculcation. Toutes deux sont des conditions nécessaires pour devenir des participants aux jeux de langage.

  • 13 Tel est le cœur de l’argument du scarabée-dans-la-boîte de Wittgenstein dans les PI, § 293. Les rég (...)
  • 14 Il existe différentes versions du point de vue de la communauté : sémantique, épistémique et consti (...)

41Pour Wittgenstein, l’individuation du stimulus et de la réponse (donc de ce qui compte pour la même chose ou pas) est (en partie) fonction de nos réactions partagées aux stimuli de l’environnement et de notre réponse partagée à l’inculcation. Dans la mesure où « le même » et « le différent » ne peuvent avoir de force conceptuelle sans une corrélation dans les réponses, des réactions partagées sont nécessaires. De même que la longueur « un pied » serait une notion incohérente si l’étalon en bois était susceptible de se rétrécir ou de s’allonger de manière variable, « précédemment » serait incohérent si nos réactions dans une même situation stimulus différaient de façon variable et non systématique13. La rigidité de nos réactions naturelles et le fait qu’elles sont partagées sont tous deux nécessaires pour qu’une réponse puisse être considérée comme « continuer à agir comme précédemment ». Telle est l’intuition que le point de vue de la communauté au sujet de ce en quoi suivre une règle consiste tente d’exprimer14. Ce qui est crucial pour n’importe quelle version du point de vue de la communauté est l’affirmation que la conformité de comportement est indispensable pour qu’il soit possible de concevoir une différence normative entre correction et incorrection. L’étalonnage requiert une conformité de ce genre.

42La thèse de la triangulation établit que la conformité et la corrélation du comportement représentent une exigence logique pour les pratiques normatives, pas une propriété accidentelle des pratiques humaines. Ce faisant, elle ne renvoie pas la justesse d’un jugement à une simple conformité comportementale, pas plus que la reconnaissance de l’importance de la rigidité d’une barre de métal ne transforme l’étalon en mesure frauduleuse, ne nous livrant qu’un ersatz de longueur. Le problème fondamental de la similitude normative réclame des réactions partagées, tout comme l’interprétation requiert un accord massif des croyances et des techniques. La dimension sociale qui fixe les conditions de la similitude se définit ainsi : une déviance individuelle constitue une « erreur » de la même manière qu’un étalon qui se rétrécit et s’allonge ne peut être utilisé pour mesurer. Voilà ce qu’est la relation de conformité entre praticiens, dont l’élément déterminant est la conduite commune, pas la reconnaissance mutuelle.

  • 15 Cf. Davidson (1986a, p. 315) : « Si nous voulons éclairer la nature de la signification et de la cr (...)
  • 16 Lorsqu’il pare à l’objection selon laquelle une explication de la « règle » en termes de « régulari (...)

43Un aspect important de l’examen que Wittgenstein consacre aux fondements de nos jugements de similitude est l’utilisation qu’il fait de la situation d’apprentissage, qu’il tient pour exemplaire de la manifestation du croisement des caractéristiques causales et normatives au sein des jeux de langage. La solution au problème de la similitude normative consiste à montrer comment le novice devient un participant à un jeu de langage. La situation d’apprentissage tient, chez Wittgenstein, la place que tient la situation d’interprétation radicale chez Davidson. Ces deux situations sont présentées comme des expériences de pensée fondamentales ou des circonstances dans lesquelles le langage se dévoile le plus clairement. Davidson tient pour paradigmatique la situation dans laquelle nous devons interpréter, alors que, pour Wittgenstein, c’est celle qui met l’accent sur ce qui nous est évident. La situation d’interprétation radicale nous confronte à une situation dans laquelle l’interprétabilité des bruits émis par le locuteur – et donc l’attribution de la signification et de la croyance au locuteur ne – présuppose pas que les bruits sont significatifs ou que le locuteur a des croyances15. C’est également le cas avec la situation d’apprentissage16. Mais il existe une importante différence entre ces deux situations.

44Le mythe de l’interprétation radicale est construit pour défendre une thèse réductionniste, à savoir que nous nous trouvons tous dans cette situation à la fois en tant qu’interprètes et en tant qu’objets d’interprétation. L’interprétabilité mutuelle de nos bruits est au fondement de notre statut d’utilisateurs du langage. L’asymétrie de la situation d’apprentissage ne conduit nullement, quant à elle, à cette thèse réductionniste. Les jugements de similitude normative ne peuvent pas se réduire à des généralisations causales au sujet de nos réactions ou de notre sensibilité communes à l’environnement physique. Des généralisations causales de ce genre conçoivent les jugements comme des répétitions mécaniques de stimulus-réponse. La présence d’une table induit la formulation du terme « table ». Mais cette répétition, même si elle est collective, ne constitue pas un jugement de similitude : ce n’est pas le jugement selon lequel ceci est une table. Ceci est obscurci par le fait que, dans sa première formulation de la thèse de la triangulation, Davidson met en scène deux locuteurs compétents, dont les énoncés expriment déjà des jugements.

45La structure maître-élève propre à la situation d’apprentissage met en contact l’insertion causale du novice dans la structure normative d’une pratique courante. Après son premier article « Theories of Meaning and Learnable Language » (1984), l’apprentissage de la langue n’a plus joué aucun rôle dans la pensée de Davidson. Il est donc d’autant plus frappant de constater que la seconde formulation de la thèse de la triangulation repose sur une situation d’inculcation : l’apprentissage de sa langue maternelle par l’enfant.

Notre tableau est composé de […] trois structures de similitude. L’enfant trouve les tables identiques ; nous trouvons les tables identiques ; et nous trouvons identiques les réponses de l’enfant à la présence de tables. Il y a, à présent, du sens à dire que les réponses de l’enfant sont des réponses aux tables. Étant donné les trois structures de réponse, nous pouvons localiser les stimuli qui produisent les réponses de l’enfant. Les stimuli pertinents sont les objets ou les événements que nous trouvons naturellement identiques (des tables) et sont corrélés avec les réponses de l’enfant que nous trouvons identiques. C’est une forme de triangulation : une ligne va de l’enfant en direction de la table ; une autre de nous vers la table ; et la troisième de nous vers l’enfant. C’est à l’endroit où les lignes de l’enfant vers la table et vers nous convergent que se trouve « le » stimulus. (Davidson, 1992, p. 263)

  • 17 En envisageant les concepts comme des jugements plutôt que comme des régularités causales, je postu (...)

46Bien que Davidson admette que la situation d’apprentissage est pertinente, il ne perçoit pas tous les enseignements qu’il pourrait en tirer. Ce passage contient en effet une ambiguïté qui occulte la relation asymétrique entre l’enfant et l’adulte. Davidson envisage les structures de similitude de l’enfant et de l’adulte uniquement comme des structures causales, et pas en tant qu’elles sont normativement contraintes. Le fait de trouver les tables identiques est, pour l’enfant, une affaire de réaction naturelle, et de comportement, à l’égard de certains objets de taille moyenne. Il n’est pas question ici de reconnaître que les tables sont identiques, d’être dans un état cognitif supposant déjà l’usage de concepts et, par conséquent, des jugements de similitude posant que tel objet appartient à telle classe. L’adulte, pour sa part, reconnaît que l’objet est une table, mobilisant alors le concept de table17.

47Dans les réponses de l’enfant et de l’adulte, la similitude comprend des comportements tels que contourner une table et placer ou enlever des objets sur sa surface. Mais plus fondamentalement (et c’est ce que Davidson a à l’esprit avec ses structures de réponse), l’enfant et nous prononçons le mot « table » en présence de tables. La vocalisation de l’enfant a une similitude claire avec nos propres jugements sur le fait que ceci est une table. Tous deux impliquent l’usage du terme « table ». Ces structures de similitude convergent sur « le » stimulus uniquement si la réponse de l’adulte est tenue pour la norme fixant ce qu’est le stimulus dans la situation de stimulation, si on tient compte de l’usage que Davidson fait de guillemets pour le mettre en évidence. La réponse de l’adulte est plus qu’un énoncé causalement provoqué. Elle traduit la capacité à incorporer cet énoncé dans un réseau de connexions inférentielles avec d’autres phrases et actions. C’est cette connectivité inférentielle qui transforme les énoncés de l’adulte en jugement d’observation (ou en instruction contenue dans une norme) plutôt qu’en réaction conditionnée. Et c’est précisément de cette capacité que l’enfant manque.

48Dans la situation d’apprentissage, la réponse de l’enfant est assimilée à celle de l’adulte parce qu’elle y est traitée comme un jugement d’observation. C’est ce que Wittgenstein appelle s’orienter vers autrui en tant que détenteur d’un esprit (PI, Part II IV). Adopter cette posture vis-à-vis de l’enfant introduit la forme de socialité privilégiée par l’approche interprétationniste. C’est une version de la relation « Je-Tu », distincte de celle de conformité propre à l’étalonnage. Une attitude de reconnaissance ne se produit que de l’intérieur d’une pratique puisqu’elle consiste, pour les participants, à admettre qu’ils sont contraints par des normes et tenus pour responsables de leur application. L’identification « du » stimulus implique un jugement de similitude respectant la classification des objets. Si l’une des deux parties du couple éducatif n’était pas déjà située dans l’univers des normes, il serait impossible d’identifier cette cause commune de la réponse à l’intérieur de la triangulation. Comme Davidson et Wittgenstein en conviendraient probablement, le référent de l’énoncé « Table ! » est fixé par les relations inférentielles que l’expression entretient avec d’autres phrases et actions. Dans la situation d’apprentissage, la structure ordinaire du jeu de langage se scinde en deux, en produisant une division normative du travail. L’enfant produit le « jugement », c’est-à-dire prononce certaines expressions, et l’adulte fournit l’arrière-plan cognitif à partir duquel l’énoncé est un jugement et pas simplement une vocalisation. C’est à ce point que la reconnaissance par autrui est déterminante pour la compréhension linguistique. Mais à la différence de la reconnaissance mutuelle exigée par l’interprétation, la situation d’apprentissage requiert de l’adulte qu’il reconnaisse unilatéralement l’enfant en tant qu’acteur.

49Dans le développement de sa thèse de la triangulation qui a suivi la prise en compte de la situation d’apprentissage primitive, Davidson ne distingue pas ces deux aspects de la relation maître-élève. La reconnaissance projetée par le maître sur l’élève présuppose, comme l’interprétabilité mutuelle, une structure normative ; mais, à la différence de l’interprétabilité mutuelle, elle le fait de manière asymétrique. Nos jugements de base au sujet de ce qui est évident, qui requièrent fondamentalement une conformité de conduite, sont indispensables pour continuer à agir comme précédemment. Les jugements de similitude de base nécessitent, comme le note Davidson, une corrélation de réponses qui localise un certain stimulus. C’est le recours à nos réactions naturelles à l’environnement et à l’inculcation qui garantit que ces jugements fonctionnent comme des normes de compréhension. L’erreur de Davidson consiste à penser que, puisque la triangulation est nécessaire pour l’interprétation, elle implique uniquement une relation de reconnaissance mutuelle. Mais, comme on l’a vu, la différence entre continuer à agir comme précédemment et penser que quelqu’un continue à agir comme précédemment exige la corrélation des réponses à un stimulus commun, ce qui inclut, de façon cruciale, l’usage de la même expression linguistique « table ». Ne pas réussir à répondre de façon similaire signale soit une déviance soit un effondrement du jeu de langage. Ceci est une relation « Je-Nous ».

50Le fait que Davidson et Wittgenstein recourent tous deux à cette relation « Je-Nous » pour apporter une solution au problème de la similitude normative est masqué par le fait que Davidson entend se servir de la triangulation pour défendre sa conception selon laquelle tout est interprétation. Ce qui, comme nous le savons maintenant, ne peut pas réussir. C’est l’accord qui explique l’interprétation réussie, et l’accord interdit que tout soit interprétation. L’accord de nos jugements exige l’étalonnage partagé sous la forme de jugements de base sur ce qui est évident. La structure maître-élève propre à la situation d’apprentissage recouvre les deux dimensions de la socialité. La justesse dans l’étalonnage des jugements se confond avec la conformité des conduites, et ce qui permet (en partie) de transformer des énoncés causalement provoqués en jugements d’observation est une attitude de reconnaissance.

Remarques finales

51En conclusion, les différences entre Davidson et Wittgenstein pourraient sembler n’être que des différences de focalisation, mais des différences de ce type peuvent parfois s’additionner jusqu’à devenir de réelles différences d’orientation théorique. C’est un peu ce qui arrive ici. Je pense que là où nos deux auteurs divergent, il est préférable de suivre Wittgenstein. En particulier, l’insistance que met Davidson à affirmer que le langage ne peut pas être quelque chose de stable et de partagé par les participants est inacceptable. Cette affirmation est la conséquence de sa conception interprétationniste forte du langage, et de sa thèse selon laquelle tout est interprétation. Mais, comme on l’a montré, cette conception tombe sous le coup du paradoxe de l’interprétation formulé par Wittgenstein. Davidson fait porter un poids énorme à la charité et à la triangulation. Pourtant, lorsqu’elles doivent remplir la mission qui leur est impartie, la charité prend les allures de l’accord des jugements à la Wittgenstein, et la triangulation, celles de l’étalonnage des jugements de similitude, qui est l’unique moyen grâce auquel nous pouvons participer à un jeu de langage.

Bibliographie

Bilgrami Akeel (1992), Meaning and Belief, Oxford, Basil Blackwell.

Bloor David (1997), Wittgenstein, Rules and Institutions, Londres, Routledge.

Brandom Robert (1994), Making It Explicit, Cambridge (MA), Harvard University Press.

Davidson Donald (1984), « Theories of Meaning and Learnable Language », in Id., Inquiries into Truth and Interpretation, Oxford, Clarendon Press, p. 3-15.

Davidson Donald (1986a), « A Coherence Theory of Truth and Knowledge », in E. Lepore (ed.), Truth and Interpretation. Perspectives on the Philosophy of Donald Davidson, Oxford, Blackwell, p. 307-319.

Davidson Donald (1986b), « A Nice Derangement of Epitaphs », in E. Lepore (ed.), Truth and Interpretation. Perspectives on the Philosophy of Donald Davidson, Oxford, Blackwell, p. 434-446.

Davidson Donald (1992), « The Second Person », in P. A. French, T. E. Uehling & H. K. Wettstein (eds), The Wittgenstein Legacy, Notre Dame, University of Notre Dame Press, p. 255-267 (« Midwest Studies in Philosophy », 17).

Davidson Donald (1994), « The Social Aspect of Language », in B. McGuinness & G. Oliveri (eds), The Philosophy of Michael Dummett, La Haye, Kluwer, p. 1-9.

Kripke Saul A. (1982), Wittgenstein on Rules and Private Language, Cambridge (MA), Harvard University Press.

Schulte Joachim (2002), « Le lit de la rivière et les gonds », in J. Bouveresse, S. Laugier & J. J. Rosat (eds), Wittgenstein, dernières pensées, Marseille, Agone, p. 91-112.

Williams Meredith (1999a), « Rules, Community and the Individual », in Id., Wittgenstein, Mind and Meaning, Londres, Routledge.

Davidson Donald (1999b), « Wittgenstein e il problema della normatività », Studi perugini, 7, p. 11-36.

Wittgenstein Ludwig (1953), Philosophical Investigations, Oxford, Blackwell (PI).

Wittgenstein Ludwig (1987), De la certitude, édité par G. E. M. Anscombe & G. H. von Wright, Paris, Gallimard.

Wright Crispin (1981), « Rule-Following, Objectivity and the Theory of Meaning », in S. Holtzman & C. Leich (eds), Wittgenstein : To Follow a Rule, Londres, Routledge & Kegan Paul, p. 99-117.

Notes

1 Cette différence a conduit Robert Brandom (1994, ch. 1.v et ch. 8.vi) à nommer la première une relation « Je-Nous », et la seconde une relation « Je-Tu ». J’utiliserai la terminologie de Brandom plus loin. Cette manière de voir les choses est confortée par l’insistance mise par Davidson à considérer qu’une « Seconde Personne » est nécessaire pour résoudre le problème posé par sa thèse de la triangulation (Davidson, 1992). Cette thèse semble défendre une conception de la socialité en « Je-Tu ».mais je montrerai qu’une telle lecture est erronée.

2 Ce problème se pose pour chacune des réflexions majeures de la première partie des Recherches philosophiques : la catégorisation des objets et des propriétés, les considérations sur ce en quoi suivre une règle consiste, et l’individuation des états mentaux.

3 Il faut noter que Wittgenstein ne limite pas ce souci aux phrases d’observation. Il s’intéresse également à cette intersection du causal et du normatif dans le cas des phrases mathématiques et des phrases introspectives.

4 Il est difficile, cependant, d’accepter la réfutation de Davidson telle quelle. À tout le moins, elle ne peut pas être uniquement conçue comme une description d’une habileté abstraite sans jamais prendre en considération la psychologie de la compréhension. Crispin Wright (1981, p. 111) exprime ce point de la manière suivante : « Si le but du théoricien était simplement de formuler une théorie qu’il suffirait de connaître pour disposer d’une compétence dans le langage-objet, il n’y aurait sans doute pas lieu de tenir compte des exigences de Davidson (c’est-à-dire que la théorie soit axiomatisable et que le mode de dérivation de chaque théorème exprimant une signification reflète la structure de la phrase correspondante) ; il n’y aurait pas de raison non plus qu’elle ne serve son projet d’axiomatiser de façon plus simple, même de façon non finie, la partie descriptive d’une théorie remplissant ces exigences. »

5 Ceci est confirmé par un examen d’un des premiers articles de Davidson : « Theories of Meaning and Learnable Language » (1984). Dans ce texte, il soutient que la compositionnalité est nécessaire pour qu’un langage quelconque puisse être appris. Mais lorsque l’on considère son argument de plus près, il devient clair, étant donné sa conception holiste du langage, que la compositionnalité n’a rien à voir avec l’apprentissage d’une langue. Au contraire, la compositionnalité est requise pour la systématicité et la productivité infinie du langage. Comme il l’indique lui-même dans cet article : « pour autant que nous prenons le caractère “organique” du langage au sérieux, on ne peut décrire de façon adéquate les premiers moments de son appropriation en tant que partie apprise du langage ; ils renvoient, au contraire, à un apprentissage de son caractère partiel. » (p. 7). Il n’est donc pas surprenant de noter qu’il renonce à l’argument selon lequel le langage peut être appris. On peut toutefois constater que Davidson retrouve un intérêt nouveau pour la situation d’apprentissage dans un contexte tout différent.

6 Pour le dire rapidement, je tiens l’argument du paradoxe de l’interprétation pour une reductio ad absurdum visant les théories philosophiques admettant que l’interprétation détermine la signification. L’objection qu’on peut faire à ces théories est qu’un certain nombre de théories de la signification peuvent être bricolées pour s’adapter aux énoncés formulés par un locuteur. Cet argument du bricolage se différencie de ceux de la régression d’après lesquels l’explanans reproduit le phénomène même qui doit être expliqué dans l’explanandum. Pour une discussion complète de cet argument, cf. Williams (1999a).

7 Davidson (1992, p. 259) note, à propos de cet argument, que « la position que je viens d’esquisser ne traite que de l’interprétation : elle présuppose un environnement social plutôt qu’elle n’offre un argument en sa faveur ». La menace de circularité qui me préoccupe n’est pas celle-là, à savoir que l’interprétation requiert un locuteur et un interprète, mais un cercle explicatif d’une sorte différente. À savoir, l’interprétation correcte est évaluée à partir de l’intention du locuteur, et pourtant l’intention du locuteur est fonction de l’interprétation.

8 C’est le compte rendu que Bilgrami (1992) reprend et développe dans sa défense de l’approche davidsonienne du langage.

9 C’est l’exemple d’impropriété donné par Davidson (1986b, p. 435) dans « A Nice Derangement of Epitaphs ».

10 Des défenseurs d’une version de la relation « Je-Nous » sont Wright (1980), Kripke (1982) et Bloor (1997).

11 Deux versions différentes de cette position ont récemment été proposées. La première est la thèse de la triangulation de Davidson (1992, 1994) examinée ici ; la seconde, développée par Brandom (1994) met l’accent sur les rôles complémentaires de l’attribution et de l’engagement.

12 Tous les comptes rendus d’observation ne sont pas, bien entendu, des étalonnages. Ceux dont on se sert dans une initiation fonctionnent comme les normes d’un jeu de langage. Par ailleurs, d’autres genres de comptes rendus, comme « 2+2 = 4 », sont également des étalonnages.

13 Tel est le cœur de l’argument du scarabée-dans-la-boîte de Wittgenstein dans les PI, § 293. Les régularités naturelles sont également indispensables (cf. PI, § 80,270 et II. XII).

14 Il existe différentes versions du point de vue de la communauté : sémantique, épistémique et constitutif. La version sémantique identifie la signification d’une expression ou d’un jugement avec ce que la majorité des membres de la communauté admettrait ; la version épistémique tient que ce que la majorité admettrait justifie la correction du jugement ; et, enfin, la version constitutive pose que la distinction entre le correct et l’incorrect est constituée par la conformité et la déviance par rapport à la régularité communautaire. Les critiques du point de vue de la communauté prennent souvent pour cible la moins plausible de ces versions : la sémantique, que presque personne ne défend. Ma propre position est une version modifiée du point de vue constitutif. La correction ou l’incorrection des jugements de base (ce que j’appelle des « étalonnages » dans cet article) est constituée par la conformité (ou la déviance) dans la manière dont nous autres, êtres humains, réagissons à l’initiation. Ces jugements sont, comme Wittgenstein l’écrit dans De la certitude (§ 124), « des jugements à propos des principes de jugement ». Pour une discussion plus complète de ces différences, cf. Williams (1999b).

15 Cf. Davidson (1986a, p. 315) : « Si nous voulons éclairer la nature de la signification et de la croyance […], nous devons partir d’une position qui n’implique ni l’une ni l’autre. »

16 Lorsqu’il pare à l’objection selon laquelle une explication de la « règle » en termes de « régularité » est circulaire, Wittgenstein se sert de la situation d’apprentissage pour expliquer les mots « régulier » et « le même » : « J’apprendrai [à la personne qui ne possède pas encore les concepts] à employer les mots au moyen d’exemples et d’exercices […] Imaginez que vous assistiez à un tel enseignement. Aucun mot ne s’y expliquerait par lui-même, il ne serait fait aucun cercle logique. » (PI, § 208). L’explication consiste à montrer, et donc à éviter la circularité d’une explication de la « régularité » en termes de « règles ».

17 En envisageant les concepts comme des jugements plutôt que comme des régularités causales, je postule que les concepts sont inférentiellement articulés. Posséder un concept, c’est savoir produire une certaine gamme de jugements. Ce n’est pas (bien que cela puisse être nécessaire) avoir la capacité de donner une réponse différentielle à des stimuli de l’environnement.

Notes de fin

1 Traduction de « Wittgenstein and Davidson on the Sociality of Language », Journal for the Theory of Social Behaviour, 30 (3), 2000, p. 299-318.

2 [NdT. : Nous traduisons par « niveau de base » l’expression « at bedrock level » utilisée par M. Williams. De la même manière, nous traduisons, plus loin dans l’article, « bedrock judgment » par « jugement de base » et « bedrock judgment of similarity » par « jugement de similitude de base ». Le terme « bedrock » (le « fond rocheux ») a un usage particulier : il est employé par Wittgenstein pour qualifier ce dont nous avons la certitude absolue mais que nous ne pouvons pas justifier (Recherches philosophiques, § 217). Pour un aperçu des discussions que ce terme soulève, cf. Schulte (2002).]

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search