Version classiqueVersion mobile

La régularité

 | 
Christiane Chauviré
, 
Albert Ogien

Dispositions et explication

Les dispositions comme éventualités

Une conception sociologique de l’anticipation

Dispositions as Eventualities

Albert Ogien

Résumé

La sociologie envisage, généralement, les dispositions comme des entités réelles. Cet article appréhende les dispositions comme des éléments de la connaissance ordinaire qui jouent un rôle dans le raisonnement pratique. Il s’attache à décrire ce rôle en examinant l’activité d’anticipation engagée lorsqu'on se réfère à une disposition. L’analyse de cette activité établit qu’elle est immédiatement et simultanément une objectivation (de ce qui se passe), une prédiction (au sujet de ce qui risque d’arriver lorsqu'une disposition est attribuée à un objet ou un individu) et une prise en compte des réactions qu'il est raisonnable d’attendre de la probable actualisation de ce à quoi renvoie la disposition attribuée (et cela avant même que la justesse de cette prédiction ordinaire ait été éprouvée). Dans cette conception sociologique, l’anticipation assure une part de la régularité des conduites parce qu’elle donne une traduction pratique à un ensemble de présuppositions dont les individus admettent a priori qu’elles sont partagées par autrui.

Texte intégral

  • 1 Pour reprendre le terme utilisé par Emmanuel Bourdieu (1998, p. 9) dans sa critique de ce qu’il nom (...)

1Certaines explications des régularités de comportements proposées par les sciences sociales admettent l’existence d’un genre spécial d’entité : les dispositions. Ces entités, qui peuvent être de nature morale, psychologique, cognitive ou sociale (vertus, croyances, désirs, habitudes, normes, préférences, valeurs, habitus, traits de personnalité, éléments de structure psychique, etc.) sont généralement conçues comme des attributs des individus. Ces attributs peuvent être hérités – comme une faculté – ou s’acquérir dans un processus d’inculcation – par imprégnation, apprentissage ou engrammation. Mais, qu’ils soient hérités ou acquis, ils sont supposés déterminer, de façon plus ou moins massive, l’allure des conduites individuelles. Dans cette conception, les dispositions renvoient à un contenu substantiel particulier auquel est conférée une efficacité causale1.

2Les critiques ont eu beau jeu de moquer la naïveté, la circularité et le caractère tautologique de l’explication par les dispositions. Rendre compte de la dissolution du sucre dans l’eau en arguant de sa disposition à se dissoudre, ou du comportement jaloux en invoquant une disposition à la jalousie, ou de la fréquentation des musées par une disposition à aimer l’art ne semble pas, il est vrai, correspondre à ce qu’une explication en bonne et due forme devrait être (R. Ogien, 2001).

  • 2 Ryle (1970), Chauviré (1989), Dreyfus (1991), Quéré (1999), Dokic & Engel (2001).
  • 3 On gagnerait, je crois, à ne pas confondre la thèse du réalisme des dispositions, telle qu’elle est (...)

3Pour autant, la notion de disposition n’a pas disparu du langage de description de l’action des sciences sociales. Une raison de cette persistance tient sans doute à la vocation de ces disciplines : essayer de découvrir le phénomène qui assure la régularité manifeste des conduites humaines. Cette vocation s’accomplit de manières différentes. Le positiviste tente d’apporter les preuves empiriques de l’existence d’un tel phénomène en construisant un dispositif de mesure auquel il soumet ces régularités observées ; les données ainsi produites lui permettent d’assigner aux dispositions un rôle : celui de facteur déclenchant des réactions appropriées sitôt qu’un certain état de l’environnement le requiert (fuir, manger, désirer, se mettre en colère, se taire, être jaloux, etc.) et que certaines conditions initiales sont remplies (relatives à une certaine situation). Les tenants de démarches qualitatives, qu’elles s’inspirent de la sociologie compréhensive, du pragmatisme ou de la phénoménologie envisagent, quant à eux, les régularités de conduites comme le produit de l’acquisition ou de l’incorporation d’un savoir-faire2, ou comme la mise en œuvre de connaissances ou de croyances, dont on suppose qu’elles fixent des formes de jugement guidant l’action (Engel, 1984). Il semble ainsi que, dans leurs tentatives d’explication de l’action, les sciences sociales peinent à se dégager d’une vision substantialiste (qu’elle soit étayée par des analyses déterministes, statistiques ou téléologiques) de la thèse du réalisme des dispositions3.

4D’une certaine manière, Quine (1975) a fait pièce de cette vision. Dans « Mind and Verbal Dispositions », il rappelle que nous sommes accoutumés à rendre compte de l’action humaine en recourant à trois niveaux d’explication : le mental, le comportemental et le physiologique. Pour lui, seul le dernier de ces niveaux est apte à produire une véritable explication et la question de savoir si les dispositions – qu’il conçoit uniquement sous les espèces de l’état mental – sont des entités réelles ne sera tranchée que lorsque la science nous fournira une description satisfaisante des mécanismes cérébraux nous apprenant enfin ce qui cause vraiment nos conduites. Mais, tant que ce jour ne sera pas arrivé – et Quine ne doute pas un instant qu’il arrivera –, il nous faut admettre que les termes dispositionnels sont le seul vocabulaire que nous possédions pour parler des forces et des mobiles qui nous font agir. Et ce vocabulaire suffit tout à fait à nos besoins de description et de justification ordinaires.

Pour moi, une disposition n’est qu’un trait physique, une configuration ou un mécanisme […] Ce qui en fait une disposition n’est pas un élément significatif propre, mais seulement la manière dont nous le spécifions. La façon dispositionnelle de spécifier les états physiques et les traits est en fait la façon de le faire, sauf si on considère les niveaux élevés de théorisation scientifique […] En attendant d’avoir une explication physiologique recevable de l’activité linguistique en termes physiologiques, le niveau qu’il faut considérer est le niveau intermédiaire : celui des dispositions au comportement manifeste. Sa vertu n’est pas de nous offrir des explications causales, mais d’être moins susceptible que le niveau mentaliste d’engendrer l’illusion d’être plus explicatif qu’il ne l’est vraiment. (Quine, 1975, p. 92-93)

  • 4 Sur cette question, cf. Laugier ici même, p. 49-75.
  • 5 Cette idée était déjà celle de Wittgenstein, pour qui les énoncés dispositionnels ne nous informent (...)

5Sans se prononcer sur les espérances naturalistes de Quine4, on peut partager son constat : les termes dispositionnels sont, pour un certain temps encore, ceux dont nous nous servons pour parler de nos manières et de nos raisons d’agir5. Deux propositions peuvent se déduire de ce constat : 1) nous savons attribuer une cause à nos conduites et à celles d’autrui en invoquant l’existence et l’opération de dispositions, 2) nous savons approximativement ce que les termes dispositionnels nomment avant même d’avoir fait l’expérience concrète de toutes les manifestations auxquelles ils pourraient s’appliquer.

  • 6 Sur cette distinction, cf. Mellor (2000).

6Ces deux propositions, si on les prend au sérieux, ouvrent une perspective nouvelle. En effet, l’analyse des dispositions se mène aujourd’hui dans deux directions : l’une s’occupe d’ontologie et s’efforce de trouver le moyen d’attribuer, de façon crédible, un pouvoir causal aux dispositions ; l’autre s’occupe de sémantique et s’intéresse à la logique gouvernant la construction des énoncés dispositionnels6. Une troisième voie se dessine à partir des propositions tirées de la thèse défendue par Quine : envisager les dispositions comme des éléments de la connaissance ordinaire. C’est cette troisième voie, qui prend résolument le parti du sens commun, que l’on voudrait explorer ici, en essayant de saisir la place que tient la référence que les individus font à ce qu’ils conçoivent comme des dispositions dans l’ordre courant des échanges sociaux.

  • 7 Question traitée par Merchiers (2000).
  • 8 Cf. l’excellent article de Clémentz (1997).

7Ainsi, au lieu d’envisager les dispositions comme problème ontologique7 (quel est leur mode d’existence ?), comme problème épistémologique8 (comment sont-elles appréhendées ?) ou comme problème sémantique (comment figurent-elles dans les énoncés ?), cet article entend les considérer sous l’angle d’un problème méthodologique : quel statut faut-il accorder aux dispositions dans l’analyse de l’action lorsqu’on les tient pour des éléments de la connaissance ordinaire ? Pour préciser l’intérêt de cette question pour le travail sociologique, il faut dire un mot de l’enjeu qu’elle recouvre.

Une conception réflexive de la disposition

  • 9 Pour Harré (1997, p. 19), la forme logique de la disposition s’exprime ainsi : « si X est (venait à (...)

8La notion de disposition présente deux dimensions : la première – dont on a déjà dit qu’elle est celle que les sciences sociales privilégient – est le contenu substantiel du type d’entité qu’elle vient nommer ; la seconde – qui sollicite à la fois l’analyse sémantique et la philosophie des sciences – est son caractère conditionnel. En effet, une caractéristique essentielle de cette notion est de renvoyer à un inobservable, qui manifeste sa réalité uniquement dans des circonstances propices9. C’est ce qui conduit, généralement, à ranger la disposition dans la classe des possibilités, pas dans celle des états ou des événements. Mais si, d’un point de vue purement logique, le possible n’est pas l’actuel, cette antinomie est moins évidente lorsqu’on se situe dans l’ordre de l’interaction.

  • 10 C’est cette dialectique inhérente à la temporalisation de l’action que la notion de « réflexivité » (...)
  • 11 Comme le fait Goffman (1991).

9Pour le sociologue qui prend au sérieux le fait que toute action s’inscrit dans une temporalité et que cette temporalité est un facteur déterminant dans son déroulement comme dans son aboutissement10, le possible ne rapporte pas à une pure virtualité. C’est que l’observation de ce qui constitue la séquentialité des échanges établit que le possible – qu’un sociologue conçoit plus volontiers sous la forme de présuppositions de sens commun (dont les dispositions font partie) – fournit un ensemble de données qui alimentent directement ces jugements sur le futur immédiat dont les individus se servent pour inscrire leur action dans l’échange engagé11.

  • 12 Il faut ici pleinement prendre en considération la temporalité de l’action. L’anticipation s’accomp (...)

10De ce point de vue, faire référence à une disposition est une activité qui consiste à anticiper les réactions probables que la possession de cette disposition ne devrait pas manquer de provoquer sur l’objet ou l’individu auquel elle est attribuée. On peut illustrer cette proposition par un exemple : au moment de dire à son mari qu’elle le trompe, une femme a (probablement) tout intérêt à tabler sur l’apparition brutale d’un sentiment de jalousie et à prévoir les réactions que ce sentiment (dont le sens commun nous assure qu’il devrait être irrépressible) va provoquer pour en anticiper (ou en prévenir) les conséquences, quitte à être déçue en observant l’indifférence de celui qui aurait normalement dû se sentir trahi ou humilié et manifester spontanément les signes extérieurs généralement associés au fait d’être dans cet état. Comme cette illustration le suggère, se référer à une disposition est immédiatement et simultanément une objectivation (de ce qui se passe), une prédiction (au sujet de ce qui risque d’arriver) et une prise en compte (qui peut susciter un ajustement – au premier coup – ou une révision – dans les coups suivants) des réactions qu’il est raisonnable d’attendre de la probable actualisation de ce à quoi renvoie la disposition considérée, et cela avant même que la justesse de cette prédiction ordinaire – donc celle de ses effets – ait été éprouvée12.

  • 13 Au sens que l’ethnométhodologie donne à la réflexivité (note 10 supra).
  • 14 Cette conception réflexive de l’anticipation est proprement sociologique. Elle se distingue aussi b (...)
  • 15 Au sens mathématique du terme. Je reprends ici la célèbre distinction entre substance et fonction t (...)

11Bref, envisagée comme élément de la connaissance ordinaire (ou comme conception de sens commun), la disposition se présente comme un possible jamais déterminé et cependant déjà actualisé. S’il en va ainsi (et si cette description n’est pas totalement incongrue), c’est que l’anticipation exerce, du moins peut-on l’estimer, un certain rôle dans l’orientation de l’action présente13. Dans cette conception réflexive14, la disposition ne relève pas de l’ordre de la substance : elle n’est pas fixée dans l’un de ces attributs de l’individu que les sciences sociales admettent. Elle rapporte plutôt à une « fonction »15 : celle qu’un terme dispositionnel remplit dans ce moment du raisonnement pratique qu’est l’anticipation, en circonscrivant, de façon vague, un espace de pertinence à l’intérieur duquel des relations sont susceptibles d’être établies de façon intelligible et acceptable.

  • 16 Je remercie Jérôme Dokic et Ruwen Ogien d’avoir attiré mon attention sur les enjeux du débat opposa (...)

12L’analyse sociologique n’est donc pas vouée à appréhender les dispositions en endossant un réalisme de la substance ; elle peut tout aussi bien le faire en adoptant un réalisme de la fonction (ou des relations)16. Avant de voir comment la sociologie pourrait asseoir son travail sur le second de ces réalismes, on rappellera les raisons pour lesquelles elle marque aujourd’hui une préférence pour le premier.

Les dispositions en sociologie

13La notion de disposition fait partie de cette classe de notions qui, à force d’être discutée, s’est chargée d’une multitude de significations devenues, à la longue, trop divergentes pour ne pas rendre son emploi embarrassant. Pour ordonner le tableau passablement confus des usages reçus de la notion de disposition, Engel (1996, p. 172) rappelle qu’elle nomme, lorsqu’elle est spécifiquement associée à la description des états mentaux des êtres humains, trois choses distinctes :

  1. une potentialité réelle dans le sujet (une « nature » ou des « qualités occultes ») ;

  2. des régularités observables (puisque la possession d’une disposition ne s’avère que dans ses actualisations identifiables dans les comportements) ;

  3. les formes d’apprentissage qui rendent compte de la compétence dont les individus font preuve pour suivre des règles (sans que cette compétence ne soit renvoyée ni à un mécanisme ni à un processus causal).

14Cette tripartition se retrouve dans la littérature spécialisée, où se découvrent trois grandes manières de traiter la question des dispositions :

  1. le statut des prédicats mentaux (vouloir, croire, désirer, savoir), leur grammaire et leur utilisation dans la description et l’explication de l’action ;

  2. la forme nomologique des énoncés dispositionnels, renvoyant au problème des conditionnels, et, par extension, à ceux de l’induction et de l’inférence ;

  3. l’incorporation de manières de faire socialement formées dont on suppose qu’elles exercent une force mécanique ou générative (que ce soit dans la langue, le raisonnement ou la structure sociale) qui détermine un aspect des conduites individuelles.

15Dans les sciences sociales, le recours à la notion de disposition s’inscrit, de façon assez naturelle, dans la dernière de ces trois modalités de traitement de la question. Et, en sociologie, la forme la plus accomplie de thèse dispositionnaliste est, sans conteste, celle que Pierre Bourdieu (1980, p. 88) a proposée avec sa théorie de l’habitus.

Les conditionnements associés à une classe particulière de conditions d’existence produisent des habitus, systèmes de dispositions durables et transposables, structures structurées prédisposées à fonctionner comme structures structurantes, c’est-à-dire en tant que principes générateurs et organisateurs de pratiques et de représentations qui peuvent être objectivement adaptées à leur but sans supposer de visée consciente de fins et la maîtrise expresse des opérations nécessaires pour les atteindre, objectivement et sans être en rien le produit de l’obéissance à des règles, et étant tout cela collectivement orchestrées sans être le produit de l’action organisatrice d’un chef d’orchestre.

16Pour Bourdieu, les dispositions nomment des attributs personnels (intérêts, attitudes, goûts, désirs, attentes, etc.) historiquement constitués, stables sur une longue période, organisés en ensembles cohérents et collectivement partagés par des individus appartenant à un groupe faisant l’expérience de conditions d’existence particulières. La force de la conception des dispositions proposée par Bourdieu tient à ce qu’il les regroupe en systèmes, auxquels il assigne deux fonctions : contribuer à reproduire les formes établies de la stratification sociale et des relations de pouvoir, et permettre aux individus de produire des conduites appropriées à la position qu’ils occupent dans des situations quotidiennes structurellement inégalitaires (ibid., p. 93 et 95). Dans cette conception, les dispositions sont dotées de deux propriétés qui expriment le poids de la détermination sociale : celles de durabilité et de générativité. Or, la possibilité même d’associer ces deux propriétés peut être mise en doute. Une première manière de le faire consiste, à la suite de Turner (1994), à reconnaître qu’on ne peut à la fois dire d’un système normatif qu’il est identiquement partagé par l’ensemble des membres d’un groupe social et qu’il fait l’objet d’une transmission. Une autre manière consiste, à la manière de Bernard Lahire (1998, p. 67-68), à nier l’utilité de recourir aux thèses dispositionnalistes pour rendre compte de l’engendrement des pratiques :

Convertir en langage dispositionnel ce qui peut plus simplement se laisser décrire comme un comportement situé n’augmente pas notre connaissance du monde social. En effet, si la disposition d’un acteur ne se donne à voir que dans les moments de l’action, dans les multiples pratiques, alors on peut se demander si la distinction entre « dispositions » et « pratiques » est bien utile. En pareil cas, il est toujours préférable de privilégier la description précise de l’action dans son contexte […] On ne peut jamais totalement éviter l’explication dispositionnelle si l’on veut tenir compte des expériences passées incorporées par chaque acteur, mais il faut l’utiliser avec précaution, sans généralisation abusive, en cherchant toujours les manifestations et les contre-manifestations de ces dispositions, en circonscrivant leurs champs d’activation et leurs champs d’inhibition.

  • 17 Qui s’exprime de la manière suivante : « Dans l’ordre des conduites sociales, il serait en la matiè (...)
  • 18 C’est le fond des derniers amendements qu’il apporte à ses propositions relatives au pluralisme des (...)
  • 19 Ces difficultés sont exposées par Van Heerden & Smolenaars (1990).
  • 20 Schatzki (1987, p. 126) a bien résumé les termes de cette interrogation dans sa critique du disposi (...)

17Sous les allures rigoureuses d’une défense bienvenue de la parcimonie et d’un usage avisé de la causalité17, cette critique reste bancale : si elle semble, d’une part, tirer les conséquences de l’idée selon laquelle il est impossible de définir les dispositions indépendamment de la forme qu’elles prennent dans le contexte de leur manifestation, elle persiste, d’autre part, à leur accorder un rôle majeur dans l’ordonnancement des « pratiques ». Pour Lahire, les dispositions sont des entités réelles qui, déposées dans un individu par l’histoire, forment un arrière-plan de schèmes de pensée intériorisés qui déterminent des manières de faire et d’appréhender le monde. Elles possèdent donc une permanence et une sorte de pouvoir causal qui n’est en rien déterministe : en raison de la pluralité des dispositions mobilisées dans l’action, elles ne pèsent finalement que sur le style des conduites individuelles18. Or, affirmer que l’on ne peut pas se servir des mêmes critères de description pour rendre compte de la possession d’une disposition et de son actualisation en situation devrait logiquement conduire à reconnaître le partage entre deux domaines d’enquête distincts : le premier traitant des procédures d’acquisition de ces dispositions « sociales », le second des conditions dans lesquelles elles se manifestent ou pas. La solution de Lahire – qu’on peut tenir pour représentative des difficultés dans lesquelles se placent les sciences sociales lorsqu’elles recourent aux dispositions19 – néglige cependant cette division et, en s’en remettant entièrement aux vertus heuristiques de la description des pratiques, prétend résoudre sur un mode empirique un problème essentiellement théorique : une entité à laquelle on attribue un pouvoir causal – qui relève de l’ordre du mécanisme et de la reproduction – peut-elle en même temps être conçue comme une force d’innovation – qui renvoie plutôt à l’ordre de l’émergence20 ?

  • 21 Turner (1994) prend tout de même soin de diviser cet ensemble en deux groupes : le premier répond a (...)
  • 22 Inutile de dire que cet avis n’est pas seulement celui de Turner. Cf. A. Ogien (1985), Alexander (2 (...)

18Un premier type de réponse à cette question a été donné par Turner (1994), dans sa réfutation de l’usage que les sciences sociales contemporaines font de la notion de pratique (ou de ce qu’il nomme « objets collectifs non publics », parmi lesquels il range indifféremment les notions de savoir tacite, d’habitus, de dispositions, de savoir d’arrière-plan, de communauté, de paradigme, d’épistèmé, de tradition, de théories du monde, de convention ou de routines21) Pour lui, tout ce que la référence à la notion de pratique (au sens fourre-tout qu’il lui donne) peut offrir est une forme de « solution dualiste » au problème de la coordination de l’action. Le propre de ces solutions, auxquelles Turner dénie toute validité, consiste à rendre compte de l’ordre qui semble régner dans les rapports sociaux en postulant d’une part l’existence de normes collectives identiquement partagées par l’ensemble des membres d’une société, d’autre part l’intériorisation de ces normes par les individus, sans jamais expliquer comment se réalise le passage du collectif à l’individuel ni comment l’intériorisation assure la coordination de l’action. Le modèle de ces solutions reste, pour Turner, le couple conscience collective/conscience individuelle proposé par Durkheim, dont il rappelle qu’il postule plus qu’il n’explique le phénomène de la transmission. La théorie de l’habitus de Bourdieu n’est pas mieux lotie à son avis : si Turner reconnaît qu’elle tente de rendre un peu de dynamisme à ce dualisme (en concevant les dispositions comme des schèmes d’engendrement), il constate néanmoins que ces schèmes engendrent exclusivement de la reproduction et que rien ne permet d’expliquer comment ils en viennent à être collectivement partagés. Pas plus que celle de Durkheim, la théorie de Bourdieu ne parvient donc, selon lui, à rendre compte du mécanisme censé produire des conduites identiques pour tous les membres d’un même groupe social22.

  • 23 Pour être tout à fait juste avec Turner, il faut signaler que, à la suite des nombreuses critiques (...)
  • 24 Cf. Bohman ici même, p. 161-181. Lire aussi le symposium organisé autour du livre de Turner dans Hu (...)

19Turner entend cependant apporter une solution à ce problème. Il propose de substituer à la notion de pratique (au sens qu’il lui donne) celle d’habitude. Pour lui, les avantages de cette notion sont immenses : parce qu’elle est individuelle, il n’est pas besoin de postuler qu’elle est partagée, et parce qu’elle renvoie à une base matérielle (une « trace mentale », qui peut aujourd’hui être présentée comme une inscription neuronale), elle possède les attributs d’un candidat susceptible d’expliquer de façon crédible les conduites sans réclamer la mobilisation d’entités mystérieuses œuvrant dans un arrière-plan hypothétique23. Cette manière de « naturaliser à demi » les causes de l’action ne résout guère mieux la question : les commentateurs ont eu beau jeu de montrer que la substitution de l’habitude à la pratique se résume, finalement, à doter l’habitude des propriétés conférées à la pratique, sans expliquer – entre autres choses tout aussi importantes – d’où venait le contenu des habitudes que les individus contractent, ni par quelle opération elles pourraient garantir la coordination de l’action24.

  • 25 Si Boudon emploie le terme « dispositions », il les conçoit essentiellement comme des ressources co (...)

20Boudon partage le point de vue de Turner, sans accepter sa solution de substitution pour autant. S’il récuse la pertinence de démarches qui prétendent expliquer l’action en mobilisant des entités collectives aux contours mystérieux, inconsidérément tenues pour des causes occultes (et il tient les théories dispositionnalistes pour l’exemple paradigmatique de telles démarches), il rejette également les approches défendant une version de « positivisme dur », qu’elles soient naturalistes ou déterministes. Ces approches sont, pour lui, impuissantes à rendre compte du caractère mixte – explication et interprétation mêlées – des faits dont traitent les sciences sociales et feignent d’ignorer que celles-ci sont parfaitement en mesure de proposer des explications au moins aussi solides que celles proposées par les sciences naturelles. Dans le « positivisme doux » que Boudon privilégie aujourd’hui, l’obéissance mécanique aux valeurs, l’opération de dispositions (au sens que leur donne Bourdieu en tout cas25) ou le déclenchement d’habitudes ne trouvent aucune place : les « bonnes raisons » exprimées par les individus suffisent pour construire (moyennant l’intervention du chercheur qui rapporte ces descriptions ordinaires aux phénomènes objectifs pertinents qui ordonnent le monde social et la formulation de jugements de valeur) une explication plausible de ce qu’ils font (Boudon, 1999).

  • 26 Ceux qui voudraient élargir leur vue pourront se reporter à l’article de Merchiers déjà cité.
  • 27 Dans cette perspective, l’opposition entre causalité finale et causalité efficiente qui est au prin (...)

21Ce rapide panorama de l’usage de la notion de disposition en sociologie26 entendait rappeler de quelles manières cette notion y est conçue comme entité réelle, siégeant dans l’individu – dans son corps ou dans son esprit, c’est selon – et ayant la propriété de déterminer ses manières de faire, de penser et de juger (et cela même si cette explication par les dispositions est contestée ou tournée en ridicule)27. Or, cette façon d’envisager les dispositions n’est pas, comme je l’ai déjà indiqué, la seule que la sociologie peut adopter. Je voudrais montrer l’avantage qu’elle trouverait à inscrire ses analyses dans une perspective qui tient les dispositions pour des éléments de la connaissance ordinaire utilisés dans la formulation d’énoncés nomologiques.

  • 28 Sur cette question, on se reportera aux débats contenus dans Fornel, Ogien & Quéré (2001).

22Avant de s’engager dans cet exercice, il convient à nouveau d’en préciser l’intention. Il ne sera pas question de revenir sur les arguments alimentant la controverse sur le rapport entre connaissance ordinaire et organisation de l’action (telle qu’elle s’est développée dans la critique de l’ethnométhodologie en particulier28) Il s’agira, plus simplement, d’essayer de tirer les conclusions, pour l’analyse sociologique, de deux propositions qui reprennent les intuitions posées d’entrée : 1) invoquer des termes dispositionnels pour attribuer une cause (ordinaire) à un événement ou à une suite d’événements est un acte qui se réalise rarement hors d’un cours d’action singulier ; 2) une telle attribution n’est jamais déliée d’une anticipation (la quasi-certitude immédiate d’un effet probable et relativement déterminé) qui se traduit instantanément dans l’interaction (si l’on admet que la réaction à autrui s’accommode sur le contenu de cette quasi-certitude). Pour mener à bien ce travail, le plus commode reste encore de revenir à quelques-uns des arguments de Gilbert Ryle.

Dispositions et jugement pratique

23Le renouveau de l’intérêt porté à la notion de disposition dans l’explication de l’action est généralement mis au crédit de la publication, en 1949, de La notion d’esprit. Dans ce livre, Ryle vise une double cible : le dualisme cartésien qui consacre l’éminence de la pensée et en fait le guide calculateur et éclairé de l’action ; le behaviorisme et sa prétention, dominante à l’époque, à expliquer les conduites en ne considérant que des comportements qu’il est possible d’observer et d’objectiver.

24L’opposition de Ryle à l’intellectualisme se construit sur une distinction demeurée célèbre : celle qu’il établit entre « savoir-que » et « savoir-comment ». Cette distinction tient à un parti pris moniste : pour Ryle, penser est une activité dont l’unique expression est le déploiement d’une forme quelconque d’action, pas une procédure de réflexion et de computation élaborant les mouvements et les réactions que le corps doit ensuite mettre en application. Position qu’il résume en une maxime : « Les réalisations intelligentes observables ne sont pas des signes du fonctionnement de l’esprit mais bien ce fonctionnement même. » (Ryle, 1970, p. 57).

25Pour appréhender ce fonctionnement, Ryle choisit de décrire la façon dont nous parlons couramment des opérations que nous attribuons au cerveau, c’est-à-dire à la grammaire des prédicats mentaux. Un exemple illustrera la force de ce procédé : lorsqu’on dit d’un individu (un jongleur en l’occurrence) qu’il est adroit, comment cette adresse s’observe-t-elle ? Dans la suite de gestes, de mouvements et d’attitudes qui compose, peu à peu, l’action qu’il est en train de réaliser. Bref, si l’adresse est une qualité que nous attribuons le plus régulièrement du monde à une succession de gestes composant une conduite observable, elle ne peut pas, elle-même, être décrite comme une chose qui se donne à voir. Et Ryle de conclure : il n’est pas du type logique des concepts de disposition d’être utilisés comme des concepts d’épisodes (ils ne renvoient pas à un événement ou un acte particulier). Si cet exemple met assez facilement en évidence les limites du behaviorisme, il marque également celles de l’intellectualisme, en démontrant, avec une concision remarquable, que l’attribution des prédicats mentaux est directement liée à une forme d’action déployée dans le monde. L’analyse grammaticale repose ainsi sur un principe :

Lorsque nous appliquons des prédicats mentaux à des individus, nous n’opérons pas d’invérifiables inférences se rapportant à des processus fantomatiques et prenant place dans un invisible flux de conscience : nous ne faisons que décrire comment ces individus se comportent publiquement en certaines circonstances. (Ibid., p. 50)

  • 29 Descombes (1998) a fait remarquer que Ryle ne saurait prétendre récuser la séparation âme/corps au (...)

26Pour Ryle, connaître c’est mettre en œuvre un savoir-faire. Et ce savoir-faire est de deux sortes : il s’acquiert dans un apprentissage (rouler à vélo, parler une langue étrangère, utiliser un ordinateur, résoudre une équation du troisième degré) et il renvoie également à une certaine faculté à produire des inférences correctes en situation d’action. Cette double origine de la connaissance se retrouve dans la distinction que Ryle introduit entre dispositions spécifiques (qui qualifie une seule activité) et dispositions génériques (qui s’applique à de multiples activités). Mais, quelle que soit la sorte considérée, les termes dont nous nous servons pour nommer ce qui se manifeste dans l’exécution d’une action ne sont pas ceux que nous utilisons pour qualifier un acte mental – ou une opération de nature cérébrale – qui serait au fondement de cette réalisation29. Ce que Ryle résume en affirmant que les concepts de dispositions ne sont pas des concepts d’épisodes. Or, pour lui, cette différence est rarement prise en compte : il observe qu’une inclination courante conduit, de façon assez systématique, à « construire les termes dispositionnels comme des termes relatant des épisodes [et] à postuler que tout verbe qui a un usage dispositionnel doit également avoir un usage épisodique correspondant » (ibid.). Cette difficulté à maintenir la différence ne doit cependant pas uniquement être mise au compte, comme le pense Ryle, de la croyance tenace en l’existence de causes occultes. Elle tient, tout aussi probablement, à l’ambivalence qu’il a précisément mise en évidence : les termes dispositionnels doivent nommer une possibilité sans pour autant renvoyer à une pure potentialité. S’il paraît aisé de décrire cette ambivalence dans le cadre d’une analyse grammaticale, on peut comprendre qu’un individu ait quelque difficulté à se tenir dans cet entre-deux dans ses explications ordinaires de l’action, qui réclament, selon Ryle, la mise en œuvre d’un genre spécifique de raisonnement inductif :

« Expliquer » [l]es actions [d’un individu] ne signifie pas les inférer de causes occultes mais les subsumer sous des propositions hypothétiques ou semi-hypothétiques. Il ne s’agit pas d’explications du type : « la vitre s’est brisée parce qu’une pierre l’a heurtée » mais plutôt d’un type différent, tel que « lorsque la pierre l’a heurtée, la vitre s’est brisée parce qu’elle était fragile. » (Ibid., p. 49)

27L’ambivalence des termes dispositionnels (qui doivent, selon Ryle, nommer une possibilité qui ne soit pas une pure potentialité) se double ainsi d’une dualité fonctionnelle : ces termes sont à la fois des éléments de la description d’une action et des critères de jugement de la validité de cette description. Autrement dit, les termes dispositionnels fournissent des critères permettant d’attribuer, de façon acceptable, les qualités associées à la disposition invoquée (la fragilité ou l’adresse, par exemple, mais ce pourrait aussi bien être le fait de parler une langue étrangère, de nager ou d’être orgueilleux). Cette étrange configuration relance l’enquête de Ryle. En suivant sa démonstration, on comprendra peut-être l’usage que la sociologie pourrait faire des résultats de sa recherche.

Énoncés de fait et énoncés nomologiques

  • 30 Dont il faut rappeler qu’elle se consacre, de façon privilégiée, à une classe restreinte de termes (...)

28L’analyse grammaticale des prédicats mentaux proposée par Ryle30 a imposé la justesse d’un constat : si attribuer une disposition à un individu – parler anglais, pouvoir nager, être jaloux, etc. – requiert uniquement de savoir (ou de supposer) qu’il la possède et pourra l’actualiser au moment opportun, dire de quelqu’un qu’il fait usage d’une disposition implique que cela ne soit pas logiquement exclu, donc qu’une série de conditions pour pouvoir le faire sont remplies. Ce sont les conséquences de cette distinction entre conditions internes (détention d’un attribut personnel) et externes (contexte d’actualisation) de la manifestation d’une disposition que Ryle explore en considérant le type de phrases dans lequel les termes dispositionnels sont employés. Pour lui, une phrase peut remplir trois fonctions : relater des faits, formuler des propositions théoriques, énoncer des lois ; et c’est dans ce dernier type de phrase que les termes dispositionnels sont généralement utilisés. La définition que Ryle (1970, p. 118) en a donnée est devenue classique :

On utilise une loi comme un billet d’inférence (du genre abonnement) permettant au titulaire de passer de l’affirmation de certains faits particuliers à l’affirmation d’autres faits particuliers. La loi fournit également des explications d’états de choses particuliers et permet de les produire en manipulant certains faits et événements […] Pour connaître une loi, il faut savoir l’appliquer, c’est-à-dire la mettre en relation avec des faits particuliers, soit en les expliquant, soit, éventuellement, en les produisant ou en les empêchant.

29Ce qui a surtout été retenu de cette définition est 1’idée de « billet d’inférence ». Or, la seconde partie de la définition mérite également considération. Car, à y regarder de plus près, on constate que les « énoncés-lois » sont tout à la fois des formulations, c’est-à-dire des manières de construire certains types de phrases dans certaines circonstances, et des objets dotés de propriétés spécifiques exerçant une contrainte (il faut l’apprendre, savoir l’appliquer, lui faire produire ses conséquences). Bref, un énoncé-loi participe simultanément du domaine des événements mentaux et de celui des faits ; et la notion de « billet d’inférence » s’applique aussi bien aux lois que produit la science (elle renvoie alors à ce que celle-ci nomme une relation causale) qu’à l’usage que tout un chacun fait de termes dispositionnels dans le cours de ses activités quotidiennes. Mais, aussi dissemblables soient ces deux cas, Ryle (ibid., p. 119) leur découvre un trait commun : tout énoncé dispositionnel contient et exprime une inférence. Mais

[] de même que l’on ne peut « réduire » un billet de chemin de fer à une sorte d’étrange analogue au voyage qu’il rend possible, et de même qu’un voyage en chemin de fer ne peut être « réduit » à être un étrange analogue aux gares entre lesquelles il a lieu, de même les énoncés-lois ne peuvent être « réduits » à des analogues aux déductions et explications qu’ils permettent. Les déductions et explications ne peuvent, à leur tour, être « réduites » à être des analogues aux énoncés factuels qui constituent leur point de départ et d’arrivée. Énoncer un fait est, pour une phrase, une fonction différente de celle d’exprimer le passage, par voie d’argument, d’un énoncé factuel à un autre et ces deux fonctions diffèrent, à leur tour, de celle qui consiste à fournir des fondements à ce type de raisonnement.

30Constatant l’existence d’une différence fonctionnelle entre arguments et phrases narratives, Ryle en vient à récuser cette conception de la déduction qui « réduit des phrases comprenant “si a…” et “donc” à des phrases du genre “il y a un…” ». Pour lui, les trois fonctions que peuvent remplir les phrases (énoncer un fait, produire une inférence, expliquer le contenu de cette inférence) se trouvent dans une relation hiérarchisée : il faut apprendre à manipuler la première pour utiliser la seconde et se servir, enfin, de la troisième. Dans cette distribution des fonctions, les énoncés dispositionnels occupent une position intermédiaire : s’ils ne sont pas des énoncés-lois « parce qu’ils se rapportent à des objets ou des êtres humains particuliers », ils s’y apparentent tout de même dans la mesure où ils renvoient à des propositions portant sur des faits dont on a toute raison de penser qu’ils ne manqueront pas d’advenir, même si cela ne se fera pas d’une manière entièrement déterminée. Ryle (ibid., p. 121) propose donc cette définition :

Les énoncés dispositionnels ne sont ni des relations d’états de choses observés ou observables, ni des relations d’états de choses inobservés ou inobservables. Ils ne relatent aucun incident. Néanmoins, leur fonction est intimement liée à la relation d’incidents puisque leur vérité éventuelle est prouvée par la relation d’incidents.

31Emmanuel Bourdieu (1998, p. 39) donne une autre mesure à cette définition, en la mettant au service d’une théorie de l’action (ce que Ryle n’aurait peut-être pas fait). Pour lui,

Attribuer une disposition (X est disposé à agir de telle ou telle manière) n’est pas simplement décrire une régularité expérimentale (chaque fois que X s’est trouvé dans tel type de situation, il a agi de telle manière) mais c’est énoncer une loi dont la vérité dépend uniquement des régularités observées, c’est-à-dire d’événements actuels, mais aussi de tous les événements possibles du même type (si X se trouve dans un tel type de situation [que cela soit arrivé ou non], alors il se comporte de telle manière).

32La généralisation à l’action permet à E. Bourdieu de rendre encore plus complexe la dualité des énoncés dispositionnels : pour lui, ces énoncés renverraient à la fois à une loi et à une propriété objective et singulière de l’individu qui obéit à cette loi. Cette extension pose cependant la question de savoir s’il est possible de passer d’une conception grammaticale (portant sur le fonctionnement des prédicats mentaux) à une conception réaliste (affirmant la possession d’un attribut psychologique ou social réel par l’individu) de la disposition, sans introduire une contradiction majeure dans le raisonnement ou, de façon moins grave, sans tomber dans les difficultés de la thèse de la transmission telles qu’elles ont été mises en évidence par Turner. Ryle ne se pose pas ce type de problème : il se contente d’affirmer le caractère « hybride » de l’énoncé dispositionnel (à la fois énoncé de fait et énoncé de forme nomologique) et de l’expliquer par le fait que sa vérité (ou, plutôt, la vérification de sa vraisemblance) est, le plus souvent, directement liée à l’accomplissement d’une forme d’action. Un exemple illustre cette proposition :

Certes, croire que la glace est dangereusement mince consiste à ne pas hésiter à se répéter ou à dire à autrui qu’elle est mince, à agréer lorsque d’autres personnes l’affirment, à refuser d’accepter des énoncés disant qu’elle ne l’est pas, à tirer les conséquences de la proposition première et ainsi de suite. Mais c’est également avoir tendance à patiner prudemment, à frémir en imaginant tous les désastres possibles et à avertir d’autres patineurs. (Ryle, 1970, p. 131)

33Bien qu’elle ne vise pas à rendre compte de ce qui constitue les contextes d’énonciation, l’analyse grammaticale postule donc l’existence d’une relation entre la formulation d’un énoncé et les conditions pratiques de son élaboration (le rapport à la matérialité des éléments qu’elle décrit) et l’anticipation de sa réception (son adéquation aux circonstances). Et telle est, en extrapolant un peu, la signification qu’on pourrait donner à la conclusion que Ryle tire de son examen des énoncés dispositionnels : « Tout énoncé qui explique l’état d’une chose par l’existence d’une autre chose requiert, pour être vrai, l’existence de ces choses ainsi que la validité du lien d’inférence de l’une à l’autre. » (Ibid., p. 137).

  • 31 En particulier celles présentées dans Goffman (1970).

34Contrairement à ce que la critique a souvent soutenu, Ryle ne nie pas que des événements réels adviennent, qu’il est possible de rapporter à l’action de propriétés physiques subsumées sous un terme dispositionnel. Et l’attention qu’il porte aux conditions de satisfaction (les critères) qu’un énoncé dispositionnel doit remplir le conduit à conditionner sa « vérité » (ou son acceptabilité) au fait que l’inférence qu’il exprime ne soulève aucune opposition – quant à son rapport avec les faits observables – parmi ceux à qui cet énoncé est destiné. Il faut noter que Ryle ne se prononce pas sur la façon dont ces conditions sont remplies. Mais les analyses de Goffman31 ont largement établi, depuis, que celle-ci est souvent indépendante de l’appréciation que des partenaires d’interaction portent sur la justesse des propositions liées dans les énoncés qui leur sont adressés.

  • 32 Granger (1995, p. 13) a défini le possible comme du « non-actuel dans son rapport à l’actuel ». L’é (...)

35La question des conditions de satisfaction d’un énoncé dispositionnel est donc, d’une certaine manière, une question proprement sociologique qu’on pourrait, en reprenant l’expression de Ryle, formuler ainsi : dans quelles circonstances se réalise l’inférence pour laquelle un certain énoncé nomologique donne le ticket ? Apporter une réponse à cette question conduit, on va le voir maintenant, à concevoir une autre modalité du possible : l’éventuel32.

Le possible et l’éventuel

36Le rapport entre disposition et réalité suscite la controverse. J’ai essayé ici de me situer à l’écart de la querelle qui oppose réalistes et anti-réalistes. En proposant d’envisager la disposition comme un élément de la connaissance ordinaire engagé dans l’activité de l’anticipation, j’ai introduit une distinction entre deux réalismes : un qui a trait aux pouvoirs dont sont dotés les attributs (qualités, savoirs, compétences, etc.) des individus, l’autre qui renvoie aux conditions de satisfaction qui doivent être remplies, dans le raisonnement pratique et dans l’action, lorsqu’il est fait référence à une disposition.

  • 33 Cf. Cartwright ici même, p. 77-93.

37D’une certaine manière, les arguments que Mellor présente à l’appui de sa thèse du réalisme des propriétés de dispositions donnent du poids à cette distinction. On sait que, pour lui, le fait de soutenir que les termes dispositionnels nomment la cause de modifications observables dans le monde revient à commettre une grossière erreur de catégorie, car seules des propriétés peuvent causer des modifications de ce type. Or, des termes existent qui servent précisément à qualifier le pouvoir causal que ces propriétés exercent33. Il s’agit donc de différencier termes dispositionnels – dont le rôle est de subsumer un ensemble de propriétés sous un mot – et termes de capacité – dont le rôle est d’indiquer l’efficacité causale inhérente à ces propriétés. À partir de cette différence, Mellor (1974, p. 173) revient sur les conditions d’utilisation des termes dispositionnels :

Bien sûr, lorsqu’on attribue une disposition, on suppose couramment la possibilité de sa manifestation ; mais supposer une possibilité n’est pas affirmer son existence. De la même manière, nous nous servons habituellement des conditionnels subjonctifs uniquement lorsque nous pensons qu’ils sont contrefactuels. Ainsi les dispositions sont-elles attribuées uniquement lorsque nous considérons leurs manifestations comme possibles et pas réelles.

38La sémantique vient ici étayer l’analyse théorique : on ne se servirait pas habituellement d’un terme dispositionnel pour décrire la cause d’un événement mais uniquement pour exprimer la possibilité d’effets que la disposition invoquée produirait si certaines circonstances étaient réunies. En rappelant que le langage ordinaire permet de prendre en considération la perspective temporelle éloignée du probable, Mellor reprend, sous un autre angle, le thème de l’ambivalence des termes dispositionnels introduit par Ryle, pour qui, on l’a dit, ces termes doivent nommer des possibilités qui ne renvoient pas à de pures potentialités. Il convient toutefois de noter que cette démarche mêle deux ordres d’explication : car une chose est de rapporter l’usage des termes dispositionnels aux distinctions grammaticales que décrit la logique, une autre de comprendre comment ceux qui se servent de ces termes les utilisent pour former, en situation d’action, ces jugements pratiques au sujet de « ce qui se passe », d’après lesquels ils orientent leur action. C’est à la deuxième branche de cette alternative que je m’intéresserai maintenant, en esquissant, à la lumière des analyses de Ryle, une conception sociologique de la notion d’anticipation.

Anticipation et inférence

  • 34 Il faut cependant signaler que l’anticipation ne se traduit pas nécessairement par l’action. Elle p (...)
  • 35 Sur ce point.se reporter à Chauviré ici même. p. 25-48.

39Dans ce qui a été exposé jusqu’à ce point, l’anticipation a été appréhendée comme une procédure consistant à prendre en considération, pour l’action présente, la possibilité de l’advenue d’un événement futur – sans garantie qu’il advienne effectivement ni connaissance précise de la forme exacte qu’il prendra. Dans cette conception, anticiper est une activité, dont on peut supposer qu’elle établit ce que Ryle nomme des « liens d’inférence ». Ce que la sociologie de l’action ajoute à la thèse de Ryle est un élément pratique : elle pose que l’inférence – sous cette forme particulière qu’est l’anticipation – n’est pas un exercice de cabinet ou de laboratoire – ou une computation réalisée par un esprit délié de toute inscription dans l’ordre des rapports sociaux. Elle rappelle qu’elle a nécessairement un caractère public, dans la mesure où la validité et l’acceptabilité des liens d’inférence établis sont directement éprouvées au contact d’autrui, sur la base de critères qui se modifient au fil des interactions34. De ce point de vue, l’anticipation renvoie moins à une possibilité, conçue comme « ombre de l’action réelle »35, qu’à l’appréciation en acte d’une éventualité jamais parfaitement déterminée.

40Cette conception de l’anticipation se heurte à un problème : comment un raisonnement inférentiel peut-il se développer lorsqu’une de ses prémisses est la quasi-certitude qu’un événement futur va se produire ? Pour préciser la nature de ce problème, il faut tout d’abord rappeler que la classe des « événements futurs » considérée ici regroupe exclusivement ces événements qui se produisent dans le cours d’une activité conjointe. Il ne s’agit donc pas de faits physiques (manifestations naturelles, agencement de matériaux, actes simples, etc.) qui font l’objet d’une connaissance relativement stable et dont l’objectivité est rarement remise en doute. « Anticiper » n’est pas « s’attendre à » : on s’attend à ce qu’un fait advienne (pleuvoir, se briser, tomber, boire, manger, etc.) mais on se prépare à une réaction dont on prévoit qu’elle va se produire dans une interaction. Le problème de la place de la quasi-certitude dans le raisonnement pratique se pose donc en ces termes : sur quels fondements objectifs une inférence peut-elle se développer si elle doit être ajustée aux circonstances et acceptable pour autrui ? À ce problème la logique et la sociologie apportent des bribes de solution qu’il est possible de combiner.

41Dans son analyse du phénomène de la révision des croyances, Livet dégage les règles logiques qui gouvernent les réaménagements constants auxquels l’inférence est soumise dans le fil de l’action. La description qu’il fait du fonctionnement des énoncés conditionnels donne l’occasion – en n’extrapolant pas trop j’espère – de préciser ce dont est constituée l’activité de l’anticipation :

  • 1 [NdA. : Dans l’équivalence RP – notion qui renvoie au test de Ramsey –, R est un opérateur de mise (...)

Si nous prenons un conditionnel comme (1) « si on frottait l’allumette, elle s’enflammerait », on voit qu’il nous faut faire la présupposition que si on ne frotte pas l’allumette, étant donné nos croyances normales, elle ne s’enflamme pas. Il nous faut ensuite juger si cette présupposition est acceptable. Par ailleurs, il nous faut faire une anticipation hypothétique : il existe une base de croyance normale (éventuellement après avoir changé les normalités) telle qu’elle permette le changement indiqué par l’antécédent. Et notre base de croyances sur les normalités physiques du monde est de ce type, si bien que l’équivalence (RP1) est assurée : la base de croyances qu’il nous faut trouver (au futur hypothétique) pour assurer que le conséquent dépend de la révision de cette base par l’antécédent est bien la base de croyance qui contient, au passé rétrospectif, avant l’antécédent, sa négation et la négation du conséquent. (Livet, 2002, p. 231)

42Pour qui admet la justesse de cette description, utiliser un conditionnel est une opération qui obéit à une certaine structure de raisonnement, dont Livet rappelle les constituants (présupposition, anticipation hypothétique, base de croyances normales, potentiel de révision) et la manière dont ils s’articulent dans la réalisation d’une révision. On peut considérer que ces règles logiques donnent, pour peu qu’on en admette le caractère universel et une certaine force contraignante, un premier socle d’objectivité à l’anticipation : il est permis de supposer que tout un chacun possède, si rien n’interdit de penser qu’il partage notre univers de rationalité, la faculté de les respecter. Ce qui revient à dire qu’il est raisonnable de tabler sur ce fait dans l’interaction.

  • 36 Lorsqu’ils sont conçus comme des institutions. Cf. A. Ogien (1994).
  • 37 Sur la théorie des rôles, cf. A. Ogien (1995).
  • 38 Sur le type de contrainte qu’exerce la situation, cf. A. Ogien (1999).

43Le second socle d’objectivité rapporte moins à la forme qu’au contenu de l’anticipation (ce que les événements futurs risquent d’être). C’est sur ce point que l’analyse sociologique apporte une contribution essentielle. On peut en effet admettre qu’il serait sans doute impossible de prévoir quoi que ce soit au sujet de ce qui va arriver si les prémisses de ce qui allait advenir n’étaient pas déjà présentes dans ce qui est en train de se passer. Ce constat appelle une sorte de complément sociologique : on peut supposer que toute anticipation s’élabore en relation à un cadre de contraintes qui circonscrit, de façon préalable, le contenu, approximatif, que peut prendre un événement futur dans telle ou telle situation. Ce cadre fixe les limites objectives (au sens où l’on peut supposer qu’elles s’imposent à chacun des membres d’une même collectivité de façon grossièrement identique) à l’intérieur desquelles une anticipation émerge. Et c’est bien ce qui a été dit ici au sujet de ces dispositions « sociales », dont l’invocation semble déjà indiquer la gamme de leurs actualisations probables par les individus auxquels elles seront attribuées. Mais il est d’autres indicateurs dont on peut penser qu’ils encadrent l’anticipation à la manière des dispositions. C’est par exemple le cas des concepts36 – c’est-à-dire des mots de langue ordinaire – dont l’existence même semble circonscrire l’espace de variation de l’usage qui peut en être fait dans une description ; c’est également celui des rôles, qui définissent l’espace de variation de la présentation des identités sociales37 ; et enfin celui des situations, qui bornent l’espace à l’intérieur duquel des significations acceptables peuvent être conférées à un acte ou à une réaction38.

44Tenir l’anticipation pour une activité de nature inférentielle qui s’inscrit dans des cadres (logiques et sociaux) qui lui préexistent et la contraignent conduit ainsi à proposer une définition élargie de la notion de disposition. Au lieu de la réduire à un contenu substantiel particulier doté d’une efficacité causale douteuse, il s’agirait plutôt de la saisir à partir de la fonction qu’elle remplit dans l’inférence pratique (que ce soit dans l’anticipation ou dans la formulation d’énoncés nomologiques portant sur les conduites d’autrui dans les interactions). Cette fonction consiste à indiquer les limites à l’intérieur desquelles une inférence risque d’être plausible et acceptable. Dans cette conception élargie, les dispositions « sociales » feraient partie d’une classe d’objets qui font peser un ensemble de contraintes (de pertinence, de cohérence, de non-contradiction, d’enchaînement, etc.) sur l’élaboration des conduites : les éventualités. Et cette classe inclurait ces autres choses sociales que sont les concepts, les rôles et les situations.

Conclusion

45Cet article a essayé d’explorer une autre manière d’aborder la question des dispositions. Ce choix a obéi à une intuition : si l’on envisage les dispositions sous l’angle de la substance (c’est-à-dire comme des entités réelles), on est amené à vouloir dévoiler le mécanisme qui leur donne une efficacité causale ; si l’on considère, au contraire, les dispositions sous l’angle de leur fonction (c’est-à-dire comme des éléments de la connaissance ordinaire qui jouent un rôle dans le raisonnement pratique), on peut être conduit à mettre l’accent sur la manière dont les individus accomplissent l’activité d’anticipation inhérente à l’organisation de l’action. Et c’est en se livrant à un examen de ce qui constitue cette activité qu’une réponse à la question posée d’entrée (celle du statut qu’il s’agissait d’accorder à l’anticipation dans l’analyse de l’action) s’est dessinée.

46Il est sans doute inutile, pour conclure, de rappeler les éléments de réponse proposés dans ces pages. Je voudrais plutôt tirer un enseignement à propos de la perspective dans laquelle l’analyse a été menée, qui, on l’a dit, a résolument pris le parti du sens commun ou du langage ordinaire. Adopter ce parti pris conduit à admettre que, dans le cours de leur existence sociale normale, les individus contractent une multitude d’obligations, qui sont tout à la fois contenues dans l’ordre de l’interaction, dans l’usage de la langue, dans la mise en œuvre des règles de logique informelle ou d’inférence, dans le recours à des éléments de connaissance ordinaire de la structure sociale, etc. Et la régularité manifeste des conduites atteste que, en règle générale, ils parviennent à les respecter.

  • 39 Au sens d’exposition ostensible de nos « intuitions bien fondées » proposé par John Rawls. Cf. A. O (...)

47Cette perspective autorise ainsi à concevoir une sociologie plus économe. C’est que cela semble permettre de se dispenser d’ajouter à l’efficace propre de ces substrats ordinaires de la coordination que sont les obligations la force contraignante d’une machinerie répressive toute-puissante dont l’objet serait d’imposer des manières de faire et de penser aux individus sous son emprise ; ou de postuler des mécanismes d’intériorisation dotant ces normes de pouvoirs causaux dont on est ensuite bien en peine de montrer comment ils réalisent ce qu’ils sont censés accomplir. L’analyse des dispositions en tant qu’éventualités aura, je l’espère, suggéré une autre conception de la norme : celle-ci viendrait simplement rappeler – ou, plus exactement, rendre public39 – ce dont l’apprentissage simultané de la langue et de ses usages en situation nous a déjà instruits, à savoir une immense partie des contraintes d’acceptabilité qui définissent les façons dont devraient « normalement » s’ordonner nos relations au monde et à autrui. En d’autres termes, l’essentiel de ce qui compose ces présuppositions d’arrière-plan ou de sens commun dont on peut, à bon droit, estimer qu’elles assurent une bonne part de la régularité des conduites.

Bibliographie

Alexander Jeffrey (2000), La réduction. Critique de Bourdieu, Paris, Cerf.

Berthoz Alain (1997), Le sens du mouvement, Paris, Odile Jacob.

Boudon Raymond (1986), L’Idéologie. L’origine des idées reçues, Paris, Fayard.

Boudon Raymond (1999), Le sens des valeurs, Paris, Presses universitaires de France (« Quadrige »).

Bourdieu Emmanuel (1998), Savoir faire. Contribution à une théorie dispositionnelle de l’action, Paris, Seuil.

Bourdieu Pierre (1980), Le sens pratique, Paris, Minuit.

Bouveresse Jacques (1995), « Règles, dispositions et habitus », Critique, 579-580, p. 573-594.

Bouvier Alban (2000), « Modèles tocquevilliens en sociologie cognitive. Prédispositions sociales à forger et à accepter des arguments d’après Tocqueville », in L’acteur et ses raisons. Mélanges en l’honneur de Raymond Boudon, Paris, Presses universitaires de France, p. 240-257.

Cassirer Ernst (1977), Substance et fonction, Paris, Minuit [1910],

Chauviré Christiane (1989), « Quand savoir, c’est (savoir) faite », Critique, 503, p. 282-299.

Clémentz François (1997), « Qualia et contenus perceptifs », in J. Proust (ed.), Perception et intermodalité, Paris, Presses universitaires de France, p. 21-56.

Czyzewski Marek (1994), « Reflexivity of Actors vs Reflexivity of Accounts », Theory, Culture and Society, 11 (4), p. 161-168.

Descombes Vincent (1998), Les institutions du sens, Paris, Minuit.

Dokic Jérôme (1999), « L’action située et le test de Ramsey », in M. de Fornel & L. Quéré (eds), La logique des situations. Nouveaux regards sur l’écologie des activités sociales, Paris, Éditions de l’EHESS (« Raisons Pratiques », 10), p. 131-155.

Dokic Jérôme & Pascal Engel (2001), Ramsey : vérité et succès, Paris, Presses universitaires de France (« Philosophies »).

Dreyfus Hubert L. (1991), « L’épiphénoménologie de Husserl », Les Études philosophiques, 1, p. 57-77.

Engel Pascal (1984), « Croyances, dispositions et probabilités », Revue philosophique, 4, p. 401-426.

Engel Pascal (1996), Philosophie et psychologie, Paris, Gallimard (« Folio »).

Fornel Michel de, Ogien Albert & Louis Quéré (eds) (2001), L’ethnométhodologie. Une sociologie radicale, Paris, La Découverte.

Goffman Erving (1970), Strategie Interaction, Oxford, Basil Blackwell.

Goffman Erving (1991), Les cadres de l’expérience, Paris, Minuit [1974].

Granger Gilles-Gaston (1995), Le probable, le possible et le virtuel, Paris, Odile Jacob.

Harré Rom (1997), « Is There a Basic Ontology for the Physical Sciences ? », Dialectica, 51 (1), p.17-34.

Houdé Olivier (ed.) (2002), Psychologie et sciences cognitives, Paris, Presses universitaires de France.

Lahire Bernard (1998), L’homme pluriel, Paris, Nathan.

Lahire Bernard (2002), Portraits sociologiques, Paris, Nathan.

Livet Pierre (2002), « Argumentation et conditionnels », in Id. (ed.), Révision des croyances, Paris, Hermès-Lavoisier, p. 229-258.

Lynch Michael (1997), « Theorizing Practice », Human Studies, 20 (3), p. 337-344.

McDowell John (1994), Mind and World, Cambridge (MA), Harvard University Press.

Mellor D. Hugh (1974), « In Defense of Dispositions », The Philosophical Review, 83, p. 157-181.

Mellor D. Hugh (2000), « The Semantics and Ontology of Dispositions », Mind, 109 (436), p. 757-780.

Merchiers Jacques (2000), « Enquête sur la notion de disposition en sociologie », in P. Livet & R. Ogien (eds), L’enquête ontologique. Du mode d’existence des objets sociaux, Paris, Éditions de l’EHESS (« Raisons Pratiques », 11), p. 127-151.

Ogien Albert (1985), « La pratique du sens. La notion de pratique chez P. Bourdieu et H. Garfinkel », Revue européenne des Sciences sociales, 71, p. 169-217.

Ogien Albert (1994), « Les propriétés sociologiques du concept », in B. Fradin, L. Quéré & J. Widmer (eds), L’enquête sur les catégories. De Durkheim à Sacks, Paris, Éditions de l’EHESS (« Raisons Pratiques », 5), p. 243-269.

Ogien Albert (1995), Sociologie de la déviance, Paris, Armand Colin.

Ogien Albert (1997), « Forme et contenu du principe de publicité : Rawls, Habermas, Goffman », in J. Ion et M. Péroni (eds), Engagement public et exposition de la personne, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, p. 67-76.

Ogien Albert (1999), « Émergence et contrainte. Situation et expérience chez Dewey et Goffman », in M. de Fornel & L. Quéré (eds), La logique des situations. Nouveaux regards sur l’écologie des activités sociales, Paris, Éditions de l’EHESS (« Raisons Pratiques », 10), p. 69-93.

Ogien Ruwen (2001), « Philosophie des sciences sociales », in J.-M. Berthelot (ed.), Épistémologie des sciences sociales, Paris, Presses universitaires de France, p. 521-575.

Quéré Louis (1999), « Action située et perception du sens », in Μ. de Fornel & L. Quéré (eds), La logique des situations. Nouveaux regards sur l’écologie des activités sociales, Paris, Éditions de l’EHESS (« Raisons Pratiques », 10), p. 301-338.

Quine Willard Van Orman (1975), « Mind and Verbal Dispositions », in S. Guttenplan (ed.), Mind and Language, Oxford, Clarendon Press, p. 83-95.

Ryle Gilbert (1970), La notion d’esprit, Paris, Payot [1949].

Schatzki Theodore (1987), « Overdue Analysis of Bourdieu’s Theory of Practice », Inquiry, 30, p. 113-135.

Simon Herbert A. (1982), Models of Bounded Rationality, Cambridge (MA), MIT Press.

Turner Stephen (1994), The Social Theory of Practices. Tradition, Tacit Knowledge, and Presuppositions, Chicago, Chicago University Press.

Turner Stephen (1997), « Bad Practices : A Reply », Human Studies, 20 (3), p. 345-354.

Turner Stephen (2001), « Throwing out the Tacit Rule Book. Learning and Practices », in T. Schatzki, K. Knorr-Cetina & E. von Savigny (eds), The Practice Turn in Contemporary Theory, Londres, Routledge, p. 120-130.

Van Heerden Jaap & Anton J. Smolenaars (1990), « On Traits as Dispositions : an Alleged Truism », Journal for the Theory of Social Behaviour, 19 (3), p. 297-309.

Notes

1 Pour reprendre le terme utilisé par Emmanuel Bourdieu (1998, p. 9) dans sa critique de ce qu’il nomme le « dispositionnalisme substantialiste ».

2 Ryle (1970), Chauviré (1989), Dreyfus (1991), Quéré (1999), Dokic & Engel (2001).

3 On gagnerait, je crois, à ne pas confondre la thèse du réalisme des dispositions, telle qu’elle est utilisée en sciences sociales, avec celle du réalisme des propriétés des dispositions, avancée par Hugh Mellor (1974) pour résoudre certains problèmes d’explication propres aux sciences naturelles en introduisant la notion de « capacité » (cf. Cartwright ici même, p. 77-93). En un sens, j’endosse la thèse de Mellor et, en s’intéressant au contenu pratique de l’activité d’anticipation, cherche à lui donner une application plausible en sociologie.

4 Sur cette question, cf. Laugier ici même, p. 49-75.

5 Cette idée était déjà celle de Wittgenstein, pour qui les énoncés dispositionnels ne nous informent que de la grammaire des termes autour desquels ils s’articulent. Cf. Bouveresse (1995, p. 593).

6 Sur cette distinction, cf. Mellor (2000).

7 Question traitée par Merchiers (2000).

8 Cf. l’excellent article de Clémentz (1997).

9 Pour Harré (1997, p. 19), la forme logique de la disposition s’exprime ainsi : « si X est (venait à être, a été) dans les conditions A, il manifestera (manifesterait) la propriété occurrente B, en raison d’un état inobservable C . »

10 C’est cette dialectique inhérente à la temporalisation de l’action que la notion de « réflexivité », telle qu’elle est utilisée en ethnométhodologie, vient nommer. Pour saisir ce qui distingue cette notion d’une conception de la réflexivité en tant qu’activité de raisonnement déployée par les individus pour se représenter le monde et y agir, cf. Czyzewski (1994).

11 Comme le fait Goffman (1991).

12 Il faut ici pleinement prendre en considération la temporalité de l’action. L’anticipation s’accompagne probablement toujours de révisions (plus ou moins fortes) : mettons qu’une anticipation enclenche un cours d’action en t0, ce n’est qu’en t1 que la révision en modifiera probablement le contenu, mais en t3, une nouvelle anticipation prévaudra, qui sera à nouveau révisée en t4, et ainsi de suite. Il faut cependant considérer que chaque anticipation est, au moment de son élaboration, une projection qui, même si elle se construit sur la base des effets déjà constatés, reste toujours aussi hasardeuse. Cf. Livet (2002).

13 Au sens que l’ethnométhodologie donne à la réflexivité (note 10 supra).

14 Cette conception réflexive de l’anticipation est proprement sociologique. Elle se distingue aussi bien de la notion d’anticipation rationnelle chère aux économistes (cf. Simon, 1982) que de la théorie neurophysiologique de l’anticipation développée en sciences cognitives (cf. Berthoz, 1997).

15 Au sens mathématique du terme. Je reprends ici la célèbre distinction entre substance et fonction telle que Cassirer (1977) l’a établie.

16 Je remercie Jérôme Dokic et Ruwen Ogien d’avoir attiré mon attention sur les enjeux du débat opposant réalistes et anti-réalistes à propos du statut ontologique des dispositions. J’espère que la distinction que j’introduis ici entre réalisme de la substance et réalisme de la fonction apportera une réponse à leurs remarques. Je remercie également Louis Quéré pour la lecture critique qu’il a bien voulu faire de ce texte.

17 Qui s’exprime de la manière suivante : « Dans l’ordre des conduites sociales, il serait en la matière bien trop naïf de jouer avec (ou sur) les mots en distinguant rhétoriquement ce qui ne serait que le déclencheur occasionnel de ces conduites (l’événement ou le contexte) de leur “véritable déterminant” (la disposition incorporée). En effet ni l’événement déclencheur ni la disposition incorporée par les acteurs ne peuvent être désignés comme de véritables déterminants des pratiques (ce qui supposerait l’existence d’un modèle causal de l’action humaine assez improbable). » (Lahire, 1998, p. 65).

18 C’est le fond des derniers amendements qu’il apporte à ses propositions relatives au pluralisme des dispositions. Cf. Lahire (2002).

19 Ces difficultés sont exposées par Van Heerden & Smolenaars (1990).

20 Schatzki (1987, p. 126) a bien résumé les termes de cette interrogation dans sa critique du dispositionnalisme de Bourdieu : « Si le concept de disposition est, de façon intrinsèque, un concept causal, Bourdieu ferait mieux d’abandonner toute référence aux dispositions. »

21 Turner (1994) prend tout de même soin de diviser cet ensemble en deux groupes : le premier répond au modèle des prémisses cachées et des présuppositions partagées (normes culturelles) ; le second au modèle du savoir incorporé (habiletés, compétences, dispositions, etc.).

22 Inutile de dire que cet avis n’est pas seulement celui de Turner. Cf. A. Ogien (1985), Alexander (2000).

23 Pour être tout à fait juste avec Turner, il faut signaler que, à la suite des nombreuses critiques que son livre a soulevées, il est revenu sur sa répudiation radicale de la notion de pratique (sans pour autant renier sa critique initiale) et a totalement rejeté l’idée qu’il fallait y substituer celle d’habitude. Cf. Turner (2001).

24 Cf. Bohman ici même, p. 161-181. Lire aussi le symposium organisé autour du livre de Turner dans Human Studies, 20 (3), 1997 et, en particulier, l’article de Lynch et la réponse de Turner.

25 Si Boudon emploie le terme « dispositions », il les conçoit essentiellement comme des ressources cognitives, c’est-à-dire des savoirs acquis qu’un individu peut mobiliser, de façon délibérée, pour orienter son action. Bien que ces dispositions d’esprit ne soient dotées d’aucune propriété causale, elles produisent des « effets » qui sont observables dans les choix opérés par les individus. Boudon néglige les dispositions de tempérament, de type affectif ou éthique, qui sont, en fait, à l’origine des discussions modernes sur les dispositions et leur caractère conditionnel. Cf. Boudon (1986). Un exposé plus complet du point de vue de Boudon est proposé par Bouvier (2000).

26 Ceux qui voudraient élargir leur vue pourront se reporter à l’article de Merchiers déjà cité.

27 Dans cette perspective, l’opposition entre causalité finale et causalité efficiente qui est au principe des démarches dites « téléologiques » (fondées sur l’idée que l’explication de l’action ne peut se faire qu’en invoquant des raisons – des motifs, des intentions, des émotions – et pas des causes) ne tranche pas vraiment. C’est que ce qui est en débat ici est surtout la nature de la détermination de l’action, pas celle des dispositions qui continuent à être tenues, dans l’explication téléologique, pour des entités réelles dont l’individu a une certaine maîtrise (alors que, dans l’explication causale, cette maîtrise n’existe pas).

28 Sur cette question, on se reportera aux débats contenus dans Fornel, Ogien & Quéré (2001).

29 Descombes (1998) a fait remarquer que Ryle ne saurait prétendre récuser la séparation âme/corps au moyen de la distinction qu’il opère entre concepts d’épisodes (des événements qui ont effectivement lieu) et concepts de disposition (des capacités qui évoquent uniquement la possibilité de relations), puisque « la différence entre le dispositionnel et l’actuel n’est pas une différence entre le mental et le physique ». Cette critique reflète bien le fait que le travail de Ryle vise simultanément deux cibles : le behaviorisme et l’intellectualisme, sans bien distinguer par moments les propositions rejetant la thèse des « causes occultes » et celles qui récusent un certain type de description du fonctionnement de l’esprit.

30 Dont il faut rappeler qu’elle se consacre, de façon privilégiée, à une classe restreinte de termes dispositionnels (même si Ryle avoue ne pas très bien savoir comment opérer cette restriction) : ceux qui servent à « caractériser les conduites humaines inspirées par l’intelligence et le caractère » (p. 122), c’est-à-dire ceux qui composent le gros du lexique intentionnel à l’aide duquel nous essayons de rendre compte de l’action sociale.

31 En particulier celles présentées dans Goffman (1970).

32 Granger (1995, p. 13) a défini le possible comme du « non-actuel dans son rapport à l’actuel ». L’éventuel, tel qu’il est conçu ici, envisage ce rapport dans son actualité propre, c’est-à-dire tel qu’il émerge dans le cours des interactions et qu’il est géré dans la régulation des échanges.

33 Cf. Cartwright ici même, p. 77-93.

34 Il faut cependant signaler que l’anticipation ne se traduit pas nécessairement par l’action. Elle peut également prendre la forme d’une abstention raisonnée de la réalisation d’une disposition : c’est ce que semblent dire McDowell (1994, p. 81), en mettant l’accent sur la capacité à suspendre l’usage d’une disposition ; ou des psychologues cognitifs qui, comme Houdé (2002), décrivent le mécanisme de l’inhibition.

35 Sur ce point.se reporter à Chauviré ici même. p. 25-48.

36 Lorsqu’ils sont conçus comme des institutions. Cf. A. Ogien (1994).

37 Sur la théorie des rôles, cf. A. Ogien (1995).

38 Sur le type de contrainte qu’exerce la situation, cf. A. Ogien (1999).

39 Au sens d’exposition ostensible de nos « intuitions bien fondées » proposé par John Rawls. Cf. A. Ogien (1997).

Notes de fin

1 [NdA. : Dans l’équivalence RP – notion qui renvoie au test de Ramsey –, R est un opérateur de mise à jour rétrospectif et P un opérateur de mise à jour hypothétique prospectif. À propos du test de Ramsey, cf. Dokic (1999).]

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search