Version classiqueVersion mobile

La régularité

 | 
Christiane Chauviré
, 
Albert Ogien

Dispositions et explication

Dispositions et action

Disposition and Action

Emmanuel Bourdieu

Résumé

La théorie dispositionnelle de l'action, dont cet article expose quelques rudiments, essaie de résoudre un problème : comment faire place, dans l’analyse de l’action, à une forme d’inscription individuelle de la rationalité pratique, sans retomber dans le psychologisme ou le contractualisme ? La réponse présentée prend appui sur deux extensions de la conception pragmatiste de la disposition. L’auteur montre, tout d’abord, que les dispositions sont des lois de comportement individuelles régissant les conduites actuelles et possibles de l’agent qui les possède. Puis, en proposant une conception « générique » des dispositions, il cherche à rendre compte du caractère social de ces lois individuelles en décrivant les relations de dépendance qu’elles entretiennent avec les sphères pratiques et les institutions. L’esquisse de théorie non dualiste du comportement humain proposée entend ainsi établir la pertinence d’un dispositionnalisme critique.

Texte intégral

1L’ambition d’une théorie dispositionnelle de l’action – comme celle que j’ai essayé de développer dans Savoir faire (1998) – est de décrire et de comprendre la régularité et la rationalité immanente de nos pratiques, sans recourir ni à un modèle intellectualiste renvoyant à l’application consciente de règles explicite, ni à une interprétation mécaniste réduisant le comportement à la résultante de déterminations causales aveugles.

  • 1 L’histoire des idées fourmille d’illustrations de « transcendantaux pratiques ». Le meilleur exempl (...)

2Une théorie de ce genre s’élabore à partir de la spécificité des principes de la rationalité pratique, ou, pour reprendre l’expression de Jacques Bouveresse, à partir de 1’idée de « transcendantal pratique »1. Cette idée renvoie, bien entendu, à Wittgenstein (1961) affirmant que ce n’est pas parce que nos comportements sont réguliers qu’ils sont le produit de l’obéissance à des règles indépendantes, qu’il s’agisse de représentations mentales « internes » ou de déterminations physiques externes. De ce point de vue, nos pratiques sont régies, en dernière instance, par des principes à la fois nécessaires et historiques, qui relèvent de ce que Wittgenstein appelle la « grammaire » d’une activité, dont la particularité est non pas de régler ces comportements mais de les constituer, de les rendre possibles. Dans cette perspective, agir, c’est être engagé et participer à un certain nombre de sphères pratiques collectives déterminées – que Wittgenstein appelle « jeux de langage » – qui sont comme autant de régions de rationalité distinctes, définies ou mieux rendues possibles par des règles extrêmement fondamentales – leur « grammaire » – qui déterminent, transcendantalement, c’est-à-dire antérieurement à toute action en leur sein, les objectifs qu’on devrait y poursuivre et les moyens qu’on devrait appliquer pour les poursuivre.

3Pourtant, ce n’est pas parce que ces règles relèvent du collectif, ou du social, qu’elles sont le produit de conventions ou de contrats passés entre les agents qui les observent. Au contraire, leur transcendance, au sens de Durkheim, leur vient justement du fait qu’elles sont indépendantes de toute entente entre les volontés des individus. « Tout ne se passe pas », écrit Wittgenstein, « comme si nous choisissions le jeu ». Dans ses déterminations pratiques les plus fondamentales, le jeu s’impose à nous, il nous précède en tant que nous y participons. Le plus souvent, ces règles fondamentales sont implicites, tacites, bref sont appliquées par les agents sans qu’ils en aient nécessairement conscience, c’est-à-dire sans qu’ils soient nécessairement capables de les énoncer explicitement. Wittgenstein irait jusqu’à dire que les règles de grammaire échappent nécessairement à la conscience, parce que le seul fait de les asserter implique qu’on envisage la possibilité qu’on les nie, ce qui est déjà trop, puisque les nier, c’est nier cela même qui, dans cet univers pratique auquel nous participons, nous permet de nous y retrouver, de déterminer ce qui a du sens et ce qui n’en a pas, ce qui est possible et ce qui ne l’est pas, bref ce en quoi consiste cet univers lui-même.

4L’attention portée aux cadres collectifs de notre action conduit ainsi à soutenir l’idée que des transcendantaux pratiques intersubjectifs sont intériorisés par les agents, sous la forme de dispositions, qui peuvent être conçues, dans la tradition peircienne, comme des lois (normatives) de comportement irréductibles aussi bien à des principes pratiques conscients qu’à des déterminations mécaniques et purement causales. Le recours à cette idée soulève cependant une question : pourquoi réintroduire ce type de propriétés individuelles, alors qu’un des intérêts principaux de l’analyse wittgensteinienne des jeux de langage est, précisément, de permettre d’en faire l’économie, au profit d’une conception dépsychologisée et désindividualisée de l’action ? Autrement dit, le problème se pose de savoir comment faire place, dans l’analyse, à une forme d’inscription individuelle de la rationalité pratique, sans retomber dans le psychologisme ou dans le contractualisme.

5La théorie dispositionnelle de l’action essaye d’apporter une solution à ce problème. Dans cet article, je voudrais en présenter quelques éléments en rappelant 1) que les propriétés dispositionnelles que les sciences humaines mettent en valeur sont des lois de comportement régissant tous les comportements actuels et possibles de l’agent qui les possède ; et en montrant, à partir de la définition de la notion de « dispositions génériques », que 2) le caractère social de ces lois, qui sont indéterminées et de nature propensionnelle, tient au fait qu’elles sont en relation de dépendance relative et réciproque aux sphères pratiques ou aux institutions.

Les propriétés logiques des dispositions

6On sait que les énoncés dispositionnels ne se construisent pas comme des énoncés portant sur des objets, des états, des événements ou des activités. Une disposition a, en effet, la propriété caractéristique et, en apparence, paradoxale d’être à la fois permanente et non entièrement actuelle, c’est-à-dire de durer, sans exister hic et nunc à chaque instant de l’intervalle de temps pendant lequel elle dure. Elle n’est ni une entité totalement abstraite, qui existerait dans un monde d’idées, séparé du monde actuel, ni quelque chose qui arrive ou qu’on rencontre dans un temps et un espace définis et actuels. Proches des états et des activités, les dispositions se distinguent des activités parce qu’elles n’impliquent pas d’agentivité, des états et des activités à la fois parce qu’elles n’ont pas lieu, n’arrivent pas, ne sont pas actuelles.

7Qu’une disposition ne soit ni un état ni une activité n’empêche pas – et c’est là une des caractéristiques des concepts dispositionnels – qu’elle soit toujours définie relativement à une action, ou à un type d’action. De sorte que, sans y être réductible, elle peut se manifester au travers d’une occurrence particulière de ce type d’action. Le fait de se manifester sous la forme d’éventualités sans être elles-mêmes des éventualités est une propriété essentielle des dispositions. La morphologie même d’une grande partie des termes dispositionnels montre clairement le lien que les dispositions entretiennent à leurs actualisations possibles. Le problème est de savoir si cette relation des dispositions à leurs actualisations, qu’elle soit marquée linguistiquement ou non, ne trahit pas une dépendance des premières par rapport aux secondes ; et, donc, si on peut se fonder sur elle pour rattacher le dispositionnel à l’ordre de l’éventualité, c’est-à-dire de l’actuel.

Lois de comportement

8De manière générale, les attributions de dispositions n’ont, du point de vue de leurs conditions de vérité, que des rapports très lâches, sinon, pour certains auteurs, inexistants, avec toute description des actualisations de celles-ci, qu’elles soient présentes, passées ou futures. Autrement dit, non seulement une disposition (au moins en tant que type linguistique) n’est pas un fait, mais encore son existence paraît fortement indépendante de celle de tout fait, y compris de ceux qui la manifestent. Ainsi, le degré d’existence d’une disposition à un moment donné n’est pas fonction du fait qu’elle est actualisée ou non : attribuer une disposition à quelqu’un n’implique pas, de manière nécessaire, que celui-ci l’actualise, même si, inversement, le fait que quelqu’un actualise une disposition implique, le plus souvent, qu’on la lui attribue. De plus, l’attribution présente d’une disposition n’implique pas que cette disposition s’actualisera : les prédicats dispositionnels n’ont aucune implication nécessaire pour l’avenir. Inversement, si l’actualisation future d’une disposition est certaine, alors on peut affirmer l’existence présente de cette disposition. Enfin, les propriétés dispositionnelles s’opposent à des prédicats attribués sur la base d’un événement passé : avoir 40 ans, c’est être né il y a quarante ans. Au contraire, un objet peut être fragile, sans avoir jamais actualisé sa fragilité, c’est-à-dire sans s’être jamais cassé. Inversement, il semble qu’un verre qui s’est cassé ait fait preuve de sa fragilité.

9En somme, les énoncés dispositionnels ne peuvent pas être réduits à la description des actualisations des dispositions qu’ils attribuent. Une disposition qu’on a testée n’est pas, pour autant, un fait passé. Inversement, quand j’actualise une disposition celle-ci ne se dissout pas, pour ainsi dire, dans son effet présent : un élastique que l’on tend n’en perd pas son élasticité, il reste vrai de dire de lui, à la fois, qu’il est actuellement déformé (actualisation) et qu’il est élastique (disposition) : « Quelqu’un qui voit ne perd pas la vue par le simple fait qu’il a vu. » (Peirce, 1931, 1.422). Enfin, la signification d’un énoncé dispositionnel ne porte pas non plus seulement sur un fait futur, puisqu’il serait absurde de dire que la disposition naîtra de son actualisation future. Le contenu d’une attribution de disposition excède donc celui de tout énoncé factuel, y compris celui d’une infinité de descriptions d’actualisations de cette disposition.

10Les distinctions sémantiques qu’on vient de rappeler plaident donc en faveur de l’idée que les termes dispositionnels ne sont pas utilisés comme le sont les termes renvoyant à des objets ou à des éventualités. Voilà pourquoi j’ai suggéré que les énoncés dispositionnels relèvent d’un autre type d’entité : les lois. Que recouvre la notion de « loi » ici ?

11Dire de quelqu’un qu’il est colérique ne signifie pas seulement qu’il s’est mis en colère un certain nombre de fois, ni même seulement qu’il se mettra en colère un certain nombre de fois ; cela signifie aussi qu’il pourrait et aurait pu se mettre en colère dans une infinité d’occasions possibles. En tant que loi, une disposition est donc, par essence, irréductible à une série finie ou infinie quelconque d’actualisations, c’est-à-dire à un fait, ou à un ensemble de faits actuels. En ce sens, attribuer une disposition (X est disposé à agir de telle ou telle manière) n’est pas simplement décrire une régularité expérimentale (chaque fois que X s’est trouvé dans tel type de situation, il a agi de telle manière), mais c’est énoncer une loi dont la vérité dépend uniquement des régularités observées, c’est-à-dire d’événements actuels, mais aussi de tous les événements possibles du même type (si X se trouve dans un tel type de situation (que cela soit arrivé ou non], alors il se comporte de telle manière). C’est précisément, selon Goodman (1983, p. 62), ce qui rend les dispositions si difficiles à concevoir : « La particularité des prédicats dispositionnels est qu’ils semblent s’appliquer à des choses en raison d’événements possibles, plutôt que réels. » Selon cette distinction épistémologique fondamentale, un énoncé dispositionnel n’est pas une « généralité contingente, ou accidentelle », c’est-à-dire un énoncé décrivant une répétition finie ou infinie d’éventualités de même type, mais un « énoncé de forme nomologique ». Le propre d’un tel énoncé est de supporter des généralisations contrefactuelles. De toute attribution de disposition, je peux inférer, à la fois, des conditionnels indicatifs et des conditionnels contrefactuels :

121a) Cette substance est soluble.

131b) Jean sait jouer La Marche turque.

142a) Si cette substance est plongée dans l’eau, alors elle se dissout.

152b) Si on lui donne un piano, Jean joue (ou peut jouer) La Marche turque.

163a) Si cette substance était plongée dans l’eau, alors elle se dissoudrait.

173b) Si Jean avait un piano, il jouerait (pourrait jouer) La Marche turque.

18Chaque phrase 1i) implique des phrases 2i) et 3i). Cette propriété, on le voit, est commune aux dispositions matérielles et aux dispositions humaines. Elle est la traduction logique de la généralité qui caractérise les dispositions, en tant qu’elles déterminent une infinité d’actualisations possibles, c’est-à-dire en tant qu’elles sont des lois. Comment dès lors associer une représentation rigoureuse aux énoncés dispositionnels ? On est tenté, dans un premier temps, de traduire les contrefactuels (et donc les énoncés dispositionnels) sous la forme de conditionnels matériels. On posera, par exemple la définition suivante :

194) Un corps est soluble si et seulement si : Si on le plonge dans l’eau, alors il se dissout.

20Mais Carnap (1936) a montré qu’une telle formulation est trop faible et qu’elle conduit au paradoxe qu’il suffit qu’un objet ne soit jamais immergé – ce qui rend faux l’antécédent de 4) – pour qu’il puisse être considéré à la fois comme soluble et non soluble. En effet, un conditionnel matériel est vrai dès lors que son antécédent est faux, quelle que soit la valeur du conséquent. On pourrait donc toujours attribuer, en même temps, à quelqu’un une disposition et sa négation, tant qu’il n’aurait pas eu l’occasion d’actualiser celle-ci. Or, il faut qu’on puisse parler, par exemple, de la non-solubilité d’une pierre ou de la solubilité d’un morceau de sucre, alors même que cette pierre et ce sucre n’ont jamais été, ni ne seront jamais, plongés dans un liquide. De sorte que, pour rendre compte des énoncés dispositionnels, on a besoin d’un conditionnel plus fort, portant sur des éventualités réelles mais aussi, à supposer que cela ait un sens, sur des éventualités possibles. Un conditionnel de ce type peut se concevoir dès lors qu’on considère, suivant en cela Peirce, que le fait de posséder, même à l’état de pure virtualité, une certaine potentialité est, en soi, une propriété tout aussi réelle que celle qui consiste à actualiser cette potentialité.

21Adopter cette position oblige, d’une certaine manière, à recourir à une sémantique modale : attribuer une disposition D à un individu X, ce n’est pas nécessairement décrire l’actualisation, ici et maintenant, de cette disposition, mais c’est nécessairement poser, si l’on peut dire, la possibilité pour X d’agir selon cette disposition, à la fois dans le monde actuel et dans une famille de situations inactuelles, mais suffisamment semblables à la situation actuelle : si D est actualisée par X, dire qu’il possède D, c’est affirmer, en outre, qu’il aurait agi de même dans toute situation analogue possible ; s’il ne l’actualise pas, c’est affirmer qu’à la situation actuelle (ou au monde actuel), celle où X a ou n’a pas actualisé sa disposition, aurait pu se substituer une autre situation, où cette disposition se serait réalisée, et donc qu’une autre situation (ou un autre monde) possible existe ou, du moins, est concevable, dans laquelle X agit selon D. Bref, en logique, on reconnaît les attributions de dispositions à ce qu’elles impliquent une quantification sur des situations, ou mondes possibles.

22L’analyse aboutit donc aux deux conclusions suivantes, qu’il faut prendre soin de distinguer : d’un point de vue sémantique, premièrement, les énoncés dispositionnels ont la particularité de se prêter à des généralisations contrefactuelles et supposent donc des énoncés descriptifs ordinaires, comprenant non seulement des cas réels, mais aussi des cas possibles. Deuxièmement, d’un point de vue ontologique, on peut estimer qu’au type sémantique ainsi défini doit correspondre, dans la réalité, une classe d’objets, les « possibles réels » ou « would-be » peirciens, irréductible à celle des entités actuelles (cf. Peirce, 1931, 5.453).

Croyances

  • 2 La maxime pragmatiste postule que : « La véritable signification de tout produit de l’intellect rés (...)

23Cette distinction entre sémantique et ontologie est, d’une certaine manière, dépassée par le pragmatisme ; et, plus particulièrement, par cette extension du dispositionnalisme aux croyances qu’a proposée Peirce. On sait que, pour lui, une croyance n’est pas une simple représentation, mais, en application de la maxime pragmatiste2, une détermination pratique, une propension. Si la signification véritable de toute représentation réside dans l’ensemble de tous ses effets possibles (c’est-à-dire actuels et contrefactuels), alors toute la réalité d’une croyance consiste dans la somme (infinie) de tous ses « effets », c’est-à-dire de toutes les différences qu’elle fait dans le comportement de celui qui l’a. En d’autres termes, on ne peut dire qu’un individu donné a telle ou telle croyance que dans la mesure où cette croyance fait une différence dans son comportement, ou encore modifie sa pratique, de façon générale et régulière. Ce qui revient à identifier toute croyance à l’habitude (ou à la disposition) pratique qu’elle produit dans l’agent qui l’a.

24La conception pragmatiste de la croyance comme disposition à agir, ou comme habitude de comportement, remet fondamentalement en cause la conception intellectualiste qui identifie la croyance à une proposition que celui qui la possède aurait dans sa « boîte à croyances » et qui serait l’objet de révisions successives en fonction de sa compatibilité, c’est-à-dire de la compatibilité de ses conséquences, avec de nouvelles croyances éventuellement acquises au cours d’expériences ou de réflexions ultérieures. Autrement dit, une croyance n’est pas, tout d’abord, quelque chose comme une hypothèse scientifique que le savant est prêt à révoquer au premier démenti expérimental significatif. Loin d’avoir un rapport contemplatif à nos croyances, comparable à la relation maîtrisée et détachée d’un scientifique à ses hypothèses, nous sommes littéralement possédés par elles. D’où la difficulté que nous éprouvons à les remettre en cause, à les réviser, difficulté systématiquement sous-estimée par l’intellectualiste qui, partant d’une remise en cause radicale de tout ce qu’il n’a pas fermement établi, prétend disposer librement de ses croyances au point de pouvoir les remettre toutes en cause.

25Cette conception implique, en outre et contrairement à nouveau à la conception intellectualiste, que les croyances sont rattachées, de manière constitutive, à l’action et qu’elles ont à la pratique la relation dynamique d’une détermination à ses effets. Ainsi, nos croyances ne sont-elles pas de pures possibilités d’action ; elles ne rendent pas simplement possibles tels ou tels comportements. Elles nous poussent, elles nous déterminent à agir conformément à elles ; ce sont des propensions. Elles sont « plus fortes que nous ». Ce sont, selon l’expression de Peirce, des « règles actives en nous ». Il est cependant essentiel de souligner que, comme toute disposition, la croyance n’est pas une détermination déterministe. Selon Peirce, le monde comprend une part irréductible d’indétermination et est soumis à une évolution continue, mais constante, de ses formes et de ses lois. Cela vaut pour les habitudes et, en particulier, pour les croyances-habitudes qui nous permettent d’agir en lui : celles-ci sont essentiellement indéterminées, c’est-à-dire ouvertes au changement. Seules les lois de la nature, ces habitudes invétérées, sont totalement figées et pratiquement inaccessibles à toute reconditionnalisation future.

26La conception pragmatiste de la croyance ne conduit pas pour autant à nier la spécificité de la disposition-croyance, à savoir, précisément, le fait qu’elle a un contenu. Le propre des dispositions-croyances est de faire intervenir les produits – des « squelettes » mi-sensibles, mi-conceptuels – d’une imagination schématique de type kantien. Cette conception pragmatiste des croyances conduit à définir des procédures inductives formelles permettant d’identifier et de mesurer les dispositions-croyances, procédures qui reposent non pas sur une expérience immédiate et privée mais sur des données publiques et quantifiables. Peirce pense que les croyances et leurs degrés doivent être tirés des fréquences objectives des événements sur lesquels les croyances portent ; Ramsey pense, quant à lui, que ces degrés de croyance doivent être inférés des comportements des agents, plus précisément, des choix effectués par les agents entre des paris appropriés. Il est probable cependant que, le plus souvent, ces deux méthodes donnent des résultats analogues, les degrés d’assentiment subjectif étant, le plus souvent, du fait du mode d’apprentissage et de perpétuation des croyances, ajustés aux fréquences objectives des événements correspondants.

Les dispositions génériques

  • 3 Ryle (1978, p. 115) établit une distinction entre termes dispositionnels « très génériques et déter (...)

27La théorie dispositionnelle de l’action fait subir au dispositionnalisme une autre extension : elle prétend rassembler, sous une même disposition, un certain nombre de dispositions cohérentes d’un même individu. La spécificité de ces dispositions, que j’appellerai « génériques » (et dont il faut préciser qu’elles s’apparentent partiellement à ce que Ryle concevait sous cette même appellation3) est de ne pas avoir d’actualisations propres ; ou, plutôt, de ne pas s’actualiser sous la forme de comportements déterminés, mais par l’intermédiaire d’autres dispositions, spécifiques cette fois. C’est de cette seconde extension du dispositionnalisme que je voudrais rendre compte maintenant.

28Parmi les dispositions que l’on attribue à un individu, certaines sont très générales, mais d’une forme de généralité qui ne se ramène pas à celle de leurs conditions déclenchantes ou de leurs modes d’actualisation. Ces dispositions ne sont pas attachées à une sphère pratique déterminée, mais semblent agir, à l’intérieur de plusieurs sphères, en se spécifiant, dans chaque cas, sous la forme d’une disposition particulière. Par exemple, quand je dis de quelqu’un qu’il sait jouer au tennis, je lui attribue, certes, une propriété très générale, puisque son « savoir » peut se manifester par une infinité de coups différents dans une infinité de situations de jeu différentes. Mais je peux associer cette disposition générale à une sphère pratique donnée, le jeu de tennis, dont la fréquentation peut être considérée comme le principe de la genèse et de l’entretien de cette disposition. Par contre, il n’existe pas une sphère pratique déterminée, à l’intérieur de laquelle on devient adroit et on entretient son adresse : on peut se montrer adroit au tennis, mais aussi au basket-ball, ou encore en construisant une maison ou en parlant à une personne particulièrement susceptible, etc. De sorte qu’il est presque impossible d’imaginer ce que serait une pure preuve d’adresse, c’est-à-dire une actualisation typique de la disposition à être adroit, qui serait indépendante de toute sphère pratique plus spécifique.

29Se montrer adroit, c’est toujours, nécessairement, être adroit dans tel ou tel domaine. Autrement dit, l’adresse est une disposition générique, en ce sens qu’elle n’a pas un domaine d’actualisation propre, mais emprunte, pour s’actualiser, celui d’autres dispositions qui en sont les spécifications. De même, l’« hypercorrection petite-bourgeoise » dont parle William Labov (1960), est une disposition générale, d’une part, bien sûr, parce que ses manifestations et les occasions dans lesquelles elle les produit sont très variées, mais aussi, d’autre part, parce qu’elle est générique, au sens fort défini précédemment. En effet, cette disposition, propre à la petite-bourgeoisie en ascension sociale, s’exprime, avant tout, dans la pratique linguistique des membres de ce groupe, dans leur angoisse permanente du bon usage et leur poursuite anxieuse des fautes grammaticales – pour les autres et pour eux-mêmes – et, surtout, dans les excès de zèle linguistiques (par exemple, en français, l’utilisation systématique du passé simple) qu’elle inspire, et qu’évite, à l’inverse, la bourgeoisie cultivée, au nom de l’aisance et de la créativité. Néanmoins, l’hypercorrection n’est pas une propriété des seuls comportements linguistiques des petits-bourgeois en ascension : elle caractérise, en règle générale, l’ensemble de leurs pratiques et donc de leurs dispositions spécifiques, depuis leur rigorisme moral, leur besoin de discipline, leur juridisme, jusqu’à leurs goûts esthétiques ascétiques, en passant par leurs stratégies scolaires ou économiques ambitieuses et volontaristes (cf. P. Bourdieu, 1979, p. 382). La disposition générique ne renvoie donc pas à une propriété des comportements de l’agent, mais au système cohérent que forment les dispositions spécifiques de celui-ci, et ce n’est qu’à travers ces dernières qu’elle s’actualise. Il n’existe pas une sphère d’activité spécifique, qui lui corresponde.

30Cela dit, on pourrait, d’un point de vue nominaliste, considérer les termes dénotant des dispositions génériques comme de simples étiquettes (un Anglo-Saxon dirait des place-holders) sous lesquelles on rangerait un certain nombre de prédicats dispositionnels, sans que cela implique que l’on attribue une forme quelconque de réalité à leurs référents. Mais, dans les exemples précédents, l’existence de dispositions génériques, c’est-à-dire le fait que toutes les dispositions spécifiques d’un groupe ou d’un type d’individu aient des propriétés communes, n’est pas, semble-t-il, due au hasard. Les dispositions génériques ne recouvrent pas des classes arbitraires de dispositions particulières. Toutes les manières d’être adroit ont des traits communs : être adroit au tennis a quelque chose à voir avec être un menuisier adroit. Autrement dit, les dispositions qu’on a appelées « génériques » ne sont pas de simples abréviations ; elles ont pour contrepartie objective des familles réelles de dispositions spécifiques. Les différentes manières d’être adroit ou intelligent ont, objectivement, quelque chose en commun.

31Or, nous avons fait l’hypothèse que les propriétés d’une disposition dépendent des propriétés de la (ou des) sphère(s) pratique(s) collective(s), à l’intérieur de la(les)quelle(s) cette dernière se forme et se maintient. Ceci devrait valoir, en particulier, pour leurs propriétés relationnelles de ressemblance. D’où l’hypothèse suivante : la ressemblance objective des dispositions regroupées sous une même disposition générique doit reposer sur une propriété objective des univers pratiques à l’intérieur desquels ces dispositions se sont formées. La cohérence systématique des dispositions spécifiques d’un individu renverrait donc à certaines caractéristiques invariantes, communes à tous les apprentissages dispositionnels auxquels celui-ci a été soumis, à l’intérieur des sphères pratiques qu’il fréquente. Cette hypothèse peut servir de base à un dispositionnalisme élargi, selon lequel les propriétés dispositionnelles d’un individu forment un système cohérent, parce qu’elles reflètent la « situation » sociale globale de ce dernier, c’est-à-dire le fait qu’il participe à un ensemble cohérent d’univers pratiques, à des niveaux systématiquement homologues (si l’on tient compte, en outre, de la hiérarchie des univers pratiques eux-mêmes). Autrement dit, l’idée de disposition générique manifeste l’existence de positions sociales cohérentes. C’est cette notion que nous allons, maintenant, préciser.

32D’un point de vue sociologique, il n’y a pas un univers social primordial qui serait le fondement de tous les autres, en ce sens que tous les autres ne feraient que le refléter, et à l’intérieur duquel on pourrait assigner à chaque individu une position déterminée. La position sociale d’un individu n’est que la somme des positions qu’il occupe dans les différents univers auxquels il participe. La pertinence scientifique d’une telle notion vient de ce qu’on constate, le plus souvent, que ces différentes positions sont homologues entre elles, c’est-à-dire équivalentes relativement aux normes d’évaluation propres à chaque univers concerné. Autrement dit, la position sociale est une propriété doublement relationnelle : c’est la relation d’homologie qui existe entre les positions qu’occupe un même individu, à l’intérieur des univers pratiques qu’il fréquente, ces positions étant elles-mêmes des propriétés différentielles définies relativement aux autres positions spécifiques que chaque univers spécifique rend possibles. Bref, la position sociale est une relation d’homologie entre relations différentielles. Mais, les univers pratiques eux-mêmes ont des relations les uns aux autres, relations de domination et de concurrence. D’où une nouvelle définition, triplement relationnelle cette fois : la position sociale d’un individu est la relation d’homologie globale (relation 1) qui existe entre les relations différentielles (relation 2) qui caractérisent chaque position sociale spécifique, occupée par cet individu, à l’intérieur d’univers sociaux particuliers, ces dernières étant pondérées par la position que chacun de ces univers occupe relativement aux autres (relation 3). Par exemple, le statut social d’un grand patron consiste en cela qu’il occupe un ensemble de positions analogues les unes par rapport aux autres (relation 1), parce que toutes dominantes (relation 2) à l’intérieur de chaque univers du sous-ensemble de l’ensemble de tous les univers que forment les univers auxquels il participe et dont le propre est d’être, eux-mêmes, tous dominants (relation 3), relativement aux autres univers de l’ensemble de tous les univers.

33La notion de disposition générique traduit donc l’existence de systèmes de positions sociales homologues, réparties sur un sous-ensemble de l’ensemble de tous les univers pratiques, dont les valeurs respectives intègrent celle que chaque univers occupe lui-même dans la hiérarchie qui structure cet ensemble, et qui ont une stabilité suffisante pour produire un apprentissage dispositionnel durable. L’hypothèse dispositionnaliste, ainsi étendue aux dispositions génériques, permet donc de comprendre l’homologie des manières dont un individu, issu d’une position sociale donnée, se détermine dans les différents univers symboliques qui lui sont accessibles, relativement aux individus issus d’autres positions. Chaque univers pratique offrant à ceux qui le fréquentent un ensemble de déterminations, de choix symboliques possibles, les choix d’un individu donné ou d’une classe d’individus donnés (relativement à leur position d’origine, c’est-à-dire à leur apprentissage dispositionnel premier) s’orientent, le plus souvent, dans le même sens, par rapport aux choix d’individus d’origines différentes. C’est pourquoi il y a un air de famille, d’une part, à l’intérieur de chaque univers, entre les choix des individus occupant une même position et, d’autre part, d’un univers à l’autre, entre les déterminations d’un même individu ou d’un même type d’individu.

34Cet air de famille ne repose pas sur une identité ou une ressemblance substantielle, c’est-à-dire fondée sur le partage d’une ou plusieurs propriété(s) commune(s) des choix opérés (par exemple, le goût populaire pour les nourritures grasses n’a, en soi, rien à voir avec le fait de pratiquer le football dans des clubs et non sur le mode ludique propre à la pratique étudiante), mais sur une homologie structurelle ou relationnelle, tous les choix des individus d’un même type ayant en commun de diverger, de la même manière, dans chaque univers pratique, par rapport aux choix des individus d’un autre type : de même que l’on peut reconnaître, à sa manière de jouer au tennis, quelqu’un qui joue également au ping-pong ou au squash, de même on retrouve une sorte d’invariant stylistique dans tous les comportements d’un individu issu d’une position sociale donnée. Bref, c’est parce qu’il observe cette invariance stylistique différentielle des manières d’être et d’agir, cette stabilité structurelle des déterminations individuelles sous la variation des contextes pratiques et pour une origine sociale donnée, que le sociologue est amené à poser l’existence de dispositions génériques, connues comme des « système(s) de dispositions (relativement) stables qui produisent des comportements (relativement) constants » (Bouveresse, 1993, p. 94).

35Il est tentant d’étendre au maximum l’idée de disposition générique jusqu’à construire le concept d’une disposition générique complète, sorte d’équivalent savant du concept ordinaire de « caractère », qui unifierait tout le comportement d’un individu donné. De fait, il semble qu’en rattachant le concept de disposition générique à celui de « position sociale », on ait déjà montré plus qu’on ne voulait, à savoir non seulement la possibilité de méta-dispositions agissant par-delà les frontières d’une sphère pratique unique mais aussi celle de propriétés dispositionnelles absolument génériques, régissant toutes les pratiques d’un individu, en tant qu’il occupe une position sociale donnée. Il paraît possible, en effet, de classer les dispositions génériques, selon leur degré de généricité, c’est-à-dire, en gros, selon le nombre de dispositions particulières qu’elles regroupent. Au sommet de cette hiérarchie, le sens commun place l’idée de « caractère » individuel ou propre à un groupe, c’est-à-dire l’idée que toutes les actions d’un individu, dans les différents domaines où ce dernier peut intervenir, découlent d’« un complexe de qualités bonnes ou mauvaises » (ibid., p. 93). L’idée de caractère implique qu’il y ait, dans le comportement d’un individu ou d’un type d’individu, une sorte d’invariant dispositionnel, qui explique la forme ou la tonalité particulière que prennent toutes les actions de cet individu, quel que soit le domaine dans lequel il agisse, c’est-à-dire quelle que soit la disposition particulière qu’il actualise. Partant de cette notion du sens commun, Le Senne (1989) a entrepris de fonder une nouvelle branche de la psychologie expérimentale : la « caractérologie ». Il construit, en combinant des traits psychologiques supposés primitifs et universels, des types de caractère dont il décrit, ensuite, les manifestations comportementales caractéristiques.

36Il y a, néanmoins, au fondement même de la notion de caractère, l’idée que l’ensemble du comportement d’un individu peut être expliqué et prévu à partir de certaines de ses propriétés psychologiques, conception mécaniste qui est étrangère au dispositionnalisme. Ainsi, Musil critique-t-il « l’importance qui est attribuée dans nos systèmes de morale au “caractère”, c’est-à-dire à l’exigence que l’homme permette de compter avec lui comme avec une constante » (Das hilflose Europa, cité par Bouveresse, 1993, p. 94). Attribuer un certain « caractère » à quelqu’un, c’est supposer que son comportement est entièrement calculable. Au contraire, l’idée d’une disposition générique complète, qui n’est qu’un prolongement du concept non mécaniste de disposition présenté supra, n’est pas celle, on l’a vu, d’« une détermination en dernière instance », au sens de Weber (cf. Colliot-Thélène, 1992, p. 138), mais d’une détermination partiellement indéterminée qui ne produit pas mécaniquement les comportements des agents. Invoquer le caractère de quelqu’un, c’est, en outre, se référer à une propriété substantielle et inerte de ce dernier. C’est ce qu’exprime toute une famille d’expressions, caractéristiques du fatalisme social des dominés : « il ne changera jamais », « on est comme on est », « c’est dans son caractère », « c’est bien lui, ça », « on ne se refait pas », etc. Le caractère est une propriété invariante que l’individu, quoi qu’il arrive, transporte avec lui tout au long de son existence. C’est un état de la personne, indépendant du contexte, analogue à la couleur de ses cheveux ou à son sexe : de même qu’on n’est pas plus ou moins un homme ou une femme, selon qu’on conduit sa voiture ou qu’on joue au tennis, de même on a toujours le même mauvais caractère, qu’on participe à un débat politique ou à un repas de famille. Une telle notion est incompatible avec la méthodologie fonctionnaliste et relationnelle de la science moderne. Quelqu’un qui, comme Musil, considère que « ce qu’une chose signifie ou est en soi forme l’origine ou le noyau de tout ce qu’on peut dire d’elle, selon les relations où elle s’intègre » (L’Homme sans qualité), et qui « accorde toujours plus d’importance aux potentialités de significations qu’aux significations actualisées et aux qualifications possibles qu’aux qualités réelles », ne pouvait pas « prendre au sérieux des notions comme celles d’“essence”, de “nature” ou de “caractère” et toutes celles qui évoquent l’idée de propriétés qui peuvent être possédées en soi, c’est-à-dire autrement que sous un rapport quelconque, dans des circonstances et dans un contexte ou une forme d’organisation quelconque » (Bouveresse, 1993, p. 96).

37Pourtant, cette objection ne peut pas s’appliquer au concept critique de disposition générique complète. Premièrement, en effet, il fait partie de la définition du concept de disposition en général – et donc, en particulier, de celui de disposition générique – d’une part, de désigner une loi de comportement, c’est-à-dire une relation au sens fort, irréductible à toute entité actuelle, en particulier à un état physiologique ou psychologique de l’individu qui la possède ; et, d’autre part, d’intégrer les dispositions dans une relation de dépendance, à la fois partielle et circulaire, à une institution historiquement déterminée. Deuxièmement, le propre des dispositions génériques est d’exprimer une relation d’homologie entre des propriétés – elles-mêmes relationnellement définies – des comportements de l’individu qu’elles caractérisent. Bref, le concept de disposition générique complète est un concept fondamentalement relationnel qui n’a rien à voir avec la notion substantialiste de caractère.

38Il semble donc qu’à l’aide du concept de disposition, que nous avons emprunté à la tradition pragmatiste, on puisse, sans tomber ni dans le mécanisme ni dans le substantialisme, étendre le dispositionnalisme jusqu’à faire l’hypothèse qu’il existe non seulement des dispositions particulières, associées à des sphères pratiques particulières, mais aussi des dispositions génériques, c’est-à-dire des faisceaux de dispositions, reposant sur des systèmes de positions homologues définies relationnellement sur des ensembles de sphères pratiques indépendantes ; et même, parmi ces dispositions génériques, des dispositions jouant le rôle de principes unificateurs et régulateurs de toutes les dispositions particulières d’un individu d’un certain type, c’est-à-dire de tous ses comportements, dans quelque univers pratique que ce soit.

Conclusion

39L’idée d’élaborer une théorie dispositionnelle de l’action, dont j’ai présenté ici quelques rudiments, est née d’une réflexion sur l’échec des autres théories du comportement : l’intellectualisme qui, quand il ne prête pas aux agents des capacités intellectuelles invraisemblables, leur attribue une relation contemplative et calculatoire au monde et à l’action ; le matérialisme qui ne parvient pas à rendre compte de l’intentionnalité du comportement ; le mécanisme qui, s’associant aussi bien au matérialisme qu’à l’intellectualisme, se heurte à la fois à la part d’indétermination intrinsèque que comporte toute détermination pratique et à l’adaptabilité infinie, en droit, que cette indétermination rend possible ; le contractualisme qui ne peut saisir la nécessité et la transcendance de la loi ; le psychologisme qui dissout la loi dans l’indétermination absolue de l’affect ; le structuralisme sociologiste, enfin, auquel échappe le fait incontestable de l’inertie des déterminations acquises.

40En présentant l’esquisse d’une théorie non dualiste du comportement humain, tirant les conséquences des extensions du dispositionnalisme (aux croyances et aux dispositions « génériques »), cet article a essayé d’établir la pertinence d’un dispositionnalisme critique, qui prétend ne rien céder ni au substantialisme naïf ni aux diverses tentatives de réduction qu’on a voulu appliquer au dispositionnalisme, ou même à la conception purement négative ou minimale des dispositions qu’on lui concède parfois.

41L’adoption de ce dispositionnalisme critique semble avoir un coût conceptuel. Ainsi, elle impose à la connaissance, premièrement, de faire son deuil de l’ambition d’accéder à un savoir absolument certain et définitif, fondé sur des dichotomies claires et distinctes (celle du mental et du physique, du spontané et du mécanique, de l’individuel et du collectif, de la réalité en soi et de sa représentation) et des lois parfaitement rigoureuses, ne laissant place à aucune forme de vague et d’indétermination ; deuxièmement, pour reprendre la métaphore quinienne, de souscrire un « engagement ontologique » plus risqué, en concédant aux lois structurelles et individuelles (attachées à des individus), et non plus seulement à leurs effets, une forme de « réalité » et inversement de contester les bases, apparemment modestes et évidentes, de l’engagement ontologique actualiste en montrant que la pure individualité est une abstraction parce qu’il n’est d’individus qu’intégrés dans des structures collectives et qu’il ne peut rien exister qui soit tout entier actuel ; troisièmement, de reconnaître un mode de causalité différente de la causalité efficiente, causalité des lois ou, mieux, des propensions, que Peirce qualifie de « finale », tout en précisant que la finalité en question n’est pas nécessairement le produit d’un projet.

42Mais renoncer au modèle fondationnaliste de la science, c’est-à-dire au dualisme de l’esprit et de la matière, à l’intuitionnisme, au discontinuisme, à l’atomisme ; abandonner l’ambition de fonder aussi bien un matérialisme qu’un intellectualisme complets ; cesser de considérer les propriétés des individus indépendamment de leurs déterminations contextuelles, sans pour autant les réduire à en être des épiphénomènes ; ne plus devoir choisir entre une représentation intellectualiste des croyances et leur réduction à de pures déterminations physiologiques : tout cela ne constitue en rien un sacrifice, ne « coûte » rien. Tout au contraire, cela semble plutôt libérer la pensée de contraintes et d’a priori dont on peut, à bon droit, penser aujourd’hui qu’ils n’ont aucun fondement.

Bibliographie

Bourdieu Emmanuel (1998), Savoir faire. Contribution à une théorie dispositionnelle de l’action, Paris, Seuil.

Bourdieu Pierre (1979), La distinction, Paris, Minuit.

Bouveresse Jacques (1993), L’homme probable, Combas, Éditions de l’Éclat.

Carnap Rudolph (1936-1937), « Testability and Meaning », Philosophy of Science, 3 (4), p. 420-471 ; 4 (1), p. 2-40.

Colliot-Thélène Catherine (1992), Max Weber et l’État, Paris, Minuit.

Goodman Nelson (1983), Faits, fictions et prédictions, Paris, Minuit [1955].

Koyré Alexandre (1966), Études galiléennes, Paris, Hermann.

Labov William (1966), « Hypercorrection by the Lower Middle Class as a Factor in Linguistic », in W. Bright (ed.), Sociolinguistics, La Haye, Mouton, p. 84-101.

Le Senne René (1989), Traité de caractérologie : précis d’idiologie, Paris, Presses universitaires de France [1949].

Panofsky Erwin (1992), Galilée critique d’art, Paris, Les Impressions nouvelles [1954].

Peirce Charles Sanders (1931), Collected Papers, vol. I-VI, Cambridge (MA), Harvard University Press.

Ryle Gilbert (1978), La notion d’esprit, Paris, Payot [1949].

Wittgenstein Ludwig (1961), Recherches philosophiques, Paris, Gallimard [1953].

Notes

1 L’histoire des idées fourmille d’illustrations de « transcendantaux pratiques ». Le meilleur exemple en est le cas particulièrement intéressant de Galilée, analysé à la fois par Koyré (1966) et par Panofsky (1992) : tout en ayant incarné la rationalité et le modernisme scientifiques les plus extrêmes, Galilée était poursuivi, selon l’expression de Panofsky, par une véritable « hantise du cercle », et cela aussi bien dans ses goûts artistiques que dans ses théories scientifiques, refusant, pour ainsi dire d'un même geste intellectuel, le maniérisme et ses formes allongées en peinture, et les lois astronomiques de Kepler fondées sur des trajectoires elliptiques.

2 La maxime pragmatiste postule que : « La véritable signification de tout produit de l’intellect réside dans une détermination unitaire […] qu’il imprimerait à la conduite dans toute circonstance concevable. » (Peirce, 1931, 6.490).

3 Ryle (1978, p. 115) établit une distinction entre termes dispositionnels « très génériques et déterminables » et « très spécifiques et déterminés ». Les premiers « signifient des capacités, des tendances ou inclinations à faire non des choses d’un seul et unique genre, mais des choses de plusieurs genres ».

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search