Version classiqueVersion mobile

La régularité

 | 
Christiane Chauviré
, 
Albert Ogien

Dispositions et explication

D’où viennent les lois de la nature ?1

Where do Laws of Nature come From ?

Nancy Cartwright
Traduction de Albert Ogien

Résumé

Que doit-on tenir pour premier, les lois ou les capacités ? Cet article pose que, contrairement à ce que la fiction courante affirme, ce sont les capacités qui sont premières. À quelques exceptions près – comme celle relative au système planétaire – les lois naissent de la mise en œuvre répétée, dans des circonstances particulièrement propices, d’un système d’éléments possédant des capacités stables. Pour obtenir une loi, il faut donc actionner une machine nomologique. Deux illustrations de machine de ce type sont présentées : l’une relevant de la physique, l’autre de l’économie. Elles montrent comment les capacités servent à forger des lois et sont utilisées de différentes manières dans des circonstances différentes et dans des intentions différentes. Bref, on n’obtient pas de loi à partir de longues chaînes dérivant leurs principes de lois plus anciennes, il faut les construire – et cela tient plus du savoir-faire de l’ingénieur que de celui du logicien.

Texte intégral

1. Les machines nomologiques et les lois qu’elles engendrent

  • 1 Traduction de « Where do Laws of Nature come From ? », Dialectica, 51 (1), 1997, p. 65-78. La quali (...)
  • 2 Je voudrais remercier Jordi Cat, qui a participé à la rédaction de la section 2 de cet article et q (...)

1D’où viennent les lois de la nature ? Pour un empiriste venant après le positivisme logique, cette question paraîtra incongrue. Les lois de la nature sont fondamentales. D’elles procèdent, ou à cause d’elles se produisent, les autres choses. À l’instar de Rom Harré, je rejette cette conception. Ce sont les capacités qui sont fondamentales, et les lois de la nature existent – quand elles existent – à cause de ces capacités ; ou, pour le dire de façon plus explicite, par la mise en œuvre répétée, dans des circonstances particulièrement propices, d’un système d’éléments possédant des capacités stables. Quelquefois, l’agencement de ces éléments et leur environnement permettent qu’une loi se manifeste naturellement, comme c’est le cas avec le système planétaire ; le plus souvent, ces agencements sont construits par nos soins, comme dans le cas d’une expérience de laboratoire. Mais, dans tous les cas, pour obtenir une loi de la nature, il faut recourir à ce que j’appelle une machine nomologique2.

2Par « loi de la nature », j’entends ici ce qui a généralement été entendu par « loi » dans cet empirisme « humien » libéralisé qui caractérise l’essentiel de la philosophie des sciences qui s’est développée après le positivisme logique : une loi de la nature est une association régulière et nécessaire entre ce qu’on a appelé des « propriétés occurrentes ». Cette association peut se produire dans 100 % des cas – la loi est alors déterministe – ou, comme en mécanique quantique, seulement de façon probabiliste. Ma conception trouve sa source dans le constat que ce genre d’associations ne se rencontre que rarement et que, lorsqu’on en découvre une, on peut très facilement montrer quel est l’agencement de capacités qui lui donne naissance. La thèse que je soutiens est que notre connaissance des capacités et de la manière dont elles opèrent dans des circonstances données n’est pas elle-même un catalogue de régularités modalisées. Un corollaire de cette position – que je défends depuis longtemps – est que les lois de la nature (en prenant le terme loi au sens d’association régulière nécessaire) ne valent que ceteris paribus – c’est-à-dire seulement en relation avec la mise en œuvre répétée et réussie d’une machine nomologique.

  • 1 Cf., par exemple, Cartwright (1996, 1997).

3Qu’est-ce qu’une machine nomologique ? C’est un agencement (suffisamment) fixe d’éléments, ou de facteurs, possédant des capacités (suffisamment) stables qui, dans une sorte d’environnement (suffisamment) stable, donnera naissance, à force de mises en œuvre répétées, au genre de conduite régulière que nous décrivons dans les lois scientifiques. J’ai déjà expliqué ailleurs pourquoi il me semble que la notion de machine nomologique est la bonne1. Lorsque nous observons le travail de la science, de la physique à l’économie, on découvre l’importance du rôle que jouent les modèles dans la façon dont nous rendons compte scientifiquement de ce qui se produit ; et lorsqu’on étudie ces modèles de façon attentive, on s’aperçoit qu’ils offrent précisément le type d’information que j’identifie dans ma description d’une machine nomologique. Dans cet article, je veux donner une idée de ce qu’est une machine nomologique et montrer comment la connaissance nécessaire pour la comprendre n’est pas une connaissance des régularités mais bien des capacités. Je commencerai avec un exemple simple tiré des sciences naturelles, et je poursuivrai avec celui d’une machine socio-économique.

2. Un exemple de machine nomologique tiré de la physique

4Prenons la régularité naturelle que j’ai mentionnée plus haut : le mouvement des planètes. Kepler a noté que Mars suit une orbite elliptique dont le Soleil est un des foyers. C’est ce qui est décrit dans la première loi qui porte son nom. Depuis Robert Hooke et Isaac Newton, ce qu’on a appelé le « problème de Kepler » consiste à savoir comment on peut rendre compte de cette régularité observée en termes de descriptions mécaniques, c’est-à-dire de descriptions se référant à des corps matériels, à leurs mouvements et aux forces susceptibles de les modifier. La description requiert, de façon spécifique, qu’on assimile le système à un agencement de deux corps et de leur relation. Dans ma terminologie, la tâche consiste précisément à concevoir la machine nomologique : déterminer l’agencement des éléments et les conditions d’isolement [shielding conditions] qui font que la machine fonctionne et qu’elle engendre cette régularité.

  • 2 Cf., par exemple, Feynman (1965, p. 18-19 ; également 1967, ch. 8 et 9).

5L’intuition fondamentale permettant de réaliser cette opération a été partagée par Hooke et Newton et par les successeurs qu’ils ont eus jusque tard dans notre siècle, Richard Feynman par exemple. Si une pierre est attachée à une corde et tourne en décrivant un cercle, il faut une certaine force pour modifier la direction de son mouvement, lui faire quitter la ligne droite et la maintenir en cercle. Une traction sur la corde est nécessaire ; ou, en termes physiques abstraits, une force attractive radiale – une force suivant le rayon de la trajectoire circulaire et en direction de son centre2. Dans le cas du mouvement orbital d’une planète, les constituants de la machine nomologique sont le Soleil, défini comme un point-masse de valeur M, et la planète, un point-masse de valeur m, en orbite à une distance r et relié au premier par une force attractive constante dirigée vers lui. La contribution de Newton a été d’établir la magnitude de la force requise pour maintenir une planète sur une orbite elliptique :

F = -GmM/r2

6où G est la constante gravitationnelle. La condition d’isolement est ici cruciale. Comme on le sait, pour que l’orbite elliptique perdure, les deux corps doivent interagir en l’absence de tout corps massif additionnel et de tout autre facteur qui pourrait affecter le mouvement.

  • 3 Cf. Newton (1972, Proposition 11). La preuve résout ce qu’on a appelé le « problème direct de Keple (...)
  • 4 (Ibid., Proposition 13). La preuve apporte une solution à ce qu’on nomme le « problème inversé de K (...)
  • 5 Une esquisse de la preuve analytique se présente comme suit. Dans la relation entre une force, la m (...)

7Newton a résolu le problème de Kepler en montrant que la géométrie elliptique de l’orbite détermine le carré inverse de l’attraction impliquée dans la force gravitationnelle3. Inversement, il a également montré qu’une attraction de ce genre, dans les circonstances décrites, pouvait donner lieu à la régularité observée du mouvement elliptique de Mars4. Même si ses preuves étaient essentiellement de nature géométrique, les preuves analytiques équivalentes, telles qu’on les connaît aujourd’hui, furent rapidement proposées et acceptées. Dans les deux cas, l’hypothèse selon laquelle, dans des conditions adéquates, une force possède la capacité de modifier le mouvement d’un corps est une partie intégrante du concept mécanique de force5.

  • 6 Il est utile de rappeler que la machine nomologique de Newton tire son pouvoir unificateur de son a (...)

8Pour rendre compte du mouvement régulier des différentes planètes du système solaire, il nous faut décrire une machine différente, avec un agencement modifié des parties et des conditions de couverture différentes. L’attraction des autres planètes sur toute planète dont l’orbite régulière fait l’objet d’une observation est ajoutée à celle qui est exercée par le Soleil dans l’expression de la force gravitationnelle. Les orbites résultantes dévient typiquement des ellipses parfaites de Kepler6.

  • 7 Voir infra p. 86, section 5 pour une discussion plus générale de ce point.

9Si l’exemple du mouvement des planètes m’importe, c’est parce qu’il a été notoirement utilisé par les philosophes et les physiciens pour soutenir l’idée selon laquelle des régularités « fondamentales » sont élémentaires et essentielles pour rendre compte des régularités observées (c’est-à-dire que, dans l’explication, ce sont des lois « sur-déterminantes » [« all the way down »]). Cette idée met l’accent sur le pouvoir unificateur du recours aux lois de Newton, notamment si on les compare à celles de Kepler. Je ne conteste pas le pouvoir unificateur des principes de la physique. Ce que je conteste, c’est que ces principes puissent être raisonnablement reconstruits comme des régularités nomologiques. Si l’on veut vraiment saisir leur pouvoir unificateur, ces principes seront bien mieux appréhendés si on les considère comme autant d’assertions portant sur des capacités, des capacités qui peuvent être assemblées et ré-assemblées dans différentes machines nomologiques, infinies dans leur variété, pour produire des lois différentes. La loi de la gravitation de Newton n’affirme pas une association régulière entre quelques « propriétés occurrentes » – par exemple des masses, des distances et des mouvements. En effet, elle ne nous dit rien à propos des mouvements de deux masses séparées par une distance r mais se réfère plutôt à la force qui les tient à l’écart l’une de l’autre. Le terme « force » dans l’équation de gravité ne renvoie pas à une autre propriété occurrente comme la masse ou la distance, qui pourrait apparaître dans une liste typique des « propriétés occurrentes » telle qu’un philosophe pourrait l’établir. Au contraire, il décrit la capacité d’un corps à en faire se mouvoir un autre dans sa direction, une capacité qui peut être utilisée dans différents contextes pour produire toutes sortes de mouvements différents7.

  • 3 [NdT. : La citation se trouve p. 27 dans la traduction française.]

10Ceux qui défendent l’idée selon laquelle les lois sont fondamentales soulignent également le rôle heuristique qu’elles jouent dans la découverte scientifique. Ainsi, Feynman (1965, p. 2) écrit qu’« on peut utiliser une loi, si elle est correcte, pour en découvrir une autre. Si nous avons confiance dans une loi [par exemple, la loi de la gravitation de Newton], et si quelque chose semble aller de travers, elle peut nous suggérer un autre phénomène »3. Feynman renvoie ici à la découverte de Neptune. La croyance en l’existence de Neptune a été suggérée par l’invocation d’une irrégularité que l’orbite d’Uranus aurait manifestée relativement aux prédictions tirées des principes de Newton. Dans la thèse de la primauté de la loi, cette découverte pèse en faveur de l’importance de lois universelles. Je pense qu’une telle opinion est erronée. La régularité observée met au contraire en évidence un échec de la description des circonstances spécifiques qui caractérisent la machine planétaire newtonienne. L’universalité supposée de la capacité de deux corps à s’attirer mutuellement, telle qu’elle est décrite selon les principes de Newton, importe réellement mais nous ne nous servons pas de lois pour analyser les irrégularités de l’orbite d’Uranus. La découverte de Neptune résulte au contraire de la révision des conditions d’isolement qui étaient nécessaires à la machine newtonienne.

3. Qui est l’ennemi ?

11La thèse que je combats tient les lois de la nature pour des associations nécessaires entre des quantités mesurables ; et suppose que les lois, conçues de la sorte, ne valent pas ceteris paribus mais simpliciter. Dans cette perspective, la mise en évidence d’une loi ne requiert la mise en œuvre d’aucune machine nomologique. Pour établir le caractère peu plausible de cette conception de l’autonomie des lois, je discuterai un exemple tiré des sciences économiques. Je sais qu’on m’objectera que le cas de la physique est différent. Je considérerai cette objection à la section 6. Je me contenterai, pour l’instant, de constater à quel point les concepts de la physique doivent paraître étranges pour tout type d’empirisme qui croit encore que les concepts scientifiques sont associés à des procédures de vérification. En effet, les concepts de la physique ne renvoient pas, généralement, à des propriétés identifiables ou mesurables de façon indépendante. Ces concepts intègrent – et donc s’étendent à – l’ensemble de l’appareillage nécessaire au bon fonctionnement d’une machine nomologique – l’agencement des éléments, l’isolement, et tout ce qui est requis pour que la machine fonctionne. Considérez le cas élémentaire du levier. Un levier n’est pas une tige rigide assujettie de façon appropriée à un point d’appui, et ceci n’est, de toute façon, pas une description « purement » mesurable. Nous n’appelons pas quelque chose « levier » avant que la tige rigide ne soit assujettie de façon appropriée et que tout cet appareillage ne soit parfaitement placé de façon à ce que la loi du levier puisse décrire son comportement à l’équilibre. Du point de vue de l’empirisme, la physique triche donc régulièrement. Les économistes, eux, essayent d’être plus fidèles à l’empirisme. En formulant des lois, ils cherchent à s’en tenir à des propriétés qui soient raisonnablement mesurables. Voilà pourquoi je veux illustrer mon point de vue à propos des machines à partir d’exemples socio-économiques. L’exemple que je vais considérer a trait à la validité d’une loi proposée pour trancher un débat portant sur le Sri Lanka et concernant le problème de l’intervention directe du gouvernement pour assurer la couverture alimentaire de la population. Je me concentre sur une proposition formulée, dans une phase avancée du débat, par Sudhir Anand et Ravi Kabur (1995). Le Sri Lanka a été considéré comme un exemple-test en matière de stratégie de développement parce qu’il présente « des résultats exceptionnellement élevés en matière de santé et d’éducation ». Le Sri Lanka possède une espérance de vie très élevée et des niveaux d’éducation élevés comparativement à d’autres pays en développement et ce malgré son appartenance au groupe des pays à faibles revenus. Anand et Kabur résument ainsi le point en discussion :

Les remarquables résultats obtenus sont attribués par certains à une politique d’intervention gouvernementale systématique et continue dans les domaines de la santé, de l’éducation et de la nourriture sur une longue période. Ceux qui contestent cette position le font sous des formes diverses, qui peuvent probablement être résumées par l’affirmation selon laquelle cette intervention a été, ou est devenue, « excessive » en regard des résultats obtenus. (Ibid., p. 298)

  • 8 Et, à mes yeux, incorrectes. Cf. Sen (1988).

12Anand et Kabur critiquent un modèle en tableaux croisés qui est couramment utilisé dans la littérature, et entendent y substituer un modèle en séries temporelles. Leurs critiques sont détaillées et internes8. Ce que je veux montrer, c’est qu’à mon sens, l’idée même de modèle en tableaux croisés est absurde.

13Le modèle qu’ils proposent entend « expliquer une certaine mesure du niveau de vie, Hit, pour un pays i à un moment t :

Hit =at + bYit + dEit + lit + uit

14où Yit est le revenu par habitant ; Eit est le montant de la dépense publique en matière sociale ; at est un effet – temporellement spécifique et invariant selon les pays – censé refléter les avancées technologiques ; lit est un “effet fixe” – spécifique selon le pays et temporellement invariant ; d est l’impact marginal de la dépense publique en matière d’amélioration des conditions de vie ; et uit est un terme d’erreur aléatoire. » (Ibid., p. 321).

15Notez que cela ressemble fort à une équation de physique, à l’exception de sa forme linéaire très simple et de l’introduction explicite des i. Selon l’interprétation standard de la régularité, les équations de ce type sont censées décrire des associations entre les quantités auxquelles on fait référence (comme H et Y) dans tout système i. Bien sûr, les i n’interviennent jamais dans les équations physiques. Je pense que cela est dû à deux bonnes raisons qui ne sont pas sans lien avec ce que je veux démontrer ici. 1) Tout le problème du domaine d’application est systématiquement occulté en physique, même lorsqu’une équation est censée établir une régularité. 2) Très souvent, établir une régularité n’est pas ce que les équations font en premier lieu. Plutôt que de décrire directement des régularités, elles nous renseignent sur les capacités.

16Mais revenons à notre exemple économique. Le problème est ici de donner une estimation de d : l’impact marginal de la dépense publique en matière d’amélioration des conditions de vie, terme que l’on suppose réel et fixe. Il représente la force de l’effet que la dépense directe du gouvernement exercera sur le niveau de vie dans un pays en développement. Ce que je trouve très surprenant, c’est l’idée selon laquelle la relation de ce genre qui pourrait exister dans les pays en développement s’apparenterait à la relation qui existe entre le spin et le magnétisme dans le cas des particules chargées. Il est bien possible qu’il existe une relation réelle entre la dépense publique et le niveau de vie pour tel pays et à tel moment. Mais s’il en est ainsi, ceci résulterait de la structure institutionnelle, économique et culturelle propre à ce pays. Les relations de ce genre peuvent être avérées, mais on ne peut pas s’attendre à ce qu’elles soient identiques de situation en situation.

17Avant d’en venir à mon exemple de machine socio-économique, il me faut noter qu’au fond, mon argument est identique à celui qui a été à la mode en économie durant les vingt dernières années, bien qu’il ne soit en aucune manière original, puisqu’il est au cœur de l’argument de John Stuart Mill selon lequel l’économie ne peut pas être une science inductive. Ces arguments sont souvent présentés dans le vocabulaire de l’autonomie et de la stabilité. Les modèles macro-économiques en question ont peu de chance d’être stables. Dans la mesure où elles sont justes, ces équations ne sont pas fiables parce qu’elles dépendent d’une structure sous-jacente censée demeurer fixe. Telle est la critique la plus couramment émise par l’école de Chicago pour s’opposer à toute tentative de recourir à l’intervention gouvernementale. Mais ils adjoignent, à ma vision à deux niveaux, deux autres postulats pour parvenir à leur conclusion :

  1. la structure sous-jacente est celle des décisions individuelles rationnelles ;

  2. la manière dont ces décisions sont prises subira rapidement une sorte de réajustement qui ruinera l’intervention gouvernementale. Je souligne ces deux postulats additionnels parce qu’il n’y a aucune raison de penser, à partir de mes arguments, que nous aurions besoin d’une base « micro » afin de rendre compte de macro-régularités. Le système planétaire est une machine nomologique : les capacités des masses planétaires à s’attirer mutuellement, lorsqu’elles sont agencées de façon appropriée et que rien ne les entrave, engendrent les lois de Kepler. Il n’existe aucune raison pour que les éléments de la machine et leurs capacités doivent être des individus plutôt que des institutions.

4. Un exemple de machine nomologique tiré de l’économie

  • 9 Pour plus de détails, cf. Cartwright (1995).

18Le modèle inspiré de la théorie des jeux proposé par Oliver Hart et John Moore dans leur « Théorie de la dette basée sur l’inaliénabilité du capital humain » (1994) offre un excellent exemple de plan de machine socio-économique9. L’idée fondamentale qui sous-tend ce modèle est que certains aspects cruciaux des contrats de dette sont déterminés par le fait que les entrepreneurs ne doivent pas être prisonniers des clauses des contrats, mais qu’ils peuvent s’en dégager moyennant de faibles pénalités et sans perdre les fonds engagés dans le projet. Cela signifie que certains contrats de dette peuvent ne pas être exécutoires et qu’une inefficacité peut en découler, c’est-à-dire que des projets rentables peuvent ne pas être engagés. Je ne discuterai ici que le tout premier résultat que Hart et Moore déduisent (le Corollaire 1) afin d’illustrer la manière dont les machines socio-économiques produisent des régularités. Dans les termes de Hart et Moore (ibid., p. 850), « le Corollaire 1 pose que l’inefficacité naît uniquement lorsque (a) il y a un coût fixe d’investissement et/ou (b) que les premiers retours sur investissement sont inférieurs à ceux qui pourraient être obtenus en plaçant les fonds sur un autre projet ».

19Le modèle repose sur une machine factice qui, mise en action de façon répétée, engendre une régularité intéressante d’un point de vue économique. Les inputs peuvent varier selon l’identité des joueurs individuels, les coûts fixes, les flux de revenus, les flux de valeurs à la liquidation, et la richesse initiale du débiteur. L’output que nous observons est la régularité décrite dans le Corollaire 1 :

R : Tout projet rentable qui n’a pas de coût fixe initial et dont les premiers retours sur investissement sont au moins aussi importants que ceux qui pourraient provenir d’un autre usage de ces fonds sera entrepris.

20Le modèle révèle un ensemble de caractéristiques nécessaires à l’élaboration d’une machine : il nous informe 1) des éléments de la machine, de leurs propriétés et de leurs capacités respectives, 2) de la manière dont il faut assembler ces éléments et 3) des règles à utiliser pour calculer ce qui devrait résulter de leur mise en œuvre conjointe une fois qu’ils ont été assemblés. Les éléments sont deux joueurs (l’entrepreneur et le créditeur) qui a) profitent des mêmes taux de réduction, b) ne sont motivés que par l’appât du gain, c) ont une certitude absolue et d) sont de calculateurs parfaits maximisant leurs gains. L’agencement des joueurs est de type claustrophobique : deux joueurs en contact direct et sans aucun contact avec le monde extérieur. Les caractéristiques majeures de la manière dont les deux joueurs entrent en interaction sont données par les règles du jeu.

21Les règles utilisées pour calculer comment les éléments fonctionnent ensemble varient énormément selon les domaines. Les forces engagées, qui possèdent la capacité de produire des mouvements, s’additionnent de façon vectorielle. Les modèles d’équation simultanée utilisés en économétrie supposent que lorsque plusieurs mécanismes agissent de concert, les équations qui leur sont spécifiquement associées doivent toutes être satisfaites à la fois. En électronique, il existe des théorèmes bien connus qui réduisent chaque agencement compliqué de composantes à un circuit simple avec un comportement connu. Et, dans la théorie des jeux, différents concepts d’équilibre nous disent comment calculer les résultats de l’action commune de joueurs ayant des capacités spécifiques (c’est-à-dire disposant d’une information parfaite ou incomplète, qui sont des calculateurs maximisant leurs gains, etc.). Le modèle de Hart et Moore suppose que la somme des coups des joueurs constitue un sous-jeu en équilibre parfait.

22Le modèle est moins détaillé en ce qui concerne deux caractéristiques nécessaires à la description du fonctionnement de la machine, 4) ce qui réalise l’isolement et 5) la façon dont la machine est mise en marche. Les conditions d’isolement sont implicites : aucune altération des règles du jeu ne doit se produire et rien ne doit affecter le choix des contrats de dette, sauf l’obligation de constituer un sous-jeu en équilibre parfait. Le fonctionnement répétitif signifie simplement que les parties se succèdent indéfiniment.

23Pour déduire la régularité R, Hart et Moore montrent que, dans leur modèle, tous les sous-jeux en équilibre parfait du jeu qu’ils décrivent satisfont un ensemble de conditions impliquant le Corollaire 1. La déduction se réalise en déployant le concept d’équilibre dans une forme extensive de jeu exogène. Plus précisément, cette déduction ne recourt à aucune loi générale qui pourrait faire croire qu’on en appelle à des régularités. Elle ne repose ni sur des généralisations empiriques, ni sur aucune équation analogue à celles de Schrödinger ou de Maxwell ; nul théorème de la théorie de jeux n’est même évoqué. Tout ce que l’argument suppose, ce sont des concepts et des techniques de la théorie des jeux (dont quelques-uns sont bien entendu validés en référence à des théorèmes) et une idée générale de l’équilibre permettant de déduire des contraintes sur ce que les résultats seront pour chaque équilibre dans le jeu décrit. La seule régularité qui puisse se découvrir ici semble résider dans le fait que les individus, impliqués dans les genres de jeu décrits, produiront des solutions réalisant un équilibre.

24Venons-en maintenant aux questions à propos des conditions ceteris paribus et de la théorie de la régularité nomologique. R ne vaut (au mieux) que ceteris paribus : si les conditions prévues dans le modèle devaient se produire de façon répétitive, alors toutes les initiatives rentables dans ces situations et qui ne posséderaient pas de coût perdu et présenteraient des retours sur investissement suffisamment bons seraient entreprises. Or, dans la conception que je défends, quelque chose comme la converse de cette proposition serait également vraie. Pour qu’une régularité de type R puisse être présentée comme une loi, l’existence d’une machine identique à celle imaginée par Hart et Moore (ou toute autre disposant d’une structure appropriée) est requise. Il n’existe pas de régularités de type nomologique sans qu’une machine ne les engendre.

5. Les capacités contre les dispositions et les pouvoirs

25Rom Harré parle de dispositions et de pouvoirs ; moi, de capacités. Je le fais afin d’éviter quelques-uns des présupposés impliqués par les deux autres termes. La discussion au sujet des pouvoirs dans les philosophies anglaise et américaine puise ses racines dans l’empirisme britannique de Locke, Berkeley et Hume, qui invoque des qualités premières, secondes et des pouvoirs. Tout comme Hugh Mellor (1971) et Sidney Shoemaker (1981), je pense qu’il n’existe pas de telles distinctions entre les propriétés. Dans la façon dont nous nous figurons le monde, les objets ont des propriétés, et, parce qu’ils ont ces propriétés, ils sont en mesure de faire des choses, et en particulier de modifier les faits concernant les propriétés des autres objets, notamment les faits en rapport avec ce que nous percevons et ce dont nous faisons l’expérience. Les distinctions, lorsqu’elles peuvent être établies, sont des distinctions langagières. Il nous arrive parfois de relever une propriété sans pour autant nous intéresser à aucun des effets particuliers qu’elle peut produire. Dans un tel cas, nous nous servons d’un mot comme « rouge », « vivant », ou « chargé négativement » (un terme qualifiant ce qu’on a appelé une propriété « occurrente »). Par contre, lorsque nous utilisons un mot désignant un pouvoir ou une disposition, comme « fort », « soluble » ou « repoussant », nous identifions la propriété (ou l’ensemble de propriétés) en désignant des genres spécifiques de choses qu’elles permettent aux objets de faire. De sorte que la question de savoir si chaque propriété dispositionnelle ou chaque pouvoir repose sur une propriété occurrente n’a aucun sens. Il existe simplement des propriétés, et toutes les propriétés sont accompagnées de certains pouvoirs.

26Les capacités diffèrent des dispositions sous un aspect important. Les termes de disposition, tels qu’ils sont généralement entendus, sont étroitement liés à des régularités possédant un statut nomologique ; et les philosophes débattent souvent pour savoir ce qui prime, de la régularité ou de la disposition. Mais les capacités, au sens où j’emploie ce terme, ne se réduisent pas à un seul type de manifestation. Des objets ayant une certaine capacité peuvent se conduire de façon très différente dans des circonstances différentes. Si on veut utiliser le vocabulaire plus traditionnel des dispositions, une capacité sera alors ce que Gilbert Ryle appelait une disposition « hautement générique » ou « déterminable », par opposition aux dispositions qui sont « hautement spécifiques » et « déterminées ». Selon Ryle (1949, p. 118), les verbes qui renvoient à des dispositions hautement génériques

  • 4 [NdT. : La citation se trouve p. 115 de l’édition française. La traduction est quelque peu remaniée (...)

[] peuvent différer des verbes dont on se sert pour nommer ces dispositions. En revanche, les verbes relatant des épisodes sont généralement les mêmes que les verbes renvoyant à des dispositions hautement spécifiques auxquels ils correspondent. On peut dire d’un cuisinier qu’il est en train de cuisiner, mais on ne peut pas dire d’un épicier qu’il est en train d’« épicer » ; tout ce qu’on peut en dire, c’est qu’il est en train de vendre du sucre, de peser du thé ou d’emballer une motte de beurre.4

27Sous l’influence des empiristes britanniques et des positivistes logiques, nous tendons soit à organiser le monde dans lequel nous vivons, soit à organiser les moyens qui nous permettent de le décrire. Ou bien le monde est constitué de faits, et un fait consiste fondamentalement en ce qu’un objet manifeste une propriété. Ici, « propriété » est entendu en un sens robuste, les propriétés sensibles ou mesurables servant d’exemples paradigmatiques. Ou bien la science doit utiliser exclusivement des assertions qui peuvent être logiquement construites à partir de propositions atomiques affirmant la manifestation – ou l’occurrence – d’une propriété, également conçue dans le sens robuste évoqué précédemment. Mais nous ne parvenons pas à faire de la science de cette manière, et ces « échecs » ne sont pas simplement marginaux. Ils se produisent dans nos sciences les plus exactes, et même lorsque nous nous autorisons à recourir à d’innombrables reconstructions et idéalisations. J’ai soutenu dans Nature’s Capacities and Their Measurement (1993) que la plus grande partie de notre connaissance la plus fondamentale dans les sciences exactes consiste à savoir quelles propriétés dotent les objets de quelles capacités : « Une population inversée a la capacité d’émettre un faisceau laser. » Je crois que ce type d’assertion constitue une classe ni plus ni moins difficile à vérifier que celles des assertions générales portant uniquement sur des occurrences de propriétés.

  • 5 [NdT. : La citation se trouve p. 115 dans la traduction française, légèrement modifiée ici.]
  • 10 8e édition (1990).

28Ce sur quoi je voudrais insister ici est le fait que les capacités ne doivent pas être identifiées à des manifestations particulières. Elles s’apparentent plutôt à des termes comme « connaître », « croire », « aspirer », « intelligent » ou « drôle » dans la conception qu’en donne Ryle (1949, p. 119) : « elles renvoient à des aptitudes, des tendances, des inclinations à faire quelque chose ; ce ne sont pas des choses d’une sorte unique, mais des choses d’une multitude de sortes différentes. »5 Considérez à nouveau le principe de gravité de Newton, qui nous apprend que des corps possédant une masse s’attirent mutuellement. Dans ce cas, nous faisons exactement ce contre quoi Ryle nous met en garde en ce qui concerne les dispositions mentales : nous catégorisons ensemble comme une même sorte d’épisode tous les résultats que l’on obtient lorsque deux masses interagissent. Ainsi, le Concise Oxford English Dictionary10 définit « attirer », lorsque le verbe s’applique à « aimant, gravité, etc. », en ces termes : « exerce une attraction sur ». « Attirer » et « attraction » sont ici comparables à « épicer » pour ce qui a trait aux activités de l’épicier, et « notarier » relativement à celles d’un notaire. Ces termes ne figurent pas dans la liste usuelle des propriétés occurrentes des philosophes. Ils marquent plutôt le fait qu’une capacité a été exercée. Voilà ce qu’il y a de commun à tous les cas dans lesquels des masses interagissent de la façon décrite par Newton.

29Le vocabulaire pertinent des propriétés occurrentes dans ce cas est le vocabulaire des mouvements – positions, vitesses, accélérations, directions et ainsi de suite – et il n’y a rien dans ce vocabulaire qui permette de dire quoi que ce soit à propos de ce que les masses se font les unes aux autres. Lorsqu’une masse en attire une autre, la nature du mouvement qui se produit est indéterminée. L’autre masse peut rester inerte, se déplacer vers la première ou même, dans les circonstances appropriées, s’en éloigner. On pourrait penser que l’effet « naturel » consiste en ce que les masses se rapprochent. Mais il importe de garder en mémoire qu’il ne s’agit pas là d’un effet in abstracto. Il dépend lui aussi, comme tout autre mouvement, des circonstances spécifiques dans lesquelles ces deux masses sont situées. Il n’existe donc pas d’état de fait qui nous permette de dire ce qui « arrive » lorsque des masses interagissent. Ce qui ne signifie pas que rien de vrai ne peut en être dit. « Les masses s’attirent mutuellement » : voilà ce que nous disons, voilà ce que nous vérifions, de mille manières différentes. Et voilà la manière dont nous avons l’habitude de comprendre les mouvements des objets dans une infinie variété de circonstances.

30Revenons à présent à l’opposition entre « capacité » et « disposition ». Comme je l’ai dit, « disposition » est aujourd’hui presque toujours réservé à ce que Ryle nommait des dispositions hautement spécifiques, des dispositions dans lesquelles une seule sorte de manifestation peut être singularisée en utilisant uniquement le vocabulaire très spécial des propriétés « occurrentes ». Mais les capacités dont nous nous servons pour construire des machines nomologiques possèdent d’innombrables manifestations d’innombrables variétés différentes. C’est là la clé de l’innovation scientifique. Les masses s’attirent mutuellement : ce à quoi cela peut renvoyer en termes de mouvements et de localisations de corps est uniquement limité par notre imagination.

6. Les capacités contre les lois

31Qu’est-ce qui est fondamental : les dispositions ou les lois qui les manifestent ? J’ai déjà évoqué cette question largement débattue dans la section précédente. Une part importante du travail philosophique impliqué par l’examen de cette question consiste à lui donner un sens. Lorsque ce sont des dispositions génériques ou des capacités qui sont en jeu, la thèse ici défendue suggère une réponse claire : les capacités sont fondamentales parce qu’il n’existe pas d’association régulière de type nomologique entre propriétés occurrentes. Les faits portant sur les propriétés occurrentes ne suffisent pas. Les lois requièrent une machine nomologique. Elles ne valent que ceteris paribus, et les autres faits auxquels il est fait allusion dans les clauses ceteris paribus ne sont jamais des faits consistant exclusivement dans la manifestation de propriétés occurrentes, mais ils incluent toujours des faits impliquant l’opération de capacités.

32Beaucoup trouvent cette position acceptable lorsqu’elle s’applique aux régularités des sciences sociales, mais soulignent que le cas de la physique est pour le moins différent. Cette conception est renforcée par ce que je tiens pour une interprétation erronée de la manière dont la déduction opère en physique. Dans des théories comme la mécanique, l’électromagnétisme et la relativité générale, des réussites considérables ont été atteintes en découvrant des séries de descriptions de « propriétés occurrentes » présentant une sorte de clôture déductive : certains types d’effets descriptibles dans les termes de ce vocabulaire surviennent de façon récurrente dans des conditions où toutes les causes de ces types d’effets (et leur agencement) peuvent être adéquatement décrites à l’aide du vocabulaire retenu. Mais cela n’en fait pas pour autant des régularités nomologiques, qui comporteraient des descriptions de causes et de leur agencement dans leurs antécédents, et des descriptions d’effets dans leurs conséquents, puisqu’il est encore nécessaire de garantir l’isolement : rien d’autre ne doit se produire qui interfère avec la capacité de ces causes agencées de la sorte à produire ces effets.

  • 11 Je dis « peuvent être vraies » parce que nous n’avons examiné, ici, qu’une seule sorte d’argument c (...)

33Comme dans l’exemple du levier évoqué dans la section 3, la nécessité de ce genre d’adjonction est souvent obscurcie par la plasticité du langage de la physique. Les termes physiques renvoient parfois à des qualités ou à des quantités réelles que les objets ou les systèmes peuvent posséder ; d’autres fois, l’usage approprié de ces mêmes termes nécessite qu’on s’appuie sur des vérités au sujet de la mise en œuvre des capacités. Cette plasticité offre à la physique deux manières différentes d’affiner les problèmes que j’ai discutés ici, de même qu’elle lui fournit un genre particulier de régularité de type nomologique – soit on rétrécit le champ des antécédents afin d’y inclure les conditions ceteris paribus, soit on élargit le champ des conséquents pour y intégrer tout ce qui arrive lorsque les capacités en question opèrent. Mais ce à quoi ces procédés aboutissent, ce ne sont pas les régularités que visaient les empiristes britanniques et les positivistes logiques. Même si les assertions de régularité peuvent être vraies, elles ne rendent pas compte de faits concernant l’occurrence de qualités ou de quantités qui prendront des valeurs particulières dans des objets particuliers ou à des moments particuliers. De sorte que, si on s’en tient au point de vue des empiristes et des positivistes, elles ne rendent compte d’aucun fait11.

34Nous avons vu précédemment des illustrations de chacun de ces procédés : une première avec le cas de la loi du levier, une seconde avec la loi de la gravité. Nous pouvons utiliser le mot « levier » pour renvoyer à toute tige rigide, un corps étant dit rigide si les distances séparant tous les points de masse qui le constituent restent constantes malgré les mouvements de ces points de masse. Mais nous nous servons parfois du mot « levier » uniquement pour nommer des tiges rigides placées de telle sorte que leur capacité à manifester le comportement requis par la loi du levier opérera sans entrave. En ce sens, si la physique est dans le vrai quant aux capacités des tiges rigides (ce qui revient à dire qu’elle est dans le vrai en ce qui concerne les principes de la mécanique), alors un levier est obligé de satisfaire la loi du levier.

  • 12 8e édition (1990), n. 19.
  • 13 C’est moi qui souligne.

35La seconde illustration tirée de la physique concerne l’usage du verbe « attirer ». Ce verbe, comme bien d’autres du langage ordinaire et du langage technique, est associé à un effet naturel et possède un double sens. Dans le premier de ces sens, l’effet naturel doit se produire pour qu’on puisse faire un usage approprié de ce verbe ; dans le second de ces sens, il suffit que le système exerce sa capacité indépendamment de ce qui en résulte, c’est-à-dire qu’il suffit qu’il tente de produire l’effet subséquent. Le fait de tenter est déterminant, et quelquefois cette caractéristique est inhérente à la définition même des verbes de ce genre. « Courtiser », selon le Concise Oxford Dictionary12, consiste à « essayer de gagner l’affection ou les faveurs d’une personne ». Ces genres de mots sont communs dans la description des faits de la vie quotidienne : freiner – appuyer sur les freins, ou parvenir à ralentir le véhicule ; ancrer – jeter l’ancre, ou parvenir à amarrer le bateau ; pousser, tirer, résister, retarder, maudire, tromper, faire signe, presser, durcir (dans le cas de l’acier), allumer (dans le cas du feu), etc. ; et plus spécialement pour les philosophes : expliquer n’est pas seulement, dans le premier sens que donne le Concise Oxford Dictionary, « rendre intelligible », mais également, en un second sens, « exprimer au moyen d’une explication »13.

36Le langage technique de la physique partage cette caractéristique avec notre langage le plus ordinaire ; en fait il partage le plus gros de ce même vocabulaire. Attraction, répulsion, résistance, pression, tension, et ainsi de suite : voilà des concepts essentiels dont la physique se sert pour expliquer ou prédire les quantités et les qualités que nous observons. Ce qui, à cet égard, est le propre des sciences exactes est qu’elles ne s’intéressent pas seulement à des capacités qui sont plus ou moins exercées – pousser plus fort, ou résister moins –, mais qu’elles s’occupent aussi de celles pour lesquelles la force de l’effort produit est quantifiable, et qu’elles ont inventé différentes manières de représenter le degré de cette force.

7. Les machines nomologiques et les limites de la science

37J’ai défendu l’idée selon laquelle les faits relatifs aux capacités et à la manière dont elles opèrent font tout autant partie du monde tel qu’il est décrit par les sciences exactes que les faits relatifs aux qualités et aux quantités. On pourrait être tenté de se demander si tout cela est bien sérieux. Une fois que nous avons abandonné la théorie humienne qui faisait dépendre la formation des concepts des impressions et des idées, ainsi que toutes les formes de théories des sense-data, comment pouvons-nous établir une distinction préalable entre ces deux différentes sortes de faits ?

38Je n’éprouve aucun scrupule à abandonner cette distinction. Mais en le faisant, il ne faut pas perdre de vue une importante caractéristique des capacités, qui affecte nos doctrines au sujet des limites de la science. Il n’y a pas d’« état de fait » relativement à ce qu’un système peut faire, si l’on ne prend en compte qu’une des qualités qu’il est censé posséder. Ce qu’il fait dépend des circonstances, et les types de circonstances qui sont nécessaires pour qu’il produise des résultats systématiques et prédictibles sont tout à fait exceptionnels. J’ai défendu ici l’idée que, pour produire une régularité, il est nécessaire de recourir à une machine nomologique. Mais les machines nomologiques ont des structures très spéciales. Elles requièrent que les conditions réunies soient exactement celles qui devraient prévaloir pour qu’un système puisse exercer ses capacités de manière réitérable, et les données empiriques suggèrent que ces sortes de conditions sont rarement remplies. Quelle que soit l’étendue du savoir que nous sommes en mesure d’accumuler au sujet de situations particulières, la prédictibilité dans le monde tel qu’il se présente à nous n’est pas la norme mais l’exception, de sorte qu’il vaudrait mieux nous attendre à ce que les régularités soient rares. Si nous voulons des situations qui soient prédictibles, nous ferions mieux de les construire avec soin.

Bibliographie

Anand Sudhir & Ravi Kabur (1995), « Public Policy and Basic Needs Provision : Intervention and Achievement in Sri Lanka », in J. Dreze, A. Sen & A. Hussain (eds), The Political Economy of Hunger. Selected Essays, Oxford, Oxford University Press.

Brakendridge J. Bruce (1995), The Key to Newton’s Dynamics, Berkeley, University of California Press.

Cartwright Nancy (1993), Nature’s Capacities and Their Measurement, Oxford, Oxford University Press.

Cartwright Nancy (1994), « Ceteris Paribus Laws and Socio-Economic Machines », The Monist, 78 (3), p. 276-294.

Cartwright Nancy (1996), « What is a Causal Structure ? », in V. R. McKion & S. T. Turner (eds), Causality in Crisis ? Statistical Methods and the Search for Causal Knowledge in the Social Sciences, Notre Dame (IN), University of Notre Dame Press.

Cartwright Nancy (1997), « Models : The Blueprints for Laws », Philosophy of Science, 64.

Feynman Richard (1965), The Character of Physical Law, Cambridge (MA), MIT Press [trad. fr. H. Isaac & J.-M. Lévy-Leblond, La nature des lois physiques, Paris, Robert Laffont, 1970],

Feynman Richard (1967), Lectures, vol 1.

Goldstein Herbert (1980), Classical Mechanics, Reading (MA), Addison Wesley.

Hart Oliver & John Moore (1995), « Theory of Debt based on the Inalienability of Human Capital », Quarterly Journal of Economics, 109 (4), p. 841-879.

Mellor Hugh (1971), The Matter of Chance, Cambridge, Cambridge University Press.

Newton Isaac (1972), Principia, Cambridge (MA), Harvard University Press [1726].

Ryle Gilbert (1949), The Concept of Mind, Londres, Barnes & Noble [trad. fr. S. Stern-Gillet, La notion d’esprit. Pour une critique des concepts mentaux, Paris, Payot, 1978].

Sen Amartya (1988), « Sri Lanka’s Achievements : How and When », in T. N. Srnivasan & P. K. Bardham (eds), Rural Poverty in South East Asia, New York, Columbia University Press.

Shoemaker Sidney (1981), Identity, Cause and Mind, Cambridge, Cambridge University Press.

Notes

1 Cf., par exemple, Cartwright (1996, 1997).

2 Cf., par exemple, Feynman (1965, p. 18-19 ; également 1967, ch. 8 et 9).

3 Cf. Newton (1972, Proposition 11). La preuve résout ce qu’on a appelé le « problème direct de Kepler ».

4 (Ibid., Proposition 13). La preuve apporte une solution à ce qu’on nomme le « problème inversé de Kepler ».

5 Une esquisse de la preuve analytique se présente comme suit. Dans la relation entre une force, la masse d’un corps et l’accélération qu’il subit en conséquence de la force (ou, d’une autre manière, l’accélération grâce à laquelle le corps est en mesure d’exercer cette force) – la seconde loi du mouvement de Newton – la force peut être exprimée comme une fonction de la position du corps et du temps : F(x,t)=md2x/dt2. Une transformation en coordonnées polaires, le rayon r et l’angle ϕ permet d’exprimer la force en termes de coordonnées radiales, F(r, t), et de coordonnées angulaires, F (ϕ, t). En éliminant le paramètre temporel, on obtient une expression de la force en termes de r et ϕ seulement : (F(r, ϕ)= – 12/mr2 (d2(1/r)/dØ2 + 1/r), où 1 est le moment angulaire du système. C’est l’« équation orbitale polaire ». Puis, en différenciant l’équation orbitale de l’ellipse, 1/r = mk/l2 (1 + ecosϕ) (e est la constante d’excentricité), on arrive à la forme carré inverse de la force nécessaire, F = – k(l/r2), en direction du Soleil, où k est empiriquement déterminé par l’agencement du système (k = GmM). Une discussion des preuves géométriques de Newton et de leurs rapports avec les substituts analytiques modernes est disponible dans Brakendridge (1995).

6 Il est utile de rappeler que la machine nomologique de Newton tire son pouvoir unificateur de son aptitude à rendre également compte de la régularité décrite dans les deuxième et troisième lois de Kepler. Mais dans le cas de la troisième loi (selon laquelle le carré de la période du mouvement d’une planète est proportionnel au cube de l’axe majeur de son orbite), la description de la situation présuppose que la masse de la planète est négligeable en comparaison de celle du Soleil. Les lois de Kepler ne décrivent donc qu’une approximation des régularités que manifestent réellement les planètes les plus grandes, comme Jupiter et Saturne. Cf. Goldstein (1980, p. 101).

7 Voir infra p. 86, section 5 pour une discussion plus générale de ce point.

8 Et, à mes yeux, incorrectes. Cf. Sen (1988).

9 Pour plus de détails, cf. Cartwright (1995).

10 8e édition (1990).

11 Je dis « peuvent être vraies » parce que nous n’avons examiné, ici, qu’une seule sorte d’argument contre leur vérité. Une fois admis que les propositions de la physique concernent les capacités, il nous faut encore considérer chaque cas pour comprendre pourquoi nous devrions penser que ces propositions sont les vraies.

12 8e édition (1990), n. 19.

13 C’est moi qui souligne.

Notes de fin

1 Traduction de « Where do Laws of Nature come From ? », Dialectica, 51 (1), 1997, p. 65-78. La qualité de cette traduction doit énormément aux interventions expertes de Vincent Guillin et Roman Frigg (London School of Economics), Michel Bitbol (Université Paris-I/CREA) et Philippe Mongin (Laboratoire d’économétrie de l’École polytechnique).

2 Je voudrais remercier Jordi Cat, qui a participé à la rédaction de la section 2 de cet article et qui, outre de très utiles conversations, m’a apporté une aide éditoriale considérable. La rédaction de cet article a profité du soutien du projet « Modélisation en physique et en économie » du Center for Philosophy of Natural and Social Sciences de la London School of Economics.

3 [NdT. : La citation se trouve p. 27 dans la traduction française.]

4 [NdT. : La citation se trouve p. 115 de l’édition française. La traduction est quelque peu remaniée.]

5 [NdT. : La citation se trouve p. 115 dans la traduction française, légèrement modifiée ici.]

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search