Version classiqueVersion mobile

La régularité

 | 
Christiane Chauviré
, 
Albert Ogien

Présentation

Christiane Chauviré et Albert Ogien

Texte intégral

1Toute forme d'explication de l’action dépend d’une conception de la régularité des conduites. Or, on constate que, pour évoquer cette régularité, l’analyse recourt aujourd'hui à un ensemble de notions divergentes, quoique reliées entre elles par un « air de famille » au sens de Wittgenstein : tradition, norme, règle, habitude, disposition, imitation, routine, raisonnement pratique, skills.

2Cette multiplicité de termes explicatifs trahit une réelle difficulté : les sciences sociales contemporaines peinent à identifier la source de la régularité des conduites sociales et hésitent à la rapporter à un mécanisme appariant un mobile (qu’il soit passif-obéissance à des normes – ou actif – compétence dans l’application de règles) et l’action qui en découle. Cette difficulté exprime le doute qui entoure désormais les tentatives d’explication : peut-on vraiment considérer l’action comme la traduction d’un système de prescriptions ou d’un schème – pratique, interprétatif ou cognitif – en un comportement actualisant la somme d'instructions qu’une source de régulation serait censée contenir ?

  • 1 Ce genre de contrainte est celui qu’essaye d’identifier Descombes (1996).

3Traditionnellement, ce doute est levé en admettant que la régularité des conduites sociales naît simplement de la contrainte qu’exercent sur elles des institutions. Deux manières également respectables d’envisager la nature de cette contrainte s’opposent : le plus souvent, on lui prête la puissance d’une détermination causale (dont certains assurent qu’elle résulte de la socialisation, ou de l’intériorisation des normes) ; de manière moins courante, on tient la contrainte pour une détermination de type logique (c’est-à-dire inhérente aux obligations qu’impose l’intentionnalité des faits sociaux)1. Chacune de ces deux options suscite la critique : excessivement déterministe pour la première, suspecte de nominalisme pour la seconde.

  • 2 Certains pensent que l’indétermination devrait être sa marque de fabrique.
  • 3 Richard Rorty figurerait bien la première de ces extrémités, et Friedrich Hayek, la seconde. Sur l’ (...)

4À l’écart de ces deux options, un troisième ordre de détermination, qu’on peut nommer « pratique », s’est lentement affirmé. Si les modalités sous lesquelles il se présente sont connues (inférence tacite, perception directe, maîtrise d’une technique, savoir-faire), le type de contrainte qu'il fait peser sur les conduites – donc les régularités qui en procèdent – reste mal défini. Pour l’heure, l’ordre de la détermination pratique se présente moins comme un modèle d’analyse que comme un parti pris qui s’organise autour d'une intuition : l’action est première, d’elle procède toute forme de connaissance, et cette connaissance, qui se manifeste dans l’exercice de capacités, est, en grande partie, incorporée. Cette intuition est suffisamment vague2 pour justifier l’adoption de positions qui se distribuent entre un émergentisme radical (tout existe et s’organise de son propre mouvement) et un irrationalisme débridé (rien ne peut jamais donner lieu à explication)3. Et pourtant, la validité et la force de cette intuition sont fortement illustrées en philosophie depuis plus de cent ans par les pragmatistes américains comme Peirce et Dewey, ou, un peu plus récemment, par Wittgenstein. Tout comme elles le sont dans les sciences sociales, entre autres, par les approches interactionnistes héritées de Mead, la psychologie du développement (Reed & Bril, 1996) ou l’ethnométhodologie.

5En prenant appui sur les éléments de théorie proposés par ces différentes démarches, tels qu’on peut les dégager de l’analyse des notions de disposition, d’habitude et de savoir-faire, les articles réunis dans ce volume cherchent à définir un peu plus précisément le contenu et les limites de cet ordre de détermination pratique. Cette tentative admet, cependant, une certaine conception de la régularité.

Trois conceptions de la régularité

6Si l’idée de régularité est au cœur de l’explication scientifique, elle se décline sous différentes versions. On oppose classiquement la conception de Hume à celle de Kant (même si les débats contemporains sur la question, animés par Popper, Goodman ou Kripke prolongent en fait celle de Hume), qui diffèrent à la fois sur l’objet et sur la forme de l’explication produite. Pour le philosophe sceptique, la notion de causalité ou de connexion nécessaire entre deux phénomènes est une simple croyance induite en nous par l’habitude ; elle provient de la liaison habituelle entre deux phénomènes, qui pousse l’esprit à passer d’une perception à celle qui la suit toujours. De fait, dans la nature il n’y a que des concomitances récurrentes que leur régularité nous fait interpréter en termes de causalité. Il est certes possible pour Hume de traduire une régularité en loi (de la nature ou de la vie sociale) : simplement, comme Popper (1991) l’a signalé, il doute que les inductions qui sont au cœur de toute explication puissent jamais être logiquement valides, encore qu’elles soient psychologiquement justifiées. La science empirique n’est pas ruinée pour autant, elle demeure aux yeux de Hume la plus cohérente et la plus efficace de nos « fictions ». Mach et Wittgenstein iront encore plus loin que Hume dans la déconstruction de la causalité : pour le premier, il n’y a ni causes ni effets dans la nature, les lois ne sont que des descriptions fonctionnelles de covariations entre des complexes d’éléments ; pour le second, la nécessité, étant de nature logique, n’est pas dans la nature mais dans le langage dont elle est une simple modalité.

7Une autre conception de la régularité émerge avec la réponse que Kant entend donner au scepticisme de Hume. Selon Kant, la constitution des sciences empiriques exige des principes synthétiques a priori, c’est-à-dire universels et nécessaires, qui procèdent de la nature de l’entendement, et parmi eux le principe de causalité qui exprime l’exigence que tout changement soit l’effet d’une cause. Parmi les principes fondamentaux que reconnaît Kant, celui selon lequel la nature est soumise à des lois garantit la validité des sciences de la nature. C’est ce principe issu de notre équipement intellectuel qui donne sens aux régularités et qui sauve la science.

8Entre empirisme sceptique et a priorisme, une troisième conception de la régularité s’est lentement affirmée. Rejetant l’alternative entre épistémologie empiriste et épistémologie kantienne, elle envisage la régularité sous l’angle du rapport qui s’instaure entre un phénomène observable (dans le monde naturel ou social) et une façon de le décrire. Ici, comme le rappelle Nancy Cartwright dans ce volume, l’idée de régularité est indissociable des procédures employées pour la détecter, la définir et l’exprimer.

  • 4 Qui n’est pas sans rapport avec la remise en cause du déterminisme qu’a provoquée l’apparition de l (...)
  • 5 Et cela en raison d'un principe que Canguilhem (1966, p. 102) a formulé ainsi : « Un trait humain n (...)
  • 6 Hans Joas (1999) dresse un tableau de cette façon d’envisager les choses.

9Cette conception moderne de la régularité4 imprègne l’explication en sciences sociales. Au positivisme – qui s’attache à établir la réalité de faits conçus comme extérieurs au dispositif qui les appréhende – répond à présent une démarche dont l’objet est, précisément, de comprendre comment ceux qui se réfèrent à une régularité en connaissent l’existence et l’utilisent dans leurs énoncés. Mais cette façon d’envisager les choses pose, en sciences sociales, un problème particulier : dans la mesure où ces sciences entendent traiter de faits collectifs, la fréquence des conduites observées y est conçue comme le facteur qui permet de mettre en évidence leur normalité – même si cette fréquence est souvent réduite à une moyenne rapportée à des variables censées définir des groupes donnés d’individus5. En d’autres termes, la régularité – telle qu’elle est statistiquement établie – se trouve généralement ici en position d’explanans : elle fournit les éléments de l’explication des faits sociaux. On conçoit donc aisément l’aversion que provoque, dans les sciences sociales, l'idée que la régularité puisse être soumise à la contingence du particulier ou procéder d’entités aussi singulières que la connaissance de sens commun, les dispositions ou le savoir-faire. Et l’on comprend pourquoi il y semble toujours si incongru de placer la régularité en position d’explanandum, c’est-à-dire de la tenir pour le phénomène dont il faut expliquer comment il peut advenir. Toutefois, aucun argument ne semble aujourd’hui suffisamment décisif pour récuser une telle démarche. De sorte que deux modèles d’analyse se disputent les faveurs des chercheurs : soit on tient la régularité des conduites pour la manifestation d’un ordre sous-jacent et préexistant, soit on admet qu’elle résulte de l'activité ordonnatrice mise en œuvre par les individus pris dans un cours d’action6.

10La réflexion menée dans ce volume s’inscrit délibérément dans la seconde perspective. Plus précisément, elle cherche à faire progresser l’analyse d’un phénomène : la capacité des actions pratiques de produire leur régularité, donc leur ordre, en se réglant de l’intérieur de leur effectuation, en mettant en jeu d’autres formes de contrôle et de régulation que celles de la rationalité procédurale ou délibérative, ou des modalités très particulières de l’activité de connaissance (jugements de correction, révision, raisonnement, anticipation, etc.).

11Au-delà de l’ambition propre à chacune des contributions réunies ici, leur confrontation fait apparaître un même intérêt pour trois questions cruciales en analyse de l’action : la coordination et l’accord ; la place du savoir non propositionnel ; le statut de l’interprétation. Quels sont, de notre point de vue, les enjeux que recouvrent ces trois questions ?

Coordination et accord

12La première de ces questions est celle de la coordination de l’action. Deux conceptions s’affrontent aujourd’hui à ce sujet : l’une, constructiviste, valorise les compétences des acteurs, en posant que ce sont eux qui établissent les bases de leur coopération en négociant un accord pour l’action à venir ; l’autre, analytique, s’intéresse aux procédures employées par les individus pour reconnaître et utiliser, dans le cours même de l’action, les critères de jugement ordinaires qui assurent la continuité des échanges.

  • 7 La thèse de la généralité de l’ordre (cf. Sacks, 1977, p. 22-23) – courante en sociologie et en ant (...)

13Cette seconde démarche prend toute la mesure d’un fait – la généralité de l’ordre dans le monde social – et admet un postulat : la coordination de l’action est consubstantielle à notre manière d’exister (ou à nos « formes de vie »)7. De ce point de vue, il serait de la nature des relations sociales de se nouer et de se dérouler de façon ordonnée et mutuellement intelligible, sans requérir ni obéissance aveugle à des normes intériorisées ou incorporées, ni mobilisation des compétences interprétatives des acteurs, ni mise en œuvre de procédures de définition de situation, ni accord conclu au terme d’une discussion argumentée engendrant un consensus entre individus semblablement dotés de raison (c’est bien ce que suggère Albert Ogien, en analysant les pratiques de l’anticipation suscitées par les éventualités liées aux dispositions).

14Cette conception « primitive » de la coordination demeure problématique : elle suppose en effet l’existence d’un monde d’objets, d’états et d’événements auxquels tout un chacun saurait conférer une semblable réalité. Ce ne serait, en effet, qu’à cette condition qu’on pourrait dire de la coordination qu’elle est constitutive de notre manière d’exister. Or, pour qu’il soit possible d’associer les notions de coordination et d’objectivité, une difficulté doit être levée : comment des faits de la vie courante (objets, états et événements) peuvent-ils se voir attribuer une objectivité dans le temps propre de l’accomplissement d’une action dont ils contribuent, pourtant, à orienter le cours ? Et tel est bien le défi que les partisans de l’existence d’un ordre de détermination pratique essayent de relever.

  • 8 Button & Sharrock (1993) précisent l’importance de cette question pour la sociologie.

15Sur cette question, la référence à Wittgenstein apparaît aller de soi. Il est sans doute devenu inutile de rappeler la place déterminante de sa réflexion sur le suivi de la règle dans le rejet de toute tentative d’expliquer l’action soit en postulant l’opération d’un mécanisme causal, soit en invoquant un rapport faculté-aptitude (comme c’est le cas lorsque la coordination de l’action est tenue pour résulter d’un accord construit dans une négociation intersubjective). Pour Wittgenstein, on ne saurait parler de mécanisme causal ou de disposition pour expliquer une action humaine intentionnelle, mais plutôt de capacités, comme le montre bien Christiane Chauviré ; et la seconde caractéristique (production d’un accord) est une condition constitutive des « formes de vie » qui composent notre existence. Tel est le sens de l’idée « d’accord dans la langue », dont Sandra Laugier expose le principe en examinant la naturalisation de l’explication par les dispositions. Et, en considérant les positions rivales (et exemplaires) de Wittgenstein et de Davidson à propos de l’extension qu'il s’agit d’accorder au domaine de l’interprétation, Meredith Williams analyse ce qu’on peut tenir pour le fondement conceptuel de l’opposition entre coordination et accord8. Quelques éléments de cette analyse trouvent un écho dans les études empiriques consacrées aux situations d’apprentissage. Les données rapportées dans ces articles montrent en effet comment différents types de savoir non propositionnel s’inscrivent dans l’économie générale du contrôle de l’action, aux côtés de la computation, du raisonnement et de la délibération publique. Ce qui nous conduit à la seconde des questions évoquées.

La place du savoir non propositionnel

16Admettre qu’il existe des régularités revient à supposer la présence d’un ordre sous-jacent qui, par le biais d’un quelconque mécanisme, se traduit en successions observables présentant les propriétés de stabilité et de permanence (selon un degré de détermination et de fiabilité plus ou moins élevé).

17Dans l’explication en sciences sociales, ce raisonnement se traduit ainsi : la régularité des conduites résulte du respect d’instructions (qu’elles émanent de schèmes, de normes, de règles ou d’habitudes) guidant effectivement l'action individuelle. Pour qu’elles remplissent l’office qui leur est assigné, ces instructions sont dotées de deux propriétés : elles exercent une force causale et sont communément partagées. Or, les tentatives faites pour associer ces deux propriétés sont, si l’on retient la thèse de Stephen Turner (1994) – que James Bohman commente et critique dans ce volume –, vouées à conduire à l’adoption d’une position dualiste : d’une part, une conduite, de l’autre, l’intention qui l’informe, sans jamais parvenir à décrire ni l’opérateur de leur rencontre ni les effets qu’elle produit.

18Ce genre de dualisme maintient une séparation absolue entre ce qui est tenu pour relever du général – le monde de la norme – ou pour ressortir du particulier – les univers singuliers dans lesquels la norme trouve à s’appliquer. C’est ce que font les analyses de l’action d’inspiration fonctionnaliste ou structuro-fonctionnaliste. Accepter la pertinence d’une telle séparation est cependant une démarche étrangère aux analyses d’orientation interactionniste et contextualiste. En faisant de l’acteur pris dans une situation d’action le créateur des régularités que manifestent les objets et événements du monde social, ces approches croient s’épargner l’embarras d’avoir à concevoir une médiation entre l’individu et le monde physique ou social, puisqu’elles assurent que cette médiation se réalise directement dans l’interaction. Ces approches sont cependant sommées de répondre à une double critique. Elles doivent, en premier lieu, repousser l’accusation de circularité : si la preuve de la régularité d’une action se trouve dans le fait que cette action a effectivement eu lieu, on ne dispose d’aucun critère permettant de juger de la réalité de cette régularité puisque le simple fait que l’action se soit déroulée en atteste. Elles doivent, en second lieu, écarter l'objection que leur oppose le positiviste : lorsque l’action est envisagée du strict point de vue de son déroulement temporel, elle se réduit à une consécution contingente d’événements et son « localisme » défie toute tentative de généralisation, confine au relativisme et, en tout cas, interdit l’explication.

19L’idée d’un ordre de détermination pratique a précisément été conçue pour éviter les impasses des approches dualistes ou contextualistes de la régularité des conduites. La solution consiste à appréhender certains aspects de la socialisation sous l’angle de l’incorporation. Trois façons de le faire se sont peu à peu dégagées, qui reposent

  1. sur une conception de l’habitude comme « traces mentales » déposées par l’expérience dans l’esprit des individus et déclenchant une réponse mécanique. Ce type d’habitude peut être contracté par imprégnation, engrammation, inculcation ou imitation (modalité dont Bruno Karsenti montre, dans ce volume, qu’elle appelle une réévaluation) ;

  2. sur l’idée d’« incarnation des savoirs », qui peut aussi bien renvoyer à l’intériorisation de valeurs ou à la possession de dispositions qu’à l’invocation d’une compétence des individus à l’invention, à la configuration ou à la créativité, que celle-ci soit inhérente au cours d’action – versions pragmatisme ou ethnométhodologie – ou support d’une activité de nature interprétative – versions interactionnisme symbolique ou herméneutique ;

  3. sur un modèle mixte de mental et de physique, comme celui qu’on peut construire en adoptant la conception dynamique de l’habitude que Dewey propose dans sa théorie de l’enquête (qui est présentée ici par Guillaume Garreta) ou en ébauchant une théorie dispositionnelle de l’action (comme celle que Emmanuel Bourdieu propose dans l’article publié ici même).

20Les essais de James Bohman, Bruno Karsenti, Guillaume Garreta et Emmanuel Bourdieu évaluent donc la pertinence théorique de chacune de ces options. Ils s’efforcent de considérer les lignes de partage qu’il faudrait tracer pour identifier ce qui, dans l’action, relève respectivement du conditionnement, de la maîtrise d’une technique, de l’exercice d’une capacité, de la possession d’un savoir-faire, de la mise en œuvre d’un raisonnement pratique, voire de la formation d’énoncés nomologiques. Les articles de Barbara Olszewska, Lorenza Mondada et Benoît Lelong contribuent à cet effort, en cherchant à distinguer, à partir du matériel empirique qu’ils rapportent, ce qui tient à une activité de conceptualisation dans l’action et ce qui peut être rapporté à une forme d’organisation de l’action n’impliquant pas (ou plus) nécessairement de conceptualisation.

  • 9 Sans entrer ici dans une querelle de définition, on admettra que la connaissance pratique s'oppose (...)

21Reste que l’invocation d’un savoir non propositionnel ressuscite une vieille question : la connaissance pratique est-elle une connaissance9 ? En effet, si l'on admet qu’un savoir a la propriété de s’abolir totalement dans la corporéité – ce qui est le cas des dispositions, lorsqu’elles sont conçues comme des facultés ; de l’habitude, même quand elle est envisagée comme un des supports de l’enquête ; ou du savoir-faire, lorsqu’il atteint le niveau de l’expertise (Dreyfus, 1991) –, peut-on encore le considérer comme un savoir (même s’il est présenté sous les allures d’une capacité à suivre une règle, une compétence à respecter des instructions ou un schème régulateur) ? Il convient donc de se demander si le domaine du savoir non propositionnel ne se réduit pas à cette part d’ineffable (un art de faire, un tour de main, un trait de génie) inhérente à l’accomplissement d’une activité et qui semble défier toute explicitation. En d’autres termes, un savoir non propositionnel a-t-il simplement une place dans la description de l’action ?

Au-delà de la querelle de l’expliquer et du comprendre

  • 10 Les distinctions élaborées par Wright sont plus fines que celles rapidement esquissées ici.

22La réflexion sur le thème de la régularité conduit, enfin, à revenir sur la question de l’explication en sciences sociales. Elle permet de faire un pas de plus dans la direction ouverte par la critique de l’opposition entre expliquer et comprendre avancée par Georg Henrik von Wright (un élève de Wittgenstein qui a su tirer parti de la distinction entre explications par les causes et explications par les raisons) dans Explanation and Understanding (1971). Ce livre, dont il n’est sans doute pas exagéré de dire qu’il a imposé l’idée qu’explication et compréhension sont intimement mêlées dans toute activité à visée descriptive, introduit une double distinction : la première entre explication causale et explication téléologique ; la seconde entre deux formes d’explication téléologique : causale lorsque la relation appréhendée paraît impliquer un rapport d’antécédent à conséquent qui peut tomber sous le coup d’une loi, et intentionnelle lorsque cette relation met en jeu le rapport entre un accomplissement et le motif qu’on peut lui imputer a posteriori10.

23L’ancienne querelle entre erklären et verstehen a vécu, et on peut gager qu’il ne se trouverait plus grand monde aujourd’hui pour exiger l’alignement des formes de l’explication en sciences sociales sur celles en vigueur dans les sciences naturelles (d’autant plus qu’il est devenu délicat, comme le rappelle Bahram Djenab dans ce volume, de défendre la rigueur « scientifique » de l’explication dans ces sciences). Mais si le conflit entre approches explicative et compréhensive a perdu une grande part de sa pertinence, la controverse semble s’être déplacée. Elle n’oppose plus, comme Wright le suggère, deux conceptions rivales de l’explication, mais deux manières concurrentes d’envisager la compréhension.

24Avec l’épuisement de la querelle sur la valeur scientifique de l’explication en sciences sociales, le modèle compréhensif – tel qu’il est utilisé dans l’analyse de l’action – a acquis une certaine légitimité. Ce modèle, marqué par l’intérêt porté au « point de vue de l’acteur » et aux effets propres de la temporalité, fait aujourd’hui partie de la panoplie des méthodes auxquelles il est admis de recourir. Thomas Wilson (1970) a cependant montré que le modèle compréhensif connaissait deux versions : l'une, subjective, confond compréhension et interprétation, en tenant celle-ci pour une production personnelle par laquelle les individus construisent jusqu’à leur identité ; l'autre, objective, sépare la compréhension de l’interprétation, et envisage celle-ci comme une activité – consubstantielle à l’action et passant souvent inaperçue – de reconnaissance et d’ordonnancement d'un univers pratique qui rend l’émergence d’une compréhension mutuelle possible. En ce cas, l’interprétation fonde la coordination de l’action, avant toute négociation, ou toute confirmation publique de l’existence d’un accord (comme le suggère Meredith Williams dans ce volume). La différence entre modèles de l’interprétation objective et subjective se tient précisément là : la première est la condition de possibilité de la seconde.

25Bref, l’interprétation peut aujourd’hui être appréhendée de deux manières différentes : celle qui se réalise, de façon explicite et descriptible, dans la production d’une signification et dans son attribution publique à un objet, à un événement ou à une intention (c’est cette dimension que reflète le « point de vue des acteurs ») ; et celle constituée par tout ce qui doit déjà être connu et présupposé pour accomplir cette production et cette attribution. Cette seconde dimension de l’interprétation recouvre le vaste (et mystérieux) domaine de ce que Bouveresse (1991, p. 54) nomme la « compréhension préréflexive et infra-herméneutique », dont on peut, avec lui, estimer qu’elle ordonne, de façon directe, l’essentiel des échanges ordinaires.

  • 11 La notion de réflexivité nomme, en ethnométhodologie, cet incessant va-et-vient qui permet d’ajuste (...)

26D’une certaine manière, l’ethnométhodologie se livre à une exploration empirique de ce domaine lorsque, à la suite de Garfinkel et Sacks (1970), elle s’attache à analyser ce qu’ils nomment l’activité de formulation. Pour eux, les descriptions ordinaires produites par des individus en situation d’action possèdent deux propriétés : elles expriment le caractère organisé de tout engagement dans une activité collective et manifestent la manière dont les ressources mobilisées pour participer à cette activité assurent « directement » la coordination de l’action dans la temporalité même de son accomplissement (Sharrock & Coulter, 2001). Cette réflexivité11 de l'activité de formulation suppose un recours approprié – mais pas nécessairement réfléchi – aux critères de jugement utilisés dans l’évaluation de l’acceptabilité des gestes et des commentaires rendus publics dans un cours d’action (démarche que l’article de Lorenza Mondada illustre en montrant comment le savoir-faire est un objet de description tout autant qu’une habileté à exécuter certaines opérations). De ce point de vue, qui retrouve une bonne partie des propositions de la théorie de l’enquête de Dewey (comme on peut le constater en lisant l’article de Barbara Olszewska), la régularité des conduites semble procéder du déclenchement de formes de raisonnement pratique immédiatement ajustées aux circonstances de l’environnement et aux nécessités de l’action.

27La distinction entre interprétations objective et subjective qu’on vient d’esquisser demeure, à bien des égards, problématique. On peut en effet se demander ce qui différencie la face objective de l’interprétation – c’est-à-dire les domaines du préréflexif ou de l’anté-prédicatif – d’une idée bien connue : celle d’un arrière-plan donné (et ses divers avatars : background, présuppositions, attitude naturelle, rationalité, institutions du sens) imposant un régime de contraintes sur la base duquel se construisent les activités ordinaires. Il ne semble pas que la distinction permette, par elle-même, d’échapper au dualisme de la connaissance et de l’action. Mais ce serait oublier le postulat (semblable à celui qu’admettent les théories de l’action d’orientation analytique, pragmatiste ou réflexive) qui est au principe de la notion d’interprétation objective : connaissance et action sont indissociables. Reste alors à savoir comment justifier l’idée de perception directe des significations des choses et des événements.

  • 12 C’est le paradoxe de Münchhausen (se tirer par les cheveux pour se sortir des sables mouvants) appl (...)

28Mais, même s’il est possible d’avancer d’excellents arguments théoriques à l’appui de cette idée, elle n’en pose pas moins une embarrassante question : si l’on admet qu’une connaissance d’arrière-plan (ou un savoir non propositionnel) produit des régularités, comment soutenir que ces régularités émergent dans l’action alors qu’elles sont justement ce qui permet de s’y engager12 ?

29Sans apporter de solution à ce problème, les articles de ce volume indiquent les voies que la recherche sur l’ordre de détermination pratique devrait emprunter pour fixer des critères permettant de contenir les thèses émergentistes dans les limites du raisonnable.

30Parmi les textes ici présentés, plusieurs avancent une notion explicative de base – la pratique, l’habitude, la capacité, la disposition –, notion qui intervient également dans d’autres théories ou chez d’autres auteurs avec un sens et un rôle différents : ainsi Cartwright et Wittgenstein ne mettent-ils pas la même chose sous le mot « capacité », la disposition de Peirce ou de Bourdieu n’est pas celle de Wittgenstein, l’habitude n’a pas le même sens chez Peirce, Dewey, Turner, et pas non plus le même poids explicatif. Selon les auteurs, l’habitude peut être un concept causal ou non causal, individuel ou collectif, mentaliste ou non mentaliste, ce qui peut augmenter dans un premier temps notre perplexité, mais approfondit et affine dans un second temps notre connaissance des termes du débat. Ainsi Turner qui joue l’habitude, dont il a une conception mentaliste, causale et individualiste, contre la pratique (défendue ici par Bohman) s’opposerait certainement aux visions, idiosyncrasiques et fortes d’ailleurs, qu’en ont, respectivement, Peirce, Dewey et James, et au rôle que chacun d’eux lui accordent.

31On verra en tout cas, à lire ce volume, et une fois le lecteur mis en garde contre le manque d’univocité des termes explicatifs de base, qu’aucune théorie n’est à même de tout expliquer de l’action humaine. Chaque modèle est partiel parce que chacun a, plus ou moins, une perspective unilatérale, et se nourrit, comme dit Wittgenstein, d’une seule sorte d’exemples. Plutôt que de donner la palme à une théorie, mieux vaut essayer d’examiner si les approches qui intègrent un aspect de savoir non propositionnel dans leurs descriptions ou leurs explications sont à la hauteur des prétentions qu’elles affichent. Tout ce que nous pouvons espérer est que ce volume pourra servir d’outil à ceux qui voudraient se livrer à une évaluation de ce type.

Bibliographie

Anscombe Gertrude Elisabeth Margaret (2002), L’intention, Paris, Gallimard.

Barnes Barry (1983), « Social Life as Bootstrapped Induction », Sociology, 4, p. 524-545.

Bouveresse Jacques (1991), Herméneutique et linguistique, Combas, Éditions de l’Éclat.

Button Graham & Wes Sharrock (1993), « A Disagreement over Agreement and Consensus in Constructionist Sociology », Journal for the Theory of Social Behaviour, 23 (1), p. 1-25.

Canguilhem Georges (1966), Le normal et le pathologique, Paris, Presses universitaires de France.

Delpla Isabelle (2001), Quine, Davidson. Le principe de charité, Paris, Presses universitaires de France (« Philosophies »).

Descombes Vincent (1996), Les institutions du sens, Paris, Minuit.

Dreyfus Hubert (1991), « L’épiphénoménologie de Husserl », Études philosophiques, 1, p. 57-77.

Garfinkel Harold & Harvey Sacks (1970), « On Formal Structures of Practical Actions », in J. C. McKinney & E. A. Tyriakian (eds), Theoretical Sociology, New York, Appleton Century Crofts, p. 337-366.

Joas Hans (1999), La créativité de l’agir, Paris, Cerf.

Kojève Alexandre (1990), L’idée du déterminisme dans la physique classique et la physique moderne, Paris, Le Livre de poche.

Laugier Sandra (1999), Du réel à l’ordinaire, Paris, Vrin.

Popper Karl (1991), La connaissance objective, Paris, Aubier.

Reed Edward S. & Blandine Bril (1996), « The Primacy of Action in Development », in M. Latash & M. Turvey (eds), Dexterity and its Development, Mahwah (NJ), Lawrence Erlbaum Ass., p. 432-451.

Sacks Harvey (1977), « Notes on Methodology », in J. Atkinson & J. Heritage (eds), Structures of Social Action: Studies in Conversation Analysis, Cambridge, Cambridge University Press, p. 21-27.

Schatzki Theodore R., Knorr-Cetina Karin & Eike von Savigny (eds) (2001), The Practice Turn in Contemporary Theory, Londres, Routledge.

Sharrock Wes & Jeff Coulter (2001), « Réflexions sur le raisonnement. Wittgenstein et Garfinkel contre la théorie et la méthode », in M. de Fornel, A. Ogien & L. Quéré (eds), L’ethnométhodologie. Une sociologie radicale, Paris, La Découverte, p. 75-97.

Turner Stephen (1994), The Social Theory of Practice. Tradition, Tacit Knowledge and Presuppositions, Londres, Polity Press.

Wagner Pierre (ed.) (2002), Les philosophes et la science, Paris Gallimard (« Folio Essais »).

Williams Meredith (1994), « Private States and Public Practices : Wittgenstein and Schutz on Intentionality », International Philosophical Quarterly, XXXIV (1), 113, p. 89-110.

Wilson Thomas P. (1970), « Conceptions of Interaction and Forms of Sociological Explanation », American Sociological Review, 35, p. 697-709.

Wittgenstein Ludwig (1961), Philosophische Untersuchungen, Francfort, Suhrkamp.

Wright von Georg Henrik (1971), Explanation and Understanding, Ithaca, Cornell University Press.

Notes

1 Ce genre de contrainte est celui qu’essaye d’identifier Descombes (1996).

2 Certains pensent que l’indétermination devrait être sa marque de fabrique.

3 Richard Rorty figurerait bien la première de ces extrémités, et Friedrich Hayek, la seconde. Sur l’étendue des variations qui composent le « tournant pratique », cf. Schatzki, Knorr-Cetina & Savigny (2001).

4 Qui n’est pas sans rapport avec la remise en cause du déterminisme qu’a provoquée l’apparition de la théorie de la relativité. Cf. Kojève (1990).

5 Et cela en raison d'un principe que Canguilhem (1966, p. 102) a formulé ainsi : « Un trait humain ne serait pas normal parce que fréquent, mais fréquent parce que normal. » Ce principe justifie la démarche qui consiste à extraire une normalité sociale de régularités mises en évidence par la quantification.

6 Hans Joas (1999) dresse un tableau de cette façon d’envisager les choses.

7 La thèse de la généralité de l’ordre (cf. Sacks, 1977, p. 22-23) – courante en sociologie et en anthropologie sociale – est parente de la position wittgensteinienne. À ce sujet, cf. Williams (1994), Laugier (1999).

8 Button & Sharrock (1993) précisent l’importance de cette question pour la sociologie.

9 Sans entrer ici dans une querelle de définition, on admettra que la connaissance pratique s'oppose à la connaissance spéculative, en cela qu’elle ne recourt pas à l’observation, guide la réalisation d’opérations manuelles ou techniques et s’exerce dans l’action. Ces trois caractéristiques sont celles que propose G. E. M. Anscombe (2002, § 48, p. 149-151).

10 Les distinctions élaborées par Wright sont plus fines que celles rapidement esquissées ici.

11 La notion de réflexivité nomme, en ethnométhodologie, cet incessant va-et-vient qui permet d’ajuster, de façon locale et toujours provisoire, la définition d’un objet ou d’un événement aux fluctuations des situations. Cette dynamique d’ajustement ne renvoie ni à un mécanisme cognitif, ni à une procédure de compréhension ou d’interprétation : elle se réalise dans et pour l’action, voilà tout.

12 C’est le paradoxe de Münchhausen (se tirer par les cheveux pour se sortir des sables mouvants) appliqué à l’analyse de l’action décrit par Barnes (1983).

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search