Version classiqueVersion mobile

Les formes de l’action collective

 | 
Daniel Cefaï
, 
Danny Trom

Recherches

Cadres et institution des problèmes publics

Les cas du chômage et du paysage

Frames and the Shaping of Public Problems. A Case Study on Employment and Landscape Destruction

Danny Trom et Bénédicte Zimmermann

Résumé

Le problème de la constitution de nouveaux problèmes publics, et de leur mise en forme à travers des catégories d’action, est traité à partir de deux études de cas : le chômage et le paysage en Allemagne. La recherche met ici en œuvre l’analyse de cadres, et la prolonge par une approche processuelle, nécessaire pour analyser le problème posé. Dans un même mouvement sont ainsi examinés des processus de mobilisation, de cadrage et de catégorisation qui interagissent les uns sur les autres. La définition d’un problème et l’expression d’une revendication, le travail de mise en équivalence de cas singuliers et de stabilisation catégorielle relèvent d’une dynamique de destitution et de recomposition de catégories. Cette dynamique s’inscrit à la fois dans la longue durée des cadres préexistants et dans la courte durée d’activités de mobilisation qui visent leur transformation.

Texte intégral

1L’analyse de cadre (frame perspective) a souligné combien toute mobilisation collective suppose, de la part des personnes engagées dans l’action, un travail cognitif et normatif visant à définir la situation dans laquelle elles agissent (Snow, supra). Cette approche, conçue pour saisir à la fois un processus, l’activité de cadrage (framing) et le produit de cette activité, le cadre (frame), appelle deux commentaires. Premièrement, elle s’est essentiellement attelée à identifier et à répertorier des cadres, sacrifiant le plus souvent la dynamique de cadrage inhérente à toute mobilisation. Le cadre y apparaît sous une forme statique et se confond avec un assemblage solide, mais assez rudimentaire, d’idées et de normes. Deuxièmement, cette approche postule que les acteurs disposent de ressources culturelles qu’ils vont activer et assembler en vue de confectionner un cadre qui rencontrera, en cas de succès, les attentes du public. Un interactionnisme par trop stratégique conduit ainsi à envisager l’activité de définition et de négociation de la réalité comme étant sans contrainte (Cefaï ; Trom, supra).

  • 1 Sur la fécondité d’un tel croisement, cf. Benford (1997), Williams & Benford (2000), Benford & Hunt (...)

2Pour infléchir cette perspective, tout en maintenant les exigences qu’elle s’était données à l’origine, nous nous proposons de croiser les propositions théoriques de l’analyse de cadre avec une approche en termes de problèmes publics1. Ce croisement permettra de déplacer l’attention non seulement vers les processus de mobilisation, mais également vers les activités de formulation de plaintes, de critique et de revendication qui y sont à l’œuvre. Il permettra aussi de saisir la mobilisation de manière dynamique, dans le contexte plus large et plus contraignant de la disponibilité générale d’un faisceau de problèmes publics qui borne le travail des acteurs en situation (Trom, supra).

  • 2 Pour une approche critique de cette rationalité, voir Boltanski (1984).

3La sociologie des problèmes publics a souvent été cantonnée dans les limites d’un constructivisme nominaliste (Cefaï, 1996). Dans la perspective constructiviste, le caractère construit des problèmes publics est référé à l’activité collective de définition et de revendication de groupes d’intérêts particuliers (Kitsuse & Spector, 1973), qui requiert une aptitude cognitive et morale à la dénonciation de conditions jugées anormales ou injustes (Gusfield, 1981 ; Jasper, 1997). La prise en compte d’une telle activité constitue un apport indéniable. Mais les problèmes publics ne sont pas toujours, du moins pas à tous les stades de leur énonciation, le fruit d’un travail délibéré et cohérent de construction, pas plus qu’ils ne sont forcément imputables à l’activité revendicative d’un groupe social particulier. Le supposer revient à surestimer la rationalité de la dénonciation2 et à sous-estimer les balbutiements, les tâtonnements et les incertitudes inhérents à toute mobilisation ainsi que les conditions sur lesquelles elle s’appuie.

4Toute mobilisation est, entre autres, contrainte par la disponibilité de catégories et de problèmes légitimes sans lesquels une situation problématique ne pourrait pas, dans des circonstances ordinaires, être thématisée. Mais cette disponibilité mérite une exploration. C’est dans le mouvement même d’institution d’un problème que se configure son caractère public, reconnaissable et identifiable par tout un chacun. Un problème public doit être conçu comme le produit historique d’une activité collective complexe, engageant une série d’acteurs hétérogènes et ancrée dans des contextes particuliers. Les problèmes publics sont constitués dans des moments de mobilisation collective marqués par l’indécision, le tâtonnement, le désaccord. En se stabilisant, ils se muent en entités consistantes et acquièrent cette naturalité qui caractérise un rapport durable au monde. C’est à ce titre qu’ils pourront être activés comme de véritables cadres dans des processus ultérieurs de mobilisation, permettant de thématiser des situations vécues comme problématiques, de passer d’un « trouble » éprouvé à un « problème » constitué (Mills, 1954). Ils rendent ainsi possibles des mobilisations ultérieures, déterminant en particulier la manière dont les personnes comprendront, saisiront les situations qu’ils jugeront problématiques et se donneront une prise sur elles. Aussi la constitution d’un problème public n’est-elle pas seulement, ni avant tout, une affaire d’activité créatrice (Joas, 1999). Elle suppose l’activation de schèmes préexistants sans lesquels le « trouble » n’accéderait pas à la visibilité dans un espace public. Le lien entre les processus de mobilisation collective et la structuration du champ des problèmes légitimes est patent en matière de confection d’une cause publique.

5Toutefois, la disponibilité d’un problème n’assure jamais de manière mécanique la félicité des activités de mobilisation. Le passage au public (Quéré, 1990 ; Cardon, Heurtin & Lemieux, 1995) constitue toujours une épreuve pour les acteurs (Boltanski & Thévenot, 1991). En ce sens, les catégories disponibles sont à chaque fois rejouées dans les situations concrètes et il n’est pas exclu qu’il en résulte, dans certains cas, une transformation du problème public concerné. Toutefois le coût de cette transformation est extrêmement élevé puisqu’elle suppose de défaire ce qui a été solidement noué et de reconfigurer entièrement ou partiellement ce qui fait problème. Ce sont de tels déplacements dans le cadrage de problèmes publics déjà institués, et les processus de reconfiguration des catégories établies de l’action publique qu’ils impliquent, que nous nous proposons d’explorer dans cet article.

6Nous définissons un problème public comme une manière partagée, plus ou moins stabilisée, de thématiser une situation perçue comme problématique. Cette thématisation passe par la création ou l’usage de catégories (de personnes, d’actes, d’objets, de situations, d’événements). En particulier, cette catégorisation définit des classes plus moins extensives de choses ou de personnes affectées par un problème et susceptibles de bénéficier d’un traitement public en tant que membres de ces classes. Les cadres de la mobilisation désignent les manières multiples et situées, dont, dans l’action, un problème public et des catégories sont confectionnés, ou dont ils sont soumis à des critiques, à des modifications ou à des déplacements. Ils constituent donc des objets dynamiques, puisqu’ils renvoient aussi bien aux conditions préalables d’un processus de cadrage qu’à son produit ; celui-ci va lui-même, à son tour, conditionner les mobilisations ultérieures. Dans une telle optique, le recours à des matériaux historiques permet de rendre compte de moments d’innovation, où émergent des catégories d’appréhension et d’intervention nouvelles qui seront disponibles par la suite. Quant aux mobilisations observées dans le présent de l’action, elles paraissent le plus souvent définir une situation problématique en la rapportant à un problème public préexistant et stabilisé. Elles peuvent tenter de modifier, corriger, ou déplacer les manières convenues de poser et de traiter le problème. Mais ces modifications restent souvent marginales, écrasées par la puissance d’imposition des cadres établis.

7Ainsi l’analyse en termes de cadrage peut-elle être infléchie pour qu’elle ne soit pas cantonnée à la saisie d’idées ou de valeurs impulsant la mobilisation. Elle doit permettre de lier des processus de mobilisation et la production historique d’entités abstraites durables (tels un problème public, une catégorie de personnes ou d’objets) qui structurent l’appréhension des événements et des situations problématiques. Un tel infléchissement suppose que la dimension diachronique des cadres soit placée au centre de l’analyse.

8Deux exemples de problèmes publics, constitués au tournant du xxe siècle, nous serviront à documenter ces propositions théoriques. Le premier concerne une injustice faite aux personnes, à savoir le non-travail : nous examinerons la mise en forme progressive de la catégorie de chômeur. Le second concerne une injustice faite à la nature : nous analyserons l’émergence du paysage comme objet de sollicitude. Une personne privée de travail dans un cas, un espace altéré dans l’autre, sont saisis sous une catégorie, thématisés en termes de situation problématique, constitués en objets d’une « politique de la pitié » (Boltanski, 1994). La coïncidence temporelle de la constitution de ces deux problèmes publics, de même que les points d’ancrage communs des catégorisations que celle-ci occasionne, permettent d’alimenter, à partir du cas allemand, une réflexion plus générale sur les processus de reconfiguration des catégories de l’action publique. C’est une telle réflexion qui justifie le rapprochement de ces deux cas, plutôt qu’une visée de comparaison systématique.

9Nous retracerons dans un premier temps l’émergence des deux problèmes. Puis nous décrirons leur solidification progressive à travers le travail concomitant de catégorisation des personnes et des choses. Nous montrerons que ce processus s’inscrit dans une conjoncture historique particulière, marquée par une intense mobilisation. Enfin, à partir de l’analyse proposée de l’articulation entre problèmes publics, catégories et mobilisation, nous reformulerons le statut des processus de cadrage dans les mouvements sociaux.

Les balbutiements d’un processus

10La fin du xixe siècle est une période particulièrement riche en reconfigurations des catégories d’appréhension du monde. Les deux exemples retenus s’inscrivent, par-delà leurs spécificités, dans un processus général de réagencement des rapports entre l’individu et le collectif, le local et le national, le singulier et le général. La catégorisation vise à conjurer les bouleversements induits par l’entrée à la fois du travail et de la terre dans la sphère du marché, qui détache les personnes de leur ancrage local, social et environnemental (Polanyi, 1983).

  • 3 Alors que Arbeitslosigkeit et Heimatlosigkeit désignent des processus négatifs affectant les person (...)

11Dans les deux cas, la production catégorielle prend appui sur la dénonciation d’un manque, stipulé en allemand par les suffixes -los et -losigkeit. Mais cette dénonciation n’est elle-même possible que parce que le manque est défini en fonction d’un élément positif. Elle se déploie ainsi en référence à des biens, nouveaux ou réévalués, qui se trouvent dans un rapport de détermination mutuelle avec les catégories qui expriment le manque, à savoir d’un côté le travail (Arbeit), de l’autre le paysage (Landschaft). Ainsi Arbeitslosigkeit/arbeitslos font figure sur le fond d’une saisie nouvelle de la Arbeit (Zimmermann, 2001, chap. I), Heimatlosigkeit/Landschaftzerstörung sur celui d’une saisie nouvelle de la Landschaft (Trom, 1995)3.

Du « trouble » au problème public

12« Arbeitslosigkeit », « Heimatlosigkeit » : le référent commun de la dépossession. Le concept d’Arbeitslosigkeit n’existe pas avant la fin du xixe siècle. Jusque-là, la condition de sans-travail (arbeitslos) se confond avec les autres expressions de la dépossession qui caractérise le « démuni » (Eigentumsloser), figure centrale de la question sociale dans les années 1840. Arbeitslos (sans travail) équivaut à eigentumslos (sans bien), heimatlos (sans chez soi), nahrungslos (affamé), brotlos (sans pain), beschäftigungslos (sans occupation), erwerbslos (sans activité professionnelle) – autant de qualificatifs interchangeables dont un seul suffit à suggérer les autres et à évoquer l’image du déraciné rural, sans pain, sans toit, ni travail (Jankte & Hilger, 1965). La dépossession, forme pathologique de l’« individualisme possessif » érigé à la fin du xviiie siècle en valeur cardinale de la théorie économique et politique (Macpherson, 1971), se trouve au cœur de ce corpus. Alors que l’idéal de possession devient l’expression dominante de la normalité économique et sociale, au point que le travail lui-même est érigé en propriété, le suffixe privatif -los devient le dénominateur commun de la question sociale instituée en écart à cette norme. Suggérant une idée à la fois de privation et de rupture, il confond le démuni et le déraciné en une seule et même figure.

13Le concept de Heimatlosigkeit désigne, dans la seconde moitié du xixe siècle, un ensemble de processus diffus, objets de plaintes et de récriminations. On retrouve le terme dans la littérature savante, en particulier sous la plume de lettrés, écrivains et Kulturkritiker divers qui amalgament sous un même vocable des phénomènes aussi divers que l’industrialisation et l’urbanisation, l’exode rural et la croissance anarchique des métropoles, la mobilité et le règne de la marchandise, la prolétarisation de fractions croissantes de la population, leur acculturation, leur détérioration physique et leur déchéance morale. Ce n’est qu’à la fin du xixe siècle que la thématique de la Heimatlosigkeit se spécifie, au moment où elle pénètre le discours politique. Cette spécialisation est concomitante à l’apparition de nouveaux concepts, tel celui de Arbeitslosigkeit, expression d’un travail de recatégorisation des problèmes sociaux en vue d’un traitement politique différencié. La plainte de la Heimatlosigkeit, sous la forme particulière de la destruction du paysage, existait certes déjà avant ce processus de différenciation. Elle était portée par des écrivains, poètes, peintres et autres esthètes qui déploraient l’enlaidissement du monde et la disparition des paysages, sources de leur inspiration. Le paysage était alors mis en scène comme une entité exceptionnelle, objet d’exaltation des artistes romantiques et bientôt objet d’une consommation de masse. Mais ce n’est qu’à partir de la fin du xixe siècle que le paysage est constitué en catégorie pertinente et générique d’appréhension du monde extérieur ; il devient une catégorie de description du territoire de l’État-nation et contribue à en dessiner la physionomie. Dès lors, il n’est plus seulement une catégorie de la pratique artistique et de la consommation culturelle, mais désigne des entités existant dans le monde colorié et charnel du territoire, de telle sorte que la nation devient descriptible comme un réservoir d’entités visuelles, peuplée de paysages considérés comme des biens communs. Le destin du paysage devient ainsi l’objet d’un souci politique, d’une prise en charge protectrice et d’une mise en forme appropriée à des pratiques qui n’avaient pas cours jusqu’alors.

  • 4 Les discussions s’organisent autour de la définition proposée en 1895 : « non-travail involontaire (...)

14Le terme de chômage (Arbeitslosigkeit), inexistant jusqu’aux années 1880, se répand à la même époque. Son usage se développe de manière concomitante à la revendication d’un traitement social spécifique du non-travail pour raison économique, alors que sa généralisation se confond avec la délimitation tâtonnante d’une nouvelle catégorie de l’action publique. Les années 1890 ouvrent ainsi quarante années de spécification controversée de la définition du chômage, pour déboucher en 1927 sur la promulgation d’une loi nationale d’assurance contre le chômage4. La coïncidence entre la diffusion des mots Arbeitslosigkeit et Landschaftzerstörung et leur investissement dans la pratique politique invite à envisager leur définition sous l’angle d’un processus commun, mais aux facettes multiples. Ce processus se conjugue avec l’affirmation, par des sciences sociales et des institutions étatiques alors en pleine recomposition (Wagner, 1990), de lignes spécifiques de démarcation du privé et du public (Habermas, 1993), mais également des sphères économiques, politiques et sociales. Loin d’être tracées une fois pour toutes comme un préalable à l’action, ces lignes se dessinent et se redessinent dans un mouvement où les mises en forme discursives du social et les institutions censées l’incarner se déterminent mutuellement.

  • 5 Sur la définition de la catégorie comme habilitante et contraignante, cf. aussi Laborier (1996).

15Le travail et le paysage comme catégories renvoient à un état stabilisé des personnes et des choses. La stabilité d’un état, en tant que bien, va de pair avec la conscience d’une plasticité de la société, d’une capacité d’agir sur elle-même, d’infléchir des processus négatifs, à tout le moins, d’en pallier les effets jugés les plus néfastes. Toutefois, la constitution des couples catégoriels travail/chômage, paysage/destruction du paysage, ne procède pas du seul volontarisme, comme le suggèrent les approches strictement constructivistes. Loin de se limiter à une dimension langagière, d’être réductible à un acte d’étiquetage, ce processus de cadrage draine un ensemble de représentations et de pratiques indissociablement habilitantes et contraignantes (Giddens, 1987)5. Pour ce qui concerne le chômage, les institutions d’assistance de même que les assurances bismarckiennes déterminent les cadres de référence en matière de traitement du non-travail, par rapport auxquels les différents protagonistes sont inévitablement amenés à se positionner. C’est dans l’espace ouvert par leur confrontation, entre la logique de la faute individuelle et celle du risque collectivement assuré, que s’inscrivent les définitions, puis les mises en forme catégorielles du chômage et du chômeur, illustrant le poids des cadres disponibles dans tout processus d’innovation. Dans le cas du paysage, la logique patrimoniale, très anciennement enracinée dans les pratiques de gouvernement, forme le cadre contraignant hors duquel une intervention publique n’est pas même pensable. Que ce soit les fortes réticences des hobereaux au sein des parlements régionaux ou les premières mesures réglementaires destinées à établir les critères d’une nomenclature des objets patrimonialisables, tout indique que la logique de protection et de conservation des monuments (Denkmalpflege) surdétermine la manière dont le paysage comme bien commun pénètre la sphère des domaines susceptibles de faire l’objet d’une prise en charge collective.

16Forgées à la confluence des héritages du passé et des enjeux propres au tournant du siècle, les catégories en question, produits de moments de doute et d’innovation, relèvent donc d’une histoire longue qui déborde celle de leur seule énonciation. Joindre les apports de l’analyse de cadre et des théories de la constitution des problèmes publics permet ainsi de penser ensemble stabilité et innovation, et d’envisager la production des nouvelles catégories de l’action publique sur le mode de petits déplacements sur fond stable, dans la rencontre entre un temps structurel long et des conjonctures d’action plus courtes. Ces dernières dessinent des moments de mobilisation décisifs dans le processus de mise à disposition de catégories pour l’action. Par conséquent référer la catégorie à un principe d’opérationalité de l’action publique, comme nous le faisons ici, ne signifie pas la réduire à une simple technique de classification. L’entrée diachronique par le processus de catégorisation permet plutôt de l’envisager comme le fruit d’activités multiples, relevant de temporalités diversifiées et conjuguant des dimensions à la fois cognitives, normatives et pratiques. La pluralité de ces activités, résultant de situations et de cadrages spécifiques (Goffman, 1991), illustre la latitude d’interprétation et d’aménagement d’un concept dans le cours d’une action, tout en révélant l’exigence de stabilisation du sens et des équivalences sur le long terme, requise par le caractère public de cette action.

Une différenciation des problèmes engagée par leur dénonciation

17Le non-travail involontaire pour raisons économiques, tout comme la destruction des paysages, étaient confondus jusqu’à la fin du xixe siècle avec les autres troubles recensés sous le lot commun de l’indigence et de l’assistance, de l’enlaidissement du monde et de la misère du déraciné. Ils font dorénavant l’objet d’une spécification qui vise à les instituer en problèmes publics inédits engageant une responsabilité collective d’un type particulier. Dans les deux cas, cette spécification a pour arrière-plan l’industrialisation et les dommages qui lui sont associés. Ainsi le chômage est-il unanimement envisagé par les observateurs de l’époque comme « une manifestation du nouvel ordre économique » (Sombart, 1912, p. 122). Le non-travail involontaire est tenu pour l’expression de désordres produits par un marché du travail industriel, pour une forme particulière de dépossession qui tendrait à devenir dominante dans un « ordre économique où les moyens de subsistance dépendent de la conclusion d’un contrat de travail » (Jastrow, 1920, p. 49). Au démuni (Eigentumsloser) de la crise agraire des années 1840 répond, comme par écho, le chômeur (Arbeitsloser) de la crise industrielle des années 1890. C’est la situation de dépendance à la fois économique et juridique à l’égard d’un employeur, sanctionnée par le statut de salarié, qui distingue le démuni du chômeur. Pour ce qui est du paysage, il est référé au mouvement global d’industrialisation qui le voue à la destruction, sans toutefois que cette question soit thématisée de manière explicite. Ce n’est que ponctuellement, à l’occasion de protestations visant à sauver un paysage spécifique, que surgit une mise en cause de l’irresponsabilité de propriétaires terriens ou d’industriels, accusés d’abuser de la jouissance de leurs biens (Speitkamp, 1999). La systématisation de cette critique par une multitude de ligues de type civique qui fleurissent à cette époque va porter l’idée d’une dissociation nécessaire entre la possession d’un bien et son usage, entre la responsabilité économique du propriétaire, qui assure la rentabilité de son patrimoine, et une responsabilité collective qui assure la jouissance collective d’un certain genre de bien.

18Associé à l’industrialisation et à l’extension du salariat, le chômage est aussi un trouble urbain. La destruction des paysages en est en quelque sorte le revers : il réfère à la dépopulation des campagnes et à la marchandisation de la terre. Sur fond d’exode rural, d’urbanisation galopante et de saturation démographique, chômage et destruction des paysages sont identifiés par les réformateurs sociaux à des problèmes spécifiques appelant d’autres dispositifs de traitement que l’assistance ou le sauvetage ponctuel, toujours aléatoires. Les réformateurs municipaux et les syndicalistes, relayés par les sociaux-démocrates sur les scènes locales, sont les premiers à s’investir dans la constitution du chômage comme problème public (Zimmermann, 2001). Leurs efforts se rejoignent dans la lutte en faveur de son inscription sur l’agenda politique national, mais au nom de motifs divergents, voire contradictoires. De la même manière, ce sont une multitude de petites ligues locales, vouées à la protection du patrimoine local (Heimatschutz), qui posent la question du paysage en tant qu’objet digne de sauvetage, sans toutefois disposer d’une catégorie stabilisée susceptible de conférer une assise solide à leur revendication. Un travail de stabilisation est certes engagé, mais il faudra que se recomposent les manières de se rapporter visuellement au monde pour que surgisse le paysage « en danger », pour que celui-ci soit un objet de sollicitude à sauver du processus général de destruction. Il faudra surtout que le paysage devienne une entité, objective dans le monde social et stable dans le monde matériel, pour qu’il puisse être identifié, reconnu et distingué des espaces qui ne méritent pas cette qualification. La consolidation de la question de la destruction des paysages en problème public et l’érection d’un ordre visuel en bien public sont des préalables à tout traitement administratif.

19De même, la catégorisation du chômage renvoie-t-elle à un double processus de constitution : sa constitution en problème social, qui se heurte à la difficulté d’en faire un risque social objectivement identifiable, dissocié de la responsabilité individuelle ; la constitution d’une arène publique d’intervention sur le problème, qui pose la question de la légitimité de l’action publique et des instances compétentes. La reconnaissance du chômage ou de la destruction des paysages comme risques collectifs va de pair avec la désignation d’un collectif responsable susceptible d’assumer ces risques et de les prévenir. Elle s’accompagne aussi de la fixation de critères d’appartenance à ce collectif, critères qui seront ensuite mobilisés dans l’identification des chômeurs ou des paysages secourables. En d’autres termes, lorsqu’il s’agit de faire du chômage et de la destruction des paysages des catégories opératoires de l’action publique, ils ne sont jamais définis in abstracto, mais toujours en fonction d’un champ de solutions pensables dans un cadre d’action donné. L’énonciation d’un problème ne peut pas être dissociée de ses perspectives de résolution, sous peine de créer la fiction d’un ordre séquentiel entre sa définition et son traitement (Kitsuse & Spector, 1973 ; Quéré, 1990). C’est ce rapport entre logiques de catégorisation et cadres d’action que nous souhaiterions maintenant explorer.

Les prémisses de la production catégorielle

  • 6 L’enracinement de l’innovation conceptuelle dans des pratiques préalables a été mis en évidence de (...)

20Les prémisses de la mise en forme catégorielle du paysage ou du chômage se jouent sur des scènes infiniment dispersées à la fin du xixe siècle. Un langage unifié, des catégories stabilisées, pour faire surgir ces problèmes comme objets de revendication légitime, ne sont pas encore disponibles. Les manières nouvelles de saisir le monde, les nouveaux « cadrages » des situations socio-politiques ont leur origine dans une multiplicité de pratiques préexistantes dont elles dépendent largement6. C’est au sein de collectifs tels que les municipalités et les syndicats pour l’un, les ligues et les associations locales pour l’autre, chacun œuvrant dans un espace local bien circonscrit, que le chômage et le paysage vont surgir comme objets d’intervention publique et comme catégories pertinentes d’appréhension du territoire et du non-travail. La prise sur le monde « réel », la surveillance du territoire, l’identification et le contrôle du chômeur ne peuvent se faire que localement ; ils supposent un attachement, une relation de proximité. La fabrication d’une catégorie d’intervention publique, en revanche, suppose un ample travail de définition, de mise en équivalence de cas singuliers (Desrosières & Thévenot, 1988 ; Boltanski & Thévenot, 1991). Il en résulte une tension entre, d’une part, le caractère singulier et situé du chômage ou du paysage, d’autre part, l’exigence de généralité induite par la production catégorielle. Les questions de la résidence et de la mobilité, centrales pour chacun des cas étudiés, illustrent cette tension : l’identification du paysage ou du chômeur doit être locale, mais le travail de catégorisation consiste précisément à produire une définition standard susceptible de transcender les spécificités de cet ancrage local.

Entreprises de catégorisation

21Dans le cas du paysage, c’est l’activité d’une multitude d’associations locales, guidées par le souci d’une prise en charge de questions relatives à l’aménagement et à la valorisation de l’espace proche, qui fournit les prémisses de la catégorisation. Ces initiatives dispersées forment, au cours de la dernière décennie du xixe siècle, le terreau à partir duquel un problème d’ampleur nationale sera identifié et une revendication formulée. La prolifération des sociétés d’embellissement (Verschönerungsvereine) est exemplaire de ce processus. Ces comités de notables, soutenus ou quelquefois impulsés par les municipalités, visent à promouvoir l’embellissement du cadre de la vie quotidienne par les habitants : fleurir les monuments, orner la place du village en y plantant par exemple des arbres, maintenir la propreté des rues et des lieux publics. Cette appropriation d’un espace public restreint par les résidents, dans un souci de présentation, pour soi-même et pour les autres (les visiteurs), d’un espace « propre » – dans les deux sens du terme : approprié et rendu propre, net et beau – redéfinit progressivement les rapports entre espace intérieur et espace extérieur : par l’inculcation du civisme, elle fait partager un espace commun qui devient digne d’une attention similaire à celle portée habituellement à la maisonnée.

  • 7 Verein für Heimatschutz Lübeck, Niedersächsischer Vertretertag für Heimatschutz, Heimatbund Mecklen (...)

22D’autres associations, régionales, qui s’apparentent plutôt au modèle des sociétés savantes, prospèrent à la même époque. Elles se consacrent à la protection des monuments, de l’architecture urbaine, du bâti rural, des sites archéologiques. Composées d’historiens locaux, de folkloristes, d’historiens de l’art, elles affranchissent le souci patrimonial (Denkmalpflege) de son cadre monumental pour l’étendre à la culture matérielle bourgeoise des villes et à la culture populaire du monde rural. Elles forment une nuée de ligues aux caractéristiques similaires7, de sorte que les historiens ont cru pouvoir y déceler, après coup, en y intégrant le courant littéraire régionaliste en vogue, un mouvement relativement cohérent appelé Heimatbewegung (Appelgate, 1991 ; Thiesse, 1994). Le terme Heimat désigne le « pays », cet environnement de proximité, cet espace vernaculaire, dessinant une « forme de vie » propre à une localité (Spranger, 1923). À côté de ces ligues, une série de sociétés savantes naturalistes, plus anciennes, souvent composées de botanistes et de géologues, s’orientent de manière plus appuyée vers la préservation des objets remarquables qu’elles prennent traditionnellement en charge. Ici également, les pratiques d’identification et de classement des entités dites naturelles (formations géologiques, spécimens végétaux) circonscrivent étroitement, et selon des standards rigoureux, ce qui doit être porté à l’attention d’un public qui dépasse la communauté des scientifiques.

23Bien qu’elle affleure ici et là comme une entité pertinente, la catégorie du paysage reste cependant cantonnée dans des descriptions littéraires. Elle n’est pas encore disponible comme catégorie générale de revendication et d’intervention publiques. Elle affleure à l’occasion de l’engagement des associations en faveur de la sauvegarde des clochers des villages, des coutumes locales, d’un centre historique, d’un château en ruine ou d’une grotte, mais comme l’arrière-plan sur lequel ces objets se dessinent. Le paysage est alors thématisé comme un contexte vague autorisant des descriptions évocatrices ; mais il ne possède pas une consistance propre.

24Dans le cas du chômage, on relève le même foisonnement d’initiatives locales, dans un premier temps indépendantes les unes des autres, comme prémisses à l’entreprise de catégorisation. Là également les municipalités se trouvent au premier plan, aux côtés d’associations de défense d’intérêts professionnels, essentiellement d’obédience sociale-démocrate. Mais les motifs de la différenciation du non-travail pour causes économiques des autres formes de désœuvrement et, du coup, les modes de délimitation catégorielle susceptibles d’en découler, sont, à la fin du xixe siècle, fort variables d’une scène à l’autre. Les principes de justification avancés se réfèrent toujours à une rationalité de l’intérêt général, mais la construction de cet intérêt est intimement liée à la manière dont se définit le collectif qui soutient la revendication, de même qu’aux objectifs assignés à la spécification catégorielle.

25Alors que les municipalités, auxquelles incombe le devoir d’assistance aux pauvres, cherchent à différencier le chômeur de l’indigent afin d’élaborer des stratégies plus fines de gestion du social, les syndicats produisent des dispositifs d’indemnisation dont l’objectif est de renforcer leurs atouts dans la lutte contre le patronat. Stabiliser les effectifs en période de conjoncture économique défavorable et réduire la pression sur les salaires exercée par les chômeurs sans moyens de subsistance, telle est la double vocation de l’indemnisation syndicale du chômage. Il en découle une élasticité de la délimitation catégorielle, qui s’opère de manière résiduelle par rapport aux autres prestations existantes. Tout membre sans travail pour d’autres raisons que la grève, la maladie, la vieillesse ou l’invalidité, sera identifié comme chômeur. La distinction entre chômage non fautif et fautif, au sens de faute personnelle, n’y a pas cours. Procédant d’une double rationalité individuelle et collective, cette identification du chômeur se fonde sur la profession comme ressource identitaire. Expression du lien qui attache l’individu au groupe, la communauté de métier constitue le premier critère de reconnaissance du chômeur. C’est dans l’espace tissé par ce lien objectivé à travers le syndicat que sont définies ensuite, selon des règles propres à chaque organisation, des modalités plus précises d’identification. Délimitant un espace de solidarité syndicale, les critères d’appartenance au collectif et de reconnaissance par les pairs conditionnent l’identification du chômeur secourable. Loyauté à la profession organisée et logique de l’action collective sont ainsi les traits communs aux différentes variantes syndicales de la définition du chômage.

  • 8 Sur le domicile de secours (Unterstützungswohnsitz) et les lois successives le réglementant, voir T (...)

26Sur les scènes municipales, les tentatives de constitution du non-travail involontaire pour raison économique en nouvelle catégorie de l’action publique sont liées, d’une part, à la volonté de dégrever les fonds d’assistance de la prise en charge des chômeurs, d’autre part, à l’action des sociaux-démocrates au sein des assemblées locales. Il en découle des critères spécifiques de détermination du chômage. Alors que le syndicat reconnaît les chômeurs en vertu de leur manque de travail dans la profession, la municipalité les identifie en fonction des causes de leur désœuvrement – raisons économiques ou inhérentes au marché du travail –, de leurs moyens de subsistance et de leur lieu de résidence. La résidence, ou plus exactement le domicile de secours, subordonné à une durée minimale de résidence d’un an ou deux selon les cas, détermine le groupe des bénéficiaires potentiels des politiques municipales et tient lieu, en matière de prestations sociales, de convention d’équivalence entre les personnes8. De fait, la constitution du chômage en catégorie de l’action publique s’appuie sur une double mise en équivalence : l’une porte sur le non-travail et le travail salarié, l’autre sur l’appartenance civique à la collectivité prestataire. Or ces équivalences sont objet de controverses à tous les niveaux – entre syndicalistes et réformateurs municipaux, mais également à l’intérieur des organisations syndicales et des municipalités –, ce qui engendre une pluralité d’entreprises concurrentes de catégorisation, situées et singulières.

  • 9 Dans le cas de l’environnement, le processus de destruction incriminé est appelé Heimatzerstörung e (...)

27En référence à un problème général, encore peu spécifié mais envahissant, appelé Heimatlosigkeit ou Arbeitslosigkeit, se dessinent ainsi des genres d’intervention particuliers sur l’environnement et le non-travail9. Une série d’objets et de situations sont identifiés, décrits, classés. Dans le cas du chômage, ce sont les diverses causes de la pauvreté et les diverses situations des personnes sans travail qui sont inventoriées. Dans le cas du paysage, la classification s’accompagne d’un ample mouvement d’extension patrimoniale : églises rurales, maisons bourgeoises, fermes, ponts, lavoirs, rochers remarquables sont désormais inclus dans les choses qui non seulement méritent l’attention du savant, mais appellent également la vigilance publique. Cette extension s’adosse sur les pratiques spécifiques des historiens et géographes locaux, folkloristes ou muséologues. Elle repose sur un corpus de connaissances spécialisées, des répertoires de classifications déjà éprouvées, des procédés d’inventaire bien réglés. Le commun, le courant, le banal, localement identifiables et saisissables en situation de coprésence, deviennent ainsi objets d’attention en tant qu’expressions uniques au regard d’un espace national dans lequel ils s’inscrivent et qu’ils contribuent, par leur spécificité, à définir.

Mobilité et instabilité catégorielle

28Ces manières de saisir le territoire ou le non-travail procèdent de la thématisation d’une tension entre, d’une part, la localisation des personnes dans l’espace, leur ancrage en un lieu fixe, d’autre part, la mobilité accrue induite par un ensemble de processus concomitants. Dans les deux cas, la montée en généralité nationale, activée comme vecteur de coordination d’une multitude d’initiatives locales, est explorée comme moyen de dépasser cette tension. Dans le cas du chômage, les syndicalistes et les élus sociaux-démocrates rejettent dès les années 1890 le critère de résidence comme principe d’identification du chômeur secourable. Parce qu’il élimine les ouvriers qui travaillent dans la ville mais qui, en conséquence de loyers trop élevés dans le périmètre urbain, sont obligés de loger dans les communes voisines, ce critère leur paraît inadapté à l’enregistrement du « chômage réel » sévissant dans une ville. Mais pour les municipalités, le « chômage réel » se limite à celui des ressortissants envers lesquels elles ont un devoir d’assistance ; c’est-à-dire aux individus identifiables par le lien social institutionnellement validé auquel elles réfèrent leur action. Nourrie par la mobilité géographique et la concentration des activités dans les centres urbains en état de saturation démographique, la différenciation croissante entre lieux de travail et lieux de résidence pose la question des équivalences à établir pour identifier les chômeurs. Dans la mesure où les liens qui enracinent l’individu dans le travail et ceux qui l’inscrivent dans un territoire ne coïncident plus nécessairement, les politiques publiques de lutte contre le chômage se heurtent à la désarticulation entre le monde du travail, au sein duquel sont évalués la réalité du chômage et son caractère non fautif, et l’échelon territorial des communes, jusqu’alors compétentes en matière d’action sociale.

29Dans le cas du paysage, l’activité des ligues et des sociétés locales d’embellissement repose sur un cadrage de l’environnement immédiat comme espace domestique, celui de la maisonnée, du chez-soi. Les sociétés savantes activent quant à elles un corpus de connaissances relatives à des entités patrimoniales, proportionnel à leur disparition virtuelle. Les résidents sont appelés à prendre soin, par civisme, des façades, de la rue, de la place publique, ainsi qu’à réagir au délitement des solidarités locales, et à affirmer la dignité du monde rural dans un contexte d’exode vers les centres urbains. Les ligues prennent souvent en charge des objets disparates, qui n’impliquent pas ipso facto une extension spatiale, condition de la constitution de la catégorie paysage. Toutefois, cette extension se pose quelquefois de manière pressante et se trouve revendiquée en tant que telle : les entours d’un monument imposant méritent ainsi une protection, car sa saisie visuelle embrasse son environnement immédiat (Tittel, 1981) ; plusieurs demeures dans la même rue d’un centre urbain sont saisies visuellement comme une unité, alors même que tous les bâtiments ne supportent pas une valorisation de même ampleur. Les sociétés savantes naturalistes, qui occuperont ultérieurement une position centrale dans la prise en charge administrative du paysage, sont soumises à une logique similaire : elles saisissent les « monuments de la nature » comme des objets isolés, sans pouvoir procéder à des extensions spatiales. Ni les ligues, ni les sociétés savantes ne disposent donc encore de l’outillage conceptuel capable de relier ces objets singuliers entre eux, de sorte à constituer des étendues. Or ce sont précisément ces dernières, en tant qu’elles permettent de relier, voire d’amalgamer, des objets disparates, qui seront appelées quelque temps plus tard des paysages. Mais pour l’instant il ne s’agit que d’entités qualifiées de « remarquables » : repérées en fonction de nomenclatures spécialisées, elles sont progressivement devenues des objets méritant la sollicitude du public des gens « cultivés » (gebildet).

30Les manifestations dispersées, mais récurrentes, de l’attachement aux espaces locaux s’inscrivent dès lors dans un horizon temporel marqué par une progression de l’éducation esthétique du plus grand nombre. Dans ce contexte, les soins apportés à l’environnement proche constituent un point d’ancrage à partir duquel l’accès visuel aux autres espaces est rendu possible. L’ancrage local que suppose la reconnaissance des objets valorisables ouvre sur une reconnaissance de l’attachement général aux espaces de proximité et sur la constitution progressive d’un public élargi. L’ensemble des pratiques liées à une mobilité en pleine expansion soutient ce type d’expérience de la réciprocité des attachements et des soins portés aux biens publics locaux. D’une part, le développement du tourisme culturel et de la randonnée décloisonne les espaces en les rendant commensurables au travers d’une expérience en situation de coprésence. D’autre part, la diffusion massive d’almanachs, de revues et de guides vient renforcer un processus de typification régionale en permettant la mise en circulation de ce qui fait la spécificité des sites, associé à une caractérologie régionale. L’émergence du paysage comme enjeu de revendication suppose toutefois le passage d’une attention portée aux objets à la volonté d’intervenir sur la relation visuelle que l’on entretient avec un environnement. Il faudra attendre la mise en réseau de compétences descriptives diverses pour que cette possibilité émerge et que le paysage soit thématisé comme une entité consistante, objet d’un traitement public.

  • 10 Le terme « nationalisation » est utilisé ici au sens de doter d’une dimension nationale, d’inscrire (...)

31Ce processus va de pair avec une politisation du bien commun qui fait surgir des collectifs de tailles variables, entendus comme autant de communautés de réception dans le cas du paysage, et de solidarité pour le chômage. L’extension du souci du bien commun de la sphère privée – la maisonnée, le non-travail – vers des objets situés dans l’espace du dehors – le paysage, le chômage –, marque la possibilité pour chacun de jouir de la « beauté » d’une localité dans ce qu’elle a de spécifique, ou de référer sa situation à un principe de « justice sociale », tout en thématisant cette localité ou cette situation comme partie d’un tout. Le sens de la justice et le sens esthétique se composent ici dans un mouvement de nationalisation des problèmes, incarné dans les nouvelles catégories de saisie du monde socio-politique10.

32L’apparition d’un objet d’intervention publique relève donc, autant dans le cas du chômage que du paysage, d’un processus d’émergence, ancré dans une multiplicité de pratiques locales et relativement disparates. Seule la mise en relation dynamique, dans une arène de négociation et de controverse, de principes hétérogènes de qualification et de classification, de manières de mettre en forme le monde extérieur, permet de rendre compte de ces moments d’innovation. En dépit des divergences, et parfois de l’incompatibilité, des logiques situées de catégorisation, le changement d’échelle dans la formulation du problème – le passage du local au national – crée un espace potentiel de rencontre et de mobilisation collective. L’innovation procède donc ici moins d’une inventivité propre à un groupe d’acteurs que d’une conjoncture situationnelle favorisant, par une infinité de petits déplacements, une composition à partir d’éléments déjà disponibles.

Réseaux, mobilisations et travail d’institution

  • 11 La GzBA est la section allemande de l’Association internationale de lutte contre le chômage, fondée (...)
  • 12 Nous utiliserons ici la notion de réseau à la fois pour décrire ce que les gens font (la mise en ré (...)

33À partir de multiples scènes dispersées, où ce qui fait problème est progressivement identifié et qualifié, s’ouvre la possibilité de saisir de manière inédite une catégorie de personnes ou de choses affectées par ce problème. La mise en rapport dynamique de ces scènes dessine un véritable processus de mobilisation tendu vers la production catégorielle. Cette mobilisation fait entrer dans un même espace dialogique des acteurs disparates : groupes d’intérêt, syndicats, associations ou ligues, secteurs de l’administration, du monde économique et scientifique ou artistique. L’Association de lutte contre le chômage (Gesellschaft zur Bekämpfung der Arbeitslosigkeit)11 ainsi que la Ligue de défense de la Heimat (Bund Heimatschutz), offrent toutes deux un point d’appui commode pour l’étude de cet espace de mobilisation qu’elles contribuent à structurer et à rendre visible. L’intense activité, cognitive et normative, à l’œuvre dans la mise en réseau d’acteurs individuels et collectifs au sein de ces deux associations suggère de les traiter comme des laboratoires, où émerge de manière tâtonnante une manière relativement nouvelle et durable de se rapporter au monde12. Établir une cartographie des acteurs qui s’y trouvent impliqués signifie dès lors dégager la série de compétences spécifiques qui, associées, sont engagées dans l’action.

La constitution d’un réseau de compétences

  • 13 StABerlin (Staatsarchiv Berlin), Rep 142/1, 5177: 1.

34Tendant à fédérer l’ensemble des défenseurs de la cause des chômeurs, la Gesellschaft zur Bekämpfung der Arbeitslosigkeit (GzBA) tisse à partir de 1911 un espace d’échange et de circulation des idées entre personnel politique et administratif, scientifiques, experts locaux et nationaux. Par le biais de ses adhérents, elle est le point de jonction entre une multiplicité de scènes – locales, nationales et internationales – et le lieu de rencontre d’acteurs aux compétences variées. Comme le précisent ses statuts, l’association « ne vise pas à se placer sur un terrain de réforme particulier, mais à encourager et à développer toutes les formes de lutte contre le chômage »13. Cet esprit d’ouverture lui vaut de rassembler de manière relativement large des hommes aux profils et aux projets fortement contrastés, voire divergents. Constituée autour d’un jeu de croisements multiples, la GzBA contribue ainsi à structurer un véritable réseau réformateur. Dans un mouvement similaire, le Bund Heimatschutz (BHS), fondé en 1904, a pour vocation de fédérer un vaste ensemble d’acteurs engagés dans la défense de la Heimat. En réunissant dans un même espace, d’une part, des associations territoriales traditionnellement calquées sur la structure du Reich, d’autre part, des ligues ou des individus engagés dans des sphères d’activité qui apparaissaient jusqu’alors comme relevant de domaines séparés, sans véritables liens, le BHS suscite en son sein une dynamique susceptible d’attester progressivement de la réalité et de la consistance d’un type de problème nouveau, objet jusqu’alors de débats dispersés, formulés en termes vagues.

  • 14 Les grands absents de cette longue liste sont les réformateurs du Reichstag et les représentants du (...)

35Sous cet angle, la GzBA et le BHS apparaissent comme des vecteurs de la circulation des idées et des informations entre différentes scènes. Vecteurs non seulement de la nationalisation, mais également de la généralisation, d’un débat à partir de la connexion qu’elles établissent entre les divers lieux et modes de formalisation d’un problème, ces associations constituent des milieux d’innovation particulièrement intense. Les réseaux qu’elles contribuent à tisser sont étendus. En 1913, on compte parmi les adhérents à la GzBA, au titre des collectifs : une soixantaine de municipalités, les plus importantes organisations ouvrières – syndicats chrétiens, sociaux-démocrates et libéraux –, divers services de placement municipaux et caisses d’assurance, l’Association allemande de placement et l’Association des villes allemandes (Städtetag). À titre individuel, on recense des personnalités savantes et réformatrices de l’Association pour la politique sociale (Verein für Socialpolitik), essentiellement spécialistes d’économie politique et de statistique, des membres de l’Office statistique du Reich et des praticiens locaux de la réforme sociale, surtout statisticiens et professionnels du placement14. Le réseau ainsi constitué s’appuie sur des recoupements de personnes et des liens étroits avec la plupart des associations qui se positionnent sur le terrain de la réforme sociale. Il produit une synergie réformatrice entre des personnes aux compétences diversifiées dont la connexion marque une nouvelle étape de la mobilisation.

  • 15 D’après le relevé effectué en 1908 : cf. Geschäftsstelle Berlin (1930).
  • 16 Rudorff (1901).

36Le BHS fédère, de son côté, quelque soixante-cinq associations locales ou régionales d’historiens, folkloristes, géographes et naturalistes qui consacrent leurs activités au recensement, à l’étude et à la valorisation du patrimoine local15. Le réseau ne se résume toutefois pas à ce regroupement, même s’il en constitue la partie la plus visible. Le BHS est en effet fondé à l’initiative de Ernst Rudorff, disciple de Wilhelm H. Riehl, fondateur du folklorisme allemand (Volkskunde), dont il prolonge la perspective dans deux traités théoriques portant sur la protection des paysages considérés comme des totalités, des formes de vie hybrides entre nature et culture16. Autour de ce projet, il réunit Paul Schultze-Naumburg, théoricien de l’architecture vernaculaire ; Hugo Conwentz, botaniste, auteur du premier traité sur la nécessité de conserver les monuments de la nature, et C. J. Fuchs, professeur d’économie politique, réformateur social, animateur du Verein für Socialpolitik. Figures marquantes du BHS, leur association reflète le genre de préoccupations qui vont confluer pour faire surgir la destruction du paysage comme un problème public stabilisé et conférer à l’entité paysage la puissance d’une catégorie, d’une classe d’objets individués, possédant des qualités déterminées, objectivement repérables dans le monde. La mise en réseau de spécialistes du patrimoine architectural et ethnographique, de directeurs de musées, d’économistes préoccupés par l’exode rural, de naturalistes attachés à conserver la diversité végétale des espaces naturels régionaux, dessine les grandes lignes de la combinaison de compétences jusqu’alors confinées dans des sphères de pertinence relativement étanches.

37La forme du réseau telle qu’elle vient d’être esquissée est, dans le cas du chômage comme du paysage, l’aboutissement de mouvements antérieurs de mobilisation au sein de cercles plus restreints. Avant la création de la GzBA et du BHS, la mobilisation s’opérait au sein d’une multitude de petits groupes non spécialisés dans la question du chômage ou du paysage, mais qui étaient amenés à s’en saisir en raison de son recoupement avec les problèmes qui les préoccupaient. Dans le cas du chômage, de nombreuses organisations syndicales, l’Association des statisticiens des villes, de même que l’Association des bureaux de placement étaient ainsi impliquées dans la définition du chômage au titre de leurs activités locales ou sectorielles. Elles tentaient toutes de nationaliser le problème, mais de manière ponctuelle, non concertée ; de telle sorte que le changement d’échelle demeurait aléatoire, car tributaire de logiques internes à chacun des groupes considérés.

38Pour les statisticiens des villes par exemple, l’engagement en faveur de la production d’une catégorie nationale de chômage coïncide avec une quête de légitimité professionnelle sur la scène nationale (Zimmermann, 1994). Leur mobilisation se fait l’expression d’une tension entre, d’une part, les impératifs pratiques de l’intervention municipale et, d’autre part, les exigences cognitives de la généralité statistique. Cette double inscription dans la singularité d’une logique politique située et dans les visées généralisatrices d’une logique scientifique en fait les artisans d’une articulation croisée entre espaces scientifiques et politiques, locaux et nationaux. La Conférence, puis le Verband Deutscher Städtestatistiker (VDSS), au sein desquels ils s’associent à partir de 1888, sont le lieu d’une mise en forme collective de cette articulation. C’est à ce titre qu’ils se mobiliseront sur la question du non-travail, rendant son énonciation tributaire d’enjeux internes au groupe. Cherchant à combiner les exigences de généralité du statisticien et l’expérience de la pluralité de l’expert local, les statisticiens des villes tentent de valoriser en atout auprès de la communauté statistique nationale le caractère situé de leur action, qu’ils identifient par ailleurs comme l’obstacle à leurs prétentions à la généralité. À travers un changement d’échelle, ils cherchent ainsi à convertir en ressource ce qui sur le terrain municipal contraint leur action.

39L’Association des bureaux de placement allemands (Verband Deutscher Arbeitsnachweise, VDA), créée en 1898, peut être analysée pareillement. Elle vise à fédérer l’ensemble des bureaux de placement public du Reich, afin d’uniformiser leurs pratiques à partir de la définition de normes communes et de développer des réseaux inter-locaux à même de dépasser l’exiguïté du cadre communal d’ajustement de l’offre et de la demande de travail. Le placement est, au même titre que la statistique, une technique d’unification territoriale de la nation et un vecteur d’inscription du non-travail dans un espace national de généralité. Toutefois, les impératifs catégoriels du spécialiste du placement ne se confondent pas nécessairement avec ceux du statisticien. Les compétences qu’il est susceptible d’apporter au réseau se situent davantage sur le plan des techniques d’organisation du marché du travail et du contrôle de la recherche effective d’emploi par les sans-travail.

40Dans le cas du paysage, le même genre de limites apparaît si l’on considère isolément les éléments préexistant au réseau. Il en va ainsi de la très populaire revue Der Kunstwart, fondée en 1882, qui se consacre à l’éducation esthétique du peuple, et de son émanation, le Dürebund, dont les animateurs occupent une place prééminente au sein du BHS. Dans ce forum de discussion déjà articulé, composé de pédagogues, d’artistes et de gestionnaires du patrimoine artistique, le paysage émerge comme une entité tributaire des représentations picturales célèbres. Le bon goût, la manière adéquate de se rapporter visuellement à l’espace ordinaire y apparaissent comme une extension, peu thématisée, de la capacité des personnes à apprécier les œuvres d’art. Cette dialectique, par laquelle un espace ordinaire se voit conféré une valeur par la médiation d’une transfiguration artistique célèbre, permet de faire l’économie de la mise en catégorie du paysage. La sélection d’exemples fameux en fait office. Un paysage exemplaire est alors celui qui permet à tout un chacun de s’y relier visuellement, pour peu que son goût ait été formé par la fréquentation du corpus des œuvres valorisées par la tradition.

41Les diverses arènes où se regroupent architectes, urbanistes, spécialistes du patrimoine urbain et rural, folkloristes inquiets de l’impact de la modernisation des campagnes et de l’exode rural sur le monde agraire, vont confluer au sein du BHS pour y valoriser le savoir et le savoir-faire vernaculaires des gens simples. Ce vaste mouvement aboutit, par touches successives, à faire émerger le paysage comme une entité qui permet de relier des éléments jusqu’alors épars : costumes, clochers, haies traditionnelles, granges sont valorisés en tant qu’ils participent d’une forme de vie qui se donne à saisir visuellement. Pris ensemble, ils constituent un tout cohérent, singulier, propre à une région, résultat non intentionnel d’une multiplicité d’activités continues, informées par un savoir-faire d’autant plus sûr qu’il demeure tacite, ancré dans une tradition. La valorisation de ces objets et leur combinaison font progressivement surgir le paysage comme un produit impersonnel et collectif. L’artiste n’est ici que le traducteur des manières partagées de se rapporter visuellement à un espace. La contribution des conservateurs du patrimoine et des directeurs de musées d’histoire naturelle à ce mouvement est cruciale en ce sens qu’elle va permettre d’articuler le passage de la collection muséale des objets à la conservation in situ. Le bien commun suppose une mise en exposition de ce qui est déjà public, inscrit sur la surface du territoire, accessible au regard de tout un chacun. Les objets ne sont donc plus reconfigurés par leur déplacement dans un espace ad hoc, mais au travers de leur mise en relation dans un cadre visuel qu’ils contribuent à délimiter et qui, en retour, leur confère leurs déterminations singulières.

42Ce projet de mise en ordre de l’espace s’accompagne de la progressive cristallisation du paysage menacé en problème public. La présence de réformateurs sociaux du Verein für Socialpolitik, en particulier les partisans du protectionnisme, soucieux des conséquences sociales de l’appauvrissement du monde rural, oriente les débats vers les politiques susceptibles de préserver les emplois dans le monde rural, d’arrimer les paysans dans leur terroir. Par ailleurs, l’implication forte des mouvances agrariennes dans le BHS, notamment au travers d’écrivains du terroir à l’avant-garde du mouvement artistique régionaliste (Heimatkunstbewegung) ou d’animateurs des revues Archiv für innere Kolonization et Das Land, proche de la corporation paysanne du Bund der Landwirte, ancre solidement le problème de la destruction du paysage dans la question plus large de la désertification des campagnes et de la défense concomitante d’un modèle de développement économique et social respectueux de l’enracinement local des populations. Le paysage y surgit comme un rempart contre la misère de la prolétarisation, une garantie contre les fléaux de la prostitution, des maladies vénériennes, de l’alcoolisme, de la dégénérescence physique et morale d’une nation condamnée à terme par une mercantilisation, une urbanisation et une industrialisation croissantes.

43Cette brève description des deux réseaux révèle la double limite à laquelle se heurtent les instances qui les composent, lorsqu’elles sont prises isolément. D’une part, leurs perspectives demeurent confinées dans des sphères de pertinence cloisonnées. Leurs tentatives pour consolider un problème et constituer une catégorie de personnes ou de choses victimes d’un processus achoppent sur les limites de leur ancrage local et la diversité des logiques d’action propres à chacune d’entre elles. D’autre part, la nationalisation des problèmes, en faveur de laquelle milite chacune de ces instances, butte sur leur dispersion et leur positionnement sur des niveaux d’intervention différents. Ce sera le propre de la GzBA et du BHS que d’assurer la connexion entre ces diverses composantes du réseau, de même que d’élargir la plate-forme de mobilisation par l’intégration de nouveaux militants et de nouvelles compétences. Toutefois, bien que la GzBA réunisse une large palette de compétences autour de la promotion et de la défense de la cause du chômage, les ressources politiques permettant de couronner toute mobilisation de succès lui font défaut jusqu’en 1914, limitant l’efficacité de son action (Zimmermann, 2001). De la même manière, si le BHS parvient à inscrire la question du paysage dans le débat national, la catégorie du paysage ne s’imposera dans l’administration étatique nationale qu’après 1914. La catégorie de monument de la nature, calquée sur le cadre préexistant des politiques patrimoniales, lui sera préférée, limitant sévèrement dans cette première traduction administrative le projet porté par le réseau (Trom, 1996). Tant pour le chômage que pour le paysage, les dispositifs catégoriels sont donc largement ébauchés dès avant 1918. Mais les conditions de leur institutionnalisation ne seront réunies qu’au prix d’une recomposition de l’État et du système politique sous la République de Weimar.

Mises en équivalence et stabilisation catégorielle

44Avant 1914, les dispositifs catégoriels sont donc opératoires, mais non encore effectifs. Ils s’imposent en effet dans le débat politique national, reconfigurant les termes du possible en matière de politique publique. Mais ce n’est qu’ultérieurement que le chômage et le paysage deviendront des catégories d’intervention de portée nationale, lorsqu’une instance politico-administrative se verra conférer la tâche de traiter le problème public désormais largement consolidé. Toutefois, ce qui importe ici n’est pas tant la construction d’une politique publique que la stabilisation catégorielle qui permet de dessiner les contours d’une politique du pensable et, plus fondamentalement, de pénétrer progressivement le savoir social commun de sorte à structurer en amont les expériences des personnes dans leur vie quotidienne.

45Cette stabilisation suppose une mise en forme des cas singuliers, en référence à des principes de généralité opératoires pour l’action politique et administrative (Thévenot, 1985). Ainsi, de même que le chômage peut être tenu pour une mise en forme particulière du non-travail, le paysage s’offre en tant que mise en forme d’une nature menacée. Mais ces mises en forme relèvent de logiques spécifiques : une logique de réduction de la pluralité pour le chômage, une logique de l’exemplarité pour le paysage. Il en résulte des modes de solidification contrastés, s’appuyant sur une « politique du grand nombre » (Desrosières, 1993) dans le premier cas, sur une politique du remarquable dans le second. Dans les deux cas, la diversité et son traitement en vue de la constitution d’une catégorie nationale d’action se trouvent au cœur du processus de mise en réseau de compétences disparates. Mais cette diversité est thématisée différemment : sur le mode de l’expression chiffrée selon un nombre restreint de critères « objectifs » pour le chômage, sur le mode de l’expression iconographique selon des standards plus ou moins explicites pour le paysage.

  • 17 Une question sur le dernier employeur est généralement censée la constater.

46Dans le cas du chômage, la statistique et le droit constituent, en tant que techniques de mise en équivalence de cas singuliers et de production de généralité (Desrosières, 1992), les outils privilégiés de mise en forme du non-travail. Ils font de l’imputation catégorielle une opération à la fois cognitive, normative et pratique qui autorise le passage d’un ensemble de significations abstraites et dispersées à une catégorie opératoire de l’action. Le processus de catégorisation se déploie dans cette rencontre entre des schèmes de classification abstraits et des activités de classement fondées sur le caractère singulier d’actions en situation, car c’est en dernier ressort de leur adéquation à la pratique que les catégories produites tirent leur pertinence (Goodman, 1992, p. 164). La statistique contribue ainsi, à travers sa fonction de dénombrement, à fabriquer des entités collectives à partir d’enregistrements individuels, mais également à définir et à qualifier les objets, sur la base de critères d’identification et de regroupement qui varient selon la vocation pratique assignée aux enregistrements. Les questionnaires, essentiellement municipaux avant 1914, donc fort disparates, se structurent cependant autour d’interrogations communes qui autorisent le repérage d’une procédure type de qualification du chômage. Cette procédure repose sur la détermination de l’état civil du chômeur, de son lieu et de sa durée de résidence, du nombre de personnes à charge, de sa profession, de son dernier emploi, de la durée et de la cause de la perte de travail, enfin de ses moyens de subsistance. Le chômeur est statistiquement identifié au titre de ses qualités biographiques présentes et passées, selon une procédure qui active le salariat et la résidence comme principaux critères de mise en équivalence. Pour être reconnue comme chômeur, une personne doit témoigner de sa qualité habituelle de salarié17, mais également du caractère involontaire et non fautif de sa situation de non-travail. La catégorie ainsi délimitée est celle des salariés, en possession de toutes leurs capacités physiques et mentales, désireux de travailler, mais qui ont perdu leur emploi sans en porter la responsabilité et qui, en dépit de recherches actives, ne trouvent pas de travail en rapport avec leurs qualifications (Petrenz, 1911, p. 7). Le chômage est catégorisé comme une atteinte à un bien, le travail salarié, dont la justice sociale voudrait qu’il soit accessible à tous. Les politiques publiques auxquelles il donnera lieu viseront à corriger ce préjudice.

47Alors que le chômeur est identifié à partir de ses qualités biographiques et du dommage causé à sa personne du fait d’une privation involontaire de travail, qui a déjà eu lieu, le paysage est saisi à l’horizon de son altération à venir, c’est-à-dire sur la base d’une anticipation de son état futur. Les interventions auxquelles il donnera lieu ne relèveront pas du registre de la correction d’un préjudice avéré mais de la protection contre une atteinte potentielle, son altération ou sa destruction possible étant marquée du sceau de l’irréversibilité. Toute politique du paysage suppose donc que les espaces ayant valeur de paysage soient dénombrés et inventoriés. Le territoire national est alors conçu comme contenant un nombre limité d’espaces esthétiquement valorisés, de sorte qu’une vigilance systématique relative à leur intégrité puisse s’exercer convenablement. Tout le travail préalablement réalisé dans le réseau tend à dégager les critères requis afin de pouvoir assigner un cas singulier à la classe des espaces secourables. Ces critères demeurent toutefois multiples, enchevêtrés, quelquefois peu spécifiés. La stabilisation catégorielle, progressive, demeure partielle. L’objectivation des qualités requises, leur détachement d’un jugement sensible, singulier, pour les inscrire dans la matérialité du monde, est une opération incertaine. Le paysage demeure en effet tributaire d’un engagement visuel susceptible de le découper dans le continuum de l’espace. Le réseau procède dès lors par tâtonnements et apprentissages, à l’occasion de mobilisations pour le sauvetage d’urgence de paysages jugés menacés, mais aussi à travers des techniques de pédagogie visuelle qui supposent précisément la formalisation de critères stables.

48Vaut ainsi pour paysage un espace qui peut faire état d’une transfiguration dans le corpus des œuvres picturales ou littéraires. La grandeur de l’œuvre rejaillit sur son modèle et la réputation de l’artiste sur l’espace. Vaut également pour paysage un espace qui ne peut pas faire état d’un tel transport de réputation mais est jugé digne d’une pareille transfiguration artistique. Le pittoresque, qui signifie « digne d’être peint », devient une qualité directement inscrite dans l’espace, tandis que le jugement, dont les gens de goût sont capables, fait l’économie de la médiation artistique. La voie est alors ouverte à une esthétique involontaire où le paysage est un espace qui procède d’une activité durable et heureuse d’actants (l’agir du paysan guidé par la tradition, l’agir de la nature au travers du climat). Le réseau permet d’opérer ces glissements, de sorte que d’une logique de l’exceptionnalité ou du remarquable on passe à une logique de la typicité qui pointe plutôt vers une forme de moyenne. Puisque la qualification en paysage et l’identification d’une atteinte potentielle se confondent, l’un supposant l’autre, un ensemble d’outils pédagogiques, procédant par exemples typiques, est porté par le réseau, systématisé et diffusé. Toutefois, l’imputation catégorielle ne peut s’émanciper de l’épreuve visuelle, même si cette dernière est transportable, grâce à la photographie.

  • 18 « Gesetz über Arbeitsvermittlung und Arbeitslosenversicherung. Vom 16. Juli 1927 », Reichsgesetzbla (...)

49On observe des glissements similaires dans la catégorisation du chômage. Un partage des tâches semble s’opérer au niveau du réseau entre les défricheurs qui, par la technique statistique, tentent de délimiter la catégorie et les bâtisseurs qui, par le biais de la technique juridique, contribuent à solidifier une catégorie nationale d’intervention. Si le langage objectivant des chiffres permet, à partir de codes et de moyennes, de réduire la diversité du non-travail à un nombre limité de qualités, il n’en résulte pas pour autant une catégorie stabilisée. C’est à travers sa mise en œuvre par les politiques publiques et sa codification juridique que la catégorie du chômeur gagnera en stabilité. La loi d’assurance chômage de 1927 reprendra du reste les principaux critères d’identification avancés par la statistique, mais en les précisant, les arrêtant et les dotant d’une valeur normative. Est ainsi reconnue comme chômeur (Arbeitsloser) toute personne affiliée à l’assurance-chômage, « apte au travail, désireuse de travailler, mais involontairement privée de travail »18. Or, seuls les salariés assujettis à l’assurance maladie sont affiliés à l’assurance chômage obligatoire. L’appartenance au cercle des assurés, et donc des éventuels bénéficiaires, est ici déterminée par le critère de la dépendance économique induite par la relation salariale, sans qu’intervienne la présence physique des travailleurs auprès de l’employeur. Seule la justification d’un contrat de travail écrit est prise en compte. C’est donc une définition du salariat (Arbeitnehmerschaft) autour d’une position sociale dans les échanges économiques qui est mobilisée par la loi d’assurance chômage et l’identification des chômeurs qui en découle. Car désormais ne seront reconnues comme chômeurs que les personnes enregistrées par les statistiques des offices de placement et d’assurance chômage. Pour les autres actifs à la recherche d’un travail, l’allemand utilisera le terme Erwerbslose. Ainsi, une fois la loi d’assurance chômage promulguée, la catégorie « chômeurs » (Arbeitslose) se confond, de manière restrictive, avec les bénéficiaires des nouvelles mesures, attestant le pouvoir de stabilisation catégorielle des dispositifs institutionnels. Par la médiation juridique, la catégorie renvoie dorénavant à un espace social du chômage structuré par des pratiques et des techniques d’identification institutionnellement validées ; un espace qui, par-delà les garanties sociales qui le caractérisent, génère des effets de positions individuelles. Si le débat statistique s’efface alors derrière les controverses juridiques, la logique du dénombrement ne disparaît pas pour autant. Mais elle découle dorénavant de manière quasi naturelle des prescriptions institutionnelles établies par la règle de droit, selon une circularité du dénombrement et de l’action.

50De même, l’infinie diversité des espaces qui sont des candidats potentiels à la qualification en paysage contient en germe une inflation qui rend la catégorie peu opérationnelle. Alors que pour le chômage le droit est érigé en rempart contre une telle dérive, la catégorie de « monument de la nature » (Naturdenkmal) est substituée à celle de paysage, afin de contenir les risques d’extension de son empire. Le processus juridico-administratif de (dé)limitation catégorielle est particulièrement saillant dans le dispositif de protection des monuments de la nature créé en 1906 en Prusse (Staatliche Stelle für Naturdenkmalpflege in Preußen), le premier du genre en Allemagne. La cooptation au sein de l’administration étatique du groupe des naturalistes qui participent au réseau dote la définition des objets patrimonialisables de la stabilité tant recherchée. Les naturalistes sont chargés d’inventorier, de sélectionner, de classer ces objets naturels, en s’appuyant sur leurs compétences spécialisées et routinisées. Plutôt qu’une catégorie qui supposerait l’unification d’objets disparates par le regard, c’est un objet à trois dimensions qui sert de point d’appui (un arbre, une grotte, une falaise). Ce n’est dès lors pas la relation à un environnement qui acquiert le statut d’un bien commun, mais un objet calqué sur le patrimoine bâti, en vertu de critères plus ou moins objectivés par les naturalistes. Le monument de la nature est donc un objet remarquable, dont la protection s’impose. Cette catégorie de substitution, vantée par le botaniste Hugo Conwentz, membre fondateur du BHS et premier directeur de la nouvelle administration chargée de conserver ces objets remarquables, permet d’éviter d’appliquer l’action administrative à des étendues dont les contours demeurent flous, de même qu’il prévient un empiétement sur le droit de propriété. La catégorie mal stabilisée du paysage ne disparaît pas pour autant de l’horizon politique : elle persistera dans le débat national, porté par le réseau qui dénoncera le caractère étriqué du dispositif administratif. Elle fonde les pratiques multiformes du réseau, suivant des procédures plus standardisées. Les débats et controverses incessants en vue d’introduire la catégorie du paysage dans les dispositifs administratifs locaux, puis dans une loi nationale de protection de la nature, n’aboutiront que sous le régime nazi avec le Reichsnaturschutzgesetz de 1935 et les arrêtés qui ont suivi.

Mobilisations et cadrage des problèmes publics

51Loin de se réduire à de simples inférences langagières, la catégorisation du chômage et du paysage renvoie au début du xxe siècle à un ensemble d’activités sociales, souvent concurrentielles, visant à produire de nouvelles équivalences entre des personnes, des choses et des situations. Le processus historique que nous avons esquissé tend à montrer que le produit de ce travail collectif se distille progressivement dans le corps social de sorte que les entités qu’il fait exister viennent à peupler le monde des expériences communes, terreau de toute mobilisation.

52Les phénomènes contemporains de mobilisation, en particulier lorsqu’ils sont envisagés sous l’angle de l’activité de cadrage, relèvent largement de processus temporels longs. Toutefois, les problèmes publics et les catégories dont la constitution vient d’être retracée ne sont pas trivialement des objets historiques (Hacking, 1999). Certes, les catégories du chômeur et du paysage, les problèmes du chômage et de la destruction des paysages font partie de notre monde pré-arrangé. L’analyse historique montre combien ils ouvrent la possibilité de phénomènes de mobilisation, qu’ils bornent dans un même mouvement. Mais ces problèmes et ces catégories sont aussi saisis réflexivement par les personnes engagées dans l’action, qui peuvent les considérer comme construits et donc contingents. À ce titre, ils sont susceptibles de faire l’objet d’un examen critique, de manipulations et donc de changements.

  • 19 La littérature récente appelle cette activité « social problems work » (Holstein & Miller, 1997).

53Ce constat entraîne une conséquence majeure pour la sociologie des mobilisations. Les problèmes publics et les catégories de l’action publique ne s’incarnent pas seulement dans des dispositifs administratifs, instances qui retiennent particulièrement l’attention des analystes des politiques publiques, mais plus largement dans une série d’institutions, comme des professions, des organisations ou des associations, qui souvent revendiquent un monopole en ces domaines (Gusfield, 1989). Ils s’enracinent dans une multiplicité de sites, qu’il s’agisse d’organismes administratifs, de supports textuels (de la presse à la fiction), ou de conversations ordinaires, sous des formes relativement standardisées (Rafter, 1992). Ils sont intégrés dans notre langage courant, participent de notre grammaire de la vie publique et constituent des ressources dans les opérations ordinaires de qualification des personnes, des choses et des situations. Ils règlent ce que certains appellent une « micro-politique du trouble » (Emerson & Messinger, 1977) en assurant le passage d’un trouble privé à un enjeu public (Mills, 1954), d’une insatisfaction, d’un malaise ressentis à une mobilisation où un mécontentement s’exprime publiquement. Leur insertion dans des sites ne doit toutefois pas être envisagée sur le mode d’une adéquation toujours déjà assurée des catégories aux situations. La qualification d’une situation, la désignation d’une victime et d’un persécuteur font l’objet d’ajustements et de déplacements incessants. Procédant par tâtonnements et apprentissages, cette activité est locale19 et consiste à interpréter et aménager les catégories ; elle aboutit progressivement à une homogénéisation toujours provisoire (Loseke, 1997). Les mobilisations constituent des cas particuliers à l’intérieur de cette classe de phénomènes où une situation singulière est traitée comme une occurrence d’un problème public général, supposant donc une évaluation du cas local à l’aune de critères abstraits (Smith, 1987). Elles ont toutefois une dimension plus dramatique en ce qu’elles dessinent des moments de confrontation qui supposent, au-delà de l’explicitation des critères d’appartenance à la catégorie, leur critique et leur éventuelle transformation (Snow, supra).

54Les catégories disponibles vont ainsi fixer par avance ce que peut signifier être affecté par le non-travail ou par l’altération de son environnement familier, en fournissant un langage institutionnel susceptible d’en rendre compte. C’est à partir de cette matrice que la critique opère. Les cadres de la mobilisation désignent dès lors des manières stabilisées, relativement consensuelles, de se rapporter au monde, et constituent les conditions de possibilité d’un engagement dans une plainte ou une mobilisation. Ils se structurent autour de « catégories conditions » disponibles pour interpréter et juger des situations (Ibarra & Kitsuse, 1993). Ces catégories ne sont pas de simples labels accolés aux situations : elles portent la marque des opérations qui les ont instituées. Dans les moments de mobilisation, elles vont subir des tentatives d’inflexion. Ces dernières supposent que les opérations constitutives des catégories, qui demeurent dans des circonstances ordinaires plus ou moins tacites, soient identifiées, pointées, interprétées, puis critiquées. En ce sens, l’analyse de cadre surévalue le caractère négocié des activités de cadrage (entre personnes mobilisées, entre ces dernières et la série d’acteurs impliqués par la mobilisation, voire le « public »), alors que la sociologie des problèmes publics conçoit trop souvent la situation comme un assemblage de perspectives interprétatives d’individus ou de collectifs engagés activement dans une revendication. Il semble plutôt que le travail sur les catégories, effectué dans les moments de mobilisation, engage des formes d’enquêtes d’ampleurs variées à partir des catégories disponibles. Cette activité ne s’objective pas exclusivement dans des rhétoriques comme le laisse penser la perspective dramaturgique (Gusfield, 1981 ; Best, 1990). Elle requiert bien plus la conduite d’opérations de dévoilement et de démonstration, fortement instrumentées, tendues vers le changement de l’outillage conceptuel au travers duquel les expériences publiques se structurent.

55Cette perspective, qui demeure ici à l’état d’esquisse, ouvre sur un ensemble d’investigations trop souvent négligées par l’analyse de cadre. Ainsi toute mobilisation qui cadre une situation en « atteinte au paysage » se doit-elle de fournir un travail probatoire relatif à l’existence d’un paysage, quitte à éventuellement remettre en question les critères durablement déposés dans la catégorie, en vue de son extension. Aussi, les militants procèdent-ils par tâtonnement au travers de questionnements, afin d’asseoir convenablement leur cause. La classe d’objets convenant dans un espace, de sorte que sa qualification en paysage soit légitime, est-elle close ou susceptible d’être étendue ? La qualification procède-t-elle de critères artistiques saisissables par tout œil avisé ou peut-elle faire fond sur des critères naturalistes relatifs au maintien de la biodiversité ? Cette qualification est-elle réservée aux espaces préalablement transfigurés par des œuvres artistiques, qu’il s’agisse de peintures ou de photographies, ou vantés par des guides touristiques, ou peut-elle s’étendre légitimement aux environnements plus ordinaires dont la fréquentation continue suscite des attachements de la part de résidants ? Plus radicalement, faut-il renoncer à la catégorie elle-même s’il apparaît, au terme de l’enquête, qu’elle ne peut subsumer sous son empire l’ensemble des espaces dont la fréquentation suscite une expérience esthétique ? Les mobilisations pour la sauvegarde des paysages font donc retour sur les opérations de mise en catégorie, ajustant par touches successives la particularité du cas aux conditions générales requises par l’accès à un espace public.

56Ce type de remise en question est plus net encore dans le cas du chômage. Alors que la catégorie a émergé il y a un siècle comme produit d’une recomposition de la catégorie générique de la pauvreté, elle est soumise aujourd’hui à reconfiguration. Certes, en tant que catégorie d’action publique, le chômage n’a jamais été complètement stabilisé ; il a fait l’objet d’ajustements périodiques au gré des fluctuations de la conjoncture et du baromètre social. Son noyau demeurait néanmoins relativement stable. Or, la diversification du travail et des statuts juridiques du travailleur a conduit à un éclatement de la catégorie et à une multiplication des situations de non-travail n’en relevant pas. Les expressions « nouveaux pauvres » ou « exclus » relèvent de ces manières de désigner des situations de non-travail que les équivalences à la base du « problème du chômage » ne permettent pas de couvrir. Ces nouvelles expressions de la question sociale appellent des traitements inédits ; elles supposent que soit revue la matrice disponible, notamment en termes de responsabilités et de collectif d’appartenance, mais également d’accès au travail. Elles engagent une réévaluation de ce que travailler veut dire dans ses différentes acceptions individuelles, juridiques, économiques et sociales (Boltanski & Chiapello, 1999).

57Les exemples historiques du chômage et du paysage ont montré combien toute production catégorielle induit un travail de décatégorisation des entités préexistantes. La décatégorisation ne peut précisément être envisagée qu’en référence aux différents éléments qui se sont historiquement sédimentés dans la catégorie et qui se défont ensuite. Défaire une catégorie ne signifie pas nécessairement en recomposer une nouvelle : les « nouveaux pauvres », les « exclus » désignent les individus qui échappent aux catégories établies de l’action publique, sans fonder pour autant de nouvelles catégories d’intervention étayées par des principes de justice et de mise en équivalence. L’approche processuelle proposée ici permet alors de saisir ces moments de décatégorisation, dans un contexte où les cadres anciens sont encore effectifs mais remis en question, et que les lignes d’une recomposition catégorielle, dans les dispositifs de prise en charge publique de l’emploi ou de l’environnement, ne sont pas encore fixées.

Conclusion

58Le croisement des outils conceptuels de l’analyse de cadre et de la sociologie des problèmes publics et la restitution de l’épaisseur historique des dynamiques de mobilisation et de production catégorielle permettent de dégager une perspective sensible aux activités des personnes et des collectifs, mais soucieuse de décrire le cadre, tout à la fois contraignant et habilitant, qui s’impose à eux.

59Le recours à l’histoire vise à montrer comment, à partir d’un ensemble hétérogène d’éléments, une boîte noire (Latour, 1989) se ferme progressivement, effaçant dans le mouvement même de sa clôture les ressorts de sa constitution, s’imposant alors dans son unicité et sa simplicité à tout un chacun. Il permet dès lors de mieux sonder l’effort collectif requis pour se référer autrement au monde, y faire émerger quelque chose qui jusqu’alors n’y trouvait pas place, ne renvoyait à aucune réalité robuste, en prenant appui sur des ressources déjà disponibles (Sewell, 1992). Toutefois, les personnes ne demeurent pas aveugles aux éléments hétéroclites tissés par le réseau et donc aux opérations de mises en catégories qui s’y déroulent, même si ces dernières, une fois constituées, imposent leur naturalité. L’apport principal de l’analyse de cadre à la sociologie de l’action et des mouvements sociaux a été de souligner qu’une mobilisation n’advient que si une situation problématique est définie, une injustice dénoncée, et donc une plainte ou une revendication articulée. En reliant ces activités de cadrage au travail historique préalable qui les rend possibles, on se donne les moyens de sonder les conditions de possibilité de la thématisation de situations problématiques dans la vie quotidienne et, surtout, d’évaluer la densité des efforts que requiert toute redéfinition des catégories publiques d’appréhension du monde.

  • 20 Sur le croisement entre sociologie de l’action et histoire, on se reportera aux contributions de Co (...)

60Dans les moments de contestation, lorsqu’une situation est jugée problématique ou anormale, ce sont ces choses solidement nouées qui font l’objet de tentatives de changement. Si ces tentatives sont récurrentes, proviennent de sites divers qui entrent en composition, alors on suppute que se tisse un réseau susceptible de transformer ces catégories, voire de les délaisser au profit d’autres catégories en voie de constitution, de sorte que l’on parlera de « tournant » ou de « révolution » – événements que l’on imputera éventuellement à un « mouvement social ». Ainsi, le recours à l’histoire ne vise pas tant à saisir la genèse d’une configuration qu’à identifier et décrire des moments d’institution dans une temporalité plus longue20. Que les catégories solidifiées s’offrent ultérieurement comme des cadres préalables qui se déclinent dans des sites particuliers, enracinés dans des pratiques singulières, nous conduit dès lors à plaider pour une approche dynamique, continue, processuelle des problèmes publics.

Bibliographie

Adler Georg (1895), « Arbeitslosigkeit », in Conrad Johannes (ed.), Handwörterbuch der Staatswissenschaften, Iéna, Gustav Fischer, vol. suppl. 1, p. 117-139.

Appelgate Celia (1991), « Localism and the German Bourgeoisie : The “Heimat” Movement in the Rhenisch Palatinate Before 1914 », in D. Blackbourn & R. Evans (eds), The German Bourgeoisie. Essays on the Social History of the German Middle Class from the late xixth to the Early xxth Century, Londres-New York, Routledge, p. 224-254.

Benford Robert D. (1997), « An Insider’s Critique of the Social Movement Framing Perspective », Sociological Quarterly, 67 (4), p. 409-430.

Best Joel (1990), Threatened Children : Rhetoric and Concern about Child-Victims, Chicago, Chicago University Press.

Boltanski Luc (1984), « La dénonciation », Actes de la Recherche en Sciences sociales, 51, p. 3-40.

Boltanski Luc (1994), La souffrance à distance. Morale humanitaire, médias et politique, Paris, Métailié.

Boltanski Luc & Ève Chiapello (1999), Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard.

Boltanski Luc & Laurent Thévenot (1991), De la justification. Les économies de la grandeur, Paris, Gallimard.

Cardon Dominique, Heurtin Jean-Philippe & Cyril Lemieux (1995), « Parler en public », Politix, 31, p. 5-19.

Cefaï Daniel (1996), « La construction des problèmes publics : définition de situations dans des arènes publiques », Réseaux, 75, p. 45-60.

Desrosières Alain (1992), « Séries longues et conventions d’équivalence », Genèses, 9, p. 92-97.

Desrosières Alain (1993), La politique des grands nombres. Histoire de la raison statistique, Paris, La Découverte.

Desrosières Alain & Laurent Thévenot (1988), Les catégories socio-professionnelles, Paris, La Découverte.

Dujardin Philippe (1988), « Processus et propriétés de la mise en réseau : débat, problématique, propositions », in Id. (ed.), Du groupe en réseau. Réseaux politiques, religieux, professionnels, Paris, CNRS Éditions, p. 5-27.

Emerson Robert M. & Sheldon L. Messinger (1977), « The Micro-Politics of Trouble », Social Problems, 25, p. 121-135.

Geschäftsstelle Berlin (1930), « Der Deutsche Bund Heimatschutz und seine Landesvereine », in Gesellschaft der Freunde des deutschen Heimatschutzes (ed.), Der Deutsche Heimatschutz. Ein Rückblick und Ausblick, Munich, Kastner/Callwey, p. 187-204.

Giddens Anthony (1987), La constitution de la société, Paris, Presses universitaires de France.

Goffman Erving (1991), Les cadres de l’expérience, Paris, Minuit.

Goodman Nelson (1992), Manières de faire des mondes, Paris, Jacqueline Chambon.

Gusfield Joseph R. (1981), The Culture of Public Problems : Drinking-Driving and the Symbolic Order, Chicago, University of Chicago Press.

Gusfield Joseph R. (1989), « Constructing the Ownership on Social Problems : Fun and Profit in the Welfare State », Social Problems, 36, p. 431-441.

Habermas Jürgen (1993), L’espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, Paris, Payot [1962].

Hacking Ian (1999), The Social Construction of What ?, Cambridge, MA, Harvard University Press.

Haydu Jeffrey (1999), « Counter-Action Frames : Employer Repertoires and the Union Menace in the Late Nineteenth Century », Social Problems, 46 (3), p. 313-331.

Holstein James A. & Gale Miller (1997), « Introduction : Social Problems as Work », in G. Miller & J. A. Holstein (eds), Social Problems in Everyday Life. Studies of Social Problems Work, Greenwich, JAI Press, p. ix-xxi.

Ibarra Peter R. & John I. Kitsuse (1993), « Vernacular Constituents of Moral Discourse : An Interactionist Proposal for the Study of Social Problems », in G. Miller & J. A. Holstein (eds), Constructionist Controversies : Issues in Social Problems Theory, New York, Aldine de Gruyter, p. 21-54.

Jankte Carl & Dietrich Hilger (1965), Die Eigentumslosen. Der Deutsche Pauperismus und die Emanzipationskrise in Darstellungen und Deutungen der zeitgenössischen Literatur, Fribourg, Karl Alber.

Jasper James M. (1997), The Art of Moral Protest. Culture, Biography and Creativity in Social Movements, Chicago, University of Chicago Press.

Jastrow Ignaz (1920), Arbeitslosenversicherung, Berlin, Reimar Hobbing (« Schriften der Gesellschaft zur Bekämpfung der Arbeitslosigkeit » 6).

Joas Hans (1999), La créativité de l’agir, Paris, Cerf.

Kitsuse John I. & Malcolm Spector (1973), « Toward a Sociology of Social Problems : Social Conditions, Value-Judgements and Social Problems », Social Problems, 20, p. 407-419.

Laborier Pascale (1996), Culture et édification nationale en Allemagne. Genèse des politiques de la culture, Paris, Institut d’études politiques, thèse de doctorat, multigr.

Laborier Pascale & Danny Trom (eds) (2001), L’historicité de l’action publique, Paris, Presses universitaires de France (« Collection du Curapp »).

Latour Bruno (1989), La science en action, Paris, La Découverte.

Loseke Donileen R. (1997), « Creating Clients : Social Problems Work in a Shelter of Battered Women », in G. Miller & J. A. Holstein (eds), Social Problems in Everyday Life. Studies of Social Problems Work, Greenwich, JAI Press, p. 129-148.

Macpherson Crawford Brough (1971), La théorie politique de l’individualisme possessif de Hobbes à Locke, Paris, Gallimard.

Mills Charles Wright (1954), The Sociological Imagination, Oxford, Oxford University Press.

Petrenz Otto (1911), Die Arbeitslosigkeit, ihre statistische Erfassung und ihre Bekämpfung mit besonderer Berücksichtigung Nürnberger Verhältnisse. Mitteilungen des statistischen Amtes der Stadt Nürnberg, Nuremberg, Sebald, vol. 1.

Polanyi Karl (1983), La grande transformation, Paris, Gallimard.

Quéré Louis (1990), « Agir dans l’espace public. L’intentionalité des actions comme phénomène social », in P. Pharo & L. Quéré (eds), Les formes de l’action. Sémantique et sociologie, Paris, Éditions de l’EHESS, p. 85-112 (« Raisons Pratiques », 1).

Rafter Nicole H. (1992), « Claim-Making and Socio-Cultural Context in the First U.S. Eugenics Campaign », Social Problems, 39 (1), p. 17-34.

Rudorff Ernst (1901), Heimatschutz, Berlin-Leipzig, G. H. Meyer.

Schneider Joseph W. (1984), « Morality, Social Problems, and Everyday Life », in J. W. Schneider & J. I. Kitsuse (eds), Studies in the Sociology of Social Problems, Norwood, Ablex, p. 180-205.

Sewell William H. (1983), Gens de métier et révolution, Paris, Aubier.

Sewell William H. (1992), « A Theory of Structure : Duality, Agency, and Transformation », American Journal of Sociology, 98 (1), p. 1-29.

Smith Dorothy E. (1987), The Everyday World as Problematic, Boston, Northeastern University Press.

Sombart Werner (1912), Die gewerbliche Arbeiterfrage, Berlin, G. J. Göschen’sche Verlagshandlung.

Speitkamp Winfried (1999), « Eigentum, Heimatschutz und Denkmalpflege », in H. Siegrist & D. Sugarman (eds), Eigentum im internationalen Vergleich (18.-20. Jahrhundert), Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, p. 209-241.

Spranger Eduard (1923), « Das Bildungwert der Heimatkunde », in W. Schoenichen (ed.), Handbuch der Heimaterziehung, Berlin, Gebrüder Borntraeger, p. 4-26.

Tennstedt Florian (1981), Sozialgeschichte der Sozialpolitik in Deutschland, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht.

Thévenot Laurent (1985), « Les investissements de forme », in F. Eymard-Duvernay & L. Thévenot (eds), Conventions économiques, Paris, Presses universitaires de France, p. 21-71 (« Cahiers du Centre d’études de l’emploi »).

Thiesse Anne-Marie (1994), « Les petites patries et la grande nation. Le mouvement littéraire régionaliste français et le Heimatkunstbewegung à la Belle Époque », in M. Espagne & M. Werner (eds), Philologiques III. Qu’est-ce qu’une littérature nationale ? Approches pour une théorie interculturelle du champ littéraire, Paris, Éditions de la MSH, p. 340-362.

Tittel Lutz (1981), « Monumentaldenkmäler von 1871 bis 1918 in Deutschland. Ein Beitrag zum Thema Denkmal und Landschaft », in E. Mai & S. Waetzoldt (eds), Kunstverwaltung, Bau-und Denkmal-Politik im Kaiserreich, Berlin, Gebr. Mann, p. 215-275.

Topalov Christian (1994), Naissance du chômeur, 1880-1910, Paris, Albin Michel.

Trom Danny (1995), « Natur und nationale Identität. Der Streit um den Schutz der Natur um die Jahrhundertwende in Deutschland und Frankreich », in E. François, H. Siegrist & J. Vogel (eds), Nation und Emotion. Deutschland und Frankreich im Vergleich 19. und 20. Jahrhundert, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, p. 147-167.

Trom Danny (1996), La production politique du paysage. Éléments pour une interprétation des pratiques ordinaires de patrimonialisation de la nature en Allemagne et en France, Paris, Institut d’études politiques, thèse de doctorat, multigr.

Wagner Peter (1990), Sozialwissenschaften und Staat. Frankreich, Italien, Deutschland 1870-1980, Francfort-sur-le-Main – New York, Campus.

Williams Rhys H. & Robert D. Benford (2000), « Two Faces of Collective Action Frames : A Theoretical Consideration », Current Perspectives on Social Theory, 20, p. 127-151.

Zimmermann Bénédicte (1994), « Statisticiens des villes allemandes et action réformatrice (1871-1914). La construction d’une généralité statistique », Genèses, 15, p. 4-27.

Zimmermann Bénédicte (2001), La constitution du chômage en Allemagne. Entre professions et territoires, Paris, Éditions de la MSH.

Notes

1 Sur la fécondité d’un tel croisement, cf. Benford (1997), Williams & Benford (2000), Benford & Hunt (supra).

2 Pour une approche critique de cette rationalité, voir Boltanski (1984).

3 Alors que Arbeitslosigkeit et Heimatlosigkeit désignent des processus négatifs affectant les personnes et les choses, arbeitslos et Landschaftzerstörung désignent la classe pertinente des personnes et des choses affectées par ces processus.

4 Les discussions s’organisent autour de la définition proposée en 1895 : « non-travail involontaire des personnes valides et désireuses de travailler. » (Adler, 1895).

5 Sur la définition de la catégorie comme habilitante et contraignante, cf. aussi Laborier (1996).

6 L’enracinement de l’innovation conceptuelle dans des pratiques préalables a été mis en évidence de manière exemplaire dans Sewell (1983). Sur la nécessité d’enraciner l’analyse de cadre dans l’appréhension de pratiques concrètes, cf. Haydu (1999).

7 Verein für Heimatschutz Lübeck, Niedersächsischer Vertretertag für Heimatschutz, Heimatbund Mecklenburg, Rheinisches Verein für Denkmalpflege und Heimatschutz, Minden-Ravenbergischer Hauptverein für Heimatschutz und Denkmalpflege, Ausschuß zur Pflege heimatlicher Natur, Kunst und Bauweise in Sachsen, Verein für niedersächsisches Volkstum, Bayerisches Verein für Volkskunst und Volkskunde, pour en citer quelques-unes.

8 Sur le domicile de secours (Unterstützungswohnsitz) et les lois successives le réglementant, voir Tennstedt (1981, p. 92 sq.).

9 Dans le cas de l’environnement, le processus de destruction incriminé est appelé Heimatzerstörung et l’intervention publique Heimatspflege. Dans le cas du chômage, un tel vocabulaire spécialisé fait défaut.

10 Le terme « nationalisation » est utilisé ici au sens de doter d’une dimension nationale, d’inscrire dans un espace national de résolution de problèmes.

11 La GzBA est la section allemande de l’Association internationale de lutte contre le chômage, fondée en 1910 à Paris par le Belge Louis Varlez et le Français Max Lazard afin d’élaborer une plate-forme internationale de lutte contre le chômage (Topalov, 1994, p. 59-115).

12 Nous utiliserons ici la notion de réseau à la fois pour décrire ce que les gens font (la mise en réseau) et comme outil analytique (au sens de la mise en réseau de compétences descriptives). Sur ces usages, voir notamment Dujardin (1988).

13 StABerlin (Staatsarchiv Berlin), Rep 142/1, 5177: 1.

14 Les grands absents de cette longue liste sont les réformateurs du Reichstag et les représentants du protestantisme social conservateur, peu convaincus de la nécessité d’une intervention du Reich en matière de chômage.

15 D’après le relevé effectué en 1908 : cf. Geschäftsstelle Berlin (1930).

16 Rudorff (1901).

17 Une question sur le dernier employeur est généralement censée la constater.

18 « Gesetz über Arbeitsvermittlung und Arbeitslosenversicherung. Vom 16. Juli 1927 », Reichsgesetzblatt, vol. 1, 1927, p. 187-220, § 87. Elle doit en outre avoir acquitté ses cotisations pendant une durée minimale de vingt-six semaines au cours de l’année précédant son chômage (§ 95).

19 La littérature récente appelle cette activité « social problems work » (Holstein & Miller, 1997).

20 Sur le croisement entre sociologie de l’action et histoire, on se reportera aux contributions de Contamin, Laborier, Trom, Zimmermann, in Laborier & Trom (2001).

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search