Version classiqueVersion mobile

Les formes de l’action collective

 | 
Daniel Cefaï
, 
Danny Trom

Recherches

Cadres et motifs de l’action résistante

L’exemple du Front national des juristes (1941-1944)

Frames and Motives of a Resistance Movement. The National Front of Jurists (1941-1944)

Liora Israël

Résumé

Dans quelle mesure les nouvelles théories de l’action collective peuvent-elles éclairer un des exemples paradigmatiques de l’engagement, l’entrée en Résistance pendant la Seconde Guerre mondiale ? Cette enquête sur un mouvement spécifique en milieu judiciaire, le Front national des juristes, tente de répondre à cette question. Les analyses de l’action collective permettent de penser sociologiquement une forme d’engagement souvent interprétée en termes moraux et individuels, et de défaire quelques récits mythiques sur la Résistance. Elles montrent cependant leurs limites dans le traitement des configurations d’actions en situation risquée, en particulier dans des conjonctures historiques troublées ou marquées par la répression politique.

Texte intégral

1Il peut sembler paradoxal de présenter dans un ouvrage dont le sous-titre est Mobilisations dans des arènes publiques une étude portant sur des formes d’action collective résistantes, c’est-à-dire déterminées pour une bonne part par un contexte imposant la clandestinité des réunions, l’anonymat des acteurs, l’illégalité des pratiques. Il est néanmoins possible d’adopter une définition pragmatiste de la Résistance, centrée sur les activités de publicisation par les acteurs de leurs prises de position politiques (publications, grèves, manifestations publiques ou même lutte armée). Cette redéfinition permet de penser la Résistance non plus comme un phénomène dont la spécificité interdit de fait la comparaison avec d’autres contextes d’action, mais comme l’émergence contextualisée de réseaux d’acteurs liés par des activités communes. Nous avons recouru à cet effet aux théories de l’action collective, en particulier à leurs déclinaisons nord-américaines – théories du cadre et du cadrage (Cefaï, supra) – et à un texte important de Charles Wright Mills – sur la question du vocabulaire des motifs (Mills, 1940 ; Trom, supra). Ces deux directions de recherche nous permettent de proposer une définition pragmatique de la Résistance et de réfléchir sur les spécificités de cette action collective caractérisée à la fois par le contexte de guerre où elle a cours et par le type d’acteurs impliqués. Les membres des professions judiciaires étudiés ici sont de fait producteurs et garants d’un ordre légal dont ils incarnent l’exercice légitime en même temps qu’ils le contestent (pour la minorité qui nous intéresse), durant la période, de par leur engagement résistant.

2Nous présenterons dans un premier temps notre définition de la Résistance, appuyée sur la définition de l’analyse des motifs proposée par Mills dans son article programmatique, et développerons dans un second temps l’analyse d’une action collective risquée (McAdam, 1986 ; Loveman, 1998) menée par des membres des professions judiciaires. Dans une troisième partie, nous reviendrons sur les limites d’une approche du politique en termes d’arène publique pour comprendre des contextes où la publicité de l’action est rendue problématique, « le cloisonnement de l’information et de l’action étant à la fois une règle consentie et une contrainte subie » (Douzou et al., 1995).

Une définition pragmatique de la Résistance

3Notre problématique s’inspire de la sociologie du droit de Max Weber (1986). Le rapport à l’État des juristes est interrogé à travers cet épisode exceptionnel pendant lequel la légalité apparente de l’État, incarnée par Vichy, a été peu à peu dissociée de la légitimité politique, revendiquée par la Résistance. Quels ont été les ressorts historiques, politiques et sociaux de cette rupture avec la légalité de l’État vichyste pour des juristes, et plus particulièrement pour des membres des professions judiciaires, dont la spécificité tient justement à la pratique et à l’application du droit, et qui incarnent une des fonctions régaliennes de l’État, celle de juger ?

4Différentes questions se posent alors. Peut-on penser l’engagement des juristes en fonction de leur appartenance à des corps professionnels qui renverraient à des formes de solidarité spécifiques ? Quelles différences et quelles similitudes peut-on repérer entre les formes de Résistance adoptées respectivement par les magistrats et les avocats, au-delà de leur union symbolisée par le Front national des juristes, mouvement d’origine communiste qui joua un rôle majeur dans la Résistance judiciaire (Israël, 1999) ? Comment enfin penser la dimension sociale d’une conduite aussi individuelle dans sa dimension de choix ou d’engagement, aussi exceptionnelle eu égard à ses circonstances historiques, et de plus aussi minoritaire ? Un deuxième axe problématique concerne la collecte et le statut des données nécessaires à notre enquête. En effet, la Résistance judiciaire est le plus souvent ignorée dans l’historiographie classique de la période, alors même que la plupart des acteurs ou témoins ont aujourd’hui disparu. Cela nous contraint de recourir à d’autres méthodes que celles de l’entretien, qui reste le matériau principal de la plupart des études sociologiques sur l’action collective. Pratiquement, une fois identifié un corpus approprié d’archives, en particulier privées, il a fallu réfléchir à la manière de reconstituer une Résistance « en actes », en se fondant sur la reconstitution de ses formes pratiques d’accomplissement, et de dégager les déterminants sociologiques d’une forme d’engagement quasi canonique (Wieviorka, 1998). Cette réflexion nous a conduite au premier point que nous souhaiterions préciser ici, et qui concerne la définition de la Résistance, en particulier du point de vue des « motifs ».

5Des querelles byzantines et néanmoins nécessaires jalonnent les progrès de l’historiographie de la Résistance. Elles concernent tout simplement la définition de cette dernière. Si la représentation de la Résistance apparaît aujourd’hui largement partagée, et si ses conditions de production et de diffusion depuis les premières relectures gaulliste et communiste de la Libération sont désormais bien connues, les comportements résistants, qui intéressent l’historien ou le sociologue soucieux des pratiques, sont moins facilement identifiables. Ils sont « oblitérés » par ces représentations souvent hagiographiques et mythologiques qui, passées dans le sens commun, sont autant d’obstacles à l’analyse scientifique. De plus, la clandestinité et le secret ne sont pas les conditions les plus propices à la constitution de données homogènes, et plus tard, d’archives faciles à identifier et à utiliser. Nous avons néanmoins été surprise par la quantité de documents produits et conservés durant la période et encore disponibles aujourd’hui.

6Notre définition de la Résistance se situe à l’entrecroisement de la détermination d’un concept analytique général (la Résistance) et de la description de la spécificité des groupes sociaux auxquels nous nous intéressons (les juristes). Caractériser la Résistance des juristes, ce n’est pas simplement évoquer les juristes qui furent résistants, ni seulement analyser les ressources proprement judiciaires dont pouvait se servir la Résistance comme mouvement. Il s’agit plutôt de se soucier de la manière dont les membres de ces groupes socioprofessionnels ont pu, dans la singularité de leurs trajectoires personnelles et la généralité de leur rapport professionnel aux institutions, mettre en œuvre des pratiques résistantes. L’étude de la Résistance renvoie moins à la recherche de définitions très générales, comme celle d’Henri Michel (1961) pour qui elle est « une lutte patriotique pour la libération du sol national et comme une lutte idéologique pour la dignité de l’homme », qu’à l’élaboration de critères permettant de repérer avec autant de rigueur que possible les comportements que l’on qualifiera de résistants. L’intention d’agir, mise en avant par Pierre Laborie, est essentielle. La Résistance est « indissociable de la conscience de résister ». On définira donc le comportement résistant a minima comme

[…] un acte responsable, intentionnel, qui se situe à l’opposé des solutions évidentes, du sens du courant ou de la ligne de la plus forte pente [] Le problème de la conscience et du sens souligne l’importance des conditions d’accomplissement de l’acte de Résistance. (Laborie, 1997)

7C’est à partir de cette référence à des actes effectués en conscience, porteurs d’une dimension de transgression de la légalité et d’opposition au pouvoir politique, que peuvent être tracés les contours d’une définition idéale-typique de la Résistance dans les milieux judiciaires.

8Clandestinité ne signifie pas invisibilité. Des tracts et des journaux clandestins ont été rédigés et diffusés, des informations et des renseignements ont circulé, notamment vers Londres, des pratiques judiciaires ont été infléchies, des manifestations et des réunions organisées. On peut repérer ces événements dans les mémoires privés, les enquêtes menées à l’occasion de l’attribution de décorations, les comptes rendus transmis à Alger et à Londres. Ces divers documents sont autant d’indices permettant de repérer une intention d’agir de la part des acteurs : les faits relatés témoignent de cette transgression consciente soulignée par Laborie. Ces comportements résistants permettent de circonscrire pratiquement un corpus de faits analysables à partir duquel évaluer des formes et des degrés d’engagement dans la Résistance.

9Ce type de définition pose d’emblée un problème important, négligé par de nombreux historiens ou sociologues. Imputer un caractère intentionnel à des actes revient à reconstituer des logiques d’action, et à reconstruire implicitement une chaîne cognitive qui relie des motifs à des intentions, des intentions à des actes. Si le travail sur archives ou sur entretiens rend inévitable ce procédé, il convient d’en être conscient et de le contrôler autant que possible. C’est ce que permet l’article de Mills (1940) sur le vocabulaire des motifs. Mills précise tout d’abord ce qu’est un motif au sens sociologique. Il s’agit avant tout d’un mot,

[…] celui qu’un acteur ou un autre participant à une situation considère comme une réponse implicite à une question concernant sa conduite en actes ou en mots. Un motif stable est le point d’aboutissement de toute discussion visant à se justifier. Les mots qui dans une situation type vont remplir cette fonction sont fixés par le vocabulaire des motifs acceptable pour de telles situations.

10Si cette analyse concerne plutôt l’observation de situations de langage, elle touche selon nous un point très juste et très sensible dans une recherche de nature socio-historique. Mills met en avant le fait que les motifs, même s’ils ont une pertinence sociale et sont eux-mêmes fortement structurés socialement (quel motif est légitime dans une situation donnée ?), ont avant tout une fonction de justification de l’action. L’imputation de motifs, par les acteurs eux-mêmes sur le mode rétrospectif, ou par les historiens qui reconstruisent après coup les conduites des acteurs, n’est donc pas la description d’une expérience sociale, mais bien plutôt, selon Mills, une tentative pour convaincre ses interlocuteurs ou se convaincre soi-même du bien-fondé des raisons de cette action. La recherche du « vrai motif » est donc vaine : on ne peut le penser, nous dit Mills, que de façon relative, depuis un contexte d’énonciation dans l’espace et le temps, comme une façon de rendre compte et de rendre des comptes. Le motif, qu’il engage un raisonnement de détermination de l’action par des causes (parce que…, à cause de…) ou d’orientation de l’action vers des fins (pour que…, en vue de…), vise à rendre celle-ci recevable. Elle doit être intelligible et acceptable, en conformité à une norme sociale partagée. Il n’est pas nécessaire de supposer que « chaque action a son motif » puisque la vie courante nous montre chaque jour les écarts existant entre des conduites et des discours.

11La radicalité du discours de Mills a pu séduire certains chercheurs qui y ont vu une injonction à privilégier la description des actes de langage comme aboutissement de la recherche sociologique. Nous préférons en privilégier une lecture inspirée par la définition wébérienne des motifs comme « un complexe de significations (Sinnzusammenhang), qui apparaît à l’acteur lui-même et à son observateur comme un fondement adéquat à sa conduite » (Weber, 1922). Ce que nous apprend Mills, c’est que tous les discours sur la Résistance que nous rencontrons dans les entretiens et les archives, les discours politiques ou les ouvrages scientifiques sont, à des degrés divers, les traces d’actes situés, d’imputation de motifs en conformité à des normes sociales. Ainsi les notices nécrologiques du barreau attribuent-elles à la plupart des anciens résistants un sentiment de patriotisme. Ainsi les acteurs eux-mêmes rendent-ils intelligibles ce qu’ils ont fait en recourant à des vocabulaires des motifs disponibles. Ainsi la recevabilité des motifs varie-t-elle selon le contexte de leur énonciation.

12La plupart des documents dont nous disposons se présentent sous la forme de notices biographiques plus ou moins détaillées, qu’il s’agit tout d’abord de décrypter en tant qu’elles sont des représentations homogènes et cohérentes, représentatives de la forme même de la biographie, y compris en ce qui concerne les récits produits par des historiens. Comme l’écrit Giovanni Levi (1989, p. 1326) dans un article qui recense les « usages de la biographie » pour le chercheur en sciences sociales :

Suivant en cela une tradition biographique établie, et la rhétorique même de notre discipline, nous nous sommes rabattus [les historiens] sur des modèles qui associent une chronologie ordonnée, une personnalité cohérente et stable, des actions sans inertie et des décisions sans incertitudes.

13Ce mode de représentation des trajectoires individuelles, typique de l’imputation rétrospective d’un sens à des séries d’événements biographiques (comme par exemple le fait d’avoir combattu en 1914-1918 et le fait d’entrer en Résistance pendant la Seconde Guerre mondiale), caractérise bien la plupart des documents dont nous disposons. Leur cohérence et leur homogénéité formelles ne doivent donc pas nous en faire oublier la spécificité narrative.

14Le texte de Mills nous incite ainsi à accorder un primat méthodologique à l’existence de traces matérielles (tracts, déclarations, courriers, manifestations…) comme éléments par nature indissociables d’un comportement intentionnellement résistant. Les récits, descriptions et argumentations relatifs à ces actes doivent être lus comme des actes d’imputation rétrospective de motifs, médiatisés par des répertoires de formats biographiques. Il ne s’agit pas pour nous de nier le travail de repérage des causes et des raisons d’agir par les historiens, mais de le rendre plus réflexif encore, en étant attentive aux formes typiques de configuration narrative de l’action (Ricœur, 1983). Nous rejoignons ainsi l’historiographie de la Résistance proposée par François Marcot (1997), et en particulier son interrogation « sur le degré de conscience que les différents groupes sociaux ont eu de leur identité propre dans la résistance ». Mais nous croyons plus fécond de procéder à une analyse compréhensive des motifs plutôt que d’appliquer comme lui des critères dits d’« intentionnalité » et de « fonctionnalité ». Notre souci de reconstituer les vocabulaires de motifs à travers des documents et des témoignages qui rendent compte de l’activité résistante des juristes conduit à prendre la prosopographie au sérieux en ne la réduisant ni à une collection de biographies d’individus dont on tenterait de sonder les motivations psychologiques, ni à l’attribution d’intentions partagées aux membres d’un collectif dont on postulerait d’emblée l’uniformité. Cette démarche va également nous permettre de repérer les conséquences pratiques de leur culture juridique, de leurs expériences antérieures et de leurs ethos professionnels sur les actions de résistance des juristes, juges et avocats.

Les paradoxes et les spécificités d’une action collective « risquée », inscrite dans un cadre professionnel

15Il nous importait d’essayer de tenir ensemble histoire et sociologie sans que l’une fût sacrifiée à l’autre. Nous avons combiné, d’une part, une démarche prosopographique inspirée par la socio-histoire de Christophe Charle, d’autre part, les approches nord-américaines de l’action collective, déjà mises à l’œuvre dans l’analyse historique par Charles Tilly (1978) ou Doug McAdam (1982). Avec une différence de taille : l’importance bien plus faible, d’un point de vue numérique, du mouvement d’action collective que nous étudions nous a conduite à travailler à une « micro-sociohistoire » de la Résistance. Cette question de l’échelle pertinente pour traiter de notre objet nous a menée aux théories du cadre et du cadrage pour court-circuiter les approches psychologisantes, récurrentes chez nombre d’historiens, et pour penser autrement le lien entre engagements individuels et actions collectives, à travers le travail d’alignement par les acteurs de cadres d’identité, d’interprétation et d’action et leur mise à l’épreuve sur le terrain. Dans cette perspective, nous avons tenté de montrer comment s’articulent dans la constitution de la Résistance judiciaire les éléments propres à l’identité professionnelle des juristes – le sens de la légalité, des formats rhétoriques et des solidarités corporatistes – et les objectifs proprement politiques de leur engagement.

  • 1 Carpentier avait succédé à Charpentier, qui était son propre successeur en 1938, après que ce derni (...)

16Un bel exemple en est donné par l’écho, rencontré parmi les avocats, de la ligne défendue par Charpentier, puis par Carpentier, au nom de l’Ordre des avocats de Paris1. Ces deux bâtonniers ont incarné pendant cette période la défense des intérêts corporatistes de la profession – qui n’a pas compris la défense des avocats juifs exclus par Vichy, au mépris du contrôle de l’Ordre sur le tableau des avocats (Badinter, 1997). Ce corporatisme, qui n’était donc pas sans zone d’ombre, s’est manifesté avec une rigueur croissante tout au long de la guerre, notamment à travers des résolutions du conseil de l’Ordre sur un certain nombre d’« affaires ». L’illustrent, lors du procès de Riom, une résolution visant à réaffirmer le droit pour un avocat de communiquer avec son client (situation de Charpentier lui-même en tant qu’avocat de Paul Reynaud) ; à l’occasion de l’affaire Jean-Charles Legrand, le refus de réintégrer au barreau un protégé de Laval exclu pour faute professionnelle ; l’opposition à une loi promulguée le 17 juin 1943, imposant la nomination, au lieu de l’élection par les barreaux, des membres du Conseil de l’Ordre et du bâtonnier en cas de « vacance » de ces postes ; ou enfin, en novembre 1943, une résolution en faveur des détenus politiques.

  • 2 Archives de l’Ordre des avocats.
  • 3 Lettres de félicitations de Baudelot et de De Chauveron (documents Charpentier, Archives de l’Ordre (...)
  • 4 « L’assemblée générale de l’Ordre des avocats de Paris réunit tous les avocats inscrits au tableau, (...)
  • 5 Joë Nordmann, fondateur et principal animateur du Front national des juristes, l’attribue à des avo (...)

17Ces différents coups d’éclat eurent un écho négatif certain du côté du pouvoir (la loi du 17 juin 1943 est imposée par le gouvernement au lieu d’être rédigée par les barreaux, ce qui était l’usage, y compris pour le nouveau statut des avocats de 1941). Néanmoins, ils ont rencontré un soutien croissant au sein du milieu judiciaire, comme le manifestent les courriers conservés dans les documents de Charpentier2, le félicitant pour ses coups d’éclat (à la suite, par exemple du discours énergique aux membres de la Conférence3). Ce soutien est plus évident encore dans les actions publiques. En réponse au décret de réintégration de Jean-Charles Legrand, l’assemblée de l’Ordre des avocats, réunie en colonnes4, s’opposa unanimement à l’exécutif et approuva la décision du conseil de l’Ordre qui protestait contre ce décret. Des avocats prisonniers5 se manifestèrent également à cette occasion : un courrier adressé à Payen, président de l’Association nationale des avocats, le 15 juin 1943, illustre le retentissement, jusque dans les camps de prisonniers, de cet épisode. Il émane de

[…] trente-deux avocats présents au camp [appartenant] à treize barreaux différents et [ayant] constitué, dès le début, un barreau afin de faire respecter, dans la mesure du possible, nos règles et usages et faire connaître le vrai visage des avocats français. L’enseignement du droit, les conférences, les consultations particulières, les manifestations corporatives et surtout l’exemple de la dignité ont produit grande impression parmi nos camarades de captivité.

18Dans ce barreau « prisonnier », ces avocats expriment leur désarroi :

  • 6 Lettre datant du 15 mai 1943, adressée à Fernand Payen. Archives privées Joë Nordmann.

Nous avons eu connaissance voici quelques semaines de l’avis paru dans la presse et concernant la réintégration au barreau de Paris de M. J. C. L. Nous en avons été péniblement surpris et émus tant en raison de la mesure elle-même que de la procédure employée alors surtout que certains renseignements recueillis auprès des camarades de guerre de notre confrère ont achevé d’éclairer notre religion6.

  • 7 Dans un entretien qu’il nous a accordé, Joë Nordmann révise à la baisse les chiffres plus optimiste (...)

19Les dates anniversaires et symboliques furent également l’occasion de manifestations publiques qui connaissaient une affluence certaine. Ainsi, le 11 novembre 1943, plus d’une centaine d’avocats conduits par Carpentier défilèrent devant une couronne de fleurs en l’honneur des avocats et des magistrats tombés pour la France en 1914-18 et 1939-437. Nous reviendrons plus loin sur la question de savoir par qui et comment était organisé ce type d’événement. Ce qui nous semble ici important, c’est que le succès, ou en tout cas le large écho rencontré par ces coups d’éclat qui témoignent d’un « esprit résistant », peut être analysé comme une opération réussie d’alignement des cadres de définition de la situation parmi les avocats, selon la terminologie de Snow et al. (1986), et Snow & Benford (1988). Les avocats ont procédé à la production concertée de cadres d’interprétation, qui ont rendu possible une compréhension partagée des événements politiques et un engagement commun dans certaines actions symboliques. L’analyse de cadres, si elle est faible pour comprendre « pourquoi » cette mobilisation collective a pu devenir efficace, fournit des ressources pour en saisir le « comment ». En élaborant un discours sur l’essence mythique du barreau, appuyé sur des symboles à la fois corporatistes (les colonnes, les résolutions du conseil de l’Ordre) et patriotiques (les anniversaires et dates symboliques), les membres de la Résistance judiciaire, conjointement aux autorités de la profession, ont réussi à trouver un « dénominateur commun » autour duquel rallier un grand nombre d’avocats.

Les mouvements sociaux défendent fréquemment leur programme ou leur cause en termes de valeurs ou de croyances qui peuvent a priori n’être pas spécialement apparentes aux membres et sympathisants potentiels ; il s’agit donc d’amplifier ces éléments idéels de manière à rendre apparent le lien entre des intérêts personnels ou collectifs et l’adhésion à un mouvement social. (Snow et al., 1986)

  • 8 Notice nécrologique de Rienzi, rédigée par le bâtonnier Lemaire (1971), Archives de l’Ordre des Avo (...)

20Un troisième type d’occasion semble avoir permis cet accord autour de cadres partagés. Les enterrements ou les dates anniversaires de la mort de membres du barreau disparus des suites de leurs engagements furent en effet des moments forts de fabrication du consensus. Cela apparut notamment après le décès de Joseph Python, membre du conseil de l’Ordre, détenu et torturé pendant des mois, pour avoir refusé de briser le secret de l’instruction en révélant aux Allemands le refuge des Anglais qu’ils recherchaient8. « S’instituant représentant du barreau » comme le dit sa notice biographique, Me Raymond de Rienzi, résident alors à Cannes, prononça un discours vibrant en l’honneur des vertus incarnées par Python dans ce dernier combat :

  • 9 Discours prononcé le 29 janvier 1943 sur la tombe de Joseph Python par Me Raymond de Rienzi, avocat (...)

[…] Il repose ici, pareil aux gisants des cathédrales, mais revêtu de sa robe d’avocat, sous l’épitoge d’hermine, portant une dernière fois l’uniforme d’une profession qui fut la sienne et qu’il aima plus que la vie. C’est pour cela qu’un autre avocat de la Cour de Paris prend la parole en ce moment – car il est dit qu’aucun de nous ne doit partir sans que son Ordre l’accompagne et lui dise adieu. [] Au nom du barreau de Paris, au nom de tous les barreaux fraternels de France, je te dis adieu, à toi qui fus l’honneur de notre toge, toi qui fus l’exemple et la gloire d’une profession que tu as aimée comme une seconde Patrie. Tu t’es sacrifié à elle, comme les spartiates des Thermopyles se sacrifièrent à la leur. Et sur la tombe qui ne porte encore aucune inscription, je crois pourtant en déchiffrer une : « Confrère qui passe, va dire à mon Ordre que je suis mort pour obéir à ses lois !9 »

21Avec son tour quelque peu amphigourique, cet éloge manifeste de manière exemplaire comment la simple fidélité des avocats aux principes d’exercice de leur profession s’est rapprochée d’un comportement résistant, au fur et à mesure qu’il leur devenait plus difficile d’assumer leur traditionnel devoir de défense, dans un contexte d’inflation du nombre des juridictions d’exception et d’amoindrissement de la place des défenseurs.

  • 10 Le Palais libre, no2, juillet 1943, p. 3.
  • 11 Charpentier dit avoir lu les lettres de Hajje et Rolnikas, avocats communistes fusillés en septembr (...)

22D’autres obsèques, comme celles de Jacques Frank qui se suicida après avoir été arrêté une première fois (Vidal-Naquet, 1995, p. 122), la mort de Léon-Maurice Nordmann (le 23 février 1943, jour anniversaire de son décès, des avocats parisiens défilèrent devant le monument aux morts du Palais10), les dernières lettres des condamnés à mort qui circulaient11, semblent avoir été autant d’occasions au travers desquelles s’est construite, cristallisée, entretenue cette conscience collective des avocats. On retrouve là une forme ancienne et particulièrement efficace de mobilisation collective, bien analysée par Sidney Tarrow (1994, p. 38-39) :

La mort a le pouvoir de susciter une émotion violente et de rassembler des personnes qui ont peu de choses en commun hormis leur peine. Le décès légitime l’organisation de manifestations collectives, et est une des rares occasions au cours desquelles les autorités ont hésité à charger dans la foule ou à interdire la réunion. La mort a toujours été associée à une forme institutionnalisée d’action collective – les funérailles – qui rassemble les gens dans une cérémonie où s’exprime la solidarité.

  • 12 Charpentier organisa en effet en septembre 1940 une cérémonie, à laquelle assistaient également des (...)

23Nous avons donc retenu trois types d’événement – les mobilisations autour des menaces contre les prérogatives traditionnelles de la profession, les commémorations des morts de membres du barreau, opposants désignés ou volontaires au régime, enfin, l’organisation clandestine de réunions à caractère patriotique (de l’hommage aux soldats tombés au front de septembre 1940 organisé par le bâtonnier Charpentier12 au défilé du 11 novembre 1943). Ces manifestations ont été autant d’occasions, pour reprendre l’expression de Mills, de forger un « vocabulaire de motifs », ancré dans la culture patriotique et institutionnelle de la plupart des membres du barreau, capable de les séduire, puis, éventuellement, de justifier pour eux-mêmes ou pour autrui l’engagement de certains vers les rangs de la Résistance. On retrouve là un moment typique de constitution des mobilisations collectives : « Les mouvements trouvent un cadre (frame) pour leurs actions en s’aidant des symboles culturels sélectionnés dans leur environnement et transformés de manière appropriée par des entrepreneurs politiques. » (Tarrow, 1994, p. 119).

  • 13 Le barreau de Paris obtint la Croix de Guerre à titre collectif en 1947.

24Nous avons évité dans cette partie d’évoquer directement le rôle de la Résistance judiciaire organisée, dont bien souvent étaient issus ces « entrepreneurs politiques », pour privilégier l’examen de la position des autorités du barreau parisien et comprendre à la fois comment peu à peu un certain nombre d’avocats avaient pu être sensibilisés, puis adhérer à leur cause, et pourquoi ils avaient pu a posteriori se réclamer d’un comportement résistant dans leur ensemble13. Néanmoins, il est frappant de constater combien les mouvements de la Résistance judiciaire ont su jouer de ces cadres de mobilisation d’inspiration corporatiste et identitaire, et transformer en ressource le sentiment d’appartenance des avocats à leur profession. Ils en ont usé pour les mobiliser en les touchant à travers des publications, et ont pu informer et convaincre au-delà des cercles professionnels au sens strict, tous ceux qui pouvaient être sensibles au magistère moral et intellectuel des juristes. Si la Résistance gaulliste, principalement à travers les textes de René Cassin, amis en avant ce type d’argumentaire, les publications clandestines du Front national des juristes, organisation d’origine communiste centrée sur les juristes, plus spécialement sur les avocats, permettent également de montrer comment des cadres d’identité, d’interprétation et d’action étaient mis en forme dans cette littérature de propagande. Nous allons à présent pointer quelques-uns des topoï qui reviennent le plus fréquemment dans les numéros du Palais libre, revue du Front national des juristes publiée entre mai 1943 et juillet 1944.

  • 14 Garde des Sceaux de l’époque.
  • 15 Jean-Charles Legrand avait renoncé à être inscrit au tableau de l’Ordre des avocats de Paris pour t (...)

25L’étude des dix numéros du Palais Libre, depuis les premiers numéros ronéotypés tirés à quelques centaines d’exemplaires jusqu’aux derniers numéros imprimés et diffusés à plusieurs milliers de juristes (ils étaient déposés dans les vestiaires des avocats, ou envoyés par la poste grâce aux listes de l’Ordre), permet d’insister sur plusieurs des formats rhétoriques mis en jeu. L’affaire Jean-Charles Legrand, capitale dans la constitution d’une identité collective défensive à l’encontre des autorités, est un thème récurrent dans les premiers numéros. Outre un article en couverture du premier numéro intitulé « Non M. Gabolde14 ! Jean-Charles Legrand n’est plus avocat et il ne passera pas », on trouve un article du même type en première et deuxième pages du no2, intitulé « Le barreau à l’honneur », et un autre article en première page du no3, intitulé « Après une victoire »15. Cet épisode, qui avait donné lieu à un rassemblement corporatiste sans précédent, est donc utilisé de manière privilégiée par les auteurs du Palais libre pour rallier les membres du barreau à leur cause. De fait, soit que l’événement en lui-même, dans le contexte de l’année 1943, ait suffi, soit que ces articles aient été très convaincants, l’épisode a marqué un tournant important en ce qui concerne l’audience et les effectifs du Front national des juristes dans le milieu judiciaire.

  • 16 Entretien de Joë Nordmann avec Jacques Debû-Bridel (1970).

La Résistance s’est vraiment organisée à partir du moment où une action organisée a permis de le faire. Ce fut en mai 1943, lorsque le gouvernement de Vichy eut décidé, après décision ministérielle, de réintégrer Jean-Charles Legrand au barreau de Paris. [] Ça a été la première action massive de nos comités de Front national16.

26Le thème de la lutte contre le Service du travail obligatoire (STO) est lui aussi un thème récurrent que l’on retrouve sous différentes formes dans plusieurs numéros. Dans le premier numéro, un long article intitulé « La lutte contre les déportations » insiste sur la position que les magistrats doivent adopter :

Le devoir de ces magistrats à l’égard de ces réfractaires est clair. Les déportations sont illégales : les professeurs de droit, les magistrats de la cour d’appel de Paris et du tribunal de première instance de la Seine, les avocats et les avoués, groupés au sein du Front national, le démontrent dans un manifeste que nous publierons.

  • 17 Le Palais Libre, Organe du Comité national des juristes (Zone Sud), no1, avril 1944.

27L’article stigmatise par ailleurs l’attitude de collaborateurs qui au sein du barreau prétendent montrer l’exemple : « le battage fait autour de la comédie d’engagement de Juliette Goublet peut fort bien servir d’introduction à la réquisition des professions libérales et en particulier des avocats. » Ce thème réapparaît dans le no2 du Palais libre, via la reproduction de la protestation de la Cour de cassation de Belgique contre les déportations, et en première page du no7, on trouve un « Appel aux avocats » et un « Appel aux officiers ministériels » les incitant à refuser de partir lorsqu’ils sont réquisitionnés, en donnant l’exemple de ce qui se passait dans d’autres régions et en assurant les officiers ministériels qu’à la Libération, ils retrouveraient leur place. Enfin dans le premier – et dernier – numéro du Palais libre Zone Sud17, en dernière page cette fois-ci, un article intitulé « Protestez contre les STO pour les magistrats et les avocats » invite les premiers présidents et les bâtonniers à protester et à avertir en temps utile leurs collègues et confrères menacés. Ces appels sont relayés par des tracts, comme cet « Appel aux avocats » signé par des comités d’avocats du Front national, qui souligne que le refus unanime du STO au sein du barreau est la seule position compatible avec sa grandeur.

  • 18 Archives privées Joë Nordmann.

La jeunesse du barreau doit être une des formes de la France nouvelle. Il lui appartient de donner l’exemple et de montrer par son attitude que notre ordre mérite de garder son rang dans la nation régénérée. Le barreau opposera donc à la déportation un refus unanime. Il y va de son honneur et de sa dignité18.

28Le survol rapide de ce deuxième thème dans le Palais libre permet de repérer la spécificité de son traitement, qui est un des leitmotive de la presse résistante (Wieviorka, 1995, p. 86-88), à la fois par les références marquées aux autorités du monde judiciaire et de l’Université pour appuyer mots d’ordre, dénonciations et revendications, et par la double adresse du message à des hommes susceptibles de subir (en étant réquisitionnés) et d’appliquer (en tant que juristes) les mesures décriées.

  • 19 Magistrat résistant mort en détention.
  • 20 Avocats exécutés en tant qu’otages en juin 1941.
  • 21 Avocat, membre du groupe dit du « musée de l’Homme », arrêté par la Gestapo et exécuté.
  • 22 Avocat, suicidé après avoir été arrêté puis relâché par la Gestapo.
  • 23 Avocat arrêté et exécuté avec Pitard et Rolnikas.
  • 24 Mort après avoir été gardé en détention et torturé par les Allemands qui souhaitaient qu’il brise l (...)
  • 25 Tels les discours de la Conférence, au cours de laquelle le bâtonnier présentait les éloges des mor (...)
  • 26 Le Palais libre, no3, p. 3.
  • 27 Ces portraits rappellent également, comme inversés, les portraits hebdomadaires qui figuraient touj (...)

29Un troisième point que l’on peut relever est la présence importante de notices dans cette publication, en particulier des rubriques nécrologiques, hagiographiques, consacrées aux membres des professions judiciaires tombés pour la Résistance (René Parodi19, Pitard et Rolnikas20, dans le no1 – L.-M. Nordmann21 et J. Franck22 étant évoqués – Hajje23 dans le no2, Joseph Python24 dans le no6, Stamm, procureur à Compiègne fusillé par les Allemands, dans le no8). Certaines d’entre elles reprennent le ton caractéristique des notices nécrologiques du barreau25, comme l’éloge de Python : « Avocat, il l’était jusqu’au fond de l’âme, avec entrain, avec passion, avec foi […] La cause qu’il avait accepté de défendre devenait la sienne. Il se jetait à corps perdu dans la bagarre. » À l’inverse, d’autres notices sont rédigées, souvent là aussi à l’aide d’éléments biographiques et professionnels, pour dénoncer les collaborateurs issus du monde judiciaire : dans le premier numéro, « M. Gabolde, garde des Sceaux » ; dans le no3, la « Notice sur Anatole de Monzie » où l’on moque sa critique de Vichy dans La saison des juges (Monzie, 1943) (« Mais la roue de l’histoire tourne. Viendra bientôt la véritable saison des juges26 ») et une petite notice sur René Brunet, avocat de l’ambassade d’Allemagne ; dans le no6, un nouvel article sur le ministre de la Justice, « Son Excellence M. Von Gabolde » ; et dans le no8, une longue notice sur « M. Fontanges, procureur général »27. Les collaborateurs moins « prestigieux » ont les honneurs des colonnes qui énumèrent les membres du groupe « Collaboration » issus du monde judiciaire.

30Ces trois thèmes principaux montrent bien comment s’opère dans cette publication le travail de « montée en généralité » qui transforme des éléments ponctuels en signes et en signaux de lutte. À travers une combinaison des événements propres à la guerre rapportés au monde judiciaire (comme le STO) et des événements spécifiques au milieu, recadrés dans une critique institutionnelle du régime, la Résistance judiciaire combine sentiments patriotiques et corporatistes dans une même vision argumentée de l’engagement nécessaire des juristes contre l’État vichyste. Les activités de cadrage mises en œuvre pour décrire des événements, dénoncer des mesures, magnifier des actions, menacer des collaborateurs, revendiquer des principes, en appeler à la conscience des juristes, jouent sur l’activation des schèmes de perception et de jugement provenant d’une socialisation commune, un sens de la légalité et de la justice propre aux métiers et aux doctrines du droit, et des solidarités corporatistes, des réseaux de relations en milieu d’interconnaissance, sensibilisés par la disparition tragique d’un certain nombre de leurs pairs. Ces activités de cadrage sont impulsées par les initiatives des autorités de la profession et de la Résistance judiciaire, elles ont lieu dans un contexte propice au réveil de sentiments de type corporatiste et patriotique, elles puisent dans des réserves d’expérience commune que l’on peut qualifier d’« ethos professionnel » ou de « grammaire professionnelle ». Elles conduisent à la constitution et à la stabilisation d’un vocabulaire de motifs spécifique aux juristes dans la presse résistante (dont le Palais libre), qui va agréger des engagements et susciter des sympathies de plus en plus nombreuses. Le magistère moral des professions judiciaires sera précieux pour légitimer le combat de la Résistance.

Contexte historique et analyse pragmatiste

31Les analyses en termes d’action collective se situent souvent à une échelle plus macrosociologique que la nôtre – par exemple, l’étude de Mara Loveman (1998) sur les stratégies de résistance civile en comparant le Paraguay, l’Argentine et le Chili – ou sur des moyennes et des longues durées – comme l’enquête de Charles Tilly (1986) sur la formation des répertoires de protestation en France depuis le xviie siècle. Dans le cas qui nous intéresse, il s’agissait de ne pas négliger le poids de la chronologie, puisque ces quatre années furent exceptionnellement riches en termes d’événements politiques et militaires, mais aussi de tenir compte des environnements de contraintes et d’opportunités des acteurs de l’époque et des conditions de possibilité de leurs actions, individuelles ou collectives. Les modèles qui insistent sur les structures d’opportunité politique nous semblent insuffisants pour rendre compte de la manière dont les transformations du contexte interagissent avec les formes et les pratiques de l’action collective. Le lien de causalité entre contexte de répression et inhibition des engagements n’est en effet pas aussi mécanique qu’il y paraît. Comme le rappelle Loveman (1998),

un des principes de base de la théorie des structures d’opportunité et de celle de la mobilisation des ressources, selon lequel le niveau des plaintes demeure à un niveau relativement constant, ne tient pas lorsqu’il s’agit d’environnements dans lesquels la répression d’origine étatique est brutale et importante. Dans un tel contexte, les prémices de l’action collective peuvent apparaître en réponse à cette répression, et non malgré elle. Elles préparent le terrain pour des participants ultérieurs, susceptibles de tirer profit des améliorations relatives de la structure d’opportunité politique.

32La spécificité des contextes risqués – le caractère exceptionnel, la brutalité arbitraire et sans recours des pratiques du pouvoir et la mise en jeu par les résistants de leur propre vie et de celle de leurs proches – rend problématiques les analyses trop systématiques et trop déterministes. Une approche en termes de « configuration sociale », qui se réfère à Norbert Elias (1997), serait plus fructueuse pour tenir ensemble les interrelations entre évolutions du contexte, circulations des récits et pratiques des acteurs. Une « configuration sociale » se caractérise par sa capacité à se déformer selon les évolutions du contexte tout en conservant le lien entre ses différents éléments.

Un filet est fait de multiples fils reliés entre eux. Toutefois, ni l’ensemble de ce réseau ni la forme qu’y prend chacun des différents fils ne s’expliquent à partir d’un seul de ces fils, ni de tous les différents fils reliés entre eux ; ils s’expliquent uniquement par leur association, leur relation entre eux […] La forme de chaque fil se modifie lorsque se modifient la tension et la structure de l’ensemble du réseau. Et pourtant ce filet n’est rien d’autre que la réunion de différents fils ; et en même temps chaque fil forme à l’intérieur de ce tout une unité en soi ; il y occupe une place particulière et prend une forme spécifique. (Elias, 1997, p. 20-21)

33L’approche en termes de « configuration », enrichie de développements plus récents comme ceux de Mark Granovetter, et plus largement, de ceux des analyses de réseaux (Granovetter, 1973), permet ainsi d’appréhender à la fois les relations entre les acteurs impliqués, les interactions et les stratégies situées, et les mises en récit après coup du contexte.

34L’emploi du mot « réseau » résonne particulièrement, dans notre cas, avec l’usage qui en est fait dans l’historiographie de la Résistance, même s’il est limité à l’étude des mobilisations armées, par opposition aux « mouvements ». Son usage est en effet associé au caractère mouvant et fragile des interrelations entre acteurs, comme le souligne Alya Aglan (1995) :

[Les réseaux] se présentent tout d’abord à l’historien sous la forme d’une chaîne d’histoires individuelles enchevêtrées, mêlées les unes aux autres, qu’une catastrophe comme l’arrestation d’un ou plusieurs agents fait apparaître soudain comme un ensemble structuré et cohérent.

35On pourrait ainsi être tenté de parler de la Résistance dans les milieux judiciaires comme d’une configuration sociale spécifique, à l’étendue, à la densité et la visibilité changeantes, qui commande aux formes de l’action collective. Elle ancre celles-ci dans des réseaux d’amitié et de coopération professionnelles, dans les répertoires discursifs et identitaires propres au métier et dans des circonstances de répression plus ou moins sévères. Les avocats et les juges s’appuient avant tout dans leur combat sur les cadres et les ressources spécifiques à leurs professions : accès aux prisonniers ; pouvoir décisionnel pour les magistrats, comme celui de garder un prévenu en détention préventive plutôt que de le laisser juger par des juridictions défavorables ; accès à des informations importantes qu’il est possible de verser aux dossiers ou de laisser de côté, ou encore de recycler dans l’action clandestine ; capacité enfin à légitimer d’un point de vue juridique l’entrée en résistance comme réponse à la situation institutionnelle et constitutionnelle inédite créée par le nouveau régime.

36Un second point qui intéresse les théories de l’action collective consiste dans la réévaluation de la place de l’analyse stratégique. L’usage massif des explications de type stratégique par la théorie de la mobilisation des ressources a pu conduire certains chercheurs à s’en détacher et à accentuer la dimension des cultures politiques et des identités collectives. « Là où la théorie du comportement collectif tendait à concevoir des “acteurs sans action”, la théorie de la mobilisation des ressources invente des “actions sans acteurs” (Melucci, 1989, p. 17-20). Ils mettent en scène des opérateurs de choix stratégiques, dont toute la libido sociale se réduit au désir d’argent, de pouvoir et de statut, et qui sont dépourvus d’épaisseur anthropologique et historique. » (Cefaï, 1999).

37Si les analyses en termes de calcul rationnel ne peuvent pas convenir à des contextes à haut risque dans lesquels la calculabilité des situations est par définition très faible, il n’en va pas de même selon nous de l’ensemble des analyses en termes d’interaction stratégique, adéquates à un environnement comme celui de l’Occupation : clandestinité du combat résistant qui rendait plus problématiques les cadrages d’interactions et les identifications d’acteurs ; dissimulation des appartenances partisanes, tout au moins du côté de la Résistance, et danger permanent d’être découvert ; ampleur de la répression par la milice, par l’État français ou par l’armée allemande, qui pesait sur la forme et le contenu des interactions de face-à-face et toute forme de communication à teneur politique. Il est ainsi nécessaire de prendre en compte les anticipations stratégiques des acteurs, dans la mesure où la référence à des routines d’interaction ou à des habitus incorporés ne permet pas de rendre compte de la manière spécifique de nouer des interrelations et d’engager des interactions dans un tel contexte. Erving Goffman n’était du reste pas étranger à cette approche stratégique, comme en témoigne Strategic Interaction (1969) qui doit beaucoup à la théorie des jeux de Thomas Schelling. On peut donner deux exemples qui appliquent ce paradigme à la Résistance judiciaire.

  • 28 Archives privées Joë Nordmann.

38Le premier concerne les lettres adressées par des membres du Front national des juristes à des magistrats juges d’instruction ou à des présidents de section, impliqués dans des affaires concernant des résistants. Ces lettres mêlent souvent détails personnels, qui permettent de deviner la proximité des accusateurs, et menaces à peine voilées – sans doute persuasives –, comme le montre par exemple ce courrier28 :

M. le Président,
Ce sont des magistrats qui vous envoient cette lettre. Nous connaissons votre passé de soldat héroïque, votre long passé judiciaire, lourd d’honneur et riche d’indépendance. Nous sommes certains que vous ne voudrez pas y manquer.
On vous demande de juger en toute hâte une affaire de près de trois cents inculpés. Une certaine police, prête à toutes les infâmes besognes – et vous la connaissez pour l’avoir courageusement flétrie quand il le fallait en des audiences d’assises – a entassé dans ces dossiers les noms de ces hommes qu’elle a été chercher par fournées dans toutes les opinions, dans tous les milieux, dans toutes les professions, dans tous les partis politiques, et ne se connaissant même pas entre eux ; et elle a baptisé son dossier « complot » parce qu’ils avaient en commun un même crime, le même que commettent tous les Français, celui que vous commettez vous-même, Monsieur le Président, au fond de votre cœur, celui d’avoir l’amour de votre pays et la haine de ses oppresseurs. Et pour satisfaire des chefs ambitieux et des policiers méprisables, qui s’abriteraient derrière votre nom, on voudrait que vous condamniez en toute hâte ; car pour eux « juger » cela veut dire uniquement condamner selon leur désir. Ensuite on livrerait ces « condamnés » aux autorités allemandes, aux camps de concentration, à la déportation, peut-être à la mort.
Nous vous demandons, Monsieur le Président, de ne pas vous prêter à une pareille parodie de justice. Ce dossier n’est qu’un amas ridicule et informe qu’il faudrait des mois pour étudier et compléter. Ce complot prétendu n’est qu’une liste de Français patriotes. Français… Patriotes… Vous êtes trop l’un et l’autre pour ne pas nous comprendre ! Nous vous demandons de refuser de juger cette affaire. Elle n’est pas en état d’être jugée. C’est au soldat de 1914, au père d’un officier français prisonnier, c’est au magistrat de toujours que nous demandons de le dire.
Les circonstances nous empêchent de signer cette lettre de nos noms. Ils sont bien connus de vous. Nous nous empresserons, après la guerre, de nous présenter à vous. Des magistrats patriotes.

  • 29 D’ailleurs, au même moment, un certain nombre de magistrats siégeant dans les tribunaux d’exception (...)

39On perçoit bien dans ce courrier des anticipations de son efficacité indexées sur les conditions de sa réception : cette lettre, sous des abords courtois, est formulée de manière à laisser croire que l’argumentaire est fondé sur des caractéristiques positives de son destinataire (son patriotisme supposé, sa culture juridique) alors qu’il s’agit d’une lettre de menace29 qui combine allusions personnelles mettant en évidence la proximité des rédacteurs et allusions transparentes à un inéluctable retournement de la situation (« Nous nous empresserons, après la guerre de nous présenter à vous »), évoquant déjà l’épuration qui se profile à l’horizon (Bancaud & Rousso, 2001). Le sens de la lettre est surdéterminé par l’anticipation du comportement du lecteur, par la perception du contexte qui nécessite pour les rédacteurs de préserver leur anonymat et de signifier leur proximité, par la mise en avant d’une communauté d’appartenance et d’une bonne connaissance technique des dossiers, par l’usage à peine voilé de menaces de représailles en cas de sentence contre la Résistance. Ce recours obligé au double discours, à l’ambiguïté calculée et à l’anonymat relatif témoigne bien du caractère stratégique de ce courrier, qui tient compte des anticipations réciproques entre acteurs et de leurs appréciations présumées partagées du dénouement de l’Occupation et de la guerre.

40Un deuxième exemple d’interaction stratégique est celui des tactiques du conseil de l’Ordre pour manifester son opposition aux autorités. En effet, si des habitudes d’évaluation des dossiers au cas par cas permettent d’expliquer l’attentisme, voire le consentement des autorités du barreau, lors de la mise en place des lois contre les Français enfants d’étrangers, puis du statut des Juifs, la fermeté que l’Ordre, guidé par Charpentier, choisit d’adopter comme ligne de conduite face à Vichy lorsque ses prérogatives sont menacées (contrôle du tableau, indépendance du barreau, choix de son bâtonnier, respect des droits de la défense face aux cours de justice exceptionnelles) le conduit à une fermeté dans l’application des principes qui n’était pas la règle auparavant. Ce qui apparaît a posteriori comme une grande rigueur morale du monde des avocats, et en particulier du barreau parisien, s’explique plutôt par un raidissement mutuel entre deux positions inconciliables : d’une part, celle du régime qui a choisi d’accepter que la dérogation et l’arbitraire deviennent la règle en matière de justice, d’autre part, celle d’un corps professionnel qui a compris que sa survie dépend de sa capacité à incarner la règle dans ce contexte – ce que les autorités ne peuvent officiellement lui reprocher.

  • 30 Ce qui renvoie à une discussion des résultats de Schelling (1978) et Granovetter (1978), selon lesq (...)

41Une analyse stratégique, soucieuse de la manière dont se déploient temporellement les anticipations croisées des acteurs, apparaît ainsi féconde pour saisir ce qui, dans la forme même du combat de la Résistance ou dans l’opposition ponctuelle et institutionnelle au pouvoir, tenait à la spécificité du débat politique (clandestin, anonyme, réprimé). Des courants d’analyse récents se développent d’ailleurs à l’intersection de la théorie des réseaux et des configurations et de l’analyse stratégique des acteurs (Chwe, 1999). Si cette approche est selon nous peu satisfaisante d’un point de vue méthodologique, puisque fondée sur l’hypothèse d’une rationalité individuelle des acteurs et sur la modélisation microéconomique de leurs conduites, elle a l’intérêt de poser la question de l’engagement des individus dans l’action collective, en fonction de leurs anticipations des chances de mobilisation et de recrutement de nouveaux membres et de leurs anticipations des risques de répression par les milices, polices, ou armées ennemies. La compétence stratégique des acteurs n’est pas seulement de l’ordre du calcul rationnel : elle est fondée sur des savoirs localisés et circonstanciés tenant à leurs positions relatives dans des réseaux, des organisations et des institutions, qui leur permettent de juger de l’appropriation de tactiques de publicisation ou de dissimulation, ou d’impulser des dynamiques de renversement d’alliance et de situation (Jasper, 1997). Une analyse socio-historique de ces questions, sensible à la fois aux seuils d’engagement des individus en relation à leurs anticipations de l’engagement des autres30 et aux positions relatives des individus dans des réseaux sociaux, est un complément nécessaire à une analyse de cadres et de motifs.

42Un troisième enjeu théorique des recherches sur la Résistance est le statut de la passivité comme pratique politique. Nos développements ont jusqu’à présent porté sur la manière dont se forment, se configurent et se mobilisent des réseaux d’acteurs dans des actions risquées. Mais apparaît aussi dans la Résistance des milieux judiciaires un type de comportement tout aussi efficace, mais plus individuel et moins visible. De nombreux acteurs de la Résistance judiciaire, et en particulier des magistrats, ont ainsi joué sur la marge de manœuvre parfois importante laissée par la procédure judiciaire pour dissimuler des résistants en les gardant (parfois plusieurs années) en détention préventive ou en jouant sur les qualifications juridiques utilisées pour caractériser leurs actes. Ces comportements sont susceptibles d’être analysés en termes de « résistance civile » ou « résistance passive », dont Jacques Sémelin (1999) a proposé une bonne synthèse dans ses travaux sur la force des faibles. Ces analyses sont caractérisées par l’attention portée à des comportements alternatifs à la résistance « active », au sens d’une résistance militarisée ou organisée militairement.

Si la soumission des hommes ne dépend pas uniquement de la violence qu’ils subissent mais aussi de l’obéissance qu’ils consentent, alors une stratégie de résistance est possible, qui consiste à refuser d’obéir et de collaborer. Ce principe, dit de la « non coopération collective », déjà esquissé dans le livre de C. M. Case (1972), se ramifie en diverses méthodes de lutte selon le point d’application : à la sphère du travail, la grève ; au secteur de la consommation, le boycottage ; à l’appareil des lois, la désobéissance civile. Il repose sur la mobilisation du nombre. À travers ces méthodes, une telle stratégie peut effectivement devenir force de pression et de contrainte sur l’adversaire.

43Nous pourrions ajouter que le nombre n’est pas forcément nécessaire, notamment parce que la Résistance des magistrats concerne moins des « faibles », en termes de détention de capitaux ou de ressources ou en termes de pouvoir économique, politique ou statutaire, que ceux dont traite généralement ce type d’analyse (Scott, 1985). Pour les juges et les avocats, il s’agissait moins de convaincre directement l’opinion que de gripper, souvent par excès de formalisme ou par détournement des règles de procédure, le fonctionnement routinier de l’appareil judiciaire. L’application du concept de résistance passive ou de désobéissance civile à ce monde professionnel a ainsi pour objet une zone incertaine, délimitée, d’un côté, par les injonctions éventuellement très ciblées de la Résistance judiciaire organisée à l’égard des professionnels en poste (ne pas suivre les recommandations allemandes ou vichystes concernant la qualification et le jugement des faits dits « terroristes »), de l’autre, par une propension des magistrats à la prudence politique. La frontière est en effet assez floue entre la volonté de nuire au régime en place, dont on peut dire qu’elle est proprement résistante (Bédarida, 1986), et la frilosité politique des magistrats, bien décrite par Alain Bancaud (1998) :

Les principes constitutifs de l’habitus judiciaire fondent une conception du monde et de son évolution, une philosophie de l’histoire aux effets ambivalents. Ils conduisent les magistrats à servir, au-delà du simple loyalisme, le politique, en même temps qu’ils induisent de la distance, de la « réserve », de la « prudence », par rapport aux urgences, aux intérêts immédiats, aux ambitions révolutionnaires du politique […] Ainsi, les magistrats tendent-ils à éviter de précéder la volonté du législateur, de consacrer des interprétations extensives dans les domaines les plus dérogatoires tant qu’il n’y a pas une « volonté manifeste » du législateur, comme on le voit avec le maintien des règles traditionnelles de la charge de la preuve en matière de statut des Juifs.

  • 31 Gisèle Sapiro évoque longuement ce problème au sujet des écrivains en reprenant un texte de Claude (...)
  • 32 Tract du Front national des juristes : « Les déportations devant le droit » (Virieux, 1996, p. 445)

44Outre les problèmes méthodologiques qui se posent pour identifier la résistance passive, ces approches oublient souvent d’interroger les circonstances de l’engagement autrement qu’en faisant appel à une « morale » des acteurs. Mais elles montrent combien l’action collective n’est pas la seule forme efficace d’opposition politique, la non-action collective pouvant même, dans un contexte risqué, s’avérer plus efficace et moins dangereuse. Plus largement, cette critique renvoie aux définitions de l’espace public sous-jacentes aux théories de l’action collective, la plupart des mobilisations politiques qui sont examinées habituellement n’étant pas clandestines. Lorsque les auteurs d’actions ne peuvent les revendiquer nommément, lorsque les signataires d’un texte jouent sur leur présentation de soi en invoquant une fonction trop vague pour être reconnus, mais assez précise pour produire un effet sur un public31, lorsque la composition, la taille et le lieu de ce public ne peuvent être évalués en raison des conditions de diffusion et de lecture, lorsque les repères sont brouillés par des recompositions inhabituelles d’acteurs politiques, pas forcément connues de tous (pendant l’Occupation, quand des décisions prétendant à la légitimité étaient prises à Londres puis à Alger…), alors les formes de l’action collective s’agencent différemment pour tenir compte de ces contraintes. L’arène publique, si entravée soit-elle, reste néanmoins présente comme un objectif ou un idéal pour les mouvements de Résistance : à travers leurs actes et leurs discours, ils visaient en effet à la reconstitution partielle d’une sphère politique, détruite – du moins dans ses formes publiques – par l’avènement du régime de Vichy. C’est ainsi que resurgit la dimension normative de la notion d’espace public telle qu’elle fut définie par Hannah Arendt (1958), et c’est à ce type de norme politique que se réfèrent implicitement les juristes résistants lorsqu’ils affirment : « Non seulement toute base constitutionnelle et morale, mais toute base de fait manque au gouvernement de Vichy pour lui permettre de se représenter comme gouvernement de la Nation. Il n’a aucun des attributs de la souveraineté, aujourd’hui moins que jamais. »32 La notion d’« arène publique », par trop associée comme chez Jürgen Habermas à un processus de formation de la volonté politique des citoyens « incapable de se déployer sans espaces publics démocratiques » (Ladrière, 1992), a ici un autre visage, dès lors que l’on prête une attention fine aux modes d’action et de légitimation. L’enjeu était bien pour la Résistance judiciaire la recréation d’un espace public, au travers de la tentative de sauvegarde de leur autorité dans l’espace judiciaire contre les remises en cause de l’indépendance du pouvoir judiciaire, ou dans la contestation plus générale d’un pouvoir dont l’apparente légalité n’ébranlait pas leur croyance « en la “légitimité” spécifique de certaines maximes juridiques, c’est-à-dire de certains principes juridiques à force obligatoire immédiate et ne pouvant être abolis par le droit positif octroyé » (Weber, 1986, p. 207). Hannah Arendt ne s’y était pas trompée en comptant la Résistance au nombre des expériences d’exercice de la liberté collective.

Bibliographie

Aglan Alya (1995), « Décision individuelle et discipline collective : la résistance des réseaux », in J. Sainclivier & C. Bougeard (eds), La Résistance et les Français, Actes du colloque international La Résistance et les Français, le poids de la stratégie, résistance et société (29-30 septembre-1er octobre 1994), Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 339-350.

Arendt Hannah (1958), The Human Condition, Chicago, University of Chicago Press.

Badinter Robert (1997), Un antisémitisme ordinaire. Vichy et les avocats juifs, 1940-1944, Paris, Fayard.

Bancaud Alain (1998), « Vichy et les traditions judiciaires », in Questions sensibles, Paris, Presses universitaires de France, p. 171-187 (« Collection du Curapp »).

Bancaud Alain & Henri Rousso (2001), « L’épuration de la magistrature à la Libération », in H. Rousso (ed.), Vichy. L’événement, la mémoire, l’histoire, Paris, Gallimard, p. 594-633, (« Folio Histoire »).

Bédarida François (1986), « L’histoire de la Résistance. Lectures d’hier, chantiers de demain », Vingtième Siècle, 11, juillet-septembre, p. 75-89.

Cefaï Daniel (1999), « Les théories de l’action collective. Éléments pour une généalogie », Paris, EHESS, Centre d’étude des mouvements sociaux/Groupe de sociologie politique et morale, séminaire ms.

Charle Christophe (1989), « Pour une histoire sociale des professions juridiques à l’époque contemporaine », Actes de la Recherche en Sciences sociales, 76-77, p. 117-119.

Chwe Suk-Young Michael (1999), « Structure and Strategy in Collective Action », American Journal of Sociology, 105 (1), p. 128-157.

Case Clarence Marsh (1972), Non-Violent Coercion. A Study of Methods of Social Pressure, New York-Londres, Garland.

Debû-Bridel Jacques (1970), La Résistance intellectuelle, textes et témoignages réunis et présentés par J. Debû-Bridel, Paris, Julliard.

Douzou Laurent, Frank Robert, Peschanski Denis & Dominique Veillon (1995), Introduction à La Résistance et les Français : villes, centres et logiques de décision, Actes du colloque international (Cachan, 16-18 novembre 1995), supplément au Bulletin de l’IHTP, 61, p. 7-13.

Elias Norbert (1997), La société des individus, Paris, Agora [1991, Fayard].

Goffman Erving (1969), Strategic Interaction, Philadelphie, University of Pennsylvania Press.

Granovetter Mark S. (1973), « The Strength of Weak Ties », American Journal of Sociology, 78, p. 1360-1380.

Granovetter Mark S. (1978), « Threshold Models of Collective Action », American Journal of Sociology, 83, p. 1420-1443.

Habermas Jürgen (1987), Théorie de l’agir communicationnel, Paris, Fayard.

Heinich Nathalie (1997), La sociologie de Norbert Elias, Paris, La Découverte.

Israël Liora (1999), La Résistance dans les milieux judiciaires. Ceux qui préférèrent le glaive à la balance, Cachan, École normale supérieure, DEA, multigr.

Jasper James M. (1997), The Art of Moral Protest : Culture, Biography, and Creativity in Social Movements, Chicago, University of Chicago Press.

Laborie Pierre (1997), « L’idée de Résistance, entre définition et sens : retour sur un questionnement », in La Résistance et les Français. Nouvelles approches, Cahiers de l’Institut d’Histoire du Temps Présent, 37, p. 15-29.

Ladrière Paul (1992), « Espace public et démocratie : Weber, Arendt, Habermas », in A. Cottereau & P. Ladrière (eds), Pouvoir et légitimité. Figures de l’espace public, Paris, Éditions de l’EHESS, p. 19-43 (« Raisons Pratiques », 3).

Levi Giovanni (1989), « Les usages de la biographie », Annales ESC, novembre-décembre, 6, p. 1325-1336.

Loveman Mara (1998), « High-Risk Collective Action : Defending Human Rights in Chile, Uruguay and Argentina », American Journal of Sociology, 14 (2), p. 477-525.

McAdam Doug (1982), The Political Process and the Development of Black Insurgency, Chicago, University of Chicago Press.

McAdam Doug (1986), « Recruitment to High-Risk Activism : The Case of Freedom Summer », American Journal of Sociology, 82, p. 64-90.

Marcot François (1997), « Pour une sociologie de la Résistance : intentionnalité et fonctionnalité », Le Mouvement social, juillet-septembre, 180, p. 21-41.

Melucci Alberto (1989), Nomads of the Present : Social Movements and Individual Needs in Contemporary Society, Londres, Century Hutchinson.

Michel Henri (1961), Les mouvements clandestins en Europe, Paris, Presses universitaires de France.

Mills Charles Wright (1940), « Situated Actions and Vocabularies of Motive », American Sociological Review, 5 (6), p. 904-913.

Monzie Anatole de (1943), La saison des juges, Paris, Flammarion.

Morgan Claude (1942), « Dialogue sur l’action », Les Lettres françaises, 1, septembre 1942.

Sapiro Gisèle (1999), La guerre des écrivains, Paris, Fayard.

Schelling Thomas C. (1978), Micromotives and Macrobehaviour, New York, Norton.

Scott James C. (1985), Weapons of the Weak, Yale, Yale University Press.

Sémelin Jacques (1999), « De la force des faibles : analyse des travaux sur la résistance civile et l’action non violente », Revue française de Science politique, 49 (2), p. 773-782.

Snow David A. & Robert D. Benford (1988), « Ideology, Frame Resonance, and Participant Mobilization », in B. Klandermans, H. Kriesi & S. Tarrow (eds), From Structure to Action : Comparing Social Movement Research across Cultures, Greenwich, JAI Press, p. 197-217 (« International Social Movement Research » 1).

Snow David A., Rochford E. Burke, Worden Steven K. & Robert D. Benford (1986), « Frame Alignment Processes, Micromobilization, and Movement Participation », American Sociological Review, 51, p. 464-481.

Tarrow Sidney G. (1994), Power in Movement, Social Movements, Collective Action and Politics, Cambridge, Cambridge University Press.

Tilly Charles (1978), From Mobilization to Revolution, Reading, Addison-Wesley Publishing.

Tilly Charles (1986), La France conteste de 1600 à nos jours, Paris, Fayard.

Vidal-Naquet Pierre (1995), La brisure et l’attente 1930-1955, Paris, Seuil-La Découverte.

Virieux Daniel (1996), Le Front national de lutte pour la liberté et l’indépendance de la France. Un mouvement de Résistance : période clandestine (mai 1941-août 1944), Paris, Université Paris-VIII, thèse de doctorat, multigr.

Weber Max (1976), Wirtschaft und Gesellschaft, 5, Tübingen, J. C. B. Mohr-Paul Siebeck [1922].

Weber Max (1986), Sociologie du droit, Paris, Presses universitaires de France.

Wieviorka Olivier (1995), Une certaine idée de la Résistance. Défense de la France, 1940-1949, Paris, Seuil (« L’Univers historique »).

Wieviorka Olivier (1998), « À la recherche de l’engagement (1940-1944) », Les engagements du xxe siècle, no spécial de Vingtième Siècle, 60, octobre-décembre, p. 58-71.

Notes

1 Carpentier avait succédé à Charpentier, qui était son propre successeur en 1938, après que ce dernier, recherché par la Gestapo, fut entré en clandestinité.

2 Archives de l’Ordre des avocats.

3 Lettres de félicitations de Baudelot et de De Chauveron (documents Charpentier, Archives de l’Ordre des avocats).

4 « L’assemblée générale de l’Ordre des avocats de Paris réunit tous les avocats inscrits au tableau, elle se divise en vingt-quatre sections dites “colonnes” qui délibèrent séparément. Elles se réunissent obligatoirement une fois par année, mais peuvent être convoquées à toute époque par le bâtonnier. » Entretien avec Joë Nordmann (Debû-Bridel, 1970, p. 114).

5 Joë Nordmann, fondateur et principal animateur du Front national des juristes, l’attribue à des avocats détenus à Drancy. Il nous semble plus vraisemblable qu’il s’agit de prisonniers de guerre en Allemagne.

6 Lettre datant du 15 mai 1943, adressée à Fernand Payen. Archives privées Joë Nordmann.

7 Dans un entretien qu’il nous a accordé, Joë Nordmann révise à la baisse les chiffres plus optimistes disponibles dans divers documents dont ses mémoires, et qui parlent de plusieurs centaines d’avocats.

8 Notice nécrologique de Rienzi, rédigée par le bâtonnier Lemaire (1971), Archives de l’Ordre des Avocats.

9 Discours prononcé le 29 janvier 1943 sur la tombe de Joseph Python par Me Raymond de Rienzi, avocat à la cour d’appel de Paris. Archives privées Joë Nordmann.

10 Le Palais libre, no2, juillet 1943, p. 3.

11 Charpentier dit avoir lu les lettres de Hajje et Rolnikas, avocats communistes fusillés en septembre 1941, lors d’une séance du conseil de l’Ordre.

12 Charpentier organisa en effet en septembre 1940 une cérémonie, à laquelle assistaient également des magistrats – dont le premier président Frémicourt – « en mémoire des avocats morts au champ d’honneur », au cours de laquelle furent lus les éloges de ces avocats dans la tradition des discours de la Conférence (à l’occasion de laquelle était chaque année rappelée la mémoire des avocats décédés l’année précédente). Cette cérémonie marquait à la fois la volonté de renouer avec les traditions du barreau, mais rompait aussi avec l’interdiction de réunion alors en vigueur tout en manifestant un patriotisme dangereux dans les premiers jours de l’occupation allemande.

13 Le barreau de Paris obtint la Croix de Guerre à titre collectif en 1947.

14 Garde des Sceaux de l’époque.

15 Jean-Charles Legrand avait renoncé à être inscrit au tableau de l’Ordre des avocats de Paris pour tenter de s’inscrire à Rambouillet où il n’y avait pas de barreau, avant d’être débouté par le tribunal qui argua du décret promulgué par Gabolde ordonnant sa réintégration à… Paris.

16 Entretien de Joë Nordmann avec Jacques Debû-Bridel (1970).

17 Le Palais Libre, Organe du Comité national des juristes (Zone Sud), no1, avril 1944.

18 Archives privées Joë Nordmann.

19 Magistrat résistant mort en détention.

20 Avocats exécutés en tant qu’otages en juin 1941.

21 Avocat, membre du groupe dit du « musée de l’Homme », arrêté par la Gestapo et exécuté.

22 Avocat, suicidé après avoir été arrêté puis relâché par la Gestapo.

23 Avocat arrêté et exécuté avec Pitard et Rolnikas.

24 Mort après avoir été gardé en détention et torturé par les Allemands qui souhaitaient qu’il brise le secret professionnel (en transmettant des informations sur une cache d’armes supposée d’Anglais dont il était le défenseur).

25 Tels les discours de la Conférence, au cours de laquelle le bâtonnier présentait les éloges des morts de l’année précédente.

26 Le Palais libre, no3, p. 3.

27 Ces portraits rappellent également, comme inversés, les portraits hebdomadaires qui figuraient toujours en couverture de la Gazette du Palais.

28 Archives privées Joë Nordmann.

29 D’ailleurs, au même moment, un certain nombre de magistrats siégeant dans les tribunaux d’exception sont abattus par la Résistance, en particulier le procureur Lespinasse à Toulouse.

30 Ce qui renvoie à une discussion des résultats de Schelling (1978) et Granovetter (1978), selon lesquels le niveau de protestation dépend beaucoup du nombre d’individus engagés de manière précoce. Michael Chwe (1999) discute ces résultats en remettant en cause l’hypothèse de l’unilatéralité de la communication, qui les sous-tend.

31 Gisèle Sapiro évoque longuement ce problème au sujet des écrivains en reprenant un texte de Claude Morgan (1942), dans lequel il mettait en scène le dilemme des écrivains face à l’engagement dans la Résistance. L’écrivain X y disait : « Quelle nécessité voyez-vous à ce que j’écrive dans votre presse anonyme, puisqu’il est impossible d’y signer ce qu’on écrit. Mon adhésion vous apporterait une aide efficace si elle pouvait être publique. Mais ne l’étant pas, elle ne vous apporterait rien, et n’importe qui pourrait écrire à ma place les mêmes articles que moi. » À l’inverse, Sapiro explique que des textes clandestins furent souvent revus pour éviter que le style en trahisse l’auteur (Sapiro, 1999, p. 501).

32 Tract du Front national des juristes : « Les déportations devant le droit » (Virieux, 1996, p. 445).

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search