Version classiqueVersion mobile

Les formes de l’action collective

 | 
Daniel Cefaï
, 
Danny Trom

Recherches

Lieux et moments d’une mobilisation collective

Le cas d’une association de quartier

Collective Mobilizations : Their Places and Moments. The Case of a Neighborhood Association

Daniel Cefaï et Claudette Lafaye

Résumé

À partir d’une enquête sur un conflit d’aménagement urbain dans l’Est parisien, dont le protagoniste central est une association de quartier, l’article s’efforce de mettre à l’épreuve quelques hypothèses sur l’émergence et la stabilisation d’un mouvement d’action collective. La première partie montre comment une dynamique de mobilisation et de recrutement se réalise à travers des opérations de cadrage dans des situations de co-présence, tout en faisant appel à des grammaires de la vie publique. La seconde partie explore la façon dont les épreuves perceptives, affectives et morales des acteurs associatifs trouvent une inscription publique, et examine quelques-unes des figures rhétoriques à travers lesquelles ils décontextualisent la portée de ce conflit.

Texte intégral

  • 1 L’enquête porte sur l’association La Bellevilleuse et le quartier de Belleville, dans le XXe arrond (...)

1Les recherches sur l’action collective ne prennent presque jamais en compte l’ancrage de la mobilisation dans le monde vécu des acteurs, qu’il s’agisse de la dimension affective des motivations de l’engagement ou des médiations prosaïques de l’adhésion à une cause à défendre. Comment ces ressorts de la mobilisation, relevant de l’expérience de la vie courante, sont-ils transformés pour donner lieu à un engagement dans les différentes formes de la dénonciation et de la revendication publiques ? Telle est la question que nous nous proposons d’éclairer, en nous appuyant sur une enquête menée sur un conflit d’aménagement urbain dans l’Est parisien, dont le protagoniste central a été une association de quartier1.

2Dans la première partie de l’article, nous montrerons comment la mobilisation est en prise sur les expériences personnelles, les réseaux de relations et les pratiques ordinaires, et comment elle passe par des « rencontres en face-à-face » et des « rassemblements orientés » (Goffman, 1963 ; Gamson, 1985). Nous avons pour cela enquêté sur le local de l’association, les relations de voisinage, les tournées de porte à porte et les réunions de concertation organisées par les pouvoirs publics. L’action collective est en effet ancrée dans ces petites interactions où les convictions se forgent, les sympathies se gagnent, les engagements se prennent, les adhésions s’engrangent. La gestion des informations disponibles, la configuration des événements, l’articulation des arguments et la formulation des motifs s’appuient sur l’expérience de ces interactions. Celles qui ont lieu lors des réunions de concertation avec les pouvoirs publics ont plus particulièrement retenu notre attention, car elles ont occasionné des jugements sur le comportement des responsables municipaux (accusés de faire preuve de mépris), qui traduisent l’existence d’une grammaire des usages civiques et politiques en régime démocratique.

3Dans la seconde partie, nous examinerons d’abord la façon dont des épreuves affectives ont une charge éthique et une portée civique et comment elles se coulent dans des formats d’expression acceptables publiquement. Les cadres d’injustice (Gamson, Fireman & Rytina, 1982) sont le plus souvent traités comme des ressources cognitives ou comme des ressources d’action. On a cherché, au contraire, à prendre les expressions d’indignation, de dégoût ou de révolte pour des manières de formuler des raisons d’agir qui décrivent, expliquent et justifient à la fois. Tout en s’enracinant dans des épreuves corporelles, ces expressions en appellent à une intersubjectivité partagée et portent comme des jugements moraux. Elles doivent, par ailleurs, se plier à des grammaires de la vie publique pour être intelligibles et recevables du point de vue des auditoires auxquels elles sont adressées : l’épreuve affective est ainsi disciplinée et tenue à distance dans des récits jusqu’à ne plus laisser de traces. Nous examinerons aussi un type d’opération mis en œuvre par les acteurs rencontrés, qui consiste à singulariser leur quartier comme site unique à préserver, tout en donnant une portée générale et une valeur exemplaire à leur conflit.

Comment émerge et se conforte un collectif ?

4Les dynamiques de mobilisation collective ne concernent pas seulement les mouvements de foule, les manifestations et les réunions, les tumultes dans la rue et les effusions en masse. Elles recouvrent, bien entendu, ces figures qui occupent une place privilégiée dans la mémoire collective. Le quartier étudié a connu de tels moments, quand l’expulsion forcée des locataires d’un immeuble insalubre au petit matin d’un jour de juillet 1990 a débouché sur l’occupation de la rue par les expulsés et la population solidaire ; ou quand la place de la mairie d’arrondissement a été investie par plusieurs centaines d’habitants assis sur des chaises – louées par l’association – pour protester contre le manque d’égards de la municipalité dans l’organisation des réunions de concertation (Baron, 1994).

  • 2 Cette dimension a été étudiée par les recherches sur les expressions et les manipulations d’émotion (...)

5Mais il est une autre mobilisation collective, celle qui advient au jour le jour, qui a un tour plus quotidien, moins exalté, plus routinier, moins sensationnel, plus ordinaire2. La croissance et la transformation du nombre initial des adhérents de l’association sont liées à la distribution massive de tracts et de courriers dans les boîtes aux lettres et sur les marchés, à des « rencontres en face-à-face » avec les habitants du quartier ou à ces « rassemblements orientés » que sont les réunions de concertation. Elles sont indissociables des conversations avec les voisins de palier et avec les proches du quartier, qui ont petit à petit constitué un espace de cohabitation et d’interconnaissance en un espace de circulation d’une parole publique. Nous allons examiner successivement la place des relations de voisinage, des tournées de porte à porte, des interactions au local et des réunions de concertation, dans la dynamique de mobilisation et de recrutement de l’association. Ce faisant, nous montrerons comment les opérations de cadrage (Snow et al., 1986 ; Snow & Benford, 1988), qui mettent en scène l’action de l’association, sont indissociables des micro-contextes où elles ont lieu, sans pour autant être arbitraires : le choix des arguments et des motifs obéit à des grammaires de la vie publique et puise dans des répertoires rhétoriques et dramaturgiques. C’est ce mixte de contraintes structurales et d’improvisation contextuelle que nous mettrons en évidence dans l’analyse de différentes situations.

La formation de l’association

6L’association se constitue au printemps 1989 au sein d’un espace restreint de liens interpersonnels entre voisins. L’histoire de cette formation fait l’objet d’une mise en récit rétrospective, qui présente la formation du collectif comme le résultat d’un processus d’alerte :

  • 3 Présentation de l’association à une journée d’études du Conseil en architecture, urbanisme et envir (...)

La Bellevilleuse est une association loi 1901, fondée en avril 1989, par neuf habitants du Bas-Belleville, alertés par le fait que la Ville de Paris exerce, dans leur quartier, un droit de préemption urbain renforcé. L’association et les habitants vont se battre contre un projet de ZAC (Zone d’aménagement concerté) particulièrement destructeur (dans le projet initial, plus de 90 % du bâti existant devait être démoli) même si, au cours des années et de l’action de l’association, ce projet a considérablement évolué. Suite à l’abandon de ce projet, en 1995, l’association va tout faire pour que la Ville de Paris n’abandonne pas toute intervention sur ce quartier fragilisé et va devenir, à partir d’octobre 1996, un partenaire à part entière, un interlocuteur reconnu et écouté de la Ville de Paris, étroitement associé à la confection et à la mise en œuvre des projets d’aménagement du quartier3.

  • 4 La mise en œuvre du droit de préemption urbain renforcé se traduit par le blocage des transactions (...)

7L’alerte ne concerne, dans un premier temps, que quelques habitants informés, capables de décrypter la signification, en termes de conséquences pratiques, de ce dispositif juridico-technique qu’est le droit de préemption urbain renforcé4. La circulation de l’information initiale procède de l’activation de liens de voisinage. Les neuf membres fondateurs, recrutés dans trois copropriétés du quartier, se connaissent parce qu’ils partagent pour certains la même cage d’escalier, se rencontrent aux réunions de leur copropriété ou encore, pour deux ou trois d’entre eux, fréquentent pendant leurs loisirs l’atelier d’une artiste du quartier. Ces propriétaires, inquiets pour leur logement souvent récemment acquis, et investis, pour la plupart, dans le conseil syndical de leur immeuble, demandent officiellement des explications à la mairie d’arrondissement et se renseignent auprès de « connaissances » au sein de l’administration municipale. La présomption initiale que « quelque chose se préparait », appuyée sur des indices matériels, comme le murage des premiers appartements préemptés, conduit à faire une petite enquête informelle auprès de fonctionnaires de la Ville et à vérifier que le droit de préemption est exercé de façon systématique.

8La qualité de propriétaire potentiellement menacé par l’exercice du droit de préemption a constitué, de l’avis même des intéressés, un élément essentiel du processus de mobilisation et de recrutement initial. Mais on ne peut pour autant réduire, en dernière instance, l’ensemble de l’action collective engagée au combat mené par quelques propriétaires soucieux de conserver leurs biens. Anticipant ce contre-argument, auquel l’ancien maire UDF de l’arrondissement a plusieurs fois eu recours, les militants de l’association vont se référer à des figures du bien public pour assurer la crédibilité et la recevabilité de leurs revendications. Ils vont articuler leurs demandes en termes de défense des « équilibres sociaux et économiques », en faisant valoir que leur quartier est un « lieu de mixité sociale » et un « laboratoire d’expérimentation interculturelle ». Ils vont exiger que l’intervention publique soit un processus démocratique, qui prenne en compte les aspirations des gens du quartier. Cette « montée en généralité » va de pair avec une élaboration spécifique des termes et des enjeux du conflit, une figuration du quartier comme lieu à préserver de la destruction et une recomposition des contours du collectif des actifs de l’association. Une partie des membres fondateurs, pour qui la menace pesant sur leurs biens constituait le principe d’intéressement, et qui concevaient l’association comme un dispositif de protection, se retirent graduellement et se désinvestissent progressivement. « Je n’imaginais pas ça comme ça… Tout ce temps… Quand on s’est regroupé au début, je pensais que ça servirait surtout à mettre en commun nos moyens pour financer un avocat capable de nous défendre » (membre fondateur, discussion informelle). Par contre, la plupart des membres qui adhérent à partir de 1991 ne sont pas directement touchés dans leurs intérêts matériels. Les « bonnes raisons » qu’ils ont d’agir sont déliées de leurs affaires personnelles. Elles renvoient à des représentations d’un état désirable du quartier – un lieu où il fait bon vivre – et à un modèle de cité urbaine – une ville « juste », « équilibrée » et « harmonieuse ». Leurs descriptions comprennent toutes sortes de « petits bonheurs », qui pour d’autres sonneraient comme des stigma : les gosses qui jouent dans la rue ou dans les cours des immeubles, les odeurs de cuisine qui flottent sur les trottoirs, les vitrines des commerces ethniques, la cohabitation des milieux sociaux et culturels, l’animation des rues jusque tard le soir. Ces descriptions se doublent d’une critique de cette « machine à vider les quartiers populaires » qu’est la politique municipale, héritée des années soixante : est dénoncé le manque de transparence des opérations d’aménagement et revendiquée une continuité entre le quartier existant et le quartier à venir. L’association prend en compte, dans ses registres de dénonciation et de revendication, l’ensemble des positions des habitants, propriétaires ou locataires. Ses porte-parole travaillent à se distancier de la condamnation qui pèse sur la plupart des associations de quartier : celle de n’être qu’une protestation de type « Nimby » (Trom, 1999). Ils le font en prenant de la hauteur, en soutenant des arguments visant l’intérêt général et en recherchant obstinément le dialogue avec les pouvoirs publics. Ils se plient à une rhétorique de l’action publique en régime démocratique pour faire valoir leurs droits et faire entendre leur voix (Thévenot, 1999).

Le local de l’association comme lieu et support de la mobilisation

9Un élément crucial dans l’écologie de la mobilisation a été le local de l’association. Celui-ci matérialise physiquement son existence avec son enseigne bariolée dans une rue animée du quartier. Il est devenu la base des réunions et des interventions de l’association, dont les membres se regroupaient, à ses débuts, dans les appartements des uns ou des autres. Le local est aussi le lieu d’accueil du public, qu’il s’agisse d’habitants du quartier ou de visiteurs de passage. Ces derniers y ont tout particulièrement accès à l’occasion des « journées portes ouvertes » de l’association des ateliers d’artistes, qui ont lieu, chaque année, au mois de mai. Pendant trois jours, les cours et les ateliers d’artistes sont ouverts au public et le quartier tout entier devient un lieu de flânerie et de contemplation esthétique. À cette occasion, l’association des habitants accroche sur l’un de ses murs une exposition qui met le quartier en scène autour d’une thématique, plus ou moins en relation avec son combat : vues du quartier ou de ses habitants, portraits de familles avant et après leur relogement, expos sur la déportation des enfants juifs du quartier, réalisée par les élèves du collège voisin, ou sur les dix ans de l’association. Sur un autre mur sont exposés des plans colorés et légendés qui témoignent de la transformation du projet de rénovation en projet de réhabilitation et montrent, par l’utilisation de couleurs contrastées, la réduction progressive des immeubles promis à destruction et l’augmentation parallèle du bâti conservé. Ces plans, accompagnés de présentations des actions en cours (état du projet d’aménagement, opérations de relogement, Opération programmée d’amélioration de l’habitat, dispositif de Développement social urbain), sont remis à jour tous les ans. Ces documents remplissent une fonction d’information importante, au même titre que la maquette en bois du quartier, réalisée par les étudiants de l’École d’architecture voisine. Maquette et documents constituent le support à partir duquel les militants rendent compte des résultats de leur action, résument les acquis de leurs luttes et en décrivent les réalisations. Les « journées portes ouvertes » sont des moments importants de sensibilisation de personnes étrangères au quartier, même si, de l’avis des militants les plus actifs, il est moins aisé de justifier le partenariat amorcé avec la Ville à partir de 1996 que de gagner la sympathie aux luttes qui l’ont précédé au début de la décennie.

  • 5 À la suite de l’obtention de subventions de fonctionnement, l’association s’est dotée, dès 1991, d’ (...)
  • 6 L’association réalise, depuis 1991, un rapport annuel d’activité destiné à ses adhérents et à ses f (...)

10Mais le local est d’abord le lieu privilégié des interactions avec les habitants du quartier. Que ces derniers soient ou non membres de l’association, le rôle des permanents5 est de leur fournir une relation de service. L’aide qu’ils donnent pour ranger des papiers administratifs, clarifier les situations locatives, obtenir un bail ou des quittances de loyer, poursuivre des propriétaires indélicats, remplir des dossiers de demande d’aide au logement ou d’habitation à loyer modéré se traduit par l’instauration d’une relation de confiance avec les habitants et par la constitution d’une base solide de soutien aux actions de l’association. La mobilisation va de pair avec un travail déclaré d’action sociale et de formation civique, qui remplit la moitié des rapports d’activité de l’association6. Une des anciennes permanentes a ainsi défini le rôle de l’association comme un mixte d’assistance sociale, d’information civique sur les droits et de lobbying auprès des politiques.

11Lieu de l’information, le local est aussi une base de « contre-information contre la désinformation » : transmission aux intéressés des données pertinentes sur le destin du quartier, immeuble par immeuble, mais aussi vérification, et éventuellement démenti des bruits et ragots qui se répandent comme un feu de paille sur tel ou tel immeuble. Les permanents sont ainsi parfois appelés par des habitants, que la rumeur de destruction prochaine de leur lieu d’habitation a rendus inquiets. De telles informations relèvent, selon les permanents de l’association, d’une tactique de découragement qu’ils imputent aux services techniques et aux élus municipaux. La bataille pour la mobilisation se double d’une bataille contre la démobilisation. La maîtrise des informations qui circulaient pendant toute la période de conflit ouvert entre l’association et la mairie a été au centre de la mobilisation. Et c’était l’une des tâches quotidiennes des permanents de « jouer les pompiers », de calmer les esprits en se substituant comme pourvoyeurs fiables d’informations aux canaux informels de la rumeur (Shibutani, 1966).

  • 7 Ces dernières années, avec l’évolution même des missions que s’est données l’association, l’importa (...)

12La vie au jour le jour de l’association est faite de séries conjointes d’activités de coordination et de communication par où s’alignent les prestations de ses membres : recueils de données factuelles, échanges d’arguments sur des solutions alternatives, délibérations et prises de décisions, distribution des tâches et partage des prérogatives entre bénévoles et permanents. L’association ne peut être identifiée par la seule référence à ses statuts juridiques, au déni de la multiplicité des lieux et des moments de son action, des façades qu’elle adopte, des stratégies qu’elle endosse, des performances qu’elle accomplit. La dynamique associative s’inscrit dans les circuits des relations entre actifs, que ce soit dans les réunions bi-mensuelles du conseil d’administration élargi aux bonnes volontés ou au cours d’interactions quotidiennes : conversations à bâtons rompus, appels téléphoniques, transmissions de notes de synthèse, réunions de travail. Elle se nourrit de l’effort d’autoformation des membres actifs qui acquièrent progressivement des compétences techniques, juridiques et politiques. Elle se nourrit également des conseils d’experts, adhérents ou non, en matière d’architecture, d’urbanisme, de logement, de droit administratif, de gestion comptable ainsi que de l’apport de sympathisants qui, à l’intérieur même des administrations, servent d’antennes aux animateurs et leur permettent de rassembler des informations sur l’évolution des projets municipaux. Le local est le foyer de cette activité collective : les réunions s’y tiennent, les données y sont centralisées, les archives y sont stockées, les habitants y passent et repassent et les permanents assurent la continuité. Les réponses aux questions posées par l’action résultent de la coordination de toutes ces opérations, dont le local est devenu le siège principal7.

Transformer ses voisins en adhérents

13Mais les membres actifs de l’association doivent encore persuader et convaincre les habitants du quartier. Ils recourent, à cette fin, à la panoplie usuelle des techniques militantes : affichage sur les murs et dans les immeubles, ouverture de permanences sur la rue, distribution de tracts dans les boîtes aux lettres ou à la sortie du métro, installation d’un stand sur le marché et, enfin, pratique du porte à porte. Cette dernière a été entreprise de façon assez systématique, au cours des premiers mois de l’existence de l’association, dans la quasi-totalité des immeubles du quartier ; puis elle a été renouvelée à plusieurs reprises jusqu’à l’enquête publique de novembre et de décembre 1994. Le porte à porte relève d’un tout autre format que les tracts et les affiches : alors que ceux-ci interpellent l’habitant ou le passant et l’invitent à rejoindre un mouvement dont le caractère collectif se donne à voir dans le type même de moyens mis en œuvre, celui-là sollicite les relations de voisinage faites, sinon de confiance et de familiarité, tout au moins de reconnaissance mutuelle. L’articulation entre le format du porte à porte et le format militant de la mobilisation et du recrutement est cependant loin d’aller de soi. Elle est une source de tension particulièrement difficile à gérer pour les bénévoles de l’association. Le porte à porte n’est pas une pratique courante des associations de quartier, qui lui préfèrent d’autres modes d’interpellation. Il donne lieu à une multiplicité d’interactions problématiques dont les interlocuteurs ne sont jamais certains de parvenir à réduire l’ambiguïté.

14La première difficulté à laquelle sont confrontés les membres de l’association qui font du porte à porte est d’être identifiés comme « démarcheurs » par les occupants des logements qu’ils viennent informer des projets municipaux. En effet, frapper systématiquement à chaque porte dans des immeubles fréquemment composés de couloirs étroits, desservant une dizaine de petits logements mal insonorisés, suffit à induire une telle perception de la situation. Le fait que des portes ne s’ouvrent pas alors même que des bruits trahissent une présence à l’intérieur des logements suggère que leurs occupants anticipent la visite d’un démarcheur inopportun. Certains bénévoles définissent d’ailleurs en ces termes cette activité, et ce faisant, la déprécient : « Moi, j’aimais pas ça du tout… Parce que c’est pas facile : on débarque chez les gens, on était en principe deux. On était deux, d’ailleurs, tout le temps. Et puis : bonjour… C’est du démarchage, quoi ! » Comment, en effet, s’assurer qu’un habitant qui ne parle pas, ou parle mal, le français et qui ne dispose pas des compétences du militant associatif, identifie clairement le sens du paiement de la cotisation annuelle ? Celle-ci est sollicitée au titre de participation à un collectif, mais ne risque-t-elle pas d’être comprise par celui qui la verse comme l’achat d’un service ou d’un bien à venir, voire comme un pot-de-vin ? En l’absence de langage partagé, tant au sens littéral que figuré, la définition de la situation peine à être de sens commun, en dépit de l’assurance réitérée que les membres de l’association sont « des habitants comme les autres qui se sont réunis pour faire entendre leur voix » et que « plus nombreux nous serons, plus notre avis aura du poids ». Concevoir l’adhésion comme un acte d’engagement ou de soutien à une organisation porteuse de revendications légitimes requiert des compétences civiques, un sens du jeu démocratique, une appréciation de la réceptivité des autorités publiques, une conviction quant à l’utilité et au droit de s’associer, qui ne vont pas de soi. La plupart de ceux qui ont participé au porte à porte ont parfois eu le sentiment de « forcer la main » des nouvelles recrues ou, en tout cas, d’obtenir des soutiens au prix d’une incompréhension. Les nouveaux adhérents ont-ils saisi l’objet de la visite et la critique des projets de rénovation ? Quel sens a pour eux la constitution d’une association d’habitants ? Comment l’enfant a-t-il entendu et traduit à ses parents les propos des militants ? L’adhésion ne résulte-t-elle pas d’une méprise sur la qualité des solliciteurs ?

15En vue de se prémunir contre cette figure du « démarcheur » et de garantir une définition de la situation plus conforme à ce qu’ils en attendent, les militants adoptent, le plus souvent, un mode de présentation de soi qui fait valoir leur qualité de « voisin ». C’est en tant que voisin de palier, d’immeuble, de rue ou de quartier qu’ils sollicitent l’attention des personnes à qui ils s’adressent. C’est ainsi que la plupart d’entre eux ont commencé le porte à porte dans leur propre immeuble, là où l’identification de leur personne ne fait pas, à de rares exceptions près, problème et où ils sont d’emblée perçus et reconnus comme le voisin « d’en face » ou « du dessus », celui que l’on croise dans l’escalier ou dans la cour, celui dont on connaît parfois le nom. Parce qu’elle s’inscrit dans l’évidence de relations marquées du sceau d’une relative familiarité, qu’elle prend place dans la trame des salutations, des civilités et des échanges de la vie quotidienne, la catégorie de « voisin » permet d’engager l’interaction. La méfiance vis-à-vis des vendeurs d’encyclopédies ou des témoins de Jéhovah, généralement étrangers à la communauté de voisinage, est court-circuitée. Lorsque l’activité de porte à porte se déroule dans d’autres immeubles que ceux où résident les membres de l’association, il est nécessaire de faire la preuve que cette qualité n’est pas usurpée en déclinant la rue, l’immeuble, l’étage où l’on habite ou tout autre élément permettant de l’attester. Une des fondatrices de l’association fait ainsi valoir son ancrage dans l’endroit où elle est née ainsi que son appartenance à une parentèle : « Vous connaissez sans doute mes parents, monsieur et madame X qui habitent au 6… Et mon oncle et ma tante qui sont au 4 » ; ou elle s’appuie encore sur la visibilité de sa présence physique dans le quartier : « Vous me connaissez, c’est moi qui ai le petit chien gris qui n’arrête pas d’aboyer, on s’est déjà rencontré quand je le promène ! » La mise en avant de cette qualité de voisin ouvre pour les solliciteurs et les sollicités un horizon d’appartenance à une communauté de voisinage. À ce titre, elle laisse présager le partage d’un monde commun.

16Ultime manière de tenir à distance la figure du « démarcheur » : différer dans le temps l’adhésion à l’association et le paiement de la cotisation. Débarrassés de l’exigence de « faire du chiffre », les membres de l’association ont toute latitude pour présenter à leurs interlocuteurs ce qu’ils savent des projets municipaux et la manière dont la jeune association envisage d’agir. Ils donnent le temps à leur interlocuteur de se faire une opinion jusqu’à leur prochain passage. Le format de présentation de soi, centré sur la qualité de voisin, présente cependant des inconvénients. Il fait apparaître les interlocuteurs comme proches, et la compatibilité de cette proximité avec un engagement proprement militant est problématique. Les membres de l’association se voient fréquemment offrir l’hospitalité, sont conviés à entrer dans le logement et à prendre le thé ou le café, invitation impossible à décliner au risque d’offenser. La sociabilité de voisinage menace alors de devenir envahissante et elle peut vite nuire au travail de recueil des adhésions. La qualité de voisin permet de maintenir à distance la figure du démarcheur, mais tout autant celle du militant.

17L’activité militante est confrontée dans le porte à porte à une troisième difficulté : l’occupant d’un logement ne se trouve pas d’emblée prédisposé à entrer dans le format dans lequel les militants souhaiteraient le placer. Au sein d’une assemblée générale, les auditeurs sont, par définition, disposés à entendre le discours qui leur est adressé, ne serait-ce que pour le contester ; il en va de même pour les habitants qui, après avoir lu un tract ou une affiche, se rendent à la permanence de l’association pour avoir de plus amples informations. Dans ces deux cas de figure, les personnes sont d’emblée dans une posture de citoyen. Ce n’est plus le cas dans l’activité de porte à porte au cours de laquelle les personnes sont surprises dans leur intimité. Les membres de l’association sont ainsi conduits à mesurer l’écart entre l’inscription de l’interaction dans le registre du corps à corps improvisé, dans une situation faite d’intimité et de dérangement, impliquant des protagonistes qui vivent souvent dans des univers symboliques différents, et sa spécification comme interaction entre deux citoyens, également réceptifs aux arguments et aux motifs de l’intérêt général. Les opérations de cadrage dépendent alors directement du contexte, des circonstances et des péripéties de l’interaction en face-à-face du porte à porte.

Le collectif mis à l’épreuve : les réunions de concertation

18Les réunions de concertation ont été des moments capitaux dans la publicisation de la contestation du projet d’aménagement. Situations publiques par excellence, leur format n’est pas régi explicitement par la loi : le code de l’urbanisme fait de la concertation, dans le cas des zones d’aménagement concerté, une obligation dont les modalités pratiques sont laissées à l’initiative de l’autorité publique. Elles relèvent de ce qu’Erving Goffman (1963) appelle des rassemblements orientés. Ce sont des situations où l’attention collective est orientée vers les mêmes objets et par les mêmes enjeux. Elles sont régies par des conventions implicites qui, bien qu’énoncées nulle part, n’en ont pas moins une force normative. Elles ont été des moments de mise à l’épreuve de l’action associative et du collectif constitué – en particulier de la capacité de ses porte-parole à poser des questions embarrassantes et à documenter des propositions convaincantes, à contrer les élus, les techniciens et les administratifs sur leur propre terrain et dans leur propre langage, à les pousser dans leurs retranchements, par la simple mise en demeure de rendre des comptes. Les habitants du quartier se sont rendus en masse à ces réunions : jusqu’à cinq cents personnes ont signé les listes d’émargement de la mairie. D’ordinaire réduites à une parade inoffensive de la part des élus, elles se sont transformées en épreuves publiques, qui ont assis la représentativité de l’association auprès des habitants du quartier, ont propulsé son président au rang de porte-parole et ont drainé des dizaines d’adhésions.

  • 8 Par la suite, l’association s’est effectivement dotée d’une expertise technique forte qui lui a per (...)

19Se déroulant en juin 1991 à la mairie d’arrondissement, la première réunion de concertation a été, de l’avis des membres de l’association qui y ont participé, « édifiante ». Elle a constitué le premier échange public autour de l’aménagement du quartier et a laissé un souvenir vivace aux acteurs présents. D’une certaine façon, elle a dessiné un espace de positions durables, que les acteurs ont continué à endosser par la suite en les faisant évoluer. Au cours de cette première réunion, s’est jouée une triple épreuve. La première est d’ordre technique, la deuxième concerne la correction des performances publiques des acteurs politiques, la troisième touche à la représentativité de l’association des habitants. Ainsi, tant dans l’exposé technique du directeur de la société d’économie mixte, désignée par la Ville pour être l’opérateur du projet, que dans le débat qui lui a fait suite, les représentants de la mairie sont apparus au public peu qualifiés techniquement. Leurs propositions ont été perçues comme faiblement documentées et argumentées, leurs réponses aux questions de la salle erronées ou imprécises. Cette première réunion de concertation, parce qu’elle constituait aussi un premier affrontement technique, tourne à l’avantage de l’association qui pointe les lacunes du projet d’aménagement. Le projet de rénovation urbaine n’est soutenu par aucun diagnostic du bâti existant, aucune enquête n’a été menée sur la population en place ni aucune étude comparative sur les avantages et les inconvénients d’un projet de rénovation et d’un projet de réhabilitation. Cet affrontement technique va également contribuer à nourrir l’intuition des animateurs de l’association que la mairie n’a pas une parfaite maîtrise technique du dossier et va les conforter dans l’idée qu’il est possible de prendre les services techniques en défaut dans le registre même qui est le leur8.

  • 9 Ainsi qu’on le verra dans le point suivant, le fait que les élus développent des comportements désa (...)

20Si les techniciens en charge du projet sont sortis affaiblis de cette épreuve technique, les élus s’y sont, aux dires de nos informateurs, « décrédibilisés » durablement. Ils ont mal passé l’épreuve des civilités démocratiques. Certains d’entre eux auraient eu des comportements incorrects eu égard à une grammaire des performances publiques des hommes publics (Pharo, 1990) : désinvolture à l’égard de certains intervenants, interruptions brutales de la parole, propos autoritaires et irrespectueux, agressivité verbale vis-à-vis des animateurs, attitudes « hystériques », cris et gesticulations à la tribune9. En dépit du brouhaha et du caractère parfois confus du débat, l’association, grâce aux prises de parole de ses animateurs, s’est montrée, à l’inverse, pondérée et responsable, mesurée et réfléchie, soucieuse de l’intérêt du quartier et de la diversité des situations de ses habitants.

21Le positionnement de l’association entre la mairie, adepte d’une rénovation lourde, et certains habitants, qui refusaient toute intrusion des pouvoirs publics dans le quartier, a d’ailleurs été l’objet d’une troisième épreuve, de représentativité dans l’arène publique. S’y est jouée la capacité de l’association à représenter autre chose qu’elle-même et à être investie d’un rôle de porte-parole. Lors de cette réunion, comme de celles qui ont suivi, le maire a tenté à plusieurs reprises de réduire l’association à un adversaire hostile à la mairie, rejetant toute intervention publique et, par là même, peu soucieux du bien collectif. Récurrente, cette critique pointe une vulnérabilité des collectifs d’habitants opposés à des projets publics : il leur faut être plus que des collections de riverains menacés et faire valoir leur position sur un autre registre que celui du refus. Un moment clef a été celui où une jeune femme, inconnue de l’association, a pris la parole, la voix chargée d’émotion, pour dire combien il faisait bon vivre dans le quartier, pour raconter comment ses habitants se sentaient heureux entre eux et pour exiger des pouvoirs publics qu’ils les laissent vivre tranquilles. Le président de l’association a rebondi sur cette intervention pour clarifier sa position, en la démarquant tant du caractère excessif de l’intervention qui venait d’avoir lieu que du caractère extrême de la rénovation envisagée par la mairie. Prenant appui sur les propos de la personne précédente, il a fait valoir, à l’inverse, la nécessité d’une intervention publique dans un quartier dont la majorité des habitants souffraient de la vétusté, de l’exiguïté et de l’inconfort de leur logement. Il a plaidé pour une intervention qualifiée de « douce », axée sur la « réhabilitation des logements plutôt que [sur] leur destruction », et sur « le maintien sur place de la population qui souhaite continuer à vivre dans le quartier ». Les applaudissements qui ont ponctué l’intervention traduisaient l’adhésion massive du public au point de vue de l’association. De cette épreuve, le collectif associatif est sorti consolidé alors même que les habitants présents auraient pu se reconnaître dans les paroles de l’intervenante précédente. Celle-ci ne s’est retrouvée isolée que parce que le public a manifesté son soutien à l’association, soutien qui sera confirmé par une recrudescence des adhésions dans les semaines suivantes et par un renforcement du groupe de militants actifs par des nouveaux venus.

  • 10 On n’entrera pas ici dans le débat, récurrent chez les acteurs, qui a consisté à imputer aux advers (...)
  • 11 La notion d’« autorités morales » est indigène. Elle est issue du corpus des textes produits par l’ (...)

22L’association tend donc à sortir grandie de la plupart de ces épreuves publiques, quand bien même celles-ci sont marquées par la confusion. Le compte rendu officiel de la seconde réunion de concertation, programmée un an après la première, en juin 1992, mentionne des « mouvements de foule » et un « chahut » contre les représentants de la mairie. Passée la phase de présentation du projet par le maire et les responsables des services techniques, le débat effectif n’a duré que vingt minutes : la séance est levée en raison d’une alerte à la bombe communiquée à la rédaction du Parisien libéré10. Épreuve publique avortée en raison de son interruption, cette réunion de concertation contribue néanmoins à renforcer le collectif associatif. En témoigne une lettre, datée du 22 juin et adressée au maire d’arrondissement. Rédigée à l’initiative de l’association des habitants, cette lettre est signée collectivement par un certain nombre de « personnalités » du quartier : vice-président de la synagogue, pasteur de l’Église réformée, prêtre de l’église catholique voisine, directrice de l’école maternelle, présidente de l’association des ateliers d’artistes. Les signataires de la lettre évoquent l’explosion d’« agressivité » et d’« émotivité » de quelques personnes en l’attribuant au « refus du dialogue » de la municipalité ; ils considèrent que cette rencontre interrompue est « nulle et non avenue » et demandent l’engagement d’un véritable processus de réflexion, qui implique la participation des représentants des instances religieuses, scolaires, commerciales, associatives, qui pourrait prendre la forme d’une commission extramunicipale d’aménagement du quartier. Ce courrier collectif contribue à étayer la crédibilité de l’association et des positions qu’elle tient dans la mesure où il engage des « autorités morales11 », dont la prise de parole publique vient relayer et accroître celle de l’association. Il en va de même avec un communiqué de presse publié par un élu d’opposition, conseiller de Paris et député socialiste. Il juge « intolérable » que la violence du « non-dialogue » se substitue au jeu de la concertation et il invite le maire de l’arrondissement à « s’engager sur la voie d’un véritable partenariat avec la population et les associations représentatives au premier rang desquelles La Bellevilleuse et ses dirigeants ».

  • 12 Il en est ainsi quand une personne soulève longuement le problème d’un hôtel meublé d’où une trenta (...)

23Une autre réunion publique de concertation s’est déroulée au printemps 1994, dans un gymnase de l’arrondissement. Une transcription complète des débats est disponible, car l’association a rétribué les services d’une sténotypiste assermentée pour garder les minutes complètes, mot à mot, du déroulement de la séance, et pour se prémunir contre tout déni a posteriori de la part des élus et des techniciens. Ce dispositif visait moins à produire des preuves dans une situation judiciaire à venir qu’à exercer une contrainte forte de généralité sur les propos tenus. Il a suscité la première fois une protestation orale du maire, indigné par la rupture du climat de confiance nécessaire au bon déroulement des débats, tandis que les animateurs de l’association signifiaient tout à la fois leur défiance vis-à-vis des représentants de la mairie et leur capacité à affronter, par avance, les traces écrites des échanges. Se joue, dans cette réunion, entre le maire et le président de l’association de quartier une épreuve d’autorité dans la prise de parole publique. Si quelques-unes des interventions du maire, qui anime la réunion et tend à monopoliser la parole, constituent des réponses argumentées aux questions posées12, la plupart de ses prises de parole ne relèvent pas de ce registre attendu d’intervention pas plus qu’elles ne visent, à proprement parler, l’ordre et les règles du débat. Loin de tempérer les ardeurs de la salle, elles contribuent à relancer un procès permanent du public. C’est ainsi que ce dernier se fait rappeler à l’ordre et que ses réactions sont ostracisées alors qu’il est fait ostensiblement état de la courtoisie des élus : « Nous, on règle des problèmes toute la journée, vous sifflez, la contestation absolue n’empêchera pas la gentillesse à la table » ; « quand on respecte la démocratie, ça veut dire qu’on respecte aussi des gens que le peuple a désignés pour avoir des responsabilités ». Les « contestataires », accusés de faire preuve de manichéisme, sont tournés en dérision : les « bons », détenteurs du « monopole de l’amour du passé » et « dépositaires du Vieux Paris », contre les « méchants », « technocrates froids et élus insensibles ».

24Enfin, tandis qu’il en appelle aux vertus du dialogue et de la concertation, le maire interpelle nommément, à de nombreuses reprises et sur un mode ironique, le président de l’association de quartier – seul interlocuteur ainsi désigné : « c’est le cas d’un certain nombre de nos partenaires, monsieur R. appréciera le mot » ; « le bâtiment est squatté… vous allez me donner des leçons » ; « monsieur R. nous dira, puisqu’il veut en faire le commentaire… ». Un véritable incident de procédure éclate alors entre le maire, qui prétend répondre globalement aux interventions, et le président de l’association pris à partie, qui exige une réponse précise à chaque question et qui demande qu’un tour de parole équitable soit respecté. Aux tactiques de déstabilisation de l’adversaire répondent les tactiques de défense de sa propre légitimité par le président de l’association, qui réaffirme son droit à la parole contre sa confiscation par le maire. Un rapport de force entre les acteurs se met en place, qui pèse sur la mesure du poids de leurs arguments. Le maire tente de discréditer son adversaire en lui promettant publiquement la sauvegarde de son immeuble et tente de le déchoir de la posture de porte-parole d’une cause publique qu’il s’efforce de tenir en laissant entendre qu’il aurait passé un accord secret avec la mairie. Inversement, le président de l’association, qui contre point par point les données informatives et les analyses techniques de la mairie, doit s’imposer en montrant son autorité dans la prise de parole face à l’auditoire. La bataille est remportée par celui dont la pugnacité ne faiblit pas, qui prend l’ascendant sur son adversaire et ne se laisse pas démonter par ses piques. La crédibilité dépend de cette manifestation de courage et de fermeté dans l’agôn. La connaissance des dossiers, la capacité de pédagogie, la justesse de ton, la bonne tenue et le respect du public finissent par l’emporter dans l’épreuve. Cette réunion de concertation comme les précédentes a été, selon les témoins de la salle, un moment fort de cristallisation des affects et de « tombée des masques », d’établissement définitif d’un rapport de confiance des habitants à l’égard de leur association, d’assise de sa légitimité dans l’arène publique et d’accélération de la dynamique de mobilisation et de recrutement.

Le recours à la catégorie du « mépris »

  • 13 Voir, dans le sillage de Wittgenstein et de Peter Winch (1958), les propositions de Danny Trom (sup (...)

25En accusant les représentants de la municipalité de mépriser les habitants, les militants ne dénoncent pas simplement des manifestations d’indifférence, ils pointent aussi tout un ensemble d’infractions à la grammaire de la vie démocratique13. Ce faisant, ils travaillent à renforcer la légitimité de la cause qu’ils défendent en jetant le discrédit sur l’adversaire et, par là même, s’efforcent d’agréger de nouveaux sympathisants et de consolider l’unité du collectif. C’est bien parce que les acteurs s’accordent sur ce que doit être la vie démocratique, et notamment sur la place de tout un chacun en son sein, qu’ils en ressentent et en critiquent l’absence et parviennent à se mobiliser autour de ces transgressions. La grammaire de la vie démocratique n’est pas réductible à l’architecture complexe des textes de loi et des réglementations, dont elle est en partie l’ombre portée. Elle s’éprouve avant tout à travers les manquements à un ensemble d’exigences normatives de la vie politique et à travers des écarts par rapport aux conventions élémentaires de la civilité ordinaire.

26Le premier type d’infraction à la grammaire de la vie démocratique faisant l’objet d’une catégorisation en terme de « mépris » a trait à une violation caractérisée de la loi. En novembre 1990, alors que le Conseil de Paris devait délibérer sur le projet de création de la zone d’aménagement concerté et sur les modalités de la concertation relative à ce projet, les vigiles de l’Hôtel de Ville refoulent quelques dizaines d’adhérents et de sympathisants de l’association lors de la séance publique du conseil municipal. C’est d’ailleurs en se référant à la loi – l’article L. 121-15 du Code des communes qui stipule que « les séances des conseils municipaux sont publiques » – que l’association engage et gagne, par un jugement du tribunal administratif de mars 1993, le recours intenté à cette occasion. Au-delà de la seule infraction à la loi, ce sont deux règles élémentaires de la grammaire de la vie démocratique – le principe de publicité des débats et l’exigence faite aux représentants de rendre des comptes à leurs mandants – qui ont été mises en question dans ces circonstances. La transgression du droit et de ses dimensions réglementaires par ceux-là mêmes qui sont supposés en être les garants est perçue par les administrés comme une forme de mépris de la part des pouvoirs locaux. Légalité rime ici, pour les personnes interrogées, avec publicité, avec responsabilité, mais aussi avec moralité. Les rappels réitérés à la règle juridique par l’association, qui ne cesse de se référer dans les courriers qu’elle adresse au maire, dans les dossiers qu’elle constitue ou dans ses interventions orales, aux articles du Code des communes, du Code de la construction publique, du Code de l’urbanisme ou encore du plan d’occupation des sols, mettent en saillance ces manquements à la loi. Le recours à la catégorie de « mépris » pour les qualifier tend ainsi à mettre en relation l’infraction au droit avec un défaut de droiture morale de la part des représentants du pouvoir municipal.

  • 14 L’association se constitue d’emblée avec le projet d’être traitée comme un « partenaire à part enti (...)

27La catégorie du « mépris » qualifie d’autres infractions à la grammaire de la vie démocratique. Elle porte sur des comportements contraires aux attentes normatives propres à tel ou tel type de situation. L’absence répétée de réponses de la part du maire d’arrondissement aux courriers de l’association contrevient au sens ordinaire de l’échange épistolaire, a fortiori lorsque cette absence engage des institutions publiques et des personnes morales. Dans le cas présent, elle est interprétée comme un refus du débat public et une non-reconnaissance de l’association comme « interlocuteur crédible »14. Il en va de même, quoique de matière plus subtile, lorsque la réponse au courrier se limite à un accusé de réception, sans prise en compte des arguments qui s’y trouvent déployés, ou encore lorsque la réitération des courriers auxquels il n’a pas été répondu est qualifiée publiquement par le maire, dans une réunion publique, de « harcèlement épistolaire ». D’autres épreuves sont saisies sous le signe du « mépris » : la présentation aux centaines d’habitants qui se sont déplacés aux réunions publiques de concertation de plans illisibles et de diapositives de médiocre qualité, l’abus du vocabulaire technique, l’installation d’une sonorisation défectueuse ou l’octroi d’un bout de couloir sans sièges en guise de salle de réunion. Les attentes de mise en place par les détenteurs du pouvoir municipal des conditions matérielles de l’instauration d’un débat démocratique sont déçues. Les petits détails s’accumulent, où se conforte le sentiment qu’une éthique ordinaire de la considération d’autrui est bafouée de façon répétée. L’ordre des civilités démocratiques entre adversaires et le principe d’égalité de droit à la parole publique, à quoi l’organisation des rencontres politiques à la télévision a rendu les citoyens sensibles, ne sont pas respectés.

28Enfin, le « mépris des représentants de la mairie » désigne également les conduites de certains élus de l’arrondissement qui contreviennent aux conventions élémentaires de la civilité ordinaire en recourant à la mauvaise foi, au soupçon et à l’insulte. La mauvaise foi peut relever de la tactique politique. En séance du conseil municipal, lors du nouveau projet de délibération qui prend acte de l’annulation de la délibération antérieure prononcée par le tribunal administratif, un des conseillers de Paris, adjoint au maire de l’arrondissement, stigmatise

[…] Les manœuvres dilatoires d’une association du XXe arrondissement soutenue par l’opposition municipale […] qui ne cache pas sa volonté d’entraver coûte que coûte l’action de la Ville dans ce quartier […] On peut se demander quelles sont les intentions réelles de cette association. Son but est-il de laisser pourrir ce quartier ? D’attendre que les immeubles s’effondrent sur les habitants et en rendent la Ville responsable ? Trois ans de perdus pour les mal-logés. (Minutes du conseil municipal du 18 octobre 1993)

29Dans d’autres circonstances, l’incivilité ne peut plus être mise sur le compte du calcul stratégique et du jeu rhétorique qui consiste à disqualifier ses adversaires. Est qualifié de « mépris » le manque d’égards vis-à-vis des résidents par des élus ou des techniciens de la Ville. Lors de la première réunion de concertation, à la mairie d’arrondissement, plusieurs des élus à la tribune font preuve d’« agressivité » vis-à-vis du public. Le compte rendu officiel mentionne une « interpellation désobligeante », tandis qu’un courrier cosigné par l’association et par des personnalités du quartier fait état de propos de représentants de la mairie conviant leurs contradicteurs à « sortir pour régler les comptes d’homme à homme ». Lors de la même réunion, celle-ci parvenue à son terme, un élu descend de la tribune avec agitation et apostrophe un petit groupe d’habitants : « Mais qu’est-ce que vous croyez, que vous allez vous partager le beefsteak ! Il est à nous le beefsteak, il est à nous ! » (observation directe).

30Le cadrage en termes de « mépris » est récurrent dans les entretiens réalisés. L’expérience des premières réunions de concertation, moments clefs de rencontre des représentants de la mairie et des habitants du quartier, est souvent évoquée. Les infractions répétées à la grammaire ordinaire de la vie démocratique et, en particulier, l’impossibilité pour les habitants de se voir reconnaître le statut d’interlocuteur, sont décrites comme un des « motifs » de l’engagement militant : « C’est vrai que forcément on n’a pas la même attitude quand on est traité comme des chiens ou comme des partenaires. La première réunion de concertation, ça s’est passé sous la forme d’une contestation très virulente, quasi physique, avec des hurlements, mais aussi parce qu’on était confrontés à une violence de la Ville incroyable. J’ai découvert à cette occasion à quel point la mairie pouvait tenir en mépris ses administrés. C’est ce qui m’a le plus choqué, c’est sans doute la première raison de mon engagement dans La Bellevilleuse. » L’indignation provient du fait que la dignité de citoyen et le respect minimal auquel a droit tout administré – et au-delà toute personne humaine – sont perçus comme bafoués par les représentants de la mairie.

31Ainsi dépliée, la catégorie de « mépris », lorsqu’elle est mobilisée, pointe toute une série de situations d’infraction, au sens légal, civique et moral, dont la dénonciation contribue à faire exister et à consolider un collectif agissant, dans le mouvement même de sa non-reconnaissance par la municipalité. La perspective adoptée, en se centrant sur les manquements à la grammaire de la vie démocratique, renouvelle la thématique du déficit démocratique dans les projets urbains. La critique du « caractère technocratique » des projets d’aménagement, qui les rend « incompréhensibles » au plus grand nombre, et la dénonciation de la « mascarade » des réunions de concertation où « tout est joué d’avance » s’insèrent ainsi dans un espace argumentatif dans lequel les catégories politiques sont indexées sur des expériences sensibles et sur des jugements moraux. La démocratie, loin de se réduire au débat entre représentation et participation (Curapp, 1999), est aussi affaire de bonne foi, de respect mutuel, de sens du droit et de l’équité. Les cadrages de l’affaire en cours et des acteurs entre eux puisent en partie dans les prescriptions de la loi, qui ne sont pas brandies simplement comme des ressources stratégiques ou tactiques mais imprègnent la culture publique des citoyens actifs. La loi et la réglementation resteraient lettre morte si elles n’étaient soutenues par des usages et par des mœurs, par des rituels et par des conventions, si une grammaire de la vie publique ne réglait les critères de l’expérience et de l’action publiques.

Comment soutenir une cause ?

32L’analyse des cadres de motifs et des répertoires d’argumentation des acteurs ne se limite pas à un problème de mobilisation stratégique de ressources symboliques par des « entrepreneurs en morale » ou par des « groupes de pression » en vue d’atteindre leurs objectifs de la façon la plus efficace et la plus rentable possible sur un marché des biens publics. Ce régime de l’« action en plan » (Thévenot, 1995), érigé en moteur ultime de l’engagement par les théoriciens de l’action rationnelle, n’est certes pas absent des préoccupations des membres actifs de l’association. Ceux-ci passent le plus clair de leur temps à récolter et à gérer les sommes d’argent de leur budget, à coordonner les compétences de leurs membres et de leurs sympathisants, à renforcer la crédibilité de l’association et la légitimité de son action. Le recours à tel ou tel argument peut s’inscrire dans cette stratégie de recherche d’effets – effets de compassion ou de conviction, de dénégation ou de légitimation – qui est le propre de l’activité rhétorique. Mais il est irréductible au registre de l’action instrumentale. D’une part, le sociologue n’a pas besoin de recourir à l’exercice de la critique ou du soupçon pour déceler des intérêts dissimulés derrière la surface des choses : les acteurs se chargent eux-mêmes de ce travail d’imputation mutuelle de raisons d’agir, plus ou moins secrètes ou avouables, et configurent l’arène publique comme un terrain de manœuvres stratégiques. Le champ argumentatif est déjà peuplé d’actions et d’interactions qui sont présentées comme stratégiques en langage naturel. Le problème est de les recenser comme un réseau de perspectives qui se répondent les unes aux autres et dont le maillage dessine la carte des performances publiques. D’autre part, les arguments sont au service d’une dynamique collective de configuration de la res publica. Soutenir une cause publique, c’est faire du collectif en touchant des personnes, en les engageant dans des actions communes et en les rassemblant sous le nom d’une organisation. Soutenir une cause publique, c’est aussi problématiser la situation dans laquelle ces personnes sont plongées, en montrer l’aspect intolérable ou insupportable et en proposer des formes de résolution. C’est dessiner des images du quartier, inscrire ses habitants dans des intrigues narratives, historiques ou politiques et ouvrir un horizon d’attentes, d’espoirs et de projets. C’est trouver de bonnes raisons de se révolter, profiler des conceptions du bien public et se rapporter à des principes éthiques ou civiques auxquels on tient parce qu’on les croit justes.

De l’épreuve perceptive à la dénonciation publique

33Quels sont donc les cadres d’injustice (Gamson, Fireman & Rytina, 1982) à travers lesquels les membres de l’association de quartier décrivent la situation des habitants et rendent compte de leur propre engagement personnel en faveur de cette cause ? Ces cadres d’injustice sont d’une grande diversité. Ils varient selon que la dénonciation concerne les menaces pesant sur un bien personnel, les risques de démantèlement des liens de sociabilité et de solidarité ou le mépris des autorités publiques à l’égard de la population du quartier. Mais nombre de militants témoignent que l’impulsion initiale a été la découverte éprouvée corporellement de l’inconfort, de l’insalubrité et de la dégradation de certains logements. Cette expérience est au principe de l’expression d’un sentiment d’injustice d’autant plus fort que celui qui l’éprouve n’imaginait pas, au préalable, l’existence de telles conditions de vie. C’est le cas d’un des objecteurs de conscience recrutés par l’association, que son statut aurait pu dispenser de toute implication affective et éthique, mais dont l’engagement est allé bien au-delà de la simple activité salariée :

D’un point de vue matériel, ce qui m’a choqué au début, c’est les taudis. G. m’a emmené tout de suite voir le 35 rue Ramponeau. Ça pissait l’eau de partout, ça venait du toit jusqu’au premier étage, avec des seaux comme ça. Ça puait, on entendait presque grouiller les rats, c’était à deux doigts, d’ailleurs y’en avait. On rentre dans des logements étriqués. Déjà c’est sombre, mais comme il y avait des étais aux fenêtres, c’était encore plus sombre. Les planchers, faut faire attention de pas se casser la gueule tellement ils sont pourris. Là ça ne m’a pas choqué, mais ça m’a surpris. Je savais que ça existait, mais j’étais pas sûr de connaître ça un jour. Il y a un truc qui a changé, je sens moins les odeurs, ça me choque moins. Avant on rentrait dans les immeubles, ça sentait la pisse, je me disais : « j’arriverai jamais vivant au dernier étage. » Maintenant, j’y rentre sans même plus y penser, peut-être parce que je m’y attends…

34Le sentiment d’injustice prend forme dans des épreuves perceptives : loin d’être un simple raisonnement intellectuel, il s’incarne dans des contextes d’expérience mobilisant explicitement plusieurs registres sensoriels : la vision (« ça pissait l’eau de partout », « avec des seaux », « des étais aux fenêtres », « c’était encore plus sombre »), l’ouïe (« on entendait presque grouiller les rats »), l’odorat (« ça puait », « je sens moins les odeurs », « ça sentait la pisse »). La description a une dimension esthétique. Elle vaut comme monstration, et non pas comme démonstration. Elle témoigne d’une épreuve perceptive, plutôt qu’elle n’administre une preuve (Chateauraynaud & Bessy, 1995). L’expérience sensible et affective est alors convertie en sentiment d’indignation, qui donne à percevoir des situations dans ce qu’elles ont d’intolérable ou de révoltant. Le sens éthique et civique n’est pas tant fondé sur des mécanismes d’identification et de projection, dont certains font le soubassement psychologique de la compassion, de la charité ou de la solidarité, qu’il ne s’ancre dans la saisie pathémique et esthétique de caractères observables et descriptibles de la situation. La situation est insupportable dans ce qu’elle donne à ressentir (pathos) et à sentir (aisthesis). Mais les scènes exposées sur le mode le plus personnel ont une force d’évidence ostensive qui vaut en soi. L’objecteur passe de l’usage du Je à celui du On, dans une transition du sens vécu au sens commun. Les épreuves perceptives ont une puissance de figuration incarnée. Loin d’être enfermées dans un corps subjectif, elles pointent vers le sens commun. Elles parlent d’elles-mêmes et en appellent à une communauté d’émotion, d’expérience et de jugement. Exprimées en discours, elles s’imposent avec la force du témoignage et engagent l’interlocuteur à éprouver la même indignation et à endosser la même révolte.

Sans faire d’identification je les défends pas parce que je ne voudrais pas que ça m’arrive, je les défends parce que vraiment, merde, c’est pas possible de voir des choses comme ça. Ces gens qui sont démunis, qui vivent dans des taudis, à qui on fait payer des loyers invraisemblables, 4 000 balles pour des taudis… quand on est en pleine possession de ses moyens, quand on sait tout, parce que y’a des gens qui nous disent « c’est un ami qui nous loue ça », un rez-de-chaussée, 15 m2 avec des briques de verre, où ils sont à cinq dedans, eh bien ! félicitations pour vos amis !quand on voit des choses aussi abjectes, c’est assez motivant.

35La description des mêmes scènes pourrait conduire à exiger la destruction des taudis insalubres ou la modernisation des logements ; elle pourrait encore provoquer du dégoût, déboucher sur une stigmatisation des résidents eux-mêmes, raviver le sentiment de danger des classes laborieuses ou d’une menace des jeunes immigrés – cf. l’étiquetage raciste du : « ils vivent comme des bêtes. » Pourquoi sauvegarder un quartier aussi insalubre ? Quelles sont les raisons de le réhabiliter au lieu de le détruire ? Comment passer du constat de dégradation, auquel les deux parties souscrivent, au cadrage d’injustice, sur lequel elles peuvent encore se rencontrer ? Le témoignage de visu est mis en perspective par le récit de l’injustice flagrante et du mensonge sans scrupule, de l’égoïsme et de l’insensibilité pour le sort d’autrui, du désir de faire carrière ou de gagner de l’argent qui l’emporte sur toute autre considération. Les épreuves perceptives ont une portée morale et politique. La prise en compte de cet état de fait est présentée comme le motif qui donne son impulsion à l’action.

C’est motivant d’aider les gens de la gueule de qui on se fout. Que ce soient les pouvoirs publics, les syndics, les architectes. L’autre jour encore, un architecte était en train de faire signer un papier foireux, pour se défausser de toute responsabilité si le mur s’écroulait, alors que l’architecte du syndic, c’est son boulot, assurer la sécurité des habitants. On paye pas des charges et des loyers pour rien, on doit être en sécurité il voulait faire signer un papier « Oui, je ne rentrerai pas dans telle pièce qui risque de s’écrouler, je décharge M. Untel de toutes responsabilités ». Il voulait faire signer ça… Quand on voit ce genre de choses, d’abord il faut se contenir… Les gens dans le quartier, la façon dont ils sont traités, c’est assez révoltant.

36Loin d’être singulier, propre à la personne qui retrace cette expérience, un tel cadrage d’injustice se retrouve, avec des versions appropriées au contexte de sa formulation, dans les déclarations officielles de l’association et dans les discours à titre privé des membres de l’association. Les comptes rendus des tournées de porte à porte par les membres les plus actifs de l’association au cours des premières années, destinées à informer les habitants des projets d’aménagement du quartier et à recruter parmi eux de nouveaux adhérents, font tous état d’expériences similaires, vécues comme d’autant plus troublantes qu’elles se déroulaient dans l’espace géographique du voisinage, parfois même au sein de la même copropriété ou du même immeuble. L’intensité du choc est proportionnelle à la proximité du lieu du constat. L’embrayage sur une dénonciation et sur une revendication en langage public se fait après que les locuteurs se sont dépris de leur sens corporels (« je sens moins les odeurs, ça me choque moins », « maintenant j’y rentre sans même plus y penser »). Il s’agit moins d’une banalisation ou d’une neutralisation que d’une mise à distance de leurs expériences sensibles et affectives : celles-ci continuent à être prégnantes dans leurs discours et à jouer en eux avec la puissance d’émotion du témoignage (Dulong, 1998), mais le bouleversement éprouvé ne les submerge plus. Les locuteurs ne sont plus affectés sur le mode de la passivité par une Stimmung. Ils donnent à celle-ci une articulation expressive. Les expériences corporelles sont codifiées dans une « configuration narrative » et articulées dans un « système actanciel » (Boltanski, 1984).

37L’identification de victimes et la désignation de coupables passent par la problématisation de situations locales, l’identification de manquements à la loi et à la réglementation, la mise en évidence de déficiences dans les dispositifs d’intervention publique, l’attribution de responsabilités aux officiels impliqués. L’argumentation est fondée sur une enquête circonstanciée, mais elle s’élargit pour prendre le tour d’une dénonciation et d’une revendication. Elle a pour destinataires des auditoires différenciés : elle fait appel à la capacité de leurs membres à discerner le vrai du faux, le légal de l’illégal et le juste de l’injuste ; elle propose des moyens et formule des raisons de s’engager en vue de la résolution de la situation problématique. Elle varie selon le type de contraintes sémantiques et le degré de publicité de la tribune choisie. Elle peut ainsi prendre différentes formes, celle d’un libre flot de paroles de témoins, comme dans les situations d’entretien, ou celle de l’historique de l’immeuble, de la description de son état de dégradation et du statut de ses occupants, lorsqu’il s’agit d’un courrier adressé aux pouvoirs publics. Elle peut aussi être étayée, dans une conférence de presse par exemple, par des photographies des logements incriminés, qui à la fois frappent l’imagination, réveillent la sensibilité et provoquent l’indignation, et sont autant de preuves matérielles à verser au dossier. Elle peut enfin être contrainte par le format du « cas », s’il s’agit d’un dossier social ou médical. Chaque micro-arène publique a ainsi ses propres règles du jeu, ses rituels et ses procédures, ses langages autorisés ou obligatoires, ses personnages accrédités et accessoires, ses standards d’expérience et de jugement, sa déclinaison propre d’arguments et de motifs acceptables. Les interprétations, les critiques et les propositions qui y sont faites ne sont recevables que si elles se plient à une grammaire, d’ordinaire énoncée nulle part, mais opérante et incarnée dans des dispositifs de personnes, d’objets et de pratiques.

38Les rapports d’activité de l’association, présentés chaque année en assemblée générale, sont, à cet égard, particulièrement intéressants. L’espace disponible pour la dénonciation ou la revendication s’y trouve étroitement circonscrit par les contraintes propres à l’exercice, sans être pour autant réduit à néant. Ainsi, dans le rapport d’activité correspondant à l’exercice 1993, destiné à la fois aux financeurs (le Fonds d’action sociale d’Île-de-France, la Fondation Abbé-Pierre et le Comité contre la faim et pour le développement) et aux adhérents de l’association, la rubrique « La situation difficile des locataires de la Ville » associe un vocabulaire de description et un vocabulaire de dénonciation. Elle dépeint une situation tout en pointant des victimes parmi les locataires de la Ville de Paris. La désignation d’un coupable (la Ville) apparaît sous une forme euphémisée mais les conséquences de l’inaction reprochée (un patrimoine laissé à l’abandon) sont clairement identifiées (l’accentuation de la dégradation des conditions de vie dans les immeubles dont la Ville est le principal propriétaire) :

  • 15 Rapport d’activité de La Bellevilleuse, exercice 1993.

La Ville de Paris est devenue, par le biais de la préemption, le plus important propriétaire d’immeubles, de locaux d’activité et de logements du Bas-Belleville. La Ville a jusqu’à présent laissé à l’abandon ce patrimoine qu’elle vouait à l’origine à la démolition. La Bellevilleuse s’efforce aujourd’hui d’en faire un bailleur exemplaire, en lui signalant les difficultés de ses locataires et occupants de bonne foi. Dans les immeubles où la Ville est le principal propriétaire ou propriétaire unique, la dégradation des conditions de vie s’est, en effet, accentuée en 1993. Nos demandes sont ici axées sur le relogement (exemple du 10 rue Dénoyez) et la réalisation de travaux (exemple du 11 rue Dénoyez, immeuble dont la Ville est propriétaire et où, à la suite de nos interventions, elle a commencé à assurer un entretien)15.

39L’« abandon du patrimoine » n’est ni irréversible, ni irrémédiable, ce qu’atteste le processus de réparation déjà engagé. L’association fait exercice de vigilance. Elle alerte la Ville de Paris. Elle l’informe d’une situation qu’elle est supposée ignorer, elle qui dispose des possibilités concrètes de remédier sur le terrain à la situation dont son inaction est la cause. Elle peut redevenir un « bailleur exemplaire ». Il n’y a là aucun des effets de manche de la rhétorique militante. Le style du compte rendu propre au rapport d’activité implique mesure et pondération, précision technique et retenue quasi administrative. Le bureau de l’association a très tôt choisi de ne pas mettre en accusation permanente les autorités publiques, et de compromettre du même coup la chance d’une éventuelle collaboration. Le ton reste celui de l’appel à la coopération, dans un dispositif où l’association de quartier ne se substitue pas aux prérogatives des décideurs et aux compétences des techniciens, mais se cantonne dans un rôle d’information et de proposition. L’action de l’association n’en a pas moins le sens d’une interpellation des pouvoirs publics. Mais que la Ville de Paris ignore les « signalements » de situations injustes ou ne réponde pas avec la célérité attendue aux « demandes » qui lui sont adressées et le compte rendu bascule dans la dénonciation, comme en témoigne l’intitulé d’un point consacré à la même question dans le rapport d’activité de l’exercice suivant :

  • 16 Rapport d’activité de La Bellevilleuse, exercice 1994.

Le relogement des locataires de la Ville révèle d’importants dysfonctionnements au sein des services municipaux. Compte tenu des dangers que présentaient ces bâtiments [10 rue Dénoyez] pour la santé et la sécurité des personnes, La Bellevilleuse a, dès 1992, demandé à la Ville un relogement en urgence des occupants. Cette situation était d’autant plus intolérable que la Ville disposait à proximité immédiate de dizaines de logements vides dans des bâtiments qu’elle savait conservés. Et si ces logements ne pouvaient peut-être pas accueillir la totalité des familles à reloger, les conditions extrêmement précaires dans lesquelles celles-ci vivaient exigeaient néanmoins un relogement immédiat dans le parc social municipal16.

40Le langage de la dénonciation reste toutefois mesuré. Dans aucun document officiel de l’association ne sont lisibles les accusations, les traits d’ironie et les charges personnelles qui peuvent s’énoncer oralement dans une discussion privée, pas plus que les escarmouches verbales qui ponctuent par exemple la visite du quartier par l’ancien maire d’arrondissement. Les porte-parole de l’association adoptent dans leurs courriers et leurs rapports la posture du partenariat technique ou de la coopération démocratique et réservent pour d’autres situations publiques des tactiques plus agressives, aptes à faire paraître la mauvaise foi des membres de la mairie ou leur méconnaissance des dossiers, comme les réunions de concertation à la mairie ou les émissions de radio et de télévision.

Singularité et exemplarité d’une cause

41Qu’est-ce qui fait que ce quartier vaut la peine qu’on s’engage et qu’on se batte pour lui ? Comment se manifeste l’attachement qui lui est voué et, indissociablement, à quelles formes de mise en valeur ont recours les militants de l’association et les habitants qui se sont déplacés massivement, à l’automne 1994, pour inscrire sur le registre d’enquête publique leurs remarques à propos du projet d’aménagement ? Comment les acteurs s’y prennent-ils pour faire valoir la spécificité ou la singularité de l’îlot pour lequel ils se mobilisent et, simultanément, développer une justification générale dont la validité dépasse le territoire restreint du quartier ? Danny Trom (1999) a mis en évidence, à propos des revendications écologiques portant sur la « nature spatialisée », que l’argument esthétique est le seul qui reste aux militants après que ceux-ci ont épuisé les arguments classiques de l’effet pervers et de la mise en péril dont Alfred Hirschman (1991) a fait la généalogie. C’est en raison de sa beauté et de sa singularité qu’un paysage vaut la peine d’être défendu : sa dimension d’universalité réside dans son unicité la plus absolue. Dans le cas présent, l’argument esthétique, s’il n’est pas absent des motifs d’engagement des personnes, semble toujours tenu à distance, comme bridé dans les prises de parole publiques de l’association.

42Trois figures de la décontextualisation du quartier émergent du matériel empirique : la sociabilité et la solidarité de ce « quartier populaire et multi-ethnique » sont emblématiques de l’humanité tout entière ; sa destruction serait une mutilation de l’identité, du territoire et de l’histoire de Paris ; enfin, ce quartier est un exemple de cohabitation sociale, culturelle et religieuse et le procès de concertation et de réhabilitation un modèle à suivre sur d’autres sites. Si ces trois figures de mise en valeur du quartier cohabitent à des degrés divers, seules la deuxième et plus encore la troisième sont particulièrement travaillées dans l’espace public par l’association étudiée.

Un emblème de l’humanité

43Cette première figure de décontextualisation du quartier n’a été repérée que chez un seul acteur : un militant de l’association qui revendique également son engagement au Parti communiste. Celui-ci présente le quartier comme un espace « à dimension humaine », dans lequel les sociabilités sont intenses et les solidarités actives. Les gens se connaissent, se parlent et s’écoutent ; ils fréquentent les mêmes « petits bistrots. Je pense à la défense de Chez Fanfan, dont j’étais un peu partie prenante. Il faut des épiceries ouvertes jusqu’à 11 heures du soir ; ça c’est extraordinaire une épicerie où tu peux acheter du pain, discuter avec d’autres personnes à 11 heures du soir. » Les habitants du quartier se surveillent et se protègent les uns les autres : « En plus ces magasins, ça fait police dans la rue. Je veux dire, une rue vide sans tabac, sans café, sans petit commerce, c’est moins sûr. Il faut défendre tout ça. C’est ma survie à moi aussi. Si dans ma rue, je me fais attaquer et que personne n’est là pour intervenir ou si je dois aller porte de Montreuil pour faire mes courses. Il faut pas tout détruire, il faut garder des petites unités de vie ensemble. »

44Mais alors que cette conception de la vie de quartier en termes de « small is beautiful » pourrait aisément déboucher sur un repli communautaire sur l’espace restreint des proches, ce militant rouvre aussitôt le quartier sur un universel politique. Le bonheur de la proximité et de la « générosité », des petites attentions et des échanges quotidiens, se transcende dans la visée du collectif, du Nous-humanité. Le militantisme associatif ou communiste – selon lui, les deux faces réversibles d’un même engagement – est la mise en acte de l’humanité. Ce quartier singulier en est le terrain privilégié :

Le quartier, c’est là où on vit. C’est ma ville. Moi, je crois que la politique doit être le plus près possible des gens. C’est vrai que j’ai peur des constructions politiques de plus en plus éloignées comme l’Europe. Pour faire changer une loi, tu défiles à un million à Paris et tu la fais pas changer. Combien il faudra être à Bruxelles ? Or, ton village, c’est là où tu peux agir. Aussi, à Belleville, tu côtoies toute l’humanité. En plus tous les problèmes sont là […] Il y a une sorte de générosité qui se traduit dans un militantisme associatif ici, communiste là. La générosité et la solidarité ça va ensemble. Tout seul on n’existe pas. Ce qui a été affreux, c’étaient les années quatre-vingt, où tout a été ramené à l’individualisme. Je sans les autres, ça n’existe pas. Moi, je crois au Nous, le Je m’intéresse moins. Nous sommes dans l’humanité, nous devons en fabriquer. Le groupe produit de l’humanité, alors que le Je égoïste n’en produit pas.

45La mise en valeur du quartier procède du fait qu’il est un condensé d’universel, emblématique en ce que chacun des détails de sa vie ordinaire constitue une allégorie de l’humanité tout entière. Les figures du proche et du concret sont une voie d’accès à l’universel : l’appartenance à l’humanité se joue dans un « sentiment de générosité » vis-à-vis de ses voisins. L’engagement politique et associatif est conçu comme implication dans la proximité des lieux et dans la densité des liens, comme action dans la « réalité des gens ». La rhétorique adoptée par le PCF depuis les années 1970 s’est focalisée sur les qualités du quartier ; elle entre en résonance avec l’image du village dans la ville, populaire et multiculturel. C’est un modèle de cité, au sens urbain et politique du terme, qui est mis en avant.

Une mise en valeur patrimoniale

46La deuxième figure de décontextualisation du quartier apparaît notamment sur le registre de l’enquête publique. Certaines notations font état d’un endroit qui doit être sauvegardé en tant qu’il constitue un « quartier unique » de Paris. Est exprimé l’attachement au caractère « historique » du lieu, « qui n’est pas comparable à celui du Marais ou de l’île Saint-Louis, mais qui est aussi essentiel à la mémoire de Paris et au bonheur des Parisiens ». Le refus du « massacre organisé du quartier » se double d’un appel à la sauvegarde du « Paris populaire d’autrefois ». Ce quartier ne doit pas être détruit parce qu’il est une composante incommensurable et irremplaçable de Paris. Cette mise en valeur patrimoniale s’accompagne de la critique des aménagements réalisés dans les quartiers alentour qui, en transformant leur caractère propre, les ont rabaissés au rang de lieux quelconques, banals, insignifiants que l’on ne parvient plus à distinguer des autres. Les transformations de l’îlot voisin ou la rénovation d’un quartier proche dans l’arrondissement mitoyen ne permettent plus d’identifier la ville dont ils sont une des composantes : « On se croirait n’importe où, à Cergy-Pontoise ou ailleurs, mais pas à Paris : c’est l’identité de notre ville qu’on arrache. » Avec la mutilation d’une des parties de la capitale, c’est son essence même, son « identité », qui est touchée et qui est menacée de dissolution.

  • 17 En ce sens, les démarches non abouties faites auprès de l’architecte des Bâtiments de France en vue (...)

47L’association développe, avec un degré de sophistication supplémentaire, cet argument patrimonial en valorisant la singularité du quartier en tant que « lieu de mémoire ». Cette mise en valeur est présente dans les différentes versions de la note de présentation de l’association ainsi que dans l’édition d’une brochure historique rappelant les événements de la Commune de Paris et la place du quartier dans l’histoire du mouvement ouvrier (Jacquemet, 1984), et plus encore, dans l’histoire de l’immigration en France – un ouvrage d’entretiens et de photos (Morier, 1994) et une thèse de démographie historique (Simon, 1994) ont été les principales sources d’information. Cette mise en valeur patrimoniale ne se clôt pas sur elle-même dans le discours public de l’association17. Elle ne constitue pas une fin en soi mais est indexée sur l’avenir et se trouve insérée dans la troisième figure de mise en valeur du quartier.

Un exemple à suivre

48C’est essentiellement une troisième figure de décontextualisation du quartier que va explorer et exploiter l’association : elle actualise une autre forme rhétorique de généralisation, celle fondée sur l’exemplarité. Cette dernière figure n’est pas seulement déclinée à propos du quartier tel qu’il est mais aussi à propos du projet d’aménagement susceptible de le mettre en valeur et également à propos du combat mené par l’association.

  • 18 Brochure de présentation : édition mai 1990.

49Le quartier n’est plus caractérisé par son unicité et son identité, ni par son ouverture à l’humanité tout entière. C’est sa mixité sociale et culturelle qui lui confère un caractère exemplaire, et l’entente entre les communautés immigrées qui y résident en fait un modèle d’intégration qu’il convient tout à la fois de mieux connaître, de conforter et de développer ailleurs. L’introduction du rapport d’activité de l’exercice 1994 fait valoir, sous forme de rappel, qu’il s’agit d’« un quartier populaire et multi-ethnique, un véritable creuset de l’intégration des populations d’origine étrangère ». L’expression est accréditée, selon les actifs de l’association, par des travaux universitaires (Simon, 1994), des ouvrages destinés au grand public (Simon & Tapia, 1998), des expositions – en mai 1992 (Pierre Gaudin) et en mars 1993 (Visa Villes, Jean-Michel Gourden) –, ou encore par le livre de photographies et d’entretiens avec des habitants publié par Creaphis (Morier, 1994). Elle est déclinée dans la plupart des prises de parole publiques de l’association. On la trouve dans ses statuts : « préserver […] le caractère historique et la vocation plurielle du quartier de Belleville. » Elle est abondamment développée dans la brochure historique et rappelée dans les différentes versions de la note de présentation. Celle-ci met l’accent sur « le rôle d’accueil des populations déshéritées, victimes de la misère ou de brimades, ou rescapées des ghettos ou des génocides […] Les vieux Grecs ou Arméniens sont souvent décédés et leurs enfants ont acquis la nationalité française. Ce rôle d’intégration, Belleville continue de le jouer avec des Portugais, des Africains et des Asiatiques. Pourra-t-il continuer à le faire s’il est détruit18 ? » De ce point de vue, le quartier a valeur d’exemple, un exemple qui vaut entre autres pour Berlin et Montréal avec qui l’association a noué des liens.

50La même note de présentation dénonce les risques qu’une rénovation lourde fait peser sur cette « richesse » en évoquant les effets produits par les opérations d’urbanisme conduites sur les quartiers proches, qui remplissent ici une fonction d’exemples négatifs :

  • 19 Ibid.

Il suffit de regarder ce qui s’est passé autour de nous (opération du Nouveau Belleville, DUP Bisson-Tourtille, ZAC Belleville) pour imaginer les conséquences qu’une telle politique (de la table rase) ne manquerait pas d’avoir si elle était poursuivie : la dislocation de communautés souvent implantées ici depuis longtemps (Juifs séfarades, Maghrébins, Asiatiques, Européens de l’Est et du Sud, vieux Paris populaire), l’exclusion de la capitale de personnes à revenus modestes et l’exil en banlieue de populations immigrées alors que les problèmes d’intégration y sont déjà aigus19.

  • 20 Extrait du registre d’enquête publique.

51C’est une mise en valeur identique que l’on retrouve sous la plume des habitants, dans le registre de l’enquête publique. Le quartier est un parangon de réussite, un haut lieu de citoyenneté française, où l’intégration républicaine a bien pris, à l’opposé des « ghettos de banlieue » : « Les enfants de toutes origines et de toutes couleurs, que l’on voit actuellement jouer ensemble, en français, dans les rues de Belleville et dont l’intégration est ainsi favorisée, que deviendront-ils quand, pour les plus pauvres d’entre eux, ils auront été envoyés dans des ghettos de banlieue20. »

52L’intégration sociale et culturelle est menacée par le projet de rénovation urbaine. La critique de la « gentrification » des quartiers populaires planifiée par la municipalité et de l’expulsion des habitants les moins favorisés vers une périphérie dégradée vaut à la fois comme argument de rejet de la politique de partition des classes sociales et comme motif de l’engagement militant au sein de l’association. « Pour ce qui est de La Bellevilleuse, ma motivation, c’est parce que je ne supporte pas le système parisien qui a voulu que l’on chasse les pauvres pour ne garder que la middle class et les riches. Paris riche, c’est un Paris qui m’emmerde, qui m’ennuie. » L’indignation morale se veut sans relativisation : « Ce n’est pas un Paris normal, c’est la honte absolue. » L’attachement à la mixité des populations s’oppose à l’avènement d’une réalité « aseptisée ». « Même si effectivement la rue Ramponeau est assez dure, c’est quand même le Paris que j’aime. J’ai vécu en Chine, j’aime le quartier chinois, j’aime l’Afrique, j’aime l’Afrique du Nord, j’aime les gens de toutes les couleurs […] Je ne supporte pas que l’on fasse un Paris aseptisé qui n’a aucun lien avec la réalité. »

53La rhétorique de l’exemplarité ne porte pas seulement sur l’heureux équilibre entre classes sociales et groupes culturels qui est présenté comme caractéristique du quartier, mais elle est aussi projetée sur la définition de la nature de l’intervention envisagée. C’est parce que l’intégration sociale et culturelle du quartier avaleur de modèle qu’elle doit être préservée et que l’aménagement envisagé doit être pensé de façon à la conforter et à l’amplifier. Dès lors, c’est l’aménagement lui-même qui doit être exemplaire :

  • 21 Préambule du projet d’étude action soumis à la Fondation Abbé-Pierre, juillet 1993.

Le relogement sur place des habitants est devenu notre priorité. Soutenus par la population et en relation étroite avec différents partenaires institutionnels et associatifs, nous n’avons cessé d’attirer l’attention des élus comme des services techniques de la Ville de Paris et de la mairie du XXe sur la nécessité de réaliser dans notre quartier une opération de réhabilitation douce, respectueuse de ses habitants et notamment des plus démunis d’entre eux. Un tel projet serait exemplaire : il permettrait de concilier une évolution urbanistique nécessaire tout en maintenant les équilibres du quartier et en confortant les réseaux sociaux et culturels qui en font la richesse et favorisent l’intégration de ses habitants21.

54Le répertoire d’argumentation de l’association ne valorise le passé – « le rôle historique d’accueil des populations immigrées joué par Belleville » – qu’en tant qu’il peut être converti en avenir. Tirer hors de l’oubli les strates sédimentées de la genèse du quartier, c’est réactiver un horizon de potentialités, inscrit dans la composition du bâti et de la population des résidents, mais à la lisibilité brouillée, et dégager en pointillé un horizon de virtualités dont la réalisation est à venir. Le retour vers l’histoire, loin de signifier une quête d’authenticité ou un repli nostalgique sur les fusillades des communards, sur le Front populaire ou sur le débarquement des Juifs tunisiens à partir de 1956, est tendu par la flèche du projet : il vaut comme requête d’assumer un héritage et de prendre en charge l’invention de la suite de l’histoire. Le quartier n’est pas un objet de culte passéiste, un monument à préserver coûte que coûte, un chef-d’œuvre en péril à inscrire au patrimoine ou à mettre au musée. Son histoire est vivante, une source d’inspiration opérante pour les réaménagements en cours.

55Au-delà de l’exemplarité de ce quartier, c’est le combat mené par l’association qui est enfin présenté comme exemplaire. Le bilan de dix années de luttes insiste sur la « valeur de symbole » de la ténacité des militants de l’association, de l’obtention d’une reconnaissance par la mairie et de l’engagement d’une politique de partenariat. « Les enjeux dépassaient le Bas-Belleville », est-il ainsi écrit en conclusion du rapport d’activité de l’année 1999 :

  • 22 Rapport d’activité de La Bellevilleuse, exercice 1999.

C’est il y a près de dix ans, en avril 1989, que neuf habitants du Bas-Belleville décidèrent de fonder La Bellevilleuse. Son objet : préserver le dernier carré ancien du Bas-Belleville […] Cette petite opération finit néanmoins par prendre valeur de symbole. Les enjeux dépassaient, en effet, le Bas-Belleville : mettre fin à l’approche de la table rase au profit d’une intervention respectueuse des quartiers et des populations ; faire en sorte que la démocratie locale ne se réduise pas à la sollicitation d’un bulletin de vote tous les six ans et qu’un dialogue digne de ce nom puisse s’établir sur des questions aussi essentielles que le logement. La défense de principes paraissant a priori devoir couler de source a provoqué cinq années d’affrontements violents avec la Ville : intimidations, mépris et spoliation de la population, mauvaise foi, refus de communiquer tout document, plans arrêtés avant que la concertation n’ait débuté, ignorance complète de la réalité du quartier, gaspillage de l’argent public, tout cela avec un sentiment de totale impunité. Telle est l’image que la Ville renvoyait alors à ses administrés, les habitants du Bas-Belleville. Mobilisation (les réunions de concertation ont réuni jusqu’à 700 personnes), expertises juridiques (plusieurs délibérations ont été annulées suite à des recours déposés par l’association) et urbanistiques (toutes les approches suggérées alors par La Bellevilleuse – DSU, OPAH, opération démolition-reconstruction en diffus – ont finalement été adoptées par la Ville) et médiatisation (nos élus raisonnent malheureusement exclusivement en termes de coûts politiques) ont permis de gagner du temps, puis de susciter des doutes et, enfin, de convaincre même si, comme nous venons de le voir, il est nécessaire de rester constamment vigilant22.

56La rhétorique de l’exemplarité joue également dans le rapport d’activité de l’année précédente, intitulé : « D’une concertation exemplaire à une mise en œuvre parfois difficile », qui fait le bilan de deux années de partenariat avec la Ville de Paris. La situation locale vaut comme expérimentation d’une nouvelle articulation entre légitimité républicaine des élus municipaux, légitimité technocratique des ingénieurs et des fonctionnaires de la Ville et légitimité des associations de citoyens, usagers, administrés, électeurs. Si fragile paraisse la conjoncture politique et économique qui a permis l’éclosion de cette situation locale et si singulière la conjonction de personnes, de ressources et de compétences qui a permis à cette association de quartier de s’établir et de se pérenniser, les opérations engagées ont attiré l’attention des spécialistes de politique urbaine, des services techniques des municipalités et des associations civiques de quartier. L’entreprise de partenariat mise en place après 1995, à la faveur d’un changement de stratégie politique de la mairie de Paris et après les élections municipales où la gauche s’est emparée de la mairie d’arrondissement, est devenue, aux dires des protagonistes, un modèle à suivre pour l’ensemble de la capitale.

Bibliographie

Adam Philippe (1993), « Expérience intime et action collective », Informations sociales, 32, p. 76-84.

Barbot Janine (1995), « Entre soi et face aux autres : la réunion hebdomadaire d’Act Up-Paris », Politix, 31, p. 113-123.

Baron Philippe (1994), Babelville, documentaire 58 minutes.

Benford Robert D. & Scott A. Hunt (1995), « Dramaturgy and Social Movements : The Social Construction and Communication of Power », in S. Lyman (ed.), Social Movements : Critiques, Concepts, Case Studies, New York, New York University Press, p. 85-109.

Boltanski Luc (1984), « La dénonciation », Actes de la Recherche en Sciences sociales, 51, p. 3-40.

Catherin Véronique (2000), La contestation des grands projets publics. Analyse microsociologique de la mobilisation des citoyens, Paris, L’Harmattan.

Centre universitaire de recherches administratives et politiques de Picardie (Curapp) (1999), La démocratie locale. Représentation, participation et espace public ?, Paris, Presses universitaires de France (« Collection du CURAPP »).

Chateauraynaud Francis & Christian Bessy (1995), Experts et faussaires. Pour une sociologie de la perception, Paris, Métailié.

Dulong Renaud (1998), Le témoin oculaire. Les conditions sociales de l’attestation personnelle, Paris, Éditions de l’EHESS.

Gamson William A. (1985), « Goffman’s Legacy to Political Sociology », Theory & Society, 14 (5), p. 605-622.

Gamson William A., Fireman Bruce & Steven Rytina (1982), Encounters with Unjust Authority, Homewood, Dorsey Press.

Goffman Erving (1963), Behavior in Public Places : Notes on the Social Organization of Gatherings, New York, Free Press.

Hirschman Alfred O. (1991), Deux siècles de rhétorique réactionnaire, Paris, Fayard.

Ion Jacques & Michel Peroni (1997), Engagement public et exposition de la personne, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube.

Jacquemet Gérard (1984), Belleville au xixe siècle. Du faubourg à la ville, Paris, Éditions de l’EHESS/Jean Touzot.

Lemieux Cyril (2000), Mauvaise presse. Une sociologie compréhensive du travail journalistique et de ses critiques, Paris, Métailié.

Lolive Jacques (1999), Les contestations du TGV Méditerranée. Projet, controverse et espace public, Paris, L’Harmattan.

McAdam Doug (1982), Political Process and the Development of Black Insurgency, 1930-1970, Chicago, University of Chicago Press.

Morier Françoise (coord.) (1994), Belleville, Belleville. Visages d’une planète, Paris, Creaphis.

Rui Sandrine (2001), Conflits d’aménagement, débat public et construction de l’intérêt général : une expérience démocratique ?, Bordeaux, Université Bordeaux-II, thèse de doctorat, multigr.

Shibutani Tamotsu (1966), Improvised News : A Sociological Study of Rumor, Indianapolis, Bobbs-Merrill.

Siméant Johanna (1998), La cause des sans-papiers, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques.

Simon Patrick (1994), La société partagée. Relations interethniques et interclasses dans un quartier en rénovation, Belleville Paris 20e, Paris, EHESS, thèse de doctorat, multigr.

Simon Patrick & Claude Tapia (1998), Le Belleville des Juifs tunisiens, Paris, Autrement.

Snow David A. & Robert D. Benford (1988), « Ideology, Frame Resonance, and Participant Mobilization », in B. Klandermans, H. Kriesi & S. Tarrow (eds), From Structure to Action : Comparing Social Movement Research across Cultures, Greenwich, JAI Press, p. 197-217 (« International Social Movement Research », 1).

Snow David A., Rochford E. Burke, Worden Steven K. & Robert D. Benford (1986), « Frame Alignment Processes, Micromobilization, and Movement Participation », American Sociological Review, 51, p. 464-481.

Thévenot Laurent (1995), « Rationalité ou normes sociales : une opposition dépassée ? », in L.-A. Gérard-Varet & J.-C. Passeron (eds), Le modèle et l’enquête. Les usages du principe de rationalité dans les sciences sociales, Paris, Éditions de l’EHESS, p. 149-189.

Thévenot Laurent (1999), « Faire entendre une voix. Régimes d’engagement dans les mouvements sociaux », Mouvements, 3, p. 73-82.

Trom Danny (1999), « De la réfutation de l’effet Nimby considérée comme une pratique militante. Notes pour une approche pragmatique de l’activité revendicative », Revue française de science politique, 49 (1), p. 31-50.

Winch Peter (1958), The Idea of Social Science and its Relation to Philosophy, Londres, Routledge & Kegan Paul.

Notes

1 L’enquête porte sur l’association La Bellevilleuse et le quartier de Belleville, dans le XXe arrondissement de Paris. Les matériaux proviennent des archives mises à notre disposition par l’association, d’une participation observante de longue durée de Claudette Lafaye, de 1989 à 2001, et d’entretiens semi-directifs auprès des principaux protagonistes par Daniel Cefaï. Les noms des lieux et des acteurs publics n’ont été conservés que dans les extraits d’entretiens ou de documents cités.

2 Cette dimension a été étudiée par les recherches sur les expressions et les manipulations d’émotions lors de meetings (Benford & Hunt, 1995), sur les réseaux d’interconnaissance ou de familiarité préexistants (McAdam, 1982 ; Snow et al., 1986), sur l’exposition de soi comme forme d’engagement (Ion & Peroni, 1997), sur le témoignage sur des expériences intimes de personnes atteintes du sida (Adam, 1993 ; Barbot, 1995), sur des pratiques de solidarité ou d’altruisme au jour le jour avec les sans papier ou les SdF (Siméant, 1998), sur des engagements de proximité contre des lignes TGV (Lolive, 1999) ou contre des projets autoroutiers (Catherin, 2000 ; Rui, 2001).

3 Présentation de l’association à une journée d’études du Conseil en architecture, urbanisme et environnement des Hauts-de-Seine, juillet 1997.

4 La mise en œuvre du droit de préemption urbain renforcé se traduit par le blocage des transactions immobilières sur un périmètre préalablement défini et par la substitution de la collectivité publique, en l’occurrence la commune, à l’acquéreur du bien mis en vente (logement, immeuble, terrain…). La collectivité publique y a généralement recours en préalable à une opération d’aménagement ou d’infrastructure. Cette forme d’acquisition des biens permet de limiter le nombre des expropriations ultérieures.

5 À la suite de l’obtention de subventions de fonctionnement, l’association s’est dotée, dès 1991, d’un permanent, chargé de repérer des familles mal logées et d’assurer le suivi de leurs dossiers. Ce permanent a été successivement épaulé par un ou deux objecteurs de conscience puis, plus récemment, par des emplois-jeunes.

6 L’association réalise, depuis 1991, un rapport annuel d’activité destiné à ses adhérents et à ses financeurs (Fonds d’action sociale, Fondation Abbé-Pierre, Comité contre la faim et pour le développement et, plus récemment, la Région Île-de-France, la préfecture de Paris, la mairie de Paris).

7 Ces dernières années, avec l’évolution même des missions que s’est données l’association, l’importance croissante prise par les permanents et l’usure des bénévoles, le local tend de moins en moins à être ce support central de la mobilisation collective qu’il fut de 1991 à 1996.

8 Par la suite, l’association s’est effectivement dotée d’une expertise technique forte qui lui a permis de faire jeu égal, dans ce domaine, avec la Ville de Paris.

9 Ainsi qu’on le verra dans le point suivant, le fait que les élus développent des comportements désajustés au regard d’une grammaire des performances publiques des hommes publics contribue à renforcer, chez les militants de l’association et chez nombre d’habitants, le sentiment que les élus tiennent les citoyens ordinaires dans le mépris.

10 On n’entrera pas ici dans le débat, récurrent chez les acteurs, qui a consisté à imputer aux adversaires la responsabilité de l’origine de cette alerte à la bombe.

11 La notion d’« autorités morales » est indigène. Elle est issue du corpus des textes produits par l’association.

12 Il en est ainsi quand une personne soulève longuement le problème d’un hôtel meublé d’où une trentaine de personnes aux faibles ressources vont être expulsées. Le maire réplique alors par l’argument légal : l’immeuble n’est pas dans le périmètre de l’intervention et, d’après la loi Besson, les occupants d’un hôtel n’ont pas à être relogés

13 Voir, dans le sillage de Wittgenstein et de Peter Winch (1958), les propositions de Danny Trom (supra) ou de Cyril Lemieux (2000, p. 110 sq.). La notion de grammaire ne renvoie pas tant à un code systématique de lois formelles qu’à « l’ensemble des règles qui gouvernent l’usage effectif d’une expression ou d’un geste signifiant […] qui se lit dans la pratique, à travers des usages interdits ou exemplaires ».

14 L’association se constitue d’emblée avec le projet d’être traitée comme un « partenaire à part entière » dans les opérations d’aménagement du quartier, ce dont témoignent ses statuts.

15 Rapport d’activité de La Bellevilleuse, exercice 1993.

16 Rapport d’activité de La Bellevilleuse, exercice 1994.

17 En ce sens, les démarches non abouties faites auprès de l’architecte des Bâtiments de France en vue de faire inscrire au répertoire des Monuments historiques un bâtiment industriel du siècle dernier et une vieille ferme du xviie siècle ont moins participé d’une démarche de patrimonialisation du quartier que d’un ensemble de coups dans un affrontement stratégique avec la mairie.

18 Brochure de présentation : édition mai 1990.

19 Ibid.

20 Extrait du registre d’enquête publique.

21 Préambule du projet d’étude action soumis à la Fondation Abbé-Pierre, juillet 1993.

22 Rapport d’activité de La Bellevilleuse, exercice 1999.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search