Version classiqueVersion mobile

Les formes de l’action collective

 | 
Daniel Cefaï
, 
Danny Trom

Recherches

Cadrages en conflit1

Mouvements sociaux et problèmes sociaux

Social Movements and the Counterframing and Reframing of Social Problems

Robert Benford et Scott Hunt
Traduction de Daniel Cefaï

Résumé

L’analyse des cadres est souvent restée trop statique et a négligé la dynamique des processus de cadrage. La constitution des problèmes sociaux et la production des identités collectives s’inscrivent dans des arènes de conflits et de controverses. Cette étude examine de plus près la dynamique des cadrages, des « contre-cadrages » et des « re-cadrages » qui anime les disputes symboliques entre mouvements et contre-mouvements. Quatre procédés sont identifiés par lesquels les opposants à un mouvement invalident ses revendications : le déni du problème, la contre-attribution, le contre-pronostic, et les attaques visant à discréditer les qualités du mouvement ou de ses membres. Pour répondre à cette opposition, les militants d’un mouvement recourent de leur côté à cinq procédés : l’ignorance, la modalisation, l’endossement, la démarcation et la riposte à la calomnie ou à la diffamation.

Texte intégral

Nous remercions John H. Evans, Michael Flaherty, Gale Miller, Joane Nagel, William Swart et Sidney Tarrow pour leurs commentaires sur des versions précédentes de ce texte. Pour toute correspondance, s’adresser à Robert D. Benford, Department of Sociology, Southern Illinois University Carbondale, Carbondale, IL 62901-4524, États-Unis.

  • 1 [NdT. : L’usage des concepts to frame et a frame n’est pas le même que celui de « cadrer » en franç (...)
  • 1 Pour des synthèses et des controverses récentes sur la perspective du cadrage des mouvements sociau (...)
  • 2 Sur les processus de cadrage : Benford (1993a, 1993b), Çapek (1993), Diani (1996), Gamson, Fireman (...)
  • 3 Sur les identités collectives : Cohen (1985), Friedman & McAdam (1992), Gamson (1992), Jasper (1997 (...)

1La littérature récente sur la sociologie des mouvements sociaux s’est focalisée sur la production des identités et des idéologies par les acteurs in situ1. Deux ensembles de concepts ont été développés, ayant trait aux processus de cadrage et aux constructions d’identités (Hunt, Benford & Snow, 1994). Les processus de cadrage rendent compte de la façon dont les acteurs mettent en œuvre des schémas interprétatifs pour donner sens à leurs mondes sociaux et pour agir de concert2 ; les constructions d’identités font comprendre comment des identités personnelles et collectives émergent de ce qu’effectuent au jour le jour les participants à des actions collectives3.

  • 4 Parmi les débats sur les relations de dépendance, de chevauchement ou de codétermination entre ces (...)

2La perspective constructionniste en sociologie des problèmes sociaux avait déjà proposé des développements théoriques qui allaient dans le même sens. Le travail pionnier de Malcolm Spector et John Kitsuse (1973, 1977) a étudié des processus de revendication (claims making) qui à la fois pointent l’existence de problèmes sociaux, en définissent les causes, les victimes et les responsables et réclament des actions de réparation ou d’amélioration de la situation. Les analyses sur la construction des problèmes sociaux se sont multipliées depuis cette première formulation (Best, 1987 ; Brownstein, 2000 ; Gusfield, 1981 ; Jenness, 1990 ; Jenness & Broad, 1997 ; Loseke, 1992 ; Markle & Troyer, 1979 ; Richardson, Best & Bromley, 1991 ; Rose, 1977 ; Sobal & Maurer, 1999). Mais les deux champs de recherche, sur les mouvements sociaux et sur les problèmes sociaux, sont restés, mis à part quelques rares tentatives4, relativement déconnectés. Les uns étudient comment des acteurs définissent des situations comme « problématiques » et demandent leur transformation, mais ignorent ou ne mentionnent que de façon superficielle l’abondante littérature sur les social movements ; les autres, inversement, analysent des cas où des acteurs s’engagent dans des activités revendicatrices, mais ne se préoccupent guère du corpus de recherches établies sur les social problems.

3Cette situation n’est pas sans ironie, si l’on considère que Herbert Blumer (1969) affirmait que les problèmes sociaux sont les produits de l’action collective. Notre propos sera, à l’image de Joseph Gusfield (1981) ou de Valerie Jenness (1995), de nous appuyer sur des hypothèses constructionnistes dans les deux domaines pour tenter de les rapprocher. Un bon point de départ pourrait être que les deux littératures ont un intérêt pour la « rhétorique de l’action collective », définie comme « l’activité de revendication par les membres d’institutions publiques, de groupes de défense de droits (advocacy) et d’organisations de mouvements sociaux » (Hunt, 1992). De plus, ces « porteurs de causes », quand ils définissent des situations comme problématiques (diagnostics) et proposent des scénarios de réparation (pronostics), appellent souvent leurs sympathisants à se mobiliser et à se coordonner dans une action collective (Snow & Benford, 1988). Nous qualifions ce processus de « travail de production » des problèmes sociaux (social problems work), en ce sens que la détermination d’un problème et l’appel à sa résolution sont des activités collectives qui requièrent des efforts stratégiques délibérés (Holstein & Miller, 1993 ; Miller & Holstein, 1989). Le travail de production des problèmes sociaux commence dans le registre qualifié de « micro-politiques du trouble » (Emerson & Messinger, 1977), où des individus engagés dans des interactions en face à face tentent de définir des situations, des actions, des individus et/ou des groupes comme problématiques. Il peut aussi avoir lieu quand des représentants de collectivités de grande taille – institutions étatiques, organisations de mouvements sociaux, police ou justice – entreprennent de configurer ces problèmes dans leurs univers respectifs, en particulier par le biais de médias imprimés ou électroniques.

4Définitions et résolutions de problèmes sont des enjeux de disputes élaborées et durables (Benford, 1993a ; Miller & Holstein, 1995). Les opérations de cadrage provoquent souvent des opérations de contre-cadrage, sous la forme de stratégies rhétoriques qui défient les revendications de départ. Comme William Gamson (1988) l’a observé, chaque thème rhétorique appelle un contre-thème rhétorique. Dès lors, le travail de production des problèmes sociaux est l’occasion d’un drame public entre défenseurs et adversaires d’une cause qui tentent de faire valoir leurs propres visions des choses, de rejeter et de discréditer les prétentions de leurs opposants, de pousser les membres de leurs auditoires à s’engager dans l’action collective ou à s’en tenir éloignés et à ne pas agir en fonction d’opérations concurrentes ou alternatives de définition et de maîtrise des problèmes sociaux. Jusqu’à aujourd’hui, les processus en jeu dans ce drame public, en particulier les échanges dynamiques entre protagonistes, n’ont guère été analysés de façon systématique. Notre hypothèse de base est donc que la construction du sens dans les arènes d’action collective est un terrain de conflits. En contrepoint du jeu de validation ou d’invalidation des prétentions des arguments de part et d’autre, un champ d’alliances et d’oppositions se met en place où des acteurs répondent aux revendications publiques et aux attributions d’identités mises en avant par les mouvements, leur assignent de nouvelles significations ou en subvertissent la valeur symbolique. Ces réponses, qui peuvent être pacifiques ou véhémentes, sont à leur tour reconfigurées par les porteurs de revendications (claim-makers). De ce point de vue, il n’y a jamais que du sens en devenir, même là où les significations semblent s’être solidifiées et avoir pris les caractéristiques de fixité et de permanence de faits têtus (Blumer, 1969).

  • 5 « Les constructions d’identités, qu’elles soient intentionnelles ou non, sont inhérentes aux activi (...)

5Ce drame public peut être restitué en combinant les deux problématiques des mouvements sociaux et des problèmes sociaux. Deux éléments retiendront plus particulièrement notre attention : les idéologies et les identités collectives. Par idéologies nous entendons des configurations de croyances sur le bien-fondé de certaines organisations sociales et sur les actions qui doivent être entreprises en conséquence de ces croyances (Wilson, 1973, p. 91-92). Par identités nous nous référons aux caractéristiques, aux catégories et aux qualités attribuées à un collectif par ses membres ou par les membres d’autres collectifs. Idéologies et identités se constituent souvent de façon interdépendante au cœur des processus de production des problèmes sociaux et d’organisation des mouvements sociaux5. Elles sont prises dans la dynamique des recadrages et des contre-cadrages entre mouvements et contre-mouvements. Nous identifions quatre procédés où des opposants contre-cadrent des revendications d’un mouvement : le déni du problème (problem denial) ; la contre-attribution ; le contre-pronostic ; et les attaques visant à discréditer les qualités du mouvement ou de ses membres. Nous élaborons alors cinq procédés où les participants d’un mouvement rétorquent à ces contre-cadrages : l’ignorance (ignoring) ; la modalisation (keying) ; l’endossement (embracing) ; la démarcation (distancing) ; la riposte à la calomnie ou à la diffamation (counter-maligning).

6Nos matériaux proviennent de divers mouvements : mouvement anti-apartheid ; mouvement pour le droit d’asile, mouvements socialiste, pacifiste et écologique. Nous nous appuyons en particulier sur nos propres recherches ethnographiques – qui combinent observation participante, entretien approfondi et analyse documentaire – du Mouvement de la paix aux États-Unis entre 1982 et 1991. Elles ont donné lieu à nos thèses de doctorat (Benford, 1987 ; Hunt, 1991). Robert Benford a suivi dix-huit organisations pour le désarmement nucléaire de 1982 à 1986, douze d’entre elles localisées à Austin, Texas, et six d’envergure nationale ; Hunt a rassemblé des données de 1989 à 1991 sur les Nebraskans for Peace (NFP), une organisation ancrée dans l’état du Nebraska.

Contre-cadrer

  • 6 Certains chercheurs affirment que les « mouvements consensuels » constituent une exception parce qu (...)

7À quelques exceptions près, les activités de cadrage des mouvements sociaux et des problèmes sociaux s’attirent des ripostes de la part de nombreux opposants (Gamson, 1988 ; Ibarra & Kitsuse, 1993)6. Certains des adversaires sont associés dans des organisations d’opposition, comme c’est le cas pour les contre-mouvements (Lo, 1982 ; Mottl, 1980). Mais d’autres sont tout simplement des agents de contrôle social, des cibles désignées de changement, des institutions hostiles, des publics ennemis ou des groupements d’individus et de collectifs à faible cohérence et identité. Tous ces acteurs peuvent entrer dans l’arène, contester les déclarations et les revendications du mouvement et proposer leurs propres alternatives. De telles tentatives de « rejeter, miner ou neutraliser les mythes, versions de la réalité ou cadres d’interprétation d’une personne ou d’un groupe » seront qualifiées d’opérations de contre-cadrage (Benford, 1987, p. 75).

8Les analystes de discours ont depuis longtemps identifié une telle dynamique. Michael Billig (1987), réactivant l’antique tradition de la rhétorique, explore des techniques de contre-argumentation comme les contre-exemples ou les contre-attitudes. Les rhétoriques de l’action collective sont devenues un objet d’enquête per se. Joel Best (1987) analyse les matrices de la construction du problème des enfants disparus. Rhys Williams (1995) montre que les luttes rhétoriques sont cruciales comme moments d’activation de « ressources culturelles » dans la fabrication d’une référence au « bien public », tandis que Peter Ibarra et John Kitsuse (1993) identifient plusieurs types de stratégies contre-rhétoriques. William Gamson et Andre Modigliani (1989) examinent le discours public des mass médias et leur bataille entre thèmes et contre-thèmes autour du « pouvoir nucléaire ». William Gamson (1992) s’appuie sur le travail de Murray Edelman (1971, 1988) et de Gramsci (1971) pour esquisser une psychologie sociale de l’action collective qui prenne en compte les « disputes symboliques » (symbolic contests). Roberta Coles (1998) met en évidence la pluralité des stratégies discursives dans le conflit entre cadrages (framing fracas) des militants de la paix et partisans de la guerre pendant la guerre du Golfe. Robert Benford (1993a), enfin, attire l’attention sur les activités de cadrage et de contre-cadrage à l’intérieur des mouvements sociaux, focalisant sur les conflits, les schismes et les disputes entre leaders, factions et cliques dans les organisations. Cependant, malgré la reconnaissance de cette dynamique conflictuelle de la constitution des problèmes sociaux et des mouvements sociaux, les chercheurs ont souvent tendance à oublier comment de telles batailles dans l’ordre du discours ont des effets sur les idéologies et les identités collectives.

9Parmi les quatre types de contre-cadrage que nous allons décrire, trois portent sur l’idéologie des mouvements sociaux : le déni du problème, la réfutation des attributions de causalité ou de responsabilité, et les variantes regardant la résolution des problèmes. Les protagonistes peuvent s’entendre sur certains éléments idéologiques mais être en désaccord sur les autres. Leurs condamnations du crime, de la pauvreté, de l’abus de stupéfiants, de la grossesse des adolescentes ou des risques de guerre nucléaire peuvent converger, mais ce consensus vole en éclat dès que le débat se déplace sur la question de l’identification des causes et de la conception des solutions au problème. Le quatrième type de contre-cadrage porte en revanche sur le « caractère collectif » (collective character) du mouvement ou de l’organisation qui plaide pour le changement. Dans certains cas, les critiques s’adressent moins à l’objet des revendications qu’elles ne visent à discréditer les activistes et leurs supporteurs en s’en prenant à leur réputation. Toutes ces manœuvres ont des effets sur la constitution de l’identité collective de l’acteur central, lequel s’efforce de corriger ou de réparer les dommages par des efforts subséquents de recadrage.

Dénis du problème

10Les adversaires des acteurs de mouvements sociaux contrent souvent leurs discours en niant purement et simplement l’existence du problème. Au début des années 1980, de nombreux militants du Mouvement de la paix et la justice, intéressés par l’Amérique centrale, commencèrent à dénoncer la complicité des États-Unis avec les transgressions des droits de l’homme, en particulier le soutien américain aux dictatures et aux escadrons de la mort dans cette région. Jean Kirkpatrick, ambassadrice du président Reagan aux Nations unies, s’opposa à ces dénonciations en proclamant qu’il était rationnel pour les États-Unis de soutenir des régimes « autoritaires » et de s’opposer aux régimes « totalitaires ». Elle argumenta que « les “régimes autoritaires de droite”, quelles que soient leurs fautes, sont des alliés naturels et potentiellement réformables. Les “régimes totalitaires de gauche” ne sont en revanche pas rachetables. » (Minter, 1986). Elle a développé son point de vue dans Commentary (1979, no68), dans un article où elle conteste que la condamnation de l’impérialisme américain dans le tiers-monde soit un problème :

Si, par ailleurs, les leaders révolutionnaires décrivent les États-Unis comme le fléau du xxe siècle, l’ennemi des amoureux de la liberté, le perpétrateur de l’impérialisme, du racisme, du colonialisme, de génocides et de guerres, alors ils ne sont pas d’authentiques démocrates, autrement dit, des amis. Les groupes qui se définissent eux-mêmes comme des ennemis doivent être traités comme des ennemis. Les États-Unis, de fait, ne sont pas un régime colonial et raciste, ils ne pratiquent pas de génocide et ne menacent pas la paix du monde avec des activités expansionnistes. Pendant la dernière décennie, en particulier, nous avons fait montre d’une patience remarquable de partout et nous avons engagé des « restrictions unilatérales des défenses militaires », recommandées par Brzezinski comme adéquates à l’ère techno-électronique. Nous avons aussi changé plus vite et sommes allés plus loin que n’importe quelle société multiraciale dans le monde ou dans l’histoire pour éliminer le racisme dans notre pays. Pour ces raisons, et d’autres encore, une posture de continuelle auto-humiliation et d’apologie du tiers-monde n’est ni moralement nécessaire ni politiquement appropriée.

11Kirkpatrick dissolvait ainsi les revendications des protestataires en niant purement et simplement leur existence. Le soutien aux régimes autoritaires des pays du tiers-monde était, selon elle, la politique « appropriée » plutôt qu’un problème à résoudre.

12Tandis que le gouvernement ripostait aux critiques des militants concernant l’Amérique centrale, les opposants au mouvement anti-tabac s’engageaient de leur côté dans le déni des risques du tabagisme. Les représentants de l’industrie du tabac ont souvent financé des « enquêtes scientifiques » qui invalident les rapports sur le lien entre le cancer et la consommation de cigarettes ou l’absorption de fumée. Souvent, les adversaires affirment que c’est la mauvaise identification d’une situation comme problématique qui crée les problèmes. Tel est l’argument du président de l’Institut du tabac :

Il est à déplorer que les fumeurs de cigarettes aux États-Unis vivent dans des conditions de restriction, de taxation, de ségrégation et d’interdiction qui seraient intolérables si elles étaient imposées à n’importe quel autre groupe de personnes pour quelque raison que ce soit. C’est une cruelle ironie, dans un monde fondé sur un principe d’égalité pour tous, que les fumeurs soient devenus des citoyens de seconde zone, jouissant de droits de seconde classe. Ils paient dix milliards de dollars en plus en impôts. Ils s’assoient à l’arrière des avions, des trains et des bus. Ils sont mis à l’écart dans les usines, les bureaux et les lieux publics. On leur refuse des emplois parce qu’ils fument. Et s’il est une chose que l’on peut qualifier d’injustice (unfairness issue) dans la politique américaine d’aujourd’hui, c’est bien le traitement infligé aux fumeurs par les élus à des fonctions publiques. (Troyer, 1989)

13Les adversaires du mouvement anti-tabac nient ainsi l’existence d’un risque de santé et font des fumeurs les victimes désignées de politiques publiques, qui prétendent résoudre des problèmes ou des dommages qui n’existent pas (Sykes & Matza, 1957). Le mouvement anti-tabac n’a pas de raison d’être : pas de problème, pas de mouvement. Un tel déni du problème a des implications sur l’identité des militants anti-tabac : ils sont peut-être mal informés, irrationnels, ou manquent de sincérité.

Contre-attributions

14Une autre opération de contre-cadrage de l’idéologie d’un mouvement social consiste à reconnaître l’existence d’un problème particulier, mais moyennant une dispute à propos de l’analyse de ses causes (Benford, 1993a et 1993b ; Ferree & Miller, 1985 ; Snow & Benford, 1988). Les adversaires mettent en avant des interprétations alternatives de « qui » ou de « quoi » est à condamner. Ces contre-attributions ont pour visée de détourner l’attention publique des cibles de changement identifiées par les militants du mouvement vers d’autres institutions publiques. Du même coup, les revendications d’identité collective des protagonistes du mouvement sont remises en cause.

15Une bonne illustration en est fournie par la « crise de la protection de la santé publique » aux États-Unis. En automne 1992, des réunions publiques (town hall meetings) ont été organisées pour sonder les opinions des habitants du Kentucky sur l’accès à des soins de santé abordables. Plusieurs groupes indépendants et une coalition pour la sécurité sociale se sont mobilisés pour se battre autour de ce problème clef. Dans ces débats, pour et contre, la plupart des participants étaient d’accord sur le fait que le système d’assurance-maladie dans un contexte de marché libre était la cause du problème. Les membres du Parti libertarien du Kentucky, qui admettaient que la limitation de l’accès à la santé publique était un problème, distribuèrent un pamphlet peu avant la réunion publique de Lexington, pour contrer le diagnostic qui leur était proposé et en proposer un autre à sa place :

L’accès aux soins pour tous est devenu l’un des sujets les plus importants de notre temps. Les coûts de santé augmentent plus vite que l’inflation et 13 % des Américains n’ont aucune assurance sociale. Tandis que notre économie entre en crise, de plus en plus d’Américains sont malades d’inquiétude à l’idée de se retrouver sans couverture de soins de santé. À travers le pays, les Américains débattent de la possibilité de remplacer le « marché libre » par un système d’assurance nationale de santé garanti par le gouvernement, comme au Canada.

16Cet extrait affirme que l’absence d’un système d’assurance-maladie est un problème sérieux auquel sont confrontés les citoyens américains et s’adresse à ceux qui aimeraient substituer un autre système au « marché libre ». Le diagnostic se poursuit par la désignation des « causes réelles » de cette situation :

Il y a trente ans, n’importe quel Américain pouvait prendre en charge une opération chirurgicale de routine. Aujourd’hui, les coûts d’un séjour, même bref, à l’hôpital sont devenus ruineux. Qu’est-ce qui a causé cette explosion des frais médicaux ? Il y a trois facteurs déterminants : 1) le manque d’incitations à l’économie des dépenses ; 2) les réglementations et la bureaucratie du gouvernement ; 3) l’augmentation du nombre de procès en justice.

17Les partisans d’un système d’assurance nationale de santé ont bien reconnu le « problème », mais ils se sont trompés dans leur identification des causes. Leur identité est ainsi implicitement discréditée.

  • 2 [NdT. : Greedy defense contractors : les auteurs reprennent l’expression utilisée par les pacifiste (...)
  • 7 La Seconde Conférence spéciale sur le désarmement de l’ONU était le lieu adéquat pour un tel effort (...)

18D’autres données provenant du Mouvement de la paix peuvent être mobilisées. L’émergence du mouvement pour le gel des programmes nucléaires au début des années 1980 a suscité de nombreux contre-cadrages de la part de militants de la Nouvelle Droite. Peu de ceux-ci ont nié l’existence du problème : ils se sont plutôt attachés à dévier l’attention des sources de la « menace nucléaire », telles que présentées par les pacifistes – englobant sous le même chapeau la « course aux armements », la « souveraineté nationale », les « usages civils de la technologie » et les « fabricants d’armes avides de profit »2 – vers d’autres causes. En retour, le président Reagan et les Républicains, ainsi que les membres du Committee on the Present Danger, ont, dans leurs campagnes, incriminé l’« Empire soviétique », ce « foyer du mal dans le monde moderne » (Benford & Kurtz, 1987 ; Kurtz, 1988 ; Sanders, 1983 ; l’article de F. Clines dans le New York Times du 9 mars 1983). Le Premier ministre britannique, Margaret Thatcher, a elle-même abondé en ce sens à l’occasion de la Seconde Conférence spéciale sur le désarmement des Nations unies en 19827 :

Le risque fondamental pour la paix n’est pas l’existence d’armes de tel ou tel type. Les origines de la guerre ne résident pas dans la course aux armements, réelle ou imaginaire, mais dans l’empressement à recourir à la force contre les autres nations. Les agresseurs ne déclarent pas la guerre parce qu’un adversaire a créé sa propre force. Ils s’engagent dans la guerre parce qu’ils croient qu’ils ont plus à y gagner qu’à rester en paix. (Larson & Bodie, 1983, p. 22)

19En bref, les opposants au gel des armes nucléaires tendent à admettre qu’il y a un « risque de guerre nucléaire ». Mais ils déplacent la charge de la responsabilité de l’ensemble des armées lancées dans une course effrénée aux armements vers l’Union soviétique, désignée comme principal instigateur des troubles de la paix.

20Les pacifistes se heurtent également à une autre opposition que celle de la droite, émanant des organisations d’extrême gauche. Un texte du Socialist Workers Party sur la mobilisation militaire des États-Unis antérieure à la guerre du Golfe de 1991 est typique des attaques de la gauche contre les justifications traditionnelles du Mouvement de la paix :

[…] Un des obstacles que les communistes doivent affronter en lançant une campagne contre la guerre parmi les syndicats, ce sont les illusions inhérentes aux sentiments anti-guerre des bureaucrates syndicaux et des radicaux petit-bourgeois. Ces forces se prononcent volontiers contre le risque de conflit armé, et font circuler et signer des pétitions pour la paix. Mais ils évitent soigneusement d’évoquer les origines de classe de la campagne en faveur de la guerre. Leur opposition reste limitée et elle disparaîtra sitôt que la guerre éclatera. Pire, ils utiliseront leur image de syndicalistes et de militants pour crédibiliser leur appel à soutenir l’effort de guerre.

21Les seuls vrais pacifistes sont les révolutionnaires qui ont su analyser les « causes réelles » de la guerre : la lutte de classes entre capitalistes et travailleurs. Les membres de toutes les autres organisations de gauche vivent dans l’« illusion ». Ils rejoindront de toute façon les rangs du camp des bellicistes et participeront à l’union sacrée aux côtés de leurs adversaires d’aujourd’hui. Le seul pacifisme qui tienne, c’est celui qui passe par l’abolition du capitalisme. Il ne s’agit pas d’être non-violent, mais d’orienter la violence contre le Capital, contre ses relais et ses soutiens. Les organisations pacifistes en sont du même coup discréditées.

Contre-pronostics

22Les désaccords sur les causes et les raisons d’un problème débouchent souvent sur des disputes quant aux solutions à lui apporter (Snow & Benford, 1988). Les adversaires s’affrontent alors sur les façons de maîtriser la situation problématique. Ils imputent aux porte-parole d’un mouvement des erreurs de pronostic ; et leurs contre-pronostics défient les solutions qu’ils proposent. De même que les contre-attributions, ces contre-pronostics produisent des effets sur la constitution des identités collectives des mouvements en présence.

23Prenons l’exemple du défi lancé par le Parti libertarien aux pronostics de leurs adversaires concernant l’assurance-maladie. Par-delà les petites divergences stratégiques et tactiques entre les protestataires rassemblés dans les débats du Kentucky, la plupart se sont entendus sur la nécessité d’une plus grande intervention du gouvernement fédéral dans la couverture des dépenses de santé. Le contre-pronostic du pamphlet des libertariens s’est opposé à cette solution et en a proposé d’autres présentées comme supérieures :

La supériorité supposée du système canadien ne résiste pas à un examen approfondi. Plus le gouvernement exerce un contrôle sur le système de santé, plus la situation devient absurde. Les politiciens font la promesse utopique d’une assurance-maladie universelle à accès illimité, mais ils n’expliquent pas comment ce coût énorme va être supporté. Un tel projet exigerait de doubler les impôts sur le revenu et d’instaurer une nouvelle TVA nationale de 10 %. Il entraînerait aussitôt la destruction de nombreuses entreprises, dévasterait financièrement les classes moyennes et plongerait l’Amérique dans la dépression. La solution n’est ni dans les impôts, ni dans les projets étatiques, ni dans les régulations bureaucratiques. Plus de bureaucratie n’améliorerait pas la santé et ne diminuerait pas les coûts. Nous devons éliminer la bureaucratie qui nous étouffe, augmenter le contrôle sur notre propre système de soins et imaginer des choix de sécurité sociale novateurs. Voici quelques alternatives : privatiser les soins […] réduire les dommages et intérêts […] déréguler la recherche médicale […] en finir avec les monopoles de la médecine […] enseigner des styles de vie et des techniques de prévention qui favorisent la santé […] encourager et étendre l’aide charitable aux pauvres.

24Les collectifs qui ont plaidé pour un système d’assurance nationale de santé ont « correctement » identifié le problème, mais lui ont donné une réponse « inappropriée ». Ils ont commis une triple erreur : sur l’attribution de causes et de responsabilités, sur le projet de restauration de la justice sociale, sur le plan d’intervention étatique dans le marché. Ce contre-pronostic discrédite leur identité et rejaillit sur la qualification des organisations favorables à l’assurance-maladie universelle : elles sont elles-mêmes désignées comme des adversaires et pressenties comme des fauteuses de troubles contre lesquelles il va falloir se battre.

25Une dynamique similaire est repérable dans l’antagonisme entre les revendications pacifistes et leurs opposants. Tandis que le cycle d’activisme pacifiste des années 1980 propulsait le Mouvement de la paix au rang de force importante dans l’arène politique, un tir de barrage lui a été opposé autour de la solution du « gel nucléaire ». Charles Krauthammer a écrit dans The New Republic du 28 avril 1982 :

Le gel reflète le souhait profond et louable de millions d’Américains que quelque chose soit fait pour contrôler les armes nucléaires. Mais envisagé comme un plan sérieux, le gel ne peut avoir que des effets contraires à ceux qu’il recherche. Il vise la sécurité, mais il mettrait en péril la dissuasion nucléaire. Il aspire à une solution rapide, mais il retarderait la mise en œuvre d’un contrôle des armements. Il espère de réelles réductions, mais supprimerait le système de levier qui nous permettrait de les atteindre.

26Richard Perle, assistant au secrétariat à la Défense, a lui aussi formulé son contre pronostic :

Le gel mettrait l’Union soviétique dans une position de commande stratégique. Deux des trois piliers de notre système de dissuasion nucléaire se verraient mis en danger : nos missiles balistiques intercontinentaux et nos bombardiers. Les Soviétiques pourraient concentrer leur puissance de feu sur nos sous-marins et les rendre extrêmement vulnérables. C’est pour cela que Moscou veut que les résolutions portant sur le gel nucléaire soient adoptées – et que nous y sommes opposés.

27La solution alternative serait que les États-Unis redoublent d’efforts pour maintenir leur supériorité stratégique sur l’Union soviétique en concevant et en fabriquant des armes toujours plus sophistiquées et en les déployant toujours plus près des frontières du Pacte de Varsovie (Kurtz, 1988). Et les partisans de cette solution doivent être soupçonnés de manquer de bon sens, d’être irresponsables et même dangereux. Leur diagnostic n’étant pas raisonnable, c’est leur réputation qui se voit mise en cause : « Les visions qui ne peuvent pas être réalisées sont dangereuses et irresponsables quand elles détournent l’attention et la créativité de solutions pratiques plus modestes, mais qui réduiraient effectivement le risque de guerre. » (Article de Colin S. Gray dans Orbis, été 1982).

Attaques contre les qualités du collectif

28Mais la tactique la plus efficace pour contrer un mouvement est d’attaquer son caractère collectif. Une telle tactique est classique dans différentes situations de la vie courante, en particulier dans les situations de dispute : l’opération consiste à discréditer les revendications de l’autre en discréditant son caractère ou sa personne (Goffman, 1959, 1963). On peut donc miner le pouvoir éventuel de persuasion des revendications de quelqu’un en le faisant apparaître comme une personne discréditée. Dans le cas des mouvements sociaux, le caractère collectif constitue une dimension essentielle de leur identité. En s’appuyant sur les notions d’esprit de corps d’Herbert Blumer (1939), de conscience collective d’Émile Durkheim (1964), et de typologie des motifs de Max Weber (1968) et de Talcott Parsons (1951), Scott Hunt (1991, p. 255) définit le caractère collectif comme « un composant de l’identité collective qui entretient un sens de l’unité et qui inclut un complexe de traits comportementaux, cognitifs et moraux imputés par des participants soit à une organisation prise comme un tout, soit à des équipes particulières qui la constituent ». Le caractère collectif apparaît ainsi comme une constellation d’attributs conférés ou revendiqués, concernant la rationalité ou l’éthique, les affects ou le « moral » d’un groupe.

29Dans nos enquêtes sur les conflits autour de « paix et justice », nous avons observé les interminables volées de bois vert lancées contre la réputation des organisations, de leurs adhérents et de leurs sympathisants. Les mouvements de défense de la paix sont historiquement confrontés à trois types d’opérations de contre-cadrage : 1) leurs partisans sont, intentionnellement ou inconsciemment, du « côté de l’ennemi » ; 2) ils ne sont pas sincères, et leurs mises en scène publiques visent stratégiquement à dissimuler des agendas secrets ; 3) ils tendent à « avoir bon cœur, mais à être sans tête », ils sont « pleins de bonne volonté, mais incurablement naïfs » (Wittner, 1984). Leurs détracteurs passent de l’une à l’autre tactique de dénigrement ou de diffamation, les combinant à l’occasion pour toucher le plus large public possible.

30L’opposition des organisations de droite au gel nucléaire, par exemple, a cherché à saper la crédibilité du mouvement en l’accusant, au mieux d’être la « dupe » de l’Union soviétique et, au pire, d’être l’« allié » de l’« Empire du Mal ». Dans un film de propagande, Compte à rebours pour l’Amérique (1982,) produit par le Conseil de sécurité américain pour la coalition pour la paix à travers la force, le général en chef Richard X. Larkin a affirmé :

Le KGB, je crois, prétend que l’orchestration du mouvement pour le gel des programmes nucléaires par le Conseil pour la Paix mondiale est une de ses entreprises qui ont le mieux réussi. Le Conseil pour la Paix mondiale est une organisation de façade de l’Union soviétique. (1982)

  • 8 Pour une documentation détaillée sur les stratégies de discrédit du Mouvement pour le gel nucléaire (...)

31Une pléthore de groupes conservateurs a mis en avant de tels contre-cadrages8. Dans The National Review (1982), J. P. Roche conclut que « ce à quoi nous assistons, c’est une campagne extrêmement rudimentaire, et néanmoins effrayante contre la force nucléaire ». Une affiche du Comité national républicain présentait en 1982 le slogan suivant : « L’Union soviétique a besoin de vous ! Soutenez le gel nucléaire des États-Unis ! » En développant le schème « aider et encourager l’ennemi », W. A. Rusher avertissait dans Human Events (1982) que les campagnes anti-nucléaires.

[] font directement le jeu des Russes qui dirigent cette campagne comme un exercice de propagande pacifiste, utile pour amollir l’Ouest. Les gens qui agitent avec le plus d’énergie le drapeau de la menace de la guerre sont ceux qui, incitant les leaders soviétiques à penser qu’ils pourraient la gagner, les poussent plus sûrement à s’y engager. Sur ce point comme sur d’autres, notre époque est en train de déterminer si la démocratie est une technique de survie pratique dans un monde que les rêveurs n’ont jamais fait.

  • 3 [NdT. : The National Committee for a Sane Nuclear Policy : ce mouvement, créé en 1957, s’est mobili (...)

32La définition des motifs des partisans du gel nucléaire est traitée de façon plus ou moins explicite. L’Alliance pour arrêter le progrès du marxisme aux États-Unis a, dans un quotidien, accusé treize sponsors du Mouvement pour le gel nucléaire (dont les Amis de la Terre, les Physicians for Social Responsability et SANE3) d’être des « organisations de façade des communistes ». Lors d’un discours devant des anciens combattants le 4 octobre 1982, le président Reagan a ré-assené le leitmotiv de la Nouvelle Droite (articles de Barron, Reader’s Digest, octobre 1982 ; Isaac & Isaac, American Spectator, 1982 ; Rabinowitz, Wall Street Journal, 1982 ; Sobran, The National Review, 1982). Ce mouvement, qui « se répand à travers le pays » « n’est pas inspiré par des gens honnêtes et sincères qui veulent la paix, mais par des gens qui veulent l’affaiblissement de l’Amérique et manipulent à cet effet des gens honnêtes et sincères » (The Nation, 6 novembre 1982).

33Ce discours adonné le ton (Turner & Killian, 1987) à la série de revendications qui s’ensuivirent. Dix jours plus tard, Morris dans The Houston Post (14 novembre 1982) soutenait que si la majorité des simples militants du Mouvement de la paix étaient des gens « intelligents et sincères », la « frange radicale » qui la contrôle est en revanche guidée par des motifs non avouables. Le commentateur pressait le Mouvement d’« identifier et expulser ceux qui se planquent » derrière une façade de sincérité et qui détournent l’attention publique de leurs vrais motifs en criant au maccarthysme dès lors qu’ils sont découverts. Un autre analyste de la Nouvelle Droite, Sobran, imputait le malaise à la « ruche » bourdonnante d’activistes qui « partagent à la fois des agendas politiques secrets et un vocabulaire spécial de mots en vogue comme “paix” (qui signifie réellement “affaiblissement du capitalisme”) et “besoins humains” (“programmes socialistes”) ».

34Bien que de telles attaques contre la réputation du Mouvement aient fait naître des doutes dans l’esprit de certains adhérents potentiels, la tactique de discrédit n’a pas été totalement efficace. Les militants du Mouvement ont riposté avec vigueur à ces manœuvres et ont continué à gagner des points dans les sondages. En décembre, le président Reagan a jugé opportun de clarifier le sens de ses attaques précédentes :

  • 9 Il est communément admis que la proposition de gel des armements nucléaires a été pour la première (...)

J’ai dit et je répète que des millions de gens soutiennent ce mouvement. Je suis sûr qu’ils sont bien intentionnés et que nous partageons les mêmes buts. Tout ce que je souligne, c’est que ce mouvement pourrait bien malgré lui apporter de l’eau à un autre moulin. Soit dit en passant, le premier homme à proposer le gel nucléaire a été Leonid Brejnev9, à Moscou, le 21 février 1981. (Miller, Austin American Statesman, 11 décembre 1982)

35Bien que ces opérations de recadrage fussent avant tout destinées à donner l’impression que le président comprenait les peurs des citoyens concernant la menace nucléaire, elles visaient surtout à mettre en doute le caractère collectif du mouvement. Elles agissaient sur la figuration de l’adversaire : non plus « tous les freezeniks sont des agents doubles qui veulent mettre l’Amérique à genoux », mais « les supporteurs du mouvement pacifiste sont de braves gens, quoique naïfs, qui sont trompés par des agents de l’Empire du Mal ».

36Entre-temps, la Nouvelle Droite intensifiait d’un cran ses efforts d’opposition à la révolte. Une de ses organisations, la Washington Legal Foundation, diffusait des consignes à d’autres groupes sur « comment dégeler les “gelés” ». Elle recommandait que l’on dépêchât des reporters pour poser des colles aux partisans du gel sur des sujets sensibles comme « la normalisation avec Cuba, l’aide au Salvador ou la libre entreprise ». Donner (The Nation, 6 novembre 1982) observe que cette consigne était suivie d’une « suggestion plus ouvertement calomnieuse : “Présentez-les comme un groupe de gauche… Qu’est-ce que vous avez à y perdre ? Et soyez fermes dans l’exposition du cas, comme si vous saviez de quoi vous êtes en train de parler”. »

Recadrer

37Les acteurs du mouvement social et les autres contestataires non seulement investissent beaucoup de temps et d’énergie dans la constitution sociale d’idéologies, de réalités et d’identités, mais ils consacrent également des ressources non négligeables à répondre aux opérations de contre-cadrage que leurs adversaires leur opposent (Coles, 1998 ; Hunt, Benford & Snow, 1994 ; Klandermans, 1992). Une bonne partie de ce travail idéologique relève de la critique, de la dénonciation et de la justification ; mais il consiste aussi en un effort pour maintenir et restaurer l’identité collective que les acteurs ont construite dans le cours de leurs interactions, comme résultat des activités quotidiennes de cadrage (Taylor & Whittier, 1992). Les acteurs doivent circonscrire, contenir, préserver et renverser les effets dommageables produits par les opérations de contre-cadrage de leurs présentations de soi et de leurs revendications par leurs adversaires.

38Ce travail de recadrage a surtout lieu en coulisse. Nous avons observé nombre de discussions et de disputes entre leaders et membres d’organisations en vue de sélectionner les réponses publiques et privées les plus pertinentes et les plus efficaces pour répliquer aux contre-cadrages. Ces accomplissements interactionnels sont orientés soit vers la réaffirmation et la reconduction de revendications identitaires, soit vers la réparation d’identités « abîmées » ou « ébranlées » par les attaques de contre-mouvements. Nous allons à présent proposer une typologie de cinq formes de recadrage : ignorer, modaliser, endosser, se démarquer et riposter à la calomnie ou à la diffamation.

Ignorer l’opposition

39Une réponse commune aux opérations de contre-cadrage est de les ignorer. Dans des délibérations d’arrière-plan, les acteurs choisissent fréquemment de feindre de ne pas avoir connaissance des critiques qui leur sont adressées : les reconnaître c’est déjà leur accorder une légitimité. Ainsi d’un entretien informel avec un membre du personnel des Nebraskans for Peace pendant la guerre du Golfe :

  • 4 [NdT. : « We’re really way out in the Twilight Zone », selon le titre d’un show télévisé des années (...)

Enquêteur. – Les articles, courriers des lecteurs et éditoriaux de journaux de ces derniers temps ont donné de vilains coups de griffe aux militants pacifistes. Est-ce que vous avez l’intention de répondre à ces attaques ?
Membre des NFP. – Non, pas vraiment.
E. – Pourquoi ?
NFP. – Si nous répondions, cela voudrait dire que leurs critiques ont du sens et que nous-mêmes ne sommes vraiment pas crédibles4. Bien entendu, quand les tentatives de discrédit proviennent de personnages publics, nous devons les prendre en compte et y répondre en public. Mais nous devons le faire de façon stratégique. Nous devons choisir nos moyens de lutte, pour ainsi dire, soigneusement.

40D’autres observations confirment que les militants décident souvent d’ignorer les contre-cadrages dont ils ont été la cible. Par exemple, les organisations locales de Paix et Justice prennent délibérément le parti de ne pas mentionner l’abattage par les Soviétiques d’un avion commercial coréen à l’origine de la mort de 269 civils. Un militant de la coalition de Paix et Justice d’Austin s’exprime ainsi : « Nous avons le sentiment que nous faisons mieux de garder le silence sur ce sujet. Je veux dire que, si nous essayons de capitaliser sur ce chapitre, nous courons le risque d’être pris pour un ensemble de salauds insensibles. » Cela nous suggère que l’ignorance n’est pas un assentiment passif, mais une stratégie active. Cela est évident dans la riposte d’un syndicat local à l’introduction par l’employeur d’un programme de « qualité de la vie au travail » (QWL) :

Les cercles de qualité et les QWL sont des noms attrape-tout qui recouvrent un éventail de programmes de management en entreprise. Ceux-ci sont supposés augmenter la satisfaction des employés sur leur lieu de travail en leur accordant une participation aux décisions dans l’atelier tout en permettant à la direction d’améliorer la qualité et de réduire les coûts de ses produits.

41Ce militant identifiait quatre risques potentiels des programmes QWL : le syndicat perd son identité en devenant un porte-parole de la direction ; l’accroissement de la productivité et de l’efficacité conduit à supprimer des emplois ; le pouvoir de négociation collective est affaibli par le fait que des petits groupes proposent des changements dans l’organisation du travail sans passer par les médiations syndicales ; au bout du compte, les QWL peuvent signer la faillite des syndicats. Quand l’International Papers’s Kaukauna a introduit dans le Wisconsin un programme de ce type, nommé Q1, le syndicat a donné pour consigne de ne rien dire :

Notre démarche initiale était de demander à nos membres de crier d’indignation à propos des grosses erreurs de management de la compagnie et de l’hypocrisie de leurs conceptions de la qualité. La compagnie a été ébranlée, mais sans renoncer à son projet. Il nous est alors apparu que les réclamations de nos membres aux meetings jouaient en fait comme des signaux d’encouragement pour la direction. Les cadres proclamaient être satisfaits du feedback des représentants du personnel, faisaient mine de tenir ces insatisfactions pour un progrès, les interprétaient comme des amorces de communication qui allaient aboutir à l’acceptation du programme Q1. Quand nous avons pris conscience de cet état de fait, nous avons fait passer le mot d’ordre du silence. Nous avons distribué un tract engageant nos adhérents et leurs collègues à « juste ne rien dire » aux meetings du Q1, de porter des T-shirts rouges de solidarité et de répondre aux injonctions de participer par le mutisme. Notre parole ne pourrait pas être recyclée par les animateurs au service de la direction. Notre silence allait à terme les plonger dans un état de frustration et de désabusement. (McSorley, Labor Notes, mai 1989)

Modaliser

42Une seconde stratégie de recadrage des critiques des opposants est celle de la modalisation. Goffman (1974, p. 43-44) définit un « mode » (ou une « clef ») (key) comme « l’ensemble de conventions par lesquelles une activité donnée, déjà porteuse de sens dans un cadre primaire, est transformée en quelque chose qui se modèle sur cette activité mais qui est vu par les participants comme radicalement autre ». Dans le champ des mouvements sociaux, la modalisation advient quand les participants d’un mouvement reformulent les propositions de leurs opposants en en neutralisant, subvertissant ou retournant le sens. La modalisation est un processus dialectique de ré-attribution, de ré-interprétation et de re-codage du sens – une activité de recadrage.

43Le processus de modalisation peut être illustré par les efforts des militants pacifistes pour redéfinir les termes de la sécurité nationale au début des années 1990. Le terme « sécurité nationale » est lui-même le produit d’une modalisation de « défense nationale », que les agents du gouvernement traitent comme une province du « département de la Défense », qui lui-même provenait de la réorganisation du « département de la Guerre ». Avec l’émergence de l’entreprise de réforme du régime soviétique, les analystes politiques ont prédit la fin de la guerre froide, et beaucoup d’organisations pacifistes, les NFP inclus, ont réorienté leur attention vers l’utilisation de « dividendes de la paix » provenant des coupes anticipées dans les dépenses militaires. Ces efforts, auxquels il est fait référence en termes de « sécurité nationale équilibrée » ou de « campagne des priorités nationales », se sont intensifiés à la suite de l’implosion de l’Union soviétique.

44Dans le cas des NFP, la campagne baptisée « Proposition modeste pour une sécurité nationale équilibrée » a été lancée en 1990. Elle est fondée sur une modalisation de la mise en équivalence entre sécurité nationale et force militaire :

Garantir la sécurité de la nation est la responsabilité première de tout gouvernement. Elle dépend de la force militaire, du bien-être des citoyens, de la prospérité économique, des alliances internationales. La nécessité de maintenir un investissement équilibré à long terme dans chacun de ces domaines a été méconnue quand le gouvernement a doublé les dépenses militaires en une décennie. La plupart des Américains reconnaissent cette nécessité. Malheureusement, la définition de la « sécurité nationale » est devenue dangereusement étroite, à courte vue. En tant que nation, nous nous sommes laissés induire en erreur par le détournement d’un grand nombre de ressources pour développer et entretenir un énorme establishment militaire.

45À travers cette proposition, les pacifistes des NFP vont à l’encontre du reproche qui leur est habituellement adressé de ne pas accepter la réalité élémentaire de la sécurité nationale. Ils affirment que celle-ci est de la responsabilité du gouvernement, et du même coup, ils recadrent leur image publique et leur identité collective. Mais ils ajoutent que la sécurité nationale inclut la préparation militaire plus un ensemble d’objectifs de justice sociale et économique. De même, les qualificatifs « modeste » et « équilibré » modalisent la perception des organisations pacifistes comme « extrémistes », « radicales » et « irrationnelles ». Cette transformation avait été rendue possible par la nouvelle conjoncture de politique internationale – l’interprétation de la disparition de la Russie et du bloc de l’Est et de la nouvelle donne géopolitique comme une « opportunité politique » qui rend plausibles les chances de réussite de cette stratégie de modalisation (Gamson & Meyer, 1996). Le coordinateur des NFP pour l’État du Nebraska l’énonce clairement : « Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, il n’y a pas eu d’ouverture politique comparable à celle d’aujourd’hui pour procéder à une ré-allocation importante des ressources fédérales. »

46Un autre exemple de la dynamique qui nous mène d’opérations de cadrage au contre-cadrage et au recadrage, et qui implique des procédés de modalisation, est fourni par les différentes torsions entre versions interprétatives de l’accident de l’avion de la Korean Air Line. Les nouvelles de la destruction du vol KAL 007 par les Russes ont été présentées par les anti-pacifistes comme la confirmation des craintes de l’administration Reagan à propos des intentions belliqueuses de l’Union soviétique (Kurtz, 1988, p. 36-37 ; Wall, 1983). Ceux-ci ont été prompts à expliquer que la réponse brutale de l’armée soviétique à « l’intrusion par inadvertance d’un avion civil dans sa zone aérienne » attestait de son mépris pour la vie humaine. Ils ont ajouté que cet accident invalidait les proclamations du Mouvement de la paix selon lesquelles les Soviétiques « ont intérêt à la paix avec les Américains » et peuvent être crus quand ils s’engagent à respecter les traités de désarmement. Bien que de nombreux groupes locaux de pacifistes aient choisi dans un premier temps d’ignorer ces contre-cadrages, les instances nationales du Mouvement de la paix ont dû y répondre officiellement par leurs propres recadrages. Mobilization for Survival, dans un bulletin d’automne 1983, The Mobilizer, déclare :

Cet incident montre, plus que jamais, la nécessité d’un apaisement des tensions à l’échelle mondiale et d’une politique active pour le désarmement nucléaire. Quelles que soient les raisons de cette attaque, il est clair que l’atmosphère tendue entre Est et Ouest, qui contribue à instaurer un climat de peur et de paranoïa, y est pour quelque chose.

47L’article continue en affirmant que le déploiement des missiles Pershing II en Europe ne ferait qu’augmenter la vraisemblance qu’un tel accident déclenche une guerre nucléaire. Il conclut en donnant des instructions aux groupes locaux et affiliés concernant l’urgence de recadrer l’événement du vol KAL 007 auprès de la base :

Nous condamnons fermement cet acte de violence. Mais nous pressons les groupes locaux de Paix et Justice de souligner que cet accident donne une raison supplémentaire en faveur du désarmement immédiat et de la démilitarisation immédiate. Nous devons être clairs sur le fait que, si le militarisme mondial devait continuer à croître, les conséquences du prochain accident pourraient être bien pires encore.

  • 5 [NdT. : L’expression renvoie à l’action collective engagée au xviiie siècle, avant l’indépendance d (...)

48La modalisation peut-être la plus répandue en relation avec les manifestations de désarmement des années 1980 était : « Nous sommes les vrais patriotes. » Les militants comparaient les opposants à la menace nucléaire à la Boston Tea Party5, ceux qui « aujourd’hui luttent pour se libérer des armes nucléaires » aux pères fondateurs des États-Unis, qui se battaient contre la tyrannie de la Couronne britannique. De tels recadrages ne servaient pas seulement à contrer publiquement les convictions négatives attribuées aux pacifistes, mettant en cause leur « loyauté » et leur « patriotisme » ; ils contribuaient également à construire, réparer et soutenir des identités collectives positives.

Endosser

49Une troisième façon de contrer les critiques des adversaires est de les endosser, d’en accepter la validité et de reprendre à son compte les attributions d’identité collective de la part d’outsiders, quitte à procéder à un renversement de stigmate (Goffman, 1961a, 1961b, 1963). Par exemple, le Troublemaker’s Handbook de La Botz (1991) assume l’étiquette dépréciatrice du fauteur de troubles que les défenseurs de l’ordre établi ont adoptée pour discréditer les syndicalistes. Ce processus est mis en évidence dans un entretien avec deux membres des NFP :

Enquêteur. – Certaines personnes affirment que les causes défendues par les militants pacifistes minent la position des États-Unis dans le monde. Comment répondriez-vous à cette critique ?

NFP 1. – J’ai déjà entendu ce son de cloche. Je pense que je leur dirais juste qu’ils ont tout à fait raison. Il est temps de secouer l’ordre mondial !

NFP 2. – Je suis d’accord. Nous vivons dans un monde d’inégalité et d’injustice. La « grandeur » [geste de mise entre guillemets] de notre pays a été acquise sur le dos des pays colonisés et exploités. Peut-être que si nous mettions en péril la position des États-Unis dans le monde, nous pourrions atteindre plus de justice économique et les pays du Sud se trouveraient sur un pied d’égalité avec les pays du Nord. Est-ce que je me trompe ?

50Dans ce bout de conversation, les militants des NFP relèvent le défi. L’imputation négative qui leur est faite de trahison à la nation est acceptée, mais renversée. Elle prend un sens positif de promotion de l’égalité et de la justice sur la planète. Le processus est de fait plus compliqué. Les activistes combinent des techniques de modalisation et d’endossement pour tourner en dérision les incriminations de leurs adversaires : ils font mine de les prendre pour argent comptant dans un premier temps, avant d’en subvertir le sens et de leur faire dire autre chose. S’adressant à un public local des Campus unifiés pour la prévention de la guerre nucléaire, le coordinateur national d’UCAM a donné des consignes explicites concernant cette tactique de recadrage :

Nous devons nous débrouiller avec les thèmes du patriotisme et de la sécurité si nous voulons changer les mentalités. Les Américains ont une vision dédoublée quand il s’agit de l’Union soviétique. La majorité approuve le contrôle des armements et dit que nous en avons besoin ; mais une majorité tout aussi nombreuse affirme sa méfiance vis-à-vis des Russes. Comment faire ? Dites la vérité. Mais dites-la d’une manière qui fasse appel aux valeurs des gens. Vous devez vous mettre sur la même longueur d’onde que ceux à qui vous vous adressez. Admettez les atrocités des Soviétiques. Allez même plus loin, rajoutez-en. Puis, soulignez que les États-Unis et l’Union soviétique ont commis les mêmes méfaits. Montrez-leur le bilan d’inventaire […] comment les deux pays se valent en relation à leur politique étrangère.

  • 10 Cette stratégie présente un air de famille avec la stratégie d’amplification de cadres de Snow et a (...)

51Le leader d’UCAM ne faisait rien d’autre qu’embrasser les critiques de ses opposants et les retourner en faveur des revendications de son mouvement10.

Se démarquer

52Le plus souvent, les membres des organisations d’action collective s’efforcent de se démarquer des représentations désobligeantes que leurs adversaires tentent de leur imposer. Les militants d’organisations socialistes récusent les étiquettes de communistes bolcheviks qui leur sont attribuées. Une tactique classique, celle des trotskistes, est de proclamer que l’Union soviétique n’incarne pas le « vrai socialisme », mais une variante de l’« État ouvrier dégénéré ». Dans une lettre de collecte de fonds des Democratic Socialists of America (DSA) en septembre 1990, Edward Asner écrit :

La « sagesse conventionnelle » veut que le socialisme ait échoué. Bien, ce qui a échoué, c’est le communisme, avec ses économies centralisées à outrance et ses dictatures à parti unique, et avec l’abolition des droits civils, syndicaux et politiques. DSA n’a jamais soutenu cette définition du socialisme. DSA a toujours combattu toutes les dictatures, qu’elles soient de droite ou de gauche.

53Après l’implosion de l’Union soviétique, DSA a continué à se démarquer des représentations de sens commun du communisme. Ce travail de rejet d’identités indésirables conduit souvent à accepter d’autres identités imputées. Comme Kanter (1968) l’a montré, endossement et démarcation sont des processus inextricablement emmêlés dans les transformations d’identités. La citation suivante de la publication Pourquoi j’ai détesté la marche sur Washington des Queers United Against Straight-Acting Homosexuals (QUASH) illustre ce double mouvement :

  • 6 [NdT. : « This march was Ozzie and Harriet… » fait référence à une série TV des années 1950 qui exa (...)

Le sentiment dominant de la journée est que nous sommes « comme tout le monde ». Même le New York Times dans un éditorial postérieur à la Marche, a écrit : « Cette manifestation était très conservatrice, comparée aux manifestations de Stonewall6 ou à la parade de la Gay Pride de New York. Ordinaires et Les gens d’à côté étaient les mantras du week-end. » Pourquoi diable l’establishment du NYT conteste-t-il le désir d’assimilation, tandis que le soi-disant leadership gay s’en montre incapable ? Où a donc disparu la presse locale gay ? Ont-ils perdu leur faculté d’analyse ? Ou peut-être n’était-ce qu’un gigantesque spectacle de travestis après tout. Un spectacle de travestis militaires.
Laissons les queers et tous les gens qui nous soutiennent commencer notre propre armée. Et engageons-nous ensuite dans une vraie guerre. Attaquons le Congrès et ses limaces (slimebags) racistes, homophobes et élitistes, qui ont voté pour la mise au ban des HIV IMMIGRATION, qui ont établi un programme fantôme d’assistance médicale et qui marchandent nos vies à la baisse. Ensuite, attaquons la Maison Blanche qui nous ment à propos de la Baie de Guantanamo, qui se débarrasse des pédés et se contrefout du sida et de l’assurance-maladie universelle.

54L’auteur démarque QUASH des autres composantes du mouvement de libération gay et endosse les identités queer attribuées aux homos par leurs opposants. Sa stratégie rhétorique (in your face rhetoric style) est de s’emparer des caractérisations négatives des adversaires, de les recadrer en identités positives et de les retourner à la face de leurs opposants. « We’re here and we’re queer ! Deal with it ! » Les « pédales », « dérangés » ou « détraqués », deviennent des héros du pluralisme sexuel.

Riposter à la calomnie ou à la diffamation

55Le cinquième procédé de recadrage des attaques contre les identités et les idéologies est la neutralisation ou la récusation d’une expression calomnieuse ou diffamante. Les acteurs d’un mouvement mettent en cause leurs opposants en se battant contre leurs tactiques de dégradation ou de diabolisation. Dans une conférence de presse à la suite de la guerre du Golfe, un reporter a demandé à un représentant NFP d’Omaha pourquoi son groupe n’était pas rendu furieux par les « atrocités » commises en Irak. Le reporter prétendait ainsi que les NFP s’alignaient sur l’ennemi de la nation en fermant les yeux sur les « atrocités » des Irakiens. Le représentant NFP répondit que son organisation était « contre toutes les atrocités », détournant ainsi une pique stigmatisante en laissant entendre que le reporter ignorait de son côté les « atrocités » commises par les Américains. Pendant la guerre du Golfe, un slogan courant des pacifistes était : « Pas de sang pour du pétrole. » C’était une mise en cause directe de l’identité du président Bush comme entrepreneur pétrolier du Texas et de ses raisons d’être en faveur de la guerre. D’autres formules visaient davantage la compétence de Bush en politique étrangère.

56Même quand ils promeuvent leurs propres pronostics, les militants du Mouvement de la paix dispensent leurs attaques contre la réputation des partisans de la guerre. Pendant la campagne pour le gel nucléaire à l’université du Texas à Austin, un orateur à la tribune s’exclamait : « Si la proposition de gel nucléaire est ratifiée, ces schèmes insensés cesseront de nous menacer. » Une lettre de levée de fonds du 26 mars 1984, signée par les Physicians for Social Responsibility (PSR), abonde dans ce sens :

Pendant des années, nous avons laissé les experts faire ce qu’ils voulaient. Nous avons lâché la bride aux guerriers froids et professionnels, aux militaristes de la ligne dure, aux « réalistes » qui calculent les morts « acceptables » en dizaines de millions et aux rêveurs qui pensent qu’il y a toujours une place où se cacher. Il est temps de prendre nos responsabilités pour nos propres vies et de garantir un futur pour nos enfants.

57Dans ce bref paragraphe, PSR réussissait à contenir les principales attaques lancées par ses opposants (extrémistes, hypocrites, naïfs, insensibles) et les refoulait au moyen d’un boomerang rhétorique (guerriers, militaristes, rêveurs et réalistes), tout en revendiquant une tenue morale plus élevée que ses adversaires.

Conclusion

58Les problèmes sociaux émergent de processus d’interaction entre les revendications de partisans et d’opposants à des mouvements d’action collective. Nous avons identifié deux types idéaux de processus : le contre-cadrage et le recadrage. Nous avons analysé quatre stratégies appliquées par les adversaires d’un mouvement pour le discréditer : le déni de problème, la contre-attribution, le contre-pronostic, et l’attaque contre le caractère collectif du mouvement. Nous avons enfin distingué cinq stratégies de réparation des dommages symboliques provoqués par les critiques : ignorer, modaliser, endosser, se démarquer, et riposter à la calomnie et à la diffamation.

59Par-delà ce travail analytique, l’enjeu est de rapprocher et, si possible, de connecter deux champs de recherche sur les mouvements sociaux et sur les problèmes sociaux. Une telle opération permettrait de fonder une sociologie politique de type constructionniste. Sur la question des idéologies et des identités collectives, par exemple, cette approche englobe un ensemble de processus : la dynamique de recrutement et de mobilisation autour d’une cause, l’alignement des perspectives et des performances des acteurs, la formation d’une organisation de mouvement social identifiable dans une arène sociale, son interaction avec d’autres organisations, dont des contre-mouvements qui s’opposent à elle. Dans ce contexte de lutte entre significations, il est possible de montrer l’émergence des revendications des défenseurs et des adversaires d’une cause, leur destination à des auditoires qui s’en font juges et, au bout du compte, la configuration de problèmes sociaux, dont la définition et la résolution sont les accomplissements d’une praxis collective. Si l’analyse prend parfois un tour statique et fige des thèmes et des contre-thèmes, la fluidité du processus ne saurait être perdue de vue. Les problèmes sociaux émergent à des rythmes divers à travers les dynamiques d’action collective et les multiples activités de cadrage, de contre-cadrage et de recadrage qu’elles engendrent.

60Notre compréhension ne repose pas sur un modèle linéaire des processus sociaux. Nous ne soutenons pas qu’il y aurait une scène de l’articulation des thèmes, suivie de la scène des contre-thèmes, puis de la scène de la ré-articulation des thèmes à l’épreuve des contre-thèmes. La vie sociale est d’une autre complexité dialectique. Les acteurs naissent dans des mondes sociaux où sont disponibles des réserves de connaissances déjà bien établies (Berger & Luckmann, 1967 ; Schutz & Luckmann, 1973) : leurs « univers symboliques » sont déjà pré-articulés par des constellations de thèmes et de contre-thèmes tenus pour évidents. L’engagement dans un travail de définition de problèmes ne se fait pas dans un vide culturel. Les promoteurs de causes publiques, si novatrices paraissent leurs revendications, s’appuient donc sur des corpus de savoirs de sens commun, qui ont leur propre histoire. Un thème est toujours déjà le contre-thème d’un autre thème. Les cadrages sont toujours déjà pris dans des dynamiques de contre-cadrage et de recadrage. Le point de départ de l’enquête empirique est donc arbitraire : toutes ces distinctions analytiques sont de simples conventions, des « concepts de sensibilisation » (Blumer, 1969) qui permettent de s’orienter dans le drame du conflit des interprétations.

61L’accent est mis sur des processus d’interaction en contexte et sur des dynamiques d’émergence de problèmes plutôt que sur des systèmes de représentations statiques ou des caractéristiques d’agents sociaux. L’observation peut, par exemple, se porter sur des situations de confrontation directe entre protagonistes. Dans des forums publics, comme les conférences, des entretiens avec les journalistes ou les débats sur des sites internet, dans des réunions devant les mass médias et dans des assemblées où sont présents les protagonistes d’une cause, les échanges du tac au tac donnent à voir des combats rhétoriques, des espaces de positions idéologiques et d’identités collectives. Souvent, cependant, la confrontation n’est pas si explicite et organisée et la description d’arènes de polémiques ou de controverses requiert un travail plus minutieux de collecte, de repérage et de reconstitution de « qui est qui » et « qui dit quoi », « contre qui » et « pour quoi ». Ce type d’enquête doit également prendre en compte les disputes internes entre membres d’une même organisation ou entre alliés d’une même cause. Dès lors que des militants essaient de s’entendre sur des objectifs à atteindre ou sur des moyens à mobiliser, ils entrent dans des conflits sur les principes à mettre en avant, sur les évaluations de l’efficacité de leurs performances, sur les anticipations de la réception par des auditoires et sur les stratégies de légitimation auprès des autorités publiques. Est-ce que les dynamiques internes de dispute entre militants ont à voir avec les structures organisationnelles dans lesquelles ils s’inscrivent ? Par quels processus parviennent-ils à élaborer des revendications publiques cohérentes et pertinentes ? Quelles relations entretiennent les mouvements sociaux, les administrations, les institutions gouvernementales, les professions libérales, les groupes d’experts et les groupes de pression ? Toutes ces questions doivent faire l’objet d’une approche constructionniste en sociologie politique, dont la perspective des cadres est l’un des principaux axes.

Bibliographie

Benford Robert D. (1987), Framing Activity, Meaning, and Social Movement Participation : The Nuclear Disarmament Movement, Austin, University of Texas, thèse de Ph. D., multigr.

Benford Robert D. (1993a), « Frame Disputes within the Nuclear Disarmament Movement », Social Forces, 71, p. 677-670.

Benford Robert D. (1993b), « “You Could Be the Hundredth Monkey” : Collective Action Frames and Vocabularies of Motive Within the Nuclear Disarmament Movement », The Sociological Quarterly, 34, p. 195-216.

Benford Robert D. (1997), « An Insider’s Critique of the Social Movement Framing Perspective », Sociological Inquiry, 67, p. 409-430.

Benford Robert D. & Lester R. Kurtz (1987), « Performing the Nuclear Ceremony : The Arms Race as Ritual », Journal of Applied Behavioral Science, 23, p. 463-482.

Benford Robert D. & David A. Snow (2000), « Framing Processes and Social Movements : An Overview and Assessment », Annual Review of Sociology, 26, p. 611-639.

Berger Peter L. & Thomas Luckmann (1967), The Social Construction of Reality, New York, Anchor Books.

Best Joel (1987), « Rhetoric in Claims-Making : Constructing the Missing Children Problem », Social Problems, 34, p. 101-121.

Billig Michael (1987), Arguing and Thinking : A Rhetorical Approach to Social Psychology, Cambridge, Cambridge University Press.

Blumer Herbert (1939), « Collective Behavior », in R. E. Park (ed.), An Outline of the Principles of Sociology, New York, Barnes & Noble.

Blumer Herbert (1969), Symbolic Interactionism, Englewood Cliffs, Transaction Books.

Brownstein Henry H. (2000), The Social Reality of Violence and Violent Crime, Boston, Allyn & Bacon.

Çapek Stella M. (1993), « The “Environmental Justice” Frame : A Conceptual Discussion and Application », Social Problems, 40, p. 5-24.

Cohen Jean L. (1985), « Strategy or Identity : New Theoretical Paradigms and Contemporary Social Movements », Social Research, 52, p. 663-716.

Coles Roberta L. (1998), « Peaceniks and Warmongers’ Framing Fracas on the Home Front : Dominant and Opposition Discourse Interaction During the Persian Gulf Crisis », The Sociological Quarterly, 39, p. 369-391.

Coser Lewis Alfred (1988), « Social Movement Theory and General Sociological Theory », communication inaugurale à la conférence Frontiers in Social Movement Theory, Ann Arbor, University of Michigan, 8-11 juin.

Diani Mario (1996), « Linking Mobilization Frames and Political Opportunities : Insights from Regional Populism in Italy », American Sociological Review, 61, p. 1053-1069.

Durkheim Émile (1964), The Division of Labor, New York, Free Press.

Edelman Murray (1971), Politics as Symbolic Action, Chicago, Markham.

Edelman Murray (1988), Constructing the Political Spectacle, Chicago, University of Chicago Press.

Emerson Robert M. & Sheldon L. Messinger (1977), « The Micro-Politics of Trouble », Social Problems, 25, p. 121-135.

Ferree Myra Marx & Frederick D. Miller (1985), « Mobilization and Meaning : Toward an Integration of Social Psychological and Resource Mobilization Perspectives on Social Movements », Sociological Inquiry, 55, p. 38-51.

Fisher Kimberly (1997), « Locating Frames in the Discursive Universe », Sociological Research Online, 2 (3), [socresonline.org.uk/2/3/4.html].

Forsberg Randall (1980), Call to Halt the Nuclear Arms Race, Brookline, Institute for Defense and Disarmament Studies.

Friedman Debra & Doug McAdam (1992), « Collective Identity and Activism : Networks, Choices, and the Life of a Social Movement », in A. D. Morris & C. McClurg Mueller (eds), Frontiers in Social Movement Theory, New Haven, Yale University Press, p. 156-173.

Gamson William A. (1988), « Political Discourse and Collective Action », in B. Klandermans, H. Kriesi & S. Tarrow (eds), From Structure to Action : Comparing Social Movement Research across Cultures, Greenwich, JAI Press, p. 219-244 (« International Social Movement Research », 1).

Gamson William A. (1992), « The Social Psychology of Collective Action », in A. D. Morris & C. McClurg Mueller (eds), Frontiers in Social Movement Theory, New Haven, Yale University Press, p. 53-76.

Gamson William A., Fireman Bruce & Steven Rytina (1982), Encounters with Unjust Authority, Homewood, Dorsey.

Gamson William A. & David S. Meyer (1996), « Framing Political Opportunity », in D. McAdam, J. D. McCarthy & M. N. Zald (eds), Comparative Perspectives on Social Movements : Political Opportunities, Mobilizing Structures, and Cultural Framings, New York-Cambridge, Cambridge University Press, p. 275-290.

Gamson William A. & Andre Modigliani (1989), « Media Discourse and Public Opinion on Nuclear Power », American Journal of Sociology, 95, p. 1-38.

Gerhards Jürgen & Dieter Rucht (1992), « Mesomobilization : Organizing and Framing in Two Protest Campaigns in West Germany », American Journal of Sociology, 98, p. 555-595.

Goffman Erving (1959), The Presentation of Self in Everyday Life, Garden City, Doubleday.

Goffman Erving (1961a), Asylums : Essays on the Social Situation of Mental Patients and Other Inmates, Garden City, Anchor Books.

Goffman Erving (1961b), Encounters : Two Studies in the Sociology of Interaction, Indianapolis, Bobbs-Merrill.

Goffman Erving (1963), Stigma : Notes on the Management of Spoiled Identities, Englewood Cliffs, Prentice-Hall.

Goffman Erving (1974), Frame Analysis. An Essay on the Organization of Experience, Boston, Northeastern University Press.

Goodwin Jeff & James M. Jasper (1999), « Caught in a Winding, Snarling Vine : The Structural Bias of Political Process Theory », Sociological Forum, 14, p. 27-54.

Gramsci Antonio (1971), Selections from the Prison Notebooks, New York, International Publishers.

Gusfield Joseph R. (1981), The Culture of Public Problems : Drinking-Driving and the Symbolic Order, Chicago, University of Chicago Press.

Hart Stephen (1996), « The Cultural Dimension of Social Movements : A Theoretical Reassessment and Literature Review », Sociology of Religion, 57, p. 87-100.

Holstein James A. & Gale Miller (1993), « Social Constructionism and Social Problems Work », in G. Miller & J. A. Holstein (eds), Constructionist Controversies : Issues in Social Problems Theory, New York, Aldine de Gruyter, p. 131-152.

Hunt Scott A. (1991), Constructing Collective Identity in a Peace Movement Organization, University of Nebraska, thèse de Ph. D., multigr.

Hunt Scott A. (1992), « Critical Dramaturgy and Collective Action Rhetoric : Cognitive and Moral Order in the Communist Manifesto », Perspectives on Social Problems, 3, p. 1-18.

Hunt Scott A., Benford Robert D. & David A. Snow (1994), « Identity Fields : Framing Processes and the Social Construction of Movement Identities », in E. Laraña, H. Johnston, & J. R. Gusfield (eds), New Social Movements : From Ideology to Identity, Philadelphie, Temple University Press, p. 185-208.

Ibarra Peter R. & John I. Kitsuse (1993), « Vernacular Constituents of Moral Discourse : An Interactionist Proposal for the Study of Social Problems », in G. Miller & J. A. Holstein (eds), Constructionist Controversies : Issues in Social Problems Theory, New York, Aldine de Gruyter, p. 21-54.

Jasper James M. (1997), The Art of Moral Protest, Chicago, University of Chicago Press.

Jenness Valerie (1990), « From Sex as Sin to Sex as Work : COYOTE and the Reorganization of Prostitution as a Social Problem », Social Problems, 37, p. 403-420.

Jenness Valerie (1995), « Social Movement Growth, Domain Expansion, and Framing Processes : The Gay/Lesbian Movement and Violence Against Gays and Lesbians as a Social Problem », Social Problems, 42, p. 145-170.

Jenness Valerie & Kendal Broad (1997), Hate Crimes : New Social Movements and the Politics of Violence, New York, Aldine de Gruyter.

Johnston Hank, Laraña Enrique & Joseph R. Gusfield (1994), « Identities, Grievances, and New Social Movements », in Id. (eds), New Social Movements : From Ideology to Identity, Philadelphie, Temple University Press, p. 3-35.

Kanter Rosabeth Moss (1968), « Commitment and Social Organization : A Study of Commitment Mechanisms in Utopian Communities », American Sociological Review, 33, p. 499-517.

Klandermans Bert (1992), « The Social Construction of Protest and Multiorganizational Fields », in A. D. Morris & C. McClurg Mueller (eds), Frontiers in Social Movement Theory, New Haven, Yale University Press, p. 77-103.

Kurtz Lester R., Benford Robert D. & Jennifer R. Turpin (1988), The Nuclear Cage, Englewood Cliffs, Prentice-Hall.

La Botz Dan (1991), A Troublemaker’s Handbook, Detroit, A Labor Notes Book.

Larson Joyce E. & William C. Bodie (1983), The Intelligent Layperson’s Guide to The Nuclear Freeze and Peace Debate, New York, National Strategy Information Center.

Lo Clarence Y. H. (1982), « Countermovements and Conservative Movements in the Contemporary U.S. », Annual Review of Sociology, 8, p. 107-134.

Lofland John (1989), « Consensus Movements : City Twinning and Derailed Dissent in the American Eighties », Research in Social Movements : Conflicts and Change, 11, p. 163-196.

Loseke Donileen R. (1992), The Battered Woman and Shelters, Albany, SUNY Press.

Markle Gerald E. & Ronald J. Troyer (1979), « Smoke Gets in Your Eyes : Cigarette Smoking as Deviant Behavior », Social Problems, 26, p. 611-625.

Mauss Armand L. (1975), Social Problems as Social Movements, New York, J. B. Lippincott.

McCarthy John D. & Mark Wolfson (1988), « Exploring Sources of Rapid Social Movement Growth : The Role of Organizational Form, Consensus Support and Movement Growth », communication écrite à la conférence Frontiers in Social Movement Theory, Ann Arbor, University of Michigan, 8-11 juin.

McCarthy John D. & Mark Wolfson (1992), « Consensus Movements, Conflict Movements, and The Cooptation of Civic and State Infrastructures », in A. D. Morris & C. McClurg Mueller (eds), Frontiers in Social Movement Theory, New Haven, Yale University Press, p. 273-297.

Melucci Alberto (1989), Nomads of the Present, Philadelphie, Temple University Press.

Miller Gale & James A. Holstein (1989), « On the Sociology of Social Problems », Perspectives on Social Problems, 1, p. 1-16.

Miller Gale & James A. Holstein (1995), « Dispute Domains : Organizational Contexts and Dispute Processing », The Sociological Quarterly, 36, p. 37-59.

Minter William (1986), « Destructive Engagement : The United States and South Africa in the Reagan Era », in P. Johnston & J. K. Nyerere (eds), Destructive Engagement : Southern Africa at War, Harare, Zimbabwe Publishing House, p. 281-320.

Mottl Tahi L. (1980), « The Analysis of Countermovements », Social Problems, 27, p. 620-635.

Oliver Pamela E. & Hank Johnston (2000), « What a Good Idea ! Frames and Ideologies in Social Movement Research », Mobilization, 5 (1), p. 37-54.

Parsons Talcott (1951), The Social System, Glencoe, Free Press.

Piven Frances Fox & Richard A. Cloward (1992), « Normalizing Collective Protest », in A. D. Morris & C. McClurg Mueller (eds), Frontiers in Social Movement Theory, New Haven, Yale University Press, p. 301-325.

Pizzorno Alessandro (1978), « Political Exchange and Collective Identity in Industrial Conflict », in C. Crouch & A. Pizzorno (eds), The Resurgence of Class Conflict in Western Europe since 1968, New York, Holmes & Meier, vol. 2, p. 277-298.

Richardson James T., Best Joel & David Bromley (1991), « Satanism as a Social Problem », in Id. (eds), The Satanism Scare, Hawthorne, Aldine de Gruyter, p. 3-17.

Rose Vicki M. (1977), « Rape as a Social Problem : A Byproduct of the Feminist Movement », Social Problems, 25, p. 75-89.

Sanders Jerry W. (1983), Peddlers of Crisis : The Committee on the Present Danger and the Politics of Containment, Boston, South End Press.

Scheufele Dietram A. (1999), « Framing as a Theory of Media Effects », Journal of Communication, 49, p. 103-122.

Schutz Alfred & Thomas Luckmann (1973), The Structures of the Life-World, Evanston, Northwestern University Press.

Schwartz Michael & Shuva Paul (1992), « Resource Mobilization versus the Mobilization of People », in A. D. Morris & C. McClurg Mueller (eds), Frontiers in Social Movement Theory, New Haven, Yale University Press, p. 205-223.

Sherkat Darren E. (1998), « What’s in a Frame ? Toward an Integrated Social Psychology of Social Movements », communication à l’International Sociological Association Conference, Montréal, Québec.

Snow David A. & Robert D. Benford (1988), « Ideology, Frame Resonance and Participant Mobilization », in B. Klandermans, H. Kriesi & S. Tarrow (eds), From Structure to Action : Comparing Social Movement Research across Cultures, Greenwich, JAI Press, p. 197-217 (« International Social Movement Research » 1).

Snow David A. & Robert D. Benford (1992), « Master Frames and Cycles of Protest », in A. D. Morris & C. McClurg Mueller (eds), Frontiers in Social Movement Theory, New Haven, Yale University Press, p. 133-155.

Snow David A. & Robert D. Benford (2000), « Clarifying the Relationship Between Framing and Ideology : A Comment on Oliver and Johnston », Mobilization, 5 (1), p. 55-60.

Snow David A. & Doug McAdam (2000), « Identity Work Processes in the Context of Social Movements : Clarifying the Identity/Movement Nexus », in S. Stryker, T. J. Owens & R. W. White (eds), Self, Identity, and Social Movements, Minneapolis, University of Minnesota Press, p. 41-67.

Snow David A., Rochford E. Burke, Worden Steven K. & Robert D. Benford (1986), « Frame Alignment Processes, Micromobilization and Movement Participation », American Sociological Review, 51, p. 464-481.

Sobal Jeffery & Donna Maurer (1999), Weighty Issues : Fatness and Thinness as Social Problems, New York, Aldine de Gruyter.

Spector Malcolm & John I. Kitsuse (1973), « Social Problems : A Re-Formulation », Social Problems, 20, p. 145-159.

Spector Malcolm & John I. Kitsuse (1977), Constructing Social Problems, Menlo Park, Cummings.

Steinberg Marc W. (1998), « Tilting the Frame : Considerations on Collective Action Framing from a Discursive Turn », Theory & Society, 27, p. 845-872.

Sykes Gresham M. & David Matza (1957), « Techniques of Neutralization : A Theory of Delinquency », American Sociological Review, 22, p. 664-670.

Tarrow Sidney (1992), « Mentalities, Political Cultures, and Collective Action Frames : Constructing Meanings Through Action », in A. D. Morris & C. McClurg Mueller (eds), Frontiers in Social Movement Theory, New Haven, Yale University Press, p. 174-202.

Tarrow Sidney (1998), Power in Movement, Cambridge, Cambridge University Press [2e éd.].

Taylor Verta (1989), « Social Movement Continuity : The Women’s Movement in Abeyance », American Sociological Review, 54, p. 761-775.

Taylor Verta & Nancy E. Whittier (1992), « Collective Identity in Social Movement Communities : Lesbian Feminist Mobilization », in A. D. Morris & C. McClurg Mueller (eds), Frontiers in Social Movement Theory, New Haven, Yale University Press, p. 104-129.

Triandafyllidou Anna & Anastasio Fotiou (1998), « Sustainability and Modernity in the European Union : A Frame Theory Approach to Policy-Making », Sociological Research Online, 3 (1), [socresonline.org.uk/3/1/2.html].

Troyer Ronald J. (1989), « The Surprising Resurgence of the Smoking Problem », in J. Best (ed.), Images and Issues : Typifying Contemporary Social Problems, New York, Aldine de Gruyter, p. 159-176.

Turner Ralph H. & Lewis M. Killian (1987), Collective Behavior, Englewood Cliffs, Prentice-Hall [3e éd.].

Weber Max (1968), Economy and Society : An Outline of Interpretive Sociology, éd. par G. Roth & C. Wittich, Berkeley, University of California Press, 2 vol.

Williams Rhys H. (1995), « Constructing the Public Good : Social Movements and Cultural Resources », Social Problems, 42, p. 124-144.

Williams Rhys H. & Robert D. Benford (2000), « Two Faces of Collective Action Frames : A Theoretical Consideration », Current Perspectives in Social Theory, 20, p. 127-151.

Wilson John Melbourne Ogilvy (1973), Introduction to Social Movements, New York, Basic Books.

Wittner Lawrence S. (1984), Rebels Against War : American Peace Movement, 1933-1983, Philadelphie, Temple University Press.

Zdravomyslova Elena (1996), « Opportunities and Framing in the Transition to Democracy : The Case of Russia », in D. McAdam, J. D. McCarthy & M. N. Zald (eds), Comparative Perspectives on Social Movements : Political Opportunities, Mobilizing Structures, and Cultural Framings, Cambridge, Cambridge University Press, p. 122-137.

Zuo Jiping & Robert D. Benford (1995), « Mobilization Processes and the 1989 Chinese Democracy Movement », The Sociological Quarterly, 36, p. 131-156.

Notes

1 Pour des synthèses et des controverses récentes sur la perspective du cadrage des mouvements sociaux : Benford (1997), Benford & Snow (2000), Fischer (1997), Goodwin & Jasper (1999), Hart (1996), Jasper (1997), Oliver & Johnston (2000), Scheufele (1999), Sherkat (1998), Snow & Benford (2000), Steinberg (1998), Williams & Benford (2000).

2 Sur les processus de cadrage : Benford (1993a, 1993b), Çapek (1993), Diani (1996), Gamson, Fireman & Rytina (1982), Gerhards & Rucht (1992), Snow & Benford (1988, 1992), Snow et al. (1986), Tarrow (1992, 1998), Triandafyllidou & Fotiou (1998), Zdravomyslova (1996), Zuo & Benford (1995).

3 Sur les identités collectives : Cohen (1985), Friedman & McAdam (1992), Gamson (1992), Jasper (1997), Johnston, Laraña & Gusfield (1994), Melucci (1989), Pizzorno (1978), Snow & McAdam (2000), Taylor (1989), Taylor & Whittier (1992).

4 Parmi les débats sur les relations de dépendance, de chevauchement ou de codétermination entre ces deux champs : Jenness (1995), Klandermans (1992), Mauss (1975, 1989), Troyer (1989).

5 « Les constructions d’identités, qu’elles soient intentionnelles ou non, sont inhérentes aux activités de cadrage de tous les mouvements sociaux. Non seulement les processus de cadrage lient idéologiquement des individus et des groupes, mais ils proposent, soutiennent et valorisent aussi des identités dont le spectre va de la collaboration au conflit. Ils accomplissent ceci en situant des ensembles d’acteurs dans l’espace et dans le temps et en leur attribuant des caractéristiques qui suggèrent certains types de relations et certaines lignes d’action. » (Hunt, Benford & Snow, 1994).

6 Certains chercheurs affirment que les « mouvements consensuels » constituent une exception parce que, par définition, ils manquent d’une opposition organisée contre la cause qu’ils défendent (Lofland, 1989 ; McCarthy & Wolfson, 1988, 1992). Deux exemples en seraient le mouvement contre l’alcool au volant ou celui pour le jumelage des villes. D’autres chercheurs se sont interrogés sur l’efficacité de tels mouvements (Piven & Cloward, 1992 ; Schwartz & Paul, 1992) et sur la possibilité de subsumer de tels collectifs sous une définition raisonnable de ce qu’est un mouvement social (Coser, 1988).

7 La Seconde Conférence spéciale sur le désarmement de l’ONU était le lieu adéquat pour un tel effort de contre-cadrage par les adversaires du Mouvement pour la Paix : elle avait été le site de la gigantesque Marche pour la paix et la justice du 12 juin 1982, la plus grande manifestation de l’histoire des États-Unis.

8 Pour une documentation détaillée sur les stratégies de discrédit du Mouvement pour le gel nucléaire, voir l’article de F. Donner dans The Nation du 6 novembre 1982 et Sanders (1983).

9 Il est communément admis que la proposition de gel des armements nucléaires a été pour la première fois avancée par Randall Forsberg, fondateur de l’Institut des études sur la défense et le désarmement, dans un texte de 1980 intitulé « Appel pour mettre un terme à la course aux armes nucléaires ».

10 Cette stratégie présente un air de famille avec la stratégie d’amplification de cadres de Snow et al. (1986).

Notes de fin

1 [NdT. : L’usage des concepts to frame et a frame n’est pas le même que celui de « cadrer » en français. Nous avons dû parfois, pour ne pas trop jargonner, recourir à des termes plus ou moins équivalents comme : « définir un problème » à la place de « to frame a problem », « contrer » à la place de « counter-frame », « répliquer » à la place de « reframe ».]

2 [NdT. : Greedy defense contractors : les auteurs reprennent l’expression utilisée par les pacifistes pour désigner les entreprises sous contrat avec le ministère de la Défense et avec l’U.S. Air Force, les Marines et la Navy.]

3 [NdT. : The National Committee for a Sane Nuclear Policy : ce mouvement, créé en 1957, s’est mobilisé contre les armes nucléaires et, notamment, contre le programme d’armement nucléaire du président Reagan du début des années 1960.]

4 [NdT. : « We’re really way out in the Twilight Zone », selon le titre d’un show télévisé des années 1960 et d’un film populaire hollywoodien qui ont mis en scène des histoires de science-fiction dans d’autres mondes quotidiens.]

5 [NdT. : L’expression renvoie à l’action collective engagée au xviiie siècle, avant l’indépendance des États-Unis, par les marchands bostoniens refusant de payer les taxes sur le thé à l’Empire britannique.]

6 [NdT. : « This march was Ozzie and Harriet… » fait référence à une série TV des années 1950 qui exaltait les valeurs familiales hétérosexuelles ; « compared with the Stonewall days » fait référence à la révolte de juin 1969 de la communauté gay et lesbienne à New York City, après une série de descentes de police contre les bars homos de Greenwich Village.]

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search