Versione classicaVersione mobile

Les formes de l’action collective

 | 
Daniel Cefaï
, 
Danny Trom

Repères

L’art de la protestation collective1

The Art of Collective Protest

James Jasper
Traduttore: Daniel Cefaï

Abstract

Cette contribution recense une série de thèmes négligés par le « paradigme structural-organisationnel » mais devenus centraux à la suite du tournant culturel en sociologie de l’action collective. Les contestataires sont engagés dans un flux de création de représentations cognitives et de formes organisationnelles, comme de sensibilités, de sentiments, d’intuitions morales et de prises de décision. La théorie de la mobilisation des ressources a échoué à rendre compte de façon convaincante de ces éléments. L’auteur passe en revue la question de l’interprétation des émotions et de la moralité, de la narration des récits biographiques et de la description des interactions stratégiques. La rhétorique contribue à cette nouvelle perspective sur les mouvements sociaux.

Testo integrale

  • 1 Les commentaires peuvent être adressés à James M. Jasper, 346 West 15th Street, New York, NY 10011- (...)

1La recherche sur les mouvements sociaux aux États-Unis a été dominée depuis les années 1960 par un paradigme structurel-organisationnel, connu autrefois sous le nom de théorie de la mobilisation des ressources (Oberschall, 1973 ; Zald & McCarthy, 1987), remanié plus récemment sous celui de théorie du processus politique (McAdam, 1982 ; Pagnucco, 1995 ; pour une critique : Goodwin & Jasper, 1999). La métaphore clef de cette façon de dépeindre les mouvements sociaux a longtemps été celle d’organisations en compétition les unes avec les autres comme des entreprises sur un marché. Dans les versions plus récentes, les organisations sont campées comme des partis politiques qui formulent des demandes à l’État : l’accent est mis sur la continuité entre la politique institutionnalisée et la contestation extra-institutionnelle. Les faiblesses de ce paradigme sont devenues de plus en plus flagrantes, et les démonstrations de ses contradictions se sont multipliées. Mais ses fidèles sont parvenus, par le contrôle des principaux journaux et des collections éditoriales, à décourager les formes alternatives d’enquête. Le développement des collaborations entre les chercheurs américains et européens, souvent à l’initiative de ces derniers, a conduit à la diffusion de cette manière de voir les choses (Klandermans & Tarrow, 1988 ; McAdam, McCarthy & Zald, 1996) au détriment d’autres perspectives plus sensibles aux enjeux culturels et identitaires (Touraine, 1969, 1973, 1978 ; Melucci, 1982, 1989, 1991, 1996).

2Ce paradigme structurel-organisationnel nous semble extrêmement lacunaire. La dimension cognitive de la culture est inscrite à l’agenda de la recherche, mais réduite à la portion congrue. Les émotions en sont totalement exclues. Les problèmes de la psychologie, des compétences requises par l’action et de la créativité sont incompatibles avec ses présupposés de base. Les interactions avec l’État y sont mises en relief, mais celles avec les autres acteurs politiques sont survolées de façon superficielle (Jasper & Poulsen, 1993). Les « nouveaux mouvements sociaux » des années 1970 et 1980 tombent hors de son domaine d’enquête. Seuls les « démunis » ou les « exclus » de la citoyenneté paraissent susceptibles d’être pris en compte (Jasper, 1997). Les murs de ce château de sable ont commencé à se fissurer, puis à s’effondrer, et divers courants de recherche sur les cadres de production du sens et sur les formes d’investissement affectif dans l’action collective ont pu librement s’engouffrer dans la brèche. La redécouverte des activités culturelles qui articulent l’art de la protestation collective a été plus tardive aux États-Unis qu’en Europe, en raison de l’hégémonie du paradigme en question. Elle est allée de pair avec une série d’innovations théoriques et empiriques : l’abandon d’une vision moraliste, souvent péjorative, des contestataires, héritée de la psychologie des foules (depuis les années 1960) ; le déplacement de l’attention vers des mouvements perçus comme sympathiques plutôt qu’inquiétants ; la participation de plus en plus fréquente des enquêteurs aux mouvements qu’ils étudient (travail de terrain et méthodes qualitatives) ; le renouvellement et le renforcement des thématiques de la culture et de l’identité qui étaient déjà au cœur des revendications des nouveaux mouvements sociaux (Melucci, 1996 ; Goodwin & Jasper, 1999).

3Reste qu’il y a différentes manières d’étudier la culture, et que les versions développées par les chercheurs américains sont restées plutôt limitées. L’accent a été mis sur des schèmes spatiaux et statiques plutôt que sur des schèmes temporels, comme dans la plupart des analyses empiriques de cadres (frame analysis). Au lieu de rendre compte de la puissance d’improvisation et de la contextualité ad hoc des activités culturelles, l’enquête s’est orientée vers des systèmes de classification par oppositions binaires. Elle a objectivé des univers de significations au lieu de se risquer à explorer les mondes vécus et les épreuves traversées par des personnes. Enfin, la culture a été presque exclusivement envisagée sous l’angle de la cognition, et le champ des affects, des émotions et des sentiments est resté en friche.

4La redécouverte des émotions est peut-être aujourd’hui la plus prometteuse. Elle ouvre de nouveaux horizons, au-delà des confins des modèles micro-économiques de la rationalité humaine (Goodwin & Jasper, 1999 ; Goodwin, Jasper & Polletta, 2000, 2001). Elle prévient également la réduction des mouvements d’action collective à de simples forces du développement historique ou du changement social, que ce soit sous la figure du mouvement ouvrier ou sous celle du mouvement anti-technocratique. La question des émotions nous plonge dans les flots de l’action humaine, des motivations et des décisions, et défie la vision déterministe, instrumentaliste et rationaliste de la culture qui tend à prévaloir. Elle prend les individus au sérieux, et loin de les réduire à quelques paramètres formalisables et quantifiables, restitue l’épaisseur et la profondeur de leurs biographies.

5La rhétorique devient alors une voie d’accès importante à la vie culturelle. Elle a de tout temps prêté attention aux émotions, à travers l’examen des « effets » provoqués par les discours et les actions sur des auditoires. Chaque lieu commun (topos) est ainsi supposé emporter la conviction en jouant sur le registre des passions. Mais la rhétorique est aussi étroitement liée au concept de stratégie – non seulement du point de vue des conséquences pragmatiques de ce qui est dit et fait par des locuteurs/acteurs, mais aussi du point de vue de la multiplicité des publics à qui ils s’adressent. Les objectifs poursuivis sont parfois incompatibles, souvent contradictoires, et leur visée doit se moduler en fonction de ses destinataires. Comme la rhétorique porte souvent sur des dénonciations et des revendications, elle éclaire la façon dont les acteurs en appellent à différents groupes, définissant du même coup des alliés et des adversaires, déterminant l’enjeu et la portée d’une dispute, mettant des mots sur le sentiment d’injustice, forgeant un sens des intérêts partagés. Pour paraphraser Wittgenstein, les limites de l’horizon rhétorique et du champ d’action d’un collectif se confondent.

Définitions conceptuelles

6Afin de cartographier ces propositions et de faire entrevoir leur potentiel, nous allons présenter dans ce texte quatre concepts fondamentaux, dont la visée première est de nous libérer de l’emprise de la vision structuraliste (Jasper, 1997). Par le concept d’art (artfulness) de la protestation sociale (ibid.), nous entendons restituer la force d’invention des mouvements sociaux et la créativité individuelle et collective de leurs membres. De même que les artistes acceptent de se plier à nombre de règles de leur art et s’efforcent de créer à leurs marges, de même les contestataires manœuvrent dans le cadre de significations, de sensibilités et d’affectivités instituées, et tentent de les élargir ou de les transformer. Ce travail porte sur des schèmes cognitifs, mais tout autant sur des intuitions morales et des jugements pratiques, ou encore sur des plans stratégiques, des formes organisationnelles et des processus décisionnels. Au même titre que les artistes, les contestataires sont engagés dans des projets orientés intentionnellement vers l’avenir, qui requièrent des calculs en toute conscience, mais aussi dans des productions de sens existentiel, à la lisière de la conscience. Ce courant d’activités, de perceptions et d’émotions n’est pas du tout réductible à des calculs d’utilité subjective. Il invente de nouvelles figures de signification, fait émerger et cristalliser des idées et des idéaux, qui trouvent leur articulation dans les réponses aux actions des entreprises privées et des agences étatiques.

7Les « émotions » font partie du répertoire culturel, au même titre que les formes cognitives, le savoir-faire implicite, les principes moraux et les intuitions esthétiques. Les émotions ont été interprétées de façon réductrice par de nombreux courants de recherche, comme le résultat de conflits internes à l’individu. Le modèle freudien des instances du Ça, du Moi et du Surmoi, en guerre les uns avec les autres, a souvent été mis à contribution. Ce modèle manque le fait que la plupart des émotions sont déterminées par des anticipations façonnées culturellement et par des circonstances rencontrées in situ. Nous n’avons pas n’importe quelle émotion à n’importe quel moment, nous n’avons pas les mêmes émotions dans des lieux différents. Au contraire, les émotions sont indexées sur la situation, et leur expression, qui est partagée, peut être comprise et prévue par les membres du même univers culturel. Certes, tous les individus ne répondent pas exactement de la même manière aux mêmes événements, mais le fait que nous soyons capables de reconnaître que certaines réponses sont inappropriées, déplacées ou déviantes, témoigne du pouvoir de contrainte normative de nos attentes culturelles. Nous comprenons parfaitement bien quand la peur, le remords ou la honte sont pertinents en situation. Personne n’est absolument socialisé dans les rôles et les routines d’une société, et nul n’est à l’abri d’erreurs grammaticales, dans l’expression des émotions « correctes » en un lieu et à un moment donnés. Cela vaut tout autant pour les performances cognitives ou pour les jugements moraux. De plus, l’idée que les émotions sont plus « profondes » ou plus « personnelles » que ce qui relève de l’intellect ou de la moralité est absurde. Les émotions se laissent lire phénoménalement dans des expressions faciales ou corporelles – avec une évidence que les croyances cognitives et les évaluations morales n’ont pas.

8Par le terme « biographie », nous voulons insister sur les récits de vie et sur les idiosyncrasies de personnes réelles, prises dans leur singularité, et ne pas prendre les individus comme de simples types représentatifs de la nature humaine. Les personnes diffèrent les unes des autres, par leurs trajectoires et par leurs situations biographiques, et ces différences laissent une marge de manœuvre à la créativité individuelle, aux interactions surprenantes, aux inventions collectives, aux combinaisons stratégiques. Le concept de biographie permet de comprendre pourquoi et comment des personnes réelles dévient de leurs comportements prévisibles, par rapport à des types sociaux ou en relation à des moyennes statistiques. Les acteurs concrets, en faisant des calculs et en prenant des décisions plus ou moins pertinentes dans des actions qui se coordonnent et s’enchaînent les unes avec les autres, provoquent des tournants dans le cours des mouvements sociaux et des conflits politiques dont ils sont partie prenante. Prêter attention aux biographies implique de suivre de plus près les articulations de l’expérience vécue des acteurs, et de les décrire sans aussitôt les rabattre sur une économie des tensions fonctionnelles ou une énergétique des pulsions freudiennes.

9L’interaction stratégique, enfin, introduit les autres acteurs dans le paysage. De fait, nous passons du modèle d’un mouvement social comme sujet collectif à celui d’une arène de coopération et de conflit où le mouvement d’action collective est un joueur parmi d’autres, et se compose lui-même d’une multiplicité de joueurs individuels disposant chacun d’un agenda propre et entrant dans des interactions avec leurs amis, leurs adversaires ou leurs spectateurs et avec des représentants d’autres mouvements, organisations ou institutions. Conformément au terme « interaction », chaque joueur a des anticipations de ce que les autres joueurs comptent faire, qui vont être remplies ou déçues par les performances accomplies par ceux-ci en relation aux circonstances. Chaque joueur réagit aux réponses des autres de telle ou telle manière, ne serait-ce que par le refus de répondre, et tente de guider leurs actions conformément à ses plans. Chaque choix stratégique induit des réactions en chaîne et des transformations, d’ordinaire subtiles, parfois dramatiques. La texture de ces interactions est analogue à celle d’un jeu, plus complexe que celui analysé par les modèles disponibles en sociologie ; cette complexité est ce qui fait le différentiel de compétence entre les joueurs, qui maîtrisent plus ou moins bien les règles du jeu et réussissent plus ou moins bien à atteindre leurs objectifs. De surcroît, ils ne parviennent pas toujours à décrire comment ils prennent leurs décisions au cœur des batailles. Celles-ci reposent plus sur un savoir-faire pragmatique que sur des connaissances théoriques explicites.

10Chacun de ces quatre concepts ouvre une voie à explorer vers une conception alternative au paradigme structurel-organisationnel, qui prenne en compte les dimensions de constitution culturelle, d’enracinement en situation et de relation d’interaction des actions collectives.

La nécessité des émotions

  • 1 Les sociologues favorables à une approche culturaliste localisent d’ordinaire la culture dans les i (...)

11Les émotions ont été très tôt interprétées de façon erronée et, de Gustave Le Bon (1895) à Neil Smelser (1962, 1968), elles ont été opposées à des types de conduite rationnelle. Le paradoxe est que la principale motivation de la contestation a été pensée comme une force contraignant les acteurs à agir de façon déconnectée de leur réalité ambiante ou à l’encontre de leurs propres intérêts. Le comportement collectif a été appréhendé sous le schème de la folie des foules et des masses (Freud, 1959) ou sous celui de l’expression d’impulsions internes (Hoffer, 1951). Les émotions retenues par ce type d’analyse étaient plus souvent négatives – la peur, la colère ou la rage, et toute la gamme des états d’anomie – que positives – les joies de la participation ou les plaisirs de la solidarité. À partir du tournant structuraliste des années 1960, toutes ces émotions ont été totalement éliminées des modèles de la protestation collective. Le seul point d’accord entre Charles Tilly et Gustave Le Bon est que l’action impulsée par des mouvements affectifs et l’action orientée par le calcul rationnel sont incompatibles. De fait, rien de ce qui est éprouvé ou ressenti par les acteurs ne semble avoir d’importance pour les théoriciens de la mobilisation des ressources ou du processus politique1. Ce point de vue a été battu en brèche ces dernières années par la littérature sur la place des émotions dans l’action collective (Jasper, 1997, 1998 ; Goodwin, 1997 ; Goodwin, Jasper & Poletta, 2000, 2001 ; Holst-Warhoft, 2000).

  • 2 Nous repérons trois approches fondamentales des émotions : une approche biologique ou évolutionnist (...)

12Le tournant culturel de la fin des années 1970 a été un tournant cognitiviste. Le contenu émotionnel des identités collectives, des processus de cadrage et des réseaux de relations a été d’une certaine façon supprimé, en dépit du développement exponentiel à la même époque d’une sociologie et d’une anthropologie des émotions. La plupart des sociologues de la culture, à la recherche de la rigueur, jugeaient les émotions trop volatiles, informes et intimes pour que l’on puisse les étudier de façon scientifique. Pourtant, cette éviction des émotions a rendu impossible de comprendre une dimension cruciale du lien de la culture aux actions et aux interactions. Les émotions, comme les éléments cognitifs et normatifs de la culture, ont à la fois une face publique et une face privée. Elles changent lentement et fournissent le motif, le canal et la tonalité de l’action collective. Elles ne sont pas un rajout superflu. Elles contribuent à la définition des situations, des événements et des actions. Les émotions ont des qualités adverbiales, qui sont éprouvées dans le flot des discours et des actions ; mais nous les réifions en les nommant en langage ordinaire de façon à en identifier les traits et les effets. Elles sont une dimension essentielle de notre vie incarnée en tant qu’humains et sont indissociables de nos actes de perception, d’intellection et de jugement2.

13Nous distinguons les émotions « réactives », qui restent en prise sur les circonstances dans le court terme et le très proche, des émotions « affectives », qui sont des sentiments envers des personnes, des lieux ou des symboles, stabilisés dans le long terme (Jasper, 1998). Les émotions réactives comme la colère, la compassion ou l’indignation sont des manières de filtrer les informations autour de nous et d’engager des ripostes en acte. Elles sont liées aux micro-événements de notre monde vécu. Les émotions affectives constituent nos liens plus durables avec le monde. En politique, la confiance est aussi importante que l’amour et que la haine : elle nous lie aux autres citoyens et modalise nos préférences. Entre ces deux registres, nous pourrions situer les humeurs (moods), qui transcendent les contextes spécifiques et ne visent pas d’objet intentionnel. L’espoir, le cynisme et la résignation ont un rôle crucial dans la légitimation des régimes politiques ou dans l’entrée en révolte ou en rébellion.

14Par ailleurs, nous distinguons les émotions qui adviennent hors de la protestation collective (celles qu’exprime l’indignation d’une personne confrontée à une décision des pouvoirs publics qu’elle trouve odieuse) des émotions qui ont cours dans des collectifs déjà mobilisés et organisés. Parmi ces dernières, nous comptons les émotions « partagées », que les membres d’un groupe ont en commun vis-à-vis d’un objet (par exemple la peur des armes nucléaires et la haine contre les gouvernements qui les produisent) et les émotions « réciproques », qu’ils éprouvent envers les membres de leur collectif et d’autres collectifs (révérence pour les leaders, sympathie pour ses alliés, rivalité avec les autres factions). Nous nous alignons sur les émotions de ceux que nous aimons et avec qui nous partageons un « consensus affectif » et nous aimons d’autant plus ceux qui éprouvent les mêmes émotions que nous. Les émotions collectives peuvent également nuire à un mouvement. Ses membres, qui partagent le même cadrage interprétatif, peuvent éprouver des émotions contradictoires par rapport aux objets de dénonciation et de revendication ; plus prosaïquement, les membres peuvent passer des émotions réciproques à des formes d’amour privé qui les conduisent à se retirer du mouvement (Goodwin, 1997).

15Les émotions prennent aussi la forme de sensibilités culturelles, que les mouvements d’action collective expriment, articulent, façonnent, amplifient. La croisade pour les droits des animaux (Jasper & Nelkin, 1992) aurait été impensable en l’absence de compassion pour les espèces non humaines, aujourd’hui largement partagée dans le monde industriel. Il y a deux siècles encore, la cruauté était de mise dans les rapports avec les bêtes et épiçait des divertissements très prisés. Cette compassion est entrée récemment dans le répertoire des émotions collectives, donnant lieu à l’attribution aux animaux de droits jusque-là réservés aux humains et à la naissance de répertoires d’argumentation et de raisonnement qui soutiennent ces droits. Les intuitions et les sentiments élémentaires qui se sont petit à petit dégagés ont été mis en forme rhétorique par les organisations de défense plaidant pour les droits des animaux. Ce sont à la longue des sensibilités culturelles, portant sur le rapport de l’homme à la nature et sur la définition de l’humanité, qui ont été modifiées.

16Le recours aux émotions nous paraît prometteur. Il devrait permettre de spécifier le sens souvent métaphorique des concepts aujourd’hui en usage dans les théories de l’action collective, en nous montrant comment ceux-ci renvoient concrètement à des opérations : comment l’« opportunité politique » encourage la mobilisation, comment un « cadre d’injustice » résonne dans des auditoires, comment des mouvements passent de la cohésion à la désintégration et en reviennent à s’unifier. La force véritable de ces « mécanismes de causalité » provient en grande partie des émotions qu’ils impliquent. Le réveil de l’espoir décèle des champs de possibilités jusque-là inimaginables ; l’épreuve de l’indignation arrache à l’état de passivité et projette au cœur de l’action ; le « moral des troupes » leur permet de résister aux stratégies de désinformation et de démobilisation des adversaires. Cette perspective ne prend pas tant les émotions comme des états de conscience statiques qu’elle ne les articule, dans une tradition pragmatiste (Joas, 1996), avec des activités pratiques ; elle trace une voie à la compréhension entre les extrêmes de l’exercice de la pure liberté et la détermination totale par la structure. Les émotions ont une composante intentionnelle, au sens phénoménologique. Les individus ne cessent de répondre aux actions et aux événements qui les interpellent dans leur monde de la vie quotidienne, tentent de les définir et de les contrôler, décryptent les informations qu’ils recueillent et traversent des « émotions réactives ». Ils cartographient les espaces et les temps où ils vivent et les réseaux de relations où ils s’investissent par le biais de leurs « émotions affectives », distinguant ce qui les agace et ce qui les attire, et se montrant sensibles à certains appels à la mobilisation et réfractaires à d’autres (pour une étude sur le rapport entre émotions réactives et affectives : Young, 2001). Les deux types d’émotions engagent une représentation des humains comme connectés de façon constante et complexe avec les mondes physiques, sociaux et symboliques qui les environnent (Planalp, 1999).

La psychologie des acteurs

17La question du Soi (Self) a été totalement oubliée par la sociologie pendant plus d’une génération. Cet oubli est symptomatique du manque d’une image claire de la nature humaine en sciences sociales et politiques, trop souvent réduite à des modèles de rationalité microéconomique. Comme pour les émotions, cette lacune est due en grande partie à la représentation freudienne du Soi comme résultat de tensions internes. Neil Smelser (1968), dans une tentative d’insérer un questionnement psychologique dans les théories de l’action collective, a proposé une interprétation étrange des contestataires qui résoudraient le conflit œdipien en châtiant le symbole paternel qu’est l’autorité politique et en idolâtrant le symbole maternel qu’est la vision utopique portée par leur mouvement. D’autres chercheurs ont recouru à des usages similaires de Freud, comme Lewis S. Feuer (1969), et ont rapporté la contestation à un conflit de générations. Quant aux promoteurs des « nouveaux mouvements sociaux », Alain Touraine (1984) avec le thème du « retour de l’acteur », Alberto Melucci (1991) avec le thème du « jeu du Soi », ils ont abordé à leur manière la question des figures de la subjectivité dans l’action collective. Mais « le sujet » du premier reste trop déterminé par des logiques sociales, tandis que celui du second semble réduit à ses équipements psychiques. Dans les deux cas, ce qui fait la singularité des mondes vécus et des trajectoires biographiques des acteurs est perdu.

18Faute de présupposés convaincants sur leur psychologie, les acteurs ont été pensés comme des agents de maximisation de leurs profits ou de rentabilisation de leurs investissements. Le paradigme structurel-organisationnel recourt ainsi à une modélisation instrumentaliste : agir consiste à poursuivre des stratégies en vue de réaliser des intérêts matériels ou légaux définis à l’avance et ne changeant pas pendant le cours de la mobilisation. Le paradigme de l’analyse culturelle est tout aussi ignorant de la psychologie individuelle et sociale. Il ne fait que rajouter quelques variables qui ne remettent pas en cause le fétichisme du calcul rationnel (Klandermans, 1997).

19Du coup, l’épineuse question des variations entre les personnalités des acteurs ne peut pas être posée. Leurs caractéristiques en matière de courage, de dignité et d’honnêteté, de désir de justice et de vérité, leur réceptivité à des enjeux politiques et leur capacité à les formuler discursivement, leurs tempéraments et leurs obsessions font la chair de l’action collective. Et cette proposition est d’autant plus pertinente qu’elle porte sur des leaders, en qui les niveaux micro-et macro-de la vie sociale tendent à fusionner. Les gradés de l’organisation, ses fondateurs et ses stratèges la marquent de leur empreinte personnelle. Les décisions qu’ils prennent dans le feu des interactions stratégiques ne sont réductibles ni à des effets de position dans la structure sociale, ni même à des effets de composition des relations dans des réseaux. Ils sont les « symboles vivants » de l’organisation, le sens desquels est ouvert au conflit des interprétations. Leur mort ou leur retrait peut modifier du tout au tout la ligne stratégique ou idéologique de cette organisation, non seulement pour des raisons de guerre de succession, qui déstabilise les rapports de force établis, mais aussi en raison de la prégnance de leurs opinions personnelles, de leurs styles d’intervention et de leurs manières de diriger dans l’action collective. Cela est d’autant plus vrai que l’on a affaire à des organisations qui ne fonctionnent pas comme des entreprises ou comme des bureaucraties, qui sont gouvernées par quelques personnes clefs incarnant une cause aux yeux du public, et où les relations interpersonnelles priment sur les circuits de décision standardisés et anonymisés.

20Pour prendre un exemple, les mouvements des droits des animaux aux États-Unis ont été profondément marqués par la personnalité de leurs fondateurs. People for the Ethical Treatment of Animals est une combinaison des préférences pour l’action directe d’Alex Pacheco et des figures de rhétorique incisive d’Ingrid Newkirk. Les comparaisons en apparence scandaleuses entre les animaux sacrifiés et les victimes de la Shoah font le bonheur des journalistes, attirent le faisceau des mass médias, ne serait-ce que sur le mode du dénigrement. Ce trope rhétorique a des effets divers selon les auditoires : il peut séduire, comme toute formule choc, mais il peut aussi consterner et éloigner des candidats potentiels à la mobilisation et au recrutement. En revanche, Animal Rights International de Henry Spira tendait plutôt à travailler à des transactions en coulisse avec le monde des affaires. Éventuellement, pour mettre la pression dans une négociation avec une compagnie privée, Spira pouvait utiliser des publicités dans les journaux ; mais il n’allait jamais jusqu’aux manifestations dans la rue, conformément à sa discrétion et à sa timidité. Certains collectifs reflètent ainsi avec force les traits de caractère de leurs fondateurs.

21Ce type de recherche est encore embryonnaire. Nous ne savons pas sur quelles typologies de personnalité nous appuyer, de même que nous ne disposons que de catalogues très sommaires des principes et des sentiments moraux et de palettes rudimentaires des sensibilités esthétiques et religieuses. Le travail de description des phénomènes de conversion manque encore de finesse et mériterait davantage de comptes rendus ethnographiques. Les « chocs moraux » (Jasper, 1990 et 1997) qui conduisent à l’engagement devraient être examinés pour eux-mêmes, ainsi que les univers éthiques, symboliques et émotionnels où ils se produisent. La compréhension des transformations des répertoires de raisonnement, d’appréciation et de jugement propres à des ethos professionnels n’est pas très élaborée. Les « styles de politique publique » (policy styles) (Jasper, 1997) sont articulés par des « familles récurrentes d’arguments » qui cohèrent des fragments d’idéaux et d’idéologie, des visions du monde social, des techniques de résolution des problèmes et des « structures du sentir et du ressentir », selon l’expression de Raymond Williams. Toutes sortes de compétences sont requises pour s’orienter et s’impliquer dans l’action collective, du sens de l’ironie ou de l’humour au sens de la norme morale ou de la vérité esthétique.

22Aujourd’hui, un certain nombre de psychologies post-freudiennes se développent. La révolution cognitiviste nous a livré des vocabulaires et des typologies, des modèles et des schémas qui peuvent être appliqués dans l’analyse culturelle (Kahneman, Slovic & Tversky, 1982 ; Bruner, 1983 ; Gardner, 1985 ; Fiske & Taylor, 1991 ; Kunda, 1999). Elle nous a amenés à réfléchir en termes de biais heuristiques, mais aussi de mémoire collective ou de construction identitaire (Nora, 1992 ; Zerubavel, 1995). Elle nous fait entrevoir un monde où les humains recourent à toutes sortes de formes de connaissances pratiques et de raisonnements ordinaires pour avoir une compréhension de leur environnement. L’arsenal conceptuel de la psychologie cognitive n’a pas encore été adopté par les théoriciens de l’action collective, mis à part les tentatives discutables dans les années 1980 pour neutraliser les peurs des militants anti-nucléaires par les ressources d’une analyse des risques (Slovic, Fischhoff & Lichtenstein, 1984).

23Quant au Soi, son importance a été réévaluée par la reprise de l’héritage de George Herbert Mead et, paradoxalement, par les entreprises déconstructionnistes des théories post-modernes, féministes ou ethniques. Norbert Wiley (1994) a dépeint le Soi comme une sorte de conversation entre un Soi en train de se temporaliser au présent, un Soi sédimenté dans le passé et un Soi imaginé dans l’avenir. Jane Flax (1993) a de même présenté une figure du Soi tendu entre le Soi unifié de la tradition et le Soi fragmenté de la post-modernité (Schrag, 1997). Dans tous les cas, le projet est de lier la constitution du Soi aux dispositifs de la vie du langage et aux agencements de la vie culturelle, institutionnelle et sociale. Les émotions pourraient être un des chaînons manquants entre le Soi, le corps et la société (Planalp, 1999). Elles meuvent et émeuvent le Soi, le projettent dans un flot de passions et d’actions, et l’inscrivent dans des espaces d’affinités et de répulsions avec les autres. Elles sont au cœur de la constitution de l’action collective.

La moralité en acte

24Les émotions sont également impliquées dans la vie morale des acteurs. L’indignation, l’envie, le ressentiment ou le dégoût sont porteurs de vues morales qui affleurent plus ou moins à la conscience. Notre sens moral prend la forme de principes explicites, mais passe aussi par des impulsions et par des intuitions dans un horizon subconscient. Le propre des mouvements d’action collective est de nommer, d’articuler et de spécifier dans des discours à visée publique des élans affectifs ou des épreuves du sentiment qui resteraient sinon dans le clair-obscur de la conscience privée. La transformation de l’amour des bêtes en un vaste programme de protection d’espèces en voie de disparition, ou celle de la peur des réacteurs nucléaires en un principe idéologique d’opposition à un monde technocratique requièrent un véritable travail de la part des intellectuels et des activistes des organisations écologiques.

25Les émotions sont au fondement du jugement moral et lui donnent sa texture vécue. Prenons le cas des dynamiques de mobilisation et de recrutement. Premier cas de figure : le raisonnement standard attribue aux acteurs des intérêts qui doivent être protégés ou élargis et des relations dans des réseaux sociaux qui favorisent la participation. Mais il néglige d’ordinaire les ruptures des routines de la vie quotidienne (Snow et al., 1998) qui conduisent des citoyens ordinaires à s’insurger et à ébranler leurs liens avec les pouvoirs publics ou avec les entreprises privées. Deuxième lecture possible : les petites démissions silencieuses qui font le consentement deviennent soudain insupportables et vous éprouvez un choc moral. Votre chef vous enjoint de faire quelque chose que vous percevez comme immoral ou illégal ; EDF décide de construire une centrale nucléaire à proximité de votre résidence secondaire en Bretagne ; vous vous rendez compte que des lapins albinos ont souffert et sont morts pour tester votre nouveau parfum (Jasper & Poulsen, 1995). Vous ressentez une sorte de vertige, à la découverte que le monde n’est pas ce qu’il paraît et que les règles du respect du bien et du juste y sont régulièrement transgressées. Troisième lecture possible : certains types de personnalité sont plus attirés que d’autres par le plaisir de se distinguer. Vous vous retrouvez à occuper le rôle de l’outsider, vous avez des opinions originales qui diffèrent du sens commun, vous vous complaisez dans le rôle du prophète du jugement dernier. Dans le premier cas, les émotions ne sont guère mentionnées, sinon sous l’aspect de la loyauté aux réseaux d’interconnaissance ; la logique d’action est linéaire, elle va des intérêts à la mobilisation. Dans le deuxième cas, ce sont de fortes émotions réactives qui sont mises en scène, orientées vers des objets qui mettent à mal la moralité la plus ordinaire : le choc moral est la pichenette qui projette au cœur de l’arène. Dans le troisième cas, le mécanisme est celui d’un jeu d’interaction entre le Soi, des émotions affectives et des émotions réactives ; la compréhension de l’engagement prend en compte la singularité affective des acteurs.

26L’existence de lanceurs d’alerte (whistle blowers) (Jasper, 1997, p. 130-151) témoigne de l’étroite intrication entre sentiment affectif et sens moral. Le malaise que décrivent ces techniciens ou ces fonctionnaires souvent irréprochables, contraints de se conduire de façon immorale ou illégale, trouve une solution dans le passage à la dénonciation publique. La brèche qui a entamé leurs attentes quotidiennes doit être colmatée. L’indignation contre leurs supérieurs hiérarchiques ou contre l’organisation administrative ou industrielle dont ils dépendent se résout par le témoignage, nourri d’exemples vécus et d’histoires personnelles, et par l’argumentation, qui prend le contre-pied des positions officielles. Qu’il s’agisse de techniciens de laboratoire qui tournent un film pour montrer ce qui se passe en coulisses loin des yeux du public, d’ingénieurs du nucléaire qui révèlent l’existence de fuites de radioactivité et alertent l’opinion publique sur les risques encourus, ou de membres des services publics qui dévoilent des réseaux de corruption et de détournement de fonds publics, la place des émotions est toujours primordiale pour que la prise de parole publique porte et pour qu’elle interpelle et ébranle ses destinataires (Bernstein & Jasper, 1998).

27Le processus qui conduit à tirer l’alarme est amorcé par la violation d’allégeances communautaires, de convictions religieuses ou politiques, ou encore par la demande de transgression d’une éthique ou d’une déontologie professionnelle, quand il ne s’agit pas d’enfreindre purement et simplement la réglementation ou la loi établie (Jasper, 1997, p. 140). Un ingénieur élabore les plans d’un réacteur nucléaire dont la sécurité lui paraît douteuse ; un employé municipal prend connaissance d’un plan secret de destruction et de rénovation d’un quartier ; un policier ou un militaire refuse les ordres de la hiérarchie qui vont à l’encontre de son sens du bien et du mal. D’autres croyances élémentaires peuvent être également atteintes et produire un choc moral. Certaines personnes peuvent être mises en demeure de transgresser des principes ou des usages religieux, comme de travailler un jour férié ou de porter un uniforme non conforme aux prescriptions de leur religion. À d’autres, on peut demander de trahir leur loyauté à la communauté réelle ou imaginaire à laquelle ils se sentent appartenir. Ce sont aussi des convictions politiques qui peuvent être déniées, quand des lois scélérates sont promulguées. Enfin, ce peuvent être des formes de sécurité. Sécurité économique : nous attendons de pouvoir soutenir nos enfants et nos proches grâce à un salaire ou à des aides de l’État ; sécurité ontologique : nous attendons des mondes physiques et sociaux qu’ils se déploient de façon prédictible. De fait, nous sommes choqués si l’eau ou l’air se révèlent être soudain des sources de danger, si une évacuation est requise à cause d’un accident industriel, si un barrage rompt et que nos maisons sont emportées par l’inondation. Ce sont souvent ces ruptures des cycles de la vie quotidienne qui transforment des citoyens ordinaires en militants d’une cause (Snow et al., 1998).

28Une fois qu’un mouvement est lancé, le choix des tactiques est rien moins qu’un procès de sélection entre moyens neutres. C’est un processus chargé de valeurs esthétiques, éthiques et politiques, qui charrie de forts investissements affectifs. Les acteurs ont un goût sélectif pour telle famille de tactiques plutôt que pour telle autre, même s’ils comparent entre leurs attentes de réussite – ce qui implique du reste une forme de loyauté par rapport à certains montages de l’action et un style d’intervention plutôt rationnel dans l’espace public. Mais les « goûts tactiques » (Jasper, 1997, p. 229-251) sont également liés à des identités collectives (« nous sommes un mouvement non violent ») ou à des engagements éthiques (« nous sommes attachés aux principes démocratiques de l’égalité et de la liberté »). Tous ces processus sont imprégnés par des émotions, qui nous poussent à la mobilisation, nous satisfont ou nous déçoivent, donnent une couleur et un parfum à nos expériences, nous maintiennent engagés ou nous font quitter un mouvement. Les émotions affectent nos choix tactiques et rendent nos coups rhétoriques plus ou moins efficaces. Sans elles, les mouvements d’action collective ne pourraient mettre en acte leurs idées morales et politiques.

Interaction stratégique

  • 3 Les auteurs qui traitent de la façon la plus convaincante du problème de l’interaction stratégique (...)

29Les interactions stratégiques ont elles aussi été longtemps négligées par les modèles structuralistes, déroutés par les péripéties du cours des conflits politiques. Elles sont prises en compte par les approches qui acceptent le fait que les acteurs ne sont pas mus par des forces inconscientes ou des déterminismes structuraux, mais qu’ils sont des preneurs de décisions. Ceux-ci ont des horizons d’attentes concernant les choix de leurs partenaires et de leurs adversaires ; ils tentent de forcer le cours des choses en misant sur l’effet de surprise. Malheureusement, les débats sur l’interaction stratégique ont été dominés aux États-Unis par la théorie des jeux, fondée sur une approche en termes de choix rationnels. Ces débats ont certes mis sur le devant de la scène le problème des anticipations réciproques entre acteurs, de leur évaluation des coûts et des profits, de leurs calculs d’utilité subjective. Ils ont donné une explication d’un certain nombre de phénomènes comme celui du free rider. Mais ils s’en sont en général tenus à un nombre limité de paramètres, formalisés à l’extrême, dans des contextes à deux étapes – action des contestataires, réaction des autorités3 (Gamson, 1975). Le résultat est une dynamique dont le cours et l’issue sont prévisibles, pour peu que l’on dispose des paramètres de départ. L’imprévisibilité des accidents de parcours, des coups de théâtre, de l’ordre et du rythme des séquences, de l’entrée ou du retrait des acteurs est abolie. Ces modèles s’avèrent, somme toute, extrêmement statiques. Ils n’expliquent fréquemment que des phénomènes accessibles au raisonnement intuitif.

30Le pire sans doute est qu’il est rare que les acteurs s’ordonnent en deux camps clairement opposés l’un à l’autre. Il y a toujours un certain nombre d’acteurs flottants dont l’opinion et la loyauté ne sont pas établies, et les acteurs collectifs en lice peuvent entrer dans toutes sortes de coalitions. Un preneur de décisions doit trouver des formes d’équilibre entre différents auditoires. Certains sont internes au mouvement : ses propres rivaux, des factions concurrentes, ceux qui veulent des tactiques plus radicales, ceux qui veulent des tactiques moins radicales, ceux qui veulent des tactiques différentes, ceux qui sont en colère, apeurés ou ennuyés, et ainsi de suite. D’autres auditoires, externes au mouvement, sont encore plus complexes : outre les adversaires, qui forment des groupes qui peuvent être montés les uns contre les autres, il y a les alliés occasionnels, les participants potentiels, les mass médias et les pouvoirs publics (police et armée, élus, administrations et tribunaux). Dans l’idéal, des stratégies pratiques et rhétoriques devraient être ajustées à chacun de ces publics, mais il est en pratique difficile de séparer ainsi les actes et les mots. Les messages destinés à ses propres supporters sont souvent relayés par les mass médias et touchent du même coup tous les autres protagonistes ; les meetings sont truffés d’indicateurs de police et d’espions de l’opposition et ont toujours un retentissement qui excède le collectif des militants.

31Les théoriciens des jeux, en s’attribuant ce nom, se sont d’une certaine façon arrogé la « propriété » des études sur l’interaction stratégique, excluant d’autres approches du même objet. Les sociologues ont souvent mis l’accent sur les processus de coopération et oublié les rapports de compétition et de conflit – sinon les marxistes, à une échelle macro. La révolution microsociologique – celle des goffmaniens, des ethnométhodologues et des interactionnistes – a en revanche été obnubilée par les processus de transaction mutuelle sur le cours ou le sens de l’action, mais s’est montrée assez peu concernée par des enjeux comme l’erreur tactique, la dissimulation et le secret (voir quand même Goffman, 1969), et la dynamique des renversements de situation. Le problème est d’avoir accès à des coulisses où s’élaborent les plans stratégiques et se préparent les coups tactiques, et, en dernier lieu, de savoir ce qui se passe « dans la tête des acteurs », d’ouvrir la boîte noire de leur champ de conscience. Un tel projet d’enquête, qui pose toutes sortes de problèmes, nous mettrait aussitôt en prise sur des singularités biographiques et sur des mouvements affectifs, cruciaux dans la formation d’une rationalité stratégique. Les émotions d’un bon leader le mettent en contact avec ses fidèles et alliés, et avec le public plus large des spectateurs ; ses qualités personnelles lui permettent d’anticiper les coups des opposants ou des policiers et d’y préparer des parades. De même, les émotions et les personnalités des policiers, bureaucrates, élus et autres représentants affectent leurs préférences, leurs choix et leurs décisions, pour le meilleur et pour le pire. Peu de chercheurs sur les mouvements sociaux ont tenté de regarder symétriquement du côté des deux camps opposés (Jasper, 1990).

32L’interaction stratégique prend place dans un espace de jeu où une multiplicité d’avantages et de désavantages sont alloués à tous les joueurs, qui peuvent par les coups qu’ils jouent en modifier la distribution. Les vulnérabilités de l’acteur politique peuvent exister avant qu’il s’engage dans une interaction stratégique, mais elles sont également liées à l’habileté de ses coups tactiques, et peuvent être aggravées par ses maladresses et par ses gaffes (Jasper & Poulsen, 1993). Chaque acteur recherche les points faibles dans la cuirasse de ses adversaires et les suscite par les manœuvres adéquates. Les bons stratèges sont sans cesse sur la brèche, attendant de se saisir des opportunités. Robin Wagner-Pacifici (2000) a analysé un type de situation stratégique, celle du blocage des négociations (standoff, stalemate), quand les autorités publiques et ceux qui les interpellent et les défient sont dans une impasse momentanée faute de trouver des issues pour résoudre la crise – par exemple quand des otages sont entre les mains de ravisseurs. Bien qu’elle ignore largement les émotions, elle montre l’importance du sens du timing et du conflit des parties pour définir la situation. Mais elle ne généralise pas à d’autres situations, par exemple le lancement de campagnes de protestation ou le déploiement de batailles en cours, qui ouvrent chacune son propre champ d’attentes et son propre espace-temps d’options stratégiques et qui ont chacune sa propre dynamique émotionnelle.

33Un exemple tiré de ma recherche sur le mouvement de défense des droits des animaux permet d’illustrer ce problème de l’interaction stratégique (Jasper & Poulsen, 1993). L’école de médecine de l’université Cornell avait des conversations informelles avec un groupe de militants de New York à propos des expérimentations médicales sur des singes. À l’occasion de l’une de ces rencontres, les représentants de l’université déclarèrent que ce type de recherches tirait à sa fin. L’un d’entre eux commit l’erreur de rendre l’information publique dans une lettre adressée à ce groupe, en contradiction avec les intentions de l’école de médecine. Cette lettre devint une arme entre les mains du mouvement pour les droits des animaux, qui s’en servit pour couvrir cette école de honte et l’accuser d’avoir abandonné ses recherches sur la toxico-dépendance. Être pris en flagrant délit de mensonge est une catastrophe pour une organisation ou pour une institution. Le moindre faux pas est aussitôt exploité tactiquement par les opposants et le simple soupçon de manque de probité morale, formulé à tort ou à raison, suffit à discréditer son image publique. Cette victoire en matière de communication publique a été l’une des rares remportées par le mouvement des droits des animaux contre le monde biomédical.

34Les paramètres de l’interaction stratégique sont trop souvent négligés par l’analyse culturelle de l’action collective. Pourtant, la description du développement d’une affaire et la compréhension des motivations des acteurs requièrent aussi cette restitution de la dynamique des conflits entre parties. Et leur appréciation est impossible si l’on feint d’ignorer les formidables charges affectives qui sont libérées dans ces confrontations. Que l’on pense aux haines qui naissent et persévèrent dans les disputes de longue haleine, les façons de diaboliser l’adversaire et de gérer les émotions des publics, les partages qui se creusent en fonction d’une logique ami-ennemi (Schmitt, 1976). De façon plus fondamentale, les émotions ne sont pas incompatibles avec les raisonnements explicites : les affects qui soutiennent la confiance, l’amour et la haine, les réactions comme la peur, la surprise ou la colère sont de puissants mobiles dans le feu de l’action et commandent aux décisions stratégiques des acteurs. Dans des situations d’urgence, il est souvent plus important de prendre une décision que de calculer quelle décision serait optimale. Les émotions court-circuitent les indécisions des acteurs : les bons stratèges sont ceux habités par les bonnes intuitions.

Repenser la culture : émotions et rhétorique

35Les sociologues ont recouru à un grand nombre de concepts pour réintroduire la culture dans la recherche sur les mouvements sociaux. Parmi les plus populaires, nous comptons l’analyse de cadres, l’analyse des identités collectives et, plus récemment, l’analyse narrative des récits des acteurs. Ces trois approches tendent à négliger les émotions ; elles recourent à des métaphores spatiales plutôt que temporelles ; et elles peuvent être, de manière féconde, englobées dans un paradigme rhétorique. La rhétorique est l’une des disciplines les plus anciennes pour penser le rapport entre émotions et politique. Mais elle a encore beaucoup à nous apprendre. Elle est malheureusement peu mise en œuvre par les travaux actuels.

36L’analyse de cadres est de loin la perspective qui a connu la plus grande réussite aux États-Unis depuis le milieu des années 1980. Malgré les déclarations d’intention de ses défenseurs, elle ne prend guère en compte la dynamique temporelle des mouvements d’action collective et s’en tient à construire des cadres en raisonnant de façon statique. Un cadre est un faisceau d’idées, de symboles et d’émotions. L’alignement de cadres semble être visé par les organisateurs et les intellectuels des mouvements sociaux : il réussit ou ne réussit pas, mais il consiste en un coup stratégique en une seule fois. D’ordinaire, dans ces interprétations, l’insertion des cadres dans un flot d’interactions entre leaders, militants de base, mass médias, spectateurs anonymes, opposants des contre-mouvements et représentants de l’État n’est guère prise en compte. De même, leurs transformations durant leur parcours de vie, en relation à des luttes pour la définition et la légitimation des enjeux et des méthodes de l’action publique, par exemple, échappent à la cartographie des analyses de contenu (Smith, 1996). Les cadres sont réifiés et immobilisés. Une façon d’en retrouver le mouvement est de réhabiliter le flux des émotions.

37L’analyse des identités collectives a toujours pensé en termes de frontières entre Nous et Eux. Elles peuvent impliquer des rituels ou des arguments destinés à renforcer ces jeux d’oppositions par des stratégies de démarcation ; elles peuvent intensifier la solidarité collective requise pour s’engager dans des actions collectives à haut risque. Mais les tâches d’ordre cognitif ont souvent prévalu sur les conduites émotionnelles et les attaches affectives à ceux que l’on reconnaît de son camp et à ceux qui tombent hors de son orbite. Solidarité et démarcation sont des processus passionnels. Elles suscitent une forme de croyance en l’essence de qui « nous » sommes et de qui « ils » sont, qui fait oublier l’historicité des identités nationales et les fait apparaître comme des données naturelles. Les recherches elles-mêmes recourent à des séries d’oppositions binaires : les identités collectives sont rarement décrites et analysées comme un processus d’interaction se déployant à travers le temps (Polletta & Jasper, 2001).

38L’analyse narrative, enfin, s’est développée ces dernières années en réponse à l’analyse des cadres (Griffin, 1993 ; Hall, 1995 ; Fine, 1995 ; Franzosi, 1998 ; Polletta, 1998). Mais les récits peuvent, eux aussi, être étudiés de façon statique ou dynamique. La critique littéraire et la morphologie structurale, de Vladimir Propp à Algirdas Greimas, qui ont fortement marqué ce champ, traitent les récits comme des combinaisons prédictibles de personnages, d’événements et d’actions. L’ordre des séquences narratives est pris en compte mais leur temporalisation en contexte est par principe exclue de l’analyse. Le pari pour les prochaines années est de redécouvrir cette dimension dynamique. Les récits doivent être étudiés dans le jeu de leur préconfiguration pratique dans des actions, de leur configuration narrative par des locuteurs et de leur reconfiguration à travers la réception par des auditoires (Ricœur, 1977, 1983). Les actions collectives transforment les récits qui les mettent en forme, en scène et en sens, et se prolongent par les effets pragmatiques qu’elles provoquent dans les auditoires. Les émotions des membres des auditoires, rarement thématisées pour elles-mêmes par le sociologue (Polletta, 1998), sont une dimension cruciale des actes discursifs, comme on le sait depuis Aristote (voir la psychologie rhétorique de Billig, 1987).

39Cadres, identités et récits. Ces trois concepts relèvent de formes d’interaction stratégique, médiatisées par des performances discursives, et doivent être recadrés dans le contexte d’une analyse rhétorique. Loin de référer à des contenus statiques, ils renvoient à un processus de circulation de sens entre acteurs, narrateurs et auditeurs, qui ne cesse de les configurer à nouveau. Du coup, l’émergence des discours et la créativité des actions (Joas, 1999), saisies dans leur dimension temporelle et contextuelle, redeviennent des thèmes prééminents ; tandis que les investissements, déplacements et manifestations d’affects au cœur de ce champ d’interactions sont autant d’effets d’actes de discours. L’analyse rhétorique est plus radicale que l’analyse narrative. Pour en saisir métaphoriquement la différence, que l’on compare les genres du roman et de la performance in vivo – qu’il s’agisse d’un sermon ou d’une comédie. Le roman a été l’objet favori de l’analyse narrative : écrit en solitaire, lu en solitaire, à peine retouché et distribué par les éditeurs et libraires, il réduit au minimum l’interface entre producteurs et récepteurs. Le sermon ou la comédie, si écrits soient-ils, sont joués sur le vif en face d’un auditoire et dépendent de l’interaction qui se met en place entre le pasteur ou l’acteur et leur public : ils laissent place à l’improvisation, se modifient au gré des succès ou des échecs d’une parabole ou d’une plaisanterie, dont le seul critère réside dans les réponses des spectateurs. La série de motifs plus ou moins bien ajointés dans le script initial va être reconfigurée par le travail de réception du public et par la réception par le locuteur de ce travail de réception. Un prêcheur ou un comédien ne sont souvent pas prisonniers, pieds et mains liés, d’un texte écrit. Le texte est toujours en train de se faire à travers les échanges de significations et les transmissions d’émotions entre différents protagonistes. Et ce processus d’interaction est aussi poignant qu’imprévisible.

40Le problème des cadrages médiatiques a systématiquement négligé cette dimension de la réponse des auditoires et de la reprise de cette réponse par les journalistes et les acteurs qu’ils mettent en scène dans leurs articles et reportages. Prenons un exemple de transformation des cadres parallèlement aux tentatives de détermination de son auditoire par un contre-mouvement. Dans les années 1980, la communauté des chercheurs en bio-médecine s’est trouvée confrontée aux griefs toujours plus nombreux et tumultueux du mouvement de défense des droits des animaux. Dans un premier temps, les « blouses blanches » assignèrent à leurs interlocuteurs un statut de chercheurs, et commencèrent à argumenter sur un registre scientifique à propos des usages de la recherche, avec un effet de conviction limité. Ils élargirent alors la définition de leur auditoire à d’autres personnages impliqués dans le débat public sur les expérimentations sur des animaux, notamment des philosophes. L’axe rhétorique de leurs interventions consistait alors en un calcul de coûts et de bénéfices, assurant que la balance penchait fortement du côté d’un solde positif, même pour les espèces animales concernées. Le sacrifice en valait la peine – argument qui s’avéra d’une grande indigence. Enfin, les chercheurs s’alignèrent plus étroitement sur les médecins et sur leurs patients. Ils apprirent à jouer du sentiment de compassion en exhibant des enfants malades à chaque conférence de presse, ou des propriétaires de chiens remplis de gratitude parce que leur animal de compagnie avait été sauvé par leurs soins. Ils avaient enfin trouvé la parade rhétorique : opposer à l’impact émotionnel des images d’animaux souffrants diffusées par leurs adversaires l’impact émotionnel des témoignages de leurs patients reconnaissants.

Conclusion

  • 4 Charles Tilly, Sidney Tarrow & Doug McAdam en sont les principaux organisateurs et invitent d’autre (...)

41Nous assistons au crépuscule du paradigme structurel-organisationnel dans le domaine d’étude des mouvements sociaux. Certes, ses fidèles sont occupés, plus que jamais, à en codifier les axiomes et à en certifier les hypothèses, en les présentant comme des propositions avérées et en insistant sur le vaste consensus des chercheurs sur les thèmes et les enjeux, les langages et les méthodes. Le paradigme du processus politique, qui a pris la relève de celui de la mobilisation des ressources, est présenté comme le plus prometteur. Le travail d’intégration des théories des structures d’opportunité politique, des organisations des nouveaux mouvements sociaux et des opérations de cadrage est bien avancé, et semble s’appuyer sur un processus d’accumulation continue de résultats d’enquête depuis un quart de siècle. Le réseau de chercheurs établis au Center for Advanced Study in the Behavioral Sciences à l’université de Stanford s’efforce, au moyen des budgets confortables de cette fondation, de codifier toujours plus les avancées théoriques et empiriques dans ce domaine4. Mais ce programme de systématisation de la recherche, qui prend parfois les accents de l’autocélébration, risque d’étouffer ou de marginaliser toute expérimentation alternative. Il faut au contraire, selon nous, se défier de ces sentiments de certitude triomphante, pointer les nombreuses lacunes et les contradictions qui travaillent ce paradigme, et repérer de nouvelles dimensions de l’action collective qui ont été jusque-là négligées, relancer le travail de comparaison entre différents mouvements et recueillir les points de vue des acteurs sur ce qu’ils font. La génération des enquêteurs qui ont endossé le paradigme structurel-organisationnel s’est identifiée autour de la critique des chercheurs en chambre (armchair theorists). De fait, ils ont produit une quantité impressionnante de données empiriques sur la naissance, le développement et le fonctionnement des mouvements sociaux. Mais leurs travaux se sont aujourd’hui figés dans une espèce de vulgate et tendent à donner lieu à une production exponentielle de résultats répétitifs. L’étude de l’action collective doit renouer avec l’imagination sociologique.

Bibliografia

Bernstein Mary & James M. Jasper (1998), « Les tireurs d’alarme dans les conflits sur les risques technologiques », Politix, 44, p. 109-134.

Billig Michael (1987), Arguing and Thinking : A Rhetorical Approach to Social Psychology, Cambridge, Cambridge University Press.

Bruner Jerome Seymour (1983), In Search of Mind, New York, Harper and Row.

Campbell Colin (1996), The Myth of Social Action, Cambridge, Cambridge University Press.

Darwin Charles (1965), The Expression of the Emotions in Man and Animals, Chicago, University of Chicago Press [1872].

Della Porta Donatella & Mario Diani (1999), Social Movements : An Introduction, Oxford, Blackwell.

Feuer Lewis S. (1969), The Conflict of Generations, New York, Basic Books.

Fine Gary Alan (1995), « Public Narration and Group Culture : Discerning Discourse in Social Movements », in H. Johnston & P. E. Klandermans (eds), Social Movements and Culture, Minneapolis, University of Minnesota Press, p. 127-143.

Fiske Susan T. & Shelley E. Taylor (1991), Social Cognition, New York, McGraw-Hill.

Flax Jane (1993), Disputed Subjects, New York, Routledge.

Franzosi Roberto (1998), « Narrative Analysis – Why (and How) Sociologists Should Be Interested in Narrative », Annual Review of Sociology, 24, p. 517-554.

Freud Sigmund (1959), Group Psychology and the Analysis of the Ego, New York, W. W. Norton [1921].

Gamson William (1975), « Review “Symposium On Frame Analysis : An Essay on the Organization of Experience” », Contemporary Sociology, 4, p. 603-607.

Gardner Howard (1985), The Mind’s New Science : A History of the Cognitive Revolution, New York, Basic Books.

Goodwin Jeff (1997), « The Libidinal Constitution of a High-Risk Social Movement : Affectual Ties and Solidarity in the Huk Rebellion », American Sociological Review, 62, p. 53-69.

Goodwin Jeff & James M. Jasper (1999), « Caught in a Vinding, Snarling Wine : The Structural Bias of Political Process Theory », Sociological Forum, 14 (1), p. 27-54.

Goodwin Jeff, Jasper James M. & Francesca A. Polletta (2000), « The Return of the Repressed : The Fall and Rise of Emotions in Social Movement Theory », Mobilization, 5, p. 65-82.

Goodwin Jeff, Jasper James M. & Francesca A. Polletta (2001), Passionate Politics : Emotions and Social Movements, Chicago, University of Chicago Press.

Griffin Larry J. (1993), « Narrative, Event-Structure Analysis, and Causal Interpretation in Historical Sociology », American Journal of Sociology, 98, p. 1094-1133.

Hall John R. (1995), « Public Narratives and the Apocalyptic Sect : From Jonestown to Mt. Carmel », in S. A. Wright (ed.), Armageddon in Waco, Chicago, University of Chicago Press.

Harre Rom (1986), The Social Construction of Emotion, Oxford-New York, Blackwell.

Hoffer Eric (1951), The True Believer, New York, Harper & Row.

Holst-Warhaft Gail (2000), The Cue for Passion : Grief and its Political Uses, Cambridge, MA, Harvard University Press.

Jasper James M. (1990), Nuclear Politics : Energy and the State in the United States, Sweden, and France, Princeton, Princeton University Press.

Jasper James M. (1997), The Art of Moral Protest : Culture, Biography, and Creativity in Social Movements, Chicago, University of Chicago Press.

Jasper James M. (1998), « The Emotions of Protest : Affective and Reactive Emotions in and around Social Movements », Sociological Forum, 13, p. 397-424.

Jasper James M. & Dorothy Nelkin (1992), The Animal Rights Crusade : The Growth of a Moral Protest, New York, Free Press.

Jasper James M. & Jane D. Poulsen (1993), « Fighting Back : Vulnerabilities, Blunders, and Countermobilization by the Targets in Three Animal Rights Campaigns », Sociological Forum, 8, p. 639-657.

Jasper James M. & Jane D. Poulsen (1995), « Recruiting Strangers and Friends : Moral Shocks and Social Networks in Animal Rights and Anti-Nuclear Protests », Social Problems, 42 (4), p. 493-512.

Joas Hans (1992), Die Kreativität des Handelns, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp [trad. fr. Cerf, 1999].

Kahneman Daniel, Slovic Paul & Amos Tversky (eds) (1982), Judgment under Uncertainty : Heuristics and Biases, Cambridge, Cambridge University Press.

Klandermans Bert (1997), The Social Psychology of Protest, Oxford, Basic Blackwell.

Klandermans Bert & Sidney G. Tarrow (1988), « Mobilization into Social movements : Synthesizing European and American Approaches », in B. Klandermans, H. Kriesi & S. Tarrow (eds), From Structure to Action : Comparing Social Movement Research across Cultures, Greenwich, JAI Press (« International Social Movement Research » 1).

Kunda Ziva (1999), Social Cognition, Cambridge, MA, MIT Press.

McAdam Doug (1982), Political Process and the Development of Black Insurgency 1930-1970, Chicago, University of Chicago Press.

McAdam Doug, McCarthy John D. & Mayer N. Zald (eds) (1996), Comparative Perspectives on Social Movements, Cambridge, Cambridge University Press.

Melucci Alberto (1982), L’invenzione del presente, Bologne, Il Mulino.

Melucci Alberto (1989), Nomads of the Present : Social Movements and Individual Needs in Contemporary Society, Londres, Century Hutchinson.

Melucci Alberto (1991), Il gioco dell’Io. Il cambiamento di sé in una società globale, Milan, Feltrinelli [trad. ang. 1996. The Playing Self : Person and Meaning in the Planetary Society, Cambridge, Cambridge University Press].

Melucci Alberto (1996), Challenging Codes, Cambridge, Cambridge University Press.

Nora Pierre (1992), Les lieux de mémoire, Paris, Gallimard.

Oberschall Anthony (1973), Social Conflict and Social Movements, Englewood Cliffs, Prentice-Hall.

Planalp Sally (1999), Communicating Emotion : Social, Moral, and Cultural Processes, Cambridge, Cambridge University Press.

Polletta Francesca (1998), « “It was like a Fever…” Narrative and Identity in Social Protest », Social Problems, 45 (2), p. 137-159.

Polletta Francesca & James M. Jasper (2001), « Collective Identity and Social Movements », Annual Review of Sociology, 27, p. 261-281.

Ricœur Paul (1975), La métaphore vive, Paris, Seuil.

Ricœur Paul (1981), Temps et Récit, Paris, Seuil.

Schmitt Carl (1976), The Concept of the Political, New Brunswick, Rutgers University Press.

Schrag Calvin O. (1997), The Self after Postmodernity, New Haven, Yale University Press.

Slovic Paul, Fischhoff Baruch & Sarah Lichtenstein (1984), « Perception and Acceptability of Risk from Energy Systems », in W. R. Freudenburg & E. A. Rosa (eds), Public Reactions to Nuclear Power, Boulder, Westview Press, p. 115-135.

Smelser Neil J. (1963), Theory of Collective Behavior, Glencoe, Free Press.

Smelser Neil J. (1968), « Social and Psychological Dimensions of Collective Behavior », in Id., Essays in Sociological Explanation, Englewood Cliffs, Prentice-Hall, p. 92-121.

Smith Christian (1996), Resisting Reagan : The U.S. Central America Peace Movement, Chicago, University of Chicago Press.

Snow David A., Cress Daniel, Downey Liam & Andrew Jones (1998), « Disrupting the Quotidian : Reconceptualizing the Relationship between Breakdown and the Emergence of Collective Action », Mobilization, 3, p. 1-22.

Touraine Alain (1969), La société post-industrielle, Paris, Denoël-Gonthier.

Touraine Alain (1973), Production de la société, Paris, Seuil.

Touraine Alain (1978), La voix et le regard, Paris, Seuil.

Touraine Alain (1984), Le retour de l’acteur, Paris, Fayard.

Wagner-Pacifici Robin (2000), Theorizing the Standoff : Contingency in Action, Cambridge, Cambridge University Press.

Wiley Norbert (1994), The Semiotic Self, Chicago, University of Chicago Press.

Young Michael P. (2001), « A Revolution of the Soul : Transformative Experiences and Immediate Abolition », in J. Goodwin & J. M. Jasper & F. Polletta (eds), Passionate Politics : Emotions and Social Movements, Chicago, University of Chico Press.

Zald Mayer N. & John D. McCarthy (1987), Social Movements in an Organizational Society : Collected Essays, New Brunswick, Transaction.

Zerubavel Yael (1995), Recovered Roots : Collective Memory and the Making of Israeli National Tradition, Chicago, University of Chicago Press.

Note

1 Les sociologues favorables à une approche culturaliste localisent d’ordinaire la culture dans les interactions ou les conversations, la situent dans des transactions autour du sens ou la repèrent dans des documents écrits (le « troisième monde » de Karl Popper). Ils évitent ainsi d’avoir affaire à la psychologie. Nous voyons quant à nous la culture dans sa dualité : elle existe dans ces traces objectivées, mais elle existe aussi « dans la tête des gens ». Il n’y a jamais de correspondance terme à terme entre ces deux versants de la culture et différents procédés d’enquête sont nécessaires pour en rendre compte. Un tel dualisme est peut-être nécessaire pour éviter d’accréditer une conception sur-socialisée de l’action humaine et ne pas se contenter d’outils rudimentaires pour étudier la volonté et l’agency. Pour un argument similaire, cf. Campbell (1996).

2 Nous repérons trois approches fondamentales des émotions : une approche biologique ou évolutionniste qui en étudie la fonction d’adaptation (Darwin, 1965 ; Frank, 1988), une approche socioculturelle qui insiste sur leur dépendance par rapport aux relations hiérarchiques (Kemper, 1978), et une approche culturelle, que nous endossons, qui les prend dans leur façonnage social et culturel (Hochschild, 1983 ; Harré, 1986). Les émotions ont probablement des origines distinctes : la peur ou la colère pourraient être ancrées plus profondément que la honte et la compassion, par exemple (Griffiths, 1997).

3 Les auteurs qui traitent de la façon la plus convaincante du problème de l’interaction stratégique sont, sans surprise, ceux qui s’adressent à des auditoires de militants et leur proposent des manuels de recettes pratiques : Alinsky (1971), Shaw (1996) et Rose (2000).

4 Charles Tilly, Sidney Tarrow & Doug McAdam en sont les principaux organisateurs et invitent d’autres auteurs à éditer des ouvrages dans ce sens. Parmi les efforts les plus récents : McAdam, McCarthy & Zald (1996), Klandermans (1997), et Della Porta & Diani (1999).

Note di fine

1 Les commentaires peuvent être adressés à James M. Jasper, 346 West 15th Street, New York, NY 10011-5939, États-Unis. L’auteur remercie Daniel Cefaï et Sharon Erickson Nepstad pour leurs commentaires sur des versions antérieures de ce texte.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2001

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search