Version classiqueVersion mobile

Les formes de l’action collective

 | 
Daniel Cefaï
, 
Danny Trom

Repères

Grammaire de la mobilisation et vocabulaires de motifs

Grammar of Mobilization and Vocabularies of Motives

Danny Trom

Résumé

La reprise du concept de « vocabulaire de motifs », emprunté à C. W. Mills, a joué un rôle important dans le renouvellement de l’étude des mobilisations. Une forme d’interactionnisme stratégique, dominante aux États-Unis, en a cependant réduit la portée heuristique. L’article vise à identifier une grammaire spécifique des performances qui publicisent les phénomènes de mobilisation. Il montre comment les vocabulaires de motifs s’adossent à cette grammaire et contribuent à la constitution de problèmes publics et à la confection de causes publiques. C’est au bout du compte une perspective structuraliste qui est proposée, qui rompt avec les approches en termes de psychologie interactionniste.

Texte intégral

  • 1 Cet article est issu d’un document de travail qui abénéficié des commentaires de Liora Israël, Dani (...)
  • 2 Pour une mise en cause de la naturalité des entités collectives que sont les mouvements sociaux et (...)

1Le renouvellement qui a marqué les théories de l’action collective depuis une dizaine d’années sous le label frame perspective a contribué à mettre en lumière l’importance des processus cognitifs et normatifs dans les dynamiques de mobilisation1. Les dimensions dites « idéelles » sont désormais saisies comme fabriquées dans les interactions et, à ce titre, redevables d’une observation empirique. Cette inflexion s’est produite parallèlement à un souci affirmé de la sociologie en France de développer une appréhension plus processuelle ou émergentiste des entités collectives que sont les mouvements sociaux, ainsi qu’une saisie plus compréhensive des événements publics (Quéré, 1994, 1995, 1996)2. De même, l’intérêt s’est renouvelé pour le sens de l’injustice (Gamson, 1992) et, plus généralement, pour les compétences morales des acteurs (Jasper, 1997) et la construction de biens communs dans les interactions (Williams, 1995 ; Çapek, 1993), parallèlement à l’épanouissement d’une sociologie de la critique en France. Cette dernière s’attache à explorer les compétences ordinaires des acteurs (Boltanski & Thévenot, 1991). Sensible aux dynamiques de passage à la politique, elle s’est également attelée à rendre compte de régimes d’action différenciés et de leur articulation (Boltanski, 1990 ; Thévenot, 1990, 1998). C’est à la jointure de ces deux options – « approches culturelles » dans la sociologie de l’action collective et des mouvements sociaux (ACMS), et sociologie pragmatique, telle qu’elle s’est développée depuis plus de dix ans en France – qu’une réflexion sur le statut des motifs dans le domaine de l’ACMS sera ici engagée.

2Les limites et les faiblesses des travaux visant à situer les notions de vocabulaire ou de grammaire de motifs, héritées de Kenneth Burke (1969a et 1969b) et de Charles Wright Mills (1940a), au centre d’une théorie de l’ACMS, ont été indiquées dans la présentation de ce volume. Les « cadres motivationnels » y sont généralement conçus comme fabriqués par les personnes engagées dans l’action et, quelquefois simultanément, comme situés dans un contexte ou un « climat culturel » qui les rend disponibles pour l’action (Snow & Benford, 1992 ; Gamson, 1988) ; mais l’instance de la situation, pourtant si centrale chez Goffman comme chez Mills est négligée. Le concept de « résonance » articule ces deux plans sans que l’on dispose d’une spécification des mécanismes susceptibles d’éclairer leurs liens. La visée explicative de la frame perspective s’enlise alors dans un raisonnement tautologique. L’approche apparaît, in fine, comme une tentative de rendre compte de l’action collective en termes de mobilisation de ressources cognitives et normatives. La réévaluation des motifs vient ainsi bouleverser la hiérarchie des ressources mobilisables sans jamais mettre en cause la théorie de la mobilisation des ressources (RMT) dans ses fondements.

3Si ces apories n’ont pas échappé à ses promoteurs (Benford, 1997 ; Silver, 1997 ; Williams & Benford, 2000), la théorie n’a pas encore été remaniée ou amendée de manière convaincante. En stipulant par exemple que la félicité d’un frame dépend d’une « fidélité narrative » (Benford & Snow, 2000), elle ancre le travail cognitif dans un sens commun qui demeure encore indéterminé. En concevant le « contexte culturel » comme une « stimulation » de l’activité de cadrage, la théorie reste tautologique. Une véritable rupture dans la circularité du raisonnement supposerait en effet de prendre une distance plus nette avec la conception instrumentale de l’action, de spécifier le statut accordé à la « culture » (Williams, 1995 ; Polletta, 1997 ; Jasper, 1997 ; Kubal, 1998 ; Williams & Kubal, 1999), de prendre en compte la structuration normative d’un espace public.

4La voie alternative qui sera esquissée ici consiste à repenser le statut du motif dans le domaine appelé classiquement ACMS, en rompant avec la connotation subjective et causale du terme, que les promoteurs de la frame perspective ont maintenue malgré une référence affirmée à Burke et à Mills. Ainsi, les motifs seront-ils envisagés comme des prétentions à la validité normative, consubstantielles aux engagements dans l’action. Le geste inauguré par le tournant culturel dans lequel la frame perspective s’inscrit mérite ainsi, malgré ses lacunes, d’être approfondi et prolongé, voire radicalisé. Car le motif, dans un sens qui demeure ici encore trop vague, apparaît comme l’instance où se joue la spécificité des phénomènes que nous voulons couvrir, ceux désignés mais non clarifiés par l’expression ACMS.

5Le parcours proposé dans cet article comporte deux étapes. La première sera consacrée à explorer la spécificité d’un certain genre de performance qui se détache, sur le fond d’une distinction entre le pluriel et le collectif, de la classe trop englobante des « actions collectives ». Le motif, entendu comme raison de l’action, y apparaîtra comme articulé sur une grammaire spécifique, qui confère leur statut particulier aux performances appelées mobilisations. Dans ce contexte, la pragmatique de l’action de Mills offre un cadre d’analyse particulièrement fécond, puisqu’elle vise à saisir l’action en tant qu’elle est toujours situationnellement contrainte par un vocabulaire de motifs disponibles. La seconde partie de l’article explorera les voies d’un ajustement de la pragmatique millsienne à une appréhension des performances telles que définies dans la première partie. Un tel ajustement suppose de prendre le contre-pied des lectures de Mills prévalant dans la sociologie contemporaine de l’ACMS, en particulier d’appréhender les motifs comme des entités plus amples, qui ne soient ni intersubjectivement négociées, ni causales, mais impersonnelles et contextuellement contraintes par le jeu réglé des acteurs impliqués dans une arène publique.

Motif, mobilisation et performance

L’action collective et la question des motifs

6Si l’on veut établir le statut central du motif, il convient préalablement de rompre avec les habitudes de pensée et les routines académiques qui nous conduisent trop souvent à accepter, sans autre examen, la cohérence du domaine ACMS. En effet toutes les actions collectives ne relèvent pas de ce domaine. Il faut donc s’interroger sur la spécificité des phénomènes qui en font partie. Si l’action collective, en un sens large, est susceptible d’être reprise sur des bases diverses, les entrées par a) la coordination, b) l’intention et c) la sémantique devraient nous permettre de circonscrire le domaine que nous voulons couvrir en faisant surgir la propriété normative du genre d’activité ici considéré.

7a) Ainsi, toutes les « actions à plusieurs » (Livet, 1994), comme les actions individuelles coordonnées par le marché ou les actions « distribuées » mais « homogènes » (Ware, 1988) – celles d’un groupe de chasseurs en train de chasser, par exemple – ne s’y trouvent pas incluses. Le domaine de recherche semble plutôt recouvrir des actions « structurées » renvoyant à des situations où chacun contribue de manière différente à une même fin en se soumettant à une même règle, en interagissant, en se coordonnant et en adoptant une perspective de réciprocité. Ces actions structurées comprennent les « actions d’un collectif », où l’action est attribuée à un collectif alors que, souvent, seuls quelques-uns agissent. Pour qu’une action puisse être rapportée à un collectif en tant qu’action de ce collectif, il convient qu’il y ait pour les agents une règle partagée et une fin commune. Exprimé autrement, le genre d’action collective qui ressortit au domaine ACMS est celui de l’« action commune » (Livet & Thévenot, 1994) qui passe par une forme spécifique de coordination et implique une volonté de correction intersubjective des effets interprétatifs chez autrui. Elle suppose qu’une règle d’action soit rendue manifeste pour autrui, qui assure l’orientation par rapport à un bien commun. Toutefois, toutes les actions communes ne relèvent pas du domaine ACMS : celles d’une équipe de football répondent parfaitement au critère retenu, mais tombent clairement hors de nos préoccupations. Il apparaît alors que c’est dans la spécification même du bien commun que se joue l’ultime délimitation de notre domaine d’investigation. Cette spécification suppose en retour que l’action puisse être motivée ou justifiée.

8b) Qu’une entité collective comme une classe sociale puisse être construite comme un collectif agissant a conduit certains à retraduire l’action de ce collectif en termes d’intention partagée par les membres de cette classe (Elster, 1989). Les travaux abordant la question de l’action collective par le biais de la visée commune ont précisément pour effet de faire de l’intention l’instance d’articulation de cette action. Deux versions opposées ont été développées, l’une individualiste, l’autre plutôt holiste. Pour qu’une action puisse être décrite comme collective, l’existence préalable d’une « intention collective » a été considérée comme une condition nécessaire. Ainsi Tuomela (1985) avance-t-il que l’existence d’une telle intention requiert deux conditions logiques : que l’intention partagée dans le collectif soit effective ; que les personnes qui composent le collectif croient que cette intention est partagée. La structure logique des « groupintentions » (Tuomela, 1991) impose ainsi que « l’intention-en-nous » (We-intention) soit possédée individuellement, puis additionnée, donc distribuée dans le groupe, de telle sorte que l’attribution d’une intention au groupe lui-même prenne un caractère métaphorique. Congruente avec une certaine lecture de Weber, cette posture écarte que l’on puisse parler de « personnalités collectives agissantes » stricto sensu. Weber toutefois ne niait pas l’existence de ces entités mais réservait la capacité d’agir aux personnes et confinait les personnalités morales agissantes dans le registre propre de la fiction juridique (Weber, 1984). Si, pour Weber comme pour Mises (1985), les « ensembles collectifs » ont une effectivité pour autant que les acteurs s’orientent par rapport à eux, une action concrète n’est cependant imputable qu’à des individus.

9Contre cette perspective individualiste, Searle (1991) soutient que le comportement collectif est irréductible à une somme de comportements individuels et que l’intention collective est irréductible à une simple conjonction d’intentions individuelles. Les actions en commun étant précisément des formes de conduite où les « intentions-en-je » sont dérivées d’une « intention-en-nous », il existe des intentions de la forme « nous avons l’intention d’accomplir X ». Une intention de ce type peut être partagée par des agents individuels agissant en tant que parties d’un collectif qui possède en propre une « intention-en-nous ». Dans les cas où des personnes agissent individuellement comme parties d’un collectif, elles partagent un but commun. L’intentionnalité collective est donc un phénomène premier. C’est ainsi que le collectif en tant qu’entité agissante est un fait institutionnel, c’est-à-dire un phénomène ontologiquement subjectif – il dépend d’activités intentionnelles –, mais épistémologiquement objectif – il s’impose à tout un chacun (Searle, 1998). Cette posture s’inscrit également dans une filiation wébérienne : les « collectifs sociaux » typifiés, pour reprendre l’expression de Schütz (1974, p. 281), sont des « métaphores anthropomorphiques » que notre langage courant admet par commodité ; ils peuplent ainsi notre monde social quotidien, ce qui atteste leur effectivité et leur efficacité. À ce titre, les entités collectives agissantes sont intriquées dans nos pratiques.

10Que l’intentionnalité soit collective ou commune, dérivée ou première, l’entrée par l’intention suppose que l’on soit en mesure d’en définir le genre et, par conséquent, d’indiquer le type d’individu collectif spécifique qui est susceptible de recevoir un prédicat d’action, si l’on veut identifier la classe des collectifs agissants relevant de notre domaine d’investigation.

11c) La sémantique de l’action, quant à elle, met les questions d’agrégation, de coordination et de composition de l’action entre parenthèses, pour ne considérer que les conditions de possibilité de l’identification d’un sujet pratique. Si l’on suit Ricœur (1977, 1990) sur ce point, cette identification suppose, dans un premier mouvement, de partir de l’action pour remonter à l’agent, qu’il soit individuel ou collectif. Elle est une opération d’attribution, consistant à attribuer une action à un agent, à répondre à la question « Qui a agi ? ». La quête de l’auteur, qui se clôt généralement par la désignation sans ambiguïté de l’agent de l’action, devient toutefois complexe dès lors que celle-ci est imputée à un collectif, à un « quasi-personnage ». Souvent, les opérations d’auto-et d’hétéro-ascription sont alors objets de controverses et de conflits.

12L’identification d’un sujet pratique requiert, dans un second temps, de partir de l’agent susceptible de recevoir un prédicat d’action et d’en faire le sujet d’une action intentionnelle (Ricœur, 1990). Cette opération consiste à attribuer des motifs à l’agent et à son action. Répondant à la question « Pourquoi ? », la quête du motif est proprement interminable ; elle se clôt sur des raisons probables, plausibles ou suffisantes en pratique (Pharo, 1990). Cette perspective trouve un débouché sociologique dans une approche qui s’intéresse aux opérations qui ont cours dans le discours vernaculaire, en particulier à celles qui qualifient un cours d’action en le catégorisant ou en le typifiant. L’enquête porte alors, entre autres, sur la manière dont ces quasi-personnages que sont les collectifs sont accomplis et reconduits dans les activités pratiques (Coulter, 1982 ; Quéré, 1994). L’action, en tant qu’attribuée à un collectif, et le collectif, en tant qu’objet de prédication, se voient conférer le statut d’« objets sémiotiques », « constitués dans l’ordre des signes », distincts des enchaînements d’actions tels qu’ils se produisent in situ (Quéré, 1996). Se pose alors la question de savoir quel genre d’objet sémiotique est impliqué dans l’analyse lorsque nous tentons de délimiter le domaine spécifique de l’ACMS. Ici également, le motif en tant qu’inévitablement intriqué dans l’action doit être placé au centre de l’analyse.

13Ces trois entrées – par la coordination, par l’intention et par la sémantique – constituent autant de façons de reprendre la question de l’action collective à nouveaux frais. D’une certaine manière, le renouvellement contemporain des théories de l’ACMS réinterroge également la coordination, mais l’exploration se clôt sur la saisie de l’acte conjoint, un peu comme Herbert Blumer (1969, 1971) dans sa théorie du « collective behaviour ». Préconisant une lecture dramaturgique des phénomènes d’action collective, ces nouvelles théories demeurent indifférentes aux catégories de l’intention ainsi qu’à la sémantique de l’action, et se focalisent sur le maintien de l’identité et sur la gestion publique des impressions, éventuellement dans une perspective rhétorique (Gusfield, 1981).

14Posant des ontologies des faits sociaux radicalement différentes, les entrées par la coordination, l’intention ou la sémantique suggèrent, quant à elles, chacune à partir de sa cohérence propre, une voie propre pour dégager un critère permettant de spécifier les actions communes qui relèvent du champ disciplinaire « sociologie de l’ACMS ». L’entrée par la coordination dessine une approche pragmatique-interactioniste de l’action commune. Elle souligne que, sur un plan morphologique, le collectif se compose dans l’action, et que sa nature est étroitement corrélée au type de bien commun confectionné dans le procès de sa production. Le critère recherché sera le genre de bien commun orientant la coordination par la règle. L’entrée par l’intention, que ce soit dans sa version radicalement individualiste ou dans sa version holiste, montre que, sur un plan logique, l’intention collective est une condition de la constitution d’un collectif agissant. Le critère recherché sera le genre d’intention commune qui autorise le surgissement d’un collectif agissant. L’entrée par le réseau conceptuel de l’action indique que, sur un plan sémantique, les quasi-personnages ou les sujets pratiques que sont les collectifs sont intriqués dans notre forme de vie. Le critère recherché sera le genre de motif susceptible d’être attribué à de tels quasi-personnages, ainsi que le jeu de langage proprement politique qui délimite le domaine en question.

La mobilisation comme performance

  • 3 Sur les différentes manières de saisir les entités collectives dans une perspective grammaticale, o (...)
  • 4 Pour une tentative de cette nature, voir Collins (1981, 1988), Tilly (1986).

15Ces trois entrées vont déterminer chacune un genre d’enquête empirique. Si l’action d’un collectif – ou le collectif en tant qu’entité agissante – est considérée comme un objet sémiotique, le sociologue va focaliser son attention sur la reconduction des entités collectives dans nos activités pratiques. Celles-là vont être pensées comme engendrées par une activité locale de description ou de narration, ou comme procédant d’opérations de catégorisation, et donc comme rendues manifestes dans une infinité de pratiques discursives locales. L’enquête va porter sur les courtes séquences d’action à l’occasion desquelles le collectif agissant acquiert une consistance propre et apparaît comme faisant partie de notre réalité partagée3. Elle pourra porter aussi, si l’on est plus sensible à l’identité diachronique des entités collectives, sur les manifestations concomitantes, dispersées, récurrentes, continues des activités routinières de leur production4.

16Une sociologie appréhendant les entités collectives comme des objets qui émergent et disparaissent, comme des ordres de réalité qui perdurent et se transforment, indexera cette dynamique sur une activité qu’il lui faudra spécifier. L’identité diachronique des êtres complexes sera alors conçue comme continuellement assurée (ou contrariée) par une activité de constitution de collectifs, appelée « mobilisation ». Une telle posture, qui fait procéder les collectifs d’activités visant à les rendre publiquement descriptibles ou à leur donner une forme adéquate, une « bonne forme » (Boltanski, 1982), suppose peu ou prou de renouer avec la tradition sociologique qui, avec Weber ou Mises, tenait l’analyse de la « vie » des collectifs pour une tâche majeure de la sociologie. Elle ne conduit cependant pas à désagréger les entités collectives en vertu de leur caractère supposé fictionnel, mais plutôt à les traiter empiriquement comme des réalités confectionnées dans l’action (Dodier, 1993).

  • 5 La définition wébérienne de l’agir social comme activité dotée d’un sens qui transcende toujours dé (...)

17Considérer les collectifs comme procédant d’un travail de mobilisation et, réciproquement, le travail de mobilisation comme requérant la composition d’un collectif nous conduit à chercher une unité d’observation intermédiaire entre l’individu entendu comme une monade et l’entité collective envisagée comme un quasi-personnage constitué. La performance, l’accomplissement d’une action complexe en contexte, supposant savoir-faire et maîtrise de règles, constituent cette « unité pratique de second ordre » (Ricœur, 1990, p. 182 sq.) particulièrement bien ajustée au domaine ici considéré. Le choix d’une telle unité d’observation bloque en effet toute tentation de régression atomiste vers des actions élémentaires, puisque ces dernières sont déjà ramassées, enchâssées, dans les unités de rang supérieur que sont les performances5. Elles prennent sens dans un vaste milieu de pratiques et d’institutions partagées, hors duquel elles ne seraient pas même identifiables comme actions d’une certaine sorte (Wright, 1971 ; Quéré, 1994). En particulier, leur identification suppose l’existence préalable d’un langage institutionnel, de sorte que les énoncés les concernant sont irréductibles à une conjonction d’énoncés psychologiques portant sur des actions d’individus (Mandelbaum, 1973). C’est précisément ce langage spécifique, cette grammaire politique liée à certaines performances, qu’il nous faut explorer plus en détail. Toutefois ce langage ne se donne pas à saisir hors contexte : la performance apparaît précisément comme le moment où il se met en forme, se compose.

18Lorsque nous tentons de déterminer ce que recouvre le domaine de la « mobilisation », des configurations d’une certaine sorte nous apparaissent immédiatement comme de bons exemples. Certains phénomènes sont spontanément subsumés sous cette catégorie, sans que nous éprouvions le besoin de définir cette dernière avec rigueur. L’identification des formes de l’action protestatrice contenues dans le répertoire moderne décrit classiquement par Charles Tilly (1986) constitue une tentative de cartographie des manières de faire, réglées et régulières, lorsqu’il s’agit de porter la contestation dans l’espace public : manifestations, réunions, sit-ins, défilés, placards, pétitions sont autant de formes susceptibles d’être actualisées, reconnues et comprises. Elles ont une signification propre, qui est incorporée dans le processus de leur production et de leur réception. Elles se donnent à saisir empiriquement comme des formes culturellement sanctionnées et donc communément partagées. Mais l’actualisation de ces formes suppose une série de performances ajustées aux situations, ainsi que l’observation de règles d’interaction déterminées, faisant qu’un ordre adéquat est construit collectivement et maintenu durant un laps de temps déterminé. Les configurations qui en résultent sont des entités éphémères (Cardon & Heurtin, 1990).

19Sur un plan morphologique, les configurations contenues dans le répertoire construit par Tilly frappent par leur hétérogénéité. Nombre d’entre elles, telles les manifestations et les autres formes de rassemblement, sont susceptibles de faire l’objet d’une approche écologique, puisqu’elles supposent toujours un agir à plusieurs et la présence corporelle du grand nombre. L’écologie des situations permet alors de mettre au jour les compétences d’ordre écologique, en particulier les compétences de rassemblement (Gamson, 1988), que les performances situées supposent.

  • 6 Sur la saisie des entités macrosociales comme chaînage spatio-temporel d’une multiplicité d’interac (...)

20Une entité collective agissante – un « mouvement social » par exemple –, est susceptible d’être saisie comme un enchaînement ou une concaténation spatiotemporelle de performances empiriquement observables (Tilly, 1993). Nos jeux de langage nous portent à attribuer ces performances à un être collectif. Cette manière de penser les entités collectives agissantes comme émergeant de processus de connexion spatio-temporelle de microsituations récurrentes ouvre la voie à une exploration de phénomènes de plus ample envergure6. Ces processus ne peuvent toutefois pas être conçus comme extérieurs aux performances elles-mêmes, car ces dernières exhibent, dans le cours même de leur déroulement, l’identité diachronique d’un agent, la continuité et la pérennité d’un collectif (Somers, 1992, 1994). Cependant ils sont aussi extérieurs et postérieurs à l’action. C’est ainsi que sont produits des macroévénements (comme la Révolution), qui sont attribués à des acteurs collectifs (le Peuple, par exemple) (Sewell, 1996).

21D’autres configurations répondent à des logiques différentes, en ce qu’elles supposent, et illustrent à des degrés divers, la légitimité d’une dissociation analytique entre le pluriel et le collectif. La forme « affaire » (Claverie, 1994), qui implique la dénonciation retentissante d’une situation scandaleuse par une personne jouissant d’une notoriété, constitue peut-être l’exemple le plus frappant de cette dissociation. Mais il en est d’autres. Ainsi la pétition autorise-t-elle un rapprochement de personnes sur une liste et le marquage de leur présence par la signature, en jouant, à des degrés variables, sur une composition d’effets de nombre et de réputation (Contamin, 2001). La grève de la faim repose, quant à elle, sur un engagement corporel singulier, ou sur celui d’un petit nombre (Siméant, 1998).

  • 7 Les grandes synthèses programmatiques de la sociologie de l’ACMS rabattent systématiquement la mobi (...)

22Si la performance constitue l’unité d’analyse pertinente – elle permet d’éviter le double écueil du nominalisme et de la réduction individualiste des entités collectives –, elle permet également de tracer une frontière entre l’action commune et cette sous-classe d’actions collectives qu’est la mobilisation, tout en évitant la confusion classique entre le collectif et le pluriel7.

23Ainsi peut-on avancer qu’une performance relève du genre « mobilisation » lorsqu’elle comporte un travail de mise en forme politique d’un collectif et pas seulement la coordination de plusieurs personnes. C’est en ce sens précis que les formes d’action relevant de la mobilisation se distinguent des autres formes d’action commune : produites à l’horizon d’une politique, elles supposent la construction de collectifs en vue d’actions transformatrices (Pitkin, 1972). La notion de performance souligne aussi que ces actions peuvent réussir ou échouer. S’ouvre ainsi un espace analytique à l’intérieur duquel le domaine considéré peut être repensé comme un ensemble de performances se caractérisant par l’actualisation d’une grammaire politique partagée (Boltanski, 1990, partie III), qui transcende les traits proprement écologiques des configurations qu’elles actualisent.

Performance et bien commun

  • 8 Comme le note Sandra Laugier (1998), le « je » comme le « nous » doivent être conçus comme des clai (...)

24Les performances constitutives de la « mobilisation » se structurent autour d’une dynamique spécifique, définie a minima comme thématisation de l’articulation d’un « je » et d’un « nous » – ce qui requiert la composition d’un collectif – et du passage du « privé » au « public » – ce qui suppose l’établissement d’un étalon de justice (Pitkin, 1972). Cette dynamique de collectivisation et de publicisation comporte l’actualisation de formes de connexion avec les autres et la convocation de standards publics relatifs aux questions de justice. Dire que les performances sont « produites à l’horizon d’une politique » signifie donc qu’elles requièrent la constitution mutuelle du « nous » et du « juste » (Pitkin, 1981) dans le mouvement même de leur effectuation. Elles sont régies par une grammaire qui permet d’articuler un intérêt (inter-esse), entendu comme ce qui, dans un même mouvement, sépare et relie les personnes et fournit un socle normatif au collectif. En ce sens, c’est la prétention (claim) même à parler au nom d’un collectif qui confère un caractère intrinsèquement politique au langage (Cavell, 1996)8.

25Cette définition nous invite à explorer l’ensemble des performances qui s’articulent à l’aide d’un langage spécifique : à côté du répertoire classique de l’action collective se profile alors toute la gamme des actes de plainte, de réclamation, de protestation ou de revendication, qui se conforment à une grammaire politique afin d’accéder à la visibilité et à la légitimité publique. Dynamiques, soumises à des degrés de publicité différenciés, ces performances assurent le passage au public. Dans cette exploration, une attention particulière doit être accordée à l’activité de publicisation d’une parole (Quéré, 1990), ainsi qu’à la réversibilité entre situations publiques et non publiques (Cardon, Heurtin & Lemieux, 1995 ; Gamson, 1992). Cette réversibilité peut être saisie dans le passage des « coulisses » à la « scène » (Eliasoph, 1990 ; Kubal, 1998), dans le basculement d’un rapport non problématique à l’environnement à un engagement nécessitant une argumentation réflexive (Thévenot, 1990, 1998, 2000), ou encore dans les moments où surgit un « trouble » (Breviglieri, Stavo-Debauge & Trom, 2000).

  • 9 Cette figure de la représentation-délégation, qui soutient un agir « dans l’intérêt de » ou « au bé (...)

26Cette perspective permet de mieux cerner ce qui est appelé outre-Atlantique « contentious politics » (McAdam, Tarrow & Tilly, 1996), qui s’étend des actes individuels de plainte ou de réclamation jusqu’à des phénomènes tels que la grève générale. Ces différentes performances ont pour dénominateur commun le travail toujours incertain, tâtonnant, problématique de connexion de l’action à un collectif. La distinction proposée entre le pluriel et le collectif suggère qu’elles supposent, entre autres, un dédoublement interne du sujet de l’action. Les acceptions du concept de représentation distinguées par Pitkin (1967) permettent de préciser ce qu’il en est de ce dédoublement, et de reprendre à nouveaux frais la problématique des « actions secondaires » (Ware 1988), ces cas où seuls quelques-uns agissent alors que l’action est attribuée à un collectif plus large. Un premier cas de figure est celui où un nombre restreint de personnes, faisant partie du collectif, représente celui-ci dans l’action. Mais la représentation peut également correspondre à un rapport de délégation entre une seule personne agissante, ou un nombre restreint de personnes, et un collectif. Dans ce cas, la personne autorisée ou le porte-parole représente le collectif en ce sens qu’il agit pour lui (acting for) ou en son nom. La représentation est ici une véritable activité, dit Pitkin, car le représentant est en quelque sorte un instrument agissant à la place du collectif, qui est le « vrai » sujet de l’action9. Enfin, une personne seule, ou un nombre restreint de personnes, représente un collectif lorsqu’elle agit « à la place » (standing for) d’un collectif, lorsque son action symbolise quelque chose qui n’est pas présent dans la situation. Cette figure est étroitement liée à celle de l’incarnation, souligne Pitkin : la représentation est ici un mode d’être, l’action consistant à rendre visible, en l’incarnant, un collectif qui n’est pas apparent.

27L’agencement de ces diverses figures de la représentation, souvent imbriquées les unes dans les autres, permet de circonscrire la grammaire politique des performances ici envisagées. En effet, celles-ci articulent un collectif au travers d’une action, en explicitant les standards du juste dont elles se réclament, dans un langage qui autorise l’expression d’un « tiers commun » (Heurtin, 1999). La validité et l’efficacité des performances sont alors bornées par les critiques susceptibles de défaire les liens toujours provisoires entre « action » et « collectif ». La mobilisation fait tenir le collectif au travers d’un travail soutenu de représentation, qui suppose des formes de qualification et de mise en équivalence des personnes (Boltanski & Thévenot, 1991), en même temps qu’elle l’expose au public. Les accusations d’incomplétude, d’illégitimité, de manque de représentativité ou d’absence de typicité fragilisent ou délitent continûment les liens plus ou moins solides et durables entre action et collectif, menacent les entités collectives stabilisées d’anamorphose, au travers d’épreuves successives.

28Dès lors qu’elles « représentent » ou « incarnent » un collectif, les performances considérées s’affranchissent résolument de la classe des actions à plusieurs. La question de la coordination ne se pose pas dans leur cas, puisqu’elles « présentifient » le collectif absent et exposent leur activité de représentation au jugement d’autrui. Se conformant à une grammaire communément partagée, elles font apparaître leur socle proprement politique. C’est précisément sur le fond d’une telle grammaire que le motif apparaît comme un aspect central dans l’analyse des mobilisations : la dimension normative des performances vient se loger dans les motifs.

Une approche grammaticale du motif

29Le traitement des motifs par les théories de l’action collective est rarement satisfaisant. Celui proposé par la frame perspective ne l’est pas davantage : elle réduit en effet l’activité de « cadrage motivationnel » à un simple paramètre de l’efficacité de la mobilisation. Ses promoteurs se réfèrent à la pragmatique de l’action de Mills (1940a), exposée dans son texte pionnier. Mais ils en proposent une lecture gauchie, sous l’influence d’Herbert Blumer dont ils reprennent largement la théorie de l’action. Considérer le motif comme fabriqué dans les interactions, comme émergeant d’une négociation ou d’une confrontation entre perspectives subjectives, ou comme confectionné stratégiquement en vue de maximiser les effets de l’action, nous semble contredire frontalement le texte programmatique de Mills où le motif n’est ni subjectif, ni causal, mais consubstantiel à l’action située.

30La conception de Mills a peu pénétré le domaine de l’ACMS. Elle a été surtout reprise par la sociologie de la déviance (Berard, 1998). Mais le motif y est trop souvent confondu avec le mobile. Excuses et justifications y apparaissent comme des techniques de qualification et de requalification ex post de cours d’action échus, dans des situations où les personnes sont soumises à une accusation d’infraction aux lois pénales ou aux prescriptions réglementaires (Sculy & Marolla, 1984 ; Ray & Simons, 1987 ; Kalab, 1987). Le vocabulaire de motifs est l’instance qui ordonne en amont les dispositifs d’atténuation de la responsabilité, maintient une identité normale et assure ainsi la reconduction d’un ordre normatif.

31Si l’on veut rendre féconde la perspective de Mills dans l’étude du domaine de la mobilisation, il convient de rompre avec cette interprétation par trop restrictive. Les performances n’y sont pas exclusivement des cours d’action échus, mais des engagements dans l’action revendicative. Le motif ne fait pas uniquement retour sur des performances déjà accomplies ; il décrit aussi les conditions de possibilité de l’engagement dans l’action protestatrice. La dimension normative de l’action se donne alors à saisir sous la forme de l’action motivée, c’est-à-dire de l’action qui se donne à saisir publiquement avec ses raisons. L’action motivée s’accomplit en configurant le contexte approprié à sa saisie et thématise dans un même mouvement le statut de l’agent. En tant que telle, elle n’est pas séparable de son effectuation, puisque c’est celle-ci qui assure sa dimension intentionnelle et téléologique (Taylor, 1970). La théorie millsienne, qui situe le motif au centre de l’articulation entre le présent de l’action et la situation, mérite dès lors une réévaluation.

Motifs et situation chez Mills

32Dans son article intitulé « Situated Actions and the Vocabularies of Motive », Mills s’attache à dégager une pragmatique de l’action en plaçant la question du motif au centre de son analyse. C’est le motif qui assure le passage d’une théorie du langage à une pragmatique de l’action, puisque, d’un côté, l’action est située, occasionnée ou contextualisée, de l’autre, action et situation sont conçues comme étant dans une relation de détermination réciproque. Cette problématique est inspirée du pragmatisme ainsi que de l’œuvre de Kenneth Burke. Du point de vue du pragmatisme, les personnes s’engagent activement dans des situations sociales variées et s’y ajustent en procédant à une forme d’enquête. Les motifs sont observables en tant qu’ils sont invoqués et imputés par les personnes en situation. Au travers des motifs, les conduites des personnes sont qualifiées et rendues intelligibles. L’imputation de motifs ou leur évitement fournit une réponse à la question « Pourquoi ? », qui interrompt le cours d’une action et ne surgit que dans des situations troublées. La demande de motifs est donc étroitement liée à un genre de situation et intriquée dans la grammaire pratique des agents (Peters, 1960).

  • 10 Mills ne pouvait connaître le modèle « dramatiste » de Burke, qui ne sera développé pleinement qu’a (...)
  • 11 L’approche dramaturgique des mouvements sociaux (Benford & Hunt, 1992), qui mérite un examen séparé (...)

33De Burke (1984, p. 243-244), Mills retient que la forme récurrente d’une formule langagière prend son sens dans un espace d’interlocution. Pour Burke en effet, les mots ne sont pas des signes mais des noms attribués aux objets, aux phénomènes, aux personnes, aux groupes. Ces noms déterminent non seulement la manière dont on les comprend, mais aussi la manière dont on agit à leur égard, et dont on s’oriente par rapport à eux10. Mills sociologise la théorie de Burke en la lisant sur le fond des travaux de Charles H. Cooley et William I. Thomas, pour qui le procès de définition de la situation est au cœur de l’investigation sociologique11. Ainsi, pour Burke comme pour Mills, le langage possède une structure symbolique (Duncan, 1969) et met à la disposition des personnes un répertoire de réponses possibles aux questions qui émergent dans une situation. Les motifs font partie de ce répertoire ; ils fournissent des schèmes pour interpréter les activités dans lesquelles les personnes sont engagées. Ils ont donc un caractère d’emblée public. Ils sont disponibles en vue de l’action et par là même en vue de la définition de la situation en tant que celle-ci appelle un engagement. Le projet de Burke (1984) visant à explorer de manière systématique les « structures de l’agir communicationnel » (Duncan, 1969, p. 253-261) est repris et systématisé par Mills en vue de construire une approche globale de l’ordre social.

34Le motif n’a donc pas de statut causal, ni chez Burke, ni chez Mills : il est un label donné à une action. Introduisant la situation comme lieu d’accomplissement de la performance symbolique, Mills propose d’appréhender le vocabulaire stable des motifs comme l’instance qui lie action et situation. C’est à travers lui que le contrôle social opère et que l’ordre social est reconduit. Vocabulaire de motifs et situation sont alors liés de manière institutionnelle. Un type de motif est associé à un type de situation, et le motif fonctionne comme un dispositif d’accrochage et de justification pour les activités normatives dans cette situation.

35Mills conçoit la formulation d’un motif comme un acte en soi, un acte nouveau, séparé de l’action à l’appui de laquelle il est produit, dirigé vers les autres, soumis à leur agrément. Ainsi l’attribution de motifs apparaît-elle souvent dans son article comme un acte ex post facto, et le motif comme une raison donnée qui re-spécifie l’action et la fait voir comme une action d’une certaine sorte. C’est dans cet acte de qualification et de justification que l’action émerge comme action individuée. Rencontrant l’agrément des autres, les motifs fournissent « des fondements communs aux conduites médiatisées » (common grounds for mediated behaviours). Ils ont une fonction « intégrative », dit Mills. Un motif invoqué dans la justification ou la critique d’une action lie cette dernière à la situation, engrène les actions les unes sur les autres, et « aligne la conduite sur des normes » (lign up conduct with norms).

  • 12 « … the research task is the locating of particular types of action within typical frames of normat (...)

36Cette lecture intrinsèquement sociale du motif comme une instance qui autorise la coordination de l’action en situation et assure le maintien et la reconduction de l’ordre social est largement redevable à Weber. Mills définit en effet le motif, à la suite de Weber (1984), comme un complexe de significations qui apparaît, pour l’acteur lui-même ainsi que pour ses partenaires ou pour un observateur éventuel, comme le fondement adéquat de sa conduite. Ces significations ne sont pas personnelles : elles sont circonscrites par un vocabulaire de motifs acceptables eu égard à la situation. Mills appelle « vocabulaire typique de motifs » une configuration stable de raisons de l’action. Les motifs sont produits et reçus comme autant de raisons satisfaisantes, et leur acceptation, qui implique un jugement sur leur validité, est une condition de la compréhension de l’action en situation. Mais alors que Weber demeurait attaché à dégager le sens de l’action à partir de l’énoncé par l’agent de son propre motif, Mills s’affranchit totalement de cette problématique wébérienne de la saisie objective du sens subjectif visé. Certes Weber, en faisant peser sur l’action une forte présomption de rationalité, ouvrait la possibilité pour autrui d’en saisir le sens probable (Abel, 1979) ; mais il a dû se résigner à recommander à l’observateur « une sorte de sagacité empirique », afin de surmonter son scepticisme quant à la possibilité d’identifier le sens intrinsèque de l’agir social (Pharo, 1993). Mills, quant à lui, propose au sociologue d’explorer la grammaire des activités sociales, en faisant porter l’attention sur les contraintes cognitives et normatives que la situation fait peser sur la conduite de celui qui s’y engage, et qui lui confèrent en retour ses déterminations. La tâche du sociologue consiste alors à explorer la mise en forme de l’action en tant qu’elle est contrainte par un cadre de motifs appartenant à une situation sociale typique12.

37L’action surgit donc dans l’espace contraint des motifs qui en spécifient le sens. Le caractère ordonné de la situation découle d’une forme d’intériorisation des attentes que Mills, à la suite de George H. Mead, conçoit sous l’espèce de l’« autrui généralisé ». Au cours de notre socialisation, nous apprenons les règles et les normes de l’action appropriées aux diverses situations de la vie sociale, en même temps que les vocabulaires de motifs qui leur sont ajustés. Toutefois, contrairement à Blumer (1969), Mills insiste peu sur la fluidité du monde commun et s’intéresse peu à la question de l’émergence processuelle des identités sociales et de leur perpétuelle renégociation. Loin de l’idée d’une plasticité infinie de l’ordre social, Mills tente de lier solidement situation et vocabulaire de motifs de sorte que l’action apparaisse comme un ajustement toujours problématique, mais fortement contraint, à une configuration sociale qu’elle contribue à faire émerger.

Stratégie et normativité des performances

38Le statut des motifs se trouve ainsi radicalement respécifié dans la théorie millsienne de l’action située (Quéré, 1993, p. 67 sq.). Les motifs ne causent pas l’action ; ils sont des accomplissements normatifs qui lient action et situation. Actualisés dans une situation, ils co-accomplissent l’action. La connexion entre motif et action s’établit au travers d’un standard social de pertinence, d’intelligibilité et de recevabilité, qui est appliqué dans la situation (Wright, 1971). Possédés par des individus, publiquement disponibles et saisissables par un sujet pratique, les motifs ne sont donc pas subjectifs. La production des raisons de l’action n’est pas l’indication de quelque chose qui serait propre à l’individu, mais l’application d’un vocabulaire typique de motifs à une action située.

  • 13 Cf., en particulier, Peters (1960), Melden (1961), Austin (1970) et Winch (1958).
  • 14 Cependant, l’ethnométhodologie, telle que définie par Garfinkel, n’est qu’indirectement l’héritière (...)
  • 15 L’œuvre postérieure de Mills (cf. Gerth & Mills, 1954) peut donner prise à une interprétation des m (...)

39Demeuré à l’état programmatique, largement déconnecté des travaux postérieurs de Mills lui-même, l’article de 1940 connaîtra une certaine postérité au travers de la lecture qu’en proposeront les courants ethnométhodologiques. Cette lecture a été préparée par le développement de l’épistémologie post-wittgensteinienne13. L’interprétation proposée par Winch (1958) de la théorie wébérienne de l’agir social est révélatrice à cet égard. Donner des raisons satisfaisantes de l’action dépend d’un langage socialement et historiquement constitué, de sorte que la liberté de proposer un sens est toujours déjà bornée par ce langage et suppose la maîtrise de ses règles. Les raisons invoquées ne renvoient donc pas à des dispositions particulières de l’acteur, mais aux manières habituelles d’agir caractéristiques d’une forme de vie. Les ethnométhodologues ont avancé des arguments similaires14. Ils se sont volontiers reconnus dans la problématique des motifs de Mills, qu’ils ont enrôlée au service d’une théorie anti-mentaliste et anti-causaliste de l’action. Mais leur interprétation, à laquelle nous adhérons globalement, asuscité de vives réactions (Bruce & Wallis, 1983, 1985 ; Wallis & Bruce, 1983 ; Campbell, 1991, 1996). Implicitement, l’usage de Mills proposé par la frame perspective dans le domaine de l’ACMS est congruent avec ces réactions : celle-ci demeure en effet arrimée à une appréhension mentaliste, intersubjective et plus ou moins causale du motif (cf. supra)15.

40La réception ethnométhodologique de Mills pose néanmoins problème, surtout si l’on veut appliquer l’approche millsienne des motifs à l’analyse des phénomènes de mobilisation. Deux reproches peuvent lui être adressés : attribuer au motif un statut strictement instrumental et stratégique ; ne faire de la production de motifs qu’une procédure.

41L’article-pionnier de Marvin Scott et Standford Lyman (1968), partiellement redevable à Mills, esquisse une approche formelle des motifs, entendus comme comptes rendus acceptables de l’action (accounts). Le motive talk y est défini comme un dispositif (device) enclenché chaque fois qu’une action est soumise à évaluation. Les motifs sont standardisés et incorporés dans la culture, de sorte qu’une fois stabilisés, ils sont invoqués et attendus de manière routinière par les membres d’une société. L’acceptabilité des motifs, qu’il s’agisse d’excuses ou de justifications, dépend de manière ultime des attentes d’arrière-plan qui caractérisent une « communauté discursive » (Gumperz, 1989).

  • 16 Lawrence Wieder (1974) montrera comment le schème motivationnel est une ressource que les membres u (...)

42En 1971, Alan Blum et Peter McHugh prolongent la réflexion de Scott et Lyman en proposant une description analytique de l’organisation sociale de l’imputation de motifs, en tant que cours d’action observable. Selon eux, les motifs lient des activités concrètes aux règles sociales disponibles en toute généralité. L’attribution de motifs est une pratique de sens commun, faisant apparaître l’action comme satisfaisant une règle sous-jacente connue des membres culturellement compétents de la société, qui savent lier correctement un phénomène dans le monde à un corpus disponible de désignations possibles et supposent ce savoir-faire partagé16. L’enquête sociologique vise alors à restituer les règles d’imputation qui sous-tendent l’organisation des cours d’action de la vie quotidienne.

43Cette approche formelle récuse non seulement le motif comme cause de l’action, mais également comme source de buts, ou comme justification de l’action. L’acteur n’est pas un informateur pour l’observateur. Le caractère sociologique du motif ne se situe pas dans la raison substantielle, concrète de l’acteur, mais dans les conditions, organisées et sanctionnées socialement, qui produisent, de manière régulière et stable, les raisons données par un « membre » compétent. Le motif est donc une procédure ; il n’est pas quelque chose que l’acteur « possède », ni quelque chose que le sociologue lui attribue, mais une méthode de « membre » pour décider ce qu’il en est pour autrui. L’enquête sociologique s’en trouve radicalement respécifiée : elle s’attache à restituer la disponibilité et la pertinence d’une règle d’imputation de motifs plutôt qu’à découvrir des motifs effectifs.

44Cette posture théorique induit un scepticisme sur la réalité des raisons de l’action, et cela à deux titres. Premièrement, le motif étant réduit à une simple méthode pour produire des actions cohérentes et intelligibles, il n’y a pas de place, dans l’analyse, pour la validité normative des raisons de l’action. Deuxièmement, le motif est généralement conçu comme une technique de spécification, après coup, d’une action échue. Sa portée demeure dès lors étroitement locale, puisque sa pertinence est circonscrite au moment de son invocation, rabattue sur une temporalité qui est celle du présent dans son déroulement. L’invocation rétrospective du motif paraît ainsi relever d’un simple calcul.

45Mais un motif n’est pas nécessairement rétrospectif. Certes, dans la mesure où le motif invoqué, sélectionné dans la série limitée de motifs disponibles, dépend des caractérisations (elles-mêmes en nombre limité) susceptibles d’être faites de l’action échue, l’attribution de motifs a lieu souvent mais non principiellement ex post (Sharrock & Watson, 1984, 1986). Mais un motif peut aussi être prospectif, à la fois dans son effectuation et dans ses effets. Ainsi, dans le domaine de la mobilisation, les motifs produits à l’appui des performances prennent en compte les conséquences anticipées de la conduite projetée (Hewitt & Hall, 1973). Ils revêtent alors la forme de justifications pour des programmes d’action ou pour des actes présents, passés et futurs. En particulier, les agents anticipent les interprétations possibles de leur action, surtout lorsqu’ils présupposent qu’elle va générer une situation problématique. C’est ce que montre le dispositif du « disclaimer » (Hewitt & Stokes, 1975) qui tente de désamorcer à l’avance des doutes possibles ou des jugements négatifs probables portant sur une conduite intentionnelle. Les agents déjouent ainsi, dans un espace borné par l’anticipation de l’acceptable, les réactions potentielles à leur conduite.

  • 17 L’expression aligning action (Stokes & Hewitt, 1975), empruntée à Blumer (1971), désigne donc d’abo (...)

46Cette activité d’alignement17 d’une conduite problématique sur des contraintes normatives perpétue un ordre en produisant par avance un écart entre la conduite anticipée et les interprétations qui en seront vraisemblablement faites. Montrant que l’action projetée ne coïncidera pas avec les attentes culturelles concernant ce qui est situationnellement approprié, elle maintient (sustain) la connexion entre action et « culture ». La culture se donne alors comme un schème non problématique sur le fond duquel se détachent des objets et des événements problématiques émergeant de l’action conjointe.

  • 18 La perspective dessinée par Stokes & Hewitt s’inscrit assez fidèlement dans l’esprit de l’article p (...)

47La prise en compte d’une telle production prospective de motifs, informée par une réception incertaine et plurielle de l’action, conduit à appréhender la question des motifs sous l’aspect d’une activité réflexive d’alignement sur un ordre moral dont la substance est ainsi exhibée. L’ordre normatif demeure alors externe, localisé dans la situation à laquelle la personne va s’ajuster (Goffman, 1973). La « culture » se présente ainsi en extériorité. Les dispositifs de la justification ou celui du disclaimer constituent précisément des moyens par lesquels les acteurs prennent en compte la culture. Les personnes préservent ainsi leur identité, rendent les situations manifestes, et thématisent explicitement la relation entre une conduite susceptible d’être mise en cause et les normes partagées ou les usages convenus18.

48La question de savoir si le motif, qu’il soit rétrospectif ou prospectif, recouvre les « vraies » raisons de l’action perd dès lors toute pertinence. Mills récusait la métaphysique selon laquelle il y aurait d’un côté de vrais motifs ou des motifs profonds, de l’autre de simples rationalisations. Pour lui, le langage n’est pas un phénomène de surface. En deçà d’un motif invoqué, il ne peut y avoir qu’un autre motif, c’est-à-dire un autre acte de langage, dans une régression qui apparaît rapidement comme infinie. Dire d’un motif qu’il est une justification ex post n’implique nullement que l’on nie son efficacité, puisque précisément l’anticipation de la justification acceptable borne la conduite (Winch, 1958). Une telle perspective ne s’attache pas à évaluer de l’extérieur la sincérité des personnes, ni à faire le partage entre ce qui est de l’ordre du calcul, de la stratégie, et ce qui est supposé correspondre authentiquement à la perspective d’un sujet. Elle vise plutôt à sonder l’espace des motifs invocables, corrélés à des activités pratiques (Pharo, 1985). Ce qui n’implique nullement de mettre à l’écart des aspects tels que l’intention de communiquer quelque chose, de véhiculer du sens, d’exhiber un vouloir-dire substantiel.

Un vocabulaire de motifs

  • 19 Ce geste est corrélé à une difficulté majeure que doit affronter l’analyse des motifs comme technol (...)
  • 20 Cela pour deux raisons, qui ont été clairement analysées par Paul Attewell (1974). D’abord, le modè (...)
  • 21 L’analyse conversationnelle de Harvey Sacks manifeste clairement cette orientation. Ce que les gens (...)

49Or c’est ce que font certains ethnométhodologues lorsqu’ils radicalisent la théorie millsienne de l’action dans le sens d’une procéduralisation du motif. Est alors occulté le caractère substantiel de l’activité des « membres »19. Ainsi, pour Garfinkel (1972, p. 315), la compréhension commune consiste, en tant que « produit », en un accord partagé à propos d’affaires substantielles (substantive matters) et, en tant que « procès », en méthodes variées pour faire de ce qu’une personne dit ou fait quelque chose de reconnaissable sous une règle. L’aspect qui compte ici est celui du procès20. Un parti pris antimentaliste, jouant de la distinction wébérienne entre le Verstehen et le Begreifen, conduit ainsi à rabattre la compréhension sur le second terme. Alors que le Verstehen suppose un état mental préexistant, ou un savoir d’arrière-plan toujours déjà là, le Begreifen renvoie à l’accomplissement processuel, à la dynamique de la compréhension dans son effectuation. La tâche de l’enquête sera dès lors d’identifier les régularités ou les invariants des méthodes ou des procédures de la compréhension commune21. Le contenu, qui est lié au sens, à l’intention, à la biographie, à ce qui est donc le plus éminemment indexical, s’en trouve éliminé, ou relégué dans la pure contingence d’un accomplissement quelconque. La mise au jour des invariants méthodiques a alors pour prix la mise à l’écart de l’indexicalité des accounts. Le « à propos de » de ce qui est dit se trouve irrémédiablement relégué au statut de phénomène superficiel. Cette relégation apparaîtra de plus en plus contre-intuitive au fur et à mesure que l’on passera de l’observation de situations (plus ou moins) routinières à celle de situations très complexes, dans lesquelles les personnes font montre d’un sens critique, comme c’est toujours le cas dans une activité de plainte, de protestation ou de revendication.

50La remise à l’ordre du jour d’un intérêt pour le caractère substantiel des pratiques interprétatives suppose donc de rompre avec ce processualisme radical tout en engrangeant ses acquis. Il n’est pas question d’abandonner la question « Comment ? » pour en revenir à la question « Pourquoi ? », mais plutôt de reprendre la question du comment en lui adjoignant la question « Quoi ? » (What ? comme l’appellent Garfinkel ou Sacks eux-mêmes). Dans cette perspective, les motifs ne sont pas seulement une composante d’un arsenal de méthodes subtiles, ils comportent aussi un contenu qu’il convient de ne pas rejeter dans les limbes de l’indexicalité. Ce ne sont pas seulement des procédures formelles qui sont rencontrées, mais des catégories qui ont une substance, un contenu qui est exprimé, un sens qui est communiqué. La notion de « culture » resurgit ici, non pas dans le sens formel d’un ensemble de procédures que suivent les membres, mais dans le sens substantiel d’un arrière-plan qui détermine ce qui est acceptable et recevable. Cette réhabilitation du contenu des motifs requiert que soit pleinement prise en compte non seulement la réflexivité des accounts, mais aussi celle des actions en tant que produites par des agents possédant des compétences réflexives plus amples (Czyzewski, 1994).

51Le projet de Mills n’était pas d’exclure la dimension substantielle des motifs. Il cherchait plutôt à infléchir la sociologie allemande de la connaissance (Mannheim, Speier), telle qu’elle s’était développée dans les années trente, en lui imprimant une torsion pragmatique (Mills, 1939, 1940b). Sa lecture de la Logique de Dewey (1993) lui permettait d’envisager les catégories comme jouées dans l’action et rendues disponibles par les situations. Les catégories sont intriquées dans le savoir pratique des membres de la société. Et c’est dans la texture du langage que sont ancrées la perception, la logique et la pensée, et aussi les institutions. La signification qu’incarne l’action motivée, et que la situation manifeste, est toujours déjà posée ; elle relève d’une forme de création collective qui contraint et autorise l’agir (Mills, 1940a). Ce que la sociologie de la connaissance concevait comme des univers normatifs, rattachés aux personnes en fonction de leurs coordonnées sociales, Mills le thématise en termes de motifs imbriqués dans des agencements situationnels.

52Le plaidoyer pour une substantialisation des motifs vise d’abord à souligner que l’action est intentionnelle : outre qu’elle peut être expliquée par des raisons, elle anticipe, dans son accomplissement même comme action justifiée, les descriptions ultérieures qu’elle suscitera (Pharo, 1990). La performance est configurée de telle sorte qu’elle actualise dans le moment de son effectuation les épreuves auxquelles elle anticipe d’être soumise. Le motif est alors fourni par le langage qui permet à la fois d’accomplir et de décrire l’action.

53Cette approche vaut aussi pour les performances appelées mobilisations. Celles-ci supposent en effet qu’une certaine sorte de motif soit actualisée : les raisons produites à l’appui de l’action protestatrice doivent être reconnaissables et acceptables dans l’espace public. En général, celles-ci font référence au bien commun et sont articulées en termes de justice (cf. Boltanski & Thévenot, 1991). Le motif pointe ainsi vers une contrainte de justification susceptible de s’exercer à des degrés divers sur les personnes.

54Engageant explicitement autrui, sur le mode pluriel de la représentation, le type d’action correspondant à la mobilisation fabrique du collectif et se conforme à un standard du juste. Il requiert un sens critique de la part des agents, ainsi qu’une capacité d’agir en vue d’un bien commun. Toutefois, ce sens critique s’appuie sur des manières stabilisées de saisir et d’interpréter les expériences quotidiennes qui se donnent pour problématiques. Il s’exerce aussi en référence à un répertoire de problèmes publics disponibles, qui structure le langage institutionnel au travers duquel toute plainte ou revendication s’articule, et permet de lier un phénomène dans le monde à un corpus de désignations possibles (Mills, 1940a ; Blum & McHugh, 1971).

  • 22 Les problèmes sociaux sont définis, à la suite de Blumer (1971), non pas comme le résultat d’un dys (...)

55Les performances subsumées sous le vocable « mobilisation » sont ainsi bornées par une panoplie de problèmes sociaux connus et reconnus, disponibles en vue de thématiser des situations problématiques22. En retour, ces situations se donnent à saisir en tant qu’elles illustrent, exemplifient un problème ou qu’elles le révèlent, le dévoilent. Le motif met ici en relation une situation problématique et un problème public, dans une dynamique toujours provisoire et incertaine, au gré du déploiement temporel des controverses et des conflits (Cefaï, 1996 ; Trom, 1999). Considérons, à titre illustratif, les mobilisations locales contre des projets d’infrastructure qui menacent de modifier la relation des résidents à leur environnement familier. Chômage, désertification des campagnes, esthétique du territoire, santé publique, moyens de transport, droit de propriété, démocratie locale constituent quelques-uns des thèmes autour desquels sont problématisées les situations, définies les revendications, dessinés les programmes d’action. Ces thèmes dessinent des opportunités que la dynamique situationnelle du conflit ou de la controverse viendra épurer par le jeu réglé des jugements et des évaluations dans lequel les parties au conflit sont impliquées.

56Les problèmes publics plus ou moins solidifiés servent ainsi d’appuis à l’engagement dans l’action en fournissant un cadre d’interprétation pertinent. Ils tracent aussi une ligne mouvante, toujours provisoire (Weintraub, 1997), entre ce qui ressortit au privé, appartient à la sphère de l’intimité et de la proximité, et ce qui est publiable, opposable à un tiers. Cette tension travaille les performances de l’intérieur ainsi que les situations qu’elles engendrent. Elle constitue à ce titre un moment d’observation privilégié de la dynamique historique de la production du politique.

Une structure d’opportunité cognitive et normative

57Cette approche de l’action, qui renonce à chercher à accéder aux motifs « réels » des personnes, ne sape nullement les fondements de la sociologie, comme d’aucuns l’ont prétendu (Bruce & Wallis, 1983). Le sociologue focalise désormais son attention sur la manière dont les personnes rendent leurs activités manifestes et les fondent en raison. Le motif n’est pas d’abord indexé sur l’agent : il appartient à la dynamique situationnelle qui le sollicite et qu’il contribue à modeler. L’enquête sociologique porte alors sur le jeu réglé qui préside à la fabrique d’arrangements situationnels empiriquement observables. En se focalisant sur les performances afin d’en restituer la consistance et l’efficacité, cette posture permet de dépasser l’antinomie entre idéalisme des valeurs et réalisme des intérêts (Thévenot, 1996).

58Ce mouvement d’externalisation ou de désubjectivisation des motifs fait de Mills, comme l’a souligné Louis Quéré (1993, p. 69), le précurseur d’une analyse « grammaticale » de l’action : avec les motifs « on a moins affaire à des états des personnes, à des événements subjectifs ou à des processus de formation interne de l’action, qu’à une grammaire pour construire intersubjectivement l’individualité et la socialité des actions et de leurs agents ». Les motifs ne sont plus dans « la tête des gens », mais déposés dans une grammaire publiquement disponible.

  • 23 Parsons résout ainsi le problème de l’ordre social en ignorant le caractère processuel et configura (...)

59La lecture proposée par Mills de Weber tranche ainsi avec celles de Talcott Parsons et d’Alfred Schütz à la même époque. En effet, Parsons (1937) place le mécanisme de l’intériorisation des normes au centre de sa théorie de l’action. Les motifs sont objectivés en termes de valeurs ou de normes, et localisés dans le contexte général, aussi englobant qu’indéterminé, du « système social » ou de la « culture ». Dans un second temps, ils sont intériorisés par les individus au travers du processus de socialisation. Les normes intériorisées sont alors conçues comme des causes parmi d’autres de l’action, tandis que la question de l’action comme accomplissement disparaît de l’horizon23. S’il conçoit plutôt l’ordre social comme quelque chose qui émerge de l’interaction entre les personnes, Schütz demeure toutefois attaché à l’analyse du sens subjectif visé par les acteurs, à la manière de Weber. Par-delà la perspective égologique héritée de Husserl, il conçoit cependant la rationalité de l’acteur, à la suite de Weber, comme corrélée à la possibilité de comprendre les actions d’autrui, à l’aide d’idéalisations typiques. En ce sens, le motif rend l’action publique, tandis que la pertinence motivationnelle vient en quelque sorte cadrer son expression et la lier à la situation (Cefaï, 1998).

60Mills radicalise la rupture avec la perspective subjective : les motifs ne sont plus des propriétés de l’agent individuel mais des propriétés de l’agir. L’action est considérée comme régie par des usages publics et impersonnels. Cette « impersonnalité générique » des propriétés intentionnelles confère aux motifs un statut intrinsèquement social (Kaufmann, 1999). Cela ne suppose aucunement que l’agent soit dépossédé de ses motifs : au contraire, il les fait siens, se les approprie, les invoque, les accepte, les rejette, met en doute la sincérité des motifs invoqués par d’autres. Du coup, les questions du sociologue portant sur les vrais et les faux motifs, sur les mauvaises et les bonnes raisons, sur les prétextes et les « simples » justifications, ne sont plus pertinentes. L’évaluation qu’elles appelaient est désormais incorporée à l’activité pratique des agents et à ce titre intégrée dans le jeu réglé de l’auto-et de l’hétéro-attribution de motifs. Le rapport de l’agent à ses motifs n’en devient pas pour autant un rapport instrumental : de même que, pour Goffman, les acteurs sont « locataires de leurs convictions » (Joseph, 1998, p. 55), pour Mills, ils sont « locataires » de leurs motifs.

61Mais cette extériorisation du motif n’est pas une négation de son caractère substantiel. Le motif possède bien une substance. Son contenu n’est pas secondaire. C’est ce qu’atteste le fait qu’il ait un caractère normatif et qu’il soit soumis à des jugements de pertinence et d’acceptabilité. C’est un aspect auquel Mills lui-même a été attentif. Des exemples, épars dans son texte, en fournissent quelques indices : autour du profit, qui s’enracine dans l’économie classique, se profile le vocabulaire typique des motifs liés aux situations d’activité économique ; le capitalisme monopolistique, avec l’apparition des « bureaucrates-entrepreneurs », infléchit ce vocabulaire ; le Rotary Club introduit, quant à lui, un « vocabulaire civique », qui vient complexifier les formes de l’action et les arrangements situationnels sur lesquels elles s’adossent. Mills entrevoyait également combien la complexification des cadres de motifs est consubstantielle à nos sociétés critiques : il évoque ainsi le cas du syndicaliste qui est accusé de faire carrière, alors que celui-ci affirme agir dans l’intérêt collectif des ouvriers. Au regard de l’analyse de l’action collective, le texte de Mills peut ainsi être lu comme une invite à explorer systématiquement l’ordre normatif substantiel qui, dans un même mouvement, autorise et borne les conflits politiques.

62Cette extériorisation du motif est en fait aussi une historicisation. Mills souligne ainsi qu’un vocabulaire typique de motifs n’acquiert de pertinence que dans un cadre socio-historique déterminé : il doit être réinscrit dans des pratiques englobantes qui renvoient, non pas à l’histoire interne de l’agent, mais à l’histoire externe des usages établis et des significations communes (Quéré, 1994 ; Kaufmann, 1999). Le vocabulaire de motifs ne relève donc pas d’une production créatrice des acteurs. Disponibles, les motifs appellent des formes d’engagement typiques dans des situations typiques (et vice versa). Ils constituent des cadres qui, dans un même mouvement, autorisent et bornent l’action. Ils structurent les situations et se présentent, pour l’action, comme un faisceau de contraintes et d’opportunités.

  • 24 Les travaux dans le domaine de l’ACMS qui prennent Goffman au sérieux portent généralement sur la g (...)

63Ce sont les lectures interactionnistes de Mills qui ont mis l’accent sur la puissance créatrice des acteurs, en particulier en matière de configuration des situations et de négociation de l’ordre social. Elles ont aussi adopté une conception plus psychosociologique que sociale des motifs. Ces lectures servent de références dans la littérature contemporaine sur l’ACMS, l’approche dramaturgique en particulier, qui conçoit les arènes publiques comme des espaces structurés dont les places et les positions sont à chaque fois investis de manière singulière24. La reprise de la question du motif dans certains travaux récents de la sociologie de l’ACMS, qui s’appuient sur les travaux d’Herbert Blumer, confirme cette torsion psychosociologique : conçu comme un objet négocié dans un « mouvement social », soumis à des processus d’agrégation et de distribution, étroitement imbriqué dans la gestion identitaire des militants, le motif fournit une armature symbolique fabriquée à destination de publics. Certes, en focalisant l’attention sur le caractère négocié de la revendication, en mettant le travail définitionnel des acteurs au cœur des dynamiques conflictuelles, ces travaux rompent avec les explications globalisantes des phénomènes de mobilisation. Mais ils en reviennent à une conception du motif que l’article de Mills avait cherché à dissoudre.

64La sociologie de Mills est plus proche de celle de Goffman que de celle des interactionnistes symboliques. L’un comme l’autre ne conçoivent pas les situations comme uniques, contingentes, inédites, mais plutôt comme ordonnées, structurées, organisées. Leurs sociologies sont en ce sens formelles, classificatrices, systématiques. Ce qui prime, ce sont les règles qui gouvernent les types d’activité. Les vocabulaires de motifs font partie de la structure de ces derniers. Ils sont donc stabilisés et leur opérativité est pensée par analogie aux structures syntaxiques du langage. Les arrangements, stables et en nombre limité, que sont les situations sont investis par les personnes et non pas créés à chaque fois par les participants à l’interaction. Les vocabulaires de motifs autorisent l’ajustement (fit) des agents à ces situations.

65La relation entre vocabulaire de motif et situation constitue donc le point nodal d’une analyse de l’action (située). Motifs, action et situation sont envisagés comme relevant d’un processus de codétermination. La disponibilité des vocabulaires de motifs est une condition de l’orientation de l’action. C’est en cela que l’action apparaît chez Mills comme surgissant d’une mise en relation d’un vocabulaire de motifs socialement disponible et d’une situation que ce vocabulaire permet de configurer : l’action implique la configuration (motivationnelle) d’une situation, tandis que l’historicité de la situation appelle une action typique (spécifiée par un vocabulaire typique) qui lui confère en retour ses déterminations.

Conclusion

66Le projet de Mills s’inscrit résolument dans une mouvance de type structural, qui traverse les sciences sociales, tout comme les courants d’inspiration ethnométhodologique, qui s’intéressent aux procédés ordinaires par lesquels un ordre est instauré, ou encore les analyses de Charles Tilly, qui visent à formaliser, en termes de répertoires de la protestation collective, nos manières conventionnelles d’agir à plusieurs. Très éloignées dans leur inspiration et leurs visées, ces deux dernières approches ont pour point commun de reconstituer des formes de coordination, soit pour des situations plus ou moins routinières, soit pour des situations immédiatement publiques. Mais, contrairement à celles de Mills, elles demeurent toutes deux indifférentes à l’ordre normatif substantiel, si central dans la saisie du genre de performance dont nous avons tenté de cerner les contours.

67L’article-pionnier de Mills nous invite à prendre pour objet d’investigation non pas les conditions qui conduisent une personne ou un groupe à formuler une plainte mais comment cette plainte s’organise, comment elle s’actualise en une performance. Toute performance doit répondre à des standards de correction car elle est exposée au jugement du public et à la critique. Les idées de « désingularisation » de causes (Boltanski, 1990), de « montée en généralité » (Boltanski & Thévenot, 1991), de chaînage actanciel (Boltanski, 1993) constituent autant d’outils analytiques particulièrement bien ajustés à l’exploration de ces standards. Ils nous permettent de mettre en évidence les tours habituels de nos engagements politiques.

68La sociologie des problèmes sociaux a emprunté une voie similaire dans les recherches qui étudient le passage d’un « malaise moral » à son articulation publique (Schneider, 1984), les mises à l’épreuve dans les situations de la vie quotidienne d’un problème public cristallisé (Loseke, 1987) ou le traitement vernaculaire de troubles situationnels (Hewitt & Hall, 1973 ; Emerson & Messinger, 1977 ; Lynch, 1983). La dés-ontologisation des pôles du public et du privé conduit également à focaliser l’attention sur les modalités situationnelles du passage au public, à enraciner les situations problématiques dans les expériences ordinaires, en portant l’attention sur la manière dont les entités appelées « problèmes sociaux » sont articulées, ajustées, reformulées, « travaillées » (Holstein & Miller, 1997) de sorte qu’elles apparaissent comme un faisceau de contraintes et d’opportunités pour la thématisation de l’expérience et l’engagement dans les circonstances de la vie quotidienne.

69Enfin, la perspective tracée par Mills nous invite à explorer plus avant les controverses publiques et les conflits tolérables. Elle ouvre la voie à une systématique des compétences et des engagements politiques possibles, demeurée jusqu’à présent à l’état programmatique. Sa transposition dans le domaine d’étude de l’ACMS permet d’envisager les performances (dont nous avons tenté d’esquisser la grammaire) dans leur relation aux situations dans lesquelles elles s’insèrent et qu’elles contribuent à définir, afin de sonder de manière systématique la structure cognitive et normative d’opportunités qui autorise et circonscrit toute mobilisation.

Bibliographie

Abel Theodore (1979), « The Operation Called Verstehen », in F. R. Dallmayr & T. A. McCarthy (eds), Understanding and Social Inquiry, Notre Dame, The University of Notre Dame Press, p. 82-92.

Attewell Paul (1974), « Ethnomethodology since Garfinkel », Theory & Society, 1 (2), p. 179-210.

Austin John Langshaw (1970), Quand dire c’est faire, Paris, Seuil [1955].

Benford Robert D. (1997), « An Insider’s Critique of the Social Movement Framing Perspective », Sociological Quarterly, 67 (4), p. 409-430.

Benford Robert D. & Scott A. Hunt (1992), « Dramaturgy and Social Movements : The Social Construction and Communication of Power », Sociological Inquiry, 62 (1), p. 36-55.

Benford Robert D. & David A. Snow (2000), « Framing Processes and Social Movements : An Overview and Assessment », Annual Review of Sociology, 26, p. 611-639.

Berard Timothy J. (1998), « Attributions and Avowals of Motive in the Study of Deviance : Resource or Topic ? », Journal for the Theory of Social Behaviour, 28 (2), p. 193-213.

Blum Alan F. & Peter McHugh (1971), « The Social Ascription of Motives », American Sociological Review, 36 (1), p. 98-109.

Blumer Herbert (1969), Symbolic Interactionism, Berkeley, University of California Press [1937].

Blumer Herbert (1971), « Social Problems as Collective Behavior », Social Problems, 18 (3), p. 298-306.

Boltanski Luc (1982), Les cadres. Un groupe social en formation, Paris, Minuit.

Boltanski Luc (1990), L’Amour et la Justice comme compétences. Trois essais de sociologie de l’action, Paris, Métaillé.

Boltanski Luc (1993), La souffrance à distance, Paris, Métaillé.

Boltanski Luc & Laurent Thévenot (1991), De la Justification. Les économies de grandeur, Paris, Gallimard.

Breviglieri Marc, Stavo-Debauge Joan & Danny Trom (2000), Ordres politiques, ordres esthétiques. Compétences sensibles en milieu urbain, Paris, EHESS, Groupe de sociologie politique et morale, multigr.

Bruce Steve & Roy Wallis (1983), « Rescuing Motives », British Journal of Sociology, 34 (1), p. 61-72.

Bruce Steve & Roy Wallis (1985), « “Rescuing Motives” Rescued. A Reply to Sharrock and Watson », The British Journal of Sociology, 36 (3), p. 367-470.

Buechler Steven M. (1993), « Beyond Resource Mobilization ? Emerging Trends in Social Movement Theory », The Sociological Quarterly, 34, p. 217-235.

Burke Kenneth (1969a), The Grammar of Motives, Berkeley, The University of California Press [1945].

Burke Kenneth (1969b), The Rhetoric of Motives, Berkeley, The University of California Press [1950].

Burke Kenneth (1984), Permanence and Change. An Anatomy of Purpose, Berkeley, The University of California Press [1936].

Campbell Colin (1991), « Reexamining Mills on Motive : A Character Vocabulary Approach », Sociological Analysis, 52 (1), p. 29-44.

Campbell Colin (1996), « On the Concept of Motive in Sociology », Sociology, 30 (1), p. 101-114.

Çapek Stella M. (1993), « The Environmental Justice Frame : A Conceptual Discussion and Application », Social Problems, 40, p. 5-24.

Cardon Dominique & Jean-Philippe Heurtin (1990), « “Tenir les rangs” : les services d’encadrement des manifestations ouvrières (1909-1936) », in P. Favre (ed.), La manifestation, Paris, Presses de la FNSP, p. 122-155.

Cardon Dominique, Heurtin Jean-Philippe & Cyril Lemieux (1995), « Parler en public », Politix, 31, p. 5-19.

Cavell Stanley (1996), Les voix de la raison : Wittgenstein, le scepticisme, la moralité et la tragédie, Paris, Seuil.

Cefaï Daniel (1996), « La construction des problèmes publics. Définitions de situations dans des arènes publiques », Réseaux, 75, p. 43-66.

Cefaï Daniel (1998), Phénoménologie et sciences sociales. Alfred Schutz et la naissance d’une anthropologie philosophique, Genève, Droz.

Claverie Élisabeth (1994), « Procès, affaire, cause : Voltaire et l’innovation critique », Politix, 26, p. 76-86.

Collins Randall (1981), « On the Microfoundations of Macrosociology », American Journal of Sociology, 86 (5), p. 984-1015.

Collins Randall (1988), « The Microcontribution to Macrosociology », Sociological Theory, 6 (2), p. 242-253.

Contamin Jean-Gabriel (2001), « La pétition Guillotin ou la genèse d’une forme d’action publique citoyenne en France », in P. Laborier & D. Trom (eds), L’historicité de l’action publique, Paris, Presses universitaires de France, (« CURAPP »).

Coulter Jeff (1982), « Remarks on the Conceptualization of Social Structure », Philosophy of the Social Sciences, 12 (1), p. 33-46.

Coulter Jeff (1989), Mind in Action, Cambridge, Polity Press.

Coulter Jeff (1996), « Human Practices and the Observability of the Macrosocial », Zeitschrift für Soziologie, 25 (5), p. 337-345.

Czyzewski Marek (1994), « Reflexivity of Actions Versus Reflexivity of Accounts », Theory, Culture & Society, 11 (4), p. 161-168.

Danto Arthur C. (1968), « Basic Actions », in A. R. White (ed.), The Philosophy of Action, Oxford, Oxford University Press, p. 43-69.

Dewey John (1993), Logique. Théorie de l’enquête, Paris, Presses universitaires de France [1938].

Dodier Nicolas (1993), L’expertise médicale. Essai de sociologie sur l’exercice du jugement, Paris, Métailié.

Duncan Hugh Dalziel (1969), Symbols and Social Theory, New York, Oxford University Press.

Edelman Murray J. (1977), Political Language. Words that Succeed and Policies that Fail, New York, Academic Press, 1977.

Eder Klaus (1991), « Au-delà du sujet historique : vers une construction théorique des acteurs collectifs », L’Homme et la Société, 3, p. 121-140.

Eliasoph Nina (1990), « Political Culture and the Presentation of the Political Self. A Study of the Public Sphere in the Spirit of Erving Goffman », Theory & Society, 19, p. 465-494.

Elster Jon (1989), Karl Marx. Une interprétation analytique, Paris, Presses universitaires de France.

Emerson Robert M. & Sheldon L. Messinger (1977), « The Micro-Politics of Trouble », Social Problems, 25, p. 121-135.

Gamson William A. (1988), « Political Discourse and Collective Action », International Social Movement Research, 1, p. 219-224.

Gamson William A. (1992), Talking Politics, Cambridge, Cambridge University Press.

Garfinkel Harold (1967), Studies in Ethnomethodology, Englewood Cliffs, Prentice-Hall.

Garfinkel Harold (1972), « Remarks on Ethnomethodology », in J. Gumperz & D. Hymes (eds), Directions in Sociolinguistics. The Ethnography of Communication, New York, Holt, Rinehart & Winston, p. 301-324.

Gerth Hans H. & Charles Wright Mills (1954), Character and Social Structure, Londres, Routledge & Kegan Paul.

Goffman Erving (1973), La mise en scène de la vie quotidienne. I. La présentation de soi, Paris, Minuit.

Goffman Erving (1991), Les cadres de l’expérience, Paris, Minuit.

Gumperz John (1989), Engager la conversation. Introduction à la sociolinguistique interactionnelle, Paris, Minuit.

Gusfield Joseph (1981), The Culture of Public Problems. Drinking-Driving and the Symbolic Order, Chicago, The University of Chicago Press.

Gusfield Joseph (1989), « Introduction » à K. Burke, On Symbols and Society, Chicago, University of Chicago Press.

Habermas Jürgen (1987), Théorie de l’agir communicationnel, Paris, Fayard, vol. 1.

Heritage John (1984), Garfinkel and Ethnomethodology, Londres, Polity Press.

Heurtin Jean-Philippe (1999), L’espace public parlementaire. Essai sur les raisons du législateur, Paris, Presses universitaires de France.

Hewitt John P. & Peter M. Hall (1973), « Social Problems, Problematic Situations, and Quasi-Theories », American Sociological Review, 38 (3), p. 367-374.

Hewitt John P. & Randall Stokes (1975), « The Disclaimer », American Sociological Review, 40 (1), p. 1-11.

Holstein James A. & Gale Miller (1997), « Social Problems as Work », in G. Miller & J. A. Holstein (eds), Social Problems in Everyday Life. Studies of Social Problems Work, Greenwich, JAI Press, p. IX-XXI.

Hunt Scott A. & Robert D. Benford (1994), « Identity Talk in the Peace and Justice Movement », Journal of Contemporary Ethnography, 22 (4), p. 488-517.

Hunt Scott A., Benford Robert D. & David A. Snow (1994), « Identity Fields : Framing Processes and the Social Construction Of Movement Identities », in E. Laraña, H. Johnson & J. Gusfield (eds), New Social Movements : From Ideology to Identity, Philadelphie, Temple University Press, p. 185-208.

Jasper James M. (1997), The Art of Moral Protest. Culture, Biography and Creativity in Social Movements, Chicago, University of Chicago Press.

Joseph Isaac (1998), Erving Goffman et la microsociologie, Paris, Presses universitaires de France.

Kalab Kathleen A. (1987), « Student Vocabularies of Motive : Accounts for Absence », Symbolic Interaction, 10 (1), p. 71-83.

Kaufmann Laurence (1999), « Esprit es-tu là ? », Social Science Information, 38 (2), p. 203-248.

Kaufmann Laurence & Louis Quéré (2001), « Comment analyser les collectifs et les institutions ? », in M. de Fornel, A. Ogien & L. Quéré (eds), L’ethnométhodologie. Une sociologie radicale, Paris, La Découverte, p. 361-390.

Kubal Timothy J. (1998), « The Presentation of Political Self. Cultural Resonance and the Construction of Collective Action Frames », The Sociological Quarterly, 39 (4), p. 539-554.

Laugier Sandra (1998), « Communauté, tradition, réaction », Critique, 610, p. 13-38.

Livet Pierre (1994), La communauté virtuelle : action et communication, Combas, L’Éclat.

Livet Pierre & Laurent Thévenot (1994), « Les catégories de l’action collective », in A. Orléans (ed.), Analyse économique des conventions, Paris, Presses universitaires de France, p. 139-167.

Loseke Donileen R. (1987), « Lived Realities and the Construction of Social Problems : The Case of Wife Abuse », Symbolic Interaction, 10, p. 229-243.

Lynch Michael (1983), « Accommodation Practices : Vernacular Treatments of Madness », Social Problems, 31 (2), p. 152-164.

McAdam Doug, Tarrow Sidney & Charles Tilly (1996), « To Map Contentious Politics », Mobilization, 1 (1), p. 17-34.

Mandelbaum Maurice (1973), « Societal Facts », in J. O’Neill (ed.), Modes of Individualism and Collectivism, Londres, Heinemann, p. 221-234.

Manin Bernard (1996), Principes du gouvernement représentatif, Paris, Flammarion.

Melden Abraham I. (1961), Free Action, Londres, Routledge.

Melucci Alberto (1989), Nomads of the Present. Social Movements and Individual Needs in Contemporary Society, Philadelphie, Temple University Press.

Mills Charles Wright (1939), « Language, Logic and Culture », American Sociological Review, 4, p. 670-680.

Mills Charles Wright (1940a), « Situated Actions and Vocabularies of Motive », American Sociological Review, 5, p. 904-913.

Mills Charles Wright (1940b), « Methodological Consequences of the Sociology of Knowledge », American Journal of Sociology, p. 316-330.

Mises Ludwig von (1985), L’action humaine, Paris, Presses universitaires de France [1949].

Parsons Talcott (1937), The Structure of Social Action, New York, Free Press.

Peters Richard Stanley (1960), The Concept of Motivation, Londres, Routledge & Kegan Paul.

Pharo Patrick (1985), « Problèmes empiriques de la sociologie compréhensive », Revue française de Sociologie, 26, p. 120-149.

Pharo Patrick (1990), « La question du pourquoi », in P. Pharo & L. Quéré (eds), Les formes de l’action. Sémantique et sociologie, Paris, Éditions de l’EHESS, p. 267-309 (« Raisons Pratiques », 1).

Pharo Patrick (1993), « Les fondements wébériens de la sociologie compréhensive » in Id., Le sens de l’action et la compréhension d’autrui, Paris, L’Harmattan.

Pitkin Hanna Fenichel (1967), The Concept of Representation, Berkeley-Los Angeles, University of California Press.

Pitkin Hanna Fenichel (1972), Wittgenstein on Justice. On the Significance of Ludwig Wittgenstein for Social and Political Thought, Berkeley, University of California Press.

Pitkin Hanna Fenichel (1981), « Justice. On Relating Private and Public », Political Theory, 9 (3), p. 327-352.

Polletta Francesca (1997), « Culture and its Discontents : Recent Theorizing on the Cultural Dimensions of Protest », Sociological Inquiry, 67, p. 431-450.

Quéré Louis (1990), « Agir dans l’espace public. L’intentionalité des actions comme phénomène social », in P. Pharo & L. Quéré (eds), Les formes de l’action. Sémantique et sociologie, Paris, Éditions de l’EHESS, p. 85-112 (« Raisons Pratiques », 1).

Quéré Louis (1993), « Langage de l’action et questionnement sociologique », in P. Ladrière, P. Pharo & L. Quéré (eds), La théorie de l’action. Le sujet pratique en débat, Paris, CNRS Éditions, p. 53-83.

Quéré Louis (1994), « Sociologie et sémantique. Le langage dans l’organisation sociale de l’expérience », Sociétés contemporaines, 18-19, p. 17-41.

Quéré Louis (1995), « L’espace public comme forme et comme événement », in I. Joseph (ed.), Prendre place, Paris, Éditions Recherches/Plan urbain, p. 93-110.

Quéré Louis (1996), « L’espace public comme lieu de l’action collective », Mana. Cahiers de Sociologie économique et culturelle, 2, p. 235-265.

Ray Melvin C. & Ronald L. Simons (1987), « Convicted Murderers’ Accounts of their Crimes : A Study of Homicide in Small Communities », Symbolic Interaction, 10 (1), p. 57-70.

Ricœur Paul (1977), La sémantique de l’action, Paris, CNRS Éditions.

Ricœur Paul (1990), Soi-même comme un autre, Paris, Seuil.

Schneider Joseph W. (1984), « Morality, Social Problems, and Everyday Life », in J. W. Schneider & J. I. Kitsuse (eds), Studies in the Sociology of Social Problems, Norwood, Ablex Publishing Corporation, p. 180-205.

Schütz Alfred (1974), Die sinnhafte Aufbau der sozialen Welt. Eine Einleitung in die verstehende Soziologie, Francfort, Suhrkamp [1932].

Scott Marvin B. & Stanford M. Lyman (1968), « Accounts », American Sociological Review, 33 (1), p. 46-62.

Sculy Diana & Joseph Marolla (1984), « Convicted Rapists’ Vocabulary of Motive : Excuses and Justification », Social Problems, 31 (5), p. 530-544.

Searle John R. (1991), « L’intentionnalité collective », in H. Parret (ed.), La communauté en paroles. Communications, consensus, ruptures, Liège, Mardaga, p. 227-243.

Searle John R. (1998), La construction de la réalité sociale, Paris, Gallimard.

Sewell William H. (1990), Gens de métier et révolutions. Le langage du travail de l’Ancien Régime à 1848, Paris, Aubier Montaigne.

Sewell William H. (1996), « Historical Events as Transformations of Structures : Inventing Revolution at the Bastille », Theory & Society, 25, p. 841-881.

Sharrock Wes W. & Rodney D. Watson (1984), « What’s the Point of “Rescuing Motives” ? », The British Journal of Sociology, 35 (1), p. 435-451.

Sharrock Wes W. & Rodney D. Watson (1986), « Relocating Motives », The British Journal of Sociology, 37 (4), p. 581-583.

Silver Ira (1997), « Constructing “Social Change” Through Philanthropy : Boundary Framing and the Articulation of Vocabularies of Motive for Social Movement Participation », Sociological Inquiry, 67, p. 488-503.

Siméant Johanna (1998), La cause des sans-papiers, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques.

Snow David A. & Robert D. Benford (1992), « Master Frames and Cycles of Protest », in A. D. Morris & C. McClurg Mueller (eds), Frontiers in Social Movement Theory, New Haven-Londres, Yale University Press, p. 133-155.

Somers Margaret R. (1994), « The Narrative Constitution of Identity : A Relational and Network Approach », Theory & Society, 23 (5), p. 605-649.

Somers Margaret R. (1992), « Narrativity, Narrative Identity, and Social Action : Rethinking English Working-Class Formation », Social Science History, 16, p. 591-630.

Spector Malcolm & John I. Kitsuse (1987), Constructing Social Problems, New York, Aldine de Gruyter.

Stokes Randall & John P. Hewitt (1975), « Aligning Actions », American Sociological Review, 41 (5), p. 837-849.

Taylor Charles (1970), « Explaining Action », Inquiry, 13 (1-2), p. 54-89.

Thévenot Laurent (1990), « L’action qui convient » in P. Pharo & L. Quéré (eds), Les formes de l’action. Sémantique et sociologie, Paris, Éditions de l’EHESS, p. 39-69 (« Raisons Pratiques », 1).

Thévenot Laurent (1996), « Stratégies, intérêts et justification : à propos d’une comparaison France-États-Unis de conflits d’aménagement », Techniques, Territoires et Sociétés, mai, p. 127-150.

Thévenot Laurent (1998), « Pragmatiques de la connaissance », in A. Borzeix, A. Bouvier & P. Pharo (eds), Sociologie de la connaissance. Nouvelles approches cognitives, Paris, CNRS Éditions, p. 101-139.

Thévenot Laurent (2000), « L’action comme engagement », in J.-M. Barbier (ed.), L’analyse de la singularité de l’action, Paris, Presses universitaires de France, p. 213-238.

Tilly Charles (1986), La France conteste de 1600 à nos jours, Paris, Fayard.

Tilly Charles (1993), « Social Movements and Historically Specific Clusters of Political Performances », Berkeley Journal of Sociology, 38, p. 1-30.

Trom Danny (1999), « De la réfutation de l’effet Nimby considérée comme une pratique militante. Note pour une approche pragmatique de l’activité revendicative », Revue française de Science politique, 49 (1), p. 31-50.

Tuomela Raimo (1985), « Social Action », in G. Seebass & R. Tuomela (eds), Social Action, Dordrecht-Boston-Lancaster, D. Reidel.

Tuomela Raimo (1991), « We will do It : An Analysis of Group-Intentions », Philosophy and Phenomenological Research, 2, p. 262-263.

Wallis Roy & Steve Bruce (1983), « Accounting for Action : Defending the Common-Sense Heresy », Sociology, 17 (1), p. 97-110.

Ware Robert (1988), « Group Action and Social Ontology », Analyse & Krise, 10, p. 48-70.

Weber Max (1984), Soziologische Grundbegriffe, Tübingen, J. C. B. Mohr (Paul Siebeck) [1921].

Weintraub Jeff (1997), « The Theory and Politics of the Public/Private Distinction », in J. Weintraub & K. Kumar (eds), Public and Private in Thought and Practice, Chicago, The University of Chicago Press, p. 1-42.

Wieder Lawrence D. (1974), Language and Social Reality. The Case of Telling the Convict Code, La Haye, Mouton.

Williams Rhys H. (1995), « Constructing the Public Good : Social Movements and Cultural Ressources », Social Problems, 42 (1), p. 124-144.

Williams Rhys H. & Robert Benford (2000), « Two Faces of Collective Action Frames : A Theoretical Consideration », Current Perspectives on Social Theory, 20, p. 127-151.

Williams Rhys H. & Timothy J. Kubal (1999), « Movement Frame and Cultural Environment : Resonance, Failure, and the Boundaries of the Legitimate », Resarch in Social Movements, Conflict & Change, 21, p. 225-248.

Winch Peter (1958), The Idea of the Social Science and its Relation to Philosophy, Londres, Routledge & Kegan Paul.

Wolff Stephan (1976), Der rhetorische Charakter sozialer Ordnung. Selbstverständlichkeit als soziales Problem, Berlin, Dunkel & Humblot.

Wright Georg Henrik von (1971), Explanation and Understanding, Londres, Routledge & Kegan Paul.

Notes

1 Cet article est issu d’un document de travail qui abénéficié des commentaires de Liora Israël, Daniel Cefaï et Jean-Philippe Heurtin. Je remercie Pascale Laborier, Claudette Lafaye, Daniel Cefaï et Louis Quéré pour leurs critiques et suggestions qui ont grandement amélioré la qualité de cet article. Ce texte est largement redevable aux multiples discussions menées avec Daniel Cefaï qui y retrouvera, par-delà nos options respectives, des éléments de notre projet commun.

2 Pour une mise en cause de la naturalité des entités collectives que sont les mouvements sociaux et une dénonciation de l’illusion nomologique voir aussi Eder (1991) et Melucci (1989). Sur le caractère processuel des événements publics on se reportera à Sewell (1996).

3 Sur les différentes manières de saisir les entités collectives dans une perspective grammaticale, on se reportera à Coulter (1982, 1996), Kaufman & Quéré (2001).

4 Pour une tentative de cette nature, voir Collins (1981, 1988), Tilly (1986).

5 La définition wébérienne de l’agir social comme activité dotée d’un sens qui transcende toujours déjà l’action est construite contre cette tentation. Dans le même esprit, Jügen Habermas (1987) écarte les « actions de base » d’Arthur Danto (1968) au motif que les mouvements corporels co-accomplissent une action sociale qui ne se manifeste comme telle que dans un réseau de significations socialement disponibles.

6 Sur la saisie des entités macrosociales comme chaînage spatio-temporel d’une multiplicité d’interactions rituelles tangibles, voir Collins (1981) et Tilly (1986).

7 Les grandes synthèses programmatiques de la sociologie de l’ACMS rabattent systématiquement la mobilisation sur des formes de l’agir à plusieurs. Cf., par exemple, McAdam, Tarrow & Tilly (1996).

8 Comme le note Sandra Laugier (1998), le « je » comme le « nous » doivent être conçus comme des claims.

9 Cette figure de la représentation-délégation, qui soutient un agir « dans l’intérêt de » ou « au bénéfice de », suppose en retour l’action de rendre compte (accountability) : le délégué a des comptes à rendre au collectif délégataire (Manin, 1996).

10 Mills ne pouvait connaître le modèle « dramatiste » de Burke, qui ne sera développé pleinement qu’avec la parution, respectivement en 1945 et 1950, de A Grammar of Motives (Burke, 1969a) et A Rhetoric of Motives (Burke, 1969b). Ce sont probablement Goffman (1973) et Gusfield (1981, 1989) qui en feront l’usage le plus fécond, en particulier à travers la notion de staging. Le modèle des relations humaines que Burke appelle « framatism » est esquissé à partir de l’identification de formes élémentaires de la pensée, qui, en accord avec la nature du monde telle que tout homme l’expérimente, sont exemplifiées dans l’attribution de motifs.

11 L’approche dramaturgique des mouvements sociaux (Benford & Hunt, 1992), qui mérite un examen séparé, utilise la métaphore théâtrale pour rendre compte de l’interaction humaine. Les acteurs, dans un contexte socio-historique donné, agissent pour donner du sens et nommer leurs buts. À travers un processus de communication avec une audience, un univers symbolique s’objective (Gusfield, 1981). L’influence de Mead et de Burke, au travers des travaux de Gusfield notamment, est ici déterminante. La pragmatique de Mills n’est toutefois pas symbolique/théâtrale mais grammaticale.

12 « … the research task is the locating of particular types of action within typical frames of normative action and socially situated clusters of motives » (Mills, 1940a, p. 913).

13 Cf., en particulier, Peters (1960), Melden (1961), Austin (1970) et Winch (1958).

14 Cependant, l’ethnométhodologie, telle que définie par Garfinkel, n’est qu’indirectement l’héritière de ce mouvement. La question nodale pour Garfinkel, élève de Parsons, est en effet celle de l’ordre social, tandis que sa démarche épistémologique et méthodologique est plus redevable à Schütz, et en amont à Husserl, quoique la référence au second Wittgenstein ne soit pas absente (Heritage, 1984). L’approche formelle des motifs semble, quant à elle, plus directement informée par Mills (1940a), mais aussi par Burke, par le Goffman de La mise en scène de la vie quotidienne et par le second Wittgenstein, via les travaux d’Austin (1970) ou de Melden (1961).

15 L’œuvre postérieure de Mills (cf. Gerth & Mills, 1954) peut donner prise à une interprétation des motifs comme étant essentiellement liés à un ethos dans le sens wébérien du terme (voir, par exemple, Campbell, 1991).

16 Lawrence Wieder (1974) montrera comment le schème motivationnel est une ressource que les membres utilisent pour faire apparaître le caractère réglé des situations dans lesquelles ils sont engagés.

17 L’expression aligning action (Stokes & Hewitt, 1975), empruntée à Blumer (1971), désigne donc d’abord la manière dont les actions individuelles confluent en un acte social conjoint (un joint social act).

18 La perspective dessinée par Stokes & Hewitt s’inscrit assez fidèlement dans l’esprit de l’article programmatique de Mills. En transformant le motive talk en aligning action, ils mettent l’accent sur le caractère négocié de l’ordre social. Attentifs aux contraintes normatives situationnelles, ils resserrent toutefois ce programme autour d’une approche plus structurelle, envisageant la « culture » comme « aset of cognitive constraints (objects) to which people must relate as they form lines of conduct » (Stokes & Hewitt, 1975, p. 847).

19 Ce geste est corrélé à une difficulté majeure que doit affronter l’analyse des motifs comme technologie de maintien et de reconduction des situations. Les partisans de l’approche post-wittgensteinienne doivent en effet spécifier le lien entre les règles, qui existent en toute généralité, et leur application, qui est toujours locale, située (Wolff, 1976). Si l’on considère que les courants ethnométhodologiques, par nombre de leurs aspects, sont une variante de cette posture théorique (Coulter, 1989), une question similaire se pose à eux : comment passer des accounts aux méthodes qui président à leur production ?

20 Cela pour deux raisons, qui ont été clairement analysées par Paul Attewell (1974). D’abord, le modèle processuel constitue un rempart contre toutes les formes de réification des catégories. Ensuite, la théorie de l’identité entre forme et contenu de l’account permet de reléguer le contenu à un rang subalterne, car il ne manifeste qu’un accord momentané, éphémère, pris dans le flux de la production méthodique de ce qui est dit dans le cadre d’un cours d’action (Garfinkel, 1967, p. 25-30).

21 L’analyse conversationnelle de Harvey Sacks manifeste clairement cette orientation. Ce que les gens disent (« what people are saying ») n’intéresse pas le sociologue qui se concentre sur le comment : comment les gens parlent-ils ? (« How people are talking ? »).

22 Les problèmes sociaux sont définis, à la suite de Blumer (1971), non pas comme le résultat d’un dysfonctionnement social endogène, mais comme le résultat d’un travail définitionnel au travers duquel quelque chose émerge comme un problème. Un problème social est alors conçu comme le produit d’une activité collective, appelée claims-making activities (Spector & Kitsuse, 1987, p. 73-96).

23 Parsons résout ainsi le problème de l’ordre social en ignorant le caractère processuel et configurant de l’action. Garfinkel lui reproche précisément de concevoir alors les normes comme des forces causales (Heritage, 1984).

24 Les travaux dans le domaine de l’ACMS qui prennent Goffman au sérieux portent généralement sur la gestion et le maintien de l’identité dans une perspective d’interaction « stratégique ». Par exemple Hunt, Benford & Snow (1994), Hunt & Benford (1994).

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search