Version classiqueVersion mobile

Les formes de l’action collective

 | 
Daniel Cefaï
, 
Danny Trom

Repères

Les cadres de l’action collective

Définitions et problèmes

Frames of Collective Action. Definitions and Problems

Daniel Cefaï

Résumé

L’analyse des cadres a réintroduit le paramètre de la culture dans un domaine d’études jusque-là dominé par les théories de la mobilisation des ressources et du processus politique. Mais, inscrite dans l’horizon fécond d’un interactionnisme stratégique, elle a tendu à faire des cadres des ressources instrumentales pour atteindre des objectifs, unifier des organisations et vaincre des adversaires ; et elle les a conçus principalement comme des représentations cognitives justiciables d’une psychologie sociale. Cette contribution montre que la défense de causes ou la revendication de droits comme la mobilisation de réseaux d’activistes et la perception de structures d’opportunité requièrent les contraintes de cadrage de cultures publiques. La dimension dramaturgique et rhétorique des actions collectives doit ainsi être repensée dans une théorie des arènes publiques.

Texte intégral

1L’analyse de cadres – la frame analysis – s’est taillée une place importante dans les recherches sur l’action collective, à la suite des paradigmes du comportement collectif et des nouveaux mouvements sociaux, en contrepoint de la théorie de la mobilisation des ressources (RMT) et de la théorie des processus et des opportunités politiques. La paternité des concepts de cadre et de cadrage revient à Erving Goffman, mais l’usage qu’en fait la sociologie de l’action collective s’est éloigné de celui de l’auteur de Frame Analysis (1974). Ces concepts sont mis au service de la réintroduction du « paramètre » de la culture, en particulier de la culture politique ; mais cette réintroduction est faite dans un langage utilitariste et psychologiste. Utilitariste : les contraintes de publicité qui règlent les procédés de cadrage sont sous-estimées au profit d’une conception stratégique de l’action. Les cadres sont traités comme des ressources symboliques pour atteindre des objectifs, unifier des organisations et vaincre des adversaires ; et la « résonance entre cadres » comme l’effet d’une stratégie réussie de communication vers des auditoires. Psychologiste : les raisons ou les motifs d’agir ont le statut de données mentales ou de mobiles intimes ou, au mieux, de représentations collectives. Les phénomènes d’engagement, de conviction et de croyance sont pensés comme des états de conscience plutôt que rapportés à des régimes d’action et empruntés à des répertoires de justification.

2Nous critiquerons ce double biais. Nous tenterons de montrer que la défense de causes ou la revendication de droits, et la mobilisation de réseaux d’activistes et de sympathisants, phénomènes bien étudiés par les sociologues de l’action collective, doivent se plier à des grammaires de la vie publique. La publicité de l’action collective a en effet une dimension dramaturgique et rhétorique, sensible dans la définition des identités collectives. L’idée partagée par Kenneth Burke (1989), Orrin Klapp (1962, 1964) et Erving Goffman (1959, 1963), que le monde social est une scène publique, va au-delà de la description des techniques de gestion des impressions ou de manipulation des émotions par des « entrepreneurs en mouvements sociaux ». Elle pointe vers une dimension de configuration publique de l’action collective, trop vite réduite à ses artifices stratégiques. La dramaturgie et la rhétorique des identités collectives soulèvent le problème ontologique de l’existence du collectif et le problème de la représentation, au sens théâtral et politique du terme. Mettre en scène, en récits et en arguments, ce n’est pas seulement, pour des leaders d’organisations des mouvements sociaux (SMO), réaliser des visées stratégiques, c’est aussi inscrire dans une arène publique des actions dont la vocation est expressive ou symbolique (Burke, 1966 ; Taylor, 1985). Englober la perspective de l’(inter)action stratégique dans une conception de l’arène publique permet de dépasser l’incapacité de la RMT à concevoir autre chose qu’une ontologie libérale ou interactionniste des acteurs individuels et une Realpolitik des groupes d’intérêt ou de pression.

Les cadres d’organisation de l’expérience

  • 1 Goffman cite aussi, pêle-mêle, le théâtre de l’absurde de Pirandello ; la théorie des interactions (...)

3La notion de cadre a été développée par Erving Goffman dans l’ouvrage Frame Analysis. Il s’y réfère à « Une théorie du jeu et du fantasme » de Gregory Bateson (1977) et aux concepts de sous-univers de William James (1890), d’ordre d’existence d’Aron Gurwitsch (1958) et de province de sens d’Alfred Schutz (1962)1. Les opérations de cadrage consistent à mettre en œuvre des « schèmes d’interprétation » pour « localiser, percevoir, identifier et étiqueter » des événements et des situations, en vue d’organiser l’expérience et d’orienter l’action. Le substantif anglais frame est d’une plus grande polysémie que le terme français « cadre ». Il signifie état ou disposition d’esprit ; ossature, charpente ou carcasse ; tableau, châssis et trame ; système de références ou de coordonnées. Quant au verbe to frame, il entre dans les expressions : ajuster quelque chose, composer un texte, projeter un dessein, concevoir une idée, monter un complot, en plus d’encadrer, au sens artisanal de « mettre une bordure », ou de cadrer, au sens cinématographique de « mettre en place » et « mettre en scène ».

4L’étiquette frame analysis a été reprise en sociologie de l’action collective par David Snow et son équipe. Elle a donné lieu à une véritable industrie éditoriale et a été appliquée à toutes sortes de terrains d’enquête. Parmi les cadres cardinaux (master frames) (Snow & Benford, 1994) qui ont une diffusion étendue lors d’un cycle de protestation où ils fournissent des idiomes communs à un grand nombre de mouvements, on a répertorié les « cadres de justice et d’injustice » (Gamson, Fireman & Rytina, 1982 ; Ryan, 1991), les « cadres des droits civiques » (McAdam, 1996), ainsi que les cadres du retour à la démocratie (Noonan, 1995), du choix éducatif (Davies, 1999), du pluralisme culturel (Berbrier, 1998), de la justice écologique (Çapek, 1993), de l’égalité des chances (Williams & Williams, 1995), de l’opposition et de l’hégémonie (Blum-Kulka & Liebes, 1993). Parmi les cadres spécifiques à des lieux, à des affaires ou à des enjeux déterminés, mentionnons a) certaines constellations rhétoriques en usage dans le mouvement ouvrier américain de la fin du xixe siècle (Babb, 1996), dans le « droit religieux contre l’avortement » (Blanchard, 1994), dans la lutte pour l’abolition de la peine de mort (Haines, 1996) et dans la mobilisation contre la violence faite aux homosexuels (Jenness, 1995) ; b) les schèmes d’organisation de l’expérience et de justification de l’action inventés par les anti-esclavagistes au xviiie siècle (D’Anjou & Van Male, 1998), par les mouvements fondamentalistes de fermiers américains (Griffin, 1992 ; Mooney & Hunt, 1994), par l’opposition anti-franquiste en Catalogne (Johnston, 1991), par le mouvement liturgique dans l’Église après Vatican II (McCallion & Maines, 1999) ou par le mouvement pour la démocratie en Chine (Zuo & Benford, 1991 ; Calhoun, 1994) ; c) les répertoires de promotion de la désobéissance civile et de la non-violence (Johnson, 1997), de revendication de droits par les associations de défense des sans-abri (Snow et al., 1998) ou de légitimation des transformations du mouvement pacifiste (Marullo, Pagnucco & Smith, 1996). La littérature sur les processus de cadrage par les mass médias est la plus ancienne : les études fondatrices de Gaye Tuchman (1978), de Todd Gitlin (1977, 1980 ; cf. Neveu, 1999) et de William Gamson (1975, 1992b, 1996), ont par exemple fécondé des recherches sur les risques liés au pouvoir nucléaire (Gamson & Modigliani, 1989 ; Jasper, 1990, 1992), sur l’activisme du prime time (Ryan 1991), sur le mouvement antinucléaire (Entman & Rojecki, 1993), sur la sécurité routière et la santé publique (McCarthy, 1994) ou sur l’Intifada contre l’armée israélienne dans les Territoires occupés (Cohen & Wolsfeld, 1993).

  • 2 Il ne faudrait cependant pas mythifier une école de Chicago à propos des recherches sur le comporte (...)

5La stratégie théorique de l’analyse de cadres mise avant tout sur un « retour de la culture » (bringing the culture back in) dans le champ des recherches sur l’action collective. Cette exigence résonne en écho à un double mot d’ordre, en vogue à partir du début des années 1980 : « bringing the society back in », (Friedland & Alford, 1991), qui conduit à prendre en compte le rôle des organisations et des réseaux dans la défense d’une cause publique, et « bringing the state back in » (Evans, Rueschemeyer & Skocpol, 1985), ce qui a donné lieu à l’émergence du modèle des contraintes et des opportunités politiques (political process : McAdam, 1982). Mais pourquoi cette stratégie recourt-elle au mot « cadres » ? Il s’agit, selon Snow, de renouer avec les « imageries », les « représentations » et les « sentiments », les « dynamiques identitaires » et les « symbolismes politiques » de la théorie du comportement collectif (collective behavior), associée à l’école de Chicago, qu’elle prétend réhabiliter contre les excès de la théorie de la mobilisation des ressources (Snow & Davis, 1995). Elle abandonne dans l’héritage de Chicago le dispositif théorique, inspiré de la psychologie des foules, mais elle en retient deux éléments : la dynamique interactionniste d’alignement entre acteurs et la médiation culturelle des expériences et des actions, aspects occultés par une RMT obnubilée par les moyens, les stratégies et les organisations2. La notion de « cadre » est tordue dans ce sens, au point de ne plus guère ressembler à celle de Goffman dans Frame Analysis.

  • 3 Les travaux récents sur la culture politique (Cefaï, 2001), décomposée sous les rubriques des expér (...)

6Elle est associée à un ensemble de notions connexes : significations partagées (shared meanings), conditionnements idéologiques (ideological packages) (Gamson & Modigliani, 1989), identités collectives (Social Research, 1985 ; Calhoun, 1991 ; Taylor & Whittier, 1992 ; Hunt, Benford & Snow, 1995 ; Snow & McAdam, 2000 ; Polletta & Jasper, 2001) et « résonance des cadres » (Snow & Benford, 1988). La problématique des cadres prétend bouleverser la façon dont le concept de culture civique est appréhendé par les sciences politiques. Celles-ci ressassent la définition canonique, dérivée de Talcott Parsons par Gabriel Almond & Sidney Verba (1963) et rendue opérationnelle dans des enquêtes empiriques du type survey research : la culture civique est un « système de croyances et de représentations, de normes et de valeurs, d’attitudes et d’opinions ». L’analyse de cadres renonce au dispositif méthodologique qui la réduit à un ensemble de variables dépendantes de processus structuraux et la mesure en combinant questionnaire fermé et calcul statistique. Elle tente d’y accéder par des enquêtes qualitatives, qui recoupent observations ethnographiques, entretiens approfondis, récits de vie, groupes focalisés, analyse documentaire et participation répétée à des organisations, à des meetings ou à des campagnes. Pourtant, David Snow, à la suite de Ralph Turner et Lewis Killian (1957), recourt aussi à une définition en termes de valeurs et de croyances (Snow et al., 1986). Les valeurs seraient des « modes de comportement » ou des « états d’existence », perçus comme « valant la peine d’être protégés ou promus ». Les valeurs d’égalité, de liberté, de justice ou de droit, comme celles de la famille, de l’ethnicité, de la propriété ou du voisinage, doivent être idéalisées, réaffirmées contre leur étiolement ou leur banalisation, leur dénégation ou leur répression, de façon à convaincre, à mobiliser et à recruter. Quant aux croyances, elles seraient des « relations présumées » entre différentes entités, comme les affirmations « Dieu est mort », « les capitalistes sont des exploiteurs », « black is beautiful ». Snow distingue ainsi cinq types de croyances, qui portent sur l’évaluation du sérieux d’un problème, d’une plainte ou d’un conflit ; l’attribution de relations de causalité ou de responsabilité ; la qualification des cibles, des protagonistes et des antagonistes ; le jugement de probabilité sur l’efficacité d’une action collective ; l’appréciation sur la nécessité ou l’opportunité de prendre parti (stand up) (Snow et al., 1986). Le recours à ces valeurs et à ces croyances est modulable « temporellement et contextuellement », en relation aux opérations de micromobilisation des acteurs. Mais on ne peut que s’interroger sur l’intérêt de conserver ce langage hérité de la science politique parsonienne3 et noter sa totale incompatibilité avec celui de la Frame Analysis de Goffman.

7De son côté, William Gamson (1988 ; Gamson & Wolfsfeld, 1993), un autre pionnier de l’usage du concept de cadre à son époque d’incubation, met en avant un modèle de valeur ajoutée (value-added model), en vue de dégager des « thèmes culturels » (idéologies, valeurs, croyances et Weltanschauungen), ces amples visions du monde qui cadrent des événements ou des problèmes particuliers en les « emballant » et en les « empaquetant » (packaging). Il distingue des « cadres d’agrégation », qui identifient des problèmes sociaux, les « cadres de consensus », qui appellent à leur résolution en dessinant les contours d’un collectif capable de le faire, et les « cadres d’action collective » : « cadres d’injustice », qui pointent des coupables et en font la cible de griefs, et « cadres d’identité », qui établissent une relation conflictuelle entre Eux et Nous. Définir une situation problématique et imaginer les moyens de sa résolution, mobiliser des acteurs dans un collectif et justifier leur opposition à un adversaire : telles sont les fonctions des opérations de cadrage. Dans Talking Politics, Gamson (1992b) fait ainsi l’inventaire des modes de perception, de jugement et de protestation des politiques d’action affirmative, des troubles de l’activité industrielle, des risques du pouvoir nucléaire et du conflit israélo-palestinien. Il démultiplie les caractéristiques d’âge, de génération, de genre et d’ethnie des enquêtés, et montre les variations de leurs positions selon des critères de proximité ou d’éloignement, de familiarité ou d’étrangeté par rapport aux sujets discutés. Mais sa démarche n’est au bout du compte pas très éloignée d’une classique analyse de contenu. Le topos de l’« industrie en crise » est par exemple codé à travers quatre « cadres » : partenariat, fuite des capitaux, invasion étrangère et libre entreprise, avec deux variantes antisyndicale et antiétatique (ibid., Appendix « Working Frames and Codes »). L’auteur démontre la capacité des citoyens ordinaires de composer des informations et des arguments provenant de leur expérience personnelle, du sens commun (popular wisdom) et des mass médias. Il insiste aussi sur la présence dans les échanges en face-à-face entre enquêtés de la dynamique de contradiction qui anime les discours publics des mouvements et des contre-mouvements. Mais cela ne suffit pas à remédier à une description très statique des cadres. Ceux-ci sont irrémédiablement déconnectés des activités qui les engendrent, de leurs usages dans des sites naturels et de leurs conséquences pragmatiques sur des actions et des événements.

8L’analyse de cadres est plus convaincante quand elle met en œuvre des présupposés interactionnistes. Elle décrit alors le travail de coproduction des cadres, en tant qu’ils sont prédonnés dans des réserves d’expérience et mobilisés selon les injonctions pratiques de la situation ; elle montre comment ils se transforment dans des séries d’activités conjointes (joint actions), et comment ce « travail de cadrage » (Tilly, 1986, p. 541) ou cette « praxis cognitive » (Eyerman & Jamison, 1991) peuvent donner lieu à une « politique identitaire » (Cohen, 1985) ou à une « libération cognitive » (McAdam, 1982). Plutôt que de rabattre les opérations de cadrage sur des espaces structuraux de positions sociales, elle montre leur relation circulaire à l’architecture mobile des perspectives des acteurs. Ceux-ci s’orientent les uns par rapport aux autres pour définir et maîtriser des situations problématiques, émettre leurs diagnostics et leurs pronostics, projeter et justifier leurs actions à venir. Ce faisant, ils constituent des réseaux de circulation des informations, se regroupent dans des organisations qui portent leurs causes en public, et prennent position dans des marchés et des hiérarchies de relations sociales. Ces processus d’alignement (Blumer, 1946), requis par l’engagement dans des relations de coopération ou de compétition, sont médiatisés par des opérations de cadrage, qui fixent des dénominateurs communs et préfigurent des enjeux partagés, articulent des schèmes d’interaction et délimitent le champ des interprétations et des performances possibles. Moins le type de situation auquel les mouvements d’action collective se confrontent est institutionnalisé, plus leurs opérations de cadrage s’éloignent du modèle durkheimien ou halbwachsien des « formes sociales de catégorisation et de classification » et plus elles montrent de la flexibilité dans la façon dont les acteurs les effectuent en situation. Les processus d’alignement devant épouser les circonstances de la situation problématique s’accompagnent de processus de bricolage de sens et d’émergence de normes (Turner & Killian, 1984). Une telle approche implique de rompre avec une conception sur-socialisée des acteurs, qui les traite comme des vecteurs de forces sociales. Mais elle rompt tout autant avec une conception sous-socialisée, qui en fait des demi-dieux capables d’improviser les solutions appropriées aux circonstances.

Alignement de cadres et de motifs : un idiome psychologiste et utilitariste

  • 4 Les travaux d’Alfred Hirschmann (1980, 1991, 1995) sur les passions et les intérêts, sur la genèse (...)

9Comment une organisation (SMO) se forme-t-elle, se donne-t-elle un programme, propose-t-elle des slogans ou des projets qui rassemblent des membres, qui leur permettent de coordonner et de justifier leurs actions, de recruter et de mobiliser des adhérents et des militants ? David Snow conçoit l’alignement de cadres (Blumer, 1946) comme une activité stratégique, calculée et consciente, des entrepreneurs d’une SMO pour s’assurer du soutien de clients, d’adhérents ou d’affiliés à une ligne idéologique ou à un programme politique, ou pour créer et sceller des alliances avec d’autres SMO. D’emblée, nous sommes dans l’horizon d’un marché où des acteurs stratégiques entrent en concurrence pour s’accaparer des ressources et s’attacher des clientèles. La perspective n’est cependant pas dénuée de pertinence. Les SMO, comme n’importe quel parti ou association, tendent d’autant plus à se percevoir et à se présenter comme des groupes d’intérêt ou de pression, au fonctionnement régi par une logique d’entreprise, qu’elles grossissent en taille, se professionnalisent, se rationalisent et se médiatisent. En outre, la RMT est un des jeux de langage portant sur le bien commun et sur le bien public les plus répandus aux États-Unis (Thévenot & Lamont, 2000), à côté, par exemple, du modèle de la covenant community qui entretient un rapport privilégié avec Dieu et vise l’éradication des « péchés nationaux », du modèle lockien du contrat libéral entre citoyens et gouvernement, ou du modèle des devoirs biocentriques de la communauté (Williams, 1995). La RMT est adoptée comme un idiome allant de soi par les leaders des mouvements d’action collective à partir des années soixante, et les sociologues, souvent eux-mêmes très impliqués dans leur objet, leur emboîtent le pas4. L’endossement sans recul de cet idiome de la vie publique a pour effet de dissoudre la question du sens des causes publiques portées par des actions collectives dans celle des stratégies de communication des dirigeants officiels des SMO. Les approches en termes d’activation de répertoires symboliques qui contraignent la mise en scène et en récit d’une action collective (Benford & Hunt, 1992), en termes de coproduction par les citoyens ordinaires des conventions de leurs coopérations et de leurs conflits (Thévenot & Livet, 1994) ou en termes de démocratie délibérative autour d’enjeux de morale, d’éthique ou de droit (Habermas, 1997) sont alors écartées. Les cadres ne sont plus que des instruments de mobilisation, de recrutement ou de propagande, orientés vers l’optimisation des chances de réalisation d’objectifs (Polletta, 1997). La question du procès de publicisation des actions et des événements (Quéré, 1995) et de la « montée en généralité » des problèmes publics (Boltanski & Thévenot, 1991) est court-circuitée.

10Malgré ces limites, la question de l’alignement de cadres posée par David Snow et Robert Benford (Snow & Benford, 2000) fait ressortir des dimensions pertinentes de la dynamique d’un mouvement social. a) Le mouvement prend en charge des problèmes qui restaient jusque-là distincts les uns des autres, et les articule dans une plate-forme programmatique, en unifiant les cadres d’interprétation et de mobilisation (frame bridging) : des rapprochements se font et des compromis sont élaborés entre des perspectives divergentes, des négociations d’intérêts et des confrontations d’opinions aboutissent à des ententes, une forme de consensus, précaire et instable, est atteinte et affichée publiquement. b) Le mouvement éclaircit et élargit les cadres disponibles, en mettant en exergue des valeurs potentiellement partageables, mais non formulées, ou encore en requalifiant des causes et en désignant les responsables d’une situation jugée néfaste (frame amplification) : il s’agit par exemple de réattribuer des responsabilités en cas de dommages et de reformuler des objectifs d’action collective, et ce faisant, de déculpabiliser les chômeurs en montrant les mécanismes de stigmatisation dont ils sont malgré eux les victimes et de dénoncer l’inadéquation des stratégies de lutte contre le chômage en concentrant le feu sur les agences gouvernementales. c) Le mouvement cherche à étendre sa base de soutien et son rayon d’intervention en intégrant de nouveaux thèmes dans son discours, et en les reliant de façon argumentée à ses thèmes habituels de revendication (frame extension) : les écologistes anti-nucléaires peuvent ainsi commuter du registre de la protection de l’environnement à celui de la défense des budgets d’éducation et de santé et à celui du refus de la surenchère dans la course aux armements, touchant du même coup de nouveaux auditoires sensibles aux arguments pédagogiques ou pacifistes. d) Le mouvement cherche à fonder, à diffuser et à justifier de nouvelles pratiques, ou à modifier les jugements de valeur à l’encontre des préjugés et opinions en vigueur (frame transformation) : les batailles d’Act Up contre les formes de discrimination subies par les personnes malades du sida, et pour une prise en charge cohérente de leurs soins, se redoublent d’une lutte pour la reconnaissance de la normalité de l’homosexualité (Fillieule, 1993).

11L’analyse de cadres a très souvent pris un tour statique, réifiant des schèmes idéologiques qu’elle qualifie de cadres sans prendre en compte leur transformation, que ce soit dans la moyenne durée ou dans la courte durée. Un antidote, analogue au principe symétrique mis en œuvre par l’anthropologie des sciences et des techniques, serait d’étudier, à côté des mouvements qui ont « réussi », en obtenant une bonne couverture médiatique ou en provoquant des changements politiques et juridiques, des cas négatifs où le travail de cadrage a été un échec (Benford, 1997). Benford explique ainsi comment les organisations pour le désarmement accentuent la gravité et l’urgence du problème, insistent sur l’efficacité de l’action collective pour influer sur les gouvernements et en appellent à la responsabilité des sympathisants pour eux-mêmes et pour les générations futures (Benford, 1993b). Mais le point d’équilibre est difficile à trouver entre ces « vocabulaires de motifs », qui peuvent susciter des inférences et des conduites fatalistes, ou au contraire, de façon tout aussi contreproductive, conduire à des formes de surinvestissement, comme dans le cas de ce militant condamné à vingt ans de prison pour avoir enlevé les traverses de la voie ferrée qui menait à une usine de production de têtes nucléaires (ibid.). On voit là comment certaines opérations de cadrage « ne prennent pas ». Un autre antidote serait de restituer les procès de tension, de négociation et de compromis, et les opérations concomitantes de recadrage et de contre-cadrage (Benford & Hunt, infra) qui aboutissent à un certain type d’articulation de l’action collective, de définition des enjeux et de motivation des acteurs. La « politique de la signification » est par essence conflictuelle, traversée par des remises en cause, de l’intérieur, par les opposants dans l’organisation, ou de l’extérieur, par des SMO concurrentes. Elle est toujours en prise sur des événements, qui provoquent des renversements de croyance ou des détournements de loyauté, infirment ou discréditent les cadres précédemment établis (Ellingson, 1995). Dès lors que l’analyse de cadres cesse de se focaliser sur une seule organisation, elle prend en compte les composantes d’une arène multi-organisationnelle et multi-institutionnelle (Meyer, 1995 ; McAdam, 1996) et saisit la dynamique temporelle de l’interaction entre ces multiples composantes, elle cesse aussi de réifier la culture publique mise en jeu par les SMO, les mass médias ou les agences gouvernementales. David Meyer et Susanne Staggenborg (1996) ont étudié les répertoires de cadres mis en avant dans des conflits entre mouvements et contremouvements, par exemple pro-life et pro-choice, favorables ou opposés à la légalisation de l’avortement par la Cour suprême en 1973. Selon eux, des dynamiques analogues se retrouvent à propos des droits homosexuels, de l’action affirmative, de la consommation de tabac ou de marijuana, de la violence et de la pornographie à la télévision, des politiques de minorités linguistiques ou de la liberté de détention d’armes à feu. Le potentiel de conviction et de mobilisation d’un mouvement dépend de ses stratégies d’agrégation et de consensus, de ses tactiques d’innovation, de démarcation et de surenchère, ainsi que de la capacité des pouvoirs publics à traduire ses revendications dans des dispositifs légaux ou à les institutionnaliser dans des politiques publiques, ou encore de l’équilibre qui se met en place entre des argumentaires opposés et de leur mise en visibilité par les mass médias.

12Cette proposition a des conséquences méthodologiques. Les matériaux utilisés par l’analyse de cadres se limitent trop fréquemment aux articles de presse, aux déclarations de leaders ou aux entretiens avec des militants. Il manque souvent un aperçu sur les agencements d’action des organisations ou sur les contextes de réception par des auditoires qui pèsent sur les opérations de cadrage. Le recensement des cadres devrait être indissociable de l’observation du travail de configuration pratique dans lequel ils sont pris et des situations de crise, de conflit et de controverse qu’ils problématisent. L’enquêteur doit pour cela choisir les lieux et les moments où se défait l’évidence naturelle des jeux de statuts et de rôles, des séries de concepts et de règles (Snow et al., 1998), pour observer des dynamiques de configuration et de stabilisation d’événements, des enchevêtrements d’actions et de passions en gestation, des confrontations d’opinions et des réalisations de compromis, provisoires et instables. Les opérations de cadrage se déploient explicitement dans ces situations problématiques. Quand une affaire est en train de monter en puissance et de frapper l’opinion, quand une cause se cherche et se trouve une langue, des avocats et des détracteurs, quand un problème public émerge, les jeux ne sont pas encore faits. Les acteurs sont tenus de proposer des descriptions et des interprétations de la situation, de formuler des causes et des principes, de pointer des victimes et des coupables, d’avancer des solutions praticables, d’imaginer des scénarios d’intervention, d’évaluer des ressources, de trouver des alliés et de projeter des objectifs. C’est seulement par une étude fine de ces dynamiques de crise que les opérations de cadrage apparaissent.

13Le concept de « cadre » tend à englober, sans distinction, des figures rhétoriques, des intrigues narratives et des drames scénographiques. Certains auteurs sont plus restrictifs dans leur définition analytique de la notion, qu’ils distinguent clairement des tropes (Jasper, 1997), des récits (Polletta, 1998) ou des idéologies (Oliver & Johnston, 2000). James Jasper (1997) a développé la perspective rhétorique de Chaim Perelman ou de Michael Billig (1987, 1991), déjà appliquée par Kenneth Burke aux motifs d’action (1989) ou par Joseph Gusfield aux problèmes publics (1981). Les procédés de cadrage sont alors traités en termes d’argumentation visant à convaincre des auditoires et à solliciter des actions. Cette focalisation sur l’argumentation est appropriée à l’étude de controverses autour de la définition de la réalité, de la qualification des acteurs, de la véridicité des explications et des interprétations, de la justesse de l’évaluation des pronostics et de la justice des actions à engager (Jasper, 1990 ; Nelkin, 1992). Les batailles rhétoriques impliquent des regroupements et des oppositions autour de lignes argumentatives. Elles cherchent à se rallier des acteurs de poids, à fort pouvoir symbolique ou à forte visibilité médiatique, de façon à peser sur les pouvoirs publics, à faire endosser leurs analyses et leurs propositions par les représentants politiques et à infléchir l’action des agences administratives. Alfred Hirschman (1991) a donné un exemple d’analyse des argumentaires de la rhétorique réactionnaire qui visent à décourager des actions et à démotiver des acteurs. Cette approche rhétorique a été mise en œuvre sur le cas des enfants disparus (Best, 1998) ou dans l’étude des attributions de catégories Nimby (Gordon & Jasper, 1996 ; Trom, 1999).

14Une autre façon d’aborder les opérations de cadrage est l’approche dramaturgique (Burke ; 1966 ; Gusfield, 1981 ; Edelman, 1988). Elle traite les actions collectives comme des drames publics sur des scènes théâtrales. Des intrigues se nouent autour de personnages de coupables et de victimes, de témoins et de héros, de juges et d’escrocs (Klapp, 1962). Les ressorts de l’art dramatique, avec ses modes tragique ou comique, ses renversements de situations, ses simulations et ses dissimulations, ses doubles jeux et ses coups de théâtre, se retrouvent dans les mises en scène des actions collectives. Des études ont été faites dans cette perspective sur les rassemblements de die-ins et sit-ins pacifistes (Lofland, 1982, 1985, 1996), les cérémonies antinucléaires ou antiglobalisation, les commémorations de victoires (Snow, Zurcher & Peters, 1981) et les manipulations d’émotions dans des meetings (Zurcher, 1982 ; Benford & Hunt, 1992).

15Une troisième façon de traiter les opérations de cadrage est l’approche narratologique. Elle a été récemment relancée par Francesca Polletta (1998a, 1998b), à la suite de deux décennies de débats sur le récit historique (Danto, 1985 ; Certeau, 1980 ; Ricœur, 1983). Les récits ont un pouvoir de configuration des actions et des situations. Il peut s’agir d’histoires de vie, où les séquences d’une existence militante sont mises en forme conformément à une intention rétrospective et prospective, de façon à mettre en évidence certains moments et tournants, en particulier les chocs de conversion. Il peut s’agir d’événements publics, qui sont relatés comme des séries ordonnées de péripéties, rendues cohérentes au fil de l’intrigue, avec leurs mises en scène de la liberté et du destin ; ou encore de conflits entre organisations, investies de personnalité collective, qui s’affrontent dans des scénarios d’alliance et de traîtrise, de corruption et de résistance, qui incarnent des principes de moralité ou de civisme. Le propre des arguments, des drames et des récits est de s’adresser à des publics qui ont eux-mêmes un pouvoir de reconfiguration, d’appropriation et d’application des vecteurs de sens dont ils se saisissent (cf. la « triple mimesis » de Ricœur, 1983). L’analyse de cadres ne devrait pas s’en tenir aux productions d’imageries et de textes par des idéologues, des journalistes, des politiciens ou des leaders de mouvements : elle devrait aussi se tourner vers les contextes de préconfiguration de l’action collective (les acteurs cadrent ce qu’ils font en recourant à leurs propres « réseaux conceptuels » et « trames narratives ») et vers ses contextes de reconfiguration (les discours de spécialistes sont appropriés par leurs auditeurs comme autant de cadres d’action).

16Un autre modèle qui n’a guère été suivi est celui d’Erving Goffman dans Forms of Talk (1981). Il n’y a guère eu que Scott Hunt et Robert Benford (1994) pour étudier les conversations identitaires (identity talks) dans une organisation pacifiste. Elles sont étudiées comme des performances qui produisent divers effets : reconnaissance entre militants de longue date, recrutement et fidélisation de nouveaux adhérents, identification et attachement de ses membres au collectif, démarcation entre un Nous et des concurrents ou des adversaires, justification éthique et affective de la cause défendue. Mais cette voie n’a guère été explorée. Des techniques d’analyse de discours plus perfectionnées que celles de Snow ou de Gamson commencent toutefois à se développer (Tannen, 1993 ; Franzosi, 1998 ; Steinberg, 1998 ; Polletta, 1998). Hank Johnston (1995) propose par exemple une micro-analyse des cadres, centrée sur les textes en contexte, qu’il a mise en œuvre dans sa recherche sur l’anti-franquisme en Catalogne. Mais elle peut aussi bien s’appliquer aux « manifestes, enregistrements de débats à des meetings, actions de manifestants politiques, articles de journaux, slogans, discours, affiches, imprimés satiriques, statuts d’associations, pamphlets » (Sewell, 1980) qu’aux entretiens avec les militants d’une organisation ou à leurs conversations informelles (Hunt & Benford, 1992). Cette microanalyse exige de respecter l’intégrité du texte pris dans sa totalité, d’identifier son genre et ses conditions de production et de réception (discours à la tribune, journal intime ou échange épistolaire). Elle s’appuie sur toutes sortes d’autres données : sur les trajectoires biographiques des protagonistes, sur la définition de leur situation discursive et sur le redoublement de leur dire par un faire (le texte n’est pas simplement objet d’une herméneutique littéraire, il est conçu avant tout comme une performance visant des effets pragmatiques). Elle focalise l’attention sur les petites procédures discursives charriant des informations verbales et non verbales (modes d’implicitation ou d’accentuation du sens ; ton, tempo et rythme, pauses et relances). Elle rapporte la forme et le sens de ce qui est dit à des opérations d’attribution et de commutation des rôles entre des locuteurs en situation (dans un même entretien, l’interviewé peut endosser tour à tour la position du fonctionnaire socialiste, de l’immigrant, du prolétaire et du père de famille). Les sous-cultures nationales ou militantes de Catalogne sont ainsi examinées à la loupe de cette micro-analyse.

17Les situations discursives sont également spécifiées par leur degré de publicité : simples bavardages en face-à-face dans des relations primaires, discussions dans des sites semi-publics entre militants ordinaires ou leaders ; prises de parole dans des rassemblements orientés, destinées à des auditoires plus ou moins nombreux, internes ou externes à l’organisation (empoignades entre factions concurrentes devant des assemblées générales ; rapports ou déclarations aux pouvoirs publics sans médiatisation ; guerres médiatiques entre mouvements et contre-mouvements) ; annonces touchant des publics généraux, souvent par le canal des mass medias, sans ciblage différencié (même si le destinataire privilégié en reste les instances politico-administratives, les membres inscrits et potentiels du mouvement ou ses opposants) (Johnston, 1995). Une telle méthode permet de décrire beaucoup plus finement les répertoires d’argumentation, de raisonnement et de motivation des acteurs. Elle applique le programme empirique d’une sociologie compréhensive, en rendant compte du sens que les acteurs attachent à leurs propres actions, sans le dissoudre dans la contextualité des situations discursives, sans le figer dans des systèmes symboliques au sens structuraliste. Elle dégage des univers de significations qui transcendent l’ici et maintenant de leur actualisation, sans pour autant renoncer à saisir leur enracinement pragmatique dans ce que font les acteurs, évitant ainsi le piège de la réification de la culture.

  • 5 Les chercheurs plus jeunes, comme James Jasper, Francesca Polletta ou Jeff Goodwin, s’ils rompent a (...)
  • 6 Sur la mise en scène du rapprochement entre les paradigmes RMT et culture et identité, qui serait a (...)
  • 7 Nous laissons ici de côté la discussion menée par Paolo Donati (1992) ou par Kimberly Fisher (1997) (...)

18La position de Hank Johnston a pour autre qualité de concevoir les cadres comme disponibles publiquement et contraignant sémantiquement, et d’avancer une alternative au langage de la psychologie sociale, comme c’est le cas chez des auteurs classiques tels que Charles Tilly, Sidney Tarrow, William Gamson ou David Snow5. Gamson qui, dans The Strategy of Social Protest (1976), stigmatisait la théorie du comportement collectif comme une « camisole de force », réhabilite vingt ans plus tard la psychologie sociale (Gamson, 1992a). Bert Klandermans a été l’un des premiers à élargir la théorie de la mobilisation des ressources aux « facteurs idéels », à côté des facteurs organisationnels ou politiques6 : il vise la synthèse entre, d’un côté, des calculs de coûts et de profits qui se fondent sur des « intérêts objectifs », de l’autre, des processus de formation de conscience, de solidarité et d’identité, qui relèvent d’« intérêts de groupe expérimentés subjectivement ». Cette « perspective psycho-fonctionnelle », telle qu’elle se présente dans la théorie de la « convergence » ou dans la théorie des « cœurs et des esprits » (Ferree & Miller, 1986, p. 39 ; Leites & Wolf, 1970), n’a pas non plus grand-chose à voir avec l’analyse de cadres d’Erving Goffman. Elle juxtapose des « conditions structurales » – en négligeant le fait que les distributions de ressources et les structures d’opportunités sont « formatées » par les opérations de cadrage des acteurs – et des « conditions psychologiques » – l’analogon du « facteur subjectif » de la « conscience de classe » des marxistes d’antan. Certaines formulations sont cependant plus satisfaisantes. Le concept de cadre peut être tiré du côté des scripts et des schèmes de la psychologie cognitive (Donati, 1992 ; Tannen, 1993). Il est alors pensé comme « un ensemble de principes de cartographie et de navigation » qui permet de « sans cesse improviser et rectifier des esquisses de cartes ». Les métaphores de la « boîte à outils » (tool kit) et du « répertoire de savoirs » (Hannerz, 1969, 1992 ; Swidler, 1986, 1995) réintroduisent la dimension du choix des acteurs, approprié à un contexte et négocié avec des partenaires, et celle de l’invention de solutions à des problèmes dans des espaces de contraintes et d’opportunités. Cette approche maintient aussi l’idée de « codes sémiotiques » (Swidler, 1995), accessibles publiquement dans un environnement pratique, souvent imposés par des dispositifs institutionnels, qui exercent un contrôle sur les pratiques individuelles et collectives7, sans pour autant les déterminer en totalité.

19Mais dans les pires des cas, le concept de cadre est confondu avec une vague notion de « ressources symboliques », situées « dans les têtes des acteurs ». Ce qui fait la richesse d’une perspective grammaticale (Winch, 1958) ou pragmatiste (Dewey, 1967) est alors perdu. D’une certaine façon, l’analyse des cadres, telle qu’elle a été développée depuis le milieu des années quatre-vingt, est un héritage de l’interactionnisme symbolique d’Herbert Blumer greffé sur la théorie de l’action rationnelle de Mancur Olson : il manquait à celle-ci un chapitre sur les ressources identitaires et culturelles pour faire le contrepoint aux ressources matérielles et organisationnelles (Klandermans, 1984, 1997). Et elle a assigné à ces ressources symboliques un siège psychique, au lieu de les penser comme des activités publiques de production, de circulation et de réception de sens, impliquant l’usage de systèmes symboliques (Geertz, 1973, 1983).

Cadres, réseaux de sociabilité et mobilisation du consensus

20Les SMO, qui reposent sur des réseaux et des milieux de sociabilité et s’inscrivent dans des champs multi-organisationnels, ont été traitées dans les versions les plus anciennes de la théorie de la mobilisation des ressources comme des « infrastructures organisationnelles ». C’était oublier que ces champs, ces milieux et ces réseaux ne se constituent qu’à travers les activités de cadrage des acteurs. Il en va de même pour les espaces de contraintes et d’opportunités (écologiques et économiques, sociaux et informationnels) qui ne se donnent aux acteurs qu’à travers la médiation de cadres identitaires et culturels. Si l’on prend les structures d’opportunité politique, elles n’existent pas hors de la perception, de la représentation et du jugement des acteurs. Le sens des possibles est directement lié à des façons de voir et de dire les choses. L’identification de « conditions objectives » en deçà de la « conscience subjective » des acteurs est de ce point de vue insatisfaisante. Le sociologue n’a accès à aucun « en deçà ». Il ne peut que restituer la multiplicité articulée des perspectives prises par les acteurs sur une situation de crise et analyser comment ils rendent compte des « fenêtres d’opportunité » qui s’ouvrent à leurs sens. « L’occasion fait le larron », mais l’occasion se donne à qui sait « saisir la chance qui s’offre » et « entrevoir le bon moment ». De même, l’appartenance à des réseaux ou à des milieux n’est pas nécessairement donnée d’avance : elle est induite par le travail d’alignement de cadres et va de pair avec un remaniement des coordonnées des collectifs préexistants. Les SMO vont puiser dans des gisements de sociabilité où elles anticipent que la rentabilité des activités de recrutement et de mobilisation sera la plus élevée (Snow, Zurcher & Ekland-Johnson, 1980 ; McAdam, 1986 ; Gould, 1995). Elles utilisent stratégiquement leur ancrage dans des territoires de voisinage et des lieux de travail, des églises et des collèges (sur le mouvement des droits civiques, cf. McAdam, 1982, 1986 ; Morris, 1981, 1984), des groupes d’affinité, des réseaux d’amitié et des milieux communautaires (sur la New Left et le mouvement féministe, cf. Evans, 1979 ; Rosenthal et al., 1985 ; Taylor & Whittier, 1992, 1995). Mais elles font également émerger des liens de sympathie, de connivence, de coopération, de solidarité fondés sur l’endossement des mêmes convictions et visions ou sur l’engagement dans les mêmes champs de croyance.

21Les perspectives configurées par les SMO sont dites « entrer en résonance » avec celles des auditoires. Les cadres ne font sens, et ne sont recevables par les citoyens ordinaires, que s’ils sont conformes à des régimes d’action, d’interprétation et de justification en vigueur dans leurs mondes sociaux. Mais il ne s’agit pas d’ajustement automatique d’une offre par des producteurs et d’une demande par des consommateurs, ni d’imposition symbolique d’une idéologie par des dominants à des dominés. La détermination des opinions des publics par leur position dans une structure sociale est limitée, de même que le sont leur malléabilité et leur perméabilité aux discours dont ils sont la cible. Les acteurs ne sont pas des agents passifs, manipulables à souhait, des marionnettes à la merci de leurs porte-parole et des mass médias. Ils disposent toujours d’une marge de manœuvre dans leurs actes de réception. L’analyse des cadres a donc tenté de découvrir comment des discours de dénonciation ou de revendication se propagent dans des milieux d’interconnaissance, où s’établit une lecture partagée des événements, et dans des réseaux d’organisations, connectées par télécopie ou Internet, qui mettent en commun leurs bassins de compétences et leurs carnets d’adresses dans des situations de mobilisation. Corrélativement à ce processus de diffusion, c’est l’architecture de ces milieux et de ces réseaux, de ces groupes de référence et d’appartenance qui se modifie. Le travail de communication publique, de transmission, de réception et d’application de formes d’organisation de l’expérience et de justification de l’action, se redouble de la configuration des actions collectives.

22Par exemple, l’exaltation de « cultures de la solidarité » (Fantasia, 1988), de la fraternité et de l’association dans le mouvement ouvrier a eu des effets très directs sur l’institution de l’organisation du travail, des mutuelles et des syndicats au xixe siècle. L’émergence des sociétés de secours mutuel et des coopératives de production et de consommation, des partis socialistes et de l’Internationale a pour contexte un certain rapport entre État et société civile, l’absence de dispositifs d’assurance sociale, une interaction stratégique entre organisations représentant les prolétaires ou les propriétaires, une dynamique du capitalisme national et international tendant à la concentration et à la cartéllisation, l’ouverture de fenêtres d’opportunité en fonction du type de régime politique – impérial ou républicain, autoritaire ou libéral – et des rapports de force entre factions ou partis dans les assemblées parlementaires. Mais ces éléments de l’histoire économique, politique et sociale n’expliquent pas tout : les idiomes civiques et politiques ont leur propre logique, leur propre rythme et leur propre efficace sur les formes de sociabilité et d’association (Agulhon, 1968, 1970 ; Sewell, 1983 ; Huard, 1996). Les cultures publiques ont une puissance d’institution : elles font émerger des pratiques, contribuent à les configurer et en spécifient le sens. L’invocation de « structures d’opportunité discursive » (SDO) (Gamson & Meyer, 1996) est une façon de rendre compte de ce phénomène. Les contextes de sens des acteurs sont articulés par des opérations de cadrage, qui commandent leur perception des structures d’opportunité politique ou leur adhésion à des structures de mobilisation sociale (Polletta, 1997).

23Comment, au-delà de l’utilité escomptée ou du profit anticipé, des individus en viennent-ils à s’engager en faveur d’une cause et à s’agréger autour d’elle ? Dès lors que la thèse des intérêts collectifs ne va plus de soi, comme du bon vieux temps du marxisme ou du parsonisme, il faut montrer comment ces organisations de relations plus ou moins denses et solides que sont les mouvements d’action collective se constituent. Les procédés de cadrage ont, selon Klandermans (1984, 1988), une force de mobilisation du consensus et de mobilisation de l’action. Les élites des SMO promeuvent des stratégies d’organisation et de légitimation qui leur permettent, en manipulant les bons hochets symboliques, de créer de la sympathie et de l’allégeance, de susciter de la solidarité et de la combativité, de recruter et de mobiliser. L’action symbolique est alors pensée en termes de communication publique ou de gestion des impressions, au sens que l’interactionnisme stratégique (Goffman, 1969 ; Lofland, 1976) donne à l’expression. Cette perspective a cependant ses limites. D’abord, il serait illusoire de se focaliser sur les SMO et d’oublier d’autres agences, lieux et moments de micro-mobilisation : cercles sociaux, milieux de notables locaux ou de leaders communautaires, organisations de soutien, associations de self help et groupements d’opinion (Kriesi, 1996). Ensuite, appâter le chaland n’est jamais acquis d’avance, d’autant que la cible n’est pas tant le segment d’un marché de consommateurs qu’un public informel de citoyens. C’est tout le problème de la « résonance » et du « consensus », qui présupposent une théorie du public. Nous n’avons pas affaire à des foules apathiques ou exaltées, ni à des masses atomisées et sérialisées, pour lesquelles les élites des SMO produiraient des discours de manipulation ; nous n’avons pas seulement affaire à des clients potentiels de biens et de services à la demande desquels l’offre devrait s’ajuster ou qu’elle devrait susciter. Nous avons affaire à des publics. Ils s’auto-instituent à travers les interactions qui les animent. Ils sont exposés à des dispositifs de production de témoignages et d’administration de preuves, d’incitations à l’enthousiasme et à la solidarité (Cardon et al., 1998), d’appel à la vigilance et à l’indignation, de discussion de données objectives et d’arguments rationnels. La notion de cadre ne recouvre pas la gamme entière des procédés à travers lesquels des sensibilités se touchent, des sympathies s’acquièrent, des convictions s’emportent, des engagements se gagnent. De même néglige-t-elle le fait que les membres oscillent entre des postures de compassion et d’ironie, de rébellion et de résignation, de croyance et de distanciation, d’illusion et de critique, d’investissement et de retrait, qui sont les aléas de la réception individuelle et collective. Les degrés d’adhésion sont variables, entre le militant convaincu sans restriction, dont le monde est refaçonné de fond en comble par un discours, et le professionnel de l’organisation, pour qui prédomine l’usage stratégique, calculé et intéressé. Ils couvrent un spectre qui va de la conversion (changer de clef de lecture du monde et entrer dans une dynamique de culte, de militantisme et de prosélytisme) (Snow & Machalek, 1984), étudiée dans des groupuscules politiques, des partis nationalistes, des sectes mystiques (Lofland, 1966) ou des thérapies alternatives (Balch & Taylor, 1979), à l’instrumentation (recourir à un schème de lecture du monde en tant qu’il est un outil commode ou une arme efficace) qui active des moyens sans toujours poser la question de leur relation à des fins. La plupart des citoyens ordinaires ont des postures qui se situent dans l’entre-deux et qui changent selon le contexte.

24Qu’est-ce qui fait alors que certains procédés de cadrage « marchent » et d’autres pas ? Certains font mouche, canalisent les investissements, catalysent les énergies, soulèvent les enthousiasmes ; d’autres tombent à plat, suscitent la méfiance ou l’indifférence, échouent à faire agir et agir ensemble. L’analyse des cadres louvoie entre une position structuraliste, selon laquelle une situation de crise engendre une communauté de perception et une ligue d’intérêts entre des individus, et une position rationaliste, selon laquelle des incitations sélectives (selective incentives) sont nécessaires pour que des individus s’accordent et luttent autour d’un bien public, non divisible et non exclusif. Mais ces deux approches ne s’interrogent guère sur les conditions de félicité du recours à des répertoires de dénonciation, de revendication et de justification, plus largement, à des panoplies de cadres narratifs, dramaturgiques et rhétoriques. Les stratégies de « mobilisation du consensus » ne sont opérantes que si elles sont perçues comme porteuses de sens, et ce sens n’est pas une création ex nihilo des acteurs. Elles peuvent recourir à des images fortes remuant des émotions, à des stéréotypes relevant du lieu commun ou de la sagesse populaire, ou encore à des catégories et à des topiques du sens commun. Les raisons d’agir et les motifs de protester doivent être conformes à des règles grammaticales, que les membres des SMO et des auditoires ont la compétence de comprendre, et qui règlent les castings des bons personnages à admirer et des méchants à dénoncer ou les scénarios de la catastrophe et du salut, du complot ou de la conspiration. Un public ne peut se constituer comme tel que s’il dispose de référentiels d’expérience et d’action propres à la vie publique – et ce même s’il s’avère peu motivé et se défait rapidement, et même si ses membres choisissent la défection plutôt que la loyauté ou la lutte (Hirschman, 1995).

25C’est peut-être ce que Snow et Benford (1994) ont tenté de pointer avec la notion de cadres cardinaux (master frames). Ils donnent l’exemple du Mouvement des droits civiques qui a produit une nouvelle panoplie de cadres, en particulier le « cadre des droits » et celui de l’« égalité des chances » (Williams & Williams, 1995). Ceux-ci ont par la suite été repris dans les luttes pour les droits des étudiants, des femmes, des Noirs, des homosexuels, et même des animaux. Mais ils tendent à insister sur leur fonction stratégique plutôt que sur leur valeur sémantique et juridique. Pourtant, la généralisation des droits élémentaires d’opinion, de religion, d’expression, de circulation, aux droits civils, politiques et sociaux aune longue histoire, depuis les révolutions anglaise, française et américaine. Le « droit à avoir des droits » (Arendt, 1972) n’a pu devenir un leitmotiv des idiomes de contestation et de revendication des années soixante qu’en endossant ce legs et en l’étendant à de nouveaux objets. Le choix de ces « algorithmes » (Snow & Benford, 1994) est sans doute une affaire de stratégie de communication politique, mais il n’a de sens, jusque dans les variations et les innovations qu’il introduit, qu’en raison de sa conformité à des grammaires de la vie publique déjà instituées. L’invention de nouvelles formes narratives doit appliquer les règles pratiques de l’« impertinence sémantique » (Ricœur, 1975, 1983), qui font les métaphores efficaces ou les récits surprenants. Là encore, tout est affaire d’appréciation des limites à ne pas franchir pour ne pas tomber dans l’inintelligible ou dans l’insupportable. Les Restos du cœur, qui en appellent tantôt à la compassion, tantôt à la solidarité avec les plus démunis, ou Greenpeace, qui crée un contexte de guerre vidéo autour de l’îlot de Mururoa et défie la marine française comme David Goliath, rallient de nombreux partisans. Par contre, les militants d’Act Up, qui choisissent comme ligne de conduite la provocation des officiels sur le plateau de télévision du « Sidathon » de 1998, sont perçus comme agressifs et obtiennent pour résultat de choquer le public. Et les lanceurs d’alerte (whistleblowers) (Bernstein & Jasper, 1998 ; Chateauraynaud & Torny, 1999) des Physicians for social responsibility, en avisant l’opinion des conséquences d’une guerre nucléaire, ont eu pour effet de terroriser leurs auditoires et d’étouffer leur mobilisation (Snow & Benford, 1988, p. 203-204). Il arrive en outre que le diagnostic de la situation problématique, le pronostic sur les effets de solutions alternatives et la justification (rationale) qui donne l’« impetus motivationnel à la participation » (Wilson, 1973) ne soient pas en phase. Le consensus qui se forme alors autour du cadrage explicatif, par l’attribution de causalités et l’imputation de responsabilités, peut être disjoint du consensus autour du cadrage projectif, qui définit les actions à mener et anticipe les conséquences à en attendre ; il n’engendre pas automatiquement de consensus autour du cadrage motivationnel, qui est le moteur de la mobilisation collective. Par exemple, le diagnostic sur les dangers de la course aux armements peut être partagé et discuté, mais ne susciter aucun désir collectif de s’investir pour cette cause. La seule solution crédible consiste à s’en remettre aux experts et à soustraire le problème du débat public. L’action collective peut enfin paraître argumentée et justifiée, mais l’appréciation de ses résultats être si pessimiste ou les centres de décision si inaccessibles que la mobilisation n’aura pas lieu (Klandermans, 1984).

26Les leaders des SMO doivent non seulement être crédibles en tant que porte-parole d’une cause, ce que à quoi leur stature professionnelle, éthique ou politique peut contribuer, mais leurs analyses, leurs critiques et leurs propositions doivent aussi avoir une congruence sémantique avec la vie quotidienne ou l’univers politique de leurs destinataires. Snow et Benford (1988) parlent de « commensurabilité d’expérience » et invoquent une « fidélité narrative », nécessaire pour que les opérations de cadrage portent leurs fruits. C’est admettre que des contraintes de pertinence pèsent sur l’action ou sur l’interaction stratégique. Inversement, la « résonance » des opérations de cadrage n’a pas lieu dans le vide et dépend des circonstances de leur mise en œuvre. Dans un article sur le succès des Ligues du Nord en Italie, Mario Diani (1996) repose la question de Sidney Tarrow (1994, p. 85-89) du couplage des dynamiques de mobilisation de cadres et des structures d’opportunité politique. Les Ligues disposaient de peu de ressources matérielles, leurs leaders de peu d’expérience politique et de chances d’accès aux mass médias et, pourtant, elles ont connu un succès électoral croissant entre 1990 et 1993. Ce phénomène s’explique par plusieurs raisons. La crise des alignements partisans et la fragilisation de la représentation politique ouvraient un champ à l’action autonome d’organisations alternatives. Le contexte était favorable pour que se développent les challengers comme Aleanza nazionale, la Rete ou les Verts, et au moment de l’implosion du système des partis en place depuis 1947, pour qu’émerge un nouveau parti-entreprise, Forza Italia, qui réagrège autour de lui des segments de la clientèle électorale de la défunte Démocratie chrétienne. La portée expressive ou symbolique des opérations de cadrage est compréhensible en raison de la réceptivité des publics aux thèmes de l’anti-centralisme et de l’anti-fiscalisme ou de leur exposition aux scénographies médiatiques. Mais elle s’explique aussi en termes d’écologie politique. Diani distingue quatre types de cadres : les « cadres de réalignement », qui servent à bâtir de nouvelles identités politiques de mouvements et d’organisations sur l’échiquier politique ; les « cadres d’inclusion », qui permettent de faire reconnaître la légitimité de ces entités, sans que soit remis en cause l’ordre constitutionnel ou institutionnel ; les « cadres de revitalisation », par où des organisations politiques déjà existantes trouvent un second souffle, en modifiant en partie leurs objectifs, leurs idéologies et leurs personnels ; et les « cadres anti-système », au moyen desquels les politiciens attaquent de front ce qu’ils stigmatisent comme la corruption de l’ancienne « partitocratie » et qui en projettent une radicale transformation ou refondation.

Dramaturgie et rhétorique des identités collectives

27Un thème clef de l’étude des mouvements sociaux, qui a été exploré par l’analyse de cadres, est celui des identités collectives. Cette question est très ancienne. Pendant longtemps, on a tenté d’amarrer les identités sur des substrats naturels, en particulier de genre et d’ethnie. La reproduction biologique des enfants par les femmes ou les dispositions psycho-physiologiques des Noirs étaient supposées rendre compte des mouvements féministes ou ethniques. Dans les années cinquante, la théorie des tensions dues à des transformations des structures psychosociales s’est imposée. Orrin Klapp (1969 a et b) s’appuie ainsi sur les théories de la société de masse pour situer dans le sentiment d’étrangeté à soi des individus massifiés la raison de leur quête d’identités collectives. Les dissonances cognitives et les désajustements de statut, liés à la désorganisation de la société et à la désagrégation de la tradition, conduiraient à un déracinement, à une frustration et à une désorientation des individus. Les constructions d’identités sont alors considérées comme des effets ou des symptômes de structures sociales et psychiques sous-jacentes. Une autre théorie prend le relais dans les années soixante-dix, en particulier en Europe, celle des nouveaux mouvements sociaux (NMS) (Social Research, 1985). Les bouleversements macrosociaux sont rapportés à l’avènement d’une « société postindustrielle » (Touraine, 1969), catégorie qui recouvre la disparition de la classe ouvrière en tant qu’acteur central et l’émergence de « nouvelles classes moyennes », l’émiettement des cultures populaires et des identités de classe sous le coup de la complexification de l’organisation du travail, de la généralisation de la consommation de masse et de la pénétration des moyens de communication. Ronald Inglehart (1977) diagnostique la constitution de « valeurs post-matérialistes » de la « révolution silencieuse », attachée aux mots d’ordre concernant la jeunesse et la paix, le genre ou l’ethnie, la consommation ou l’environnement, plutôt qu’à ceux du confort matériel et de la sécurité nationale. Les bouleversements de la structure macro-sociale et les changements de cohortes générationnelles provoquent des redéfinitions d’identités collectives.

28À l’encontre de ces approches, la première encore tributaire d’une sociologie parsonienne et mertonienne et la seconde épousant de trop près les formes de contestation des années soixante, les héritiers de Chicago se réfèrent à une coproduction négociée de définitions de la réalité et de l’identité. Turner et Killian (1987) en sont, à la suite de Blumer (1946), Quarantelli (1953), ou Shibutani (1966), les principaux représentants. Du coup, l’analyse se fait plus fine : les processus de mobilisation de répertoires d’identité, d’alignement sur des collectifs et de présentation de soi sont tenus pour des accomplissements continus (Snow & Machalek, 1984 ; Snow & Anderson, 1987). Le problème est d’ébranler les formes d’essentialisation ou de réification des identités personnelles et collectives, et de montrer les opérations de cadrage dont celles-ci résultent. Les cadres identitaires (identity frames) sont supposés être issus de processus d’interaction entre protagonistes et antagonistes, entre acteurs et auditoires, entre entrepreneurs et bénéficiaires ; ils doivent être décrits et analysés soigneusement dans le mouvement de leur temporalisation en contexte. Personnification de collectifs, de groupes ou d’organisations, constituant des sujets collectifs ; attribution ou revendication d’étiquettes valorisantes ou péjoratives, comme celles de héros, de « salaud » et de victime (Klapp, 1962 ; Drabek & Quarantelli, 1967) ; imputation de traits de caractère ou de tempérament aux personnages fictifs de scénarios ou de biographies : l’analogie au roman ou au drame joue ici à plein. Il s’agit de raconter des histoires de trajectoires ou de monter des scènes de théâtre où faire paraître des acteurs collectifs. Les frontières du Nous, du Vous et du Eux sont délimitées à travers des opérations de typification des membres qui se perçoivent comme amis ou ennemis, comme semblables ou distincts ; ces opérations de typification redoublent en pratique toutes sortes de manœuvres d’alliance et de conflit, d’inclusion et d’exclusion, de stigmatisation et de rapprochement, de sécession et de fusion. Snow, Benford et Hunt (1994) repèrent ainsi des « champs d’identités » (identity fields), articulés autour du conflit entre protagonistes et de leur confrontation aux auditoires (Snow & Benford, 2000).

29Cette perspective interactionniste se démarque de celles qui posent des homologies entre les dispositions des acteurs et celles de leurs leaders, comme le veut la thèse des types de personnalité autoritaire (Adorno et al., 1950), ou qui s’appuient sur les isomorphismes entre des trajectoires de classe ou de génération, de genre ou d’ethnie pour fonder des identités sociales. Les études empiriques montrent que les degrés d’affiliation et de conversion sont extrêmement variables, de même que les niveaux d’investissement ou d’engagement, ou que les motifs de participation ou d’adhésion. De plus, les bricolages d’identités puisent dans des répertoires de personnages en relation à des circonstances changeantes, et ne vont pas sans contradictions et sans paradoxes, sans syncrétismes et sans ambivalences. La complexité et la mobilité du jeu de composition et de commutation des engagements selon des pertinences situationnelles vont à l’encontre des perspectives structurale et dispositionnelle (Snow & McAdam, 1998). On voit de même les limites de la théorie des choix rationnels, quand elle est appliquée sans discernement à toutes les situations de protestation et de mobilisation. Les raisons de participer ne s’expliquent pas par des mécanismes psychologiques, constants dans l’espace et dans le temps, portant sur l’évaluation de l’utilité subjective des actions. La danse hésitante des implications et des retraits, des adhésions et des désillusions, des conversions et des désaveux et le travail sans cesse reconduit d’évaluation et de justification des modes d’investissement et d’engagement sont éludés par la RMT. Quelques recherches sur l’affectivité ont fait un progrès dans ce sens (Goodwin, Jasper & Polletta, 2001). Les « chocs moraux » (Jasper & Poulsen, 1995 ; Jasper, 1997) produisent une prise de conscience brutale des problèmes et conduisent à s’engager pour une cause. La rupture des petites routines de la vie quotidienne, faites de microprocédures de consentement au monde ambiant, visé comme ordre moral (Garfinkel, 1967), engendre un sentiment de vertige et de déroute, et un refus de ce qui est perçu comme de l’immoralité. L’expression d’une révolte contre la source de danger, d’injustice ou d’oppression a son point d’envol dans l’ébranlement des prédicats naturels d’une situation, avant d’être problématisée dans les répertoires de la revendication et de la dénonciation publique. Les chocs moraux conduisent parfois à reformuler de fond en comble les univers de convictions et de croyances et à transférer ses loyautés vers de nouveaux supports institutionnels ou organisationnels, vers de nouveaux porte-parole, symboles et rituels. La conversion (Lofland, 1966 ; Balch & Taylor, 1979 ; Snow & Machalek, 1984) n’est pas un simple recadrage, au sens d’un déplacement des repères cognitifs d’un sujet. Elle implique un bouleversement de la trame des investissements affectifs et des jugements esthétiques, moraux et politiques des individus (Jasper, 1997) ; elle provoque un remaniement des régimes d’affectivité et de sensibilité et un reformatage de l’ethos du militant et de son monde vécu ; elle va de pair avec l’adoption de nouveaux répertoires d’argumentation et de motivation et, plus largement, de nouveaux idiomes et jargons (comme ceux en vigueur dans les microcohortes générationnelles de féministes : Whittier, 1995) ; elle conduit à des cassures dans les parcours biographiques, à des engagements dans de nouveaux réseaux de sociabilité, à des attachements à de nouveaux groupes de référence, parfois à l’entrée dans de nouveaux milieux familiaux et professionnels – la figure extrême étant celle des sectes religieuses et des groupuscules terroristes.

30Dans cette perspective, l’enquête se focalise sur les formes de production et de stabilisation, de transformation et de revendication des identités personnelles et collectives. Ce travail identitaire (identity work) (Schwalbe & Mason-Schrock, 1996) se plie aux contraintes grammaticales qui régissent la définition des problèmes publics et la confection des causes publiques. Il conduit à la fabrication de personnages dramatiques et des histoires qui leur arrivent, dont ils sont à la fois les agents et les patients. Ce travail identitaire est également indissociable de services rendus et d’échanges accomplis, s’appuie sur des affinités mûries de longue date dans des relations d’interconnaissance, implique les impétrants dans des réseaux de promesses et de serments. Il est inhérent aux processus de transaction et de compromis entre les acteurs qui forment une arène publique et sont engagés dans un procès d’identification mutuelle, de montage des apparences pour des publics et d’attribution de traits de reconnaissance. C’est là que se temporalise le faisceau de questions : « Qui sommes-nous ? », « Que voulons-nous ? », « Qui sont nos alliés ? », « Qui sont nos adversaires ? », « Quels sont nos objectifs intermédiaires ? », « Quelles sont nos stratégies et nos tactiques ? », « Pourquoi et pour quoi agissons-nous ? », « Avec quels moyens et de quelles manières allons-nous agir ? ». Le cadrage d’un Nous, d’un Vous et d’un Eux, dans la constellation à géométrie variable des sympathies, des allégeances et des engagements qui soutiennent un mouvement ou une organisation est inhérent aux opérations de diagnostic et de pronostic, de rationalisation et de légitimation. Le recours à des schèmes psychologiques et stratégiques pour rendre compte des cadrages identitaires en fait perdre la dimension publique et dramaturgique. Même les auteurs qui ne perdent pas de vue la théâtralité de l’action collective (Snow, Zurcher & Peters, 1981 ; Benford & Hunt, 1992) tendent à précipiter la frame analysis dans le sens d’une analyse stratégique, perçue à travers les lunettes de la psychologie sociale. Cette régression gomme la publicité, l’extériorité et l’objectivité des procédés de cadrage. Les opérateurs d’identification d’un collectif – son nom, ses logos et slogans, les porte-parole qui parlent en son nom, les intrigues de la mémoire collective des militants, éventuellement leur style vestimentaire et capillaire – sont autant d’éléments du drame public. Les identités des acteurs collectifs sont des attributs de sujets actifs ou passifs qui occupent une place dans des dispositifs rhétoriques et narratifs, des figures qui émergent dans des histoires racontées.

31Le monde social est une scène publique. Les acteurs risquent des coups tactiques et montent des plans stratégiques, en se pliant à des règles du jeu comparables à celles de la représentation théâtrale. Benford et Hunt (1992) ont décrit quelques-unes des opérations accomplies pour monter une action collective : écrire un scénario (scripting), mettre en scène (staging), jouer la pièce (performing), avancer une interprétation (interpreting). Ilfaut d’abord camper le décor, disposer des équipements, choisir une distribution et raconter une histoire. La définition des rôles configure des personnages dramatiques (dramatis personæ). Les catégorisations les font apparaître louables ou maléfiques, alliés ou ennemis, victimes ou coupables, héroïques ou démoniaques. Ce casting n’est pas une opération secondaire : il dessine une carte de l’espace des actions possibles et anticipables. Il montre les injustices subies et appelle à la réparation des torts, tout en désignant des responsables à poursuivre et en appelant les auditoires à riposter. Sans cette dramatisation, le lancement de la mobilisation collective est improbable. La mise en scène et la mise en récit de l’affaire désignent ainsi des victimes qui doivent être sauvées ou protégées (par exemple : Best, 1998 ; Jenness, 1995 ; White, 1999) et qui seront les bénéficiaires d’éventuelles réparations – enfants, handicapés, sans-abri, femmes, minorités. Les activistes se posent en porte-parole, oracles et avocats des populations sinistrées, des générations futures, des minorités bafouées ou de la majorité silencieuse (Hunt, Benford & Snow, 1994). Ils mettent à l’index le « grand capital », les « élites technocratiques », les « lobbies multinationaux », les « racistes » et les « fascistes », les « énarques » et les « patrons », et, plus généralement, les coupables et leurs complices. Ils fabriquent des boucs émissaires qu’ils indiquent à la vindicte populaire, et finissent pour certains d’entre eux, a fortiori quand ils sont les fondateurs d’une organisation, par lui donner corps, visage et voix, et par en devenir des « symboles vivants ». Ils s’adressent à des publics de spectateurs ou d’auditeurs, invités à sortir de leur neutralité, à s’indigner et à s’insurger. Ils cherchent à faire entrer en scène des acteurs privilégiés comme les élus, les jeunes, les patriotes, les immigrés, les chrétiens, les intellectuels, les journalistes, les politiciens ou les syndicalistes. Le cadrage des messages est indissociable de celui des auditoires. Celui-ci peut être très clairement orienté vers une population attachée à un territoire, une histoire ou une idéologie ; mais il gagne parfois à rester flou, pour éviter d’être taxé de trop de parti pris, et laisser une marge de manœuvre dans l’adresse des messages. Les publics ne peuvent jamais être totalement ségrégués et il vaut mieux éviter les distorsions dues aux chevauchements entre messages incompatibles ou contradictoires. Le cadrage ne peut pas se limiter à une description de séries de cas particuliers, sous peine d’être soupçonné de localisme ou de corporatisme. La grammaire de l’arène publique requiert l’inscription des problèmes sociaux sous le signe de l’intérêt général, du bien commun ou de l’utilité publique. Les problèmes sont convertis en problèmes publics, par le recours à des répertoires rhétoriques et dramaturgiques constitutifs de la « culture des problèmes publics » (Gusfield, 1981). Benford et Hunt se situent du point de vue de l’entrepreneur en causes publiques. Il doit, au-delà des problèmes logistiques de gestion des ressources matérielles, déployer des « stratégies de manipulation de symboles » (Zurcher, 1985), jouer sur la tessiture des climats émotionnels et des sentiments éthiques, accomplir des actions symboliques aux effets performatifs (Burke, 1966). Il doit délimiter ce qui est « politiquement correct », aguicher et attirer des auditoires, différencier les performances selon la variété des attentes du public, bien marquer la frontière entre l’avant-scène et l’arrière-plan, les tribunes et les coulisses, tirer les ficelles de la tension et du relâchement, de l’indignation et de l’enthousiasme, du comique et du tragique. Au moment du passage à l’acte (performing), les protagonistes doivent être à même de témoigner de leurs qualités dramaturgiques que sont la loyauté à une équipe (team), la discipline et la circonspection (Goffman, 1963). Les manifestants produisent un « effet de masse » en se pressant dans la rue et en donnant corps à l’icône du peuple occupant l’espace public ; les paysans montent leurs actions de guérilla urbaine contre les préfectures et usent d’une violence mesurée comme ressource stratégique ; les militants contre l’avortement ou ceux d’Act Up sont devenus des experts dans l’expression de la colère face aux caméras ; des féministes envoient des testicules de porc à un juge de l’Ohio qui a innocenté le violeur d’une petite fille (Taylor & Whittier, 1995). Comme au théâtre, la qualité d’une performance n’est pas tant dans le contenu cognitif de son message que dans l’habileté de la mise en scène et la capacité à toucher les émotions des spectateurs. Le moment, enfin, de l’interprétation par les auditoires est crucial du fait que toute la machinerie théâtrale a pour finalité d’engendrer des processus de recadrage par les membres du public, de mobilisation en faveur d’une cause et de recrutement dans l’organisation qui s’en fait le porte-parole. Ce moment a des effets rétroactifs. En fonction du type de réception qui leur est réservé, dont le succès d’un meeting ou d’une manifestation, la couverture par les mass médias, les sondages d’opinion des instituts spécialisés et les prises de décision des pouvoirs publics sont autant de témoignages, les acteurs infléchissent leur travail de mise en scène et de mise en récit, choisissent de nouveaux auditoires à conquérir et prennent en compte les retours qu’ils captent après coup de leurs actions. Ce moment de réception est sans doute le plus difficile à saisir empiriquement par des dispositifs d’enquête (Cardon & Heurtin, 1999). Sans lui, pourtant, le recours à un paradigme dramaturgique et rhétorique perd beaucoup de son intérêt.

Répertoires de cadres, vocabulaires de motifs : grammaires de la vie publique

  • 8 Une telle dimension politique du public était du reste présente dans les recherches initiales de Ro (...)

32Est-il possible de soustraire l’analyse de cadres au mentalisme ou au représentationnisme ? Comment formuler les contraintes sémantiques qui pèsent sur la conformation des motifs, l’organisation des expériences et la justification des actions, et qui interdisent de réduire la culture publique à un ustensile ou à un paramètre dans des calculs stratégiques ? Comment renouer avec l’héritage naturaliste et pragmatiste de George Herbert Mead ou de John Dewey, l’approche du vocabulaire de motifs de Charles Wright Mills ou avec l’approche dramatiste et rhétorique de Kenneth Burke ? Une solution consiste à modéliser la notion d’action collective en connexion à celle de grammaires de la vie publique, et à proposer un concept d’arène publique distinct de celui de champ ou de marché de la protestation8.

  • 9 Cette relecture sociologique de la notion de motif et d’intention a été menée en France par Louis Q (...)

33Dans un lignage pragmatiste, on ne recherche plus des « représentations mentales », qui défileraient dans l’esprit des acteurs et soutiendraient leur conviction intime, mais des procédures d’organisation de l’expérience et de l’activité, de description, d’interprétation, d’explication et d’argumentation disponibles publiquement. Les motivations ne sont plus alors, ni des « mobiles psychosociologiques », des ressorts psychiques imputés aux sujets dans la constitution de leur Soi, ni des modèles abstraits d’attitudes, d’opinions et de valeurs construits par des observateurs. Nous sommes au-delà de l’opposition entre sens subjectif et sens objectif où a été enfermée la sociologie compréhensive9. L’explication et l’interprétation de l’action sont régies par une grammaire qu’il s’agit d’élucider. Celle-ci commande à des modes publics de confection des causes, d’imputation des motifs, de formulation des dénonciations, d’évaluation des dommages, d’attribution des responsabilités, de localisation des intérêts, de dénomination des collectifs. L’identification de causes et de motifs est réglée par des contraintes sémantiques qui pèsent sur le procès de publicisation des actions collectives. Rendre compte de celles-ci requiert, selon Paul Ricœur (1977, 1983), de montrer les procédés de mise en intrigue qui s’appuient sur un réseau conceptuel permettant de répondre aux questions « Qui ? », « Quoi ? », « Pourquoi ? », « Comment ? », « Avec qui ? », « Contre qui ? », « Quand ? », « Où ? ». En deçà de cette toile narrative, il s’agit de dévoiler les procédés de cadrage mis en œuvre par les acteurs pour comprendre en pratique ce qui est en train de se passer dans une situation. Dans ce processus, ceux qui s’érigent en porte-parole, en commentateurs ou en critiques pour mettre en forme le théâtre de l’action collective ont une place privilégiée – même s’il n’est pas question d’opposer des entrepreneurs actifs à des auditoires passifs. Ils organisent le champ d’expérience et l’horizon d’attente des protagonistes et des antagonistes, des militants et des publics, en leur assignant une place et un rôle. Ils racontent les événements qui leur arrivent et les performances qu’ils accomplissent, en les inscrivant dans des diagnostics et des pronostics. Ils proposent des schémas interprétatifs et motivationnels au moyen desquels rationaliser et justifier l’engagement dans une action collective. Du coup, ils s’impliquent dans un procès de communication publique où se joue le travail d’auto-identification, d’auto-organisation et d’auto-légitimation des actions collectives.

34Ces procédés permettent aux acteurs de faire sens sur leur terrain d’expérience et d’intervention et, confrontés aux singularités et aux contingences d’une configuration d’objets et de personnes, d’appliquer les règles de la bonne critique ou de la bonne controverse et de trouver les modes appropriés de présentation des finalités de leur collectif. L’invocation de causes et de motifs pour rendre intelligible et acceptable une action collective en articule le sens rétrospectivement et prospectivement. Les procédés de cadrage sont partie prenante du travail de configuration et d’alignement de l’action collective. Ils sont à la fois ancrés dans des circonstances que les acteurs rencontrent et qu’ils comprennent en les cadrant, et ouvrent à un procès de « globalisation rhétorique » (Billig, 1987, 1991 ; Jasper, 1990, 1992, 1995 et 1999) en mettant tel ou tel cas particulier dans une perspective de généralisation. Pour paraphraser Harold Garfinkel et Clifford Geertz, les acteurs ne sont, pas plus que des « idiots culturels », des « idiots politiques » : ils sont dotés de compétences. Celles-ci ne sont pas des dispositions prises dans une dialectique d’intériorisation et d’extériorisation : elles sont des capacités de produire des actions pratiques et de formuler des énoncés langagiers cohérents et pertinents, et, sur le fondement de contraintes de publicité, d’improviser, de s’orienter et d’intervenir dans les affaires publiques. Les acteurs n’ont souvent pas le choix : ces contraintes s’imposent à eux et ils s’y plient, de plein gré ou à leur insu, sur le mode du projet ou de la croyance, comme à un ordre de sens hors duquel ce qu’ils disent ou font n’aurait aucun sens. Ils mettent des mots sur des épreuves vécues d’humiliation, d’injustice et de révolte, et ils ménagent leur recevabilité par des audiences sociales et ethniques variées (McAdam, 1988), mais en empruntant à des répertoires disponibles de morale, de théologie et de politique, et sur ce fonds commun et public, en inventant une nouvelle langue militante (Trom & Zimmermann, infra). Cela rend par exemple compte du potentiel de conviction, de ralliement et d’engagement des discours de Martin Luther King : leur virtuosité rhétorique et leur charge émotionnelle ne relèvent pas du calcul d’efficacité stratégique, pas plus qu’elles ne sont inspirées par les mystères de la grâce divine ou ajustées par « homologie structurale » des dispositions de l’orateur à celles de ses auditeurs (Jaswin, 1999 ; Polletta, 1999).

35Nous sommes loin alors des théories de Gladys et Kurt Lang (1960), de William Kornhauser (1959) ou de Neil Smelser (1963) sur les explosions dues à la frustration ou à la privation des personnes privées et sur les crises de désajustement ou de dysfonctionnement de l’organisation sociale ; loin aussi des théories néo-marxistes sur les rapports d’exploitation ou de domination et sur la formation d’intérêts sociaux qui commanderaient, comme leurs causes objectives, les révoltes subjectives (Hindess, 1986). Les arguments du type « résolution de tensions » ou « expression d’intérêts » sont eux-mêmes des modes d’attribution de causes et de raisons relevant d’une sémantique de l’action plutôt que d’une « analyse de facteurs objectifs ». De même, les arguments du type « Nimby » (Not in My Backyard) sont analysables comme des cadres destinés à jeter la suspicion ou le discrédit sur un adversaire, rabaissé à la défense de ses intérêts privés, par un énonciateur qui revendique pour lui-même des vertus de l’intérêt général (Gordon & Jasper, 1996 ; Trom, 1999). Dans un autre registre, nous sommes loin des théories de la mobilisation des ressources (Oberschall, 1973, 1993 ; Zald & McCarthy, 1987) focalisées sur les capitaux matériels et symboliques investis et sur les stratégies organisationnelles et idéologiques engagées pour produire une action collective. Capitaux et stratégies sont en effet indissociables de la « praxis cognitive » qui les insère dans un projet de sens : ils co-émergent dans le processus même de définition et de maîtrise collective de problèmes publics. La question doit être selon nous déplacée du « pourquoi » causaliste et du « comment » utilitariste – ce qui n’invalide pas leur pertinence pour les acteurs et pour les observateurs, mais les met en perspective – vers les procédés de cadrage qui font paraître publiquement le « pourquoi » et le « comment » de l’action collective.

  • 10 Les procédés de cadrage ne sont pas les systèmes de catégorisation et de classification à force coe (...)

36À la place de valeurs, d’attitudes et d’opinions – l’attirail conceptuel des politistes – et à la place de représentations et de croyances idéologiques – l’arsenal de la théorie critique –, nous avons donc des configurations publiques de discours et de pratiques qui mettent en scène et en récit l’ordre public10. Les opérations de cadrage se conforment à des grammaires de la vie publique, suffisamment flexibles pour admettre toutes sortes d’accommodations à des circonstances changeantes. Ce sont des manières de « voir comme… » et de « faire comme… », des façons de pointer et de résoudre des problèmes, d’expliciter des motifs ou d’attribuer des responsabilités. Elles contraignent l’apparence rationnelle et raisonnable des actions situées et font qu’elles sont perçues comme cognitivement intelligibles et normativement justes. Ce déplacement signe l’abandon d’une conception mentaliste ou représentationniste des langages de l’action collective (Winch, 1958 ; Taylor, 1985 ; Quéré, 1990). L’enquêteur ne cherche plus à percer à jour des intentions cachées, des motivations intimes, des croyances privées, des visées subjectives dans le for intérieur des acteurs. Ces figures ne précèdent pas l’action comme sa « force motrice » ou sa « cause spirituelle » : elles ont statut de déclarations d’intention, affichées publiquement avant le déroulement de l’action, ou d’assomptions d’intention, revendiquées publiquement après le déroulement de l’action. Les procédés de cadrage, observés sur le terrain ou restitués par entretien, ne dénotent pas plus des états de conscience que des états de fait. Ce sont des manières de « rendre compte » et de « rendre des comptes » (account) à des publics (Garfinkel, 1967 ; Scott & Lyman, 1968) ; ce sont aussi des façons de produire du collectif, de formuler des causes publiques et de monter des problèmes publics. Ils creusent la carrière à un alignement des acteurs entre eux et avec leurs organisations par opposition à leurs adversaires, mais ils mettent ces interactions stratégiques en conformité avec des grammaires de la vie publique.

37Les pratiques de réception (Rezeption) et d’application (Anwendung), au sens herméneutique, par des publics d’auditeurs sans qualités, militants ordinaires (rank and file) ou recrues potentielles, peuvent être repensées dans cette perspective. L’intérêt se développe aujourd’hui pour les effets des mouvements sociaux (Giugni, McAdam & Tilly, 1999). Au-delà de l’analyse des entretiens avec des leaders activistes ou des documents produits par les SMO, ce sont les transformations des formes de l’expérience privée et publique ou des dimensions du monde de la vie quotidienne qui sont à prendre en compte (Melucci, 1989, 1996a, 1996b ; Aronowitz, 1992 ; Giugni, 1998). La manufacture des causes publiques et la mobilisation des acteurs collectifs ont des conséquences pragmatiques sur l’émergence, la stabilisation ou l’implosion des arènes publiques ; elles conduisent à l’invention de nouvelles identités, pratiques et représentations collectives et à la transformation de rapports de pouvoir et de domination, de stigmatisation et de discrimination. Ce double processus permet d’identifier les conséquences indésirables d’un événement, d’une décision ou d’une action pour une collectivité (Dewey, 1927), en les inscrivant dans un horizon de diagnostic et de pronostic, de justification et de dénonciation, de revendication et de protestation ; il campe des paysages de repères interprétatifs et pratiques où les acteurs vont se situer et s’orienter, se remémorer et se projeter. Il provoque des remaniements des rapports entre SMO, partis et syndicats, agences administratives et pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire ; il façonne autrement des configurations de groupes de référence et d’appartenance, des réseaux de sociabilité et des milieux d’interconnaissance ; il fait émerger des porte-parole, des représentants et des médiateurs d’intérêts, des producteurs et des récepteurs d’opinions.

38Plutôt que de postuler d’emblée que « personal is political », mieux vaut comprendre comment les frontières du personnel et du politique, du privé et du public, du subjectif et de l’intersubjectif, de l’individuel et du collectif se déplacent au gré du cadrage des problèmes publics et des actions collectives. Les modes de subjectivation, à travers les épreuves de formes de relation à autrui (des plus intimes aux plus impersonnelles) et de formes de rapport à Soi (comme acteur public ou privé), sont corrélatifs d’une dynamique de maniement de catégories, d’attribution de motifs et de saisie de causes, d’imputation de responsabilités et de perception d’injustices, de défense d’opinions et de promotion d’intérêts. Cette expérience du monde, de soi et d’autrui est formatée par des grammaires de la vie publique. Inversement, l’émergence de causes publiques a toujours un ancrage dans des épreuves vécues. Les engagements peuvent porter sur des objets, des territoires ou des collectifs éloignés, mais la gestion des informations disponibles, l’articulation des arguments et la formulation des motifs s’appuient aussi sur des données d’expérience personnelle, sur des réserves de savoirs locaux et sur des réseaux de relations proches. Et la défense de causes publiques doit être illustrée par des témoignages d’ordre personnel – d’autant que la défense des consommateurs, la promotion de styles de vie alternatifs, la critique de l’exploitation des femmes dans les sphères domestique et du travail et la dénonciation de la stigmatisation des minorités sexuelles ont contribué à politiser certaines dimensions de la vie privée et à exposer sur les scènes médiatiques ce qui auparavant relevait de l’intimité.

Conclusion

39L’analyse des cadres a permis d’accomplir un pas en avant dans les recherches sur l’action collective dans les années quatre-vingt. En mettant l’accent sur la dimension culturelle des stratégies d’organisation et de revendication des mouvements sociaux, et en renouvelant l’étude des cultures publiques, elle a su prendre en compte un point aveugle des théories de la mobilisation des ressources et du processus politique. Mais elle l’a fait en se détournant de l’inspiration initiale de Goffman, dont elle se réclame, au prix d’une double réduction. Elle a rabattu le procès de configuration des causes publiques et des identités collectives sur le montage d’actions stratégiques et elle a tenté d’appréhender ce procès dans les termes d’une psychologie sociale. Du coup, tout en engageant une exploration de formats rhétoriques et dramaturgiques, de vocabulaires de motifs et de répertoires de cadres, elle a ignoré la dimension politique qui est en jeu dans la mise en représentation. Elle gagnerait donc à prendre davantage en compte des grammaires de la vie publique auxquelles les dénonciations, les revendications et les justifications des acteurs se conforment pour faire sens. En effet, le témoignage des citoyens ordinaires, le plaidoyer des avocats d’une organisation, l’enquête menée par des experts, le travail d’information des mass médias ou le débat entre les élus politiques ne sont pas de simples actions stratégiques sur un marché de biens politiques. Ils ouvrent sur des mondes de principes et de valeurs, où sont en jeu différentes formes de réalité, de droit et de justice, dans lesquels les acteurs coopèrent ou s’affrontent, mais qu’ils visent comme des cités où ils désireraient vivre. Et ils prennent place sur des scènes publiques, régies par des dispositifs d’action et de politique publiques, articulées par des règles juridiques et judiciaires, balayées par des activités mass médiatiques. De même, les activités discursives des mouvements d’action collective visent des effets stratégiques, comme « faire pression sur le législateur », « sceller des alliances » ou « toucher l’opinion ». Mais elles ont aussi une valeur expressive ou symbolique. Elles contribuent à la mise en place d’une publicité civique et politique, indexée sur des grammaires de la vie publique que leur transgression rend sensibles ; elles œuvrent à la transformation des formes d’expérience des acteurs et à la configuration de leurs mondes privés et publics. L’analyse des cadres devrait ainsi être indissociable d’une sociologie des arènes publiques.

Bibliographie

Adorno Theodor Wisengrund, Frenkel-Brunswick Else, Levinson Daniel J. & R. Nevitt Sanford (1950), The Authoritarian Personality, New York, Harper.

Agulhon Maurice (1968), Pénitents et francs-maçons de l’ancienne Provence. Essai sur la sociabilité méridionale, Paris, Fayard.

Agulhon Maurice (1970), Une ville ouvrière au temps du socialisme utopique. Toulon de 1815 à 1851, Paris-La Haye, Mouton.

Alinsky Saul D. (1971), Rules for Radicals : A Practical Primer for Realistic Radicals, New York, Vintage Books.

Almond Gabriel & Sidney Verba (1963), The Civic Culture : Political Attitudes and Democracy in Five Nations, Princeton, Princeton University Press.

Arendt Hannah (1972), Du mensonge à la violence. Essais de politique contemporaine, Paris, Calmann-Lévy.

Aronowitz Stanley (1992), The Politics of Identity : Class, Culture, Social Movements, New York, Routledge.

Austin John Langshaw (1971), Le langage de la perception, Paris, Armand Colin.

Babb Sarah (1996), « A True American System of Finance : Frame Resonance in the U.S. Labor Movement 1866-1886 », American Sociological Review, 61, p. 1033-1052.

Balch Robert W. & David Taylor (1979), « Seekers and Saucers : The Role of the Cultic Milieu in Joining a UFO Cult », in J. Richardson (ed.), Conversion Careers, Beverly Hills, Sage, p. 43-65.

Bateson Gregory (1977), « Une théorie du jeu et du fantasme », in Id., Vers une écologie de l’esprit, Paris, Seuil, vol. 1, p. 209-224.

Benford Robert D. (1993a), « Frames Disputes Within the Nuclear Disarmament Movement », Social Forces, 71, p. 667-701.

Benford Robert D. (1993b), « You Could Be the Hundredth Monkey : Collective Action Frames and Vocabularies of Motive Within the Nuclear Disarmament Movement », Sociological Quarterly, 34, p. 195-216.

Benford Robert D. (1997), « An Insider’s Critique of the Social Movement Framing Perspective », Sociological Inquiry, 67, p. 409-430.

Benford Robert D. & Scott A. Hunt (1992), « Dramaturgy and Social Movements : The Social Construction and Communication of Power », Sociological Inquiry, 62 (1), p. 36-55.

Benford Robert D. & David A. Snow (2000), « Framing Processes and Social Movements : An Overview and Assessment », Annual Review of Sociology, 26, p. 611-639.

Berbrier Mitch (1998), « Half the Battle : Cultural Resonance, Framing Processes, and Ethnic Affectations in Contemporary White Separatist Rhetoric », Social Problems, 45, p. 431-450.

Bernstein Mary & James M. Jasper (1998), « Les tireurs d’alarme dans les conflits sur les risques technologiques », Politix, 44, p. 109-134.

Best Joel (1998), « Rhetoric in Claims-Making : Constructing the Missing Children Problem », Social Problems, 45, p. 431-450.

Billig Michael (1987), Arguing and Thinking : A Rhetorical Approach to Social Psychology, Cambridge, Cambridge University Press.

Billig Michael (1991), Ideology and Opinions : Studies in Rhetorical Psychology, Londres, Sage.

Blanchard Dallas A. (1994), The Anti-Abortion Movement and the Rise of Religious Right : From Polite to Fiery Protest, New York, Twayne Publishers.

Blumer Herbert (1946), « Collected Behavior », in A. M. Lee (ed.), New Outline of the Principles of Sociology, New York, Barnes & Noble, p. 167-222.

Blum-Kulka Shoshana & Tamar Liebes (1993), « Frame Ambiguities : Intifada Narrativization of the Experience by Israeli Soldiers », in A. A. Cohen & G. Wolsfeld (eds), Framing the Intifada, People and Media, Norwood, Ablex, p. 27-52.

Boltanski Luc & Laurent Thévenot (1991), De la justification. Les économies de la grandeur, Paris, Gallimard.

Burke Kenneth (1966), Language as Symbolic Action : Essays on Life, Literature, and Method, Berkeley, University of California Press.

Burke Kenneth (1989), On Symbols and Society, introduction de J. R. Gusfield, Chicago, University of Chicago Press.

Calhoun Craig (1991), « The Problem of Identity in Collective Action », in J. Huber (ed.), Macro-Micro Linkages in Sociology, Londres, Sage.

Calhoun Craig (1994), Neither Gods Nor Emperors : Students and the Struggle for Democracy in China, Berkeley, University of California Press.

Çapek Stella M. (1993), « The Environmental Justice Frame : A Conceptual Discussion and Application », Social Problems, 40, p. 5-24.

Cardon Dominique & Jean-Philippe Heurtin (1999), « La critique en régime d’impuissance. Une lecture des indignations des auditeurs de France Inter », in B. François & E. Neveu (eds), Espaces publics mosaïques. Acteurs, arènes et rhétoriques des débats publics contemporains, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 85-119.

Cardon Dominique, Heurtin Jean-Philippe, Pharabod Anne-Sylvie & Sabine Rozier (1998), « Mais qui fait bouger le compteur du Téléthon ? Une construction télévisuelle de la solidarité », Sciences sociales et santé, 16, 3, p. 17-40.

Cefaï Daniel (ed.) (2001), Cultures politiques, Paris, Presses universitaires de France.

Certeau Michel de (1980), L’invention du quotidien. Arts de faire, Paris, UGE 10/18.

Chateauraynaud Francis & Didier Torny (1999), Les sombres précurseurs. Une sociologie pragmatique de l’alerte et du risque, Paris, Éditions de l’EHESS.

Clemens Elisabeth S. (1996), « Organizational Form as Frame : Collective Identity and Political Strategy in the American Labor Movement, 1880-1920 », in D. McAdam, J. McCarthy & M. Zald (eds), Comparative Perspectives on Social Movements : Political Opportunities, Mobilizing Structures, and Cultural Framings, Cambridge, Cambridge University Press, p. 205-226.

Cohen Akiba A. & Gadi Wolsfeld (eds) (1993), Framing the Intifada : People and Media, Norwood, Ablex Publishing.

Cohen Jean L. (1985), « Strategy or Identity : New Theoretical Paradigms and Contemporary Social Movements », Social Research, 52 (4), p. 663-716.

D’Anjou Leo & John Van Male (1998), « Between Old and New : Social Movements and Cultural Change », Mobilization, 3, p. 207-226.

Danto Arthur C. (1985), Narration and Knowledge (including Analytical Philosophy of History, 1965), New York, Columbia University Press.

Darwin Charles (1965), The Expression of the Emotions in Man and Animals, Chicago, University of Chicago Press [1872].

Davies Scott (1999), « From Moral Duties to Cultural Rights : A Case Study of Political Framing in Education », Sociology of Education, 72, p. 1-21.

Davis Fred (1992), Fashion, Culture, and Identity, Chicago, University of Chicago Press.

Deloye Yves, Haroche Claudine & Olivier Ihl (1996), Le protocole. La mise en forme de l’ordre politique, Paris, L’Harmattan.

Dewey John (1967), Logique. Théorie de l’enquête, Paris, Presses universitaires de France [1937].

Diani Mario (1996), « Linking Mobilization Frames and Political Opportunities : Insights from Regional Populism in Italy », American Sociological Review, 61, p. 1053-1069.

Donati Paolo R. (1992), « Political Discourse Analysis », in M. Diani & R. Eyerman (eds), Studying Collective Action, Londres, Newbury Park, Sage, p. 136-167.

Edelman Murray (1988), Constructing the Political Spectacle, Chicago, University of Chicago Press [trad. fr. Pièces et règles du jeu politique, Paris, Seuil, 1991].

Ellingson Stephen (1995), « Understanding the Dialectic of Discourse and Collective Action : Public Debate and Rioting in Antebellum Cincinnati », American Journal of Sociology, 101, p. 101-144.

Entman Robert M. & Andrew Rojecki (1993), « Freezing Out the Public : Elite and Media Framing of the U.S. Anti-Nuclear Movement », Political Community, 10, p. 155-173.

Evans Peter B., Rueschemeyer Dietrich & Theda Skocpol (eds) (1985), Bringing the State Back In, Cambridge, Cambridge University Press.

Evans Sara (1979), Personal Politics : The Roots of Women’s Liberation in the Civil Rights Movements and the New Left, New York, Alfred A. Knopf.

Eyerman Ron & Andrew Jamison (1991), Social Movements : A Cognitive Approach, University Park, Pennsylvania State University Press.

Fantasia Rick (1988), Cultures of Solidarity : Consciousness, Action, and Contemporary American Workers, Berkeley, University of California Press.

Ferree Mira Marx & Frederick D. Miller (1986), « Mobilization and Meaning : Toward an Integration of Social Psychological and Resource Perspectives on Social Movements », Sociological Inquiry, 55 (1), p. 38-61.

Fillieule Olivier (ed.) (1993), Sociologie de la protestation, Paris, L’Harmattan.

Fisher Kimberly (1997), « Locating Frames in the Discursive Universe », Sociological Research Online, 2 (3), [socresonline.org.uk/2/3/4.html].

Franzosi Roberto (1998), « Narrative Analysis – Or Why (and How) Sociologists should be Interested in Narrative », Annual Review of Sociology, 24, p. 517-554.

Friedland Roger & Robert R. Alford (1991), « Bringing Society Back In : Symbols, Practices and Institutional Contradictions », in W. W. Powell & P. Di Maggio (eds), The New Institutionalism in Organizational Analysis, Chicago, University of Chicago Press, p. 232-263.

Gamson William A. (1975), « Review Symposium on Frame Analysis : An Essay on the Organization of Experience », Contemporary Sociology, 4, p. 603-607.

Gamson William A. (1976), The Strategy of Social Protest, Homewood, Dorsey Press.

Gamson William A. (1988), « Political Discourse and Collective Action », International Social Movement Research, 1, p. 219-244.

Gamson William A. (1992a), « The Social Psychology of Collective Action », in A. D. Morris & C. McClurg Mueller (eds), Frontiers in Social Movement Theory, New Haven, Yale University Press, p. 53-76.

Gamson William A. (1992b), Talking Politics, New York, Cambridge University Press.

Gamson William A. (1996), « Safe Spaces and Social Movements », Perspectives on Social Problems, 8, p. 27-38.

Gamson William A., Fireman Bruce & Steven Rytina (1982), Encounters with Unjust Authority, Homewood, Dorsey Press.

Gamson William A. & David S. Meyer (1996), « Framing Political Opportunity », in D. McAdam, J. McCarthy & M. Zald (eds), Comparative Perspectives on Social Movements, New York, Cambridge University Press.

Gamson William A. & Andre Modigliani (1989), « Media Discourse and Public Opinion on Nuclear Power : A Constructionist Approach », American Journal of Sociology, 95, p. 1-37.

Gamson William A. & Gadi Wolfsfeld (1993), « Movements and Media as Interacting Systems », The Annals of the American Academy of Political and Social Science, 528, p. 114-125.

Garfinkel Harold (1967), Studies on Ethnomethodology, Englewood Cliffs, Prentice-Hall.

Gaxie Daniel (1977), « Économie des partis et rétributions du militantisme », Revue française de Science politique, 27 (1), p. 123-154.

Geertz Clifford (1973), The Interpretation of Cultures, New York, Basic Books.

Geertz Clifford (1983), Local Knowledge, New York, Basic Books.

Gitlin Todd (1977), « Spotlights and Shadows : Television and the Culture of Politics », College English, 38, p. 789-801.

Gitlin Todd (1980), The Whole World is Watching : Mass Media in the Making and Unmaking of the New Left, Berkeley-Los Angeles, University of California Press.

Giugni Marco G. (1998), « Was it Worth the Effort ? The Outcomes and Consequences of Social Movements », Annual Review of Sociology, 24, p. 371-393.

Giugni Marco G., McAdam Doug & Charles Tilly (eds) (1999), How Social Movements Matter, Minneapolis, University of Minnesota Press.

Glaser Barney G. & Anselm L. Strauss (1964), « Awareness Contexts and Social Interaction », American Sociological Review, 29, p. 669-679.

Goffman Erving (1959), The Presentation of Self in Everyday Life, New York, Doubleday Anchor.

Goffman Erving (1963), Behavior in Public Places : Notes on the Social Organization of Gatherings, New York, Free Press of Glencoe.

Goffman Erving (1969), Strategic Interaction, Philadelphie, University of Pennsylvania Press.

Goffman Erving (1974), Frame Analysis : An Essay on the Organization of Experience, New York, Harper [trad. fr. I. Joseph, Les cadres de l’expérience, Paris, Minuit, 1991].

Goffman Erving (1981), Forms of Talk, Philadelphie, University of Pennsylvania Press.

Goodwin Jeff & James M. Jasper (1999), « Caught in a Winding, Snarling Vine : The Structural Bias of Political Process Theory », Sociological Forum, 14, 1, p. 27-54.

Goodwin Jeff, Jasper James M. & Francesca A. Polletta (eds) (2001), Passionate Politics : Emotions and Social Movements, Chicago, University of Chicago Press.

Gordon Cynthia & James M. Jasper (1996), « Overcoming the Nimby Label : Rhetorical and Organizational Links for Local Protestors », Research in Social Movements, Conflicts, and Change, 19, p. 159-181.

Gould Roger V. (1991), « Multiple Networks and Mobilization in the Paris Commune 1871 », American Sociological Review, 56, p. 716-729.

Gould Roger V. (1995), Insurgent Identities : Class, Community, and Protest in Paris from 1848 to the Commune, Chicago, University of Chicago Press.

Griffin Larry J. (1992), « Temporality, Events, and Explanation in Historical Sociology », Sociological Methods & Research, 20, p. 403-427.

Griffin Richard W. (1992), « Political Opportunity, Resource Mobilization, and Social Movements : The Case of South Texas Farm Workers », Social Science Journal, 29, p. 129-152.

Gurwitsch Aron (1958), Théorie du champ de la conscience, Paris, Desclée de Brouwer.

Gusfield Joseph R. (1963), Symbolic Crusade, Urbana, University of Illinois Press.

Gusfield Joseph R. (1981), The Culture of Public Problems : Drinking-Driving and the Symbolic Order, Chicago, University of Chicago Press.

Habermas Jürgen (1997), Droit et morale, Paris, Seuil.

Haines Herbert H. (1996), Against Capital Punishment : The Anti-Death Penalty Movement in America 1972-1994, New York, Oxford University Press.

Hannerz Ulf (1969), Soulside : Inquiries into Ghetto Culture and Community, New York, Columbia University Press.

Hannerz Ulf (1992), Cultural Complexity : Studies in the Social Organization of Meaning, New York, Columbia University Press.

Hindess Barry (1986), « Interests in Political Analysis », in J. Law (ed.), Power, Action, and Belief : A New Sociology of Knowledge ?, Londres, Routledge & Kegan Paul, p. 112-131.

Hirschman Alfred O. (1980), Les passions et les intérêts, Paris, Presses universitaires de France.

Hirschman Alfred O. (1991), Deux siècles de rhétorique réactionnaire, Paris, Fayard.

Hirschman Alfred O. (1995), Défection, prise de parole et loyauté, Paris, Fayard.

Huard Raymond (1996), La naissance du parti politique en France, Paris, Presses de la Fondation nationale de sciences politiques.

Hunt Scott A. & Robert D. Benford (1992), « Identity Talk in the Peace and Justice Movement », Journal of Contemporary Ethnography, 22 (4), p. 488-517.

Hunt Scott A., Benford Robert D. & David A. Snow (1994), « Identity Fields : Framing Processes and the Social Construction of Movement Identities », in E. Laraña, H. Johnston & J. Gusfield (eds), New Social Movements : From Ideology to Identity, Philadelphie, Temple University Press, p. 185-208.

Inglehart Ronald (1977), The Silent Revolution. Changing Values and Political Styles Along Western Publics, Princeton, Princeton Legacy Librairy.

James William (1890), The Principles of Psychology, New York, H. Holt, vol. 2, chap. xxi.

Jasper James M. (1990), Nuclear Politics : Energy and the State in the United States, Sweden, and France, Princeton, Princeton University Press.

Jasper James M. (1992), « Three Nuclear Energy Controversies », in D. Nelkin (ed.), Controversy : Politics in Technical Decisions, Newbury Park, Sage.

Jasper James M. (1997), The Art of Moral Protest : Culture, Biography, and Creativity in Social Movements, Chicago, University of Chicago Press.

Jasper James M. (1999), « Nostalgie : Verdammung der Gegenwart, Kontrolle der Zukunft », Lettre internationale, 47, p. 74-81.

Jasper James M. & Jane D. Poulsen (1995), « Recruiting Strangers and Friends : Moral Shocks and Social Networks in Animal Rights and Anti-Nuclear Protests », Social Problems, 42 (4), p. 493-512.

Jaswin (James Jasper, and Jeff Goodwin) (1999), « Trouble in Paradigms », Sociological Forum, 14 (1), p. 107-125.

Jenness Valerie (1995), « Social Movements Growth, Domain Expansion, and Framing Processes : The Gay/Lesbian Movement and Violence Against Gays and Lesbians as Asocial Problem », Social Problems, 42, p. 145-170.

Johnson Victoria Lee (1997), « Operation Rescue, Vocabularies of Motive, and Tactical Action : A Study of Movement Framing in the Practice of Quasi-Nonviolence », Research in Social Movements, Conflict and Chance, 20, p. 103-149.

Johnston Hank (1995), « A Methodology for Frame Analysis : From Discourse to Cognitive Schema », in H. Johnston & B. Klandermans (eds), Social Movements and Culture, Minneapolis, University of Minnesota Press, p. 217-246.

Kertzer David I. (1988), Ritual, Politics, and Power, New Haven, Yale University Press.

Klandermans Bert (1984), « Mobilization and Participation : Social-Psychological Expansions of Resource Mobilization Theory », American Sociological Review, 49, p. 583-600.

Klandermans Bert (1997), The Social Psychology of Protest, Oxford, Basic Blackwell.

Klandermans Bert & Sidney G. Tarrow (1988), « Mobilization into social movements : synthesizing European and American approaches », in B. Klandermans, H. Kriesi & S. G. Tarrow (eds), From Structure to Action : Comparing Social Movement Research across Cultures, Greenwich, JAI Press (« International Social Movement Research », 1).

Klapp Orrin E. (1962), Heroes, Villains, and Fools : The Changing American Character, Englewood Cliffs, Prentice-Hall.

Klapp Orrin E. (1964), Symbolic Leaders, Chicago, Aldine.

Klapp Orrin E. (1969a), Collective Search for Identity, New York, Holt, Rinehart & Winston.

Klapp Orrin E. (1969b), Currents of Unrest : An Introduction to Collective Behavior, New York, Holt, Rinehart & Winston.

Kornhauser William (1959), Politics of Mass Society, Glencoe, Free Press.

Kriesi Hanspeter (1996), « The Organizational Structure of New Social Movements in Apolitical Context », in D. McAdam, J. McCarthy & M. Zald (eds), Comparative Perspectives on Social Movements : Political Opportunities, Mobilizing Structures, and Cultural Framings, New York, Cambridge University Press.

Lang Gladys Engel & Kurt Lang (1960), Collective Dynamics, New York, Cromwell.

Lang Gladys Engel & Kurt Lang (1968), « Collective Behavior », International Encyclopædia of the Social Sciences, 2, p. 556-565.

Leites Nathan Constantine & Charles Wolf (1970), Rebellion and Authority, Chicago, Markham.

Livet Pierre & Laurent Thévenot (1994), « Les catégories de l’action collective », in A. Orléan (ed.), Analyse économique des conventions, Paris, Presses universitaires de France, p. 139-167.

Lofland John (1966), Doomsday Cult : A Study of Conversion, Proselytization, and Maintenance of Faith, Englewood Cliffs, Prentice-Hall.

Lofland John (1976), Doing Social Life : The Qualitative Study of Human Interaction in Human Settings, New York, Wiley.

Lofland John (1982a), Crowd Lobbying, Davis, Institute of Governmental Affairs, University of California.

Lofland John (1982b), « Crowd Joys », Urban Life, 10, p. 355-381.

Lofland John (1985), Protest : Studies of Collective Behavior and Social Movements, New Brunswick, Transaction Books.

Lofland John (1996), Social Movement Organizations : Guide to Research on Insurgent Realities, New York, Walter de Gruyter.

Lofland John (1997), « Systematizing Research Findings on Collective Behavior and Social Movements », Mobilization, 2 (1), p. 1-20.

McAdam Doug (1982), Political Process and the Development of Black Insurgency 1930-1970, Chicago, University of Chicago Press.

McAdam Doug (1988), « Micromobilization Contexts and Recruitment to Activism », International Social Movement Research, 1, p. 125-154.

McAdam Doug (1996), « The Framing Function of Movement Tactics : Strategic Dramaturgy in the American Civil Rights Movement », in D. McAdam, J. McCarthy & M. Zald (eds), Comparative Perspectives on Social Movements : Political Opportunities, Mobilizing Structures, and Cultural Framings, New York, Cambridge University Press, p. 338-355.

McAdam Doug, McCarthy John D. & Mayer M. Zald (eds) (1996), Comparative Perspectives on Social Movements : Political Opportunities, Mobilizing Structures, and Cultural Framings, New York, Cambridge University Press.

McCallion Michael J. & David R. Maines (1999), « The Liturgical Social Movement in the Vatican II Catholic Church », Research in Social Movements, Conflict, and Change, 21, p. 125-149.

McCarthy John D. (1994), « Activists, Authorities, and Media Framing of Drunk Driving », in E. Laraña, H. Johnston & J. Gusfield (eds), New Social Movements : From Ideology to Identity, Philadelphie, Temple University Press.

Marullo Sam, Pagnucco Ron & Jackie Smith (1996), « Frame Changes and Social Movement Contraction : U.S. Peace Movement Framing of the Cold War », Sociological Inquiry, 66, p. 1-28.

Melucci Alberto (1989), Nomads of the Present : Social Movements and Individual Needs in Contemporary Society, Londres, Century Hutchinson.

Melucci Alberto (1996a), The Playing Self : Person and Meaning in the Planetary Society, Cambridge, Cambridge University Press.

Melucci Alberto (1996b), Challenging Codes, Cambridge, Cambridge University Press.

Meyer David S. (1995), « Framing National Security : Elite Public Discourse on Nuclear Weapons During the Cold War », Political Community, 12, p. 173-192.

Meyer David S. & Susanne Staggenborg (1996), « Movements, Countermovements, and the Structure of Political Opportunity », American Journal of Sociology, 101 (6), p. 1628-1660.

Mooney Patrick H. & Scott A. Hunt (1994), « A Repertoire of Interpretations : Master Frames Ideological Continuity in U.S. Agrarian Mobilization », The Sociological Quarterly, 37, p. 177-197.

Morris Aldon (1981), « The Black Southern Sit-In Movement : An Analysis of Internal Organization », American Sociological Review, 46, p. 744-767.

Morris Aldon (1984), The Origins of the Civil Rights Movement : Black Communities Organizing for Change, New York, Free Press.

Nelkin Dorothy (ed.) (1992), Controversy : Politics in Technical Decisions, Newbury Park, Sage.

Neveu Éric (1999), « Mouvements sociaux, médias, espaces publics », Réseaux, 98, p. 17-85.

Noonan Rita K. (1995), « Women Against The State : Political Opportunities and Collective Action Frames in Chile’s Transition to Democracy », Sociological Forum, 10, p. 81-11.

Oberschall Ash (1973), Social Conflict and Social Movements, Englewood Cliffs, Prentice-Hall.

Oberschall Ash (1993), Social Movements : Ideologies, Interests, and Identities, New Brunswick, Transaction Publishers.

Offerlé Michel (1994), Sociologie des groupes d’intérêt, Paris, Montchrestien.

Park Robert E. & Ernest W. Burgess (1921), Introduction to the Science of Sociology, Chicago, University of Chicago Press.

Petit Jean-Luc (1991), L’action dans la philosophie analytique, Paris, Presses universitaires de France.

Pharo Patrick (1990), « La question du pourquoi », in P. Pharo & L. Quéré (eds), Les formes de l’action. Sémantique et sociologie, Paris, Éditions de l’EHESS, p. 267-309 (« Raisons Pratiques », 1).

Pharo Patrick & Louis Quéré (eds) (1990), Les formes de l’action. Sémantique et sociologie, Paris, Éditions de l’EHESS (« Raisons Pratiques », 1).

Polletta Francesca (1997), « Culture and Its Discontents : Recent Theorizing on the Cultural Dimensions of Protest », Sociological Inquiry, 67 (4), p. 431-450.

Polletta Francesca (1998a), « “It was like a Fever…” Narrative and Identity in Social Protest », Social Problems, 45 (2), p. 137-159.

Polletta Francesca (1998b), « Contending Stories : Narrative in Social Movements », Qualitative Sociology, 21 (4), p. 419-446.

Polletta Francesca & James M. Jasper (2001), « Collective Identity and Social Movements », Annual Review of Sociology, 27, p. 283-305.

Quarantelli Enrico L. (1953), A Study of Panic : Its Nature, Types, and Conditions, Chicago University, Master.

Quarantelli Enrico L. (1954), « The Nature and Conditions of Panic », American Journal of Sociology, 60, p. 267-275.

Quéré Louis (1990), « Agir dans l’espace public », in P. Pharo & L. Quéré (eds), Les formes de l’action. Sémantique et sociologie, Paris, Éditions de l’EHESS, p. 85-112 (« Raisons Pratiques », 1).

Quéré Louis (1996), « L’espace public comme lieu de l’action collective », Mana, 2, p. 235-265.

Ricœur Paul (1975), La métaphore vive, Paris, Seuil.

Ricœur Paul (1983), Temps et Récit, Paris, Seuil.

Rosenthal Naomi, Fingrudt Meryl, Ethier Michele, Karant Roberta & David McDonald (1985), « Social Movements and Network Analysis : A Case Study of Nineteenth-Century Women’s Reform in New York State (1840-1914) », American Journal of Sociology, 90 (5), p. 1022-1054.

Ryan Charlotte (1991), Prime Time Activism. Media Strategies for Grassroots Organizing, Boston, South End Press.

Schutz Alfred (1962), « On Multiple Realities », in Collected Papers, I, éd. par M. Natanson, La Haye, M. Nijhoff, p. 113-135 [1945].

Schwalbe Michael L. & Douglas Mason-Schrock (1996), « Identity Work as Group Process », Advances in Group Processes, 13, p. 113-147.

Schwayder David S. (1965), La stratification du comportement, Londres, Routledge & Kegan Paul.

Scott Marvin B. & Stanford M. Lyman (1968), « Accounts », American Sociological Review, 33 (1), p. 46-62.

Sewell William H. Jr. (1983), Gens de métier et révolutions. Le langage du travail de l’Ancien Régime à 1848, Paris, Aubier Montaigne.

Shibutani Tamotsu (1966), Improvised News : A Sociological Study of Rumor, Indianapolis, Bobbs-Merrill.

Smelser Neil J. (1963), Theory of Collective Behavior, Glencoe, Free Press.

Snow David A. & Robert D. Benford (1988), « Ideology, Frame Resonance, and Participant Mobilization », in B. Klandermans, H. Kriesi & S. Tarrow (eds), From Structure to Action : Comparing Social Movement Research Across Cultures, Greenwich, JAI Press, p. 197-217 (« International Social Movement Research 1 »).

Snow David A. & Robert D. Benford (1992), « Master Frames and Cycles of Protest », in A. D. Morris & C. McClurg Mueller (eds), Frontiers in Social Movement Theory, New Haven, Yale University Press, p. 133-155.

Snow David A. & Robert D. Benford (2000), « Framing Processes and Social Movements : An Overview and Assessment », Annual Review of Sociology, 26, p. 611-639.

Snow David A., Cress Daniel, Downey Liam & Andrew Jones (1998), « Disrupting the Quotidian : Reconceptualizing the Relationship Between Breakdown and the Emergence of Collective Action », Mobilization, 3, p. 1-22.

Snow David A. & Phillip W. Davis (1995), « The Chicago Approach to Collective Behavior », in G. A. Fine (ed.), A Second Chicago School ? The Development of a Postwar American Sociology, Chicago, The University of Chicago Press, p. 188-220.

Snow David A. & Doug McAdam (2000), « Identity Work Processes in the Context of Social Movements : Clarifying the Identity-Movement Nexus », in Sh. Stryker, T. J. Owens & R. W. White (eds), Self, Identity, and Social Movements, New York, Aldine de Gruyter, p. 41-67.

Snow David A. & Richard Machalek (1984), « The Sociology of Conversion », Annual Review of Sociology, 10, p. 367-380.

Snow David A., Rochford E. Burke, Worden Steven K. & Robert D. Benford (1986), « Frame Alignment Processes, Micromobilization, and Movement Participation », American Sociological Review, 51, p. 464-481.

Snow David A., Zurcher Louis A. Jr. & Sheldon Ekland-Olson (1980), « Social Networks and Social Movements : A Microstructural Approach to Differential Recruitment », American Sociological Review, 45, p. 787-801.

Snow David A., Zurcher Louis A. Jr. & Robert Peters (1981), « Victory Celebrations as Theater : A Dramaturgical Approach to Crowd Behavior », Symbolic Interaction, 4, p. 21-41.

Social Research (1985), N° spécial : Social Movements, Jean L. Cohen, Klaus Eder, Alberto Melucci, Claus Offe, Charles Tilly & Alain Touraine (eds).

Steinberg Marc W. (1998), « Tilting the Frame : Considerations on Collective Framing from a Discursive Turn », Theory and Society, 27, p. 845-872.

Swart William J. (1995), « The League of Nations and the Irish Question : Master Frames, Cycles of Protest, and Master Frame Alignment », The Sociological Quarterly, 36, p. 465-481.

Swidler Ann (1986), « Culture in Action : Symbols and Strategies », American Sociological Review, 51, p. 273-286.

Swidler Ann (1995), « Cultural Power and Social Movements », in H. Johnston & B. Klandermans (eds), Social Movements and Culture, Minneapolis, University of Minnesota Press, p. 25-40.

Tannen Deborah (1993), « What’s in a Frame ? », in Id. (ed.), Framing in Discourse, New York, Oxford University Press, p. 14-56.

Tarrow Sidney G. (1994), Power in Movement : Social Movements, Collective Action, and Politics, Cambridge, Cambridge University Press.

Taylor Charles (1985), « Language and Human Nature », in Id., Human Agency and Language. Philosophical Papers, 1, Cambridge, Cambridge University Press, p. 215-247.

Taylor Verta & Nancy E. Whittier (1992), « Collective Identity in Social Movement Communities : Lesbian Feminist Mobilization », in A. Morris & C. McClurg (eds), Frontiers in Social Movement Theory, New Haven, Yale University Press.

Taylor Verta & Nancy E. Whittier (1995), « Analytical Approaches to Social Movement Culture : The Culture of the Women’s Movement », in H. Johnston & B. Klandermans (eds), Social Movements and Culture, p. 163-187.

Thévenot Laurent & Michèle Lamont (eds) (2000), Rethinking Comparative Cultural Sociology, Cambridge, Cambridge University Press.

Tilly Charles (1986), La France conteste. De 1600 à nos jours, Paris, Fayard.

Touraine Alain (1969), La société post-industrielle, Paris, Denoël-Gonthier.

Trom Danny (1999), « De la réfutation de l’effet Nimby considérée comme une pratique militante. Notes pour une approche pragmatique de l’activité revendicative », Revue française de Science politique, 49 (1), p. 31-50.

Tuchman Gaye (1978), Making News : A Study in the Construction of Reality, New York, Free Press.

Turner Ralph H. & Lewis M. Killian (eds) (1984), Collective Behavior, Englewood Cliffs, Prentice-Hall [1957].

White Aaronette M. (1999), « Talking Feminist, Talking Black : Micromobilization Processes in Collective Protest Against Rape », Gender and Society, 13, p. 77-100.

Whittier Nancy (1995), Feminist Generations : The Persistence of Radical Women’s Movement, Philadelphia, Temple University Press.

Williams Gwyneth I. & Rhys H. Williams (1995), « “All We want is Equality” : Rhetorical Framing in the Fathers’ Rights Movements », in J. Best (ed.), Images of Issues : Typifying Contemporary Social Problems, New York, Aldine de Gruyter, p. 191-212.

Williams Rhys H. (1995), « Constructing the Public Good : Social Movements and Cultural Resources », Social Problems, 42, p. 124-144.

Wilson John Melbourne Ogilvy (1973), Introduction to Social Movements, New York, Basic Books.

Winch Peter (1958), The Idea of a Social Science and its Relation to Philosophy, Londres, Routledge & Kegan Paul.

Zald Mayer N. (ed.) (1967), Organizing for Community Welfare, Chicago, Quadrangle Books.

Zald Mayer N. & Patricia Denton (1962), From Evangelism to General Service : On the Transformation and Character of the WMCA, Chicago, University of Chicago Press.

Zald Mayer N. & John D. McCarthy (1987), Social Movements in an Organizational Society : Collected Essays, New Brunswick, Transaction.

Zuo Jiping & Robert D. Benford (1995), « Mobilization Processes and the 1989 Chinese Democracy Movement », The Sociological Quarterly, 36, p. 131-156.

Zurcher Louis A. (1982), « The Staging of Emotions : A Dramaturgical Analysis », Symbolic Interaction, 5, p. 1-22.

Zurcher Louis A. (1985), « The War Game : Organizational Scripting and the Expression of Emotion », Symbolic Interaction, 8, p. 191-206.

Notes

1 Goffman cite aussi, pêle-mêle, le théâtre de l’absurde de Pirandello ; la théorie des interactions stratégiques de Barney Glaser et Anselm Strauss (1964) ; la pragmatique de la perception de John L. Austin (1971) et de son élève David S. Schwayder (1965).

2 Il ne faudrait cependant pas mythifier une école de Chicago à propos des recherches sur le comportement collectif. Les variantes sont nombreuses, entre les théorisations de Park et Blumer, les travaux sur la mode (Davis, 1992), les rumeurs (Shibutani, 1966) ou les catastrophes (Quarantelli, 1953, 1954), et les travaux de Kurt et Gladys Lang (1961, 1968), d’Orrin Klapp sur les leaders symboliques (1964) et l’identité collective (1969a ; 1969b), de Joseph Gusfield sur les croisades de la Ligue anti-alcoolique (1963), de Ralph Turner et Lewis Killian (1984) sur la dynamique des foules et des publics, et de Mayer Zald, doctorant de M. Janowitz à Ann Harbor, Michigan, qui le suit à Chicago (Zald & Denton, 1962 ; Zald 1967). Ce dernier sera l’un des piliers de la RMT : ses contemporains à Chicago n’étaient pas du tout réfractaires à ce type de discours et, à les lire, on se rend compte à quel point une opposition tranchée entre analyse culturelle et analyse rationaliste est absurde d’un point de vue historique.

3 Les travaux récents sur la culture politique (Cefaï, 2001), décomposée sous les rubriques des expériences, des affectivités et des sensibilités, des territoires et des mémoires, ou encore des rituels (Kertzer, 1988) et des protocoles (Deloye, Haroche & Ihl, 1996), seraient à même d’enrichir cette perspective.

4 Les travaux d’Alfred Hirschmann (1980, 1991, 1995) sur les passions et les intérêts, sur la genèse de la rhétorique réactionnaire ou sur les modalités d’engagement public ont aidé au déploiement d’une critique sociologique de l’idéologie libérale en sciences sociales. En France, les stratégies de contournement ont été diverses : « mouvement anti-utilitariste » de la Revue du Mauss, élargissement à une « économie générale » des intérêts sociaux et des entreprises politiques (Gaxie, 1977 ; Offerlé, 1994 ; Neveu, 1999) ou réduction de la RMT à l’un des régimes d’action et de justification dans le cadre d’une « économie de la grandeur » (Boltanski & Thévenot, 1991).

5 Les chercheurs plus jeunes, comme James Jasper, Francesca Polletta ou Jeff Goodwin, s’ils rompent avec l’instrumentalisme de la frame analysis, reconduisent néanmoins le psychologisme dans leurs problématiques du Self, de la biographie et du récit, de la créativité et de l’émotion (Jasper, infra).

6 Sur la mise en scène du rapprochement entre les paradigmes RMT et culture et identité, qui serait aussi celle entre l’Europe et les États-Unis, cf. Klandermans & Tarrow (1988).

7 Nous laissons ici de côté la discussion menée par Paolo Donati (1992) ou par Kimberly Fisher (1997) sur les structures de surface (codes, hypercodes et éléments de signature) et les structures de profondeur (intrigues narratives et idéologies) dégagées par l’analyse discursive des cadres.

8 Une telle dimension politique du public était du reste présente dans les recherches initiales de Robert E. Park (Park & Burgess, 1921), le premier à thématiser un domaine de recherche sur le comportement collectif. Elle a été oubliée par les études actuelles.

9 Cette relecture sociologique de la notion de motif et d’intention a été menée en France par Louis Quéré, Patrick Pharo et d’autres, dans Les formes de l’action (1990) ou par Jean-Louis Petit (1991). Voir aussi l’article de synthèse sur Mills (1940), in Trom, infra.

10 Les procédés de cadrage ne sont pas les systèmes de catégorisation et de classification à force coercitive des durkheimiens, ni les structures mentales de la psychologie politique conceptualisées par Harold Lasswell, Talcott Parsons ou Gabriel Almond et Sidney Verba. Ils ne sont pas non plus réductibles à des agrégats statistiques, comme c’est le cas avec les sondages d’attitudes et d’opinions ; et ils débordent leur qualité de moyens d’imposition ou de résistance à une violence symbolique, ainsi que tend à les penser la sociologie critique.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search