Version classiqueVersion mobile

Les formes de l’action collective

 | 
Daniel Cefaï
, 
Danny Trom

Présentation

Daniel Cefaï et Danny Trom

Texte intégral

1La sociologie de l’action collective et des mouvements sociaux est un domaine de recherches en pleine extension. Son développement jusqu’au début des années 1980 est d’ordinaire mis en perspective autour de trois grands courants : l’étude du comportement collectif, la théorie de la mobilisation des ressources et la théorie des « nouveaux mouvements sociaux ».

2L’étude du comportement collectif est liée à la tradition de Chicago. Elle a hérité des catégories forgées par Robert E. Park, puis reprises par Herbert Blumer. Ces auteurs proposent un scénario en plusieurs étapes. Un événement déclencheur provoque des phénomènes d’agitation de la foule ; puis des processus mimétiques font monter l’excitation collective en direction d’une source d’attention ; enfin, la stimulation de pulsions communes par contagion est canalisée par une coordination des actions vers des objectifs collectifs. Cette tradition a cependant progressivement abandonné les explications de la psychologie des foules, comme en témoignent les travaux classiques de Tamotsu Shibutani (1966) sur les rumeurs et de Enrico Quarantelli (1953) sur les paniques. Renonçant aussi à un usage mécanique des concepts d’« histoire naturelle » et de « réaction circulaire », elle a mis en avant des processus d’invention d’images et d’identités collectives. Le comportement collectif est érigé en objet privilégié d’enquête sociologique en ce qu’il donne à voir la collectivité en train de se faire. Les organisations et les institutions sociales sont conçues comme des produits plus ou moins instables de ce processus. Une continuité est ainsi affirmée entre comportement collectif et ordre institutionnel, deux états de la vie sociale qui se distinguent par leur degré de stabilité ou de fluidité, de reproduction ou d’émergence des normes. Cette thèse traverse toute la tradition de Chicago, et elle est encore présente dans certains travaux récents (Lofland, 1985 ; McPhail, 1991). Elle était aussi sensible dans la synthèse avec le parsonisme établie par Neil Smelser (1963), qui a régné sur ce champ de recherches dans les années 1960. Pourtant, l’explication du comportement collectif par des dysfonctionnements sociaux ou des frustrations psychiques dans une société de masse, plutôt que par l’irrationalité des foules, va rapidement tomber en désuétude.

3La théorie de la mobilisation des ressources (RMT), dont le site institutionnel a d’abord été l’université de Michigan et les promoteurs Anthony Oberschall (1973, 1993) ou Mayer Zald & John McCarthy (1979, 1987), s’impose comme paradigme dominant au début des années 1970. Fortement inspirée du modèle utilitariste de Mancur Olson, elle a fourni une langue commune aux recherches sur l’action collective. Historiquement, elle coïncide avec l’émergence de nouvelles formes d’action collective dans les années 1950-1960 : d’abord le Mouvement des droits civiques, puis les mouvements étudiants, noirs, ethniques, féministes, écologistes ou pacifistes. La thèse de l’effervescence collective, dans des groupes dont les croyances seraient homogènes et qui auraient subi un préjudice, est jugée peu probante. S’y substitue l’idée qu’une élite d’entrepreneurs en action collective façonne des mots d’ordre, compose des stratégies d’action, mobilise des ressources disponibles, enrôle l’opinion publique, fait pression sur les instances de la décision politique. Les organisations des mouvements sociaux (SMO) deviennent les acteurs cruciaux de ce processus : elles entrent en concurrence sur un marché de causes à défendre, de clientèles de supporters et de militants à organiser, de fenêtres médiatiques à ouvrir et d’agences administratives à convaincre. Cette représentation d’un marché des SMO va de pair avec une analyse microéconomique des comportements des individus. Sans attentes subjectives de rémunérations matérielles ou symboliques, ceux-ci n’ont pas intérêt à miser sur des entreprises collectives. L’argument du free rider et du dilemme du prisonnier rend alors compte de nombre de conduites passives, là où l’on aurait pu escompter des formes d’engagement et de solidarité. Ce modèle, qui tend à réduire toutes les arènes publiques à des marchés et qui fait naïvement fond sur une anthropologie utilitariste, s’est progressivement complexifié, sans toutefois renoncer à son postulat de base.

4La perspective dominante en Europe, identifiée sous le label « nouveaux mouvements sociaux » (NMS), s’est constituée autour des figures d’Alain Touraine en France, Alessandro Pizzorno et Alberto Melucci en Italie, Jürgen Habermas et Claus Offe en Allemagne. Adhérant peu ou prou aux diagnostics sur la société « post-industrielle » (Bell) et la culture « post-matérialiste » (Inglehart), ces auteurs ont rendu compte des phénomènes de mobilisation collective en référence à des processus tels que l’érosion de la place de la classe ouvrière comme acteur central du système d’historicité, l’émergence d’une « nouvelle classe technocratique », le reflux des idéaux révolutionnaires au profit de la social-démocratie, la transformation des modes de légitimation du « capitalisme avancé », le développement d’une opposition à la programmation, la rationalisation et la marchandisation croissantes de la culture, des loisirs, de la santé et des activités domestiques. Résistant à la « colonisation du monde vécu » et recomposant la société civile, les mouvements sociaux apparaissent comme les vecteurs de nouvelles identités sociales et de nouvelles cultures politiques, les créateurs de micro-espaces publics de reconnaissance et de représentation, les inventeurs d’espaces d’autonomie et d’expérimentation civiques et existentielles.

  • 1 Pour une critique, voir Goodwin & Jasper (1999).

5C’est sur le terreau d’une RMT en voie d’essoufflement, de théories des NMS perçues comme trop normatives et peu opérationnelles, et d’une tradition de Chicago partiellement oubliée ou refoulée, que l’« analyse de cadres » s’est développée. Dans les années 1980, la recherche s’est sensiblement complexifiée et a diversifié ses outils d’enquête et d’analyse. Charles Tilly (1986) a développé le concept de « répertoires de protestation » et en a suivi l’histoire dans la longue durée en France depuis l’Ancien Régime. Sidney Tarrow (1983) a développé une sociologie des « cycles de protestation » en agrégeant le nombre de manifestations pour repérer des pics de rébellion. David Snow et Robert Benford (1992) ont introduit la notion de « cadres cardinaux » (master frames) qui dominent dans un cycle de protestation. La prise en compte des « réseaux interpersonnels » et des « champs inter-organisationnels » a permis d’affiner l’enquête sur les processus de mobilisation et de recrutement (Snow, Zurcher & Ekland-Olson, 1980). Enfin, la théorie du processus politique, proposée par Doug McAdam (1982, 1988)1, a insisté sur les « structures d’opportunité politique », qui favorisent ou empêchent le développement des actions collectives. C’est dans cet horizon que l’analyse de cadres a ouvert une perspective originale que le présent volume voudrait mettre en discussion.

L’analyse de cadres

6Lancée par David Snow et ses étudiants à l’université du Texas au début des années 1980 (Snow et al., 1986) l’analyse de cadres connaît un succès exponentiel dans la littérature spécialisée des années 1980 (Benford & Snow, 2000). Elle se nourrit des apories et des insuffisances de la RMT et explore une voie alternative en puisant dans l’outillage conceptuel de la tradition de Chicago (Snow & Davis, 1995). Elle souligne avant tout l’incapacité des modèles de la RMT à rendre compte, de manière appropriée, des raisons de militer et de résister, des motifs de critiquer et de contester, et de l’ensemble des activités que cette production de raisons et de motifs requiert. Les situations d’épreuve, où se confrontent des discours de dénonciation d’injustice et de revendication de droits, où sont énoncés des principes éthiques ou civiques, esthétiques ou juridiques, y sont systématiquement éludées. Quant aux études sur les NMS, elles seraient trop guidées par une orientation politique et trop pressées de dévoiler le potentiel de contestation et d’émancipation des mouvements sociaux ; en outre, leurs outils descriptifs et analytiques ne permettraient par de rendre compte finement du « travail de la signification » à l’œuvre dans la composition des collectifs.

7Tel est précisément le point d’ancrage de l’analyse de cadres : les mouvements d’action collective doivent être appréhendés comme des « producteurs de significations ». Ils définissent en effet des situations problématiques, avancent des diagnostics et des pronostics afin d’emporter l’assentiment de l’opinion publique, de recruter des adhérents et de neutraliser les opposants. Ils déplacent les repères d’expérience des acteurs et les cadres juridiques et institutionnels où ils s’inscrivent. Ils sélectionnent certaines formes de la vie collective et publique plutôt que d’autres (styles de vie, identités personnelles, collectifs de référence et critères de moralité). Ils nouent indissociablement des liens de sociabilité et de solidarité, de conflit et de controverse. Ils instituent de nouvelles manières de percevoir et de juger, de s’identifier à des entités collectives et de se rapporter à la chose publique. Ils articulent des horizons de justification et de légitimation en termes éthiques, juridiques ou politiques.

  • 2 Ce séminaire, Nouvelles approches de la sociologie de l’action collective et des mouvements sociaux (...)

8Le dialogue avec les promoteurs de l’analyse de cadres, peu explorée théoriquement et rarement documentée en France, alors qu’une fraction de la sociologie y a amorcé un tournant interprétatif et pragmatique, s’est instauré il y a peu (Cefaï & Trom, 2000). Le présent volume, issu d’un séminaire du Centre d’étude des mouvements sociaux et du Groupe de sociologie politique et morale à l’EHESS2, rend compte des échanges engagés, atteste de l’existence d’une sensibilité théorique commune, mais fait également état de différences entre les approches française et nord-américaine des phénomènes de mobilisation collective et de constitution des problèmes publics. Une de ses finalités est de montrer la fécondité du décloisonnement et du renouvellement de ce domaine de recherches qui, partant de foyers dispersés, aboutit à ce que d’aucuns ont appelé une approche « cognitive » ou « culturelle » des mouvements sociaux (Eyerman & Jamison, 1991 ; Buechler, 1993 ; Johnston & Klandermans, 1995 ; Polletta, 1997). Des efforts disparates ont ainsi croisé, par hybridations successives, des apports aussi divers que ceux de la sociologie culturelle de l’action inspirée de Geertz (Swidler, 1995), des Social Problems Studies (Spector & Kitsuse, 1987), de l’ethnographie des publics à la manière de Goffman (Eliasoph, 1996), de l’analyse dramaturgique et rhétorique des problèmes publics (Gusfield, 1981 ; Benford & Hunt, 1992 ; Johnston, Laraña & Gusfield, 1994 ; Snow, Zurcher & Peters, 1986). D’autres thèmes sont venus se satelliser autour de l’analyse de cadres, avec un sens de la dissidence plus ou moins marqué par rapport à l’impulsion initiale de David Snow : la protestation morale (Jasper & Nelkin, 1992) ; les identités collectives (Hunt, Benford & Snow, 1994 ; Polletta & Jasper, 2001) ; les récits (Polletta, 1998) et les émotions (Jasper, 1997 ; Goodwin, Jasper & Polletta, 2001).

9David Snow propose ici un regard rétrospectif sur les origines de l’analyse de cadres et sur les percées théoriques réalisées avec ses étudiants tout au long des enquêtes empiriques menées collectivement. Soucieux de conjuguer démarche analytique et travail de terrain, il montre comment, à partir d’une relecture de Frame Analysis de Goffman (1974), il est parvenu à dégager les outils permettant d’identifier et de formaliser le « travail de la signification » à l’œuvre dans les mouvements d’action collective. En réduisant ceux-ci à des entreprises calculatrices, accumulant des ressources sur un marché politique, la RMT passait systématiquement sous silence des activités qu’une observation fine des processus de mobilisation met en évidence : définition et interprétation des situations, enquête sur les causes des problèmes et sur les responsabilités, discussion sur les moyens et les fins, raisonnement sur les principes et négociation sur les stratégies, etc. Ces activités constituent une bonne part de l’engagement des militants et des performances publiques des organisations. Sur un plan méthodologique, l’analyse de cadres se démarque alors aussi bien des travaux portant sur les idéologies que du dispositif des « groupes centrés » mis en place par William Gamson (1992). Elle privilégie plutôt le travail ethnographique et les études de cas mais s’en tient, malgré tout, trop souvent à des analyses de contenu d’entretiens, de documents des organisations et d’articles de presse.

10Dans ce contexte, Daniel Cefaï propose un diagnostic détaillé des apports et des limites de l’analyse de cadres. La principale difficulté provient du fait que le « travail de la signification » n’est envisagé que dans une perspective stratégique, qui ne renvoie pas tant au Goffman de Frame Analysis qu’à celui de Strategic Interaction (Goffman, 1969). Redevable à la théorie des jeux de Thomas C. Schelling, ce modèle de l’interactionnisme stratégique a été systématisé par John Lofland, 1996. En s’inscrivant dans cette lignée, l’analyse de cadres demeure compatible avec la RMT, à laquelle elle apporte un complément plus qu’elle n’en sape les fondements. Les cadres y apparaissent comme des ressources symboliques mises en œuvre par les leaders des mouvements dans une logique d’organisation de moyens pour atteindre des objectifs.

11Cette conception instrumentale n’abolit toutefois pas le principe selon lequel le sociologue doit indexer ses interprétations sur le sens subjectif et intersubjectif que les acteurs attachent à leurs propres activités. James Jasper, auteur de The Art of Moral Protest (1997), maintient cette conception, mais en la raffinant et en proposant une palette d’alternatives. Opposé à ce qu’il qualifie de « paradigme structurel-organisationnel », il plaide pour la prise en compte de la dimension stylistique et affective des actions collectives, et de leur puissance créative dans les trajectoires biographiques et les mondes vécus des personnes qui les composent. Plutôt que d’objectiver des répertoires de cadres, il propose de suivre finement, dans des études de cas ou des récits de vie, les élans émotionnels, les jugements pratiques, les coups tactiques et les procédures décisionnelles des acteurs en situation.

12Quant à Robert Benford et Scott Hunt, élèves de David Snow et auteurs de travaux remarqués sur la configuration dramaturgique des moments de protestation (Benford & Hunt, 1992) et sur les interactions discursives entre militants (Hunt & Benford, 1994), ils travaillent sur les stratégies rhétoriques. Ils mettent en évidence la conflictualité des opérations de cadrage, de re-cadrage et de contre-cadrage, dans les luttes sur la paix, la santé ou l’environnement. L’articulation d’une arène publique, où des acteurs acquièrent progressivement une identité collective les uns par rapport aux autres, et où sont configurés des problèmes sociaux, passe par des opérations de distanciation, de critique, sinon de discrédit, entre les protagonistes et leurs revendications. C’est aussi ce que montrent David Cefaï et Claudette Lafaye dans leur enquête sur une association de quartier. Puisant dans Behavior in Public Places de Goffman, ils décrivent des opérations de cadrage dans des interactions en face à face et dans des rassemblements orientés, et relient cadres, mobilisation et recrutement dans des analyses situationnelles. En particulier, ils s’appuient sur leurs observations de terrain pour montrer la prégnance affective et morale des « cadres d’injustice » (Gamson, Fireman & Rytina, 1982) et pour cerner plus précisément les figures rhétoriques du passage du singulier au général.

L’analyse des motifs

13Le renouvellement théorique inauguré par l’analyse de cadres s’est par ailleurs accompagné d’un regain d’intérêt pour les idées de « vocabulaire de motifs » (Mills, 1940) et de « grammaire de motifs » (Burke, 1969). La résurgence de la question des motifs (Benford, 1993 ; Johnson, 1997 ; Silver, 1997) répond au souci de réintégrer la dimension des raisons de l’action dans l’analyse des processus de mobilisation, sans recourir aux concepts d’idéologie, de valeurs ou de normes, jugés périmés. Partant de la lecture d’un texte négligé de Charles Wright Mills, encore imprégné de la littérature pragmatiste, Danny Trom montre toute la richesse de la problématique du motif que celui-ci esquisse et donne un aperçu des débats qu’elle a suscités. À l’instar du concept de répertoire, le statut des vocabulaires de motifs souffre de nombreuses ambiguïtés dans l’analyse de cadres. Ils sont envisagés tantôt comme les outils, tantôt comme le produit des activités de cadrage. Souvent, les notions de cadre et de motif s’entremêlent, rendant leur distinction malaisée, comme l’indique la notion syncrétique de « cadrage motivationnel ». Le motif apparaît en général comme un moment du processus général de cadrage dans lequel il est « encastré » (Johnson, 1997), tandis que le processus de cadrage motivationnel est souvent envisagé comme une instance de « stimulation » ou d’« incitation » à l’action collective (Snow & Benford, 1988 ; Benford, 1993). Implicitement conçu comme étant de nature causale, le lien entre motif et action apparaît dès lors incompatible avec les travaux de Burke et de Mills, puisque l’un comme l’autre proposent une approche grammaticale, non causale et antimentaliste, des motifs. L’action collective n’est pas causée par les motifs et ces derniers ne font pas que la justifier après coup : ils contribuent au mouvement de son articulation dans le temps et à l’engagement de ses protagonistes dans des contextes de mobilisation.

14Mettant à l’épreuve la notion de vocabulaire de motifs dans une enquête historique sur la Résistance des juges pendant l’Occupation, Liora Israël soulève les difficultés méthodologiques liées à l’identification des traces d’actes situés. La question de savoir comment traiter les motifs que les acteurs s’imputent en conformité à des normes sociales se pose dans cette enquête avec d’autant plus de force que les acteurs, contraints à la clandestinité, sont empêchés de justifier leurs actes selon un régime de publicité. Une micro-sociohistoire des formats rhétoriques et des solidarités corporatistes est ainsi développée sur l’engagement de juges résistants mobilisés contre les menaces qui pèsent sur les prérogatives de la profession et contre la répression subie par certains d’entre eux.

15Une autre difficulté de l’analyse de cadres, que l’héritage du pragmatisme aide à résoudre, est sa focalisation sur des complexes de représentations cognitives, qui conduit à occulter les usages pratiques des cadres et leurs textures affectives ainsi qu’à effacer la temporalité de la dynamique des cadrages. Aussi bien Daniel Cefaï que Danny Trom soulignent que l’analyse de cadres demeure fermement ancrée dans une psychologie sociale d’origine blumérienne, que l’on retrouve dans les travaux de William Gamson et de ses élèves ou dans ceux de David Snow et Robert Benford. Inscrivant les cadres et les motifs dans des procès de constitution des identités collectives, ces travaux négligent leur lien interne à l’« action située », pourtant si centrale chez Goffman et chez Mills. Confrontés à cette limite, ils oscillent entre deux options : considérer les cadres comme fabriqués par les personnes engagées dans l’action, comme confectionnés dans le cours des interactions ; les rapporter à un « climat » ou à un « environnement » culturel, où ils sont disponibles pour l’action. Naviguant ainsi entre une analyse structurale des contraintes qui pèsent sur la définition des situations et sur la configuration des actions, et une analyse interactionniste des schèmes d’action qui s’inventent dans le cours temporel des séries d’interactions – bref, entre une version blumérienne de l’émergence continuée des cadres et de leur alignement, et une version goffmanienne qui tempère cet excès de plasticité du monde social en repérant des procédés de cadrage qui limitent les performances des acteurs –, l’analyse des cadres et des motifs s’avère quelque peu instable.

16Le concept de « résonance » vient articuler ces deux orientations sans que l’on dispose d’une description minutieuse des mécanismes susceptibles d’éclairer le processus. Le « cadrage motivationnel » s’apparente à un usage instrumental des cadres ou des motifs. Ceux-ci sont externalisés, en tant que représentations disponibles, dans une « culture politique », puis connectés à l’action collective, moyennant des stratégies qui optimisent le ratio entre investissements et bénéfices. Certes, l’activité de cadrage devient l’objet d’une attention prioritaire en tant que pièce maîtresse de la compréhension de la mobilisation. Elle est cependant conçue, in fine, sur le modèle de la mobilisation des ressources. On aboutit ainsi à une forme de raisonnement tautologique : le succès d’un motif ou d’un cadre s’explique par la résonance qu’il trouve dans l’« opinion », alors que cette résonance est précisément attestée par la félicité d’un répertoire de cadres ou d’un vocabulaire de motifs (Benford, 1997). Véritable boîte noire du dispositif, le concept de « résonance » a toutefois pour vertu d’ouvrir un champ de questionnement et de susciter des tentatives d’éclaircissement. Une piste, suivie par plusieurs des contributions de ce volume, consiste à rompre avec la conception instrumentale de l’action, à réhabiliter le statut du « public » et à prendre en compte les grammaires de la mobilisation qui fixent des règles normatives à la composition des actions collectives dans une arène publique.

Actions collectives et problèmes publics

17La faible explicitation des mécanismes de la « résonance » des cadres dans un contexte « culturel », lui-même peu spécifié, a conduit à ouvrir une multiplicité de pistes de recherche. Une voie, suggérée par David Snow ici même, consiste à porter l’attention sur les arguments et les récits typiques, dont l’efficacité est d’autant plus grande qu’ils sont sanctionnés par les habitudes de pensée.

18Une stratégie de recherche alternative consiste à croiser les recherches sur les problèmes publics et celles sur les mouvements sociaux, comme nous y invitent Herbert Blumer (1971), Armand Mauss (1975), Joseph Gusfield (1981, 1996) ou Valerie Jenness (1995). La sociologie des problèmes publics puise elle-même à plusieurs sources d’inspiration : la théorie de Park sur le comportement collectif et l’opinion publique ; les recherches de la Society for the Study of Social Problems publiées par la revue Social Problems ; l’analyse de l’ordre public, qui, à partir de Goffman, s’intéresse à la « micro-politique des troubles » (Emerson & Messinger, 1977) et étudie finement l’ordre civil et moral à l’échelle microsociologique.

19Danny Trom souligne que, sans la disponibilité préalable de cadres de perception et de catégorisation, les acteurs seraient démunis pour convertir les troubles éprouvés dans leur vie quotidienne, cantonnés dans l’horizon privé de leur monde vécu, en problèmes publics, clairement identifiables par l’opinion publique et susceptibles d’être traités par l’action publique. Daniel Cefaï et Claudette Lafaye identifient, quant à eux, les cadres moraux, civiques et politiques requis par les activités de définition et de résolution des problèmes sociaux. C’est grâce à de tels cadres que sont cartographiés les événements ou les situations pertinents, identifiés des coupables et des victimes, désignés des experts et des témoins, invoqués des juges et des redresseurs de torts, ou encore configurés des scénarios, saisies les conditions et les conséquences d’une affaire et reconnus les collectifs capables d’imaginer et d’administrer des solutions. L’analyse de cadres s’élargit alors en enquête sur « le public et ses problèmes » (Dewey, 1927). Elle se dote ainsi d’outils descriptifs et analytiques permettant de dégager des grammaires de la res publica, du bien commun et de l’intérêt général, ces architectures du sens ordinaire de l’équité et de la justice que les acteurs doivent respecter pour produire des performances acceptables en public. L’intelligibilité et la recevabilité des discours de protestation et de revendication, des manifestations d’indignation et des dénonciations d’injustice sont contraintes par un certain nombre de règles, de vocabulaires et de répertoires, que l’on peut reconstruire à partir de l’observation de situations.

20Cette réorientation de l’analyse de cadres lui permet aussi de rendre compte de la constitution d’arènes publiques. Celles-ci se composent de multiples acteurs, dont les identités et les statuts varient selon les enjeux. Les marchés politiques, où des entrepreneurs dotés de différentes espèces de capitaux entrent dans des relations d’échange de biens dont ils tirent plus ou moins de profits, n’en sont qu’une figure possible, de même que les discussions, délibérations et négociations privilégiées par certains philosophes. Les disputes et les controverses entre acteurs ne portent pas seulement sur des ressources rares à mobiliser, en vue de rémunérations matérielles et symboliques, ou sur des principes d’équité et de justice à défendre par la discussion rationnelle. D’autres arènes, scientifique ou réglementaire, législative ou judiciaire, politique ou médiatique, se déploient autour d’institutions clefs (Cefaï, 1996) ; elles ont leurs répertoires de cadres spécifiques, leurs dispositifs conventionnels et institutionnels propres, leurs réseaux d’acteurs et leurs situations d’épreuve particuliers.

21Les outils forgés par l’économie des conventions, l’anthropologie des sciences et la sociologie de la justification sont alors de la plus grande utilité. Dans cet horizon, Janine Barbot examine la palette des formes d’engagement des composantes d’un collectif inter-associatif, concernées par l’épidémie du sida, vis-à-vis du monde biomédical, des agences publiques ou des firmes pharmaceutiques. Le ballet des rapprochements et des éloignements entre associations est réglé par des choix d’identité publique, par les positions prises sur la validité d’un protocole méthodologique ou sur les critères d’accès à une thérapie, par la définition adoptée du rapport des malades non seulement à leur maladie, mais aussi à la recherche médicale ou à l’opinion publique. La configuration des liens fédératifs entre les associations ne cesse ainsi de se transformer au gré des circonstances, comme les épisodes de la molécule THA ou des essais en Afrique en témoignent. Les différents types d’acteurs ne sont donc pas définis à l’avance ; ils se constituent au cours même de leurs interventions publiques.

22Ces acteurs n’ont pas une identité positive et durable. La transformation de celle-ci va de pair avec celle des causes qu’ils défendent et elle se fait en fonction des contextes d’interaction où ils s’engagent. La temporalité des conflits et des controverses devient de ce fait un élément central de l’analyse : c’est dans leur gestation que les acteurs articulent leur identité, leur représentativité et leur légitimité, et qu’émergent des problèmes publics dont la pertinence parvient à s’imposer. Éminemment temporel, ce processus ne s’improvise pas : il s’appuie sur des dispositifs déjà stabilisés, standardisés et routinisés. C’est ce que montrent Danny Trom et Bénédicte Zimmermann à propos du chômage et du paysage à la fin du xixe siècle. Croisant analyse de cadres et sociologie des problèmes publics, ils s’intéressent à la production et à la stabilisation de catégories publiques, qui deviennent dès lors disponibles pour problématiser et « publiciser » une série d’expériences quotidiennes.

23Cet ensemble de textes témoigne des nombreuses questions théoriques que soulève l’analyse de cadres. Sa mise en perspective conduit à explorer de nouvelles pistes de recherche pour éviter les impasses auxquelles nous conduit une orientation fortement imprégnée d’interactionnisme stratégique et de psychologie sociale. D’autres orientations, elles aussi fidèles à l’esprit de Chicago, de Park à Dewey, peuvent être développées, en particulier celle qui consiste à inventorier plus systématiquement les grammaires de la vie publique et, à travers elles, les contraintes qui s’imposent à la mise en forme et à la mise en scène de l’action collective.

Bibliographie

Benford Robert D. (1993), « You Could Be the Hundredth Monkey : Collective Frames and Vocabularies of Motive Within the Nuclear Disarmament Movement », Sociological Quarterly, 34, p. 195-216.

Benford Robert D. (1997), « An Insider’s Critique of the Social Movement Framing Perspective », Sociological Inquiry, 67, p. 409-430.

Benford Robert D. & Scott A. Hunt (1992), « Dramaturgy and Social Movements : The Social Construction And Communication of Power », Sociological Inquiry, 62 (1), p. 36-55.

Benford Robert D. & David A. Snow (2000), « Framing Processes and Social Movements : An Overview and Assessment », Annual Review of Sociology, 26, p. 611-639.

Blumer Herbert (1971), « Social Problems as Collective Behavior », Social Problems, 18, p. 298-306.

Buechler Steven M. (1993), « Beyond Ressource Mobilization ? Emerging Trends in Social Movement Theory », The Sociological Quarterly, 34, p. 217-235.

Burke Kenneth (1969), A Grammar of Motives, Berkeley, The University of California Press [1945].

Cefaï Daniel (1996), « La constitution des problèmes publics. Définitions de situations dans des arènes publiques », Réseaux, 75, p. 43-66.

Cefaï Daniel & Danny Trom (2000), « Entretien avec David Snow. Le legs de l’école de sociologie de Chicago à l’action collective », Politix, 5, p. 151-162.

Dewey John (1927), The Public and its Problems, New York, Henry Holt.

Eliasoph Nina (1996), « Making a Fragile Public : A Talk-Centered Study of Citizenship and Power », Sociological Theory, 14 (3), p. 262-289.

Emerson Robert & Sheldon Messinger (1977), « The Micro-Politics of Trouble », Social Problems, 25 (2), p. 121-134.

Eyerman Roy & Andrew Jamison (1991), Social Movements : A Cognitive Approach, University Park, Pennsylvania State University Press.

Gamson William (1992), Talking Politics, Cambridge, Cambridge University Press.

Gamson William, Fireman Bruce & Steven Rytina (1982), Encounters with Unjust Authority, Homewood, Dorsey Press.

Goffman Erving (1969), Strategic Interaction, Philadelphie, University of Pennsylvania Press.

Goffman Erving (1974), Frame Analysis : An Essay on the Organization of Experience, New York, Harper [trad. fr. I. Joseph, Les cadres de l’expérience, Paris, Minuit, 1991].

Goodwin Jeff & James M. Jasper (1999), « Caught in a Winding, Snarling Wine : The Structural Bias of Political Process Theory », Sociological Forum, 14 (1), p. 27-54.

Goodwin Jeff, Jasper James M. & Francesca A. Polletta (eds) (2001), Passionate Politics : Emotions and Social Movements, Chicago, University of Chicago Press.

Gusfield Joseph R. (1981), The Culture of Public Problems : Drinking-Driving and the Symbolic Order, Chicago, University of Chicago Press.

Gusfield Joseph R. (1996), Contested Meanings : The Construction of Alcohol Problems, Madison, University of Wisconsin Press.

Hunt Scott A. & Robert D. Benford (1994), « Identity Talk in the Peace and Justice Movement », Journal of Contemporary Ethnography, 22 (4), p. 488-517.

Hunt Scott A., Benford Robert D. & David A. Snow (1994), « Identity Fields : Framing Processes and the Social Construction of Movement Identities », in E. Laraña, H. Johnston & J. Gusfield (eds), New Social Movements : From Ideology to Identity, Philadelphie, Temple University Press, p. 185-208.

Jasper James M. (1997), The Art of Moral Protest : Culture, Biography, and Creativity in Social Movements, Chicago, University of Chicago Press.

Jasper James M. (1998), « The Emotions of Protest : Affective and Reactive Emotions in and Around Social Movements », Sociological Forum, 13, p. 397-424.

Jasper James M. & Dorothy Nelkin (1992), The Animal Rights Crusade : The Growth of a Moral Protest, New York, Free Press.

Jenness Valerie (1995), « Social Movement Growth, Domain Expansion, and Framing Processes : The Gay/Lesbian Movement and Violence Against Gays and Lesbians as Asocial Problem », Social Problems, 42, p. 145-170.

Johnson Victoria Lee (1997), « Operation Rescue, Vocabularies of Motive, and Tactical Action : A Study of Movement Framing in the Practice of Quasi-Non Violence », Research in Social Movements, Conflict and Chance, 20, p. 103-149.

Johnston Hank & Bert Klandermans (eds) (1995), Social Movements and Culture, Minneapolis, University of Minnesota Press.

Johnston Hank, Laraña Enrique & Joseph R. Gusfield (eds) (1994), New Social Movements : From Ideology to Identity, Philadelphie, Temple University Press.

Lofland John (1985), Protest : Studies of Collective Behavior and Social Movements, New Brunswick, Transaction Books.

Lofland John (1996), Social Movement Organizations : Guide to Research on Insurgent Realities, New York, Walter de Gruyter.

McAdam Doug (1982), Political Process and the Development of Black Insurgency 1930-1970, Chicago, University of Chicago Press.

McAdam Doug (1988), Freedom Summer, New York, Oxford University Press.

McPhail Clark (1991), The Myth of the Madding Crowd, New York, Aldine de Gruyter.

Mauss Armand L. (1975), Social Problems as Social Movements, Philadelphie, Lippincott.

Mills Charles Wright (1940), « Situated Actions and Vocabularies of Motive », American Sociological Review, 5 (6), p. 904-913.

Oberschall Anthony (1973), Social Conflict and Social Movements, Englewood Cliffs, Prentice-Hall.

Oberschall Anthony (1993), Social Movements : Ideologies, Interests, and Identities, New Brunswick, Transaction Publishers.

Polletta Francesca (1997), « Culture and Its Discontents : Recent Theorizing on the Cultural Dimensions of Protest », Sociological Inquiry, 67 (4), p. 431-450.

Polletta Francesca (1998), « Contending Stories : Narrative in Social Movements », Qualitative Sociology, 21 (4), p. 419-446.

Polletta Francesca & James M. Jasper (2001), « Collective Identity and Social Movements », Annual Review of Sociology, 27, p. 261-281.

Quarantelli Enrico L. (1953), A Study of Panic : Its Nature, Types, and Conditions, Chicago, University of Chicago, Department of Sociology, Master.

Shibutani Tamotsu (1966), Improvised News : A Sociological Study of Rumor, Indianapolis, Bobbs-Merrill.

Silver Ira (1997), « Constructing “Social Change” Through Philanthropy : Boundary Framing and the Articulation of Vocabularies of Motive for Social Movement Participation », Sociological Inquiry, 67, p. 488-503.

Smelser Neil J. (1963), Theory of Collective Behavior, New York, Free Press of Glencoe.

Snow David A. & Robert D. Benford (1988), « Ideology, Frame Resonance and Participant Mobilization », International Social Movement Research, 1, p. 197-217.

Snow David A. & Robert D. Benford (1992), « Master Frames and Cycles of Protest », in A. D. Morris & C. McClurg Mueller (eds), Frontiers in Social Movement Theory, New Haven, Yale University Press, p. 133-155.

Snow David A. & Phillip W. Davis (1995), « The Chicago Approach to Collective Behavior », in G. A. Fine (ed.), A Second Chicago School ? The Development of a Postwar American Sociology, Chicago, University of Chicago Press, p. 188-220.

Snow David A., Rochford E. Burke, Worden Steven K. & Robert D. Benford (1986), « Frame Alignment Processes, Micromobilization, and Movement Participation », American Sociological Review, 51, p. 464-481.

Snow David A., Zurcher Louis A. Jr. & Sheldon Ekland-Olson (1980), « Social Networks and Social Movements : A Microstructural Approach to Differential Recruitment », American Sociological Review, 45, p. 787-801.

Snow David A., Zurcher Louis A. Jr. & Robert Peters (1981), « Victory Celebrations as Theater : A Dramaturgical Approach to Crowd Behavior », Symbolic Interaction, 4, p. 21-41.

Spector Malcolm & John I. Kitsuse (1987), Constructing Social Problems, New York, Aldine de Gruyter.

Swidler Anne (1995), « Cultural Power and Social Movements », in H. Johnston & B. Klandermans (eds), Social Movements and Culture, Minneapolis, University of Minnesota Press, p. 25-40.

Tarrow Sidney (1983), Struggling for Reform : Social Movement and Policy Change During Cycles of Protest, Ithaca, Cornell University Press.

Tilly Charles (1986), La France conteste de 1600 à nos jours, Paris, Fayard.

Turner Ralph H. & Lewis M. Killian (1957), Collective Behavior, Englewood Cliffs, Prentice-Hall.

Zald Mayer N. & John D. McCarthy (1979), The Dynamics of Social Movements, Cambridge, MA, Winthrop.

Zald Mayer N. & John D. McCarthy (1987), Social Movements in an Organizational Society : Collected Essays, New Brunswick, Transaction Publishers.

Notes

1 Pour une critique, voir Goodwin & Jasper (1999).

2 Ce séminaire, Nouvelles approches de la sociologie de l’action collective et des mouvements sociaux, a été animé par Daniel Cefaï et Danny Trom de 1998 à 2000.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search