Version classiqueVersion mobile

L’enquête ontologique

 | 
Pierre Livet
, 
Ruwen Ogien

Résumés/Summaries

Texte intégral

1pierre livet
Ontologie du social, institution et explication sociologique
Quelles notions ontologiques pourraient être pertinentes en sociologie ? Les dispositions, la définition de l’individu comme entité qui ne peut être divisée sans perdre de ses propriétés, le « sortal » qui poserait la question de la continuité d’une « identité sociale », le mode d’existence des fictions, et des propriétés constitutives de leurs personnages, encodées ou non par la fiction, les abstraits singuliers que sont les frontières ? On peut appliquer ces catégories ontologiques à l’étude d’un « nous », mais aussi d’une organisation, qu’on pourrait décrire par un opérateur qui indiquerait les articulations entre les propriétés encodées par les règles de l’organisation, mais incomplètement déterminées, et les propriétés concrètes des pratiques qui lui donnent existence.

2Ontology of the social institution and sociological explanation
What ontological notions could be relevant for sociology? Dispositions, individuals as entities that cannot be divided whithout losing their properties, sortals which raises the question of the continuity of social identity, fictions and their mode of existence, the distinction between constitutive and non constitutive properties of a character, the distinction between encoded and not encoded properties, abstract particulars (like frontiers)? These ontological categories can be applied in order to analyse what are “we’s”, but also what is an organization. This last could be described by an “operator” that would make explicit how are articulated the properties that are encoded (but incompletely determined) in the rules of the organization, and the concrete properties of the practices thanks to which the organization exists.

3philip pettit
Défense et définition du holisme social
Du fait qu'elle endosse implicitement l'atomisme social, la tradition reçue ne trouve rien à redire à l'idée d'un individu solitaire capable de se développer pleinement en étant coupé des autres. Cette figure était peu plausible, mais ne passait pas pour impossible. Les romantiques ont soutenu au contraire que l'idée de l’individu solitaire est une chimère et qu'un individu ne peut réaliser son humanité qu'en communauté : il y a donc un sens auquel la communauté précède les individus humains. Mais c'est une thèse quelque peu vague. Est-il possible de donner une analyse plus rigoureuse du genre de choses que les holistes voulaient dire ? En particulier, pouvons-nous donner une explication qui ferait du holisme social une doctrine plausible du point de vue philosophique ? Cet article est une tentative pour relever ce défi. La discussion est divisée en deux parties. Dans la première, l'auteur se demande comment formuler le holisme de façon satisfaisante. Dans la seconde, il résume le type d'argument qui le persuade de la vérité du holisme.

4Defining and Defending Social Holism
Because of the social atomism it implicitly endorsed, the received tradition could find nothing incoherent in the notion of the solitary individual who might achieve full and proper development in isolation from others. That figure was implausible but did not count as impossible. The romantics argued, by contrast, that this notion of the solitary individual was an abstract and impossible conceit. They suggested that an individual can realise his or her humanity only in community with others, that there is a sense in which community comes first, individual human beings second. But this is all somewhat vague. Can we give an analytically more rigorous account of the sort of thing that holists wanted to say, an account under which social holism becomes a philosophically plausible doctrine? This paper is an attempt to meet that challenge. The discussion is divided into two parts. In the first the author looks at the issue of how to formulate holism satisfactorily. In the second he summarises the sort of argument that persuades him of the truth of holism.

5jean-michel berthelot
Sociologie et ontologie
Ce texte s'intéresse au « fonctionnement ontologique » de la sociologie. Il se démarque ainsi d'une entreprise plus générale, concernant l'ontologie du social, pour tenter de cerner la place de l'ontologique dans le fonctionnement épistémique d'une discipline comme la sociologie. Il soutient que cette place est ambiguë : la sociologie n'oppose pas une ontologie savante à des ontologies ordinaires, mais intègre ces dernières au sein de « programmes de recherche » divers, définissant des règles minimales d'acceptation et de rejet des entités et des propriétés pertinentes.

6Sociology and ontology
This paper is not about a general examination of the ontology of social facts, but about how investigations of ontological matters are involved in the production of scientific knowledge by sociology. This involvment is ambiguous: sociology does not set scientific ontology against ordinary ones; rather, these are included in “research programs”, defining minimal rules for accepting or rejecting entities and properties.

7bernard conein
Le suicide est-il une chose sociale ? Catégorisation, classification et connaissance sociale
La critique de la conception durkheimienne du suicide est dominée par des arguments interprétatifs qui mettent en cause un parti pris réaliste en sociologie. Cette critique cependant ne prend pas en compte deux autres alternatives : (i) un réalisme naturaliste où le changement dans l'échelle d'analyse permet de mettre en correspondance propriétés sociales et propriétés naturelles ; (ii) un réalisme épistémique qui reconnaît une validité à la connaissance sociale du suicide produite en institution.

8Is suicide a social thing? Categorization, classification and social knowledge.
The rejection of the durkheimian conception of suicide is dominated by interpretative arguments that dispute a realistic claim in sociology. The criticism does not take into account two others options: (i) a naturalistic realism where change of analysis scale allows mapping natural properties with social properties; (ii) an epistemic realism which recognizes the validity of the social knowledge produced by institutions.

9margaret gilbert
A propos de la socialité : le sujet pluriel comme paradigme
L'auteur propose de caractériser les phénomènes fondamentalement sociaux en termes de « sujets pluriels » : un phénomène est social si, et seulement si, les participants se considèrent eux-mêmes comme « sujets pluriels », conjointement engagés à agir, à croire, à soutenir des valeurs, etc. Un tel engagement conjoint crée un type spécial de « lien » entre les individus, un lien qui implique une « force de motivation nouvelle et contraignante ». L'auteur identifie ainsi un paradigme de la socialité - à savoir les phénomènes de sujet pluriel – et s'en sert pour esquisser une échelle de socialité en fonction du degré de proximité avec ce cas paradigmatique.

10Concerning sociality: the plural subject paradigm
This paper provides a characterization of essentially social phenomena in terms of “plural subjects”: a phenomenon is social if and only if participants consider themselves as “plural subjects” jointly committed to act, believe, uphold values, and the like. Such joint commitment creates a special kind of “bond” between individuals that involves a “new and constraining motivational force”. Hence the author identifies a paradigm case of sociality, and characterizes other candidates as more or less social according to the degree to which they approximate this paradigm.

11jacques merchiers
Enquête sur le concept de disposition en sociologie
Beaucoup de sociologues pensent que le concept de disposition ne mérite aucune attention et n'a aucun usage légitime en sociologie. Ils s'appuient sur le statut ontologique que certains philosophes confèrent aux dispositions. Ces derniers soutiennent que les dispositions ne peuvent être des causes de l'action car elles ne sont pas des événements. Mais il semble possible de faire de la disposition une sorte de propriété qui posséderait une efficacité causale. On peut alors concevoir que les dispositions jouent un certain rôle dans l'explication sociologique.

12About the concept of disposition in sociology
Many sociologists think that dispositions are dubious objects. They rely on philosophers who claim that dispositions cannot play a causal role due to their ontological status: they are not events. However, it seems that there is no decisive argument against the causal efficacy of dispositions if they are construed as a special kind of property. Therefore, it must be admitted that dispositions are of a certain explanatory value for sociology.

13nicole ramognino
Epistémologie, ontologie ou théorie de la description ?
Le social ? Notre propos est de le définir comme un objet hétérogène et relationnel. Une lecture, considérant les « textes » comme des formes mixtes, met au jour, par le biais de l'exemple durkheimien, les traces de cette hétérogénéité. L'activité d'intelligibilité y est émergente et reste présente dans les développements de la sociologie française, qu'elle soit recouverte par les notions de rationalité, d’« habitus », de représentation, de communication ou de cognition qu'elle dépasse largement.

14Epistemology, ontology or description theory?
What is the object of social studies? The purpose here is to define it as a heterogeneous, relational object. Our reading of “texts” as mixed forms brings evidences to light, through the Durkheimian example, of such a heterogenity. Intelligibility is the emerging activity, still present in the development of French sociology, even though it might be concealed by notions such as rationality, “habitus”, representation, communication or cognition that, in fact, it largely encompasses and overruns.

15barry smith
L’ontologie de la réalité sociale. Une critique de John Searle
Cet article discute la théorie des objets sociaux présentée par J. Searle dans son ouvrage La construction de la réalité sociale. Il adresse au philosophe plusieurs critiques concernant l’analyse des entités impliquées dans son ontologie de la réalité sociale, et qui sont au nombre de quatre : des objets physiques ; des actes ou des états cognitifs qui attribuent des fonctions spéciales à ces objets ; ces fonctions elles-mêmes ; les contextes dans lesquels ces fonctions sont attribuées. L’article examine tour à tour ces quatre sortes d’entités.

16The ontology of social reality. A critic of John Searle
The author comments on J. Searle’s book, The Construction of Social Reality, and raises objections to his theory of social objects. He investigates what sorts of entities are involved in Searle’s ontology of social reality, which rests on four components: certain physical objects; certain cognitive acts or states in virtue of which such physical objects acquire certain special sorts of functions; these functions themselves and contexts in which the given cognitive acts or states are effective. The paper examines in the sequel those four sorts of entities.

17john searle
L’ontologie de la réalité sociale. Réponse à Barry Smith
Dans sa réponse à B. Smith, J. Searle relève trois erreurs dans l’interprétation de son travail par son collègue. La première concerne la formule « X compte pour Y », qui est son principal moyen d’analyse : cette formule est utile non pas parce qu’elle fait partie de la définition des objets sociaux, mais parce qu’elle permet de distinguer les fonctions liées à des traits intrinsèques des objets des fonctions liées à la reconnaissance collective d’un statut. La deuxième erreur consiste à croire qu’il faut analyser les faits sociaux et institutionnels en termes d’objets sociaux. La troisième est encore plus fondamentale : ne voyant pas qu’une analyse naturaliste des faits institutionnels est nécessaire, Smith pense que Searle tente de répondre aux questions que lui-même se pose au sujet de la nécessité.

18The ontology of social reality. Reply to Barry Smith
In his reply to B. Smith, J. Searle emphasizes three misconceptions on Smith’s part. The first is a biased conception of the basic tool of the analysis: the formula “X counts as Y” is useful not because it is a part of a definition of social objects, but because it gives a way of articulating the distinction between functions performed in virtue of intrinsic features of the objects and functions which are performed in virtue of collective recognition of a status. The second mistake consists in believing that social and institutional facts are to be analyzed in terms of social objects. The third mistake is a more fundamental one: failing to see the need for a naturalistic account of institutional facts, Smith thinks that Searle is trying to answer his various questions about necessity.

19dan sperber
Outils conceptuels pour une science naturelle de la société et de la culture
Pour aborder la société et la culture d'une manière naturaliste, il faut reconceptualiser le domaine du social en n'y reconnaissant que des entités et des processus dont nous avons une compréhension naturaliste. Il s’agira de représentations mentales et de productions publiques, des processus qui les lient causalement, des chaînes causales qui associent ces liens, et des réseaux complexes de ces chaînes causales qui parcourent en tous sens les populations humaines dans le temps et l’espace. De telles chaînes causales peuvent distribuer et stabiliser des représentations et des productions à travers une population humaine et ainsi engendrer de la culture. Ce texte introduit plusieurs outils conceptuels pour développer cette approche naturaliste et l’illustre par une étude de cas portant sur une activité rituelle dans une maisonnée du sud de l’Ethiopie.

20Conceptual tools for a natural science of society and culture
To approach society and culture in a naturalistic way, the domain of the social sciences must be reconceptualised by recognising only entities and processes of which we have a naturalistic understanding. These are mental representations and public productions, the processes that causally link them, the causal chains that bond these links, and the complex webs of such causal chains that criss-cross human populations over time and space. Such causal chains may distribute and stabilise representations and productions throughout a human population, thereby generating culture. This paper introduces several conceptual tools useful for such a naturalistic approach, and illustrates their use with the case study of ritual activity in a Southern Ethiopian household.

21ruwen ogien
Pourquoi il est si difficile d'être purement matérialiste
L'ontologie peut-elle servir de critère de sélection des théories dans les sciences humaines et sociales ? Plus précisément, doit-on rejeter une théorie lorsqu'elle est incompatible avec le matérialisme non réductionniste, qui est la meilleure ontologie pour les sciences humaines et sociales ? Dans cet article, j'essaie de montrer que le matérialisme non réductionniste ne peut pas servir de critère de sélection des théories dans les sciences humaines et sociales, car c'est une ontologie compatible avec tous les types de théories, qu'elles soient holistes ou individualistes.

22Why it is so difficult to be a pure materialist
Can ontology be used, in the human and social sciences, as a selection standard? More precisely, should we reject a theory, in the human and social sciences, if it is incompatible with non reductive materialism, our best ontology for these sciences? In this paper, I argue that non reductive materialism can't be used as a selection standard, since it is compatible with any type of theory, holist or individualist.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search