Version classiqueVersion mobile

L’enquête ontologique

 | 
Pierre Livet
, 
Ruwen Ogien

Critiques

Pourquoi il est si difficile d’être purement matérialiste

Why it is so Difficult to be a Pure Materialist

Ruwen Ogien

Résumé

L’ontologie peut-elle servir de critère de sélection des théories dans les sciences humaines et sociales ? Plus précisément, doit-on rejeter une théorie lorsqu'elle est incompatible avec le matérialisme non réductionniste, qui est la meilleure ontologie pour les sciences humaines et sociales ? Dans cet article, j’essaie de montrer que le matérialisme non réductionniste ne peut pas servir de critère de sélection des théories dans les sciences humaines et sociales, car c’est une ontologie compatible avec tous les types de théories, qu'elles soient holistes ou individualistes.

Texte intégral

  • 1 Dans le contexte du débat autour des relations âme-corps, les termes « matérialisme », « physicalis (...)

1Dans les sciences sociales (sociologie, anthropologie, psychologie sociale, etc.), le problème ontologique classique, c’est celui des relations individu société. Et les solutions proposées sont ou bien de type holiste (dépendance de l’individu à l’égard de la société) ou bien de type individualiste (dépendance de la société à l’égard de l’individu). En psychologie, le problème ontologique classique est celui des relations âme-corps (ou esprit-corps, mental-physique). Et les solutions proposées sont ou bien de type dualiste (indépendance du mental à l’égard du physique) ou bien de type matérialiste (dépendance du mental à l’égard du physique)1.

  • 2 Cf. Philosophical Explorations, 1998. En fait, ceux qui s’occupent de « théorie » en sociologie ne (...)

2Un ensemble de discussions récentes semble montrer que le problème ontologique des sciences sociales pourrait être entièrement reconsidéré s’il était analysé à la lumière des réponses apportées au problème ontologique de la psychologie, c’est-à-dire dans les termes d’un choix entre une ontologie dualiste et une autre, matérialiste2. C’est dans ce contexte qu’est apparue l’idée selon laquelle les sciences humaines et sociales n’avaient qu’un seul ennemi ontologique, le dualisme, et un seul ami ontologique, le matérialisme.

3À mon avis, ces tentatives de renouveler l’interrogation ontologique dans les sciences sociales sont plutôt bienvenues. On ne perdra probablement pas grand-chose à modifier les termes de la discussion ontologique dans les sciences sociales car on ne peut pas dire qu’elle ait produit jusqu’à présent des résultats bouleversants. Mais je rejette les conclusions qui accompagnent généralement ce changement d’orientation. Je ne crois pas, en particulier, que la priorité des priorités dans les sciences humaines et sociales soit de liquider tous les résidus de dualisme ontologique et d’endosser le matérialisme le plus pur. Cela ne veut pas dire que je souhaite défendre le dualisme. J’estime seulement que le dualisme ne peut pas être éliminé dans les sciences humaines et sociales. Il est possible que ces sciences se porteraient mieux si elles étaient purement matérialistes. Mais c’est précisément une possibilité qui me paraît exclue ainsi qu’en atteste, à mes yeux, le fait que la plupart des matérialistes raisonnables se prétendent « non réductionnistes ».

  • 3 Il n’entre évidemment pas dans mes intentions d’en chercher d’autres, ici, d’abord parce que je ne (...)

4L’impossibilité de purifier l’ontologie des sciences humaines et sociales (c’est-à-dire, en l’occurrence, de les rendre purement matérialistes) pourrait-elle ruiner les prétentions de ces disciplines à être des sciences lorsqu’elles s’expriment (ce qui, nous le savons, n’est pas toujours le cas) ? Je ne le crois pas. Il n’est pas plus facile de « purifier » l’ontologie de la biologie (ou, du moins, de certaines de ses branches : sociobiologie, histoire évolutionnaire des espèces, etc.). Personne n’en tire la conclusion, semble-t-il, que la biologie n’a aucun titre à revendiquer le nom de science. En réalité, toutes les sciences particulières, c’est-à-dire toutes les sciences empiriques (à l’exception de la physique d’après certains) reposent sur une ontologie bancale. Cela ne les empêche nullement de prospérer. La pureté ontologique n’est pas la seule garantie qu’une science empirique puisse se donner. À supposer que les sciences humaines et sociales souffrent de certains déficits par rapport aux autres sciences empiriques, ce n’est donc pas du côté de l’ontologie qu’il faut chercher le coupable3.

5Mon objectif dans cet article est de proposer quelques arguments en faveur de cet ensemble d’affirmations, ce qui revient à essayer de répondre aux questions suivantes. Qu’est-ce que le dualisme dans les sciences humaines et sociales ? Pourquoi serait-il préférable de s’en débarrasser ? Pourquoi est-il impossible de le faire ? Comment se fait-il que cette impossibilité ne ruine pas les prétentions de ces disciplines à être des sciences lorsqu’elles s’expriment ?

Qu’est-ce que le dualisme dans les sciences humaines et sociales ?

  • 4 Sur le « dualisme » en psychologie, la littérature est considérable. Elle couvre, en fait, tout ce (...)

6La philosophie de l’esprit d’aujourd’hui n’est certainement pas un univers pacifique ou harmonieux. Ce qui la caractérise est une sorte de compétition pour la survie entre toutes sortes de théories rivales : différentes variétés de fonctionnalisme ou de matérialisme, différentes tentatives de ressusciter le behaviourisme ou de donner un sens « raisonnable » à la phénoménologie, etc. (Guttenplan, 1995). La plupart de ces théories ont cependant quelque chose en commun : leur aversion envers ce qu’elles appellent le « dualisme » ou, plus exactement, au dualisme dit « cartésien » (ibid., p. 87-89)4. Il n’y a qu’une vague ressemblance entre ce que cette appellation désigne et les théories de l’illustre ancêtre éponyme. En fait, le « dualisme » cartésien dont il est question dans ces discussions ressemble encore assez à l’épouvantail que Gilbert Ryle (1978) avait fabriqué il y a plus d’un demi-siècle.

  • 5 C’est, semble-t-il, dans le contexte du débat autour des idées du philosophe des sciences anglais R (...)

7Dans le domaine de la philosophie des sciences sociales d’aujourd’hui, il y a un peu moins d’agitation : l’âge d’or de la querelle autour des idées wittgensteinniennes de Peter Winch (1958) semble bel et bien révolu. Cependant, cette philosophie est loin d’être morte et enterrée. Comme par coïncidence, on y discute aussi du « dualisme ». Aucune de ces versions n’est dite « cartésienne », mais certaines pourraient l’être si les termes du débat étaient clarifiés5. L’aversion à l’égard de cette conception n’est pas aussi profonde et unanime qu’en philosophie de l’esprit, mais elle pourrait l’être si les termes du débat étaient clarifiés. Vus d’une certaine distance, les problèmes de philosophie de l’esprit, et de philosophie des sciences sociales ont un air de famille. C’est pourquoi je me permettrais de discuter parallèlement du dualisme en psychologie et en sociologie.

8Il faut commencer par distinguer le dualisme dit « cartésien » qui est un dualisme d’existence (ou de « substances ») d’un autre dualisme, qu’on peut dire « conceptuel », que personne ne devrait avoir des raisons de rejeter.

  1. Dualisme psychologique conceptuel. Il ne nous est pas du tout impossible de concevoir des phénomènes mentaux (croire, penser, avoir l’intention, etc.) indépendamment des phénomènes physiques. Il est peut-être faux empiriquement qu’il existe des phénomènes mentaux indépendants des phénomènes physiques. Mais il n’y a rien d’illogique à le supposer. Il n’est pas impossible, entre autres, d’attribuer aux phénomènes mentaux et physiques des propriétés différentes. Les phénomènes mentaux sont intentionnels, représentationnels ; les phénomènes physiques ne le sont pas. Les phénomènes physiques sont directement ou indirectement observables et mesurables, les phénomènes mentaux ne le sont pas, etc.

  2. Dualisme sociologique conceptuel. Il ne nous est pas du tout impossible de concevoir les phénomènes sociaux (structures d’inégalité de prestige ou de ressources économiques ou politiques ; rôles sociaux tels que père, juge, capitaine ; institutions telles que l’Église catholique ou la Belgique ; variables telles que le degré de cohésion d’une population, etc.) indépendamment des croyances ou des actions de tel ou tel ensemble d’individus particuliers. Nous n’avons, par exemple, aucune difficulté à reconnaître que nous pouvons nous tromper relativement à l’état des structures d’inégalité de prestige ou de ressources économiques et politiques, du degré de cohésion de la communauté à laquelle nous appartenons, des droits et des devoirs attachés à certains rôles sociaux, etc. Il est peut-être faux empiriquement qu’il existe des structures, des institutions, des variables ou des propriétés sociales indépendantes de toute croyance ou de toute action humaine. Mais il n’y a rien d’illogique à le supposer. Il n’est pas du tout absurde, par exemple, d’attribuer aux structures ou aux institutions certaines propriétés d’immortalité (c’est-à-dire une certaine transcendance par rapport à toute croyance et toute action individuelle).

9À première vue, ces deux « dualismes » sont assez inoffensifs. Il est difficile de nier, par exemple, qu’il est possible de concevoir les phénomènes mentaux et les phénomènes physiques de façon indépendante. Le fait que les vocabulaires mental et physique ne sont pas synonymes pourrait suffire à justifier ces « dualismes ». De la même façon que les expressions « eau » et « H2O » ne sont pas synonymes (même s’il existe des raisons de penser qu’elles font référence à la même propriété), les expressions « être une douleur » et « être un état cérébral » ne sont pas synonymes (quoi que nous pensions de la possibilité qu’elles fassent référence à la même propriété).

10Mais ce qu’on appelle le dualisme en psychologie et en sociologie va, bien sûr, au-delà de ces platitudes sémantiques. Il faut supposer que, dans le cas contraire, il ne serait pas aussi énergiquement combattu. En réalité, ces dualismes sont douteux parce qu’ils attribuent une existence indépendante à ce qui est conçu différemment et parce qu’ils affirment que des choses dépourvues de propriétés physiques (des phénomènes mentaux, des entités abstraites comme la Belgique ou l’Église catholique) ont néanmoins des pouvoirs causaux.

11En fait, il faut formuler ces dualismes de la façon suivante :

  1. Dualisme psychologique d’existence. Les phénomènes mentaux (croyances, désirs, intentions, etc.) existent indépendamment des phénomènes physiques et ont des pouvoirs causaux.

  2. Dualisme sociologique d’existence. Les phénomènes sociaux (structures, institutions, rôles, etc.) existent indépendamment des croyances et des actions individuelles et ont des pouvoirs causaux.

Ce qui ne va pas dans le dualisme

12Ces dualismes d’existence peuvent être justifiés par ce que l’on appelle une « inférence à la meilleure explication » (Harman, 1965 ; Lipton, 1991) : la meilleure explication du fait que les phénomènes mentaux ou sociaux ont une valeur explicative évidente, c’est, tout simplement, l’existence indépendante de ces phénomènes. Ce genre de justification repose sur une distinction entre le plan épistémologique de l’explication et le plan ontologique de l’existence. Dans le cas du dualisme sociologique d’existence, cette justification peut prendre la forme des deux propositions suivantes (qu’il serait facile d’adapter au cas du dualisme psychologique d’existence).

13La première proposition est épistémologique : elle porte sur la pertinence explicative des facteurs sociaux. La seconde est ontologique : elle est relative au mode d’existence des faits sociaux, c’est-à-dire à leur indépendance à notre égard, et à leurs pouvoirs causaux.

  1. Les facteurs sociaux (faits institutionnels, propriétés formelles des groupes, données agrégées, propriétés structurelles ou organisationnelles, impératifs fonctionnels, conséquences non voulues d’actions intentionnelles, etc.) ont une pertinence évidente dans l’explication de croyances et d’actions individuelles ainsi que dans l’explication d’autres facteurs sociaux.

  2. La meilleure explication de cette pertinence explicative, c’est, tout simplement, l’existence de faits sociaux indépendants des croyances et des actions individuelles, exerçant certaines contraintes sur ces dernières.

  • 6 Cette observation très générale pourrait être modulée de différentes manières. Il me paraît cependa (...)

14C’est, bien sûr, la seconde proposition, ontologique, qui est la plus exposée aux objections. Il est permis de dire, sans exagérer, que, dans l’ensemble des théories sociales ayant survécu aux débats d’idées, aucune, pratiquement, n’a endossé cette proposition sans l’amender radicalement et que la plupart ont été construites dans l’intention explicite d’en établir l’absurdité (afin, peut-être, de sauver la première proposition de base). Cela est évident dans le cas de la théorie de l’échange social, de l’individualisme méthodologique, de l’interactionnisme symbolique, de l’ethnométhodologie. Ça l’est aussi (quoiqu’un peu moins) dans le cas des théories de type fonctionnaliste ou structuraliste post-durkeimiennes. Parsons, par exemple, s’est donné beaucoup de mal pour reconstruire cette deuxième proposition sur le mode analytique ou formel en excluant tout engagement ontologique relatif à la « réalité » des structures sociales6.

15L’accord sur le rejet de la deuxième proposition (ontologique) place les sciences sociales dans une situation assez singulière (pour ne pas dire assez absurde). En effet, il y a de bonnes raisons d’affirmer que c’est précisément la plausibilité de cette deuxième proposition, établie par Durkheim, qui a permis de justifier la possibilité de sciences sociales authentiquement autonomes, c’est-à-dire irréductibles à la psychologie ou à la biologie. Il est assez étonnant d’observer, par conséquent, que, parmi les ennemis de cette deuxième proposition, les spécialistes des sciences sociales ne sont pas les moins virulents. Il n’existe probablement pas beaucoup d’autres exemples d’ensembles de disciplines qui soient, à l’instar des sciences sociales, engagées dans un programme apparemment auto-destructeur puisqu’elles se développent, si l’on peut dire, en opposition permanente aux propositions de base qui leur donnent une raison d’être. Quoi qu’il en soit, une telle unanimité mérite une explication. Qu’est-ce qui ne va pas dans la seconde proposition ?

16Ce qui est jugé intolérable, semble-t-il, c’est l’attribution de propriétés physiques (en l’occurrence des pouvoirs causaux) à des êtres non physiques (des concepts ou des instruments d’analyses tels que les « systèmes », les « structures », la « culture », la « société », etc.). Ce qui est rejeté, c’est une sorte de résidu métaphysique. Attribuer des pouvoirs causaux à la « culture », par exemple, serait aussi absurde qu’en accorder à l’Âme.

17Personne n’a jamais nié qu’il était possible de concevoir toutes sortes d’êtres « abstraits » : des êtres de raison comme les entités mathématiques ou les centres de gravité, etc. Personne ne peut exclure, non plus, la possibilité de faire jouer à ces êtres de raison un rôle important dans notre compréhension du monde. Les choses se gâtent seulement lorsque des pouvoirs causaux sont attribués à ces êtres de raison. Car les seules choses (objets, événements, etc.) qui sont susceptibles d’entretenir des relations causales sont les choses physiques si, du moins, nous en restons aux doctrines les moins controversées sur la question. Or, ce que dit le dualisme d’existence de type « cartésien », c’est que certaines choses dépourvues de propriétés physiques possèdent néanmoins des pouvoirs causaux, ce qui est absurde ou, pour le moins, extrêmement bizarre dans le contexte d’une théorie scientifique.

  • 7 Pour la sociologie, cf. note 5. Pour l’anthropologie, cf., par exemple, Dunbar, Knight & Power (199 (...)

18Pour la plupart des philosophes de l’esprit, tant que cette idée n’aura pas été entièrement délogée de la tête des chercheurs en sciences humaines et sociales, leurs disciplines resteront dans l’état d’arriération qui les caractérise actuellement. Petit à petit, les chercheurs spécialisés en sociologie et en anthropologie se laissent convaincre. Ils semblent être de plus en plus nombreux à penser que le principal obstacle au développement de leurs disciplines est ontologique ou métaphysique : c’est le dualisme7 !

19C’est précisément cette façon de voir les choses que je conteste. Si les sciences humaines et sociales se trouvent dans un état déplorable (ce qui reste encore à prouver), ce n’est certainement pas en raison de leurs engagements ontologiques dualistes. Il y a toujours des résidus de dualisme dans les sciences particulières. Cela ne leur interdit nullement d’être des sciences parfaitement honorables. Mais pourquoi est-il si difficile d’éliminer les résidus de dualisme dans les sciences particulières ?

Le matérialisme « modeste »

20Les incohérences présumées du dualisme dit « cartésien » ne proviennent pas du fait qu’il divise l’ensemble de ce qui existe en choses mentales et choses physiques. Elles ont pour origine l’attribution aux choses mentales de propriétés causales alors qu’elles sont censées être dépourvues de propriétés physiques. Pour éviter les incohérences au dualisme, il faut donc :

  1. ou bien renoncer à attribuer des pouvoirs causaux aux choses mentales ;

  2. ou bien prouver que les choses mentales sont également physiques.

21Les partisans des théories dites « interprétatives » dans les sciences humaines et sociales optent généralement pour la première solution. Elle a l’inconvénient d’être assez paradoxale. D’un côté, les théories interprétatives accordent la plus grande importance au point de vue de l’acteur. De l’autre, elles disqualifient complètement ses façons ordinaires d’expliquer l’action humaine. Dans la psychologie ordinaire, un énoncé tel que « J’ai mis de la crème solaire pour éviter de bronzer » est bel et bien causal. Ce sont le désir de l’agent de ne pas être bronzé et la croyance qu’en s’enduisant de crème solaire il évitera de bronzer qui causent, pour ainsi dire, son action.

22La seconde option part du principe qu’il faut prendre au sérieux nos explications ordinaires et concéder des pouvoirs causaux aux choses mentales (désirs, croyances, etc.). Mais cette option n’est acceptable qu’à condition de montrer que les choses mentales sont aussi physiques, en un certain sens à préciser, ou qu’elles sont identiques à des choses physiques, étant donné le principe général d’après lequel seules des choses physiques peuvent entrer en relation causale. Commençons par la thèse la plus forte : les choses mentales sont identiques à des choses physiques. Quel sens peut-on donner à cette affirmation ? Il ne peut pas s’agir d’une affirmation relative à la signification du mot « mental », laquelle ne contient aucune référence (sinon d’opposition) à des choses physiques (dans nos dictionnaires courants tout au moins). L’identité ne peut être que de type empirique, c’est-à-dire découverte par l’observation de corrélations constantes. Il se pourrait, par exemple, que des changements d’états mentaux ne puissent avoir lieu à défaut de changements d’états physiques. Il se pourrait que deux états indiscernables du point de vue physique ne puissent être distingués du point de vue mental. Bref, il se pourrait que l’existence d’états mentaux soit entièrement dépendante de l’existence d’états physiques. Il ne pourrait pas y avoir d’états mentaux s’il n’y avait pas d’états physiques alors qu’il pourrait y avoir des états physiques même s’il n’y avait pas d’états mentaux. C’est à cette forme de dépendance asymétrique qu’on donne, en philosophie de l’esprit, le nom de « survenance » (Kim, 1990). L’idée qu’il existe une dépendance de ce type des états mentaux à l’égard des états physiques nous autorise à dire que même si, du point de vue conceptuel ou sémantique, ces états sont différents, ils sont, du point de vue de l’existence, identiques : les états mentaux ne sont rien d’autre que des états physiques. Supposons à présent que cette dernière thèse soit vraie : plus rien ne nous interdit d’attribuer des propriétés causales aux états mentaux ! Certes, mais si les états mentaux ne sont rien d’autre que des états physiques, pourquoi faudrait-il y faire référence dans nos explications causales ? Des règles raisonnables d’économie épistémologique devraient nous inciter à éliminer entièrement la référence aux états mentaux dans ces explications (Engel, 1995).

23Les prémisses ontologiques du raisonnement sont monistes et matérialistes puisqu’elles affirment qu’il n’existe qu’une seule espèce d’objet possédant des propriétés causales : les objets physiques. Quant aux conclusions épistémologiques du raisonnement, elles sont éliminativistes puisqu’elles n’accordent aucune valeur explicative aux états mentaux : toute référence aux états non physiques est purement redondante du point de vue de l’explication causale (ibid., p. 57 ; Heil, 1998, p. 198-204). Il existe d’autres théories qui, à partir des mêmes prémisses ontologiques (naturalistes ou physicalistes) n’aboutissent pas aux mêmes conclusions épistémologiques. D’après elles, le matérialiste éliminativiste commet une erreur dans son raisonnement. De la dépendance de choses mentales à l’égard des choses physiques il conclut à leur identité, puis de cette identité il conclut à la possibilité de supprimer les choses mentales des explications causales. Mais de la dépendance des choses mentales à l’égard des choses physiques, il ne suit pas que les premières soient identiques aux secondes. C’est l’argument de la réalisabilité multiple qui sert généralement à prouver que la dépendance des choses mentales à l’égard des choses physiques n’implique pas leur identité. Que dit cet argument ?

24Le développement des sciences physiques a permis de remplacer des termes ordinaires comme « eau » par des équivalents théoriques tels que « H2O » ou « température » par « énergie cinétique moléculaire moyenne ». Nous sommes censés savoir qu’à la propriété d’être à telle ou telle température correspond nécessairement cette propriété physique : avoir telle ou telle quantité d’énergie cinétique moléculaire moyenne. L’état physique auquel correspond telle ou telle température est déterminé d’avance pour ainsi dire. Mais il n’en va pas de même en ce qui concerne les relations entre le mental et le physique. Nous ne pouvons pas dire qu’à tel ou tel état mental typique corresponde nécessairement tel ou tel état physique typique. Le corrélat physico-chimique d’un état mental n’est pas déterminé d’avance. La propriété d’être dans tel ou tel état cognitif (à une certaine étape d’un raisonnement, par exemple) peut s’effectuer à tel endroit du cerveau à tel moment particulier et dans tel autre endroit à tel autre moment.

  • 8 Cf., cependant, Proust (1993), qui présente un ensemble bref et percutant d’objections à cette vers (...)

25En réalité, la même propriété mentale peut se « réaliser » ou s’« incarner », comme on dit, dans une disjonction de propriétés physiques (celle-ci ou celle-là ou cette autre encore, etc.). Les fonctionnalistes en philosophie de l’esprit sont ceux qui ont le plus insisté sur les multiples possibilités physiques de réaliser le même état mental (Putnam, 1992). D’après eux, un raisonnement peut très probablement s’effectuer dans tout cerveau en bon état. Mais rien ne nous interdit de penser qu’il pourrait s’effectuer aussi bien dans un assemblage de gruyère, de bouts de ficelle et de peaux de banane. Apparemment, les fonctionnalistes ne peuvent pas s’empêcher de proposer ce genre d’exemples fantaisistes, ce qui atteint parfois leur crédit. Mais il suffit de penser aux ordinateurs pour reconnaître que leurs arguments méritent d’être discutés. La portée de ces derniers est large. Ils couvrent toute la vie mentale : les états affectifs (tels que ressentir une douleur) ou conatifs (tels qu’avoir faim) aussi bien que des états cognitifs (tels que raisonner). Pour les fonctionnalistes, la douleur n’est pas un état cérébral mais un état fonctionnel de l’organisme tout entier. D’autre part, il existe des prédicats psychologiques tels que « avoir faim » qui peuvent être appliqués à la fois à un mammifère et à une pieuvre, mais dont le corrélat physico-chimique est différent dans les deux cas. Étant donné que ces hypothèses sont hautement plausibles, la théorie de l’identité entre tel ou tel type d’état mental (la douleur, la faim) et tel ou tel type d’état physico-chimique doit être abandonnée8.

  • 9 À la suite de Davidson (1993).

26Bien sûr, il reste qu’à tout état mental correspond un certain état physique. Lequel ? Nous ne pouvons pas le savoir d’avance. La correspondance entre états mentaux et états physiques est purement occasionnelle. C’est une correspondance de particulier à particulier et non de type à type comme on a pris l’habitude de le dire9. Tel est, en gros, le sens de la thèse dite de la « réalisabilité multiple ». Elle permet, selon ses promoteurs, de justifier l’idée que les états mentaux peuvent dépendre des états physiques sans être identiques à ces derniers, c’est-à-dire de donner du crédit à des formes de matérialisme modestes ou non réductionnistes.

27Il est important de noter que l’argument de la réalisabilité multiple (ou de la multiréalisabilité) ne concerne pas exclusivement la relation des états mentaux aux états physiques. Il peut être relatif à des relations entre des propriétés d’un tout autre genre : entre des propriétés biologiques (être adapté) et non biologiques (avoir une certaine forme externe ou certains organes internes, etc.) ; entre des propriétés morales (être juste) et des propriétés non morales (maximiser le bien-être du plus grand nombre ou se soucier de la condition des plus mal lotis, etc.). Ou, pour ce qui me préoccupe ici plus particulièrement, entre des propriétés macrosociologique et microsociologique. L’hypothèse d’après laquelle l’affaiblissement des liens communautaires (mesuré au moyen de certains indicateurs) aura pour conséquence une augmentation du taux de suicide dans une population donnée ne dit rien, bien entendu, des individus particuliers qui passeront à l’acte. Tout ce que l’hypothèse affirme, c’est que la quantité de ceux qui passeront à l’acte augmentera probablement. C’est un exemple classique de prédiction « macrosociologique ». Il ne serait pas très étonnant qu’il devienne une illustration classique de l’argument de la réalisabilité multiple.

28De cet exemple il est possible de conclure qu’en réalité l’argument de la réalisabilité multiple n’est pas nécessairement relatif à des propriétés de genre différent (mentales et physiques, morales et non morales, etc.). Il peut concerner des propriétés du même genre, mais de niveau différent.

29L’illustration habituelle de l’argument de la réalisabilité multiple vient d’ailleurs souvent du seul domaine physique. Il concerne les relations entre propriétés macrophysiques (être une table, être une cheville à section carrée, etc.) et microphysiques (la structure atomique de ces objets familiers). Une table peut conserver son identité, remplir les mêmes fonctions, même si sa structure atomique change. D’autre part, certaines prédictions ne peuvent être effectuées, semble-t-il, qu’à partir d’informations concernant la structure macrophysique des objets. Nous avons besoin de renseignements sur la forme de la cheville pour être en mesure de prédire si elle bouchera tel ou tel trou (Putnam, 1975).

30Tous ces arguments, plus ou moins dérivés de l’idée de réalisabilité multiple militent incontestablement contre la réduction du mental au physique, du social au non social. Ils sont aussi dirigés contre le programme d’élimination des propriétés mentales ou sociales. Éliminer le mental ou le social serait aussi contre-productif, du point de vue de la connaissance, qu’éliminer la macrophysique. Nos capacités de prédiction, en particulier, seraient considérablement affaiblies.

31Il y aurait beaucoup à dire de l’image du monde sous-jacente aux théories de la survenance ou de la réalisabilité multiple. Les philosophes qui se servent de ces concepts ont tendance à concevoir le monde comme un ensemble structuré verticalement selon une sorte de plan hiérarchique à la base duquel se trouve ce qui est purement physique. Les idées de « niveaux d’analyse » ou de « niveaux d’explication » sont assez étroitement liées à cette image d’emboîtement vertical. Il ne faut pas confondre cette image avec une autre qui lui ressemble à plusieurs égards, proposée par ceux qu’on appelle les « émergentistes ». Pour ces derniers, la pensée s’ajoute au vivant qui, lui-même, s’ajoute au physique dans un processus de complexification croissante (Morgan, 1923). Les amis de la survenance ou de la réalisabilité multiple estiment que l’émergentisme s’enveloppe lui-même de tant de mystères, il contient tant de résidus de finalisme ou d’organicisme qu’il ne peut pas être pris au sérieux. Ce qu’eux-mêmes ont en vue, lorsqu’ils présentent le monde comme un ensemble hiérarchisé, c’est, plus sobrement, une structure de dépendance asymétrique (Putnam & Oppenheim, 1980). Le social dépend du psychologique, qui, de son côté, ne dépend pas du social ; le psychologique dépend du biologique qui, de son côté, ne dépend pas du psychologique et du social ; le biologique dépend du physique, qui ne dépend de rien d’autre que de lui-même. La traduction épistémologique de ce modèle de dépendance asymétrique, c’est une sorte de hiérarchie des sciences. D’un côté, il y a les sciences particulières telles que la sociologie, la psychologie, la biologie, la géologie, etc. Ce ne sont pas des sciences complètes ou autonomes, dans la mesure au moins où elles sont nécessairement amenées à faire référence à d’autres sciences dans leurs explications. De l’autre, il y a la physique qui est la seule science complète (autonome, indépendante) en ce sens qu’elle n’a nullement besoin de faire référence à d’autres sciences dans ses explications. Puisque toutes les autres sciences dépendent finalement de la physique alors que la physique, elle, ne dépend d’aucune autre science, il n’est pas illégitime de donner à cette dernière le nom de « science de base » ou de « science générale » (par opposition aux sciences particulières). Il ne paraît pas non plus absurde de supposer que les relations de dépendance entre les sciences particulières et la physique pourront être rendues explicites au moyen de « lois-passerelles » établissant des relations de conjonction constante entre telle ou telle propriété de niveau dit « supérieur » et sa base physique.

  • 10 Pour en savoir plus sur l’image du monde sous-jacente aux différentes versions des théories de la s (...)

32En dépit de toutes leurs différences, l’émergentisme et la théorie de la dépendance asymétrique partagent l’idée qu’il existe un monde hiérarchisé et unifié par le fait qu’il repose, ultimement, sur ce qui est physique. La question de savoir s’il est possible ou non de réduire progressivement toutes les sciences particulières à la physique a un sens assez clair, semble-t-il, pour les philosophes qui ont adopté cette conception d’un monde structuré de façon verticale, emboîté sur son socle physique. Il est possible, cependant, que ces problèmes de réduction se présenteraient tout à fait différemment si l’image de l’emboîtement vertical était remplacée par celle d’une coexistence horizontale de domaines de réalité aux propriétés incommensurables10.

Le dualisme déguisé en matérialisme

33Quoi qu’il en soit, pour certains philosophes, le matérialisme modeste ou non réductionniste, fondé sur l’idée de réalisabilité multiple (et les multiples conséquences de cette idée), est une théorie incohérente. Elle n’est rien d’autre qu’une forme déguisée de dualisme. À supposer en effet que de tels niveaux « macro » puissent être identifiés, à supposer même qu’ils soient à l’origine de prédictions réussies, ils resteraient des « êtres de raison » auxquels il serait absurde d’attribuer une authentique autonomie ontologique, c’est-à-dire, en réalité, des pouvoirs causaux. D’après eux, le matérialisme non réductionniste est un « mythe » (Kim, 1989). Le non-réductionniste estime, par exemple, qu’il est possible d’identifier au niveau « macro » une sorte de programme qui nous donne une indication générale sur ce qui se produira probablement au niveau « micro ». Le fait que l’eau atteigne sa température d’ébullition dans un récipient en verre fermé « programme », pour ainsi dire, la fissuration de ce récipient. Ce « programme » ne nous dit rien du processus microphysique particulier qui se produira (de sa localisation, par exemple) processus qui est la « cause prochaine », si l’on peut dire, de la fissuration. Il est néanmoins « causalement pertinent ». Il nous donne des informations que nous serions incapables de recueillir au niveau microphysique exclusivement. Il a une valeur prédictive qu’il serait peu raisonnable de mésestimer (Jackson & Pettit, 1990). Mais ceux qui pensent que le matérialisme non réductionniste est un mythe font observer que changer de vocabulaire ne change pas le problème. Un programme n’est pas un genre de choses qui a des propriétés causales. C’est seulement un instrument de prédiction. En réalité, tout le travail causal se fait au niveau « micro » et tout ce que nous disons des propriétés « macro » a approximativement le même statut que ce que nous disons des choses mentales. Ce sont, au mieux, des instruments commodes de prédiction, au pire des obstacles à notre compréhension de la réalité des phénomènes, en ce sens que nous sommes toujours tentés de leur attribuer des pouvoirs causaux de façon injustifiée (Engel, 1995). Même si le vocabulaire équivoque du « programme » est remplacé par celui, plus traditionnel et plus solide, des « dispositions » (comme il semble qu’il soit légitime de le faire), les choses ne s’améliorent pas. Les raisons de ne pas attribuer des pouvoirs causaux aux « dispositions » (telles que « être fragile », « être soluble », etc.) ne sont pas différentes de celles qui nous empêchent d’en donner aux « programmes ». Bien entendu, il faudrait en dire plus à cet endroit des idées de la causalité qui sont engagées par la distinction entre une conception purement instrumentale de la causalité et l’idée beaucoup plus forte (et finalement peut-être douteuse) de pouvoir causal. Mais cette discussion nous entraînerait trop loin. Admettons qu’il existe suffisamment de raisons de penser que la conception empiriste classique dite « instrumentale » est insuffisante dans le contexte d’une discussion ontologique. Ce qui la caractérise, en effet, c’est une attitude de neutralité à l’égard des « grandes » questions ontologiques.

34De tout cela il semble suivre qu’un matérialiste cohérent devrait rejeter le mythe du non-réductionnisme. Il devrait nier la valeur de toutes les explications causales qui ne sont pas exclusivement microphysiques. Dans son élan, il devrait aller jusqu’à nier la valeur de toutes les sciences à l’exception de la physique (et encore, d’une certaine physique, celle des particules).

35L’objectif initial de certains matérialistes consiste à essayer de ramener à de plus justes proportions les prétentions des sciences humaines et sociales. À l’aboutissement, ce sont toutes les sciences particulières qui perdent leur raison d’être. Certains matérialistes assument stoïquement ces conséquences : ils sont éliminativistes. Ils tirent à gros boulets sur les sciences humaines et sociales. Ils s’aperçoivent qu’il y a des dommages collatéraux, si j’ose dire, dont sont victimes toutes les sciences à l’exception d’une sorte de microphysique probablement mythique. Au lieu de renoncer à la pureté ontologique, ils préfèrent mettre une croix sur ces sciences : les sciences humaines et sociales ne valent pas un clou ; mais la macrophysique et la biologie ne valent (fondamentalement) guère plus ! Dans ces conditions, on comprend que la plupart des matérialistes raisonnables se disent plutôt « non réductionnistes », « modestes », partisans d’un « matérialisme minimal », etc. Ils ne sont pas prêts, apparemment, à payer le prix de la pureté ontologique : la dévalorisation de toutes les sciences existantes (la microphysique elle-même n’étant sauvegardée que par défaut, c’est-à-dire en l’absence d’explications de niveau inférieur concevables pour le moment). C’est ainsi qu’ils finissent par accepter discrètement un peu de dualisme, en contradiction avec leurs fracassantes professions de foi monistes et matérialistes.

Le matérialisme « sélectif »

36Cependant, endosser un matérialisme dit « raisonnable », « modeste », « minimal », « non réductionniste » ne revient pas à adopter une attitude généreuse ou charitable à l’égard de toutes les sciences particulières. Le matérialiste « modeste » (pour faire court) ne dit pas que le matérialiste éliminatif a toujours tort. Il lui reproche seulement d’appliquer aveuglément ses principes et de mettre, par exemple, la psychologie au même niveau (médiocre) que la sociologie ou l’anthropologie. En réalité, le matérialiste « modeste » estime que rien ne lui interdit d’exploiter les arguments du matérialiste éliminatif pour attaquer les sciences sociales (sociologie, anthropologie, etc.) et de nier la valeur de ces arguments lorsqu’ils sont dirigés contre la psychologie.

  • 11 Le matérialisme que j’appelle « sélectif » n’est pas une position clairement revendiquée, ou elle n (...)

37Autrement dit, le matérialiste « modeste » semble penser qu’il a le droit d’être « sélectif » ; non réductionniste pour telle ou telle discipline (la psychologie, par exemple), éliminativiste pour telle ou telle autre (la sociologie ou l’anthropologie, par exemple). Cette position est-elle cohérente ? À première vue, il n’y a aucune raison pour qu’elle ne le soit pas. Cependant, elle doit être accompagnée d’une justification des différences de traitement des disciplines particulières. Certains matérialistes « modestes » voudraient sauver la psychologie mais pas la sociologie ou les sciences sociales en général. Comment justifier cette différence de traitement ? Parmi les arguments avancés en faveur de la différence, les meilleurs sont, semble-t-il, les suivants11.

  1. Argument épistémologique. Alors qu’il existe, en psychologie, un corps de connaissances qui mérite d’être conservé, il n’en va pas de même en anthropologie sociale (ou en sociologie).

  2. Argument ontologique. Alors que le lieu matériel où s’effectuent les processus psychologiques est évident et homogène (les événements psychologiques sont des événements neurologiques), il n’en va pas de même pour les processus sociaux ou culturels (aux événements sociaux ou culturels peuvent correspondre toutes sortes d’événements psychologiques, biologiques ou autres, etc.).

38Les deux arguments sont liés (s’il existe un corps de connaissances en psychologie, c’est parce que ses entités théoriques ont des référents dans la réalité, etc.). Mais, on peut, je crois, les examiner de façon indépendante. Ni l’un ni l’autre n’est convaincant.

Ce qui ne va pas dans le matérialisme « sélectif »

39L’argument épistémologique pourrait être sérieusement contesté si l’une ou l’autre de ces propositions était raisonnable :

  1. Il n’existe pas, en psychologie, de corps de connaissances qui mérite d’être conservé.

  2. Il existe, en sciences sociales, un corps de connaissances qui mérite d’être conservé.

40L’une et l’autre de ces propositions peuvent être justifiées. L’ambition du matérialiste non réductionniste en psychologie, c’est de sauver notre psychologie ordinaire en améliorant ses notions élémentaires (croyances, désirs, intentions, etc.) au moyen d’une analyse conceptuelle. Mais les matérialistes éliminatifs ont précisément construit leur théorie à partir d’un diagnostic extrêmement pessimiste quant aux possibilités de tirer quoi que ce soit d’utile de cette psychologie. D’après eux, la psychologie ordinaire

  • 12 Churchland (1981), que je cite d’après la traduction de Pacherie (1993).

souffre d’échecs explicatifs sur une échelle épique []. Elle est restée stagnante pendant au moins vingt-cinq siècles […] la psychologie ordinaire des Grecs est, pour l’essentiel, la psychologie ordinaire que nous utilisons aujourd’hui et notre aptitude à expliquer le comportement humain est à peine meilleure que pouvait l’être celle de Sophocle12.

41À ces attaques, les avocats de la psychologie ordinaire répondent généralement en exhibant les théories de Freud ou de Festinger (entre autres). Ces théories prouveraient que des progrès sont possibles à l’intérieur du cadre de la psychologie ordinaire. Des « découvertes » telles que l’existence de désirs inconscients ou d’une tendance à réduire la dissonance cognitive ne sont rien d’autre que des exploitations brillantes de ce que nous disons habituellement. Elles ont enrichi notre vocabulaire psychologique ordinaire, mais elles n’ont pas éliminé ses termes fondamentaux (croyance, désir, intention, motif, etc.). Ils sortent aussi de leur chapeau des théories dites « détaillées » de la perception visuelle, des images mentales, de l’organisation de la mémoire ou de l’apprentissage (Pacherie, 1993, p. 34-35). Mais, à ces réponses les matérialistes éliminatifs pourraient objecter :

  1. La contribution de l’œuvre de Freud ou de Festinger à l’accroissement de nos connaissances est loin d’être établie même si leur contribution à la transformation de nos façons de voir ou de parler des choses paraît incontestable.

  2. Les progrès de nos connaissances dans les domaines particuliers de la perception ou de la mémoire doivent certainement plus à l’élimination des concepts psychologiques ordinaires qu’à leur exploitation.

42Bref, il est loin d’être évident qu’il existe, en psychologie, un corps de connaissances qui mérite d’être conservé.

43À supposer cependant que les arguments utilisés pour justifier l’idée qu’il existe un tel corps de connaissances en psychologie soient corrects, on ne voit pas très bien comment ils pourraient ne pas s’appliquer aux sciences sociales. Il serait absurde, par exemple, de prétendre que les œuvres de Freud ou de Festinger ont contribué à l’accroissement de nos connaissances alors que celles de Marx, Weber, Malinowski, Durkheim, Evans-Pritchard n’ont absolument rien apporté de ce point de vue.

44L’argument ontologique pourrait être sérieusement contesté si l’une ou l’autre de ces propositions pouvait être jugée raisonnable.

  1. Le lieu matériel où s’effectuent les processus psychologiques n’est ni évident ni homogène.

  2. Le lieu matériel où s’effectuent les processus sociaux est évident et homogène.

45Pour un matérialiste, la douleur est un état cérébral. Pour un fonctionnaliste, la douleur n’est pas un état cérébral mais un état fonctionnel du corps tout entier. Si ces hypothèses rivales sont plausibles, la première proposition, disant que le lieu où s’effectuent les processus psychologiques n’est ni évident ni homogène, devra être acceptée et l’argument ontologique rejeté (puisqu’il suffit que l’une des deux propositions soit raisonnable pour atteindre l’argument ontologique).

46Supposons cependant qu’il n’existe pas d’hypothèses authentiquement rivales relativement au lieu où s’effectuent les processus psychologiques et que l’argument ontologique soit plus ou moins acceptable. Le problème pour le matérialiste non réductionniste reste entier. Car il n’est pas de savoir à quoi tel ou tel phénomène peut être réduit mais pourquoi on ne doit pas le réduire.

47De ce point de vue, seul l’argument épistémologique paraît pertinent. Mais il ne nous autorise certainement pas à déclarer que la psychologie doit être conservée quelles que soient ses lacunes et les sciences sociales jetées aux orties en raison des siennes.

Pourquoi il est si difficile d’éliminer le dualisme

48La seule ontologie plus ou moins raisonnable pour les sciences empiriques, c’est le matérialisme non réductionniste. Mais, contrairement à ce qu’affirment ses avocats les plus enthousiastes,

  1. cette ontologie n’impose pratiquement aucune contrainte sur le développement de ces sciences ;

  2. elle ne peut pas servir de critère de sélection de disciplines dont la vocation scientifique est contestée telles que la sociologie ou la psychologie ;

  3. c’est une ontologie impure. Elle est très loin d’avoir éliminé le dualisme qui ne se porte pas aussi mal qu’on le dit habituellement et qui n’est certainement pas à l’origine de tous les maux, réels ou supposés, des sciences humaines et sociales.

Bibliographie

Bhaskar Roy (1979), The Possibility of Naturalism, Sussex, Harvester.

Churchland Paul M. (1981), « Eliminative Materialism and the Propositional Attitudes », Journal of Philosophy, 78 (2), p. 67-90.

Corcuff Philippe (1995), Les nouvelles sociologies, Paris, Nathan.

Davidson Donald (1993), « Événements mentaux », in Id., Actions et événements, trad. fr. P. Engel, Paris, Presses universitaires de France, p. 277-304 [1970].

Dunbar Robin, Knight Chris & Camilla Power (1999), The Evolution of Culture, Edimbourg, Edinburgh University Press.

Engel Pascal (1995), « Causalité mentale et niveaux de causalité », Revue Philosophique, 1, p. 55-69.

Engel Pascal (1996), Philosophie et psychologie, Paris, Gallimard.

Giddens Anthony (1993), New Rules of Sociological Method, Cambridge, Polity Press, 2e éd.

Guttenplan Samuel (ed.) (1995), A Companion to the Philosophy of Mind, Londres, Basil Blackwell.

Harman Gilbert H. (1965), « The Inference to the Best Explanation », Philosophical Review, 74, p. 88-95.

Heil John (1998), Philosophy of Mind, Londres, Routledge.

Jackson Franck & Philip Pettit (1990), « Program Explanation. A General Perspective », Analysis, 50, p. 107-117.

Jacob Pierre (1997), Pourquoi les choses ont-elles un sens ?, Paris, Odile Jacob.

Kim Jaegwon (1989), « The Myth of Non Reductive Materialism », Proceedings and Adresses of the American Philosophical Association, 63, p. 31-47.

Kim Jaegwon (1990), « Supervenience as a Philosophical Concept », Metaphilosophy, 12, p. 131-160.

Kim Jaegwon (1993), Supervenience and the Mind, Cambridge, Cambridge University Press.

Kincaid Harold (1996), Philosophical Foundations of the Social Sciences, Cambridge, Cambridge University Press.

King Anthony (1999), « The Impossiblity of Naturalism. The Antinomies of Bhaskar’s Realism », Journal for the Theory of Social Behaviour, 29 (3), p. 266-288.

Lipton Peter (1991), Inference to the Best Explanation, Londres, Routledge.

Morgan C. Lloyd (1923), Emergent Evolution, Londres, Williams and Norgate.

Pacherie Élisabeth (1993), Naturaliser l’intentionnalité. Essai de philosophie de la psychologie, Paris, Presses universitaires de France.

Philosophical Explorations (1998), Special Issue on Social Atomism and Holism, vol. 1.

Proust Joëlle (1993), « Les rapports de l’esprit et du corps : des interactions entre structure et fonction », in R. Klibanky & D. Pears (eds), La philosophie en Europe, Paris, Folio-Gallimard, p. 641-670.

Proust Joëlle (1997), Comment l’esprit vient aux bêtes, Paris, Gallimard.

Putnam Hilary (1975), « Philosophy and our Mental Life », in Id., Mind, Language and Reality. Philosophical Papers, vol. 2, Cambridge, Cambridge University Press, p. 291-303.

Putnam Hilary (1992), « La nature des états mentaux », Les études philosophiques, juillet-septembre, p. 323-335 [1967].

Putnam Hilary & Paul Oppenheim (1980), « L’unité de la science. Une hypothèse de travail », in P. Jacob (ed.), De Vienne à Cambridge, Paris, Gallimard, p. 337-377 [1958].

Ryle Gilbert (1978), La notion d’esprit, trad. fr. S. Stem-Gillet, Paris, Payot [1949].

Searle John (1995), La redécouverte de l’esprit, trad. fr. C. Tiercelin, Paris, Gallimard [1992].

Sperber Dan (1996), La contagion des idées, Paris, Odile Jacob.

Turner Bryan S. (ed.) (1996), The Blackwell Companion to Social Theory, Oxford, Blackwell.

Winch Peter (1958), The Idea of a Social Science, Londres, Routledge & Kegan Paul.

Notes

1 Dans le contexte du débat autour des relations âme-corps, les termes « matérialisme », « physicalisme », « naturalisme » sont utilisés assez indifféremment sans que cela nuise, apparemment, à la compréhension de ce dont il est question. Dans d’autres contextes, on est plus prudent. Ainsi, certains évolutionnistes font observer que leur naturalisme n’est pas un physicalisme. D’après eux, les phénomènes biologiques ont une autonomie ontologique : ils sont irréductibles à la physique. Par ailleurs, le terme « physicalisme » sert parfois à désigner la thèse d’après laquelle les seules entités existantes sont celles qui jouent un rôle explicatif dans nos théories physiques présentes. Mais rien n’exclut la possibilité que ces théories admettent des entités bizarres qu’un matérialiste pur et dur devrait rejeter. Physicalisme et matérialisme ne coïncident pas nécessairement. En fait, c’est l’expression « moniste matérialiste » qui est la plus appropriée pour caractériser la position de la plupart des adversaires du dualisme âme-corps. Mais on comprend que ces derniers hésitent un peu à se servir de cette expression pour qualifier leur conception et qu’ils préfèrent parfois parler de « physicalisme » ou de « naturalisme ». Le terme « matérialisme » n’a peut-être pas encore gagné son immunité à l’égard de certains usages politiques et moraux assez embarrassants. Pourtant, je vais faire comme si cette immunité était acquise, c’est-à-dire comme si le matérialisme n’était rien d’autre qu’une thèse ontologique assez difficile à définir positivement mais dont on peut dire, au moins, qu’elle refuse d’attribuer l’existence et des pouvoirs causaux à des « êtres de raison ».

2 Cf. Philosophical Explorations, 1998. En fait, ceux qui s’occupent de « théorie » en sociologie ne devraient avoir aucune difficulté à accepter ce changement d’orientation. Ils sont nombreux, dans cette discipline, à recommander (depuis assez longtemps) d’éviter de conduire la discussion ontologique dans les termes d’une opposition individu-société, qu’ils jugent « figée » ou « réifiée ». Cf., pour un examen des tentatives d’aller au-delà de la dichotomie individu-société, Giddens (1993).

3 Il n’entre évidemment pas dans mes intentions d’en chercher d’autres, ici, d’abord parce que je ne suis pas du tout persuadé que les sciences humaines et sociales vont si mal et les autres sciences empiriques si bien, du point de vue théorique tout au moins. Je me permettrai cependant de suggérer que l’explication des déficits présumés des sciences humaines et sociales par l’ontologie dualiste serait probablement jugée fantaisiste par ceux qui s’intéressent à la question de près. Ces derniers ont plutôt tendance à invoquer des raisons plus terre à terre, telles que les conditions matérielles déplorables dans lesquelles la recherche s’effectue habituellement : manque pathétique de moyens et organisation médiocre qui interdisent la promotion des vertus cognitives élémentaires (audace dans la construction des hypothèses, patience dans la collection des données, rigueur dans le contrôle des résultats, etc.). Cf. Kincaid (1996, p. 263-265).

4 Sur le « dualisme » en psychologie, la littérature est considérable. Elle couvre, en fait, tout ce qu’on appelle la philosophie de l’esprit de style analytique. Cf., pour de remarquables travaux en langue française sur ce thème, Pacherie (1993), Engel (1996), Proust (1997), Jacob (1997), Sperber (1996).

5 C’est, semble-t-il, dans le contexte du débat autour des idées du philosophe des sciences anglais Roy Bhaskar, dont le « réalisme » ou l’ontologie « stratifiée » reconnaît une certaine autonomie ontologique aux structures ou aux institutions sociales, que les accusations de « dualisme » ont recommencé à fleurir. Cf. Bhaskar (1979) Kincaid (1996), King (1999). Bien entendu, il ne faut pas confondre le « dualisme » et les théories dites de la « dualité de la structure » à la Giddens, qui disent exactement le contraire ! C’est précisément contre le « dualisme » que Giddens (1993) a proposé l’idée de « dualité de structure ».

6 Cette observation très générale pourrait être modulée de différentes manières. Il me paraît cependant difficile de nier l’existence et l’importance de ce mouvement. Il va bien au-delà de ce qu’on appelle le « constructivisme » (tel qu’il est présenté, entre autres, par Corcuff, 1995) puisqu’il inclut le structuro-fonctionnalisme et la théorie de l’agent rationnel, c’est-à-dire, en fait, toutes les grandes théories contemporaines en sciences sociales. Cf. Turner (1996).

7 Pour la sociologie, cf. note 5. Pour l’anthropologie, cf., par exemple, Dunbar, Knight & Power (1999).

8 Cf., cependant, Proust (1993), qui présente un ensemble bref et percutant d’objections à cette version du fonctionnalisme. Voir aussi la critique classique de Searle (1995).

9 À la suite de Davidson (1993).

10 Pour en savoir plus sur l’image du monde sous-jacente aux différentes versions des théories de la survenance ou de la réalisabilité multiple, cf. Kim (1993), Heil (1998).

11 Le matérialisme que j’appelle « sélectif » n’est pas une position clairement revendiquée, ou elle ne l’est que partiellement. Je crois qu’il n’est pas impossible de l’attribuer à Sperber (1996), mais en ce qui concerne l’anthropologie seulement (et encore ! pour certaines conceptions traditionnelles de l’anthropologie). J’ai d’ailleurs reconstruit les arguments « épistémologiques » et « ontologiques » à partir de ce qu’il dit aux pages 25-27 de cet ouvrage. Il ne devrait pas être trop difficile de trouver d’autres représentants de ce type de matérialisme. Les psychologues professionnels (et les philosophes qui consacrent toutes leurs recherches à la psychologie) sont susceptibles d’avoir une certaine sympathie (corporatiste) pour ce genre d’ontologie qui est tout à leur avantage. En fait, toutes les situations de rivalité disciplinaire (du genre de celle qui oppose la sociologie et la psychologie) sont des terrains extrêmement favorables au développement d’un matérialisme « sélectif » dont le slogan (peu charitable) pourrait être : n’accordez surtout pas à votre voisin le plus proche ce que vous avez tant de mal à obtenir pour vous-même-en l’occurrence, la dignité ontologique.

12 Churchland (1981), que je cite d’après la traduction de Pacherie (1993).

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search