Version classiqueVersion mobile

L’enquête ontologique

 | 
Pierre Livet
, 
Ruwen Ogien

Critiques

L’ontologie de la réalité sociale. Une critique de John Searle

The Ontology of Social Reality. A Critic of John Searle

Barry Smith
Traduction de Pierre Livet

Résumé

Cet article discute la théorie des objets sociaux présentée par John Searle dans son ouvrage La construction de la réalité sociale. Il adresse au philosophe plusieurs critiques concernant l’analyse des entités impliquées dans son ontologie de la réalité sociale, et qui sont au nombre de quatre : des objets physiques ; des actes ou des états cognitifs qui attribuent des fonctions spéciales à ces objets ; ces fonctions elles-mêmes ; les contextes dans lesquels ces fonctions sont attribuées. L’article examine tour à tour ces quatre sortes d’entités.

Texte intégral

1Dans La construction de la réalité sociale, John Searle défend une ontologie à deux niveaux. Les faits du niveau le plus bas, qu’il appelle faits bruts, peuvent exister indépendamment des êtres humains et de leurs institutions. Les faits du niveau le plus haut, qu’il appelle faits institutionnels, dépendent des institutions humaines et avant tout d’une « intentionnalité collective » qui leur est associée. L’existence de la planète Terre est un fait brut, l’existence de l’Utah est un fait institutionnel. Comme Searle l’avoue, nous mettons en œuvre une sorte de magie quand « nous imposons des droits, des responsabilités, des obligations, des devoirs, des privilèges, des titres exigibles, des peines, des autorisations, des permissions… pour réguler les relations entre les personnes » :

[Il y a] une ligne continue qui va des molécules et des montagnes aux tournevis, aux leviers et aux magnifiques couchers de soleil, puis de là aux législatures, à l’argent, et aux États-nations. La travée centrale sur le pont qui mène de la physique à la société est l’intentionnalité collective, et le mouvement décisif qui s’opère sur ce pont dans la création de la réalité sociale est l’imposition collective intentionnelle de fonctions à des entités qui ne sauraient, sans cela, accomplir ces fonctions. (Searle, 1998, p. 61)

2Ce qui m’intéresse, c’est la façon dont Searle rend compte de ce que sont les objets sociaux. J’utilise ici le terme d’« objet » dans le sens le plus large possible, y incluant aussi bien les choses individuelles (comme les permis de conduire californiens) que les pouvoirs (les pouvoirs d’un juge de la Cour Suprême) et les relations (comme les relations de propriété ou d’autorité). Searle lui-même consacre une grande partie de La construction de la réalité sociale à expliquer comment les objets sociaux viennent à l’être. Cette question n’est pas ici en débat.

La définition des objets sociaux

3Searle nous dit ce que les objets sociaux sont, en nous expliquant, à l’aide de la formule « X compte pour Y dans le contexte C », la manière dont le niveau des faits bruts et celui des faits institutionnels sont reliés l’un à l’autre. Son ontologie de la réalité sociale repose donc sur quatre composants :

  • certains objets physiques ;

  • certains actes ou états cognitifs en vertu desquels ces objets physiques acquièrent certaines sortes spéciales de fonctions ;

  • ces fonctions elles-mêmes ;

  • les contextes dans lesquels les actes ou états cognitifs sont réalisés.

4Nous aurons besoin d’examiner de plus près par la suite quelles sortes d’entités sont impliquées sous chacune de ces déterminations.

5Considérons, par exemple, un billet de un dollar. Ici X est un objet physique – un morceau de papier imprimé en vert. Y est le billet de un dollar, un objet social. C’est, par exemple, une banque à Miami. La formule est donc exprimée ici sur le mode des objets : X et Y sont des objets. Ailleurs, Searle préfère le mode des faits. Un fait institutionnel, nous dit-il, est un fait brut plus l’assignation d’une fonction :

Ce qui est vrai de l’argent l’est également des jeux d’échecs, des élections et des universités. Ils peuvent tous prendre des formes différentes, mais il n’empêche que chacun d’eux doit se réaliser dans une structure physique quelconque. On en retire l’impression, juste à mon sens, que les faits sociaux en général, et les faits institutionnels en particulier, ont une structure hiérarchisée. Les faits institutionnels se trouvent, pour ainsi dire, un cran au-dessus des faits physiques bruts. Il arrive souvent que les faits bruts ne se manifestent pas comme objets physiques mais comme des sons sortant de la bouche des gens ou comme des marques sur le papier – ou même comme des pensées que les gens ont dans la tête. (Ibid., p. 54)

6Je crois que, quand on l’exprime sur le mode des faits, l’explication proposée par Searle est correcte mais incomplète. Elle donne seulement la première partie, qui est presque banale, d’une explication de ce qu’est la réalité sociale. Si on l’exprime sur le mode des objets, elle est plus proche d’être complète, mais elle est incorrecte. L’expression sur le mode des objets est plus proche d’être complète, parce qu’elle donne une explication plus étendue des phénomènes de la réalité sociale (les phénomènes économiques, juridiques, politiques, sociaux), et parce qu’elle nous dit ce que sont de tels phénomènes : ce sont des objets (les valeurs du Y de la formule) qui résultent de l’imposition de sortes spéciales de fonctions sur d’autres objets (les valeurs du X de la formule, et pour finir des objets physiques tels que des morceaux de papier avec de l’encre verte dessus). Le problème est qu’il y a beaucoup d’espèces d’objets sociaux qui sont tout à fait comparables aux exemples favoris de Searle, mais qui ne satisfont pas la formule parce qu’on n’y trouve pas de valeur correspondante pour le terme X.

7Considérons par exemple l’argent sur mon compte en banque, enregistré dans les ordinateurs de la banque. Searle suggère dans le passage suivant que l’objet social en question correspond parfaitement à son schéma (bien que de façon révélatrice il glisse au mode factuel) :

Toutes sortes de choses peuvent être de l’argent, mais il faut qu’il y ait une structure physique réalisée, un fait brut quelconque – fût-ce un simple bout de papier ou un blip sur un disque d’ordinateur – auquel nous puissions imposer notre forme institutionnelle de fonction-statut. Il n’y a donc pas de faits institutionnels sans faits bruts. (Ibid., p. 79 ; trad. modifiée)

8Mais est-ce qu’un blip (trace magnétique) sur un disque d’ordinateur « compte pour » de l’argent ? Essayez de l’utiliser pour acheter quelque chose ! Ou n’est-ce pas plutôt qu’il représente de l’argent (à la manière dont il pourrait aussi représenter des dollars ou des barres d’or dans un coffre) ? Searle semble ici confondre les enregistrements relevant de l’existence de quelque chose avec ce quelque chose lui-même. Si j’ai raison ici, le domaine de l’argent, quand on le mesure dans les termes de la formule « X compte pour Y dans le contexte C », est un terrain plein de lacunes pour autant que ses soubassements physiques sont concernés. Certaines formes d’argent sont le produit de l’imposition de fonctions liées à un statut (il brandit un billet d’un dollar). Toute forme d’argent ne l’est pas.

9Quelles sont ici les options offertes à Searle ?

101. Il peut nier que l’argent sur un compte en banque soit de l’argent. C’est simplement comme si c’était de l’argent. De l’argent me sera fourni, en quantités appropriées, toutes les fois que j’irai à la banque et que j’en demanderai ; pour le moment, cependant, ce ne sont que des enregistrements, des blips d’ordinateurs, qui déterminent des contraintes sur cette fourniture d’argent. Searle ne peut pas, à mon idée, accepter cette première option, parce que cela représenterait une bifurcation par rapport à la théorie réaliste des objets sociaux à laquelle il est par ailleurs resté fidèle (de plus, cette première option peut être un premier pas vers une théorie que Searle rejetterait sûrement, et qui aurait pour conséquence que tout discours sur les objets sociaux serait simplement une façon de parler d’autres choses).

112. Searle peut accepter qu’il y ait deux sortes d’argent (ou deux sortes d’objets sociaux en général), l’une qui satisfait la formule « X compte pour Y dans le contexte C », l’autre qui exige une sorte d’explication différente (que Searle alors a encore à nous donner).

123. Dans les passages suivants, Searle suggère une troisième option :

Les objets sociaux sont toujours […] constitués par des actes sociaux ; et, en un sens, l’objet n’est que la possibilité continue de l’activité. Un billet de vingt dollars, par exemple, est une possibilité toujours en attente d’un paiement en échange de quelque chose. (Ibid., p. 56)
Ce que nous considérons comme des objets sociaux, tels que les gouvernements, l’argent, et les universités, ne sont en fait que des tenant-lieu pour des modèles d’activités. On voit bien, je l’espère, que l’exercice des fonctions agentives et de l’intentionnalité collective consiste à pratiquer des activités suivies et à créer la possibilité d’en pratiquer plus encore. (Ibid., p. 80)

13Mais ici, de nouveau, il semble se rapprocher dangereusement d’une théorie sceptique des objets sociaux, selon laquelle il n’existe pas du tout d’objets sociaux (comme les permis de conduire californiens), mais seulement (et de manière vague) des « structures d’activité ». Certainement il existe des structures d’activité associées aux permis de conduire californiens, mais ce serait de la mauvaise ontologie que de confondre les uns et les autres.

14Le problème que j’ai identifié n’est pas limité au cas de l’argent dans une banque (réserve de fonds). Le même problème se pose, peut-être de manière encore plus flagrante, dans le cas des droits de propriétés, des dettes, des droits exigés, des obligations, et d’autres phénomènes relationnels similaires dans le monde social. Searle nous promet une explication de telles entités relationnelles au tout début de son livre (les expressions renvoyant à de telles entités sont mises en italiques par nos soins) :

Considérons une scène toute simple comme celle-ci. J’entre dans un café à Paris, et je m’assois à une table. Le serveur arrive et je prononce un fragment de phrase française, du genre : « un demi-Munich pression, s’il vous plaît ». Le serveur apporte la bière et je la bois. Je laisse de l’argent sur la table et quitte les lieux. […] [Notons] que la scène ainsi décrite comporte une vaste ontologie invisible : le serveur ne possédait pas vraiment la bière qu’il m’a donnée ; en revanche, il est employé par le restaurant qui, lui, la possédait. Le restaurant a l’obligation d’afficher une liste de prix pour toutes les boissons, et même si cette liste, je ne la vois jamais, je ne suis tenu de payer que le prix affiché. Le propriétaire du restaurant est autorisé par le gouvernement français à appliquer ce prix. En tant que tel, il est soumis à un millier de règles et de règlements dont je n’ai pas la moindre idée. Pour commencer, je n’ai le droit d’être là que parce que je suis citoyen des États-Unis, que je suis en possession d’un passeport en cours de validité, et que je suis entré légalement en France. (Ibid., p. 16 ; nous soulignons)

15Searle pourrait dire qu’on peut analyser mon droit de propriété sur, disons, une parcelle de terre donnée, de la manière suivante : il existe un certain item physique, le titre de propriété dans mon coffre, qui compte pour le droit de propriété dans certains contextes. Mais là encore, il semble que les titres se bornent à enregistrer l’existence du droit de propriété. Une reconnaissance de dette, de la même manière, enregistre l’existence d’une dette, mais elle ne compte pas pour la dette. D’ailleurs, même si un morceau de papier, dans un cas donné, fait véritablement office de soubassement physique pour une dette, au sens de la formule de Searle, il y a bien d’autres cas où les dettes existent sans être enregistrées sur aucun papier. Searle dirait peut-être que le soubassement physique est fourni ici par des blips (des traces mémorielles, des croyances) dans les cerveaux des personnes. Mais une fois de plus, il semble ontologiquement erroné de décider que les blips dans les cerveaux peuvent compter pour des dettes dans certains contextes (et il semble tout aussi erroné de supposer qu’en détruisant ces blips nous arriverions par-là à détruire la dette).

16Les objets sociaux relationnels peuvent exister même en l’absence de tout morceau de papier, de tout blip (dans des cerveaux ou dans des ordinateurs) et d’enregistrement de quelque forme que ce soit. Imaginez, par exemple, que nous ayons devant nous un tableau hollandais de valeur. Le tableau est à présent la propriété d’une certaine famille, disons la famille Lucca, un fait que nous pouvons établir sur la base de documents dûment accrédités. Mais ces documents ont seulement été trouvés hier, après une recherche exhaustive sur les droits de la famille Lucca, qui a duré dix ans. Cette recherche a révélé que, quelque cent ans auparavant, quatre personnes étaient réunies dans une pièce à Amsterdam, dont l’une était le propriétaire accrédité de l’époque, les autres étant des représentants de la famille Lucca. Quatre-vingt-dix ans plus tard, le tableau est trouvé dans des greniers de la famille Lucca à Gênes. Que ces derniers soient à juste titre les propriétaires du tableau est alors établi, ontologiquement parlant, sur une base négative, c’est-à-dire sur la base de l’absence de revendications concurrentes. Et si la famille Lucca est maintenant propriétaire de droit du tableau, elle l’était aussi pendant les quatre-vingt-dix ans durant lesquels il n’existait pas de documents servant de soubassement à ce fait, au sens de la formule de Searle.

17On peut compter les œuvres musicales parmi les autres cas difficiles pour la formule de Searle. Là encore, la partition « ne compte pas pour » la pièce de musique ; la partition est plutôt l’analogue des enregistrements bancaires ou d’un acte de vente. Et l’exécution, elle aussi, ne « compte pas pour » l’œuvre (la moindre raison n’en est pas que l’œuvre existe, à ce que nous supposons communément, même quand elle n’est pas exécutée).

18En revanche, l’explication que Searle donne d’un bien foncier semble à première vue mieux s’accorder avec la formule « X compte pour Y dans le contexte C » :

Considérons par exemple une tribu primitive qui se met à construire un mur autour de son territoire […]. Supposons que le mur se transforme peu à peu et que, de barrière physique qu’il était, il devienne une barrière symbolique. Imaginons que le mur se dégrade petit à petit de telle sorte que la seule chose qui reste, ce soit une rangée de pierres. Imaginons alors que les habitants et leurs voisins continuent à reconnaître la rangée de pierres comme marquant la limite du territoire, et que cela ait des incidences sur leur comportement […]. La rangée de pierres a désormais une fonction qui s’accomplit, non pas en vertu de la pure et simple physique mais en vertu d’une intentionnalité collective […]. Elle joue la même fonction qu’une barrière physique, mais, si elle le fait, ce n’est pas en vertu de sa construction physique ; c’est parce qu’on lui a assigné collectivement un nouveau statut, le statut de marqueur de frontière. (Ibid., p. 59-60)

19Mais considérons la frontière du Colorado. C’est une ligne mathématique abstraite. Donc elle n’est déterminée par aucune propriété physique sur le sol du Colorado (par rien qui indique où est la frontière et qui pourrait compter comme frontière). Nous pouvons supposer plutôt qu’existent certaines lignes dessinées sur une carte à Washington et dès lors la carte de Washington est analogue à un enregistrement de transactions d’une banque (ou au mètre étalon à Paris). La frontière ne correspond à aucun objet physique (aucune molécule dans le rocher, aucune ligne continue de peinture ou de panneaux). C’est une frontière par décret, pas une frontière physique. Les couloirs de trafic aérien et les régions variées de l’espace aérien, déterminées par l’administration, sont du même ordre : elles n’ont pas de frontières physiques ; elles sont des frontières par décret. Ce sont des volumes abstraits d’espace, qui ne correspondent à aucune réalité physique sous-jacente.

20À cela Searle peut répondre que c’est le volume d’espace qui tient lieu de valeur du X dans la formule « X compte pour Y ». Mais quel volume ? La théorie de la relativité nous dit qu’il n’y a dans la réalité physique rien de tel qu’un volume d’espace (ce que nous appelons un volume d’espace est lui-même une construction abstraite, un objet par décret, découpé d’une manière compliquée, à partir d’un tout appelé l’espace-temps). Ainsi le volume d’espace, comme entité découpée à partir de ce tout plus grand, est donc bien plus quelque chose comme une valeur de Y qu’une valeur de X, et – ce qui rend problématique la théorie de Searle – c’est comme une valeur de Y pour laquelle il n’y a aucune valeur de X pertinente et indépendante.

Les objets sociaux et leurs fondations contextuelles

21D’autres problèmes naissent du rôle du contexte dans la formule « X compte pour Y dans le contexte C ». Considérez des vérités nécessaires, telles que :

  • la charge électrique est soit positive soit négative ;

  • l’espace est tri-dimensionnel ;

  • aucune chose ne peut être entièrement rouge et verte à la fois ;

  • toute promesse donne naissance à une corrélation réciproque entre droit et obligation.

22Les philosophes du langage du milieu du siècle défendaient souvent des théories contextuelles de la nécessité impliquée dans de telles vérités. En gros, ils soutenaient que les vérités nécessaires sont dans tous les cas des vérités logiques. Les propositions de notre liste n’apparaissent pas à première vue comme des vérités logiques. Cependant, chacune d’elles découle logiquement des axiomes d’une théorie scientifique appropriée. Donc on peut les convertir en vérités qui sont logiques dans le contexte d’une théorie. Les philosophes soutenaient qu’ainsi toute nécessité pouvait être réduite à une nécessité logique.

23De telles théories contextuelles des vérités nécessaires doivent faire face à trois sortes de problèmes.

241) Il existe des vérités nécessaires trans-contextuelles, par exemple :

  • le vert n’est pas un nombre cardinal ;

  • vous ne pouvez pas fumer un phonème ;

  • l’électricité n’a pas d’ethnicité.

25Ce sont des vérités qui, parce qu’elles transcendent le contexte, ou parce qu’elles impliquent un mélange de contextes, ne peuvent pas être traitées sur la base de l’explication contextualiste. Les défenseurs d’une théorie contextuelle de la nécessité se révèlent coupables de bannir de façon ad hoc de telles propositions en les rejetant dans le domaine de l’insignifiance : dire que vert n’est pas un nombre cardinal, disaient-ils, est se rendre coupable d’une « erreur de catégorie ».

262) Les axiomes appropriés des théories scientifiques sont eux-mêmes, au moins dans quelques cas, des vérités nécessaires de cette espèce problématique, et on ne peut pas éclairer la nécessité de p en se bornant à dire qu’elle suit logiquement de p.

273) Il y a des vérités nécessaires qui gouvernent les théories scientifiques et qui ne peuvent pas (ou pas aisément) être réduites à des vérités de logique. Les défenseurs d’une théorie contextuelle de la nécessité doivent donc donner une explication de ces vérités (une explication des contextes qui jouent un rôle si central dans la théorie) dont on puisse montrer qu’elle est consistante avec leur programme réductionniste.

28La théorie contextuelle des objets sociaux de Searle est, elle, sujette à des objections analogues, que l’on peut formuler ainsi :

  1. Il y a des objets sociaux Y qui transcendent les contextes, au sens fort où il n’existe aucun contexte trans-contextuel en relation avec lequel la formule « compte pour » peut être appliquée. Nous découvrirons, en fait, qu’il existe une riche variété de tels objets sociaux trans-contextuels, et que certains d’entre eux – qu’on soit au Kosovo, à la West Bank, ou au Nogorno-Karabhak – ont une importance toute particulière pour l’étude de l’ontologie sociale et politique.

  2. Il existe certains types fondamentaux d’objets sociaux qui sont analogues aux axiomes d’une théorie scientifique, en ce sens qu’ils sont eux-mêmes si fondamentaux dans l’édifice de l’ontologie sociale qu’ils ne peuvent eux-mêmes en aucune façon être vus comme des produits d’actes cognitifs de la manière suggérée par la formule « compte pour ».

  3. Inclus dans l’ensemble des objets sociaux de base on trouve les contextes eux-mêmes, les objets mêmes qui sont au cœur de la théorie de Searle. Les contextes, eux aussi, sont des objets sociaux. Les défenseurs de cette théorie doivent donc fournir une explication de l’ontologie des contextes dont on puisse montrer qu’elle est consistante avec ce programme réductionniste.

Les objets sociaux trans-contextuels

29On peut distinguer quatre types de cas. Le premier est de la forme : « X compte pour Y dans le contexte C et X compte pour Y1 dans le contexte C1, où ni C ni C1 n’ont la priorité. »

30Considérez une région de territoire X sur la frontière entre Inde et Chine, une région que l’Inde réclame comme indienne et que la Chine réclame comme chinoise. X compte pour un territoire indien dans des contextes indianophiles, et comme territoire chinois dans des contextes sinophiles. Quelle est la description correcte de l’ontologie de ce morceau de territoire, en tant qu’objet social ? Si nous adoptons une perspective scientifique neutre, nous pourrions dire (et ceci serait exact) que c’est un objet social qui est conçu par l’Inde comme indien et par la Chine comme chinois. Il se pourrait même qu’aucun des deux n’ait un droit légitime sur le territoire en question, si bien que ce territoire serait un objet social auquel seule la description externe, neutre par rapport au contexte, rend justice comme objet social. C’est un objet social dont la nature n’est réductible à aucun contexte singulier, et qui donc outrepasse les limites de la formule de Searle.

31Le deuxième cas est de la forme : « X compte pour Y dans le contexte C et X compte pour Y1 dans le contexte C1, où C1 a la priorité. »

32Supposez qu’un faussaire italien habile ait inondé l’Albanie de faux dollars. Ce sont des masses de papier vert qui comptent pour des dollars dans le contexte C (ici l’Albanie) mais les morceaux de papier vert en question ne sont pas des dollars (comme cela deviendrait aussitôt évident si l’un d’entre eux était présenté pour paiement dans une banque américaine). En vertu de quoi le contexte de la banque américaine a-t-il priorité sur les contextes albanais ? On est tenté de donner la réponse suivante : c’est dans le contexte de la banque américaine que l’objet social se révèle pour ce qu’il est (plutôt que ce pour quoi il ne fait que compter dans un contexte donné). Alors, cependant, la nature intrinsèque de l’objet social a priorité sur ce qui est attribué comme valeur, dans un contexte donné, aux supports physiques pertinents de l’argent. Ainsi une fois de plus, la théorie de Searle est en difficulté.

33Le troisième cas est de la forme : « X compte pour Y dans le contexte C et X1 compte pour Y dans le contexte C1, où ni C ni C1 n’ont la priorité. »

34Supposez que Y soit la frontière de l’Inde et de la Chine dans une région en litige. Différents X sont offerts comme candidats pour être (ou compter pour) Y dans différents contextes. De nouveau la théorie de Searle se révèle inadéquate comme théorie des objets sociaux du genre de Y. Il pourrait répondre que ce sont là deux objets sociaux, tous deux sont considérés, dans leurs contextes pertinents, comme tombant sous la description « est la frontière entre l’Inde et la Chine dans telle et telle région ». Avec cette description, le problème est qu’elle n’arrive pas à rendre justice à la distinction (que Searle cherche à affaiblir) entre « compter pour Y » et « être réellement Y ». Or ceux qui connaissent vraiment la réalité sociale dans la région savent que, si « X compte pour Y » du côté indien, et si « X1 compte pour Y » du côté chinois, les deux collectivités ont tort. Car en vertu de notre hypothèse d’une égale priorité des deux contextes, le théoricien des relations internationales, géographe et ontologiste social compétent, est en position de savoir soit que la frontière est quelque part ailleurs, soit qu’il n’y a pas de frontière dans cette région ou qu’il n’y a pas de frontière du tout dans toute la région donnée.

35Le quatrième cas est de la forme : « X compte pour Y dans le contexte C et X1 compte pour Y dans le contexte C1, où C a la priorité. »

36Ce cas se présente là où l’un ou l’autre des deux camps jouit d’une priorité (si bien que ceux du côté indien ont le droit de tenir X pour la frontière, et que ceux du côté chinois sont dans l’erreur ; un contexte l’emporte sur l’autre). Considérons l’exemple suivant. Le Mur de Berlin, durant la période de la division des deux Allemagnes, « comptait pour » la frontière entre Berlin Ouest et le territoire environnant de la République démocratique d’Allemagne. C’était le cas dans presque tous les contextes, incluant ceux qui concernent les douanes, les problèmes administratifs et économiques, etc. Cependant la frontière véritable (c’est-à-dire la frontière telle que reconnue par des autorités internationales responsables et sûres, incluant celles de la RDA) se trouvait à quelques mètres au-delà du mur lui-même ; elle était séparée du mur par une zone tampon qui appartenait à la RDA, mais n’était accessible que du côté de Berlin Ouest, et par une zone de la mort du côté de la RDA (une zone similaire de quelque 100 mètres de large séparait la frontière réelle entre la RFA et la RDA dès le début du complexe de pièges à tanks, champs de mines, clôtures de barbelés qui, dans presque tous les contextes là aussi, comptait pour la frontière).

37D’autres problèmes résultent du fait que pendant un temps, la frontière entre l’Allemagne de l’Est et celle de l’Ouest n’a pas du tout été reconnue par l’Allemagne de l’Ouest. Donc le même et unique X comptait pour Y dans un ensemble de contextes, tandis que dans un autre contexte toutes les revendications qui pouvaient y être associées étaient déniées.

38Searle peut-il objecter que la majorité, y compris la majorité des contextes institutionnels, est ici dans l’erreur ? Si elle est dans l’erreur, pourquoi n’est-elle pas dans l’erreur quand elle assigne une autorité ultime aux instances internationales pertinentes (dont le statut, après tout, dépend du fait qu’on les considère comme ayant les pouvoirs qu’elles ont) ?

39Supposez que je m’arrange pour me trouver dans la situation où chacun voit en moi le propriétaire d’une certaine propriété (j’ai peut-être tué le propriétaire originel et l’ai enterré sous une épaisse dalle de béton dans la cave de sa maison). Supposez aussi que j’aie été capable de détruire ou de modifier les documents nécessaires, si bien que mon droit à cette propriété ne peut pas (ou ne peut pas facilement) être contesté. Dans ce cas je compte pour le propriétaire, mais je ne suis pas le propriétaire.

40Ce n’est pas un exemple isolé ou fabriqué. Il y a eu des périodes dans l’histoire dans lesquelles des violations ont été systématiquement perpétrées par des autorités gouvernementales, et il se pourrait que, comme résultat de ces violations, la seule information historique disponible soit celle qui a été fournie par les violateurs. Comme Bell et Geissel le font remarquer dans leur discussion du cas de l’unification allemande (http://web1.trenton.edu/​~ball/​personal/​nozick.html), entre 1945 et 1949, les vieux titres de propriétés consignés dans les registres (tels qu’ils avaient existé avant l’expropriation) ont été peints en noir ou leurs pages enlevées. De nouveaux titres ont été rédigés par l’administration d’expropriation de l’Allemagne de l’Est, qui avait fort peu de respect pour les titres de propriété privée.

41Le problème ici est que nous avons toute une panoplie d’objets sociaux – des propriétés, des droits et des relations de propriété, des propriétaires putatifs – mais pas de contexte dans lequel leur statut comme objets sociaux peut être adéquatement expliqué suivant la formule de Searle. Bien entendu Searle peut objecter qu’il existe un contexte englobant pertinent, qui est fourni par le gouvernement allemand en cours, qui s’efforce de résoudre un nombre gigantesque de conflits de droit à régulariser. Mais comme l’écrivent Geissel et Bell :

Même la solution générale actuellement admise en Allemagne rencontre bien des problèmes administratifs. Le plus important est d’arriver à savoir qui a droit à quelle propriété. Souvent le propriétaire réel ne peut pas être trouvé et différentes personnes revendiquent un droit sur une même terre ou un même bien immobilier. Considérez, par exemple, la vente, par le gouvernement Est-allemand d’une maison de quelqu’un qui a quitté l’Allemagne de l’Est pour l’Allemagne de l’Ouest. Le propriétaire actuel de la maison a acheté celle-ci et possède un titre de propriété. Le réfugié qui a fui en Allemagne de l’Ouest avait acheté la maison au gouvernement nazi dans les années trente. Il détient aussi un titre de propriété. La même maison est parfois réclamée par des juifs et leurs descendants qui ont dû quitter l’Allemagne pour sauver leur vie dans les années trente. Ils n’ont jamais reçu de redressement de la part du gouvernement Est-allemand et ont maintenant, sous la loi de l’Allemagne de l’Ouest, des droits justifiés. Donc il y a trois parties, chacune d’entre elles détenant un titre de propriété sur la maison.
Ces cas ne sont pas inhabituels. Par exemple, à Kleinmachnow, une petite ville près de Berlin en Allemagne de l’Est, 80 % des maisons privées sont réclamées par des Allemands de l’Ouest. À Schildow, Allemagne de l’Est. M. Nuscheler a rempli une demande de droit pour sa propriété. Il a fui l’Allemagne de l’Est en 1977 et n’a jamais vendu sa maison. Mais cette maison a été vendue plus tard par le gouvernement local à un officier de l’armée de l’Allemagne de l’Est, M. Rosenthal. Le registre (Grundbuch) où M. Nuscheler était inscrit comme le propriétaire de la maison a mystérieusement disparu. Aujourd’hui, tous les deux détiennent des titres sur la même maison. Le cas – trois ans après la réunification – est encore non résolu. Sur l’île est-allemande de Ruegen en Mer baltique, le bureau local pour la résolution des questions de propriété en suspens rapporte que jusqu’à 12 personnes réclament comme leur le même bien immobilier.

42La phrase « compte pour » est, après tout, utilisée normalement, précisément pour attirer l’attention sur le fait que des actes peuvent compter pour (disons) des promesses, même quand les autres conditions nécessaires pour faire une promesse ne sont pas satisfaites (comme quand, selon les pratiques d’une certaine vente aux enchères ou d’une boutique de paris sur les courses, lever un doigt, même non intentionnellement, « compte pour » faire une promesse). On peut, évidemment, exclure cette connotation en disant à la place « compte correctement pour une promesse », mais cela, semble-t-il, ne pourrait rien signifier d’autre que « est une promesse », et ce sont justement les locutions de ce type que Searle cherche à analyser par le moyen de sa formule « compte pour ».

43Nous pouvons aussi faire à la formule « X compte pour Y » la critique épistémologique suivante. Comment pouvons-nous donner un sens à une phrase telle que « compte pour une promesse », ou « compte pour une salutation », si nous ne comprenons pas déjà des termes comme « promesse » ou « salutation » indépendamment de la formule ? Comment, en général, pouvons-nous faire sens en parlant de ce qui « compte pour » un X en l’absence de toute compréhension préalable de ce que X (en lui-même) pourrait être ? Comment pourrais-je jamais arriver à savoir que telle et telle chose « compte pour » une promesse, si l’acte de promettre lui-même ne m’est pas familier par ailleurs ? Car si je sais que quelque chose compte pour X, mais ne sais pas ce que ce « X » signifie (réellement), alors assurément je ne sais rien du tout (Smith, 1993).

Les contextes comme objets sociaux

44Rappelons les deux autres objections aux théories contextuelles des objets sociaux.

45(2) Il y a certains types fondamentaux d’objets sociaux qui sont analogues aux axiomes d’une théorie scientifique au sens où ils sont eux-mêmes si fondamentaux dans l’édifice de l’ontologie sociale qu’ils ne peuvent aucunement être vus comme des produits des actes cognitifs à la façon suggérée par la formule « compter pour ».

46(3) Inclus dans l’ensemble de ces objets sociaux de base, il y a les contextes eux-mêmes – les objets qui sont au cœur de la théorie de Searle. Les contextes sont eux aussi des objets sociaux. Un défenseur de cette théorie doit donc rendre compte de l’ontologie des contextes, d’une façon qui soit cohérente avec son programme réductionniste.

47Considérons le fait social suivant : le contexte C l’emporte (a priorité) sur le contexte C1. Est-ce là aussi un produit de l’acte de « compter pour » dans quelque contexte d’ordre supérieur ? Si oui, en vertu de quoi se fait-il que le contexte C2 l’emporte (a priorité) sur les contextes C et C1 ? Si ce n’est pas le cas, alors de nouveau il y a des faits sociaux qui tombent en dehors du champ de la formule de Searle « compter pour ».

48Le danger de cercle vicieux n’est pas ici un problème périphérique mais va au cœur de la théorie de Searle depuis son tout premier commencement. Searle nous le disait déjà dans quelques-uns de ses premiers écrits, il existe deux sortes différentes de règles ou de conventions :

Certaines règles régulent des formes de comportement existant antérieurement. Par exemple, les règles de la politesse à table régulent l’activité de manger, mais cette activité existe indépendamment de ces règles. Certaines règles, d’autre part, ne régulent pas simplement une activité existant antérieurement, qui s’appellerait par exemple les échecs ; c’est comme si elles créaient la possibilité de cette activité ou la définissaient. L’activité de jouer aux échecs est constituée par l’action en accord avec ces règles. Les échecs n’ont pas d’existence en dehors de ces règles. (Searle, 1969b, p. 131)

49On peut dire la même chose, du point de vue de Searle, de l’institution de la promesse : « Les institutions du mariage, de l’argent, et de la promesse sont comme les institutions du baseball et des échecs en ce qu’elles sont pareillement des systèmes de règles constitutives ou de conventions. » (Ibid.).

50Les faits institutionnels sont distingués de telle manière qu’ils présupposent des arrangements délibérés de cette sorte par lesquels ils sont constitués. Bien des formes d’obligations, d’engagement, de droits et de responsabilités sont, soutient Searle, une question de faits institutionnels en ce sens (et Searle soutient que le devoir – oughtness – inhérent à une obligation suit, d’une consécution nécessaire, de la factualité – isness – de l’acte de faire une promesse). Pour Searle, c’est là une affaire de définition : faire une promesse est pour lui, par définition, un cas d’action selon certaines règles conventionnelles, et dans ces règles est impliquée la notion d’obligation dans son sens pertinent.

51Les règles constitutives sont pour Searle purement conventionnelles, comme le sont les sortes d’objets auxquelles donnent naissance les hypothèques sur des créances, les mises en gage, les contrats d’entraîneurs d’équipes de football, etc. Les concepts institutionnels correspondants sont introduits dans le langage via des définitions non circulaires impliquant des concepts plus fondamentaux, sans que cela pose problème. Cependant, il est clair que nous devons par ces moyens arriver finalement à des concepts institutionnels de base, c’est-à-dire des concepts qu’on ne peut pas définir davantage au niveau institutionnel. Le « contexte », peut-on présumer, est un concept de cette sorte, comme l’est aussi « compter pour ». D’autres concepts de ce genre seraient : propriété, règle, obligation, bénéfice, échange, énonciation, compréhension, accord, préférence, sincérité, etc. Des concepts institutionnels de base similaires sont aussi requis par exemple dans le domaine des jeux – des concepts comme gagner, perdre, jouer, ne pas respecter une règle, etc. Par ailleurs, il y a des concepts institutionnels de base qui doivent être impliqués toutes les fois que des règles constitutives sont formulées et adoptées dans le domaine du droit positif, des concepts comme ordre, décision, autorité, consentement, reconnaissance, juridiction, etc.

52Considérons maintenant les vérités qui valent à propos de ces concepts institutionnels de base, incluant des vérités négatives comme « un contexte n’est pas l’abandon d’une revendication » ; « une relation d’autorité n’est pas une préférence » ; « la sincérité n’est pas une obligation », et ainsi de suite. La question est alors pour Searle la suivante : de telles vérités sont-elles purement conventionnelles au sens défini plus haut ? À l’évidence non, car la formulation même des règles constitutives et leur adoption présupposent des concepts de cette sorte. Sont-elles alors simplement analytiques ? Il est certain qu’elles ne sont pas des vérités de logique ; et puisque nous traitons ici de concepts institutionnels de base, il n’existe pas, par hypothèse, de définitions qui pourraient être éliminées en faveur de concepts institutionnels encore plus basiques, de manière à mettre en évidence la structure sous-jacente des vérités en question comme une structure de vérités logiquement nécessaires. Pouvons-nous alors supposer que tous ces concepts peuvent être définis de manière non circulaire en termes de concepts non institutionnels au niveau des faits bruts ? Nullement, puisqu’alors tous les concepts institutionnels se révéleraient définissables de cette manière, un résultat que Searle (1969a, p. 56) rejette à juste titre. Ainsi la seule option qui lui reste est d’accepter que les vérités en question expriment des nécessités matérielles irréductibles, c’est-à-dire qu’elles expriment des relations nécessaires entre certaines catégories sui generis qu’on ne peut pas inventer – un résultat que Searle doit sûrement avoir du mal à avaler. Qu’il ne se soit pas confronté à la nécessité de tirer cette conclusion vient du fait qu’il a toujours déjà présupposé une société qui pose des règles, sans jamais se demander comment cette société, sa pratique de poser des règles, et ses contextes ont pu advenir.

Bibliographie

Searle John R. (1969a), Speech Acts. An Essay in the Philosophy of Language, Cambridge, Cambridge University Press.

Searle John R. (1969b), « How to Derive “Ought” from “Is” », in W. D. Hudson (ed.), The Is/Ought Question, Londres, Macmillan, p. 120-134.

Searle John R. (1998), La construction de la réalité sociale, Paris, Gallimard (« Essais ») [1995].

Smith Barry (1993), « An Essay on Material Necessity », Canadian Journal of Philosophy, 18, p. 301-322.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search