Version classiqueVersion mobile

L’enquête ontologique

 | 
Pierre Livet
, 
Ruwen Ogien

Recherches

Enquête sur le concept de disposition en sociologie1

About the Concept of Disposition in Sociology

Jacques Merchiers

Résumé

Beaucoup de sociologues pensent que le concept de disposition ne mérite aucune attention et n’a aucun usage légitime en sociologie. Ils s’appuient sur le statut ontologique que certains philosophes confèrent aux dispositions. Ces derniers soutiennent que les dispositions ne peuvent être des causes de l’action car elles ne sont pas des événements. Mais il semble possible de faire de la disposition une sorte de propriété qui posséderait une efficacité causale. On peut alors concevoir que les dispositions jouent un certain rôle dans l’explication sociologique.

Texte intégral

  • 1 Je remercie les membres du groupe « Philosophie et Sciences Sociales » ainsi que Louis Quéré et les (...)
  • 1 Selon une conception de l’ontologie que développe Pierre Livet dans ce volume.

1L’ontologie peut être utile lorsque l’on cherche à cerner ou à éclaircir l’interrogation fondamentale de la sociologie sur ce qui fait la pluralité ou la collectivité. Elle sert aussi classiquement à clarifier le statut de certaines entités comme les normes, les valeurs, les représentations, etc., ou moins classiquement, celui d’entités comme le sens moral, le sens de l’injustice, la conscience morale, etc. Enfin, elle peut servir, mais cet usage n’est pas propre à la sociologie, à montrer que les différences entre types d’explication proviennent de différences ontologiques sans nécessairement affirmer l’existence ou l’inexistence des entités présupposées par ces types d’explication1. Cependant, ces trois usages de l’ontologie sont difficiles à démêler les uns des autres tous autant que de l’argumentation proprement sociologique. Pour définir la relation à l’ontologie qui sous-tend ma réflexion dans ce texte, je dirai qu’elle concerne la posture ontologique à adopter en sociologie.

2La notion de propriété est l’une des notions les plus discutées des différentes ontologies et ces controverses ne sont pas sans conséquences sur le statut existentiel et causal des dispositions, qui sont une sorte de propriété. Ce texte aborde principalement le problème du réalisme des dispositions et de certaines de ses implications en sociologie. Est-il possible de se passer de la notion de disposition et d’autres notions qui lui sont ontologiquement apparentées, comme celles de croyance, de désir, d’intention qui entrent dans les théories et les sociologies de l’action ? Le concept de disposition peut-il au contraire être au centre de théories sociologiques de l’action ? Quand on parle de disposition, à quoi s’engage-t-on sur un plan ontologique ?

  • 2 Voir à ce sujet l’article de Nicole Ramognino dans ce volume.

3Raymond Boudon, qui a un point de vue assez radical sur cette question, pense que les entités dispositionnelles sont occultes, cachées, conjecturales, qu’elles le resteront, et que les explications qu’elles permettent sont moins bonnes que celles fondées sur les raisons des acteurs. La thèse qu’il soutient est que les gens ont de bonnes raisons de croire ce qu’ils croient et de faire les inférences qu’ils font. Il rejette les notions de pensée magique ou de mentalité pré-logique parce qu’il croit, comme Durkheim, que « la pensée humaine est une » et que les principes qui la régissent ou les lois de la pensée n’ont pas évolué dans le temps ni ne varient suivant le contexte social et culturel (Boudon, 1999b, p. 170). À l’opposé, d’autres sociologies, comme la sociologie de l’habitus de Bourdieu2, font jouer à des normes intériorisées un rôle causal prépondérant dans la détermination des pratiques.

4Je voudrais essayer de présenter les principaux arguments relatifs à l’efficacité causale des dispositions afin d’en tirer quelques implications sur le bienfondé d’un point de vue réaliste sur les dispositions en sciences sociales.

La question de l’efficacité causale des dispositions

5Un philosophe, Gilbert Ryle, a soulevé une objection célèbre à l’utilisation de la notion de disposition dans l’explication causale (Ryle, 1978). Les dispositions ne peuvent être des causes et en particulier des causes de l’action car ce ne sont pas des événements. À quoi servent alors les énoncés qui comportent des termes dispositionnels, quel rôle jouent-ils, quelle fonction remplissent-ils ou quels services rendent-ils ? Ryle tente de répondre à ces questions au moyen d’une analyse sémantique des énoncés dispositionnels. Sa doctrine, particulièrement influente des années cinquante jusqu’à nos jours, doit sans doute son importance au fait qu’elle allie une analyse sémantique à une justification de l’usage du vocabulaire dispositionnel.

La doctrine rylienne des dispositions

6Ryle pense que le concept de disposition rend, sous ses différentes espèces, de nombreux services dans le langage ordinaire mais qu’il expose ses utilisateurs à l’erreur grossière de croire qu’il renvoie à des propriétés des choses ou des personnes. La stratégie de Ryle consiste à décrire précisément ces services afin de montrer qu’ils ne peuvent être rendus qu’à condition de réduire les énoncés dispositionnels, faisant apparemment référence à des propriétés, à des énoncés conditionnels contrefactuels ne faisant plus référence qu’à des événements actuels ou possibles. Dire que le verre est fragile veut tout simplement dire qu’on s’attend à ce qu’il se brise si on le jette par terre.

7Ce type d’analyse revêt une importance considérable lorsqu’on l’applique à des questions de science sociale. Pour apprécier cette importance, il faut d’abord remarquer avec Nelson Goodman (1984) qu’un énoncé dispositionnel se rapporte à un état interne du possesseur de la disposition (le bois est inflammable), alors qu’un énoncé conditionnel se rapporte à l’environnement (si la température devient très élevée, le morceau de bois va brûler). Lorsqu’on dote un agent de propriétés dispositionnelles (c’est un homme habile, brave, faux-jeton, délinquant, compétent, etc.) afin d’expliquer son action, l’analyse de type rylien revient à dire qu’il faut chercher les causes de cette action non dans un état interne de l’agent, mais dans l’environnement social, et que la croyance qu’il posséderait une certaine propriété repose sur l’erreur de ne pas s’apercevoir que cette propriété alléguée ne résulte que d’une attribution sociale. Ryle ne serait-il pas un précurseur des théories de l’attribution sociale des qualités et compétences ? Certains interprètent de cette manière sa doctrine concernant l’utilisation de termes mentaux.

8Pourquoi a-t-on besoin d’utiliser des termes mentaux pour décrire ce que font les individus, et plus généralement des termes dispositionnels pour décrire les comportements de certaines entités ? C’est qu’il y a deux façons de décrire les activités. On peut décrire les activités d’un joueur d’échecs en décrivant ses mouvements corporels mais on peut aussi parler de son style, de sa technique, de sa stratégie, de ses qualités ou capacités et de ses défauts ou handicaps. De même, l’on peut décrire un oiseau comme volant vers le sud ou comme étant en train de migrer. Il n’y a dans les deux exemples qu’une seule activité mais deux façons de la décrire : l’une descriptive, l’autre explicative. Lorsque nous employons des termes mentaux pour décrire l’action du joueur d’échecs, nous comprenons et expliquons ce qu’il fait sans avoir besoin, soutient Ryle, de faire intervenir des causes mentales occultes.

  • 3 Y compris sociologique comme le souligne d’ailleurs Antoniol (1993, p. 90).

9Il n’est pourtant pas faux de prétendre que l’explication de l’action requiert davantage que la simple description. Ainsi, Ryle suggère que, pour qualifier des individus d’habiles, il faut aller au-delà de l’observation et prendre en considération « les capacités et les tendances dont leurs actions sont des exercices », sans pour autant donner aux premières le statut existentiel de « causes occultes » (Ryle, 1978, p. 50). Une exégète de la pensée de Ryle, Lucie Antoniol, suggère ainsi qu’une action intelligente serait une action accomplie d’une certaine manière que l’on aime à qualifier d’intelligente, sans vouloir dire pour autant qu’elle est le produit ou l’effet d’une cause occulte qui serait l’intelligence possédée par son auteur (Antoniol, 1993, p. 58). Elle en conclut que les termes mentaux ont le rôle logique de qualifier plutôt que de désigner (ibid., p. 61). Ils font partie des « principes d’intelligibilité d’une culture » qui relient inextricablement les prédicats mentaux et les descriptions d’action en contexte (ibid., p. 94). De telles attributions de prédicats seraient, dans une culture donnée, constitutives de la compréhension de l’action d’autrui sans cependant désigner une propriété quelconque de l’auteur de l’action, dotée d’un pouvoir causal. On s’interroge souvent sur la nature du lien entre la disposition et sa manifestation. La disposition attribuée à certains animaux d’être des ruminants se manifeste par le fait qu’ils ruminent et le lien entre disposition et manifestation est un lien définitionnel et conceptuel. Suggérer que, pour certaines dispositions humaines, ce lien est spécifique à une culture transforme son caractère de connexion sémantique ou conceptuelle en une dépendance sociale ou culturelle. C’est un pas que Ryle n’est peut-être pas prêt à faire lorsque l’on considère sa méfiance à l’égard de tout réductionnisme3, à l’exception sans doute du réductionnisme sémantique, comme le montre son analyse des énoncés dispositionnels.

L’analyse sémantique des énoncés dispositionnels

10Les énoncés dispositionnels s’apparentent aux énoncés nomologiques. Ces derniers ne rapportent pas des faits, comme le font les énoncés descriptifs, mais des relations entre des faits. Cela veut dire qu’ils nous permettent d’inférer l’existence d’un fait de celle d’un autre fait, d’inférer l’existence de la bactérie au vu de certains symptômes de la maladie. À partir de la relation « si symptômes, alors bactéries » et de l’énoncé factuel ou descriptif « il y a des symptômes », on infère la présence de bactéries. Mais cette inférence est quelque chose que nous faisons, et non un fait que nous constatons en même temps que la présence de bactéries et de symptômes. Les énoncés dispositionnels sont, comme les énoncés nomologiques, des « tickets d’inférence » (Ryle, 1978, p. 117-119). À la différence de ces derniers, ils n’expriment toutefois pas une relation entre des événements différents, mais une relation entre des individus et leur comportement. Plus précisément, leur fonction est de nous permettre de faire des inférences sur des comportements contrefactuels, comme le montre l’exemple de l’oiseau migrateur.

11Si l’on voit un oiseau voler vers le sud, on peut dire que l’oiseau vole vers le sud : c’est un énoncé descriptif. On peut dire également qu’il est en train de migrer : c’est aussi un énoncé descriptif. Les deux énoncés décrivent le même événement. Mais le second répond à la question « Pourquoi l’oiseau vole-t-il vers le sud ? ». L’oiseau vole vers le sud parce qu’il est en train de migrer. Ryle en déduit que le verbe migrer est à la fois descriptif et explicatif. Il décrit un événement en termes quasi nomologiques. Mais un énoncé dispositionnel n’est pas un énoncé nomologique exprimant une relation causale entre deux événements dont l’un est cause, l’autre effet. La distinction entre cause et effet est une distinction logique ou conceptuelle, et non une distinction ontologique, car les événements qui sont cause ou effet doivent avoir le même statut ontologique. Au contraire, l’énoncé dispositionnel qui dit que l’oiseau est en train de migrer ne se réfère pas à deux événements actuels, celui de voler vers le sud et celui de migrer mais à un seul, et également à des événements futurs possibles exprimant notre connaissance de la régularité du phénomène migratoire. Cette analyse sémantico-logique permet à Ryle d’établir sa thèse principale : les dispositions n’ont pas d’existence en dehors du langage et ne peuvent être cause de quoi que ce soit.

12Faut-il en conclure que la notion commune de disposition ne peut donner naissance qu’à un concept philosophique de second ordre, qu’il serait possible d’éliminer ou de remplacer par d’autres notions plus robustes, ainsi que le pensent des philosophes comme Quine ? Ce n’est pas l’intention de Ryle qui cherche au contraire à décrire minutieusement les services que peut rendre le vocabulaire dispositionnel dans différents domaines de l’action et des activités mentales. Mais il est certain qu’un des objectifs principaux de Ryle est de combattre les idées des théoriciens ou des profanes pour qui les termes mentaux renvoient à des choses ou des événements qui n’existent pas dans le monde ordinaire mais constituent les précurseurs ou les causes occultes des choses et événements que l’on observe dans le monde ordinaire. Parler de l’esprit de quelqu’un, affirme-t-il, c’est parler de ses capacités, handicaps ou inclinations à faire ou subir certaines choses dans le monde ordinaire, qui est le seul monde que nous connaissons. L’expression « monde physique » n’a pas plus d’intérêt philosophique (de dignité ontologique, faut-il peut-être comprendre) que les expressions « monde numismatique », « monde botanique » ou « monde de la mercerie » (ibid., p. 190). Il ne serait donc pas raisonnable de tenter de réduire le mental au physique ou d’éliminer l’un au profit de l’autre. Or, c’est précisément ce qu’un logicien comme Quine se propose de faire lorsqu’il traite des dispositions.

  • 4 En logique des propositions, A=B est vrai dans tous les cas sauf si A est vrai et B faux. C’est la (...)

13Contrairement à Ryle, Quine pense que le monde physique a davantage de dignité ontologique que les autres mondes et que la sémantique du vocabulaire dispositionnel exprime cette supériorité. Lorsque nous affirmons qu’un morceau de matière est soluble dans l’eau nous ne faisons pas simplement référence à l’événement de sa dissolution possible. Nous ne pouvons pas en effet simplement vouloir dire que l’énoncé « si ce morceau est plongé dans l’eau, alors il se dissout » est vrai, car cette proposition conditionnelle est vraie si l’antécédent est faux en raison de la définition habituelle de l’implication logique4. Par conséquent, si ce morceau de matière – quelle que soit cette matière et même si cette matière n’est à l’évidence pas soluble dans l’eau – n’est pas plongé dans l’eau, la phrase est vraie. La vérité de ce conditionnel ne dépend pas en effet de l’existence d’une connexion quelconque entre l’antécédent et le conséquent. Or, nous dit Quine, lorsque l’on asserte ce genre de phrase, on veut précisément exprimer une connexion entre antécédent et conséquent et une connexion qui ne soit pas uniquement une régularité au sens de Hume, et sans doute de Ryle, mais qui possède une sorte de nécessité.

  • 5 Comme le suggère Ruwen Ogien dans ce volume, le matérialisme éliminatif n’a rien d’attrayant pour l (...)

14En ce qui concerne des dispositions comme la solubilité, Quine pense que, de tout temps, ce terme a exprimé l’idée qu’il y a une nécessité naturelle gouvernant la manifestation de cette disposition. Les gens ne savaient pas trop quelle en était la raison mais supposaient qu’il y en avait une. Ils émettaient en quelque sorte, affirme Quine, un billet à ordre (promissory note) que la science moderne est maintenant en état d’honorer, puisqu’elle nous montre que cette disposition est fondée sur une certaine propriété de la structure moléculaire de la matière. Tout ce qui a cette propriété se dissout dans l’eau, nous assure Quine (1966, p. 73) en faisant de cette généralité le fondement du caractère nécessaire de l’énoncé conditionnel qui affirme que, si ce morceau était plongé dans l’eau, il se dissoudrait. La même explication vaut pour toutes les dispositions y compris celles qui, comme l’intelligence, décrivent nos capacités mentales. Quine ne croit pas que les gens utiliseraient ce terme s’ils ne pensaient pas qu’il existe un mécanisme causal non encore découvert qui rend certaines personnes supérieures à d’autres dans l’exercice des activités d’apprentissage et de résolution de problèmes par lesquelles il définit l’intelligence. L’intelligence est aujourd’hui, affirme-t-il, dans l’état où était la solubilité il y a quelques siècles. Certaines dispositions comme l’intelligence seront réduites à un mécanisme lorsqu’on découvrira ce mécanisme mais d’autres ne le seront jamais parce qu’elles ne correspondent à aucun mécanisme, et on peut dire de ces dernières qu’elles n’ont aucune réalité et qu’elles pourraient être éliminées. Réduire, opération sémantique qui à vrai dire n’intéresse que le théoricien, n’est toutefois pas la même chose qu’éliminer, qui n’est pas une opération théorique mais une exigence normative quelque peu discutable5. Ryle, quant à lui, ne songe pas du tout à éliminer quelque terme que ce soit de notre vocabulaire s’il rend des services raisonnables et n’implique pas d’engagement ontologique suspect. Ceux de Ryle échappent-ils à toute suspicion ?

Les présupposés de l’analyse conditionnelle des dispositions

15Ryle s’attaque au sens commun peu soucieux des implications ontologiques de ses explications causales. Mais cela le conduit à rejeter bon nombre d’explications causales ordinaires. On peut penser au contraire, comme le soutient Donald Davidson dans son célèbre article sur les causes de l’action (Davidson, 1993a) que les énoncés dispositionnels peuvent jouer un rôle dans des explications causales. Le propre d’une disposition est en effet de se manifester dans certaines circonstances bien particulières et les dispositions sont souvent nommées en tant que causes d’événements : « l’assiette s’est cassée parce qu’elle était fendue. » Mais bien entendu, on ne mentionne cette relation que dans la circonstance particulière où l’assiette est tombée par terre, si bien qu’il n’est pas nécessaire de faire remarquer ce que tout le monde a vu en ajoutant à l’énoncé précédent le complément suivant : « et qu’elle est tombée par terre. » Ce serait sans doute enfreindre un principe de bon sens qui veut qu’on ne donne pas une information que tout le monde possède, alors que tout le monde ne savait pas que l’assiette était fendue. En outre, poursuit Davidson, bien que les états et dispositions ne soient pas des événements, leurs manifestations sont des événements susceptibles d’avoir un statut causal. Il n’est pas déraisonnable de dire qu’un désir peut surgir et causer immédiatement une action – je peux désirer manger du melon au moment où j’en vois un (ibid., p. 27). Ce désir est un événement mental. Et lorsque la disposition n’est qu’une condition causale, il n’est pas difficile selon Davidson de trouver un événement mental associé et pouvant servir de cause. Si je désire me rendre à tel endroit et que je remarque à un moment qu’il faut tourner à droite, cette observation est un événement mental qui, associé à mon désir, cause mon action de tourner à droite.

  • 6 « Posséder une propriété dispositionnelle n’est pas être dans un état particulier » (Ryle, 1978, p. (...)

16Ces objections s’appuient cependant sur la notion de manifestation d’une disposition ou d’un état. Davidson assimile les états aux dispositions alors que Ryle les sépare6. Pour ce dernier, l’idée qu’une disposition puisse se manifester résulte d’une confusion conceptuelle. En parlant de disposition, on peut vouloir se référer à un événement mais certainement pas à quoi que ce soit qui se manifesterait. D’ailleurs Ryle n’emploie pas le terme de manifestation mais celui d’actualisation d’une disposition ou d’une tendance, ou encore d’exercice d’une capacité. Ces notions sont proches de la notion aristotélicienne de réalisation sans toutefois lui correspondre exactement.

17Aristote en effet désigne par réalisation le résultat ou l’aboutissement du passage du potentiel à l’état actuel. Mais il entend distinguer plusieurs types de potentialités. L’homme est dit savant parce qu’il fait partie d’une espèce capable d’apprendre la science, mais l’homme qui a appris la science est aussi dit savant même s’il n’exerce pas sa science. Donc, conclut Aristote, les deux peuvent être dits savants à titre potentiel. Comment alors exprimer la différence entre ces deux états ? Car, se plaint-il, il n’y a pas de vocables pour distinguer ces potentialités (Aristote, 1993, p. 164). C’est pour cela qu’il distinguera la réalisation première de la capacité, qu’est l’acquisition de la science, de la réalisation seconde qu’est l’exercice de cette science.

18L’analyse sémantique de Ryle ne permet pas ce genre de distinction. On peut dire que l’enfant a la capacité d’acquérir l’aptitude à parler mais cette capacité se manifeste, selon la réduction rylienne, par des événements ayant trait à l’apprentissage. Or comment sait-on que l’apprentissage a réussi et que l’enfant a appris à parler, sinon lorsqu’il parle ? De la sorte, les deux types de capacité qu’Aristote distinguait en tant que réalisation première et seconde sont validés par les mêmes événements et sont de ce fait indistinguables. Là où Aristote distinguait des états différents, Ryle ne peut le faire car les différences entre dispositions ne correspondent pas à des états distincts ; celles-ci ne peuvent être distinguées que lorsqu’elles permettent de faire allusion à des événements différents.

19Le refus rylien de vouloir retrouver dans le réel les distinctions conceptuelles permises par le langage serait une attitude propre à la philosophie d’inspiration nominaliste (Antoniol, 1993, p. 63-64). On peut le rapprocher de l’argument de Guillaume d’Occam, pour qui le langage permet de parler d’individus du même genre, de la même espèce ou partageant des qualités communes, alors que l’ontologie ne contient que des choses singulières n’ayant ni matière ni forme ni qualité en commun. Il n’y a pas pour lui de généralité dans les choses mais seulement dans la signification (Libera, 1996, p. 352). Ce genre de nominalisme propose en quelque sorte une « ontologie minimale » qui ne contient pas autant de distinctions réelles que le langage requiert de types de termes (Biard, 1997, p. 9).

  • 7 Traduction de categorical, terme utilisé fréquemment dans les discussions philosophiques sur les di (...)

20Ryle applique ces principes à l’analyse des dispositions. Le problème est d’analyser les attributions de propriétés à des particuliers. Dire qu’un objet est rouge ou cubique revient à lui attribuer une propriété. Cette attribution est vraie ou fausse selon la manière dont il nous apparaît. Mais dire qu’il est fragile ou soluble, ou qu’une personne est courageuse ou lâche, compétente ou incompétente, ne peut être vérifié par l’état de l’entité. Si le langage nous permet de parler de propriétés observables, comme celle à laquelle le prédicat rouge se réfère, et de propriétés non observables, comme la solubilité, il serait absurde de croire qu’il existe deux sortes de propriétés, les propriétés observables, dites « catégoriques »7, et les propriétés dispositionnelles, qui seraient du même genre que les précédentes et ne s’en distingueraient que par leur manque d’observabilité. À vrai dire, Ryle n’emploie pas (dans The Concept of Mind en tout cas) l’expression de « propriété catégorique », mais parle de propositions ou d’énoncés catégoriques qui décrivent des états de choses, des événements, ou attribuent des prédicats à des objets. Comme il utilise fréquemment l’expression « propriété dispositionnelle », il est commode d’utiliser cette distinction entre deux types de propriétés à condition de ne pas oublier qu’il s’agit pour lui d’une distinction purement sémantique. Les termes dispositionnels ne désignent pas des propriétés mais contribuent au sens d’énoncés qui sont rendus vrais par certains événements, alors que la vérité des énoncés catégoriques, qui attribuent des propriétés non dispositionnelles, ne dépendrait pas de l’occurrence de certains événements.

21Cependant, d’autres théoriciens des dispositions, comme Stephen Mumford dans un ouvrage récent dont le présent texte s’inspire largement (Mumford, 1998), font remarquer que si l’on admet qu’une disposition se manifeste, ce qui est conditionnel, c’est la manifestation de la disposition et non la disposition elle-même, qui, selon l’intuition réaliste, peut être possédée en l’absence d’événements. Le verre possède la propriété d’être fragile de façon inconditionnelle, de même qu’il possède un poids, une forme, une structure et une composition chimique, etc. Ryle ne nie pas que le verbe dissoudre (dans « le sucre est en train de se dissoudre ») ne décrit pas seulement un événement mais transmet un message ou une information de nature chimique, de même que le verbe migrer transmet une information de nature biologique (Ryle, 1978, p. 137), ce qui, d’une certaine manière, indique le maintien de propriétés chimiques ou biologiques en l’absence d’événement. Mais cela n’implique-t-il pas que la signification d’énoncés utilisant ces verbes ne peut être réduite à celle d’énoncés portant sur des événements observables parce que le concept de disposition va au-delà de ces événements ?

22Ce qui est en question, c’est la nature de la relation entre les énoncés dispositionnels et les énoncés conditionnels. Contrairement à la thèse de Ryle, cette relation ne peut pas être une relation d’équivalence. On peut en effet assez facilement construire une expérience de pensée destinée à montrer qu’un énoncé dispositionnel peut être vrai alors que l’énoncé conditionnel censé exprimer sa signification est faux et, inversement, qu’un énoncé conditionnel peut être vrai alors que l’attribution de disposition est fausse. Autrement dit, l’énoncé conditionnel n’est ni nécessaire ni suffisant pour exprimer la signification d’un énoncé dispositionnel.

23Imaginons par exemple une disposition possédée par un objet mais que l’on empêche de se manifester du fait même qu’on place l’objet en condition de test. Un réacteur nucléaire a une disposition à exploser dans certaines circonstances, mais précisément dans ces circonstances un autre mécanisme de sécurité empêche cette disposition de se manifester. On ne peut pas dire que le réacteur ne possède pas cette disposition en l’absence d’explosion car s’il ne la possédait pas, il n’y aurait pas besoin du mécanisme de sécurité (Mumford, 1998, p. 56). Bien d’autres situations ont été imaginées pour mettre en cause la relation entre un énoncé dispositionnel et l’énoncé conditionnel censé donner sa signification, et montrer qu’en définitive l’énoncé conditionnel n’est ni nécessaire ni suffisant pour l’attribution d’une disposition.

  • 8 Soutenir, comme le fait Dummett, qu’une disposition est tout simplement une qualité dont nous ne so (...)

24De tels arguments montrent qu’il est possible de dissocier la possession d’une disposition de l’existence d’événements qui en apportent la preuve. Ils renforcent de ce fait la conception réaliste qui considère qu’attribuer une disposition c’est attribuer une propriété à une entité et non se prononcer sur l’existence d’événements possibles. Mais ces arguments suggèrent également que les attributions de propriétés dispositionnelles ne sont pas liées à des énoncés conditionnels et ne se distinguent donc pas des attributions de propriété en général. Or, il semble pourtant exister une sorte de relation conceptuelle entre une disposition et un certain type d’événement. Si l’on dit que x est soluble, on doit admettre que x se dissout lorsqu’on le plonge dans l’eau. Du reste, certains soutiennent même que toutes les attributions de propriétés impliquent des conditionnels8. Ainsi, être triangulaire implique que, si les sommets sont comptés, ils seront au nombre de trois ou posséder une certaine masse pour une particule, c’est subir une certaine accélération dans un certain champ. Afin d’échapper à cette antinomie, Mumford tente de construire une théorie fonctionnaliste des dispositions. Faute de pouvoir développer ici tous les aspects de cette théorie complexe, je vais essayer d’en présenter quelques points importants reliés à la question de l’efficacité causale des dispositions.

Une défense du rôle causal des dispositions

25La position réaliste défendue par Mumford assimile les dispositions à des états ou des propriétés intrinsèques de leur possesseur. Dire qu’une chose est soluble, c’est dire qu’elle l’est en ce moment et qu’elle n’a pas besoin, pour l’être, que se produisent certains événements, comme sa dissolution, ou qu’elle soit soumise à un stimulus tel qu’être plongée dans l’eau. Pour cet auteur, la disposition est actuelle mais sa manifestation est potentielle. Comment dès lors distinguer une propriété dispositionnelle d’une propriété non dispositionnelle qui est aussi actuelle et peut également se manifester ou non ? On peut dire que ces deux types de propriétés impliquent bien certaines manifestations : dissolution pour la solubilité, résultat égal à trois sommets pour la triangularité, etc. La différence, si elle existe, doit résider dans la nature de ces implications.

26Si l’on suit Mumford, dire que le sucre est soluble dans l’eau, c’est se référer à une propriété du sucre, mais s’y référer d’une autre manière que lorsque l’on dit que le sucre est blanc. C’est se référer à une propriété par le rôle qu’elle joue en certaines occasions : causer la dissolution du sucre et non pas un autre phénomène, la cristallisation par exemple ou quelque autre phénomène chimique. Par contre, dire que le sucre est blanc, ce n’est pas attribuer à blanc un rôle causal quelconque. Aucun rôle causal spécifique n’est relié conceptuellement à une propriété non dispositionnelle de forme, d’état ou de structure, bien que n’importe quelle propriété soit susceptible d’avoir de façon contingente un rôle causal, exprimable par un conditionnel de la forme : « si l’objet ayant telle propriété est placé dans certaines conditions, il se comportera de telle façon en vertu de la possession de cette propriété. » Ainsi, un objet de forme ronde est un objet qui peut passer à travers un trou de forme ronde mais non un trou de forme carrée de même superficie. Mais lorsque la propriété est dispositionnelle, elle joue ce rôle causal par nécessité conceptuelle alors qu’une propriété non dispositionnelle le jouera de façon contingente. Ou encore, le rôle causal fait partie de la signification d’un énoncé dispositionnel mais non de celle d’un énoncé de propriété non dispositionnelle ou catégorique. Nous connaissons a priori le rôle causal d’une disposition alors que les rôles causaux variés d’une propriété catégorique doivent être découverts a posteriori.

27Lorsque l’on attribue une disposition à un objet, on ne se réfère à aucune autre propriété non dispositionnelle de cet objet, comme un mécanisme ou une structure susceptible de donner une explication spécifique de l’occurrence de la manifestation. Dire que le sel et le sucre sont solubles dans l’eau ne dit rien des mécanismes chimiques par lesquels cette dissolution a lieu. Ces mécanismes ou propriétés catégoriques qui soutiennent une disposition sont parfois qualifiés de base (sous-entendu matérielle) de la disposition. La relation entre « base » et disposition est, comme le souligne Mumford, une question purement empirique, au sens où la disposition ne nécessite pas sa base, qui doit être découverte ; inversement, c’est aussi une question empirique de savoir quelle disposition correspond à une propriété catégorique (Mumford, 1998, p. 77).

28Cette théorie répond à l’objection selon laquelle toutes les attributions de propriétés, et pas seulement de dispositions, impliquent des conditionnels. Mais comment la concilier avec l’argument précédent qui avait prétendu montrer qu’une disposition n’implique pas de conditionnel ? Cet argument reposait sur l’idée qu’un énoncé conditionnel de type « si le possesseur de D subit le stimulus S, alors il fera M » peut toujours être rendu faux en faisant intervenir un facteur qui interfère avec D et l’empêche de se manifester. Mumford pense qu’on se trouve devant le problème plus général de savoir ce que veut dire attribuer un pouvoir causal tout en admettant que ce pouvoir peut toujours être inhibé.

  • 9 Posséder un pouvoir causal est une condition nécessaire pour qu’existe une propriété non abstraite (...)

29Il veut maintenir à la fois le point de vue réaliste affirmant le rôle causal des dispositions9 et les intuitions du langage ordinaire, qui associent à la disposition une relation spéciale à une paire d’événements particuliers, la caractérisant sans constituer son existence (le stimulus et la manifestation). Cette relation spéciale justifie la distinction conceptuelle entre disposition et propriété catégorique : la solubilité est en relation avec les événements « être plongée dans l’eau » et « se dissoudre », alors que la propriété d’être cassé n’est a priori en relation avec aucun événement particulier. Cette relation n’est pas une implication ordinaire, mais une implication en quelque sorte conditionnelle. L’énoncé conditionnel « si S alors M » est vrai dans certaines conditions d’arrière-plan (background conditions) qu’il est cependant impossible de spécifier complétement. C’est un argument bien connu. Après tout, n’importe quelle substance est soluble à température suffisamment élevée ou dans le bon solvant. On doit toutefois admettre que le fait d’invoquer des conditions extraordinaires qui rendent faux le conditionnel suppose qu’il existe des conditions ordinaires qui le rendent vrai. Ces conditions sont celles auxquelles on s’attend dans le contexte correspondant à l’attribution de disposition. Mumford préfère parler de conditions idéales car elles peuvent inclure des conditions qui ne sont pas celles de la vie ordinaire. Lorsqu’un scientifique affirme que, dans des conditions extrêmes de température et de pression, un échantillon se comportera de telle ou telle façon, il attribue une disposition dans un contexte sortant de l’ordinaire, mais ce contexte n’en fixe pas moins les conditions d’arrière-plan de cette disposition. Naturellement même dans ce cas, il peut exister des conditions extraordinaires empêchant la disposition de se manifester.

30Mumford estime avoir ainsi montré qu’il existe une distinction conceptuelle entre propriétés catégoriques et dispositions. Mais cela veut-il dire qu’il existe réellement deux sortes de propriétés à l’oeuvre en cas de manifestation d’une disposition, une propriété dispositionnelle et une propriété catégorique constituant la base de la disposition ? La base d’une disposition est habituellement conçue comme une propriété non dispositionnelle d’une chose en vertu de laquelle celle-ci a une certaine disposition. La structure moléculaire du sucre serait la base de sa solubilité. On sait par ailleurs que cette propriété a un rôle causal dans la dissolution de cette substance lorsqu’elle est plongée dans l’eau, comme en a un la structure moléculaire du sel qui n’est pas la même que celle du sucre. Si l’on veut continuer à dire que la disposition est une cause, l’idée la plus vraisemblable est de supposer que la base et la disposition sont toutes deux la cause de la manifestation parce qu’elles sont identiques l’une à l’autre. Il n’existerait dans ce cas qu’un seul type de propriété mais deux manières d’en parler, soit comme propriété catégorique, soit comme disposition. Les dispositions sont bien des causes de leur manifestation mais ne les expliquent pas, car elles ne fournissent pas le détail des mécanismes qui produisent la manifestation comme le font les propriétés catégoriques. Je peux connaître la signification du terme soluble sans connaître la structure moléculaire des choses auxquelles j’attribue cette disposition.

  • 10 Mais ce n’est pas un monisme dispositionnel, à la différence d’Emmanuel Bourdieu (1998) qui refuse (...)
  • 11 Comme le souligne Alex Oliver (1996) ceci veut dire que les particuliers possèdent des propriétés o (...)

31En permettant de faire référence à une propriété par des termes de sens différent, Mumford propose une ontologie moniste des propriétés10. Mais si les dispositions sont identiques aux propriétés catégoriques et possèdent de ce fait une efficacité causale, c’est en raison du fait que les propriétés sont instanciées dans des particuliers11. Lorsqu’un particulier est dans un certain état, on peut dire de lui qu’il est fragile et qu’il a une certaine structure moléculaire, mais non que la fragilité est une propriété identique à une certaine structure moléculaire ou à une propriété commune à des structures moléculaires différentes comme celle du verre et du cristal. Toutes les choses fragiles le sont en raison du fait qu’elles possèdent une propriété catégorique quelconque qui les rend fragiles, mais elles ne possèdent pas toutes la même propriété. C’est une conception analogue à celle développée par Davidson en philosophie de l’esprit quand il soutient que les propriétés mentales surviennent sur des propriétés physiques sans qu’il y ait d’identité entre une propriété mentale et une propriété physique car la même propriété mentale ne survient pas sur la même propriété physique. Il suffit qu’elle survienne à chaque fois sur une propriété, ou un ensemble de propriétés physiques quelconques, pour que le monisme ontologique, physicaliste dans ce cas, soit assuré, en même temps que le dualisme conceptuel qui empêche toute réduction des propriétés mentales aux propriétés physiques.

32En définitive, le rejet des dispositions en raison de l’impossibilité de leur attribuer un pouvoir causal est remis en cause par des analyses comme celle de Mumford, à condition d’admettre que le rôle causal des dispositions s’explique par leur identité à une base constituée de propriétés non dispositionnelles ou catégoriques devant être découvertes empiriquement. Les dispositions qui font l’objet des analyses de Mumford peuvent être qualifiées, pour la plupart, de propriétés naturelles. Or, nous nous intéressons aux dispositions qui n’apparaissent que dans certaines situations impliquant l’existence d’une société humaine. On peut se demander d’où viennent ces dispositions et comment les conditions de leur acquisition peuvent être remplies pour une multiplicité d’individus de sorte que ces dispositions puissent en quelque sorte être partagées, afin d’expliquer la régularité de certains comportements. Or certaines analyses suggèrent que l’idée d’une efficacité causale des dispositions, justifiée par l’existence d’une base catégorique, entre en conflit avec certains réquisits de l’acquisition et de la transmission des propriétés sociales.

Vers un réalisme minimal des dispositions en sociologie ?

33C’est précisément cette question de l’existence et du rôle, dans les théories sociologiques, des entités partagées qu’aborde un philosophe comme Stephen Turner (1994). Raymond Boudon s’y réfère en disant qu’on peut y trouver « une argumentation dévastatrice contre le modèle de l’inculcation et notamment contre sa prétention à expliquer l’action exclusivement par des dispositions » (Boudon, 1995, p. 94). On voit bien qui est visé par cette remarque de Boudon, mais il me semble que l’argumentation négative de Turner va beaucoup plus loin, car les thèses qu’il énonce ne considèrent pas la notion de disposition, du moins dans un certain sens qu’on cherchera à préciser et qui n’est sans doute pas celui de Boudon, comme irrémédiablement condamnée.

Le rejet des dispositions chez Boudon

34En 1986, dans L’idéologie, Boudon précise dans une note en bas de page (p. 301) qu’il reprend la notion de disposition au sens de Ryle et de Wittgenstein. Il cite ce dernier (Investigations, § 149), qui assimile la disposition à un état, un état de notre cerveau par exemple, par lequel nous expliquons certaines manifestations telles que celles qui résultent de notre connaissance de l’alphabet. Savoir l’alphabet serait un état. Évidemment, Wittgenstein ne s’arrête pas à cette remarque et commence à finasser sur ce qu’est un état et combien de temps dure un état, etc. Ce qui intéresse Wittgenstein, comme il le dit ensuite, c’est la grammaire du mot savoir ainsi que celle de mots comme comprendre, pouvoir, etc. Ryle a développé, on l’a vu, ce genre de remarques en tentant de construire une grammaire conceptuelle ou une géographie logique des concepts se rapportant à l’esprit. Boudon par contre s’intéresse à une espèce particulière de dispositions, les savoirs et les ressources cognitives, qu’il distingue des dispositions non cognitives d’ordre affectif ou d’ordre éthique, comme la disposition à la tempérance.

35Les dispositions cognitives sont des dispositions intériorisées par l’acteur social (Boudon, 1986, p. 137, et tout le chapitre 6). Elles sont analogues à des connaissances ou à des croyances. Elles possèdent le mode d’intériorisation propre aux idées et aux savoirs que l’on a pu acquérir soit par apprentissage conscient, comme l’écriture ou l’arithmétique, la statistique, etc., soit par contact prolongé avec un certain milieu humain, comme l’apprentissage d’une langue chez l’enfant, mais également l’acquisition de tout un stock d’idées, de manières de penser, de percevoir ou d’agir acquises dans le milieu culturel où vit l’agent. Ce sont des dispositions d’esprit que l’on peut comprendre parce qu’elles sont rationnelles, au sens d’accessibles au raisonnement, mais qui agissent de « façon quasi naturelle » (ibid., p. 118) en orientant l’interprétation de phénomènes sociaux que l’acteur est en mesure de percevoir du fait de sa position sociale. Elles peuvent parfois conduire à des conclusions erronées, comme le fait le pré-savoir statistique des gens cultivés dans l’interprétation de tests statistiques, et jouent de ce fait un rôle important dans la théorie des idéologies. À l’inverse, les autres dispositions, de type affectif ou éthique, sont en quelque sorte définies en creux par ce qu’elles ne sont pas. Elles ne sont pas cognitives, échappent à la raison et sont donc irrationnelles.

36Boudon ne semble pas, dans L’idéologie, rejeter toute utilisation sociologique de la notion de disposition. Il entend cependant ne pas recourir qu’aux dispositions qui ont une dimension rationnelle parce qu’elles sont sous le contrôle de l’acteur qui s’en sert comme de données extérieures pour guider son action et non la déterminer (ibid., p. 289). Il récapitule ces idées dans son article Habitus du dictionnaire de sociologie de 1989 (publié chez Larousse), et rapproche la notion de disposition de celle d’habitus, mais d’un habitus défini comme une disposition psychique – l’hexis d’Aristote. Une disposition n’est pas inconsciente, ni soustraite à l’action de la volonté, à la différence d’autres espèces de dispositions comportementales, qui sont sous le contrôle de stimulis extérieurs ou agissent à la manière de mécanismes internes. Elle est en relation avec la société sans être déterminée par elle et elle influence à son tour les actions et les représentations des individus. Elle fait donc office, pourrait-on dire, d’intermédiaire entre ces actions et ces représentations d’un côté, et l’environnement social de l’autre.

37Il est intéressant de remarquer que Bourdieu a lui aussi toujours donné à sa notion d’habitus un rôle d’intermédiaire entre l’agent et la société. Cependant tout le problème pour la sociologie qui s’intéresse à ce genre de notion est de définir de façon précise les relations entre cette entité intermédiaire, l’habitus ou la disposition, et d’un côté la société, de l’autre l’esprit de l’agent. Ces relations semblent différer selon le type de disposition : il y a les relations propres aux dispositions cognitives qui exercent ou subissent une influence, et celles propres aux dispositions non cognitives qui agiraient comme des mécanismes. Mais ne retrouve-t-on pas là le dualisme des raisons et des causes ?

38La position la plus récente de Boudon consiste à rejeter violemment la notion d’habitus et toutes les notions qui prétendent à une efficacité causale en voulant expliquer l’origine des croyances et de l’action par autre chose que des raisons. L’ampleur de ces rejets est vaste puisqu’elle concerne « toutes ces causes irrationnelles souvent verbeuses » que sont les « frames, mentalité, habitus, fausse conscience, pensée magique, âme nationale, personnalité de base, biais cognitifs, représentations sociales, aversion pour le risque, amour du vote, etc. » (Boudon, 1999a, p. 132). On peut alors se demander quelle notion de disposition Boudon rejette vraiment et on peut souhaiter disposer d’une argumentation qui justifierait ce rejet sur la base d’une analyse du rôle de ce concept dans les théories sociales qui en font usage.

Peut-on partager et transmettre des dispositions ?

39L’objectif de Turner (Turner, 1994) est celui du sociologue qui tente d’expliquer la relation entre la régularité des comportements individuels et l’ordre qui semble en résulter dans la société. Si cette relation est une liaison causale, elle doit tenir entre des entités qui peuvent avoir le statut de cause ou d’effet. Son idée consiste à interroger cette notion de régularité comportementale non pour mettre en doute son existence mais pour en montrer la nature et en tirer les implications sur la possibilité d’expliquer l’ordre social. Il utilise pour cela un concept bien connu des sociologues français, celui de pratique, dans un sens qu’il faut auparavant expliquer. Il ne s’attache pas au contraste entre la théorie et la pratique mais considère la diversité des pratiques en tant qu’elles constituent des entités comportementales structurées dans des domaines spécifiques de la vie sociale. Les pratiques politiques par exemple se réfèrent à ce que font les gens dans le domaine politique là où, au xixe siècle, on parlait plutôt de mœurs politiques, de traditions ou de coutumes et c’est un ensemble de tels comportements qu’on appellerait aujourd’hui une pratique. On pourrait aussi les qualifier de comportements habituels ou d’habitudes de comportement et remarquer que les mœurs, coutumes et traditions ont des liens avec la vieille notion d’habitude. Turner observe que les auteurs qui employaient ces termes le faisaient presque toujours dans un contexte d’explication historique et cela le conduit à distinguer dans cet usage deux éléments, un élément individuel, l’habitude, et un élément allant au-delà de l’individu, la partie historique du phénomène en quelque sorte.

40L’habitude permet de rendre compte de la causalité au plan individuel en expliquant la régularité d’un comportement, car chacun sait ce que c’est que prendre une habitude. La difficulté surgit lorsqu’il faut expliquer pourquoi tout le monde prend des habitudes semblables et pourquoi ces habitudes se transmettent. La façon moderne de traiter ce problème est, selon Turner, de parler de pratiques sociales partagées et d’arrière-fond, de présuppositions, de normes, de connaissances ou de conventions tacites qui rendent possible la similarité des comportements puisqu’ils en sont les causes. La stratégie de Turner consiste à examiner et à mettre en doute le caractère causal des entités tacites partagées puis, dans un second temps, à mettre en évidence les obscurités de la transmission de telles entités. Turner appelle ces entités des pratiques, mais il faut préciser que la terminologie française distingue les comportements des agents, qualifiés de pratiques, de leurs causes, que Bourdieu par exemple nomme habitus. Turner emploie le terme practice comme synonyme d’habitus ou de norme, convention, règle ou présupposition tacite, ce terme faisant référence au phénomène constitué à la fois par la régularité du comportement d’un individu et par la similarité des comportements des membres d’un groupe, d’une société ou d’une culture.

Factualité et causalité des pratiques

41Lorsque l’on se lève tôt chaque matin, on peut qualifier cette régularité d’habitude, mais si l’habitude est un mot du langage ordinaire, ce n’est pas pour autant un concept dépourvu de difficulté. Une simple régularité comportementale n’est pas toujours une habitude. Marcher est un comportement qu’on observe régulièrement chez les humains mais qu’on ne qualifie pas d’habitude. Par contre, marcher dans certaines circonstances peut être considéré comme une habitude. Au lieu de prendre le métro, un vélo ou sa voiture, on dira qu’un tel a l’habitude d’aller à pied à son travail tous les matins. Cet exemple suggère qu’une habitude est un comportement, marcher, qui a lieu dans certaines circonstances, le matin pour aller à son travail, et un observateur doit pouvoir contraster ces deux descriptions comportementales pour qualifier l’une d’habitude. L’habitude exprime quelque chose de plus que le simple comportement et on peut qualifier cet élément supplémentaire de volontaire ou d’intentionnel, mais Turner le qualifie simplement de mental pour indiquer que l’habitude s’oppose à des comportements dont la cause est instinctive ou impulsive. Qualifier un comportement d’habitude montre donc que l’on attribue à ce comportement une cause en rapport avec cet élément mental.

42Un comportement est quelque chose d’observable mais il n’y a pas de raison de croire, soutient Turner, qu’il ne peut pas y avoir également des habitudes d’esprit (habits of mind), à condition de résoudre divers problèmes d’ordre inférentiel qui apparaissent spécifiquement avec ce type d’habitude. Ainsi, la manifestation d’une habitude d’esprit est plus difficile à saisir qu’un schéma de comportement tel que se lever tôt, et lorsqu’on a pu établir un tel schéma, il n’y a pas non plus de raison de supposer que les habitudes d’esprit que l’on peut en inférer soient les seules qui agissent. Quoi qu’il en soit de ces difficultés d’inférer les causes des manifestations, si l’on accepte pour le moment cette notion d’habitude d’esprit, on s’aperçoit que la notion ainsi généralisée d’habitude recouvre ce que l’on appelle couramment en sociologie les manières d’agir, de penser, de sentir, ou de façon plus générale et plus abstraite, les pratiques.

43Turner prend comme exemple de relation entre des régularités comportementales et un ordre social la raison donnée à l’établissement et au maintien de la démocratie en Grande Bretagne par John Austin, historien anglais de la fin du xixe siècle. Ce dernier affirme que certaines dispositions, comme le talent pour les compromis, la considération du droit des autres ou l’habitude de s’exprimer avec modération, sont à l’origine de la démocratie en Grande Bretagne et que leur absence est la cause de son absence dans les autres pays qu’il a pu visiter, comme l’Allemagne et la France. Il a remarqué dans ce dernier pays un grand manque de modération dans les classes politiques. Les nobles n’expriment que du mépris envers leurs inférieurs, les classes moyennes les haïssent farouchement et ne songent qu’à se venger de leur humiliation, etc. Mais, remarque Turner, la description qu’Austin donne de l’habitude de s’exprimer avec modération nous semble non seulement trop vague pour avoir un statut causal, mais aussi ne tenir sa consistance que de la comparaison avec les autres manières de s’exprimer qu’il a pu observer dans les autres pays. Cependant, cela ne l’empêche pas de convaincre le public anglais de la justesse de ses vues. Turner interprète ce phénomène en faisant l’hypothèse qu’Austin n’a pas simplement « remarqué un fait », mais qu’il l’a construit et que cela ne marche qu’avec un public partageant avec l’auteur une certaine acception de ce qu’est une expression modérée et comprenant de ce fait la comparaison établie entre des pays différents. Turner ajoute que, de nos jours, nous ne pouvons comprendre cela qu’assez vaguement si bien que le caractère factuel d’une telle comparaison nous échappe. Il en conclut que la pratique consistant à s’exprimer avec modération n’est pas quelque chose qui ressemble à un objet pouvant avoir un statut causal, puisque cet objet n’est pas indépendant de l’auteur de sa découverte. On ne peut individuer une telle pratique et lui faire jouer un rôle causal qu’à partir d’un certain point de vue ou d’une certaine culture, et, vu d’une époque aussi différente que la nôtre l’est de l’époque victorienne, l’objet pourrait disparaître, ce qui jette un doute sur sa factualité.

  • 12 Davidson (1993, p. 336) s’élève contre le fait qu’« un certain concept de relativisme conceptuel se (...)

44On peut rester sceptique devant ce genre d’interprétation et penser qu’il relève finalement d’une posture relativiste qui attribue à chaque époque une sorte de schème conceptuel particulier, pour employer une expression rendue célèbre par Davidson (1993b, p. 267). Or, l’auteur refuse le relativisme de Quine et semble ainsi se situer du côté de Davidson dans la controverse entre ces deux philosophes sur le problème général du relativisme12. Dès lors, comment expliquer la relativité de notre perception sociale ? On peut remarquer qu’il ne s’agit pas d’un relativisme général et de principe mais qu’il affecte certaines significations sociales comme une manière de s’exprimer ou une démarche. Mais après tout, comme le remarque encore Davidson (ibid., p. 333), « des manières de faire ne sont pas des entités sur lesquelles il est séduisant de quantifier », si bien qu’il semble difficile de leur donner une efficacité causale.

45Si l’on veut doter ces régularités, manières ou pratiques, d’une efficacité causale de façon à les placer à l’origine de l’ordre social, il faut expliquer comment une habitude individuelle devient commune aux membres d’un groupe ou comment ils acquièrent la même habitude. Ce problème ne se pose pas chez Durkheim car les manières d’agir, de penser ou de sentir, sont extérieures aux individus et s’imposent à eux de sorte qu’il ne faut pas s’étonner de l’ordre social qui en résulte. L’élément causal individuel, l’habitude, disparaît et l’explication de l’acquisition de ces manières est fondée sur des phénomènes de socialisation. Chez Bourdieu, l’élément causal individuel, l’habitus, est acquis lui aussi par socialisation mais, à la différence de Durkheim, par socialisation au sein d’un groupe spécifique et non au sein de la société en général.

Les pratiques se transmettent-elles ?

46Une pratique (au sens, rappelons-le, d’habitude pratique ou de manière d’agir, de penser, de sentir) doit être acquise et donc transmise. C’est là une évidence mais on se contente souvent de supposer l’existence d’un mécanisme social de transmission sans trop essayer de le découvrir. Boudon pense que de tels mécanismes ne seront jamais découverts et resteront à jamais « conjecturaux », un peu comme l’éther des physiciens du xixe siècle, de sorte que l’hypothèse de leur existence devient inutile si l’on peut produire une meilleure explication. Ce n’est toutefois pas une preuve de leur inexistence. Turner tente de construire un argument démontrant l’impossibilité de leur existence.

47S’il existe bien des institutions sociales spécialisées dans la transmission de connaissances, de normes, de pratiques, comme le système éducatif dans nos sociétés, la famille ou même le milieu social en général par le jeu des interactions sociales, il faut néanmoins distinguer la transmission de normes, règles, conventions ou connaissances explicites de la transmission d’entités implicites ou tacites.

48Les théories qui fondent la régularité des comportements sur la transmission vont en fait au-delà de la transmission explicite. Elles supposent qu’avec l’explicite est transmis du tacite comme si en transmettant un texte on transmettait également un sous-texte ou un infra-texte. La possession commune d’un objet public comme une règle ou une convention présuppose l’existence d’un énoncé connu de tous et indiquant le contenu de l’objet public. Lorsque ce contenu n’est pas public mais tacite, il faut se demander comment il est transmis et incorporé par tous de la même façon. Comment la transmission qui est un phénomène public peut-elle opérer sur ce qui n’est public à aucun moment ?

49Turner soutient que la transmission des mêmes entités tacites à tous les membres d’un groupe social ou d’une culture est impossible en raison d’une indétermination pesant sur ce qui est transmis ou attribué. C’est un phénomène général qu’il illustre par de nombreux exemples. Ainsi, une même conclusion peut être tirée de différentes prémisses ou une même croyance publiquement exprimée par différentes personnes peut être fondée sur des présuppositions différentes (même si l’on suppose comme Boudon qu’une croyance n’est adoptée que pour de bonnes raisons, il peut y avoir plusieurs bonnes raisons différentes). Il y a bien des cas où il n’y a guère d’indétermination : lorsque quelqu’un s’est trompé de route, on peut supposer qu’à un moment donné, il a cru faussement qu’il fallait prendre à droite alors qu’il fallait prendre à gauche et lui attribuer sans risque d’erreur cette croyance fausse. Mais dans la plupart des cas, c’est beaucoup plus compliqué et les présuppositions qu’on prête à autrui ne sont que des hypothèses.

50Ce genre d’indétermination pèse sur les entités tacites et les empêche de constituer une solution au problème de la régularité et de la similarité des comportements censés maintenir l’ordre social. L’existence d’un processus de transmission ne suffit pas, soutient Turner, à garantir que les individus vont acquérir au cours de ce processus la même chose, quelle que soit cette chose. Or, si l’on accepte de donner à cette chose un statut causal, différentes causes produisant différents effets, on ne pourra pas expliquer la régularité des comportements comme un effet du système social d’acquisition et de transmission d’entités tacites.

51L’argument que Turner s’efforce de construire et de justifier dans son ouvrage peut être simplement résumé comme suit : il est logiquement impossible d’attribuer aux entités internes requises par certaines sociologies un pouvoir causal et une absence de pénétrabilité cognitive tout en maintenant la possibilité de leur transmission sociale. Cette impossibilité logique fait à son tour peser un doute sur leur existence.

52Turner oppose à ces doctrines sociales de la transmission publique une hypothèse de transmission privée. Il ne nie pas que quelque chose susceptible d’assurer la régularité des comportements se transmette et persiste d’une certaine façon. Mais il pense que c’est quelque chose d’individuel et de mental, une sorte de trace mentale qu’on peut appeler habitude. Cet élément n’est selon lui d’aucun secours pour justifier le rôle que joue la pratique dans certaines théories sociales, c’est-à-dire expliquer l’existence d’un accord entre les membres de la société, car les habitudes sont des entités privées qui différent d’un individu à l’autre.

53L’explication de la régularité des comportements par une entité partagée exige que celle-ci soit la même chez tous les acteurs alors que l’explication par l’habitude ne l’exige pas. Une même performance, rouler convenablement à bicyclette, peut être le résultat d’apprentissages différents qui ont créé des habitudes propres à chaque individu. L’auteur fait allusion à la remarque de Quine sur les buissons qui poussent chacun à leur manière selon leur conformation interne mais sont élagués de façon à se ressembler les uns les autres. Une des illustrations qu’il fournit de cette thèse sur la pluralité des habitudes ou des méthodes propres à atteindre une certaine performance me semble éclairante. Lorsqu’une personne a été gravement blessée, elle est soumise à rééducation pour retrouver la marche, voire même la parole. Mais les nouvelles habitudes créées par ce nouvel apprentissage dans ces conditions particulières seront sans doute différentes de celles créées par l’apprentissage initial. La notion d’habitude doit ici être élargie à ce que l’auteur appelle une structure interne causale d’habituation, qui pourrait inclure une base matérielle neurologique, comme l’attestent les réorganisations internes du cerveau après une lésion ou la disparition de la partie qui était le siège des mécanismes anciens.

  • 13 Peut-être pourrait-on trouver dans ces remarques une justification des différences de compétences e (...)

54Les traits que Turner confère au concept d’habitude à différents endroits de son ouvrage font de celle-ci une entité possédée par un individu, susceptible d’entrer dans des relations causales, dont le noyau est une sorte de trace mentale qui persiste entre deux manifestations de l’habitude. Ces traces mentales sont propres à un individu mais nous n’y avons pas accès car elles nous sont opaques. Turner souligne que cette opacité n’est pas le résultat d’un problème épistémologique mais qu’elle est de nature en quelque sorte ontologique. La structure des habitudes constitue le phénomène que visait le concept de « pratique » mais, souligne-t-il, il est inutile de chercher à identifier quelque chose au-delà des pratiques manifestes car il n’y a rien de non individuel derrière. Les habitudes constituent, pour lui, une sorte de concept primitif en sciences sociales. Nous n’avons accès qu’à leurs expressions et c’est à ce niveau qu’il y a des régularités. Nous ne faisons jamais qu’acquérir des habitudes lorsque nous apprenons le langage et le monde simultanément. Il existe une large collection d’habitudes qui, en tant que traces mentales privées persistent et rendent les individus plus ou moins capables de se rapporter les uns aux autres et de s’entendre. Mais nous n’acquérons pas tous les mêmes habitudes car nous ne passons pas tous par les mêmes expériences et nous n’avons pas tous les mêmes ressources tant physiques que cognitives. Toutes les habitudes ne nous permettent pas non plus d’utiliser aussi efficacement le monde et le langage13.

  • 14 On peut sans doute rapprocher ces remarques de Turner des thèses de Patrick Pharo (1996) sur l’acqu (...)

55L’opacité des habitudes fait également sentir ses effets dans le domaine de l’éducation. On considère souvent que l’éducation consiste à placer les individus dans des situations telles que les expériences qu’ils en font produisent des habitudes déterminées, relativement similaires chez tous et dotées d’une certaine efficacité. À cela Turner répond qu’on ne peut jamais savoir quelles habitudes auront été produites ni comment elles se manifesteront plus tard. L’obéissance à des règles que les adultes choisissent de renforcer chez l’enfant afin de lui apprendre l’honnêteté peut aussi bien lui apprendre à feindre de les observer, c’est-à-dire à tricher. Turner se situe ici dans la lignée de Ryle qui observait que pour feindre de faire quelque chose il faut savoir comment faire cette chose réellement, si bien qu’en apprenant à quelqu’un à agir honnêtement, on lui apprend de ce fait une des conditions d’une action malhonnête. Rien n’indique, remarque Turner, que des enfants ayant les mêmes expériences vont acquérir les mêmes habitudes car cela dépend des habitudes qu’ils ont pu acquérir par ailleurs (un jeu censé renforcer une habitude d’honnêteté peut produire cet effet chez l’un mais pas chez l’autre qui a déjà appris à tricher et pour qui ce jeu devient une occasion de renforcer cette habitude de tricher14).

56Enfin, Turner remarque que certaines habitudes ne peuvent être acquises que sur la base d’autres habitudes. Dans bien des cas, la capacité d’accomplir efficacement une certaine sorte de performance ne peut être acquise que sur la base de l’exécution réussie d’une autre sorte de performance. Ces faits pointent vers un lien causal entre des habitudes passées et une facilité à acquérir des habitudes présentes. Turner en tire un principe d’explication des régularités sociales. L’acquisition de nouvelles habitudes s’ajustant aux expériences tend à se répéter, pour former une sorte de tout dont les liaisons causales se renforcent et augmentent le degré de consistance des manifestations observables des habitudes. Ce phénomène d’auto-perpétuation lui semble être à l’origine de la similarité des comportements et de l’ordre social qui en résulte.

Conclusion

57En conclusion, je voudrais proposer une idée reliant les deux parties de ce texte et justifiant du même mouvement son articulation. Cette idée consiste à analyser la notion d’habitude de Turner au moyen du concept de disposition construit par Mumford.

58Lorsque Turner cite les traits que possède, selon l’historien anglais Austin, une partie de la classe politique anglaise – le talent pour les compromis, le souci des droits des autres, la modération de l’expression – il les qualifie aussi bien d’habitudes que de dispositions (Turner, 1994, p. 14). On peut comprendre cette assimilation si l’on remarque que, lorsqu’elles sont spécifiées, les habitudes prennent la forme de propriétés dispositionnelles, au sens de Mumford, puisqu’on s’y réfère par le rôle qu’elles jouent dans certaines occasions. On peut également rapprocher la thèse de l’indétermination de la relation entre les performances et les habitudes qui les causent, de la notion de disposition de Mumford. On peut appeler compétence, en lui donnant une spécification précise (compétence artistique, médicale, interlocutoire, etc.), la cause de la performance, de la même façon qu’on peut dire qu’une disposition est la cause d’une certaine manifestation. Mais, comme le soutenait Mumford, cela ne revient pas à expliquer de façon détaillée les propriétés et les mécanismes qui sont également les causes de cette manifestation. On ne fait appel à aucun mécanisme sous-jacent, plus ou moins mystérieux, que partageraient tous ceux qui se comportent de cette manière. L’identité entre disposition et propriété catégorique est telle qu’elle exclut la permanence d’une propriété catégorique déterminée. On ne peut plus, par conséquent, fonder la similitude des manifestations ou des performances par l’existence d’une propriété stable et déterminée, bien que cela n’entraîne aucun rejet de l’efficacité causale des dispositions ou des compétences. Les individus peuvent agir de la même façon sans partager des entités tacites communes.

59Le seul engagement ontologique que prend Turner à propos des habitudes est d’affirmer l’existence de traces mentales qui constitueraient leur noyau, mais il faut remarquer que cette hypothèse n’implique aucun engagement sur la nature du mental. Cette dualité me semble parallèle à celle de Mumford, qui associe une propriété dispositionnelle à une ou des propriétés catégoriques, en en faisant deux manières de parler d’une même propriété. Le seul engagement ontologique réside finalement dans l’instanciation d’une propriété par un particulier, pour employer le vocabulaire moderne de Mumford, ou la possession d’une propriété par un individu pour employer celui plus traditionnel d’Oliver.

60Évidemment, cet engagement va à l’encontre des doctrines de Ryle et de Quine qui semblaient jusqu’ici particulièrement attirantes pour le sociologue en raison du doute qu’elles permettaient de jeter sur le traitement des qualités des agents comme des variables indépendantes. Mais les conceptions actuelles des dispositions en font des propriétés des particuliers qui, loin d’être immuables, peuvent changer et ont une durée. Si l’on y ajoute la possibilité, théorisée par Mumford, d’avoir une efficacité causale, on conçoit que les dispositions puissent jouer un certain rôle dans l’explication sociologique.

Bibliographie

Antoniol Lucie (1993), Lire Ryle aujourd’hui, Bruxelles, De Boeck-Wesmael.

Aristote (1993), De l’âme, Paris, GF-Flammarion.

Biard Joël (1997), Guillaume d’Ockham, logique et philosophie, Paris, Presses universitaires de France.

Boudon Raymond (1986), L’idéologie, Paris, Fayard.

Boudon Raymond (1995) Le Juste et le Vrai, Paris, Fayard.

Boudon Raymond (1999a), Le sens des valeurs, Paris, Presses universitaires de France.

Boudon Raymond (1999b), « Les Formes élémentaires de la vie religieuse : une théorie toujours vivante ? », L’Année sociologique, 49 (1), p. 149-198.

Bourdieu Emmanuel (1998), Savoir-faire. Contribution à une théorie dispositionnelle de l’action, Paris, Seuil.

Davidson Donald (1993a), « Actions, raisons et causes », in Id., Actions et événements, trad. fr. P. Engel, Paris, Presses universitaires de France, p. 15-36 [1963].

Davidson Donald (1993b), Enquêtes sur la vérité et l’interprétation, trad. fr. P. Engel, Nîmes, Éditions Jacqueline Chambon.

Gochet Paul & Pascal Gribomont (1990), Logique, méthodes pour l’informatique fondamentale, Paris, Hermès, vol. I.

Goodman Nelson (1984), Faits, fictions et prédictions, Paris, Minuit [1949].

Merchiers Jacques (2000), « A-t-on besoin de compétence pour travailler ? », Travailler, 4, p. 43-71.

Mumford Stephen (1998), Dispositions, Oxford, Oxford University Press.

Libera Alain de (1996), La querelle des universaux, Paris, Seuil.

Oliver Alex (1996), « The Metaphysics of Properties », Mind, 105, p. 1-88.

Pharo Patrick (1996), L’injustice et le mal, Paris, L’Harmattan.

Quine Willard Van Orman (1976), The Ways of Paradox and Others Essays, Cambridge, Mass., Harvard University Press [1966].

Ryle Gilbert (1978), La notion d’esprit, trad. fr. S. Stern-Gillet, Paris, Payot [1949].

Turner Stephen T. (1994), The Social Theory of Practices, Cambridge, Polity Press.

Notes

1 Selon une conception de l’ontologie que développe Pierre Livet dans ce volume.

2 Voir à ce sujet l’article de Nicole Ramognino dans ce volume.

3 Y compris sociologique comme le souligne d’ailleurs Antoniol (1993, p. 90).

4 En logique des propositions, A=>B est vrai dans tous les cas sauf si A est vrai et B faux. C’est la définition de l’implication faible. Sur la différence entre implication faible et implication forte, qui suppose une connexion conceptuelle ou sémantique entre A et B, cf. Gochet & Gribomont (1990, p. 32).

5 Comme le suggère Ruwen Ogien dans ce volume, le matérialisme éliminatif n’a rien d’attrayant pour la sociologie.

6 « Posséder une propriété dispositionnelle n’est pas être dans un état particulier » (Ryle, 1978, p. 43).

7 Traduction de categorical, terme utilisé fréquemment dans les discussions philosophiques sur les dispositions et qu’on tentera de préciser infra.

8 Soutenir, comme le fait Dummett, qu’une disposition est tout simplement une qualité dont nous ne sommes pas directement conscients ne tient pas compte du fait que nous ne connaissons les qualités des choses qu’à travers leurs manifestations observables. Une propriété non dispositionnelle ne nous est connue que grâce à sa disposition à affecter nos sens comme le remarque Mumford (1998, p. 45).

9 Posséder un pouvoir causal est une condition nécessaire pour qu’existe une propriété non abstraite et non relationnelle (Mumford, 1998, p. 122).

10 Mais ce n’est pas un monisme dispositionnel, à la différence d’Emmanuel Bourdieu (1998) qui refuse de considérer les propriétés des individus indépendamment de leurs déterminations contextuelles et assimile la disposition à un « concept fondamentalement relationnel » irréductible, semble-t-il, à une entité actuelle dotée de pouvoirs causaux.

11 Comme le souligne Alex Oliver (1996) ceci veut dire que les particuliers possèdent des propriétés ou que les propriétés sont les sortes de choses qui peuvent être possédées par les particuliers.

12 Davidson (1993, p. 336) s’élève contre le fait qu’« un certain concept de relativisme conceptuel semble inspirer la thèse quinienne selon laquelle il faut relativiser la référence, la vérité et l’ontologie à une théorie d’arrière-plan du langage ».

13 Peut-être pourrait-on trouver dans ces remarques une justification des différences de compétences entre les individus sans devoir recourir à des explications qui fondent les compétences sur des attributions sociales ou des croyances illusoires qui seraient l’effet de déterminismes sociaux (cf. Merchiers, 2000).

14 On peut sans doute rapprocher ces remarques de Turner des thèses de Patrick Pharo (1996) sur l’acquisition du sens moral chez l’enfant qui évitent elles aussi de faire appel à des normes tacites.

Notes de fin

1 Je remercie les membres du groupe « Philosophie et Sciences Sociales » ainsi que Louis Quéré et les participants à son séminaire de l’EHESS pour leurs critiques et suggestions.

Auteur

Sociologue, chercheur à l’Université Paris X Nanterre.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search