Version classiqueVersion mobile

L’enquête ontologique

 | 
Pierre Livet
, 
Ruwen Ogien

Recherches

Le suicide est-il une chose sociale ?

Catégorisation, classification et connaissance sociale

Is Suicide a Social Thing ? Categorization, Classification and Social Knowledge

Bernard Conein

Résumé

La critique de la conception durkheimienne du suicide est dominée par des arguments interprétatifs qui mettent en cause un parti pris réaliste en sociologie. Cette critique cependant ne prend pas en compte deux autres alternatives : (i) un réalisme naturaliste où le changement dans l'échelle d'analyse permet de mettre en correspondance propriétés sociales et propriétés naturelles ; (ii) un réalisme épistémique qui reconnaît une validité à la connaissance sociale du suicide produite en institution.

Texte intégral

« Que Le suicide soit conçu comme un modèle de recherche, rien n’est plus tragique pour l’histoire de la sociologie. » (Sacks, 1993, trad. modifiée)
« Si l’on met en doute une intention de suicide sous prétexte qu’une analyse microscopique dissout la solidité des buts et des intentions en ne laissant subsister qu’un tissu d’intentions diverses et indémontrables, on devrait alors interroger toutes les actions quelles qu’elles soient, puisqu’on ne peut comprendre une action qu’à partir des intentions supposées de l’acteur. » (Goffman, 1974)

  • 1 Les arguments présentés dans cet article doivent beaucoup à la discussion de sa première version pa (...)

1La conception standard de la constitution des faits sociaux reste largement dominée en sciences sociales, quelles qu’en soient les versions, par un état d’esprit durkheimien. Les arguments qui prétendent mettre en cause la construction durkheimienne sont souvent des atténuations des aspects les plus contestables de celle-ci dans la mesure où ils maintiennent ce qui en forme la quintessence : il existe des faits qui ne doivent leur existence ni à leur réalité mentale, ni à leur état physique, et qui sont d’essence sociale1.

2Le suicide sert à Durkheim de terrain d’expérimentation conceptuelle pour exposer sa conception des faits sociaux. Ainsi, lorsqu’il propose de remplacer notre notion indigène de suicide comme action individuelle intentionnelle de se donner la mort par la distribution du taux de suicide dans une population donnée, il prétend constituer une catégorie nouvelle. Au taux de suicide correspond une catégorie, une classe particulière de faits de telle façon qu’on puisse relier tout suicide à une réalité objective et à des propriétés réelles :

Car ce qui importe, ce n’est pas d’exprimer avec un peu de précision la notion que la moyenne des intelligences s’est faite du suicide, mais c’est de constituer une catégorie d'objets qui, tout en pouvant être sans inconvénient étiquetée sous cette rubrique, soit fondée objectivement, c’est-à-dire correspond à une nature déterminée de choses. (Durkheim, 1979, p. 2 ; nous soulignons)

  • 1 Durkheim exclut pour le suicide la possibilité de se reposer sur des traits observables et de const (...)

3Sa notion de catégorie est proche de ce que l’on entend aujourd’hui par ce terme : une catégorie est une classe extensionnelle d’entités (Medin, 1989). Elle s’en éloigne cependant car Durkheim admet qu’on puisse construire des classes objectives en dehors de toute aptitude et disposition commune à pouvoir les reconnaître1.

4Une des tentatives de reformuler le problème du suicide va consister à revenir sur la façon dont la catégorie est construite. Dans les années 1970, des travaux en sociologie (Atkinson, 1978 ; Garfinkel, 1967 ; Douglas, 1967 ; Sacks, 1993 ; Taylor, 1982) proposent une révision majeure de la formulation classique, qui prend la forme d’une interrogation sur la façon dont l’information initiale sur le suicide est conçue par Durkheim : selon quels mécanismes une mort non naturelle est-elle représentée comme un suicide ? Quel type de catégorie correspond au terme « suicide » ?

5Comme le souligne Atkinson (1978, p. 7), auteur d’une des critiques les plus explicites de la théorie durkheimienne du suicide, « la question “comment des morts en viennent-elles à être catégorisées comme étant des suicides” constitue la meilleure formulation de ce problème de recherche ».

6Mais chercher une manière différente de constituer le suicide en phénomène social soulève deux problèmes.

  • 2 Sperber (1996, p. 20) souligne que les conceptions ontologiques en sciences sociales sont implicite (...)

7Le premier porte sur la présupposition ontologique qui gouverne la conception durkheimienne des entités sociales. Cette présupposition a été bien caractérisée par Dan Sperber (1987) comme « présupposition d’une spécificité ontologique du social ». Une des conséquences est qu’elle octroie une indépendance aux sciences sociales vis-à-vis des sciences de la nature en sortant les objets sociaux de la nature. Au nom d’une spécificité du social, ce réalisme sociologique rend impossible toute mise en correspondance entre faits sociaux et faits naturels2.

8Le second problème concerne la façon dont les aptitudes de l’ensemble des agents impliqués dans la classification des morts non naturelles sont appréhendées. Le cadre analytique préconisé par Durkheim suppose que l’analyse de la compréhension sociale courante du suicide n’apporte rien à l’interprétation du suicide. L’intégration des aptitudes de « sens commun » à son analyse du suicide fournit-elle une meilleure explication de son caractère social ? Elle pose une hypothèse non envisagée par Durkheim : la reconsidération de la valeur cognitive du sens commun par un examen détaillé de ses aptitudes.

9Les révisions proposées à la construction durkheimienne permettent-elles de penser autrement la matérialité et l’objectivité des faits sociaux ? En reliant, comme le propose Atkinson (1978), puis Taylor (1982), la représentation du suicide avec la représentation d’une mort humaine, peut-on reconstruire la chaîne causale qui faisait défaut au mode d’explication durkheimien ?

Le suicide et la constitution des choses sociales

10La sociologie du suicide peut-elle renoncer à l’idée d’autonomie du fait social sans renoncer en même temps à l’idée du caractère social du suicide ?

  • 3 À l’exception de Taylor (1982), les sociologues qui se sont intéressés aux activités cognitives des (...)

11La critique de la théorie durkheimienne du suicide est largement dominée dans les années 1970 par des arguments interprétatifs. On qualifie d’interprétatifs, en sciences sociales, les courants qui mettent l’accent sur la connaissance et les aptitudes des agents sociaux. La critique de Durkheim exposée par Atkinson (1978), Douglas (1967), Garfinkel (1967), Sacks (1993) adopte une option de ce genre3.

12Dans ces travaux, ce sont autant les aspects ontologiques qu’épistémiques de la conception durkheimienne qui sont objets de critique. La critique de l’idée qu’au taux de suicide correspond une catégorie objective de phénomènes s’accompagne d’une analyse des aptitudes cognitives des agents.

La représentation du suicide en taux de suicide

13L'ontologie sociale implicite de Durkheim se manifeste par le rôle crucial donné à la représentation du suicide en termes de « taux social des suicides ». Le suicide est rendu objectif et social par sa représentation numérique en taux.

  • 4 La conception des statistiques comme instrument de constitution des faits sociaux est développée da (...)

14En effet Durkheim attribue, dans Le suicide, un statut principiel à la représentation statistique comme moyen de constituer le suicide en fait social4. Le taux social des suicides permet un accès à « la nature de la réalité à laquelle il correspond et qu’il exprime numériquement ». Donc pas de représentation objective du suicide sans sa représentation en taux de suicide :

En effet, si, au lieu de n’y voir que des événements particuliers, isolés les uns des autres, et qui demandent à être examinés chacun à part, on considère l’ensemble des suicides commis dans une société donnée pendant une unité de temps donnée, on constate que le total ainsi obtenu n’est pas une simple somme d’unités indépendantes, un tout de collection, mais qu’il constitue par lui-même un fait nouveau et sui generis, qui a son unité et son individualité, sa nature propre par conséquent, et que, de plus, cette nature est éminemment sociale. (Durkheim, 1979, p. 8)

15L’hypothèse que la statistique permet de représenter le suicide comme fait social devient source de problème lorsqu’elle est interprétée comme moyen de constituer la « choséité » sociale du suicide. L’idée de constitution peut être comprise en effet de deux manières :

  1. Au sens faible, la constitution n’est qu’une traduction de propriétés préexistantes au moyen d’une méthode : le suicide est un événement social objectif qui existe indépendamment des représentations internes des agents.

  2. Au sens fort, la constitution est un processus de construction de propriétés : les propriétés objectives et sociales du suicide ne sont discernables par l’observateur que si on les représente conceptuellement par un taux social.

  • 5 Les présentations en France de l’épistémologie durkheimienne ont toujours insisté sur l’idée que Du (...)

16Dans le second cas, le taux de suicide constitue au sens fort le suicide comme fait social : le fait (ou ses constituants) ne préexiste pas à cette représentation5.

17Durkheim ne tranche pas entre les deux interprétations, ce qui laisse un avenir prometteur aux commentaires sur son œuvre selon les passages qu’on affectionne.

18Nous suggérons une raison pour expliquer l’instabilité de la conception de Durkheim sur la relation des statistiques à la constitution des faits sociaux. L’ambiguïté de l’argument défendu proviendrait en fait des deux aspects, étroitement associés, du réalisme sociologique : rendre compatible l’autonomie des faits sociaux avec leur choséité. Lorsque l’accent est mis sur les propriétés sociales, la représentation statistique a essentiellement un rôle épistémique d’instrument méthodologique pour accéder à leur contenu. Mais s’il est mis sur la choséité, l’interprétation réaliste et ontologique prédomine : à la représentation statistique correspond bien alors une réalité objective qui est découverte au moyen de celle-ci, mais elle n’existe jamais indépendamment d’elle.

  • 6 C’est Ruwen Ogien qui m'a rendu sensible à l’importance des relations entre dualisme et réalisme en (...)

19Les lectures de Durkheim ont souvent souligné cette équivoque dans la fonction donnée aux statistiques dans la représentation des faits sociaux. Mais cette équivoque tient, selon nous, à la particularité de la construction durkheimienne. C’est plutôt sa tentative de concilier dualisme et réalisme6 qui le conduit à créer un gouffre entre propriétés sociales et propriétés naturelles. À des propriétés non réductibles, à la fois supra individuelles et supra physiques, il semble difficile de trouver une correspondance dans un mode quelconque de réalisation matérielle ou dans une catégorie objective, même en adoptant une ontologie assez large.

L’argument interprétatif sur le suicide

20En quoi une approche interprétative permet-elle une alternative aux impasses du réalisme sociologique ?

21Il existe au moins deux manières d’atténuer les points contestables de l’autonomisation du social :

  1. On peut contester l’implicite ontologique lui-même et dire que des notions comme celles de « fait » et de « choséité » sont inapplicables au suicide quel que soit le dispositif méthodologique choisi pour les caractériser. Dans ce cas, c’est l’idée qu’il existe des faits sociaux, objectifs et réels (ou qu’au terme suicide correspond une catégorie), qui est récusée.

  2. On peut reconstruire la notion de fait social appliquée au suicide en évitant le dualisme ontologique. Ce qui est récusé chez Durkheim sera donc moins la notion de faits sociaux que l’idée qu’aux taux de suicide correspondrait un genre de fait spécifique.

22C’est la première version qui prédomine dans les nouvelles analyses du suicide. Le réalisme sociologique implicite de Durkheim est directement visé, et donc l’idée d’une choséité « sociale » du suicide. Elle s’accompagne d’une position sceptique quant à la possibilité d’atteindre une objectivité quelconque lorsqu’une mort humaine est représentée par une communauté comme suicide. Deux types d’arguments sont étroitement associés :

  1. Un argument anti-réaliste sur le mode d’existence du suicide : aucun état de choses, aucune propriété naturelle ne peuvent être saisis lorsqu’une mort est représentée ou désignée comme un suicide – « les suicides ne sont pas un genre de choses possédant une nature fixe en attente d’être correctement ou incorrectement catégorisées par les officiels » (Douglas, 1967).

    • 7 Il serait plus juste de parler d’un argument aux implications sceptiques et relativistes car Atkins (...)

    Un argument sceptique sur la connaissance sociale : aucune connaissance valide sur le suicide ne peut être atteinte étant donné la nature des sources informationnelles des descriptions statistiques7.

23Pour que le premier argument atteigne véritablement son objectif, il doit viser non le réalisme en général mais le réalisme sociologique. La réalité objective du suicide n’est pas séparable de l’autonomie sociale propre à cette réalité. Atkinson rappelle justement qu’on ne peut pas distinguer chez Durkheim l’idée du caractère factuel du suicide de la présupposition d’une spécificité sociale du fait :

Ainsi c’est le mode d’existence supposé des faits sociaux autant que l’idée de les analyser comme des sortes de choses qui apparaissent obscurs. De même, que peut donc vouloir dire le fait qu’un suicide peut être caractérisé à la fois comme social et comme constituant une entité factuelle ? [] Le problème central devient donc la possibilité même de considérer les phénomènes sociaux comme des faits. (Atkinson, 1978, p. 18)

24On ne peut être plus explicite pour refuser l’idée d’associer au suicide une catégorie sociale objective. Si une entité a des propriétés sociales, alors elle ne peut avoir une existence indépendante des représentations ou des croyances des agents.

25Le second argument tire les implications de l’abandon du réalisme sociologique pour la connaissance du suicide. Si le terme « suicide » ne désigne aucun genre de choses, alors, quel que soit le genre d’information utilisé, aucune description valide ne sera atteinte :

Dire que l’erreur de Durkheim a été d’utiliser des données officielles plutôt que, par exemple, d’étudier des variations dans les rapports sur les suicides, c’est supposer qu’il est évident que les événements qui surviennent doivent être considérés par les sociologues comme « vraiment des suicides ». (Sacks, 1993, p. 21)

  • 8 En Angleterre et aux États-Unis, les coroners sont les agents chargés d’enquêter sur une mort suspe (...)

26Sacks, comme Atkinson, insiste sur ce point : la double dépendance sociale de la connaissance du suicide vis-à-vis des institutions et des modèles de sens commun. Or soutenir que la classification statistique n’est pas fiable suppose qu’un mode de désignation du suicide peut être fiable si on utilise d’autres sources. La classification du coroner8 n’est pas plus valide que celle du statisticien ou de l’homme ordinaire.

27Selon Atkinson, il n’y a pas de critères pour distinguer le modèle d’explication sociologique du suicide, ni des modèles utilisés par les coroners, ni de ceux employés par des personnes ordinaires :

On peut tout à fait argumenter que ce que les chercheurs font est simplement rendre explicites des explications implicites des coroners […] Les indices que les coroners utilisent comme indicateurs de l’intention de suicide présentent des similarités avec les variables relevées par les scientifiques dans leur tentative d’expliquer les causes du suicide. Mais plus encore, il existe une correspondance entre ces explications et celles utilisées par l’ainsi nommé « homme moyen ». (Atkinson, 1978, p. 144)

28Si donc l’information sur le suicide et ses causes sociales provient des institutions, le modèle cognitif utilisé provient quant à lui de la connaissance commune.

29Les objections adressées à Durkheim par les sociologues interprétatifs reposent donc sur l’association entre deux thèses : le suicide n’est pas une chose sociale et la connaissance qu’on en a est basée sur des modèles de sens commun.

30Si l’idée de fait social est contradictoire, alors la connaissance de ses propriétés sociales ne prend plus la forme d’une quête de faits. L’examen de l’activité cognitive des agents se substitue à une sociologie de l’enquête.

Le suicide et la classification sociale des morts humaines

31Si au terme « suicide » ne correspond pas une catégorie stable, cela peut signifier deux choses : soit au mot correspondent plusieurs catégories (accident, homicide, suicide…), soit effectivement aucun genre de catégories n’en est le corrélat. Le problème du suicide pourrait-il être éclairé si l’on se penchait d’abord sur la formation de la représentation plutôt que sur la constitution du fait ?

32L’approche interprétative suggère une telle piste lorsque Atkinson propose d’examiner comment des morts humaines sont représentées comme des suicides. Le mécanisme même de construction de la représentation devient l’objet de l’étude puisque le suicide n’est plus traité comme un fait social.

  • 9 « Analyser comment on décide qu’il s’agit d’un suicide et comment un acte doit être conçu de telle (...)

33Sacks (1993, p. 21) avait déjà suggéré une solution similaire en mettant l’accent sur la catégorie et sur sa procédure d’application : « Il apparaîtra que c’est la catégorie et la procédure pour l’appliquer qui constitue le problème sociologique intéressant9. »

34Cette option présente un double avantage. Tout d’abord, une alternative est offerte à l’approche classique du suicide sans qu’une analyse des propriétés sociales du suicide soit pour autant abandonnée. Le second avantage est qu’elle ouvre une perspective empirique, basée sur une microanalyse de l’activité cognitive des agents (coroners). Prendre la représentation de la catégorie pour objet devient alors un principe de description pour une approche interprétative du suicide : « Tant que la catégorie “suicide” n’a pas été définie, c’est-à-dire tant qu’on n’a pas décrit les procédures utilisées pour recenser les cas de suicide, la catégorie ne peut pas faire partie du dispositif sociologique. » (Sacks 1993, p. 22).

35Le problème du caractère social du suicide se trouve radicalement modifié.

  • 10 On trouve à plusieurs reprises la même insistance sur le fait que la sociologie du suicide ne peut (...)

36D’abord il ne se présente plus comme un problème de constitution des faits sociaux mais de sélection de représentations. La sociologie du suicide devient une sociologie de la classification sociale des morts non naturelles où l’analyse de la classification est présentée comme une étude de la catégorisation des « morts soudaines » (Atkinson, 1978)10.

37Ensuite, la relation que le suicide entretient avec la catégorie qui lui correspond est définie d’une tout autre manière. Pour Durkheim, il s’agit de transformer le terme vernaculaire pour constituer un terme technique auquel va correspondre une catégorie ou une classe stable d’entités. Pour Atkinson et Sacks, il s’agit de partir du terme vernaculaire et de son application, sachant qu’à ce terme ne peut correspondre aucune classe stable (ce qui recoupe en ce point précis l’opinion de Durkheim).

38L’intégration dans la sociologie du suicide d'une problématique de la catégorisation introduit une contrainte nouvelle qui réclame une définition précise. Or il semble qu’Atkinson, comme Sacks, hésite entre deux usages ayant chacun ses implications :

39(i) un usage restreint où la catégorisation se présente comme un jugement de reconnaissance et d’identification : « comment des morts en viennent-elles à être catégorisées comme suicide ? ».

  • 11 Dans l’usage restreint, l’analyse de la désignation des décès correspond à la définition standard, (...)

40Or si l’on opte pour l’usage restreint, la totalité de l’activité cognitive des coroners ne peut être assimilée à une activité de catégorisation, ce qui réduit considérablement le champ d’étude. La question se limite à chercher à quel niveau (et selon quelle modalité) un jugement de type recognitionnel est mis en œuvre dans la représentation d’une mort humaine comme suicide.11

  • 12 Cette procédure ressemble à ce que Pierre Livet appelle une « opération de qualification » (cf. Liv (...)

41(ii) Un usage étendu où la catégorisation est une procédure institutionnelle pour assigner des propriétés nouvelles à des événements ou des actions12.

42Si l’on opte pour l’usage étendu, on prend pour objet l’ensemble de l’activité cognitive des agents en examinant les différents types de jugement qui conduisent à la décision de désignation quand les coroners enquêtent sur les causes d’une mort suspecte. Il est ici exclu que les opérations de désignation mises en œuvre lors des verdicts se réduisent à un jugement de reconnaissance puisque les processus visuels de discrimination sont subordonnés à la production de connaissances réflexives spécialisées.

43Or seule l’analyse de l’activité cognitive des producteurs de la connaissance sociale du suicide permet de trancher entre ces deux options. De ce point de vue, les indications ethnographiques apportées par les deux recherches, d’Atkinson et de Taylor, sur le travail des coroners en Angleterre s’avèrent très précieuses.

Les alternatives de désignation : suicide ou accident ?

44Une première indication pour comprendre les activités de classification des coroners concerne la forme d’alternative présentée dans le choix des désignations.

  • 13 La notion de sélection de catégorie est en effet au cœur de la problématique des psychologues et de (...)

45À un niveau superficiel, la formulation de Sacks présente des analogies avec le célèbre texte de Roger Brown (1958), « How Shall A Thing Be Called ? » : « Quels types d’opérations sont mis en œuvre par les membres d’une société lorsqu’ils sélectionnent des catégories ? » (Sacks 1964-1965, Lecture 6)13.

46Pourtant cette analogie avec la théorie standard de la catégorisation (Brown, 1958 ; Rosch, 1973) s’avère trompeuse. En psychologie, le problème de la sélection des catégories se présente de manière différente : une même sorte de chose (un chien) peut être désignée de plusieurs façons (« fox-terrier », « chien », « animal »). Dans le cas d’un événement comme une mort humaine, la sélection d’une désignation se présente autrement :

  1. le même événement peut être classé de différentes manières : ainsi, une mort soudaine peut appartenir à la classe des suicides, des accidents ou des homicides ;

  2. le même terme peut désigner des catégories différentes d’événements : ainsi, le terme « suicide » peut exprimer des classes ou des types distincts.

47Or ces deux cas d’alternative classificatoire n’ont pas d’équivalents dans la catégorisation des objets concrets familiers. Car les psychologues de la catégorisation assument que la cible de la nomination constitue une seule et même sorte de chose. Les désignations alternatives se distribuent selon des niveaux taxinomiques distincts sans que la stabilité des partitions soit en cause : si un cheval est susceptible d’être désigné aussi comme « mustang » et comme « mammifère », il ne sera jamais classé comme « chat » ou comme « reptile ».

  • 14 Ce n’est pas que le problème ne puisse pas se poser mais ce n’est pas le problème qui intéresse Bro (...)

48Dans l’approche de la psychologie cognitive, chaque catégorie, dans une procédure de catégorisation, exprime un niveau d’abstraction sans cesser de nommer le même genre de chose. Rosch s’intéresse à un problème plus modeste que celui posé par Atkinson. Ainsi, n’est pas envisagé le second problème, où un même spécimen peut être désigné par plusieurs catégories : un poisson classé comme « reptile » ou comme « mammifère »14.

  • 15 La désignation d’une mort comme suicide est une désignation d’événement plutôt qu’une désignation d (...)

49Si la désignation des morts humaines relève donc du second problème, c’est bien que le phénomène désigné peut appartenir à des catégories réellement différentes : bien qu’un suicide ne soit pas une mort accidentelle, un même type de décès peut être désigné comme accident ou comme suicide15. C’est cette difficulté qui va conduire Taylor (1982) à défendre l’idée que dans le cas d’une overdose ou d’un accident de voiture en état d’ivresse, il faudrait construire une catégorie additionnelle, ni suicide, ni accident, sans pour autant conclure au verdict « cause inconnue ». Il devient alors difficile de savoir si ces présentations différentes expriment le même état de choses ou des états de choses différents.

  • 16 Atran comme Berlin soulignent que le problème central n’est pas tant une différence dans la procédu (...)

50Cette différence dans la façon dont se pose le problème des sélections de désignation dans le cas du suicide n’est donc pas étrangère au problème de la nature de la réalité sociale. La différence entre les deux genres de catégorisation proviendrait de la manière dont les entités sociales sont constituées en catégories (Atran, 1990 ; Berlin, 1992)16.

Les niveaux de classification

51Une autre particularité de l’activité de classification des coroners tient au fait qu’il n’existe pas une décision unique de catégorisation. En effet, l’application des opérations de classification est séquentielle (Atkinson, 1978), et il y a plusieurs choix de désignation à chaque étape de l’enquête. Taylor (1982) distingue trois phases dans l’activité de classification :

  • Étape 1 : la classification d’un événement comme une mort – un événement est identifié comme une mort humaine par une ou plusieurs personnes qui font appel à un médecin et à la police si la mort résulte de causes non naturelles.

  • Étape 2 : la classification d’une mort comme mort non naturelle – si les causes sont inconnues, on fait appel à un coroner qui procède à un examen pour décider si elles sont naturelles ou non.

  • Étape 3 : la classification d’une mort non naturelle comme suicide – si les causes du décès sont non naturelles, une procédure d’enquête est mise en œuvre qui doit aboutir à un verdict qui se traduit par la sélection d’un terme parmi cinq : mort naturelle, accident, suicide, homicide, causes inconnues (open verdict).

52Chacune de ces étapes implique une opération de classification de nature différente. Or si la classification est conçue comme une catégorisation, il faut pouvoir préciser la nature du jugement de classification à chacune des trois étapes. Il faut également spécifier quelle étape comporte un jugement de catégorisation.

  • 17 Les deux auteurs confondent les processus cognitifs de base et ce que Goldman (1992) appelle les «  (...)

53Faute de soulever ces problèmes, Atkinson et Sacks ne prennent en compte que le résultat du processus. La catégorisation sociale, c’est le verdict, la validation sociale de la désignation, accomplis à la troisième étape. Mais en mettant l’accent sur la désignation institutionnelle, les deux sociologues optent implicitement pour l’usage étendu de la notion de catégorisation et devraient logiquement renoncer à l’usage restreint17.

54La prise en compte des niveaux de désignation n’exclut pas de se poser la question : y a-t-il un niveau où un jugement d’identification est effectué ? Pour répondre à cette question, il faut entrer dans une exploration plus détaillée de l’activité cognitive des coroners.

Jugement de catégorisation : discrimination et diagnostic

55Une analyse des opérations de classification dans le traitement des suicides conduit à restreindre le rôle donné à la reconnaissance ou à la connaissance visuelle et en conséquence à la catégorisation au sens restreint.

56En suggérant cette ré-interprétation du rôle de la catégorisation dans l’analyse du suicide, nous ne rejetons ni l’idée que des jugements de catégorisation soient utilisés dans la procédure d’enquête, ni celle que des procédures d’identification visuelle soient à l’oeuvre, mais ces jugements ne sont pas moins importants que les heuristiques, les processus de diagnostic et de prise de décision. La catégorisation au sens restreint n’occupe pas dans l’enquête une place plus grande que d’autres processus cognitifs comme la mémoire, l’attention et la vision.

57Il faut en effet distinguer le diagnostic final du coroner (à l’étape 3 de la classification) qui implique une prise de décision institutionnelle (le verdict) et les jugements de discrimination précédant le verdict. Dans ce cadre, l’assimilation du verdict à un jugement de catégorisation est aussi contestable que l’assimilation d’une activité de discrimination à un jugement de catégorisation.

  • 18 Établir un diagnostic médical inclut l’accomplissement séquentiel non pas d’un seul mais de deux pr (...)

58La classification d’une mort suspecte par le coroner ressemble aux processus de diagnostic observés dans le domaine médical (Swets, 1998) où les opérations de discrimination sont nettement séparées des opérations de décision. Selon Swets qui a proposé un modèle du diagnostic médical, il faut distinguer deux étapes qui correspondent à deux processus cognitifs différents18 :

  1. un processus de détection et/ou de discrimination de stimuli qui concerne des états dans le monde et utilise des représentations iconiques ;

  2. un processus de décision qui concerne une alternative (traitement/non traitement).

59La distinction entre opération de discrimination et opération de diagnostic conduit à une autonomisation des tâches : un traitement peut être recommandé alors qu’il n’y a pas de symptôme ou aucun traitement n’est recommandé alors qu’il y a bien symptôme.

60On trouve des exemples similaires dans le cas du suicide :

  1. un verdict de suicide est établi alors que les indices montrent qu’il s’agit d’un accident ;

  2. le coroner n’est pas requis alors qu’il y a des indices d’un suicide.

61La distinction entre discrimination et diagnostic conduit-elle à abandonner toute référence à la notion de catégorisation pour comprendre comment une mort en vient à être représentée comme un suicide ?

  • 19 Harnad (1990) distingue la discrimination de l’identification de la manière suivante : « Discrimine (...)

62Si l’on opte pour un usage restreint de la notion de catégorisation, aucun des deux processus décrits par Swets ne se présente comme une opération de catégorisation. D’abord le jugement de discrimination19 porte sur une caractérisation des indices en vue d’un diagnostic sans que soient mobilisées des représentations catégoriales. Quant au diagnostic conduisant au verdict, il se manifeste comme une prise de décision ayant des conséquences organisationnelles : le verdict arrête l’incertitude sur la possibilité de faire correspondre aux termes plusieurs catégories.

63Les sociologues acceptent un usage trop étendu de la notion de catégorisation qui s’ajuste mal aux données qu’ils présentent. L’analyse du suicide en termes de catégorisation apparaît en fait comme un moyen de justifier l’hypothèse qu’aucune catégorie stable ne correspond au terme « suicide ». L’examen de la façon dont une mort est représentée comme suicide par les coroners souligne surtout que cet événement ne se laisse pas appréhender, ni classer, comme un genre naturel.

La nature de la connaissance sociale

64L’approche interprétative opère un déplacement d’une sociologie à la quête de faits sociaux à une sociologie qui cherche à décrire les mécanismes de l’activité cognitive des agents. L’activité cognitive des agents est complexe car les processus analysés requièrent chaque fois des modes différents d’explication.

65Le réalisme sociologique peut être rejeté pour deux raisons : parce qu’aucune réalité ne correspond au taux social des suicides ; ou bien parce qu’aucune réalité (ou catégorie) ne correspond au terme « suicide », quelle que soit la façon dont celui-ci est conçu.

  • 20 Taylor (1982) distingue, à la différence d’Atkinson, deux sortes de scepticisme : un scepticisme su (...)

66Nous avons montré que l’approche interprétative de Atkinson et de Sacks adopte la deuxième raison, l’analyse en termes de catégorisation étant un moyen pour la justifier. Mais on peut, comme Taylor (1982), se contenter de la première raison. En effet, si aucune réalité ne correspond aux taux de suicide, des faits sont néanmoins accessibles, en particulier lorsque l’on examine les activités cognitives des coroners20.

67Les manières de rejeter la spécificité ontologique du social sont multiples. Si toutes impliquent de revenir sur ce qui est considéré comme fait par Durkheim, elles laissent néanmoins ouvertes deux possibilités non explorées par les sociologues interprétatifs : (i) concevoir autrement l’objectivité des faits sociaux ; (ii) accorder une validité aux activités cognitives des agents ou des institutions.

68Il existe au moins trois possibilités de préserver la notion de fait sans pour autant accepter le réalisme sociologique.

  • 21 Goldman (1999) parle, à propos du droit, des « faits légaux » qui dépendent des catégories juridiqu (...)

69D’abord, on peut distinguer des modes différents de constitution des faits sans récuser les critères d’objectivité et de validité. On accepte alors qu’un fait social, comme le suicide, ne soit pas constitué indépendamment de procédures institutionnelles, celles-ci fixant ses conditions d’existence pour une période historique donnée. Cette option conduit à préconiser une forme de dualisme épistémique puisqu’elle admet que les faits sociaux ne sont pas constitués comme les faits naturels, sans pour autant endosser le dualisme ontologique implicite de Durkheim. La théorisation durkheimienne est recomposée en gommant ses points les plus contestables. La distinction proposée par Searle (1995) entre fait institutionnel et fait brut est une illustration de cette approche21.

70Ensuite, on peut préserver l’idée qu’il n’existe qu’un seul événement réel correspondant au terme suicide : une mort humaine. La microsociologie du suicide d’Atkinson et Taylor commence par analyser ce qui se produit à la source.

71Les auteurs partent des informations initiales provenant de l’observation d’un type de décès. La relation informationnelle entre propriétés sociales et propriétés naturelles peut alors être recomposée en préservant l’unicité des faits. Le suicide est un événement réel ayant des propriétés physiques (en tant que genre de mort humaine) articulées à des propriétés sociales en tant qu’action humaine évaluée par une communauté.

72Enfin, on peut s’intéresser aux contenus empiriques des diagnostics et des heuristiques des coroners dans la perspective d’une évaluation des critères et des méthodes utilisés dans l’enquête. Cette dernière approche suppose que les connaissances produites par les institutions peuvent reposer sur des faits. La remise en cause du taux de suicide comme instrument de représentation du caractère social du suicide n’élimine donc pas la nécessité d’interroger la validité de la connaissance sociale produite par les coroners et donc le contenu des représentations qu’ils produisent à propos du suicide.

  • 22 Je ne traiterai pas de la première option dans la mesure où la théorie des faits institutionnels ne (...)

73Les observations relevées par Atkinson et Taylor sur les activités cognitives des coroners autorisent les deux dernières interprétations22.

La mort humaine comme événement

74L’examen du type de mort, celui-ci étant vu comme enregistrant une information initiale avant le verdict, peut s’interpréter comme un retour à la relation causale entre un événement naturel (une mort humaine) et un mode de désignation. C’est évidemment l’interprétation de cette relation causale avant le verdict qui devient l’objet même d’analyse. Cette réduction est une manière de donner un statut descriptif à une microsociologie du suicide. Ce retour à une information initiale exprime bien l’idée d’Atkinson et Sacks selon laquelle la catégorie suicide est l’information de sortie d’un processus de traitement de représentations.

  • 23 Dans son programme de recherche naturaliste, Sperber (1996. p. 13) rejette l’idée de mettre en rela (...)
  • 24 Les indices primaires sont les informations recueillies sur le corps du mort qui permettent de dist (...)

75En effet, toute approche microsociologique recherche une description plus fine utilisant une échelle d’analyse moins artificielle que le taux de suicide23. Si l’on veut traiter le suicide comme un fait, on n’a pas besoin de recourir à une unité abstraite (le taux de suicide), il suffit de partir d’un événement réel et physique (la mort humaine). Ensuite, on peut se demander comment les propriétés physiques liées à la mort humaine correspondent avec les propriétés sociales du suicide, sans supposer deux événements (une mort et un suicide). Pour obtenir cette réduction d’échelle, il faudrait distinguer l’information sur l’événement (ce qu’Atkinson appelle les indices primaires)24 des informations contextuelles additionnelles apportées dans l’enquête.

76Cette interprétation peut conduire à une version naturaliste qui soutient que l’accès aux propriétés sociales comporte des similarités avec l’accès aux propriétés physiques. Elle est compatible avec le sens restreint de la catégorisation, comme jugement intuitif de reconnaissance. Il n’est pas en effet exclu que nous disposions d’aptitudes à reconnaître ou détecter des scénarios sociaux types sans avoir besoin de recourir à des diagnostics ou des heuristiques. Si cela semble peu probable pour le suicide lui-même, la reconnaissance du caractère intentionnel d’un comportement et la discrimination entre mort naturelle et mort volontaire reposent sur de tels mécanismes.

77Lorsque Sacks doute qu’il existe « vraiment des suicides » (Sacks, 1993), il ne donne au lecteur aucun moyen de savoir s’il met en cause : (i) le fait que le suicide soit un événement sans mettre en cause que la mort le soit ou (ii) le fait que le suicide et la mort ne sont pas des événements mais des conduites humaines interprétées.

78Le fait qu’il y ait des divergences entre coroners sur le diagnostic n’implique pas qu’il y ait plusieurs événements, ni que ceux-ci ne soient que le produit de points de vue.

79Une réduction microsociologique a l’avantage de ne pas exclure de tisser des liens entre sociologie et psychologie. Si la connaissance sociale repose sur des processus cognitifs, par exemple des mécanismes de reconnaissance à base visuelle portant sur des scénarios sociaux, l’analyse des processus cognitifs se lie avec celle des relations sociales.

La validité de la connaissance sociale

80Une raison de douter du contenu de la connaissance sociale du suicide proviendrait de son origine institutionnelle et normative. Mais les principes et les procédures des coroners pour établir la vérité de leur choix de désignation sont-ils si éloignés de ceux utilisés en science ?

  • 25 L’approche préconisée par l’épistémologie est bien exposée dans deux ouvrages : Schmitt (1994. Soci (...)
  • 26 « Dans l’épistémologie et la philosophie des sciences, l’accent est mis sur une spécification optim (...)

81La reconnaissance que la connaissance sociale, provenant des institutions, a une valeur cognitive a été défendue par l’épistémologie sociale25, en particulier, pour le droit, par Goldman (1992, 1999). Elle implique de remettre en cause des critères d’optimisation dans l’acquisition de la connaissance26.

82Cette conception de la connaissance sociale admet que les contenus élaborés dans un contexte institutionnel obéissent à des critères d’objectivité. Ainsi, le fait qu’une source soit officielle n’implique pas que les jugements des agents ne sont pas justifiables.

83Les jugements des coroners auraient donc une validité même s’ils ne répondent pas à des critères optimaux. Dans le cas du suicide, on peut admettre qu’il existe bien des critères objectivables pour décider si telle mort est, dans des circonstances standards, un suicide. Les sociologues interprétatifs ont en effet tendance à surestimer les cas difficiles (comme les noyades, les overdoses ou les accidents de voiture) pour montrer que la décision du coroner est sous-déterminée par les faits.

84L’assimilation, autour de la notion de catégorisation, entre des processus cognitifs de base et des jugements d’expertise conduit à simplifier l’activité des agents. La question de la validité de la connaissance sociale du suicide ne peut pas se réduire à une évaluation des jugements de catégorisation dans la classification sociale. L’activité cognitive des coroners ne peut pas être assimilée à des activités cognitives simples comme classer et désigner des morts suspectes. Les coroners ne sont pas des distributeurs d’étiquettes.

85L’existence d’une pluralité de niveaux de représentation de la mort humaine implique d’accepter la distinction suggérée par Goldman (1992) selon laquelle la connaissance humaine utilise deux modes distincts de cognition.

86La distinction que propose Goldman, entre processus cognitifs de base et jugements secondaires, est pertinente à cause du rôle des institutions dans la production d’une connaissance sur le suicide. C’est l’absence de cette distinction, dans les travaux des sociologues sur la classification des suicides, qui explique un usage trop étendu de la notion de catégorisation.

  • 27 La notion de social epistemic vise à rendre compte des formes non individuelles de justification de (...)

87Les coroners mettent bien en œuvre des jugements secondaires (Goldman, 1992 ; Cox & Goldman, 1994). Ces jugements, s’ils ont comme condition des processus cognitifs de base (perception, mémoire et attention), recourent à des procédures instrumentées (nomenclature, heuristique, technique, enquête) qui supposent un apprentissage formalisé et coûteux. Ces procédures impliquent des opérations variées : des modes formalisés de communication, des types d’argumentation, des règles institutionnelles de contrôle de l’information. Les jugements secondaires reposeraient sur des standards de justification (social epistemics)27 qui visent à produire des connaissances vraies selon un mode différent de fiabilité.

  • 28 Il peut sembler paradoxal d’accuser Durkheim de défendre un modèle individualiste de la connaissanc (...)

88Aucun des sociologues interprétatifs n’envisage de reconnaître une validité aux formes sociales et institutionnelles de la connaissance du suicide, comme s’ils étaient, comme Durkheim lui-même, prisonniers d’un modèle individualiste de la connaissance où le sens commun du social ne peut être que déficient28. Du fait qu’une connaissance est considérée comme sociale, elle échappe aux critères de validité et d'objectivité.

89L’argument interprétatif en sociologie réduit les potentialités critiques d’une sociologie du suicide qui se fonde sur une analyse des activités cognitives des agents. Cette limite est patente concernant l’évaluation de la valeur cognitive des « sources officielles ». Refuser le réalisme sociologique dans le cas du suicide ne conduit pas à récuser d’autres formes de réalisme.

90Mais il est possible que le projet de préserver les faits sociaux sans endosser les postulats du réalisme sociologique s’avère une tentative vaine. Sperber (1996) souligne l’impossibilité de faire correspondre des entités aux catégories sociales puisque les constituants ontologiques des choses sociales sont par nature hétéroclites. Dans cette option, l’argument interprétatif retrouve toute sa force lorsqu'il attaque, dans le réalisme sociologique, le réalisme lui-même.

Bibliographie

Atran Scott (1990), Cognitive Foundations of Natural History : Towards an Anthropology of Science, Cambridge, Cambridge University Press.

Atkinson J. Maxwell (1978), Discovering Suicide : Studies in the Social Organization of Sudden Death, Londres, MacMillan.

Berlin Brent (1992), Ethnobiological Classification, Princeton, Princeton University Press.

Biederman Irving (1995), « Visual Object Recognition », in S. Kosslyn & D. Osherson (eds), An Invitation to Cognitive Science, vol. 2, Cambridge, Mass., MIT Press, p. 121-165.

Brown Roger William (1958), « How Shall A Thing Be Called ? », Psychological Review, 6, p. 14-21.

Cicourel Aaron V. (1967), The Social Organization of Juvenile Justice, New York, Wiley.

Cox James C. & Alvin I. Goldman (1994), « Accuracy in Journalism : An Economic Approach », in F. Schmitt (ed.), Socializing Epistemology : The Social Dimension of Knowledge, Lanham, Rowman & Littlefield, p. 189-215.

Douglas Jack D. (1967), The Social Meanings of Suicide, Princeton, Princeton University Press.

Durkheim Émile (1979), Le suicide, Paris, Presses universitaires de France [1897].

Gane Μike (1997), « Durkheim contre Comte dans les règles », in C. H. Cuin (ed.), Durkheim d'un siècle à l’autre : lectures actuelles des « Règles de la méthode sociologique », Paris, Presses universitaires de France, p. 31-38.

Garfinkel Harold (1967), Studies in Ethnomethodology. Englewoods Clifts, N.J., Prentice-Hall.

Goldman Alvin (1992), Liaisons : Philosophy Meets the Cognitive Science, Cambridge, Mass., MIT Press.

Goldman Alvin (1999), Knowledge in a Social World, Oxford, Clarendon Press.

Harnad Stevan (1990), « The Symbol Grounding Problem », Physica D, 42, p. 335-346.

Medin Douglas L. (1989), « Concepts and Conceptual Structure », American Psychologist, 44, 12, p. 1469-1481.

Ogien Ruwen (1999), « Qu’est-ce que le réalisme moral ? », in Id. (ed.), Le réalisme moral, Paris, Presses universitaires de France, p. 3-194.

Rosch Eleonor H. (1973), « Natural Categories », Cognitive Psychology, 4, p. 328-350.

Sacks Harvey (1993), « La description sociologique », Cahiers de recherche ethnométhodologique, 1, Université de Paris VIII, p. 7-23 [1963].

Schmitt Frederick F. (1994), Socializing Epistemology : The Social Dimensions of Knowledge, Lanham, Rowman & Littlefield.

Searle John (1995), The Construction of Social Reality, New York, Free Press, trad. fr. 1998, La construction de la réalité sociale, Paris, Gallimard.

Sperber Dan (1987), « Les sciences cognitives, les sciences sociales et la matérialisme », Le Débat, 47, p. 105-115.

Sperber Dan (1996) La contagion des idées, Paris, Odile Jacob.

Sperber Dan (1997), « Individualisme méthodologique et cognitivisme », in R. Boudon, A. Bouvier & F. Chazel (eds), Cognition et sciences sociales, Paris, Presses universitaires de France, p. 137-154.

Swets John A. (1998), « Separating Discrimination and Decision in Detection, Recognition and Matter of Life and Death », in D. Scarborough & S. Sternberg (eds), An Invitation to Cognitive Science, Cambridge, Mass., MIT Press, vol. 4, p. 635-702.

Taylor Steve (1982), Durkheim and the Study of the Suicide, New York, St Martin’s Press.

Notes

1 Durkheim exclut pour le suicide la possibilité de se reposer sur des traits observables et de construire une classification basée sur des types sociaux empiriquement reconnaissables. Une des règles de la méthode sociologique ne s’applique donc pas au suicide. Ainsi, concernant le suicide, comme Mike Gane (1997) l’a noté, Durkheim oublie de fonder l’analyse du suicide sur des observables comme il le fait pour le crime. Mais pourquoi le suicide n’est-il pas, comme le crime, reconnaissable par ses caractères observables ? Durkheim s’avère incapable d’utiliser la méthode de classification des types selon des caractères externes (classification morphologique). Selon Gane, Durkheim aurait, dans Le suicide, utilisé une autre méthode (reverse method) : « les causes du suicide sont découvertes par une autre méthode. » (p. 293). Pourquoi, dans un ouvrage qui est considéré comme la démonstration empirique de la validité de la méthode sociologique, Durkheim prend-il autant de liberté avec une règle aussi fondamentale ?

2 Sperber (1996, p. 20) souligne que les conceptions ontologiques en sciences sociales sont implicites et donc plus postulées qu’affirmées. Les ontologies dominantes en sciences sociales seraient dualistes (voir pluralistes) car elles postulent toutes une autonomie ontologique du social. Ruwen Ogien (1999) explicite les implications d'une conception dualiste à la fois dans les sciences sociales (cf. dans ce volume) et dans le domaine moral.

3 À l’exception de Taylor (1982), les sociologues qui se sont intéressés aux activités cognitives des agents sont inspirés par l’ethnométhodologie. Je conçois l’ethnométhodologie comme une version plus explicite et plus cognitive de l’argument interprétatif en sciences sociales, ce qui me permet d’éviter toute discussion sur son originalité ou sur sa spécificité en tant que courant en sociologie.

4 La conception des statistiques comme instrument de constitution des faits sociaux est développée dans l’introduction et dans le chapitre I du livre III où les implications ontologiques prennent le pas sur les considérations épistémiques.

5 Les présentations en France de l’épistémologie durkheimienne ont toujours insisté sur l’idée que Durkheim défendait une approche épistémique de la connaissance et non une approche réaliste basée sur une mise en correspondance entre description et fait. Les éléments réalistes de la sociologie durkheimienne ont été largement sous-estimés.

6 C’est Ruwen Ogien qui m'a rendu sensible à l’importance des relations entre dualisme et réalisme en sciences sociales. La tension entre les deux pôles permet de mieux comprendre la théorisation sociologique de Durkheim. Dans le réalisme sociologique, le réalisme serait constamment atténué par le dualisme.

7 Il serait plus juste de parler d’un argument aux implications sceptiques et relativistes car Atkinson, Sacks, et surtout Garfinkel, défendent une approche pragmatiste de la connaissance : les agents adoptent un « mode réaliste » dans leurs activités de connaissance. Mais les implications sceptiques sont renforcées par leur conception interactionniste de la production de connaissance où tous les contenus de connaissance sont toujours affectés par la manière dont ils sont communiqués.

8 En Angleterre et aux États-Unis, les coroners sont les agents chargés d’enquêter sur une mort suspecte. Ils occupent la fonction du médecin légiste bien que tous les coroners ne soient pas médecins. Les observations de Sacks et Garfinkel (1967) ont été menées au centre de prévention du suicide de Los Angeles aux États-Unis, celles d’Atkinson (1978) dans le comté d’Essex en Angleterre et celles de Taylor (1982) dans le bureau d’un coroner dans les Midlands en Angleterre.

9 « Analyser comment on décide qu’il s’agit d’un suicide et comment un acte doit être conçu de telle sorte qu'on puisse en parler comme “commettre un suicide”, tels sont les problèmes préliminaires de la sociologie. » (Sacks, 1993, trad. modifiée).

10 On trouve à plusieurs reprises la même insistance sur le fait que la sociologie du suicide ne peut être qu’une sociologie de la classification des morts soudaines, en particulier dans le chapitre V du livre d’Atkinson (« Registering Sudden Deaths : Official Definitions and Procedures ») consacré à l’étude des définitions de la catégorie par les coroners.

11 Dans l’usage restreint, l’analyse de la désignation des décès correspond à la définition standard, défendue par les psychologues cognitifs, où la catégorisation se présente comme « une procédure de reconnaissance ». Pour des psychologues comme Brown (1958) ou Rosch (1973) ou encore les analystes de la perception comme Biederman (1995) et Harnad (1990), la catégorisation est étroitement associée à un mécanisme de reconnaissance visuelle.

12 Cette procédure ressemble à ce que Pierre Livet appelle une « opération de qualification » (cf. Livet dans ce même volume) : « qu’est-ce qu’une qualification ? C’est une propriété d'un comportement ou d'un objet qui est admissible par les opérations de l’institution. »

13 La notion de sélection de catégorie est en effet au cœur de la problématique des psychologues et des anthropologues cognitifs des années 1970 ; la terminologie employée par Sacks reflète assez bien cette problématique : « présenter la procédure employée pour choisir une catégorie qui ensuite sera utilisée dans le dessein d'exposer un ensemble d’informations. »

14 Ce n’est pas que le problème ne puisse pas se poser mais ce n’est pas le problème qui intéresse Brown ou Rosch. Le problème de Brown (1958) c’est qu’un même spécimen est désignable par des termes variés : « Nous parlons communément du nom d’une chose comme s’il n’y en avait qu’un seul alors qu’en fait, bien sûr, chaque référent possède différents noms. La pièce de dime dans ma poche n’est pas seulement une “dime”. Elle est aussi de l’“argent”, un “objet de métal”, une “chose” et si l’on prend en compte des catégories subordonnées, une “dime de 1952”, qui est en réalité un exemplaire particulier d’une dime de 1952. »

15 La désignation d’une mort comme suicide est une désignation d’événement plutôt qu’une désignation d’objet. Se pose alors le difficile problème de la désignation des événements et de la façon dont les événements sont individués. Il serait tout à fait légitime de considérer que cette question relève alors plus d'une théorie de la description que d'une analyse de la catégorisation.

16 Atran comme Berlin soulignent que le problème central n’est pas tant une différence dans la procédure de reconnaissance que dans les attentes ontologiques. Selon Berlin (1992), « un de nos arguments majeurs […] est de soutenir que les êtres humains sont partout contraints de la même manière – selon une architecture naturelle de base – dans leur mode conceptuel de reconnaissance de la diversité biologique propre à leur environnement naturel. Par contraste, l’organisation sociale, les rituels ou les croyances religieuses, les notions concernant la beauté-la plupart des aspects du monde qui ont retenu prioritairement l’attention des anthropologues – sont construits par des sociétés humaines […] Alors que lorsque les hommes fonctionnent comme des ethnobiologistes, ils ne construisent pas l'ordre, ils le discernent. »

17 Les deux auteurs confondent les processus cognitifs de base et ce que Goldman (1992) appelle les « méthodes », c’est-à-dire les procédés de connaissance liés à l’usage d’une instrumentation ou d’une méthodologie particulière.

18 Établir un diagnostic médical inclut l’accomplissement séquentiel non pas d’un seul mais de deux processus, qui produit quatre effets : vrai/positif (bonne classification/traitement), vrai/négatif (bonne catégorisation/pas de traitement), faux/positif (fausse classification/traitement), faux/négatif (fausse classification/pas de traitement).

19 Harnad (1990) distingue la discrimination de l’identification de la manière suivante : « Discriminer c’est être capable de juger si deux informations d’entrée sont les mêmes ou différentes et, si elles sont différentes, en quoi elles le sont […] Identifier est pouvoir assigner une réponse unique à travers un nom à une classe d’informations d’entrée en les traitant toutes comme équivalentes ou invariantes. » Seuls, pour lui, les processus d’identification utilisent des représentations catégoriales alors que les processus de discrimination se limitent à traiter des représentations iconiques.

20 Taylor (1982) distingue, à la différence d’Atkinson, deux sortes de scepticisme : un scepticisme sur les données qui est représenté par les études qui mettent en doute la fiabilité des statistiques officielles sur les taux de suicide, et un scepticisme radical qu’il appelle « réjectionniste » où la possibilité de produire une analyse scientifique du suicide est mise en doute.

21 Goldman (1999) parle, à propos du droit, des « faits légaux » qui dépendent des catégories juridiques et des faits matériels qui correspondent aux informations détaillées recueillies sur le cas lui-même. Searle (1995) préconise une coupure plus tranchée entre les deux genres de fait : les faits institutionnels sont autonomes par rapport aux faits bruts. Les faits matériels ne sont donc, pour lui, plus pertinents pour aborder les faits institutionnels.

22 Je ne traiterai pas de la première option dans la mesure où la théorie des faits institutionnels ne met pas en cause les fondements du réalisme sociologique. Bien que Searle (1995) défende un monisme ontologique, sa conception des faits institutionnels apparaît bien comme une version adoucie du réalisme sociologique.

23 Dans son programme de recherche naturaliste, Sperber (1996. p. 13) rejette l’idée de mettre en relation, à propos d’un événement social, les propriétés physiques et les propriétés sociales. Il décrit cette tentative comme une manière d’assouplir les critères de naturalité et la juge peu convaincante.

24 Les indices primaires sont les informations recueillies sur le corps du mort qui permettent de distinguer un type de mort.

25 L’approche préconisée par l’épistémologie est bien exposée dans deux ouvrages : Schmitt (1994. Socializing Epistemology : the Social Dimensions of Knowledge), et Goldman (1999, Knowledge in a Social World).

26 « Dans l’épistémologie et la philosophie des sciences, l’accent est mis sur une spécification optimale des méthodes et des pratiques […] Il est important d'identifier des pratiques sub-optimales car celles qui sont optimales peuvent s’avérer inatteignables ou coûteuses par rapport à des valeurs non épistémiques. » (Goldman 1992, p. 199).

27 La notion de social epistemic vise à rendre compte des formes non individuelles de justification de connaissances. Elles recouvrent des aspects assez variés de la production de connaissances dans des contextes organisationnels (décision collective, expertise) et institutionnels (droit, journalisme, statistique).

28 Il peut sembler paradoxal d’accuser Durkheim de défendre un modèle individualiste de la connaissance alors qu’il en souligne le caractère social dans sa sociologie de la connaissance. Cependant Durkheim reste individualiste pour tout ce qui a trait à la formation de la connaissance sociologique.

Notes de fin

1 Les arguments présentés dans cet article doivent beaucoup à la discussion de sa première version par Alban Bouvier, Pierre Livet et Ruwen Ogien.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search