Version classiqueVersion mobile

L’enquête ontologique

 | 
Pierre Livet
, 
Ruwen Ogien

Repères

Sociologie et ontologie

Sociology and Ontology

Jean-Michel Berthelot

Résumé

Ce texte s’intéresse au « fonctionnement ontologique » de la sociologie. Il se démarque ainsi d’une entreprise plus générale, concernant l’ontologie du social, pour tenter de cerner la place de l’ontologique dans le fonctionnement épistémique d’une discipline comme la sociologie. Il soutient que cette place est ambiguë : la sociologie n’oppose pas une ontologie savante à des ontologies ordinaires, mais intègre ces dernières au sein de « programmes de recherche » divers, définissant des règles minimales d’acceptation et de rejet des entités et des propriétés pertinentes.

Texte intégral

  • 1 Le développement des « nouvelles études sur la science » a entraîné un double effet : celui de reno (...)

1Si l’ontologie est, dans son acception traditionnelle, la science de l’Être-en-tant-qu’Être, ou, dans son acception contemporaine, celle de la clarification de questions telles que « qu’est-ce qu’exister ? Qu’est-ce qu’une substance ? Qu’est-ce qu’un tout ? Qu’est-ce qu’une propriété, etc. » (Mulligan, 2000), il est assez clair qu’elle intéresse peu l’activité professionnelle des chercheurs des sciences empiriques. Ceux-ci, semble-t-il – car parler de l’activité scientifique est devenu de plus en plus difficile1 –, s’intéressent à des entités déterminées, relevant de leur domaine de travail, aux propriétés de ces entités et aux relations qu’elles peuvent avoir entre elles : cette macromolécule est-elle capable de favoriser le développement de ce processus ? Quels effets produit l’introduction d’une tierce personne dans une négociation entre deux partenaires ? Le système scolaire engendre-t-il nécessairement une sélection sociale des élèves ? Qu’est-ce qu’un « Hobo » ? Certes, lors de controverses majeures ou de moments disciplinaires particuliers – notamment de rupture –, des questions ontologiques proprement dites émergent, concernant les critères d’acceptation d’entités ou de propriétés : peut-on accepter l’idée d’action à distance ? Peut-on admettre l’idée d’une ontogénèse du vivant ? Peut-on penser que la société est une entité ayant une capacité d’action causale sur ses parties ? Cependant, il y a fort à parier que la science ordinaire, celle de tous les jours, est fortement éloignée de telles préoccupations, quelle que soit la description, rationaliste ou constructiviste, que l’on peut se plaire à en fournir.

  • 2 J’entends par « exercice ordinaire du travail empirique » l’activité de recueil, de mise en forme e (...)

2Elle l’est d’autant plus, notamment en sciences sociales, que les traditions heideggeriennes et nietzschéennes ont tendu à creuser un fossé entre la réflexion philosophique et l’exercice ordinaire du travail empirique2, taxé de cécité objectiviste, voire d’artificialisme. La situation s’est transformée fortement dans les deux dernières décennies, en raison de divers facteurs : l’importance de la réflexion épistémologique et ontologique menée dans le cadre du modèle du choix rationnel et de l’individualisme méthodologique et, simultanément, le développement des sociologies de l’action ; l’intérêt nouveau de philosophes analytiques pour la réalité sociale et la caractérisation de ses propriétés ; l’influence du cognitivisme, conjuguant avancées scientifiques et remise au goût du jour des questions du monisme, du matérialisme, du naturalisme et engageant la réflexion vers la confrontation entre psychologie et philosophie de l’esprit. Les divers textes rassemblés dans ce volume témoignent précisément de ces courants.

3Je voudrais, cependant, y développer une autre ligne d’investigation. Non que ces interrogations renouvelées me paraissent secondaires ou dénuées d’intérêt, bien au contraire, mais parce que me semble manquer, dans le cas des sciences sociales, un maillon : celui de la confrontation entre le travail analytique de l’ontologie philosophique et l’ontologie (ou les ontologies) implicite(s) ou explicite(s) portée(s) par les diverses disciplines. Je ne pourrai cependant aborder ce lien pleinement et me livrerai à une double réduction du domaine d’étude.

4Il ne s’agira (d’où le titre) que de la sociologie. La philosophie des sciences sociales, dans son programme ontologique, n’a pas à se soucier des frontières disciplinaires : dans leur généralité, une institution, une norme, une action sont, en tant que telles, définissables par des caractéristiques indépendantes du temps, de l’espace et du domaine d’activité. En revanche, les diverses disciplines peuvent donner de ces termes des acceptions différentes, non seulement d’une discipline à l’autre, mais en leur sein même. Ces ontologies « disciplinaires » ne se recouvrent pas, même si elles se « frottent » et si, en dernière analyse, elles devraient pouvoir se réduire dans une ontologie fondamentale. Mon point de vue sera ici que ces ontologies méritent d’être appréhendées, décrites, analysées dans leur processus de constitution et de fonctionnement.

  • 3 C’est-à-dire de la confrontation de discipline à discipline – quelles sont les propriétés d’une ins (...)

5Cette entreprise ne sera pas seulement limitée à une discipline, la sociologie, mais à un aspect de la question : celui de son « fonctionnement ontologique ». Je laisserai donc de côté, faute de pouvoir les traiter ici, les deux questions de la confrontation interne et externe3 des « ontologies disciplinaires » des sciences sociales.

6Ces limites posées, je distinguerai, à titre opératoire, trois niveaux de connaissance du social au sein de la sociologie :

  • son domaine d’étude, c’est-à-dire aussi bien l’organisation de la société que sa perpétuation et le sens des comportements qui s’y font jour, est d’emblée l’objet d’une connaissance pratique des membres. « Sens commun », « connaissance ordinaire », celle-ci est, selon les traditions sociologiques, considérée comme un socle sur lequel s’appuyer et auquel revenir ou comme un tissu d’illusions, de croyances à usage exclusivement pratique, dont il faut se détacher : « idéologie » (Marx), « prénotions » (Durkheim), « sociologie spontanée » (Bourdieu). On peut sans difficulté considérer qu’à ce corpus de connaissances ordinaires – quel que soit le statut théorique qui lui est donné – sont attachées une ontologie et une épistémologie implicites, mais dont l’ethnométhodologie nous a appris qu’elles étaient explicitables et souvent explicitées dans le cours des activités ordinaires des membres.

  • La sociologie dite professionnelle se distingue institutionnellement et organisationnellement de cette sociologie profane, en ce qu’elle s’inscrit dans une volonté de « faire science », ou en d’autres termes, en ce que ses intérêts de recherche sont d’une autre nature que ceux des membres ordinaires ; il n’y s’agit pas d’étayer un cours d’action ou de forger des consensus pratiques, mais de produire une connaissance pertinente, explicitement soumise aux règles de validation des propositions prétendant à la vérité. Que cette ambition, tant dans son fond que dans ses formes, puisse être contestée par les divers courants constructivistes est une affaire secondaire à ce stade de notre propos. Nous voulons seulement dire qu’un sociologue du travail, cherchant à comprendre les transformations de l’organisation industrielle des tâches, ou qu’un sociologue du droit, analysant l’évolution du sentiment de justice à l’œuvre dans la « judiciarisation » de tel ou tel comportement, adoptent un autre point de vue sur ces objets qu’un responsable syndical ou qu’un juriste de profession. Cela est devenu une banalité. Schütz, pour sa part, parlait là d’un changement de système de pertinence, distinguant ainsi les intérêts cognitifs de l’analyste des intérêts pragmatiques de l’acteur.

  • Au sein de la sociologie professionnelle s’est constitué, dès l’énoncé de ses premières prétentions scientifiques, un courant réflexif et critique, d’inspiration essentiellement épistémologique, tentant de définir les conditions d’un savoir scientifiquement fondé. C’est à ce dernier niveau, illustré à la fois par un certain nombre de textes majeurs et par une multiplicité de textes auto-justificatifs, qu’il peut sembler le plus évident de trouver les manifestations d’une réflexion ontologique. C’est à ce niveau, notamment, qu’ont été forgées ou reprises des oppositions comme holisme et individualisme, histoire et structure, comportement et action, etc.

7On pourrait, donc, légitimement, privilégier ce dernier niveau pour mener l’enquête. Mais cette opération se heurte à des arguments contradictoires. Cela présuppose – ce qui est loin d’être illégitime – une sorte de mouvement d’épuration entre la connaissance ordinaire des membres ordinaires et la réflexion épistémologique des théoriciens : à ces derniers, en quelque sorte, le soin de séparer le bon grain de l’ivraie, les entités apparentes des entités réelles. Cela postule aussi – ce qui est loin d’aller de soi – que ce travail d’épuration redescend pour ainsi dire « naturellement » vers le niveau II, celui des praticiens, heureusement mis sur les bons rails ontologiques par les théoriciens ; et que c’est donc au niveau théorique que se joue la question ontologique. Or, l’absence de formalisation du discours sociologique empêche des praticiens dociles – pour autant qu’il en existe en sociologie – de rester sans difficultés et sans glissements dans un cadre ontologique déterminé ; et rien n’indique que les questions ontologiques soient d’abord appréhendées comme questions théoriques, même si elles le sont en général à un moment donné.

8Je soutiendrai donc la thèse préalable suivante : si l’on définit l’ontologie sociologique par son objet – quelles sont, en sociologie, les entités pertinentes et leurs principales caractéristiques ? – et par ses modalités – comment en établir de façon argumentée et partagée le tableau ? –, celle-ci est à ce point problématique qu’elle constitue, en tant que telle, une sorte de point aveugle de la tradition disciplinaire, si ce n’est pour proclamer ou récuser – de façon souvent incantatoire – la spécificité de la réalité sociale. La question ontologique est toujours doublement débordée : par le réalisme ordinaire du sens commun qui multiplie les entités et requiert leur reconnaissance réitérée par les membres ; par l’interrogation surplombante du philosophe, oscillant entre la réduction physicaliste et la détermination d’une spécification ontologique du social.

Sociologie et ontologie ordinaire du monde social

  • 4 C’est-à-dire quelqu’un qui recueille, directement ou indirectement, par l’entretien, l’observation (...)

9Il faut donc ouvrir l’enquête. Le sens commun constitue un point de départ possible. Le sociologue y a accès de deux manières : par son appartenance comme membre à des univers sociaux dont il partage et comprend immédiatement les divers jeux de langage et de signification ; par sa pratique professionnelle qui, dans bon nombre de cas, en fait un collecteur d’énoncés ordinaires4. Ceux-ci, qu’ils soient saisis sur le vif, en situation d’observation, ou à travers le questionnement de l’entretien, constituent ce que les ethnométhodologues ont appelé des accounts, c’est-à-dire des comptes rendus-descriptions-imputations-thématisations de situations et d’événements. Ils ont une structure mixte de récits et d’argumentations, où peuvent être lus en creux un univers – on y parlera par exemple du bureau, des collègues, des chefs, des ordinateurs, des consignes, des habitudes, etc. –, des événements significatifs de cet univers et de leurs causes ou lois évidentes – « c’est toujours pareil », « c’est toujours les mêmes qui se font bien voir » –, des bonnes raisons qu’a l’interviewé d’avoir adopté l’attitude qu’il décrit ou de défendre les positions qu’il défend – « alors moi, quand j’ai vu ça, rideau ! », « vous comprenez, il y a des trucs qu’on peut pas accepter »… Dans sa pratique professionnelle, le sociologue considère de tels énoncés comme des expressions ou comme des expansions : dans les deux cas, cela consiste à ramener le divers des énoncés à une matrice commune transindividuelle. Il y a expression lorsque, de façon sophistiquée, à travers des techniques d’analyse de contenu ou du discours, ou de façon plus intuitive à titre illustratif, les énoncés sont ramenés à un ensemble restreint de représentations ou de catégories ou de motifs ; il y a expansion lorsqu’ils sont conçus comme le développement d’une matrice de règles. Même si cette opposition est schématique, elle montre bien des orientations différentes par leur cadre théorique et programmatique, mais assez équivalentes par leurs implications ontologiques : la recherche des représentations structurant un discours est solidaire, le plus souvent, d’une théorie sociologique de la connaissance privilégiant soit les notions d’idéologie, de vision du monde, de système de représentations, et tendant à instituer ces dernières comme des effets, des conséquences, des expressions de réalités sociales globales, institutions, classes, milieux sociaux et professionnels, modèles culturels…, soit les notions de motifs, de raisons, de sens subjectivement donné à l’action, renvoyant à des acteurs sinon rationnels, du moins dotés de réflexivité et d’intentionnalité. La mise en avant d’une matrice de règles renvoie à l’inverse à l’idée de structures formelles de l’interaction (comme dans l’analyse des conversations) ou d’un fonctionnement linguistique de la connaissance, permettant, à partir d’un nombre fini de règles et de types d’item, de produire une infinité d’énoncés.

10Dans cette alternative, qui domine peu ou prou la prise en compte des énoncés ordinaires en sociologie, l’axe central est programmatique ou épistémologique : il concerne la façon pertinente dont un sociologue professionnel peut constituer un matériau langagier comme donnée d’analyse pour une interprétation déterminée du social. Cette interprétation – culturaliste, intentionnaliste, interactionniste, structuraliste… – constitue un programme, au sens de Lakatos, en ce qu’elle définit le filtre pertinent par lequel traduire les énoncés ordinaires. Sur le plan ontologique ce filtre implique un transfert d’une ontologie ordinaire vers une ontologie savante : par exemple, l’employé(e) de bureau interrogé(e) verra son point de vue constitué en échantillon d’une représentation de la vie de travail, engendrée par des rapports sociaux déterminés, au sein d’une institution déterminée, dans un contexte historique et social lui-même défini ; le « Hobo », décrit par Anderson, sera un individu type, reconnaissable à divers comportements et propriétés déterminés, en concordance ou en discordance avec la représentation de sens commun du clochard ou du sans-abri. Mais ce transfert tend à s’opérer le plus souvent selon un double implicite : sans que soit interrogée réellement l’ontologie ordinaire du discours ordinaire ; sans que soit explicitée l’ontologie savante du discours savant.

11Affirmer cela peut sembler excessif : dans sa dimension critique, le discours culturaliste, par exemple, aime réfuter les ontologies ordinaires ; à l’inverse, celles-ci sont, en tout cas en droit, prises au sérieux par les tenants de la connaissance ordinaire et d’une sociologie phénoménologique. Mais je pense que l’ontologie ordinaire du monde social reste en fait largement méconnue : dans le premier cas elle fait l’objet d’une dénégation principielle – dont les analyses du fétichisme et de la réification ont fourni le modèle – ; dans le second, elle fait l’objet d’une réhabilitation tout aussi principielle : les processus de typification et de routinisation décrits visent davantage à montrer comment se crée et se perpétue une connaissance commune, et comment – notamment chez Berger et Luckmann – celle-ci s’objective dans des institutions, des rôles et des « machineries conceptuelles », qu’à opérer une description ordonnée et détaillée de l’univers ontologique ordinaire. En bref, l’ontologie sociale ordinaire du discours ordinaire, comme empilement et patchwork d’événements, d’entités et de propriétés objectives non problématiques – de la rentrée des classes à la mort de Lady Di, de la marque de lessive à Médecins sans frontières, du sens d’un sourire à celui d’un panneau indicateur –, constitue pour la sociologie professionnelle à la fois un non-lieu d’investigation et la condition sine qua non de compréhension de tout discours sur le social quel qu’il soit. Je peux saisir – si je suis physicien – la théorie du big bang sans avoir besoin de référer à autre chose qu’à des équations et aux variables qu’elles comportent ; je ne peux saisir aucun discours sociologique – même aussi simple que celui de la réduction de tout comportement à un habitus de classe – si je n’ai pas la possibilité d’en opérer la transposition illustrative, implicite ou explicite, dans le langage ordinaire de l’ontologie ordinaire du social : Pierre Bourdieu ne s’y trompe pas dans La distinction, qui entrelace inlassablement et étaye réciproquement énoncés théoriques, tableaux statistiques et typifications ordinaires.

L’indétermination de l’ontologie savante de la sociologie

12Malgré ses points de vue divergents sur le statut de la connaissance ordinaire, oscillant entre déni et reconnaissance, obstacle épistémologique et point d’enracinement expérientiel des significations, la sociologie a, pratiquement et théoriquement, la caractéristique commune de proposer un langage savant de substitution au langage ordinaire, impliquant par conséquent – ou du moins peut-on le croire – une ontologie savante, épurée, contrôlée, face à l’ontologie ordinaire de sens commun. Quelle est cette ontologie ?

13Autant il est acceptable que les jeux de langage ordinaires n’exhibent pas leur ontologie latente – même si elle est susceptible d’affleurer à tout moment dans les échanges argumentatifs quotidiens sur les mérites ou qualités respectifs de tel produit, tel collègue ou tel champion sportif –, autant il devrait en aller différemment d’un langage savant qui, par définition, thématise et contrôle ses termes. La lecture des textes sociologiques révèle rapidement une opacité et une complexité que ne suffisent à justifier ni le nécessaire recours au langage naturel ni la pluralité des orientations théoriques. Elle fournit des indices d’un fonctionnement épistémique où la dimension ontologique (quelles sont les entités et les propriétés pertinentes ?) oscille, chez les mêmes auteurs, entre le réalisme immédiat et le coup de force théorique et linguistique.

14Je ne me contenterai que de quelques indices, d’ailleurs liés, de cette situation :

    • 5 Je n’entends pas par là qu’une ligne de démarcation stricte sépare des sciences de la nature, épuré (...)

    la sociologie ignore les nomenclatures raisonnées ; quand elle en fournit – Weber, Parsons, Gurvitch, Giddens… –, ces dernières ne contribuent pas, comme dans d’autres disciplines scientifiques, à une épuration et à une rationalisation décisive5 du vocabulaire et des termes, mais tendent à constituer une terminologie supplémentaire, dont certaines dénominations sont vouées au succès, d’autres à l’oubli, sans que leur systématique initiale ne dépasse le statut documentaire ou historique. Dès lors, un texte sociologique est le plus souvent un tissage plus ou moins bien réussi de termes ordinaires, de termes relevant de traditions diverses et d’un cadre conceptuel de référence visant à subsumer cette diversité sous l’unité d’une orientation programmatique ou théorique.

    • 6 J’avoue ne m’appuyer là que sur ma fréquentation régulière des dictionnaires de sociologie et sur u (...)

    La sociologie use d’un langage savant et technique composite dont la description n’est jamais simplement analytique, mais nécessite le plus souvent l’indexation à un auteur, un courant, une école. Chaque terme peut ainsi glisser en permanence d’une fonction référentielle (l’état de choses ou le mécanisme qu’il est censé désigner) à une fonction indicielle (le courant théorique dont il est solidaire). Il arrive, rarement, que la deuxième fonction disparaisse au profit de la première. Même des termes consacrés comme anomie, pouvoir charismatique, communauté, aliénation conservent les traces de leur signature originelle ; d’autres sont à ce point saturés de valeur indicielle qu’il devient difficile de les utiliser sans arrière-pensée affiliatrice ou dénégatoire : habitus, mouvements sociaux, bonnes raisons, parades, account… Cette dualité – et son fondement dans des corpus théoriques ou descriptifs toujours indexés – explique le caractère composite et les articulations secrètes des dictionnaires de sociologie, dont le trait commun semble être de construire les entrées comme des étiquettes, s’appelant les unes les autres et renvoyant indifféremment à la thématisation savante de mécanismes sociaux (acculturation, aliénation, anomie, attentes de rôles…), à la sélection d’entités, de variables, d’institutions ou de termes ordinaires, réutilisés par la sociologie (action collective, âge, aristocratie, autorité…), à l’explicitation de techniques d’analyse et de courants théoriques (analyse écologique, analyse stratégique, actionnalisme…), à quelques grands noms du panthéon disciplinaire (Adorno, Aron…), pour en rester au début de l’alphabet6.

    • 7 « S’il n’est pas une essence, ce microbe, comment le définir ? Mais comme la forme provisoire de ré (...)

    La sociologie, enfin, multiplie les ruptures symboliques par importation ou création terminologique : la raison en est à chaque fois qu’à un phénomène nouvellement thématisé doit correspondre un terme nouveau. Bourdieu, à une époque, réutilisa les termes d’« ethos » et d’« habitus », tombés en désuétude, avant de les articuler à une typologie des « capitaux » mis en œuvre par les acteurs. Plus récemment Boltanski et Thévenot ont subsumé leur théorie des régimes de justice sous la métaphore des « cités » et ont défini une « économie des grandeurs ». Latour, me semble-t-il, pousse au plus loin cette opération : en bousculant les ontologies réputées « naïves » du réalisme scientifique au profit d’une terminologie actancielle généralisée (actants, réseaux, arrangements, etc.), il signe un avis de décès ambigu de toute ontologie : il n’y a, ni dans la nature ni dans la société, d’entités ou de propriétés objectivement descriptibles, mais seulement des liens contingents d’interaction entre actants indéterminés auxquels une rhétorique donne forme et pouvoir social7. L’ambiguïté, dans cette position que n’aurait pas reniée Protagoras, tient aux « actants », qu’il faut bien introduire aussi comme entités – dont les interactions peuvent difficilement être pensées comme indépendantes de propriétés intrinsèques (personnellement, je préfère une interaction, même ponctuelle et peu agréable, avec une mouche qu’avec un frelon) – et comme entités asymétriques (malgré le principe de symétrie généralisée), puisque seules certaines d’entre elles, les humains, ont un pouvoir de désignation.

15Ainsi mis à plat, l’univers sémantique et terminologique de la sociologie semble exclure que tout travail de connaissance puisse aller au-delà de la simple description, en langage ordinaire, de réalités ordinaires : face à l’indétermination de son ontologie savante et à sa prolifération terminologique, l’ontologie ordinaire du monde ordinaire apparaît paradoxalement comme son ultime recours.

16Cette représentation de la sociologie n’est pas rare, notamment dans les autres disciplines. La boutade selon laquelle « un bon économiste se réincarne en physicien et un mauvais en sociologue » en est un raccourci efficace. Cependant, je m’inscris en faux – sans doute parce que je suis sociologue… – contre cette facilité. Je pense qu’elle manque le mode de construction des connaissances en sociologie.

17Finalement, que fait un sociologue professionnel ? Partant d’une hypothèse, d’un cadre théorique, d’une problématique, bref d’un certain nombre d’idées sur un problème qu’il pose ou qui lui est posé, il procède au recueil des informations, données, documents susceptibles de décrire les phénomènes impliqués et de dégager des relations explicatives pertinentes. Ce travail ne requiert pas d’hypothèses ontologiques explicites. Dans la description, il contraint à partir du monde tel qu’il se donne, c’est-à-dire tel qu’il est mis en forme dans des discours, des matériaux, des recensements, des dénombrements, des observations, etc. En revanche, le recueil et le traitement de ces éléments sont impossibles sans un cadre interprétatif préalable impliquant la soumission des ontologies impliquées dans ces matériaux (ontologie ordinaire, ontologies bureaucratiques, ontologies présavantes) à l’ontologie générique commandée par ce cadre.

18Ma thèse, inspirée de la théorie des programmes de recherche de Lakatos, est la suivante :

  1. la pluralité des terminologies et des approches en sociologie peut être réduite au déploiement d’un nombre défini de programmes de recherche ;

  2. un programme de recherche, dans la définition de Lakatos, se caractérise notamment par des axiomes initiaux, ontologiques et épistémologiques, définissant les entités et propriétés à connaître et les modalités de leur connaissance ;

    • 8 J’ai développé cette conception dans Berthelot (1990) et Berthelot (1997). Une version plus aboutie (...)

    en sociologie, dans la définition et l’instauration des programmes, c’est le vecteur épistémologique qui l’emporte sur le vecteur ontologique. Le noyau de ce vecteur est constitué par ce que l’on peut appeler un schème explicatif (ou un schème d’intelligibilité)8 ;

  3. de ce fait, l’axe ontologique reste minimal et ne définit que des entités et des propriétés génériques (acceptées ou exclues).

L’ontologie sociologique entre réalisme ordinaire et ontologies génériques concurrentes

19Cette thèse postule que le vecteur de la recherche sociologique est d’abord épistémologique – comment et à quelles conditions construire une connaissance pertinente, juste, fiable, etc. ? – et non ontologique – quelle est la nature du social ? quelles en sont les entités et les propriétés spécifiques ? – (même si, bien évidemment, il n’y a pas de connaissance sans objet et donc, sans une idée minimale de cet objet).

20Trois éléments de démonstration suffiront sur cette question, plus intéressante dans ses conséquences que dans son établissement.

211) Historiquement, dans les théories de la société, la question ontologique a précédé la question épistémologique et l’on peut soutenir que c’est précisément de l’inversion de ce mouvement qu’est née la sociologie moderne. Que la société humaine soit la cité de Dieu sur Terre, le résultat d’un contrat passé entre ses membres, ou une sorte d’organisme supérieur, ces trois thèses qui, historiquement structurèrent la pensée sociale, soumettent l’épistémologique à l’ontologique : en disant ce qu’est, génériquement, le social, elles ouvrent les voies de sa connaissance – dessein de Dieu, rationalité du contrat, organisation fonctionnelle du vivant.

222) À l’inverse, les gestes fondateurs de la sociologie moderne procèdent d’une ontologie minimale, soumise aux exigences formelles d’un schème explicatif. Prenons le moment durkheimien : la difficulté – et peut-être l’ambiguïté – y est que l’exigence de fondation implique un double mouvement de spécification et de subsomption ; spécification car l’affirmation que les phénomènes sociaux constituent une « réalité sui generis » est la condition d’existence d’une science autonome ; subsomption car cette science, autonome, doit être simultanément une science comme les autres, c’est-à-dire relevant du régime de scientificité des sciences naturelles. Cela permet de comprendre les trois lignes ontologiques qui parcourent un texte comme Les règles :

  • la réalité du social est attestée de manière indirecte par son effet de contrainte sur les sujets et la nature spécifique de cette contrainte, qui la distingue de celle des faits physiques et biologiques, en tant que contrainte morale ; cette thèse pose l’existence d’un domaine de réalité et fonde l’autonomie de son étude (chap. I) ;

  • la réalité sociale est plastique, elle va des « faits de structure » aux « libres courants […] qui ne sont pas encore pris dans un moule défini ». « Les uns et les autres ne sont que de la vie plus ou moins cristallisée. » Cette thèse (fin du chap. I) ne relève pas d’un vitalisme latent, mais opère une double démarcation, exposée au chapitre v, avec une conception artificialiste de la société d’une part (théorie du contrat), une conception substantialiste, de l’autre, où la société ne serait que le déploiement de la nature humaine ;

  • la société est « un système de choses qui existe par soi-même, en vertu de causes qui lui sont spéciales ». Cette définition (chap. V) exprime la subsomption du social sous le régime de scientificité du principe de causalité et dessine le cadre de l’ontologie générique qui lui correspond : des choses, c’est-à-dire des entités physiques ou morales extérieures aux sujets, objectives, se manifestant par des données mesurables, insérables dans des rapports de nécessité causale, autrement dit dans des lois.

23Le terme associant ces trois niveaux sera trouvé par Fauconnet et Mauss et repris par Durkheim dans sa seconde préface : celui d’« institution » impliquant « toutes les croyances et tous les modes de conduite institués par la collectivité ».

243) Si la tradition sociologique a coutume d’opposer le courant durkheimien à celui des sciences sociales allemandes du début du siècle, il n’est pas sans intérêt de constater que, sur la question qui nous occupe, le mouvement d’auteurs comme Dilthey, Rickert, Weber et Simmel est, mutatis mutandis, de même nature. La revendication d’une spécificité ontologique du social y est également minimale et alignée à la question du régime de scientificité propre aux sciences sociales. De même que Durkheim établissait la spécificité du social pour en fonder l’étude autonome, de même la réflexion allemande, nourrie de ses grandes oppositions philosophiques, établit la spécificité du social pour en fonder une étude non plus seulement autonome, mais spécifique. Si le trait minimal requis par l’ontologie durkheimienne était l’objectivité, celui mis en avant par l’ontologie des « sciences de l’esprit » est le sens. C’est lui qui opère la rupture et pose l’exigence d’un régime de scientificité apte à le saisir comme tel.

25S’il fallait résumer cela en deux mots, la question centrale a été, au tournant de ce siècle : quels sont les réquisits de l’intelligence du social ? Qu’elle se soumette aux canons de la science normale (Durkheim), tout en justifiant son existence par la délimitation d’un domaine d’objet propre ; qu’elle se démarque de toute réduction naturaliste en mettant en avant la compréhension du sens (tradition allemande) : orientation ontologique et orientation épistémologique sont évidemment liées et c’est même d’un argument ontologique (l’irréductibilité du sens) que le second mouvement se nourrit. Mais l’ontologie reste arrimée à des intérêts épistémologiques (de fiabilité et de pertinence de la connaissance) et ne dépasse pas la postulation initiale de propriétés génériques revendiquées ou exclues.

26Cette situation se perpétue tout au long de l’histoire de la sociologie, me semble-t-il, avec une triple conséquence :

  • c’est l’approfondissement et l’épuration progressive des cadres d’analyses, comme paradigmes, programmes de recherche, schèmes d’intelligibilité qui retient essentiellement l’intérêt des chercheurs et permet à leur travail d’atteindre un certain niveau de cohérence et de crédibilité, malgré le flou, l’hétérogénéité et l’indexicalité de leurs terminologies ;

  • ces programmes peuvent être regroupés autour d’un certain nombre de principes – que nous avons proposé d’appeler des schèmes d’intelligibilité – dont la caractéristique est de définir, dans un même mouvement, des opérations et des entités abstraites, définissant l’épistémologie et l’ontologie générique qui leur est associée ;

  • c’est à ce niveau et, de façon cohérente, en privilégiant l’axe épistémologique qu’opère l’essentiel du travail de réflexivité de la sociologie.

27Nous ne retiendrons, pour ce texte, que la démonstration des deux derniers points.

28Lorsque Durkheim inscrit la sociologie dans le modèle de scientificité des sciences de la nature, il désigne non seulement un régime de scientificité, mais, plus encore, un programme d’analyse déterminé. Celui-ci, exposé dans le dernier chapitre des Règles, mis en œuvre dans Le Suicide, est une généralisation de l’analyse causale. Il peut être résumé ainsi : tout fait social – ou toute institution –, c’est-à-dire tout phénomène isolable et mesurable, peut être expliqué à partir de l’influence exercée sur lui par un ou plusieurs faits du même type. L’ontologie impliquée par le programme est celle d’une structure de variables. Elle se distingue explicitement (chap. V) de celle d’un programme proche, celui de l’analyse fonctionnelle, où le rapport entre deux variables X-Y est interrogé dans sa fonctionnalité par rapport au système intégrant X et Y. L’analyse causale projette une ontologie de structures causales abstraites ; l’analyse fonctionnelle une ontologie de mécanismes, de rouages et de rétroactions. Dans les deux cas, c’est la force de cette ontologie générique et la rigueur analytique du programme qui lui est associé, qui permet aux analyses concrètes d’utiliser une terminologie composite sans sombrer à tous les coups. Simultanément la densité ontologique que va recevoir, en quelque sorte, un phénomène va dépendre de son rôle explicatif : cela explique, nous y reviendrons en conclusion, l’effet de déréalisation de certaines entités ordinaires, au profit d’entités ou de mécanismes idéels que leur usage réitéré dote ainsi d’une sorte de densité ontologique : l’idéologie, la culture, la reproduction…

29La même démonstration peut être conduite sur la sociologie allemande du début du siècle. Derrière la revendication d’une spécificité épistémologique des sciences sociales, fondée sur l’idée de sens, se cachent deux grandes orientations – deux grands schèmes – qui donneront lieu, dans la sociologie ultérieure à de multiples programmes : celui, herméneutique en son fond, selon lequel tout phénomène social est l’expression d’un sens collectif, de l’Esprit hégélien ; celui intentionnaliste – rationaliste, ou actionnaliste, ou actanciel selon les terminologies – selon lequel tout phénomène social est une action, référable à une intention, ou, comme le dit Weber, à un sens subjectif. Cela est bien connu. Mais plus souvent à usage historique et documentaire que dans une perspective analytique. Les notions de sens et de compréhension renvoient à deux orientations différentes impliquant deux ontologies différentes : la première pose en principe l’existence d’un arrière-fond sémantique auquel les divers phénomènes du social se réfèrent comme à leur signifié ; au sociologue de savoir lire les signes, identifier les significations, saisir ce fond. La seconde ne requiert que la coexistence d’individus intentionnels dont le comportement peut être aisément pensé comme rationnel, à condition d’ouvrir le sens de cette propriété. Poussées à leur limite, ces deux orientations aboutissent soit à une autonomisation du sens – ce qui est la définition allemande du terme Esprit –, soit, à l’inverse, à sa réduction à des états mentaux d’individus singuliers.

30Il est clair que si la théorie du social attend son Kant, celui-ci serait bien en peine de trouver son Newton : chaque grande orientation d’analyse, dès lors qu’elle est ramenée à l’épure rigoureuse de son schème, projette sur le social une ontologie différente ; aucune de ces orientations ne l’emporte décisivement sur les autres, le mouvement de la sociologie étant plutôt un mouvement d’épuration et de spécification de programmes d’analyse qu’un mouvement de confrontation et de réduction de leur diversité ; prises rigoureusement, les ontologies génériques impliquées par les divers schèmes sont incompatibles. Certes, dans la pratique ordinaire de la recherche, les tensions sont moins vives et l’on peut montrer que divers phénomènes de neutralisation relative permettent au chercheur d’utiliser les divers programmes et leurs caractéristiques formelles comme des ressources combinables. Il n’en reste pas moins que l’ontologie sociologique semble condamnée à osciller entre la profusion du réalisme ordinaire et la sécheresse d’ontologies génériques concurrentes.

Le primat du vecteur épistémologique

31Le travail réflexif mené par la sociologie enregistre cette difficulté. Peut-on espérer y trouver une clarification définitive ? Malheureusement (ou heureusement ?) non. Mais la manière dont s’opère ce travail et dont y sont posés les problèmes n’est pas sans intérêt. D’une certaine façon, si la sociologie échoue à construire une ontologie ordonnée du social, elle affronte dans cette réflexion des questions qu’il serait imprudent de négliger. Bien plus elle est capable de montrer, dans cet effort, un réel progrès théorique et analytique.

32Cette réflexion, cependant, reste placée sous les auspices d’un intérêt épistémologique et programmatique : ce n’est pas par simple clin d’œil que les auteurs, lorsqu’ils abordent ces questions, ont tendance à parler de principes d’analyse, de politique de recherche, voire de nouvelles règles de la méthode (Giddens). C’est qu’il s’agit à chaque fois de (re)définir un programme susceptible de résoudre les problèmes laissés en suspens par les précédents. Et ceux-ci ne sont pas minces !

33Ainsi, Durkheim récusait-il l’accusation de « réalisme » que lui avaient value ses formulations imprudentes sur la « conscience collective ». De fait celles-ci mettaient en évidence le double point faible de son ontologie : a) comment concilier une ontologie en termes de variables et de facteurs et l’idée de contrainte morale ? b) Comment concilier l’atomisme logique impliqué par l’idée de variables et la perspective holiste d’une contrainte émanant de la société comme tout ? Si, sur le premier point, l’articulation formelle est possible – une force morale agit comme une force physique et se repère à ses effets –, comment séparer forces morales et forces physiques ? D’un point de vue formel y = f(x) vaut à partir du moment où les règles de méthodes nécessaires à son établissement sont respectées. C’était bien cette idée qui amenait les criminologues italiens à mélanger allégrement les facteurs et les niveaux dans l’imputation causale. En revanche, refuser, malgré la liaison statistique avérée, une action du temps (météorologique) ou du moment (du jour, de la semaine) sur le suicide, c’est non seulement avancer un principe explicatif discutable – n’expliquer le social que par le social – mais postuler l’existence d’un critère de reconnaissance du social. Or, ce critère – la contrainte morale – peut valoir comme élément phénoménal de démarcation au début des Règles. Il doit ensuite être thématisé sous peine de réaliser une intrusion en fraude, dont Durkheim va d’ailleurs être assez systématiquement coutumier dans la sélection des variables pertinentes. Celles-ci renvoient de fait, implicitement, à un cours d’action crédible, c’est-à-dire, en dernière analyse, à un cours d’action exprimable dans le langage ordinaire : les protestants se suicident davantage que les catholiques, alors que leur foi condamne cet acte, parce qu’ils sont davantage livrés à eux-mêmes. Sur le deuxième point, comment penser, à travers des variables, une action du tout sur les parties, si ce n’est en constituant décisoirement certaines variables comme expressives du tout, c’est-à-dire certaines parties comme équivalentes du tout ? Là encore, comment procéder à cette opération logiquement condamnable si ce n’est en s’appuyant sur l’évidence des équivalences ordinaires ?

34Une difficulté symétrique est affrontée par Weber. Le programme qu’il définit – et qui sera par la suite thématisé sous le nom d’individualisme méthodologique – ne reconnaît comme entités pertinentes que les individus et leurs actes. Le principal texte réflexif de Weber – le premier chapitre d’Économie et société – est à cet égard particulièrement incisif : aucune entité collective – institution, organisation, système de représentation, etc. – ne peut légitimement figurer en sujet de propositions explicatives. Un parti, un État ne décident ni ne font rien. Il faut reconstituer la logique d’action typique ou singulière des acteurs individuels qui les composent. La difficulté tient à ce que, dès qu’il s’agit d’analyser des situations sociales concrètes, le chercheur est confronté à l’existence de termes collectifs qu’il lui faut bien utiliser : l’esprit du capitalisme, l’éthique protestante, l’idéal bureaucratique, etc. Comment ramener ces entités historiques à l’épure formelle d’acteurs intentionnels ? Comment, dans l’application de cette ontologie minimale, éviter d’introduire un contenu irréductible – l’éthique protestante, la rationalité capitaliste, précisément – dont on peut bien accepter qu’il ne soit efficient qu’à travers l’activité des acteurs singuliers, mais dont on voit mal comment il pourrait s’y réduire. Là, comme souvent, Weber a eu l’extrême mérite de poser explicitement le problème. Sa réponse est double : aussi bien pour l’usage de « concepts collectifs » (« État », « nation », « famille ») que pour le recours à une approche fonctionnaliste (en l’occurrence l’organicisme de Schäffle), il faut considérer que ce sont des langages parfois utiles mais qui 1) ne correspondent pas aux réquisits d’une sociologie interprétative, 2) masquent l’efficace propre de ces termes qui réside dans ce qu’ils sont des « représentations » que se font les acteurs non seulement de ce qui est mais de ce qui doit être et « d’après quoi ils orientent leurs activités ». Le contenu en excès, en quelque sorte, est référé – et donc réduit – à une représentation partagée d’un devoir-être. Réponse qui n’est pas forcément satisfaisante mais qui illustre clairement le primat accordé par Weber à l’épistémologique (le programme d’une sociologie compréhensive) sur l’ontologique (la nature des entités sociales et notamment des entités collectives).

35Si l’on prend les positions de Durkheim et de Weber comme bornes reconnues par la tradition sociologique au double problème épistémologique et ontologique de ses fondements et de son programme, trois positions ultérieures significatives nous paraissent devoir plus particulièrement être notées, en ce qu’elles ne constituent pas une simple actualisation du durkheimisme (ce qu’est en dernière analyse le cadre analytique de Bourdieu) ou une reprise des positions de Weber (ce à quoi s’emploie Boudon). Nous ne les signalerons que rapidement.

  • 9 Cf. chapitre I, le paragraphe intitulé « Policies ».

36La première est exprimée par Garfinkel dans les Studies à titre de politique de recherche9 : d’une certaine façon elle radicalise à l’extrême la position wébérienne puisqu’elle constitue le social comme l’accomplissement pratique continu de l’activité des membres : les seules entités acceptables en sociologie sont des individus enclos dans des situations qu’ils reproduisent continûment par des pratiques et des discours qui ne sont référables qu’à ces situations.

37La seconde est celle de Giddens qui, dans New Rules of Sociological Method, introduit le principe de la dualité acteurs-structures : les structures sociales sont le produit de l’activité des membres, mais, une fois en place, elles constituent l’univers de ressources et de contraintes au sein duquel s’exerce leur action. Celle-ci s’opère à divers registres, de la routine à la réflexivité, et incorpore continûment à la connaissance ordinaire, qui constitue son socle, des pans de connaissance savante, issus notamment des sciences sociales.

38La troisième est celle d’Habermas (1995) qui reconstruit l’univers épistémique de la sociologie à partir de trois « décisions métathéoriques » : admettre ou non le sens, ce qui engendre deux programmes, l’un « subjectiviste », l’autre « objectiviste » ; au sein du programme subjectiviste, l’activité intentionnelle qui constitue le « concept fondamental » peut être pensée comme rationnelle en finalité ou comme « activité communicationnelle ». Enfin, une troisième décision est susceptible de cliver en deux l’ensemble des précédentes : celle entre élémentarisme et holisme.

39L’intérêt de ce survol rapide est le suivant :

  1. l’exercice réflexif en sociologie reste bien marqué par le primat de l’épistémologique, c’est-à-dire des programmes de recherches et des décisions qui les définissent. À cet égard, le texte d’Habermas est exemplaire de cette position. Les clivages opérés sont ontologiques dans leur critère, programmatiques dans leur visée. Il n’y s’agit pas de cerner l’ontologie du social – qui, comme telle, n’a aucune raison d’admettre des mondes différents, les uns où le sens serait une propriété effective, les autres où elle ne serait pas –, mais de définir les axiomes ontologiques spécifiant des programmes de recherche alternatifs : si l’on prend comme axiome l’existence du sens, alors on peut le penser soit comme motif (rationalité), soit comme construction interactive impliquant la production d’accords (activité communicationnelle). Sur le plan ontologique, ces deux conceptions ne sont pas antagoniques : on peut concevoir un monde où les individus soient à la fois orientés par des raisons et capables d’échanger sur elles et de construire des accords. (Dans la conception d’Habermas, d’ailleurs, la construction des accords implique la rationalité.) En revanche, sur le plan programmatique – c’est-à-dire au niveau des intérêts et des modalités de construction d’une connaissance pertinente –, elles donnent lieu à des orientations différentes. Si l’on rejette l’hypothèse du sens (et tous les programmes qui en découlent), alors on se situe dans une ontologie physicaliste, où n’existent que des rapports de cause à effets, soit simples – hypothèse élémentariste –, soit donnant lieu à la construction de systèmes et à des effets systémiques spécifiques – hypothèse holiste.

    • 10 Cf. par exemple Sperber (1997).
    • 11 Ce programme est bien sûr très différent de celui que Durkheim pouvait appréhender à son époque, où (...)

    L’aire des positions possibles, fortement balisée dès le départ par Durkheim et Weber – et dont Habermas fournit une systématisation possible –, révèle l’émergence comme pôle dominant de l’action intentionnelle, impliquant des acteurs susceptibles de donner sens à leurs actes, et par conséquent établit comme position secondaire, dominée, le naturalisme durkheimien. Il est évident, cependant, que cette conclusion ne peut se tirer de la seule sélection d’auteurs, évidemment fragmentaire et biaisée, à laquelle je viens de me livrer à titre illustratif. Le pôle objectiviste, qu’illustre par exemple la théorie de Bourdieu, est d’ailleurs susceptible d’un renouveau, ne s’opérant plus sous la bannière holiste mais individualiste : la première donne à des entités sociales collectives une capacité d’exercer un pouvoir causal sur et à travers (par la médiation de l’habitus) les agents ; la deuxième propose une descente à un niveau infra-individuel, celui d’états mentaux inscrits dans des fonctionnements cérébraux déterminés. Cette position, aujourd’hui défendue par Sperber10, est marginale par rapport à la tradition sociologique, mais a le mérite de renouer avec l’ambition durkheimienne d’une inscription de la sociologie dans le programme d’une science unitaire11.

  2. La thématisation de l’action, qui domine l’orientation épistémologique de la sociologie depuis vingt ans, donne lieu à des programmes différant non seulement par leur orientation spécifique, mais aussi par leurs implications ontologiques : alors que, comme « accomplissements pratiques », les phénomènes sociaux semblent dénués de toute réalité indépendante des ethnométhodes des membres qui les instituent, comme structures de sens « générées » pour Habermas, comme structures sociales « produites » pour Giddens, ils sont susceptibles d’atteindre à une objectivité et à une indépendance relative, les constituant comme cadre de ressources et de contraintes, lieux d’interactions et d’échange. En revanche, ce statut de quasi-entités ainsi attribué à des constructions collectives ne va pas jusqu’à déplier systématiquement leurs propriétés spécifiques et notamment les modalités de leur effet causal.

Conclusion

40On peut reposer la question initiale de la façon suivante : de quelles entités et de quelles propriétés le sociologue a-t-il besoin pour rendre compte du social ? Cette question, en fait, le parcours précédent la précise ainsi : à quel type d’ontologie doit-il, selon son programme de recherche, se référer ? Car s’il apparaît que toute entité ordinaire non fictive peut être à un moment utilisable dans une explication, ce n’est qu’en tant qu’elle est capable de s’insérer dans le schéma de l’ontologie générique commandée par tel ou tel programme. La sociologie, dès lors que son propos, dans son exercice ordinaire, n’est pas de construire des théories générales du social, mais de proposer des théories de moyenne portée, valant pour des aires de phénomènes délimités, peut finalement assez bien se satisfaire de cette situation.

41D’un côté elle peut tendre à rationaliser le système de ses ontologies programmatiques en mettant à plat ses caractéristiques communes et ses diverses bifurcations (à l’image de ce que propose Habermas). Cela équivaut, dans tous les cas, à prendre acteurs et actions (ou comportements, pratiques) comme point nodal pour :

  1. soit trouver dans une propriété fondamentale de ces acteurs ou de leurs relations le point d’appui de la recherche (programmes intentionnalistes ou interactionnistes) ;

  2. soit faire de ces comportements l’effet de mécanismes supra-individuels, s’incarnant dans des structures, physiques ou idéales, appréhendables en termes mécaniques, fonctionnels, sémiologiques, etc. (cf. les divers programmes relevant des schèmes fonctionnel, structural, dialectique, herméneutique) ;

  3. soit faire de ces comportements l’effet de mécanismes infra-individuels, de nature cérébrale (programme cognitiviste fort).

42D’un autre côté, à l’image de ce que rappelait Weber des lois en sociologie – elles ne sont que des moyens précédant et orientant l’analyse singulière de situations singulières –, la sociologie peut s’ouvrir à la prolifération des entités du monde ordinaire, c’est-à-dire à la totalité du monde vécu, pour en opérer la description, le classement et l’analyse, dès lors que cette opération est susceptible d’être contrôlée et maîtrisée grâce au garde-fou de l’application rigoureuse d’un programme et de son ontologie générique.

43D’une certaine façon, me semble-t-il, c’est dans cette double direction que peut se construire l’idée d’une ontologie sociologique du social qui ne soit pas que le décalque d’un programme particulier. Pour la première tâche, le sociologue requiert l’aide d’une philosophie de la clarification ; pour la seconde celle des sciences sociales voisines dont certaines, telles l’ethnologie ou l’archéologie, ont depuis belle lurette engagé cette pratique descriptive et classificatrice.

Bibliographie

Berthelot Jean-Michel (1990), L’intelligence du social, Paris, Presses universitaires de France.

Berthelot Jean-Michel (1997), Les vertus de l’incertitude, Paris, Presses universitaires de France.

Berthelot Jean-Michel (2001), « Programmes, paradigmes, disciplines : pluralité et unité des sciences sociales », in Id. (ed.), Épistémologie des sciences sociales, Paris, Presses universitaires de France (à paraître).

Boltanski Luc & Laurent Thévenot (1991), De la justification : les économies de la grandeur, Paris, Gallimard.

Bourdieu Pierre (1979), La distinction, Paris, Minuit.

Durkheim Émile (1981), Les règles de la méthode sociologique, Paris, Presses universitaires de France (« Quadrige ») [1895].

Garfinkel Harold (1967), Studies in Ethnomethodology, Englewood Cliffs, N.J., Prentice-Hall.

Giddens Anthony (1993), New Rules of Sociological Method. Stanford, Stanford University Press.

Habermas Jürgen (1995), Sociologie et théorie du langage, trad. fr. R. Rochlitz, Paris, Armand Colin [1984].

Latour Bruno (1989), « Pasteur et Pouchet. Hétérogénèse de l’histoire des sciences », in M. Serres (ed.), Éléments d’histoire des sciences, Paris, Bordas, p. 423-445.

Mulligan Kevin (2000), « Métaphysique et ontologie », in P. Engel (ed.), Précis de philosophie analytique, Paris, Presses universitaires de France, p. 5-33.

Sperber Dan (1997), « Individualisme méthodologique et cognitivisme », in R. Boudon, A. Bouvier & F. Chazel (eds), Cognition et sciences sociales, Paris, Presses universitaires de France, p. 123-135.

Weber Max (1995), Économie et Société, trad. fr. sous la direction de J. Chavy et d’É. de Dampierre, Paris, Pocket [1921].

Notes

1 Le développement des « nouvelles études sur la science » a entraîné un double effet : celui de renouveler le discours de description des pratiques scientifiques (et, abondamment, de le démystifier) ; celui de créer une nouvelle vulgate, hors de laquelle on se voit facilement taxer, au choix, de naïveté ou d’ignorance.

2 J’entends par « exercice ordinaire du travail empirique » l’activité de recueil, de mise en forme et d’analyse de données qui caractérise le travail des historiens, des sociologues, des ethnologues, des géographes, des économistes, etc. Je n’ignore pas qu’il y a. dans ces diverses disciplines, d’autres activités que le travail empirique (activité de modélisation, de réflexion théorique ou épistémologique, etc.). Mais c’est l’ensemble de toutes ces activités qui constitue leur travail de connaissance collectif et non tel ou tel texte théorique à un moment donné. C’est pourquoi j’insiste, dans cette introduction, sur cet aspect.

3 C’est-à-dire de la confrontation de discipline à discipline – quelles sont les propriétés d’une institution pour l’économiste, pour le sociologue, pour l’ethnologue, pour le linguiste, etc. ? – et de la confrontation avec l’ontologie comme telle : comment y est définie une institution ? De quelles propriétés est-elle dotée ? (Par exemple, une institution peut-elle exercer un effet causal sur une autre institution ? Sur les agents qui la servent ? Il n’est pas évident que le philosophe réponde positivement à cette question que tranchera spontanément l’historien ou l’ethnologue.)

4 C’est-à-dire quelqu’un qui recueille, directement ou indirectement, par l’entretien, l’observation ou le travail d’archive, des commentaires sur la réalité sociale.

5 Je n’entends pas par là qu’une ligne de démarcation stricte sépare des sciences de la nature, épurées de toute scorie et de tout conflit terminologique, de sciences sociales vouées à la confusion généralisée, ce qu’une lecture hâtive pourrait conclure. Mais, dans le premier cas, la transformation historique des nomenclatures opère par abstraction, formalisation, épuration, systématisation – ce qui n’exclut pas les ruptures –, alors que dans le second elle se fait par juxtaposition, digestion et rejet, percolation lente…

6 J’avoue ne m’appuyer là que sur ma fréquentation régulière des dictionnaires de sociologie et sur une comparaison rapide des entrées de la lettre A. Cela fait sans doute un peu dilettante, mais un travail approfondi, synchronique et diachronique, sur les dictionnaires disciplinaires en sciences sociales serait le bienvenu.

7 « S’il n’est pas une essence, ce microbe, comment le définir ? Mais comme la forme provisoire de réseaux qui peuvent, selon les cas, modifier localement ou durablement la définition de tous les acteurs qui le composent. Pasteur a-t-il découvert les microbes ? Mais non puisqu’il les a formés. Quoi ? Ils les auraient inventés de toutes pièces par son conservatisme, ses préjugés, ses théories ? Mais non, parce que les microbes l’ont formé, lui, sa carrière, son conservatisme, son Empire libéral et ses vases à col de cygne. Comment ? Il s’agirait d’une coproduction, d’une composition ? Non, il s’agit de bien plus, puisque les acteurs qui entrent en relation ne sont pas les mêmes que ceux que vous isoleriez, avant, pour les faire entrer dans la relation. Il n’y a pas de liste finie de facteurs pour expliquer l’histoire, celle des sciences pas plus que l’histoire tout court. Laissons le conservatisme dans son essence et le microbe dans son essence. Laissons la raison. Ne gardons que les réseaux. De 1860 à 1864, la génération spontanée a été déréalisée, affaiblie, elle a perdu de l’extension, des alliés, des ressources. Le micro-organisme-résistant-à-100°-et-séparable-de-l’air a gagné en réalité, et s’est étendu dans les salons, chez l’impératrice, à Notre Dame, chez le chirurgien anglais Joseph Lister. » (Latour, 1989).

8 J’ai développé cette conception dans Berthelot (1990) et Berthelot (1997). Une version plus aboutie, centrée sur la théorie des programmes de recherche et son application aux sciences sociales, est fournie dans Berthelot (2001).

9 Cf. chapitre I, le paragraphe intitulé « Policies ».

10 Cf. par exemple Sperber (1997).

11 Ce programme est bien sûr très différent de celui que Durkheim pouvait appréhender à son époque, où la référence à la biologie et au naturalisme, telle qu’on l’entendait à la fin du xixe siècle, était dominante. L’orientation de Sperber se fait sous les auspices d’un autre paradigme, celui des sciences cognitives. Néanmoins, dans les deux cas, la décision ontologique est liée à une orientation programmatique, c’est-à-dire cognitive, très clairement explicitée par Sperber dans le texte cité ci-dessus, en contraste avec le programme classique de l’individualisme méthodologique. Le programme « infra-individualiste » ainsi thématisé prend d’ailleurs place sans difficulté dans la typologie de Habermas, sous les prémisses du rejet du sens d’une part, de l’élémentarisme de l’autre.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search