Version classiqueVersion mobile

L’enquête ontologique

 | 
Pierre Livet
, 
Ruwen Ogien

Repères

Ontologie du social, institution et explication sociologique

Ontology of the Social Institution and Sociological Explanation

Pierre Livet

Résumé

Quelles notions ontologiques pourraient être pertinentes en sociologie ? Les dispositions, la définition de l’individu comme entité qui ne peut être divisée sans perdre de ses propriétés, le « sortal » qui poserait la question de la continuité d’une « identité sociale », le mode d’existence des fictions, et des propriétés constitutives de leurs personnages, encodées ou non par la fiction, les abstraits singuliers que sont les frontières ? On peut appliquer ces catégories ontologiques à l’étude d’un « nous », mais aussi d’une organisation, qu’on pourrait décrire par un opérateur qui indiquerait les articulations entre les propriétés encodées par les règles de l’organisation, mais incomplètement déterminées, et les propriétés concrètes des pratiques qui lui donnent existence.

Texte intégral

  • 1 On pourrait donc voir dans l’ontologie l’association d’une sémantique, qui indique quelles sont les (...)
  • 2 Quand Goclenius introduit en 1613 le terme d’ontologie, il s’agit d’une partie de la métaphysique. (...)

1Se poser des questions d’ontologie, c’est simplement se demander quel est le type d’entités que l’on convoque lorsque l’on parle de quelque chose, que l’on décrit un phénomène et qu’on l’explique, et, ajouterai-je, quelles opérations sont possibles sur ces entités, quelles transformations permettent de passer de l’une à l’autre1. Se poser des questions métaphysiques, c’est se demander si, parmi ces entités, certaines sont plus fondamentales que les autres, parce qu’elles seraient par exemple leurs éléments ultimes2, ou encore parce que l’existence des unes dépendrait de l’existence des autres.

  • 3 Théologien et philosophe du xviie siècle qui a donné ce critère pour l’individu dans ses Disputes m (...)
  • 4 Les événements sont considérés comme des abstraits singuliers. Singuliers parce qu’ils ne se répète (...)

2Certaines controverses en sociologie renvoient à des problèmes ontologiques. On pense évidemment au conflit entre holisme et individualisme, le second n’admettant comme entités de base que des individus (des humains) alors que le premier admettrait des entités collectives. Mais du point de vue ontologique, et les humains et les entités collectives pourraient être considérés comme des « individus », si l’on accepte du moins la définition de l’individu selon Suarez3 : « ce qui ne peut pas être subdivisé sans perdre certaines de ses propriétés essentielles. » En revanche, deux positions métaphysiques sont possibles, l’une qui réduit les individus collectifs aux individus humains, et l’autre qui affirme leur irréductibilité. Le débat métaphysique prend des formes différentes en fonction des choix ontologiques préalables, même s’il va plus loin que l’ontologie. Si nous acceptons une ontologie faite de relations non réductibles aux propriétés de leurs termes, et si nous soutenons avec Vincent Descombes (1996) qu’il n’existe pas de professeur sans maître par exemple, bref de personnage social sans un réseau de relations sociales, nous ne pourrons plus voir dans un individu sans relations un être social, et nous n’aurons pas davantage à admettre l’existence d’une sorte de gros individu collectif, puisque les « institutions sociales » se réduiront à ce réseau de relations – qui s’impose aux individus. Se demander si les phénomènes sociaux se réduisent finalement à des « événements mentaux » (par exemple à l’activation de représentations) est une question ontologique, parce que l’on invoque des « événements »4, mais elle est métaphysique, quand on se demande si ces événements « mentaux » sont bien indispensables, et s’il serait possible de les éliminer au profit d’événements physiques.

  • 5 Les « tropes » sont des abstraits, mais particuliers. Ainsi une frontière est un trope, et un événe (...)

3Individu, propriétés et relation sont des exemples de catégories ontologiques, et nous en rencontrerons d’autres, comme entité concrète ou abstraite, événement, processus, ou encore « trope »5. Il faut encore spécifier les opérations possibles sur ces catégories. On peut exiger qu’une propriété ait pour support un individu, et refuser qu’un événement se produise plus d’une fois, alors qu’on l’acceptera d’un processus. Il faut aussi spécifier selon quels critères on reconnaît une catégorie ontologique, et par quelles transformations on peut passer d’une catégorie à une autre. Ainsi deux entités concrètes ne peuvent coexister dans le même temps et le même lieu, alors que cela est possible pour deux entités abstraites. De même les relations d’accessibilité entre le monde réel et les mondes possibles sont différentes selon qu’on suppose retrouver dans les mondes possibles les mêmes individus ou seulement des individus qui leur ressemblent, etc.

  • 6 La question de l’existence de ces entités reste alors traitée comme une question sur les opérations (...)

4Les sociologues ne sont pas très tentés par les questions ontologiques parce qu’ils se demandent en quoi le choix d’une ontologie de préférence à une autre pourrait bien changer l’explication sociologique, parce qu’ils suspectent l’ontologue de ne pas trop se soucier de la différence entre le point de vue des acteurs sociaux et celui du sociologue, et parce qu’ils préfèrent souvent adopter une position instrumentaliste, et choisir leurs catégories sociologiques pour leur efficacité descriptive ou explicative, sans avoir à se soucier de la validité ontologique de ces découpages catégoriels. Mais ils ne désigneront un phénomène social comme « fait social » que s’il est susceptible de l’application de catégories sociologiques. Dans la conception minimale que je propose ici, s’interroger sur la validité ontologique d’une catégorie, c’est se demander quels types d’entités on convoque et surtout quelles opérations elles permettent. Admettre ces entités revient alors à exiger, à s’autoriser ou à s’interdire certaines opérations (on ne peut pas passer d’un être abstrait à un être concret sans l’aide d’un autre être concret, par exemple)6. Et cela influe évidemment sur les descriptions et les explications. Une fois qu’on a précisé les opérations propres à une ontologie, on a aussi spécifié ce que peuvent y être des « faits » : c’est le résultat de l’application d’opérations aux entités.

5Par rapport à une enquête épistémologique classique, la perspective ontologique apporte donc une distance critique de plus, parce qu’on peut faire jouer l’ontologie pour elle-même, la différencier d’autres ontologies, distinguer l’ontologie des acteurs de celle des sociologues, et donc s’interroger sur le statut des objets sociologiques par rapport aux objets sociaux pour les acteurs – il se peut qu’ils aient la même ontologie, mais ils pourraient aussi avoir des ontologies différentes. Ainsi ce que l’acteur peut considérer comme un usage fait d’événements singuliers simplement reliés par des relations de similarité, le sociologue peut vouloir en faire un processus répétable. Ce différentiel ontologique permet de s’interroger sur la validité de cette position sociologique, alors que l’épistémologie qui se focalise sur la constitution de l’objet sociologique verrait dans cette différence une simple coupure épistémologique.

  • 7 La pertinence des relations et le succès des attentes tiennent ici lieu d’ersatz de vérité, et donc (...)

6De même que je m’en tiens à une conception minimaliste de l’ontologie, je me contenterai aussi d’une conception minimaliste de l’explication. Il y a explication, et non pas seulement compréhension, quand on peut proposer une relecture des phénomènes sociaux qui, tout en rendant compte des aspects qui apparaissent clairement à leurs acteurs, fasse découvrir d’autres relations, elles aussi reconnues ensuite comme pertinentes par les acteurs, ce qui permet aux acteurs qui en disposent de s’attendre à des corrélations entre différents phénomènes sociaux avec une réelle chance de succès7. Cette relecture présente donc forcément une différence avec la prise de conscience initiale des acteurs, différence qui peut se vivre comme un complet décalage, voire une remise en cause des opinions admises (comme autrefois dans l’analyse de l’école par Bourdieu & Passeron, 1970), ou bien comme une simple extension du domaine des corrélations. Ainsi l’ethnométhodologie ne propose pas simplement des comptes rendus ou des descriptions qui s’articulent directement sur l’expérience des acteurs, mais se donne bien pour but de mettre au jour ce qu’on n’explicite jamais dans les pratiques car c’est ce qui donne son évidence inquestionnée à leur efficace. En mettant au jour ces conditions de l’ordre des pratiques, elle les pose dans leur objectivité incontournable. Elle s’oppose ainsi à une sociologie herméneutique qui s’intéresse non pas à l’ordre existant, mais aux opérations d’interprétation, comme la narrativité, la mise en intrigue (Ogien, 2000). Mais on souhaiterait pouvoir à la fois indiquer de quels êtres on présuppose l’objectivité, et quelles opérations leur sont liées (encore une fois, ces êtres ne sont pas forcément des substances ou des choses, mais pourraient être des relations).

7Les différences entre les positions sociologiques peuvent tenir à des différences entre leurs ontologies, même si elles ne s’y réduisent pas. Les différences entre ce qui apparaît aux acteurs sociaux et ce que le sociologue y découvre peuvent aussi manifester des différences ontologiques. Enfin on peut se demander si les activités sociales d’un côté, et les constructions sociologiques de l’autre, peuvent se satisfaire d’une ontologie unifiée, ou si au contraire elles n’exigeraient pas, comme je vais tenter de le soutenir, des ontologies plurielles. L’activité des acteurs sociaux consisterait alors à constituer des ontologies additives, et celle des sociologues, entre autres, à identifier les opérations qui permettent de relier entre elles ces ontologies. Ce serait là un mode d’explication propre au sociologue, puisque l’acteur, parce qu’il est pris dans l’activité de production de ce surplus d’ontologie, dans cette production d’entités, ne peut pas prendre le recul nécessaire pour tenter d’identifier les opérations qui régissent le passage d’une ontologie à l’autre. Une telle forme d’explication pourrait valoir aussi bien pour rendre compte de l’ordre stable des sociétés que de leurs modes de changement.

8Dans ce qui suit, je vais donc tenter de faire se croiser différentes préoccupations, la différence et l’articulation du point de vue de l’acteur et de celui du sociologue, le problème de l’explication, et le choix de tel ou tel ensemble de catégories ontologiques. Je vais d’abord partir de problèmes que rencontrent et les acteurs et les sociologues, et qui ont des enjeux ontologiques : le problème de l’identification ou de l’individuation, le problème des dispositions, et surtout le problème du statut des entités autres que concrètes, qui font l’essentiel du bestiaire social. Le simple examen de ces problèmes montre qu’il nous faut disposer d’une ontologie plurielle pour rendre compte des faits sociaux. Mais une telle pluralité pose le problème des opérations ou transformations qui permettent le passage d’une ontologie à une autre. En deux temps, en examinant d’abord la notion de « nous » et ensuite celle d’institution, j’essaierai de montrer que l’ontologie du sociologue devrait porter au moins autant sur les opérateurs qui définissent ces possibilités d’opérations et de transformations que sur les unités ontologiques qu’elles relient. Les acteurs se focalisent sur ces unités parce qu’ils usent de ces opérations pour constituer et apprendre les entités de leur société. Mais les « faits sociaux », comme objets d’une épistémé, sont les mises en œuvre de ces opérations sur ces entités.

9Une telle position ne respecte guère le principe qui semble devoir être de mise en ontologie, la recherche d’une ontologie aussi économique que possible en entités. Mais le rasoir d’Occam nous conseille simplement d’éliminer les entités superflues. Il peut donc être préférable d’accepter une ontologie plus riche, mais qui permet plus de descriptions correctes, voire d’explications, plutôt que d’en rester à un ascétisme ontologique qui doit se livrer à toutes sortes de contorsions pour rendre compte des phénomènes. Ce qui compte dans la conception minimale de l’ontologie que je défends, c’est de pouvoir utiliser les critères ontologiques pour faire des différences entre des activités sociales et des explications sociologiques, et entre les diverses explications sociologiques. Pour faire plus de différences, il vaut mieux disposer de plus de catégories ontologiques.

La nécessité d’une ontologie plurielle

Individuation et identité

10Partons de l’individualisme méthodologique. Son ontologie semble assez bien définie. Les entités y sont des individus concrets et leurs actes, qui sont des processus matériels concrets que l’on peut redécrire comme des événements abstraits mais singuliers. Ces événements sont qualifiés et interprétés via les mécanismes de représentation, d’expression et de communication de ces individus, et c’est ainsi que sont constitués des « états de chose », des faits. Une fois ces faits définis, on peut alors redécrire et réanalyser les événements en y trouvant des choses, ainsi que leurs propriétés et leurs relations. Les individualistes méthodologiques sont alors libres d’adopter une position nominaliste quant à ces propriétés (s’ils les réduisent aux résultats des activités cognitives individuelles), ou bien de prêter aux universaux plus de réalité. Les actes des individus concrets sont dans une relation tout à fait classique de réalisation ou d’exemplification avec les propriétés abstraites.

  • 8 Un critère de l’abstrait étant que plusieurs abstraits peuvent valoir du même être spatio-temporel, (...)

11En fait, le sociologue qui adopte cette méthodologie se garde d’entrer dans les problèmes les plus difficiles de l’individuation. Son individu est une entité identifiable par une numérotation ou une étiquette sociale quelconque, il suffit qu’il ne soit pas compté en double, et que ses actes soient attestés. Cet individu répond simplement au critère suivant : il ne peut pas être subdivisé sans perdre certaines de ses propriétés essentielles – pour son activité sociale. C’est un individu « à la Suarez ». Il n’a donc pas à être identifié dans sa singularité. Le sociologue n’a pas à se demander qu’est-ce qui fait qu’il est cet individu même et pas un autre – ce qu’on appelle une eccéité – même s’il peut admettre que, pour l’acteur social concret, sa singularité soit importante. Ainsi Coleman superpose-t-il à l’individu concret un « individu rationnel » abstrait, ensemble normatif de procédures déclenchées par des traits de la situation typique la plus similaire à celle de l’individu concret. C’est un individu abstrait puisque plusieurs théories de la rationalité (cognitive et instrumentale par exemple) peuvent être convoquées pour rendre compte du même comportement8. Le sociologue note alors les différences de comportement entre l’individu concret et le modèle rationnel. Il rapporte ensuite ces différences, par exemple, à des limitations cognitives ou affectives. Ou encore, comme le fait Boudon, il continue à supposer l’individu rationnel, et recherche parmi les « raisons » exprimées (éventuellement par d’autres individus similaires) celles qui donnent l’explication la moins irrationnelle du comportement observé.

12Si cet individu – ou plutôt son comportement – se borne à exemplifier des propriétés de rationalité ou d’irrationalité, pourquoi tenir tellement à situer l’analyse au niveau de l’individu concret ? Ne serait-il pas possible de rencontrer des individus « à la Suarez » au niveau des collectifs ? Les économistes n’hésitent pas à parler d’agent – sinon d’acteur – à propos d’une entreprise. Mais surtout, des collectifs peuvent posséder des propriétés que leurs subdivisions ne possèdent pas. Certaines subdivisions de la classe ouvrière (les chômeurs dans leur dispersion, les travailleurs intérimaires) ne présentent plus les possibilités de mouvement social d’une population ouvrière classique.

13Peut-être peut-on conférer à un agent collectif une identité plus faible, qui serait celle que donne ce que David Wiggins (1980) appelle un « sortal ». Un sortal est ce qui fait qu’une chose est cette même chose (et non pas cette chose même, comme l’eccéité) au cours de son existence. Ce n’est pas d’être en bois, ou d’une matière brune, qui fait qu’un frêne est ce qu’il est en hiver, c’est qu’il est un « arbre ». De la même façon, pourrait-on dire, une entreprise peut avoir plus ou moins d’employés, être organisée de manière taylorienne ou japonaise, c’est une « entreprise ». Wiggins a suggéré cette ontologie pour éviter de devoir lier l’identité à l’ensemble complet des propriétés d’une entité, ce qui est trop fort, ou bien au contraire de devoir, comme le proposait Peter T. Geach (1962), relativiser l’identité à un aspect – une nation dès lors serait la même sous l’aspect de ses frontières, mais pas sous celui de sa population, par exemple – ce qui semble trop faible. Mais la notion de sortal semble plus désigner un mode d’identité que nous permettre d’énumérer les propriétés indispensables à cette identité. Elle semble donc mieux faite pour penser du point de vue de l’acteur social que de celui du sociologue. Il suffit à l’acteur de se rapporter à son entreprise comme à une entité identifiable pour la vivre comme entité sociale. Cette identité présupposée est bien une donnée sociale, mais si le sociologue se borne à repérer les entités ainsi identifiées (les entreprises, etc.), il aura simplement rendu compte de l’activité des acteurs, il ne l’aura pas expliquée, même en un sens minimal.

14La notion de sortal semble donc plus appropriée pour traiter les problèmes d’« identité sociale » du point de vue de l’acteur. C’est un thème récurrent en sociologie que la nécessité pour tout individu d’arriver à se donner une identité sociale à ses propres yeux et à ceux des autres, ce qui ne peut pas se faire sans définir une relation à une classe, communauté, catégorie sociale. Le problème est alors justement que cette identité relationnelle doit rester suffisamment stable pour assurer que perdure l’appartenance à une même catégorie. Le changement de catégorie, inversement, implique des investissements lourds, qui doivent aussi être repérables par les autres acteurs sociaux. Il ne suffit pas de changer quelques aspects pour changer d’identité sociale, même si l’identité sociale n’est pas supposée épuiser l’ensemble des propriétés d’un individu. Mais l’identité sociale n’est pas une identité « à la Geach » puisque, même si l’on peut appartenir à plusieurs régimes sociaux de valeurs (ce que Boltanski et Thévenot, 1991, appellent des cités), on n’a pas pour autant plusieurs identités sociales. Les acteurs s’efforcent aussi de définir des identités sortales pour des ethnies ou des nations. C’est la matière de la plupart des conflits armés. Mais peut-être ces conflits vont-ils de pair avec une surestimation du statut ontologique de certaines entités sociales. Car on ne voit pas comment identifier une nation par une propriété sortale, qui suffise à son identité. On ne voit pas d’ailleurs non plus comment trouver le sortal d’une société ou d’une civilisation. Le sociologue pourrait ici démythifier les représentations de l’acteur.

15On voit déjà que l’ontologie des individus abstraits est adaptée à l’explication propre à un individualisme méthodologique rationaliste, tandis que l’ontologie des sortais est plus adaptée à une sociologie qui voudrait rendre compte du point de vue des acteurs. Cependant il reste encore possible de tenter d’identifier le sortal d’un individu abstrait, mais il risque d’être plus proche d’une norme (un idéal type) que d’une essence.

Avec ou sans dispositions ?

  • 9 Il est traité plus en détail dans la contribution de Jacques Merchiers à ce volume.

16Un autre thème de débat ontologique en sciences sociales est celui des dispositions9. Une disposition ne se révèle que quand elle est activée par certaines circonstances, mais elle peut ne jamais se révéler. Existe-t-elle alors ? Pierre Bourdieu en utilisant la notion d’habitus recourt à une disposition, mais aussi Boudon (1999, p. 371), pourtant hostile à cette catégorie ontologique, quand il considère comme acceptable, chez Tocqueville, l’énoncé d’une « tendance » à définir la communauté à partir d’un thème sur lequel les gens convergent plutôt que sur un thème en débat. Le pouvoir aussi a été défini par Max Weber comme une disposition de la part d’un acteur à accomplir certaines actions ordonnées par un autre. On ne connaît pas de sociologie qui ne recoure pas à cette notion, alors même qu’on serait dans l’embarras pour identifier une propriété actuelle qui soit le fondement de la disposition.

  • 10 Il serait intéressant d’étudier les différents systèmes qui décernent des titres ou des emplois pou (...)

17Les acteurs sociaux, comme les sociologues, recourent à des dispositions. Une bonne part des activités sociales au sein des institutions est d’ailleurs consacrée à l’identification des dispositions qu’on croit pouvoir détecter chez les individus et les organisations (qu’on pense aux examens, concours, entretiens d’embauche, évaluations, audits, primes, etc.)10. Mais nos relations informelles consistent aussi à nous procurer sans cesse des indices des dispositions d’autrui.

18Un structuralisme pur et dur « à la Lévi-Strauss » réduisait les dispositions à des lois structurelles. Tenir à l’idée de lois structurelles revient à supposer qu’on puisse définir d’avance toutes les conditions nécessaires et suffisantes pour que ces dispositions s’actualisent. Or les dispositions renvoient à des situations contrefactuelles – celles qui ne se sont pas produites jusque-là – qui ne sont pas forcément définies d’avance. Le structuralisme supposait complètement défini l’ensemble des mondes possibles dans lesquels se seraient réalisés ces contrefactuels. Toute situation n’est alors qu’une instanciation d’une des relations structurelles possibles. C’est faire du monde réel un cas particulier d’un ensemble fermé de mondes possibles. Le « vrai » réel, c’est alors la structure et donc cet ensemble de mondes possibles et leurs relations entre eux. Le structuralisme impliquait donc une position dite « possibilité » sur la réalité des mondes possibles. Un possibiliste croit que le monde actuel n’est qu’une partie de la réalité constituée par tous les mondes possibles. Mais que faire alors de ce qui n’était pas intégré par la structure ? Pour échapper à cette difficulté, le structuralisme devait récuser tout engagement ontologique, et faire de la structure un simple artefact épistémique. Mais on ne voit plus alors de quel droit il refusait des causalités liées à des actes individuels. On voit ici qu’on peut utiliser les implications ontologiques d’une position pour mieux en définir l’ambition et l’impact – éventuellement pour montrer l’inanité de cette ambition.

19Si les acteurs sociaux recourent couramment aux dispositions, le sociologue ne peut-il vouloir utiliser l’ontologie pour les éliminer ? Le plus défavorable à une ontologie des dispositions est sans doute Boudon, mais nous avons vu qu’il les utilise malgré tout. Les ethnométhodologues pourraient vouloir s’en tenir aux significations déjà contenues actuellement dans les objets, êtres, événements du monde, et dans le langage utilisé. On peut leur proposer, pour éliminer les dispositions, l’ontologie que Barry Smith (cf. sa contribution dans ce volume) a élaborée pour les faits sociaux. Notons cependant qu’il s’agit bien d’une ontologie « plurielle ». Son idée est que les « objets sociaux » sont des « unités physico-comportementales ». Ils sont donc des composés (des touts formés de parties, même si ces parties peuvent s’enchevêtrer) de parties physiques qui ont une stabilité au travers du temps (des « continuants ») et d’activités physiques qui se produisent dans le temps (des « occurrents »). Les occurrents ne peuvent intervenir sans continuants, ils en dépendent donc. Cependant les objets sociaux qui sont produits par convention ne manifestent leur dépendance à l’égard des activités des continuants que lors de leur création et lors de leur disparition. Dans l’intervalle, ils peuvent n’avoir qu’une dépendance générique, par exemple dépendre d’individus concrets, mais sans que l’individu en question doive être spécifié dans sa singularité. Les unités physico-comportementales diffèrent d’un événement, qui lie une activité et un ou des individus, parce qu’elles peuvent être répétées. Elles ont la capacité de se maintenir par elles-mêmes et de limiter les effets des perturbations.

20On peut déjà soulever un problème à propos de cette ontologie : c’est que Smith ne nous dit pas clairement quelles opérations permettent de passer des continuants et des occurrents à leurs unités mixtes physico-comportementales, ni comment elles peuvent s’agencer entre elles. Il parle seulement d’enchevêtrement, ce qui laisse supposer que les relations méréologiques (parties-touts) et topologiques (de voisinage, de connexité ou non) suffiraient, mais il ne donne pas d’exemple précis d’analyse d’un tel enchevêtrement. Cependant, on peut penser que, pour le sociologue, les repères spatio-temporels que son ontologie permettrait de définir seraient des observables importants.

21Smith élimine toute disposition, parce qu’il ramène les objets sociaux à leur réalité repérable dans le temps et l’espace. Le problème est de savoir comment les unités physico-comportementales se rapportent aux activités psychologiques des acteurs, et si les frontières spatio-temporelles de ces unités sont toujours en harmonie avec ces activités. Ainsi l’éternuement du marié fait en principe partie du mariage, mais que se passe-t-il s’il éternue au lieu de dire « oui » ? Peut-on considérer « Jean le mari » comme la somme méréologique du « continuant » Jean et de l’« occurrent » institutionnel du mariage ? Certes, si l’occurrent cesse d’intervenir, si le divorce est prononcé, Jean a là un critère pour savoir qu’il n’est plus marié. Mais les critères de démarrage et de terminaison de ces occurrents nous font seulement appréhender les repères juridiques que se fixent les activités sociales. Quand il y a conflit entre les travailleurs et la direction sur le problème de savoir si les pauses café font ou non partie de la journée de travail, on va sans doute d’un côté utiliser comme argument le fait que cette pause ait lieu dans les limites du bâtiment de travail, et de l’autre dire que le temps du café n’est pas un temps de travail productif. Mais on voit aussitôt qu’une activité qui permet de reprendre le travail avec plus d’énergie peut être considérée comme orientée vers la productivité. Et cette orientation ne se laisse pas réduire à des repères spatio-temporels. Le découpage entre productif et non productif utilise bien ces repères, mais son enjeu ne s’y réduit pas. On va alors retrouver les dispositions, puisque les salariés vont voir dans ce redécoupage du temps de travail un soupçon portant sur leur disposition à la productivité, ou encore vont soupçonner chez la direction une disposition à vouloir rogner leur salaire et leurs avantages.

Abstraction, incomplétude et entités sociales

22Barry Smith a peut-être raison de soutenir que les catégories et opérations de l’ontologie de la logique classique, les constantes d’individu, les prédicats, les relations ne suffisent pas pour penser les objets sociaux, mais il devrait se demander à la fois quelles sont les opérations par lesquelles les acteurs se rapportent à ces objets ou les constituent, quels produits ou traces de ces opérations les sociologues peuvent espérer identifier, et quel statut auront leurs propres constructions.

23Les entités sociales ne sont pas toujours le résultat sans problème des activités individuelles. Les ontologies individuelles peuvent être en décalage avec les ontologies sociales. Inversement, le sociologue peut avoir des difficultés à isoler sa propre ontologie à partir de ce qu’il pense être l’ontologie implicite des acteurs. Ces difficultés révèlent une spécificité des opérations possibles sur les entités sociales. Mais on peut tout de même raccorder le rapport des acteurs aux entités sociales avec le rapport du sociologue à ces entités, mais aussi avec le rapport qu’y ont tous ceux qui ont en charge des collectifs sociaux. Les premiers et les seconds doivent procéder à des abstractions, ils doivent constituer des objets qui par certains aspects restent incomplets, les troisièmes ont le problème de raccorder des abstractions institutionnelles à des individus concrets.

24Plusieurs formes d’incomplétude peuvent être suggérées. La première consiste à renoncer à identifier les individus et les entités dans leur singularité. On n’entre pas pour autant immédiatement dans le domaine des universaux. On peut simplement entrer dans celui des similarités. Ou encore, on peut passer des croyances portant sur des objets bien assurés à des croyances par ouï-dire. Enfin, on peut reprendre les différentes théories proposées pour traiter des fictions et les appliquer à des entités sociales (qui ne sont pas pour autant fictionnelles, comme on va le voir).

25Tout d’abord rappelons ces problèmes ontologiques qui surgissent des difficultés à coordonner l’ontologie des acteurs et l’ontologie des entités sociales ou l’ontologie du sociologue. Les changements sociaux sont-ils toujours pour les acteurs des changements fondamentaux ? Des changements fondamentaux devraient être des changements des propriétés intrinsèques des acteurs. On considère généralement qu’un changement d’une propriété extrinsèque ne constitue pas un changement réel pour son porteur. Ainsi une femme résidant en Angleterre dont le mari militaire meurt dans une escarmouche en Inde ne subirait qu’un changement « à la mode de Cambridge », donc extrinsèque (du moins tant qu’elle ne sait pas qu’elle est veuve et ne ressent pas les sentiments que cela implique). Mais ce changement est bien un changement social, pourtant. Les changements sociaux ne viseraient-ils alors que des propriétés extrinsèques ? Plus probablement, les propriétés en question peuvent être considérées comme extrinsèques d’un point de vue purement individuel, mais elles sont intrinsèques pour le statut social de l’individu. Toutefois cela pose alors le problème des rapports entre deux ontologies dont les appréciations se croisent. L’explication en sociologie peut-elle ne porter que sur des propriétés qui restent extrinsèques, par exemple pour la biologie ?

  • 11 « Néo-frégéens » serait plus acceptable, car pour Frege les concepts, une fois appliqués à des obje (...)

26Imaginons que les activités et représentations des acteurs sociaux leur donnent accès à une sorte de troisième monde, fait de significations (des universaux). Ainsi Patrick Pharo (1997) soutient que les acteurs sociaux déterminent leurs actions en fonction de significations (comme celle de « démocratique » ou de « juste ») qui ont le statut de « sens » que l’on dit « frégéens »11. Ce sont des universaux, qui déterminent les conditions de vérité d’une proposition. La sociologie consisterait alors à étudier les relations entre ces universaux, qui sont activés via les capacités des individus à reconnaître la valeur de vérité de jugements portant sur des situations et déterminés en fonction de propriétés de ces situations. Les sociétés se distingueraient par les différentes sensibilités de leurs membres à différentes propriétés et par la manière dont ces jugements déclenchent ou non les motivations et les actions des individus.

  • 12 Smith considère les frontières comme des objets sociaux, soumis aux critères et aux opérations méré (...)

27On peut examiner deux types d’objections à ce réalisme des significations. On peut vouloir reprendre les positions nominalistes, qui ne reconnaissent pas l’indépendance des universaux. Le nominalisme contemporain a imaginé la notion de « trope » pour rendre compte de phénomènes qui semblent impliquer des propriétés. Un trope (on l’a déjà dit supra) est un particulier, mais abstrait (cf. par exemple Campbell, 1990). Un événement est donc un genre de trope. Une frontière est aussi un trope. C’est bien une entité abstraite (un point est la frontière d’au moins deux États, voire de la frontière de quatre États, comme aux USA), mais réalisée de manière singulière dans l’espace et le temps12. Si l’on suit la piste d’un tel nominalisme, on cessera de voir dans des entités comme une institution ou une nation des sortes de substances collectives dotées de propriétés. On y verra, par exemple, des touts, faits de l’agrégation de parties temporelles. Il faudra alors s’interroger sur ce qui assure cette agrégation et cette continuité dans le temps, comme sur ce qui assure l’agrégation de chaque tranche temporelle. Nous avons vu que sans recourir aux dispositions des acteurs sociaux à relier ces repères spatio-temporels à des intentions signifiantes, il était difficile de rendre compte de toute leur efficace sociale.

28Une deuxième objection consiste à se demander si les significations de ce troisième monde sont ordonnées comme le serait un univers de propositions frégéennes. Dans cet univers, une relation importante entre un universel et un autre est celle de genre à espèce. Les référents peuvent y être individués de manière à dire si oui ou non deux référents sont le même. Enfin, si l’on se demande comment les acteurs accèdent à cet univers, on se basera sur celles de leurs croyances qui peuvent prétendre directement à la vérité. Or ces exigences sont rarement satisfaites dans le domaine social. Ce qui suggère que le sociologue ne devrait pas prendre les universaux pour des entités qui suffisent à l’explication.

  • 13 La distinction a été introduite par William E. Johnson, dans sa Logique (1921) et reprise par John (...)

29Peut-on ainsi isoler les catégories du sociologue de leurs circonstances sociales ? On souhaiterait par exemple que la notion de classe puisse valoir et pour le prolétariat et pour la bourgeoisie, voire pour les cadres. Mais il est raisonnable de penser qu’une classe sociale n’est pas déterminée tant qu’on n’a pas mentionné par exemple qu’il s’agit de la bourgeoisie. Ainsi le qualificatif de « bourgeoise » n’est pas l’addition d’une différence spécifique à un concept de genre déjà complet, mais une détermination nécessaire pour que le contenu de ce concept soit complet. Le sociologue ne pourrait donc pas appliquer ici la relation classique entre un genre et la propriété spécifique qui détermine une espèce, où cette propriété s’ajoute aux déterminations du genre (comme quand on ajoute la propriété d’avoir des côtés égaux à celle d’avoir des côtés parallèles deux à deux). Il lui faudrait plutôt recourir à une autre relation, un peu oubliée mais récemment remise à jour, celle de déterminable à déterminant13, où la propriété constitue simplement la détermination du genre, qui en manquait sans cela (comme le rouge détermine la couleur, qu’on appellera donc un déterminable).

  • 14 Il serait assurément possible de ne pas nous engager dans une telle ontologie, en adoptant une conc (...)

30Considérons maintenant les croyances des acteurs. Une bonne partie des activités sociales se base sur des ouï-dire. Il n’est pas toujours nécessaire que nous ayons confiance dans les phrases que nous entendons et que nous supposions qu’elles ont une valeur de vérité assurée. Il suffit parfois que nous pensions que les autres aussi n’ont pas de meilleures informations que celles indiquées par ces ouï-dire (par exemple dans les spéculations boursières, ou même dans la majorité des décisions politiques). Les propriétés dont nous nous supposons informés ne sont pas alors des propriétés qui sont exemplifiées par des objets réels – elles seraient assertées par des énoncés de re –, mais elles sont seulement assertées d’objets qui les satisferaient, sans qu’on sache si ces objets existent – elles sont assertées par des énoncés de dicto14.

  • 15 La théorie en est due à Lewis (1973). Dans sa métaphysique, ces contreparties et leurs mondes sont (...)

31Considérons enfin les identifications des référents, et en particulier celles qui sont nécessaires aux sociologues, mais aussi celles des politiques. Elles ne semblent pas viser des individus fixes, mais soit des entités plus génériques, soit quelque chose qui ressemble fort à ce que David K. Lewis, dans sa théorie des mondes possibles, appelle des contreparties. Ces contreparties sont des entités qu’on ne trouve pas dans ce monde réel15, mais qui sont dans chaque monde possible les plus similaires aux individus existants. L’ontologie mobilisée n’est pas celle des mondes possibles « à la Kripke », qui définit les propriétés nécessaires d’un individu existant en exigeant qu’il les possède dans tous les mondes possibles. Saul Kripke (1982) exige en effet que l’on puisse identifier l’individu en question à travers les mondes possibles. Une telle ontologie n’est raisonnable que si l’on conçoit les mondes possibles comme de fantomatiques variantes du monde réel. L’ontologie de Lewis exige simplement qu’on puisse repérer les individus qui sont similaires à l’individu réel. On peut se demander si les décisions politiques, qui exigent de comparer des évolutions contrefactuelles des comportements des individus – comment réagiraient-ils si l’on prenait telle mesure plutôt que telle autre ? –, ne sont pas prises en considérant des individus similaires aux individus réels, des contreparties, plutôt que des individus réels, qu’on ne peut atteindre par les informations statistiques dont on dispose. Les statistiques pourraient avoir pour effet de transformer des individus réels et leurs comportements en contreparties, voire en classes de similarités.

32Pour développer des calculs stratégiques, les politiques n’ont à leur disposition que des informations insuffisantes. Leurs raisonnements ne se déroulent donc pas dans le seul monde réel, mais aussi dans ses extensions « contrefactuelles », que représentent les mondes possibles. On pourrait donc prétendre qu’ils raisonnent sur des « contreparties » de leurs citoyens. La différence entre individu et contrepartie peut devenir cruciale, si l’on se souvient que les relations de similarité – qui relient les contreparties entre elles – n’autorisent pas de raisonnements par transitivité, si bien qu’au bout de quelques pas d’inférence, le politique – et le statisticien – ne sont plus du tout assurés que leurs conclusions puissent s’appliquer aux individus réels. Une différence d’ontologie entraîne donc une différence cruciale dans les précautions à prendre pour que l’explication évite d’être taxée d’imprudence.

33Une autre forme d’incomplétude rapproche les entités sociales des fictions. Mally, élève de Meinong, notait que les propriétés d’un objet de fiction sont incomplètes par rapport à celles d’un objet similaire mais réel. Les propriétés d’un objet réel sont inépuisables, mais présentes en totalité, même si nous n’arrivons pas à toutes les déterminer par notre connaissance. Les propriétés d’un objet de fiction se divisent entre celles qui sont spécifiées, et dont la liste finie est close dans le texte de la fiction (les propriétés « encodées »), mais qui déterminent très incomplètement l’objet, et les propriétés non spécifiées, qui ne sont pas déjà déterminées comme pour l’objet réel, et qui ne le seront qu’une fois que l’auteur de la fiction les aura stipulées dans un nouveau texte. Les personnages de fiction ont pour caractéristique de se voir conférer, ou d’encoder dans leur personnage, toutes les propriétés qu’ils exemplifient par ailleurs dans le texte qui les met en scène. Une fois que Sherlock Holmes est dit fumer la pipe, cela fait partie de son personnage. Il exemplifie la propriété d’être un fumeur, et il encode cette propriété dans son personnage.

  • 16 Si l’on reprend la distinction de Meinong entre les entités qui existent bel et bien, et celles qui (...)

34Qu’en est-il d’une entité sociale comme une école, qui est une organisation sociale avec son fonctionnement particulier, mais qui est aussi une manifestation de l’institution scolaire ? Cette école a toutes ses propriétés concrètes, comme une entité réelle, mais on doit pouvoir distinguer ses propriétés « constitutionnelles », qui en font une manifestation de l’institution scolaire, de ses propriétés extra-constitutionnelles, si l’on reprend la distinction de Meinong (1999 ; cf. aussi Zalta, 1988). Les propriétés constitutionnelles sont celles qui sont spécifiées dans la constitution de l’institution, et sans le respect desquelles l’institution ne peut perdurer comme telle. On pourrait dire qu’une école « encode » ses propriétés constitutionnelles, celles qui lui sont stipulées par les règles de l’institution, et qu’elle exemplifie ses propriétés en général, y compris les extra-constitutionnelles16. Une institution concrète combine donc des propriétés stipulées qu’elle encode, et des propriétés non stipulées qui lui sont données par les inépuisables déterminations de son existence concrète.

35Si le noyau des propriétés d’une institution est fait de ces propriétés qui sont à la fois exemplifiées par l’institution effective et encodées dans les textes juridiques fondateurs, peut-on considérer ce noyau comme clos ? Il ne le semble pas, par exemple parce qu’on peut aussi compter au nombre des propriétés encodées par les institutions concrètes les histoires ressassées par les acteurs de l’institution et qui lui sont assignées en propre, et que ces histoires ne forment pas un ensemble clos. La « personnalité » de l’institution est sans cesse modifiée par celles des propriétés extra-constitutives qu’elle exemplifie tout simplement parce qu’elles tiennent à son existence concrète, et qui s’intègrent ou s’encodent dans son noyau constitutif. Les institutions pourraient donc constituer un type d’entité qui mêle des traits ontologiques des individus concrets et des traits des entités conventionnelles.

  • 17 On peut reprendre ici quelques idées de Douglas (1999), mais en les transformant.

36Il se pourrait que la force régulatrice des institutions tienne à ce que les acteurs peuvent y faire fond sur un noyau de propriétés constitutionnelles encodées17, sans avoir à tenir compte de toutes leurs propriétés concrètes, mais en pouvant aussi les enrichir d’histoires à condition qu’elles soient partagées et participent donc des propriétés encodées. Il est assez naturel que les sociologues aient privilégié les institutions, parce qu’ils pouvaient espérer les comprendre à partir des propriétés encodées. Mais les intérêts des sociologues et des acteurs sont inverses. Les acteurs se servent des institutions parce qu’elles leur permettent de multiplier les effets de leurs interactions tout en faisant des économies cognitives, les sociologues partent des institutions parce qu’elles leur permettent de cerner un ensemble de propriétés constitutives. L’incomplétude est utilisée en tant que telle par les acteurs, et comme ersatz de complétude par les sociologues. L’explication sociologique des institutions devrait donc tenir compte de cette inversion des intérêts, dans la mesure où les intérêts des acteurs au fonctionnement d’une institution font partie de l’explication de son fonctionnement.

  • 18 Il semble donc utiliser une ontologie des individus (y compris collectifs) et des événements, ou en (...)

37Il est aussi possible qu’une fois cette inversion prise en compte, les institutions nous désignent le mode d’être favori des catégories sociologiques. Une catégorie sociologique pourrait désigner un ensemble de propriétés ou de règles qui permet de considérer comme encodés les traits saillants pour le sociologue des activités des acteurs, alors que les acteurs utilisent simplement ces traits comme ceux qui donnent accès à une efficacité sociale qui démultiplie leurs effets et qui leur épargne des efforts cognitifs. Ainsi Talcott Parsons (1951) distingue l’acteur comme objet disposant de qualités, et l’acteur comme accomplissant une activité (une « performance »)18. Le concept sociologique qui pour lui intègre ces qualités au système social (ou à un système social partiel) est celui de statut, et celui qui y intègre ces accomplissements est celui de rôle. Pour l’acteur, le statut permet en fait de faire l’économie d’une enquête sur la valeur de la personne, et le rôle lui permet de s’attendre à un type d’activités et d’engager des coordinations. Le sociologue, lui, y voit des indicateurs du système de valeurs et de l’ensemble de fonctions auquel il résume une société.

38Il faut noter que, dans l’ethnométhodologie, ces deux intérêts ou attentes se rapprochent au plus près l’un de l’autre, puisque l’acteur rend compte de sa pratique et que l’ethnométhodologue fait de même. Mais l’acteur tire de ce compte rendu les effets de démultiplication des coordinations et les économies de coût cognitif signalées, alors que l’ethnométhodologue y voit le champ où l’activité de l’acteur et celle du sociologue peuvent enfin se rassembler.

39Il semble donc difficile de se borner en sociologie à une ontologie minimaliste qui ne reconnaisse que des individus concrets, ou des repères spatio-temporels. Certes on pourrait croire qu’ajouter un niveau d’entités incomplètes n’exige pas de passer à une ontologie plus riche. Si les acteurs se repèrent sur des déterminations incomplètes, ils laissent de côté des entités au lieu d’en ajouter. Mais le paradoxe, c’est qu’en ne retenant que les propriétés encodées, ils donnent à ces entités incomplètes une efficace concrète. Alors que les fictions n’ajoutent aucune entité au réel (sinon des textes et des mises en scène théâtrales ou cinématographiques, des modèles romanesques d’action et des objets de merchandising), les institutions produisent des activités, et ajoutent donc au moins des processus ou des événements. Elles comprennent des propriétés concrètes qui dépendent de leurs propriétés encodées. Les propriétés encodées dépendent des entités concrètes que sont les individus et leurs activités, mais certaines activités dépendent à leur tour des propriétés encodées. Les entités sociales semblent bien disposer d’un ancrage réel et intrinsèque, mais elles se développent aussi à un niveau de réalité seconde ou dérivée, et surtout qui n’est spécifié que de manière incomplète, et ce niveau dérivé a en retour des effets producteurs sur la réalité concrète. Les objets sociaux semblent donc nécessiter la définition de catégories ontologiques mixtes ou plurielles, et, davantage, la définition d’opérations qui ne jouent pas à l’intérieur d’un seul champ ontologique, mais d’un champ à l’autre. Nous allons retrouver ces phénomènes en étudiant les « nous ». Notre but ne sera pas de nous focaliser sur l’étude des « nous » ou des « sujets pluriels », puisque l’article de Margaret Gilbert (cf. supra) indique bien sa position, mais de montrer, en étudiant la notion d’action conjointe, qu’il est nécessaire de spécifier non seulement l’ontologie des entités, mais celle des opérations qui les relient.

Passer d’une ontologie à une autre

« Nous »

  • 19 Dans sa conférence au colloque de l’Université Paris IV organisé par Pascal Engel, juin 1999.

40Partons de l’analyse éclairante de Mulligan19. Est-ce que les « nous » sociaux sont des entités concrètes ? Il ne semble pas qu’ils puissent l’être entièrement, puisque nous sommes incapables de dire quels individus concrets font partie de ces « nous ». Cette incapacité ne tient pas à nos limites d’investigation. Elle tient à ce que sans arrêt de nouveaux individus peuvent s’agréger à ces « nous » (ne serait-ce que par des naissances) ou bien en sortir. Mais inversement ces « nous » ne sont pas non plus purement abstraits. Nous, les Français, nous sommes rattachés à un territoire concret dans l’espace et dans le temps (la France actuelle n’a pas toujours eu ces frontières). Même les « Français de l’étranger », qui ont maintenant un député, ont eu une relation avec ce territoire. Mais le territoire lui-même, bien que toujours concret par un côté, est abstrait par un autre. Les frontières d’un territoire sont des lignes abstraites, bien que de réalisation singulière. C’est l’exemple même, on l’a vu, de ce qu’on appelle des tropes, des abstraits singuliers. On retrouve donc dans les repères qui devaient nous permettre de cerner la part concrète du « nous les Français » la même mixité entre occurrence singulière et abstrait. De plus, tout comme les membres des « nous » ne sont pas toujours les mêmes, de même les frontières varient dans le temps. Et cet ancrage concret ne va évidemment pas jusqu’à pouvoir identifier en chaque Français une propriété constitutive qui en ferait un Français. Ce genre de propriété sociale n’implique pas une nature interne, une essence spécifique. Être français n’est pas une « espèce naturelle », comme être de l’eau ou être un arbre, puisque cela peut varier en fonction des décrets qui précisent les conditions de naturalisation. Être né sur le sol français semble plus tellurique, mais en fait le territoire français varie lui aussi en fonction des conventions sur les frontières.

41Enfin, les « nous » peuvent viser un groupe dont les membres pourraient se définir par leurs relations entre eux, sans relation à d’autres groupes, ou bien un groupe dont la plupart des membres ne pourraient être définis comme tels que par rapport à d’autres groupes. « Nous, les centristes » implique qu’il y ait des gens de droite et de gauche. Et un « nous » raciste pourrait en fait n’être employé que dans des contextes où l’on s’oppose à d’autres groupes (les immigrés, les juifs capitalistes, etc.).

42Il est souhaitable de parvenir à classer ces différents « nous ». Pour ce faire, il est tentant de partir des « nous » dans lesquels les membres sont des individus connus de chacun des membres, et qui sont rassemblés pour une action donnée. L’ontologie semble dans ces cas la plus simple possible. Nous avons des individus, et un événement (l’action) qui est visé par les individus sous une même description. On peut alors se concentrer sur la structure des rapports entre ces individus, structure dont ils tiennent compte consciemment ou non et qu’ils respectent dans leurs actions individuelles. Ces rapports qui donneraient les conditions nécessaires et suffisantes de constitution d’un « nous ».

L’action conjointe

  • 20 On voit mieux l’entrelacement dans la formulation suivante, qui indique les critères de l’action co (...)

43L’ethnométhodologie s’est concentrée sur ce qu’elle a nommé une « action commune ». Une formulation très précise d’une notion voisine – mais sans doute plus spécifique – a été donnée par Bratman (1997), avec la notion d’« action conjointe ». Une interaction très simple comme une action conjointe (nous décidons de peindre les murs d’une chambre à deux) exige un entrelacement d’intentions. Bratman a montré qu’une action aussi simple se différencie d’actions individuelles parallèles et corrélées menant à un résultat commun (si nous peignons chacun de notre côté deux murs, et que la chambre est peinte), ou même d’actions individuelles qui s’appuient sur les résultats ou les effets d’une action d’autrui visant à un but conjoint au nôtre (je veux vous emmener à Paris, vous aussi, et je vous kidnappe pour vous emmener, et vous aussi). Pour qu’une action soit conjointe, il faut que mon intention de faire ma part de la peinture de la chambre ait pour condition votre intention de faire votre part, et réciproquement. Chaque intention contient donc une référence à la référence que doit faire l’autre intention à elle-même, si bien que pour déterminer le contenu de mon intention, je dois proposer un contenu hypothétique à votre intention, contenu qui ne se détermine qu’une fois proposé un contenu à mon intention, etc., dans un entrelacement en forme de huit20. Cela peut sembler insoluble, mais en fait il suffit que l’un ou l’autre propose un contenu acceptable et que l’autre accepte de déterminer le sien de manière appropriée pour que l’on arrive à un contenu de l’action commune tel, que toute réapplication de l’entrelacement redonne l’action en question.

  • 21 Bratman exige que ces intentions et leur entrelacement soient de common knowledge, c’est-à-dire que (...)

44Il n’est cependant pas nécessaire, contrairement à ce que pense Bratman, que chacun de nous deux ait une pleine connaissance21 de ces conditions dans ses intentions avant d’agir, ses intentions préalables. Il suffit que les intentions sous lesquelles nous pouvons nous décrire à nous-mêmes nos actions en cours d’exécution satisfassent les conditions indiquées. Nous pouvons ainsi nous découvrir embarqués dans une action conjointe parce que vous me trouvez en train de tenter de tapisser la chambre et que vous prenez le rôle de celui qui encolle le papier alors que je conserve le rôle de celui qui l’applique sur le mur. L’événement de notre activité doit donc simplement pouvoir, sous une description qui en fait une action pour chacun de nous, satisfaire les conditions de cet entrelacement. Mais nous pouvons pour ainsi dire « tomber sur » l’action qui satisfait cet entrelacement sans avoir nous-mêmes monté cette action en partant d’un plan qui exigerait la mise en place progressive de cet entrelacement. Il faut cependant que nous reconnaissions comme nôtres les intentions que cet entrelacement implique. Appelons cet entrelacement un opérateur, parce qu’on doit y spécifier le type d’opération accomplie (ici, la forme de l’entrelacement), mais aussi les types de données sur lesquels travaille cette opération.

45Ainsi, dans notre exemple, les types de données sont d’abord des individus bien déterminés, et le champ d’application de l’activité est un artefact bien identifiable (cette chambre, ses murs). Mais il y a aussi des objets qui seront déterminés, et qu’il n’est pas nécessaire d’identifier dans leur singularité dans l’intention. Déterminer leur type suffit (les pots de peinture de telle couleur, les pinceaux, le matériel en général). Certaines des propriétés typiques de ces objets peuvent même rester mal déterminées, mais pas toutes (nous pouvons être indifférents à la marque de peinture, mais pas à la couleur ou au fait que ce soit ou non une laque). Dans l’action effective, évidemment, les types recevront des déterminations singulières, mais cette singularité n’aura pas besoin d’être spécifiée autrement que de manière indexicale par l’action qui l’emploie (ainsi la marque de peinture, c’est la marque, quelle qu’elle soit, de ce pot de peinture que nous utilisons).

  • 22 Cette forme peut se traduire par l’emboîtement des parenthèses, par la place des termes récurrents (...)

46Il y a enfin ces « intentions », qui sont d’abord des inconnues, mais qu’on peut considérer soit comme des énoncés dont il faut déterminer les indexicaux (le « je » et le « vous ») pour en faire des propositions complètes, soit, ce qui est plus précis, comme d’autres « opérateurs », avec leurs conditions de satisfaction (la chambre doit être peinte, ou tapissée) qui s’appliquent à des pinceaux, des pots de peinture, les murs de la chambre, etc., pour obtenir des surfaces peintes. Il est possible aussi de faire de ces intentions des événements (le « peindre » de la chambre par Paul et Jacques). Nous n’avons vraiment besoin de la notion d’« opérateur » que si, dans la manière dont se déroule l’activité, on doit pouvoir reconnaître une forme particulière d’opération, ici celle de l’entrelacement entre les deux intentions22. L’ordre des entrelacements peut par exemple avoir à être précisé, si l’un des acteurs doit agir avant l’autre, et que l’autre doit attendre le succès de son action pour intervenir.

47Pour déterminer les intentions, soit nous faisons démarrer l’entrelacement propre à l’opérateur en esquissant notre plan d’action individuel, soit nous satisfaisons l’opérateur en agissant : je sors le pot de peinture et les pinceaux, l’autre réagit en suggérant des modifications de sa part dans ce plan, ou bien en sortant l’échelle et d’autres pinceaux, si bien que je change mes plans ou mon action, et lui de même, jusqu’à ce que l’ensemble des actions qui ont consisté soit à définir le plan et à l’appliquer, soit à engager l’action par des gestes, se trouve assigner à chacun sa part dans l’action commune d’une manière qui satisfasse l’opérateur. L’explication de l’action conjointe pourrait alors consister à identifier les activités observables, à construire un opérateur, à tenter des tests pour vérifier si des infractions à cet opérateur sont tolérées ou pas. Il est possible que la marque de peinture n’ait pas d’importance, mais peut-être pas. Il est surtout intéressant de savoir si les acteurs ont besoin ou non de travailler au même moment, s’ils observent ou non un tour de rôle dans les propositions d’action, etc.

Sujets pluriels

48Ce ne sont pas seulement les outils de l’action et une bonne part de leurs propriétés qui n’ont pas à être initialement spécifiés dans l’opérateur. Ce peuvent être aussi certains des individus, ou bien même les résultats et les actions escomptés. Margaret Gilbert (1989) prend comme exemple deux promeneurs qui sans s’être concertés font un bout de chemin ensemble. S’il s’agit seulement de deux parcours qui sont parallèles sur une certaine longueur, on ne peut conclure ni à une action conjointe, ni à un « sujet pluriel », pour reprendre sa terminologie et son ontologie. Mais si l’un des promeneurs bifurque et que l’autre le suit, a fortiori s’ils se retrouvent régulièrement faire chemin ensemble, et si enfin chacun d’eux indique à l’autre où il ira se promener la prochaine fois, et qu’ils s’y retrouvent, on a bien là une action commune, et un « nous » s’est constitué. Dans cet exemple, ce ne sont pas les individus qui n’étaient pas déterminés car, l’action conjointe n’étant pas définie initialement, les individus ont été déterminés en même temps qu’elle, pendant qu’elle s’est construite. Le cheminement, lui, n’a été précisément identifié qu’une fois l’action terminée. Si l’on reprend le vocabulaire esquissé en référence à l’ontologie des fictions et des institutions, on peut dire que la liste des individus tient le rôle d’une propriété exprimée et encodée par l’action conjointe, alors que le chemin suivi est une propriété exprimée par l’action telle qu’elle existe, mais pas une propriété encodée par l’action conjointe (nous aurions aussi bien pu nous promener ensemble sur un autre chemin).

49Dans d’autres cas, les individus eux-mêmes ne sont pas (tous) déterminés. On peut se demander si la notion de « sujet pluriel » de Gilbert s’applique alors, puisqu’elle suppose un « vouloir commun ». Après tout, le vouloir lui aussi pourrait n’être qu’une propriété simplement exprimée par l’activité collective telle qu’elle existe, donc avec des individus donnés, mais pour ce vouloir les individus ne seraient pas encodés, et ne seraient pas identifiés dans le noyau des propriétés « constitutives ». Il faudra cependant d’une part que pour le sujet pluriel en question ledit vouloir soit une condition d’individuation « à la Suarez », ou encore un sortal, bref fasse partie de cette propriété qui fait qu’il est ce même « sujet ». Il faudra d’autre part que l’on puisse indiquer la structure de l’opérateur de ce vouloir : admet-on qu’un seul individu puisse vouloir et déclencher un projet et être suivi, ou faut-il que chacun ait ce projet et le veuille ? Ou encore une minorité peut-elle s’activer tandis qu’une majorité conserve une neutralité bienveillante ? Les vouloirs doivent-ils être simultanés, en cascade, coordonnés, etc. ? On voit d’ailleurs que la forme exacte de l’opérateur peut elle-même être incomplète, voire indéterminée. Le vouloir d’une nation n’implique pas un opérateur bien précis. Il exclut simplement certaines formes d’opérateurs, il exclut par exemple qu’un individu prenne une décision alors que la majorité de la nation va agir en sens contraire.

50Mais les « sujets pluriels » de Gilbert révèlent ici leurs limites. La plupart des collectifs de grande taille n’impliquent nullement une communauté de vouloir (même en acceptant une neutralité bienveillante). Ils admettent au contraire que certains de leurs membres soient en conflit avec d’autres, ils admettent les groupes opposés et les conflits de vouloir. Une nation, un État, a fortiori une société, n’impliquent nullement une volonté commune (Rousseau refusait d’y réduire sa volonté générale), ils peuvent subsister grâce à la convergence des effets de volontés opposées. Davantage, je peux être sujet ou même citoyen d’un État sans avoir la moindre volonté commune avec cet État. Rousseau suggérait qu’on pouvait rompre le contrat social en s’exilant. Mais parfois l’État m’interdit de m’exiler et m’en empêche par la force. Je reste cependant légalement membre de cet État tant qu’il ne m’a pas retiré ma citoyenneté. Il nous faut donc d’autres conditions d’identité que celles des « sujets pluriels » pour penser les collectifs sociaux, mais nous pouvons retenir la notion d’opérateur. Il nous faut montrer maintenant qu’elle permet de penser le rapport entre les deux niveaux ontologiques propres à une institution (ce qui est encodé, ce qui le supporte et ce qui est l’effet de cet encodage dans le concret), et qu’elle permet au sociologue des explications (au sens minimal défini en introduction).

Organisations et institutions

51Par organisation, nous entendrons simplement un système de coordinations entre activités dont on peut définir l’opérateur. Les opérateurs qui gèrent la coordination entre deux équipes d’une entreprise pour une tâche donnée, voire déjà la coordination entre les différents postes d’une équipe, sont les opérateurs de base, dont les places à compléter ne sont remplies par des entités déterminées que lorsque la tâche est effectivement mise en œuvre. Mais ces opérateurs de base complètent eux-mêmes des places d’un niveau d’abstraction plus élevé (la production d’un atelier, d’un bureau d’études) dans un opérateur de plus haut niveau – qu’on a tendance à identifier avec l’organigramme de l’entreprise – qui spécifie dans quel sens et selon quelle structure peuvent circuler les flux d’informations, de matériels, et surtout de décisions. Une entreprise ne serait plus une entreprise si les flux d’information, les circuits de décision et les types d’activités ne pouvaient y être remplis. Cependant on peut se demander si l’organigramme correspond bien au fonctionnement effectif de l’entreprise. Il se peut qu’une étude précise montre des coordinations d’activités différentes. L’opérateur effectif est alors en décalage avec l’opérateur planifié. On pourrait imaginer qu’une entreprise de petite taille fonctionne avec une tout autre organisation que celle de son organigramme.

52En revanche, si nous considérions l’entreprise comme une institution, nous devrions présupposer d’avance qu’on pourra trouver un opérateur portant sur les termes encodés propres à l’institution tel, que les opérateurs effectifs qui régissent les activités qu’elle coordonne comportent des références à cet opérateur noyau. Cela tient à ce que les acteurs d’une institution utilisent les propriétés, les termes, voire les opérateurs encodés qui vont de pair avec l’institution pour coordonner leurs activités effectives, même si celles-ci débordent largement dans leurs déterminations ce noyau encodé. Le travail du sociologue est alors de définir cet opérateur noyau, qui va sans doute différer de l’opérateur que le juriste pourrait construire, parce que certaines dispositions légales peuvent n’avoir aucune efficace, et qui peut évoluer, parce que certaines propriétés encodées auront eu une efficace pendant une période donnée mais pas pour la suivante.

53Pouvons-nous imaginer un mode d’unité encore plus élevé ? Parsons a proposé la notion de fonction. Une institution remplirait alors une fonction dans un sous-système (culturel, social, sans parler de la personnalité). Mais on rencontre toujours des problèmes quand on veut définir une fonction. L’institution scolaire a-t-elle pour fonction l’intégration sociale, la conservation des patterns, l’adaptation des personnalités ? A-t-elle pour fonction moins abstraite la transmission des savoirs, ou la reproduction des clivages sociaux ? En biologie, une fonction peut être définie par rapport aux chances de survie et de reproduction d’un organisme. On peut parler de survie et de perpétuation d’une institution, mais pour une société, c’est plus difficile. Il serait sans doute plus commode de tenir compte d’une fonction (par exemple, la transmission de savoirs dont certaines règles peuvent être abstraites des pratiques concrètes) en l’intégrant dans un opérateur – l’école transmettrait donc des règles pour des pratiques, en abstrayant une règle de son contexte pratique pour la retransférer dans un autre. L’abstraction des règles, leur transfert dans un autre contexte peuvent, selon l’organisation de l’enseignement, faire ou non partie de l’opérateur (dans l’enseignement technique, le savoir est replongé dans un contexte pratique, mais qui n’est cependant pas toujours celui de la pratique de travail en entreprise, etc.). S’il est délicat de définir la fonction d’une institution, il semble donc plus facile de repérer son sortal, ce sans quoi l’institution perd son identité : la transmission de savoirs ou de savoir-faire à condition qu’ils puissent être transmis en extrayant des règles d’une pratique pour les retransférer dans une autre. Quand on reproche à la première année d’université d’être une année « parking », à une école d’être une « garderie », on jette des doutes sur le sortal de l’institution. La différence entre fonction et sortal, c’est que le second peut n’être identifié que par des critères négatifs – ce sans quoi on ne reconnaît plus l’institution –, alors que la première exige des critères positifs – ce à quoi sert l’institution pour un système plus englobant. L’incidence pour l’explication sociologique n’est évidemment pas la même.

54Une institution fonctionne donc pour ses acteurs par la référence au sortal représenté dans son opérateur noyau. Il faut toutefois distinguer les acteurs internes de l’institution – pour l’institution scolaire, les enseignants, administratifs, etc. – et ses acteurs utilisateurs – les élèves, parents d’élèves, entreprises, etc. Pour les utilisateurs, une institution est définie par les qualifications sociales que l’organisation de l’institution produit ou impose à ceux qui en font partie ou qui doivent en passer par elle. Une institution militaire requalifie les conflits en conflits impliquant la possibilité d’interventions armées, une institution religieuse requalifie les activités en œuvres pies et en fautes contre les dieux, rachetées ou non, une institution juridique les requalifie en légales et illégales, une institution politique les requalifie en décisions d’intérêt général, règlements et taxations, etc. De cette capacité à requalifier, on peut donner plusieurs interprétations ontologiques. On pourrait évidemment dire simplement qu’une institution filtre les propriétés des individus et de leurs activités et ne retient que celles qui sont pour elle pertinentes. Cela ne rendrait pas bien compte du fait que ces propriétés ne sont pas simplement sélectionnées, mais qu’elles sont en un sens créées ou tout au moins constituées par l’institution. Une institution, pourrait-on dire alors, constitue l’accès à une classe de mondes possibles, où l’on ne retient des individus et de leurs activités que les propriétés cohérentes avec une classe de similarités. Elle transforme les individus en leurs contreparties appartenant à l’une des classes de similarités qu’elle traite. Elle transforme de même les événements en leurs contreparties requalifiées. L’explication sociologique devrait alors rechercher en quoi cette ontologie de « contreparties » a des effets différents d’une ontologie d’individus possibles (la perte de la transitivité des propriétés, en particulier).

55On peut aussi reprendre la différenciation des propriétés encodées mais incomplètes et des propriétés exprimées dans une existence complète. Il faut alors voir dans cet encodage une constitution de propriétés, qui vont s’ajouter aux propriétés déjà perçues. Cet encodage a la particularité de créer non seulement de nouvelles propriétés (reliées cependant via des indices et des signes appartenant aux propriétés initiales) mais aussi de nouveaux espaces d’incomplétude qui peuvent donner lieu à complémentation. Une fois qu’un individu possède un statut qui lui est conféré par l’institution, par exemple une fois qu’il est devenu professeur, il peut être un professeur estimé, craint, chahuté, etc. Il peut être en rapport avec des élèves de classes technologiques, de terminales classiques, etc. Ces propriétés ont un statut mixte. D’une part, elles tiennent à la réalisation dans l’existence des propriétés encodées par l’institution (être chahuté tient à des circonstances souvent contingentes, alors qu’être professeur de classes technologiques tient à l’histoire organisationnelle de l’institution), d’autre part, elles sont elles-mêmes des propriétés encodées, et l’existence dont il est question devient une existence sociale (être chahuté devient une étiquette, et les professeurs chercheront à échapper au statut défavorisé des classes technologiques pour retrouver un statut plus noble).

56Comme on s’en doute, on va trouver parmi ces propriétés, qui apparaissent encodées, relativement au niveau de base des conditions d’existence concrètes, mais qui sont aussi, relativement à un plus haut niveau d’encodage, des propriétés exprimées dans l’existence de l’institution, les opérateurs qui indiquent les modes de coordination des activités et qui assurent l’organisation de l’institution. Il ne semble pas cependant que l’on puisse identifier une institution par son opérateur le plus général, ou sa classe spécifique d’opérateurs, comme on peut le faire pour une organisation comme une entreprise. L’institution la plus accessible à ce type de « sortal opérateur » serait l’armée. Par contre, l’institution éducative ne semble pas être liée de façon indissoluble à un mode ni à une classe de modes d’organisation de l’apprentissage. En revanche, elle impose clairement, sous toutes ses formes, une requalification des individus, qui deviennent « scolarisés », et des activités, qui deviennent « applications de procédures apprises ». Le sortal d’une institution semble donc être déterminable, alors même que son opérateur le plus général peut varier.

57Une institution pourrait donc exister sans être autonomisée comme organisation. Si le sortal de l’institution éducative était simplement « l’apprentissage de savoir-faire », les activités coordonnées qui assureraient ce sortal pourraient être distribuées au travers de la société sans être unifiées. Là encore, c’est la distribution des opérateurs qui permettrait d’attester de cette absence d’unité. Mais seule une institution autonomisée semble en mesure de conférer des « qualifications ». On dit bien que certains salariés n’ont révélé leurs aptitudes que dans l’entreprise, mais l’entreprise s’est justement alors comportée comme une institution de qualification.

58L’explication sociologique ne peut donc pas éviter de se poser le problème du rapport entre sortal et opérateur. Or dès qu’un sortal fait partie des déterminants d’un opérateur, l’opérateur devient un mode de passage entre plusieurs niveaux ontologiques, ne serait-ce que celui des variables d’individus concrets, et celui du sortal collectif. L’explication sociologique ne peut donc pas faire l’économie de l’éclaircissement des rapports entre les domaines d’ontologie qu’elle convoque implicitement.

Conclusion

59Ce ne sont là que des esquisses pour montrer combien les explications sociologiques sont dépendantes d’hypothèses ontologiques, dont l’élucidation pourrait permettre de clarifier le contenu des théories sociologiques, mais aussi combien les problèmes de l’explication sociologique sont un terrain passionnant et qui nous oblige à constituer des catégories ontologiques plus complexes. Vient ensuite le travail métaphysique, qui consiste à se demander si certaines de ces catégories ontologiques ne sont pas le support et la base des autres. Les institutions se fondent-elles sur les individus et leurs capacités cognitives et pratiques ? Ou faut-il de plus admettre des entités abstraites (des universaux, des sens, ou plus minimalement des tropes, ces singuliers abstraits) que les individus ne pourraient découvrir que s’ils mettent en commun ces capacités, et si de plus, dans les opérateurs qui se révèlent satisfaits par ces activités collectives, les symboles jouent un rôle indispensable ? Il semble plus raisonnable de suivre la seconde piste, et cela laisserait penser qu’il est plus utile de différencier des catégories au sein d’une ontologie assez riche pour pouvoir expliquer les phénomènes sociaux, et surtout pour mettre en évidence les différences entre les types d’explication sociologique, plutôt que de vouloir à tout prix se borner à l’ontologie la plus économique.

Bibliographie

Boltanski Luc & Laurent Thévenot (1991), De la justification, Paris, Gallimard.

Boudon Raymond (1999), Le sens des valeurs, Paris, Presses universitaires de France.

Bourdieu Pierre & Jean-Claude Passeron (1970), La reproduction, Paris, Minuit.

Bratman Michael E. (1997), « Intentions partagées et obligations mutuelles », in J.-P. Dupuy & P. Livet (eds), Les limites de la rationalité. 1. Rationalité, éthique et cognition, Paris, La Découverte (« Recherches »), p. 246-266.

Campbell Keith (1990), Abstract Particulars, Oxford, Blackwell.

Davidson Donald (1993), Actions et événements, trad. fr. P. Engel, Paris, Presses universitaires de France.

Descombes Vincent (1996), Les institutions du sens, Paris, Minuit.

Douglas Μary (1999), Comment pensent les institutions, Paris, La Découverte.

Geach Peter Thomas (1962), Reference and Generality, Ithaca, Cornell University Press.

Gilbert Margaret (1989), On Social Facts, Londres, Routledge.

Johnson William Ernest (1921), Logic, Cambridge, Cambridge University Press, vol. 1.

Kripke Saul (1982), La logique des noms propres, Paris, Minuit.

Lewis David K. (1973), Counterfactuals, Cambridge, Mass., Harvard University Press.

Meinong Alexius (1999), Théorie de l’objet, trad. fr. J.-F. Courtine & M. de Launay, Paris, Vrin.

Ogien Albert (2000), « Le double sens de l’interprétation », Revue suisse de sociologie, 26 (3).

Parsons Talcott (1951), Toward a General Theory of Action, Cambridge, Mass., Harvard University Press.

Pharo Patrick (1997), Sociologie de l’esprit : conceptualisation et vie sociale, Paris, Presses universitaires de France.

Searle John (1959), « On Determinables and Resemblance », Proceedings of the Aristotelian Society, suppl. vol. 33, p. 141-158.

Suarez Francisco (1998), Disputes métaphysiques, trad. fr. J.-P. Coujou, Paris, Vrin.

Tye Michael (1989), The Metaphysics of Mind, Cambridge, Cambridge University Press.

Wiggins David (1980), Sameness and Substance, Cambridge, Mass., Harvard University Press.

Zalta Edward N. (1988), Intensional Logic and the Metaphysics of Intentionality, Cambridge, Mass., MIT Press.

Notes

1 On pourrait donc voir dans l’ontologie l’association d’une sémantique, qui indique quelles sont les relations structurelles entre des entités posées de manière formelle, et d’une explication, qui convoque ces relations pour l’appliquer à un phénomène donné, et par là, renvoie à une imputation d’existence.

2 Quand Goclenius introduit en 1613 le terme d’ontologie, il s’agit d’une partie de la métaphysique. Jean-François Courtine a montré comment la métaphysique a cessé d’être ontothéologie, centrée sur l’être divin, pour devenir ontologie, l’être divin n’étant qu’un être parmi d’autres. Ce mouvement de neutralisation des présupposés axiologiques et hiérarchiques s’est poursuivi. Il semble donc naturel, à la suite de ce mouvement, de nommer ontologie les questions les plus générales concernant les types d’êtres, et de nommer métaphysique les discussions autour des hiérarchies qu’il faudrait introduire entre les êtres, si bien que la métaphysique présuppose l’ontologie et non l’inverse.

3 Théologien et philosophe du xviie siècle qui a donné ce critère pour l’individu dans ses Disputes métaphysiques (traduites pour les trois premières, et la trente et unième, par Jean-Paul Coujou en 1998, mais les critères de l’individuation se trouvent dans la cinquième, I, 4).

4 Les événements sont considérés comme des abstraits singuliers. Singuliers parce qu’ils ne se répètent pas, au contraire des processus, abstraits parce qu’on peut avoir plusieurs événements dans le même temps et le même lieu, alors qu’on ne peut pas avoir plusieurs entités concrètes dans le même temps et le même lieu. Refuser une ontologie d’événements et en rester à une ontologie d’individus et de prédicats a pour conséquence de ne pas pouvoir aisément passer par déduction d’un événement complexe exprimé par un prédicat G (« les entreprises ont réinvesti pour la croissance avec le concours des aides gouvernementales ») à un événement plus simple exprimé par un prédicat F (« les entreprises ont réinvesti pour la croissance ») et donc de se priver d’enchaînements logiques possibles entre explications. On peut évidemment soutenir qu’une telle simplification est une falsification si l’on pense que les entreprises n’auraient pas investi sans les aides gouvernementales. Mais il est sûrement possible de trouver une circonstance instrumentale (un « avec ») que l’on peut pour certains buts explicatifs (mais non pour d’autres) défalquer de la description, sinon il nous serait impossible de jamais simplifier un événement pour arriver à des explications plus générales. On trouvera cet argument concernant les événements dans Davidson, 1993 (essai 7, p. 198-217).

5 Les « tropes » sont des abstraits, mais particuliers. Ainsi une frontière est un trope, et un événement aussi.

6 La question de l’existence de ces entités reste alors traitée comme une question sur les opérations possibles. Si, comme Alexius Meinong (1991), on admet des entités qui subsistent à côté des entités qui existent (du Bestand en plus du Sein), on devra se demander comment passer des unes aux autres, si les premières dépendent des secondes, etc.

7 La pertinence des relations et le succès des attentes tiennent ici lieu d’ersatz de vérité, et donc assurent l’objectivité.

8 Un critère de l’abstrait étant que plusieurs abstraits peuvent valoir du même être spatio-temporel, contrairement aux concrets.

9 Il est traité plus en détail dans la contribution de Jacques Merchiers à ce volume.

10 Il serait intéressant d’étudier les différents systèmes qui décernent des titres ou des emplois pour identifier les différences entre leurs postulats ontologiques. Il est clair que la société française, où l’ensemble de la carrière d’un individu est déterminé par un concours au début de l’âge adulte, croit plus à des dispositions stables que Microsoft qui impose à ses salariés des entretiens d’évaluation toutes les semaines.

11 « Néo-frégéens » serait plus acceptable, car pour Frege les concepts, une fois appliqués à des objets, doivent donner soit une valeur « vrai », soit une valeur « faux ». Il ne peut y avoir de concept vague. Pour lui les concepts sont des fonctions dont on ne peut parler isolément, et qu’il faut appliquer à un argument. La détermination (en termes de valeurs de vérité) des concepts ne vaut donc que s’ils permettent de dire quelque chose d’un objet. En revanche les phrases ont des sens par leur contribution à la vérité, la valeur de vérité étant un objet.

12 Smith considère les frontières comme des objets sociaux, soumis aux critères et aux opérations méréologiques et topologiques, mais qui résultent de « faits » sociaux. Les repères qu’il nous propose comme objets sociaux sont précisément des tropes, des particuliers abstraits.

13 La distinction a été introduite par William E. Johnson, dans sa Logique (1921) et reprise par John Searle (1959).

14 Il serait assurément possible de ne pas nous engager dans une telle ontologie, en adoptant une conception adverbiale de ces croyances par ouï-dire ou par hypothèse. Descombes est l’un de ses partisans (cf. aussi Tye, 1989). Au lieu qu’il s’agisse de croyances portant sur des hypothèses ou des contreparties, il s’agirait simplement de croire « par ouï-dire ou par hypothèse », ces modificateurs entre guillemets ayant la fonction d’adverbes. Mais il reste à savoir comment déterminer les différences entre les adverbes, c’est-à-dire entre les manières de croire. Il faudra sans doute, pour le faire, recourir à des différences dans ces « ontologies adverbiales » qui seront voisines des différences ontologiques évoquées à l’instant.

15 La théorie en est due à Lewis (1973). Dans sa métaphysique, ces contreparties et leurs mondes sont tout aussi réels que le monde actuel.

16 Si l’on reprend la distinction de Meinong entre les entités qui existent bel et bien, et celles qui ne font que subsister, les institutions ne se bornent pas à subsister, elles existent. Ou du moins doivent exister certains de leurs signes concrets.

17 On peut reprendre ici quelques idées de Douglas (1999), mais en les transformant.

18 Il semble donc utiliser une ontologie des individus (y compris collectifs) et des événements, ou encore des processus.

19 Dans sa conférence au colloque de l’Université Paris IV organisé par Pascal Engel, juin 1999.

20 On voit mieux l’entrelacement dans la formulation suivante, qui indique les critères de l’action conjointe : « j’ai l’intention (1) de faire ma partie de la peinture de la chambre (à condition que vous ayez l’intention (2) de faire votre partie de la peinture de la chambre (sous condition que j’aie l’intention (1))) », et réciproquement pour vous. Comme le montrent les parenthèses, l’intention (I) est emboîtée en elle-même, et il en est de même de l’intention (2) puisqu’on va la retrouver emboîtée en elle-même si on développe la deuxième occurrence de l’intention (1).

21 Bratman exige que ces intentions et leur entrelacement soient de common knowledge, c’est-à-dire que je sache que vous sachiez que je sais que vous savez, et ainsi de suite à l’infini, les entrelacements en question.

22 Cette forme peut se traduire par l’emboîtement des parenthèses, par la place des termes récurrents dans ces parenthèses, etc. Ce que nous appelons un opérateur est donc la forme d’opération qui résulte de l’organisation formelle de ces spécifications (et de ce qu’on y laisse indéterminé).

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search