Version classiqueVersion mobile

L’enquête ontologique

 | 
Pierre Livet
, 
Ruwen Ogien

Présentation

Pierre Livet et Ruwen Ogien

Texte intégral

  • 1 Cf., entre autres, le bref bilan de Corcuff (1995).

1Les sociologues n’ont jamais cessé d’exprimer leur intérêt pour le problème dit de la « nature de la réalité sociale ». Une partie importante de la littérature sociologique n’a pas pour ambition d’établir des « lois » ou de prédire des phénomènes (selon le modèle de la « science normale »), mais de mettre en évidence le caractère « construit », « constitué », « produit » des phénomènes sociaux, leur dépendance, relative au moins, à l’égard des croyances, des préférences ou des actions intentionnelles ou non intentionnelles. Bref, pour un grand nombre de sociologues, le projet de « résoudre » ou de « clarifier » le problème de la « nature de la réalité sociale » n’est rien de moins que le programme complet de leur discipline1. Mais la controverse autour de la nature de la réalité sociale est très loin d’être réglée. Deux conceptions diamétralement opposées s’affrontent :

  1. Les faits sociaux ont une existence indépendante de nos croyances, préférences, actions intentionnelles ou non intentionnelles.

  2. Les faits sociaux dépendent, pour leur existence, de nos croyances, préférences, actions intentionnelles ou non intentionnelles.

2Appelons la première conception « réaliste » et la seconde « anti-réaliste », selon un usage assez peu répandu dans les sciences sociales, mais bien établi dans d’autres domaines (Bouveresse, 1980 ; Ogien, 1999).

  • 2 Cf. Mulligan (2000), Jackson (1999).

3Ce genre de controverse, relatif à l’existence, la non-existence, ou plutôt au mode d’existence de certaines entités, aux relations de dépendance ou de priorité entre elles, peut être dit « métaphysique », si, bien sûr, on n’a pas peur du passé plutôt encombrant de ce terme, et de la répulsion spontanée que les sociologues continuent d’avoir à son égard (une répulsion qui pourrait perdre sa raison d’être si les usages « déflationnistes » ou « minimalistes » du terme étaient mieux connus)2.

4Dans cette controverse métaphysique, certains des arguments requièrent une enquête sur la signification de termes centraux et sur la détermination de leurs relations : « existence », « état de choses », « dépendance », « mental », « physique », etc. Appelons « ontologiques » ces recherches relatives aux termes centraux des controverses métaphysiques (Mulligan, 2000).

5Notre idée principale, celle qui oriente la composition de ce volume, est que l’état de l’importante querelle métaphysique qui n’a jamais cessé de préoccuper les sociologues, pourrait être amélioré si une plus grande attention était portée à ses termes centraux, c’est-à-dire à l’ontologie.

  • 3 « Imagination ontologique » a été suggéré par Albert Ogien. Merci.

6Nous voulons recommander l’invention ou l’imagination ontologique3 pour sortir le débat métaphysique de certaines de ses impasses (que Jean-Michel Berthelot met en évidence dans ce volume). Nous entendons ici « imagination » au sens épistémologique, c’est-à-dire d’un mode d’accès à certains objets, sans préjuger de leur existence (et non pas bien sûr à une faculté de produire des objets illusoires).

La querelle du réalisme dans les sciences sociales

7La division entre les positions dites « réaliste » et « anti-réaliste » ne recouvre que très partiellement la plus fameuse des oppositions de type métaphysique en sociologie, celle qui met en compétition holisme et individualisme. Tout d’abord, les holistes ne sont pas nécessairement réalistes et les anti-réalistes ne sont pas nécessairement individualistes. Il est possible d’être anti-réaliste au sens évoqué, tout en défendant des conceptions qui n’accordent aucun privilège à l’individu tel qu’il est compris dans la théorie de l’agent rationnel par exemple. Les conceptions infra-individualistes du genre de celle que Dan Sperber défend dans ce volume (et ailleurs) ou les conceptions ethnométhodologiques plus ou moins inspirées de Wittgenstein peuvent être dites « anti-réalistes » mais non « individualistes ». En fait, il existe une très grande variété de points de vue anti-réalistes dans les sciences sociales. On pourrait même dire qu’à l’exception de Durkheim lui-même, aucun sociologue n’a jamais défendu autre chose qu’une forme quelconque d’anti-réalisme (et même ce point est contesté par Nicole Ramognino, qui, dans ce volume, insiste sur l’hétérogénéité des conceptions de Durkheim). À la lecture de la vaste littérature consacrée à la question de la « nature de la réalité sociale », il se dégage l’impression que la sociologie est une discipline unique, en ce sens au moins que tous ses théoriciens ont essayé, d’une façon ou d’une autre, de ruiner les principes réalistes de base exposés par Durkheim qui lui donnaient, en quelque sorte, sa raison d’être. C’est le cas, bien évidemment, des théories de l’échange social ou de l’agent rationnel, de l’interactionnisme symbolique ou de l’ethnométhodologie ; mais c’est le cas aussi, bien qu’un peu moins clairement, du structuro-fonctionnalisme à la Parsons. De tout cela, il ressort que le débat réalisme/anti-réalisme n’est pas très équilibré, puisque tous les efforts intellectuels semblent avoir été mis au service de l’anti-réalisme. C’est à cet endroit précisément que les innovations ontologiques seraient les bienvenues.

Innovations ontologiques

8À première vue, ce sont les engagements matérialistes de Dan Sperber qui semblent justifier sa position anti-réaliste quant aux faits sociaux ou culturels. Ces faits n’auraient, en tant que tels (c’est-à-dire en tant que faits qu’on peut dire « sociaux » ou « culturels ») aucune indépendance à l’égard des états mentaux. Cependant, il ne paraît pas impossible de défendre l’idée que le genre de matérialisme soutenu par Dan Sperber, un matérialisme dit « modeste », « non réductionniste », « non éliminativiste », ne nous oblige nullement à endosser un anti-réalisme social ou culturel. En fait, ce genre de matérialisme est compatible avec n’importe quel point de vue sur la nature de la réalité sociale. Tel est, du moins, l’argument défendu par Ruwen Ogien.

9Certains (des philosophes, en général) estiment que les débats de ce type ne peuvent pas nous emmener très loin. D’après eux, ils risquent de s’enliser, en raison du caractère sommaire de l’ontologie mobilisée. Cette dernière ne contiendrait que deux éléments. D’une part, des objets concrets, conçus selon le modèle des objets physiques familiers possédant des propriétés causales ; d’autre part, des objets abstraits, des sortes d’êtres de raison comme les objets mathématiques (si on n’est pas réaliste en mathématiques), dépourvus de propriétés causales. À partir de ces prémisses ontologiques, la discussion n’aurait aucun avenir digne d’intérêt (Descombes, 1998).

10Toute la question est de savoir s’il est possible d’enrichir cette ontologie en admettant, par exemple, des événements, des processus, des dispositions, des tropes, c’est-à-dire des objets singuliers qui ne seraient pas concrets, des relations, etc., et, surtout, si cet enrichissement ontologique peut nous aider à transformer la discussion métaphysique sur la nature de la réalité sociale. Le débat entre John Searle et Barry Smith, dans ce volume, semble montrer qu’une réponse modérément optimiste ne serait pas complètement inappropriée. À propos de ce qu’il appelle des « faits sociaux » et des « faits institutionnels », John Searle défend une position anti-réaliste assez traditionnelle (en revanche, dans le domaine physique, il soutient un point de vue réaliste tout aussi traditionnel). D’après lui, ces faits ne sont pas ontologiquement indépendants de nos croyances et de nos préférences, bien qu’ils puissent l’être épistémologiquement (il se peut, en effet, que nous soyons incapables de les reconnaître). Contre John Searle, Barry Smith défend un point de vue qu’on peut dire « réaliste » à propos des objets sociaux ou culturels, en introduisant quelques innovations ontologiques : des « objets trans-contextuels » ou des « contextes comme objets sociaux ».

11Dans l’esprit de cette discussion, ce volume veut mettre en évidence la contribution de l’enquête ontologique, ouverte aux innovations et à l’imagination ontologique, à l’enrichissement du débat métaphysique traditionnel dans les sciences sociales en général et dans la sociologie en particulier.

Le développement de l’ontologie des objets sociaux

12L’intérêt de ces nouvelles enquêtes ne se borne pas à apporter des arguments à la querelle entre réalisme et anti-réalisme. Elles permettent de déplacer, par exemple, les termes du débat entre holisme et individualisme. Admettons par exemple les événements au rang des êtres : ce sont des singuliers comme chaque individu, mais ils sont aussi liés à des structures (celles du « nexus » causal qui les produit, celles de leur organisation temporelle qui peut être continue ou discontinue, etc.). Davidson veut voir en eux des singuliers concrets, identifiés grâce à ces structures (Davidson, 1993). Mais en fait, comme cette identification peut être discutée, alors que les propriétés structurelles et abstraites sont bien évidentes, il est possible de prendre les choses à l’envers : de partir de la singularité de l’événement, auquel on fait référence par une relation déictique (cet événement) et d’y voir une propriété abstraite mais singulière. Dans le même sens, on peut admettre des êtres abstraits qui soient cependant singuliers, comme les frontières ; nous pourrions peut-être considérer les organisations sociales comme de tels abstraits singuliers, sans pour autant avoir à parler de sujets collectifs.

13Ce double mouvement de déplacement des ontologies classiques, qui consiste à dissocier le singulier de l’individu et à admettre des relations et des abstraits singuliers, permet d’admettre la singularité des collectifs et de leurs structures sans avoir à les penser comme des sujets. Si des singuliers abstraits, voire des relations concrètes, ont un mode d’existence, alors il n’est pas nécessaire de ramener les relations propres aux collectifs à des accidents des individus. Même si l’origine de ces déplacements est plutôt liée à des questions qui se sont posées sur les noms propres, sur le statut des relations, sur celui des événements dans le langage, des philosophes comme Barry Smith (1999), Kevin Mulligan (2000), Frédéric Nef (1998), s’emploient maintenant à en tirer parti pour développer des ontologies des objets sociaux.

Les règles de l’enquête ontologique

14L’enquête ontologique peut donc permettre de prendre par le travers des débats qui avaient une fâcheuse tendance à se figer. Mais peut-elle apporter des outils opératoires aux sociologues ? À tout le moins elle peut les amener à clarifier des notions utilisées sans trop de précautions, et qui sont toujours l’objet de conflits en ontologie, comme celle de disposition. Un habitus est une disposition, tout comme est une disposition la solubilité du sucre dans l’eau, propriété qu’il possède en tout temps mais qui ne s’actualise qu’à certaines occasions. Considérées comme quasi magiques par le positivisme, suspectées par l’épistémologie qui en découle, les dispositions ont refait leur apparition dans une ontologie relationnelle – la couleur rouge, par exemple, est cette propriété physique qui a la disposition de susciter une expérience de rouge chez un sujet perceptif normalement constitué. Philip Pettit est l’un de ceux qui ont contribué à développer l’analyse de cette lecture des dispositions (en termes de « dépendance de la réponse »). Cette ontologie des dispositions a même permis de donner un appui à des positions réalistes en morale, et de considérer les valeurs morales comme ces propriétés des situations auxquelles une personne éduquée est sensible. De manière plus générale, nos éducations sociales nous donneraient-elles accès à des propriétés sociales ? La sociologie pourrait-elle, elle aussi, devenir réaliste, même quand elle participe elle-même à la construction du social ? Mais peut-être les propriétés que les acteurs sociaux doivent percevoir ne sont-elles perceptibles que pour ceux qui non seulement ont des dispositions à telles pratiques, mais qui pratiquent effectivement ces usages selon une certaine organisation des relations entre ces pratiques et leurs référents ou leurs repères (ce que tente de saisir la notion d’« opérateur » proposée par Pierre Livet).

15Les innovations ontologiques de Margaret Gilbert (le « sujet pluriel »), de Philip Pettit (des propriétés apparemment individuelles, telles que penser, qui « impliquent une référence cachée, indexicale ou comparative, à une communauté plus étendue », des propriétés dont la possession « dépend non causalement de l’interaction sociale »), de Barry Smith, de Kevin Mulligan (leur conception des tropes ou des abstraits singuliers), de Bernard Conein (son concept naturaliste de catégorisation soigneusement distingué des classifications conventionnelles), l’enquête sur les dispositions de Jacques Merchiers, doivent être comprises comme des outils susceptibles de sortir le débat sur la nature de la réalité sociale de ses impasses habituelles.

  • 1 Nous remercions Alban Bouvier, sans qui ce volume n’aurait pu être mené à bien.

16Certes, la distance est encore grande entre le style des recherches sociologiques et celui des recherches ontologiques, qui doivent partir d’exemples simplissimes pour pouvoir proposer et comparer diverses lectures de la structure ontologique sous-jacente à ces exemples, et qui ne peuvent donc du premier jet s’installer dans la complexité des structures sociales que décrivent les sociologues. Le présent recueil laisse encore bien du travail au lecteur sociologue pour donner plus de chair aux distinctions ontologiques et les rendre fécondes dans le champ sociologique. Mais il semble inévitable de se poser cette question du choix d’une structure ou d’une grille de lecture ontologique si l’on veut savoir quelles implications ont les catégories qu’il utilise pour la structure des objets dont il parle. Si ces innovations ontologiques pouvaient, par exemple, nous aider à donner un sens raisonnable au réalisme sociologique (sans nous obliger bien sûr à l’endosser), les termes actuels du débat relatif à la nature de la réalité sociale, entièrement déséquilibré au bénéfice de l’anti-réalisme, seraient évidemment modifiés1.

Bibliographie

Bouveresse Jacques (1980), « Frege, Wittgenstein, Dummett et la nouvelle “querelle du réalisme” », Critique, 36, p. 881-896.

Corcuff Philippe (1995), Les nouvelles sociologies, Paris, Nathan.

Davidson Donald (1993), « L’individuation des événements », in Id., Actions et événements, trad. fr. P. Engel, Paris, Presses universitaires de France, p. 219-243.

Descombes Vincent (1998), « L’identification des idées », Revue philosophique de Louvain, 96 (1), p. 86-118.

Jackson Franck (1999), From Metaphysics to Ethics, Oxford, Clarendon Press.

Mulligan Kevin (2000), « Métaphysique et ontologie », in P. Engel (ed.), Précis de philosophie analytique, Paris, Presses universitaires de France, p. 5-34.

Nef Frédéric (1998), L’objet quelconque, Paris, Vrin.

Ogien Ruwen (ed.) (1999), Le réalisme moral, Paris, Presses universitaires de France.

Smith Barry (1999), « Les objets sociaux », Philosophiques, 26 (2), p. 315-347.

Notes

1 Cf., entre autres, le bref bilan de Corcuff (1995).

2 Cf. Mulligan (2000), Jackson (1999).

3 « Imagination ontologique » a été suggéré par Albert Ogien. Merci.

Notes de fin

1 Nous remercions Alban Bouvier, sans qui ce volume n’aurait pu être mené à bien.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search