Version classiqueVersion mobile

La logique des situations

 | 
Michel De Fornel
, 
Louis Quéré

Situer la cognition

La perception comme savoir tacite

Notes sur la théorie de Michael Polanyi

Perception as Tacit Knowledge. Some Observations on Michael Polanyi’s Theory

Die Perzeption als implizites Wissen. Überlegungen zur Theorie Michael Polanyis

Bahram Djenab

Résumé

Pour mettre en évidence l’organisation du savoir tacite qui est à l’œuvre dans le travail scientifique, Polanyi étudie la perception. Celle-ci représente pour lui, du fait de sa structure intentionnelle spécifique, la forme la plus élémentaire de ce type de savoir.

Texte intégral

1L’œuvre de Michael Polanyi, physicien et philosophe des sciences anglais d’origine hongroise, est reconnue comme étant proche de la pensée de Wittgenstein et du pragmatisme en général. Ayant publié l’essentiel de ses travaux épistémologiques dans les années soixante, il a essayé d’élaborer une conception de la connaissance fondée sur la pratique du sujet connaissant, face à l’idéal de stricte objectivité des sciences défendu particulièrement par l’école positiviste ainsi que par des courants criticistes (comme Popper).

2La connaissance conçue comme une activité d’objectivation – ou d’explicitation objective – comporte, selon Polanyi, une dimension de compréhension qui demeure tacite : elle relève d’un savoir-faire (connaissance d’expert) qui ne peut être entièrement explicité sur un plan formel.

3Partant de sa pratique de recherche (scientifique) et prenant des exemples (probants, tel celui de Copernic) dans l’histoire des sciences, Polanyi montre qu’un savoir tacite est à l’œuvre dans le travail scientifique, en particulier sous la forme d’un pressentiment de la solution du problème, qui guide le savant dans le chemin tortueux de l’enquête. Autrement dit, l’avancement de la science dépend du rôle effectif d’une connaissance tacite que l’explorateur ne peut expliciter au départ de sa recherche mais qui pourra trouver une forme articulée dans les termes de la solution découverte.

4Pour Polanyi, cette compréhension inarticulée est aussi à l’œuvre dans d’autres types de connaissances pratiques et théoriques. Nous étudierons ici son interprétation de la perception. Celle-ci constitue selon lui la forme la plus élémentaire de la connaissance tacite. Son analyse permet d’en saisir la structure générale.

5Dans son étude de la perception, Polanyi s’appuie sur une découverte de la Gestalt Psychologie selon laquelle la perception d’une forme (comme la physionomie) s’effectue grâce à un processus d’équilibration des détails affectant la rétine ou le cerveau. La synthèse de ces détails s’effectue suivant le modèle de l’intégration des outils dans une opération : de même que l’outil perd son statut d’objet indépendant, les détails ne peuvent pas être totalement identifiés. Dans cette conception, la perception opère d’une manière quasi automatique, sans avoir besoin d’un effort délibéré de la part du sujet percevant. Polanyi reproche à la Gestalt Psychologie de négliger le rôle des corrections d’erreurs de vision, qui impliquent une reconsidération des résultats : « Une telle interprétation ne laisse aucune place pour l’effort intentionnel qui pousse la perception à explorer et à évaluer, dans sa quête de la connaissance, les outils offerts à nos sens. » (Polanyi, 1974, p. 35).

6C’est cette lacune que Polanyi souhaite combler en élucidant le statut d’un acte qu’il appelle le « jugement actif personnel ». Pour montrer la portée générale de sa thèse, il soutient l’idée selon laquelle la capacité des scientifiques à observer des formes durables dans la nature se distingue de la perception ordinaire seulement par le fait qu’elle peut intégrer (synthétiser) des formes que cette dernière ne peut manier. Mais toutes deux requièrent des actes tacites de structure similaire. La connaissance scientifique cherche, comme la perception, à saisir des formes (Gestalten) qui indiquent une cohérence réelle dans la nature (Polanyi, 1969, p. 139). La théorie de la Gestalt avait déjà montré que ce sont des opérations tacites qui établissent cette cohérence pour la vision. Ainsi lorsque je bouge ma main avant mes yeux, elle tend à changer de couleur, de forme et de taille ; en fait j’intègre dans ma perception une multitude d’indices qui changent rapidement, certains dans le champ de ma vision, d’autres dans les muscles de mes yeux et d’autres plus profondément dans mon corps. La perception de la cohérence dépend d’une opération consistant à voir ces milliers d’indices variants comme joints et unis dans les termes d’un seul objet inchangé, comme un objet mouvant à des distances différentes, selon des angles différents et sous des illuminations variables.

7C’est l’intégration réussie de milliers de détails changeants en un seul aspect invariant qui me permet de reconnaître un objet en face de moi. Cette intégration se fait, Polanyi le souligne, sans effort apparent chez l’adulte. Mais, chez un enfant, ces capacités de vision sont acquises par un processus d’apprentissage et sont continûment développées par la pratique. Pour faire mieux ressortir cette construction à l’œuvre dans la perception, Polanyi fait souvent le parallèle avec les contraintes propres à l’observation scientifique. Dans le champ spécifique de l’observation au laboratoire – en médecine, par exemple – les étudiants travaillent pendant des semaines pour apprendre à discerner les vraies formes dans un radiogramme du poumon. La même nécessité se retrouve dans l’observation des échantillons au microscope où il faut apprendre à distinguer l’artefact du réel. On dira alors que, de façon générale, une perception entraînée est essentielle pour toutes les sciences descriptives.

8Polanyi analyse aussi la manière dont cette intégration se fait lorsque nous regardons un objet dans son contexte environnant : si, par exemple, je regarde mon doigt à travers le trou d’une feuille de papier, et le bouge d’avant en arrière, je le verrai (à travers le trou) qui gonfle en s’approchant de mon œil. Les psychologues avaient appelé cet effet (Polanyi le rappelle) la « dé-réalisation » : dans cette expérience, l’objet mouvant perd une partie de sa consistance, car il lui manque la confirmation d’une certaine cohérence que lui apporte la périphérie du champ visuel ; en perdant partiellement sa consistance, l’objet cesse aussi (en partie) de paraître réel.

9Cet exemple permet à Polanyi d’identifier les différents types d’opération à l’œuvre dans la perception et d’élucider sa structure intentionnelle. On distinguera deux aspects essentiels : le rapport figure/fond et l’effectuation d’opérations tacites.

Le rapport figure/fond

10Dans les analyses autour du rapport entre la figure et l’arrière-plan, l’idée générale est qu’il n’y a pas de données pures pour la perception, mais toujours des formes perçues par rapport à un contexte (ou un horizon) qui reste en retrait. Par exemple, Polanyi note que la couleur d’une tache sur une feuille varie suivant le contexte dans lequel on la regarde ; les échantillons colorés ne sont pas spécifiables dans l’absolu. Par conséquent la tache rouge, qui est généralement citée comme un paradigme de sense data, contient une ambiguïté quand elle est identifiée indépendamment d’un contexte (Polanyi, 1969, p. 124).

11D’autres exemples inspirés par la Gestalt Psychologie pourront éclaircir davantage cette idée. Un insecte se rend invisible dans son milieu environnant en mimant avec ses ailes la forme des feuilles dans lesquelles il habite. L’art du camouflage procède du même principe. Dans tous ces cas, l’opération est réussie si elle arrive à détourner l’attention de la silhouette de l’objet. Le résultat opposé, qui consiste à rendre l’objet visible, se produit quand on fait ressortir ses contours à l’aide d’un échantillon repérable en contraste avec le milieu (en peignant le contour par exemple) ; la clarté de cet échantillon est plus grande lorsqu’il s’oppose à un arrière-plan flou, à des traits dispersés aléatoirement. Cette expérience montre que, lorsqu’une région est vue comme une figure, elle acquiert une signification et une solidité qu’elle perd instantanément quand elle se fond avec son arrière-plan ou lorsqu’elle fonctionne comme un background pour d’autres figures. Nous pouvons dire de façon générale que « la figure est une chose significative, vue sur un arrière-plan indéterminé » (Polanyi, 1969, p. 110).

12Polanyi précise qu’un objet ne peut être strictement distingué de son arrière-plan que si ses détails n’ont pas de relation définie avec ceux du background, cette condition étant vérifiée si les détails de l’arrière-plan fonctionnent d’une manière aléatoire et chaotique. C’est cette spécificité aléatoire qui sauvegarde le caractère indéterminé de l’arrière-plan. L’équivalent de ce contraste entre figure et fond se retrouve en science dans le rapport entre signal et bruit, le bruit étant conçu comme une déviation accidentelle par rapport à la stabilité de l’information à saisir lors d’une observation au laboratoire. Les erreurs systématiques d’observation font dévier par exemple l’accord entre le calcul du parcours d’une planète et sa trajectoire théorique. Ces erreurs peuvent se produire d’une manière régulière et, engendrant un halo chaotique, brouiller le calcul de la déviation de la planète. Il faut là toute l’ingéniosité du savant pour faire ressortir une forme (en l’occurrence le signal conçu comme information) du fond indéterminé du bruit qui l’entoure.

13Pour élucider davantage le rapport constitutif entre la figure et l’arrière-plan dans la perception, Polanyi étudie des cas où la relation peut être variable et où intervient le rôle du mouvement de l’objet. Quand nous regardons une vache paître dans un champ, le champ comme background s’étend à l’infini et comprend un nombre illimité de détails que nous ne connaissons pas ; il est vu comme immobile tandis qu’un certain nombre d’objets sont observés comme étant en mouvement sur cet arrière-plan.

14Mais cette relation peut s’établir aussi en sens inverse, l’objet se transformant lui-même en un fond statique. Une aire qui remplit notre champ de vision jusqu’à l’horizon reste statique. Si nous regardons du haut d’un pont les eaux d’un fleuve comme le Danube (de telle manière que la surface de l’eau remplisse tout le champ de notre vision et que nous ne puissions voir les rives), nous verrons l’eau figée et en repos et nous sentirons nous-mêmes, et le parapet sur lequel nous nous appuyons, comme en train de voler sur la rivière. Vu de l’amont, nous volerons vers l’avant ; vu de l’aval, nous volerons vers l’arrière. Mais à l’instant où nous bougeons nos yeux pour inclure dans notre vision les rives et les alentours, le mouvement du pont s’arrêtera et l’eau commencera à partir en flots comme précédemment. Dans chaque cas, la surface qui s’étend indéfiniment au-delà de l’horizon fonctionne comme un arrière-plan, et un objet est perçu en mouvement par rapport à celui-ci.

15Cela montre à quel point la manière de regarder une surface dans un contexte peut être décisive, les différents points de vue étant corrélés. Un objet est vu (distingué) en vertu de notre regard sur son entourage, qui est constitué en background. Dans le cas d’un objet mouvant, sa perception apparaît comme fonctionnellement reliée à la vision de ce qui l’entoure comme un arrière-plan indéfiniment étendu et en repos. Ce qui permet à Polanyi de conclure : « Nous sommes conscients de l’arrière-plan dans les termes de la manifestation de l’objet – ici son être en mouvement – et cette vue de l’objet peut être vraie ou fausse. » (Polanyi, 1969, p. 112).

L’effectuation d’opérations tacites

16Dans le second aspect de son étude sur la perception, et en rapport étroit avec celui que l’on vient de voir, Polanyi explore la nature des actes tacites qui sont à l’origine de la vision de l’objet.

17Pour élucider cet aspect, Polanyi se concentre sur certaines expériences de Ames au sujet des illusions optiques (Ittelson, 1952).

18Dans ces expériences, certaines figures sont vues sur l’arrière-plan d’une chambre spéciale. Dans les deux coins opposés de cette chambre se tiennent un homme grand et un petit garçon, mais le garçon semble plus grand que l’homme. Cet effet provient du fait que la chambre a une forme anormale : aux deux coins où se trouvent les figurants, la hauteur du plafond et la distance au mur opposé sont sensiblement différentes. Le garçon se tient au coin dont le plafond est le plus bas, il semble donc plus grand que l’homme qui se situe au coin opposé où le plafond est plus haut.

19Ce résultat est dû à des illusions qui se reproduisent sur deux plans différents. On est d’abord contraint de regarder à l’intérieur de la pièce dans une certaine position prescrite et avec un seul œil : la forme irrégulière de la chambre paraît alors normale. Comme l’arrière-plan de cette chambre apparemment normale est en réalité biaisé, on observe d’une manière erronée la taille des personnes se trouvant aux deux coins opposés de la chambre.

20L’apparence illusoire de la pièce joue ainsi le rôle d’un arrière-plan pour la manifestation illusoire des figures. Mais la chambre elle-même est vue sur un autre background : notre expérience de tous les jours dans laquelle les pièces ont des formes rectangulaires régulières.

21Les deux illusions sont produites quand on regarde précisément la chambre avec un œil placé en un point géométrique à partir duquel les angles marqués par les arêtes de la pièce distordue paraissent les mêmes que ceux d’une chambre normale. L’impression faite par la chambre est alors déterminée – en l’absence de tout outil agissant en sens contraire – par notre expérience passée des pièces ordinaires ; en fait quand la chambre est vue (par le point prescrit) comme une pièce normale, elle fonctionne comme un arrière-plan pour les figures et détermine leur taille apparente.

22Cependant ce compte rendu cache une différence décisive d’après Polanyi (1969, p. 113). On a deux séquences – deux jeux de rapports figure/fond – suivant lesquelles des indices opèrent pour que nous arrivions à voir les figures avec des tailles absurdes. Mais d’autres indices peuvent intervenir pour agir dans le sens contraire et dévoiler l’illusion. Notre expérience quotidienne, qui nous a appris que la taille d’un garçon est plus petite que celle d’un adulte, peut alors corriger notre erreur de perception et contrer une règle que nous avons implicitement présupposée, à savoir que toutes les chambres doivent avoir une forme parallélépipédique. Ce savoir implicite a le rôle d’un indice qui participe à la constitution de notre illusion sur l’apparence des objets. Polanyi note qu’une personne qui ne possède pas ce background quotidien (comme un individu appartenant à un peuple primitif) sera moins sujet à ce genre d’illusion.

23Il faut reconnaître alors que les indices peuvent intervenir de diverses manières dans notre perception des objets. Une façon de corriger l’illusion précédente consiste à utiliser un long bâton pour frapper légèrement sur les murs de la pièce et comprendre ainsi manuellement (et non par la vision) la différence réelle de hauteur entre les deux coins. Un tel examen peut détruire l’illusion et nous faire voir les deux figures avec leur taille appropriée.

24Tous ces indices opèrent dans un arrière-plan qui s’étend autour de l’objet central de notre attention. Vu du coin de l’œil ou remémoré, cet horizon qui entoure l’objet focal – interprété selon une certaine orientation – affecte indéniablement la manière dont nous regardons l’objet sur lequel nous nous focalisons. En d’autres termes, nous sommes conscients de cette étendue subsidiaire essentiellement suivant l’apparence de l’objet de notre attention.

25Polanyi résume ainsi son idée générale :

Lorsque nous focalisons notre attention sur un objet particulier, nous nous appuyons sur notre conscience de plusieurs choses auxquelles nous ne faisons pas directement attention au même moment ; ces dernières fonctionnent en fait comme des indices et s’intègrent à la manière dont l’objet concerné apparaît à nos sens. (Ibid., p. 113)

La structure générale de la perception comme savoir tacite

26Pour schématiser la structure de cette activité tacite que Polanyi attribue à la perception, revenons à notre exemple décrit plus haut de l’observation de notre doigt à travers un trou dans une feuille de papier. On peut dire que la manifestation d’un objet au centre de mon attention dépend d’indices auxquels je ne fais pas ou ne peux pas faire directement attention. Il y en a plusieurs dont je ne peux faire l’expérience d’une manière indépendante, pour eux-mêmes. Je ne peux pas observer directement la contraction des muscles de mes yeux ou le mouvement de mes organes intérieurs, ces indices sont subliminaux.

27D’autres indices sont des choses cachées par le papier lorsque je regarde mon doigt à travers le trou : ce sont les indices de la périphérie, qui expriment le rapport constitutif entre l’objet et son arrière-plan. Dans le cas d’une vision normale (sans feuille de papier), je vois ces choses du coin de l’œil, et je peux les observer directement si je le souhaite. Polanyi qualifie ces indices de marginaux (ibid., p. 140).

28D’une façon générale, nous ne faisons directement attention à aucun type d’indice, mais tous participent à la réalité apparente de l’objet sur lequel notre attention se focalise. On dira en d’autres termes, que notre conscience des différents types d’indice ou de détail est subsidiaire par rapport à notre conscience de l’objet, qui est focale.

29Ces deux types de conscience, focale et subsidiaire, sont fondamentaux pour l’appréhension tacite de la cohérence. La Gestalt Psychologie avait montré (Polanyi le souligne) que, lorsque nous reconnaissons un tout, nous voyons ses parties d’une autre façon que lorsqu’elles sont isolées. À l’intérieur du tout, les parties ont une apparence fonctionnelle qui est perdue lorsque nous les isolons. Nous pouvons produire, faire émerger le tout (l’objet ou l’entité compréhensive) à partir de ses parties constitutives, en orientant notre attention des parties vers le tout.

30La même chose a lieu, selon l’auteur, dans le processus de l’enquête scientifique qui transforme notre conscience des différentes observations en une conscience subsidiaire, de façon à leur trouver une certaine cohérence au sein d’une théorie. William Whewell (1860) expliquait déjà comment l’intégration d’observations isolées dans une théorie scientifique (achevée ou en cours d’élaboration) modifiait leur apparence.

31Polanyi appelle connaissance tacite (Tacit Knowing) cet acte d’intégration grâce auquel nous pouvons identifier une entité à la fois dans le champ de la perception et dans l’activité scientifique, et qui comporte tout un ensemble d’opérations implicites.

32Il propose, pour faciliter la discussion, de désigner les indices ou les détails connus d’une manière subsidiaire par le terme proximal du Tacit Knowing, terme dont nous partons pour saisir, par un acte de totalisation, le terme distal (focal) de l’activité cognitive.

33Dans le cas de la perception, nous nous focalisons sur un objet distinct de la plupart des indices que nous intégrons pour construire son apparence. Les termes proximal et distal sont alors différents, mais se rejoignent dans l’acte de la connaissance tacite. Mais ce n’est pas un principe général régissant toute synthèse de détails dans la connaissance : il n’y a pas toujours de distinction de nature entre le tout et les parties. Dans le cas de la découverte scientifique, les observations sont reliées par une compréhension théorique, le terme proximal correspondant aux détails saisis de manière isolée, le terme distal aux mêmes choses appréhendées sous une entité cohérente.

34Ainsi dans le Tacit Knowing, partons-nous des termes subsidiaires pour les intégrer dans un terme focal (l’entité compréhensive). C’est ce que Polanyi appelle la structure from… to… de la connaissance tacite. Celle-ci est dirigée du premier terme vers le second. Il l’appelle aussi l’aspect fonctionnel du savoir tacite. Il rapproche cette qualité vectorielle de la synthèse de la notion d’intentionnalité chez Franz Brentano (1924).

35Dans l’opération de la connaissance tacite, les éléments constitutifs (détails) changent leur apparence, ils apparaissent unis dans l’objet. Un objet perçu trouve une taille, une couleur et une forme constantes. Les observations incorporées dans une théorie se réduisent à une simple application de celle-ci, les parties du tout fusionnent leurs aspects et apparences isolés dans la forme du tout. C’est ce que Polanyi appelle l’aspect phénoménal du Tacit Knowing.

36Dans cette optique, nous pouvons distinguer deux types d’effort complémentaires dans l’élucidation d’une entité compréhensive. Soit on procède de la reconnaissance d’un tout vers l’identification des parties ; soit on part de la connaissance d’un groupe de particuliers (supposés comme tels) pour saisir leur relation dans le tout.

37Ces deux efforts sont complémentaires lorsqu’ils contribuent ensemble à l’appréhension du tout. Mais poussés trop loin, ils deviendront mutuellement exclusifs. La spécification (formelle) des parties dans un tout détruira leur cohérence focale, comme Polanyi (1974, p. 56) l’a montré largement pour le cas du savoir-faire qui constitue un type très important de connaissance tacite.

38Chaque fois que nous concentrons notre attention sur les parties d’une entité compréhensive, la saisie de leur cohérence ne peut que s’affaiblir, et lorsque nous adoptons la démarche inverse, focalisant l’attention sur le tout, les parties tendront à être submergées dans l’ensemble. Cette alternance entre l’analyse et la synthèse possède certes une vertu heuristique : elle assure une plus profonde compréhension de l’objet à connaître. Mais il ne faut pas oublier leur caractère exclusif, qui délimite leur relation réciproque (le tout est plus que la somme de ses parties). La nature non spécifiable du savoir tacite tient en effet au caractère irréductible de ces deux aspects et à l’impossibilité d’exprimer l’entité compréhensive dans les termes de ses éléments constitutifs.

39Finalement, la connaissance tacite comporte aussi une composante ontologique : les résultats acquis n’expriment qu’un aspect limité de la réalité. Celle-ci conserve une potentialité : elle peut toujours révéler des aspects inconnus et inattendus. Selon cette conception, le réel est une virtualité que l’on ne peut pas entièrement expliciter. Aux yeux de Polanyi, la réalité a la possibilité de se manifester sous des formes inépuisables, elle implique la présence d’une série indéterminée d’anticipations, propre à toute connaissance du réel.

Bibliographie

Brentano Frantz (1924), Psychologie Von Empirischen Standpunkt, Leipzig, F. Meiner.

Ittelson William H. (1952), The Ames Demonstration in Perception, Princeton, Princeton University Press.

Polanyi Michael (1967), The Tacit Dimension, Londres. Routledge.

Polanyi Michael (1974), Personal Knowledge : Towards a Post-Critical Philosophy, Chicago, University of Chicago Press.

Polanyi Michael (1969), Knowing and Being : Essays, Chicago, University of Chicago Press.

Whewell William (1860), Philosophy of Discovery, Londres, Parker & Sons.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search