Version classiqueVersion mobile

La logique des situations

 | 
Michel De Fornel
, 
Louis Quéré

Situer l’action

La réception comme activité collective1

TV Viewing as a Collective Activity

Die kollektive Dimension in der Rezeption

Stéphane Calbo

Résumé

Cet article vise à montrer comment la réception collective d’un événement tel que la Coupe du monde de football s’organise socialement à travers la définition d’un style particulier de réception. Un style collectif de réception se définit in situ par l’investissement d’un lieu, par un travail d’ajustement temporel des conduites à l’événement télévisuel et par la convocation des ressources interprétatives et expressives appropriées. Cette production collective implique une coordination des conduites s’appuyant sur les transactions avec l’écran et sur les interactions entre les participants.

Texte intégral

  • 1 Ce texte s’appuie sur des éléments d’analyse qui ont également fourni la matière d’un article à par (...)

1Comment s’organise collectivement l’activité de réception télévisuelle d’un événement tel que la Coupe du monde de football, lorsqu’il se caractérise par un engagement spectatoriel d’une intensité particulière ? Quel est le « produit » de cette organisation sociale tel qu’il est appréhendable et descriptible en situation de réception ? En quoi ce « produit » ne se résume-t-il pas à la somme des conduites individuelles ? L’hypothèse que l’on développera pour traiter ces questions peut être formulée de la manière suivante : l’organisation collective de l’activité de réception se réalise au travers de la codéfinition d’un style de réception qui se nourrit des coordonnées particulières de la situation.

2Par codéfinition, on veut dire que les participants à l’activité de réception collaborent mutuellement à la définition de tel ou tel style de réception au travers de leurs conduites. Un style collectif de réception se définit in situ par l’investissement d’un lieu, par un travail d’ajustement temporel des conduites à l’événement télévisuel et par la convocation des ressources interprétatives et expressives appropriées, chacune de ces opérations donnant lieu à un processus de coordination. Ce processus de coordination s’appuie sur les interactions entre les participants et sur les transactions avec l’écran TV qui constitue l’interface à partir de laquelle les conduites peuvent être coordonnées.

  • 1 Sur la pertinence des concepts de la microsociologie appliqués à l’analyse de la réception, voir Qu (...)

3On attachera une importance particulière à la description des manifestations affectives dans la mesure où elles caractérisent fortement les conduites spectatorielles analysées ici. De ce fait, la réception télévisuelle bénéficie d’un régime de visibilité particulièrement utile à l’analyse. On s’intéressera plus précisément aux manifestations affectives témoignant d’ajustements réciproques au niveau des conduites, d’engagements mutuels dans l’activité collective ou encore d’interprétations « croisées » entre les participants (accord, opposition, etc.). L’approche que l’on proposera dans ce texte se nourrit à la fois des travaux d’inspiration ethnométhodologique sur le caractère public des émotions (Paperman, 1992, 1995) et de la perspective goffmanienne sur l’organisation sociale de l’expérience (Goffman, 1991)1.

  • 2 The Final Kick, documentaire d’Andreas Rogenhagen diffusé sur Arte le 31 août 1994 et le 5 juin 199 (...)
  • 3 L’observation et l’enregistrement vidéographiques ont été réalisés en région parisienne.

4Trois sortes de matériel seront utilisées pour développer et appuyer notre propos : un documentaire donnant à voir les réactions de diverses collectivités de téléspectateurs en différents points du globe pendant la diffusion de la finale Italie-Brésil (Coupe du monde 1994)2 ; une observation participante de la réception télévisuelle du quart de finale Italie-France (Coupe du monde 1998) ; un enregistrement vidéographique de la réception télévisuelle de la finale Brésil-France (Coupe du monde 1998)3.

Affectivité et organisation sociale

5Au travers d’un événement tel que la Coupe du monde de football, l’affectivité apparaît comme l’une des principales composantes de l’activité de réception tant au niveau de son expression collective qu’au niveau de l’interprétation de l’événement en question. Mais comment l’affectivité peut-elle contribuer à la définition d’un style de réception en tant qu’activité socialement organisée ? Elle peut constituer tout d’abord une forme d’appréciation des circonstances (Paperman, 1992, 1995). L’enthousiasme, l’inquiétude ou l’excitation joyeuse sont dans cette optique des formes d’appréciation de ce qui se passe « ici et maintenant ». L’émotion manifeste une certaine interprétation de la situation. Plus encore, elle contribue par cette manifestation à la production de la situation de par son caractère public et observable qui autorise l’ajustement réciproque des conduites (Paperman, 1992). En effet, l’émotion n’est pas réductible à un phénomène privé : elle peut se traduire par des comportements intelligibles directement accessibles à autrui. En situation de coprésence, cette accessibilité est mutuelle. Autrui est présent dans mon champ de perception et me perçoit dès lors que je suis également dans son champ de perception. La présence d’autrui sera d’autant plus forte qu’il manifestera ostensiblement son émotion. C’est cette accessibilité réciproque de la conduite affective qui permet l’ajustement. Mais comment cet ajustement opère-t-il plus précisément au niveau de la réception télévisuelle ? Et comment permet-il in fine de produire tel ou tel style de réception ?

6Décrivons les comportements de deux téléspectateurs A et B regardant ensemble un match. La réaction de A fait partie du champ de perception de B et vice versa. Lorsque A réagit, B peut en être affecté émotionnellement. Lorsque l’émotion de B se manifeste, elle accède au champ de perception de A qui à son tour peut en être touché. Il en est de même, bien entendu, si la réaction de B est première. Dans le cas où les deux téléspectateurs réagissent simultanément, A perçoit B au moment où tous deux réagissent face à ce qui se passe sur l’écran. La perception de B par A va éventuellement agir sur ce dernier et infléchir sa réaction en la modulant dans la durée de sa manifestation. Il en sera de même pour B. Qu’il y ait succession ou simultanéité des réactions, le processus de production émotionnelle est de nature interactionnelle. Par l’expression émotionnelle, A affecte B qui à son tour affecte A. De plus, l’expression émotionnelle peut avoir une incidence sur le corps de celui qui en est le producteur. Ce processus interactionnel évolue dans le temps de l’activité de réception. Il peut donc donner lieu à des variations d’intensité au niveau de l’expression émotionnelle et de l’expérience proprioceptive. Il faut souligner enfin que dans la situation de réception télévisuelle, je perçois ce que l’autre perçoit ainsi que ses réactions à ce qu’il perçoit (et réciproquement). Par exemple, j’entends les cris d’encouragement d’un téléspectateur à l’encontre d’un joueur tout en voyant les performances du joueur en question sur l’écran. Je peux éventuellement l’accompagner en participant à ces cris d’encouragement, ce qui pourra avoir pour incidence d’inciter ce téléspectateur à crier avec encore plus d’enthousiasme.

  • 4 Sur la notion d’investissement affectif, voir Calbo (1998).

7Lorsqu’elle constitue le mode d’expression principal de la collectivité de réception, l’affectivité joue donc un rôle particulièrement important dans la coordination des conduites. Elle peut également contribuer à l’organisation sociale de l’activité de réception dès lors qu’un événement tel que la Coupe du monde de football fait l’objet d’un investissement collectif4, susceptible de conditionner l’activité de réception. Un investissement collectif peut être défini comme un processus social par lequel un événement est construit en tant qu’objet de valeur au travers des comptes rendus médiatiques et des échanges conversationnels. Dès lors, le déroulement d’un événement du type « Coupe du monde » va revêtir un caractère « crucial ». Il sera chargé d’enjeux tels que la visée de la victoire finale. Selon les individus ou les appartenances, l’investissement pourra se focaliser sur l’une ou l’autre des deux équipes disputant le match. En situation de réception télévisuelle, cet investissement définira une orientation, une certaine perspective sur le déroulement du jeu en fonction de la position adoptée en faveur de telle ou telle équipe. L’interprétation de l’événement dépendra donc en partie des investissements opérés par les téléspectateurs.

8L’investissement affectif conditionne également l’engagement dans l’activité collective de réception, au sens que Goffman (1991) donne à cette notion. L’intensité de l’implication dans l’activité de réception peut témoigner de l’intensité de l’investissement au niveau de l’événement. Chez Goffman (ibid.), l’engagement constitue une forme d’obligation dictée par les circonstances. Or, dans le cas présent, cette obligation est corrélée à la valeur collective accordée à l’événement en question. Elle sera d’autant plus forte que l’événement compte. L’implication de l’individu dans un rôle ou dans l’activité collective est tout à la fois la reconnaissance et l’expression de cette valeur vis-à-vis de la collectivité de téléspectateurs. Cette implication sera évaluée en fonction de l’intensité de l’expression émotionnelle, qui pourra signifier alors que l’événement compte pour soi comme il compte pour la collectivité de réception. Il faut ajouter enfin que l’engagement mutuel des participants est une forme de célébration collective de l’événement dont la valeur peut s’en trouver éventuellement renforcée. L’investissement affectif participe donc in situ à la définition d’un style de réception lorsqu’il configure l’implication des participants dans l’activité collective de réception.

Investissement des lieux

9Un style de réception peut être décrit en fonction du mode d’occupation collectif de l’espace où se déroule l’activité. Ce mode d’occupation dépend de la structuration physique de l’environnement et de la coordination des conduites entre les participants à l’activité de réception. En d’autres termes, l’appropriation collective d’un lieu est conditionnée par les contraintes physiques de l’espace et par la nature des interactions entre les individus en situation de coprésence. Comment s’opère cette appropriation dans le cadre de l’activité de réception ? On décrira ses modalités sous trois angles : le mouvement d’agrégation autour de l’écran, la structuration de l’espace et du mode de communication, la transformation du lieu par l’activité collective.

10Un lieu est investi collectivement au travers d’un mouvement d’agrégation. Pour qu’un groupe se constitue, il y a eu soit une décision commune entre plusieurs individus (on convient préalablement de regarder ensemble le match à tel endroit), soit une somme de décisions individuelles (on s’agrège à un groupe en train de se constituer), soit une somme de décisions individuelles et collectives. Le cas des rassemblements de foule autorisés par l’installation d’un écran géant est un exemple de situation résultant d’une somme de décisions individuelles et collectives. Pour qu’il y ait décisions conjointes ou convergentes autour d’un même but (regarder tel match à tel endroit), il est nécessaire que les individus rassemblés partagent « quelque chose » préalablement au rassemblement. Ce « quelque chose », c’est en l’occurrence l’intérêt suscité par un match de la Coupe du monde. Cela peut être aussi l’espérance de la victoire ou le soutien à l’équipe nationale. Si ce « quelque chose » est partagé, c’est parce que l’événement a été constitué en objet de valeur collectif. En tant que tel, il est susceptible de mobiliser l’attention publique et l’engagement de chacun. Parce qu’il constitue un objet de valeur collectif, l’événement est socialement approprié pour motiver un « être ensemble » : il représente une occasion qui se prêtera favorablement, en certaines circonstances, à de tels rassemblements (par exemple lorsque l’équipe nationale dispute un match en phase finale de la Coupe du monde).

11Si l’événement constitue préalablement un objet de valeur motivant le mouvement d’agrégation dans un lieu, ce mouvement d’agrégation est en lui-même constitutif du processus de construction de l’événement en tant qu’objet de valeur. Par le rassemblement, l’objet du partage devient manifeste pour les participants. Chacun manifeste à autrui l’intérêt qu’il accorde à l’événement et chacun est à même de constater que celui-ci suscite l’intérêt d’autrui. L’événement est collectivement célébré dans la mesure où le rassemblement témoigne de son importance pour chacun et pour la collectivité constituée. Chaque membre de la collectivité est à la fois l’acteur et le spectateur de la célébration. On peut donc dire que la célébration collective passe par la médiation d’autrui via la relation acteur-spectateur.

12Le lieu investi collectivement apparaît comme l’arrière-fond ou le décor de la célébration. En tant que tel, il est constitutif de l’organisation de l’activité de réception. Le lieu de la réception est construit par cette activité collective. Simultanément, il la configure au travers de la structuration physique de l’espace. Or, celle-ci s’articule autour de l’écran TV qui va instaurer un mode de communication particulier entre les participants. Cette structuration peut être analysée en termes de « prémisses organisationnelles ». Pour Goffman (1991, p. 242 sq.), la définition d’un cadre d’expérience s’ancre nécessairement dans le monde au travers de prémisses organisationnelles. Ce qu’il désigne par cette expression est une structure de pré-agencement de l’activité qui s’inscrit dans un environnement physique. Celle-ci va ainsi s’orienter et se déployer à partir de ces prémisses organisationnelles. Dans le cadre de la réception télévisuelle, un espace se construit collectivement au travers d’un dispositif. Chacun est disposé par rapport à un centre d’attention : l’écran TV. Les positions spatiales de chaque téléspectateur étant déterminées par ce centre d’attention, on voit se dessiner les contours d’une assemblée plus ou moins compacte ou dispersée.

13L’interface téléspectateur-écran TV apparaît donc comme un élément fortement structurant d’un espace collectivement occupé. Elle constitue également un support d’interactions entre les participants. Il est des cas où l’interaction est fondée sur un échange verbal ou gestuel dans lequel le comportement de chaque interactant est clairement orienté vers autrui : commentaires, interprétations, discussions, pronostics, etc. Il en est d’autres où nous pouvons également parler d’interaction, dans la mesure où chacun a accès aux réactions d’autrui (et peut donc s’en trouver affecté), bien que ces réactions ne soient pas explicitement orientées vers tel ou tel participant à l’activité. La conduite du téléspectateur A agit sur la conduite du téléspectateur B, qui à son tour va infléchir la conduite de A, quand bien même ces conduites ne sont pas explicitement « adressées » à un destinataire en particulier. Il est fréquent d’observer par exemple des situations où le téléspectateur s’adresse littéralement à l’écran pour encourager un joueur ou stigmatiser l’arbitre. Le destinataire manifesté par l’énoncé et par l’orientation corporelle sera effectivement l’un des acteurs sur le terrain. Mais compte tenu de l’accessibilité mutuelle des conduites de chacun, on peut penser que cette forme de communication avec l’écran vise également – voire avant tout – les autres téléspectateurs. En effet, il est d’usage en de telles circonstances de parler à l’écran et de côtoyer des individus qui agissent de la sorte. Lorsque ce type de conduite se produit dans le cadre d’une activité collective, elle acquiert immédiatement une signification particulière dans la mesure où elle bénéficie d’un public. Elle sollicite le regard ou l’écoute des autres participants à l’activité et peut éventuellement susciter approbation ou contradiction de la part d’autrui. On peut donc parler d’un mode de communication indirect via l’écran.

  • 5 Sur ce point, voir Dayan & Katz (1996).

14Le mode de communication collectif qui s’instaure à partir de l’écran modifie nécessairement l’expérience du lieu. Celui-ci se trouve construit et expérimenté au travers de ce mode de communication. En d’autres circonstances, l’expérience du lieu pourrait être radicalement différente. On peut évoquer ici le cas d’une situation de réception en entreprise. Un espace habituellement prévu pour d’autres usages se trouve investi collectivement pour permettre le visionnement du quart de finale Italie-France (Coupe du monde 1998). Cet espace est ordinairement affecté à des activités telles que les réunions internes ou l’accueil de personnes externes. La présence d’un écran TV est liée à l’activité de l’entreprise : la télévision constitue une source documentaire au même titre que les revues qui s’y trouvent également rassemblées. Le quart de finale Italie-France donne lieu à des comportements différents de ceux qui ont habituellement cours dans cet espace : positions des personnes orientées vers l’écran, échanges centrés sur des sujets non professionnels, modes d’expression ne faisant pas partie du répertoire des conduites habituelles (hurlements, encouragements…). Cet exemple particulier nous permet d’introduire, et de traiter en des termes plus généraux, la question de l’appropriation collective du lieu en tant qu’elle implique une transformation de son usage. L’espace fait en effet l’objet d’une reconfiguration en fonction de l’activité collective de réception. Lieux privés et lieux publics (foyers domestiques, locaux professionnels, bars, salles de spectacle, places ou parvis avec écrans géants) sont investis selon des modes d’occupation qui diffèrent de l’usage courant par les conduites qu’on y adopte. Les individus modifient ce qu’ils y accomplissent d’ordinaire. Cela vaut bien entendu pour des lieux tels que les places publiques, mais également pour des lieux habituellement consacrés à la réception télévisuelle. En effet, la réception de l’événement « Coupe du monde » dans un foyer domestique se distingue nettement de l’activité ordinaire de réception télévisuelle5. On assiste à la multiplication du nombre de téléspectateurs devant l’écran TV. L’attention est mobilisée par le programme alors qu’elle est d’ordinaire concurrencée par d’autres activités. L’expérience proprioceptive des téléspectateurs peut s’avérer particulièrement intense. Ils manifestent leurs émotions de manière spectaculaire et ostentatoire. La transformation s’effectue ainsi soit par l’actualisation de conduites qui ne relèvent pas de la pratique usuelle du lieu, soit par la modification de l’activité de réception elle-même.

  • 6 Pour une analyse du comportement du public dans les stades, voir Bromberger (1995).

15Bien qu’on puisse parler d’une transformation collective du lieu par l’actualisation de comportements spectatoriels relativement inhabituels, les conduites par lesquelles celui-ci se trouve investi ne sont pas totalement ré-inventées. Parmi celles observées dans le cadre de ce travail, certaines s’apparentent assez fortement à celles du public dans un stade : crier d’enthousiasme, applaudir, huer l’arbitre… Dans certains cas, le téléspectateur endossera littéralement le rôle du supporter : visage peint aux couleurs de l’équipe nationale, drapeau agité au-dessus des têtes… On est alors amené à se poser la question de la relation entre les conduites du public dans un stade et celles d’une collectivité de téléspectateurs6, en raison des similitudes que l’on ne peut manquer de constater. Tout se passe comme si certaines conduites étaient importées dans un nouveau cadre d’activité et servaient de modèle aux participants pour occuper un lieu et réaliser un « être ensemble ». Dans la perspective de Goffman (1991), on pourrait dire que la relation entre les deux types de conduite relève de la modalisation d’un cadre d’expérience. Chez Goffman (ibid., p. 52), cette opération est définie comme la transformation d’une « activité donnée déjà pourvue d’un sens par l’application d’un cadre primaire », transformation au travers de laquelle la nouvelle activité prend pour modèle l’activité de référence.

  • 7 Un comportement isolé dans un public quelconque peut être également incongru soit parce qu’il est i (...)

16Dans cette optique, la transformation du lieu par l’activité collective de réception résulte de la modalisation du cadre d’activité propre au public dans un stade. Dans quelle mesure peut-on dire qu’une telle opération est fondée sur l’activité collective et, plus précisément, sur la médiation d’autrui ? Il faut tout d’abord souligner que le cadre d’activité pris pour modèle (celui du public dans un stade) constitue une réalisation particulièrement efficace et spectaculaire d’un « être ensemble ». Dans le stade en effet, cet « être ensemble » est expérimenté et mis en scène au travers non seulement de l’adoption de conduites similaires mais également de la coordination de ces conduites. Le mouvement de la « holà » constitue un exemple particulièrement illustratif d’un travail de coordination collective par lequel une somme de gestes individuels se succèdent et s’ajustent les uns aux autres pour produire un spectaculaire effet de vague. Chants et cris d’encouragement du public se doivent également d’être coordonnés pour être pleinement efficaces sur le plan de l’effet de groupe et de l’occupation du lieu. La signification des comportements du public dans un stade est indissociablement liée à leur nature collective dans la mesure où elle est non seulement accessible à chacun mais également produite par les participants. On peut penser de plus que la signification qui consiste à produire un effet de groupe est visée par les participants en tant que telle. Quand nous participons à une manifestation collective, nous avons généralement conscience du résultat. Nous pouvons donc « rechercher » ce résultat particulier. L’effet produit est d’autant plus efficace que plusieurs personnes effectuent ensemble et de manière coordonnée le même type de conduite. Inversement, un comportement isolé s’avère faiblement significatif de ce point de vue : que l’on pense, par exemple, à des réactions d’enthousiasme individuelles, ponctuelles, éparses au sein d’un public7. Or, c’est bien la signification collective de l’effet de groupe qui est importée dans un nouveau lieu au travers de la modalisation d’un cadre d’expérience (celui-ci régissant l’interprétation des actions et des événements, donc leur signification). En prenant pour modèle l’activité du public dans un stade, la collectivité de téléspectateurs vise à expérimenter et à signifier un « être ensemble » fondé sur la coprésence, chacun étant à la fois acteur et témoin de ce qui est produit par le groupe.

Configuration temporelle de l’activité

17La configuration temporelle de la situation de réception télévisuelle constitue un autre aspect fondamental de l’organisation de l’activité collective. Un style de réception peut en effet se définir au travers de la temporalité qui le caractérise : durée, rythme, etc. On peut distinguer trois niveaux de description de la temporalité de l’expérience télévisuelle. Le premier concerne la temporalité du cours ordinaire de l’activité des agents sociaux : c’est celui des routines quotidiennes. On sait que la télévision participe fortement à la structuration du temps quotidien. Elle accompagne les routines de la vie domestique et s’inscrit en elles. Elle est consommée dans un continuum dans lequel les différents programmes diffusés s’enchaînent sans constituer nécessairement des marqueurs temporels d’ouverture et de clôture de la réception (ils peuvent être regardés alors qu’ils ont déjà commencé ou être abandonnés avant la fin de leur diffusion). Les situations de réception auxquelles on s’intéresse ici s’inscrivent nécessairement dans le cours temporel des activités ordinaires. Elles s’y imbriquent. Cependant, elles ont pour caractéristique d’instaurer une sorte de rupture par rapport à ces activités. La réception des matchs fait ainsi l’objet d’une programmation temporelle. Elle rompt avec les routines quotidiennes dans la mesure où elle modifie l’emploi du temps des individus. Elle peut occuper une plage de temps habituellement consacrée à une autre occupation (par exemple, regarder un match pendant le temps de l’activité professionnelle). La période de l’avant-match peut donner lieu à une ré-organisation de l’emploi du temps selon des modalités plus ou moins programmées ou improvisées. Il pourra être prévu par exemple de se réunir entre amis à l’occasion du match de la finale. Un rendez-vous sera alors fixé.

  • 8 Sur l’organisation collective du football en tant que jeu, voir Fele (1997). Je remercie Marc Relie (...)
  • 9 Les deux équipes ont dû être départagées par une série de tirs au but.

18Un deuxième niveau de description relève de la temporalité du match. En situation de réception, l’expérience spectatorielle sera configurée en fonction de celle-ci. La temporalité du match est à la fois prédéterminée (horaire de démarrage, durée du match, moment de la mi-temps) et propre à la nature du match en cours. En tant qu’elle relève de la nature spécifique du match disputé, elle est le produit du déroulement des actions s’actualisant effectivement sur le terrain. Un certain agencement des faits s’opère par la succession et l’accumulation de ces actions8. Au fur et à mesure du déroulement du match, l’agencement des faits a une incidence directe sur l’expérience affective des téléspectateurs en fonction de leur engagement et de leur position en faveur de l’une ou l’autre équipe : tel agencement pourra produire tel ou tel type de réaction de nature euphorique ou dysphorique, ainsi que différentes intensités. La non-résolution d’un match crucial à la fin de la période de jeu officielle peut créer ainsi un état de tension particulièrement intense chez les téléspectateurs. Lors du quart de finale Italie-France, on a pu observer par exemple les réactions de téléspectateurs exprimant le caractère insoutenable de cette situation particulière (« Je n’en peux plus », « Je ne peux plus supporter », « Je ne peux pas tenir… »)9. Dès lors qu’il y a engagement, les variations d’intensité qui se produisent tout au long d’un match sont directement corrélées au rythme des actions sur le terrain et à ce qui s’y noue (caractère plus ou moins offensif du jeu, péripéties, rebondissements…). Certaines actions génèrent une forte tension émotionnelle chez les téléspectateurs : action contre le camp adverse à proximité du but, action de contre-attaque rapide, penalty… Elles constituent les temps forts du match. Leur fréquence contribue à configurer l’expérience proprioceptive du téléspectateur en lui insufflant une tonalité et un rythme particuliers. Le réglage temporel de la réception s’effectue également au niveau des enchaînements de réactions dont le couplage effectif dépend directement de la réussite ou de l’échec de l’action entreprise. On peut observer par exemple la série suivante dans le cadre de la finale Italie-Brésil (Coupe du monde 1994) : action de l’Italie contre le Brésil ; manifestations d’enthousiasme chez les téléspectateurs italiens ; échec de l’action entreprise ; manifestations de déception chez ces mêmes téléspectateurs.

19Bien entendu, le comportement spectatoriel n’est pas strictement réactif. Dès lors qu’il y a engagement, il y a participation active des téléspectateurs dont le plaisir sera d’autant plus intense que chacun se pliera au jeu collectif de la réception. De plus, il existe chez les téléspectateurs des attentes (souhaiter que son équipe gagne), des anticipations (espérer ou craindre qu’un but soit marqué) et des occasions dont il tire profit (exprimer son excitation au moment opportun). Leurs réactions témoignent d’une intentionnalité et d’une capacité à interpréter correctement ce qui se joue. Néanmoins, les occurrences temporelles des manifestations affectives des téléspectateurs sont en quelque sorte réglées par l’agencement des actions qui ont lieu sur le terrain et par les performances qui s’y accomplissent. Ce réglage s’opère en particulier au niveau du déclenchement de la réaction, de sa durée et de sa clôture. La réaction intervient à un moment précis, par exemple lorsqu’une action éventuellement décisive est engagée. Réagir au bon moment témoigne ainsi aux yeux d’autrui de sa compétence et de sa capacité à en faire usage rapidement. Dans une série de tirs au but pour départager deux équipes, il existe un tir décisif qui clôt le match. Lors du quart de finale Italie-France (Coupe du monde 1998), la réussite de ce tir décisif sera célébrée immédiatement par ceux qui l’avaient correctement identifiée. Inversement, il était possible de repérer des téléspectateurs « retardataires » sur le plan de la réaction parce que moins rapides et/ou compétents pour établir définitivement l’issue du jeu.

20La durée de la réaction s’ajuste également à ce qui se produit sur le terrain. Des téléspectateurs soutenant l’équipe A peuvent donner libre cours à leurs réactions en cas de but marqué par cette équipe parce que le jeu s’interrompt quelques instants avant de redémarrer. Mais dans le cas d’une action engagée contre le camp adverse, suivie d’une action de contre-attaque de l’équipe B, les manifestations de soutien à l’équipe A s’interrompront quasi instantanément pour que l’attention puisse à nouveau se concentrer sur l’écran.

21Un troisième niveau de description doit être enfin pris en compte : celui de la temporalité de l’activité collective. Cette temporalité se définit in situ par l’ajustement des conduites entre les participants. Ainsi, le déclenchement, la durée et la clôture des réactions spectatorielles pourront être coordonnés. La fréquence des réactions sera la résultante de l’activité collective dans la mesure où celle-ci encourage plus ou moins l’expression émotionnelle. Bien entendu, déclenchement, durée et clôture de la réaction dépendent de l’action sur le terrain. Néanmoins, on pourra observer des réactions plus ou moins synchrones en fonction du type de collectivité constitué et des modalités de fonctionnement de cette collectivité in situ. La synchronisation est possible dans la mesure où chacun réagit en tenant compte de la réaction d’autrui et où l’engagement est mutuel. Il y a synchronisation réussie dès lors que le groupe « fonctionne » ensemble. Cela implique qu’il ait appris à agir de la sorte dans le cours de l’activité, ou lors de précédentes activités de même type.

22A contrario, ceux dont les conduites ne s’ajustent pas temporellement à celles du groupe tendent à manifester aux autres leur incapacité à adopter le style de réception collectif. Par ailleurs, l’ajustement n’implique pas nécessairement la similarité des conduites. Dans le cas où deux positions s’affrontent au sein d’un même groupe, on peut également observer une sorte d’ajustement qui se caractérise par l’alternance des réactions (chacun s’exprimant à son tour tandis que l’autre garde le silence) ou par leur opposition (l’un exprime l’enthousiasme lorsque l’autre exprime au même instant l’inquiétude). En dernier ressort, ce qui se déroule à l’intérieur du groupe (la configuration de l’activité collective in situ) règle la réaction de chacun.

  • 10 Elle est extraite du documentaire The Final Kick.

23On s’appuiera ici sur la description d’une situation pour illustrer cette dépendance de l’organisation temporelle de l’expérience par rapport aux modalités de fonctionnement propres à la collectivité construite par l’activité de réception télévisuelle. La situation est la suivante10. Trois téléspectateurs (deux hommes et une femme) regardent ensemble la finale Italie-Brésil dans le cadre d’un foyer domestique (Coupe du monde 1994). L’équipe brésilienne a engagé une action contre le camp adverse. Le coup est finalement tiré mais le gardien de but ne parvient pas à stopper complètement la balle qui lui échappe. S’ouvre alors pendant quelques secondes (ou fractions de seconde) la possibilité que la balle atteigne finalement le but ou qu’un deuxième tir soit effectué. Tel n’est pas le cas et le gardien finit par bloquer définitivement la balle. Face à cet enchaînement d’actions, chaque téléspectateur réagit sur un mode qui lui est propre (se prendre la tête entre les mains, se pencher vers l’écran, lever les bras…) tout en étant parfaitement synchronisé avec les deux autres dans la production de ses réactions : émission d’un geste, puis adoption d’une posture figée, suspendue à l’issue de l’action sur le terrain. Le blocage définitif de la balle provoque chez chacun une modification des conduites : relâchement de la tension corporelle, rires de soulagement, exclamations… Dans cet exemple, le réglage temporel des conduites se fait très précisément en fonction de ce qui se déroule sur le terrain. Néanmoins, l’adoption et la coordination de telles conduites ne sont possibles qu’à la condition d’un engagement collectif et mutuel dans l’activité. Cela signifie que chacun témoigne aux autres de son engagement et que le groupe se constitue dans l’expression collective de cet engagement au travers de la synchronisation des conduites. Enfin, cette synchronisation rend compte de la perspective commune dans laquelle ces trois téléspectateurs sont engagés au travers de l’activité de réception. Cette perspective commune actualise ici une convergence des points de vue : possibilité du but, inquiétude, soulagement…

Mobilisation des ressources et production collective de l’activité

  • 11 Sur Goffman et la notion de cadre, voir Joseph (1998).

24L’activité de réception mobilise chez les téléspectateurs un certain nombre de ressources interprétatives et expressives qui définissent un style de réception particulier. La possibilité qu’une activité soit collectivement organisée suppose que chacun dans le groupe dispose de telles ressources et soit à même de les utiliser en situation (acquisition et emploi résultant bien entendu d’un apprentissage social). Celles-ci peuvent être inégalement distribuées et maîtrisées. Néanmoins, il est nécessaire que les membres de la collectivité de réception partagent un certain nombre de ressources communes pour que l’activité puisse être accomplie ensemble. Ainsi, le fait de manifester son excitation face à la possibilité qu’un but soit marqué suppose que Ton ait identifié correctement cette possibilité. Adopter le « bon » registre d’expression (pour manifester par exemple son enthousiasme ou son désespoir) suppose également de recourir à un répertoire commun. Il existe un autre préalable à l’organisation collective de l’activité de réception : celui de l’engagement des participants. Il est nécessaire en effet que les téléspectateurs s’impliquent pleinement dans l’activité collective pour permettre l’accomplissement « en commun » d’actions telles que : hurler, applaudir, se congratuler, se réconforter, etc. La notion goffmanienne de cadre peut être à nouveau évoquée ici, dans la mesure où elle permet de rendre compte de la manière dont sont mobilisés ressources et engagement dans une situation donnée : un cadre, c’est en effet ce qui régit l’interprétation de la situation ainsi que l’engagement qu’elle suscite11.

25On s’intéressera plus particulièrement ici aux manifestations des ressources interprétatives et expressives qui participent à la réception collective. Comment ces ressources sont-elles convoquées en situation et comment leur application permet-elle de configurer collectivement la situation ? En quoi peut-on dire que l’usage de ces ressources témoigne d’un engagement dans l’activité collective ? On voudrait tout d’abord avancer l’hypothèse suivante. Lorsque la réception collective convoque chez plusieurs téléspectateurs un même schème d’interprétation, cela témoigne non seulement de l’application de ressources communes mais également de la production d’une interprétation qui tend à occuper le devant de la scène. Cette production interprétative peut être qualifiée de collective pour au moins trois raisons. Elle est tout d’abord collective parce que plusieurs souscrivent à une même interprétation. Elle l’est ensuite parce que ceux qui y souscrivent se manifestent mutuellement cette interprétation (chacun a accès aux réactions d’autrui). Elle l’est enfin parce qu’elle tend à s’imposer à l’ensemble du groupe dans la situation de réception. Ce dernier point doit être précisé. Bien entendu, certains peuvent ne pas souscrire à l’interprétation principale en suspendant momentanément leur jugement ou en refusant de s’aligner sur le point de vue collectif. Néanmoins, il est difficile d’ignorer cette interprétation lorsqu’elle se manifeste sur un mode particulièrement ostentatoire. Comment une interprétation collective parvient-elle à occuper le devant de la scène ? Lorsque plusieurs dans un groupe réagissent ensemble et de la même manière, on peut dire que ces réactions manifestent une appréciation collective. Participer à ces réactions est une manière de manifester publiquement son accord avec la perspective collective qui s’actualise. Quand bien même ces réactions seraient produites presque « mécaniquement » (par simple imitation), elles acquièrent immédiatement une signification publique qui peut être de l’ordre, par exemple, de l’appréciation ou de l’approbation. Qui plus est, en participant aux réactions du groupe, la réaction individuelle renforce la perspective collective. On peut dire enfin que cette perspective est renforcée du point de vue de l’effet de groupe lorsque les réactions des participants sont relativement similaires dans leurs modalités d’expression.

  • 12 Cet exemple est tiré du documentaire The Final Kick. En réalité, le penalty ne sera pas sifflé par (...)
  • 13 Sur la question des règles sociales, voir notamment Taylor (1995).
  • 14 En d’autres circonstances, il peut être moins primordial de réaffirmer l’importance de cette règle (...)

26Pour illustrer ces différents points, on fera référence ici à une situation dans laquelle deux membres d’un groupe de téléspectateurs pensent avoir identifié un penalty12. Cette interprétation commune (la perception d’un cas de penalty) est exprimée de la manière suivante : les deux téléspectateurs hurlent simultanément « Penalty ! » tout en pointant avec insistance l’index vers l’écran. Au travers de leurs réactions, ceux-ci manifestent aux yeux d’autrui leur compétence à identifier un penalty et le degré de leur engagement dans l’activité. Essayons d’analyser plus précisément les significations produites par la manifestation de cette compétence et de cet engagement. Le geste accompli s’apparente à celui de l’accusation : l’index pointé vers l’écran. Il signifie qu’une faute a été commise, qu’elle doit être signalée et sanctionnée, et qu’un penalty doit en être la conséquence normale. L’émotion exprimée par ces deux téléspectateurs au travers de leurs réactions comporte une part d’indignation. Celle-ci indique qu’il y a eu faute et qu’une réparation est requise. Pour qu’il y ait indignation, il faut qu’il existe des règles connues des téléspectateurs13 : celles du football en tant que discipline sportive (l’indignation est induite par le non-respect de la règle). Manifester publiquement son indignation souligne l’importance de ces règles dont l’application ne tolère aucune exception, sous peine de faire perdre tout son sens au jeu. La réactivation de la règle vaut tout spécialement pour la situation expérimentée en commun14 : il s’agit de réaffirmer la règle aux yeux d’autrui et de l’ensemble du groupe. Cela ne veut pas dire que l’indignation ne puisse pas se produire en situation de réception individuelle. Mais le fait qu’elle se produise justement en situation de réception collective implique des effets performatifs. La manifestation de l’indignation peut agir sur autrui. C’est ce qui se produit lorsque l’expression émotionnelle qui la constitue affecte corporellement les individus coprésents. Autrui pourra éventuellement souscrire à cette indignation dès lors qu’il en reconnaîtra le bien-fondé.

27L’émotion manifestée rend également compte de l’excitation produite par la perspective ouverte par la faute et par l’enjeu qui sous-tend le penalty (la possibilité de marquer contre le but adverse). Cette excitation indique bien l’orientation des téléspectateurs en faveur de l’équipe pouvant bénéficier ici du penalty. La perspective des téléspectateurs n’est donc pas seulement « éthique » (se soucier du respect des règles), elle est aussi « pragmatique » (se soucier des opportunités dont peut bénéficier l’équipe soutenue). Enfin, l’emportement peut apparaître comme une sorte d’obligation normative propre au cadre d’expérience impliqué par la situation. En tant que supporter, il est en effet d’usage de manifester son excitation à certains moments décisifs du match, ou encore sa réprobation ou sa colère à l’égard de l’arbitre. Mais, ce faisant, il ne s’agit pas seulement d’adopter une conduite conforme au rôle social qui s’applique à la situation. La manifestation de l’excitation participe à la constitution collective de la situation et du style de réception adopté en tant que l’une et l’autre sont la résultante des agissements de chacun et des interactions produites par ces agissements. En d’autres termes, l’excitation manifestée configure la situation expérimentée en commun.

28On ajoutera enfin que l’interprétation « un penalty est requis » peut guider éventuellement celle des autres membres du groupe. Elle orientera par exemple ceux qui sont moins prompts à identifier cette possibilité du jeu parce que moins attentifs ou moins compétents. Cette interprétation pourra même s’imposer à l’ensemble du groupe si elle n’est pas contestée ou révisée (par exemple après visionnement du replay). Il est possible également qu’une fausse interprétation exprimée par un téléspectateur soit corrigée par un autre membre du groupe qui le convertira ainsi à la perspective collective. Dans d’autres cas, plusieurs interprétations peuvent coexister et s’affronter en se renforçant mutuellement. C’est ce qui se produit par exemple lorsqu’il existe deux perspectives sur le jeu, chacune étant conditionnée par l’orientation en faveur de telle ou telle équipe.

29Jusqu’à présent, l’expression émotionnelle a été principalement appréhendée en tant que manifestation d’une interprétation. Dans ce qui suit, l’analyse sera recentrée sur la participation de cette expression à la définition de l’activité collective et, in fine, à celle du style de réception construit. En quel sens peut-on dire que l’expression de l’émotion est de nature collective ? On proposera à peu près la même réponse que précédemment. Cette expression peut être tout d’abord dite collective parce qu’elle est le fait de plusieurs agents engagés dans une même activité qui, de ce fait, agissent conformément à ce qui est requis par la situation. L’expression émotionnelle peut être aussi qualifiée de collective dans la mesure où elle s’inscrit dans un régime de visibilité au travers duquel chacun a accès à l’émotion manifestée par autrui. Les émotions de chacun présentent pour autrui une intelligibilité immédiate, du fait de la perspective commune dans laquelle sont engagés les membres de la collectivité de réception. Enfin, l’expression émotionnelle est de nature collective dès lors que les manifestations du groupe configurent les réactions de chacun et que les réactions de chacun configurent les manifestations du groupe selon une dynamique d’interaction propre à la situation. Illustrons et développons chacun de ces points à partir de la description des manifestations émotionnelles se produisant en situation de réception.

30Les registres d’expression convoqués dans le cadre de la réception d’un événement tel que la Coupe du monde de football présentent souvent un caractère fortement conventionnel. Il existe ainsi des comportements relativement stéréotypés manifestant l’espoir ou la crainte de voir un but marqué : proférer des cris d’encouragement ou d’approbation, crier d’effroi, mettre en garde les joueurs… D’autres comportements expriment la satisfaction ou la déception selon qu’un but est réussi ou pas : hurler ou applaudir pour manifester son enthousiasme, montrer un visage consterné, produire collectivement un « Oh ! » decrescendo exprimant la déconvenue… Les comportements vont dépendre également de la position des téléspectateurs en faveur de telle ou telle équipe. Lors de la finale Italie-Brésil de la Coupe du monde 1994, l’échec du premier tir italien provoque ainsi des manifestations d’enthousiasme intense chez les supporters de l’équipe brésilienne (hurlements et cris de joie, bras ou poings levés vers le ciel). Les supporters de l’équipe d’Italie se manifestent au contraire par des gestes exprimant l’affliction (prendre sa tête entre les mains), la honte (mettre sa tête sous le drapeau italien) ou encore l’inquiétude (se mordre la main, fermer les yeux, mettre la main devant la bouche). On peut observer le même type de comportement lorsque le match se concrétise finalement par la victoire de l’équipe brésilienne. Chez les supporters brésiliens, celle-ci donne lieu à des hurlements intenses et à une extrême agitation corporelle. Le déchaînement et l’exubérance de ces comportements offrent un saisissant contraste avec l’abattement des supporters italiens : silence dans les lieux publics, signes de profonde tristesse, visages éteints, gestes de consolation…

  • 15 Paperman s’appuie ici sur la thèse de Durkheim (1968).

31Il est frappant de constater dans ces exemples le caractère très « approprié » de l’expression émotionnelle. Le registre d’expression adopté est celui qui convient en quelque sorte à la situation. En quoi peut-on dire que l’expression émotionnelle convient à la situation ? Le caractère conventionnel d’une émotion conforme à la situation découle ici de l’orientation des téléspectateurs, qui découle elle-même de leur appartenance nationale. Bien qu’elle ne soit évidemment pas incontournable, la règle veut que la préférence aille à l’équipe nationale. Cela détermine une certaine perspective sur le jeu en train de se dérouler et un certain registre émotionnel. Pour le supporter de l’équipe nationale, le registre sera nécessairement euphorique lorsque cette équipe réussira son action et dysphorique lorsqu’elle ne la réussira pas. Pour le supporter de l’équipe italienne, il convient ainsi de manifester des signes de tristesse ou de désespoir lorsque l’Italie perd, et ce à partir du répertoire culturellement disponible. Comment peut-on analyser ce caractère convenu de l’émotion ? Dans un premier temps, on partira de l’hypothèse selon laquelle l’expression affective peut être socialement orientée vers le groupe. Elle est alors une « manifestation d’engagement vis-à-vis du groupe » et de « solidarité à son endroit » (Paperman, 1995)15. L’expression émotionnelle requise est « une forme de coopération active à l’existence du groupe » (ibid., p. 182). Elle permet d’assurer son existence momentanée selon des modalités expressives qui pourront être consensuelles ou conflictuelles selon le style de réception adopté.

  • 16 Sur la question de l’absence d’émotion traitée en termes moraux, voir Paperman (1995).

32L’expression de l’émotion face à l’événement télévisuel dont il est question ici traduit bien une forme d’engagement dans la situation de réception. Cette expression émotionnelle signifie aux yeux d’autrui que l’événement compte pour soi comme il compte pour la collectivité de téléspectateurs à laquelle on participe. Elle signifie également que l’événement est vécu intensément sur le plan émotionnel comme il « doit » l’être chez les membres de la collectivité de réception. En fonction de l’importance sociale de l’événement, l’expression de l’intensité émotionnelle peut être en effet de l’ordre de l’obligation normative. Ne pas exprimer d’émotions au sein d’une collectivité de supporters risque de signifier vis-à-vis d’autrui que l’événement ne compte pas pour l’individu, n’est pas investi de valeur. Bien entendu, ceci peut ne pas être le cas lorsqu’un individu ne manifeste pas extérieurement son émotion ou lorsque l’investissement est plus intellectuel que physique. Néanmoins, dans ce cas, son attitude peut être interprétée comme une façon de ne pas s’engager dans le groupe. L’absence d’expression émotionnelle indiquera alors une sorte de détachement par rapport à la situation. Dans certains cas, ce détachement pourra être jugé non conforme à ce qu’il convient de manifester pour témoigner de sa participation à l’expérience collective de réception16. Il faut souligner ici que la nature des circonstances est déterminante parce qu’elle conditionne les attentes qui vont différer selon la configuration de la collectivité. Ainsi, la réserve pourra au contraire s’imposer chez un téléspectateur de nationalité A regardant avec des téléspectateurs de nationalité B un match dans lequel « son » équipe est victorieuse.

  • 17 Cet exemple m’a été signalé par l’un des participants du séminaire Situations, expérience et événem (...)
  • 18 La situation m’a été rapportée par Patricia Paperman.

33Il apparaît donc que le caractère imposé de l’expression émotionnelle ne peut être pensé ici indépendamment des circonstances dans lesquelles elle se produit. Il n’y a d’obligation que relativement au regard de l’autre dans une situation donnée, du fait de l’accessibilité mutuelle des conduites. Plus encore dans les situations analysées dans ce travail, l’obligation doit être exprimée par autrui comme une sorte de « rappel à l’ordre » pour signifier que l’on se doit de réagir conformément à ce qui est requis par les circonstances. On peut évoquer l’exemple d’une réception collective dans un lieu public lors de la Coupe du monde 199817. Deux groupes d’individus sont présents dans un bar où un match est diffusé : des téléspectateurs mobilisés par la réception du match et des individus occupés à d’autres activités. Or, c’est précisément cette différence de régime d’activité qui a conduit les premiers à interpeller les seconds pour faire état de leur désapprobation face à l’absence d’intérêt manifesté par ces derniers à l’égard du match. Il s’agit bien ici de signifier l’obligation d’engagement dans l’activité de réception, quand bien même elle n’est pas respectée et, de fait, parce qu’elle n’est pas respectée. Plus précisément, il est reproché instamment à ceux qui ne se plient pas au jeu collectif de ne pas manifester les émotions qu’il conviendrait d’exprimer dans une telle situation. Un autre exemple illustrera le même phénomène18. Les victoires successives de l’équipe nationale lors de la Coupe du monde 1998 ont suscité de spectaculaires manifestations d’enthousiasme dans les grandes métropoles françaises. Il suffisait de déambuler dans les rues pour être confronté à de telles manifestations. Dans ce type de confrontation, il existe deux alternatives : on peut soit s’aligner, soit ne pas s’aligner. Dans le dernier cas, on s’expose au risque d’être « stigmatisé » ou « dénoncé » pour ne pas exprimer suffisamment d’émotion. C’est précisément ce qui se produit lorsque vous êtes expressément invité à sourire par un individu imitant à votre intention la mimique correspondante, accompagnée et appuyée d’un geste au niveau de la commissure des lèvres. Cette mimique et ce geste signifient littéralement ici l’obligation de sourire et donc de se réjouir.

34Le caractère collectif des manifestations d’émotions se produisant en situation de réception peut être également appréhendé au travers d’un processus de configuration réciproque des conduites spectatorielles. D’un tel processus résulte une production émotionnelle que l’on peut qualifier de collective dans la mesure où elle est le produit des interactions entre les participants à l’activité. Réexaminons dans cette perspective les comportements décrits précédemment. L’abattement des supporters italiens après la défaite de l’équipe nationale peut être alors analysé comme la résultante d’un processus fondé, premièrement, sur la production des signes de l’abattement ; deuxièmement, sur l’interprétation de ces signes ; troisièmement, sur les effets de cette interprétation (lorsqu’elle agit sur la production simultanée ou consécutive des signes du même type). Dans le cadre de l’interaction entre un téléspectateur A et un téléspectateur B, l’enchaînement production de A/interprétation de B/production de B relève d’un principe de réciprocité qui donne lieu également à l’enchaînement production de B/interprétation de A/production de A. La production collective des signes de l’abattement repose sur ce double enchaînement et sur sa démultiplication au sein du groupe. Cette production sera infléchie progressivement au fur et à mesure des occurrences expressives de l’émotion. Dans l’exemple présent, l’abattement collectif sera renforcé par ce phénomène d’interaction émotionnelle. Il le sera également lorsque la réponse d’un participant prendra la forme d’un geste de consolation visant à soulager cet abattement. En effet, avant même de soulager éventuellement l’état d’abattement, le geste de consolation confirme d’abord l’abattement de celui qui en manifeste les signes. On peut dire dans la même optique que les spectateurs de ces échanges confirment l’état d’abattement, qu’ils expriment leur compassion ou qu’ils jugent au contraire excessives ces manifestations d’abattement. Il est possible d’analyser dans les mêmes termes les démonstrations d’enthousiasme des supporters brésiliens. L’enthousiasme manifesté par A conforte celui manifesté par B et encourage C à manifester le sien. Plus ces manifestations d’enthousiasme sont nombreuses, plus elles s’imposent comme le registre d’expression dominant à l’intérieur du groupe. Leur caractère simultané tend également à renforcer ce registre d’expression dans son occupation de la scène investie collectivement.

35Cette production collective de l’émotion permet de décrire in fine un certain style de réception en fonction de son intensité émotionnelle (nombre de participants, régime d’expression individuelle), de son rythme (durée, fréquence des expressions émotionnelles) ou encore de son registre expressif (types de conduite). Intensité, rythme et registre expressif sont collectivement produits par les participants à l’activité de réception, qui en sont également les destinataires puisqu’ils éprouvent directement ces différentes qualités de l’expérience. En conséquence, leur expression émotionnelle en sera également affectée selon un processus d’interaction circonscrit dans le temps, qui maintient tel ou tel style de réception collectif ou le fait au contraire évoluer. Ainsi, lorsque le groupe a adopté en cours d’activité un registre d’expression se caractérisant par l’intensité et la longue durée, c’est ce type de réaction qui risque de s’actualiser à un autre moment du match. À l’inverse, si le groupe a précédemment adopté un registre distancié, c’est plutôt ce registre qui sera à nouveau convoqué. On pourra également observer des évolutions en cours d’activité liées non seulement à ce qui se produit dans le match mais également au fonctionnement du groupe dans sa capacité de mobilisation, d’expression et d’interaction.

Quelques moments de coordination de l’activité

36Le caractère collectivement organisé de la réception télévisuelle ressort avec une évidence particulière de la coordination des conduites entre les participants à l’activité. Comme on l’a déjà évoqué, certaines conduites manifestent de manière particulièrement spectaculaire leur caractère fortement synchrone au sein d’une collectivité de réception : cris d’encouragement ou d’enthousiasme, applaudissements, scansion du nom d’un joueur ou du pays soutenu, réactions d’emportement ou de mécontentement, manifestations de déception ou d’inquiétude, etc. On peut dire que ces manifestations sont coordonnées dans la mesure où elles s’ajustent les unes aux autres dans leur durée, leur intensité ou leur fréquence. Le registre d’expression adopté dépend également d’un travail collectif d’ajustement mutuel qui en conditionne les modalités : s’autorise-t-on à hurler ou est-il préférable de conserver une attitude plus réservée, ou encore d’adopter une posture très distancée dans la lecture du match ?

37Peut-on considérer que cette synchronisation des conduites est uniquement le fruit du hasard ? Si c’était le cas, la simultanéité des réactions n’impliquerait pas nécessairement un travail de coordination : chacun réagirait exclusivement par rapport à l’écran sans tenir compte des réactions de ses voisins. Ce type de comportement de réception est imaginable si l’on pense par exemple à un téléspectateur extrêmement distrait ou, au contraire, exclusivement focalisé sur l’écran, ou encore, à un téléspectateur cherchant délibérément à ignorer ceux qui l’entourent. Mais dans la mesure où chacun dispose d’un corps lui permettant d’être immergé sensoriellement dans le monde (Merleau-Ponty, 1945 ; Taylor, 1997), de telles postures spectatorielles d’isolement par distraction, extrême concentration ou déni de la présence d’autrui, paraissent difficilement tenables dans les situations de réception collective que l’on analyse ici. Celles-ci se caractérisent en effet par la nature ostentatoire des conduites spectatorielles, ce qui rend difficile l’oubli de la présence d’autrui. Dans ces conditions, le caractère hasardeux de la simultanéité des conduites apparaît assez peu probable compte tenu de la nature des circonstances. En situation de coprésence, les téléspectateurs ne sont pas des « monades » parfaitement isolées et indépendantes les unes des autres. Ceci est d’autant plus vrai que ces situations de réception se caractérisent aussi par l’engagement des participants. Or, celui-ci implique la prise en compte d’autrui comme partenaire de l’activité collective. Dès lors, on peut penser que la simultanéité des réactions rend compte de l’expression d’un engagement collectif : chacun manifeste ainsi vis-à-vis d’autrui cet engagement, et chacun est à même de le percevoir. C’est pourquoi les réactions simultanées d’une collectivité de téléspectateurs en situation de coprésence nous semblent plutôt comme la résultante d’un travail collectif.

  • 19 L’exemple est tiré de Descombes (1996). Sur la question de l’interdépendance comme fondement de la (...)

38Pour illustrer ce travail de coordination collectif, nous nous sommes appuyés jusqu’à présent sur des cas où l’on pouvait observer une relative similarité des conduites spectatorielles. On fera référence maintenant à une situation de réception collective dans laquelle apparaissent au contraire des conduites fondées sur l’opposition des points de vue et sur la différence. L’analyse de cette situation nous permettra de montrer en quoi la coordination de ces conduites repose sur une relation d’interdépendance entre les activités des participants. Cette relation d’interdépendance implique que les conduites de chacun au sein d’un binôme, ou d’une collectivité plus large, n’ont de sens que par rapport à celles d’autrui. Le cas du rendez-vous entre deux agents sociaux est un exemple de conduites liées entre elles par une relation d’interdépendance19 : elles se constituent mutuellement, bien qu’elles puissent éventuellement différer dans leur expression individuelle. Elles supposent l’institution d’un commun (ici les règles du football et les enjeux de la compétition). Cela constitue le fondement d’un style de réception collectif même si celui-ci est construit sur l’opposition de points de vue.

39La situation évoquée est la suivante. Ayant décidé de regarder ensemble la finale France-Brésil de la Coupe du monde 1998, plusieurs personnes se trouvent rassemblées face à l’écran dans la pièce principale d’un foyer domestique. Cette assemblée est composée d’individus liés entre eux par des relations de diverses natures (connaissance, voisinage, amitié, vie commune…). Quelques femmes sont présentes dans une collectivité de téléspectateurs à dominante masculine. On peut distinguer deux sous-groupes particulièrement expressifs dans cette collectivité : un sous-groupe composé de deux hommes soutenant l’équipe brésilienne et un sous-groupe composé d’un homme et d’une femme soutenant l’équipe française (en l’occurrence le couple « hôte » de l’assemblée). Les autres participants seront plus discrets dans leurs manifestations. Il faut préciser que les trois hommes répartis entre les deux sous-groupes sont liés entre eux par des relations de camaraderie. À l’intérieur de chaque sous-groupe existe un porte-parole de la position affichée, l’autre partenaire étant plus réservé dans ses prises de position. Les préférences pour telle ou telle équipe ont été préalablement définies et sont donc connues de chacun. Ces partis pris créent d’emblée les conditions d’une situation polémique à partir d’une opposition de points de vue qui sera alimentée tout au long du match. Dans l’activité collective de réception, les relations entre les deux sous-groupes vont se construire dans l’affrontement ludique : échanges verbaux prenant la forme de pronostics ou de défis, sarcasmes lancés à la face de l’autre. À certains moments, l’interaction sera établie entre les deux sous-groupes par des échanges de regards ou par des contacts physiques relevant du jeu de l’affrontement : regards détournés de l’écran pour croiser et défier celui de l’adversaire, préhension mutuelle des avant-bras et des mains pour simuler l’épreuve de force, etc. On peut également observer des formes d’échange à l’intérieur du sous-groupe destinées à se manifester mutuellement, et vis-à-vis d’autrui, une solidarité de position (geste de se frapper dans les mains, regards et sourires complices). Certains échanges constituent par ailleurs une sorte de commentaire sur ce qui est en train de se jouer entre les participants. Ainsi, une joute verbale se produisant sur le devant de la scène entre les porte-parole de chaque sous-groupe sera accompagnée d’un sourire de complicité échangé entre les deux autres « adversaires ». De la même manière, certains éclats de rire interviennent comme une sorte de contrepoint visant à rappeler le caractère ludique de l’interaction et à désamorcer la tension entre les participants. Dans d’autres cas, au contraire, les éclats de rire participeront directement au jeu polémique en train de se jouer pour, par exemple, signifier ou appuyer le sarcasme.

  • 20 Sur ce point, voir Paperman (1992 et 1995).
  • 21 Sur ce point, voir Goffman (1974).

40Le registre émotionnel adopté au niveau des échanges est plutôt celui de l’emportement qui soutient efficacement les prises de position. L’emportement émotionnel ne doit donc pas être considéré ici comme une rupture de l’échange ou comme une perturbation de l’ordre interactionnel20. Bien au contraire, il participe à son maintien. Il fait partie du style de réception adopté par les téléspectateurs. On peut cependant observer que les contacts physiques interviennent fréquemment après une manifestation d’emportement colérique comme pour accomplir une sorte de réparation de l’agression verbale21. Il s’agit en quelque sorte de rappeler le caractère ludique de l’affrontement et de préserver l’ordonnancement de la situation d’interaction.

41Un style de réception particulier est codéfini par les participants à l’activité qui contribuent à son maintien tout au long du match. Ce qui se déroule sur le terrain va ainsi alimenter les échanges sur le mode polémique. La première mi-temps se conclut par un score de 2-0 en faveur de l’équipe française. Dès lors, le scénario défendu par les pro-Brésiliens sera celui d’un renversement radical du score en pariant sur la remontée et la victoire finale de l’équipe brésilienne. À ce stade du match, ce scénario est tout à fait vraisemblable. Les anticipations sur le déroulement du jeu ne consistent pas ici à forcer la réalité conformément au point de vue défendu mais reposent sur un savoir attesté par les performances de l’équipe brésilienne lors de précédents matches. Il était en effet tout à fait possible d’invoquer la capacité dont avait déjà fait preuve cette équipe pour renverser le score en sa faveur. Mais l’important ici est que ces anticipations ont permis de nourrir et de réactiver l’engagement dans l’interaction : l’enjeu sous-tendant le conflit de positions (c’est-à-dire gagner la Coupe) se trouvait ainsi maintenu et intensifié. La possibilité d’un retournement de situation sur le terrain donnait tout son sens au style de réception polémique en le construisant dans la durée. Conformément à ce pronostic, la seconde mi-temps s’est caractérisée par un jeu très offensif de l’équipe brésilienne, ce qui a effectivement permis de remobiliser l’engagement de l’un des membres du sous-groupe en faveur de cette équipe, contribuant ainsi par ses réactions au maintien des oppositions. L’échec des tentatives de l’équipe brésilienne au fur et à mesure du déroulement de la seconde mi-temps alimentera également les oppositions : la contreperformance de cette équipe sera ainsi stigmatisée par l’un des pro-Français au travers de la formule « Et ils sont où les Brésiliens ! ». Il s’agit là aussi d’entretenir, sur un mode ludique, le registre polémique de l’interaction.

42Le caractère collectivement construit du style de réception apparaît de la même manière avec une évidence particulière lorsqu’on analyse les différences et les changements de régime de conduite au sein de la collectivité rassemblée. On observe dans un premier temps que les attitudes spectatorielles des deux sous-groupes se différencient assez nettement pendant la première mi-temps. Alors que le sous-groupe soutenant l’équipe française manifeste son enthousiasme à chaque occasion ou but marqué, les membres du sous-groupe soutenant l’équipe brésilienne adoptent un registre d’expression plus réservé. Le terme de détachement conviendrait assez bien pour décrire l’attitude des pro-Brésiliens. Ce détachement contraste avec la verve déployée dans le cadre des échanges verbaux. Rien ne laisse transparaître par exemple un sentiment d’inquiétude face aux contre-performances de l’équipe soutenue. Le style de réception des pro-Brésiliens apparaît avant tout déterminé par le maintien de leur rôle face aux pro-Français, et moins par ce qui se joue effectivement sur le terrain. Ceci vaut en particulier pour l’un des membres du premier sous-groupe. Cette attitude très distanciée à l’égard du match proprement dit traduit vraisemblablement, chez ce téléspectateur, une forme d’engagement fondée sur une position de principe (du type : ne pas vouloir afficher son soutien pour l’équipe nationale ou prendre le contre-pied de la position supposée la plus répandue). Elle a pour corollaire ici une relative absence d’implication corporelle. Cette forme d’engagement prend tout son sens lorsqu’elle se nourrit du point de vue opposé. En effet, le parti pris manifesté par les pro-Français en faveur de l’équipe nationale alimente chez ce téléspectateur le refus d’adopter la même position.

43Dans un deuxième temps, on observe une différenciation des conduites au sein du sous-groupe des pro-Brésiliens. Alors que l’un des membres conserve la même attitude détachée à l’égard du match, l’autre fait preuve d’un soutien plus actif et plus physique de l’équipe brésilienne. Comme on le signalait précédemment, la deuxième mi-temps donne lieu à un jeu plus offensif de l’équipe brésilienne. L’engagement du second téléspectateur est donc en partie lié à la nature du jeu sur le terrain. On peut penser également qu’il traduit un changement d’attitude spectatorielle : l’abandon de la posture distanciée au profit d’une plus grande implication corporelle permettant de prendre un plaisir plus grand au match. Une telle implication participe au maintien et au renforcement d’un style de réception fondé sur l’opposition des points de vue. On assiste enfin, dans un troisième temps, à ce qui s’apparente à un changement de position chez ce même téléspectateur. Alors que le troisième but français est marqué à la toute fin du match, il se joint littéralement au sous-groupe des pro-Français pour manifester avec eux son enthousiasme. Tout se passe comme si ce téléspectateur renonçait à sa position en faveur de l’équipe brésilienne, position qui jusqu’à présent alimentait le jeu d’interaction polémique. Il abandonne ainsi le style de réception et de communication précédemment adopté. Sans doute s’agit-il pour lui de se rapprocher du sous-groupe adverse pour bénéficier du plaisir de la victoire. Il participe à la production collective de ce plaisir en manifestant les conduites appropriées. La clôture définitive du style polémique sera finalement célébrée après le match lorsque les membres des deux sous-groupes se congratuleront mutuellement en accomplissant des gestes de rapprochement : se prendre par l’épaule, se frapper dans les mains, plaisanter, commenter en recherchant l’accord, rire ensemble… Il s’agit en quelque sorte de restaurer le style convivial présidant à leurs échanges habituels.

Conclusion

44On a essayé de montrer dans ce texte que l’organisation collective de l’activité de réception reposait sur un processus de configuration tout à fait particulier. La conduite individuelle et l’activité collective sont configurées à la fois par l’écran, par les agissements de chaque membre de la collectivité et par le jeu de leurs interactions croisées ; on peut ajouter qu’elles se configurent réciproquement. C’est ce processus que l’on a cherché à faire émerger au travers de nos analyses, dans la mesure où il permet de rendre compte d’une production collective ne se résumant pas à la juxtaposition de performances individuelles mais s’appuyant également sur un travail collectif de coordination.

Bibliographie

Bromberger Christian (1995), Le match de football, Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme.

Dayan Daniel & Elihu Katz (1996), La télévision cérémonielle : anthropologie et histoire en direct, Paris, Presses universitaires de France.

Calbo Stéphane (1998), Réception télévisuelle et affectivité : une étude ethnographique sur la réception des programmes sériels, Paris, L’Harmattan.

Calbo Stéphane (1999), « Football et télévision : le rôle de l’affectivité dans la production de la collectivité », Cahiers du Circav, Université Lille 3 (à paraître).

Descombes Vincent (1996), Les institutions de sens, Paris, Minuit.

Durkheim Émile (1968), Les formes élémentaires de la vie religieuse, Paris, Presses universitaires de France.

Fele Giolo (1997), « Sociology of Action : Ethnomethodological Interpretation of Soccer », in A. Marcanino (ed.), Analisi della conversazione e prospettive di ricerca in etnometodologia, Urbino, Quatroventi, p. 43-58.

Goffman Erving (1974), Les rites d’interaction, Paris, Minuit.

Goffman Erving (1991), Les cadres de l’expérience, Paris, Minuit.

Joseph Isaac (1998), Erving Goffman et la microsociologie, Paris, Presses universitaires de France.

Merleau-Ponty Maurice (1945), Phénoménologie de la perception, Paris, Gallimard.

Paperman Patricia (1992), « Les émotions et l’espace public », Quaderni, 18, p. 93-107.

Paperman Patricia (1995), « L’absence d’émotion comme offense », in P. Paperman & R. Ogien (eds), La couleur des pensées. Sentiments, émotions, intentions, Paris, Éditions de l’EHESS (« Raisons Pratiques », 6), p. 175-196.

Quéré Louis (1996), « Faut-il abandonner l’étude de la réception ? », Réseaux, 79, p. 31-37.

Taylor Charles (1995), « Suivre une règle », Critique, 579-580, p. 554-572.

Taylor Charles (1997), La liberté des modernes, Paris, Presses universitaires de France.

Notes

1 Sur la pertinence des concepts de la microsociologie appliqués à l’analyse de la réception, voir Quéré (1996).

2 The Final Kick, documentaire d’Andreas Rogenhagen diffusé sur Arte le 31 août 1994 et le 5 juin 1998.

3 L’observation et l’enregistrement vidéographiques ont été réalisés en région parisienne.

4 Sur la notion d’investissement affectif, voir Calbo (1998).

5 Sur ce point, voir Dayan & Katz (1996).

6 Pour une analyse du comportement du public dans les stades, voir Bromberger (1995).

7 Un comportement isolé dans un public quelconque peut être également incongru soit parce qu’il est inadapté (applaudir involontairement au mauvais moment), soit parce qu’il vise à distinguer son auteur (applaudir volontairement à contre temps pour déstabiliser un orateur). Dans les deux cas, c’est évidemment le contraire d’un effet de groupe qui est produit, expérimenté et signifié.

8 Sur l’organisation collective du football en tant que jeu, voir Fele (1997). Je remercie Marc Relieu de m’avoir communiqué l’article de cet auteur.

9 Les deux équipes ont dû être départagées par une série de tirs au but.

10 Elle est extraite du documentaire The Final Kick.

11 Sur Goffman et la notion de cadre, voir Joseph (1998).

12 Cet exemple est tiré du documentaire The Final Kick. En réalité, le penalty ne sera pas sifflé par l’arbitre. Suite au replay, les téléspectateurs dont on décrit les réactions ici ne contesteront pas l’interprétation de l’arbitre.

13 Sur la question des règles sociales, voir notamment Taylor (1995).

14 En d’autres circonstances, il peut être moins primordial de réaffirmer l’importance de cette règle (par exemple dans le cadre d’un match sans enjeu pour un téléspectateur). On peut dire par ailleurs que la réactivation de l’importance de la règle nourrit également la pérennité de celle-ci.

15 Paperman s’appuie ici sur la thèse de Durkheim (1968).

16 Sur la question de l’absence d’émotion traitée en termes moraux, voir Paperman (1995).

17 Cet exemple m’a été signalé par l’un des participants du séminaire Situations, expérience et événement (EHESS, 1998-1999) lors d’une première présentation de ce travail.

18 La situation m’a été rapportée par Patricia Paperman.

19 L’exemple est tiré de Descombes (1996). Sur la question de l’interdépendance comme fondement de la relation sociale, voir en particulier les chapitres « L’esprit objectif » et « Le discernement des pensées ». Voir également Taylor (1997, p. 165-171), sur lequel s’appuie Descombes.

20 Sur ce point, voir Paperman (1992 et 1995).

21 Sur ce point, voir Goffman (1974).

Notes de fin

1 Ce texte s’appuie sur des éléments d’analyse qui ont également fourni la matière d’un article à paraître : « Football et télévision : le rôle de l’affectivité dans la production de la collectivité », Cahiers du CIRCAV, Université Lille 3, 1999.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1999

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search