Version classiqueVersion mobile

La logique des situations

 | 
Michel De Fornel
, 
Louis Quéré

Situer la situation

Indexicalité, dépendance contextuelle et situations

Indexicality, Context Dependency and Situations

Index-Bezogenheit, Kontext-Abhängigkeit und Situationen

Michel de Fornel

Résumé

Le concept d’indexicalité, hérité de l’ethnométhodologie, constitue, au même titre que les concepts d’interactivité, de routine, d’improvisation et de dynamique, un concept central dans les recherches sur l’action située. L’article en propose une évaluation critique puis examine son statut en relation avec la notion de dépendance contextuelle et de situation dans la sémantique des situations.

Texte intégral

1En réaction aux conceptions de l’action qui privilégient les représentations (par exemple en termes de plans), un courant de recherche portant sur l’action située considère que les actions et les connaissances associées à ces actions ne peuvent être dissociées des circonstances concrètes et particulières dans lesquelles elles se déroulent (cf. par exemple Agre, 1997 ; Suchman, 1987 ; Kirsh, 1991). Pour ce courant, le concept d’indexicalité, hérité de l’ethnométhodologie (Garfinkel, 1967 ; Garfinkel & Sacks, 1970), constitue un concept central, au même titre que les concepts d’interactivité, de routines, d’improvisation et de dynamique. L’appel au concept d’indexicalité ne va pourtant pas de soi puisque ce concept se voit en général associé à la notion de contexte et de circonstances (le contexte d’énonciation) plutôt qu’à celle de situation. On notera cependant que Husserl (1961, p. 95) incluait la notion de situation dans sa définition des termes indexicaux : une expression essentiellement occasionnelle est définie par le fait qu’il est « essentiel pour cette expression d’orienter à la fois sa signification actuelle suivant l’occasion, suivant la personne qui parle ou sa situation ». Mais il reste que la situation apparaît le plus souvent comme un concept secondaire au regard de celui de contexte. Elle n’est mentionnée qu’en tant qu’elle fournit un contexte pour les entités du monde repérées par les indexicaux. Un autre courant de recherche, la sémantique des situations (Barwise & Perry, 1983 ; Barwise, 1989), se propose en revanche de donner une place plus centrale à la notion de situation : le langage n’est pas seulement situé en raison de la nécessité de la relativité contextuelle des indexicaux mais parce que tout énoncé en tant qu’il est de nature informative doit être lié à la situation décrite par une chaîne d’événements. Le présent article a donc deux objectifs : mieux comprendre le statut de l’indexicalité dans les recherches sur l’action située et évaluer les propositions de la sémantique des situations et son réalisme écologique en matière de langage et d’action.

Les recherches sur l’action située

2L’action située se définit d’abord en relation à la capacité qu’a un agent d’improviser en utilisant les opportunités qui s’offrent à lui dans son environnement. Étant donné qu’il est impossible de prédire à l’avance les circonstances, et compte tenu de leur caractère constamment changeant, les actions ne peuvent se régler que sur des plans préétablis de façon vague. Lucy Suchman (1987) considère ainsi que les plans d’action correspondent à une représentation partielle de l’action, qui est utilisée comme une ressource parmi d’autres pour réaliser une activité située. Les agents ne les mettent donc pas en œuvre pour agir ou pour contrôler leur comportement. Le plan n’est qu’un guide pour l’activité, plus ou moins utile selon les urgences de la situation, une ressource locale pour interpréter et agir dans un environnement donné. Suchman prend l’exemple de la descente en canoé d’un rapide où le plan d’action n’a d’intérêt que s’il possède un caractère schématique, le détail de la réalisation étant avant tout une question de savoir-faire et de skills. De plus, la relation entre un plan et les circonstances de son emploi est souvent dynamique : si le plan sert à comprendre et à agir dans l’environnement, inversement les actions réalisées servent à résoudre des problèmes d’interprétation du plan, en particulier quand celui-ci se présente comme un ensemble d’instructions.

3Selon cette conception, la caractéristique de l’action située ne tient donc pas seulement à ce qu’elle est inscrite dans des circonstances particulières mais à ce qu’elle exploite de façon active ces dernières. Le paradigme de l’action située a vu dans la conception indexicale du langage ordinaire développée par l’ethnométhodologie le modèle permettant de clarifier cette relation entre l’action et la situation. Pour l’ethnométhodologie, l’action pratique est à la fois indexicale et réflexive : indexicale parce que, comme les termes déictiques, le sens d’une action dépend de son contexte d’occurrence, réflexive parce que le contexte donne son sens à une action, mais inversement l’action contribue à élaborer le contexte. Soit l’exemple du regard de prise à témoin (d’un tiers actant) dans une discussion : pour que le regard vers le tiers acquière le sens de « prise à témoin », il faut une action verbale d’un type donné, un contexte séquentiel adéquat. Mais à l’inverse, ce regard contribuera à instaurer un changement de cadre de participation entre les interactants.

4Cependant, ce n’est pas tant le phénomène de l’indexicalité du langage qui intéresse la théorie de l’action située que celui de la dépendance contextuelle. Suchman s’appuie ainsi sur l’analyse d’énoncés comme « celle-ci est très jolie » proposée par John Heritage (1984, p. 143). Pour ce dernier, la diversité des significations que peut prendre cet énoncé selon que le référent est la photo d’un album montrée à des invités ou une laitue sur un étalage de marché n’est pas seulement due à la présence d’un démonstratif, mais tout autant à la capacité qu’a le terme « jolie » de renvoyer à des propriétés différentes selon la situation d’énonciation. Pour Suchman (1987, p. 59), « c’est parce que l’expression et l’interprétation impliquent un processus actif consistant à pointer et à rechercher la situation de parole que le langage est une forme d’action située ».

5Cependant, le phénomène de l’indexicalité manifeste une forme de dépendance contextuelle beaucoup plus forte. À la différence de « jolie », l’instruction d’emploi associée à un terme déictique comme « celle-ci » n’est pas seulement de rechercher activement dans la situation la propriété adéquate en fonction des connaissances partagées par les interactants. Cette instruction permet de repérer un élément précis du contexte car elle spécifie de façon conventionnelle la relation entre le terme déictique et un élément du contexte. Le rôle sémantique d’une expression déictique est de pointer vers un élément particulier du contexte. L’instruction associée à « celle-ci » permet de « conduire d’une occurrence et de son contexte à une entité d’une catégorie donnée présente dans le contexte, et l’association avec une telle entité est suffisante pour permettre à l’occurrence de jouer le rôle sémantique approprié à son type syntaxique » (Heal, 1997, p. 622).

6Considérer, comme le font Suchman, Agree ou Kirsh, que le langage situé est dans son ensemble de nature indexicale revient donc à ne prendre en compte qu’une forme de dépendance contextuelle faible. Or, comme nous le verrons plus loin, la dépendance contextuelle forte qui fait intervenir le contexte dans le rôle sémantique attribué au terme indexical apparaît plus essentielle pour traiter des relations entre langage et situation, action et situation.

Intelligence artificielle et indexicalité

7Les travaux en intelligence artificielle qui cherchent à modéliser la dynamique des situations considèrent que l’agent est capable de se laisser guider par sa perception pour agir de façon efficace dans la situation. L’interaction d’un agent avec son environnement présente une dynamique propre et se caractérise par un ensemble de routines qui donnent à l’activité un caractère familier. La prise en compte de cette dynamique suppose une forme de représentation des objets de la situation. Pour autant, cette dernière ne correspond pas aux représentations propositionnelles postulées par les modèles de planification. La perception n’a pas besoin de fournir l’identité et l’appartenance des objets mais peut s’en tenir aux aspects indexicaux et fonctionnels (Fornel, 1993 ; Agre, 1997). Elle est donc constituée de routines visuelles qui repèrent des configurations spatiales particulières permettant de prédire un cours d’action et de suggérer des actions. Si les représentations jouent un rôle de médiation dans l’engagement de l’agent au sein de son environnement, elles sont de nature déictique et individualisent les objets de façon indexicale et fonctionnelle. Chaque représentation est du type « la tasse que je bois », « la tasse que je bois est vide », « la table qui est à ma droite ». Ces dernières individualisent de façon indexicale les objets en relation à la position spatiale de l’agent et, de façon fonctionnelle, en relation avec les buts poursuivis à un moment donné de l’activité. En ce sens, en postulant des représentations déictiques, une théorie de l’activité située suppose nécessairement un agent inscrit dans un espace égocentré (Evans, 1982). Mais ce primat de l’espace égocentré tient à ce que la dépendance contextuelle n’est envisagée que dans sa relation avec l’expérience perceptuelle.

La thèse ethnométhodologique de l’indexicalité

8La thèse ethnométhodologique de l’indexicalité s’appuie sur l’approche logicienne de l’indexicalité (de Frege à Bar Hillel). C’est l’indexicalité comme « problème ». Les langues naturelles présentent de façon massive le phénomène de l’indexicalité. Les termes indexicaux se caractérisent par leur dépendance à l’égard du contexte pragmatique de leur production. Pour la perspective logiciste, il est nécessaire, pour réaliser une formalisation, d’obtenir des propositions générales, des phrases éternelles. Le « remède » dans la perspective logiciste consiste à réparer cette dépendance en explicitant le contexte au moyen d’expressions connotatives (i.e. de descriptions définies) indépendantes du contexte. Selon Garfinkel & Sacks (1970), l’ethnométhodologie considère que réparer cette indexicalité est une tâche réalisée par les acteurs à toutes fins pratiques. Problème théorique pour les logiciens, c’est un problème pratique pour les acteurs.

9Lorsqu’ils considèrent le fonctionnement du langage ordinaire, les logiciens sont cependant moins critiques. Ainsi Bar Hillel (1954, p. 78) considère-t-il que les indexicaux sont créateurs d’ambiguïtés qui nuisent à la communication car les interactants ne mobilisent pas nécessairement le même contexte pragmatique. Mais il reconnaît par ailleurs que l’emploi des expressions est non seulement plus pratique et plus efficace mais se révèle indispensable pour transmettre certaines informations. Garfinkel et Sacks font apparaître de façon beaucoup plus radicale que les tentatives de désindexicalisation au moyen de formulations sont traitées par les interactants comme relevant d’une activité spécifique de nature réparative. C’est donc l’activité de formulation qui peut faire « nuisance » et non l’emploi des indexicaux qui n’appelle pas de commentaires de la part des interactants. Ces derniers occupent au contraire une place centrale car ils exhibent des propriétés rationnelles qui sont fondamentales pour le langage ordinaire et qui peuvent donc être généralisées à l’ensemble des termes référentiels (nom propre, etc.). On retrouve l’argument de la dépendance contextuelle forte mentionnée plus haut, qu’ont repris les recherches sur l’action située.

10Il reste cependant une ambiguïté théorique quant au statut des « réparations » au moyen d’expressions non indexicales. Soit on considère que ces dernières sont mobilisables en cas de problèmes de communication mais ne sont en aucune manière nécessaires pour appréhender le référent. C’est le point de vue de l’ethnométhodologie, lorsqu’elle s’intéresse aux « propriétés rationnelles des expressions indexicales ». C’est aussi le point de vue des tenants de la référence directe (D. Kaplan, J. Perry, etc.) : lorsqu’une personne réfère à une personne ou à un objet, elle n’a pas en tête une description qui lui serve à référer. Soit on considère qu’une description doit nécessairement servir de médiation. C’est le point de vue couramment associé à Frege et à la tradition frégéenne.

  • 1 Dans le cas d’un indexical, le mode de présentation de la référence appartient au character (Kaplan (...)

11Il est possible de soutenir que l’ethnométhodologie suppose aussi, de façon contradictoire, un point de vue frégéen lorsqu’elle défend aussi la thèse de l’accountability, à savoir la capacité de gloser par des descriptions. Or, il est important de se rendre compte qu’il est possible d’admettre le lien entre indexicalité et account sans adopter le point de vue sur l’indexicalité qui lui est couramment associé. La capacité de gloser les indexicaux n’entraîne en aucune façon qu’il soit nécessaire d’adopter l’analyse frégéenne de ces termes constitutive du principe de réduction ou de substitution. Une approche réellement référentialiste n’interdit en aucune façon qu’il y ait capacité de gloser mais elle n’en fait pas un élément constitutif du statut des indexicaux. Dans les termes d’un théoricien de la référence directe comme Kaplan (1989), on soutiendra que le contenu de la proposition contenant un indexical est la référence elle-même et non son mode de présentation (sa description) comme dans le cas d’un terme non référentiel1.

12Il semble donc possible d’inscrire la thèse de la dépendance contextuelle forte que soutiennent les recherches sur l’action située dans le cadre d’une théorie de la référence directe. Il reste cependant que cela est insuffisant, puisque le réalisme direct maintient une conception de l’indexicalité en termes de sujet percevant et de contexte spatial. Or, la mobilisation de cette théorie conserve une conception de la dépendance contextuelle de nature égocentrique liée à l’expérience perceptuelle. Il convient donc d’examiner une théorie qui, sous l’influence de Gibson, a inscrit la perception dans le langage de l’action.

La sémantique des situations

13La sémantique des situations est une tentative radicale pour placer les éléments indexicaux au centre de l’analyse, et ce, au moyen d’une théorie réaliste de la signification d’une tout autre nature que le réalisme direct. Jon Barwise et John Perry ont soutenu, dans Situations and Attitudes (1983), que la dépendance contextuelle que manifeste le langage ordinaire ainsi que la capacité qu’ont les locuteurs d’exploiter les propriétés du contexte n’ont rien de mystérieux si on les inscrit dans le prolongement de la théorie écologique de Gibson. Pour ce dernier, la signification n’est pas dissociable de l’information en tant que produit des relations entre les organismes vivants et les situations, définis comme des parties limitées de l’environnement. La perception, l’action et le langage sont analysés à partir des flux d’information limités que l’organisme peut extraire de l’environnement pour percevoir, agir et parler. Les invariants que cet organisme discrimine fournissent la structure interne des situations qu’il rencontre. L’information est relative à des contraintes sur la réalité qui valent entre les types de situations, et ces dernières ne fournissent des informations que si l’organisme est attuned à ces contraintes. L’information fournie par le médium linguistique s’intègre dans ce cadre général. Situations and Attitudes propose une taxinomie de ces contraintes (nécessaires, nomiques, conventionnelles), les contraintes linguistiques étant un type de contrainte conventionnelle.

14Considérons le langage. La signification d’une phrase fournit une contrainte entre deux parties du monde, l’énoncé et la situation décrite. Tout énoncé, en tant qu’il prend place dans une situation de discours, peut « exploiter » les faits qui concernent cette situation, en particulier ceux qui concernent la situation d’énonciation. L’indexicalité dans cette perspective n’est qu’un cas particulier de la capacité qu’a un locuteur, étant donné son expérience perceptuelle passée et présente, d’utiliser les connexions qu’il entretient aux objets, aux lieux, etc., pour permettre à un énoncé doté d’une signification linguistique, d’exprimer une grande variété d’informations.

15Le problème de l’indexicalité ne se voit donc pas intégré, comme dans le paradigme de l’action située, dans une théorie du langage qui privilégie son caractère situé et dépendant du contexte, mais, de façon plus radicale, dans une théorie des situations fortement influencée par le réalisme écologique de Gibson. Barwise (1989) distingue ainsi trois types d’entités : la situation qui fait l’objet d’une focalisation de la part de l’agent explorant activement son environnement, les « faits » qui servent à classer et à typifier cette situation et les propositions qui classent la classification de l’agent de la situation. Il en résulte qu’une proposition aura deux composantes, la situation qui fait l’objet de la focalisation de l’agent et le fait qui sert à typifier cette dernière. Dans le cas d’un énoncé prononcé dans une situation de discours particulière, la situation inclura l’ensemble des circonstances qui contribue à la détermination du contenu de la proposition singulière associée à l’énoncé, depuis le repérage des entités liées aux indexicaux jusqu’aux attentes d’arrière-plan et à la connaissance procédurale qui intervient dans la détermination des inférences conversationnelles. Dans cette perspective, le contexte se voit englobé dans la situation, dont il ne spécifie qu’un type de circonstances.

Contexte et situation

16John Perry (1993) a proposé, à côté des deux types de dépendance contextuelle que nous avons examinés plus haut, un troisième type de dépendance contextuelle de nature « post-sémantique ». Cet emploi concerne des composants de la proposition qu’il dénomme « inarticulés » et qui renvoient à des éléments du contexte alors même que le sens des mots et les éléments indexicaux ont été identifiés. Perry contraste les énoncés « il pleut » et « il pleut ici ». À moins de circonstances particulières, ces énoncés transmettront la même information, à savoir qu’il pleut à l’endroit où se trouve le locuteur. Dans le second cas, l’ancrage spatial est assuré par le démonstratif. Dans le premier, au contraire, aucun morphème n’assure cet ancrage, alors que celui-ci est pourtant nécessaire à l’établissement des conditions de vérité de l’énoncé (l’absence d’un tel composant est chose fort courante, que l’on pense au contraste « attention devant/attention devant vous »). Il faut donc supposer l’existence d’un composant inarticulé pour expliquer ce phénomène de référence implicite. Les circonstances qui contribuent à déterminer le contenu informationnel d’un énoncé ne se réduisent donc pas au seul contexte (si l’on réserve ce terme aux éléments de la situation qui interviennent dans le cas des indexicaux).

17Perry soutient aussi qu’un énoncé comme « il pleut ici » occupe un statut intermédiaire entre « il pleut » et un énoncé plus décontextualisé « il pleut à Palo Alto ». « J’entends à la radio, “il pleut à Palo Alto”. Je crois alors qu’il pleut ici, puisque je sais que je suis à Palo Alto. Le résultat est que je crois qu’il pleut, une croyance à un niveau plus primitif qui concerne Palo Alto. Je prends donc mon parapluie. » (Perry, 1993, p. 218). François Récanati a soutenu, à partir de l’exemple du chemin inverse, « il pleut ici » → « il pleut à Paris », que l’on doit en conclure que les énoncés ne concernent pas la même situation : « Dès lors que la situation (Paris) est indiquée de façon explicite dans la représentation, une autre situation la remplace dans le contenu de la nouvelle pensée ainsi générée. » (Récanati, 1997, p. 49.) Son argument est le suivant : mentionner explicitement la situation (Paris) revient à mettre en place une situation plus large qui inclut un effet de contraste, par rapport à d’autres villes européennes par exemple. La situation de référence qui est invoquée n’est donc pas seulement Paris mais un ensemble plus large.

18Il est donc possible de considérer que les changements de termes référentiels (par exemple substituer une description définie à un nom, ou à un terme indexical) entraînent ipso facto un changement de situation. Une telle position a pour effet de multiplier les situations alors même que le contenu propositionnel est le même. Les variations dans la dépendance contextuelle d’un énoncé ont pour contrepartie autant de variations de situations. Elle est donc incompatible avec le réalisme écologique qui anime Situations and Attitudes et pour qui les situations sont des parties de la réalité. Les énoncés ci-dessus établissent des faits différents mais renvoient à une situation type commune.

La situation en perspective

19Il est probable que les phénomènes de substitution référentielle ne constituent pas l’exemple adéquat pour justifier la multiplication des situations. Mais il reste que, comme l’a souligné Barwise (1989), le choix des situations est fortement dépendant de la perspective de l’agent situé. Ce dernier prend l’exemple de Holmes et Watson discutant aux coins opposés d’une table et affirmant à propos des mêmes objets que « le sel est à gauche du poivre ». Le second a tort, le premier a raison. Barwise souligne que même s’il se trouve que Watson est dans l’erreur, puisqu’il devrait formuler sa description à partir d’une perspective inverse, il partage néanmoins une attitude commune envers l’objet. Dans la perspective écologique de Situations and Attitudes, il faut soutenir que Holmes et Watson partagent une même situation mais que les états auxquels renvoient les énoncés sont différents. La solution sera de postuler que le contenu descriptif de chaque énoncé comporte un composant inarticulé différent permettant d’expliquer la différence d’interprétation attribuée à chaque énoncé, de la même façon que l’énoncé « il pleut » prononcé à tour de rôle par deux personnes se parlant au téléphone alors qu’elles sont distantes de plusieurs centaines de kilomètres se verra contextualisé par une localisation différente.

20Le problème principal d’une telle analyse est qu’elle se place du point de vue d’un observateur extérieur. Si, comme le fait Barwise (1989), qui rompt ainsi avec la perspective strictement écologique, on considère que les deux participants se focalisent sur deux situations différentes, on soutiendra au contraire que les deux participants partagent le même état de choses ou fait (un objet est à gauche d’un autre) mais deux situations différentes. La perspective n’est alors plus seulement écologique mais intègre une dimension pragmatiste, puisque les situations seront dépendantes de l’agent qui procède à une exploration de son environnement.

Bibliographie

Agre Philip E. (1997), Computation and Human Experience, Cambridge, Cambridge University Press.

Bar Hillel Yehoshua (1954), « Indexical Expressions », Mind, 63, p. 69-88.

Barwise Jon (1989), The Situation in Logic, Stanford, CSLI Publications.

Barwise Jon, Gawron Jean Mark, Plotkin Gordon & Syun Tutiya (eds) (1991), Situation Theory and its Applications, Stanford, CSLI Publications, vol. 2.

Barwise Jon & John Etchemendy (1987), The Liar, Oxford, Oxford University Press.

Barwise Jon & John Perry (1983), Situations and Attitudes, Cambridge, MA, MIT-Bradford.

Corazza Eros & Jérôme Dokic (1993), Penser en contexte, Combas, Éditions de l’Éclat.

Evans Gareth (1982), The Varieties of Reference, Oxford, Oxford University Press.

Fornel Michel de (1993), « Intention, plans et action située », in P. Ladrière, P. Pharo & L. Quéré (eds), La théorie de l’action, Paris, CNRS Éditions, p. 85-99.

Garcia-Carintero Manuel (1998), « Indexicals as Token-Reflexives », Mind, 107, p. 529-563.

Garfinkel Harold (1967), Studies in Ethnomethodology, Englewood Cliffs, NJ, Prentice Hall.

Garfinkel Harold & Harvey Sacks (1970), « On Formal Structures of Practical Actions », in J. C. McKinney & E. A. Tyriakian (eds), Theoretical Sociology, New York, Appleton, Century Crofts, p. 338-366.

Heal Jane (1997), « Indexical Predicates and Their Uses », Mind, 106, p. 619-640.

Heritage John (1984), Garfinkel and Ethnomethodology, Cambridge, Polity Press.

Husserl Edmund (1961), Recherches logiques. 2. Recherches pour la phénoménologie et la théorie de la connaissance, Paris, Presses universitaires de France [1922].

Kaplan David (1989), « Demonstratives », in J. Almog et al. (eds), Themes from Kaplan, New York, Oxford University Press, p. 481-563.

Kirsh David (1991), « Today the Earwig, Tomorrow Man ? », Artificial Intelligence, 47, p. 161-184.

Perry John (1993), The Problem of the Essentiel Indexical and Other Essays, Oxford, Oxford University Press.

Récanati François (1993), Direct Reference : From Language to Thought, Oxford, Oxford University Press.

Récanati François (1997), « The Dynamics of Situations », European Review of Philosophy, 2, p. 41-75.

Suchman Lucy A. (1987), Plans and Situated Actions, Cambridge, Cambridge University Press.

Notes

1 Dans le cas d’un indexical, le mode de présentation de la référence appartient au character (Kaplan, 1989) ou au rôle sémantique (Perry, 1993). La présentation est volontairement très simplifiée. Les frégéens contemporains (Evans, McDowell, Peacocke, etc.) admettent en général que les indexicaux référent directement mais considèrent que le mode de présentation fait partie du contenu. Pour une présentation et une discussion, cf. Corazza & Dokic (1993) et Récanati (1993).

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search